« Mediapart a-t-il raison ? | Accueil | Quel culot ! »

22 février 2012

Commentaires

Jean-Dominique Reffait

Lorsque Carla Bruni-Sarkozy annonce qu'elle trouve toutes les idées de son mari "fabuleuses", certes elle fait oeuvre de groupie mais elle révèle aussi le caractère proprement magique de l'action présidentielle. Hula hoop, barbatruc, par l'imposition des mains, N. Sarkozy sauve Disneyland, la France, l'Europe, le monde, ils le savent bien à Gandrange, de même les karchérisés de banlieue, fumigènes, illusions d'optique, jeux de miroirs, je suis là ? non je suis là ! Un fiston dans la manche, un pote dans l'autre, je lance en l'air une promesse, pouf, elle disparaît, cinq ans plus tard, elle réapparaît dans un chapeau, le Magritte de la finance : "Ceci n'est pas un paradis fiscal", "Ceci n'est pas un yacht", "Ceci n'est pas un restaurant chic", "Ceci n'est pas un chèque pour Liliane Bettencourt". Bon, n'est pas David Copperfield qui veut et les Karachis ont trouvé le truc de la "fable" un peu voyant, les Géorgiens qui ont les chars russes chez eux n'ont pas saisi le tour de lévitation, Kadhafi a bien disparu mais la charia est sortie de la boîte, même Borloo qui pensait se transformer en grand patron du CAC 40 trouve très moyen le fait de se retrouver en citrouille. Il y a bien eu la multiplication des pains, mais seulement dans la figure des chômeurs et des contribuables.

Une campagne électorale n'est pas le terrain privilégié de l'intelligence. Alors que nous nous trouvons dans une crise sans précédent, le pays aurait mérité un débat long et argumenté, une recherche de bonne foi des meilleures solutions. Mais les considérations électoralistes ont pris le dessus, la campagne est raccourcie et le ton est à l'excès. A droite, la mauvaise monnaie chasse la bonne, on n'entend plus que les spadassins et les tueurs à gages. Le chef a donné le ton, un seul concept : le mensonge en face, il ment, ils mentent, peu importe sur quoi, mensonge. Refrain repris en choeur. C'est un peu léger comme argument de sortie de crise mais s'il ne leur reste plus que ça... Je plains sincèrement la pauvre NKM, faire dans le sommaire et la batte de base-ball ne lui ressemble pas, ah, les servitudes indignes du militantisme !

Bon, on ne sait peut-être pas pour qui vous allez voter, Philippe, mais on a quand même une petite idée de celui pour qui vous ne voterez pas, non ? Ce n'est pas un crime de ne plus vouloir de Sarkozy, et si vous deviez pour cela - ô aventure ! - voter à gauche, vous bénéficieriez de circonstances très atténuantes.

Jiloire

NKM, la porte-mensonges ? Elle craint pour son emploi, la pôvre. On comprend qu'elle carbure à fond.

regina

@Alex paulista

Oui c'est juste ! Il n'y a évidemment pas de rapport entre Ferré et Barbelivien.
http://www.dailymotion.com/video/xhxpzn_leo-ferre-ils-ont-vote-et-puis-apres_news

Achille

@ Roche G

Si cela peut vous rassurer, je ne suis pas du tout d’accord avec le mépris affiché de J-L Mélenchon envers les autres candidats en général et envers MLP en particulier.

Je pense qu’il gagnerait certainement des voix en étant plus courtois et en se focalisant plus sur son programme qui au demeurant n’est pas pire que ceux de bien de ses rivaux.

Ceci étant MLP, en se comportant comme elle l’a fait : refus de répondre aux questions de son contradicteur, dédain envers un candidat qui n’est pas à la hauteur de sa popularité dans les sondages et pour finir exposé de ses conditions pour daigner accepter le débat démocratique.

Tout ceci l’a fortement desservi et prouve, s’il en était besoin, que ce comportement autoritaire augure de bien sombres dispositions si le FN venait à arriver au pouvoir. Dispositions qui n’auraient rien à envier à celles que vous exposez concernant les régimes autocratiques et que vous condamnez avec juste raison.

Roche G

Achille parlant de Marine Le Pen : "Je crains qu’elle ne se soit déconsidérée dans l’émission d’hier soir en montrant les traits d’une femme au bord de l’hystérie, donnant ainsi plutôt raison à Mélenchon."
Votre haine, Achille, du Front National est bien franchement hystérique. Dans cette émission avec votre "triomphateur", on se serait cru à un procès de l'Inquisition du stalinisme. Mais c'est toujours un faux prophète qui se cache dans la même voiture balai du socialisme caviar. Vous n'avez même pas le réflexe d'apprendre les leçons de l'histoire. L’ignorance, la naïveté, les faux bons sentiments, la mauvaise appréhension des réalités ou la méconnaissance totale de la nature profonde des idéologies nous amènent à cette situation catastrophique. On ne soutient pas un champion de l’injure, on ne vote pas impunément pour un parti qui a incarné, dans le monde, l’une des expériences les plus radicales du totalitarisme, sans devoir un jour assumer sa part de cet héritage-là. Nous avons eu avec lui le Cartel des Gauches, l'Union de la Gauche, la Gauche Plurielle, la Gauche solidaire et maintenant la Gauche caviar.
Ce monsieur fut à un moment ou un autre dans un gouvernement de la gauche. Il est malheureusement disqualifié. Et nous voyons bien que ces haines déchaînées contre les "riches"et le FN rejetés dans le cloaque des bêtes immondes et immorales, ne réjouit que les ignorants et les bobos de la place des Vosges (il serait d’ailleurs utile et intéressant de connaître les revenus mensuels de monsieur Mélenchon). Chère Marine, vous avez gagné nos voix par votre courage, car nous ne souhaitons pas être un jour gouvernés par un individu rotant tant de haine contre un quart de français et soutenu par des journalistes formés par la mitterrandie gauchiste.

Herman Kerhost

"Le Fouquet's et le yacht relevaient certes d’une faute de goût, mais c’est là que j’aurais souhaité un peu d’humanité pour admettre qu’on peut se laisser aller à faire la fête parce qu’on a gagné." Xavier Nebout

Vous avez raison Xavier, moi-même hier soir j'ai gagné au fléchette et j'ai fêté ça avec mes amis !...

Xavier NEBOUT

A trop vouloir percer l’âme des acteurs, je crains que vous perdiez le fil de la pièce.
Il s’agit en d’autres termes de la confrontation de l’humaniste et du théologien qui règne dans le subconscient de tout homme, j’aurais préféré pour vous-même d’abord, et pour tous ceux à qui vos scrupules inspirent tant de sympathie, que vous ne vous perdiez pas dans cet humanisme littéraire qui, s’écartant par trop de l’absolu, ne devient compréhensible que pour vous.
Le personnage Nicolas Sarkozy ne peut être aussi tortueux que vous le voudriez pour les besoins du roman, et cela tout simplement par manque de temps ; je n’en dirai pas autant de F Hollande qui lui, n’a que de son élection à se préoccuper.
Le Fouquet's et le yacht relevaient certes d’une faute de goût, mais c’est là que j’aurais souhaité un peu d’humanité pour admettre qu’on peut se laisser aller à faire la fête parce qu’on a gagné.
C’est avec les principes, et en fait à l’égard du premier d’entre eux, que se mesure la grandeur d’un homme. Et là, malgré quelques concessions au populisme, Marine Le Pen est de loin la plus grande. Quel panache, hier soir !

bernard

Je suis venu vous dire que je m'en vais... et vous supprime de mes favoris comme disent ou disaient les branchés.
Ici, sur ce blog, vous êtes très très intéressant, vous écrivez tellement bien que je trouve de la profondeur même quand il n'y en a pas.
Mais sur RMC, quel piètre oral à nouveau, un oral de militant antisarko aigri, simpliste, limite haineux. Je n'ai supporté que dix minutes, j'ai éteint le poste. Et je me suis dit, je m'en vais de lui. C'est trop ! Il se croit une star, un people, Cali, Arditi, Noah ? Il se croit tous les droits médiatiques.
J'enlève ainsi un petit pois de ma conscience en quête, de ma conscience curieuse quoique sarkozyste.
Merci pour tout cependant durant ces deux années passées, de m'avoir permis de m'exprimer, un homme de pas grand-chose chez un Avocat Général. Pensez !
Même pas en rêve avant les blogs !

Au re-voir !
Qui vivra verra.

pier21

Monsieur,
Par hasard après manger, en me lavant les mains, la TSF de ma salle d'eau, qui s'allume quand on éclaire, étant réglée sur RMC, m'a permis incidemment de vous écouter quelques minutes !
Ce fut édifiant !
Je ne mets en doute ni vos qualités de chroniqueur, voire de polémiste, mais quand vous dites (je cite de mémoire) que vous avez très vite déchanté de N. Sarkozy après l'avoir soutenu, et quand vous semblez quelques instants auparavant regretter de n'avoir pas été nommé garde des Sceaux, je ne peux m'empêcher, toutes proportions gardées, de faire la comparaison avec V. Hugo qui était "Badinguiste" avant que le fait de se voir préféré Prosper Mérimée comme inspirateur et artisan de la politique de conservation des monuments historiques en fasse l'ennemi aussi acharné que poltron (s'il n'en reste qu'un...) bien au chaud et à l'abri du besoin à Jersey, de Napoléon III devenu Napoléon le petit (tiens donc, ne parle-t-on pas du "nabot" chez ceux qui ne brillent ni par l'originalité, ni l'élégance de l'esprit).
Certes le Président sortant a commis des bévues, des erreurs, mais des... fautes !?
Que celui qui n'a jamais mangé une omelette à 140 € ou n'a jamais sous-estimé son patrimoine lui jette la première pierre !
Il me semble que réélu et non rééligible, N. Sarkozy sera le mieux à même d'imposer au pays les réformes difficiles et douloureuses dont il a besoin !
Isn't it ?

cloclo

Monsieur Bilger,

Il est grand temps pour vous de devenir chroniqueur sur Canal+ et éditorialiste dans Marianne.

Alex paulista

@ regina

Votre comparaison Barbelivien-Ferré, c'est vraiment tiré par les cheveux !

pierre-alain g

Expliquez-moi SVP pourquoi la copine de votre chouchou Arnaud est toujours à la TV alors que cette pauvre Anne Sinclair, elle, avait dû démissionner ?

La France bête n'est pas seulement bête malheureusement. Si je pouvais voter, je voterais blanc car avec toutes ces langues de vipère arrivistes, de bête elle va devenir mourante d'ici la fin de la décennie.

Achille

En parlant de France bête, je trouve que MLP n’a pas fait preuve d’une très grande intelligence hier dans l’émission « Des paroles et des actes ».

Elle a pris bien soin d’éluder les questions, il est vrai, très techniques de François Lenglet, se limitant soigneusement à « dérouler » son programme économique que manifestement elle a bien du mal à maîtriser. Eh oui, économiste c’est un métier.

Le duel Mélenchon et Marine le Pen a tenu toutes ses promesses. En fait de duel, on a surtout assisté à un long monologue de MLP qui manifestement avait bien préparé son coup et était bien décidé à faire un petit coup médiatique comme aimait bien en faire son père. Bon sang ne saurait mentir.

Il est vrai que le bouillant Mélenchon avait tenu des propos peu amènes sur MLP. Mais cette dernière a bien su lui rendre la monnaie de sa pièce. Elle l’a superbement snobé, estimant qu’il était une imposture et qu’il ne se situait pas « au même niveau qu’elle », ce qui donne une idée de l’importance qu’elle s’accorde.

Retenons aussi le moment où avec un geste de procureur elle a pris son stylo et a dit d’un ton menaçant « Je note » après que Mélenchon lui ait dit qu’elle était une double hypocrite.

Que dire du passage plutôt navrant où ils se sont disputés comme deux chiffonniers les voix des ouvriers, MLP estimant que 40% de la « masse laborieuse » votera pour elle, Mélenchon en revendiquant pour sa part 50%.

J’ai apprécié aussi à sa juste valeur le passage où MLP a posé « ses conditions » pour daigner répondre à Mélenchon. Décidément elle aussi, elle ose tout !

Elle qui se targue d’avoir du courage on eut aimé qu’elle accepte le débat contradictoire, elle qui se dit près du peuple on eut aimé moins de dédain envers les journalistes et J-L Mélenchon, elle qui se dit à l’écoute des préoccupations des Français on aurait espéré plus d’empathie de sa part.

Je crains qu’elle ne se soit déconsidérée dans l’émission d’hier soir en montrant les traits d’une femme au bord de l’hystérie, donnant ainsi plutôt raison à Mélenchon.

ux

Le Fouquet, "brasserie populaire" ou "brasserie ringarde" ? Finalement, la bêtise est plus créative que l'intelligence.

La valeur intrinsèque du Fouquet's m'importe peu. Ce qui compte, c'est que c'est là que le très récent nouveau président a laissé en plan LE PEUPLE (le fameux peuple dont il se réclame aujourd'hui).
Le char du nouveau César, suivi d'une cohorte de journalistes extasiés, emmenait le nouvel élu triomphant. Et soudain, couac, il s'arrête. Les journalistes perdent leur latin, ne savent plus que dire. Que se passe-t-il ? Pourquoi cet arrêt brutal de la course triomphale ?
Ah ! Johnny et Laetitia arrivent ! Et d'autres. Les journalistes sont rassurés : ils savent quoi dire ; ils nous énumèrent les noms de ces "happy few", de ces "VIP".
A cet instant, la faute originelle a été commise. Les journaleux n'en ont pas pris conscience. Aujourd'hui, ils la déclinent à l'infini.
Moi, devant mon téléviseur, je n'en croyais pas mes yeux. Où était passé l'élu du PEUPLE ?
Je n'avais pas voté pour lui mais c'était mon président, quoi que j'en eusse.
Ah, il prenait un pot avec ses potes à cet instant où les Français le regardaient, le suivaient ?
Il avait osé. Il avait interrompu son tour de char triomphant suivi par le peuple pour être avec ses copains.
Ce soir-là, il a cocufié ses électeurs. Le pire pour lui, c'est que c'était ridicule.

regina

Mélenchon voudrait nous faire croire que le renvoi des voix marche dans les deux sens quand Le Pen lui a dit qu'il était un leurre, et que ce pourrait être Hollande qui appelle à voter pour lui ! Il ne dit pas Morts aux cons ! mais Vive les cons !
Il a montré ses limites face à Le Pen dans le débat, et elles ont été vite atteintes. L'insulte, la calomnie et la menace. Ce n'est pas une si lourde tâche que de débusquer les limites de Mélenchon.

regina

La France n'espère pas grand-chose à mon avis sinon la consolation qu'il y aura des perdants ! C'est déjà cela ! Que l'on se vautre dans le bien fait pour ta... !
Mélenchon à fait le coup de force conte Le Pen, il s'est agité tout seul avec des arguments qui se voulaient lourds et qui étaient lourdingues. Il se voulait défenseur des femmes avec l'IVG, cela en agressant une femme et en l'insultant. C'est très logique, très raffiné et dans le plus pur respect de la femme !(se vantant d'ailleurs de lui faire peur). Sarkozy est devenu bègue d'émotion au sujet du Fouquet's, c'est touchant. L'extase de Bruni et celle de Hollande qui "prend de la hauteur" en tribune ! Que de sensibilité, que d'émotion. Et bien sûr Barbelivien l'artiste à la coupe "Ferré-ene" ; il ne fait pas trois choses, il en fait quatre (et pour les deux premières, il pourrait s'abstenir), il essaie de faire croire qu'il a beaucoup "baisé" avant (dans ses chansons) c'est aussi très délicat !

On se bat toujours pour ce qui nous manque le plus

Un petit débat démocratique enfin !

Pendant que Notre Seigneurie est à Lille, lisant la lettre d'un ouvrier (idée d'Henri Guaino), ah que je me suis régalé du mini débat entre Marine Le Pen et Henri Guaino, j'ai retrouvé Henri en forme, il est vrai qu'il est plus jeune que moi, fidèle à lui-même, bien que nous ne soyons pas toujours d'accord sur certains points, j'ai toujours pensé qu'il aurait fait un meilleur Premier ministre que Fillon ! Le seul encore capable de dire non à son suzerain ! (La campagne sur la fracture sociale de Chirac en 1995 c'était lui !). Un débat démocratique enfin réconciliant sur Des paroles et des actes, dommage qu'il fût si court. Plenel ne sait pas ce qu'il a perdu et surtout qu'il aurait tout à gagner dans le débat contradictoire à moins de se mettre du niveau de Mélenchon !

Mélenchon attaque MLP sur l'interruption volontaire de grossesse de confort qu'elle souhaite ne plus rembourser. MLP s'adresse à Pujadas pour une mise au point du ring et des gants de boxe !
Refus de débat de MLP... ; monologue de Mélenchon sur les poèmes de Brasillach. Spectacle politique qui sur le coup s'enflamme mais en définitive ne sert personne !
Sans aucun doute, Arnaud Montebourg eût été du niveau d'Henri Guaino mais il avait déjà débattu avec Marine Le Pen... Erreur de casting de Pujadas !

A revoir http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/video/2012/02/23/immigration-le-face-a-face-entre-henri-guaino-et-marine-le-pen_1647841_1471069.html

phthoreux

Décidément, vos billets, cher M. Bilger, trahissent un anti-sarkozysme, tournant au genre « primaire » tant il est caricatural. C'est-à-dire qu'il perd toute signification.
Vous mettez un tel zèle a épingler toute déclaration, tout ralliement, qu'on en vient à se dire que vous êtes frappé d'amblyopie pour ne voir la bêtise que dans le camp du président, alors qu'elle foisonne ailleurs pourtant tout autant, si ce n'est plus. Pire, vous vous attachez à des détails tellement ressassés que c'en est pitié (la nuit au Fouquet's, quelle plaie...)
Disons que le niveau du débat politique dans notre pays est durablement si bas, si creux, si superficiel, qu'on en vient à désespérer de la politique, et de l'avenir. Les médias n'y contribuent hélas pas peu. Si les blogs indépendants s'y mettent, c'est la fin des haricots !
Tant que je suis aux critiques, permettez-moi de vous faire remarquer que vous faites preuve d'un narcissisme un peu outrancier (on n'ignore rien de vos publications, ni de vos interventions médiatiques, mais le reste du monde paraît inexistant... à l'exception de Maître Eolas !).

Christian C

Ironies de campagne :

- Frédéric Nihous a attiré, sur le journal de TF1, un public plus nombreux que Nicolas Sarkozy sur le journal de Pujadas (jdd.fr).

- Nicolas Sarkozy s'est prévalu au cours de ce même journal d'avoir soutenu par son vote des projets européens de François Mitterrand ; dans le premier cas, il n'était pas député, et n'a, par conséquent, pas pu voter. Dans le deuxième, il était répertorié lors des opérations de vote comme absent lors du vote (jdd.fr).

La mémoire peut vous jouer de ces tours, parfois...

Shems

Je crois au contraire que votre attitude est particulièrement partisane, notamment lors de vos apparitions dans les médias et vos billets vous trahissent, ce qui est, finalement, votre droit, mais dans ce cas assumez et ne cherchez pas à prouver le contraire.
Dans ce genre de schizophrénie certains commentaires ne sont pas en reste lorsqu'ils exagèrent les excès de la droite et minimisent ceux de la gauche. Au fait qui a commencé en traitant Sarko de voyou, de sale mec et j'en passe.
Non je ne crois pas que Sarko soit plus agressif ou plus vulgaire qu'un Hollande qui sait bien lui aussi distiller, de façon certes plus hypocrite, son venin.

Shems

Mary Preud'homme

Le male-veillant (bête et méchant) frappe fort depuis hier.
Aucun post ne passe.

Denis Monod-Broca

Le plus désolant de l'actuel débat présidentiel est la faible place qu'y occupe ce qu'il est convenu d'appeler "la crise". Le capitalisme tel qu'il se développe depuis 40 ans court à sa perte. Nous sommes sur le point de sombrer. Qu'en disent les candidats ? À peu près rien ! Ils nous parlent de changement, évidemment, comme toujours, ils ne savent pas faire autre chose, mais ils ne veulent surtout rien changer au fond (sauf Mélenchon, Dupont-Aignan...). Croient-ils eux-mêmes à leurs recettes-miracles ? Difficile à croire. Ce debat hors sujet est désespérant...

Jean-Paul Ledun

Sarko, c'est la "Frank - Furt",
dit Angela en regardant au loin.

Mon dieu que je suis bête.
C'est de la faute á monsieur Reffait.

Pierre-Antoine

La France bête est aussi bien de droite que de gauche... Des inconditionnels sont hélas omniprésents dans la microcosme politique.

Cordialement

Pierre-Antoine

Herman Kerhost

Oui, il y a des fanatiques parmi vos commentateurs, et des deux bords. Un mot, une phrase, et pan sur le bec...
Mais faites attention quand même, lorsqu'un journaliste vous a demandé il y a peu où irait votre bulletin, je connaissais votre réponse: Bayrou ou Hollande, ce qui ne donne pas votre vote c'est vrai mais...
Contrairement à vos pro-Sarko de commentateurs, je ne parierai pas sur l'exclusion de ce dernier de votre vote. Je sens bien que la séduction peut encore opérer...
Sinon, moi je suis très content que les médias s'intéressent aux déclarations des personnages Barbelivien-Macias-Balkany dont on pourrait tirer une BD genre "Les pieds nickelés à Neuilly", il faudrait même braquer tous les projecteurs sur eux, histoire que Hollande termine à 70%...

Yves

La campagne s'échauffe.
Il est question de changer le slogan électoral de F. Hollande. L'exhortation "Le changement, c'est maintenant" et le geste des bras qui l'accompagne ont attiré les moqueries.
N. Sarkozy se cramponne au sien, "La France forte", et dépense beaucoup d'énergie pour le populariser.
Le style oral d'E.Joly (1) est concis quand la candidate juge sa concurrente écolo ("je l'emmerde"). Concis et glacial. Eva devrait paraphraser le slogan de Sarko et choisir:
"La France fjord".

(1) je promets de ne plus désigner ainsi la candidate des Verts, cela ressemble trop à une bactérie.

Mirella

Lu sur : http://blogs.mediapart.fr/blog/kambrone/030212/francois-hollande-bhl-et-une-salade-de-mache-140-euros
« La droitosphère se gausse depuis deux jours d'un déjeuner (qui devait rester secret) entre François Hollande et Bernard Henri-Lévy, dans un restaurant du VIIIe arrondissement qui ferait presque passer le Fouquet's pour une cafeteria de routier... Un buzz agrémenté du menu détaillé dudit restaurant (Chez Laurent) et sa salade de mâche à 140 euros

L'argument du Fouquet's (un mantra de la gauche et de l'extrême droite) a fait long feu ! Quelle est la France qui peut encore aujourd'hui en être influencée ?
La France bête, qui serait alors si bête que ça ?

calamity jane

Grand branle-bas de non combat concernant
le duel télévisuel Marine Le Pen et Jean-
Luc Mélenchon !
Si, j'ai bien suivi, n'importe qui peut
imposer sa loi au service public de télévision qu'est la F2 "la première chaîne du
service public" (dixit mon voisin d'après
les infos de midi) ou plus précisément
Nicolas Sarkozy, François Hollande, Marine
Le Pen !
De tels aveux à deux mois de la présidentielle m'incitent à déposer LamentablE comme
A.O.C., en lieu et place d'"insignifiante"
-la campagne- que j'avais gentiment avancé
hier comme adjectif pour la définir.


Achille

Bonjour Philippe Bilger,

« Un débat politique peut être courtois et intelligent. Je fais allusion à NKM dialoguant pendant La Matinale de France Inter avec Manuel Valls : la France respectable. »

J’ai écouté également le duel entre Manuel Valls et NKM ce matin et j’ai été agréablement surpris par ce débat qui, bien que sans concession, n’en a pas moins été courtois, ce qui nous change de la diatribe trop souvent entendue sur les ondes entre candidats ou lieutenants des partis en lice pour la conquête de la magistrature suprême.

Je reconnais volontiers l’aisance du candidat-président lorsqu’il se tient à une tribune.

Je ne lui reconnais pas, par contre, le droit de s’ériger en procureur et d'accuser, devant des militants tout acquis à sa cause, le candidat du PS de ne pas aimer la France. Ce comportement est indigne d’un candidat, encore plus lorsqu’il est encore président.

Je conçois que J-L Mélenchon soit un tribun remarquable et sache donner à ses discours enflammés les intonations qui font vibrer les masses populaires. Mais je déplore sa façon de mépriser ses adversaires, voire même de les insulter en traitant notamment Marine Le Pen de « semi-démente ».

Que dire de la pauvre Eva Joly qui manifestement semble perdre son sang-froid norvégien et qui dit en parlant de l’autre candidate écologiste Corinne Lepage : « Je l’emmerde ! »

Je ne doute pas que d’ici le 6 mai prochain, les esprits s’échauffant et les journalistes étant toujours aux aguets pour débusquer la moindre petite phrase assassine, nous entendrons encore bien des invectives et des noms d’oiseaux.

Alors saluons comme il se doit le duel de ce matin entre deux personnes intelligentes et courtoises dans la matinale de France Inter.

Jean-Jacques Fourmond

@ Alex paulista

On connaîtra bientôt la réponse à la deuxième partie de votre question. Pour connaître la réponse à sa première partie, on peut se reporter à la presse du 23 avril 2002.

Alex paulista

Je me souviens avoir entendu Claude Allègre il y a environ un mois dans l'émission de Taddéï, "Ce soir ou jamais".
Il disait entre autres stupidités que Peugeot allait déplacer toute sa R&D au Brésil. Alors que, tout au plus, Peugeot développe au Brésil des adaptations mineures pour le marché local (comme le Flex), ou veut juste adapter des chaînes de production qui ont fait leurs preuves en Europe.
Et même ça c'est difficile, car les salaires d'ingénieurs sont élevés au Brésil, et que le turn over est très soutenu.

Tout ça pour dire que quand un homme est capable de dire de telles énormités avec un tel aplomb, on se demande qui est le plus fou: le PS qui l'a un jour nommé ministre ou l'UMP qui se fait un trophée de son soutien.

Vinoer

Le livre de 125 pages qui doit sortir fin février sous la signature du président Sarkozy a été en réalité rédigé par le nègre Emmanuelle Mignon (on hésite bien sûr à dire négresse depuis que le code pénal concurrence le Robert). Le sortant avait commencé à rédiger lui-même quelques pages, mais sans suite aussitôt qu’il a été constaté qu’elles étaient à peu près incompréhensibles paraît-il pour les lecteurs ciblés.
Pour ne pas payer le bouquin, attendre de le trouver en piles dans les poubelles !

Jean-Jacques Fourmond

A propos du ralliement de Claude Allègre à Nicolas Sarkozy, un esprit retors pourrait se demander s'il ne s'agit pas d'une manoeuvre secrète du PS pour discréditer le candidat de l'UMP.
Qui, en effet, peut encore considérer un tel ralliement comme un atout ?
Monsieur Allègre, depuis qu'il s'est hissé sur les tréteaux de la politique-spectacle, ne cesse de dire des contre-vérités dans une langue qu'il est sans doute le seul à appeler le français.
La plus microscopique vedette de la chanson ou de la télévision serait une caution bien plus profitable à l'actuel président de la République.

Boris

Monsieur Bilger, ce que vous dites de la France bête n'est pas sans m'évoquer la répartie de de Gaulle lorsque, remontant vers son bureau de Carlton Gardens en juillet 40, il entendit derrière lui un de ses aides de camp dire à l'autre : "Mort aux cons" - "Lourde tâche !"... Ou bien le dialogue des Enfants du Paradis, dans lequel Garance et Lacenaire se demandent ce qu'il convient de faire des imbéciles.
Il me faut cependant reconnaître que la bêtise peut être aussi à l'extrême gauche... Mais je ne prendrai pas Mélenchon comme exemple. Plutôt certains de ses adversaires, comme Maxime Gremetz ou, dans le genre intellectuelle, cette pauvre Annie Lacroix-Riz. Ils sont toutefois en voie de disparition !

jean patry

La France qui espère. Oui, je pense entres autres et en particulier à nous bénévoles de petites associations, qui nous battons pour préserver des emplois dans des petites entreprises d'insertion, afin de remettre sur les rails des femmes isolées socialement. Face à la dignité de ces femmes, de ces bénévoles respectables, le mépris et le peu de considération de la majorité de nos responsables...

drazig

La qualité de ce billet me donne envie de lire votre dernier livre. Vous écrivez bien et c'est bien vu.

Varennes

Vous participez même au concours de la "langue de vipère !" Etonnant, non ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • Le Point (lepoint.fr)
    Les invités du Point : Philippe Bilger en liberté - Vidéo de 3 minutes chaque semaine sur l'actualité.
  • FigaroVox, le site de débats du Figaro
    Chronique hebdomadaire
  • Europe 1
    Tous les dimanches de 12h30 à 13h, le parti pris de PB, avec JP Gené et Guy Roux, dans "Europe 1 Week-end", édition d'information de Patrick Roger.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS