Ma Photo

Dans les médias: internet

  • FigaroVox
    Chronique hebdomadaire
  • ma chaîne YouTube
    Entretien de 38 mn avec Alain Finkielkraut, diffusé le 14/11/2013 Entretien de 54 mn avec Maître Hervé Temime, diffusé le 22/11/2013 Entretien de 50 mn avec Robert Ménard, diffusé le 29/11/2013 Entretien de 45 mn avec Eric Zemmour, diffusé le 6/12/2013 Entretien de 52 mn avec Edwy Plenel, diffusé le 13/12/2013 Entretien de 50 mn avec Michel Erman, diffusé le 3/01/2014 Entretien de 40 mn avec Elisabeth Lévy, diffusé le 14/03/2014 Entretien de 50 mn avec Olivier Besancenot, diffusé le 18/04/2014 Entretien de 1h15 avec Henri Guaino, diffusé le 25/04/2014 Entretien de 53 mn avec Eric Naulleau, diffusé le 2/05/2014 Entretien de 52 mn avec Grégory Coupet, diffusé le 16/05/2014 Entretien de 50 mn avec Michel Field, diffusé le 23/05/2014 Entretien de 50 mn avec Xavier Bertrand, diffusé le 20/06/2014 Entretien de 58 mn avec Michel Onfray, diffusé le 16/09/2014 Entretien de 50 mn avec Nicolas Dupont-Aignan, diffusé le 10/10/2014 Entretien de 48 mn avec Serge Moati, diffusé le 16/11/ 2014

Dans les médias: radio & télévision

  • France 5, "C dans l'air"
    Jeudi 20 novembre, de 17h45 à 19h, avec Yves Calvi.
  • France 5, "Les grandes questions"
    Jeudi 27 novembre à 21h40, avec Franz-Olivier Giesbert.
  • LCI, "Choisissez votre camp"
    Jeudi 20 novembre et vendredi 12 décembre, de 10h10 à 11h, avec Valérie Expert.
  • Europe 1
    Tous les dimanches de 12h45 à 13h, le parti pris de PB, avec JP Gené et Guy Roux, dans "Europe 1 Week-end", édition d'information de Patrick Roger.

Dans les médias: presse

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Mardi 16 décembre, de 9h à 12h : "Comment s'exprimer en public ?" Renseignements et inscriptions sur philippe.bilger@wanadoo.fr ou 06 11 53 04 91
  • L'objectif de l'Institut de la Parole est de proposer des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique des personnalités et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense également des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations pratiques liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Elles peuvent être sollicitées la veille. Philippe Bilger, magistrat honoraire, Président-Fondateur de l'Institut de la Parole, propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires. Tél : 0611530491 ou philippe.bilger@wanadoo.fr

Mes liens favoris

Diffusion

  • Wikio
    Wikio - Top des blogs

Mentions légales

  • Directeur de la publication: Philippe Bilger
    SixApart sa 104 avenue du Président Kennedy 75116 PARIS
Blog powered by Typepad

« Le pire puis le pire ? | Accueil | Hitler, connais ! »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c86dd53ef0153929e03a0970b

Voici les sites qui parlent de Ivan Levaï est-il intouchable ? :

Commentaires

Ozaguets

Ivan Levaï a répondu ce matin par Caligula interposé, qu'il considère comme une insulte à son cher Sarkozy ! Il est vraiment trop... petit.

Raph38

Lu sur le blog de M. Berrebi :

"... Depuis longtemps des proches de Monsieur Strauss-Kahn œuvraient auprès de Monsieur Sassou-Nguesso pour maquiller ce pays riche de pétrole, de minerais, de diamants, de métaux et de bois précieux en un pays pauvre. L’objectif étant de falsifier ses comptes, diminuer voire dissimuler ses véritables ressources, le présenter comme un pays vertueux, pauvre et très endetté afin qu’il obtienne un effacement quasi total de ses dettes. Peu importe si c’est le contribuable français qui, finalement, en assumera la charge.
Le plan a été conçu par des intelligences supérieures, des banquiers et des fonctionnaires expérimentés dans la restructuration de la dette des Etats. Encore une fois, c’était des proches de Monsieur Strauss-Kahn et, en même temps, de Monsieur Denis Sassou-Nguesso. Le conflit d’intérêt est évident et les faux accumulés ne peuvent le qualifier que de criminel..."

On peut donc raisonnablement penser que ce type d'arrangement n'est pas gratuit et se monnaye. Et que l'auteur du blog en sait certainement davantage qu'il ne peut dévoiler au risque d'un procès en diffamation (tout le monde ne peut pas s'offrir une armada d'avocats en or massif).

Ce type d'affaire en rappelle une autre : celle qui oppose M. Basano à l'Etat français depuis 20 ans dans l'affaire dite du Koweitgate.

GFB

Bonjour,

Votre propos sur le viol est exact. Ivan Levaï est indéfendable. Il devrait comme vous le dites aussi être poursuivi en justice pour cela car le viol est un crime.

Ceci étant, vous dites ne pas avancer masqué... traduire "je vais le faire" (genre parlons franchement, allons au fond des choses...).

Donc vous écrivez : "Pourquoi le conflit israélo-palestinien a-t-il si souvent la part du lion ? Je n'ose pas imaginer le traitement qui serait réservé à un chrétien ou à un musulman avec des orientations professionnelles de ce type".

Vous insinuez ce vous n'osez dire (on sent bien la patte juridique)... Pourquoi n'écrivez-vous pas ce que disent, en filigrane, vos phrases... à savoir qu'Ivan Levaï est pro-israélien et que ceci est à rapprocher du fait qu'il est... disons israélite (sinon pourquoi parler d'un chrétien ou d'un musulman).

Vous auriez dû dire franchement qu'il ne fait pas son boulot en mélangeant faits et opinions, qu'il est systématiquement de parti pris et que l'analyse partisane n'a pas sa place dans une vision balancée du monde.

Donc, comme je n'avance pas masqué, moi aussi, je vous dis clairement que vos propos sur cet aspect des choses sent le moisi et rappelle une odeur d'avant-guerre.

Sincères salutations

gabrielle b

Bonjour, je découvre votre blog, et je comprends combien il est utile d'écrire ce que vous faites, j'ai été déjà scandalisée, Anne Sinclair, à présent Ivan Levaï, tiennent-ils l'information ? Les idoles tombent et c'est très bien, mais aussi que les journalistes parlent, tous, ils sont aussi responsables de situations laissées sous silence trop longtemps ? Merci.

patrick berniere

Bonsoir,
Merci pour ce commentaire très judicieux. Beaucoup d'autres pour le moins complaisants m'ont fait toucher du doigt l'incommensurable distance qui nous sépare de ces gens, et les terribles certitudes et complicités qui les amènent à se ridiculiser ainsi.
Pitoyable, Ivan Levaï avec DSK comme avec un vieux copain de régiment : solidaire pour avoir servi dans le même corps...

Serge Berrebi

Les conflits d'intérêts fédèrent tout ce beau monde. Il devrait y avoir en France des boulevards et des écoles au nom de Nafissatou Diallo en remerciement d'avoir barré la route de la présidence de la République Française à un vrai pervers et à ses acolytes...
J'ai plus que subi ces conflits d'intérêts et j'ai déposé une plainte contre DSK auprès du Procureur de la République de Paris (voir http://101.gs/bsfm8n9). De faux rapports du FMI, qui ont permis une dictature africaine de bénéficier de milliards d'euros d'effacement de dette, en sont l'objet.
En espérant, sait-on jamais, qu'elle sera bien reçue...

Jean-Yves Gonzales

Bonjour Monsieur Bilger,

Vos propos sont exacts en ce qui concerne les prises de positions de Monsieur Levaï !
Pourquoi ne pas dénoncer aussi les mouvements en cours dans la magistrature afin de museler les juges et les procureurs en cas de perte du pouvoir par l'UMP, et cette justice à deux vitesses, une pour le pouvoir et l'autre pour le citoyen de base.
Ainsi que toutes ces affaires que le pouvoir souhaite voir disparaître par des non-lieu.
Merci à vous.
Il faut continuer.

Véronique Raffeneau

"Ici, je m'interroge : quelle étrange perversité anime cet homme qui persiste, contre vents et marées, à défendre celui qui lui a piqué sa femme ?" (PhilD)

Et moi, je m'interroge : quel étrange minimalisme de l'esprit conduit un PhilD à écrire comme si aucune littérature, aucun imaginaire, aucune nuance, aucune palette n'animaient les sentiments humains, par définition infiniment complexes, mystérieux, indéchiffrables, énigmatiques, et qui constituent la raison d'être de toutes les bibliothèques du monde.

Qu'on soit choqué, et à juste raison, par les propos tenus par Ivan Levaï sur le viol est une chose.

Qu'on soit plutôt pas surpris et scandalisé par le très peu de réaction politique et médiatique (pléonasme) qu'ils ont suscitée dans le débat public en est une autre.

En revanche, que tout cela conduise à dénaturer et à définir comme perversité l'infinie complexité des sentiments et des affections humaines, le noir et le lumineux tout ensemble de l'âme humaine, revient à brûler l'imaginaire et la littérature au sens très large, cette chose sans laquelle il n'y a simplement plus de liberté et d’intimité de soi.

philD

J'ai toujours trouvé Levaï détestable : servile avec les puissants, impitoyable avec les laissés-pour-compte. J'ai le souvenir d'un assommant donneur de leçons du temps (déjà lointain) où il officiait à la revue de presse de la matinale de France Inter. Ici, je m'interroge : quelle étrange perversité anime cet homme qui persiste, contre vents et marées, à défendre celui qui lui a piqué sa femme ? Il faudrait peut-être faire une étude psychanalytique du cas Levaï. Cela en vaut-il la peine ?

André Peytavin

Cette affaire DSK c'est finalement un cours de justice, on en apprend tous les jours, c'est formateur, c'est utile.
Merci Philippe Bilger, continuez.
André

Véronique Raffeneau

@ M. Ledun

En réponse à votre post du 30 octobre.

"Il a peut-être oublié son idée en route..."

En réalité, je pense que Philippe n'a pas franchement intérêt à transformer son blog en encyclopédie.

Qui veut s'informer sur le droit et la justice trouve sans difficulté des réponses et des explications totalement abordables.

En revanche, côté commentateurs, à mon avis, il est toujours mieux de vérifier le sens exact et la portée du vocabulaire spécifiquement juridique.

Non pas du tout dans le but de jouer au savant ou à la savante, mais très simplement en raison du fait que maîtriser au moins mal un vocabulaire particulier permet d'exercer une plus grande autonomie intellectuelle par rapport à l'ignorance qui défigure la perception de la réalité.

Par exemple, un classement sans suite n'est en aucun cas un jugement. C'est un avis, une opinion, une lecture par définition partiale.

Dans le cas d'une enquête préliminaire, aucune place n'est faite au principe du contradictoire qui reste, à mon sens, le minimum du minimum requis et obligatoire pour commencer à parler d’exercice de la justice.

http://www.dictionnaire-juridique.com/definition/contradictoire.php

Si je me suis permis de réagir au post de Perplex b et de Jérôme, c'est que je pense, pour reprendre sur un autre plan les arguments de Philippe contre les propos d'I. Levaï: judiciairement faux, socialement dangereux, qu'il est particulièrement inquiétant de relayer l’idée que le Parquet est une instance de jugement.

Je sais bien, et à la décharge des commentateurs non juristes, que Philippe, par exemple, avait l'habitude d'être appelé "Maître" par... des parlementaires et des journalistes peu au fait des questions judiciaires. Ce qui est tout de même très ennuyeux de la part des députés et des sénateurs chargés de… légiférer, et de la part de journalistes chargés d'informer.

Il n'empêche que confondre un classement sans suite avec un verdict de cour d'assises ou un jugement de tribunal correctionnel est très préoccupant.

D'autant plus, quand la décision du classement sans suite en question est à ce point non argumentée, avec l'objectif de planquer en sourdine, de façon délétère et masquée, des mots empoisonnés.
La qualité du rapport Vance, en comparaison, d'un point de vue d’intelligence et de crédibilité judiciaires, est en tous points écrasante.

Mais bon, à mon avis, le mot important à retenir de la décision française est..." communiqué de presse ".

C'est dans cette perspective minimaliste et médiocre de forme et de contenu qu'il convient, je pense, de le comprendre.
Par ailleurs, notre échange me permet de développer plus généralement une vraie inquiétude quant à cette illustration, ici mode people, de cet ersatz d'accusatoire français qui ne ressemble à rien.

C'est une tendance dangereuse pour tous ceux - accusés et victimes - qui ne pourront pas disposer des appuis nécessaires, et qui devront faire avec ce minimalisme judiciaire de la puissance publique.

Sur un plan très général, je pense qu'il n'est simplement pas acceptable qu'en France le Parquet produise en roue libre une sorte de sous-accusatoire sans qu’il ne soit impérativement fourni en contrepartie aux justiciables les garanties propres à un authentique système accusatoire.

Jiel

Cher Philippe,
Un billet parfait... et délectable ; comme si souvent. Merci
On m'a signalé et j'ai regardé la fin de l'interview de Nicolas Dupont-Aignan dans ONPC, qui ramasse en beauté cet insupportable Levaï. Un régal pour les amateurs.

Raph38

Laisser entendre qu'il existerait un lobby très influent en France, notamment dans les médias, est très exagéré. Il suffit d'écouter France Culture pour se convaincre du contraire.

Trop de pouvoir et/ou absence de contre-pouvoir, voilà ce qui a perdu DSK.

Il est l'arbre qui cache la forêt constituée par tous ceux et toutes celles qui s'estiment au-dessus des lois.

Certaines femmes placées dans des situations de domination hiérarchique se comportent de la même manière que leurs homologues masculins. Le harcèlement moral est loin d'être l'apanage des seuls mâles.
Par exemple, la presse s'est uniquement focalisée sur Georges Tron en omettant de parler de sa bien curieuse et bien perverse chef de cabinet dont le cas devait gêner et le machisme bien ancré et un féminisme accroché bec et ongles à une traduction à sens unique du mot victime.

L'affaire DSK "appartient au passé" et permet surtout à certains et certaines de se donner bonne conscience à peu de frais. Telle qu’elle a été présentée, focalisée uniquement sur le très médiatique DSK, elle empêche toute réflexion plus large sur l’usage et l’abus de pouvoir dans nos démocraties où certaines castes, certaines professions et notables sont devenus des intouchables.

Alex paulista

Anne Sinclair a probablement un goût plus sûr en peinture que pour choisir ses conjoints.
Il est vrai que, comme le soulignait Desproges, elle s'impose des critères superflus...

MAX Claire

Bonjour,
Il n'y a pas eu beaucoup de réactions, sans doute parce que les Français sont un peu lassés du feuilleton DSK qui rebondit chaque semaine. J'ai vu la prestation de Levaï chez Ruquier, il était pitoyable.
On ne tire pas sur les ambulances.

marc loury

M. Bilger j'avais de l'estime pour le magistrat intègre que vous étiez... Ce n'est plus le cas maintenant car vous vous faites le complice de ce féminofascisme qui semble avoir pour but de diaboliser les hommes, de les considérer comme des brutes assoiffées de sexe, de luxure, de stupre, lors même que de plus en plus sont victimes de manipulations affectives, matérielles, sexuelles (le triste et sordide phénomène "cougar" l'illustre assez bien).
Vous avez raison de dénoncer le viol (soit dit en passant, 10% des auteurs de violence physiques domestiques sont des hommes) mais vous devriez savoir, reconnaître, admettre - bien que vous soyez, apparemment, manipulé par ce féminofascisme - que la grande majorité des victimes des manipulations "amoureuses" sont des hommes et que beaucoup, par la suite, sombrent dans diverses addictions voire se suicident et dans tous les cas sont détruits. Naturellement une "justice" aveuglément conditionnée par le "politiquement correct" ne peut comprendre ou admettre la notion de "viol moral" ou "psychologique" qui ont des effets aussi désastreux et pernicieux qu'un viol physique.
Si vous étiez resté l'homme de bon sens que je vous croyais être, vous devriez considérer que la cruauté, le "mal", la férocité, l'odieux et l'abject n'ont pas de sexe.
Enfin votre diatribe contre M. Levaï est si puissante que l'on pourrait penser que vous éprouvez à son encontre une fort ancienne détestation.
A votre exemple je ne l'apprécie guère comme chroniqueur (trop d'emphase, de subjectivité) mais il reste un homme courageux et intelligent.

Ozaguets

Voilà qui permet de comprendre le maintien de ce pitoyable exercice hebdomadaire à l'antenne de France Inter ainsi que les interviews nombreux et complaisants à la sortie de ce livre ! Je ne suis pas sûr que DSK se sente protégé par un tel soutien...

une fan

Merci pour ce billet. Je commençais à m'interroger sur mon isolement à m'indigner...Face à cette collusion pitoyable et écoeurante.

Si le féminisme a mis du temps à se mettre
en rang, une des explications est simple : retour à cette même collusion qu'il a fallu démonter..au sein même de ces associations.

Heureusement des citoyennes, simples femmes laïques, non militantes ont réagi plus vite au seul nom de l'écoeurant traitement réservé aux victimes et à leur dignité.

Curieux de la part de ceux qui exigent, eux, un devoir de mémoire.Y a-t-il deux dignités,
la leur et celle des autres ?

jlm

@ Indignée
"Mais au moins, qu'elle ne soit pas montrée comme un modèle de courage auprès d'un mari volage"

OUI.
Ce type de comportement ajoute à l'ignominie en renouvelant l'autorisation de "troussage de domestique" par les épouses, qui veulent ainsi sauver leur couple de la plus triste des manières !

Indignée

Ce qui me choque dans cette histoire est lié à la violence faite, manifestement et d'après ce qu'elle en dit elle-même, à Anne Sinclair. Que celle-ci la subisse et l'accepte, cela la regarde, nous ne pouvons juger des "bénéfices" qu'elle retire sans aucun doute de cette situation, sans lesquels elle mettrait un terme à la vie commune : elle en a les moyens et si elle ne les utilise pas, c'est son problème à elle. Mais au moins, qu'elle ne soit pas montrée comme un modèle de courage auprès d'un mari volage, au nom d'un amour passionnel peut-être. C'est une injure faite à toutes celles qui souffrent au quotidien d'être malmenées par cette forme de violence qu'on appelle dans tous les milieux la tromperie. Quiconque la subit, femme ou homme d'ailleurs, connaît la souffrance, l'humiliation, la rancœur... Une chose est d'être trompée, c'en est une autre que de l'accepter voire même de s'en satisfaire. C'est la question même du consentement qui est au cœur de toutes ces histoires dans lesquelles trempe DSK. Visiblement, il va là où son propre intérêt le porte, sans trop se soucier du consentement des autres. Ce n'est pas parce que Mme Sinclair se laisse faire qu'elle doit en être plainte ou admirée.

Jean-Paul Ledun@Véronique Raffeneau

Quand allez-vous créer un Institut d’apprentissage de base et de culture générale juridiques et judiciaires ???
Véronique Raffeneau

Mme Raffeneau, je crois que c'était l'idée originelle de ce blog.
Du moins c'est que je comprends quand je lis dans les archives le tout premier billet de Philippe.
Il a peut-être oublié son idée en route…

herman

@ DMonodBroca

Ne croyez-vous pas que pour défendre son ami il aurait dû choisir le silence ?
J'y vois la naïveté de quelqu'un qui vit sur une autre planète.

Catherine A. intouchable on verra ; pitoyable c'est tout vu

J'écrirais volontiers que Levaï est sénile mais la formule est, j'en conviens, un chouïa lapidaire. En fait je crains que le temps ne fasse rien à l'affaire. Ce monsieur a passé sa vie à faire du journalisme autour de son nombril et là il a fini par tomber dans le trou.
Au-delà de ça il n'est qu'un exemple de plus - et je crains pas le dernier - de toutes les c... que les amis de DSK, désormais estampillé agresseur sexuel par la justice française et pas du tout blanchi des accusations de viol par l'américaine, ont pu proférer ; révélatrices peut-être d'une amitié maladroite, à coup sûr de problèmes non réglés avec les femmes ; des difficultés à leur accorder un statut égalitaire. C'est vrai que c'était quand même le bon temps quand ces bonnes femmes ne nous emmerdaient pas avec leurs revendications, quand on pouvait les honorer sans que personne ne moufte, qu'elles en aient envie ou non, quand elles passaient de l'autorité de leur père à celle de leur mari ; quand elles se mettaient pas en tête de travailler à l'extérieur et que pire elles ne revendiquaient pas de piquer la place des hommes.
Alors oui, il faut oser le féminisme ; il y a même des hommes qui en sont convaincus.
Ceux-là n'ont rien à prouver et ne se baladent pas la virilité en sautoir.

DMonodBroca

Cela dit, nul ne mérite, pas plus DSK qu'un autre, cet excès d'honneur ni cette indignité. Il y a un an, il n'y en avait que pour lui. Forcément candidat, forcément élu contre Sarkozy, il était l'homme providentiel. C'était exagéré, irrationnel, absurde. C'est désormais exagéré, irrationnel, absurde dans le sens inverse. Il est devenu pestiféré. Sachons mesure garder. On comprend qu'un ami prenne sa défense. Il est dommage que celui-ci le fasse aussi mal. A la décharge d'Ivan Levaï cependant, celui qui prend la défense du réprouvé le fait toujours mal, forcément...

Véronique Raffeneau

@ Perplexe-gb

"On dit que DSK à été relaxé par la justice pour prescription, il aurait été évêque, je ne suis pas certain que le même argument aurait été utilisé "

ON (?) ne dit rien du tout.

DSK n'a pas été RELAXE par la justice pour prescription.

Suite à la plainte de T. Banon, DSK n'a été entendu que comme témoin par des policiers.

Y compris quand il a été entendu pour une confrontation avec T. Banon.

Avez-vous déjà vu ou entendu parler de témoins relaxés ?

Avez-vous déjà entendu parler de relaxe dans le cadre d'une enquête préliminaire ?

A l'issue de cette enquête préliminaire, le Parquet disposait de deux options : ouverture d’une information judiciaire ou classement sans suite.

Il a opté pour un classement sans suite.

Je ne suis pas juriste, mais je pense que votre phrase est un non sens.

"Relaxe : Décision d’un tribunal correctionnel ou d’un tribunal de police. Elle déclare un prévenu non coupable." (dictionnaire juridique)

Le Parquet n'est pas un tribunal.

Pour plus d'informations :
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20110912.OBS0199/dsk-entendu-dans-l-affaire-banon-et-maintenant.html

@ Philippe

Quand allez-vous créer un Institut d’apprentissage de base et de culture générale juridiques et judiciaires ???

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.