« Si j'étais encore sarkozyste... | Accueil | 48 heures de la vie d'un pays »

15 février 2012

Commentaires

Frank THOMAS

Les communistes d'aujourd'hui, il est vrai, continuent d'être attachés à un idéal qui, pour peu réaliste qu'il soit, est tout à fait respectable et que les inégalités croissantes qu'on observe et dont on souffre ne disqualifient pas vraiment. Chacun a le droit de repousser ou d'attaquer ces idées.
Mais on préfère leur faire un mauvais procès, et les affirmations équivoques de Monsieur Hollande à leur propos, qui ne sont pas d'une grande dignité, s'apparentent au baiser qui tue. Cyniquement, en absolvant les communistes français d'aujourd'hui des crimes des communistes soviétiques d'hier, il les rappelle et les y associe. Je suis toujours offusqué lorsque les uns ou les autres veulent obliger les descendants à endosser les crimes des ancêtres.
Rien de plus injuste que de reprocher aux martiniquais descendants d'esclavagistes le comportement de leurs aïeux, ou d'en vouloir aux allemands d'aujourd'hui pour les crimes affreux de leurs grands-parents. De même, je ne vois aucune raison pour qu'un communiste de 2012 soit stigmatisé au nom du pacte germano-soviétique d'il y a 70 ans, des crimes de Staline ou des méfaits du KGB. On me dit que leur parti porte le même nom et qu'il ne semble donc pas enclin à renier les crimes d'hier. A ce compte, puisqu'en dépit des abominations passées, l'Eglise catholique s'accroche à "la mythologie discutable d'un nom", que le Vatican n'est pas débaptisé et que les noms d'Alexandre VI, de Jules II ou de Paul III ne sont pas rayés de la liste des souverains pontifes, faudrait-il que les catholiques cessent de l'être ?

Bray-Dunes

Ce qui relève de la vie privée est protégé par la loi et personne n'a le droit de fouiller nos ordinateurs, nos poubelles, nos agendas, ni de nous faire suivre et ni de nous photographier... C'est un principe. Seule la justice a le droit d'exercer cette violence et elle doit être sévèrement encadrée, de telle sorte que le pouvoir ne puisse s'en servir soit pour se protéger soit pour nous nuire. Je ne comprends pas comment on peut autoriser la presse, au nom de quelle essence, à avoir le droit de publier, sans le consentement des gens, ce qui relève de leur vie privée. Sauf cas exceptionnel, ainsi quand la justice est visiblement manipulée comme dans le cas des écoutes du majordome, la presse n'a pas à se substituer à la justice. Si l'exception devient la règle, c'est que notre système de règles ne fonctionne pas et qu'il faut le changer. La presse n'est qu'un signal, comme la douleur, d'une mauvaise santé.

Josiane Lacombe Minguell

@ calamity jane

Oui je suis tout à fait d'accord. Je suppose que le fatalisme est associé au découragement et à l'impuissance, au sentiment d'abandon, au mépris. Des proposition existent mais elles passent souvent par des filtres et n'aboutissent pas. Comment comprendre que dans un pays comme le nôtre les juges, après les avocats, les policiers, les pompiers, les enseignants, les étudiants soient descendus dans la rue avec vigueur, en nombre, pour manifester leur désapprobation sur des mesures prises et pour dire : il y a d'autres solutions, et qu'ils n'aient pas été entendus ? balayées d'un revers de manche leurs critiques et leurs demandes, leur expertise n'ont jamais été prises au sérieux par la droite actuellement en place.
Donc une certain découragement va croissant et c'est tout à fait normal. NS a beau jeu de proposer des référendums après avoir été absolument fermé à tout ce qui allait à l'encontre de la libéralisation à tout crin de tout ce qui fait la richesse d'un pays. La droite a dominé la vie politique de ce pays (hormis les 10 années de gouvernement de gauche depuis la guerre 45) sans véritablement tenir compte des opinions du reste du monde et sans négocier quoi que ce soit.
Pourtant les propositions concrètes existent, et pas seulement au PS mais aussi chez les Verts et au centre (droite moins libérale peut-être ?) de M. Bayrou qui ne s'est pas couché - ce qu'il faut lui reconnaître, mais elles ne sont pas reçues acceptées étudiées, etc.
Personnellement je ne suis pas fataliste et bien que l'hindouisme soit attrayant je ne m'en remets pas aux dieux, mais il faut comprendre que l'on puisse se lasser de n'être pas écouté.

Josiane Lacombe Minguell

@ Alex paulista

entreprise citoyenne (suite : déf au sens 3 de citoyen-ne adjectif par Littré : Adj. Dévoué aux intérêts de son pays. Ministre, soldat citoyen. Oh ! si ces vers, vengeurs de la cause publique.... Obtiennent de mon roi quelques regards amis, S'il prête à ma faiblesse un bras qui la soutienne, On verra de nouveau ma muse citoyenne Flétrir ces novateurs.... GILB. Le XVIIIe siècle. Supposez que la passion de faire le bien de l'État, passion qui anime le gouvernement actuel sous un roi citoyen... Éphémérides, t. II, p. 58, 1766.
Il est vrai que ce mot n'est guère usité en tant qu'adjectif mais il est tout à fait acceptable de concevoir qu'une entreprise - c'est-à-dire un groupe d'individus participant à la vie économique de la cité -, soit citoyenne c'est-à-dire œuvre dans un esprit soucieux du bien commun.

calamity jane

Josiane Lacombe Minguell,
ce qui a été mal exprimé dans la question
que je vous posais c'est le constat d'une
forme de fatalisme qui laisserait en rade
des propositions ou solutions possibles !
Peut-être y a-t-il une panne de créativité
même à ce niveau ? Suis-je claire ?

Josiane Lacombe Minguell

@calamity jane

Moi aussi je lis vos commentaire et les apprécie bien souvent. Aujourd'hui je ne comprends pas la question que vous me posez. Pour résumer, j'ai fait plus haut mon coming out politique et déclaré que je soutiens la candidature de François Hollande et que je suis plus socialiste qu'ultra libérale. Ai-je répondu à la question que vous ne me posiez pas ?

Josiane Lacombe Minguell

@Alex paulista

Oui alors je ne vais pas m'obstiner et j'accepte que la loi soit effectivement ce que l'on a fait de mieux pour préserver l'égalité entre les hommes (peut-être ferais-je bien aussi de faire une analyse sémantique de "citoyenneté"). Mais dites-moi, quelle sorte de sentiment le personnel politique et les décideurs sociaux doivent-ils éprouver pour bien vouloir appliquer la loi (au lieu de la détourner) ?

Alex paulista

@ Josiane Lacombe Minguell

Je suis bien d'accord avec tout ce que vous dites, je souligne juste que ce n'est pas à un "sentiment citoyen" qu'il faille se référer, mais à la loi !
Car la seule chose qu'on peut demander à une entreprise, c'est de respecter la loi.

D'ailleurs, la loi existe. Il est par exemple interdit pour le Directeur Général d'une filiale française d'organiser un transfert de technologie vers d'autres centres de production, si une juste compensation n'est pas prévue. C'est le pillage d'une entreprise française et le DG a sa responsabilité pénale engagée.

Alors ne parlons pas de "sentiment de citoyenneté" et faisons appliquer la loi.

Boris

Juste une question quand même : peut-on à la fois, et à partir des mêmes principes politiques, condamner les crimes du communisme après 1917 et trouver la condition ouvrière en France dans les années 1890 intolérable ?
Question encore plus délicate : pensez-vous qu'une action purement réformiste (disons du type des JOC ou des Radicaux) aurait pu faire évoluer à elle seule cette position ?

calamity jane

Josiane Lacombe Minguell,
je lis attentivement vos commentaires
mais, aujourd'hui, je me demande quelle
est votre proposition ? Oui car porter
critique contre tous les grands esprits
ne me paraît pas suffisant ; non pas parce
qu'on pourrait les décréter tels mais justement parce que ces bases de production sont
comprises et vécues par beaucoup.
Autrement dit peut-être que les solutions
existent mais que personne ne les propose
et qu'il faudrait encore réfléchir pour les
adapter à cette période si particulière de
transactions mondialisées !

(Un atelier Lejaby a été fermé dans notre
voisinage régional, les employées se sont
battues pour garder leur emploi sans succès.
C'était un des derniers points d'emploi
après la fermeture d'importants postes
d'imprimerie !).

Josiane Lacombe Minguell

"Elle a pour devoir de respecter la loi et pour finalité de faire de l'argent" Alex paulista.

Oui, bien sûr, je suis tout à fait d'accord, mais une entreprise "citoyenne" redistribuerait équitablement les richesses qu'elle crée et conserverait sa clientèle, car on peut augmenter la TVA mais si plus personne n'a les moyens de consommer, c'est la récession qui se pointe à l'horizon et c'est contre cela que les socialistes veulent lutter.
Maintenant nombre d'entreprises vont chercher leur clientèle dans les pays émergents, exemple Renault qui délocalise et espère trouver un nouveau marché pour ses voitures produites et vendues moins cher, hors Europe ; donc une entreprise peut faire du profit et créer de la richesse mais lorsqu'elle redistribue les richesses à ses actionnaires seuls et crée un taux de chômage élevé parmi ses ouvriers et employés (qui sont aussi ses clients consommateurs), elle se prive à plus ou moins long terme de futures richesses.
En Chine certaines entreprises délocalisent (je ne sais plus où) à leur tour, continuant à perpétuer non pas richesse mais chômage et pauvreté.
Donc non ce n'est pas si risible cette idée d'entreprise citoyenne, car lorsque seuls quelques nantis pourront profiter des richesses créées, les conflits vont s'intensifier dans le monde. La citoyenneté ce n'est pas seulement savoir dire "bonjour" à la dame, c'est aussi vouloir le bien commun, dans son propre intérêt même, et ce n'est pas simplement une question de "morale", c'est aussi être capable de faire vivre un système économique qui accepte tout le monde.
Tristement de nouveaux "intouchables" sont en train d'être fabriqués en Europe et ce n'est pas Lejaby qui va nous sauver, bien que nous soyons soulagés que quelqu'un ait pu conserver une entreprise, combien d'autres ont évidé leurs sites de production ?
N'est-il pas incroyable que plus un seul soutien-gorge ne soit fabriqué en France ? Depuis les années soixante-huit où les femmes libérées ont jeté leurs soutifs par dessus bord, les femmes ont recommencé à le porter et même à en acheter plusieurs par an, et pourtant nous ne sommes pas fichus d'en fabriquer un seul en France (pays de l'élégance vestimentaire et du glamour), eh bien cela c'est le signe que quelque chose ne fonctionne pas avec nos entreprises !
Je sais que notre seul but est de trouver les bonnes solutions pour le bien de tous et de chacun mais pardonnez-moi, M. Arnault qui est une personne tout à fait honorable n'est pas non plus Zeus tout-puissant même si son talent l'a mené suffisamment loin pour pouvoir acheter une entreprise pour en faire cadeau à l'équipe de campagne de NS qui a besoin d'arguments pour convaincre (pardonnez-moi cette petite perfidie si vous êtes un admirateur de NS mais je n'ai pas pu m'en empêcher).

Shaher

"En France, il n'y a plus de républicains"
Ah si, moi. J'assume le terrifiant passif, ou la fidélité à la mythologie discutable du nom de celle qui a pourtant dévoré les siens et les autres. Pire, je chante son hymne de mort, j'honore son drapeau souillé du sang des peuples du monde, je rend hommage à ses tyrans innombrables. Et au nom de quoi ? Du constat qu'on en a fait de belles choses, et qu'elle a fait la preuve que son totalitarisme n'est pas inéluctable.
Quiconque prétend prononcer cette phrase, au premier degré ou pour me faire comprendre que je ne suis pas républicain (heureusement) tout en l'étant (pauvre enfant) se soumet aux mêmes sarcasmes que je réserve aux suppôts du Pèlerin qui moquent "la Gueuse".

"En France, il n'y a plus de communistes"
Ah si, moi. J'assume le terrifiant passif, ou la fidélité à la mythologie discutable du nom de celle qui a pourtant dévoré les siens et les autres. Pire, je chante son hymne de mort, j'honore son drapeau souillé du sang de des peuples du monde, je rends hommage à ses tyrans innombrables. Et au nom de quoi ? Du constat qu'on en a fait de belles choses, et qu'elle a fait la preuve que son totalitarisme n'est pas inéluctable.
Vous semblez avoir trouvé votre Gueuse, souffrez mes sarcasmes.

Alex paulista

@ Xavier NEBOUT

Il s'agit d'époux plus que de simples amoureux.
Et comme j'ai suivi mon épouse dans son pays et que là, c'est moi l'immigré eh bien... je m'héberge moi-même.

D'où mon pseudo.

zenblabla

"...mémoire du désastre auquel avait abouti le communisme sanglant et dévoyé..."
Dévoyé, c'est bien le mot !

L'ennui de l'anticommunisme a bien rejoint celui du communisme, et ce n'est plus un mur en façade tandis que ce mur est tombé, et puisque cela fait un quart de siècle.

L'allégeance, elle, ne tombe pas elle perdure.
Comme "percolerait" à ma droite la richesse, de haut en bas, même si aimaient hors de toute allégeance mes ancêtres une étrange cafetière, celle munie de deux ballons en verres transparents sous les vapeurs d'alcool, une cafetière qui produisait son bouillon vers le haut, afin que café filtre !

Xavier NEBOUT

@Alex paulista

Pleurer sur le sort de la femme que l'on sépare de son amoureux est plus politiquement correct que se demander comment l'amoureux peut être assez vil pour ne pas suivre celle-ci dans son expulsion.

Ceci dit, je suis admiratif de votre générosité à l'égard des immigrés en ce que le coeur doit passer avant l'argent.
Mais alors, combien hébergez-vous d'immigrés chez vous ?

Boris

@ Xavier NEBOUT

Mon grand-père, qui avait dix hectares de terre près du Danube, a été convoqué à la cellule du parti en 1946, à deux heures du matin, pour donner volontairement cinq hectares au camarade Tito. Depuis lors, la famille est perdue pour le communisme.
Toutefois, toutefois...
"Le communisme est indissociable de la dictature du prolétariat et du totalitarisme, puis de ses dérives". Je ne nie pas les dérives, mais qu'en pense Gracchus Babeuf ? Dire que "le marxisme n'a jamais été brillant" n'a guère plus de sens que d'affirmer : "Big Brother est inbon". Quant à la responsabilité de Marx dans la Révolution de 1917, je vous rappelle qu'il avait un alibi... Au sujet des meilleurs, on peut fort bien être communiste et kalos kagathos : voir Platon et ses Gardiens.
Enfin, n'est-ce pas Maurras qui disait : "Le roi, c'est l'anarchisme plus un" ?
La lecture de Zeev Sternhell vous ferait du bien, je crois. L'anticommunisme se doit d'être intelligent.

Alex paulista

"le capitalisme n'a pas d'états d'âme et d'ailleurs n'a pas d'âme, il n'est que fonctionnel"

Rédigé par : Josiane Lacombe Minguell

Je suis bien d'accord avec vous et je trouve que c'est très bien.
Le capitalisme n'est pas censé promouvoir telle ou telle vertu, tout comme le moteur de votre voiture n'est pas censé promouvoir le trajet pour aller à l'église plus que celui pour aller au bordel.

C'est pourquoi les socialistes me faisaient bien rigoler avec des concepts comme "l'entreprise citoyenne".
Une entreprise, c'est fait pour gagner de l'argent. Tout ce qu'on peut faire, c'est la soumettre à un cadre législatif et réglementaire. Elle a pour devoir de respecter la loi et pour finalité de faire de l'argent.
Point barre.

C'est pourquoi Bernard Arnault a eu raison d'indiquer qu'il reprenait les "filles" de Lejaby parce qu'il pensait faire de l'argent avec leurs qualités.
Ces ouvrières n'ont pas besoin du paternalisme de Wauquiez, mais juste d'être respectées pour ce qu'elles sont capables de faire.

Alex paulista

@ MS

Pour moi ils sont tous de Torreilles (et surtout Vanneste), mais c'est une vieille histoire.
Quant aux Amoureux, je parlais de ceux-là:
http://amoureuxauban.net/


Pour revenir au communisme, pour moi son déclin souligne le manque cruel de perspective, de vision pour l'avenir. Pour beaucoup de personnes, rien n'a su prendre vraiment sa place.

Plus aucune vision long terme pour la France, l'Europe, le monde. Hélas.

MS

Alex, je ne vous en demandais gravement pas tant, pis "Les amoureux des bancs publics", je connais, j'ai l'intégrale.
Ma première question n'était entre Basse et Castillet qu'une perche à la seconde.
Sempre endavant.

Alex paulista

@ MS

Pour moi, les libertés individuelles passeront toujours avant le montant des impôts. Quand on sépare des familles en expulsant jusqu'aux conjoints de Français, quand on met de force dans un avion une femme enceinte de 8 mois jusqu'à lui faire perdre son enfant, on ne respecte rien.
Je vous invite à acheter le DVD ou à consulter le site "Amoureux au Ban public" pour comprendre.

Tandis que le reste n'est qu'argent, peut se rattraper, se corriger. Les socialistes ont parfois conduit une politique plus de droite que la droite elle-même, et inversement d'ailleurs.

Vous devinez donc mon choix: Bayrou par défaut, Hollande par défaut du défaut éventuellement au second tour. Et si c'est Sarkozy-Le Pen, je m'abstiens.

Après, c'est juste mon opinion...

Josiane Lacombe Minguell

"Le capitalisme a besoin de se rassurer sur la possibilité qu'une force politique ayant pour but de lui contester sa prééminence ne soit plus en mesure de le faire et non pas qu'une dictature quelconque existe." Tout à fait d'accord avec cette remarque d'Hermione, le capitalisme n'a pas d'états d'âme et d'ailleurs n'a pas d'âme, il n'est que fonctionnel (ou pas selon le point de vue d'où on le subit ou l'on en jouit).

Xavier NEBOUT

Le subtil accommodement d’un parti communiste à son histoire, part du postulat de la possible dissociation de ses principes marxiens et de ses conséquences, ce qui est faux. Le communisme est indissociable de la dictature du prolétariat et du totalitarisme, puis de ses dérives.
Or, M. Hollande nous fait lui-même la brillante démonstration de l’incapacité du parti socialiste à se détacher du marxisme qui, contrairement à ce que les intellos voudraient, n’a jamais été brillant.
Il comporte en effet entre autres délires comme l’assimilation de la richesse « objective » à du travail, pour tare de base : la confusion entre l’opposition du socialisme prônant la répartition des richesses selon les nécessités au libéralisme qui la prône selon les mérites, et le taux de prélèvement et de répartition qui peut lui aussi se faire selon les nécessités et les mérites. En effet, partant de là, d’un côté tout doit relever des pouvoirs public, et pas dans l’autre.
Nous avons ainsi dans les pays scandinaves, et même aux USA, un taux de prélèvement souvent plus élevé qu’en France, mais une répartition qui est faite beaucoup au mérite que les nécessités et son cortège de corruption à tous les niveaux.
Ce que de tous temps les socialistes n’ont pas supporté, c’est que les meilleurs commandent aux moins bons. Pour eux, il ne faut que des moins bons dont ils seront l’émanation. C’est l’éternelle exploitation démagogique de la jalousie des petits contre les aristocrates qui s’accroît au lieu de se réduire lorsque l’aristocratie n’est pas héréditaire, comme pour mieux en démontrer la nature.
A cela se superpose la jalousie haineuse contre la noblesse d’âme, vaste sujet complètement ignoré et pourtant si prégnante sur l’inconscient.

Cantalessous

Achille, vous êtes de mauvaise foi ! Au nom des droits de l'homme, on s'est aliéné le commerce de la Chine. Pendant ce temps les Allemands, les Anglais, les Américains, le monde entier continuaient à commercer avec ce pays. Il est grand temps de renouer des liens avec ce pays quel que soit son régime, alors même que nous avons un déficit commercial abyssal. Quant à la campagne qui se ferait avec l'étranger, souvenez-vous de la présence de Zapatero, le modèle indépassable de notre gauche après Blair, aux meetings de S. Royal. Au fait où en est l'Espagne ?

Franck Boizard

Je le sais, ça ne se fait pas de citer son propre blog, mais permettez-moi d'être grossier, c'est pour la bonne cause :-)

http://fboizard.blogspot.com/2012/02/desinformation-qui-gagne-la-guerre_13.html

Achille

« Si on peut constater ici ou là des résurgences du communisme, elles sont et seront limitées par la mémoire du désastre auquel avait abouti le communisme sanglant et dévoyé. Celui-ci a été remplacé, comme repoussoir absolu dans le monde international équilibré, par le terrorisme islamiste et ses ravages. Le fanatisme religieux s'est substitué aux dérives d'une religion séculière. »

Repoussoir absolu dites-vous, monsieur Bilger ?

Pas pour tout le monde, me semble-t-il, si l’on se réfère au protocole entre le parti communiste chinois et le parti de la majorité présidentielle signé par Xavier Bertrand en 2009, lorsqu’il était secrétaire général de l’UMP. Ceci dans le but, je cite "d’une meilleure compréhension, une meilleure connaissance et beaucoup plus d'échanges" avec le parti populaire chinois.

D’ailleurs cette amitié entre ces deux partis est toujours très chaleureuse puisque J-F Copé qui est le nouveau secrétaire général de l’UMP est allé rendre visite aux membres du PC chinois, en profitant au passage pour « dézinguer » le candidat du PS, ce qui donne un aperçu des méthodes utilisées par l’UMP pour se maintenir au pouvoir.

Eh oui, notre campagne électorale se fait même à l’étranger. C’est aussi ça le sarkozisme.
On a connu la mondialisation de l’économie. Maintenant c’est la mondialisation de la politique de la France, avec Angela Merkel qui soutient ouvertement Nicolas Sarkozy et le PC chinois qui est sollicité pour apporter lui aussi sa contribution (sous quelle forme ? là est la question) au président et désormais candidat officiel à la présidence de la République.

Hermione

Bien essayé Monsieur Bilger, mais non... votre analyse n'en n'est pas une. C'est une prise de position et vous faussez la réalité des propos de François Hollande (vous êtes en récidive de surcroît, en considération de vos propos sur Guéant).

François Hollande n'a pas voulu dire qu'il n'y avait plus de staliniens ou de tenants d'un pouvoir centralisé et fort en France. Il a simplement dit que de son point de vue, le parti socialiste avait proprement tué le parti communiste en tant que parti susceptible de faire ou défaire une majorité au parlement et surtout en tant que parti pouvant mobiliser plus de 15 % sur une élection présidentielle.

Le capitalisme a besoin de se rassurer sur la possibilité qu'une force politique ayant pour but de lui contester sa prééminence ne soit plus en mesure de le faire et non pas qu'une dictature quelconque existe. L'histoire contemporaine nous le montre assez, et quelle que soit l'idéologie prétendument au pouvoir d'ailleurs. La Chine ou la Russie de Poutine sont d'horribles dictatures, et personne n'est dérangé par cela, loin de là.

Et quand je parle du régime politique chinois ou russe, bien évidemment je ne me permets pas de juger que la culture russe ou la civilisation chinoise est inférieure à la civilisation occidentale ou à la culture française.

Jean-Dominique Reffait

Il faut, singulièrement en France, séparer le communisme du Parti Communiste. Parce que l'histoire de la gauche radicale en France est riche de bien d'autres inspirations (anarchisme, proudhonnisme, saint-simonisme) que marxistes et qu'il subsiste ainsi une possibilité idéologique vierge de tout drame historique et qui recouvre assez bien le terme de communisme.

Parallèlement, le Parti communiste, dans la mouvance marxiste, a longtemps, trop longtemps, confisqué la notion de progrès alors qu'il est difficile de trouver un parti plus conservateur : la pruderie moralisatrice d'un militant communiste dépasse celle d'une grenouille de bénitier et, du point de vue économique, le marxisme est une idéologie profondément capitaliste dans la mesure où il inscrit tout son corpus à l'intérieur du capitalisme pour en changer les règles sans en changer la nature. Et c'est ce qui s'est passé dans les pays communistes, avec la nationalisation du capital tout en conservant les méthodes de production de celui-ci : quel meilleur hommage rendu au capitalisme que d'en faire un trésor collectif !

Incontestablement, il n'y a plus de communistes d'ancienne manière en France : le parti communiste a abandonné la faucille et le marteau, les militants rejettent avec sincérité le bilan jadis globalement positif du stalinisme. On voit même - oh comme c'est cocasse - pas mal de militants communistes entrer en loge maçonnique, dans la collaboration de classe, fraternisant avec le patron vampire. Il y a donc un divorce définitivement prononcé avec les fantômes soviétiques.

Les communistes ont déjà fait la preuve en France de leur utilité réelle : les élites communistes sont sérieuses et pragmatiques, les collectivités sont bien gérées, ils respectent loyalement les accords politiques sans revenir en permanence à la charge comme le font les Verts. Dans toutes les régions et grandes villes gérées par la gauche, il y a des membres de l'exécutif du parti communiste, des maires, des présidents ou des adjoints, jamais un problème, les dossiers sont sérieusement tenus dans le respect des accords passés en début de mandat, la corruption les épargnent le plus souvent. Leur conservatisme est gage d'une continuité de la chose publique, ils aiment l'ordre, détestent l'aventure. Les élus de droite le savent : quand une alternance se produit dans une collectivité, les communistes transmettent loyalement les dossiers, espérant que leur successeur y trouvera matière à poursuivre quelques pistes engagées. Ils ont conservé leurs qualités mais n'ont plus les moyens de leurs défauts.

Jean-Luc Mélenchon est tout de même amusant. Il a passé une longue période de sa vie politique à honnir les "stals" (pour "staliniens", sobriquet commun qui désigne les communistes au PS). D'abord trotskyste (OCI), puis mitterrandien dès 1977, il a participé à son échelle au lessivage du PC. Nombre de communistes vivent d'ailleurs fort mal qu'il soit leur candidat. Pour ma part, d'un point de vue politique, je préfère de loin les communistes d'aujourd'hui à leur candidat importé.

Robert

Comme le précisent Achille et Mary Preud'homme, sans doute ne faut-il pas confondre le communisme d'une part, et le marxisme-léninisme et ses avatars, d'abord le trotskisme supplanté par le stalinisme, d'autre part. La seule constante reste une tendance idéologique à l'autoritarisme.

Il convient en effet de considérer que le communisme français a profondément évolué dans ses bases idéologiques et qu'il s'est toujours revendiqué "républicain", avec une notion assez spécifique de la démocratie...

Ses idées représentent quelques pour cent des Français, tout comme d'ailleurs les idées gaullistes, du moins ses vrais partisans, à ne pas confondre avec nombre de ceux d'un parti majoritaire qui s'en revendique alors que toute sa politique est à l'inverse de celle qu'aurait faite le Général !

JJB

Voici la correction du Guardian qui sauve tout, le “très peu” qui fera plaisir à M. Mélenchon :
Il n’y a plus de communistes en France... ou très peu (or not many)

François Hollande seeks to reassure UK and City of London was corrected because the original quote "There are no Communists in France" omitted François Hollande's subsequent qualifying phrase "or not many".

Surcouf

Nous sommes dans un cercle non vertueux.
Les extrêmes, le rouge et le noir, dans l'histoire du XXème siècle se sont rejoints dans l'ignominie la plus monstrueuse.

Comment en 2012 peut-on défendre des idéologies, qu'elles soient fascistes ou communistes, ayant porté l'horreur à un degré inimaginable jusqu'alors.

On peut trouver toutes les excuses que l'on veut, mais les gémissements des torturés retentissent toujours à nos oreilles et les yeux vides des morts nous fixent par delà la nuit.

Jean-paul ledun

Hors sujet - Clin d'oeil


Bonne chance mon Président !

MS

Et la partie qui, elle, est soumise au marché est probablement une des plus compétitives du monde, comme un sportif qui s'entraîne en portant un boeuf sur ses épaules.
Mais au bout d'un moment, pour courir le 100 mètres, ça commence à peser un petit peu...

Alex, conséquemment in fine à tout prendre, Hol ou Sarko ?

Et accessoirement - j'avais déjà vaguement tilté avant - Lurçat ou Arago ?

bernard

Du toit du Colonel Fabien, j'avais Paris à mes pieds. Il n'y aura jamais de bon communisme appliqué. C'est l'idée même du communisme qui est folle, démoniaque. Mise en oeuvre, elle donnera toujours le même résultat inhumain, antihumain.Les hommes sont des individus, pas des fourmis robotisées scientifiquement meurtrières.
Il faut ABANDONNER le mot communisme, comme le mot nazisme.
Embarqué tout jeune dans le communisme dans ma jeunesse, de ma faute surtout et aussi de celle de quelques "amis", j'ai renié cette religion en 1989, devant l'évidence. J'ai mis 10 ans, 10 ans à m'en remettre et ce parce que j'ai coupé d'un coup tous les ponts avec tous les "communistes" que je connaissais, qui me crachèrent leurs insultes quand j'ai renié. On m'a fait faire beaucoup de petites saloperies et j'en ai parfois inventé moi-même. Heureusement qu'en moi, vivait une petite flamme libre de mon enfance qui me fit refuser de monter rapidement dans la hiérarchie, je n'allai pas trop haut, sinon aujourd'hui, je serais un très sale mec.
Hollande, ne me ramène pas les communistes, orthodoxes ou originaux !
Pitié !
..
Vous avez bien fait d'être anticommuniste frénétique, M. Bilger, ne le regrettez pas !

Alex paulista

@ Jean-Marc, Polochon

Je crois que c'est bien pire que cela. Je ne sais pas si on appelle ça du communisme, mais en France quasiment 80% de l'économie sont directement soumis à l'État.

Regardez dans les petites villes, tous les notables sont médecins, notaires, pharmaciens. À Perpignan la Mairie est le premier employeur.
Même une grande ville comme Toulouse, si vous enlevez l'aéronautique qui y a été installée par décision de l'État...


C'est ça le vrai drame de la France: pas tellement qu'il y ait 20 ou 2% de communistes ou qu'ils détournent l'argent du CE de l'EDF, mais plus que la majorité de l'économie soit un frais fixe non soumis au marché, qui dérive au gré des clientélismes politiques.

Et la partie qui, elle, est soumise au marché est probablement une des plus compétitives du monde, comme un sportif qui s'entraîne en portant un boeuf sur ses épaules.
Mais au bout d'un moment, pour courir le 100 mètres, ça commence à peser un petit peu...

Savonarole

M. Bilger.

Le PCF dispose de 18 députés à l'Assemblée Nationale.
De 20 sénateurs.
De 10.000 élus locaux, dans plus de 800 municipalités.

Si par un curieux hasard en 2012, le Front National disposait de 18 députés, 20 sénateurs et de 10.000 élus locaux, pensez vous que François Hollande dirait qu'il "n'y a plus de fascistes en France" ?

Polochon

On ne tire pas sur une ambulance... disait Françoise Giroud.
Malheureusement, comme le fait remarquer Jean-Marc, ils tiennent encore quelques postes clés à gros budgets et doivent être également bien implantés dans la magistrature car ils sont rarement inquiétés par la Justice (un peu comme Pasqua).

Josiane Lacombe Minguell

Cher M. Bilger si seulement la droite actuellement au pouvoir pouvait s'inspirer de votre honnêteté et de votre finesse d'analyse ! que de bourdes et d'erreurs seraient évitées, de grossièretés, tant dans le domaine du discours que dans les actes. Et Monsieur Mélenchon lui-même serait bien obligé de remonter le niveau de sa "contestattitude" au lieu de se contenter de faire de l'anti-socialisme systématique !

jack

Oui, on peut encore soutenir que le communisme est une hantise et si l'on ne s'en affranchit pas clairement, on cautionne, magré soi, par exemple : le parti unique chinois et ses exactions ou l'antédiluvien et népotiste parti unique nord-coréen.

Georges

Qu'est-ce que Hollande a vraiment dit ?

Peu importe : l'important c'est le plaisir de la curée.

A propos, vous qui avez défendu l'arrêté Vanneste, allez-vous aussi défendre la réalité de ses propos récents, mais après avoir regardé la vidéo incriminée ?

Il est difficile de croire que cet homme intelligent (dont je ne partage pas les idées) se soit avancé sans biscuits.

Mais peu de gens, journalistes inclus, maîtrisent la langue française et donc l'écoutent et la conceptualisent avec suffisamment d'attention.

Merci.

Cordialement


Cactus pour éviter la fosse commune

Essayons aussi d'éviter l'isthme commun, non ? sinon nous serons tant amers que même le Titanic deviendra alors un détail de notre histoire !

sylvain

Héooo les cocumunistes !

Vive ailleurs ! "pisque" c'est mieux qu'ici.


Pour ceux qui se plaignent de vivre en France, j’ai le pays qu’il vous faut : la Chine...

En voilà un beau pays superbement gouverné...

Le social-capitalisme... a l’avantage d’allier le communisme et la liberté d’entreprendre.

Ou alors : Cuba.... C’est bien Cuba... le communisme basique mitigé de directivisme...

Si j’osais... : la Corée ?? Nord ou Sud, c’est vous qui voyez.

De toutes façons : tout... sauf la France ce pays « pourri » qui a mis au pouvoir ce Sarkozy valet du Capital !

Mary Preud'homme

Tout dépend de ce que l’on entend par communisme.
Si l’on parle de l’idéologie mise en place à partir de la révolution d'Octobre, il est un fait que la chute du régime de l’ex URSS a entraîné celle des systèmes dictatoriaux imposés par Lénine, puis Staline et a eu des répercussions dans tous les partis frères, notamment en France.
Mais si l’on retient le terme dans son acception originelle, l’objectif initial du communisme (de Marx ou Engels) étant de réaliser une société plus juste, plus égalitaire, comme une alternative à une société capitaliste inhumaine, il est vrai que cette idéologie communiste-là reste bien vivace non seulement en France mais un peu partout dans le monde.
---
Remarque : le moment venu, gageons que Hollande ne répugnera pas à engranger à son profit les voix de ces cocos qu'il ignore aujourd'hui par pure tactique électorale. Belle mentalité de socialiste mitterrandien !

Marie

"Au contraire, nous avons droit à un désir de se maintenir dans les lieux !"

Ah, monsieur Bilger, certains savent mieux que quiconque que vous êtes légitime à écrire ces propos !!!!!

F Hollande, N Sarkozy : bonnet blanc et blanc bonnet !! F Hollande = N Sarkozy = Veto !

Ce qui est extrêmement grave c'est qu'un des deux individus qui interdisent à tout candidat d'obtenir les 500 signatures qui lui permettra de se présenter est lui-même un imposteur !
Nicolas Sarkozy s’est inscrit en 2007, trois jours après la clôture des listes ; ses « amis » d'alors lui ont permis de s’installer à l’Elysée.

Que cachent les difficultés que rencontre madame Le Pen pour obtenir les 500 signatures ???

Monsieur Besancenot a confirmé ce que madame Boutin avait déjà signalé il y a quelques semaines à savoir : la circulaire que l'UMPS a fait parvenir à leurs élus pour leur interdire de donner leur signature à tout candidat qui ne serait pas de leur parti ! Sauf ceux qui feraient un petit score comme monsieur Cheminade. Ensuite madame Aubry, monsieur Peillon… et autres diront haut et fort que madame Le Pen bluffe !!! Je rappelle que madame Boutin, madame Lepage se sont ralliées ou du moins s’étaient ralliées à madame Le Pen dans sa saisine du Conseil d’Etat. Je passerai sur les mesquineries des journalistes, des politiques, dans cette affaire, nous saurons demain ce que le Conseil Constitutionnel décidera !

Curieusement voilà que madame Boutin après avoir déclaré qu’elle déclencherait une « bombe atomique » se retire de cette parodie d’élections et s’allie avec Sarkozy !

Il faut toutefois souligner qu’Hervé Morin, Dominique de Villepin, Frédéric Nihous, N Dupont-Aignan, Nathalie Arthaud, Carl Lang, même monsieur Chevènement (avant son retrait) !!!! , en bref, tous ces candidats potentiels, combien ils rencontrent de difficultés pour obtenir les fameuses 500 signatures.

http://www.huffingtonpost.fr/2012/01/31/le-pen-arthaud-villepin-signatures_n_1244601.html

Même finalement la grande g… de Mélenchon est en mal aussi de signatures…


Comment peut-on déclarer qu’une élection est démocratique lorsque les deux partis majoritaires dans ce pays se permettent déjà de décider pour le peuple qui a le droit de se présenter aux élections présidentielles ! Choisissez entre la gauche caviar et la droite bling-bling !

On sait déjà que la gauche envisageait de nous imposer un obsédé de la braguette…. Que Nicolas Sarkozy n’a pas hésité à placer à la tête du FMI faisant fi de ce qu’il savait, plaçant lui-même ses maîtresses là où il le désirait…. ! Bref !

François Hollande et Sarkozy disposent d’études d’opinions qu’ils veulent maintenir secrètes, qui mettent madame Le Pen à égalité voire devant N. Sarkozy. Par des manipulations ahurissantes, les sondeurs placent NS devant Marine Le Pen pour prétexte qu’aujourd’hui il est plus facile de dire « je voterai madame Le Pen, que N. Sarkozy ! ». Ces mêmes sondeurs expliquent toujours que NS serait ainsi sous-évalué dans les sondages, d’où leurs manipulations !!!

Cette vidéo est particulièrement intéressante à écouter !

http://www.dailymotion.com/video/xomq5q_r-courtoisie-2012-02-13-lesquen-ratier-mlp_news


Monsieur Mélenchon estime de son côté qu'il est sous-estimé... Comme le sont les petits partis qui sont dotés de 0 au plus 1 % !!!


Mais comment s'en étonner lorsque l'on sait que certains instituts de sondage appartiennent à la droite, comme BVA à Bolloré !!!

"Tu vas en Côte d'Ivoire, puis en Libye, je surveillerai tes sondages !"

Bravo !

Cantalessous

Tout à fait d'accord avec Jean-Marc : nous sommes l'un des derniers, sinon le dernier, pays à mentalité communiste en Europe.

Pierre-Antoine

Depuis les années 80, les communistes intéressent de plus en plus les écolo-verts...

Comme toutes les espèces en voie de disparition bien évidemment ! :-D

Cordialement

Pierre-Antoine

Jean Marc

Pas du tout d'accord, les communistes gèrent : Seafrance, CE EDF (congestion avec les francs-maçons), dockers (qui ont ruiné une économie ), France Télévisions, Radio France, SNCF, Imprimerie nationale, RATP...

Jiel

Cher Philippe,
Plein accord sur ce billet.
Notre monde se vautre décidément dans l'hypocrisie.
Au tour de la gauche :
Honnête ce François Hollande qui ne s’embarrasse pas d'approximations et d'amalgames dans son langage lorsqu'il s'agit de rendre le front de gauche City-compatible ?
Ah, l'exigence de précision du langage ! Où sont les exégètes sourcilleux du terme "civilisation" ? Harlem Désir au secours !
Faux-culs ces communistes qui ont formellement renié leur dévotion au stalinisme et à la belle époque de Georges Marchais, mais sortent de leurs gonds (avec le soutien de tous les beaux esprits de la gauche) à la publication du Livre noir du Communisme. Ils n'auraient été crédibles qu'en renonçant, comme les autres Partis Frères au terme COMMUNISTE... et encore ?
Ils s'y refusent obstinément. Quel honnête homme peut les croire sincères ?
Et toute la gauche s'étrangle lorsqu'on veut baptiser une place Soljenitsyne. François Hollande, allez expliquer ça au Guardian !
Qu'on vivrait bien sans ces fausses barbes.

Jabiru

Votre billet du jour me rappelle un fait que je n'ai jamais oublié.
C'était dans les années 60, alors que je discutais avec un jeune ouvrier métallurgiste qui m'avait confié être communiste, tout simplement parce que son père était communiste.
Un père qui lui avait tenu le langage suivant : en tant que communiste tu dois montrer l'exemple et être irréprochable.
Ce garçon était un modèle.
Ne soyons pas sectaires, on trouve des gens respectables dans tous les milieux et courants de pensées.

Achille

Bonjour Philippe Bilger,

« François Hollande a déclaré au journal britannique The Guardian "qu'il n'y a plus de communistes en France" (nouvelobs.com). »

Il a raison ! Mais peut-on faire l’amalgame entre communisme et marxisme ?

Karl Marx disait lui-même qu’il ne l’était plus quand il a vu la dérive de cette idéologie détournée par des autocrates qui n’ont trouvé dans les écrits de Marx et Engels que l’opportunité d’asseoir une dictature sans partage pire que celle d’une monarchie.

Concernant le communisme en France, les faits parlent d’eux-mêmes. Les communistes se sont pris une raclée en 2007 avec M-G Buffet (moins de 2%) à tel point que pour 2012 ils ont préféré prendre J-L Mélenchon comme représentant de leurs idées. Mélenchon qui fût, soit dit en passant ministre du très social-démocrate Jospin.
Je crois que cela se passe de commentaires.

Mais ce brave Mélenchon ne pouvait, bien évidemment, laisser passer de tels propos, ne fût-ce que pour rassurer les quelques communistes « authentiques » dont il représente les idées et qui d’ailleurs n’avaient pas vu d’un très bon œil le fait que ce défroqué de la social-démocratie puisse être « leur » candidat à la présidence de la République.

Yves BRUNO

"Si les communistes d'aujourd'hui aspirent à demeurer campés dans ce qu'était le communisme d'hier rejeté par les peuples et par l'Histoire, libre à eux mais on ne pourra que les plaindre : communistes certes, mais hélas !"

Il reste malgré tout cet idéal : le partage équitable des richesses... ce vers quoi on aspire même quand on est résolument libéral.

Mais nous avons visiblement les mêmes souvenirs des années URSS, et de nos leaders communistes qui niaient la violence d'un régime voué à l'échec.

Dans les années 80, entre marxisme et libéralisme, nous étions en quête d'une troisième voie, le juste compromis entre liberté et égalité en somme.
Nous pensions l'avoir trouvé, je me souviens c'était en 1979, à Neauphle-le-Chateau, quand nous avons soutenu ce religieux qui combattait le régime du Shah.
Et vous avez raison P. Bilger, le fanatisme religieux s'est substitué au totalitarisme soviétique.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS