« Guaino résiste, Bernadette Chirac plonge | Accueil | Reconnaissance »

28 mars 2012

Commentaires

Libérus

@ Véronique Raffeneau

Bonjour,
"Remontez les trente ou quarante dernières années, et je suis à peu près certaine que les questions économiques et sociales sont, de façon continue, très prioritairement au coeur des préoccupations majeures de notre société." [par rapport aux problèmes de sécurité]

Vous avez tout à fait raison. J'irai même un peu plus loin. Le souci du pouvoir d'achat et du chômage est largement indépendant de la réalité de la situation. En 2006-2007, le chômage (au sens du BIT) était en décroissance : 9,1 % au 1er trimestre 2006, 7,5 % au dernier trimestre 2007.

Cette constance que vous signalez peut être due à de multiples facteurs. Par exemple, il est possible que les personnes interrogées ne croient plus à la capacité de l’Etat de réduire l’insécurité, mais qu’ils s’illusionnent encore sur sa capacité à augmenter le pouvoir d’achat ou à générer des emplois. Simple hypothèse.

Herman Kerhost

Ah ! les jeux de mots...
J'adore les jeux de maux, mais seul ment l'or se kill fond sans-ce...
Si non le si lent c'est dort...
corps diablement

Savonarole

L'écume des choses...
Voyez... à peine terminée, cette histoire a déjà enterré Mohamed Merah, bien avant que n'aient eu lieu ses funérailles.
L'inepte est dans sa tombe et déjà on ne s'intéresse plus à lui.
Aucun intérêt.
Même Libération s'est abstenu de faire des unes bandantes et warholiennes sur la beauté du mâle tueur. C'est dire si le gars inspire peu.
Le proprio Rotschild a dû téléphoner de Tel Aviv pour calmer les concepteurs des unes de Libé...
On se souvient de l'admiration de Libé pour un certain Paulin, qui avait assassiné 15 retraitées, et qui est mort du sida en taule, un héros vous dis-je, relire ces pages, revoir la mise en page de Libération.
Le débat désormais c'est DCRI, DGSE, POULAGAS et SAN ANTONIO.
Ça va pleuvoir...
On compte sur Schneidermann et Mediapart, qui ne se remettront jamais d'avoir raté le capitaine Dreyfus...

oursivi@sbrigliamane

Tolérance, tollé rance et ajoutons taux d’errance. Bonne journée.
Cordialement.
Rédigé par : Rahmouni Slimane | 30 mars 2012 à 08:20

Marrant cette manie que vous avez - pas méchante - de finir d'un "cordialement", exactement comme le faisait PA, Pierre-Antoine ou Alain, je ne sais plus, longtemps commentateur en ces terres bilgériennes, un peu moins subtil et argumenté que vous l'êtes, doté d'une plume moins académique dans ses facilités que la vôtre, mais, lui aussi... homme dont la foi était la clef de voûte de la personnalité comme des propos.

Ce que vous nous dites sur sbriglia m'a fait bien rire, car, voyez-vous, si vous êtes nouveau en ces terres (irlandais, pas comme le Danois une fois mis à quatre pattes), nous, nous nous côtoyons depuis des années en venant vider ici une partie de nos boîtes à idées, de sorte que même si nous ne nous rencontrerons jamais, un sentiment de proximité voire de fraternité - osons le mot - nous habite parfois. Les groupes se constituent selon des modes bien mystérieux que la raison ignore en partie.

Bref, tout cela pour vous dire que, sauf à s'exercer sur le choix d'une édition ancienne de tel ou tel moraliste du 17 ou 18è, de tel ou tel Bourgogne millésimé, de telle ou telle de ces petites choses précieuses par lesquelles l'homme tente de s'inventer une singularité, je ne vois pas sbriglia emporté par la passion de quoi ce soit, sinon celle de l'esprit.

Vous-même tentant avec quelque esprit de définir un terrain d'humilité commune en chevauchant l'humble humour à jamais salvateur.

Le dialogue va pouvoir commencer.

AO

Herman Kerhost

"Ne cherchez surtout pas à vous justifier devant ces intolérants, connus également pour leur homophobie, leur amour du mensonge, le double jeu et l'infidélité." LABOCA

Euh... c'est un auto-portrait ?

calamity jane

"Il y a des gens rassis et forts en négoce
qui portent leur religion brodée comme un
liseré d'humanité supérieure : ceux-là feront bien de la garder, elle les embellit.
-Tous les hommes qui ne s'entendent pas à
quelque métier des armes (y compris ces armes que sont la parole et la plume) finissent par être serviles : la religion chrétienne leur est fort utile, car la servilité
y prend l'apparence de vertu chrétienne et
s'en trouve extraordinairement embellie.
-Les gens à qui leur vie quotidienne paraît trop vide et monotone tournent facilement à
la religion : c'est compréhensible et pardonnable, seulement ils n'ont pas le
droit d'exiger de la religiosité de ceux
dont la vie quotidienne ne se perd pas dans
le vide et la monotonie."
F. Nietzsche
(Humain, trop humain).
Sinon "Traité sur la Tolérance" de Voltaire

Frank THOMAS

Je suis flatté d'être complimenté sur la qualité de la langue que j'emploie - bien que le mérite n'en revienne qu'à la langue elle-même - et encore plus d'être rapproché par un aimable commentateur, de Jean-Dominique Reffait dont je ne partage pas toutes les vues, mais dont j'apprécie toujours la clarté.
Je le suis moins d'être péremptoirement fiché à "droite", et opposé à Monsieur Reffait, classé, lui, à "gauche".
Je ne crois pas outrepasser mes droits en demandant qu'on y regarde de plus près avant d'enfermer ainsi les gens dans un casier où ils se sentent - c'est du moins mon cas - un peu à l'étroit.
Il ne faudrait pas que l'absurde et artificielle division de notre pays en deux camps antagonistes, aggravée par le système de l'élection au suffrage universel du président de la République tel qu'il est organisé depuis 1962, vienne contaminer ici les esprits apparemment les plus éclairés.
Sans le connaître, mais en lisant avec soin ce qu'il écrit sur ce blog, je crois pouvoir dire que je partage bien des idéaux avec Jean-Dominique Reffait, et que ce partage est plus fécond que les quelques divergences qui ne font que stimuler le dialogue.
C'est ainsi que j'avais avec mon pauvre frère - dont je remercie Laboca d'honorer la mémoire - des discussions passionnées où la conviction de chacun de nous importait moins que le désir de la dispute, et tout au long desquelles jamais nous n'avons éprouvé la tentation d'enfermer l'autre dans un carcan idéologique.

Rahmouni Slimane

@sbriglia

Bonjour Monsieur,
Je ne vous ôte pas le droit d'exprimer votre opinion. D'abord parce que je n'en ai pas le pouvoir et ensuite parce que je serais mal placé pour le faire !
Je m’intéresse plutôt à votre cheminement intellectuel, à cette construction qui substitue votre passion à votre raison.
En attaquant la grande qualité de certains commentaires - je n'y inclus pas les miens - vous êtes obligé de pallier vos lacunes intellectuelles par une dose proportionnelle de passion pensant probablement qu'en agissant ainsi, vous finirez par imposer votre point de vue.
Quand la rigueur intellectuelle est poussée à l'extrême, vous poussez à votre tour votre passion à l'extrême.
Dans le premier cas, nous parlerons de profonde analyse et de folie dans le second.
Tolérance, tollé rance et ajoutons taux d’errance. Bonne journée.
Cordialement.

@Savinien

Bonjour Monsieur,
D'abord, je m'excuse de ne pas vous avoir directement interpellé. Vous avez compris que cette discussion était secondaire par rapport au but premier visé dans mon post. Votre intérêt pour l'étude d'un phénomène sérieux comme l'islamisme vous honore et je ne peux que vous encourager à poursuivre dans cette voie.
Permettez cependant que j'apporte quelque modification à ce que vous avez pu lire sur "Dar El Harb" ou "Dar El Kufr" ou "domaine de guerre"; nous pourrions le décliner ainsi à l'infini.
La notion de "Dar El Harb" correspond à une période bien définie sur un territoire bien défini pour des raisons toutes aussi bien définies.
Cette expression est postérieure à la Sira, donc à l'époque de Mahomet. Elle est également postérieure à celle des quatre principaux califes bien guidés : Abou Bakr, Omar, Ottman et Ali. Elle est également postérieure à la période sur laquelle se basent les affreux Salafistes pour porter le combat contre le reste de l'Humanité : "les meilleures personnes sont celles de mon siècle, puis de celui qui le suit, puis de celui qui le suit" selon un Hadith.
Connus pour leur rigorisme, les Salafistes ne peuvent donc pas utiliser ce terme vu qu'il correspond au règne ottoman, période qu'ils considèrent comme obscurantiste, innovatrice (Bid'ha) très éloignée des trois siècles sur lesquels ils se basent.
Donc, nous pouvons d'ores et déjà exclure qu'il appartienne au langage salafiste, mot très à la mode dont on se passera bientôt au profit d'un autre pour entretenir la confusion.
Ensuite, "Dar El Harb" ne peut plus désigner la plupart des pays occidentaux vu que l'Islam y est relativement bien respecté ne serait-ce que dans sa forme cultuelle.
Les États occidentaux protégeant les minorités musulmanes qui évoluent sur leur sol avec le même soin qu'ils apportent à protéger leurs propres populations, ce terme n'a donc plus lieu d'être.
Pour ne pas squatter le blog avec ces discussions qui méritent rectification parfois, je vous conseille de relire la Sira pour bien comprendre ce rapport qu'a l'Islam/à la Chrétienté. Mahomet serait le premier à appeler au dialogue avec les Chrétiens. Ne disait-il pas au Negus Al Asham d'Abyssinie :
« Au nom d’Allah, Le Clément, Le Miséricordieux.
Lettre de Mohammed, salut et bénédictions sur lui, le Messager d’Allah au Négus roi d’Abyssinie.
Que la paix soit sur ceux qui observent la droiture. Cela dit je viens auprès de toi louer Allah en dehors de qui il n’y a pas de divinité, le Roi, le Très Saint, la Paix, le Croyant, le Régisseur. J’atteste que Jésus, fils de Marie est l’esprit et la parole d’Allah incrustés en l’affectueuse, chaste et vierge Marie qui alors conçut Jésus tant dans son corps que son esprit, tout comme Allah a créé Adam de sa propre main. Je t’invite à croire en Allah Lui Seul, sans Lui adjoindre quelques associés que ce soit, à lui obéir, à me suivre et à croire au message que j’ai à charge de communiquer, car je suis le Messager d’Allah. Je t’appelle toi et tes soldats à Allah le Tout Puissant. J’ai communiqué et conseillé. Alors accepte mon conseil. Que la paix soit sur ceux qui acceptent la droiture.» Tout est dit.
Cordialement.

@LABOCA

Bonjour Monsieur,
Merci pour vos sages conseils.
Il est parfois difficile de comprendre certaines réactions et encore plus d'en excuser d'autres.
Monsieur Frank Thomas est certainement un brave homme, mais il s'est offusqué récemment contre certains de mes écrits qu'il a dû lire d'un œil distrait à mon avis.
Pour ce qui est de Monsieur Reffait dont j'apprécie les analyses, je me suis rendu compte que lui aussi fait parfois l'objet d'attaques aussi violentes qu'injustifiées je trouve.
Que dire également de notre hôte qui se voit obligé de se justifier sur son propre blog à cause d'accusations souvent malhonnêtes lancées par des commentateurs dont la probité est sujette à questionnement. Et pour finir, notre Ivana contre qui on tire à boulets rouges dès lors qu'elle s'aventure à essayer de faire bouger les lignes ! Je ne le dirai jamais assez, tout ça, c'est la faute à Sarko !
Bonne journée à vous.
Cordialement.

Alex paulista

@ Savinien

La loi française n'analyse pas le contenu des textes plus ou moins sacrés d'une religion/secte, mais plutôt comment elle est pratiquée sur son territoire.
Elle s'intéresse aux faits.

En plus c'est en adaptant doucement la pratique qu'une religion évolue, pas à coups de déclarations.

Regardez la religion catholique et la contraception.

LABOCA

Rédigé par : Rahmouni Slimane | 29 mars 2012 à 19:34

Slimane,

Je lis toujours avec intérêt vos intelligentes interventions. Malgré toute la bonne volonté de Monsieur Bilger, ce blog est malheureusement devenu aussi le blog des intolérants. L'on s'explique la violence subie par notre amie Ivana dont le seul tort est de dire ce que ces intolérants ne veulent pas lire à cause de leurs systèmes de pensée de droite et archaïques.

Je regrette que notre ami de droite Frank Thomas - dont j'ai connu le frère Yan, brillantissime directeur d'études à l'EHESS, aux côtés d'Olivier Cayla, un autre grand esprit mais dans la sphère de la théorie du droit - ne fasse plus que des posts courts, lui dont la qualité de la langue est admirable, comparable à celle de notre ami de gauche Jean-Dominique Reffait.

Slimane, dites-vous toujours, face aux quelques agents et policiers de droite qui interviennent sur ce blog : "les chiens aboient, la caravane passe".

Vous ne pouvez rien faire face à ces gens de droite qui vous déclarent étranger ou français d'origine étrangère par cela seul que vous portez un nom particulier.

Ne cherchez surtout pas à vous justifier devant ces intolérants, connus également pour leur homophobie, leur amour du mensonge, le double jeu et l'infidélité.

oursivi@sbrigliaCJquilit

mère amère, âmes errent... »
sbriglia poète ?
Rédigé par : Catherine JACOB@sbriglia | 29 mars 2012 à 17:21

Poète les plombs, oui.

S'il se met à faire de l'oursivi, la barbe, je vais être obligé de faire du sbriglia, et c'est pas si facile la délicate moquerie...

L'ironie socratique, selon Kierkegaard, n'est point supérieure à l'humour chrétien.

Il fait tellement beau et chaud en ce mois de mars Dante au logis, voire l'inverse, qu'on sentira que plage y a.

Il faut se garder de l'esprit de sérieux, jamais de la gravité, l'humour est une chose sérieuse qui doit être dite sans rire.

Ironie qui parle légèrement de choses graves, versus humour qui parle gravement de choses légères, l'une orgueilleuse selon Kierk, l'autre humble et charitable que de tenter de réjouir tout un chacun.

Par exemple, si je dis que chez ce Danois rien n'est à jeter - prononcez tacheté - je commets le plus visuel des paradoxes, et je vous laisse deviner pourquoi.

AO

Savinien

Cher Monsieur Rahmouni,

Si vous m’aviez bien lu, vous auriez compris que pour l’islamiste Merah la France était, selon moi, un pays à soumettre du fait de son appartenance au Dar el Harb.

Pour la définition de ce terme, je vous renvoie à Wikipédia :
Dar al-Harb (arabe : دار الحرب dâr al-harb "domaine de la guerre") est un terme utilisé pour désigner les lieux en dehors de la loi musulmane. Ce terme désigne traditionnellement les terres administrées par des gouvernements non-musulmans. Les habitants du Dar al-Harb sont appelés harbi. Traditionnellement, la guerre est obligatoire pour tout musulman aussi longtemps que les habitants du Dar al-Harb refusent de reconnaître la souveraineté de l'islam.

Merci de m’avoir permis d’éclairer un peu ce «phénomène hyper complexe».

Ivana Fulli

Robert,

//Je pense qu’une partie de l’émotion causée par les déclarations du père repose sur la crainte qu’il ne gagne et qu’il ne faille lui verser de l’argent : cette crainte est infondée.///

Je cite Me Eolas, le lien que vous nous avez donné - sans partager votre admiration.

Je suppose qu'il faut être juriste pour apprécier ce Me Eolas qui s'est illustré récemment dans un billet consacré "au maire et la gifle" en mordant une mère d'autiste giflée par une personne qui connaissait le handicap de sa fille - un billet précédent qui prétendait dissuader les petites gens non juristes d'offrir leur signature à l'Institut pour la Justice.

Catherine JACOB@CLAGGART

@CLAGGART | 29 mars 2012 à 19:40
« @Catherine JACOB : Il s'agit des vers 97 à 120 du chant XXI, la phrase exacte étant "Va mon ami, meurs à ton tour" »
----------------
Je n'ai pas le texte de la Pléiade sous la main, mais dans la traduction de l’Iliade par Leconte de Lisle, 1818-1894 accessible par le web, on a ceci, où votre «ἀλλὰ φίλος θάνε » s'adresse non à Patrocle (Πάτροκλος) déjà mort, d'où le "à ton tour" qui est vengeur, mais à Lycaon (Λυκάων), prince troyen, fils de Priam et de Laothoé qu'Achille tue, désormais insensible à ses supplications alors que du vivant de Patrocle, il l'avait épargné.

« Lykaôn vint à lui, tremblant et désirant embrasser ses genoux, car il voulait éviter la mort mauvaise et la Kèr noire. Et le divin Akhilleus leva sa longue lance pour le frapper ; mais Lykaôn saisit ses genoux en se courbant, et la lance, avide de mordre la chair, par-dessus son dos s'enfonça en terre. Et, tenant d'une main la lance aiguë qu'il ne lâchait point, et de l'autre bras entourant les genoux d'Aklùlleus, il le supplia par ces paroles ailées :
- J'embrasse tes genoux, Akhilleus ! honore-moi, aie pitié de moi ! Je suis ton suppliant, ô race divine ! J'ai goûté sous ton toit les dons de Déméter, depuis le jour où tu m'enlevas de nos beaux vergers pour me vendre, loin de mon père et de mes amis, dans la sainte Lemnos, où je te valus le prix de cent bœufs. Et je fus racheté pour trois fois autant. Voici le douzième jour, après tant de maux soufferts, que je suis rentré dans Ilios, et de nouveau la Moire fatale me remet dans tes mains ! Je dois être odieux au Père Zeus, qui me livre à toi de nouveau. Sans doute elle m'a enfanté pour peu de jours ma mère Laothoè, fille du vieux Alteus qui commande aux belliqueux Léléges, et qui habite la haute Pèdasos sur les bords du fleuve Satnidis. Et Priainos posséda Laothoè parmi toutes ses femmes, et elle eut deux fils, et tu les auras tués tous deux. En tête des hommes de pied tu as dompté Polydôros égal à un Dieu, en le perçant de ta lance aiguë. Et voici que le malheur est maintenant sur moi, car je n'éviterai pas tes mains, puisqu'un Dieu m'y a jeté. Mais je te le dis, et que mes paroles soient dans ton esprit : ne me tue point, puisque je ne suis pas le frère utérin de Hektôr, qui a tué ton compagnon doux et brave.
Et l'illustre fils de Priainos parla ainsi, suppliant ; mais il entendit une voix inexorable :
- Insensé ! ne parle plus jamais du prix de ton affranchissement. Avant le jour suprême de Patroklos, il me plaisait d'épargner les Troyens. J'en ai pris un grand nombre vivants et je les ai vendus.
Maintenant, aucun des Troyens qu'un Dieu me jettera dans les mains n'évitera la mort, surtout les fils de Priainos. Ami, meurs ! Pourquoi gémir en vain ? Patroklos est bien mort, qui valait beaucoup mieux que toi. Regarde ! Je suis beau et grand, je suis né d'un noble père ; une Déesse m'a enfanté ; et cependant la mort et la Moire violente me saisiront, le matin, le soir ou à midi, et quelqu'un m'arrachera l'âme, soit d'un coup de lance, soit d'une flèche.
Il parla ainsi, et les genoux et le coeur manquèrent au Priamide. Et, lâchant la lance, il s'assit, les mains étendues. Et Akhilleus, tirant son épée aiguë, le frappa au cou, près de la clavicule, et l'airain entra tout entier. Lykaôn tomba sur la face ; un sang noir jaillit et ruissela par terre. Et Akhilleus, le saisissant par les pieds, le jeta dans le fleuve, et il l'insulta en paroles rapides
: - Va ! reste avec les poissons, qui boiront tranquillement le sang de ta blessure. Ta mère ne te déposera point sur le lit funèbre, mais le Skamandros tourbillonnant t'emportera dans la vaste mer, et quelque poisson, sautant sur l'eau, dévorera la chair blanche de Lykaôn dans la noire horreur de l'abîme. »

sbriglia

"profitons de ce blog pour rigoler des fous qui se donnent en spectacle."

Entre les imbéciles chers à notre "psychiatre" et les fous non moins chers à notre "psychologue", ne vont pouvoir sans doute passer entre les mailles que les adeptes du stoïcisme ou du "tends la joue droite".

Tolérance ? tollé rance.

Ivana Fulli

CLAGGART | 29 mars 2012 à 18:35

Pas de souci. Je ne suis pas méticuleuse non plus et je cite volontiers de mémoire en prenant d'un lapsus.

Merci pour les info supplémentaires.

Ce que vous avez voulu dire a été compris mais c'est M. Alain Juppé - le plus inhumain - car ce qu'il a dit est plus grave qu'un mot d'esprit français.

Dans une démocratie même les monstres ont droit à un procès public.

M Alain Juppé ne peut pas refuser au père de savoir les circonstances de la mort de son fils.

CLAGGART

@Catherine JACOB

Il s'agit des vers 97 à 120 du chant XXI, la phrase exacte étant "Va mon ami, meurs à ton tour".

Il est réconfortant de lire des commentaires sur l'Iliade, à l'heure où l'épreuve de culture générale est supprimée à Sciences Po (entre parenthèses, depuis quand "grande école" ?).

Herman Kerhost

Cher Philippe,

Enfin, cher... vraiment je ne sais pas si vous valez encore quelque chose, depuis que vous ne pensez plus comme moi... je suis perdu ! perdu ! et déçu... déçu...! J'attends avec impatience le prochain billet qui je l'espère de toute mon âme vous ramènera dans le droit chemin, celui de la vraie vérité, celle qui ne ment pas, comme notre cher président tant adoré...

Sarko Akbar !

Rahmouni Slimane

@Ivana Fulli

Bonsoir Madame,
Je suis estomaqué par l'imbécillité que certains déploient pour avoir raison coûte que coûte.
Que certains fassent mine de ne pas réaliser que je suis français s'assimilerait à de la mauvaise foi voire de l'imbécillité s'ils persistaient.
Cependant, qu'un ancien procureur rodé aux affaires pénales et criminelles donne un avis qui mérite à défaut d'être écouté d'être au moins respecté et qui se fasse attaquer aussi vilement est juste ahurissant.
En plus d'une malhonnêteté intellectuelle indiscutable, j'y vois également une jalousie, presque de la haine chez certains. Il est plus que plaisant car rare de nos jours de lire ou d'entendre un virtuose du verbe qui en plus nous livre des analyses - reconnaissons-le - très travaillées.
Ce manque de respect dénote une ambiance généralisée dans la société où tous les repères sont bousculés ; en plus simple c'est du sarkozysme dans sa banalité la plus expressive.
J'ai lu également le commentaire d'un gus qui se croyait en mesure et donc légitimement équipé pour expliquer un phénomène hyper complexe parce qu'il a lu... le Coran et la Sira ! Et de décréter que la France est une terre de conquête à cause de ce qu'il aurait lu dans la Sira, sachant que la Sira est la biographie de Mahomet et que la France n'existait pas encore comme pays du vivant de Mahomet ! La Sira est un recueil de faits et gestes censés éduquer le croyant qui veut se rapprocher le plus possible de ce qu'a été Mahomet. Un Merah plus loin et quelques passions plus tard, c'est devenu un manifeste de guerre contre la France !
Bientôt nous lirons que Monsieur Bilger est le complice de Merah et qu'il est un proche de Ben Laden.
Nous n'en sommes pas à une stupidité près, alors profitons de ce blog pour rigoler des fous qui se donnent en spectacle.
Bonne soirée.
Cordialement.

Robert

Au-delà de l'émotion suscitée par les assassinats perpétrés par Mohamed Merah et la réaction de son père, voici un lien sur une analyse juridique extrêmement fouillée et sans concession :

http://www.maitre-eolas.fr/post/2012/03/29/La-France-peut-elle-%C3%AAtre-condamn%C3%A9e-pour-la-mort-de-Mohamed-Merah

Ivana Fulli

Rédigé par : Yves BRUNO | 29 mars 2012 à 13:17
///De fait, jamais campagne présidentielle n'aura été aussi vivante comme disait M.Bilger, que nous remercions, qui nous remercie, que les politiques remercient…///

Récemment à Montauban et Toulouse il y a quand même eu 8 morts et un blessé grave dont au moins 7 assassinats.

Si vous ne le savez pas ce n'est pas de la faute de MM. Guéant et Sarkozy qui ont beaucoup occupé les écrans de télévision et d'ordinateurs du monde entier sur le sujet avec le procureur de Paris - mais en personnage secondaire le procureur.

Dans une démocratie c'est le procureur qui aurait commandé la chasse aux assassins et aux terroristes mais Sarko fait tout...

Un des morts - Mohamed Merah - M Bilger en a assez entendu parlé.

Le journal italien "Il foglio" a mis sur l'affaire un journaliste d'investigation costaud sur le sujet, Daniele Raineri

http://www.ilfoglio.it/redazione/29

(après son CV en bas vous trouvez tous ces articles sur le sujet dont celui traduit par Courrier International)

Selon ces articles Mohamed Merah aurait été un agent double mal contrôlé par un pied nickelé qui l'avait fait retirer des listes de suspects d'assassinat de militaires car agent du renseignement français ; qui l'avait récupéré quand il avait été expulsé du Pakistan pour des bêtises etc.

http://www.ilfoglio.it/soloqui/12779O
http://www.ilfoglio.it/soloqui/12800

PS: M Guéant avait essayé de nous dire que Mohamed Merah s'était suicidé en se jetant dans le vide les armes à la main mais il ne s'est défenestré que du premier étage (Alex paulista n'avait pas laissé passer cela sans relever l'incohérence).

Puis on nous a dit qu'un tireur d'élite embusqué à l'extérieur l'avait abattu - 30 balles tirées par un tireur d'élite embusqué à l'extérieur de l'appartement entre le moment où il s'est défenestré du premier étage et son arrivée au sol mort - selon M Guéant deuxième version.

Selon Daniele Raineri, Mohamed Merah voulait assassiner son contrôleur, un agent secret français musulman - et le journaliste de se demander comment il aurait pu connaître cette personne qui ne court pas après les voleurs de sac à main, etc.

Si Daniele Raineri fait un livre sur l'affaire Mohamed Merah après son ouvrage "le cas Petreus", on sait déjà qu'il appellera M. Squarcini "l'homme du président".

Savinien

@ Alex paulista

Vous dites «en France on a le droit de penser ce qu'on veut et de pratiquer son culte».

Ce n’est pas exact. Nous avons des lois réprimant les sectes.
Si on appliquait les lois françaises sur les sectes à l’islam, il faudrait l’interdire du fait d’au moins trois éléments visés par ces lois :

- impossibilité pour un musulman de quitter sa religion. La peine prévue est même la mort (d’après un hadith);
- dispositions contraires aux droits de l’homme : statut de la femme, statut des non-musulmans;
- nombreux appels au meurtre des Juifs et autres infidèles refusant de se convertir à l’islam.

Ne pourrait-on pas au moins demander aux musulmans d’abroger les dispositions incriminées ?

CLAGGART

@Ivana Fulli

Mes plus plates excuses pour ce lapsus : c'est à son ennemi troyen Lycaon qu'Achille aurait dit "Meurs, ami", avant de l'occire, et non à Patrocle, qui avait lui-même été auparavant tué par le troyen Paris, ce qui avait entraîné la colère d'Achille car, dit-on, Patrocle était son petit ami.

Achille

@ Catherine JACOB

Oui, on dirait du Boby Lapointe.

Franck Boizard

Je ne voudrais pas insister lourdement, mais comme, à mon sens, vous vous trompez lourdement...

On parle d'un deuxième complice dans l'affaire Merah. Trois, ce n'est plus un coup de folie individuel, c'est déjà une bande. Les quelques milliers de soutiens reçus par Merah sur internet sont peut-être idiots, mais cela n'en fait pas un individu isolé.

Partout dans le monde, du fait de la démographie et des moyens de transport modernes, les politiques migratoires et leurs conséquences sont des questions essentielles, au sens étymologique : elles mettent en question l'essence même des pays.

Partout dans le monde, des populations différentes ont du mal à cohabiter (par cohabitation difficile, je veux dire meurtres, attentats, exterminations, massacres) et l'islam est impliqué dans la plupart de ces tensions (n'oublions pas que l'islam s'est propagé par la guerre, à l'exemple de Mahomet).

Mais non, pas en France. Un Français d'origine immigrée, français par droit du sol, veut faire pleurer la France, au nom d'une religion dont le livre sacré appelle à la guerre sainte et au meurtre des mécréants. Il fait un carton sur des militaires, il tue des enfants, les réactions dans la population immigrée sont loin d'être toutes de désapprobation scandalisée : pas grave, tout cela, qu'on vous dit. Secondaire. Simple fait divers sans signification. Pas de questions fondamentales là-dedans. Exploitation politique excessive. Merah le bol. Passons à autre chose.

Ca doit être moi qui ne sait pas trier l'essentiel de l'accessoire. L'essentiel, c'est que la cote sondagière de Sarkozy ne profite pas de ces événements.

Achille

@ boris | 29 mars 2012 à

« En tout cas, Sarkozy n'est pas comme Ulysse, il n'a pas mille ruses (une ou deux seulement, et qui ne se renouvellent pas tous les cinq ans...).
Le monde est mal fichu ! »

Je me demande bien si le cheval de Troie Mélenchon ne serait pas une ruse digne d’Ulysse.

Il est vrai qu’aujourd’hui on appelle ça un « idiot utile ».

Catherine JACOB@sbriglia

@sbriglia@claggart | 29 mars 2012 à 15:00
[...] « Fils sans amers, mère amère, âmes errent... »

sbriglia poète ?

Catherine JACOB@CLAGGART

@CLAGGART | 29 mars 2012 à 10:13
« Monsieur Bilger, je suis vraiment choqué de vous voir employer un calembour à deux balles, genre Libé ou Canard enchaîné, sur le nom d'un mort, même s'il s'agit d'un assassin.
Cela témoigne d'un manque de respect et de dignité qui m'étonne de votre part.
Vous qui avez sans doute quelques lettres devriez-vous rappeler, "mutatis mutandis", ce que dit Achille à Patrocle : "Meurs, ami."
 »

Terrible en chant que le chant XXIII de l'Iliade, en effet, mais je ne sache pas à quel endroit entre le chant XVI qui est celui de la mort de Patrocle et le chant XXIII qui est celui de ses funérailles, qu'Achille ait prononcé ces mots.
Peut-être ai-je mal lu. De quel vers parlez-vous exactement ?

lorido

Quand on a compris que le programme du candidat sortant, c'est en gros et en détail ce qu'il ne ferait pas, on en tire une intention de vote appropriée.
Sait-on qu'un sondage indique que la majorité des électeurs déclarant vouloir voter pour l'intéressé croient en fait assez peu à l'utilité de leur vote ? C’est qu’ils ne voient guère leur héros réélu. Ce n'est pas ce qui s'appelle un vote utile.

boris

@ Achille

Désolé mais : "Les ruines de Troie VIIa (la seule possible) ne permettent pas de prouver qu'une "guerre de Troie" impliquant des Mycéniens coalisés a entraîné la destruction à ce niveau d'une ville d'Anatolie" (Josette Renard). Moses Finley est encore plus désespérant sur l'historicité d'Agamemnon...
Mais je vous accorde qu'Achille et Hector ont au moins autant de droits à l'existence que FH et NS. Les débats télévisés seraient nettement moins soporifiques s'ils se réglaient à coups de lances et de chars de guerre. En tout cas, Sarkozy n'est pas comme Ulysse, il n'a pas mille ruses (une ou deux seulement, et qui ne se renouvellent pas tous les cinq ans...).
Le monde est mal fichu !

Savinien

@ Achille

La caractéristique commune des deux marches blanches de Paris et de Toulouse, c’est qu’à l’exception de quelques rares officiels de l’islam, il y avait très peu de musulmans (d’après des témoignages, des vidéos et des photos).

Croyez que je le regrette.
Je m’en inquiète aussi.

Alex paulista

@ Savinien

Peut-être, mais
- en France on a le droit de penser ce qu'on veut et de pratiquer son culte
- toutes les religions évoluent au cours des siècles, et peut-être avons-nous en France un rôle central et particulier, une voie à tracer, une tendance de l'Islam à incarner, à façonner par la pratique.

Et pour traiter ce deuxième point, je crois qu'il est préférable d'attendre que des épisodes extrêmes décantent. En plus il se fera par l'existence de fait d'un Islam modéré et bienfaiteur, pas par les discours de réaction après un attentat.

Commencer à accuser les gens parce qu'ils n'auraient pas assez manifesté à votre goût après ces assassinats, c'est une manière de forcer les consciences qui n'aboutit qu'à la polarisation.
C'est ce que veulent les intégristes, justement

@ Jean ENFRANCE

"Pour un franchouillard comme moi qui n'a qu'une patrie"
"les douleurs financières qui attendent le Français mono-national"

On sent que vous vivez comme une douleur le fait de n'avoir qu'une patrie.
Je vous rassure, les Français bi-nationaux et les étrangers qui vivent en France risquent de souffrir encore plus de la crise, car pour certains les origines sont marquées sur la figure.

Avoir une double culture procure quelques avantages, c'est vrai:
au-delà de pouvoir se faire enterrer au soleil près de ses ancêtres, on peut se sentir chez soi dans un autre pays, et bien souvent dans tous les pays car on apprend à s'adapter à des cultures différentes.
Mais c'est un avantage que procure la connaissance, tout comme être fiscaliste est utile pour savoir comment optimiser ses impôts, savoir cuisiner le manioc, certains poissons ou connaître la chimie peut aider à commettre un meurtre, courir vite à échapper à la police, être marié à une riche héritière à se payer un bon avocat...

Pas de quoi créer des lois spécifiques pour pénaliser particulièrement ceux qui ont cette richesse. Surtout que bien souvent ils n'en ont pas beaucoup d'autres.

Cactus à tous

A travers vos commentaires, merci à toutes et tous pour ce grand bol d'air frais en notre monde si pollué et en cet espace de liberté totale !

Achille

@Savinien

« Car comme vous l’avez peut-être remarqué nous n’avons vu à cette occasion (pas plus que lors du 11 septembre ou lors des attentats de Londres, de Paris, etc.) aucune manifestation de masse des musulmans de France pour désavouer des crimes islamistes. »

Faux, il y a eu une marche silencieuse réunissant musulmans et juifs dans la dignité et le recueillement dimanche dernier.

http://www.franceinfo.fr/faits-divers/une-marche-silencieuse-reunissant-juifs-et-musulmans-sera-organisee-dimanche-562183-2012-03-20

Hermione

Merah avait peut-être une intention quant à ses actes et à sa mort, mais sa juste punition est qu'il en va de lui comme de toutes les scories de notre société, il est filtré, analysé et rangé là où il doit l'être : l'insignifiant.

Pour terribles qu'ils soient, ses crimes n'ont pas jeté le trouble dans la population. La compassion dont ont fait preuve les Français montre assez qu'ils ne trient pas parmi les victimes et qu'au contraire ils élèvent un mur haut et fort entre l'assassin et ceux auxquels il aurait voulu qu'on l'assimile.

La victoire républicaine est là.

Tout le reste, les interrogations de bonne ou de mauvaise foi, c'est l'écume des jours. Nous laisserons la police mener l'enquête sur les détails et les ressorts de son aventure pour qu'ils soient traités là où ils doivent l'être : devant une cour d'assises.

Peut-être avons-nous montré un visage aussi sage et prudent que la Norvège l'a fait il y a peu.

Achille

@ Poil à gratter

« Ce qui rassure c'est qu'Achille n'a existé que dans la Mythologie »

Détrompez-vous, bien des historiens admettent que la guerre de Troie a bien eu lieu, contrairement à ce qu’aurait pu affirmer Jean Giraudoux et Achille a donc, de ce fait, bel et bien existé.
Ses exploits nous sont racontés par Homère dans l’Iliade sous une forme, certes un petit peu « arrangée », mêlant hommes et dieux de la mythologie grecque pour en faire un héros légendaire. Mais quelle épopée fabuleuse !

Tandis que Zorro, lui, est un véritable personnage de fiction qui n’a jamais existé que dans l’imagination de Johnston McCulley.
Ceci ne l’empêche pas, c’est vrai, d’être un personnage fort sympathique, très apprécié en particulier des enfants et de ceux qui le sont restés.

Savinien

Monsieur Bilger,

Je suis très déçu par la façon dont vous et la plupart des intervenants (à l’exception de Frank Boizard) traitent de l’affaire des meurtres de Toulouse, c’est-à-dire en supposant que Merah était un fou et cette affaire « délirante ». De façon à vite passer à autre chose (les élections).

Or vous savez très bien que Merah n’était pas fou.
C’était au départ un musulman ordinaire (disons « modéré ») qui est devenu fondamentaliste du fait d’une lecture approfondie du Coran, comme l’a montré l’enquête. Bien qu’ayant passé entre dix et quinze ans sur les bancs de l’école républicaine française.

Qu’un fondamentaliste musulman veuille ensuite « mettre la France à genoux » et tuer des Juifs ne m’étonne guère, puisque c’est leur programme depuis quatorze siècles (le France en tant que pays du Dar el Harb). Car j’ai lu le Coran et la Sira.

Bien que personne ici ne veuille le relever, l’affaire Merah pose donc une fois de plus le problème du lien (évident à mon avis) entre islamisme et islam. Et celui du comportement présent et à venir des millions de musulmans qu’il y a en France.

Car comme vous l’avez peut-être remarqué nous n’avons vu à cette occasion (pas plus que lors du 11 septembre ou lors des attentats de Londres, de Paris, etc.) aucune manifestation de masse des musulmans de France pour désavouer des crimes islamistes. Nous avons simplement constaté, lors des élections tunisiennes, que beaucoup d’entre eux avaient voté pour les partis islamistes.

Je lis ici ou là que des manifestations de soutien posthume à Merah se font jour. Que certains professeurs osent signaler que leurs élèves musulmans ont refusé d’observer la minute de silence.

Je ne crois pas qu’on puisse se débarrasser de ces questions par de mauvais calembours du type « Merah le bol ».

sbriglia@claggart

"Monsieur Bilger, je suis vraiment choqué de vous voir employer un calembour à deux balles, genre Libé ou Canard enchaîné, sur le nom d'un mort, même s'il s'agit d'un assassin."

Il est vrai...

Mais voyez-vous, Claggart, de sournois commentateurs, tels Savonarole (ah, son "Possédée de Ledun" d'anthologie !), oursivi, et le vénérable cactus, nous laissent pour le grand plaisir de certains dont je fais partie, de tels calembours ("fientes de l'esprit") sur ce blog, que tôt ou tard, même chez l'ennemi juré de la dérision, l'esprit se laisse aller à ces lamentables abandons qui ont néanmoins le mérite d'ôter à notre hôte cette "permanence du sérieux, triste nécessité du médiocre" (Oh sbrig ! ça suffit de radoter, dirait Véronique).

Fils sans amers, mère amère, âmes errent...

Véronique Raffeneau

@ JMT

Superbe commentaire.

Ne quittez jamais ce blog !

Alex paulista

Alex paulista, je fais une observation générale qui ne se rapporte pas à ma pratique personnelle.

Rédigé par : Jean-Dominique @ Alex | 29 mars 2012 à 10:41

Il est amusant de relever que dans votre esprit c'est cette vision communautariste qui est la réalité des gens.

Ivana Fulli

Rédigé par : CLAGGART | 29 mars 2012 à 10:13

///Vous qui avez sans doute quelques lettres devriez-vous rappeler, "mutatis mutandis", ce que dit Achille à Patrocle : "Meurs, ami."///

C'est parce que Achille et Patrocle ne s'aimaient pas en tant que personnes ou parce q'ils ne combattaient pas du même côté dans la guerre de Troie que vous écrivez cela ?

M Bilger a bien de la chance de compter des intellectuels cultivés et lettrés comme vous parmi ses commentateurs.

Yves BRUNO

Jean-Dominique Reffait, scoubab00

C'est un fait, la relation entre politiques et citoyens est devenue interactive grâce à Internet qui permet aux citoyens de s'exprimer de concert avec les intellectuels et les journalistes.

Pourtant les politiques ne sont pas forcément à la ramasse, et bien au contraire, utilisent au mieux le Net pour sonder la pensée profonde du citoyen internaute, en faire la synthèse, et orienter leur discours et leur action en fonction de l'état d'esprit ambiant.

Il ne faut pas non plus sous-estimer le rôle pédagogique des politiques, chargés de rappeler les fondamentaux de notre République, voire même de les réviser quand ils légifèrent.

De fait, jamais campagne présidentielle n'aura été aussi vivante comme disait M.Bilger, que nous remercions, qui nous remercie, que les politiques remercient…

JMT

Qu'il y ait des doutes sur le fond de l'affaire Merah et que la population ne souhaite pas approfondir cette question, c'est l'évidence.
Que la stabilité de l'opinion soit appuyée sur des questionnements touchant au pouvoir d'achat et au chômage, quoi de plus normal.
Que la conséquence inéluctable soit que les menaces bien réelles sur notre civilisation (au sens de mode de vie) échappent aux plus nombreux, voilà qui peut attirer l'attention.
On se sent rassuré quand le discours politique fait un flop auprès, mais oui, auprès de qui ? Car, si je ne m'abuse, je vois à largeur d'écran, des stades remplis, des bannières claquant au bout de bras musculeux, des figures extatiques de jeunes beautés, profil gauche ou profil droit. Je vois même des adeptes du discours plombé qui vont se réjouir à entendre le Mélenchon tonitruer, sans qu'on puisse être sûr qu'ils partagent ses idées.
Merah, au milieu de tout ça, et quel qu'ait été son statut caché, c'est l'abomination de la désolation, c'est la traversée du désert et c'est la marque de notre début de siècle : immensité des espaces de décision, immensité des conséquences des idéologies, interpénétration de modes de vie incompatibles, choc des paroles incompréhensibles aux uns et aux autres par manque de bases communes.
Plus loin, il y a aussi la conviction que le plus petit élément connu n'explique pas la notion de petitesse, comme le grain de sable n'explique pas le sable mais que cette agitation des états et des miasmes qu'ils diffusent finira par se concrétiser dans une intolérance accrue.
Face à nous, il n'y a aucun être qui soit capable de gérer notre pays sans tenter de parer les coups au quotidien. L'Etat est trop lourd pour réagir à temps. Les lois se succèdent dans un parcours cahoteux, beaucoup, temporaires, signent leur inefficacité. La morale sociale s'accommode de transgressions infinies et de leur contraire, une sévérité utilitariste, une réification des individus.
Alors, oui, Merah, tout le monde en a assez, et les gens gardent le nez dans leur assiette.
J'ai lu, dans un autre blog de magistrat, la relation de l'acquittement d'une femme qui avait, dans une agression violente, tué son agresseur de mari. Il est traité joliment de la légitime défense et pas du tout des 17 mois de détention provisoire accomplis par cette malheureuse, avant qu'un juge qui avait peut-être lu entre-temps l'art.144 du CPP décide de la mettre en liberté pour comparaître et entendre un avocat général lui dire qu'elle n'avait rien à faire devant cette Cour. Ceci résume assez bien notre pays, notre société ; d'abord réprimer par réaction, absolument, enfermer, au nom de l'ordre public, cette notion fourre-tout qui a si bien perverti le droit, puis longtemps après, faire un geste, beau de préférence, spectaculaire, sans se soucier que, tombé entre les meules le grain de blé a été écrasé, comme le titrait si bien Soljenitsyne. C'est toute la différence entre la lenteur mortelle de la gestion et la précipitation inconséquente de la réaction. Nous allons nous en apercevoir pendant cinq ans encore.

Véronique Raffeneau

@ Achille

"Malheureusement pour l’UMP et notamment son aile droite la sécurité n’est plus la principale préoccupation des Français, comme ce fut le cas en 2002 et en 2007."

Faux.

Consultez le tableau ( p.5) dans ce lien http://www.tns-sofres.com/_assets/files/2011.10.14-baropreoc.pdf, figurant les préoccupations des Français en 2006, et vous vous rendrez compte qu'en matière d'indice d'inquiétude, le chômage et l'emploi (68) arrive prioritairement, et loin devant la sécurité (28), qui est en en 8ème position.

Remontez les trente ou quarante dernières années, et je suis à peu près certaine que les questions économiques et sociales sont, de façon continue, très prioritairement au coeur des préoccupations majeures de notre société.

Là où la résolution de ces questions n'a jamais été prioritaire, ni réellement cruciale, ni même au fond réellement digne d'intérêt, c'est bien au coeur des préoccupations implicites des appareils politiques et des commentateurs de l'espace public d'hier et d'aujourd'hui, qui se piquent et ne se lassent pas de fabriquer en miroir, à longueur de chroniques, les romans médiocres de la vie politique française et des campagnes électorales en particulier.

robn

L'affaire Merah c'est une foule de questions non résolues :
Que sont devenus les tatouages aperçus par des témoins sur son visage ?

Pourquoi a-t-il fallu 30 heures pour extirper mort un type seul et sans otages, faisant ainsi du RAID la risée des services d'interventions étrangers ?

Comment a-t-il fait, avec le RSA, pour se payer des voitures de location, un scooter dernier cri, une collection d'armes y compris de guerre, faire plusieurs aller-retour dans des pays aussi difficiles d'accès que l'Afghanistan, l'Irak, mais aussi étrangement Israël, sans attirer plus que ça l'attention ?

Comment se fait-il qu'un ancien patron de la DST dise de lui qu'il était probablement un indic de la DCRI ?

Etc. etc.

Au bout du compte lorsque les médias main stream insulteront les contradicteurs de la version officielle actuelle de la même façon qu'ils ont insulté sans argumentation ceux de la version officielle des attentats du 11 septembre, on sera définitivement fixés sur le côté particulièrement nauséabond, et éloigné du conte qu'on nous balance à longueur d'antennes sur cette affaire.

robn

On n'en a pas fait tout un pataquès des 16 morts, femmes et enfants compris, tués par le soldat américain. Mais il vrai qu'ils ne sont pas blancs, qu'ils sont loin, et qu'ils ont été tués par un forcément gentil américain... lol !

Poil à gratter

Achille | 29 mars 2012 à 11:04

Ce qui rassure c'est qu'Achille n'a existé que dans la Mythologie.

En plus il s'est fait bêtement trancher le talon, raison pour laquelle il est devenu bon à rien.

Zorro fait au moins rêver, il est sympa et réussit des exploits.

Achille

Les faits sont là pour le démontrer et Catherine Nay l’explique très bien dans son bouquin.

Il est comme ça notre président c’est un gars qui fonctionne à l’émotion, qui réagit à l’affectif.

Il ne se sent jamais aussi impliqué que lorsqu’il s’agit de libérer de pauvres infirmières bulgares prisonnières d’un odieux tyran, ou encore d’aller secourir Ingrid Betancourt aux prises avec les terribles FARC dans la jungle colombienne.

Emporté par sa fébrilité, il a même failli créer un grave incident diplomatique avec le Mexique pour libérer Florence Cassez accusée, nous dit-on, à partir de documents montés de toute pièce par des juges corrompus.

Alors évidement ce tueur qui assassine froidement 7 personnes dont trois enfants, qui mieux que lui pouvait prendre les affaires en mains ?

A lui tout seul, notre président c’est Zorro qui sauve la pauvre Suzy des griffes de Jojo-le-Bouffi. C’est la cavalerie légère si chère à John Ford, qui arrive juste à temps pour repousser les féroces indiens qui attaquaient un convoi de braves colons qui ne pensaient à rien d’autre qu’à élever quelques vaches et fonder un foyer.
C’est quand même autre chose que d’aller faire la chasse à quelques évadés fiscaux.

Et il y en a qui, malgré cela, arrivent encore à le critiquer. Quelle ingratitude !

Jean-Dominique @ Alex

Alex paulista, je fais une observation générale qui ne se rapporte pas à ma pratique personnelle.

FC

"malgré l'obsession de Nicolas Sarkozy de tenter de faire apparaître François Hollande comme un laxiste et un faible"
Sans aucun doute, le succès de JL Mélenchon est lié au fait que bon nombre de personnes partagent cette impression, et se détournent du candidat F.Hollande. Celui-ci a beau essayer de faire preuve de calme, de pondération, de hauteur de vue, il n'en recueille pas les bénéfices, semble-t-il. Décidément, le côté appliqué, bon élève et donneur de leçons ne réussit pas au PS...
Enlevez tous ceux qui vont voter FH par haine du camp adverse (haine soigneusement et stratégiquement entretenue depuis 5 ans), et il ne reste plus tellement de convaincus, à part les aficionados de ce parti de notables bobo.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • Le Point (lepoint.fr)
    Les invités du Point : Philippe Bilger en liberté - Vidéo de 3 minutes chaque semaine sur l'actualité.
  • FigaroVox, le site de débats du Figaro
    Chronique hebdomadaire
  • Europe 1
    Tous les dimanches de 12h30 à 13h, le parti pris de PB, avec JP Gené et Guy Roux, dans "Europe 1 Week-end", édition d'information de Patrick Roger.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS