« Femmes des années 2000 ! | Accueil | La justice en vedette »

18 janvier 2008

Commentaires

Ludovic Lefebvre

Il vous faut à tout prix acheter mon livre pour apprendre plus sur ce type de sujet et sauver votre âme sur ce blog :

http://outreau-ludo.blogspot.com/

Meuh, non ce n'est pas de la pub, juste de l'information d'utilité publique.

Pierre-Antoine

Pour avoir côtoyé des personnes qui se sont suicidées par la suite (en milieu carcéral - le pire milieu en poucentage de suicides) j'en retire une constante que tous ou toutes m'on dit alors qu'ils envisageaient le suicide comme une porte de sortie, "je suis seul, personne qui m'écoute".
Bien sûr ils ne parlaient pas de l'écoute professionnelle, mais de l'écoute "compréhensive" qui permettrait de dire à celui qui parle "je vous ai compris, non pas dans votre intention de vous suicider, mais dans ce qui vous conduit à vous suicider". Et ce qui conduit au suicide relève des méandres de l'âme.

Cordialement

Pierre-Antoine

Marcel Patoulatchi

Le mis en cause étant décédé, en tout état de cause, on ne connaîtra pas le fin mot de l'histoire, vu l'extinction de l'action publique - l'enquête n'est-elle pas close dès à présent.


Laboca,

Je ne vois pas en quoi il serait souhaite de criminaliser la calomnie. C'est un acte grave comme le sont l'ensemble des délits. Mais il ne cause pas mort d'homme - lorsqu'une personne se suicide, c'est son choix, sans contrainte. Sinon, ça s'appelle un homicide.


Dan,

Vous écrivez que « ce suicide n’est pas le premier lorsqu’une personne est mise en cause pour abus sexuels sur dénonciation ou calomnie ».

De fait, tout mis en cause l'est par dénonciation. Une plainte est une dénonciation, qu'elle soit calomnieuse ou pas.
Le problème n'est donc pas dans la dénonciation du fait.

Catherine JACOB

Laboca
"Que faire pour éviter que l'esprit public soit définitivement contaminé par ces clichés ? "
Peut-être publier honnêtement des statistiques comparatives. Par ex. On crie toujours haro sur les chiens dangereux mais il faut savoir qu'en huit ans il y a eu seulement (façon de parler) quinze accidents mortels dont huit concernaient des enfants tandis qu'on pourra compter trente accidents de spéléologie par an dont les sauvetages qui n'ont pas toujours d'issues favorables coûtent, tout comme les accidents de montagne dus à l'imprudence, à l'administration et non pas uniquement à leur fédération un argent fou. De plus je ne sais pas dans quelle mesure on attache une importance quelconque à déterminer les criconstances exactes de la survenue des accidents canins, préférant la solution de facilité qui consiste à incriminer la seule dangerosité du chien.
Or, que je sache, un revolver ne part tout seul que si un imbécile a d'une façon quelconque actionné le mécanisme de déclenchement de l'arme.
De même si vous mettez un môme de très petite taille revêtu de l'odeur des courses au rayon boucherie, en présence d'un chien que vous auriez oublié de nourrir mais laissé en liberté, il y a un risque que, pour peu qu'on ne lui ait pas appris à ne pas voler, ce dernier cherche simplement à s'emparer du sachet de steak que l'enfant peut éventuellement avoir à la main dans le but de participer et d'aider sa mère, puis croque le marmot dans la foulée de la viande de boucherie ???

Patrick Pike
"Sachant que c'est toujours à celui qu'on accuse de prouver son innocence, ne serait-il pas plus sage d'en venir à l'inverse?"

Vous regardez trop les séries américaines car en France c'est l'inverse, d'où certains cas d'acharnement de l'accusation dans le dos des suspects (mais vu le secret de polichinelle des instructions dans certains cas, pour le plus grand dommage donc de ceux d'entre eux qui se révèleront innocents mais dont la vie aura été détruite au nom d'un sacro saint principe de précaution appliqué comme on n'oserait même pas jouer une partie de go), alors que faire coopérer à l'enquête celui qui a le plus grand intérêt, étant suspecté à tort, à l'établissement de la vérité, autrement dit le système d'outre-atlantique, n'est pas nécessairement la plus mauvaise chose !

mike

Honorons les morts, tous.
Ils nous attendent.

Catherine JACOB

Patrick PIKE
"en se posant les questions suivantes:
-Pour quel symptôme cette patiente a-t-elle consulté?"

Pour le savoir sans doute suffirait-il de demander au Conseil de l'Ordre qu'il récupère les dossiers médicaux de ce praticien, lesquels restent couverts par le secret professionnel et ne sauraient donc faire l'objet d'aucune saisie, puis communique ensuite à qui de droit les seuls renseignements utiles à cet égard.

Patrick PIKE

Je ne disserterai pas sur le suicide dont Jouffroy disait "que celui qui tue n'est pas identique à celui qui est tué". Et encore moins sur la culpabilité, ou non, de ce médecin.
Beaucoup l'ont fait avec humanité et délicatesse.

Je voudrais juste dire que nos concitoyens souffrent aujourd'hui d'une pathologie qui se déclare à tout propos, et que j'appellerai la "plaintonite" pour créer un néologisme en rapport avec cette épidémie.

Sans vouloir douter ou non de la plainte de cette jeune femme, je constate, pour rester dans l'univers médical que je connais un peu bien que n'étant pas médecin, que de plus en plus de praticiens refusent désormais de consulter seuls avec des adolescents, refusent les examens gynécologiques et hésitent même à pratiquer le toucher rectal sur des patients, patients qui n'hésitent pas à les menacer de plaintes lorsqu'ils jugent être l'objet d'une erreur, fondant leur jugement sur la lecture d'ouvrages de vulgarisation, de coupures de presse ou des commentaires de la voisine.

C'est ainsi que, même pour un banal examen en milieu hospitalier, on vous fait signer désormais une décharge à l'entrée.

Pour en revenir à l'affaire qui nous préoccupe, il serait sans doute facile de déterminer la véracité de l'accusation, à tout le moins de s'en approcher puisque désormais il manque malheureusement un protagoniste, en se posant les questions suivantes:
-Pour quel symptôme cette patiente a-t-elle consulté?
-Pour quelle pathologie, quelle douleur ou quel examen ce médecin avait-il pratiqué une injection "de produits"? (terme employé par la jeune femme).
-Impose-t-on à une patiente une intra-musculaire ou une intra-veineuse sans au moins une raison, même fallacieuse, sans son consentement ou sans lui indiquer le pourquoi de l'injection?
-A-t-elle consulté au cabinet du médecin, ou l'avait-elle fait venir à son domicile? Quel jour? Quelle heure?
-Va-t-on consulter uniquement pour dire bonjour (encore que je pourrais vous citer des exemples) ou pour un trouble précis?
-Depuis combien de temps était-elle suivie par ce médecin?
-Que dit son dossier médical?
-Pour quelle raison ce médecin avait-il été déjà l'objet d'un interrogatoire en 2006? Car il y a aussi et comme dans toute société, des brebis galeuses au sein de cette corporation, comme nous le rappelle douloureusement Ludovic Lefebvre.

Les réponses à toutes ces questions, et d'autres que je me pose, permettront de cerner la vérité.

Car il y va de l'honneur de deux êtres: celui de cet homme mort s'il est innocent ou celui de cette femme si ce qu'elle dit est vrai.

Je ne pense pas qu'on puisse ne savoir jamais. Je ne le souhaite pas ne serait-ce que pour les proches de ce médecin dont le deuil ne sera jamais terminé tant qu'une réponse précise n'apaisera pas leurs doutes.

Pardonnez-moi Philippe Bilger d'avoir introduit la bestialité du quotidien, par la brutalité de mes propos, dans la tragédie et les dissertations philosophiques qui l'entourent et la magnifient, mais ce suicide devrait être un exemple pour tous nos contemporains qui ont une tendance fâcheuse à prendre la justice pour leur exutoire.
Sachant que c'est toujours à celui qu'on accuse de prouver son innocence, ne serait-il pas plus sage d'en venir à l'inverse?

Dan

Avec tout le respect que nous devons à ce médecin qui s’est donné la mort « pour son honneur », je me permettrai de dire que ce suicide n’est pas le premier lorsqu’une personne est mise en cause pour abus sexuels sur dénonciation ou calomnie. A la fin des années 90, suite à l’affaire Dutroux, la société a lancé une « chasse aux sorcières systématique » pour mieux exorciser son laxisme passé dans ce domaine. Les médias ont pris le relais du lynchage car le sujet était vendeur ! La justice a, pour sa part, trop souvent ignoré le respect de la présomption d’innocence dans ce domaine. Tout cela a conduit au chaos d’Outreau et à de nombreuses incarcérations injustifiées sur de simples dires d’adultes ou d’enfants considérés immédiatement comme totalement crédibles alors que tout élément à décharge était bien souvent retourné à charge contre la personne mise en cause ! Ce climat a créé la terreur dans l’esprit de toute personne mise en cause et plus particulièrement chez les innocents victimes de la calomnie. La honte d’être « pointé » comme un violeur potentiel, même si un non-lieu est ordonné, même si un acquittement intervient après un jugement définitif peut orienter vers le choix immédiat du suicide plutôt que de se battre de manière impuissante contre l’absurdité. C’est une manière de « sauver son honneur » et de dire « merde » à la prétendue morale d’une société dégoulinante de vice et de pornographie…

Mais en lisant votre papier, Mr Bilger, je ne peux m’empêcher de me souvenir de Daniel Fouchard, médecin accusé au début des années 2000 par 4 personnes de son village, condamné à 8 ans de prison puis acquitté en appel. Ce médecin était intervenu à la télévision dans un débat télévisé sur l’affaire d’Outreau auquel vous participiez. Vous, en tant qu’avocat général, avec toute l’influence que vous pouvez avoir sur le public, vous n’avez pas hésité à dire que vous n’étiez pas certain de l’innocence de ce monsieur malgré son acquittement, bafouant ainsi la décision de justice et soufflant sur le feu du dicton « Il n’y a pas de fumée sans feu »!
Que faut-il donc faire, pour une personne accusée à tort, afin de laver l’affront et retrouver son honneur si les magistrats, eux-mêmes ne respectent pas le devoir de réserve lorsqu’un acquittement définitif est ordonné ?
Peut-être, ne reste-t-il à l'innocent, accusé injustement, qu’à se suicider tout de suite pour dire « merde » à cette société ?
Pour comprendre le calvaire des innocents, j’invite vos lecteurs à lire le blog des innocents injustement accusés à l’adresse suivante : http://blogdesinnocents.canalblog.com/

Ludovic Lefebvre

Il y a dans certains cas, il est vrai une volonté égocentrique dans le suicide à avoir "le mot de la fin".

Je ne sais pas si c'est le cas pour ce monsieur, le fait que je fus violé par un médecin généraliste ne me donne pas la haine heureusement de tous les médecins généralistes accusés de viol.

Parisot Catherine

Ce qui est forcément puissant pour tous à la seule évocation du mot "suicide", c'est que l'on aspire plus ou moins tous à vivre, sans souffrances et éternellement. Après, on peut se raisonner, faire de beaux mots, dire qu'on est de passage etc... L'instinct de vie est le + fort pour notre espèce. Ainsi, lorsque la vie impose des souffrances et des morts prématurées, le fait d'entendre qu'une personne a choisi le jour et l'heure de sa propre main, forcément, cela ne peut que troubler.

Le droit de tuer (la condamnation à mort dans certains pays) celui que l'on condamne semble moins déranger que celui de se tuer soi-même.
Comme vous l'écrivez Philippe, avec le suicide, on ne saura jamais. Rien, le silence.
Lorsqu'il y a un accident on peut expliquer.
Losqu'on injecte à un prisonnier le venin de la mort, on sait pourquoi.

Dans le cas du suicide, on est face au néant, au questionnement sans fin, face à une volonté laquelle si elle se justifie intimement, ne se justifie pas aux yeux du Monde, de l'opinion.

Cela peut aussi perturber l'esprit car cela remet en question le sens de l'existence.

Bonne nuit, Philippe et Catherine !

Ludovic Lefebvre

Effectivement, il sera compliqué de savoir si oui ou non, il était coupable des accusations portées contre lui. Que ce soit vrai ou non, la personne accusatrice va se trouver avec un énorme poids sur les épaules, à tort parce que de toute façon, le suicide est un acte personnel quelles que soient les circonstances, quand bien même la personne serait harcelée, poussée au suicide.
Il y a des instants où on oublie l'impermanence de la souffrance, où la mort ne fait plus peur. J'ai toujours pensé, peut-être à tort, que vouloir mourir est ne plus accepter cette vie là, que dans ces moments-là, il fallait en changer, cela m'a, en tout cas, sauvé la vie. Je ne connais pas l'horreur d'être accusé d'être un violeur que ce soit fictif ou réel, j'ai eu très peur de le devenir parce que j'avais vécu cela, il paraît que les violeurs sont d'anciens violés. J'ai eu de l'empathie, de la compassion contre les personnes contre qui j'ai déposé plainte, il paraît que j'avais tort parce que celles-ci n'en avaient eu aucune à mon égard pendant ces années de viol, je n'en suis pas si sûr. Toutefois leurs façons de réagir ne m'ont pas appartenu, je n'ai pas fait cette démarche contre eux, mais pour moi.

francis

PS : On ne se lave pas impunément les mains.

francis

Je trouve d'un égoïsme cynique, à moins d'avoir vécu isolé, de penser que la mort par suicide entraîne de ce fait la purification d'une faute. Le plus souvent après une telle fin, demeure un entourage, une famille éplorée pour qui la faute d'un être proche restera encore plus une tache indélébile.

Grain de poivre

Le problème avec le suicide, c'est que quand ça marche c'est irréversible. C'est bête à dire mais je sais hélas de quoi je parle. J'ai ainsi perdu il y a cinq ans un proche vraiment très proche.

LABOCA

Il est difficile de s'exprimer devant un acte aussi grave que le suicide.
Le système pénal français est actuellement pensé comme fondamentalement un système favorable aux victimes.
Le texte sur l'indemnisation des propriétaires de voitures endommagés, actuellement discuté devant le Parlement tend à ajouter à cette tendance qui veut que les intérêts de la victime hypothétique soient privilégiés par rapport à la présomption d'innocence - que le Parlement a cru cependant renforcer en mars dernier.
Il est souhaitable que la dénonciation calomnieuse reçoive le statut de crime : cela amenerait les gens à éviter d'accuser trop légèrement.
Un avocat m'a informé qu'une personne dénoncée qui a été finalement reconnue innocente par le tribunal, ne peut pas obtenir directement du même tribunal le remboursement des dépenses par elle exposées pour assurer sa défense ; elle doit, à l'issue du procès lors duquel elle été innocentée, intenter un procès spécial pour obtenir ce remboursement : est-ce normal?
Pourquoi lui faire perdre du temps, comme si la dénonciation calomnieuse dont elle a été l'objet ne lui avait pas déjà infligé une grosse souffrance?
Le gouvernement est fondé à défendre les victimes d'infractions. Mais l'homme honnête peut constater qu'il tourne le dos à sa propre politique en ne défendant pas les personnes dénoncées calomnieusement.
Actuellement tous les hommes sont considérés comme des pédophiles potentiels ou de violents campagnons ou maris potentiels ; les étrangers sont regardés comme des délinquants en puissance ; les hommes d'affaires sont présumés malhonnêtes : notre société devient une société de l'insécurité, tant chacun risque toujours d'être dénoncé calomnieusement, dans le temps que la présomption d'innocence n'est pas défendue avec hargne.
Que faire pour éviter que l'esprit public soit définitivement contaminé par ces clichés ?

Catherine JACOB

Je viens de jeter un œil sur l’article du Parisien que vous évoquez. Je laisse de côté la question de fouille pas fouille, arme, pas arme, autrement dit celle de la possibilité du passage à l’acte suicidaire, pour m’attacher uniquement à l’ aspect revêtu par cette situation fermée dans laquelle le seul moyen de préserver un bien moral, notamment la réputation d’un individu ou de sa famille, lui paraît dans l’instant, ne pouvoir résider ailleurs que dans la suppression de ce par quoi le bien est présentement mis en péril, autrement dit sa propre existence en tant qu’objet de suspicion. Le sentiment qui pousse à la préservation de ce bien quoiqu’il en coûte, donc au prix même de sa propre vie, est vraisemblablement ce que l’on appelle ici : « L’honneur » et on peut sans doute considérer qu’il est exacerbé par la charge émotive induite par les circonstances.
On peut peut-être l’entendre de deux manières :
La première est : « Je vous crie mon innocence au prix de ma vie, car cette dernière ne me paraît plus digne d’être vécue dès lors qu’elle est susceptible de rester entachée de ‘quelque chose’ », ce ‘quelque chose’ dont il est symptomatique qu’il soit faussement imputé au Beaumarchais du ‘Barbier de Séville’ sous la forme : « Calomnions, calomnions, il en restera toujours quelque chose ! » et dont on nous dit qu’il est en réalité à imputer à Sir Francis Bacon sous la forme « Audaciter calomniare semper aliquid haeret, in De dignitate et augmentis scientiarum :Du progrès et de la promotion des savoirs,VIII, 2 –1605 » qui dit : « Calomniez audacieusement, il en restera toujours quelque chose. » à savoir le parfum de soufre que laisse toute diabolisation quand, en effet, on y est allé adonf !
La seconde résulte sans doute dans l’espoir que la mort soit, comme le feu, porteuse de purification et qu’elle puisse effacer toute souillure réelle ou supposée, qu’elle soit le fait de l’individu qui se sacrifie à cet effet ou de toute personne qu’il peut souhaiter protéger.

La question qui me tourmente maintenant est celle-ci :
notre société qui veut faire comparaître les fous pour la satisfaction des victimes, va-t-elle vouloir faire comparaître les suicidés sur le modèle de l’ancienne société scandinave qui permettait d’attraire les morts pour leur ordonner, par exemple de laisser les vivants en paix… !
Plus raisonnablement l’action est-elle éteinte ou le parquet va-t-il se préoccuper de déterminer si selon toutes vraisemblances le présumé innocent était véritablement coupable ou hélas victime ?

A l’usage de nos autocrates, une petite citation de Sir Francis qui fut aussi procureur général :« On ne commande à la nature qu'en lui obéissant. » (Natura enim non nisi parendo vincitur) Novum Organum, I, 95 Or donc si on entreprenait de faire parler le mort, il conviendrait sans doute de le faire en obéissant à sa nature.
Pourquoi cette balle dans le cœur et non dans la tempe ou dans la bouche comme on le voit souvent au cinéma ?
Quel lien entre la demande de se rendre aux toilettes et les derniers mots de son interlocuteur ?
Le mot de la fin n’est pas toujours seulement le terme d’un cheminement mais parfois aussi l’invitation à en suivre d’autres qui sait ?!

Catherine JACOB

Votre billet de ce jour est d'un tragique tout à fait insoutenable.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS