« Pas d’argent contre l’école | Accueil | L'honneur de Frédéric Mitterrand »

06 octobre 2009

Commentaires

Laurent Dingli

Que sommes-nous en train de faire ?

youtube

Laurent Dingli

@ Alexandre,

Le problème c'est que les facteurs se conjuguent pour aboutir à une situation alarmante, pour ne pas dire catastrophique.

Dites-moi, cher ami, des "paroles verbales", vous ne trouvez pas le pléonasme un peu osé ?

Alex paulista

@ Laurent

On ne peut pas savoir. Certaines carpes pullulent dans les ports les plus sales.
Toutes ces batailles d'experts me fatiguent. Tout le monde constate que notre empreinte sur l'environnement atteint des proportions dangereuses, tâchons de la réduire.

Tout le reste est inutile et malfaisant.

Mieux que des paroles verbales, envoyons les sceptiques nettoyer les plages mazoutées.
J'ai vu les eaux libanaises après les attaques israéliennes sur leur centrale thermique n fois détruite et reconstruite. C'était vraiment immonde.

Marie@Aïssa

@Aïssa,

Les animaux d'aujourd'hui meurent de plus en plus avec des cancers, dus à la nourriture ???
J'ai perdu plusieurs animaux du fait de cette maladie !


L'Homme aime détruire... ce, de tout temps !
voir sur mon prénom le lien qui conduit aux magnifiques peintures d'Alfredo Rodriguez !

et voyez ceux après :

http://terresacree.org/concentr.htm

http://terresacree.org/etaplane.htm

Laurent Dingli

Mon cher Aïssa,

Il y a quelque chose que, peut-être, vous ne concevez pas ; c'est qu'il ne s'agit plus de savoir désormais quelle sera l'espérance de vie de l'humanité, mais si l'humanité a encore un avenir. Vous savez certainement que les poissons pourraient disparaître d'ici une quarantaine d'années si une modification de notre système délirant de prédation n'est pas mise en place. Ne vous focalisez donc pas sur l'espérance de vie du troupeau de vieillards bedonnants que nous sommes ; cela ne veut strictement rien dire.

Laurent Dingli

Cher Aïssa, le recours à quelques exemples précis n'empêche pas de réfléchir. A moins d'être soi-même un ordinateur ambulant... Je dirais même que, paradoxalement, moins on a la tête encombrée de faits, plus notre esprit se trouve pour ainsi dire à son aise (sourire).

Aïssa Lacheb-Boukachache

Cher Alexandre, elle ne tient pas, votre hypothèse pour la raison évidente (je suis très étonné que celle-ci ne vous soit pas venue à l'esprit) que les animaux sont des êtres vivants et qu'en tant que tels ils sont soumis aux mêmes pollutions naturelles que nous... Un exemple: nous les mangeons, oui, mais que mangent-ils, eux ?

Cher Laurent, c'est votre réflexion qui est intéressante... Wikipédia et tous les dictionnaires, on s'en fiche. Cherchez en vous... Enfin, si vous le voulez... (sourire).


Aïssa.

Catherine JACOB@Laurent Dingli

@Laurent Dingli | 14 mai 2010 à 09:48
"Ceci dit, l'impact de l'alimentation sur la santé est depuis longtemps prouvé."

Il a même été récemment prouvé que l'alimentation pouvait être à l'origine de nombre de fausses couches. Or donc, évitons de changer de régime alimentaire sans rime ni raison et surtout au p'tit bonheur la chance dans les premiers mois de la grossesse, ce qui implique je pense d'éviter de voyager, car qui dit voyage, dit forcément autre mode d'alimentation!

Laurent Dingli

Alex paulista,

L'alimentation est fondamentale, mais elle n'est pas plus importante que la pollution. Vous pouvez mangez tous les fruits et légumes que vous voudrez, si vous manipulez de l'amiante, des pesticides ou respirez à longueur de journée du dioxyde de carbone, vos efforts alimentaires renforceront peut-être vos défenses, mais elles ne vous immuniseront pas pour autant contre de telles agressions.
Ceci dit, l'impact de l'alimentation sur la santé est depuis longtemps prouvé.

PS : Je crois que le calcium a plus de conséquences sur la taille que la consommation de viande. Je ne suis pas biologiste, mais pour le monde vivant en général, l'adaptation au milieu n'est-il pas le critère principal de la croissance ? Il me semble que les plus grands animaux terrestres de la préhistoire étaient végétariens. Allez, cher viandard, arrêtez de défendre votre amour du beefsteack par des moyens détournés (je plaisante !)

Laurent Dingli

Aïssa, on peut mesurer l'évolution d'une maladie sur une période beaucoup plus courte, ce qui est assez éloquent. Il en va de même pour l'apparition de pathologies nouvelles qui ne sont pas forcément liées au vieillissement de la population dans les pays riches.

Pour l'Alzheimer, il faut en effet rester prudent puisque je lis, entre autres, dans Wiki (eh oui ! chère Preud'homme !) :

"Alors que l'hygiène de vie joue un rôle avéré dans le risque d'apparition et de progression de la maladie, diverses études épidémiologiques et toxicologiques ont aussi mis en exergue des facteurs de risques environnementaux tels que la présence de métaux comme l'aluminium dans l'environnement, tout particulièrement sous forme hydrique (Henri Pézerat, André Picot et l'étude Paquid menée par l'Inserm dans 75 communes françaises[3]). Évoquant le doute, les autorités sanitaires et politiques (conférence de presse du ministère de la Santé, 14 octobre 1998) n'ont pas encore décidé de réduire les normes applicables aux taux d'aluminium dans l'eau de consommation. De même, ont été soulevés le problème de l'exposition à des solvants ou aux champs électromagnétiques ou encore le contact avec les métaux lourds (notamment le mercure des amalgames dentaires). Mais, à l'heure actuelle, la communauté médico-scientifique ne s'accorde pas sur l'interprétation des résultats de recherche".

Pour le reste, Jean-Marie Pelt précisait dans une communication en 2007 :

"Si la charge chimique de l'environnement n'est probablement pas la cause unique des pathologies aujourd'hui en pleine expansion, telles que la bronchiolite, l'asthme, les allergies, la stérilité masculine, les malformations néonatales chez les garçons et naturellement les cancers, il n'en reste pas moins que la rapide montée en puissance de ces pathologies doit être évaluée en songeant qu'entre 1930 et 2004, la production mondiale de substance chimiques, la plupart non testées avant leur mise sur le marché, est passée d'un million de tonnes à 400 millions de tonnes. Parmi ces nouvelles pathologies, le cas du cancer mérite réflexion. Passant de 125 000 à 150 000 décès entre 1980 et 2000, le nombre de cancers nouveaux décelés passait de son côté, durant le même laps de temps, de 170 000 à 278 000, une progression massive et rapide d'autant plus inquiétante que les progrès de la médecine permettent désormais de guérir près d'un cancer sur deux (...)

"Parmi ces molécules, les pesticides font déjà l'objet d'une expertise scientifique approfondie avant leur utilisation. Pourtant on sait aujourd'hui que les effets nuisibles consécutifs à leur usage se multiplient. La plupart d'entre eux sont des perturbateurs endocriniens mimant les effets des hormones femelles, les œstrogènes. La lente imprégnation de tous les milieux, l'eau, les sols, se poursuit depuis plus d'un demi-siècle et contamine les organismes animaux entraînant leur féminisation. Celle-ci a été observée chez de très nombreuses espèces animales, notamment aux Etats-Unis (...).

"http://www.asmp.fr/travaux/communications/2007/pelt.htm

Alex paulista

Cher Aïssa

Si vous avez des animaux vous savez que le premier des médicaments est l'alimentation. Je crois que plus on avance plus on est confronté à des gens qui ont été bien alimentés une grande partie de leur vie.
En comparaison, la pollution a un effet secondaire.

J'ai appris en visitant des châteaux que la moyenne de taille des nobles au Moyen Age était comparable à celle de nos contemporains et bien supérieure à celle des simples soldats (1m55) à cause de leur régime riche en viandes.
Ce qui participait à leur prestige de demi-dieux au combat, surtout qu'ils montaient des chevaux de grande taille également.
Je crois que l'on sait cela par la taille des armures retrouvées...

En excès, ce régime carné pouvait aussi provoquer la goutte ou l'obésité, comme pour Louis XVI le Roi Fauteuil.
Mais c'était toujours mieux que de manger seulement du pain.

D'où la poule au pot comme outil de santé publique.

D'avance pardon aux historiens de mélanger autant les époques, mais pour faire court je crois que l'alimentation et les conditions de vie (chauffage) jouent plus que les soins ou la pollution.

Aïssa Lacheb-Boukachache

Quant à l'augmentation (contemporaine) des cas de maladie d'Alzheimer, Parkinson et autres démences neurodégénératives que vous évoquez, Laurent, elle entre directement en contradiction avec que vous avez plus globalement soulevé quelques lignes plus haut … En effet, Aloïs Alzheimer, James Parkinson, Jean-Martin Charcot, etc., étaient, comme vous l'avez souligné en vous référant aux progrès de la médecine durant le XIXème siècle, des personnages de ce siècle. Qu'ils aient découvert et décrit ces maladies ne signifient naturellement pas qu'elles n'existaient pas avant eux, vous serez d'accord avec moi … De fait, on ne pourra conclure d'aucune comparaison de ces prévalences entre notre époque (aujourd'hui) et les époques antérieures à l'existence de ces savants puisque précisément, n'ayant alors aucune idée de ce que sont ces maladies, ces périodes antérieures ne sauraient fournir quelconque matière à comparaison. On peut raisonnablement penser qu'antérieurement au début du XIXème siècle, toutes ces maladies spécifiques ainsi que nombreuses autres étaient sommairement rassemblées médicalement sous les vocables vagues «fou» ou «débile» ou autres de la sorte … De même par exemple une maladie autre que mentale et/ou neurologique: l'Hépatite C. On a découvert ce virus fin des années 1980, début 1990. Auparavant il n'était pas censé exister puisqu'on l'ignorait absolument. Cela n'induit pas que ces 600 000 cas officiellement diagnostiqués aujourd'hui en France seraient supérieurs à un quelconque nombre antérieur à la découverte de cette pathologie et même iraient augmentant en rapport à celui-ci … Il y a peut-être (fort probablement même) toujours eu des Hépatite C en nombre égal à 600 000; il y en a eu peut-être toujours plus et la tendance irait naturellement déclinante; on ne sait … Ce n'est pas simple, en vérité. Ma question originelle pourrait se formuler autrement. Ainsi généralisant, écartant de notre questionnement tous les Fontenelle d'hier et les nourrissons mourant de mort subite aujourd'hui encore ainsi qu'écartant également la donnée «environnement social» (à ce sujet d'ailleurs, hier n'était pas meilleur qu'aujourd'hui): Entre un individu du XVIIIème ou XVIIème voire XVème siècle et un individu du XXIème siècle, tous deux ne tombant durant leur vie aucunement malade, ne voyant aucun médecin jamais, ne tâtant d'aucune médecine, il est incontestable que notre contemporain vit en meilleure forme et plus longtemps que les précédents. Il y a bel et bien une mutation physiologique dont la conséquence est un allongement de la vie (la vie en bonne santé ou relativement en bonne santé). Pourtant, l'environnement naturel est X fois plus pollué et pourri que celui d'hier … Elle est ici cette contradiction qui semble pour le moment insoluble.


Aïssa.

Laurent Dingli @ Aïssa

Mon cher Aïssa, ce sont des questions bien passionnantes que vous posez là. Je n’ai pas la prétention de pouvoir y répondre, mais seulement de vous soumettre quelques pistes de réflexion. Tout d’abord, vous savez que la démographie des sociétés anciennes (ou sous-développées aujourd’hui), est caractérisée par l’importance de la mortalité infantile, catastrophique jusqu’à un an voire deux ans. Si l’enfant franchissait ce cap fatidique, alors il avait une chance sérieuse de connaître une longévité relative. Relative car les progrès immenses enregistrés par la médecine au XIXème et au XXème siècle, avec une extraordinaire accélération depuis une soixantaine d’années, ont considérablement modifié la situation. Si l’on était en effet bien plus rapidement « usé » au XVIIème et XVIIIème siècle à la quarantaine qu’on ne l’est aujourd’hui à la soixantaine, il n’était pas si rare cependant d’observer quelques vénérables (comme le centenaire Fontenelle ou ce bon croqueur d’Huguenots de Louis Dieudonné). Il faut donc toujours conserver à l’esprit cet impact de la mortalité infantile. J’en viens donc au fond de votre question. Pourquoi la pollution et les multiples atteintes à l’environnement n’ont-elles pas plus de conséquences (du moins visibles) sur notre santé et surtout sur notre espérance de vie. Premier point, les progrès immenses de la médecine que j’évoquais compensent en grande partie les atteintes « environnementales » dont vous parlez. Mais, il faut pourtant considérer deux points : d’une part la profonde inégalité qui existe entre les êtres humains suivant qu'ils sont riches ou pauvres, que leur métier les expose ou non à certaines pollutions (l’agriculteur avec les pesticides, l’ouvrier et l’amiante) ou géographique (les habitants du sous-continents indien qui désossent nos poubelles flottantes, les Africains, les Asiatiques qui recyclent nos produits dangereux, les Nigérians qui subissent les conséquences mortelles de la récolte d’uranium pour notre consommation nationale etc, etc). D’une manière générale, un habitant d’une mégapole surpeuplée comme Mexico, Le Caire ou Mumbaï, souffrira évidemment davantage de la pollution atmosphérique et sera plus facilement touché par certains cancers qu’un habitant des campagnes ou même d‘une grande ville française, allemande, italienne ou anglaise.
Deuxième point, si l’augmentation de l’espérance de vie est un fait acquis grâce aux progrès de la médecine moderne, il n’en va pas toujours de même de la « qualité » de la vie. Sans pouvoir être catégorique, on soupçonne que l’augmentation des cas d’Alzheimer par exemple, maladie qui fait des ravages dans nos sociétés développées, soit liée à des facteurs environnementaux (omniprésence des produits chimiques de synthèse). Si encore, dans les pays riches, nous ne souffrons plus ou exceptionnellement de la tuberculose ou du choléra, d’autres maladies, comme certains cancers, paraissent en nette progression.
Il ne faut surtout pas oublier que la révolution chimique de l’après-guerre est encore trop récente (soixante ans) pour que nous puissions en mesurer pleinement tous les effets sur la santé humaine (nos parents et grands-parents nés avant 1950 ne sont pas concernés) bien qu’il y ait déjà une multitude d’études (notamment sur la baisse de fertilité masculine, les modifications hormonales liées à la composition de certains plastiques, la présence de métaux lourds dans les organismes vivants), etc. Vous avez d’autant plus raison, mon cher Aïssa, de soulever cette question cruciale, qu’elle sert d’éternel argument aux écolo-sceptiques pour nier quasiment tous les problèmes environnementaux. "Ben, on n’a jamais vécu aussi vieux, alors toutes ces histoires d’écolo sont des fadaises ! répètent-ils en substance, sans considérer, entre autres, non seulement les facteurs que je viens d’énumérer, mais aussi le fait majeur que l’homme est dépendant de la biodiversité qui lui permet de se soigner et de se nourrir.
(Ps : je n'ai pas besoin de préciser que ce ne sont là que les hypothèses et les réflexions d'un non spécialiste)

baillon

Le Grenelle de l'environnement ne comprend pas que la taxe carbone. M. Hulot fait la chochotte, un caprice d'enfant gâté, voilà la démonstration qu'au moindre obstacle, il est un velléitaire en qui on ne peut avoir confiance. Lui qui pollue sans compter, je ne l'ai pas entendu défendre la taxe carbone. En résumé lui et ses collègues écologistes ne sont que de sales types qui ont décidé de détruire notre société. Ce sont les nouveaux communistes sectaires de l'anti France.

Laurent Dingli

Merci, mon cher Ludovic, pour votre attention qui me va sincèrement droit au coeur.

Ludovic@Laurent Dingli

Cher Laurent,

Je sais bien que vous avez raison, permettez-moi de vous offrir cette magnifique chanson en forme de mise en garde de l'Humanité (pas le journal) :

"On portera nos regrets
Si nous survivons peut-être
Le souvenir dévasté
De notre ancienne planète

On emportera nos remords
De ce temps où l'on savait
Si honteux d'avoir eu tort
D'oublier que l'on pouvait

J'ai rêvé la douceur de certains soirs
J'ai rêvé surtout qu'il n'était pas trop tard
Espéré que l'on pouvait changer
J'ai rêvé d'être encore avant Le jour d'après

Devant notre indifférence
A l'essence de la terre
Quand la nature se venge
Il n'est plus temps des prières

On peut détourner nos têtes
S'enfermer dans nos armures
Se noyer de vin de fête
Et puis foncer dans le mur

J'ai rêvé la douceur de certains soirs
J'ai rêvé surtout qu'il n'était pas trop tard
Espéré encore de pouvoir tout changer
J'ai rêvé d'être encore avant Le jour d'après

Il est temps
Nous sommes encore hier
Juste l'instant d'avant
On peut encore tout faire
Désormais cet absurde ballet
Et que ne vienne jamais
Jamais Le jour d'après."

Bien à vous.

Laurent Dingli

De rien, Valérie. J'ai appris l'autre jour que la chaîne Casino avait décidé de bannir l'huile de palme de ses étalages : il y a aussi parfois de très bonnes nouvelles. Et cela prouve que l'information, même diffusée par des casse-pieds comme moi, peut parfois porter ses fruits. Si Casino a pris cette décision importante, c'est qu'il sent une demande plus respectueuse de l'environnement (et de la santé) de la part de ses clients, et c'est parce que ces derniers ont été sensibilisés (bassinés ?) par des écolos militants comme Yann Arthus-Bertrand, et d'autres gens que certains passent leur temps à dénigrer.

Valerie

Rédigé par Monsieur Laurent Dingli le 26 mars 2010 à 19:48

Merci de votre reponse.

A vous lire sur un autre sujet.

Laurent Dingli

N’ayant pas eu le temps d’achever ma réponse tout à l’heure, j’ajoute ceci :

1. Se préoccuper de la dernière extinction massive des espèces - celle que nous vivons actuellement - n’est pas le fruit de la sensiblerie ou d’une idéalisation de la nature, de même que le fait de s’en désintéresser n’est pas forcément le fruit de la bêtise (mais tout est discutable).
2. Il ne s’agit pas d’interdire la charcuterie pour reprendre votre énième ironie, mais d’arrêter le système délirant dans lequel nous sommes engagés. Je crois que vous vivez dans un pays qui s’est tristement illustré en matière de farines animales et d’encéphalopathie spongiforme bovine. Je ne vous ferai donc pas un dessin. Il ne s’agit pas non plus de tuer un cochon dans sa chaumière, une fois l’an, comme dans le bon vieux temps, mais de stopper l’industrialisation et la réification sans limite du vivant. Je vous signale qu’en Bretagne seulement, il y a aujourd’hui plus de porcs que d’habitants et que l‘on parle encore d‘augmenter la « productivité ». Si vous ne faites pas la différence entre un animal vivant en liberté dans une ferme ou dans les champs et des millions d’animaux entassés dans des cages exiguës, nous ne parlons pas en effet la même langue.
3. Et non, ni mes ancêtres, ni sans doute les vôtres ne respectaient particulièrement la nature. Les aborigènes d’Australie ont ravagé leur milieu naturel, bien avant l’arrivée des Anglais qui, il est vrai, ont largement accéléré le processus ; les Indiens de Palenque ont détruit leur environnement jusqu’au point de ruiner leur civilisation, tous les Européens ont fait de même. C’est vous qui idéalisez ce que vous ne connaissez pas.
4. Merci de m’apprendre que l’être humain souffre. Quel scoop ! Je vais vite noter ça dans mes tablettes.
5. Merci aussi d’avoir eu la charité de daigner répondre à mon commentaire, qui, sans cela, n’aurait attiré l’attention de personne, comme vous l’avez rappelé avec modestie !!!! Sans vous offenser, je vous assure que je n’ai pas besoin de votre aide (ni de vos sarcasmes) pour débattre de ce sujet, et tant pis si l’on n’y réagit pas. Sous couvert d’humour, vous vous prenez un peu trop au sérieux, ma chère.
6. Vous dites avoir « grandement conscience qu’il faut respecter la Nature », mais avouez en même temps n’être pas passionnée par l’environnement. Si vous étiez si « grandement » consciente, vous comprendriez alors que l’élevage intensif est la première cause de pollution au monde. Réveillez-vous donc, il ne s’agit plus d’écorcher un lapin ou de plumer une oie comme dans votre ferme natale. Bienvenue au XXIème siècle, Valérie…

Laurent Dingli

@ Savonarole,
Je ne suis pas fâché. Merci aussi d'avoir lu mon article sur les chiens du Caire. Je suis d'accord avec vous sur la relativité du regard que l'on peut porter. Mais vous avez noté justement que j'évoque cette question, celle de la misère. Certaines études montrent qu'il y a souvent un lien entre la violence exercée contre les animaux et celle dont l'être humain est victime. Je crois sincèrement à cette unité dans le respect. Pour répondre à Valérie dans la foulée, je sais bien que le monde naturel ignore la pitié, je l'ai écrit après tant d'autres, notamment Théodore Monod, qui citait lui-même son père... Vous voyez une vieille histoire. Et cela n'a pas empêché le biologiste d'être un défenseur de la cause animale. Elle était une part intégrante de son humanisme. Et lui aussi, comme tous les gens que j'aime, les Gary, les Schweitzer, ces hommes qui avaient connu la guerre et la souffrance, éprouvaient pourtant des émotions de midinette pour Dame nature, comme vous dites si brillamment.

Valerie

Rédigé par Monsieur Laurent Dingli @ Valérie le 26 mars 2010 à 09:58

“On peut rire de tout, Valérie, même d’un désastre, même de la souffrance, mais certains ont tendance à ne faire que cela. Pour le reste, si vous ne comprenez pas que faire des jeux de mots sur un nom de famille, comme à l’école maternelle, n’est pas très courtois pour la personne visée, je ne saurais vous l’expliquer autrement. Mais si cela vous détend, c’est l’essentiel...”

Je ne me reconnais guere dans le debut de ce tableau que vous brossez de moi mais, reconnaissez que s’il faut faire les choses serieusement, il ne faut pas etre trop serieux...la vie passera et nous avec... quoique l’on fasse !

Alors, je prends du recul et comme je suis devenue trop “self-conscious” ; je me visualise malheureusement dans trop de situations et meme si elles ne me sont pas trop favorables, j’ai pris le parti d’en rire.

Je trouve que vous faites bien "un pataques" de cette plaisanterie enfantine sur votre nom ; avez-vous fait l’armee ? Il s’agit, pour ce que j’en comprends, d’une blague virile qui permet d’etablir un contact...rien de plus a mon avis.

Connaissez vous les Dinky Toys, il s’agissait de petites voitures en metal vraisemblablement onereuses et donc reserves aux petit garcons gates. Ce sont des jouets de collection et c’est plutot flatteur d’etre compare a eux, leur cote aujourd’hui est devenue astronomique.

“...Je suis heureux pour vous que vous ayez la faculté de vous amuser, notamment du fait qu’un animal passe sa vie dans une cage étroite avant de finir électrocuté, gazé ou assommé pour sa fourrure...”

C’est une etonnante image de moi que vous voulez donner aux autres lecteurs/lectrices !

J’ai assiste a l’abattage d’un cochon en 1973 ou 1974 et c’est vrai qu’il hurlait et sentait sa fin arriver mais que suggerez-vous donc ? La fin de la charcuterie ?
J’ai vu tuer des lapins et ensuite leur depecage, j’ai plume des poulets...en deux mots, j’ai vecu a la campagne tout simplement et c’est la vie...belle ou moche...rien de plus, rien de moins. C’est une vie qui ne m’interesse pas c’est tout !

Je n’avais aucune intention de continuer ce debat sur l’ecologie ; un sujet qui ne me passionne pas personnellement. A toutes fins utiles, je vous rappelle que Dame Nature qui vous emeut comme le serait une midinette, est d’une infinite cruaute ; pour ne prendre qu’un exemple, quoi de plus naturel que la maladie ou la fin de vie lorsque l’on est arrive a son terme...et pourtant quelle douleur infinie cela engendre pour l’etre humain.

Aussi, je vous precise dans le meme temps que seul(e) l’homme (la femme, l’enfant) peut se projeter dans son avenir et ressasser son passé. Il me semble aussi que la seule chose qui ne vieillisse pas chez lui ou elle soit son psychisme (je demande confirmation aux lecteurs(lectrices) specialistes du sujet) et ainsi son chagrin est sans limites.

Oui, je l'affirme haut et clair, pour moi, l'etre humain est au-dessus de tout meme si ce n'est pas facile tous les jours.

Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ; a savoir que j’ai grandement conscience qu’il faut respecter la Nature mais je vous signale que nos ancetres en avaient pris conscience bien avant nous qui savaient vivre en harmonie avec elle mais sans la sanctifier outre mesure.


“...J’aurais pu aussi m’amuser et faire de la « provoc » sur les enfants nés sous x...”

Pourquoi le feriez-vous si c’est un sujet qui ne vous concerne pas ?

A moins que...cherchez bien au sein de votre famille ; les cas sont beaucoup plus repandus qu’il n’y paraissent et extremement verrouilles en France.

“...quand vous avez expose votre détresse à ce sujet (enfin, il me semble, vous me corrigerez si ce ne fut pas le cas)...”

Non, ce n’est pas mon cas, je fus reconnue et ensuite abandonnee sous “le secret le plus absolu” ; cela afin de ne pas amputer mes chances d’etre adoptee. Je ferai mon "coming-out" en temps utile lorsqu'il y aura prescription...

Pour vous convaincre du prix a payer d’une telle opportunite de vie, merci de vous referer au cas de Pascale Odievre aupres de la Cour Europeenne... et surtout une pensee pour elle que je ne connais pas mais dont j’admire le courage et la tenacite.

“...Mais je crois que cela aurait manqué un peu de panache, ne trouvez-vous pas ?...”

Sachez qu’un certain humoriste dont j’ai oublie le nom ne s’en est pas prive... j’ai bien ri lorsqu’il a mentionne que les tueurs en serie ont souvent pour nom de famille un second prenom qui signe souvent un abandon sous X...meme ancien et toujours marquant pour la descendance...

Oui en France, le debat est tellement musele sur ce sujet que la Presse ne relate pas l’origine non certifiee de certains criminels (ce type dans l’Est de la France, ne sous X et qui a ecrase volontairement une jeune fille, cette autre jeune fille a Rouen, il me semble, qui a tue de je-ne-sais-combien de coups de couteau sa meilleure amie) ...pourquoi donc ce silence ? Faisons face a la realite meme si elle est desobligeante et cela sans proces a la clef.

Sur ce, je vais lire ce qui peut encore se dire sur ce qu’ “un charmant petit lemurien” a declenche sous la ferule d’un cadichon de misere...

Un excellent week-end a tous/toutes.

Savonarole

@Laurent Dingli

Allons Laurent, ne vous fâchez pas, je plaisantais.
Je vous connais mieux aujourd'hui, car j'ai lu avec beaucoup d'intérêt votre article sur l'extermination des chiens errants au Caire.
J'ai vécu trois ans dans cette ville, entre 1969 et 72, et déjà à l'époque ces méthodes barbares existaient.
Mais à l'époque je les approuvais car les hôpitaux étaient remplis de gamins et vieillards (proies faciles) mordus et infectés par ces chiens.
Ce qui tend à prouver que le degré d'indignation varie en fonction du côté de la barrière ou l'on se trouve...

Laurent Dingli @ Valérie

On peut rire de tout, Valérie, même d’un désastre, même de la souffrance, mais certains ont tendance à ne faire que cela. Pour le reste, si vous ne comprenez pas que faire des jeux de mots sur un nom de famille, comme à l’école maternelle, n’est pas très courtois pour la personne visée, je ne saurais vous l’expliquer autrement. Mais si cela vous détend, c’est l’essentiel.
Au fond, vous avez raison, le gâchis épouvantable auquel j’assiste, notamment la disparition des espèces végétales et animales, ne me fait pas rire ; il me rend très triste et me met en colère. Je suis heureux pour vous que vous ayez la faculté de vous amuser, notamment du fait qu’un animal passe sa vie dans une cage étroite avant de finir électrocuté, gazé ou assommé pour sa fourrure. En ce qui me concerne, c’est au-delà de mes forces. Je ne me sens pas pour autant ni meilleur ni pire que vous. J’aurais pu aussi m’amuser et faire de la « provoc » sur les enfants nés sous x, quand vous avez exposé votre détresse à ce sujet (enfin, il me semble, vous me corrigerez si ce ne fut pas le cas). Mais je crois que cela aurait manqué un peu de panache, ne trouvez-vous pas ? Heureux les rieurs et les détendus car le monde d’ici bas leur appartient…

Valerie

Rédigé par Monsieur Laurent Dingli le 23 mars 2010 à 17:50

Bon, vous mordez vite a l'hamecon aussi !

Alors, la tentation pour moi a ete trop forte et je n'ai pu m'empecher de jouer la provocation pour susciter une reaction previsible.

Dans le meme temps et volontairement aussi, j'ai quand meme permis de faire remonter votre commentaire auquel personne ne semblait reagir. Ainsi, peut-etre, "le schmilblick" qui vous tient tant a coeur avancera.

L'ironie que j'ai apportee ne me semble pas deplacee puisque c est un sujet sur lequel on peut encore rire (pour combien de temps encore ?) et l'atmosphere n'en devient que plus respirable !

"La pitrerie" de Monsieur Savonarole n'a, selon moi, rien de choquant a votre egard et me fait rire.

Detendez-vous afin de ne pas faire fuir les lecteurs (les lectrices) qui ne sont pas necessairement commentateurs (commentatrices) sur cet espace.

Quant a moi, etant donne que le sujet sur ce "Monsieur Menate" ne me passionne guere... je serai une fois de plus ce soir fidele a France 2 et regarderai "Contes et nouvelles du XIXe siècle".

Laurent Dingli

Savonarole,

Vous êtes un petit mal élevé anonyme qui, faute d'arguments, donne de surcroît dans la pitrerie.

Savonarole

@ Dingli Toys

Il y a "Alice au Pays des Merveilles" qui vient de sortir.
Tim Burton, voilà le penseur qu'il vous faut.

Laurent Dingli

Non Axel Oursivi, la disparition d'une espèce n'est jamais accessoire. Par ailleurs, il ne s'agit que d'un exemple parmi bien d'autres concernant l'alimentation mondiale.
Valérie,
Je suis bien triste de constater que vous êtes indifférente à la souffrance d'un animal. Mais, étant donné vos commentaires, je ne crois pas avoir grand-chose de plus à vous dire.
Savonarole ?
Quel rapport ? (merci aussi de m'appeler Laurent Dingli et de ne pas m'apostropher par mon nom).

Valerie

Rédigé par Monsieur Laurent Dingli le 23 mars 2010 à 13:59

"Reprise du commerce de la fourrure"

Chic, quand je serai riche j'acheterai un joli manteau de vison pour ma retraite !

Ah, si maintenant je vais boire un cafe sucre...je fais du tort a qui et a quoi ?

Sur ce, une excellente journee et n'oubliez pas : "souriez, vous etes filme" !

Savonarole

@Dingli

"Echec de Copenhague.
Echec de l'interdiction de la pêche du thon rouge.
Echec de l'interdiction de la pêche des requins en voie d'extinction.
Annulation du projet de taxe carbone"
_________________________________________

Dans les années 70 il y a eu aux USA un mouvement "NO NUKES". Des méga-concerts étaient organisés avec des artistes très populaires (James Talor, Jackson Browne, etc). Ce mouvement anti-nucléaire eut un énorme succès, un Woodstock intellectuel. On s'amusait à se faire peur. Le fils Douglas tournait "Le Syndrome Chinois" et autres "Three Miles Island" : Bullshit !
10 ans plus tard, une enquête journalistique démontrait que "NO NUKES" était financé par les compagnies pétrolières qui voulaient saper le développement du nucléaire aux USA.

L'Ecologie représente un "buziness" monstrueux, des lampes 220 volts qui nous seront imposées aux cure-dents en plastique pour éviter la déforestation.

Il n'y a guère que Cécile Duflot et D. Cohn Bendit qui n'ont pas compris.

oursivi@LD

Rédigé par: Laurent Dingli | 23 mars 2010 à 13:59

Laurent, ne mettez pas tout dans le même sac.
Le thon rouge (un joli ton) quand tant de gens meurent de faim... n'est pas d'une importance flagrante.

Tous savons - surtout à Marseille - que l'Homme doit sérieusement freiner ses consommations de ressources naturelles ; mais pour ajouter le plus de pertinence, de force, à votre propos, ne mélangez pas l'indispensable à l'accessoire.

Ce n'est pas faire oeuvre utile.

AO

Laurent Dingli

Echec de Copenhague.
Echec de l'interdiction de la pêche du thon rouge.
Echec de l'interdiction de la pêche des requins en voie d'extinction.
Annulation du projet de taxe carbone.
Poursuite de la destruction des forêts primaires dont on fait de l'huile pour pizzas préparées, pour papier machine ou pour papier Q (eh oui, c'est toute la poésie de notre superbe société d'imaginer se torcher le cul avec la beauté du monde).
Reprise du commerce de la fourrure.
Croissance astronomique de l'élevage.
Exploitation des sables bitumineux.
Animaux empoisonnés et forêts brûlées au napalm.
Populations appauvries et entassées dans les bidonvilles des mégapoles, etc., etc.
Pour des terroristes, des ayatollahs, des khmers verts, des catéchumènes d'un autre âge, quel manque d'influence tout de même !
Vous avez raison, pauvres gens qu'on harcèle, changez donc de chaîne de télévision, tout cela ne vous concerne pas.

Laurent Dingli

Faites ce que vous voulez, Valérie, ce n'était qu'une information, pas un catéchisme imposé, comme vous dites, après tant d'autres...

Valerie

Rédigé par Monsieur Laurent Dingli le 21 mars 2010 à 10:05

Merci de l'information transmise a l'avance... ainsi je me "brancherai" surtout sur une autre chaine parce que le nouveau catechisme ecologique... je n'en peux plus.

Tous ces gens finiront par me donner envie de polluer volontairement s'ils continuent ce lessivage de cerveau du matin au soir !

Toutefois, cela me fait plaisir d'apprendre que M6 se lance dans l'education ; il y a la une dichotomie... mais bon, comme c'est le nouveau fonds de commerce qui marche le mieux, ils ne doivent pas "faire la fine bouche".

Sur ce, pour etre honnete, je vous prefere en historien ; vos commentaires sur la Premiere Guerre mondiale, la Revolution, etc. sont captivants.

Bonne fin de week-end.

Laurent Dingli

Tous et toutes,

Ne manquez pas le document exceptionnel que la chaîne M6 consacrera, mercredi prochain, à l'impact de notre alimentation sur la planète (vous voyez, mon cher Philippe, on y arrive, finalement, à votre cuisine). Un dossier complémentaire dans le magazine GEO.

Voici le synopsis de "Capital Terre", qui sera donc diffusé sur M6, mercredi 24 mars 2010 :

"Chaque jour, il y a 200 000 personnes de plus sur Terre qu'il faut nourrir, mais les ressources de la planète ne sont pas inépuisables. Pêches à outrance, élevages intensifs, surexploitations des surfaces agricoles : tout ce qui est produit pour manger a un impact sur l'environnement. Pour mieux comprendre les conséquences de la consommation quotidienne et quelles sont les solutions qui existent, Guy Lagache propose une enquête d'un bout à l'autre de la planète. Le voyage qu'il propose emmène le téléspectateur sur quatre continents, des rayons des supermarchés occidentaux aux nouvelles réserves agricoles de l'Afrique, sans oublier les élevages géants de l'Ouest américain et les forêts tropicales d'Extrême-Orient en voie de disparition".

jmarcio

Cher Pascal,

Votre lien du GIEC est intéressant. Néanmoins, je vous fais remarquer juste deux choses : M. Bilger, si j'ai bien compris, n'a pas contesté l'existence des problèmes écologiques, mais plutôt la forme.

Aussi, je me suis donné la peine d'un petit exercice sur le site web du GIEC. Il y a une possibilité de rechercher des thèmes sur le site du GIEC (en haut à droite). On tape "Hulot", et la réponse est vide. Si l'on utilise Google, on voit que Nicolas Hulot fait référence aux documents du GIEC, mais pas l'inverse. On comprend que Nicolas Hulot connaît le GIEC mais pas l'inverse. Je me trompe ? Etonnant ?

www.facebook.com/profile.php?id=663029893

Quel dommage de rédiger des propos si durs !

C'est à désespérer des grands juristes qui, manifestement, n'ont pas eu la chance de recevoir un enseignement en sciences dures.

Certes, les rapports du GIEC, véritablement édifiants, sont là mais à l'évidence, ils demeurent incompris ou inaccessibles.

MICHEL84

Nicolas Hulot, celui qui pour faire ses reportages et se faire du fric a voyagé sur terre, sur et sous les mers, dans les airs et l'espace, se fichant pas mal de la pollution qu'il pouvait générer pour faire ses reportages, vient maintenant me donner des leçons et essaie de me culpabiliser parce que je vais travailler avec ma voiture ; il n'a pas honte ce Monsieur, en fait il a trouvé ce créneau pour en faire son fond de commerce. On le voit trop, il devrait se recycler, nous oublier un peu pour nous éviter de nouvelles taxes.

Alex paulista

Cher jmarcio

Les modèles financiers avec sauts existent, même s'ils sont difficilement calibrés.

Mais je crois, pour ma part (et cela nous remet dans le sujet), que le problème n'est pas dans l'application de modèles mathématiques ni dans leur mise en place pratique, mais plutôt dans la réalité d'un modèle psychologique assez facile à comprendre:
si je suis un trader rémunéré avec un bonus proportionnel au bénéfice, quel est mon intérêt de considérer l'événement presque sûr à terme, mais qui a la probabilité très faible d'arriver aujourd'hui (1/3000 par exemple), même si son poids dans l'espérance est non négligeable car s'il se produit il sera très fort ?
En effet, en le prenant en compte je vais moins gagner d'argent les jours de non-crise, et le jour de la grande crise j'en perdrai moins que les autres, mais si cette grande crise arrive j'en perdrai de toute façon, donc mon bonus sera nul. En temps de crise même si je gagne de l'argent je risque de ne pas avoir mon bonus !
Mon intérêt particulier est de faire l'autruche et ne pas prévoir l'événement rare, terrible, même s'il est presque sûr à terme. Quand ça arrivera, ce sera tellement global et cela touchera tellement tout le monde que l'on ne pourra pas m'en considérer responsable personnellement...

Pour le climat, c'est le même mécanisme: tout le monde ou presque est d'accord pour dire qu'il faut globalement traiter le problème, mais personne ne veut être le premier à faire l'effort. Comme dans le dilemme du prisonnier, chacun a intérêt à être une ordure pour son complice.

Derrière il y a le problème philosophique de savoir ce qu'est la responsabilité collective...

jmarcio

Cher Alex,

Je crois que j'ai bien fait d'utiliser le mot "chaos" et non pas "chaos déterministe".

Si on pinaille... on pourrait quand même dire que la crise financière était parmi les hypothèses possibles, mais vu que les conditions initiales ne pouvaient pas être connues avec précision, il aurait été difficile de savoir si ça viendrait un jour (certainement que oui) et quand.

C'est intéressant... mais... pour ne pas s'éloigner du sujet du billet (ou pas trop quand même), je suis curieux de savoir s'il y a des recherches utilisant les modèles de chaos deterministe pour modéliser les évolutions écologiques de la planète (sûrement) ou les ecosystèmes politiques (moins sûr) : intéressant pour prévoir le résultat des élections.

Alex paulista

Cher jmarcio

"Il me semble, mais je peux me tromper, que beaucoup de choses qu'on modélise comme des processus stochastiques, par simplicité, relèvent plutot du chaos."

Il me sera difficile de vous contredire, après cette crise financière qui a vu voler en éclat toutes les modélisations basées sur la continuité des cours et de leur volatilité.
La théorie des vols de Levy serait plus adaptée (sans mauvaise blague antisémite)...

Véronique Raffeneau@Laurent Dingli

@Laurent
Depuis plus de trente ans pas un seul responsable politique - et encore moins un chef d'Etat - ne peut ignorer l'état de crises économiques successives.

Nicolas Sarkozy est suffisamment entouré de spécialistes et de professionnels de l'économie et de la finance pour avoir été conscient à l'automne 2007 des fragilités extrêmes du système financier international.

Qu'à la marge il y ait une inconnue ou des inconnues, je vous l'accorde très volontiers. Mais certainement pas au point que ces inconnues réduisent à néant des préconisations et des engagements présidentiels en l'espace d'à peine un, deux ou trois mois.

Au début de son mandat NS s'est engagé à une révision générale des prélèvements obligatoires et des politiques publiques. Il a fondamentalement lié l'instauration d'une taxe carbone à cette obligation.

Cette mise à plat et cette évaluation en forme d'examen au scanner de l'existant et de l'emploi précis des ressources fiscales et sociales restent selon moi le SEUL départ possible et crédible à l'instauration éventuelle d'une nouvelle charge comme la taxe carbone.

Si cette évaluation a été souhaitée par le Président, force est de constater aujourd'hui que cette évaluation n'a pas été faite et qu'elle a été abandonnée en chemin. C'est tout.

Par ailleurs, je ne vois pas l'intérêt de poursuivre une discussion au sujet de la taxe carbone si nous devons tout ignorer du sujet de la fiscalité.

jmarcio

Alex,

"Einstein, par exemple, osait prédire des résultats vérifiables 80 ans plus tard ... Il lui est arrivé de se tromper, comme dans la phrase "Dieu ne joue pas aux dés".

Il me semble, mais je peux me tromper, que beaucoup de choses qu'on modélise comme des processus stochastiques, par simplicité, relèvent plutot du chaos.

Je ne sais pas si Dieu joue aux dés, mais s'il le fait, je pense que c'est moins qu'on ne le pense.

Laurent Dingli

Et, vous, Véronique Raffeneau, avant de mettre bout à bout des citations, souvenez-vous qu'il y a un petit détail que vous avez omis et qui s'appelle la gestion de la crise économique mondiale, une crise plus grave que celle de 1929, dixit Jacques Attali. Mais cela vous a sans doute échappé. Laissez donc tomber un peu vos manuels et ce ton professoral ennuyeux que vous affectez et qui cadre mal avec votre ignorance des débats du Grenelle. Vous me faites penser à ces vieilles maîtresses qu'on a envie de chahuter quand elle font leurs soporifiques leçons parce qu'elles passent toujours à côté de l'essentiel.

Véronique Raffeneau

@ Laurent

Discours de Nicolas Sarkozy à l'issue du Grenelle de l'environnement, octobre 2007:

"Je m'engage à ce que la REVISION GENERALE DES PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES se penche sur la création d'une taxe climat-énergie en contrepartie d'un allègement de la taxation du travail pour préserver le pouvoir d'achat et la compétitivité."
(en lettres capitales, c'est à mon initiative)

Discours de Christine Largarde, novembre 07:

" Ce débat sur la TVA sociale, qui reste, comme le voyez, entièrement ouvert, s’inscrira tout naturellement aux côtés de LA REVUE GENERALE DES PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES que j’animerai dans les prochains mois, et qui sera bouclée au printemps 2008. Les thèmes de la compétitivité des entreprises, du coût du travail, de la consommation, seront approfondis dans le cadre d’une réflexion plus globale sur notre fiscalité (...).

Cette revue générale des prélèvements obligatoires se déroulera en trois temps.

Premier temps : établir un diagnostic. Je rendrai public à la fin de l’année un document d’orientation déterminant les principaux enjeux d’une réforme globale. L’ensemble des prélèvements obligatoires, qu’ils soient sociaux ou fiscaux, sera remis à plat.

Deuxième temps : imaginer un traitement. Sur la base des orientations retenues, je constituerai un ou plusieurs groupes de travail dont la mission sera d’organiser la concertation sur les modalités concrètes des réformes et leur calendrier.

Troisième temps : mettre en oeuvre les remèdes. Avant l’été prochain, le Gouvernement disposera d’une véritable stratégie pluriannuelle en matière de prélèvements obligatoires, assortie d’un calendrier pour l’ensemble de la législature. (...)

Moins d’impôts, et mieux d’impôts : ce sera une bouffée d’air frais pour tous les hommes et les femmes qui font la richesse de notre économie."


Je rappelle que l'engagement de Nicolas Sarkozy concernant la Taxe carbone était totalement et fondamentalement lié à la mission de révision générale des prélèvements obligatoires dont était chargée C. Lagarde.

Avant de m'inonder de leçons, commencez par démontrer votre maîtrise de la question taxe carbone et votre sérieux en nous informant où nous en sommes au sujet de la mission de Christine Lagarde qui conditionnait dans l'esprit de Nicolas Sarkozy la mise en place de cette nouveau taxe et de ce nouveau prélèvement obligatoire.

Laurent Dingli

Véronique Raffeneau,
Encore vos formules simplistes, du genre "l'écologie, ça ne mange pas de pain".
Très intéressant ! Cela me confirme en effet que le terme d'analyse sonne de manière un peu pompeuse en ce qui vous concerne.
Philippe Bilger n'explique rien du tout sur le consensus de l'Assemblée nationale, parce qu'il n'a pas suivi les débats parlementaires sur le Grenelle 1 ni d'ailleurs les rapports des ateliers de travail qui ont réunis syndicats, patronat, scientifiques, représentants politiques et associatifs.
Oui, je trouve votre approche non seulement simpliste, mais aussi très méprisante à l'égard d'un travail acharné de plusieurs mois dont vous ne savez rien, mais que vous vous permettez de juger avec condescendance par de petites formules. Je vous l'ai dit, à défaut d'être perspicace, tentez au moins d'être un peu plus humble.

Alex paulista

A Bernard-27400

"lois physiques démontrant qu'un plus lourd que l'air ne peut pas voler... loi toujours démontrée en 2009"

Visiblement nous n'avons pas suivi les mêmes cours de méca-flotte. Je vous prescris une cure de tenseurs, vous me semblez bien scalaire...
Sinon, plus généralement, avoir raison ou tort au final n'est pas très important: on peut avoir compris 95% du problème et avoir tort au final, ou bien tirer au sort le résultat et avoir raison. Einstein, par exemple, osait prédire des résultats vérifiables 80 ans plus tard (comme les condensats de Bose-Einstein qui ont valu leur prix Nobel à Claude Cohen-Tannoudji, Keterlee et Chu). Il lui est arrivé de se tromper, comme dans la phrase "Dieu ne joue pas aux dés".

Le moyen fait partie de la vérité, aussi bien que le résultat. Il faut que la recherche de la vérité soit elle-même vraie; la recherche vraie, c'est la vérité déployée, dont les membres épars se réunissent dans le résultat.

Karl Marx - Les Choses - Georges Perec

Laurent Dingli

J'ouvre Le Point de cette semaine. Page 84, Claude Allègre se dit "ravi" par l'annonce du plan français pour développer les véhicules électriques et hybrides. Je vous livre ce passage intéressant car il montre que l'on peut ne pas apprécier Nicolas Hulot (de la part d'Allègre, c'est un doux euphémisme) et se montrer favorable à la taxe carbone complétée par des moyens concrets d'économie d'énergie. Je suis réservé sur la dernière phrase concernant le nucléaire, mais la question n'est pas là :
"Ce qui me semble réconfortant, dans le plan français pour développer la voiture électrique, c’est de constater que le gouvernement se lance enfin dans la mise en œuvre d’une écologie moteur de la croissance et refuse clairement la philosophie des Verts et autres Nicolas Hulot qui théorisent la décroissance.
« Certains diront que ce programme a aussi l’avantage de donner du sens à une taxe carbone aujourd’hui symbolique et dont l’efficacité concrète n’apparaîtra que dans quelques années, lorsque le véhicule électrique sera sur le marché. Il tourne le dos à la stratégie de ceux qui veulent taxer et punir et réclament qu’on taxe l’électricité, c’est-à-dire le nucléaire ! »
Claude Allègre. Le Point du 15 octobre 2009.

Véronique Raffeneau

@ Laurent

"le président de la République, répétez-vous inlassablement, voudrait séduire les écolos et faire de l’idéologie. Quelle réflexion profonde ! On dirait du Jean-François Kahn ou du Sylvie Pierre-Brossolette, c’est-à-dire le niveau zéro de l’analyse, c’est absolument navrant !"

Dans votre catégorie navrante vous pouvez ajouter Claude Imbert du Point.

Extrait de son éditorial du 08 octobre:

"L’art majeur de nos politiques sera désormais de naviguer entre ces deux exigences sans que l’une ­défonce l’autre : la conscience puis la vogue écologique auront heureusement ouvert les esprits, mais l’intégrisme écologique, tenté par la décroissance, jetterait nos peuples dans la misère et le soulèvement. Il est des potions du docteur Hulot qui ne guériraient qu’un mort. Sous la vague écolo, l’emballement démagogique bêtifie, collectionne les sparadraps ou bâcle une taxe carbone, hâtive et discutable."

"En vérité, le Grenelle de l'environnement est la seule question qui a entraîné un tel consensus au sein de l'Assemblée nationale : c'est un bel exemple pour notre démocratie que ce soit justement la question de l'environnement qui suscite une adhésion semblable et permette de transcender les clivages politiques traditionnels." (votre post)

Philippe explique très bien dans son billet le consensus au sein de l'Assemblée nationale, bref l'écologie ça ne mange pas de pain :

"L'obsession environnementale est devenue un culte pour les uns et une formidable opportunité pour les autres, notamment les politiques : elle cumule le mythe de l'avenir radieux parce qu'appauvri avec les méfaits d'une crise qui, elle, ne se laisse pas aisément maîtriser. Elle panse aujourd'hui avec demain, l'ensemble demeurant assez flou pour n'imposer rien de déterminant."

"Pour tout vous dire, j’ai déjà commencé à douter de la finesse de vos analyses quand, commentaire après commentaire, vous affirmiez que les politiques étaient tous des incapables. Un peu d'humilité que diable" (vous toujours)

Soyez gentil de considérer qu'en réalité je ne me risque jamais ici à aucune analyse. Trop fort pour moi. je fais de la conversation avec Philippe au sujet de ce qu'il écrit.

Je n'écris ici que parce que j'aime vraiment beaucoup ce garçon.

Au fait, avez-vous une réponse au sujet de l'emploi des 25 milliards d'euros de recette de la TIPP ?

Bernard-27400

@ Emmanuel

Je ne sais pas si ces lignes seront publiées et si elles l'étaient, je ne sais pas si elles seront lues, mais 37 laboratoires différents de par le monde travaillent sur le cycle du carbone... et aucun n'a le même avis. Normalement on pense, toujours au conditionnel, qu'il peut y avoir un décalage de huit siècles (8 siècles) entre un pic de chaleur et une émission de carbone.

@ Les autres

Claude Allègre, sans partager ses idées politiques, a certainement le savoir pour parler climat, dans le domaine des sciences le diplôme ne fait pas forcément le chercheur... Hubble qui a prouvé que l'univers était en expansion en donnant tort à Einstein (Constante delta) était avocat... Les frères Wright qui inventèrent l'avion étaient réparateurs de vélos, presque illettrés et n'avaient aucune connaissance des lois physiques démontrant qu'un plus lourd que l'air ne peut pas voler....loi toujours démontrée en 2009...

Laurent Dingli

Véronique Raffeneau,

J’avais envoyé trois commentaires le 12 octobre qui n’ont pas été publiés. Je n’ai pas le temps de recommencer. Mais, une fois encore, vous déviez le débat comme vous en avez l’habitude. Aujourd’hui, plutôt que de répondre sur le principe de la taxe carbone défendu, notamment par Alain Juppé, vous détournez encore le sujet en évoquant la gestion de la ville de Bordeaux ; c’est un peu mesquin. Qu’allez-vous trouver à propos de Michel Rocard pour éviter de remettre en cause vos a priori ? Il est très difficile d’argumenter avec quelqu’un dont la position est fondée sur un procès d’intention : le président de la République, répétez-vous inlassablement, voudrait séduire les écolos et faire de l’idéologie. Quelle réflexion profonde ! On dirait du Jean-François Khan ou du Sylvie Pierre-Brossolette, c’est-à-dire le niveau zéro de l’analyse, c’est absolument navrant ! On a beau vous rappeler que des personnalités aussi différentes que Michel Rocard et Alain Juppé, y sont favorables, et que cette question vitale dépasse largement je ne sais quel petit calcul électoraliste, vous ne voulez pas en démordre. Si vous pensez que d’anciens premiers ministres, de droite comme de gauche, que le MEDEF, que, demain peut-être, l’Union européenne dans son ensemble, ont comme objectif de séduire Nicolas Hulot - « vu à la télé », c’est que vous avez une vision bien superficielle de la situation tant sur le plan environnemental que politique. En outre, ni vous, ni Philippe Bilger ne songent qu’il en coûte beaucoup à Nicolas Sarkozy d’aller contre la tradition libérale de la droite, de multiplier les mécontentements au sein de la majorité, et qu’il préfère tenir ses engagements du Grenelle, plutôt que de plaire à l‘opinion publique évidemment hostile à une nouvelle contribution. Cela s’appelle pourtant du courage politique (il n'en a montré aucun en revanche dans le cadre des rencontres "Animal et société" qui ont été une gigantesque farce, de même qu'il ne manifeste aucune souplesse en matière de sécurité nucléaire). Perdre autant d’appuis pour gagner celui hypothétique d’une prétendue nébuleuse que dirigerait Nicolas Hulot : cela ne tient pas une seule seconde. En vérité, le Grenelle de l'environnement est la seule question qui a entraîné un tel consensus au sein de l'Assemblée nationale : c'est un bel exemple pour notre démocratie que ce soit justement la question de l'environnement qui suscite une adhésion semblable et permette de transcender les clivages politiques traditionnels. Peut-être un jour en sera-t-il ainsi en matière d'immigration, question trop souvent instrumentalisée aussi bien par la droite que par la gauche. La taxe carbone faisait partie du Grenelle et toutes les parties s'étaient accordées sur la question : associations, patronat, syndicats. Les modalités restaient à définir. Les uns trouvent la taxe insuffisante ; les autres trop lourdes, mal préparée, etc.
Pour tout vous dire, j’ai déjà commencé à douter de la finesse de vos analyses quand, commentaire après commentaire, vous affirmiez que les politiques étaient tous des incapables. Un peu d'humilité que diable !
Philippe,
Je sais que vous pensez « contre vous-même », notamment lorsque vous préparez vos réquisitoires. J’aurais tellement voulu que cela apparaisse sur la question de l’environnement. Mais ce n’est absolument pas le cas.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS