« Lloris donne des réponses | Accueil | Les citoyens se mêlent de ce qui les regarde »

16 décembre 2012

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c86dd53ef017d3edb4d49970c

Voici les sites qui parlent de Ils ont eu des mots ! :

Commentaires

Ludovic Lefebvre

Dans un système où le libre échange est sur pied, il est normal que les exilés fiscaux fuient l'étranglement et que les émigrés sociaux entrent dans une maison confortable sans porte.

Si j'étais un riche homme d'affaire doublé d'un acteur bien payé, je fuirais la France.
Si j'étais un pauvre d'Afrique en pleine force de l'âge dont la vie serait d'attendre fiévreusement la pluie assis contre un arbre sec, je viendrais en France.

Ayrault, Torreton et quelques ministres en fonction dont le nom est déjà oublié avant d'être connu se plaignent de ce qu'ils encensent.

Je ne vais citer Bossuet, ce fut déjà trop fait. De même que je ne vais pas citer Céline, la loi officielle comme officieuse me l'interdisent.

Jean-Paul Ledun@M. Ayrault

Cela c'est minable, M. Ayrault

"Le profil des exilés a changé. Il ne s'agit plus de riches héritiers ou de quinquagénaires ayant vendu leur société. «Des jeunes entrepreneurs de 30 ans, sans enfants et très mobiles, préfèrent s'installer dans un autre pays pour y monter leur société», précise Valérie Harnois-Mussard. «Je ne peux pas rester dans un pays qui n'encourage pas les entrepreneurs», témoigne l'un d'eux..."

Jean-Paul Ledun

"Vous souhaitez créer une entreprise à l’étranger? Exporter ou développer des coopérations techniques et scientifiques en Europe ou avec d’autres pays?"

Qui dit ceci ?

http://www.francais-du-monde.org/entreprendre/


Ben alors, allez à l'etranger est souhaita le ? Pas minable ?

Josiane Lacombe Minguell

@Pietri S

Je voulais évoquer le fait que le point de vue "hétérocentré" est un point de vue parmi d'autres et surtout que les couples homosexuels élèvent leurs enfants aussi bien que les autres.

@RF

L'alternance c'est cela aussi, subir et/ou supporter une autre politique que celle que l'on a choisie.

RF

Deux remarques cher AO :

1- Franchement, quand on voit la façon dont l'exécutif actuel méprise les opposants, on se demande pourquoi Gégé aurait choisi de s'épuiser aux micros. Hollande et consorts se fichent pas mal des opposants. FH déroule son affreux programme à la manière d'un rouleau compresseur. S'il était plus franc du collier, il dirait ceci : "MA France, tu l'aimes ou tu la quittes". Gégé a choisi.

2- Vous ne croyez pas que ça fait mal d'en arriver à abandonner sa nationalité française quand on est né Français, de parents français et de grands-parents français ? Je suis certain que Gégé doit ressentir une douleur aiguë de devoir faire le deuil de la France. Avec vous, les riches ont la vie dure. Ils n'ont pas le droit d'être riches et d'avoir des sentiments. Les riches ne sont pas que des carnets de chèques montés sur pattes.

-----------------

@ Josiane,

FH a été élu démocratiquement, certes, mais ça ne l'empêche pas d'exercer un pouvoir totalitaire et idéologique de gauche. Au contraire. Voyez vous-même :
- La seule ouverture politique est une ouverture vers la gauche (les Verts).
- On cogne dur sur les riches.
- Le débat actuel sur le mariage est truqué dès le départ.
- Le vrai-faux rapport sur la compétitivité a occulté deux points majeurs qui font mal : les 35 heures et la retraite.
- A l'Assemblée, l'opposition est rabaissée en permanence par les ministres arrogants qui s'écoutent parler.
- Tout cela avec la complicité bienveillante des médias.

-----------------

@ calamity jane,

Avoir réussi sa vie c'est aussi avoir réussi son mariage et l'éducation de ses enfants. C'est une vraie richesse. Mais cette richesse-là est aussi en voie d'extinction, avec les repères fondamentaux qui disparaissent...

calamity jane

..."les riches", ceux qui ont réussi leur vie !
T'as raison y a pas d'autre chemin de vie que le pognon !

oursivi@AP

Rédigé par : Alex paulista | 18 décembre 2012 à 13:50

Mouais, devriez revenir à Paris sentir le goût de la pluie, du métro et de ses mille langues ouïes, nous en faire le récit...

La France, pays emmuré par ses courants d'air.

AO

oursivi

Quand je lis le mot "léonin", je pense à J. Marais, à B. Tapie et à A. Montebourg.

Les lions entre eux ?

Quand je lis le mot "colibri", ce bon Monsieur Ayrault surgit dans mon esprit.

Il est grand et carré, mais ne semble pas peser.

Avec ToutMou ils sont bien les mercats que caricaturent - leur seule bonne trouvaille récente à en croire les très rares fois où je leur confie cinq de mes minutes - les Guignols.

AO

oursivi

Michel Houellebecq de retour en France : va-t-il nous redonner le moral ?
PB

Voilà un joli mot d'esprit, que de convoquer ce sinistré-né pour requinquer, comme l'eut dit gros Quinquin*, un pays se plaisant en langoureuses apathies.

"Minable" était probablement un contre-pied de circonstances pour enfin recadrer les extravagances de notre Falstaff de la rue du Cherche-Midi à Ostende qui ont dû froisser depuis des décennies ce propret Ayrault si mal nommé.

Mais je ne donne point raison à Depardieu.

Son exil dans la semi-tourmente est une lâcheté de plus. De lui on pouvait attendre plus d'esprit et de panache, attendre qu'il fût un résistant de la première heure, ce harangueur fort en gueule qu'on le croit être qui eût débusqué petitesses et compromissions au coeur même de la scène, et qu'il fît de son antre fastueux le PC faussement clandestin d'un réseaux de juteux francs-tireurs...!

Que nenni. Bagages et chéquiers il plia, large geste d'adieu emplumé oublia, et d'administrative façon, passeport avantageux demanda...

Où est le grand homme qu'on le croyait être ?

La réponse donnée récemment par Torreton à l'exil de notre Gargantua n'est point mal tournée, c'est vrai qu'épris de démesure le Gérard a côtoyé nombre d'escrocs et de dictateurs des moins recommandables, même si Torreton n'a pas 10% des talents du Gégé, il a tapé plutôt juste et bientôt d'autres suprêmement nantis (Debouzze et d'autres) à médiatiquement se serrer les coudes avec le Gégé, ou plutôt derrière lui, sachant que les largesses rétro-consenties à son cas diffuseront sur le leur. La lutte des classes est indémodable.

Le spectacle dans toute sa superbe bassesse...

Voir aussi il y a peu, l'inénarrable - mais bien involontairement, hélas pour lui - G. Elmaleh, obligé d'endosser au second degré un rôle qu'il eût aimé mener au premier...

Lui, que choisit le socialement correct Costa-Gavras pour nous dégoûter d'un grand patron sans scrupule, lui, qui déclarait il y a peu au sujet du bouclier sarkozyste, que, 50% de prélèvements sur les très hauts revenus, c'était déjà "énorme".

Ahhhh, ce que la vie n'oblige pas à faire parfois...

Mais que les G. E. M de tout poil se rassurent, le gros de la troupe ne voit rien, n'entend rien, ne comprend rien.

Ils feront longue carrière.

AO

*le modèle que se choisit Hollande pour mieux coller à sa réinvention de l'ère Mitterrand, quand vint l'heure de désigner un Premier ministre.

Josiane Lacombe Minguell

R, vos raccourcis me surprennent... si je suis gauchiste juste parce que je dis deux trois choses qui ne vous convainquent pas je ne vous persuaderai pas plus avec de nouveaux arguments. Au moins me permettrez-vous de rappeller que le gouvernement actuel a été élu démocratiquement, n'a donc pas été le résultat d'une lutte révolutionnaire armée et que vous ne pouvez donc en aucun cas comparer notre régime républicain avec le stalinisme russe, ou le franquisme espagnol et autres joyeusetés.

Alex paulista

@ Josiane Lacombe Minguell

Piégé dans le sens d'enfermé.
Le contraire de la liberté. Le besoin de se sentir justifié dans son inertie pour être heureux. Le bonheur, d'ailleurs, c'est un peu le contraire du mouvement.

Mais cela nous emmène assez loin du billet. Même si Depardieu a bien indiqué dans sa lettre comment cette bien-pensance installée n'avait rien pardonné à son écorché de fils.

Josiane Lacombe Minguell

@Alex paulista

Je ne comprends pas votre question : un "piège" tendu par qui à qui ?

RF @ Josiane Lacombe Minguell

Josiane,

JMA pas gauchiste ? Ben voyons ! Vraiment vous m'épatez. Êtes-vous ironique ?

Il n'y a que des gauchistes pour penser à égaliser tout ce qui nous entoure et pour penser que le mariage peut s'étendre à des couples de même sexe. Et encore plus fort : il n'y a que des gauchistes pour faire passer en force une loi qui va dans ce sens.

Par ailleurs il n'y a que des gauchistes pour donner un coup de pouce au SMIC deux mois après avoir remporté l'élection suprême (décision absurde, à contre-courant du contexte économique, uniquement pour acheter la paix sociale).

Enfin, il n'y a qu'un gauchiste (anarchiste dans l'âme) qui soit capable de cultiver l'indiscipline dans son gouvernement avec autant de maestria, poussant le sel jusqu'à se faire corriger en public de temps à autre par ses ministres.

Mais vous avez raison, vu d'extrême gauche, JMA est de droite. J'en déduis que vous êtes d'extrême gauche.

Pour finir de réagir à votre commentaire, je vous répondrai simplement qu'en général, talent et réussite professionnelle vont de pair. Et, en toute logique, la réussite professionnelle fait venir l'argent à soi. Sauf dans les régimes de gauche où l'Etat pompe au maximum, afin de redistribuer pour égaliser. Je ne vous ferai pas un dessin de Cuba, de la Corée du Nord ou de l'ex-URSS. Quel que soit le pays, la gauche voit le peuple comme une masse uniforme et non pas comme un ensemble d'individus différents. Et c'est pour cela que je dis que les gauchistes n'aiment pas le talent individuel. Ils l'envient, en profitent mais ne l'aiment pas.

MS

Rédigé par : RF @ Josiane Lacombe Minguell et JDR | 19 décembre 2012 à 13:58

"...ils poussent les "riches", c'est-à-dire ceux qui ont réussi leur vie, vers la sortie."


A coup sûr, comme un chameau par le trou d'une aiguille.

Savonarole

"L'argent. Seul les pauvres s'en servent en priorité pour acheter des voitures allemandes à crédit"
Rédigé par : Alex paulista | 19 décembre 2012 à 19:11

Ah que ceci est vrai ! On ne fustigera jamais assez le mauvais goût des pauvres !

Leur nombre croissant nous afflige : une télévision de pauvres, des débats de pauvres, des chroniqueurs pour pauvres, des éditocrates pour pauvres et notre cher P. Bilger qui désespère d'y trouver des perles (le débat d'Yves Calvi hier soir a été un summum).

Seul une révolution Dandy nous sauvera.

Comme disait Charles Baudelaire : "Le dandysme est le dernier éclat de révolte dans les périodes décadentes !" Nous y sommes.

Alex paulista

@ Josiane Lacombe Minguell

Vous avez tout compris: gagner de l'argent ça sert à acheter sa liberté et celle de ses enfants.

Seuls les pauvres s'en servent en priorité pour acheter des voitures allemandes à crédit.
N'est-ce pas merveilleux de se sentir piégé ?

Josiane Lacombe Minguell

@RF

Je trouve assez amusant que vous traitiez JMA de gauchiste ! Quand on sait que les communistes se joignent à l'UMP pour ne pas voter le budget au Sénat (sachant pertinemment d'ailleurs qu'il sera voté à l'Assemblée), je me demande à quel "gauchisme" vous rattachez JMA...
D'où tenez-vous que les gens de gauche détestent les créateurs ? quelle est donc cette fable ?

Boris

@ zenblabla

Vrai pour les pissotières, mais l'Orge est plus proche du centre de l'univers...

RF @ Josiane Lacombe Minguell et JDR

Hollande, Ayrault, la majorité et tous les gauchistes, dans leur bien-pensance universelle, détestent le talent individuel et la réussite professionnelle. Dans leur idéal égalitaire, ils cherchent à niveler tout le monde (pouvoir d'achat, emploi, mariage...), ils coupent tout ce qui dépasse en termes de richesse et ils poussent les "riches", c'est-à-dire ceux qui ont réussi leur vie, vers la sortie. Et quand les riches s'estiment avoir subi une tonte en règle et qu'ils sont à bout, ils franchissent la porte du pays et la referment derrière eux. Et ils sont bien beaux tous ces blancs-becs du gouvernement à crier au scandale. L'exil, c'est eux qui le provoquent, il ne faut pas l'oublier.
Et maintenant, quand JDR écrit que GD aurait dû râler et faire entendre sa voix avant de claquer la porte, je vous pose la question à tous les deux : à quoi cela aurait servi ?
On le voit bien avec le mariage pour tous : on fait semblant d'écouter les opposants mais tout est déjà ficelé et on ne fera bouger le curseur qu'entre la modération (pas de PMA) et l'extrême (PMA). Rappelez-vous quand même qu'Ayrault n'a que faire de "cette vieille droite dont le pays ne veut plus".

GD, en bon entendeur, a dit salut.

Josiane Lacombe Minguell

Gérard Depardieu "homme libre" pour Lelouch, Debouzze, etc. Ainsi, aujourd'hui, être un homme ou une femme libres c'est quoi ? c'est être suffisamment riche (= gagner 6000 euros par jour pendant des années dans le cas de GD) pour pouvoir quitter son pays, changer de nationalité et jeter ses papiers, ces papiers français que certaines personnes voient comme la solution à leur misère ou à la persécution dont elles sont victimes, à la figure d'un Premier ministre. JMA a exprimé le sentiment partagé par de nombreuses personnes, déçues de découvrir que le "personnage" GD "bâti" par les rôles de cinéma qui lui ont été donnés en France et par ses propres déclarations, ne correspondait pas à la réalité ; déçues de voir que cet homme richissime se prenne pour une victime quand tant de personnes actuellement, qui n'ont pas démérité, qui travaillent, ont tant de peine à joindre les deux bouts mois après mois, à se nourrir, à se loger, à assurer les études de leurs enfants. Au-delà, il faut s'interroger sur un système (français) qui enrichit de manière tellement excessive une poignée d'artistes quand d'autres ne seront ni connus ni reconnus bien que de même valeur, voire de valeur supérieure, et se demander si un système aussi pyramidal est encore digne d'une démocratie dont les politiques de tous bords se réclament ?
Et pendant que nous voyons la Grèce championne de l'exil fiscal sombrer sous nos yeux, nous ne voyons pas que nous sommes peut-être en train de la rejoindre. La droite française va-t-elle laisser faire cela et encourager ces comportements ?

zenblabla

@Boris.

J'étais il y a peu à Je-ne-sais-où/ Orge...
La description correspond à Je-ne-sais-où-pas trop-loin/ Nechin, si n'était le RER et peut-être le prix du mètre-carré, quand même exorbitant/ Orge!

Là, panne d'électricité interdisant le café où il y avait des toilettes, autorisant les brunnies et le café dans un gobelet en carton là où il n'y avait pas de toilettes.

Sinon, j'ai répertorié comme établissements ouverts neuf banques, onze agences immobilières, sept officines d'agent d'assurance, un tabac-presse, une supérette, un arabe du coin, pas de pissotières..., et présentant rideaux fermés une sympathique fleuriste occupée à repeindre, deux bars dont un tabac, un restaurant, une boutique de décoration..., et quelques diverses vitrines de visagistes et autres évangélistes.

Tout se passait avec l'attente en gare du RER.
Là, électricité ou pas, impossible avec un ticket RER de ne pas rester entre les deux barrières électro-commandées de la vérification des tickets, celles qui fonctionnant électriquement obligent quiconque étant sorti d'un côté à ne plus pouvoir se rendre de l'autre, si pourrait être via la gare où règne la fée électrique dont on détient le billet, autrement qu'en empruntant un passage sous-voie absolument public, long d'une centaine de mètres et qui semble la seule pissotière en fonctionnement...

Boris!
Je pense qu'à Je-ne-sais-où-pas trop-loin/ Nechin, il est facile de se soulager...

Comment G. Depardieu pourra-t-il ouvrir une poissonnerie à "Je-ne-sais-où/ Orge"?

Qu'il vende son hôtel où furent de scandaleux squats, cela fera-t-il qu'il vende sa poissonnerie?

scoubab00

Gérard est le fils d'un chef d'atelier berrichon qui travaillait pour la firme Mercedes. Pas si mal. Mais papa se confiait plus souvent à sa bouteille qu'à la famille. Alors, quel destin magnifique que celui de Gérard, dans la mouvance de mai 1968. A la colle puis marié avec la fille d'un polytechnicien. Tout est hénaurme là-dedans : gabarit, sensibilité, boisson, destin, bouffe, rencontres. Et la carrière : le Michel Simon revu et corrigé du basculement de millénaire ! On en a de la chance, je vous le dis. Moins que Gégé, c'est vrai.

En 40 ans de cinéma, ce dernier a dû concéder à l'Etat des collines de monnaie sans incident notable. Qu'il en ait marre c'est normal et humain. En tant que libéral de gauche, 75% de revenus reversés aux impôts, c'est pour moi choquant. Ces très hauts revenus font vivre pas mal de gens. Alors entre ceux qui vont s'expatrier et surtout ceux qui vont réduire la voilure en limitant leur activité par exemple, le jeu en vaut-il la chandelle, monsieur Moscovici et les autres ? Un gâteau plantureux aux parts plus petites, ce sera toujours mieux qu'un petit gâteau aux grandes parts, en économie comme en gastronomie.

J'y reprends ou alors on se jette sur les miettes ?

Jean-Paul Ledun@Savonarole

Depardieu égoïste ?

La réalité ne colle pas toujours avec la fiction.
Lors d'un engagement au cirque Knie (Suisse) en 2001, j'ai vu débouler G.D. dans un spectacle à caractère humanitaire, organisé par un de ses potes suisses.
Il n'a rien fait de spécial que de prendre sur son temps, faire le trajet Paris-Genève en avion et à ses frais, improviser cinq phrases pour motiver les donateurs et repartir aussi sec, sans se répandre dans les médias...

Il y a des générosités discrètes qui font plaisir à voir.

Savonarole :
Trop juste la remarque sur Torreton, soutien inconditionnel de M. notre Président de la République normale, ennuyeuse mais solidaire et juste. L'image est sauve !

"CUUUUUT ! C'est bon, on prend celle-là"

Jean-Dominique @ Sbriglia

Sbriglia, purement théorique comme démonstration - c'est d'ailleurs ce que reconnaît l'article - et inapplicable à Depardieu dont le patrimoine n'est pas en nom propre mais en société. Le mécanisme que décrit l'article n'existe pas dans la réalité, cela ne concerne pas un seul individu. Faut tout de même pas se faire peur avec des chimères.

Alex paulista

Je réécoutais un classique de Noir Désir et les paroles me ramènent au Mammouth du cinéma français:

A se changer en Roi
A hurler à la lune
A traquer la fortune
Tout ça pour traîner son poids

Au risque de s'y plaire
Au moment de s'y croire
Sonnez les courants d'air
Faites donner l'exutoire
Il faudrait qu'on s'élève
Au fond il a d'la classe
Ou alors qu'on prenne la sève

Comme elle vient...

À gauche comme à droite, la France sent de plus en plus le renfermé.

Mary Preud'homme

@ Véronique R.

Il me semble que vous ayez manqué l'essentiel de mon raisonnement en ne retenant que l'introduction que vous commentez en vous lançant dans une longue explication de texte, comme si je n'avais pas compris le sens du billet de Philippe Bilger. Tout cela pour en venir à formuler (d'une autre manière) ce que j'avais écrit, à savoir qu'il convient de hiérarchiser les problèmes. D'où la nécessité de savoir "relativiser", ne pas perdre son temps et son énergie (à gauche comme à droite) en querelles mesquines afin de se recentrer sur de vrais sujets.

Catherine A.  intermittents du spectacle et... de la morale

Il est sûr que les artistes qui bénéficient du régime exorbitant des intermittents du spectacle ne quitteront pas la France. Si en plus ils pouvaient nous dispenser de leur morale intermittente ce serait pas mal.
Pour revenir aux impôts de Depardieu je me souviens que notre Président annonçait quand il était candidat qu'il ne payait qu'à peine plus de 5000 euros d'IRPP et pas d'impôt sur la fortune. Il y a en effet de nombreuses façons de faire baisser ses impôts : SCI, abattements en tout genre. C'est légal ; moral je n'en suis pas sûre.
Depardieu lui, a largement mis dans le pot public. Il a aussi racheté des commerces dans sa rue pour y maintenir parfois un gérant menacé d'expulsion. Il n'y a pas de quoi en faire un saint. Pas en tout cas de quoi lui cracher à la figure. Des Depardieu moi j'en voudrais à la pelle.

Alex paulista

Dur dur de se dire que la France reste avec Torreton, qui vaut moins qu'un pet foireux de Depardieu.

Savonarole

Rédigé par : Jean-Paul Ledun | 18 décembre 2012 à 11:02

Le drame de Torreton c'est qu'il n'a jamais rempli les salles que grâce aux billets à prix réduit des comités d'entreprise.

Jean-Paul Ledun

Pour ceux qui ne sont pas abonnés à Libé.

Voilà les propos de celui qui enfonce un peu plus le gouvernement dans son erreur.

Quand je lis ceci je me dis qu'il aurait dû partir plus vite GD !

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/12/18/97001-20121218FILWWW00340-philippe-torreton-interpelle-depardieu.php

sbriglia@JDR

@J-D Reffait
"bien sûr que l'on peut payer 85% de ses revenus en impôt, voire au-delà !"

http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/France/Peut-on-payer-85-d-impots-sur-ses-revenus-_NG_-2012-12-17-888878

...et quand on pense que Joseph Caillaux, lors de la création de l'Impôt sur le revenu déclarait à la Chambre : "Nous n'irons pas au-delà de 2%, car ce serait alors spoliateur..." (sic).

JDR, vous n'ignorez tout de même pas que l'IRPP n'est payé que par un Français sur deux...

Alex paulista

@ JDR

C'est vous qui parlez de désertion et c'est GD qui mélangerait tout ?
Selon vous, il faut dissocier argent personnel et des sociétés. Fort bien.
Mais d'où lui vient l'argent investi dans les sociétés ? De son argent personnel après impôt, non ? Et où finit-il ? De retour dans son compte en banque, sinon c'est de la philanthropie.

Ce qui compte dans un bilan fiscal, contrairement à ce que vous dites, c'est le résultat final, par exemple ce qui restera à vos enfants et s'ils recevront une rente ou une facture à payer tous les ans. Il faut tout sommer: charges sociales dont on ne reverra qu'en partie de la couleur, impôt sur le revenu, impôt foncier, TVA, CSG CRDS sur les revenus fonciers, les dividendes, impôt sur les sociétés, ISF, droits de donation et de succession, droits de notaire, imposition sur la plus-value, etc. Il faudrait aussi prendre en compte les droits qu'on perd quand on augmente ses revenus. En gros, combien je coûte à mon employeur ou client et combien il me reste à la fin.

Aucun de ces impôts pris séparément n'est choquant en soi, et beaucoup sont plus légers en France que dans les pays voisins. C'est leur somme qui peut paraître choquante pour ceux qui crachent à tous les bassinets.

Je crois que GD n'est pas radin, et que toute sa vie il s'est dit qu'il tournerait un film de plus cette année. Mais là il prend de l'âge et pense à ses enfants. Il ne veut pas leur léguer cette contrainte.

sylvain

LES HYPOCRITES !

Rarement un artiste a fait l'unanimité des critiques chez les socialos, comme Depardieu !
Pourquoi ?
Parce qu'il fut soutien de Sarko à la présidentielle !
Du coup, la corporation des artistes "bobos-gochos" comme Torreton s'acharne contre lui !
Minable !
Mais que voulez-vous ? La pensée unique de gauche sévit dans tous les milieux !
Ce pays fait fuir les investisseurs, les entrepreneurs, notre matière grise... car il est devenu sale en France de bosser et réussir !! Et je dis non à cette mentalité malsaine et haineuse de gauche de vouloir freiner nos créateurs d'emplois, car le but de ce gouvernement, en sous-sol communiste, est de créer non pas de la richesse, mais du smicard et de faire du "tout le monde pareil".

Pietri S

Les propos de Pierre Bergé sont intolérables, à vomir... Pierre Bergé n'est pas un maître à penser, il n'est rien qu'un homme d'affaires prêt à tout et n'importe pour faire avancer une société qu'il doit penser au ralenti pour la faire coïncider à son mode/choix de vie !

Les propos "eugéniques" de Pierre Bergé devraient pouvoir être condamnés, au moins par la presse qui ne le fera pas.

Pierre Bergé dit malheureusement ce que pense tout bas une toute petite minorité de ceux qui lui sont attachés et proches.

Pierre Bergé aime seulement les femmes porte-manteaux !

Pierre Bergé est un infect et très complexe personnage privé, mais c'est bien grâce aux femmes traitées comme de vulgaires porte-manteaux qu'il a fait fortune avec le talent d'Yves Saint-Laurent, et qu'il a permis de faire rayonner le luxe à la française, a maintenu/sauvé en France des savoir-faire ancestraux et les emplois correspondants.

Les propos de Pierre Bergé me semblent autrement plus importants à traiter que l'exil fiscal de Gérard Depardieu : pour l'un quelques lignes peu commentées par les journalistes, l'autre des colonnes/entières consacrées à cet infâme Depardieu !

On devrait se poser la question sur cette différence de traitement sur un sujet autrement plus inquiétant moralement et qui concerne "le devenir de l'humanité" !

Pietri S

Le comportement de Depardieu le regarde lui et personne d'autre, il a payé ses impôts, il ne doit rien. On ne peut pas réclamer la liberté de chacun en tout et pour tout et vouloir la confisquer quand elle dérange certaines consciences, à tort ou à raison !

La libre circulation est un droit indivisible, on la vante en permanence avec des va-et-vient selon les circonstances, l'abolition des frontières européennes (en 1993), l'élargissement du périmètre européen seraient des avancées soit, mais alors pourquoi la refuser à Depardieu, si ce n'est pour toujours le même problème français : le rapport entretenu par certains français et les possédants.

Le départ de Depardieu est un problème moral qui le regarde lui dans l'intimité de sa conscience.

Mais une fois encore, ce n'est pas Depardieu qui est en cause, je ne cesse de le clamer, ce sont les politiques européennes, qui sont incapables d'une harmonisation européenne quel que soit le sujet, sans harmonisation, c'est la concurrence qui joue : Depardieu fait jouer la concurrence fiscale européenne.

Depardieu est un symptôme rien de plus, et comme toujours les politiques voudraient agir sur le symptôme ce qui est toujours sans effet ; il faut avoir entendu Stéphane Le Foll qui n'a pour toute réponse re l'harmonisation fiscale : "c'est difficile" LOL LOL et alors, si c'était facile il y a longtemps que ce serait fait, quel aveu d'impuissance/d'incompétence : les députés européens sont élus pour justement faire avancer l'Europe et pas simplement pour avoir des places au chaud en réserve de la République ! ou se prononcer sur des sujets annexes, comme la taille/qualité etc du camembert au lait cru LOL !!

Depardieu : à lire la presse, certains commentaires, entendre les uns et les autres, on peut se demander ce qui gêne le plus certains, l'argent que ce métier de saltimbanque lui a permis d'amasser pour la plus grande joie de ses fans ou son départ de France ?? Les plus virulents commentateurs/journalistes etc, dans l'intimité de leur conscience, devraient se poser la question ! LOL

Véronique Raffeneau

@ Mary
"Que de temps perdu à ergoter et pinailler sur des formules, certes maladroites et provocantes mais qui n’entraînent pas mort d’homme."

Je crois, Mary, que l'épisode Depardieu n'est pas juste un condensé de formules, mais illustre bien à sa manière la stratégie "d'action" du gouvernement et du président de la République.

L'essentiel qui tourmente la société, par exemple un chômage ahurissant, une crise économique de près de 40 ans, les impuissances géantes de l'Etat etc., a été totalement esquivé par le candidat Hollande dont l'élément de langage s'est sommairement résumé à désigner son concurrent comme la cause et l'artisan du réel désespérant.

Dans l'esprit de F. Hollande, de JM Ayrault et des ministres, les commentaires imbéciles sur l'exil fiscal de G. Depardieu sont une vraie stratégie de communication confondue avec l'action, genre j'agis, la preuve: je communique ! - totalement à côté et loupée -, cependant pensée, mise en place de façon très concertée pour espérer reprendre la main avec un discours simpliste qui, en gros, désigne les riches comme des ennemis de la Nation.

La médiatisation de ce type de discours on ne peut plus simplet et sommaire a permis à F. Hollande de gagner à l'arraché l'élection - l'annonce des 75% d'imposition.

Je pense que les communicants du Pouvoir ont juste espéré faire avec l'exil fiscal de G. Depardieu du neuf avec de l'usé jusqu'à la corde, bref de l'activisme médiatique.

Philippe regrette une utilisation abusive des mots par JM Ayrault, esquivant au passage les imbécillités des ministres selon lui "montés au front, en riposte", considérant sans doute que les choqués, scandalisés, et autres indignés font partie du niveau du discours politique habituel et ordinaire.

Ce que Philippe sous-estime est comment l'insignifiance des indignations mécaniques des ministres traduit la pauvreté, la stérilité, la banalité et le minimalisme de leur parole politique, tenant lieu d'action politique.

Rien n'est plus malaisé que la dérision ou le mépris, écrit-il.

A la dérision et au mépris, j'ajoute l'insignifiance des mots.

RF

Le départ d'un monstre sacré est toujours poignant.

Ce couaquennat est un vrai cauchemar et franchement c'est faire trop d'honneur à toute cette engeance socialiste que de parler d'eux. Avant de dénoncer la conduite minable de tel ou tel, ils feraient mieux de balayer devant leur porte. Noah, premier des hypocrites. Sapin, à quoi pensait-il lorsqu'il a parlé de "déchéance dommageable" ? Bien sûr, son orgueil et sa bien-pensance socialiste l'empêchent de penser que leur politique est une déchéance dommageable ! Et pourtant...

Et Filipetti qui déclare que Depardieu aurait dû s'arrêter au cinéma muet. Honte à elle, il faudrait au moins qu'elle lui arrive à la cheville pour commencer à dire un truc pareil.

Mais rassurez-vous, même exilé, notre Gégé national restera toujours parmi nous, grâce au ministre de l'Intérieur actuel.
Quel est le rapport avec Valls ?
Balladur lança la balladurette, Juppé s'entoura de juppettes et... Valls produira les vallseuses LOL

http://www.youtube.com/watch?v=9tF9J55HAmY

Boris

Ce bon vieux Depardieu a ma sympathie, bien sûr. Elle est réelle, mais inversement proportionnelle à son compte en banque et aux dangers qu’il court.

Permettez-moi de vous parler d’un petit bled de 6 000 habitants à la frontière franco-belge, quelque part à l’est de Néchin, en nettement moins riche. Vous n’y trouverez ni Depardieu, ni aucun autre acteur connu ou inconnu… Du brouillard en juillet, le fleuve qui gèle en décembre. Plus d’usines, elles ont commencé à fermer dans les années 60. Un cul-de-sac ferroviaire vers la Belgique, et de l’autre côté, un train qui se traîne souvent à 10 kms l’heure. Aucune librairie. Aucun cyber. La TNT en panne. Aucun maire à gauche et une seule grève depuis la Révolution. Tout le centre-ville en zone inondable. Du patrimoine architectural, mais pas de musée ni d’office de tourisme. Les seuls gens de l’extérieur à y venir, depuis le départ des militaires, sont les profs – le lycée va disparaître - et les agents EDF de la centrale nucléaire voisine. Un ministre tous les trente ans, un président tous les soixante. Aucun café ouvert le soir. Pour redynamiser sa ville, le maire a commandé un incinérateur d’ordures, bien polluant, à des margoulins. Avant, il avait pensé à un centre fermé pour délinquants. Et figurez-vous que c’est, de beaucoup, la bourgade la plus agréable du coin : 20 % de chômage au lieu de 30, et le seul cinéma à 70 kilomètres à la ronde.

L’amélioration de ce type de localités n’est pas confiée à un acteur, même vieux, même riche. Il se trouve que c’est, pour quelques mois encore, la tâche d’Ayrault : lorsqu’il l’aura entamée, il pourra se soucier de la presse people…

jack

En France, 57 % du PIB sert à financer les dépenses publiques. En Allemagne c'est 10 % de moins qu'en France pour un pays bien administré.
Donc se faire taxer un max ce n'est pas de la justice sociale, c'est donner de l'argent pour favoriser le statu quo.
On peut comprendre que certains portefeuilles bien garnis souhaitent franchir la frontière. D'ailleurs ils font plus de silencieux jaloux que de leaders socialos réprobateurs.
Les premières semaines du pouvoir de gauche ont clairement démontré que l'intention était d'augmenter encore les dépenses publiques. Le tonneau des Danaïdes.
Vouloir éviter une fiscalité confiscatoire dans un tel contexte ne peut être qualifié de 'minable'. Au surplus, de quel droit un responsable politique peut-il qualifier un compatriote de 'minable' ? Jusqu'alors les caisses de l'Etat n'ont pas fait la fine bouche sur les sommes très importantes qu'il a versées tout au long de sa carrière.
Donc il rejoint la cohorte des expatriés, mais il est seul a être nommément victime d'opprobre.
Ce n'est pas en dévalorisant ceux qui prennent des risques, qui entreprennent, qui créent des emplois, qui travaillent beaucoup, qui dépensent beaucoup, qui ont du talent, qu'on parviendra à stimuler l'économie.

Jean-Dominique @ sbriglia

Sbriglia, la sottise de la lettre de Depardieu n'est pas méchante. Je l'ai trouvée sotte car il mélange plein de choses, de l'amour-propre aux questions fiscales pas vraiment maîtrisées. Le bouclier fiscal, toujours en vigueur, va coûter en 2012 trois plus cher que prévu par le précédent gouvernement, soit 450 millions d'Euros de remboursement. Sortant de cinq années de bouclier fiscal, Depardieu ne peut pas payer 85% d'impôts à titre personnel, c'est impossible. Mais Depardieu, qui a organisé ses affaires à partir de sociétés, mélange ses biens propres et les biens sociaux.

Cela dit, soyons clairs, je ne lui en veux absolument pas pour cela. Je trouve dommage la désertion, j'aurais préféré qu'il tonitrue plutôt que de décamper. Mais je n'ai pas la moindre intention de me passer de Depardieu et de l'admiration que j'ai pour le comédien. Les Valseuses, Buffet Froid, Tenue de Soirée ou Cyrano, c'est irremplaçable, monumental. Je suis prêt à soutenir une loi qui l'exonèrerait lui et lui seul de payer un centime d'Euro ! Je me fous de son fric, son talent m'est précieux.

Savonarole

"Enfin si on voulait donner une petite leçon aux stars qui désertent on pourrait, en silence, retirer ses subventions au septième art pour les donner aux arts du feu à Florange."

Rédigé par : Catherine JACOB | 17 décembre 2012 à 20:28

Et puis on pourrait aussi revenir au phalanstère de Fourier et au Familistère de Guise...
Pourquoi pas un film sur Florange, mais c'est assez risqué, tous les films "ouvriéristes" ont fait des bides en France depuis 30 ans.
On continue aujourd'hui à se taper sur les cuisses en revoyant Renaud et Depardieu en gueules noires en grève dans un film adapté de Zola sur les corons du Nord. Aujourd'hui Renaud vit à Londres. Un grand admirateur de Tonton : "Tonton laisse pas béton !", vous vous souvenez ? C'était de Renaud. On en rit encore à la terrasse de Lipp.

Xavier Nebout

Lorsqu’on a renié le père sous toutes ses formes, il n’y a plus de patrie. En reniant le droit du sang, il n’y a plus de nation. Quant à l’attachement au pays, il relève de la psychologie voire du surnaturel.
Il y a bien longtemps, lorsque l’homme était près de sa nature, il fallait une solennité pour se détacher de la chose que l’on vendait - point de solennité, point de vente réellement consentie.
On voit dans nos campagnes, des paysans accumuler vielles voitures, tracteurs et autres objets hors d’usage. C’est tout simplement qu’on a pas plaisir à jeter les choses empreintes de souvenirs. La vie est un tout et l’âme s’attache aux choses. Là, l’intello des villes a du mal à suivre.
Alors, si pour celui qui vit sur la propriété de ses ancêtres dont mille objets et endroits sont chargés de mémoire, la vendre parce qu’on vomit la voyoucratie au lieu de se battre est minable, il n’en est pas forcément de même pour tel qui vit dans un néant de mémoire.
Le peuple pour qui la tradition est un archaïsme n’est rien. La France n’est plus sur le plan spirituel qu’une coquille vide, un néant d’être ou l’on entre et sort au seul gré de ses intérêts.

De même que lorsqu'ils achètent quoi que ce soit, les Français sont patriotes à condition qu'un produit étranger ne présente pas le moindre intérêt en plus, Depardieu va habiter en Belgique.

zenblabla

Houellebecq, en voilà au moins un qui tout en proposant le moral en berne, prouve tout le contraire en écrivant.
Il ne faudrait pas que la situation l'infléchisse, tellement la situation est retorse.

Je ne vois pas comment Depardieu nous proposerait bon moral, tandis qu'il l'a souvent fait par le passé, a été régulièrement subventionné et payé... mais présentement se débine!

Comme on aime bien mélanger les causes et les effets, et il faut croire que présentement il n'y a plus ni subventions, ni paiements...

Qui se dévouera pour devenir Depardieu, ou Houellebecq?
La fiscalité a de drôles de dos!!!

Michel Simon, reviens!!!


hameau dans les nuages

@Trekker

Il y a pire.

Circule en ce moment sur internet une photo prise lors de la manifestation "mariage pour tous" de dimanche.

Entourés d'homosexuels hilares, un gamin d'une dizaine d'années tient à bout de bras une pancarte sur laquelle est écrit :

""Bi.. dans le c.. ou pas, on veut l'égalité des droits"

Le "mariage pour tous" n'est qu'un cheval de Troie.

Perplexe-gb

Incroyable, Harlem Désir ne comprend pas comment on peut payer 85% de ses revenus en impôts. La CSG sur les revenus fonciers s'ajoute à l'impôt sur le revenu. L'ISF sur le capital peut rapidement faire imploser le système, il lui suffit de calculer capital multiplie 1,8 égale 85 de mes revenus pour déjà avoir des bornes possibles de revenus et de capital.
Par ailleurs petit calcul élémentaire je surimpose de 3% un monsieur qui paye 145 millions d'impôts combien vais-je faire perdre au pays s'il se taille ?

fredi maque

Michel Houellebecq de retour en France : va-t-il nous redonner le moral ?

C'est pas le genre...

Tipaza

@ Rédigé par : Trekker | 17 décembre 2012 à 18:49

Pour rester au niveau de vulgarité et de bêtise de Pierre Bergé, on pourrait lui demander ce qu'il a loué sa vie durant, quand on connaît ses penchants.

Inutile de perdre son temps avec un personnage, à l'inflation délirante, qui s'est rêvé d'être un faiseur de président en soutenant Ségolène Royal et rêve à présent d'être un faiseur d'opinion.

Mary Preud'homme

Que de temps perdu à ergoter et pinailler sur des formules, certes maladroites et provocantes mais qui n’entraînent pas mort d’homme.
Et si l’on établissait une hiérarchie concernant les problèmes auxquels notre pays est confronté, il me semble que l’on céderait un peu moins aux sirènes de la propagande, des rumeurs, cancans et autres querelles mesquines ou d’ego, perfidement entretenus par des médias aux aguets, afin de nous concentrer, tant à droite qu’à gauche, sur l’essentiel, à savoir des questions autrement sérieuses et vitales pour notre devenir national que la guerre des chefs, les sautes d'humeur d‘une personnalité oscarisée ou les petites phrases d’un ministre envoyé en éclaireur par son boss resté de son côté prudemment aux abris. Encore un bon point pour Sarkozy qui contrairement à son successeur n’avait pas peur de se mouiller et prenait tous les coups en lieu et place de ses "collaborateurs" !

Catherine JACOB

"Mais pourquoi Jean-Marc Ayrault a-t-il si peu le sens du langage et d'intuition psychologique pour traiter Depardieu, quoi qu'on pense de son éloignement, "d'assez minable"?"

Apprenons à parler français en France!
Ce n'est pas l'homme Depardieu, a fortiori l'acteur, mais le fait de l'expatriation fiscale en elle-même, qui intervenant dans un contexte de septième art beaucoup aidé par les pouvoirs publics de ce pays, et dans le but proclamé de mettre des revenus qui sans cette aide au secteur d'activité considéré n'eussent pas atteint leur niveau actuel, à l'abri des griffes d'un autre ministère de ces mêmes pouvoirs publics, en l'espèce et grossièrement dit, le fisc, qui a été qualifié d'assez minable.

Maintenant, on s'interrogerait utilement sur les raisons pour lesquelles les rats quittent désormais en grand nombre le paquebot France...!
Enfin si on voulait donner une petite leçon aux stars qui désertent on pourrait, en silence, retirer ses subventions au septième art pour les donner aux arts du feu à Florange.

Christian C

Cher Philippe Bilger,

Gérard Depardieu a déclaré avoir payé, en quarante ans, 145 millions d’impôts. On ignore comment ce calcul a été établi; on se perd également en conjectures sur le fait que notre Gégé ait, ou non, inclus dans ce montant les taxes indirectes sur les alcools et les amendes pour infractions au code de la route. Cela n’empêche personne de considérer que 145 millions, c’est de toutes façons beaucoup trop.

La présence sur ce blog de divers experts de haut niveau me conduit par conséquent à poser cette question: à combien estimeriez-vous un impôt raisonnable pour Gérard Depardieu pour toute sa vie d’activité jusqu’à aujourd’hui ?

Ah oui, j’oubliais une (petite) précision : merci de mentionner pour cette même période d’activité les gains accumulés par notre ex-grand génie français ? Sans cette précision, secondaire a priori, la réponse perdrait en effet beaucoup de sa valeur.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS