Ma Photo

Dans les médias: internet

  • FigaroVox
    Chronique hebdomadaire
  • ma chaîne YouTube
    Entretien de 38 mn avec Alain Finkielkraut, diffusé le 14/11/2013 Entretien de 54 mn avec Maître Hervé Temime, diffusé le 22/11/2013 Entretien de 50 mn avec Robert Ménard, diffusé le 29/11/2013 Entretien de 45 mn avec Eric Zemmour, diffusé le 6/12/2013 Entretien de 52 mn avec Edwy Plenel, diffusé le 13/12/2013 Entretien de 50 mn avec Michel Erman, diffusé le 3/01/2014 Entretien de 40 mn avec Elisabeth Lévy, diffusé le 14/03/2014 Entretien de 50 mn avec Olivier Besancenot, diffusé le 18/04/2014 Entretien de 1h15 avec Henri Guaino, diffusé le 25/04/2014 Entretien de 53 mn avec Eric Naulleau, diffusé le 2/05/2014 Entretien de 52 mn avec Grégory Coupet, diffusé le 16/05/2014 Entretien de 50 mn avec Michel Field, diffusé le 23/05/2014 Entretien de 50 mn avec Xavier Bertrand, diffusé le 20/06/2014 Entretien de 58 mn avec Michel Onfray, diffusé le 16/09/2014 Entretien de 50 mn avec Nicolas Dupont-Aignan, diffusé le 10/10/2014

Dans les médias: radio & télévision

  • RTL, "On refait le monde"
    Jeudi 23 octobre de 19h15 à 20h, avec Marc-Olivier Fogiel.
  • LCI, "Choisissez votre camp"
    Vendredi 31 octobre, de 10h10 à 11h, avec Valérie Expert.
  • Europe 1
    Tous les dimanches de 12h45 à 13h, le parti pris de PB, avec JP Gené et Guy Roux, dans "Europe 1 Week-end", édition d'information de Patrick Roger.

Dans les médias: presse

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Mardi 18 novembre, de 9h à 12h : "Comment s'exprimer en public ?" Renseignements et inscriptions sur philippe.bilger@wanadoo.fr ou 06 11 53 04 91
  • L'objectif de l'Institut de la Parole est de proposer des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique des personnalités et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense également des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations pratiques liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Elles peuvent être sollicitées la veille. Philippe Bilger, magistrat honoraire, Président-Fondateur de l'Institut de la Parole, propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires. Tél : 0611530491 ou philippe.bilger@wanadoo.fr

Mes liens favoris

Diffusion

  • Wikio
    Wikio - Top des blogs

Mentions légales

  • Directeur de la publication: Philippe Bilger
    SixApart sa 104 avenue du Président Kennedy 75116 PARIS
Blog powered by Typepad

« Une nouvelle année, mais vraiment ! | Accueil | Les blogs prennent parti »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c86dd53ef017ee6a1260a970d

Voici les sites qui parlent de Si j'étais l'Etat... :

Commentaires

zenblabla

@Boris

Par exemple, lorsque fut envoyé après 89 à Strasbourg un commissaire du peuple français pour réquisitionner les biens de l'Oeuvre Notre-Dame, cette vénérable institution qui a bâti la Cathédrale, participera en 2014 aux festivités de son millénaire, et qui possédait en 89 et toujours nombreux édifices, forêts, champs, terrains et greniers (plus maintenant), et subvenait autant que possible aux famines pour sa part... le commissaire-émissaire n'a pas beaucoup insisté...

Les trois ou quatre parchemins qui rendent compte de son intervention sont encore aux archives séchées du sable employé à l'époque pour leur ancrage !

Les grandes histoires se révèlent dans des petites choses : il y a à peu près dix ans, l'Oeuvre Notre-Dame est enfin passée sous tutelle de l’État, tandis que jusqu’alors elle ne rendait compte qu'à la commune de Strasbourg, à moins que ce ne fût l'inverse.
C'est ensablé d'avance !

zenblabla

Bon !
on peut toujours se demander s'il ne faudrait pas multiplier le salaire des fonctionnaires par deux...,
ou bien les payer autant pourvu qu'ils tricotent et n'interfèrent pas...,
et même engager les financiers à parier sur la fluctuation des prix ré-engagé par leurs salaires...

C'est certain, les financiers, cela finance n'importe quoi pourvu qu'ils cochent une case !

Ils ont qu'à financer le plan épargne-détention, pour la libération des détenus...

Josiane Lacombe Minguell

@Boris

Réquisitionner les biens de l'église ? ce ne sera pas nécessaire, ils commencent à être rachetés par de riches étrangers...
Bien qu'elle ne manque pas de sel votre remarque donnerait presque à penser que l'élection démocratique (et sans magouillages financiers) d'un gouvernement de gauche nous rapproche de la situation révolutionnaire de 89... ce qui serait un comble.

Boris

@ Josiane Lacombe Minguell
"Le gouvernement Hollande s'affronte aux lobbies divers et variés et ne fait pas ce qu'il veut loin s'en faut".

Je dirais bien que les Constituants de 89 ont réussi à surmonter le lobby de l'Eglise catholique afin de résoudre leurs problèmes de trésorerie... sans même avoir à recourir aux petits excès de 93...

Mais je suis d'accord, Hollande n'est pas Mirabeau, et Ayrault encore moins Talleyrand...

oursivi

"mais sur leur capacité à servir les intérêts de l'institution."
Rédigé par : Boris | 28 décembre 2012 à 00:15

Fort juste, cher Boris.

Pour l'être plus encore, élargissez aussi cela au "Privé" où l'accès aux hautes fonctions n'est conditionné que par cela, l'intérêt de l'étroite meute alpha qui ne choisit ses membres que suivant sa propre cohérence, la bataille pour les plus hautes strates se faisant à fleuret moucheté et sous cette contrainte que de ne pas casser l'image de la strate elle-même.

Ne sont guère que de rares andouilles du calibre de Copé-Fillon pour déroger à cette règle.

AO

Josiane Lacombe Minguell

@Boris

Et revoilà le Conseil constitutionnel http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/le-conseil-constitutionnel/les-membres-du-conseil/liste-des-membres/liste-des-membres-du-conseil-constitutionnel.319.html
chargé par l'UMP de vérifier la constitutionnalité d'un budget (2013) DEMOCRATIQUEMENT voté à l'Assemblée avec forces discussions etc.
Le gouvernement Hollande s'affronte aux lobbies divers et variés et ne fait pas ce qu'il veut loin s'en faut.

Frank THOMAS

Plagiant Céline, je dirais "l'Etat est lourd, très lourd."
Les ministres agissent, tentent de mettre la machine administrative en mouvement, mais celle-ci, engoncée dans ses habitudes et freinée par la lourdeur des processus auxquels elle ne peut soustraire, encore ralentie par les multiples règlements destinés à faire respecter tous les nouveaux principes politiques et moraux dont on la charge, avance à la vitesse d'un escargot.
C'est vrai pour l'Education nationale comme pour la Justice, et même pour les Affaires étrangères qui mettent en danger la vie de nos otages par cette incapacité à innover et à accélérer le pas.

Catherine JACOB@J.H. de la Roche-Bernard

@J.H. de la Roche-Bernard | 27 décembre 2012 à 22:17
«N'ayant nullement l'intention de vous infliger un mini-cours de droit administratif - et il se peut fort bien que vous connaissiez parfaitement le sujet - »

Monsieur,
Je ne connais pas du tout 'parfaitement' le sujet. Juste suffisamment pour me rendre compte que beaucoup de ceux qui se réclament d'un texte le connaissent rarement et par voie de conséquence s'y réfèrent de façon purement rhétorique.
Ceci dit, je vous remercie d'avoir pris la peine d'une réponse circonstanciée.

Changeons de sujet.
Il est indiqué qu'il n'existe plus de baron de la Roche-Bernard depuis 1789, monsieur l’ordonnateur secondaire (préfet?) ggqui portez le nom d'une commune à l'intéressant blason de vair plein, une figure héraldique qui me rappelle toujours la controverse de la pantoufle de Cendrillon dont il existerait pas moins de cinq cents versions de la plus ancienne à la plus contemporaine:
1) vair (fourrure et lecture de la sonorité du mot par Balzac, ce qui peut donner à penser que Cendrillon se réfère aux ourses, symbole de fécondité),
2) verre (cristal de roche?) qui figure dans le titre même de la version du conte par Charles Perrault: « Cendrillon ou la Petite Pantoufle de verre» et qui a la préférence des interprétations psychanalytiques.

Nonobstant, la version des frères Grimm mentionne une paire de «Silber ausgestickte Pantoffeln » soit «pantoufles d'argent brodées» (la broderie appartenant pour sa part à l'opus magique), présent des oiseaux qui nichaient près de la tombe maternelle située à l'ombre d'un noisetier et probable métonymie de la mère défunte que l'on retrouvera dans de très anciennes versions de l'enfant souffre-douleur/sacrifié=non reconnu. Ex. «l'histoire de Rhodope, une jeune Thrace (pays des magiciennes) embarquée en Égypte comme esclave. Un jour, un aigle lui vola une de ses pantoufles alors qu'elle était au bain. L'oiseau laissa tomber la pantoufle aux pieds du pharaon Psammétique ; celui-ci, frappé de stupeur par la délicatesse de la pantoufle, promit d'épouser la femme à qui elle appartenait.», et donc motif qui n'est pas sans rappeler le motif central de Tristan et Iseut où l'enfant orphelin ( et au bout du compte sacrifié, par erreur mais bon, erreur également fatale à son double féminin) est un enfant mâle, Tristan, et motif du 'le cheveu d’or, déposé par un oiseau' qui est interpellant sur le plan de l'équivalence pantoufle/cheveu sachant que pour l’ethnographie japonaise par ex. les femmes dont les cheveux ( et donc manifestement aussi, les pantoufles) sont volées/arrachés et transporté par un oiseau, sont des chamanes.

Bref, quel rapport avec les lieux de détention? Peut-être celui de la maltraitance qui pourrait éventuellement se laisser analyser sous un rapport sacrificiel, je ne sais pas, juste une idée comme ça... en l'air.
D'où, si l’État qui se veut socialiste continue à le laisser perdurer, c'est qu'il n'est peut-être pas si 'laïque' que cela...

Pietri S

J H de la Roche Bernard

Votre commentaire confirme la façon de fonctionner de l'"Administration" en général, les fonctionnaires sont condamnés a posteriori... dans les cas cités ils l'ont été.

Cependant je doute que l'analyse objective ait été faite et ait permis de véritables remises en cause pour assurer un Zéro Défaut.

Dans tous les cas cités, il y a eu malheureusement morts d'hommes, si sur le plan de la justice ils sont de même nature, sur le plan purement d'organisation, de fonctionnement ils sont différents, on ne peut pas comparer Furiani, Mont Saint Odile, Sang contaminé ; un seul point de contact ceux en charge tout au long de la chaîne de fonctionnement n'ont pas fait ce qui était prévu par les processes et procédures internes ; chacun sait que l'on mesure la solidité d'une chaîne (de fonctionnement) à son maillon le plus faible.

Dans tous les cas cités, et ceux qui ne l'ont pas été, c'est la chaîne de fonctionnement qui a été défaillante, tous les maillons de la chaîne doivent respecter ses propres procédures qualité ; un seul exemple, si à Furiani l'évaluation des sous-traitants, les réceptions de toutes les installations, si toutes les procédures avaient été faites selon ce qui était prescrit par le cahier des charges, Furiani aurait peut être pu être évité !

Malgré tout le respect que peut inspirer la fonction que vous avez exercée, celle d'ordonnateur secondaire, c'est une fonction d'exécution qui s'apparente à celle de secrétaire général dont le rôle est a posteriori sans pouvoir de décision, cette fonction consiste "à constater a posteriori" et dans le meilleur des cas à faire des recommandations pour l'avenir, sans le pouvoir de les mettre en place, ni le pouvoir de s'assurer que les mêmes erreurs ne seront pas commises !

De qui dépend l'ordonnateur secondaire ? qui est le décisionnaire, qui est le responsable ?... Une fois les sommes dépensées, trop souvent hors budget, il est souvent, j'ai envie de dire toujours, trop tard pour agir... C'est très largement en amont que les décisions, que les problèmes au fur et à mesure doivent être identifiés/évalués et corrigés pour éviter -dans les cas que vous citez- la catastrophe.

Malgré la très grande qualité de votre commentaire, vous illustrez parfaitement bien que l'Administration fonctionne selon des méthodes archaïques qu'il est urgent de réformer, que l'Administration est une immeuse nébuleuse coûteuse dont l'absence absolue de transparence et de fluidité dans les décisions peuvent conduire à des catastrophes.

Aucun doute que chaque fonctionnaire quel que soit son rang, individuellement est compétent, de bonne foi, de bonne volonté, c'est l'absence de véritables structures d'organisation, de fonctionnement et de méthodes de management, d'évaluations qui font que chaque fonctionnaire dans son coin fait au mieux, individuellement, mais chaque effort indivuel n'aboutit pas toujours au résultat collectif attendu !

L'Administration tente souvent de s'inspirer de concepts industriels dans la forme, le fond lui n'est pas remis en cause ! Personne n'a envie de couper la branche sur laquelle il est assis !

Boris

@ J.H. de la Roche-Bernard

Ce que vous dites est vrai : mais on pourrait aussi bien soutenir que les préfets, recteurs et autres hauts fonctionnaires sont choisis, non sur leur sens de l'Etat ou sur leur rigueur morale, mais sur leur capacité à servir les intérêts de l'institution. En échange de quoi leur sont consentis les facilités que, dans l'armée, on nomme les privilèges du rang. C'est sans doute inévitable.

Le résultat final se situe quelque part entre Jean Moulin et l'adjudant Flick. Mais dans sa moyenne, l'administrateur
doit encore, comme celui d'Alain, être "plus soucieux de faire son chemin parmi les hommes que de faire son trou dans les choses ; observateur de visages ; poli et circonspect ; riche d'arguments et pauvre de raisons ; toujours consultant et délibérant ; péremptoire dans les petites choses, hésitant dans les grandes..."

Ma foi, il n'y a que deux cents ans que nous sommes en République : tous les espoirs sont permis pour l'avenir !

J.H. de la Roche-Bernard

J.H. de la Roche-Bernard @ Catherine Jacob

Madame,
Je vous réponds volontiers.
Les fonctionnaires, contrairement à une idée fort répandue, ne sont pas irresponsables. Ils doivent répondre de leurs "fautes personnelles", c'est-à-dire selon la jurisprudence administrative, les "fautes qui se détachent de leurs fonctions" , fautes intentionnelles parfois (c'est rare...) ou fautes et négligences d'une exceptionnelle gravité "telles qu'un fonctionnaire normal, sans être spécialement vigilant, ne s'en rendrait pas coupable" [Formule célèbre prononcée par un non moins célèbre commissaire du gouvernement devant la section du contentieux du Conseil d'Etat, il y a plus de 100 ans.]
N'ayant nullement l'intention de vous infliger un mini-cours de droit administratif - et il se peut fort bien que vous connaissiez parfaitement le sujet - je me bornerai à vous donner quelques autres exemples concrets où, cette fois, des fonctionnaires ont été poursuivis pénalement :

L'écrasement de l'airbus du Mont-Sainte-Odile le 20 janvier 1992;
L'effondrement de la tribune du stade de Furiani le 5 mai 1992;
Les inondations de Vaison-la-Romaine le 22 septembre 1992;
L'affaire dite du sang contaminé (avril 1985 à juillet 1993)


J'arrête là. Je pourrais continuer et démontrer, si besoin était, que l'Etat (l'administration et ses agents) ne sont pas, comme il est de bon ton de le dire ou de le faire croire - même ici - à l'abri de devoir rendre des comptes même devant la justice pénale.

L'affaire des Baumettes ? Bien sûr ! Mais je n'ai pas une connaissance suffisante de ce dossier pour établir (ou tenter d'établir...) la chaîne des responsabilités dans cette affaire lamentable.

En ce qui concerne les moyens de l'Etat, je les ai connus depuis toujours très inégalement répartis. J'ai exercé la fonction d'ordonnateur secondaire. Les moyens mis à la disposition de mes services étaient...ce qu'ils étaient. En tout cas, limitatifs. Et le propre d'un administrateur, où qu'il se trouve (administration centrale, services déconcentrés, postes diplomatiques à l'étranger...) est de faire des choix budgétaires, d'établir des priorités, de sacrifier au besoin une prévision de dépense qui avait déjà été différée, etc. Là, on entre dans la réalité des choses, de l'action administrative. On quitte le domaine de l'incantation propre aux tribuns ou aux démagogues, parfois aux deux.

Voilà ce que j'ai voulu dire. Il faut "faire avec" les moyens alloués que l'on soit général, préfet, recteur d'académie, chef d'une juridiction, bref, un représentant de l'Etat à un titre quelconque.

Et les "moyens", je ne vous apprends rien, sont votés par le Parlement.

claggart

@Catherine Jacob 27 décembre 09h01

Merci pour cette pensée stoïcienne mais je doute fort qu'à l'ENA, où sont en principe formées les élites qui vont administrer l'Etat et donc ses prisons, on leur apprenne à distinguer les "ta eph emin" des "ta ouk eph emin".

oursivi

Rédigé par : Jabiru | 27 décembre 2012 à 16:13

L'enfer est toujours pavé de bonnes intentions.

J'entends d'ici quelques détenus.

Nous, on aimerait s'occuper des peintures, et pas à moitié, intérieures et extérieures.
Le grand mur, là, tout autour, l'a pas été rafraîchi depuis quand ?

AO

Jabiru

Une idée à creuser, faire participer les détenus à l'entretien de leurs locaux. Plusieurs avantages, ça ne coûterait pas cher et ça les sortirait de leur quotidien, quitte à leur verser un juste prix pour le travail accompli. Et pour l'esprit d'équipe c'est tout à fait positif.
L'oisiveté étant la mère de tous les vices, ça permettrait aussi de régler d'autres problèmes.

Tipaza

Visite de F.Hollande à Rungis.

Pour rester dans le compassionnel :

En cette période de fêtes, la place d’un Président…compatissant… était plutôt dans un service d’urgences hospitalier, à défaut d’une prison. Mais voilà tout le monde ne peut ou ne sait pas jouer les Saint Vincent de Paul !!!

Et pour rester dans la mauvaise foi, pas si mauvaise d’ailleurs, quelqu’un a-t-il vu une photo de F. Hollande devant une carcasse de cochon ???
Faut pas fâcher des électeurs potentiels !!!

Catherine JACOB@J.H. de la Roche-Bernard

J.H. de la Roche-Bernard | 26 décembre 2012 à 21:34
«Pour regrettable que soit la situation que vous évoquez dans votre billet, vous ne m'apitoierez pas sur le sort des prisons françaises au regard de l'état du pays en général et des Français en particulier, je n'ai pas honte de le dire.
Mais, comme vous, je ne suis pas (je ne suis plus) l’État...
»

Monsieur, j'ai une sœur expert psychiatre qui, en son temps, au cours d'une réunion avec le substitut du procureur, le représentant de l'administration pénitentiaire et divers autres acteurs concernés, a déclaré tout de go, avec le franc-parler qui caractérise notre famille, que l'état des lieux qu'elle avait constaté méritait d'être signalé à Amnesty International. Que pensez-vous qu'a fait l'administration? Elle l'a tout simplement remerciée et conseillé d'aller expertiser ailleurs si j'y suis.
C'est cela qui, non seulement n'est pas normal, mais peut être considéré comme la honte d'un état de droit qui veut que lorsque les gens professionnellement concernés disent qu'ils ne peuvent pas faire leur travail vu la situation, on les vire (ou on ne les missionne plus ce qui revient au même, et on les remplace par des moutons bêlants - ou du moins on essaie et si on n'en trouve pas, des gens sous-qualifiés !)

Je pense que vous avez tout à fait tort de séparer l'état économiquement critique, en général, de notre pays et l'indignité de ses lieux de détention. Ayant eu récemment l'occasion de visiter un lieu de détention dont l'administration avait visiblement fait beaucoup d'efforts pour le présenter sous son meilleur jour, je pense qu'il est possible d'améliorer encore considérablement la situation par le biais de petites choses qui ne coûtent rien ou très peu. Il suffit de se donner la peine d'avoir un peu d'imagination et de créativité et de prendre l'avis des usagers des lieux dans leur ensemble comme cela se fait ailleurs, hors les murs, quand on prend la peine de consulter les citoyens au cas par cas et qu'on gère leur quotidien civil de façon participative.

«Il y a ce qui dépend de nous, il y a ce qui ne dépend pas de nous. Dépendent de nous [...] en un mot toutes nos œuvres propres ; ne dépendent pas de nous [...] en un mot toutes les choses qui ne sont pas nos œuvres propres. Les choses qui dépendent de nous sont naturellement libres, sans empêchement, sans entrave ; celles qui ne dépendent pas de nous sont fragiles, serves, facilement empêchées, propres à autrui. » Épictète (50-125 ou 130 ap. J.-C.)

S'agissant de son travail pour chacun, il dépend de nous de faire en sorte qu'il puisse être exécuté dans des conditions décentes quelle que soit la situation de la dette publique sur laquelle, individuellement, nous ne pouvons rien. D'autre part, si on avait affecté les cent quarante mille euros du déplacement en jet d'un ministre qui aurait pu gérer son temps de façon à se déplacer autrement ou pas du tout pour un résultat identique, à la dératisation de quelques lieux infernaux, je pense que se donnant ainsi les moyens de respecter dans le détenu, l'homme, celui qui sera ultérieurement à réinsérer on aurait pas jeté l'argent par les fenêtres, et aussi que, lorsqu'on se respecte soi-même et qu'on prêche par l'exemple, on ne saurait traiter autrui quels que soient ses crimes comme un rat lui-même.

Car, de la façon dont nous traitons les personnes privées de liberté, nous traiterons également tout gêneur libre éventuel et/ou potentiel, vous, moi etc.

Domi

Pour avoir été fonctionnaire de l'Etat près de quarante ans, la situation des prisons ne m'étonne pas, et elle n'est sûrement pas unique. Les hiérarques des services décentralisés chargés de faire avancer les dossiers urgents partent du principe qu'il est toujours urgent d'attendre (surtout pas de vagues) et que lorsqu'il y a trop de priorités il n'y a plus de priorité (trop facile !). Ces hiérarques pensent sérieusement que le pourrissement reste la solution des dossiers signalés par leurs collaborateurs au contact des réalités. Ces "grands méchants mous" prompts à exercer le pouvoir pour montrer qu'ils sont les chefs, déploient d'ingénieuses stratégies de contournement pour que les "patates chaudes" ne remettent pas en cause leur douillet confort. Une chose les fait avancer, après un moment de sidération, c'est la menace d'une médiatisation locale ou nationale ou encore la perspective d'une action judiciaire "pour mise en danger de"... Triste fonctionnement en effet pour celle ou celui qui se bat pour que le service public soit respectable et respecté ; c'est proche du châtiment de Sysiphe.

Pietri S

La France a le taux de dépenses publiques le plus élevé du monde, 57%... le plus grand nombre de fonctionnaires per capita, quelquefois le double comme au Japon ou les USA qui ne sont pas a priori des pays sous gouvernés etc.
La France compte plus de députés et sénateurs que les USA pourtant 50x plus importants etc. etc. cependant l'école, les hôpitaux, les prisons etc. ne fonctionnent pas convenablement et certainement pas à la hauteur des sommes qui y sont consacrées chaque année puisque -comme souvent - la France dans les classements internationaux est proche de la voiture balai... Peut-être conviendrait-il de faire un grand écart et comparer ce taux de dépenses publiques qui classe la France au premier rang mondial à celui du classement des pays les plus corrompus de la planète, classement qui s'améliore régulièrement chaque année.

Des sommes (<57% du PIB) considérables sont dépensées chaque année, il faut bien qu'elles profitent à quelques-uns ! LOL LOL

Depuis des décennies pour se donner bonne conscience des milliards ont été consacrés à une politique de la ville totalement inefficace.

Doublons, mauvaise répartition des dépenses en sont la cause, le millefeuille impossible à réformer par la non-volonté des élus ! Chaque administration est dotée de son administration centrale obèse et camouflée, comme celle que Claude Allègre a tenté de réformer un peu, qui depuis s'est reconstituée, le fameux mammouth, des milliers d'enseignants sont délégués ailleurs alors qu'ils devraient être dans des classes... etc.

La France est incapable de choisir, elle oscille au gré des alternances politiques en permanence entre centralisation et décentralisation, d'où des doublons mis en place jamais remis en cause, la Fonction Publique est un patchwork de petits arrangements entre amis avec son lot de fonctionnaires correspondants.

Quant à l'état de la prison des Baumettes, et les autres, le premier responsable est le directeur de l'établissement qui n'a rien fait, qui ne s'est pas manifesté... il savait... mais comme tout bon fonctionnaire il n'est coupable et responsable de rien... il remplissait bien dans les temps les formulaires demandés, il ne réclamait jamais rien, il était donc un bon élément, certainement bien noté... ses "résidents" étaient peu/pas entendus, un suicide de temps en temps mais qui correspondait à la moyenne, donc tout allait bien dans le meilleur des mondes.

Loin de moi l'idée de mettre à disposition des cellules Grand Luxe, mais des cellules propres...
Pourquoi aucun directeur de prison n'a-t-il jamais proposé à son ministre de faire rénover les lieux par les détenus, tous des gaillards souvent en bonne santé qui pourraient être utiles. L'Administration Pénitentiaire et les détenus affirment que l'inactivité en prison est terriblement nocive, source de tous les maux, que les entreprises extérieures qui donnent du travail sont de moins en moins nombreuses, pourquoi ne pas faire rénover leur lieu de vie (temporaire) par les détenus eux-mêmes ? peut-être que les droits de lhommistes s'insurgeraient ! Il serait pourtant plus digne, convenable, efficace de faire rénover les prisons par des détenus que les laisser vivre dans des endroits dans lesquels nous ne voudrions pas y mettre un animal.

Aucun gouvernement jamais ne prendra les mesures obligatoires à tout changement, il ne sait pas faire, il mettrait en danger ses sondages, ce sont les Administrations qui gèrent et conseillent, qui sont juges et parties, qui ne vont pas couper la branche sur laquelle elles sont assises.

Combien de ces réunions qui rassemblent quantité d'élus, qui se terminent par des objectifs à atteindre (des voeux pieux LOL) et les décisions correspondantes (toujours des voeux pieux LOL), qui une fois dans les couloirs ceux en charge de les mettre en place disent "nous ne le ferons pas ça coûterait trop cher", sans s'être donné la peine d'identifier les leviers d'amélioration et les solutions adéquates.

Les exemples sont infinis, la France en crève, mais elle n'est probablement pas encore assez au fond du trou pour se réformer en profondeur avec efficacité, dans la durée !

Arobase du Ban

Prisons, responsabilité et déshonneur.
Essayons d'aller plus loin, cher Philippe Bilger, dans votre réprobation des manquements de l'Etat sur la question des prisons.
L'ETAT, c'est l'enveloppe juridique de la NATION, qui est une personne morale alors que l'Etat ne l'est pas. Il est la main de justice du Roi. C'est la force au service du droit. 
Pour autant, l'Etat n'a pas d'honneur, pas plus que le droit en soi, comme chacun le sait. Tout au plus peut-il traduire une certaine culture du bien.
L'honneur est le propre des personnes.
Que l'Etat soit incarné par des voyous ou des hommes probes, cela ne change rien. Ce sont les personnes, physiques ou morales, qui comptent pour juger de l'honneur ou du déshonneur, de la responsabilité politique, et de la responsabilité tout court...
Ce sont les ministres pris individuellement qu'il faut juger, comme les parlementaires ou comme les fonctionnaires. D'où le primat de la responsabilité individuelle dans toute société évoluée. Il n'y a pas de responsabilité collective qui soit éligible à la civilisation.
En politique, il est vain du juger du passé en termes de responsabilité collective d'autant que les politiciens parvenus au pouvoir par le jeu de l'élection et donc de la séduction se servent de l'Etat plus qu'ils n'incarnent une quelconque "moralité" ou un quelconque honneur de l'Etat, dont, oserais-je dire "ils se tapent".
Quant aux prisons, ce sont les ministres de la Justice en personne qu'il faut convoquer, et s'ils indiquent n'avoir pas eu les moyens de faire une bonne politique, c'est leur non-démission qu'il faut leur reprocher. Ne disant mot, ils ont acquiescé. On peut en dire autant des socialistes ministres au temps de la guerre d'Algérie, des ministres de Pétain et de l'envoi des jeunes enfants et adultes juifs en camp de concentration.
De même que "l'Armée" n'est pas responsable de la torture en Algérie, ce sont ceux qui l'ont pratiquée ou couverte qu'il faut convoquer.
Il n'y a pas de responsabilité collective, sauf ouverture du droit au génocide...
Et il n'y a pas de responsable qui ne puisse être éventuellement coupable. Contrairement aux dires de certains anciens politiciens de gauche et d'ailleurs, ou de certains individus qui se disent avoir été pris et guidés par une chaîne hiérarchique.
Ce sont les hommes et les femmes, et eux seuls, qui doivent être interpellés pour juger, en toute matière, des responsabilités. L'Etat n'a pas de responsabilité "morale" sauf en termes de droit à réparation, et n'a pas d'honneur, car les institutions, n'en déplaise à certains, n'ont pas d'honneur. L'honneur de la France en revanche existe car c'est de la Nation qu'il s'agit. A Elle de juger individuellement ses dévoyés.
L'armée, comme la SNCF ou la RATP, n'a pas d'honneur. Dans l'affaire Dreyfus, ce n'est pas « l'Armée » qui a perdu son honneur. Les militaires n'ont pas tous été consultés... Ce sont des généraux et quelques officiers qui ont joué leur honneur, même si "l'Armée" ne disait mot en faveur des uns ou des autres. Encore heureux qu'elle se taise...
J'ose encore dire "la justice non plus". Ce sont des juges qui se sont déshonorés à Riom pour juger Blum, en acceptant de le faire.
Le Gouvernement n'a pas d'honneur. Ce sont chaque homme ou chaque femme qui le composent qui ont une responsabilité individuelle à assumer et un honneur à défendre.
Celui qui se tait et laisse faire est personnellement responsable de son silence.
L'honneur, soit dit en passant, et un sentiment puissant et une énergie colossale.
Il faut lire à ce sujet, dans "Mars ou la guerre jugée" les deux chapitres que lui a consacrés le philosophe "pacifiste et homme de gauche conséquent" Alain, qui s'est engagé à quarante-cinq ans comme brigadier d'artillerie pour aller servir dans les tranchées et étudier la violence dans la guerre.
Il en souligne la force explosive.
De Gaulle a montré ce que pouvait être la force de l'honneur. Mendès-France aussi, en quelques mois. D'autres encore qui, comme au Japon, se sont suicidés pour sauver leur honneur. Je pense au colonel qui commandait l'artillerie à Dien-Bien-Phu. Ou au général juge (par esprit de discipline) d'un tribunal militaire qui a condamné à mort un militaire membre du "quarteron" d'Alger, et qui ensuite s'est suicidé par camaraderie.
C'est pourquoi je rejette toute doctrine de la prédestination, qui autorise la mise à mort de la responsabilité individuelle et les tueries collectives, comme celle des nazis vis-à-vis des juifs, ou celle de Trotsky à l'égard des paysans koulaks qui ne "comprenaient pas bien le sens de la propriété collective" ou encore celle des khmers rouges... sans compter les crimes des dictatures "brunes".
Interpellons chaque homme ou chaque femme individuellement, et les choses iront mieux.
L'état des prisons est de la responsabilité individuelle de ceux qui pouvaient changer les choses et ne l'ont pas fait par lâcheté, ce qui s'attache trop souvent à la chose politique. 
Vous pensez que j'ai tort ?

Boris

@ RF

C'est très simple : je n'ai jamais rien attendu de NS, et j'ai voté FH pour qu'il fasse une politique de gauche.

Je n'avais cependant aucune illusion sur la volonté du PS d'aller dans cette voie ; Jospin, avec une conjoncture plus favorable, à fait la LOLF, qui est une merveilleuse mesure de droite. En plus, j'étais alors au MRC, dont le positionnement politique en forme de centrifugeuse suffisait à me donner la migraine...

Actuellement, ça va mieux : le blog de Philippe Bilger me permet de m'épancher un peu. CQFD.

Alex paulista

Ce qui me désespère, c'est que depuis le temps aucun directeur de prison n'ait eu les c... de payer une dératisation de sa poche et d'envoyer la facture au Ministre.

Et si rien ne vient au bout d'un délai raisonnable, d'envoyer copie aux médias.

Jean-Dominique @ RF

RF, que non point ! N. Sarkozy a aggravé grandement les choses dans la fonction publique avec sa RGPP aveugle sans modifier le moins du monde les structures ! Réduire les effectifs de façon automatique et sans discernement ne règle en rien les carences de l'Etat, cela ne fait que les empirer ! N. Sarkozy a également aggravé les choses en renforçant la centralisation, allant à l'inverse de plus de trente années de décentralisation. Or, lorsqu'on a des yeux pour voir, il suffit de regarder autour de nous pour comprendre que les Etats fédéraux fonctionnent bien mieux que cette vieille mécanique dictatoriale de l'Etat jacobin.
Si vous tenez à me trouver un parrainage à droite là-dessus, prenez Raffarin dont je suis fort proche sur la question de la décentralisation.

Polochon

Que fait le Directeur des Baumettes !
Qu'il soit nécessaire d'en passer par le Conseil d'Etat pour ordonner de dératiser, montre à quel point la direction de cet établissement a été nulle ainsi d'ailleurs que la Direction des affaires pénitentiaires.
Mais que font tous ces fonctionnaires, à quoi servent-ils ? Quel sens des responsabilités ont-ils ? C'est désespérant !

J.H. de la Roche-Bernard

"...Si j'étais l'Etat, j'aurais honte..."

Monsieur l'avocat général honoraire, n'étiez-vous pas "l'Etat" dans une vie antérieure récente, tout au moins un serviteur de l'Etat ?

Bien sûr, Marseille, bien sûr Colmar maintenant... Et alors ?

Quand les moyens de l'Etat sont limités (et nous n'avons encore rien vu...) il faut faire des choix, définir des priorités. On vit, on pense, on agit dans le "relatif". Ne pouvant pas tout faire, on pare au plus pressé, au plus urgent, au plus nécessaire voire même au plus vital pour les besoins de la Nation.

Je me souviens du temps de M. Chalandon, garde des Sceaux, d'une autre envergure que la dame qui en fait office aujourd'hui, et de ses projets immobiliers en matière de prison, sous la présidence de Mitterrand (entre1986 et 1988, lorsque Jacques Chirac était Premier ministre de cohabitation). Le problème était déjà aigu. A la différence d'aujourd'hui, tout de même, la population carcérale était moitié moindre.

Pour regrettable que soit la situation que vous évoquez dans votre billet, vous ne m'apitoierez pas sur le sort des prisons françaises au regard de l'état du pays en général et des Français en particulier, je n'ai pas honte de le dire.

Mais, comme vous, je ne suis pas (je ne suis plus) l'Etat...

jack

Baumettes la honte ! au point qu’un détenu a dû boire l’eau de la cuvette des WC pour ne pas mourir de soif !
Certes il faut des mouches du coche pour faire bouger les choses. Mais, s’agissant des prisons on se demande quel reporting font les gardiens, la hiérarchie, les syndicats, les directeurs de prison ?
Le directeur de l’administration pénitentiaire et le ministre sont-ils bien au courant de ce qui se passe ? Pourquoi n’a-t-on pas agi en amont ? Le fonctionnement ‘normal’ de l'administration des prisons devait éviter d’en arriver là.
Il y a probablement quelques incompétents. Et plutôt que de virer bêtement des préfets méritants, le pouvoir ferait mieux de sanctionner, dans la ligne hiérarchique, ceux qui n’ont pas alerté, ceux qui n’ont pas fait correctement leur travail et qui ont passivement assisté à la détérioration des prisons.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.