Ma Photo

Dans les médias: internet

  • FigaroVox
    Chronique hebdomadaire
  • ma chaîne YouTube
    Entretien de 38 mn avec Alain Finkielkraut, diffusé le 14/11/2013 Entretien de 54 mn avec Maître Hervé Temime, diffusé le 22/11/2013 Entretien de 50 mn avec Robert Ménard, diffusé le 29/11/2013 Entretien de 45 mn avec Eric Zemmour, diffusé le 6/12/2013 Entretien de 52 mn avec Edwy Plenel, diffusé le 13/12/2013 Entretien de 50 mn avec Michel Erman, diffusé le 3/01/2014 Entretien de 40 mn avec Elisabeth Lévy, diffusé le 14/03/2014 Entretien de 50 mn avec Olivier Besancenot, diffusé le 18/04/2014 Entretien de 1h15 avec Henri Guaino, diffusé le 25/04/2014 Entretien de 53 mn avec Eric Naulleau, diffusé le 2/05/2014 Entretien de 52 mn avec Grégory Coupet, diffusé le 16/05/2014 Entretien de 50 mn avec Michel Field, diffusé le 23/05/2014 Entretien de 50 mn avec Xavier Bertrand, diffusé le 20/06/2014 Entretien de 58 mn avec Michel Onfray, diffusé le 16/09/2014 Entretien de 50 mn avec Nicolas Dupont-Aignan, diffusé le 10/10/2014 Entretien de 48 mn avec Serge Moati, diffusé le 16/11/ 2014 Entretien de 1h15 avec Fabrice Luchini, diffusé le 28/11/2014

Dans les médias: radio & télévision

  • Europe 1, "Europe 1 Social club"
    Lundi 8 décembre de 20h à 22h, avec Frédéric Taddéï.
  • France Inter, "Le 5/7"
    Jeudi 4 décembre à 6h20, l'invité du 5/7, avec Eric Delvaux et Catherine Boullay.
  • LCI, Le 17h-20h de Michel Field
    Mardi 2 décembre, grand témoin de 18h à 18h30, avec Michel Field.
  • RTL, "On refait le monde"
    Vendredi 5 décembre de 19h20 à 20h, avec Bernard Poirette.
  • LCI, "Choisissez votre camp"
    Vendredi 12 décembre, de 10h10 à 11h, avec Valérie Expert.
  • France 5, "Les grandes questions"
    Jeudi 27 novembre à 21h40, avec Franz-Olivier Giesbert.
  • Europe 1
    Tous les dimanches de 12h45 à 13h, le parti pris de PB, avec JP Gené et Guy Roux, dans "Europe 1 Week-end", édition d'information de Patrick Roger.

Dans les médias: presse

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Mardi 16 décembre, de 9h à 12h : "Comment s'exprimer en public ?" Renseignements et inscriptions sur philippe.bilger@wanadoo.fr ou 06 11 53 04 91 Uniquement sur Rendez-vous
  • L'objectif de l'Institut de la Parole est de proposer des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique des personnalités et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense également des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations pratiques liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Elles peuvent être sollicitées la veille. Philippe Bilger, magistrat honoraire, Président-Fondateur de l'Institut de la Parole, propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires. Tél : 0611530491 ou philippe.bilger@wanadoo.fr

Mes liens favoris

Diffusion

  • Wikio
    Wikio - Top des blogs

Mentions légales

  • Directeur de la publication: Philippe Bilger
    SixApart sa 104 avenue du Président Kennedy 75116 PARIS
Blog powered by Typepad

« Du soir au matin : humeurs | Accueil | Le mystère Cahuzac »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c86dd53ef017c383e1d75970b

Voici les sites qui parlent de François, Benoît et les autres :

Commentaires

Valerie

Je me souviens avoir lu quelque chose d'approchant sur "ces hommes de Dieu"... qui n'y croient pas... ou plus ! :

"The vicars who don't believe in God"

http://news.bbc.co.uk/1/hi/uk/393479.stm

A l'epoque, j'avais ete choquee du manque d'integrite mais, pour eux, une fois en poste avec femme et enfants a nourrir quotidiennement, que faire quand/si la vocation les a desertes ?

Carl+Larmonier@Savonarole et Archibald

Je vous remercie pour vos références.
Comme dit la locution latine : "Amant alterus Cameuae" (Les muses aiment les chants alternés).
Je me dis que quand on est proche de la religion les muses de la spiritualité sont toujours à même de venir nous visiter même quand on s'y attend le moins.
Je voulais terminer sur une note positive aujourd'hui car j'ai fulminé plein pot sur le nouvel article de Monsieur Bilger, celui de l'affaire Cahuzac.
Le problème en continuant toujours avec l'image des muses c'est que ce sont celles de la confiance qui vont finir par quitter définitivement le peuple car, que l'incommensurable couac advienne en période de crise via le ministre du Budget, cela laissera des traces, des traces peut-être indélébiles dans certains esprits ...
Il reste toujours l'esprit saint, dans ce cas, aux Français en attendant qu'ils retrouvent leur (saint) esprit à la suite du cette affaire.

Bonne fin de journée

Boris

@ Savonarole

Je ne connaissais pas... Grazie a lei !

Alex paulista

@ Archibald

Certes la croix est aussi un démonte-pneu, mais là je voulais dire qu'elle symbolise Dieu le créateur (verticalité) et un dieu qui est dans tous les hommes (horizontalité).

Savonarole@Boris

@ Boris

C'est toujours un enchantement de vous lire.
Pour les "insanités" de Baudelaire vous aurez compris que je plaisantais.
Je lis en ce moment un livre sur les rapports entre Botticceli et Savonarole, on y trouve un beau poème d'Antonio Alamanni, auquel vous serez sensible :

Il carro della morte (Le Char de la Mort)

Fummo già come vo' sete,
vo' sarete come noi;
morti siàn come vedete:
così morti vedrén voi,
e di là non giova poi,
dopo il mal, far penitenza.

"J'étais ce que vous êtes, vous serez ce que je suis"...

phileas

Beaucoup croient que la foi est de l'ordre de l'avoir. Elle est de l'ordre de l'être, et c'est très différent : le croyant ne possède rien, mais il chemine et vit sa vie dans l'amitié de Dieu. Cette amitié est peut-être sa seule certitude, et elle ne ressort pas d'un savoir - seulement d'une relation, ce qui est plus fragile, mais plus précieux.

Evidemment, le Dieu dont il est question ici n'est pas celui de Voltaire - le "grand horloger" génial concepteur, mais totalement indifférent - mais celui que l'on apprend à connaître en fréquentant la Bible, un Dieu qui cherche à faire alliance pour révéler à chaque homme et femme que l'amour est possible.

Savonarole@Carl+Larmonier

@ Carl+Larmonier@Savonarole | 02 avril 2013 à 21:03

Hors sujet mais je vous dois une réponse, si M.Bilger le permet...

Vous avez raison le "Paris" de Huysmans est magnifique.
Vous êtes un fin connaisseur.
Voyez de Léon-Paul Fargue "Le piéton de Paris" et pour la nostalgie du Paris des années 70, le film de Georges Perec et Bernard Queysanne "Un homme qui dort", film un peu barbant mais des vues de Paris avec l'acteur Jacques Spiesser. Étonnant.
Voyez sur YouTube les extraits.

Archibald

@Alex paulista

1/ Je n'écris pas qu'évangéliser c'est prêcher l'évangile, je me borne à recopier ce qu'en dit le dictionnaire. Voyez-vous, à l'école comme dans les conversations, le mal vient de la compréhension approximative des mots, et pour y remédier, la Bible est le dictionnaire.
2/La croix est également une épée, un signe multiplicateur, un démonte-pneu, et vous conviendrez que vous êtes taquin en feignant ne pas saisir l'image sur laquelle la citation repose. Sinon, ce serait la croix et la bannière pour vous dégrossir, et vous êtes sans doute plus fin que vous ne voulez le paraître.

@Carl+Larmonier

Je crains que l'extinction des vocations n'étende ses racines au-delà des séminaires. Dans ses essais, Liu Xiaobo diagnostique en Chine un désert spirituel reflétant la sordide misère morale de la société. Je me demande si le mal n'est pas là, et je crains que ce ne soit pas un simple problème religieux. Car on peut s'imprégner de spiritualité sans croire pour autant en un monde dont la seule entrée est la foi. Les seuls idéaux du XXe siècle sont nés de l'homme nouveau communiste ou de l'aryen fasciste. La facture a été lourde. Et l'effacement spirituel fragilise l'optimisme. Pour ne pas finir sur une note pessimiste, permettez que je partage avec vous ce morceau de poésie que j'aime beaucoup, écrit par Giordano Bruno au XVIe siècle :
Quittez les ombres pour embrasser le vrai ;
N’échangez pas le présent contre l’avenir.
Je ne désespère pas de vivre des jours meilleurs ;
Mais pour vivre plus gai et plus tranquille,
Je jouis du présent et espère en l’avenir :
Et ainsi deux fois la douceur me procure.

Carl+Larmonier@Savonarole

@Savonarole

Mais je connais cette chapelle parce que je parlais du quartier Saint-Sulpice mais par extension c'est tout le quartier de Raspail, son boulevard, Vavin et les alentours de la grande chaumière jusqu'en redescendant vers le majestueux jardin du Luxembourg et au-delà les quais, tout cet ensemble que j'apprécie particulièrement.
Et pour conclure à la suite des quais (sans oublier la fontaine Saint-Michel, on passe devant) on arrive vers Notre-Dame... tout ça pour rebondir avec un des mes précédents commentaires ou je faisais mention de cette cathédrale.
Mais je préfère celle narrée d'Huysmans plus que celle de Victor Hugo, même si ce n'est pas la même. Chartres.

Bonne soirée.

MS

JDR, vous ne m'avez pas compris. Que vous soyez imprégné des valeurs de l’Évangile, je n'en disconviens aucunement. C'est ce que voulait signifier "bon JDR".
Mais je relevais également ce "détail près" qui réduit de fait votre "christianisme" à un corpus de valeurs morales, ce qu'il n'est j'oserais dire... qu'accessoirement. L'Eglise, nous sommes d'accord, a beaucoup mieux à dire, qui se résume en ceci : nous venons de l'amour et nous sommes faits pour y retourner.

Surcouf  curieux

Je suis athée certes mais on ne peut se désintéresser de la question religieuse tant celle-ci a d'impact, parfois fort négatif, sur nos vies.
Je suis d'avis que l'arrivée d'un pape jésuite a quelque chose de stimulant pour les catholiques et même pour les non croyants.
Je suis curieux de connaître les avancées que cette catégorie de religieux peut amener dans la gouvernance des catholiques.
Certes le dogme est là qui à mon sens est castrateur mais le passé des jésuites me fait dire que l'on devrait, néanmoins, connaître des avancées modernistes au Vatican.

Boris

@ Savonarole

Je ne vais pas polémiquer sur les « insanités de Baudelaire », mais ce dernier devrait vous agréer : il était proche de la religion, étant fils de prêtre, il priait et allait à la messe de Minuit… On trouve dans ses Carnets des phrases élevées, du genre : « L'homme qui fait sa prière le soir est un capitaine qui pose des sentinelles. Il peut dormir »… Bref, le pécheur s'est repenti et vous devez lui donner l'absolution !

Pour ma part, entre les deux chapelles, je préfère la Sixtine à la Médaille miraculeuse. Celle-ci a fait campagne contre le Mariage pour tous, celle-là nous a donné, outre les fresques, ces vers de l’Album zutique :

« Nez d’ascètes de Thébaïde,
Nez de chanoines du Saint Graal
Où se figea la nuit livide,
Et l’ancien plain-chant sépulcral ».

S’agissant du nouveau style papal, que François prenne garde ! Car Ubertin de Casale lui-même a dû s’exiler après avoir transmis à Jean XXII un traité où figurait le passage suivant : « De là, bien qu’en théorie le fait de voler soit plus désirable que le fait de chevaucher, dans la réalité les hommes le convoitent moins souvent et moins ordinairement, de même qu’un paysan aspire moins à l’épiscopat qu’un chanoine… ».

Comme vous le savez, votre glorieux homonyme dominicain en a rajouté une couche dans son De Ruina Ecclesiae : « Io vidi a Roma intrar quella superba / Che va’tra fiori e l’herba ». Il désignait la pompe ecclésiastique au milieu des plaisirs de la chair. Je ne sais trop combien d’évêques il mettrait aujourd’hui sur son bûcher des Vanités… Pas mal, sans doute !

Mais je n’ai pas d’inquiétude : un père jésuite, ça a toujours de la ressource.

Alex paulista

@ Archibald

Vous écrivez qu'évangéliser, c'est "prêcher l'évangile...".
Mais pour moi, c'est plus à prendre dans le sens d'annoncer un message que prôner la conversion.
C'est plus en ligne avec l'origine grecque du mot ἄγγελος [ángelos]: messager.
Nuance subtile mais importante.

Quant à la Croix, ce n'est pas qu'un supplice. C'est une verticale suivie d'une horizontale.

Jabiru

Je me suis souvent posé la question suivante : depuis combien de temps un Pape avait-il rencontré un pauvre, un vrai pauvre ? Vivant dans les ors, le luxe et à l'abri du Peuple dans son Vatican 14 étoiles, comment un Pape peut-il encore avoir conscience des vrais problèmes des vrais gens ? Complétement déconnecté des choses de la vie, isolé du monde par une garde rapprochée chamarrée de pourpre, comment pouvait-il envisager d'engager des vraies réformes concernant notamment la vie des curés de campagne ? Le François dont il est question qui affiche simplicité, modestie et chaleur chrétienne va très certainement engager quelques réformes de Palais, qui ne vont pas plaire à tout le monde, et notamment la Curie bien installée au chaud, mais qui ne peuvent que ramener des brebis déçues à la maison. Ayant eu l'occasion de circuler pour des raisons professionnelles dans les "viejas miseria" de Buenos Aires à la grande époque des privatisations impulsées par Carlos Menem, j'ai une bonne idée de ce qu'il a pu connaître dans son quotidien, la palette idéale pour se rapprocher de ceux qui souffrent et de refuser de se couper du monde, le vrai monde.

Jean-Dominique @ MS

MS, qui vous dit, premièrement, que je n'écoute pas le message du Christ. J'ai toujours dit que je me sentais chrétien à un détail près, très accessoire à mes yeux, la croyance en Dieu.

Et puis, tout le monde n'est pas un vilain athée comme moi et beaucoup de ces marchands du temple mondial protestent de leur foi, sans se donner la peine d'y ajuster leurs comportements. Combien sont-ils à s'arranger d'une foi cosmétique pour faire joli dans les salons et à s'assoir sur les principes sitôt le téléphone décroché ? Ces dernières décennies, l'Eglise s'est focalisée sur un discours moral concernant les moeurs sexuelles et la liberté religieuse. C'est un peu court comme message et d'une assez faible utilité. L'Eglise a mieux à dire et à faire, beaucoup mieux.

hameau dans les nuages

"il faut que le Christ parle à Wall Street."
JD Reffait

Ce que je sais c'est que Wall Street communique apparemment avec Dieu par l'entremise de la Maison Blanche.

http://www.ndf.fr/files/in-god-we-trust_large11-300x200.jpg

La FED les multiplie ad vitam aeternam et les apôtres européens de la finance nous montrent le Chemin.

Cela passera par la crucifixion des peuples.

Carl+Larmonier@Archibald

@Archibald

Il paraîtrait qu'une seule vocation de séminariste se précise aujourd'hui en fonction d'une huitaine il y a de cela une décennie.
Il est clair que de moins en moins de jeunes veulent s'engager dans ce qui symboliquement est de suivre un chemin de croix, voire LE chemin de croix dans tous les sens du terme.

Frank THOMAS

L'appellation "le pape François" fait florès comme, en son temps, "le bon roi Henri", ou "Jeanne".
Certains même sont déjà passés à l'intime, à l'affectueux "François" tout court. Santo subito !
Il avait fallu du temps, la connaissance de leurs vertus et un amour éprouvé pour que d'illustres personnages fussent appelés par le peuple par leur seul prénom.
François 1er, lui, a immédiatement été débarrassé de ce chiffre encombrant et intimidant, et, dépouillé de la pompe vaticane, nous est montré, tel le Christ, dans sa sainte nudité.
Comme Jean-Jacques,"intus et in cute", ou comme ces candidats étiquetés des jeux télévisés, il nous a été livré en deux jours habillé de son seul prénom, ou plutôt de son pseudonyme.
Ah ! comme ils doivent rêver, les autres, que les journalistes leur réservent le même traitement de faveur pour que le peuple, enfin, les aime !
Barack, François, Angela, Benoît, Valéry, Jacques, Laurent, Alain, Marine...

Le pape François 1er a beau porter des chaussures de ville noires, une croix en fer blanc et une bague plaquée or, payer lui-même sa note à l'hôtel, choisir une modeste chambre plutôt que l'appartement pontifical et prendre soin que tous ces gestes soient connus et commentés, il reste le pape François 1er, ancien cardinal Bergoglio, ancien ennemi de la théologie de la libération, ancien allié du général Videla... et jésuite ; ça devrait calmer les groupies de "François".

jack

C’est tout à fait vrai : pour les mauvais humoristes, les papes sont des cibles faciles. Car s’en prendre aux autres responsables religieux déclenche des foudres multiples : islamophobie, antisémitisme. Cela même peut conduire à poser des explosifs dans les locaux de journaux satiriques.
S'agissant du message papal comparé à la justice « je n'ai cessé de soutenir que, faute de savoir ouvrir portes et fenêtres et appréhender le grand large, elle se condamnerait à péricliter et à perdre l'estime des citoyens » : peut-on espérer que l’esprit d’ouverture conduise à permettre le mariage des prêtres et à ne pas laisser les femmes à la périphérie d’un clergé en quelque sorte hémiplégique.

Catoneo

"Le mérite de l'Eglise catholique, c'est d'avoir stérilisé le christianisme" disait Charles Maurras.
L'Evangile est ouvertement communiste (au sens de 1848) et peut-être faudra-t-il au Pape, qui s'en réclame par priorité, amalgamer une rigueur dogmatique réaffirmée et une ouverture de l'Eglise sur ses marches. Pas si simple.

Jachri

Un billet qui fait prendre de la hauteur et ça fait du bien, merci !

SR

Une communication réussie est celle qui emporte l'adhésion des non pratiquants. En l'espèce la démission d'un pape suivie de la consécration d'un autre est un modèle de réussite en termes d'images, de symboles et de renouveau ecclésiastique.

Archibald

Evangéliser, c'est "prêcher l'évangile auprès de populations non chrétiennes", c'est "convertir au christianisme", avant d'être un témoignage ou un exemple. L'esprit du Christianisme, avant d'être la volonté catholique de convaincre, se niche dans la foi, la foi de tous les chrétiens. C'est la foi qui est la source, celle que le Notre-Père, dont les paroles sont souvent ânonnées au lieu d'être pensées, célèbre d'un langage maigre et précis où l'humilité se conjugue à l'abandon de soi pour autrui. En lisant Carl+Larmonier (17:52), j'ai repensé à ce qu'écrivait Flannery O'Connor : "Je pense qu'il n'est pas de souffrance plus grande que celle causée par le doute chez un individu qui désire croire. Je sais quels tourments ceci peut être, mais je ne puis l'observer, en moi du moins, que comme un processus par lequel la foi s'approfondit. Une foi simplement passive est enfantine et ne convient donc qu'aux enfants ; on doit grandir religieusement, tout comme on grandit dans les autres domaines - quoique certains n'y arrivent jamais. Ce que les gens ne saisissent pas, c'est tout ce que peut coûter la religion. Ils pensent que la foi est une sorte de vaste couverture électrique, alors que, bien évidemment, c'est la croix."

calamity jane

La seule religion catholique a de la chance qu'on lui réserve critiques et autres spécialités qui, à y penser de plus près, la
feraient plus évoluer que régresser.
Quand d'autres n'acceptent pas le vivre ensemble de la même manière...
Ces temps je suis plus proche de Thomas, saint ou pas, celui qui ne croit que ce qu'il voit, paraît-il.

MS

il faut que le Christ parle à Wall Street.

Pourquoi voulez-vous que Wall Street l'écoute si le bon JDR ne le fait pas lui-même ?
La foi n'est pas d'abord une morale. Rendre à César ce qui à l’effigie de César revient à César ne suffit pas, même à 75% ! Il reste encore à rendre à Dieu ce qui est à l'image de Dieu, à savoir chacun d'entre nous. Le pape sait que tout commence par là.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.