Ma Photo

Dans les médias: internet

  • FigaroVox
    Chronique hebdomadaire
  • ma chaîne YouTube
    Entretien de 38 mn avec Alain Finkielkraut, diffusé le 14/11/2013 Entretien de 54 mn avec Maître Hervé Temime, diffusé le 22/11/2013 Entretien de 50 mn avec Robert Ménard, diffusé le 29/11/2013 Entretien de 45 mn avec Eric Zemmour, diffusé le 6/12/2013 Entretien de 52 mn avec Edwy Plenel, diffusé le 13/12/2013 Entretien de 50 mn avec Michel Erman, diffusé le 3/01/2014 Entretien de 40 mn avec Elisabeth Lévy, diffusé le 14/03/2014 Entretien de 50 mn avec Olivier Besancenot, diffusé le 18/04/2014 Entretien de 1h15 avec Henri Guaino, diffusé le 25/04/2014 Entretien de 53 mn avec Eric Naulleau, diffusé le 2/05/2014 Entretien de 52 mn avec Grégory Coupet, diffusé le 16/05/2014 Entretien de 50 mn avec Michel Field, diffusé le 23/05/2014 Entretien de 50 mn avec Xavier Bertrand, diffusé le 20/06/2014 Entretien de 58 mn avec Michel Onfray, diffusé le 16/09/2014

Dans les médias: radio & télévision

  • Europe 1
    Tous les dimanches de 12h45 à 13h, le parti pris de PB, avec JP Gené et Guy Roux, dans "Europe 1 Week-end", édition d'information de Patrick Roger.

Dans les médias: presse

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Mardi 7 octobre, de 9h à 12h : "Comment s'exprimer en public ?" Renseignements et inscriptions sur philippe.bilger@wanadoo.fr ou 06 11 53 04 91
  • L'objectif de l'Institut de la Parole est de proposer des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique des personnalités et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense également des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations pratiques liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Elles peuvent être sollicitées la veille. Philippe Bilger, magistrat honoraire, Président-Fondateur de l'Institut de la Parole, propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires. Tél : 0611530491 ou philippe.bilger@wanadoo.fr

Mes liens favoris

Diffusion

  • Wikio
    Wikio - Top des blogs

Mentions légales

  • Directeur de la publication: Philippe Bilger
    SixApart sa 104 avenue du Président Kennedy 75116 PARIS
Blog powered by Typepad

« Cassez mais pas brisée ! | Accueil | Président normal ou compagnon empressé ? »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c86dd53ef017ee61b46af970d

Voici les sites qui parlent de Gérard Depardieu aurait-il dû avoir l'argent patriote ? :

Commentaires

oursivi

http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/01/04/la-lettre-de-depardieu-suscite-quelques-sarcasmes-en-russie_1812787_823448.html

Sublime ! Et pas si (спасибо)* cons ces Russes.

Remarquez il aurait pu faire pire, demander l'asile à Bashar plutôt qu'à son pote Vladimir...

Et tant de beaux esprits ici, relire ci-dessous, pour le trouver formidable...

Oui, moi, je l'adorais le Gérard, comme acteur, chez Pialat et Blier surtout.

En fait ces riches s'ennuient tant qu'ils sont obligés de pimenter les voyages qu'ils ont fait mille fois et qui ne les amusent plus.

"Avec un passeport d'une autre couleur, voyons l'effet que cela fait...?"

AO

* quelle plaie que de trouver les lettres russes sur un clavier Azerty (un homme azerty en vaut deux, tu parles Charles, ou plutôt Gérard, mais là c'est "tu pars")

Duval Uzan

L’affaire Depardieu, par Shmuel Trigano

Le symptôme de la crise du lien national, mais pas ce que l’on croit…

L’affaire Depardieu, exilé fiscal et national en Belgique, constitue un indice sociologique passionnant.

Il y a comme cela des phénomènes qui révèlent de façon foudroyante toute une strate de l’inconscient collectif.

Nous constatons avant tout un fait massif : jamais la coupure entre les élites - hommes politiques, artistes, journalistes - et la masse des Français n’a été aussi abrupte.

D’un côté, une condamnation unanime et violente, parfois grossière, de l’autre 80 % des Français qui comprennent l’acteur .

Il y a en effet de quoi être étonné de voir cette élite marquée à gauche se livrer à une surenchère nationaliste et patriotique alors qu’elle a systématiquement entrepris depuis 30 ans de saper la nation et de diaboliser l’identité nationale.

Le verdict de la majorité de l’opinion atteste tout simplement que le lien national s’est vidé de tout contenu.

Comment un patriotisme de quelque sorte que ce soit pourrait-il être possible sans un sentiment national fort.

On ne peut d’un côté en appeler à un patriotisme économique et, de l’autre, rejeter le patriotisme impliquant une identité nationale.

oursivi

L'ombre, l'ombre encore et toujours, ils saisissent n'importe quoi par ici... On aime y surfer sur la tendance, le politiquement incorrect qui ici le redevient...

Notre oracle, le talentueux et suffisant JDR, l'avait bien dit à propos d'Eddy Mitchell, "à force d'incarner des beaufs désabusés, Mitchell en est devenu un". Le fat avait joliment tourné la chose et dit d'un trait le parcours d'une vie dont se tarit la lumière.

Pour Depardieu il faudrait convoquer un autre bestiaire, mais tout aussi répugnant, voire davantage.

Je vais commencer par le baume avant de sortir tout rincer à l'eau écarlate.

Jouvet, Raimu, Simon, Fernandel, Gabin, Bourvil et Depardieu, le tour de notre Panthéon cinématographique est (très, trop vite) fait.

L'acteur éclate et se démultiplie l'homme, une vie entière est bien courte, tout y attraper et tout y faire est sa seule mesure.

Et puis survient le jeu social où tant s'égarent et qu'on espérerait traversé au mieux par un être de cette épaisseur, sans la moindre déviation en sa stellaire course.

Las, c'est là que se distinguent les ultimes héros de leur époque, ceux-là qui contemplent la basse agitation des assoiffés de titres, d'argent et de choses aussi vaines que sottes, là où un Sarkozy et ses pitoyables désirs de cash-money chatouillent les orteils d'un de Gaulle, là où les pitoyables et frêles sujets du spectacle prennent leur image démultipliée pour des extensions universelles d'eux-mêmes là que ne sont que des prétextes à vendre du papier et eux de simples objets de boutiquiers.

Cette mare, cette marmite, l'ogre Depardieu y est tombé, progressivement. Même son talent et ses sincères quêtes, de Saint Augustin à Duras, n'y ont rien changé, il a plongé et prend tout ce qui détient pouvoir et argent pour la face révélée du vrai et du bien, comme ses amis Séguéla ou Sarkozy, entre lesquels il serait difficile de distinguer le plus sot comme le plus superficiel, même dénudés de leur Rolex et de tout ce qui fait tache sur et en eux.

Alors... Depardieu peut trouver formidable n'importe quel dictateur dès lors qu'il en impose, de son argent et de sa position, et qu'importe que les trois-quarts de son peuple le massacreront comme l'ont fait de Kadhafi ceux qu'il tenait sous son joug si jamais l'artifice venait à s'éventer. De cela Depardieu n'a cure, à son âge et désormais loin de la réalité, en son Panthéon, et personne de ses proches pour le détromper, tous au contraire pour le conforter, lui soufflant qu'en effet, la dictature est ici, et pas du côté des Poutine de tout poil.

Marionnette égarée dès la fin du spectacle, n'en voyant les limites comme le tomber du rideau, pitoyable pantin sorti du réel...

Dommage, Gérard, dommage ; mais tu n'étais qu'un homme après tout, Dieu seul sait ce qu'aurions fait à ta place.

AO

calamityjane

à Catherine Jacob,
en effet, et il n'y a pas que le Figaro !
Bonne fête à vous.

Catherine JACOB@Mary Preud'homme

@Mary Preud'homme | 22 décembre 2012 à 11:24
« Rédigé par Catherine JACOB, 21 décembre 2012 à 17:34 : Ce que vous avez écrit est très juste et même convaincant, à condition de se donner la peine de lire votre texte jusqu'au bout.»

Merci, c'est là une gentille pique. Mais bon, il semblerait cependant que les gens qui s'en sont donné la peine n'aient pas perdu leur temps puisque d'une certaine façon, on y trouve au dernier § les prémisses de l'idée directrice de l'éditorial du Figaro du lendemain.... Cf.
L'éditorial du 22 de ce mois du Figaro

Il va falloir que PB se décide à mettre la presse à l'amende, vu que, que ce soit ses propres billets ou leurs commentaires, il semblerait que certains y trouvent leur inspiration ultérieure.

Mary Preud'homme

Rédigé par Catherine JACOB, 21 décembre 2012 à 17:34 :

Ce que vous avez écrit est très juste et même convaincant, à condition de se donner la peine de lire votre texte jusqu'au bout.

Laurent Dingli

@ Savo,

Je ne suis pas maso

Savonarole

Rédigé par : Catherine JACOB@Laurent Dingli | 21 décembre 2012 à 17:34

Laurent Dingli, je vous supplie de ne pas répondre !

Catherine JACOB@Laurent Dingli

@Rédigé par : Laurent Dingli | 21 décembre 2012 à 12:44
«Belle réponse de Catherine Deneuve au ridicule Torreton dans les pages Rebonds de Libé.»

J'ai lu en effet que «Selon elle, Philippe Torreton attaque un "homme vacillant" qui ne "donne en pâture que lui-même". "L'homme est sombre, mais l'acteur est immense et vous n'exprimez finalement que votre rancœur", estime l'actrice, qui se demande : "Qu'auriez-vous fait en 1789, mon corps en tremble encore ! »

Je vois personnellement une grande différence entre Philippe Torreton et l'actrice de cinéma Catherine Deneuve, c'est que le 489ème sociétaire de la Comédie française a, lui, appris à articuler et ne se résume pas une identification à un type de personnage, par ex. celui de la parisienne glacée et sophistiquée.

Nous servir parfois une sorte de gloubi-boulga atone en lieu et place d'un phrasé audible fait, je pense, quelque part le charme de l'actrice qui a toujours su choisir les réalisateurs pour des rôles lui allant comme un gant, ce qui n'est pas la même chose qu'un comédien ayant appris à tout jouer.

Mais bon, je n'ai pas l'intention de toucher à l'icône, par ailleurs toujours très appréciée au Japon, et l'une des figures symboliques du cinéma français.

En que ce qui concerne Depardieu qualifié par Catherine Deneuve d'«immense acteur» et qui aurait quitté l'école à treize ans, en quelque sorte brut de décoffrage, puis épousé une actrice issue de la grande bourgeoisie, il a lui aussi été extrêmement bien servi par des rôles truculents, déjà en eux-mêmes très populaires, tel Obélix, ou encore Cyrano de Bergerac, et qu'il aurait été malheureux de rater, ou encore des textes d'auteur comme Marguerite Duras et ce côté «sombre» dont parle Deneuve, ainsi qu'un côté «nature» très apprécié en France où l'on aime parfois être bousculé par les caractères forts, extrêmement bien utilisés par d'excellents réalisateurs pour raconter une histoire.
Bien évidemment, rien de tout cela n'est «minable», ni à mettre en cause de quelque façon que ce soit, et surtout, ne l'a pas été par l'actuel Premier ministre qui a d'abord visé les faits et non l'homme puis, s'agissant alors de l'homme, exprimé une déception de devoir les rapporter à une tel homme du fait que, souvent, l'homme devient pour le spectateur, le double du rôle qu'il joue.

De même que au Moyen Age par ex., l'acteur qui interprétait le rôle de Judas lors de la représentation des mystères, était honni des spectateurs et se prenait des tomates même en dehors de la scène, l'homme Depardieu a conservé hors champ, pour l'esprit du spectateur/téléspectateur l'habit du texte de, par ex. Duras.

Et lorsque voici que tout d'un coup apparaît de dessous les oripeaux de l'acteur, le fils de «Dédé » le tôlier-formeur, et de « La Lilette » qui a réussi, possède un domaine viticole et entend bien faire ce qui lui plaît avec des écus qu'il n'a pas volés et en particulier les mettre à l'abri du fisc de ce pays, ce qui aurait pu être un rôle formidable lui allant comme un gant - autrement dit une façon de comprendre la formule de Deneuve 'qui ne donne en pâture que lui-même' -, n'est plus, sans les feux de la rampe, qu'une réalité qui peut en effet apparaît fort déplaisante.

Mais n'est-ce pas comme si, quelque part, le fils du «Dédé » et de la « La Lilette » n'avait eu le droit de s'en sortir et de gravir les échelons de l'échelle des hauts revenus grâce à son talent d'acteur qu'à condition d'en demeurer ponctionnable à merci ainsi qu'éternellement redevable aux pouvoirs publics, et ceux-ci de s'en donner ensuite à cœur joie en déclarant avec Benoît Hamon qui assume le rôle de «ministre délégué à l'économie sociale et solidaire», que la patrie du fils du tôlier-formeur c'est son portefeuille, a sans doute de quoi décourager les «assistés» de son ministère de vouloir sortir de l'«assistanat» puisqu'ils n'encourront aucun courroux que s'ils y restent, ce qui n'est pas franchement le but de l’économie solidaire.

Je crois qu'il conviendrait que chacun, l'acteur, le spectateur, le politicien, l'homme qui demeure sous chacun de ces costumes etc. prenne un peu ses distances avec l'Illusion... transcendantale, propre à chaque domaine considéré et redevienne un peu sérieux.

Catherine JACOB@ stéphane

@ stéphane | 16 décembre 2012 à 18:48
"Si Gérard Depardieu va fiscalement en Belgique, c'est à mon avis pour que ses héritiers (peu en ligne directe) ne soient pas rackettés et vendent par exemple son domaine viticole. "

Les biens situés sur le territoire français relèvent d'une application des droits de succession en vigueur dans notre pays ou est-ce que je me trompe?

Laurent Dingli

Belle réponse de Catherine Deneuve au ridicule Torreton dans les pages Rebonds de Libé.

Valerie... degoutee !

Comme le disent certains commentateurs, plaie d'argent n'est pas mortelle.

Plus inquietant :

http://www.au-troisieme-oeil.com/index.php?page=actu&type=skr&news=40740

L'occasion pour notre Obelix de croiser une charmante petite blonde !

jef

Bien sûr que M. Depardieu a raison de partir, et d'abord pour une raison simple, c'est un homme qui a gagné sa liberté.
Ensuite je pense qu'il a une forme de dégoût pour les hommes qui nous dirigent.
En effet (et M. Depardieu a raison) nous allons droit dans le mur avec ce pays. Rester et ne rien dire c'est être comme tout le monde : un beau troupeau de moutons.
Mais quand ce pays sera-t-il réformable ?? Quand le tsunami aura tout rasé ? Il faut arrêter de taxer les riches et les entreprises. Et dégraisser sérieusement les fonctionnaires SAUF dans la police et pour les profs. Sans réduction du nombre de fonctionnaires nous allons à la catastrophe. Dans quoi voulez-vous créer de l'emploi pour payer ces fonctionnaires ? Les chiffres sont là, seule solution = réduire les fonctionnaires, libéraliser le marché de l'emploi, que l'Etat investisse dans des PME et grosses sociétés au lieu de proposer un crédit d'impôt bidon !
L'Etat nous fait crédit ???
Enfin... eh oui... taxer les importations... et favoriser le Made in France.
Et Gérard si tu me lis... je te soutiens et comprends ton geste.
Autant Sarko était vulgaire autant FH et son équipe sont mesquins et encore plus inefficaces que la bande d'avant.

stéphane

Ce que j'aime le plus ce sont les interventions de Line Renaud qui a fait sa carrière à Las Vegas et dont la maquilleuse a fait une fortune foncière, et Sardou qui a séjourné en Floride un long moment.
Si Gérard Depardieu va fiscalement en Belgique, c'est à mon avis pour que ses héritiers (peu en ligne directe) ne soient pas rackettés et vendent par exemple son domaine viticole. Il est plaisant de voir qu'il est traité de la même manière que Bernard Arnault, tandis que Lloris, on oublie son exil, sauf pour regretter son inabordabilité temporaire, sans compter Zidane, Prost, Aznavour.
On reproche à Depardieu son soutien à Sarkozy, comme on a reproché à Gourcuff de ne pas être allé voir les prostituées.
GD a fait beaucoup pour la France, et avec Dior (de Bernard Arnault), c'est la marque la plus connue aux US.
Un peu de respect. En défendant sa liberté, il défend un peu la nôtre.
S'il aime la Belgique, OK, mais qu'il y habite vraiment.

C.Godin

Cher Monsieur Bilger,

Je suis absolument d'accord et ajouterai à cela un commentaire et un questionnement plus "populaire".
Ne faisons-nous pas ici face à une situation qui n'est que le reflet d'un pays qui, "depuis l'époque des rois de France", est pillé par son gouvernement ; et je ne parle pas que de l'aspect financier même s'il est indéniable que les dirigeants français et leur entourage ont toujours, je dis bien toujours, bénéficié d'avantages fiscaux de tous ordres et un accès au finances publiques très aisé. En opposition à cela le peuple fait face à un gouvernement qui lui impose des décisions politiques socialement contraignantes et toujours en brandissant la naïve mais judicieusement utilisée raison de la spécificité française, la puissance de la France, sa supériorité dans tellement de domaines. Je veux parler de ce chauvinisme pamphlétaire dans une réalité faite de femmes et d'hommes bien normalement incapables d'assumer des promesses qu'ils distribuent à des fins électorales et qui une fois élus alignent un discours pour justifier le mensonge ou leur propre ignorance. En conclusion, comment peut-on, en tant que gouvernement, quémander un désespéré patriotisme fiscal alors que chaque mouvement fait en haut lieu n'a même plus l'injuste intelligence de le faire sans dévoiler les intérêts personnels des personnes qui les convoitent... Comment croire en un pays quand sa conduite est à ce point contestable ?
Voilà Monsieur Bilger, je vous demande si nous ne faisons pas ici tout simplement face à un problème de mentalité devenue générale.

Alex paulista

Le pauvre Depardieu n'a pas fini de se faire insulter: l'exil fiscal, passe encore, mais mettre le Premier ministre face à sa bassesse et son manque d'éducation, le tout en restant poli... La préposée à la culture bave sa haine. On commence à traiter l'acteur de mégalomane, rendez-vous compte, il ne se laisse pas insulter, quelle morgue !!!

Gégé rend son passeport et le prof d'allemand, d'ici peu, ses portefeuilles.

Hollande a bien des défauts mais n'aurait pas traité GD de minable.

sbriglia

Bon diou, cette lettre ouverte à Ayrault de notre Obélix national, qu'elle fait du bien en ce dimanche matin... Lisez-là Benjamin, ça décrasse !

calamity jane

Aristote,

En effet ! vous n'êtes pas sans ignorer qu'en Suisse seul les murs appartiennent au propriétaire. Le sol appartient au pays.

zenblabla

@Catherine Jacob

Vraiment, c'est très bon comme vous faites !
(Je veux dire que "vraiment", c'est pas "franchement" comme cela engage à douter...)

Non pas que je souscrive avec l'idée qu'avocats autant qu'acteurs sauraient préserver leurs intégrités présentables autant que vendables, et alors transmissibles, quand soixante ans étant passés, et tandis que en deçà des soixante ans, vous dites très bien comme on sent mauvais.
Car pour cela, il n'y a pas d'âge.

D'ailleurs, n'est-ce pas certain?
Comment faire pour être complices malgré le fait?
Je ne sais pas ce que Michel Simon a bien pu faire en dehors du fait, mais, en tout cas, il aura au moins pu transmettre que l'allégeance n'a pas beaucoup d'importance.
C'est l'exceptionnel moindre...

D'ailleurs encore, il importe beaucoup que l'on soit moindre!

Aristote

@ calamity jane

Rien à voir. La Suisse comme pays ne prétend pas avoir de droits sur l'immobilier en France. Il se trouve que les propriétaires français ont le droit de vendre leurs biens immobiliers et que les Suisses ont le droit d'acheter.

Mais si les frontaliers ne trouvent pas de travail en France, c'est bien que la politique française, depuis longtemps, est un désastre en matière de création d'emplois.

Catherine JACOB@zenblabla&mister Bond

@zenblabla | 12 décembre 2012 à 21:03
"Michel Simon..., revient!!!"

Attention, n'ouvrez pas la boîte de Pandore des agents, vrais ou faux, de l'ex. KGB
( http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS1472_19930121/OBS1472_19930121_073.pdf )
Mais, en y réfléchissant c'est juste que l'une des meilleures façons de protéger un véritable agent objet de soupçons légitimes ou que pour un motif un autre on peut penser en danger d'être découvert, c'est de balancer quelques malheureux leurres, de préférence crédibles bien évidemment, et qui mettront vingt, trente, quarante, cinquante ans etc. à se dépêtrer de situations dont ils ignorent les véritables tenants et aboutissants, s'ils n'y laissent pas la vie et/ou une possible véritable carrière entre-temps...!

Et l'ennuyeux avec les espions, c'est que tous comme les avocats, en particulier les pénalistes, leurs services de rattachement revendiquent d'user du droit de mentir si un intérêt prétendu supérieur leur paraît l'exiger !

zenblabla

@Mary Preud'homme

C'est bien certain que la question de convenir comment la fiscalité ne dégoûtera pas quiconque de refuser de s'en convenir est totale...

Alors, il ne suffit pas que la fiscalité fasse simple cause, mais d'interroger comment font ses effets...
Les effets que Depardieu s'en aille, tout le monde, sauf très proches attachés, s'en fiche !
Cela fait bien longtemps qu'il n'a pas produit d'excellentes choses, comme du temps où il laissait squatter ses biens immobiliers.

Comment va-t-il gérer la désaffection de son public?
Et pourquoi répond-t-il en s’exilant comme si cela était en motifs politiques, alors que pas plus ne lui est demandé, concerné?
Des fois, on se demande!!!

zenblabla

"A l'évidence, François Hollande ne parvient plus très bien à ajuster son comportement entre présidence normale et compagnonnage empressé."

Je regarde avec les media?
Il y a deux formes apparues pour parler, en media, comment sont les formes acceptables du pouvoir politique.

Ici en France: (Depardieu concluant...)
http://www.pluzz.fr/la-solitude-du-pouvoir-2012-12-12-20h45.html

Là-bas au Danemark: (où Schopenhauer fut débouté raconter quoi que ce soit qui vaille au sujet de la morale...)
http://videos.arte.tv/fr/videos/borgen-une-femme-au-pouvoir-9-10--7112252.html

Si on regarde bien, le jeu d'acteur est faible du côté... de la France.
Qu'est-ce à dire?

zenblabla

@ "les anguilles, les silures, les couleuvres, les vipères"..., et les sangsues?

Certaines espèces sont protégées, d'autres prolifèrent (les silures...)

Les sangsues risquent de disparaître, tandis que leurs effets thérapeutiques auraient dans le même temps avantage à s'ignorer!

On ne sait vraiment plus auxquelles protections se vouer.
Où sont les fuites, où sont les disparitions?
Je m'en souviens, je me le rappelle, il fut un temps quand il se discutait, comme tellement indécent ou pas, qu'en son hôtel particulier, l'acteur avance il n'y a pas si longtemps les nuisances du squat...

Comment ces nuisances, alors à dire vaguement gênes, sont-elles devenues de justes mises sur le marché?
Il faut supposer que squatters d'alors n'avaient rien à envier aux squatters de maintenant...
C'est quoi les squatters de maintenant suivant Obélix?

calamity jane

@ Aristote, à propos de question parallèle !

Et pourquoi le pays où ils travaillent ces Français, s'octroie-t-il des droits sur le pays desdits frontaliers ? Comme par exemple l'immobilier qui ne révèle d'aucun respect d'une région par exemple ? J'ai supposé qu'il s'agissait des frontaliers franco-suisses et/ou franco-germains ! ou peut-être les luxembourgeois ? Va savoir !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.