Ma Photo

Dans les médias: internet

  • FigaroVox
    Chronique hebdomadaire
  • ma chaîne YouTube
    Entretien de 38 mn avec Alain Finkielkraut, diffusé le 14/11/2013 Entretien de 54 mn avec Maître Hervé Temime, diffusé le 22/11/2013 Entretien de 50 mn avec Robert Ménard, diffusé le 29/11/2013 Entretien de 45 mn avec Eric Zemmour, diffusé le 6/12/2013 Entretien de 52 mn avec Edwy Plenel, diffusé le 13/12/2013 Entretien de 50 mn avec Michel Erman, diffusé le 3/01/2014 Entretien de 40 mn avec Elisabeth Lévy, diffusé le 14/03/2014 Entretien de 50 mn avec Olivier Besancenot, diffusé le 18/04/2014 Entretien de 1h15 avec Henri Guaino, diffusé le 25/04/2014 Entretien de 53 mn avec Eric Naulleau, diffusé le 2/05/2014 Entretien de 52 mn avec Grégory Coupet, diffusé le 16/05/2014 Entretien de 50 mn avec Michel Field, diffusé le 23/05/2014 Entretien de 50 mn avec Xavier Bertrand, diffusé le 20/06/2014

Dans les médias: radio & télévision

  • Europe 1, "Le parti pris de Philippe Bilger"
    Tous les dimanches à partir de septembre, à 12h52, dans l'édition Europe 1 week-end présentée par Patrick Roger.

Dans les médias: presse

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Mardi 2 septembre, de 9h à 12h : "Comment s'exprimer en public ?" Renseignements et inscriptions sur philippe.bilger@wanadoo.fr ou 06 11 53 04 91
  • L'objectif de l'Institut de la Parole est de proposer des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique des personnalités et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense également des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations pratiques liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Elles peuvent être sollicitées la veille. Philippe Bilger, magistrat honoraire, Président-Fondateur de l'Institut de la Parole, propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires. Tél : 0611530491 ou philippe.bilger@wanadoo.fr

Mes liens favoris

Diffusion

  • Wikio
    Wikio - Top des blogs

Mentions légales

  • Directeur de la publication: Philippe Bilger
    SixApart sa 104 avenue du Président Kennedy 75116 PARIS
Blog powered by Typepad

« L'exception festive française | Accueil | "La foi de nos ancêtres" en Bretagne et en Corse »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c86dd53ef017eeb3ef9ff970d

Voici les sites qui parlent de Le président socialiste de tous les Français... :

Commentaires

Savonarole

Révélations de L'Express : "Une bombe est sur le point d'exploser au PS: des socialistes ont directement contribué à l'élection de Marion Maréchal-Le Pen à l'Assemblée nationale, en juin 2012. Dans la 3ème circonscription du Vaucluse, la candidate du PS Catherine Arkilovitch, arrivée au premier tour en troisième position derrière l'UMP et le FN, s'était maintenue, malgré les injonctions de la première secrétaire de l'époque, Martine Aubry. C'est par l'entourage du président socialiste du conseil général du Vaucluse que Catherine Arkilovitch a été poussée à ne pas faire de front républicain"...
--------------

Et pendant ce temps-là de bonnes âmes nous daubent la couenne avec "la montée des périls des extrêmes"...

Avocat prud'hommes paris

Plus on lit l'article, plus on élimine les socialistes, les "PBI", les marxistes de salons, et plus on monte respirer l'air pur de la critique radicale. Ceci est agréable. Et qu'on est seul là-haut... Le défoulement est un bel exercice littéraire et intellectuel. Puisse la démocratie exprimer un jour tous les purs défoulements.

joanseen

Cher "Bélisaire",

Vos questions sont amusantes car elles sous-entendent que pour exprimer un avis en politique, il faut avoir des notions extrêmement poussées en économie sinon cela constituerait une incompétence telle qu'elle conduit à une forme d'impolitesse totalement inadmissible (stupéfaction très contemporaine hélas, pour débattre il faut presque venir avec son économiste au risque de passer pour un incompétent (compétence, compétence, compétence vous dis-je...))
Les économistes ont un rapport à la compétence et au pragmatisme à l'image des pasteurs évangélistes face à leur chalepet : irrationnel et sectaire.
Les pasteurs évangélistes ont une excuse valable ; ils se placent sous le joug de la croyance contrairement à la plupart des économistes qui se placent sous le joug de la science ; tartufferie quand tu nous tiens !
L'"économicisme" est une religion qui a encore de beaux jours devant elle.
Quand je suis malade, je vais voir un médecin, mais quand un problème politique se pose à moi, je devrais aller chez un économiste et non penser en terme de citoyen, en terme de rapport de force, et donc au final en terme politique ; je ne vais pas voir un économiste pour savoir ce que je dois penser politiquement.
Je reprocherai indirectement à Philippe Bilger de succomber à cela par modestie contemporaine, comme n'étant pas son champ d'action (qui fait contraste avec son talent éclatant sur bon nombre d'autres sujets) vu les précautions dont il fait part.
Je ne partage pas en conséquence ses reproches envers Mélenchon sur son simplisme et ses "y a qu'à". Il énonce clairement des solutions, c'est tout à son mérite même si je ne partage pas non plus ses solutions.
Vous formulez donc directement des interrogations que je repprocherai indirectement à Monsieur Bilger pour qui j'ai grande admiration par ailleurs encore une fois sur le fait qu'il y aurait d'un côté les gens raisonnables (les politiques qui ont une sensibilité centriste au niveau économique) et les parias de l'autre côté (la pensée schématique en terme de rapport de force au niveau économique étant interdite selon vos normes de politesse)
Et pour répondre directement à l'une de vos questions, je ne suis pas professeur mais ma femme l'est et les fuites en avant sémantiques par rapport à un public de plus en plus dur sont inacceptables.
Il faudrait revenir à des choses simples qui sont l'autorité et la discipline (mais trente ans de fuite en avant où on met en avant le contraire... difficile de revenir à la raison même si c'est indispensable).
En économie, on peut établir des similitudes : une monnaie surévaluée, l'absence d'un interventionnisme fort et intègre des pouvoirs publics (absence regrettable d'une interdiction du pantouflage dans la haute fonction publique), d'un protectionnisme indispensable face une concurrence déloyale de certains pays émergents. Des solutions franco-françaises étriquées, vous diriez mais la France n'est pas l'Allemagne en économie, la France n'est pas la Finlande en éducation et la France n'est pas le Canada en terme de justice et de moyen.
Nous ne serons pas des Germano-Suédois parlant anglais ; le renouveau de la France passera par soi ou ne sera pas.

zenblabla

@semtob
Probablement que les cœurs simples et libres prolifèrent dans des milieux compliqués et restreints...!

Titanus

Par respect pour les cheveux teints du "Moi président, je", ce petit poème sans prétention :

H Ô llande ! Ô désespoir, Ô stupide énarchie
N'avons-nous tant voté que pour cette infamie ?
Et ne sommes-nous blanchis à tant et tant œuvrer
Que pour voir en dix mois fleurir tant d'insuccès ?
Nos coeurs qu’avec ardeur faisons battre "français"
Nos coeurs sont las de toi et de tous tes compères.
Blessés, trahis, usés, l’ambiance est délétère;
Une affaire survient et fait tout exploser.
Ô cruel souvenir d’une gloire passée
Oeuvre de tant d'histoire décimée le 6 mai
Nouvelle hiérarchie fatale à nos espoirs,
Précipice abyssal où nous allons tous choir.
Faut-il, suite à tes fautes, voir ce pays crever
Et souffrir sans un mot et mourir de dégoût ?
Hollande ! Il est grand temps de redonner à tout,
Une plus grande exigence et un plus grand projet.
Président, la fonction n'admet point d'à peu près.
Et les faux pas nombreux par toi accumulés
Les erreurs, les mensonges et cette suffisance
Font déborder la coupe de notre tolérance.
Le moment est venu où tout peut basculer
Evite la débâcle, sauvegarde la paix.
Va, quitte donc l'Elysée, en voiture ou en train
Et laisse le pouvoir en de meilleures mains.

hameau dans les nuages

@ Tipaza | 19 mai 2013 à 09:11

D'autant plus que si Marine avait été accueilli par notre célébrissime Maïté, ancienne garde-barrière, de la cuisine des Mousquetaires, on aurait dit qu'il y avait anguille sous roche.

http://www.youtube.com/watch?v=xnphochQ-HU

Lou pesquit dou païs d'Aramits.

Tipaza

"Paul Deschanel était tombé d'un train en pyjama, ce n'est pas à Marine Le Pen que cela risque d'arriver"
Rédigé par : Savonarole | 19 mai 2013 à 08:17

Le garde-barrière qui avait récupéré P. Deschanel avait déclaré : "J’ai compris que c’était un « Monsieur » car il avait les pieds propres" (sic).
Bon, je n’épiloguerai pas…. connaissant Savonarole depuis longtemps, c’est inutile !!

Perplexe-gb

Avant de donner un avis, j'ai attendu plusieurs jours pour retenir quelque chose de la prestation du président Hollande. Je n'ai rien trouvé de saillant dans la presse. Aussi ai-je toutes les raisons d'être inquiet. Il reporte les espoirs sur l'Europe, comme s'il avait fait la preuve de son pouvoir d'entraînement sur celle-ci. Ce qui donne à l'Allemagne un bénéfice de compétivité sur les salaires ce n'est pas des lois européennes mais des lois allemandes. Ainsi il reporte sur un coordinateur européen non encore nommé l'espérance de nous sortir du marasme en moins d'un an ?
Je lui accorde le Mali, mais il dit tout haut ce que j'apprenais en histoire : quand ça ne va pas en politique intérieure pensez aux faits de guerre en politique extérieure.
Pour ce qui concerne les espérances de croissance, il y a sûrement un expert en vagues d'Elliot qui lui souffle que la vaque ascendante n'est pas loin, mais quel est le sens général des septs vagues ?

Savonarole

Paul Deschanel était tombé d'un train en pyjama, ce n'est pas à Marine Le Pen que cela risque d'arriver, Heureusement le bon Monsieur Deschanel avait un sacrum en béton.

semtob

Cher Philippe,

Dame Vallaud-Belkacem va s'inviter sans y être conviée à un mariage à Montpellier.
Si elle passe par la belle ville antique de Nîmes pourra-t-elle déposer des chandelles en pensée pour les jeunes filles qui se sont jetées du haut des arènes, des bougies pour ceux qui sont mariés d'office chez Pôle emploi à cause de la défaillance et l'incompétence des gouvernants.
Pourra-t-elle offrir des colliers aux femmes victimes des arracheurs de colliers ?
Aller à la fête lorsque la majorité de la population danse devant le buffet et flirte avec la mort c'est d'une indécence absolue et un mépris grave du peuple. On va "te faire l'enfer...", c'est bien le programme que Vallaud-Belkacem promet aux femmes qui sont obligées de se prostituer pour étudier, pour nourrir leurs enfants ou pour payer leurs factures. Une armée de mendiantes en insécurité, des mères porteuses gratuites en concurrence avec des mères d'usine à bébés.
Honte à ce gouvernement de courtisanes, d'échangistes, d'amuseurs d'enfants, de pervers, de débauchés, de décadents, d'alcooliques qui violent les valeurs républicaines fondatrices de notre société.
Soyez arrogant, vengeur ou vengeresse. La seule trace que laissera ce gouvernement c'est la médiocrité, l'insolence, le dénigrement de l'autre, la stigmatisation des coeurs simples et libres.
françoise et karell semtob

oursivi

Le merveilleux fou cent ans...

AO

berdepas

Cher Monsieur Bilger,

Votre talent d'écriture permet d'entretenir une ambiguïté sur vos inclinations politiques.
Vous maniez avec habileté un apparent équilibre entre louanges et critiques à l'égard de ce Président, qui restera dans l'Histoire parmi les plus impopulaires que la Ve République ait connu.
Mais, de temps à autre, c'est la force de vos convictions et celle de vos affinités qui reprend le dessus, au risque de rompre le fragile équilibre que vous tentez de respecter.
Ainsi, lorsque vous écrivez "La normalité du président, la sympathie qu'il inspire, son refus d'installer, par tous moyens, dans l'espace de dialogue un rapport de force, l'indiscutable qualité républicaine de ses attitudes, l'urbanité, son obsession d'occuper sa place mais de ne pas usurper celle des autres - tout est occasion, en dépit des antagonismes politiques, de se féliciter de ce changement radical entre hier et aujourd'hui et de ne pas aspirer au retour d'hier, demain", je doute que votre point de vue soit partagé par beaucoup de Français.
Car quoi que vous en pensiez, Sarkozy reste d'autant plus populaire chez beaucoup de Français, malgré ses carences de comportement, que Hollande dont la "normalité" n'a pas résisté à l'épreuve des faits. Le mal qu'il s'est donné pour tenter d'être l'incarnation de l'antithèse du sarkozisme s'effrite, à telle enseigne que les moins sarkozistes des commentateurs trouvent qu'il emprunte de plus en plus à son prédécesseur.
Malheureusement, il lui aura fallu un an pour comprendre et admettre qu'il ne suffit pas de "faire de l'anti-sarkozisme" pour donner l'illusion qu'on a un projet politique.....
Un an de perdu pour la France et pour les Français.

Michelle LEROY-D

Je n'ai pas regardé la conférence de presse, vu qu'au bout d'un quart d'heure M. Hollande m'endort avec son élocution monocorde et ânonnante. J'ai lu la presse et comme d'habitude nous avons deux sons de cloche.

Aborder tous les sujets c'est bien, mais sans mesures réalistes derrière, c'est inutile de parler encore et encore et nous d'écouter encore et encore. M. Hollande occupe une fonction pour laquelle il n'a aucune vision pour tirer le pays vers le haut.
M. Mitterrand n'était pas forcément ma tasse de thé, pourtant je sentais qu'il ne faisait pas n'importe quoi au nom de l'idéologie socialiste, il savait garder les valeurs incontournables de notre culture, il gardait un certain amour pour son pays.

Là, avec ce Président et son équipe, je ressens de façon diffuse et indicible et pourtant bien réelle en observant, en voyant devant mes yeux une déliquescence de tout : économie et désindustrialisation, école, justice, sécurité, société. Certes la crise est là qui ne lui est pas imputable.

Qu'il ait du mal à fixer un cap et à avoir une vision pour redresser économiquement le pays on pourrait encore le comprendre. M. Hollande qui n'est pas idiot, sent qu'il est inefficace en la matière et, pour cacher son impuissance, il laisse tout aller à vau-l'eau en laissant ses ministres faire n'importe quoi au nom de la liberté, de l'égalité et des valeurs républicaines (fourre-tout inconsistant, prétexte à toutes les utopies). Une véritable destruction de notre civilisation est entreprise sous nos yeux avec hargne et mépris. C'est très grave.

Ce qui se passe, c'est que les belles idées d'égalité et de liberté sont appliquées pour certains au détriment des autres.
Un exemple : de plus en plus de radars, de contraventions pour faire rentrer l'argent dans les caisses pour des entorses mineures au règlement et l'immunité totale pour des véritables crapules : fort avec les faibles et faible avec les forts, voilà ce que sont nos dirigeants. Faisant payer la classe moyenne comme pour la punir de résister.
J'ai 65 ans, jamais de ma vie je n'ai eu ce ressenti en France, j'ai réellement ce sentiment que tout dérape parce qu'il n'y a pas de courage en face pour remettre les pendules à l'heure.

Le résultat c'est aussi de constater cette morosité, cette nervosité qui saisit la population. Jamais je n'ai senti autant de gens mal dans leur peau, sans espoir et déstabilisés. Les médecins n'ont jamais vu autant de gens en dépression. Cela n'est pas une vue de l'esprit.

Ce mandat est morne et triste, inégalitaire en voulant être trop égalitaire (ou en le laissant croire). Un Président qui ne fait pas rêver, ni lui ni sa compagne. Des problèmes inabordables par principe, de nouvelles taxes quasi hebdomadaires pour conserver un système social à bout de souffle. Un système social qu'il ne veut pas réformer et pourtant sans rien faire nous sentons qu'il va s'effondrer de lui-même.

Et toujours les riches contre les autres, les homos contre les hétéros, les casseurs contre les MPT, bref une division qui devient une véritable fracture.

On peut être ravi d'avoir un pépère tranquille pour avoir la paix mais non seulement cela ne résout pas les problèmes mais cela les aggrave forcément.

Boris

@ sylvain. "Qu'on me traite de tous les noms d'oiseaux possibles et inimaginables dont j'éviterai d'écrire la liste sur votre blog par respect pour la charte, OK, mais "de gauche", moi ??? jamais !! C'est la pire insulte qu'on puisse me faire !!!"
Je n’ose qualifier votre enthousiasme de juvénile, bien qu’en l’occurrence ce ne soit pas un mot d’oiseau... Mais votre fougue idéaliste vous aurait certainement conduit sur une barricade en mai 1871. Comme beaucoup de petits patrons parisiens. Comme beaucoup de républicains. Et, dans une certaine mesure, comme le futur antidreyfusard Rochefort.

L’inconvénient, c’est qu’il y aurait une rue Sylvain à Ivry-sur-Seine, au croisement de l’avenue Lénine, que vos descendants seraient encartés au Front de Gauche et qu’ils défileraient joyeusement avec le camarade Merluchon. Que voulez-vous, on n’a rien sans rien !

hameau dans les nuages

"Ils ne sont pas nombreux les pays aptes à parler haut et clair en de telles circonstances et à être entendus. La France en fait partie. Qu'elle ait le courage de voir les choses comme elles sont, de les dire comme elles sont, et d'appeler à la paix économique mondiale."
Rédigé par : Denis Monod-Broca | 18 mai 2013 à 11:27

Je ne crois pas qu'il faille mêler la France à tout ça. D'ailleurs monsieur François Hollande n'est que le go-between (je suis moi aussi contaminé par les anglicismes) entre Bruxelles et nous ou plutôt une partie de nous.

Partie de plus en plus faible Inch Allah !

Même la Cour de cassation est obligée de se plier aux directives européennes.

http://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/assemblee_pleniere_22/607_5_25925.html
(source Valeurs Actuelles)

Cette distribution généreuse d'allocations familiales pour des enfants d'immigrés qui ne sont même pas nés sur le territoire français est assez croustillante dans le contexte actuel.
Je pense que la Banque européenne en imprimant nos euros aurait dû y apposer ironiquement la Semeuse figurant sur nos anciens francs. Notre Président aimant l'humour au second degré s'en serait réjoui.

Finalement à l'heure du "mariage pour quelques-uns" la polygamie est aussi reconnue dans les faits.

Monsieur François Hollande n'est qu'un fac-similé qui ne durera que le temps que durent les roses.

Denis Monod-Broca

Vaincre ou vivre ?

Une armée coalisée, puissamment armée, longtemps victorieuse, a vu le sort tourner. Elle ne peut plus désormais que perdre la guerre. Harcelée de toutes parts, subissant revers sur revers, victime de multiples trahisons, elle va être submergée, autant par le nombre que par la rage de vaincre de ses adversaires . Doit-elle se battre à outrance, multipliant combats d'arrière-garde, honteuses destructions, inutiles barouds d'honneur ? Doit-elle au contraire choisir la retraite, avec l'espoir de trouver un refuge, de s'y refaire et, un jour, de reprendre l'offensive, ou mieux encore, choisir le cessez-le-feu et négocier avec l'ennemi une paix des braves ?
L'armée coalisée jadis dominante et désormais en passe d'être submergée sur les plans économique et politique, c'est le monde occidental.
Il ne se résout ni à la retraite ni à la paix. Il s'aveugle sur sa propre déconfiture. Il continue à se battre mais le cœur n'y est plus. L'espoir a changé de camp. Alors sa situation s'aggrave, inexorablement.
Les choix qui s'offrent au monde occidental sont ceux qui s'offrent à chacun de ses membres, et donc à la France. Son président, dans sa récente conférence de presse, fut brillant mais il ne fut pas à la hauteur de la tragédie en train de se nouer. Comment le lui reprocher ? Il n'est pas un surhomme. Il pense ce qu'il est convenu de penser. Lui non plus n'envisage ni la retraite ni la paix. Il croit encore possible de "réussir" selon son propre terme, autrement dit de vaincre. Alors il veut que nous continuions à nous battre. Il n'en résultera qu'un surcroît de désolation, et pas seulement pour la France.
Ils ne sont pas nombreux les pays aptes à parler haut et clair en de telles circonstances et à être entendus. La France en fait partie. Qu'elle ait le courage de voir les choses comme elles sont, de les dire comme elles sont, et d'appeler à la paix économique mondiale.

Ambroisine

C'est une bonne analyse d'un Président de tous les Français qui doit quand même cajoler son camp, surtout des députés qui doutent..
http://www.magtuttifrutti.com/article-recession-debut-de-la-fin-ou-second-souffle-117813264.html

Polochon

"La normalité du président, la sympathie qu'il inspire, son refus d'installer, par tous moyens, dans l'espace de dialogue un rapport de force..."
Oui, il a des qualités mais qu'a-t-il réellement fait depuis un an ?
Il a chargé la balance ressources de l'Etat (plus d'impôts) mais du côté des charges ?
Combien de fonctionnaires en moins, de structures parasites et paralysantes en moins ? Rien n'a été fait.

sylvain

Cher M. Bilger,
Je ne suis pas encore remis de ce coup de poing en plein visage que vous m'avez envoyé l'autre jour, j'en ai encore des séquelles ! votre titre : "Le président socialiste de ""tous"" les Français.
J'en ai bondi sur mon fauteuil, j'ai vraiment cru à une provoc à mon égard car je suis le plus fidèle sarkozyste de votre site et le plus antigauche, toutes gauches !!
Qu'on me traite de tous les noms d'oiseaux possibles et inimaginables dont j'éviterai d'écrire la liste sur votre blog par respect pour la charte, OK, mais "de gauche", moi ??? jamais !! C'est la pire insulte qu'on puisse me faire !!!
Je l'ai vraiment pris pour moi ! C'est un peu comme si vous écriviez actuellement "tous les hommes sont homos" parce que la loi odieuse de l'immonde Taubira est passée ; ça aussi ça aurait du mal à passer et j'aurais honte d'être suspecté homosexuel !
Ne me refaites pas des frayeurs pareilles, je n'ai qu'un seul défibrillateur à ma disposition.
Mes respects Maître !

calamity jane

Pas vu la fameuse conférence de presse qui a tant duré !
Vu quelques extraits en plage d'information et surprise... par le talent de F. Hollande à mimer, pour se convaincre lui-même du pouvoir, des attitudes d'autres chefs !
Des grimaces entendues qui jurent avec le personnage (son tempérament). Très inquiet pour son brushing et autre cravate.
La porte derrière lui était enfin ouverte et laissait entrevoir un mur et quelque verdure.
Pendant ce temps se mettait en place la "flexisécurité" de l'emploi ! Le genre de mots qui doit faire jouer des castagnettes dans les tombes.

Guzet

Trés bonne analyse, notamment sur l'écartèlement de Hollande entre l'intérêt national et celui de sa clientèle idéologique (car on ne peut sans doute même pas parler de conviction personnelle), mais vous oubliez ce qui restera comme la grande réussite de Hollande et de sa concubine qu'est le "mariage pour tous"... sauf pour eux !

Alex paulista

Il y a des chances que rien ne bouge

Où elle va cette ombre ?
Se perdre au loin
Sûr qu'un grand nombre
N'y verra rien

semtob

Cher Philippe,

Nous nous sommes forcées à suivre la conférence de presse.
Une conférence de presse, c'est une publicité gratuite par l'intermédiaire des médias.
Le vernissage était réussi. Questions préparées, réponses préparées, questions regroupées par thème.
Le tout tronqué au possible, truqué de bout en bout. Un bel exercice de propagande.
Un bel emballage du parti socialiste.
Le cirage de souliers est tout un art, le cirage de bottes est un peu plus coûteux.

Nous avons besoin de médias apolitiques pour que la démocratie continue de fonctionner.
Ces journalistes qui gardent leur place au chaud soit dans le lit des politiques, soit par le parrainage des enfants, c'est misérable. C'est la mort du journalisme éclairé. Quand ce spectacle pitoyable sera terminé, nous devrons revenir à la réalité.
Et la réalité, ce sont des calendriers.
Comment des journalistes s'interrogeant sur un éventuel remaniement peuvent-ils se contenter de la réponse un jour.
"Un jour mon prince viendra..." grotesque !!
Une conférence de presse qui n'apporte aucun message nouveau et c'est le cas, c'est une comedia dell'arte, une pitrerie.
Le clown se joue du peuple, mais le clown blanc va le sortir à grands coups de pieds dans les fesses, à moins que ce ne soit les Européens ou la rue.
En attendant puisque Madame Taubira et le Conseil constitutionnel l'autorise, nous cherchons de bons plans pour acheter une centaines de bébés.
Nous avons vu de nouvelles agences de voyage qui proposent des vacances extraordinairement gratuites.
Comment joindre l'utile à l'agréable ?
Petite annonce : offre grande villa bord de mer contre cohabitation plus mariage hétérosexuel de même sexe pendant deux ans.
Nous supposons qu'il s'agit de rabatteurs de célibataires qui ouvrent les voies d'un nouveau tourisme.
Le contrat est clair cependant : il stipule qu'aider à une acquisition de nationalité française en échange d'une baisse d'impôt, sans baise pour les cocontractants peut en prime être la promesse de vacances de rêve.
La fin du contrat s'effectue en montrant aux juges quelques photos souvenirs d'un autre vacancier.
Vive le mariage hétérosexuel de même sexe qui favorise la disparition de la situation de clandestin et permet sans danger de passer les frontières en toute sécurité.
Pour les cent bébés, c'est pour le prix de gros, à défaut de disqualification du prix de grossesse ou de maternité.
françoise et karell semtob

Boris

Je comprends votre indulgence, monsieur Bilger. Hollande a des bons côtés, c'est certain. Il n'est pas cruel, il est même bonhomme. Lorsqu'il ne sera plus à l'Elysée, il pourra aisément remplacer Nounours dans "Bonne nuit les petits"...

Toutefois,

Cadet Roussel a trois ministres
L'un est voleur, l'autre est sinistre :
Le troisième est un peu ficelle
Il ressemble à Cadet Roussel.
Ah! Ah! Ah! mais vraiment
Cadet Roussel est bon enfant.

amfortas

Pas regardé, pas d'opinion mais je constate que je n'ai rien pu lire dans les journaux de nouveau, d'intéressant. Moiprésident devait renégocier le traité européen, puis se ravise un an après après quelques moulinets de canne en balsa, et se remarie avec l'Allemagne. Se pelotonne contre l'Europe, mais semble admettre que la hausse des impôts va continuer, que le socialisme est une panacée invulnérable, un vulnéraire (pardon, c'est pas bon), et que la France c'est magnifique, l'espoir, le baratin etc. Ca sert à quoi tous ces discours, à le trouver bon dans l'exercice ? Il me semble que la France a mieux à faire, car, à l'analyse du texte de la conférence, tout l'avenir est contenu dans le passé. Tout ce qui a été fait est bien fait, pour l'avenir, je fais un croquis à main levée, à suivre, prochaine édition.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.