« Pas d'accord ! | Accueil | Double langage »

27 février 2008

Commentaires

enharmonic

Monsieur Bilger, vous êtes probablement le premier à France à faire le rapprochement entre le jeunisme, cancer de ce début de 21ème siècle, la fin de l'état de droit, le lobbyisme bien pensant et l'indifférenciation généralisée. Dans quelques années, les choses auront empiré et il y aura désormais délit d'opinion à tous ceux qui auront dans leur passé ou présent, défendu des positions autres que sociales démocrates ou libéral-sécuritaire. En attendant, la société de la communication et de la publicité n'en a pas fini de mélanger les questions politiques et juridiques au sein de slogans tous aussi démagogiques et dénués de tout fondement. Le totalitarisme, disait Hannah Arendt, c'est quand l'Homme devient superflu. Le fait divers dont il est question illustre parfaitement cette vérité.

Idéaliste abstraite

@ Benoit Fleury
«Ainsi présentés vos désirs sont des ordres...»

Arrêtons-nous à de simples représentations, car qui prétendrait contraindre le sujet sous quelque forme que ce soit.

«Belle expression que ces mots de "générosité intellectuelle", alors soit vous avez raison jusqu'à un certain point... Mais je répondrai.»

Je n'en attendais pas moins d'un major à quelque agrégation que ce fut que de savoir lire...!

Julie

Monsieur,

Vous avez écrit :
"Pendant qu'on glose des jours durant sur le "casse-toi, pauvre con" du président de la République et sur sa demande d'avis au Premier président de la Cour de cassation après la décision du Conseil constitutionnel, des scandales infiniment plus graves risquent de se perpétrer en douce, dans l'indifférence générale."

Alors, si effectivement, j'en conviens, la position de l'université de Poitiers peut être critiquée dans la mesure où elle remet en cause le droit acquis par M.Fleury d'être affecté dans l'université de son choix, je dois vous dire que le plus choquant dans ce billet est votre propre propos...
Considérez-vous sérieusement qu'il est plus grave de se poser la question de l'affectation de cet enseignant que, de la part du PR, de demander à la C.Cass de passer outre une décision du C.Constitutionnel ??? Je vous en prie, soyons sérieux 5 minutes enfin !

Benjamin

Bonsoir

@ Benoit Fleury

Mais c'est tout à fait possible monsieur Fleury, j'en serai ravi.

Cordialement

Benoit FLEURY

@idéaliste abstraite
Ainsi présentés vos désirs sont des ordres...
Belle expression que ces mots de "générosité intellectuelle", alors soit vous avez raison jusqu'à un certain point... Mais je répondrai.
@Benjamin
Si vous êtes étudiant à Poitiers, on n'a pas fini de refaire le monde, de préférence autour d'un bon verre.
Cordialement

Benjamin

@ Laurent Dingli

Je ne suis pas du tout d'accord. Oui l'extrême droite (une partie en tout cas) est dans un mythe de pureté envers l'homme et une quelconque race aryenne. Idée qu'a véhiculée la société de Thulé avec le mythe des hyperboréens. Là oui, la référence à une doctrine messianique s'inscrit, à mon sens, dans une logique de pureté.

Nul exemple comparable n'est présent à l'extrême gauche !! Il n'y a pas de dieu, de sauveur, de messie. Le communisme en lui-même n'est pas un modèle pur, parfait, sans défaut. Il représente juste un parangon de société dans lequel les gens d'extrême gauche voient en lui le meilleur moyen (ou le moins mauvais) afin d'éviter l'exploitation de l'homme par l'homme.

Si une partie de l'extrême droite voit son âge d'or dans l'époque grecque, romaine voir sous le IIIème Reich, l'extrême gauche n'a pas "d'âge d'or" ou de période politiquement pure.

De plus, les ouvrages de référence ne sont que des théories à adapter à l'époque actuelle et non des principes immuables dans le temps.

Cependant, comme vous le dites, la théorie voudrait créer une société qui tende vers moins de conflits, moins d'angoisse car l'ultra archaïsme de l'humanité ne se situe peut-être pas dans son infantilisation mais plus dans l'exploitation de celle-ci par une minorité de ses membres.

Idéaliste abstraite

@Benoit FLEURY
«@ Benjamin
Quant à mes idées d'aujourd'hui, elles sont pour sûres éloignées de tout cela. Elles ne manqueraient d'ailleurs pas de vous surprendre sur un certain nombre de sujets j'en suis sûr. Je préfèrerais aborder cet aspect en privé si vous le souhaitez.»

Pas d'accord. Le public de Philippe Bilger dont la générosité intellectuelle vous a permis un certain nombre de mises au point utiles a le droit de savoir lui aussi, et non uniquement celui de rester sur sa faim. Comme cela a déjà été précisé à de multiples reprises le blog n'est meetic sous aucune forme.

Benjamin

@ Benoit Fleury

"en définitive y a-t-il vraiment besoin d'être extrême pour dénoncer certains excès du libéralisme ?"

A mon sens pour dénoncer certains excès du libéralisme non il n'y a pas besoin d'être extrême. Mais pour dénoncer le libéralisme et le capitalisme comme modèle économique, oui à mon sens il faut être extrême.

J'ai relu le premier post mais là aussi c'est assez vague voire théorique...

"Je ne suis pas d'accord par contre avec votre analyse de la violence qui serait politique d'un côté, bestiale de l'autre. "

Je ne dis pas qu'elle serait bestiale, mais qu'elle n'aurait pour but que de se défouler face à l'adversaire politique du moment. Je ne lui vois pas, mais ici je ne suis pas objectif, de but politique visant à contester l'ordre établi comme le "ras le bol" dont vous parlez dans le premier post pourrait le faire penser.

@ Veronique

A vrai dire je ne vous suis plus trop dans cette affaire Illan Halimi.

Je tiens juste à vous dire que pour l'extrême gauche être riche n'est pas une race ni un caractère inscrit dans les gênes.

Si des gens pensent que être juif c'est être riche et de ce fait c'est pouvoir légitimer la violence, le discours de l'extrême gauche est ici totalement dévoyé.

Je tiens à vous dire que le discours de l'extrême gauche vis-à-vis d'Israël insiste aussi sur les inégalités profondes qu'a généré le libéralisme sans borne dans ce pays qui au début des années 50 était une sorte de référence autogestionnaire pour une partie de l'extrême gauche.

Laurent Dingli

Je partage le point de vue de Véronique.
Benjamin écrit : "A mon sens l'extrême gauche ne fixe ses objectifs ni dans une pureté littéraire ni dans une quelconque droiture idéologique mais bien plus dans un combat quotidien contre le capitalisme".
C'est exactement le contraire, disons plutôt que l‘obsession de la pureté n‘a jamais empêché la lutte quotidienne contre le capitalisme, puisque la seconde est la conséquence de la première. L'extrême gauche et l'extrême droite sont fondées sur des mythes de la pureté originelle qui varient dans leur expression, mais procèdent d’un fond commun. Les deux courants font en effet référence à un Age d’or qui renvoie lui-même à un stade très primaire du développement infantile, un stade où le Moi de la mère n‘était pas séparé de celui de l‘enfant, un temps béni où n‘existait ni angoisse, ni culpabilité, ni conflits. C’est-ce stade ultra-archaïque que les tenants de ces idéologies voudraient désespérément recréer, au-delà des explications manifestes dont ils cherchent à se convaincre eux-mêmes.

mike

Voltaire, au secours !
Ils sont devenus fous.

Véronique

@ Benjamin

La séquestration, les tortures, l'assassinat d'Ilan Halimi n'ont pas été "expliqués" par ceux qui sont en cause dans cette affaire par une revendication à l'islamisme. Mais bien par le fait qu'Ilan Halimi était juif.

Dans l'esprit de ses tortionnaires, le fait qu'il soit juif le caractérisait et le désignait comme appartenant à une communauté dont la description n'a rien à envier au discours idéologique antisémite lié à l'argent et à l'anticapitalisme, tel qu‘il a été et est véhiculé par l‘extrême droite.

Et, par ailleurs, les dogmes sur la pauvreté et sur l'oppression des faibles par les riches traduits par ces jeunes gens ont abouti à torturer et à assassiner Ilan Halimi.

Au nom de leur pauvreté, leurs actes peuvent être perçus par l'extrême gauche comme une forme de violence légitime.

Je pense également que le discours d'extrême gauche lié à Israël et au conflit israélo-palestinien ouvre des vannes chez des décervelés, en les confortant dans leur haine meurtrière. Ceux-là n'ont pas dans la tête les freins intellectuels qui structurent les idéologues de toutes sortes.

Je vous laisse à votre conversation avec Benoît Fleury.

Ce que je souhaitais seulement exprimer dans cette discussion, ce sont les ravages et les désastres que les doctrines de haine et de violence peuvent créer. Ainsi que les points de passage qui font converger une doctrine et une autre.

Benoit FLEURY

Benjamin,

Vous avez raison de rapprocher extrême droite (nationalistes révolutionnaires) et extrême gauche radicale dans leur dénonciation du capitalisme et du libéralisme. Vous avez également raison de dire que chez les nationalistes ce courant est largement minoritaire. Ceci étant ils divergent sur les solutions à apporter et en définitive y a-t-il vraiment besoin d'être extrême pour dénoncer certains excès du libéralisme ?
Je ne suis pas d'accord par contre avec votre analyse de la violence qui serait politique d'un côté, bestiale de l'autre.
Pour ce qui est du droit de réponse, sachez qu'il est limité en termes de caractères, sinon il ne passe pas (art. 13 de la loi de 1881). On ne peut donc s'étendre en détails sur toutes les mises au point que l'on souhaiterait faire. D'où l'emploi de formules un peu génériques, mais qui ont au moins le mérite de la clarté sur les thèmes essentiels.

"Entre ce que nous, étudiants, entendons et ce que vous, Benoît Fleury, nous dites, il y a un fossé énorme".
Ce fossé sera comblé sans aucun doute. C'est ma sixième année d'enseignement sans aucun problème (y compris depuis toute cette publicité).

"mais de nous préciser quel fut le sens et la nature de cet engagement qui, s'il n'est relayé que par les syndicats, sera forcément en votre défaveur".
Je vous l'ai précisé je crois dans mon premier post, en réponse à Irnérius.

Cordialement

Benoit FLEURY

Benjamin,

en fait pour être absolument exact sur cette mouvance, on ne saurait parler de "présidence du GUD". Le GUD dont tout le monde parle, en tant qu'association déposée, a été dissous au début des années 80 (et non 2000). Depuis, il n'a jamais eu d'existence officielle mais il est de coutume que les nationalistes d'ASSAS cultivent l'ambiguïté en donnant à leur association des noms proches : Union et Défense de..., Union Droit... Mais le nom même de GUD a pu être utilisé par nombre de militants ailleurs qu'à Assas sans nécessairement de liens avec les assassiens qui ont de leur côté toujours souhaité préserver leur particularisme parisien. Bref tout cela est complexe.
Pour ma part puisque c'est bien de cela dont il s'agit, j'étais élu au conseil d'Administration de Paris II où je suis arrivé pour l'année universitaire 1996-1997 (licence). Et puis ma trace se perd à compter du 3ème cycle pour disparaître au cours des années de thèse jusqu'à ces dernières semaines où, comme vous avez pu le constater, tout et n'importe quoi a pu être dit.
Quant à mes idées d'aujourd'hui, elles sont pour sûres éloignées de tout cela. Elles ne manqueraient d'ailleurs pas de vous surprendre sur un certain nombre de sujets j'en suis sûr. Je préfèrerais aborder cet aspect en privé si vous le souhaitez.
Espérant avoir répondu, au moins pour partie, à vos interrogations
Cordialement

Benjamin

@ monsieur Fleury

"Tous les propos tombant sous le coup de la loi (antisémitisme, apologie du nazisme…) n’ont jamais été tenus. C’est l’objet de la fameuse décision du TGI qui semble tant vous intéresser. Je vous invite dans ce cas à vous adresser directement au greffe de la 17ème chambre correctionnelle. Pour ceux qui ont été tenus, j’ai dit ailleurs ce que j’en pensais."

Et vous en pensez quoi ?

Sinon j'ai lu votre droit de réponse dans Libération et franchement quelque chose m'embête : c'est très vague. Personnellement "activité passée de militant nationaliste" ça peut vouloir dire tout et son contraire et c'est peut-être cela qui brouille les pistes !

Entre ce que nous, étudiants, entendons et ce que vous, Benoît Fleury, nous dites, il y a un fossé énorme.

A mon humble avis (je n'ai pas de conseil en com’ à vous donner) il serait peut-être dans votre intérêt d'être plus précis. Pas forcement de nous dire à telle heure, tel jour ce que vous faisiez ou ne faisiez pas mais tout du moins préciser largement votre engagement qui relève "définitivement du passé".

Je ne vous demande pas non plus de vous autoflageller devant l'université de Poitiers mais de nous préciser quel fut le sens et la nature de cet engagement qui, s'il n'est relayé que par les syndicats, sera forcément en votre défaveur.

Benjamin

@ Véronique

J'ai parlé d'un Etat d'Israël qui oppresse les Palestiniens pas d'un Etat d'Israël tout court...

Je ne vois vraiment pas les liens entre l'extrême gauche et l'extrême droite... A part peut-être un anticapitalisme virulent chez certains groupements d'extrême droite (les "nationalistes révolutionnaires"), très minoritaire à l'extrême droite il me semble (pour le coup, monsieur Fleury en sait sûrement plus que moi...)

A ma connaissance, il ne me semble pas que le meurtre d'Illan Halimi ait été l'oeuvre de gens embrigadés dans la pensée marxiste !!! Il me semble que cet acte doit plus à la propagande d'islamistes intégristes qu'au discours de l'extrême gauche dans les banlieues (un pauvre est un pauvre qu'il soit juif ou non...)

Je ne suis pas non plus un spécialiste, loin de là !!! Mais les modèles de l'extrême gauche trouvent leurs sources dans les ouvrages, les combats et les luttes anticapitalistes et non dans des modèles administrativement figés et politiquement despotes tels que l'étaient l'URSS ou la Tchécoslovaquie.

A mon sens l'extrême gauche ne fixe ses objectifs ni dans une pureté littéraire ni dans une quelconque droiture idéologique mais bien plus dans un combat quotidien contre le capitalisme.

Cependant il est vrai que l'extrême gauche a une culture de la violence (ici au sens physique du terme) propre à elle-même et à la nature de son combat. Pour les défenseurs de cette cause, cette violence a pour but de réduire à néant les oppressions de toutes sortes auxquelles sont soumis les membres de la société. Certains définissent cette violence comme légitime (due à son caractère résistant), d'autre non ; c'est un choix politique.

Je ne voudrais pas établir de comparaison stupide entre une violence légitime d'extrême gauche et une violence dite "nauséabonde" d'extrême droite ; mais à mon sens se battre contre des organisations financières mondiales qui organisent la violence économique et mettre trois claques à des étudiant de l'UNEF qui collent des affiches à la fac...

Excusez-moi mais franchement (ce n'est que mon opinion) l'on ne peut pas dire que ce soit la même chose (en ce sens une chanson très instructive de Julos Beaucarne : « Les Bourgeois »).

Benjamin

@ Benoit Fleury

J'en prends note, monsieur Fleury.

Et concernant votre présidence au GUD et vos idées à l'heure actuelle ?

Ktrin

Ah, Cactus... j'ai apprécié ce p'tit coucou très littéraire :) une pensée pour mon ego :) contente !:) Merci :)
Il faudra me dire qui vous êtes, un jour ! :)
Ou que j'aille visiter votre blog :)??:

A + tout le monde !

Cactus littéraire

en ces joutes irréelles puisque virtuelles :
Benjamin ........... constant ?
certainement mais :
Ktrin aussi _ dans le rôle d'Anna Lindsay
( :-)) _ ......... à mon humble avis !!

Sissi !
(sinon un bonjour à sbriglia qui me manque déjà beaucoup et qui sait où et comment me contacter)

Véronique

@ Benjamin

Ne pas vouloir d'un Etat d'Israël est la même chose que de ne pas vouloir d'Israéliens.

Je n'ai pas écrit que l'extrême droite et l'extrême gauche sont identiques. J'ai écrit que ce qui leur est commun est un discours qui emprunte, sur certains points, des arguments jumeaux.

Par exemple, j'observe que le discours de l'extrême gauche, quand il est relayé dans des banlieues transforment, dans le pire, des jeunes gens en tortionnaire. Je pense à l'assassinat de Ilan Halimi.

Pour Prague, même si je ne suis pas, loin de là, une spécialiste de l'histoire des idéologies, il me semble que ce qui constitue la doctrine de l'extrême gauche trouve quand même sa source dans des modèles historiques tels que le communisme.

On peut fortement et définitivement vouloir se démarquer d’un "rattachement à un quelconque passé dictatorial dans ses valeurs...", il n‘empêche qu‘en matière d‘idéologie politique, les valeurs qu’on désire infiniment pures finissent toujours par conduire à la violence.

Benoit FLEURY

Cher Benjamin,

Il me semble au contraire avoir répondu à nombre de vos interrogations...
Je vous l'ai écrit, je suis ouvert au débat mais une discussion n'est pas une séance collective d'auto-critique ou de révélation sur le passé.
Ceci étant, relisez mes différents posts et vous verrez que j'ai répondu à de nombreux détails ce qui, déjà, contrevient à la ligne que je m'étais fixé ici, sur ce blog, savoir participer au débat sur les idées et les principes. Rien d'autre. Mais si j'ai pu apaiser vos inquiétudes, vous m'en voyez ravi.
Cordialement

Benjamin

@ Benoit Fleury

Certes il serait très intéressant de savoir ce que vous pensez aujourd'hui, alors je vous le demande : que pensez-vous aujourd'hui ?

De quelle période à quelle période avez vous alors été président du GUD ?

Sinon il me semble que vous n'avez pas répondu aux questions précises que je vous avais posées, pourriez-vous le faire ?

Merci à vous

Benjamin

@ Véronique

Il y a il me semble une très grande différence entre l'antisionisme et l'antisémitisme. Ne pas vouloir d'un Etat d'Israël qui oppresse les Palestiniens et ne pas vouloir d'Israéliens n'est, à mon sens pas la même chose.

Sinon la chanson de Jean Ferrat fait référence à l'invasion en Tchécoslovaquie en 1968, quel est le rapport ici ?

Ne confondez pas le PCF et l'extrême gauche... Ce n'est pas du tout le même combat !!

Benoit FLEURY

Cher Benjamin,

Si vos inquiétudes et vos interrogations sont à certains égards légitimes, compréhensibles et je souhaite dans ce cas y répondre sans problème, le ton de vos post semble parfois dépasser ce cadre et adopter un esprit « vengeur » plus que réfléchi. Vous me répondrez – à juste titre – que ce mode d’échange ne permet pas toujours de refléter toutes les subtilités du fonds de notre pensée. Aussi, je me plie de bonne grâce à l’exercice sans pour autant tomber dans la réponse au catalogue que vous avez relaté. Vous trouverez des réponses aux actes dans le premier post que j’ai laissé (petit rappel toutefois : incendie du local de l’UNEF-ID, attaque du comité de vigilance du XI ème arrondissement sont autant d’infractions où j’ai été mis hors de cause).

1) « Mais où et quand êtes-vous revenu sur vos engagements ? Citez-moi vos sources car, personnellement, je ne l'ai pas vu !! »
Je vous engage sur ce point particulier à mieux chercher : vous trouverez ma position sur mes engagements de jeunesse un peu partout sur internet qui relaye les droits de réponse parvenus à Libération, à la Nouvelle République ainsi que le communiqué que j’ai fait parvenir aux instances universitaires. Je vous signale en outre avoir rejoint les historiens du droit à l’origine d’une déclaration publique (que j’ai signée) condamnant « les actes et discours racistes, antisémites et négationnistes ».
2) « comprendre comment une personne ayant eu un casier judiciaire comme le vôtre puisse devenir un jour professeur... »

La réponse est double : d’abord en travaillant. Quant à mon casier judiciaire et bien précisément et c’était là l’objet de mon premier post, beaucoup de choses qui me sont reprochées étant inexactes, il ne semble pas que ce casier ait été aussi chargé qu’on a bien voulu le prétendre.

3) « juste du courage »

Sur ce point vous me permettrez de vous confirmer qu’il en faut. Car si avec vous nous échangeons par mail, il a bien fallu aussi que j’explique les événements à mes étudiants.

4) « durant la période 1995/2002 »

Le maniement des dates est lourd de conséquences : en 1995 j’étais loin d’être à Paris et en 2002 cela faisait un petit moment que j’avais quitté cette mouvance.

5) « Vos propos n'ont pas été tenus ou n'ont-ils pas été déclarés comme condamnables par la justice ? (ce qui est bien différent...) »

Tous les propos tombant sous le coup de la loi (antisémitisme, apologie du nazisme…) n’ont jamais été tenus. C’est l’objet de la fameuse décision du TGI qui semble tant vous intéresser. Je vous invite dans ce cas à vous adresser directement au greffe de la 17ème chambre correctionnelle. Pour ceux qui ont été tenus, j’ai dit ailleurs ce que j’en pensais.

6) « Si ces propos n'ont pas été tenus par vous-même alors prouvez-le moi »

Je peux répondre à vos interrogations, mais en aucun cas n’ai quelque chose à vous prouver.

7) « les procès en diffamation vont fleurir... »

C’est le cas.

8) « je n'invoque que des faits qui vous ont été reprochés par la justice »

Précisément, vous semblez vous y substituer. De deux choses l’une : soit c’est le cas et alors aucun débat n’est possible, soit vous accordez encore quelque crédit à la fonction judiciaire et je vous demanderai d’avoir l’obligeance de respecter ses règles et ne plus invoquer des faits passés et déjà jugés (et qui remontent à 1998 !). Dans cette dernière hypothèse, j’accepte volontiers de poursuivre la discussion ouverte ici.
Mais de grâce n'est-il pas plus intéressant de savoir ce que je pense aujourd'hui plutôt qu'il y a dix ans ?

Cordialement

Véronique

@ Benjamin

"Excusez-moi monsieur mais l'extrême gauche ne prône ni le racisme, ni l'antisémitisme, ni le rattachement à un quelconque passé dictatorial dans ses valeurs..."

En rapide, ce qui est le point de jonction entre l'extrême droite et l'extrême gauche, ce sont une même détestation et une même diabolisation que les premiers théorisent avec l'antisémitisme et que les seconds nomment l'antisionisme.

"C'est un nom terrible Camarade
C'est un nom terrible à dire
Quand, le temps d'une mascarade
Il ne fait plus que frémir
Que venez-vous faire Camarade
Que venez-vous faire ici
Ce fut à cinq heures dans Prague
Que le mois d'août s'obscurcit
Camarade Camarade "

Jean Ferrat - Camarade

Benjamin

Bonsoir

Monsieur Fleury a été président du GUD jusqu'en 2002 soit jusqu'à 25 ans !!!!

Excusez-moi monsieur mais l'extrême gauche ne prône ni le racisme, ni l'antisémitisme, ni le rattachement à un quelconque passé dictatorial dans ses valeurs...

L'oubli vous dites !!!! Au contraire, il ne faut pas oublier pour que le "plus jamais ça" ne soit pas qu'une formule dans le vent...

madjurist

Certes Benoit Fleury a eu par le passé des idées pour le moins condamnables... Il avait quel âge quand il a commencé au GUD ? 19 ans ???? Cette affaire s'est passée il y a plus de 10 ans, il a renié son passé et a droit à l'oubli ! S'il avait été d'extrême gauche, on n'en aurait jamais parlé... on a l'indignation sélective en France !!

Catherine JACOB

Benoit FLEURY
«Vous êtes libre de ne pas adhérer à ma position. Mais vous ne l'êtes pas d'invoquer des choses fausses ou tronquées. »

C'est même là le B.A.BA de la crédibilité et nécessairement aussi de la rigueur scientifique ! Malheureusement qui sait encore s'imposer par la force d'une démonstration plutôt que par la puissance de l'invective et la manipulation des faits ?
Ceci dit si je ne partage pas votre position il y en d'autres qui m'insupportent bien davantage. Comme cependant je ne peux pas le leur faire savoir, j'ai passé mon humeur sur un texte que j'ai enseveli sous les copié-collé de la vérité rétablie, ça ne sert a rien mais ça soulage... sans faire de mal à personne !

Benjamin

Bonsoir monsieur Fleury

Excusez moi mais j'ai l'impression que vous changez de position de post en post. Vos propos n'ont pas été tenus ou n'ont ils pas été déclarés comme condamnables par la justice ? (ce qui est bien différent...)

Mais où et quand êtes-vous revenu sur vos engagements ? Citez-moi vos sources car, personnellement, je ne l'ai pas vu !!

Encore une fois, je n'arrive pas à avoir la décision du TGI, pourriez-vous me la faire parvenir ?

Monsieur Fleury, je n'invoque que des faits qui vous ont été reprochés par la justice et l'université ou des propos que vous avez tenus. Propos qu'un journal a rapporté et qui ne doivent rien à mon imagination. Si ces propos n'ont pas été tenus par vous-même alors prouvez-le moi car si tel est le cas (je ne me permettrais pas de vous donner de conseil en matière judiciaire) les procès en diffamation vont fleurir...

Sachez, d'autre part, que mon but (aussi simple soit-il) n'est pas de vous faire faire acte de repentance (ce qui n'aurait pas de sens si vos opinons politiques n'ont pas divergé...) mais de comprendre comment une personne ayant eu un casier judiciaire comme le vôtre puisse devenir un jour professeur...

Je ne vous demanderai donc pas monsieur Fleury de repentance mais juste du courage face à mes interrogations et face aux faits et propos qui vous sont reprochés. Je m'offre de ce fait un droit de question qui vous laissera un libre droit de réponse (droit de réponse que vous n'avez pas toujours eu et que vous revendiquez).

Dans la période ou vous étiez président du GUD de 1995 à 2000 :

- Vous revendiquiez-vous comme quelqu'un de violent et aimant la "baston" ?

- Avez-vous incendié le local de l'UNEF-ID ?

- Déclariez-vous que Leon Degrelle était votre maitre à penser ?

- Vous déclariez-vous comme antisémite ?

- Pensiez-vous que l'Islam était un danger pour la civilisation européenne ?

- Vous revendiquiez-vous comme étant un "facho" ?

- Avez-vous pris deux mois d'exclusion ferme et 18 mois d'interdiction de fac pour avoir "frappé un mec" ?

- Avezvous dit "salut les youpins" à un groupe d'étudiants ?

- Avez-vous attaqué le comité de vigilance du XIéme arrondissement qui manifestait devant une librairie ?

- Votre groupe a-t-il lors d'une réunion dans un restaurant le 22 octobre 1999 passé à tabac le patron de ce restaurant ?

Je me doute bien que certaines personnes vont crier au scandale en me traitant d'inquisiteur ou en disant que cela ne me regarde pas. Sachez monsieur Fleury que je ne suis pas ici pour vous jugez ou pour m'immiscer dans votre vie privée mais bien pour savoir si ce que l'on vous reproche durant la période 1995/2002 est véridique ou dénué de fondement. Et de ce fait, si ils sont véridiques, je ne vous demande pas de vous en repentir mais de savoir si vous les assumez ?!

Ktrin

Bonsoir,

Je laisse M.Fleury converser avec Benjamin... traiter du fond.
Je n'ai plus rien à dire.
Bonne soirée à tous !)

Benoit FLEURY

@Ktrin
Croyez bien Madame que je suis désolé que ce débat dont on ne pouvait que se féliciter de la forme, ait finalement eu raison (un bref instant) de votre calme.

@ Benjamin
J'avais l'impression d'avoir été clair. Pardonnez-moi si cela n'a pas été le cas. Les propos que vous m'attribuez n'ont pas été tenus ainsi que l'atteste la décision du TGI mentionnée ci-dessus.
Ensuite, il ne s'agit pas d'amnistie : inutile donc d'en vouloir aux Présidents successifs, mais de réhabilitation. Vous êtes juriste me semble-t-il : cela doit donc vous parler.
Et si je ne suis pas revenu ici sur mes engagements, c'est parce que cela a été fait ailleurs et publiquement et qu'effectivement le caractère posé des commentaires ici permet d'ouvrir un débat et d'échanger des points de vue calmement, sereinement. J'ai donc simplement souhaité apporter quelques précisions d'ordre matériel qui me semblaient répondre à certaines interrogations des commentateurs et pourquoi poursuivre la discussion.
L'objectif ici était donc éloigné de celui que vous attendiez : une repentance publique. Encore une fois, j'ai dit ailleurs ce que je pensais de mes engagements de jeunesse. Vous êtes libre de ne pas adhérer à ma position. Mais vous ne l'êtes pas d'invoquer des choses fausses ou tronquées.
Cordialement

Catherine JACOB

Nicolas

"Mais un président de la République ne doit pas se laisser aller."

Du moins en public qui plus est sous le nez de multiples caméras de télé et/ou micros de radios !
En revanche on peut tout de même l'autoriser à se laisser aller par ex. dans sa salle de bain sinon il va finir par imploser le pauvre !

Nicolas

Michel Volle a écrit:

Lors de sa visite au salon de l'agriculture le 23 février le président de la République a dit "casse toi, pauvre con !" à un quidam qui refusait de lui serrer la main. J'ignore si cela améliorera la cote de Nicolas Sarkozy dans les sondages (voir évolution de l'opinion) mais cela nous invite à parcourir le trésor d'expressions qui, associant diverses épithètes (grand, gros, sale etc.) au substantif "con", couvre l'éventail du péjoratif. C'est une des richesses de notre langue orale et ses nuances sont un secret qu'un étranger aura du mal à percer.

En voici un aperçu, sans prétendre épuiser la liste :
- Le vrai con est quelqu'un dont la stupidité ne fait absolument aucun doute ;
- le pauvre con est un pauvre bougre, pas malin, envers lequel on éprouve une commisération quelque peu méprisante ;
- du sale con on doit attendre qu'il joue de sales tours ;
- le mauvais con, plus dangereux, jouera de mauvais tours ;
- le gros con, lourd et poussif, ne comprend rien à rien ;
- le jeune con, s'exagérant la portée de son expérience, commet des impairs ;
- le vieux con, attaché à ses habitudes, est incapable de comprendre une nouveauté ;
- le grand con est un niais qui, du haut de sa prétention, dédaigne la réalité ;
- le petit con, lui aussi prétentieux, est en outre un sournois.

* *

Notre langue orale abonde en termes péjoratifs : son génie, qui est aussi celui de notre nation, n'est ni paisible ni complaisant.

Ces termes ne s'écrivent jamais et mieux vaut ne pas les prononcer à voix haute, surtout à proximité d'un micro : lorsque Alain Juppé a dit "pétasses" pour désigner les dames qui faisaient partie de son gouvernement, que Patrick Devedjian a qualifié Anne-Marie Comparini de "salope", que Mme de Panafieu a qualifié Delanoë de "tocard", cela ne leur a pas fait honneur.

Tous ces mots appartiennent à la langue intime que l'on se parle à soi-même et qui permet de purger une tension, notamment quand on conduit sa voiture. Je n'écrirai certes pas ici les qualificatifs dont j'affuble, dans cette langue-là, les personnes qui me contrarient : ils sont beaucoup plus grossiers que le "pauvre con" qu'a émis Sarkozy dans un moment de laisser-aller.

Mais un président de la République ne doit pas se laisser aller. Ayant donné le mauvais exemple il ne faudra pas qu'il s'étonne si, dans une manifestation, apparaissent un jour des pancartes où se lira "Casse toi, pauvre con !".

Benjamin

A Ktrin

Vous avez fait vos petits effets de manches concernant mes prétendues "insultes", c'est votre tactique, je la respecte, très bien.

Sauf que dans ce grand débat civique qui nous oppose vous avez oublié, malencontreusement j'en suis sûr, de répondre sur le fond.

Je vous engage donc à relire, attentivement, mon post précédent afin que vous me répondiez sur les problèmes de fond.

Ne refusez pas vous-même un débat démocratique de fond en ergotant sur des problèmes de forme qui n'ont pas lieu d'être...

J'attends votre réponse (sur le fond cette fois...)

Ktrin à Benjamin qui sous-entend que je suis sympathisante des idées fascistes. Part. 2.

A Benjamin :

De nouveau moi :


"D'autres gens du même acabit exercent des responsabilités au sein de l'Etat, et alors ? Parce que des gens de cette engeance sont passés à travers les mailles du filet, nous devrions laisser passer toutes les personnes qui se réclament du fascisme ? C'est un comportement moutonnier ma chère Ktrin, qui n'a pas de sens..."

Oui, cela s'appelle la DEMOCRATIE. Tous les partis ont le droit d'exister s'il n'appellent pas à la dictature.

On peut ne pas être d'accord, certes, mais le fait de m'accuser d'être sympathisante des idées de M.Fleury alors que j'exprimais mon approbation d'un réel débat civique sur ce site, est une réaction de refus du débat démocratique et, puisque vous ne connaissez rien de ma vie, des propos que j'ai beaucoup de mal à accepter.

En fait, après coup, je me prends à sourire sur vos propos pleins de suspicion (il s'agit de + que de la suspicion, par ailleurs).

Votre énergie à m'accuser n'a rien à envier au ton convaincu de ceux dont vous n'acceptez pas l'existence.

Je vous conseille de prendre de la distance avec le sujet.

Je pense (je dis bien : "je pense" et je n'exprime pas d'injonction) que vous feriez mieux de mettre votre énergie à combattre les idées que vous détestez au lieu d'insulter (étant donné mes opinions politiques sur le racisme ou le fascisme, je prends vos propos comme une insulte) des inconnu(e)s.

Bonne soirée.

P.S : Bêêêê... j'aime beaucoup les animaux et je prendrai vos propos comme un compliment. Par contre, je ne suis pas votre "chère Ktrin".


Philippe,

C'est sur un ton léger que j'achève ce post car je suis assez fâchée après moi-même de m'être ainsi justifiée mais je ne pouvais pas laisse passer "ça" ! :)

Bon we à tous !


Ktrin à Benjamin qui sous-entend que je suis sympathisante des idées fascistes.

A Benjamin :

"Excusez-moi mais ce passé n'est pas "dérangeant", il est tout simplement honteux ! (à moins, bien sûr, que vous ne le cautionniez...)
Alors pour finir, ma chère Ktrin, laissez-moi vous dire que la tentative d'oubli voire de réhabilitation de certains étudiants vis-à-vis de groupuscules d'extrême droite fasciste à Poitiers est, à mon sens, franchement navrante. Ayez au moins le courage d'exprimer vos opinions clairement en disant que vous soutenez ce genre d'action...A moins bien sûr que ce soutien ne soit "dérangeant"..."

Je vous répondrai bien calmement que vos suspicions sont outrageantes.

Ce sera tout car ce n'est pas parce qu'on ne partage pas les opinions des autres qu'il faut les insulter.

Bonne soirée.

Benjamin

Mais ma chère Ktrin vous confondez tout !!!!

Est-ce parce que vous ne connaissez ce chef de groupuscule d'extrême droite que depuis quelques semaines seulement que ses propos n'auraient pas d'importance ?!

Mais à qui a-t-il certifié qu'il avait changé ? Il n'a même pas, ici, exprimé de remords !!!

Quel est le rapport avec la détention de sûreté qui aggrave la non réhabilitation d'un homme au sein de la société et le combat pour la radiation de monsieur Fleury ?

De la tolérance vous dites !!! Mais quelle tolérance peut-on avoir envers quelqu'un qui exprime publiquement son envie de violence, de voir l'Etat d'Israël rayé de la carte et j'en passe ?!!!!

La justice a donné des réponses ? Des réponses que le président de la République a bafouées en amnistiant monsieur Fleury !!!!

D'autres gens du même acabit exercent des responsabilités au sein de l'Etat, et alors ? Parce que des gens de cette engeance sont passés à travers les mailles du filet, nous devrions laisser passer toutes les personnes qui se réclament du fascisme ? C'est un comportement moutonnier ma chère Ktrin, qui n'a pas de sens...

Un passé "dérangeant" dites-vous !!! Comme si celui-ci ne serait pas mauvais en soi mais plus embêtant pour la morale publique et l'image générale de l'université. Excusez-moi mais ce passé n'est pas "dérangeant", il est tout simplement honteux ! (à moins, bien sûr, que vous ne le cautionniez...)

Alors pour finir, ma chère Ktrin, laissez-moi vous dire que la tentative d'oubli voire de réhabilitation de certains étudiants vis-à-vis de groupuscules d'extrême droite fasciste à Poitiers est, à mon sens, franchement navrante. Ayez au moins le courage d'exprimer vos opinions clairement en disant que vous soutenez ce genre d'action...

A moins bien sûr que ce soutien ne soit "dérangeant"...

Cactus même pas honteux

"Shame shame shame, shame on me !"
même pas honte, moi, de me faufiler en ce vrai fil porteur de sens multiples pour dépoussiérer une de mes chansons vieilles, comme disent les Britiches !

sinon "casse toi pauvre con" est repris depuis la rentrée par un élève sur deux ; me voilà bien mâle Loti, mon Pierre ! (ils m'ont même demandé de leur donner l'expression anglaise correspondante pour me mettre à l'épreuve, j'ai les preuves écrites en plus ).

sinon encore j'ai revu avec délectation l'épisode _ Chirac en Israel : " do you want me to go back to France etc etc etc ? " très énervé , puis un " BONJOUR ! " très cool et courtois en chute finale MAGNIFIQUE : du Louis De Funès en mieux ; un grand acteur, ce Chirac là !!!!
Sissi aussi !

roland.f

Ces pétitionnaires empêchant ce professeur d'enseigner auraient-ils réagi de même contre Boudarel qui participa au martyr des soldats français prisonniers des Viets ? Probablement pas !

Chloé et Pierre

On ne peut que condamner les actes commis et les opinions pensées par Benoît Fleury dans le passé. Par ailleurs, on remarquera que pour cela, il a été sanctionné et puni. On ne refera pas tout l’historique des propos qu’il a tenus, des agissements qu’il a eus et des condamnations prononcées à son encontre car, au fond, n’est-ce pas donner de l’importance à un homme dont la plupart des gens ignoraient l’existence, il y a quelques semaines ? Cependant, il déclare avoir changé. Il semblerait que ce ne soit pas de petites paroles dites en l’air car il l’a certifié à maintes reprises. On ne peut donc lui faire un procès d’intention car ce serait accepter le fait qu’un Homme ne puisse changer et que toute sa vie, on lui reproche d’être ce qu’il a été. Il est nécessaire de lui laisser le bénéfice du doute.
N’oublions pas que les mouvements ayant engagé l’action contre Benoît Fleury sont aussi ceux qui prônent le fait que la rétention de sûreté soit une mauvaise mesure. Quelle différence y a-t-il entre maintenir un criminel ayant purgé sa peine, sous prétexte qu’il puisse recommencer et la volonté de refuser l’arrivée d’un professeur au sein de l’université du fait de son passé ?
On le considère encore comme un raciste, un antisémite… Mais dans tous ces propos, où trouve-t-on cette tolérance si chère aux plus grands moralisateurs ? Est-ce le symbole de l’application du dicton « faites ce que je dis mais pas ce que je fais » ?!
L’université et une grande diversité de personnes se focalisent sur des questions auxquelles Assas en excluant plusieurs mois Benoît Fleury par exemple, et la Justice ont déjà donné des réponses. Oui, ce qui est révoltant, c’est que l’Université n’est pas là pour juger l’homme mais sa capacité à exercer ce pour quoi on l’a laissé étudier.
Nous sommes étudiants à la faculté de Droit de Poitiers et nous aurions honte qu’il ne vienne pas enseigner à Poitiers au seul prétexte d’avoir un passé dérangeant, du même acabit que d’autres personnes qui elles, exercent maintenant dans les plus hautes sphères de l’Etat ou de l’Europe.

Ktrin à Philippe et à M.Fleury

Bonsoir,

Je trouve cela rare et excellent : le sujet concerné, M.Fleury, a répondu. Calmement.
Voilà ce que j'appelle un débat démocratique.

Bravo Philippe : vous parvenez à ouvrir un dialogue "sensible" sans cris ni larmes !
Je ne peux que vous en féliciter. Et dire à monsieur Fleury, bien qu'étant d'origine vietnamienne, combien j'admire son courage de se "mouiller" davantage en prenant part à cette discussion.
Bonne semaine à tous !

Benjamin

Bonjour,

Je comprends, monsieur Fleury, que vous ne désiriez pas me répondre sur ce blog, ça je peux le concevoir.

Et bien écoutez monsieur Fleury, je suis étudiant à la faculté de droit de Poitiers et j'attends avec impatience que vous vous expliquiez sur ces propos (à la rigueur je peux vous passer mon adresse mail).

Je n'arrive pas à avoir le lien de la décision du TGI, mais pourquoi dites-vous "prétendue interview" ?

Même si le TGI ne vous a pas condamné, ne trouvez-vous pas vos propos indécents ?

Benoit FLEURY

@Benjamin

Cher Monsieur

Pourquoi ne vous répondrai-je pas ?
Simplement ce n'est pas le le lieu. Ce n'est pas la vocation de ce blog. J'ai dit ailleurs ce que je pensais de mon engagement de jeunesse.
Pour la prétendue interview, je vous renvoie à la fameuse décision du tgi mentionnée ci-dessus me relaxant de tout propos contraire à la loi.

Benjamin

@Benoît Fleury

Bonjour

Etant étudiant à la faculté de droit je ne vous connais pas et je ne connais pas forcément en détail votre parcours syndical.

Cependant je me rapporte à vos dires, et donc de ce fait à cette fameuse interview de mars 1999 de l'Echo des savanes, et aux témoignages d'étudiants d'Assas.

De ce fait je vous engage à vous relire (voici le lien : http://www.re-so.net/spip.php?article4261) lorsque vous dites que vous assumez votre passé. Alors vous pouvez disserter sur la nature de votre syndicat, de son affiliation politique, de son rexisme présumé mais monsieur Fleury, moi, je vous parle de faits ; de faits que vous rapportez lors de cette interview !!!

Enfin monsieur Fleury je ne remets pas en cause vos qualités de professeur, mais déclarer à un groupe d'étudiant : "salut les youpins"... Que pensera de sa note un élève d'origine juive lorsque vous lui rendrez sa copie ?

Je rappelle que dans cette interview vous posez comme grand principe la violence physique, un antisémitisme que vous cachez à peine, un fascisme que vous revendiquez (au sens social en plus !!! Je vous conseille un livre qui se nomme "Fascisme et grand capital") et j'en passe.

Alors monsieur Fleury, je me doute que vous ne me répondrez pas mais tant pis, êtes-vous toujours en accord avec le genre de propos que vous revendiquiez en 1999 ?

Diane de Poitiers

En décembre 2000, une trentaine de médecins de la Vienne ont saisi la LDH, la LICRA, le MRAP, etc... suite à un article du président du conseil de l'Ordre (dont ils demandaient la démission) dans lequel il rappelait que cette institution fut créée par l'ordonnance du 24 septembre 1945, succédant à celle qui avait été instituée par le gouvernement de Vichy en 40. Il avait eu l'imprudence d'écrire : .."ne peut-on pas imaginer que le pire des gouvernements ait eu quelques bonnes idées ?"
Il a été accusé de "révisionnisme" !
On s'amuse bien à Poitiers, non ?

Benoit FLEURY

Monsieur l’Avocat Général,

Ayant toujours eu grand plaisir à vous lire je n’avais jamais envisagé de faire un jour l’objet de l’une de vos notes, et a fortiori d’une polémique de cette ampleur. J’ai, ces derniers temps, longtemps hésité pour vous répondre : prendre la plume ou utiliser la voie du courrier électronique ?

En définitive, j’ai choisi les deux : l’écrit que je me permets de vous adresser n’a rien de particulièrement secret, mais il m’a semblé utile d’y ajouter celui-ci, ne serait-ce que pour vos commentateurs, dont les propos souvent posés appellent parfois des remarques, des correctifs ou plus simplement des réponses.

Dans votre argumentaire, vous n’avez pas souhaité évoquer mon parcours passé et je vous en remercie vivement. La démonstration par les principes en sort grandie me semble-t-il. On aura beau jeu de critiquer les juristes et leur reprocher de ne s’atteler qu’au droit (remarque que l’on peut lire ici et là dans notre affaire). Dura lex sed lex. Ces critiques ont-ils seulement pensé qu’un jour, dans des circonstances bien différentes, le droit si décrié pourrait être leur dernier recours ?

Toutefois dans mon cas particulier, une part importante d’émotion nécessite de ne pas occulter totalement l’aspect factuel.
Militant politique, du côté nationaliste, je ne cherche ni à nier ni à minimiser mon engagement passé. Je l’assume et me suis par ailleurs exprimé là-dessus dans différents journaux (lorsque la rédaction publie le droit de réponse). Encore faut-il, vous me l’accorderez, ne pas tomber dans l’excès à cet égard. Mon « pedigree » ne comporte aucun « incendie volontaire » (@ Jean-Dominique Reffait), ni « d’attaque contre la police » (@ Le hérisson) et encore moins « d’attaques à la hache ou à la bombe mineure » (@Kartoffel, @Benjamin) et bien des propos qui me sont prêtés n’ont jamais été prononcés (en ce sens une décision de relaxe de la 17ème chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris en date du 13 février 2001). Enfin, je n’ai jamais encouru de peine de prison ferme (@EK). Mais dans notre société, l’exactitude des faits est souvent moins vendeuse que le scandale.
Je sais Monsieur l’Avocat Général que cela n’aurait pas altéré votre rigueur dans l’application des principes, mais il m’a paru important de le souligner.
Alors oui j’ai été à Paris II - du fait que je siégeais au conseil d’administration de l’université - l’un des représentants les plus en vue du syndicalisme nationaliste. Mais, cher Irnérius, vous m’autoriserez j’en suis sûr à compléter votre présentation : ce mouvement n’était pas plus « révolutionnaire national socialiste » que « néo-paganiste ». Le « nationalisme assassien » a toujours regroupé des jeunes gens d’horizons différents, représentant les divers courants complexes de cette droite radicale. Un point commun les unissait : le ras-le-bol de l’omniprésence des syndicats de gauche dans l’université avec la volonté de préserver la dernière faculté dans laquelle leur liberté d’expression était tolérée. Pour ma part, je suis chrétien sans affinités particulières pour le paganisme ainsi entendu. Tout cela est bien sûr un peu schématique, erroné, excessif... bien des qualificatifs trouveraient à s’appliquer, comme ils s’appliqueraient d’ailleurs à une bonne partie de la jeunesse. Ne voyez dans ces lignes, ni justification, ni minimisation, mais un simple souci de précision.
La justice aurait-elle réhabilité un bûcheron fanatique et incendiaire doublé d’un poseur de bombes ?
Ainsi Monsieur François F. ou Benjamin, vos remarques sur « le scandale de l’amnistie » appellent quelque pondération. Oui bien sûr il y a eu des excès dans mon engagement passé, excès condamnables et condamnés, mais il y a bien des faits que l’on m’impute qui n’ont guère eu besoin de réhabilitation (puisqu’il s’agit ici de réhabilitation plus que d’amnistie proprement dite), et pour cause...
Quant à la procédure qui vous paraît choquante, elle se nourrit de l’histoire de notre doctrine pénale, un équilibre toujours difficile à trouver entre prévention, répression et réhabilitation. Si vous ôtez l’un de ces trois aspects, le système pénal se perd et le droit « se dérobe » pour reprendre la formule du Professeur Dominique Rousseau. La peine trouve son fondement dans le trouble occasionné à la société par le délinquant, mais le droit de la société à le punir se justifie aussi parce qu’elle est capable de lui pardonner. La peine et le pardon, le châtiment et la miséricorde constituent deux aspects inséparables du droit pénal (sujet d’actualité s’il en est).
Enfin, pour clore cet aspect et dans mon cas, vous voudrez bien vous souvenir qu’il est pénalement interdit de faire état des condamnations passées, d’autant que l’exeptio veritatis n’a plus lieu d’être.

Mais, puisqu’elles ont été révélées au mépris du droit, et qu’elles suscitent des réactions controversées sur ma capacité à enseigner notre belle matière, j’ajouterai - à l’attention de ceux-là même qui le bafouent - que je dispense déjà des cours à l’université depuis six ans sans que cet enseignement soit remis en cause. Point donc de « prosélytisme douteux » (@Kartoffel, @Banastère). Et pour vous répondre encore plus directement @Kartoffel , quel serait le point positif de ma nomination dans l’enseignement supérieur ? La réussite de l’institution. Oui, Monsieur Chassaing, vous avez raison de rappeler votre croyance, notre croyance en l’institution.
Il est difficile, voire impossible de travailler des années une thèse en conservant des œillères. La recherche universitaire nécessite une écoute aux travaux et aux critiques des autres : elle est tout à la fois leçon d’ouverture et leçon d’humilité. Et puisque le principe du concours d’agrégation et notamment de cette fameuse leçon de 24 heures a été expliqué (@observateur des étranges coutumes universitaires), je vous confierai une anecdote.
Il y avait dans mon équipe une ancienne militante de l’UNEF-Assas. Nous nous sommes fermement opposés, au temps de nos engagements respectifs. Puis nous nous sommes retrouvés à la Bibliothèque Nationale au temps de nos recherches, pour finalement devenir amis au point qu’elle m’assiste aujourd’hui publiquement dans cette épreuve.

Voilà ce qu’est la hauteur de notre institution,voilà ce qui fait toute sa beauté et voilà aussi et surtout pourquoi nous devons la préserver.

Benoit FLEURY

Benjamin

Mais quel beau rôle vous tenez là monsieur Bilger !!!!

Vous défendez la pauvre victime Benoît Fleury qui en toute légitimité a frappé et refrappé, insulté, calomnié, injurié les étudiants de gauche et d'ailleurs dans le fief fascisto-bourgeois d'Assas.

Vous défendez l'homme qui s'est ouvertement réclamé du fascisme de Léon Degrelle et d'un antisémitisme virulent, qui s'est fait interdire de faculté pour avoir lancé à un groupe d'étudiant : "salut les youpins".

Chef d'un groupe d'extrême droite qui a posé une bombe dans une librairie !!!

Mais quel beau rôle monsieur Bilger, vous irez expliquer aux familles et victimes de ce groupuscule neo-nazi comment cet homme est rentré dans la fonction publique avec un si lourd passé.

Vous monsieur Bilger, on peut dire que vous êtes quelqu'un !!! Quelqu'un qui défend les opprimés, les vrais...

Bonnes continuations

Riéra James

Bonjour,

Bien que n'ayant pas vérifié la chose, il semblerait que des ex-poseuses de bombes du FLN ( bombes qui ont aveuglément tué femmes et enfants) enseigneraient notamment à Toulouse. Une récente émission de FR3 leur faisait une part élogieuse !!


La France a une prédilection pour culpabiliser et récompenser ses ennemis (places importantes au sein de différentes administrations comme s'il manquait des gens compétents parmi ceux qui l'ont servie !) au détriment de ceux qui l'ont servie (voir Harkis et Indochinois). On s'aperçoit que quel que soit le parti régulièrement élu lors des élections, c'est toujours la "gauche" qui en fait gouverne.

Cordialement


Catherine JACOB

@observateur des étranges coutumes universitaires

«j'ai lu dans les commentaires beaucoup d'imprécisions à ce propos.»

Pardonnez-moi j'ai raisonné sur la base de l'agrégation de philo dont l'écrit est effectivement anonyme. En ce qui concerne l'agrégation de langue et culture japonaise [ dont infos - Incomplètes - à cette adresse http://nippongo.free.fr/agreg.html ], vu le nombre de postes le nombre de candidats et le nombre de préparations antagonistes, l'anonymat est purement formel - je vous lirais bien un courrier d'un membre du Jury [à la retraite désormais ] rattaché à une commission d'agrégation dont le président [ http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Jacques_Origas ] était à lui tout seul : le conseil constitutionnel - le 1er président de la Cour de cassation - le président de la République et son garde des Sceaux, s'exprimant par écrit [c'est rare] relativement à un incident ayant motivé l'annonce d'une enquête administrative qui n'a jamais abouti, mais j'ai eu assez d'ennuis comme ça avec eux pour ne pas les réactiver.

Je citerai néanmoins l'une des remarques d'un ancien directeur de «The National Institute for Japanese Language: http://www.kokken.go.jp/en/ » et qui est que ce concours n'avait de concours ainsi que d'examen de japonais que le nom. La première reçue à cette agrégation a été Madeleine LEVY auteur du 1er cours de japonais du CNED dont je conserve soigneusement le bêtiser ahurissant et qui a suscité par un moment une véritable levée de boucliers. Ceci étant les choses ont changé mais malgré tout le problème est qu'elles aient été...
Lorsque jai présenté pour la première fois des élèves à l'option de japonais du Baccalauréat, le jury était constitué d'un candidat reçu à l'occasion de la deuxième session du concours ci-dessus évoqué : Pascal GRIOLET [ http://www.ceei.univ-paris7.fr/03_reseau/01/griolet/fiche.html ] à savoir quelqu'un qui savait au moins respecter les règles, et les notes ont été comprises entre 18/20 et 15/20.
Par la suite, il a été remplacé par des gens qui, tel maître tel valet, ont fait leurs propres règles [ - ont changé arbitrairement les normes du BO officiel sans au moins prévenir tous enseignants susceptibles d'être concernés- ]. M'étant plainte au service des examens et concours de l'académie concernée, toutefois après que la candidate concernée ait eu son bac, ce afin de ne pas lui porter préjudice [ elle a malgré tout été reçue avec 14/20 puis a choisi de faire ensuite du japonais à l'Inalco où elle a été dispensée d'un certain nombre de cours sur la base de son niveau réel, ce qui lui a permis de se concentrer avec profit sur le reste ], mon cours d'option langue vivante de la licence de lettres modernes, cours dont le programme mis en ligne par l'université sur son site mentionnait cependant mon nom au titre de celui de l'enseignante qui en avait la charge, a fait l'objet d'une suppression le jour même de la rentrée et les étudiants inscrits invités à changer d'option sous un prétexte quelconque.

Après avoir lu vos explications concernant «ce qui n'est pas une partie de plaisir», je pense vraiment que les autres concours devraient s'en inspirer, notamment concernant l'épreuve éliminatoire, bien qu'à l'issue d'une épreuve anonyme bien sûr! En fait je pense qu'une bonne agrégation devrait s'inspirer un peu des différentes formules en vigueur.

Irnerius

Suite et fin ?
La mise au point et les rétractations solennelles de M. le Professeur Fleury (v. info J.D.D.) vont-elles mettre fin à l'élan révolutionnaire que l'annonce de son arrivée à la Faculté de Poitiers avait provoqué parmi les masses prolétariennes, soulevées par une indignation vertueusement anti-fasciste ? Il faudra sans doute que ce jeune agrégé fasse encore son autocritique publique devant le Tribunal du Peuple (revendication déjà exprimée par les syndicats maoïstes, pour sûr), - à moins que ne soit rapidement instruit un procès équitable, conduit selon une bonne vieille méthode moscovite (requête introduite, dit-on, par les collectifs marxistes-léninistes). Le grand soir n'est pas pour demain matin, pensera-t-on... Dans le Poitou, où les distractions politiques sont rares et rustiques, les révolutionnaires du pays doivent déjà regretter que Monsieur Fleury ne soit pas celui qu'on aurait tant aimé qu'il fût. Son arrivée à Poitiers ne sera donc pas une marche sur Rome, mais il n'est pas question encore de démonter les barricades ! S'est-on intéressé au passé du Major de l'agrégation de droit public ?

Christine L

Je vais prendre le contre-pied de toutes les interventions, mais personnellement, je suis profondément choquée de voir qu'une faculté, Président y compris, doive se battre contre l'arrivée d'un professeur. Ce qui me choque, c'est que l'on puisse imposer un professeur à une université, que ce soit M. Fleury ou M.Tartempion.
Je travaille dans une université (publique) d'un pays voisin et en vous lisant, j'ai l'impression de débarquer dans un autre monde. Ici, les facultés sont seules maîtresses en ce qui concerne l'engagement des enseignants (et de tout leur personnel d'ailleurs). Les recrutements se font par voie d'annonces nationales et internationales ainsi que sur le site internet de l'université, sur base d'un cahier des charges. Les seules contraintes sont le respect des conditions minimales du cahier des charges, des budgets et des quotas.
Il n'y a jamais d'interférences ou de pressions "d'en haut" pour l'engagement d'un collaborateur, même administratif.



Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS