« Lloris donne des réponses | Accueil | Les citoyens se mêlent de ce qui les regarde »

16 décembre 2012

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c86dd53ef017d3edb4d49970c

Voici les sites qui parlent de Ils ont eu des mots ! :

Commentaires

Ludovic Lefebvre

Dans un système où le libre échange est sur pied, il est normal que les exilés fiscaux fuient l'étranglement et que les émigrés sociaux entrent dans une maison confortable sans porte.

Si j'étais un riche homme d'affaire doublé d'un acteur bien payé, je fuirais la France.
Si j'étais un pauvre d'Afrique en pleine force de l'âge dont la vie serait d'attendre fiévreusement la pluie assis contre un arbre sec, je viendrais en France.

Ayrault, Torreton et quelques ministres en fonction dont le nom est déjà oublié avant d'être connu se plaignent de ce qu'ils encensent.

Je ne vais citer Bossuet, ce fut déjà trop fait. De même que je ne vais pas citer Céline, la loi officielle comme officieuse me l'interdisent.

Jean-Paul Ledun@M. Ayrault

Cela c'est minable, M. Ayrault

"Le profil des exilés a changé. Il ne s'agit plus de riches héritiers ou de quinquagénaires ayant vendu leur société. «Des jeunes entrepreneurs de 30 ans, sans enfants et très mobiles, préfèrent s'installer dans un autre pays pour y monter leur société», précise Valérie Harnois-Mussard. «Je ne peux pas rester dans un pays qui n'encourage pas les entrepreneurs», témoigne l'un d'eux..."

Jean-Paul Ledun

"Vous souhaitez créer une entreprise à l’étranger? Exporter ou développer des coopérations techniques et scientifiques en Europe ou avec d’autres pays?"

Qui dit ceci ?

http://www.francais-du-monde.org/entreprendre/


Ben alors, allez à l'etranger est souhaita le ? Pas minable ?

Josiane Lacombe Minguell

@Pietri S

Je voulais évoquer le fait que le point de vue "hétérocentré" est un point de vue parmi d'autres et surtout que les couples homosexuels élèvent leurs enfants aussi bien que les autres.

@RF

L'alternance c'est cela aussi, subir et/ou supporter une autre politique que celle que l'on a choisie.

RF

Deux remarques cher AO :

1- Franchement, quand on voit la façon dont l'exécutif actuel méprise les opposants, on se demande pourquoi Gégé aurait choisi de s'épuiser aux micros. Hollande et consorts se fichent pas mal des opposants. FH déroule son affreux programme à la manière d'un rouleau compresseur. S'il était plus franc du collier, il dirait ceci : "MA France, tu l'aimes ou tu la quittes". Gégé a choisi.

2- Vous ne croyez pas que ça fait mal d'en arriver à abandonner sa nationalité française quand on est né Français, de parents français et de grands-parents français ? Je suis certain que Gégé doit ressentir une douleur aiguë de devoir faire le deuil de la France. Avec vous, les riches ont la vie dure. Ils n'ont pas le droit d'être riches et d'avoir des sentiments. Les riches ne sont pas que des carnets de chèques montés sur pattes.

-----------------

@ Josiane,

FH a été élu démocratiquement, certes, mais ça ne l'empêche pas d'exercer un pouvoir totalitaire et idéologique de gauche. Au contraire. Voyez vous-même :
- La seule ouverture politique est une ouverture vers la gauche (les Verts).
- On cogne dur sur les riches.
- Le débat actuel sur le mariage est truqué dès le départ.
- Le vrai-faux rapport sur la compétitivité a occulté deux points majeurs qui font mal : les 35 heures et la retraite.
- A l'Assemblée, l'opposition est rabaissée en permanence par les ministres arrogants qui s'écoutent parler.
- Tout cela avec la complicité bienveillante des médias.

-----------------

@ calamity jane,

Avoir réussi sa vie c'est aussi avoir réussi son mariage et l'éducation de ses enfants. C'est une vraie richesse. Mais cette richesse-là est aussi en voie d'extinction, avec les repères fondamentaux qui disparaissent...

calamity jane

..."les riches", ceux qui ont réussi leur vie !
T'as raison y a pas d'autre chemin de vie que le pognon !

oursivi@AP

Rédigé par : Alex paulista | 18 décembre 2012 à 13:50

Mouais, devriez revenir à Paris sentir le goût de la pluie, du métro et de ses mille langues ouïes, nous en faire le récit...

La France, pays emmuré par ses courants d'air.

AO

oursivi

Quand je lis le mot "léonin", je pense à J. Marais, à B. Tapie et à A. Montebourg.

Les lions entre eux ?

Quand je lis le mot "colibri", ce bon Monsieur Ayrault surgit dans mon esprit.

Il est grand et carré, mais ne semble pas peser.

Avec ToutMou ils sont bien les mercats que caricaturent - leur seule bonne trouvaille récente à en croire les très rares fois où je leur confie cinq de mes minutes - les Guignols.

AO

oursivi

Michel Houellebecq de retour en France : va-t-il nous redonner le moral ?
PB

Voilà un joli mot d'esprit, que de convoquer ce sinistré-né pour requinquer, comme l'eut dit gros Quinquin*, un pays se plaisant en langoureuses apathies.

"Minable" était probablement un contre-pied de circonstances pour enfin recadrer les extravagances de notre Falstaff de la rue du Cherche-Midi à Ostende qui ont dû froisser depuis des décennies ce propret Ayrault si mal nommé.

Mais je ne donne point raison à Depardieu.

Son exil dans la semi-tourmente est une lâcheté de plus. De lui on pouvait attendre plus d'esprit et de panache, attendre qu'il fût un résistant de la première heure, ce harangueur fort en gueule qu'on le croit être qui eût débusqué petitesses et compromissions au coeur même de la scène, et qu'il fît de son antre fastueux le PC faussement clandestin d'un réseaux de juteux francs-tireurs...!

Que nenni. Bagages et chéquiers il plia, large geste d'adieu emplumé oublia, et d'administrative façon, passeport avantageux demanda...

Où est le grand homme qu'on le croyait être ?

La réponse donnée récemment par Torreton à l'exil de notre Gargantua n'est point mal tournée, c'est vrai qu'épris de démesure le Gérard a côtoyé nombre d'escrocs et de dictateurs des moins recommandables, même si Torreton n'a pas 10% des talents du Gégé, il a tapé plutôt juste et bientôt d'autres suprêmement nantis (Debouzze et d'autres) à médiatiquement se serrer les coudes avec le Gégé, ou plutôt derrière lui, sachant que les largesses rétro-consenties à son cas diffuseront sur le leur. La lutte des classes est indémodable.

Le spectacle dans toute sa superbe bassesse...

Voir aussi il y a peu, l'inénarrable - mais bien involontairement, hélas pour lui - G. Elmaleh, obligé d'endosser au second degré un rôle qu'il eût aimé mener au premier...

Lui, que choisit le socialement correct Costa-Gavras pour nous dégoûter d'un grand patron sans scrupule, lui, qui déclarait il y a peu au sujet du bouclier sarkozyste, que, 50% de prélèvements sur les très hauts revenus, c'était déjà "énorme".

Ahhhh, ce que la vie n'oblige pas à faire parfois...

Mais que les G. E. M de tout poil se rassurent, le gros de la troupe ne voit rien, n'entend rien, ne comprend rien.

Ils feront longue carrière.

AO

*le modèle que se choisit Hollande pour mieux coller à sa réinvention de l'ère Mitterrand, quand vint l'heure de désigner un Premier ministre.

Josiane Lacombe Minguell

R, vos raccourcis me surprennent... si je suis gauchiste juste parce que je dis deux trois choses qui ne vous convainquent pas je ne vous persuaderai pas plus avec de nouveaux arguments. Au moins me permettrez-vous de rappeller que le gouvernement actuel a été élu démocratiquement, n'a donc pas été le résultat d'une lutte révolutionnaire armée et que vous ne pouvez donc en aucun cas comparer notre régime républicain avec le stalinisme russe, ou le franquisme espagnol et autres joyeusetés.

Alex paulista

@ Josiane Lacombe Minguell

Piégé dans le sens d'enfermé.
Le contraire de la liberté. Le besoin de se sentir justifié dans son inertie pour être heureux. Le bonheur, d'ailleurs, c'est un peu le contraire du mouvement.

Mais cela nous emmène assez loin du billet. Même si Depardieu a bien indiqué dans sa lettre comment cette bien-pensance installée n'avait rien pardonné à son écorché de fils.

Josiane Lacombe Minguell

@Alex paulista

Je ne comprends pas votre question : un "piège" tendu par qui à qui ?

RF @ Josiane Lacombe Minguell

Josiane,

JMA pas gauchiste ? Ben voyons ! Vraiment vous m'épatez. Êtes-vous ironique ?

Il n'y a que des gauchistes pour penser à égaliser tout ce qui nous entoure et pour penser que le mariage peut s'étendre à des couples de même sexe. Et encore plus fort : il n'y a que des gauchistes pour faire passer en force une loi qui va dans ce sens.

Par ailleurs il n'y a que des gauchistes pour donner un coup de pouce au SMIC deux mois après avoir remporté l'élection suprême (décision absurde, à contre-courant du contexte économique, uniquement pour acheter la paix sociale).

Enfin, il n'y a qu'un gauchiste (anarchiste dans l'âme) qui soit capable de cultiver l'indiscipline dans son gouvernement avec autant de maestria, poussant le sel jusqu'à se faire corriger en public de temps à autre par ses ministres.

Mais vous avez raison, vu d'extrême gauche, JMA est de droite. J'en déduis que vous êtes d'extrême gauche.

Pour finir de réagir à votre commentaire, je vous répondrai simplement qu'en général, talent et réussite professionnelle vont de pair. Et, en toute logique, la réussite professionnelle fait venir l'argent à soi. Sauf dans les régimes de gauche où l'Etat pompe au maximum, afin de redistribuer pour égaliser. Je ne vous ferai pas un dessin de Cuba, de la Corée du Nord ou de l'ex-URSS. Quel que soit le pays, la gauche voit le peuple comme une masse uniforme et non pas comme un ensemble d'individus différents. Et c'est pour cela que je dis que les gauchistes n'aiment pas le talent individuel. Ils l'envient, en profitent mais ne l'aiment pas.

MS

Rédigé par : RF @ Josiane Lacombe Minguell et JDR | 19 décembre 2012 à 13:58

"...ils poussent les "riches", c'est-à-dire ceux qui ont réussi leur vie, vers la sortie."


A coup sûr, comme un chameau par le trou d'une aiguille.

Savonarole

"L'argent. Seul les pauvres s'en servent en priorité pour acheter des voitures allemandes à crédit"
Rédigé par : Alex paulista | 19 décembre 2012 à 19:11

Ah que ceci est vrai ! On ne fustigera jamais assez le mauvais goût des pauvres !

Leur nombre croissant nous afflige : une télévision de pauvres, des débats de pauvres, des chroniqueurs pour pauvres, des éditocrates pour pauvres et notre cher P. Bilger qui désespère d'y trouver des perles (le débat d'Yves Calvi hier soir a été un summum).

Seul une révolution Dandy nous sauvera.

Comme disait Charles Baudelaire : "Le dandysme est le dernier éclat de révolte dans les périodes décadentes !" Nous y sommes.

Alex paulista

@ Josiane Lacombe Minguell

Vous avez tout compris: gagner de l'argent ça sert à acheter sa liberté et celle de ses enfants.

Seuls les pauvres s'en servent en priorité pour acheter des voitures allemandes à crédit.
N'est-ce pas merveilleux de se sentir piégé ?

Josiane Lacombe Minguell

@RF

Je trouve assez amusant que vous traitiez JMA de gauchiste ! Quand on sait que les communistes se joignent à l'UMP pour ne pas voter le budget au Sénat (sachant pertinemment d'ailleurs qu'il sera voté à l'Assemblée), je me demande à quel "gauchisme" vous rattachez JMA...
D'où tenez-vous que les gens de gauche détestent les créateurs ? quelle est donc cette fable ?

Boris

@ zenblabla

Vrai pour les pissotières, mais l'Orge est plus proche du centre de l'univers...

RF @ Josiane Lacombe Minguell et JDR

Hollande, Ayrault, la majorité et tous les gauchistes, dans leur bien-pensance universelle, détestent le talent individuel et la réussite professionnelle. Dans leur idéal égalitaire, ils cherchent à niveler tout le monde (pouvoir d'achat, emploi, mariage...), ils coupent tout ce qui dépasse en termes de richesse et ils poussent les "riches", c'est-à-dire ceux qui ont réussi leur vie, vers la sortie. Et quand les riches s'estiment avoir subi une tonte en règle et qu'ils sont à bout, ils franchissent la porte du pays et la referment derrière eux. Et ils sont bien beaux tous ces blancs-becs du gouvernement à crier au scandale. L'exil, c'est eux qui le provoquent, il ne faut pas l'oublier.
Et maintenant, quand JDR écrit que GD aurait dû râler et faire entendre sa voix avant de claquer la porte, je vous pose la question à tous les deux : à quoi cela aurait servi ?
On le voit bien avec le mariage pour tous : on fait semblant d'écouter les opposants mais tout est déjà ficelé et on ne fera bouger le curseur qu'entre la modération (pas de PMA) et l'extrême (PMA). Rappelez-vous quand même qu'Ayrault n'a que faire de "cette vieille droite dont le pays ne veut plus".

GD, en bon entendeur, a dit salut.

Josiane Lacombe Minguell

Gérard Depardieu "homme libre" pour Lelouch, Debouzze, etc. Ainsi, aujourd'hui, être un homme ou une femme libres c'est quoi ? c'est être suffisamment riche (= gagner 6000 euros par jour pendant des années dans le cas de GD) pour pouvoir quitter son pays, changer de nationalité et jeter ses papiers, ces papiers français que certaines personnes voient comme la solution à leur misère ou à la persécution dont elles sont victimes, à la figure d'un Premier ministre. JMA a exprimé le sentiment partagé par de nombreuses personnes, déçues de découvrir que le "personnage" GD "bâti" par les rôles de cinéma qui lui ont été donnés en France et par ses propres déclarations, ne correspondait pas à la réalité ; déçues de voir que cet homme richissime se prenne pour une victime quand tant de personnes actuellement, qui n'ont pas démérité, qui travaillent, ont tant de peine à joindre les deux bouts mois après mois, à se nourrir, à se loger, à assurer les études de leurs enfants. Au-delà, il faut s'interroger sur un système (français) qui enrichit de manière tellement excessive une poignée d'artistes quand d'autres ne seront ni connus ni reconnus bien que de même valeur, voire de valeur supérieure, et se demander si un système aussi pyramidal est encore digne d'une démocratie dont les politiques de tous bords se réclament ?
Et pendant que nous voyons la Grèce championne de l'exil fiscal sombrer sous nos yeux, nous ne voyons pas que nous sommes peut-être en train de la rejoindre. La droite française va-t-elle laisser faire cela et encourager ces comportements ?

zenblabla

@Boris.

J'étais il y a peu à Je-ne-sais-où/ Orge...
La description correspond à Je-ne-sais-où-pas trop-loin/ Nechin, si n'était le RER et peut-être le prix du mètre-carré, quand même exorbitant/ Orge!

Là, panne d'électricité interdisant le café où il y avait des toilettes, autorisant les brunnies et le café dans un gobelet en carton là où il n'y avait pas de toilettes.

Sinon, j'ai répertorié comme établissements ouverts neuf banques, onze agences immobilières, sept officines d'agent d'assurance, un tabac-presse, une supérette, un arabe du coin, pas de pissotières..., et présentant rideaux fermés une sympathique fleuriste occupée à repeindre, deux bars dont un tabac, un restaurant, une boutique de décoration..., et quelques diverses vitrines de visagistes et autres évangélistes.

Tout se passait avec l'attente en gare du RER.
Là, électricité ou pas, impossible avec un ticket RER de ne pas rester entre les deux barrières électro-commandées de la vérification des tickets, celles qui fonctionnant électriquement obligent quiconque étant sorti d'un côté à ne plus pouvoir se rendre de l'autre, si pourrait être via la gare où règne la fée électrique dont on détient le billet, autrement qu'en empruntant un passage sous-voie absolument public, long d'une centaine de mètres et qui semble la seule pissotière en fonctionnement...

Boris!
Je pense qu'à Je-ne-sais-où-pas trop-loin/ Nechin, il est facile de se soulager...

Comment G. Depardieu pourra-t-il ouvrir une poissonnerie à "Je-ne-sais-où/ Orge"?

Qu'il vende son hôtel où furent de scandaleux squats, cela fera-t-il qu'il vende sa poissonnerie?

scoubab00

Gérard est le fils d'un chef d'atelier berrichon qui travaillait pour la firme Mercedes. Pas si mal. Mais papa se confiait plus souvent à sa bouteille qu'à la famille. Alors, quel destin magnifique que celui de Gérard, dans la mouvance de mai 1968. A la colle puis marié avec la fille d'un polytechnicien. Tout est hénaurme là-dedans : gabarit, sensibilité, boisson, destin, bouffe, rencontres. Et la carrière : le Michel Simon revu et corrigé du basculement de millénaire ! On en a de la chance, je vous le dis. Moins que Gégé, c'est vrai.

En 40 ans de cinéma, ce dernier a dû concéder à l'Etat des collines de monnaie sans incident notable. Qu'il en ait marre c'est normal et humain. En tant que libéral de gauche, 75% de revenus reversés aux impôts, c'est pour moi choquant. Ces très hauts revenus font vivre pas mal de gens. Alors entre ceux qui vont s'expatrier et surtout ceux qui vont réduire la voilure en limitant leur activité par exemple, le jeu en vaut-il la chandelle, monsieur Moscovici et les autres ? Un gâteau plantureux aux parts plus petites, ce sera toujours mieux qu'un petit gâteau aux grandes parts, en économie comme en gastronomie.

J'y reprends ou alors on se jette sur les miettes ?

Jean-Paul Ledun@Savonarole

Depardieu égoïste ?

La réalité ne colle pas toujours avec la fiction.
Lors d'un engagement au cirque Knie (Suisse) en 2001, j'ai vu débouler G.D. dans un spectacle à caractère humanitaire, organisé par un de ses potes suisses.
Il n'a rien fait de spécial que de prendre sur son temps, faire le trajet Paris-Genève en avion et à ses frais, improviser cinq phrases pour motiver les donateurs et repartir aussi sec, sans se répandre dans les médias...

Il y a des générosités discrètes qui font plaisir à voir.

Savonarole :
Trop juste la remarque sur Torreton, soutien inconditionnel de M. notre Président de la République normale, ennuyeuse mais solidaire et juste. L'image est sauve !

"CUUUUUT ! C'est bon, on prend celle-là"

Jean-Dominique @ Sbriglia

Sbriglia, purement théorique comme démonstration - c'est d'ailleurs ce que reconnaît l'article - et inapplicable à Depardieu dont le patrimoine n'est pas en nom propre mais en société. Le mécanisme que décrit l'article n'existe pas dans la réalité, cela ne concerne pas un seul individu. Faut tout de même pas se faire peur avec des chimères.

Alex paulista

Je réécoutais un classique de Noir Désir et les paroles me ramènent au Mammouth du cinéma français:

A se changer en Roi
A hurler à la lune
A traquer la fortune
Tout ça pour traîner son poids

Au risque de s'y plaire
Au moment de s'y croire
Sonnez les courants d'air
Faites donner l'exutoire
Il faudrait qu'on s'élève
Au fond il a d'la classe
Ou alors qu'on prenne la sève

Comme elle vient...

À gauche comme à droite, la France sent de plus en plus le renfermé.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Ma Photo

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • RTL "L'heure du crime"
    Mardi 16 décembre de 14h à 15h, avec Jacques Pradel.
  • FigaroVox
    Chronique hebdomadaire
  • Europe 1
    Tous les dimanches de 12h45 à 13h, le parti pris de PB, avec JP Gené et Guy Roux, dans "Europe 1 Week-end", édition d'information de Patrick Roger.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS