« Cassez mais pas brisée ! | Accueil | Président normal ou compagnon empressé ? »

11 décembre 2012

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c86dd53ef017ee61b46af970d

Voici les sites qui parlent de Gérard Depardieu aurait-il dû avoir l'argent patriote ? :

Commentaires

oursivi

http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/01/04/la-lettre-de-depardieu-suscite-quelques-sarcasmes-en-russie_1812787_823448.html

Sublime ! Et pas si (спасибо)* cons ces Russes.

Remarquez il aurait pu faire pire, demander l'asile à Bashar plutôt qu'à son pote Vladimir...

Et tant de beaux esprits ici, relire ci-dessous, pour le trouver formidable...

Oui, moi, je l'adorais le Gérard, comme acteur, chez Pialat et Blier surtout.

En fait ces riches s'ennuient tant qu'ils sont obligés de pimenter les voyages qu'ils ont fait mille fois et qui ne les amusent plus.

"Avec un passeport d'une autre couleur, voyons l'effet que cela fait...?"

AO

* quelle plaie que de trouver les lettres russes sur un clavier Azerty (un homme azerty en vaut deux, tu parles Charles, ou plutôt Gérard, mais là c'est "tu pars")

Duval Uzan

L’affaire Depardieu, par Shmuel Trigano

Le symptôme de la crise du lien national, mais pas ce que l’on croit…

L’affaire Depardieu, exilé fiscal et national en Belgique, constitue un indice sociologique passionnant.

Il y a comme cela des phénomènes qui révèlent de façon foudroyante toute une strate de l’inconscient collectif.

Nous constatons avant tout un fait massif : jamais la coupure entre les élites - hommes politiques, artistes, journalistes - et la masse des Français n’a été aussi abrupte.

D’un côté, une condamnation unanime et violente, parfois grossière, de l’autre 80 % des Français qui comprennent l’acteur .

Il y a en effet de quoi être étonné de voir cette élite marquée à gauche se livrer à une surenchère nationaliste et patriotique alors qu’elle a systématiquement entrepris depuis 30 ans de saper la nation et de diaboliser l’identité nationale.

Le verdict de la majorité de l’opinion atteste tout simplement que le lien national s’est vidé de tout contenu.

Comment un patriotisme de quelque sorte que ce soit pourrait-il être possible sans un sentiment national fort.

On ne peut d’un côté en appeler à un patriotisme économique et, de l’autre, rejeter le patriotisme impliquant une identité nationale.

oursivi

L'ombre, l'ombre encore et toujours, ils saisissent n'importe quoi par ici... On aime y surfer sur la tendance, le politiquement incorrect qui ici le redevient...

Notre oracle, le talentueux et suffisant JDR, l'avait bien dit à propos d'Eddy Mitchell, "à force d'incarner des beaufs désabusés, Mitchell en est devenu un". Le fat avait joliment tourné la chose et dit d'un trait le parcours d'une vie dont se tarit la lumière.

Pour Depardieu il faudrait convoquer un autre bestiaire, mais tout aussi répugnant, voire davantage.

Je vais commencer par le baume avant de sortir tout rincer à l'eau écarlate.

Jouvet, Raimu, Simon, Fernandel, Gabin, Bourvil et Depardieu, le tour de notre Panthéon cinématographique est (très, trop vite) fait.

L'acteur éclate et se démultiplie l'homme, une vie entière est bien courte, tout y attraper et tout y faire est sa seule mesure.

Et puis survient le jeu social où tant s'égarent et qu'on espérerait traversé au mieux par un être de cette épaisseur, sans la moindre déviation en sa stellaire course.

Las, c'est là que se distinguent les ultimes héros de leur époque, ceux-là qui contemplent la basse agitation des assoiffés de titres, d'argent et de choses aussi vaines que sottes, là où un Sarkozy et ses pitoyables désirs de cash-money chatouillent les orteils d'un de Gaulle, là où les pitoyables et frêles sujets du spectacle prennent leur image démultipliée pour des extensions universelles d'eux-mêmes là que ne sont que des prétextes à vendre du papier et eux de simples objets de boutiquiers.

Cette mare, cette marmite, l'ogre Depardieu y est tombé, progressivement. Même son talent et ses sincères quêtes, de Saint Augustin à Duras, n'y ont rien changé, il a plongé et prend tout ce qui détient pouvoir et argent pour la face révélée du vrai et du bien, comme ses amis Séguéla ou Sarkozy, entre lesquels il serait difficile de distinguer le plus sot comme le plus superficiel, même dénudés de leur Rolex et de tout ce qui fait tache sur et en eux.

Alors... Depardieu peut trouver formidable n'importe quel dictateur dès lors qu'il en impose, de son argent et de sa position, et qu'importe que les trois-quarts de son peuple le massacreront comme l'ont fait de Kadhafi ceux qu'il tenait sous son joug si jamais l'artifice venait à s'éventer. De cela Depardieu n'a cure, à son âge et désormais loin de la réalité, en son Panthéon, et personne de ses proches pour le détromper, tous au contraire pour le conforter, lui soufflant qu'en effet, la dictature est ici, et pas du côté des Poutine de tout poil.

Marionnette égarée dès la fin du spectacle, n'en voyant les limites comme le tomber du rideau, pitoyable pantin sorti du réel...

Dommage, Gérard, dommage ; mais tu n'étais qu'un homme après tout, Dieu seul sait ce qu'aurions fait à ta place.

AO

calamityjane

à Catherine Jacob,
en effet, et il n'y a pas que le Figaro !
Bonne fête à vous.

Catherine JACOB@Mary Preud'homme

@Mary Preud'homme | 22 décembre 2012 à 11:24
« Rédigé par Catherine JACOB, 21 décembre 2012 à 17:34 : Ce que vous avez écrit est très juste et même convaincant, à condition de se donner la peine de lire votre texte jusqu'au bout.»

Merci, c'est là une gentille pique. Mais bon, il semblerait cependant que les gens qui s'en sont donné la peine n'aient pas perdu leur temps puisque d'une certaine façon, on y trouve au dernier § les prémisses de l'idée directrice de l'éditorial du Figaro du lendemain.... Cf.
L'éditorial du 22 de ce mois du Figaro

Il va falloir que PB se décide à mettre la presse à l'amende, vu que, que ce soit ses propres billets ou leurs commentaires, il semblerait que certains y trouvent leur inspiration ultérieure.

Mary Preud'homme

Rédigé par Catherine JACOB, 21 décembre 2012 à 17:34 :

Ce que vous avez écrit est très juste et même convaincant, à condition de se donner la peine de lire votre texte jusqu'au bout.

Laurent Dingli

@ Savo,

Je ne suis pas maso

Savonarole

Rédigé par : Catherine JACOB@Laurent Dingli | 21 décembre 2012 à 17:34

Laurent Dingli, je vous supplie de ne pas répondre !

Catherine JACOB@Laurent Dingli

@Rédigé par : Laurent Dingli | 21 décembre 2012 à 12:44
«Belle réponse de Catherine Deneuve au ridicule Torreton dans les pages Rebonds de Libé.»

J'ai lu en effet que «Selon elle, Philippe Torreton attaque un "homme vacillant" qui ne "donne en pâture que lui-même". "L'homme est sombre, mais l'acteur est immense et vous n'exprimez finalement que votre rancœur", estime l'actrice, qui se demande : "Qu'auriez-vous fait en 1789, mon corps en tremble encore ! »

Je vois personnellement une grande différence entre Philippe Torreton et l'actrice de cinéma Catherine Deneuve, c'est que le 489ème sociétaire de la Comédie française a, lui, appris à articuler et ne se résume pas une identification à un type de personnage, par ex. celui de la parisienne glacée et sophistiquée.

Nous servir parfois une sorte de gloubi-boulga atone en lieu et place d'un phrasé audible fait, je pense, quelque part le charme de l'actrice qui a toujours su choisir les réalisateurs pour des rôles lui allant comme un gant, ce qui n'est pas la même chose qu'un comédien ayant appris à tout jouer.

Mais bon, je n'ai pas l'intention de toucher à l'icône, par ailleurs toujours très appréciée au Japon, et l'une des figures symboliques du cinéma français.

En que ce qui concerne Depardieu qualifié par Catherine Deneuve d'«immense acteur» et qui aurait quitté l'école à treize ans, en quelque sorte brut de décoffrage, puis épousé une actrice issue de la grande bourgeoisie, il a lui aussi été extrêmement bien servi par des rôles truculents, déjà en eux-mêmes très populaires, tel Obélix, ou encore Cyrano de Bergerac, et qu'il aurait été malheureux de rater, ou encore des textes d'auteur comme Marguerite Duras et ce côté «sombre» dont parle Deneuve, ainsi qu'un côté «nature» très apprécié en France où l'on aime parfois être bousculé par les caractères forts, extrêmement bien utilisés par d'excellents réalisateurs pour raconter une histoire.
Bien évidemment, rien de tout cela n'est «minable», ni à mettre en cause de quelque façon que ce soit, et surtout, ne l'a pas été par l'actuel Premier ministre qui a d'abord visé les faits et non l'homme puis, s'agissant alors de l'homme, exprimé une déception de devoir les rapporter à une tel homme du fait que, souvent, l'homme devient pour le spectateur, le double du rôle qu'il joue.

De même que au Moyen Age par ex., l'acteur qui interprétait le rôle de Judas lors de la représentation des mystères, était honni des spectateurs et se prenait des tomates même en dehors de la scène, l'homme Depardieu a conservé hors champ, pour l'esprit du spectateur/téléspectateur l'habit du texte de, par ex. Duras.

Et lorsque voici que tout d'un coup apparaît de dessous les oripeaux de l'acteur, le fils de «Dédé » le tôlier-formeur, et de « La Lilette » qui a réussi, possède un domaine viticole et entend bien faire ce qui lui plaît avec des écus qu'il n'a pas volés et en particulier les mettre à l'abri du fisc de ce pays, ce qui aurait pu être un rôle formidable lui allant comme un gant - autrement dit une façon de comprendre la formule de Deneuve 'qui ne donne en pâture que lui-même' -, n'est plus, sans les feux de la rampe, qu'une réalité qui peut en effet apparaît fort déplaisante.

Mais n'est-ce pas comme si, quelque part, le fils du «Dédé » et de la « La Lilette » n'avait eu le droit de s'en sortir et de gravir les échelons de l'échelle des hauts revenus grâce à son talent d'acteur qu'à condition d'en demeurer ponctionnable à merci ainsi qu'éternellement redevable aux pouvoirs publics, et ceux-ci de s'en donner ensuite à cœur joie en déclarant avec Benoît Hamon qui assume le rôle de «ministre délégué à l'économie sociale et solidaire», que la patrie du fils du tôlier-formeur c'est son portefeuille, a sans doute de quoi décourager les «assistés» de son ministère de vouloir sortir de l'«assistanat» puisqu'ils n'encourront aucun courroux que s'ils y restent, ce qui n'est pas franchement le but de l’économie solidaire.

Je crois qu'il conviendrait que chacun, l'acteur, le spectateur, le politicien, l'homme qui demeure sous chacun de ces costumes etc. prenne un peu ses distances avec l'Illusion... transcendantale, propre à chaque domaine considéré et redevienne un peu sérieux.

Catherine JACOB@ stéphane

@ stéphane | 16 décembre 2012 à 18:48
"Si Gérard Depardieu va fiscalement en Belgique, c'est à mon avis pour que ses héritiers (peu en ligne directe) ne soient pas rackettés et vendent par exemple son domaine viticole. "

Les biens situés sur le territoire français relèvent d'une application des droits de succession en vigueur dans notre pays ou est-ce que je me trompe?

Laurent Dingli

Belle réponse de Catherine Deneuve au ridicule Torreton dans les pages Rebonds de Libé.

Valerie... degoutee !

Comme le disent certains commentateurs, plaie d'argent n'est pas mortelle.

Plus inquietant :

http://www.au-troisieme-oeil.com/index.php?page=actu&type=skr&news=40740

L'occasion pour notre Obelix de croiser une charmante petite blonde !

jef

Bien sûr que M. Depardieu a raison de partir, et d'abord pour une raison simple, c'est un homme qui a gagné sa liberté.
Ensuite je pense qu'il a une forme de dégoût pour les hommes qui nous dirigent.
En effet (et M. Depardieu a raison) nous allons droit dans le mur avec ce pays. Rester et ne rien dire c'est être comme tout le monde : un beau troupeau de moutons.
Mais quand ce pays sera-t-il réformable ?? Quand le tsunami aura tout rasé ? Il faut arrêter de taxer les riches et les entreprises. Et dégraisser sérieusement les fonctionnaires SAUF dans la police et pour les profs. Sans réduction du nombre de fonctionnaires nous allons à la catastrophe. Dans quoi voulez-vous créer de l'emploi pour payer ces fonctionnaires ? Les chiffres sont là, seule solution = réduire les fonctionnaires, libéraliser le marché de l'emploi, que l'Etat investisse dans des PME et grosses sociétés au lieu de proposer un crédit d'impôt bidon !
L'Etat nous fait crédit ???
Enfin... eh oui... taxer les importations... et favoriser le Made in France.
Et Gérard si tu me lis... je te soutiens et comprends ton geste.
Autant Sarko était vulgaire autant FH et son équipe sont mesquins et encore plus inefficaces que la bande d'avant.

stéphane

Ce que j'aime le plus ce sont les interventions de Line Renaud qui a fait sa carrière à Las Vegas et dont la maquilleuse a fait une fortune foncière, et Sardou qui a séjourné en Floride un long moment.
Si Gérard Depardieu va fiscalement en Belgique, c'est à mon avis pour que ses héritiers (peu en ligne directe) ne soient pas rackettés et vendent par exemple son domaine viticole. Il est plaisant de voir qu'il est traité de la même manière que Bernard Arnault, tandis que Lloris, on oublie son exil, sauf pour regretter son inabordabilité temporaire, sans compter Zidane, Prost, Aznavour.
On reproche à Depardieu son soutien à Sarkozy, comme on a reproché à Gourcuff de ne pas être allé voir les prostituées.
GD a fait beaucoup pour la France, et avec Dior (de Bernard Arnault), c'est la marque la plus connue aux US.
Un peu de respect. En défendant sa liberté, il défend un peu la nôtre.
S'il aime la Belgique, OK, mais qu'il y habite vraiment.

C.Godin

Cher Monsieur Bilger,

Je suis absolument d'accord et ajouterai à cela un commentaire et un questionnement plus "populaire".
Ne faisons-nous pas ici face à une situation qui n'est que le reflet d'un pays qui, "depuis l'époque des rois de France", est pillé par son gouvernement ; et je ne parle pas que de l'aspect financier même s'il est indéniable que les dirigeants français et leur entourage ont toujours, je dis bien toujours, bénéficié d'avantages fiscaux de tous ordres et un accès au finances publiques très aisé. En opposition à cela le peuple fait face à un gouvernement qui lui impose des décisions politiques socialement contraignantes et toujours en brandissant la naïve mais judicieusement utilisée raison de la spécificité française, la puissance de la France, sa supériorité dans tellement de domaines. Je veux parler de ce chauvinisme pamphlétaire dans une réalité faite de femmes et d'hommes bien normalement incapables d'assumer des promesses qu'ils distribuent à des fins électorales et qui une fois élus alignent un discours pour justifier le mensonge ou leur propre ignorance. En conclusion, comment peut-on, en tant que gouvernement, quémander un désespéré patriotisme fiscal alors que chaque mouvement fait en haut lieu n'a même plus l'injuste intelligence de le faire sans dévoiler les intérêts personnels des personnes qui les convoitent... Comment croire en un pays quand sa conduite est à ce point contestable ?
Voilà Monsieur Bilger, je vous demande si nous ne faisons pas ici tout simplement face à un problème de mentalité devenue générale.

Alex paulista

Le pauvre Depardieu n'a pas fini de se faire insulter: l'exil fiscal, passe encore, mais mettre le Premier ministre face à sa bassesse et son manque d'éducation, le tout en restant poli... La préposée à la culture bave sa haine. On commence à traiter l'acteur de mégalomane, rendez-vous compte, il ne se laisse pas insulter, quelle morgue !!!

Gégé rend son passeport et le prof d'allemand, d'ici peu, ses portefeuilles.

Hollande a bien des défauts mais n'aurait pas traité GD de minable.

sbriglia

Bon diou, cette lettre ouverte à Ayrault de notre Obélix national, qu'elle fait du bien en ce dimanche matin... Lisez-là Benjamin, ça décrasse !

calamity jane

Aristote,

En effet ! vous n'êtes pas sans ignorer qu'en Suisse seul les murs appartiennent au propriétaire. Le sol appartient au pays.

zenblabla

@Catherine Jacob

Vraiment, c'est très bon comme vous faites !
(Je veux dire que "vraiment", c'est pas "franchement" comme cela engage à douter...)

Non pas que je souscrive avec l'idée qu'avocats autant qu'acteurs sauraient préserver leurs intégrités présentables autant que vendables, et alors transmissibles, quand soixante ans étant passés, et tandis que en deçà des soixante ans, vous dites très bien comme on sent mauvais.
Car pour cela, il n'y a pas d'âge.

D'ailleurs, n'est-ce pas certain?
Comment faire pour être complices malgré le fait?
Je ne sais pas ce que Michel Simon a bien pu faire en dehors du fait, mais, en tout cas, il aura au moins pu transmettre que l'allégeance n'a pas beaucoup d'importance.
C'est l'exceptionnel moindre...

D'ailleurs encore, il importe beaucoup que l'on soit moindre!

Aristote

@ calamity jane

Rien à voir. La Suisse comme pays ne prétend pas avoir de droits sur l'immobilier en France. Il se trouve que les propriétaires français ont le droit de vendre leurs biens immobiliers et que les Suisses ont le droit d'acheter.

Mais si les frontaliers ne trouvent pas de travail en France, c'est bien que la politique française, depuis longtemps, est un désastre en matière de création d'emplois.

Catherine JACOB@zenblabla&mister Bond

@zenblabla | 12 décembre 2012 à 21:03
"Michel Simon..., revient!!!"

Attention, n'ouvrez pas la boîte de Pandore des agents, vrais ou faux, de l'ex. KGB
( http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS1472_19930121/OBS1472_19930121_073.pdf )
Mais, en y réfléchissant c'est juste que l'une des meilleures façons de protéger un véritable agent objet de soupçons légitimes ou que pour un motif un autre on peut penser en danger d'être découvert, c'est de balancer quelques malheureux leurres, de préférence crédibles bien évidemment, et qui mettront vingt, trente, quarante, cinquante ans etc. à se dépêtrer de situations dont ils ignorent les véritables tenants et aboutissants, s'ils n'y laissent pas la vie et/ou une possible véritable carrière entre-temps...!

Et l'ennuyeux avec les espions, c'est que tous comme les avocats, en particulier les pénalistes, leurs services de rattachement revendiquent d'user du droit de mentir si un intérêt prétendu supérieur leur paraît l'exiger !

zenblabla

@Mary Preud'homme

C'est bien certain que la question de convenir comment la fiscalité ne dégoûtera pas quiconque de refuser de s'en convenir est totale...

Alors, il ne suffit pas que la fiscalité fasse simple cause, mais d'interroger comment font ses effets...
Les effets que Depardieu s'en aille, tout le monde, sauf très proches attachés, s'en fiche !
Cela fait bien longtemps qu'il n'a pas produit d'excellentes choses, comme du temps où il laissait squatter ses biens immobiliers.

Comment va-t-il gérer la désaffection de son public?
Et pourquoi répond-t-il en s’exilant comme si cela était en motifs politiques, alors que pas plus ne lui est demandé, concerné?
Des fois, on se demande!!!

zenblabla

"A l'évidence, François Hollande ne parvient plus très bien à ajuster son comportement entre présidence normale et compagnonnage empressé."

Je regarde avec les media?
Il y a deux formes apparues pour parler, en media, comment sont les formes acceptables du pouvoir politique.

Ici en France: (Depardieu concluant...)
http://www.pluzz.fr/la-solitude-du-pouvoir-2012-12-12-20h45.html

Là-bas au Danemark: (où Schopenhauer fut débouté raconter quoi que ce soit qui vaille au sujet de la morale...)
http://videos.arte.tv/fr/videos/borgen-une-femme-au-pouvoir-9-10--7112252.html

Si on regarde bien, le jeu d'acteur est faible du côté... de la France.
Qu'est-ce à dire?

zenblabla

@ "les anguilles, les silures, les couleuvres, les vipères"..., et les sangsues?

Certaines espèces sont protégées, d'autres prolifèrent (les silures...)

Les sangsues risquent de disparaître, tandis que leurs effets thérapeutiques auraient dans le même temps avantage à s'ignorer!

On ne sait vraiment plus auxquelles protections se vouer.
Où sont les fuites, où sont les disparitions?
Je m'en souviens, je me le rappelle, il fut un temps quand il se discutait, comme tellement indécent ou pas, qu'en son hôtel particulier, l'acteur avance il n'y a pas si longtemps les nuisances du squat...

Comment ces nuisances, alors à dire vaguement gênes, sont-elles devenues de justes mises sur le marché?
Il faut supposer que squatters d'alors n'avaient rien à envier aux squatters de maintenant...
C'est quoi les squatters de maintenant suivant Obélix?

calamity jane

@ Aristote, à propos de question parallèle !

Et pourquoi le pays où ils travaillent ces Français, s'octroie-t-il des droits sur le pays desdits frontaliers ? Comme par exemple l'immobilier qui ne révèle d'aucun respect d'une région par exemple ? J'ai supposé qu'il s'agissait des frontaliers franco-suisses et/ou franco-germains ! ou peut-être les luxembourgeois ? Va savoir !

Mary Preud'homme

Aristote a écrit :
"La France est le seul pays développé à connaître un exil fiscal aussi massif..."
---
Il y a aussi de plus en plus de retraités qui partent s'installer à l'étranger ; ils seraient actuellement près d'un tiers à avoir fait ce choix, en majorité pour des raisons fiscales. Sans compter certains fonctionnaires métropolitains, qui la retraite venue, vont résider dans les DOM/TOM, uniquement pour bénéficier d'un bonus qui peut atteindre 70 %. Situation qui perdure en dépit de nombreuses tentatives infructueuses visant à abolir ce privilège exorbitant.

Aristote

Depardieu n'est pas le problème. Juste la question.

La France est le seul pays développé à connaître un exil fiscal aussi massif.

Les "riches" français sont-ils pires que les autres ? Ou le "modèle" français de dépense publique incontrôlée financée par une fiscalité délirante au regard de toutes les comparaisons internationales est-il en train d'exploser ?

Question parallèle : pourquoi les "frontaliers" sont-ils pour l'essentiel des résidents français qui ont trouvé du travail de l'autre côté de la frontière ?

On peut gloser sur la "moralité" de Depardieu, on ferait mieux de s'interroger sur celle d'une classe politique, droite et gauche confondues, dont le manque de courage a conduit la France à la ruine !

Nath

"@ Nath
Je ne répondrai pas à votre commentaire d'hier, le sujet ayant changé.
Mais je voudrais vous remercier pour le travail de correction effectué, et qui ne vous avait point été commandé.
Chassez le naturel, il revient au grand galop !!!
Une question indiscrète, bien que ce soit les réponses qui le sont.
Nath est le diminutif de Nathan ou de Nathalie... comme féminisation du corps enseignant du secondaire ???"
Tipaza | 13 décembre 2012 à 10:23

Mais si Messi, Tipaza, vous pouvez encore répondre. La cloche n’a pas encore sonné ! Pour le travail de correction, je répondrai (à l’inverse de vous) : je suis libre comme Max de corriger les copies défectueuses, c’est un réflexe pavlovien chez moi !
Quant à mon prénom-pseudo, je vous laisse le plaisir de remonter jusqu’aux premiers posts que j’ai émis sur ce blog… cherchez et vous trouverez, frappez (pas trop fort, quand même) et l’on vous ouvrira…
Quant à la féminisation du corps enseignant, pfft… lamentable… encore un archéo-macho… (de la Méditerranée ?)

Marie

Gérard Depardieu met en vente son hôtel particulier parisien !

"Propriété de 1.800 m2 habitables comprenant l'hôtel de Chambon construit au XIXe siècle, inscrit aux Monuments historiques", indique l'annonce visible sur le site internet de Daniel Féau qui comprend de nombreuses photos.

Le prix de vente n'est pas indiqué mais Le Parisien, qui a révélé l'opération, mentionne une somme aux environs de 50 millions d'euros.

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/depardieu-commence-a-liquider-immobilier-son-patrimoine-francais_364871.html

Aurait-il peur d'une réquisition ?

En attendant, les chocolats Léonidas sont bien moins chers en Belgique !
GD pourra se mettre à la Kriek et de la porte de sa douane pourra toujours ironiser : "Rien à déclarer" !

Celtibère

Cher monsieur Bilger,
Je vous sais gré de mettre en exergue cette contradiction que vous nommez paradoxe français et dont les exemples, au-delà du cas de notre GG national (excusez le gros mot), sont quasi quotidiens. Appeler au patriotisme tout en s'ingéniant à dissoudre ladite patrie relève d'un exercice pour le moins schizophrénique pour nos dirigeants, dont les actions paraissent de plus en plus incohérentes.
"Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences alors qu'ils en chérissent les causes". Je me plais à répéter cette citation de Bossuet que je trouve parfaitement d'actualité dans le contexte de délitement généralisé qui caractérise notre société, mais aussi la plupart des autres nations européennes. Ledit Bossuet étant surtout connu pour la qualité littéraire de ses oraisons funèbres, nul doute qu'il aurait aujourd'hui matière à écrire un chef d'oeuvre pour l'enterrement de la France.

Marie

Bel accueil de l'extrême gauche belge, non, devant la maison de Depardieu ?


Nath

Cher Tipaza,

Comme souvent dans ce blog, on assiste à une descente en flèche de beaucoup de types sociaux, de comportements, voire de nationalités ou origines étrangères.
Mon cher Tipaza, votre rancœur, voire votre mépris pour les professeurs « dans leur ensemble » et en tant que corps social est caricatural. Il vous amène à déblatérer sans limite, sans vergogne sur ces personnes. Après mon professeur de philo (et son exemple du singe, you remember ?), mon professeur de français m’a appris à faire correctement les accords du participe passé avec le verbe avoir. Il aurait donc fallu écrire « qui n’ait échoué » et non « échouée ». Mais passons…
Personnellement, je n’ai brûlé ni déchiré aucun livre : acte trop chargé de symboles !
Effet miroir ? Lequel ? sinon celui perpétré par des individus inadaptés ou en errance socio-ethnique, que l’on peut observer maintenant parmi certains élèves ou même étudiant remettant en cause l’histoire, la philosophie ou les sciences dites « occidentales ».
Depardieu ? Que représentent 75% des milliards d’euros que ce monsieur doit avoir engrangé durant sa carrière, ses pubs, et autres activités ? Certes, il les a gagnés mais *avouez que le star system ne joue pas dans la même division que le contribuable moyen.
* que le financement de ses films a bénéficié de l’aide de l’Etat, du CNC, etc.
* l’exilé fiscal ne pense qu’à sa pomme, sa cassette. C’est humain mais quel exemple donne-t-il ?
* Enfin, Hollande a le droit de dire « je n’aime pas les riches ». Il parle là des inégalités sociales criantes dans la société française, des revenus acquis souvent dans des conditions douteuses, de ceux du monde de la finance...
Vous qualifierez ces propos de « bobo de gauche » ? Croyez que je suis loin de cet archétype…

Tipaza

Cher Philippe Bilger,

Vous commencez votre billet par ces mots, "des paradoxes français".
À lire les commentaires qu’il suscite, on peut dire que votre blog fait partie de ces paradoxes.
L’homme de centre gauche que vous êtes, célébrant l’intelligence de F. Hollande, au risque de provoquer l’ire ou le rire (selon le jour ou l’humeur), est lu par une très large majorité de lecteurs de centre droit, de droite, si j’en juge par la pertinence des commentaires.
Un commentaire étant pour moi d’autant plus pertinent qu’il est plus à droite !!!
Je me demande s’il n’y pas chez vous un goût de la provocation BCBG, je n’ose dire magistrale, ce serait trop facile !!!

semtob

Cher Philippe,

La plupart des artistes finissent leur existence dans la solitude et la misère ou en laissant des dettes à une ou plusieurs générations. Piaf, Monet, Sagan...
D'autres animent des croisières pour le troisième ou le quatrième âge ou vendent leur image dans de petites supérettes entre la pomme de terre et l'économe.
Certains sont acculés par les services publics à mettre leur santé en danger pour honorer leurs dettes.
Gérard Depardieu a raison de quitter un Etat sangsue, voleur et menteur.
Lorsque les anguilles, les silures, les couleuvres, les vipères auront quitté leur nid, il sera libre de vivre où bon lui semble.
Lorsque le journalisme est dans le lit de l'exécutif et que l'exécutif est dans l'alcôve de la justice, qu'est-ce qu'il reste de notre pays ? L'envie d'aller vivre ailleurs loin des enfumeurs et des enfarinés, l'envie de fuir des imposteurs.
L'insurrection civile arrive à grands pas et aux lendemains d'Hollande, ne ratons pas la fuite de la famille royale par Montlhéry vers Tulle en calèche ou en train. Ce sera autre chose que la poursuite des paparazzis que de frôler la fourche et la pioche.
Nous ne regarderons pas les voeux présidentiels que nous suivons fidèlement habituellement.
françoise et karell semtob

RF

Bonsoir Monsieur Bilger,

Pourvu que Monsieur Ayrault vous lise, lui qui se hâte à pourfendre celui qui incarna avec brio Cyrano et Christophe Colomb. Comme si la politique du gouvernement n'y était pas pour quelque chose !...

En ce qui concerne la victoire de la droite aux législatives, elle reflète l'inquiétude et le désarroi suscités par la déliquescence morale, intellectuelle et politique du quinquennat actuel. Car, il faut bien le dire, les abstentionnistes sont pour la plupart des électeurs désorientés et désenchantés qui avaient cru bien faire en votant pour Francouac le 6 mai.

Mais apparemment cela lui en touche une sans faire bouger l'autre, puisqu'il se permet, dans son style feutré et tout en normalité que vous appréciez tant, d'intervenir sans aucune espèce de gêne dans une affaire de justice déclenchée par sa concubine. Ainsi donc, tous les moyens sont bons pour ponctionner les auteurs d'un malheureux bouquin sur la dame (elle réclame beaucoup, de quoi s'offrir de somptueux coussins Kettal pour Noël). Et d'intimider au passage le TGI de Paris.

Hou la la, on n'ose imaginer les manifestations spontanées et les injures proférées dans la presse si NS avait osé s'immiscer de la sorte dans une affaire semblable.

Quoi qu'il en soit, je suis content pour Patrick Devedjian et pour la droite. J'ai voté pour lui dimanche dernier et revoterai pour lui dimanche prochain. Face à lui, un jeune dirigeant d'entreprise présomptueux, égoïste et parachuté qui devrait travailler jour et nuit pour concilier son plein-temps de député avec son plein-temps d'entrepreneur. Et dire qu'il a bavé sur le cumul des pleins-temps de Devedjian. Ses tracts sont une merveille de vacuité. Il n'a rien à dire, et en plus il nous demande de voter pour lui ?

FC

Depardieu s'en va ? Mais oui il a fait échange avec Noah, qui désormais veut bien s'acquitter de son dû. On vit vraiment une époque formidable.

zenblabla

@Mary Preud'homme!

Non..., là votre humour belge!!!
Remplacez donc droite par gauche dans votre commentaire, puis "scout" par "francs et franches camarades", alors on choisira la Suisse!

Rien de nouveau par votre démonstration quant à comment peut-être l'allégeance par avance...

Comment peut-on être tellement attaché?
Pourtant l'attachement, c'est chose admirable, à condition que l'attachement ne veuille pas dire sans discussion un absolu intransmissible quand il s'agirait de transmettre....

zenblabla

@Catherine Jacob.

Votre photo de l'ancienne douane ne montre pas la partie plus à droite, là où il y a une crèche suivant l'idée Stenger-Bachmann.

Il y a une dizaine d'années, un projet très moderniste, pour ne pas dire "contemporain", a été proposé pour la rénovation de cette crèche...

La proposition des architectes des années 2000 débutante fut, évidemment, déclarée insoutenable, en regard de l'immensité de l'extraordinaire adéquation du lieu telle que les bâtisseurs du quatorzième l'avait démontré comme pour toujours.

Je n'en ai pas le temps, mais j'aimerais bien vous montrer les "bulles de savon" qui englobent en ce moment quelques motifs festifs pour démontrer Capitale Strasbourg pour l'occasion de Noël (2 millions de visiteurs prévus) sur les terrasses de l'ancienne douane.
Je n'ai pas plus du temps pour transmettre la photo des échoppes du coin du "foie gras d'Alsace" glissées sous les arcades du monument.

C'est comme du Hergé en Himalaya,...et en Chine alors Depardieu c'est Tintin enflé, ou produit dérivé, comme à Strasbourg où est le marché de Noël!

Michel Simon..., revient!!!

zenblabla

@Notre hôte!

Vous voilà bien désappointé!
Pourtant, c'est bien connu, l'humour belge est, sinon le suisse, le plus convenable à la France.
Gérard Depardieu ne s'est pas rendu à Londres!!!

L'acteur n'est pas en Sibérie où les fortunes font croissance, ni en Nouvelle-Zélande où il fait tellement bon vivre en si belle nature.

Au fond, la Belgique ghetto de riches, cela ne nous change pas beaucoup d'ici, car en getthos on s'y demande où on pourrait toujours bien aller encore mieux !!!
Faut quand même imaginer que Gérard Depardieu, il triple en imagination le chiffre d'affaire du pain au chocolat en Belgique quant à lui, et que c'est une grande perte pour la France...

Où se serait exilé Michel Simon?
Obélix croirait-il en Tintin?

L'exil des riches ne vaut que par la raison que celui des pauvres serait tellement plus facile!

Tipaza

@ benjamin borghésio

Ne pas cliver, ne pas stigmatiser, dites-vous, certes vous avez, ô combien, raison. Chacun à sa place, faisant son travail, et il y aura une valeur ajoutée collective. Mais est-ce le cas ???

J’ai parlé des profs du secondaire, pouvez-vous me citer une réforme en profondeur de l’enseignement secondaire qui n’ait échoué, sous la pression des syndicats ???
C. Allègre viré par L. Jospin, pour ne pas se mettre à dos lesdits syndicats, et les profs du secondaire brûlant et déchirant le livre de L. Ferry, eux dont la mission est de protéger le livre, vecteur de culture. Et ils s’étonnent après de l’effet miroir renvoyé par les élèves.

J’ai le sentiment que Jean-Marc Ayrault a largement atteint son niveau de Peter. À la pauvreté intellectuelle de son intervention, il faut ajouter son caractère insultant, traitant le comportement de Gérard Depardieu de minable !!!
Quant à F. Hollande déclarant froidement "je n’aime pas les riches"...
Qui clive, qui stigmatise ???

Jehan

Bonsoir,

C'est la première fois que je dépose un commentaire sur votre blog, bien que je le lise souvent. En effet, votre article réveille une interrogation personnelle, récente et douloureuse : être attaché à mon pays, être Français, cela a-t-il encore un sens ?
Ce que je suis, représentatif de la grande majorité des Français, est maintenant systématiquement moqué ou détesté :
- Etre blanc est maintenant un scandale (réaction du CRAN à l'élection de la dernière Miss France, dénonciation du fait que les députés français soient blancs)
- Etre catholique est un signe d'archaïsme et de fermeture
- Etre attaché à l'histoire de la France et être fier d'être Français sont moqués (voir les repentances successives, la destruction de l'apprentissage de notre Histoire à l'école...)
...
Alors pourquoi devrais-je rester en France surtout si je peux assurer un meilleur avenir à mes enfants ailleurs? Par fidélité à mes racines et à mes grands-parents qui se sont battus pour la France, ou parce que j'ai de l'argent ?

Polochon

Encore un exemple de mauvaise gestion :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/12/12/l-insoutenable-mediocrite-de-la-lecture-a-l-ecole_1805093_3232.html

Augmenter la taille du mammouth le rendra-t-il plus efficace, plus souple, plus réactif ou ne va-t-il pas s'écraser sous son propre poids ?

Polochon

La première réaction est effectivement de fustiger Gérard Depardieu.
En fait, pourquoi lui faire porter le chapeau et pas à tous les autres, nombreux, qui ont placé de l'argent ou fui à l'étranger ? C'est un des rares artistes qui a eu le courage d'avouer qu'il était de droite et de ce fait a ouvertement soutenu l'ancien président. C'est peut-être une raison.
En écoutant Edwy Plenel, je me suis dit que le dénommé Cahuzac avait sûrement trempé dans quelques affaires louches avec rétro-commissions. Mais là, attendons des preuves incontestables.
En fait, la vraie question se situe au niveau de la fiscalité confiscatoire (le taux de 75% + l'ISF) et je pense que finalement, la fuite des riches est une conséquence de la mauvaise gestion de la part de l'Etat français (trop de fonctionnaires, trop de superpositions administratives, trop d'Etat en général, pour un service rendu très faible).
Cette fuite des riches est un indicateur de mauvaise gestion et doit être regardé comme tel car faire la morale aux riches ne sert à rien. Quand on est très riche, en général on n'a eu aucun scrupule pour le devenir ; de ce fait, leur parler de morale !
Et quand en plus on fustige les riches, je ne pense pas que cela les incite à rester (qu'ils soient des riches de droite ou des riches estampillés de gauche).

Alex paulista

@ Savonarole | 12 décembre 2012 à 11:39

Courez donc à Madrid acheter un appart parmi le million de logements disponibles...

Pensez bien à prendre un éléphant blanc de 200 m2 hors des liquidités du marché.

Pour le revendre, il faudra convaincre un franc-maçon de Champigny-sur-Marne qui passera par là.

Sacré Savo, vous, vous avez un truc à vendre, c'est pas possible !

benjamin borghésio

Tipaza, sans les professeurs qui vous ont formé, sans les fonctionnaires hospitaliers qui vous ont soigné ou vous soigneront, sans les policiers et les magistrats qui vous protègent (etc.), qu'auriez-vous "créé comme valeur ajoutée" ?
Est-il indispensable de cataloguer ainsi de manière dédaigneuse les gens décrétés inutiles, et les autres ? Notez que je condamne également les fonctionnaires qui s'estiment seuls animés de l'intérêt commun, seuls à même de faire tourner la société. Evitons les propos qui divisent, qui "clivent". Il y a partout des gens qui contribuent à la bonne marche de la société et d'autres qui ne lui apportent rien.
L'actuel président de l'UMP qui parle sans cesse au nom des "entreprises" n'a jamais fait autre chose de sa vie que de la politique, dès la fin de son cursus scolaire (parce que si on s'imagine que ses piges comme avocat lui étaient confiées au vu de son seul talent, on rêve - même si l'homme n'en est pas dépourvu, "dans son genre").

Je vous rassure : ex-fonctionnaire, j'ai aussi créé deux entreprises qui donnèrent du travail à des salariés. Je ne suis donc pas un simple parasite, j'ai "créé de la valeur ajoutée" et à ce titre j'ai toujours trouvé normal de payer les impôts et les taxes demandées, même si comme chacun, elles me faisaient parfois bouillir. Plus que le montant élevé des contributions, j'étais surtout excédé par le dumping fiscal et social auquel j'étais confronté, vivant à l'époque sur une frontière.

Cordialement

benjamin borghésio

@ Racine15

L'Etat peut penser ce qu'il veut des exilés fiscaux, ça ne m'empêche pas de penser différemment, en homme libre. Et de souhaiter, en tant que citoyen, que par des moyens légaux évidemment, il soit mis fin à ce que je considère comme une anomalie. Pour moi, quelqu'un qui n'est pas résident fiscal français ne devrait pas avoir le droit de vote (j'ai parlé du choix de la résidence... peu m'importe qu'il soit ou non imposable): on peut bien entendu être en désaccord total avec ma manière de voir les choses, mais je crois qu'il est difficile de nier la cohérence de mes choix.
Pour ma part, j'ai résidé quatre années durant au Brésil, ai payé mes impôts là-bas (plus lourds que ce que je payais avant en Guyane) et durant ces quatre ans, pour être en accord avec mes convictions, je n'ai pas voté.

Pour le reste, je ne laisserais évidemment personne en danger faute de soins. Simplement "si tu n'as pas cotisé et si tu as les thunes, tu payes".

Les USA ne sont pas, que je sache, une république populaire et pourtant tous les ressortissants de ce pays qui vivent à l'étranger doivent faire une déclaration à "leur" fisc et s'acquitter des impôts si ce qu'ils payent à l'étranger est inférieur à ce qu'ils paieraient chez eux. Une seule manière d'y échapper: renoncer à la nationalité états-unienne; quelques dizaines le font chaque année, et la décision est irrévocable. Ils sont cohérents même si je trouve pour ma part que cela dénote un manque de patriotisme hallucinant.

Dans mon entourage, j'ai croisé deux jeunes "winners" (c'est comme ça qu'ils se définissent) partis faire péter la thune dans des banques irlandaises, qui ricanaient sur "la lourdeur des structures de la vieille France" et se vantaient d'être trois fois moins taxé à Dublin. Mais quand on les a mis sur le trottoir sans préavis après le krach, retour immédiat en France à l'abri des "structures du vieux pays": RSA et surtout CMU, le temps de retrouver quelque chose ! Socialisation des risques après capitalisation des bénéfices.

Je ne pense pas que ma position soit aberrante, de dire que pour le meilleur comme pour le pire, on devrait se contenter des prestations qui correspondent au système économique que l'on a choisi. Ensuite bien entendu on est libre d'être en désaccord.

Perplexe-gb

L'histoire de la famille Depardieu représente tous les atouts et les paradoxes de la société française.
Depardieu est issu d'un milieu ouvrier. Il a galéré dans sa jeunesse. Mais il a beaucoup de cordes à son arc. Ses actions sont des succès. C'est un excellent acteur capable de jouer tous les rôles depuis le cadre au chômage jusqu'au tribun de la Révolution. Il a monté des entreprises qui gagnent de l'argent.
Paradoxe, l'ascenseur social va marcher car il épouse et vit avec des bourgeoises.
Mais il ne semble pas pouvoir donner une harmonie à ses enfants. Son fils aura un destin aussi tourmenté que le père. Paradoxe il quitte la France alors que le Premier ministre vante le patriotisme des gens qui payent des impôts. Serait-ce que l'on sous-estime la force injuste des lois de la majorité sur les minorités ? Les taux confiscatoires de l'impôt sont incompatibles avec les gains gratuits de la loterie qui mystérieusement ne sont jamais remis en cause. Par contre le taux d'imposition à 75% fige les fortunes et les inégalités. Depardieu s'enrichit par son travail et veut gravir les échelons de la richesse, c'est un gouvernement de gauche qui veut empêcher ce fils d'ouvrier de s'enrichir. Quand la jalousie vous tient ! Ce gouvernement semble incapable de faire des calculs de rentabilité sur les flux financiers. Imposer à 75% quelques millions d'euros rapporte moins qu'imposer à 30% des milliards d'euros. Créer des taux absurdes provoque l'arrêt de l'activité. La chute de l'immobilier et le chômage dans cette profession, c'est même Sarkozy qui en est à l'origine avec les lois sur les plus-values de l'année dernière. Là ce sont les hauts fonctionnaires qui ne perçoivent pas la réalité. Depardieu fuit la classe politique française dont il semble qu'il n'en avait pas une bonne image. Un vrai Français quoi !

celui qui maugrée

Les seuls riches qui ne nous quittent pas sont donc les délinquants de tout poil qui vivent bien, même en prison (cf Châteaudun).

Quel bel avenir nous attend !

Jabiru

Hier encore, le Premier ministre a fustigé les nantis au nom de leur manque de patriotisme. Curieusement alors que sa cote de popularité ainsi que celle du chef de l'Etat sont en chute libre, le gouvernement arrose à qui mieux mieux du côté des minima sociaux ( 2,5 milliards d'euros ) avec le carnet de chèques du contribuable. Certes le fossé s'est creusé entre certains nantis et ceux qui vivent la galère, certes certains grands patrons du CAC 40 se sont trop servis malgré leurs très piètres performances, mais ce n'est pas une raison pour s'en prendre uniquement à ceux qui paient des impôts même modestes. A quand des mesures d'économies, à quand une sévère chasse à la fraude, à quand l'arrêt des subventions de complaisance, à quand la suppression des agences qui ne servent à rien ? A quand une démarche positive vers les créateurs, les entrepreneurs, seules sources de créations d'emploi ? Pour quand un peu de bon sens ? Pour quand l'arrêt d'une telle démagogie et du dogmatisme ambiant ?

Mary Preud'homme

Seul les médias rejoints par quelques revanchards versatiles ou gauchistes compulsifs ont fait le buzz à partir de la querelle mesquine de deux chefs sectaires à l’ego démesuré et annoncé prématurément l’implosion de la droite républicaine.
Hélas, c’était méconnaître les fondements d’une mouvance idéologique non constituée de bric et de broc, mais dont le socle repose sur des valeurs solides capables de résister aux manœuvres de division ou de récupération d‘où qu‘elles viennent. Une force de réactivité saine dont je n’ai jamais douté face à l’utopie du Front national ou de la gauche gnangnan, ramassis de songe-creux, nostalgiques de Vichy ou de la lutte des classes. Où est le socialisme dans tout cela, ou l’amour de la patrie clamée par les frontistes ? Dans cette société uniformisée, capolarisée, sectaire, hargneuse et bêlante pour laquelle un président élu par défaut avait promis de décrocher la lune ? Un "plus normal que moi tu meurs" qui fait si peu honneur à la France, celle que l'on aime, qui rayonne et que l'on emporte partout avec soi ? Hélas ! Hélas ! Hélas !
Quant à Depardieu, serait-il assigné à résidence ? Alors, circulez y’a rien à voir, il fait ce qu’il veut avec son argent. Par ailleurs, pas plus que telle autre célébrité, il n'a qualité ou autorité pour donner des leçons en matière de politique, de civisme ou de patriotisme.
----
« Un gai luron de France(*)
S'en vint en Wallonie
S'en vint, s'en vint en Wallonie,
Pour y chanter des fables,
Des fables de son pays,
La la la la la la la la la
Des fables de son pays,
Et bien qui veut entendre,
Entendre de ses chansons,
La la la la la la la la la, etc. »

(*) d’après un chant scout auquel j'ai substitué le mot Flandres pour le remplacer par France.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • LCI, "Choisissez votre camp"
    Mercredi 11 mars de 9h30 à 11h, avec Valérie Expert.
  • Le Figaro Magazine
    Vendredi 27 février, pages 103, 104 et 105, débat entre Laurent Obertone et PB, sous l'égide de Patrice de Meritens.
  • Europe 1, "Mediapolis"
    Samedi 28 février, de 10h à 11h, avec Michel Field et Olivier Duhamel.
  • FigaroVox
    Chronique hebdomadaire
  • Europe 1
    Tous les dimanches de 12h45 à 13h, le parti pris de PB, avec JP Gené et Guy Roux, dans "Europe 1 Week-end", édition d'information de Patrick Roger.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS