« Tu veux ou tu veux pas ? | Accueil | Pour la pénalisation de cette putain de vie ? »

15 novembre 2013

Commentaires

zenblabla

Je suis très impressionné par l'initiative qui, si j'entends bien, permet enfin avec votre côté interrogatif de "soumettre à la question", sans l'intermédiation le plus souvent pénible des journalistes de plateau.

Avec A.F. sur Youtube, c'est tout à fait délectable, c'est une nécessaire rénovation qui se propose pour les grands tuyaux des gros médias, et c'est un shunt essentiel.
C'est grâce à vous tout à fait bienheureux.

On voit selon mon sens comment A.F. déborde en subjectivité, comme toujours il l'a fait et comme vous poussez là, et comme autant cela est critiquable, comment se profile l’indicible prégnance des attachements que contredirait la science autant désormais que l'argent, tandis que l'objectivité des Media, et plus loin avec vous celle de la Justice, oblige et retient.
Bravo !

Carl+Larmonier

Je tenais à vous remercier pour cette série d'entretiens et en particulier celui sur Alain Finkielkraut.
Je n'ai jamais trop compris cette série d'anathèmes que l'on a collée sur son dos depuis la nuit des temps, n'en faisant pas une tête de liste mais souvent une tête de turc.
La toute première fois que j'ai voulu voir des vidéos de lui sur internet, j'imaginais naïvement le voir discuter de littérature au coin du feu. J'ai été époustouflé par les séries de remarques désobligeantes ou carrément blasphématoires que l'on trouve souvent sur le réseau YouTube .
En voici un exemple : http://www.youtube.com/watch?v=ZnFCm8GFGQ4
Je n'ai jamais compris et je ne comprends toujours pas pourquoi Alain Finkielkraut est classé définitivement réactionnaire. Ses détracteurs n'ont certainement jamais lu une page d'un de ses livres.
Idem Elisabeth Lévy.

Josiane Lacombe Minguell

@Achille

Oui, peut-être avez-vous raison concernant ses qualités de critique ; pour ma part j'ai eu l'agréable surprise de voir récemment, lors d'une émission qu'il animait, un public de personnes issues de toutes catégories (d'âge notamment) et pas seulement de jeunes et jolies jeunes filles en fleur (sortant de chez Zadig plutôt que de chez Voltaire) ; j'ai également apprécié sa mesure et la qualité de ses interventions finalement plutôt sobres et intéressantes, assez loin de l'idée négative que je m'en faisais - après l'avoir vu participant à une émission quotidienne de Canal+ (sans doute parce que le format de cette émission-là se prête plutôt à l'exagération).

 ylone

Il est vrai que l'aisance d'élocution n'est pas ce qui caractérise Finkielkraut et l'on souffre en même temps que lui. Il n'a manifestement pas encore assez réfléchi à ce qu'il pense quand on lui demande son avis sur quoi que ce soit. Espérons que le prochain invité aura un peu plus de facilité.

Ordep78

Je viens de visionner votre interview de Alain Finkielkraut et je ne sais pas ce qu’il faut le plus admirer des réponses limpides de l’interviewé ou de la pertinence de vos questions. Bravo à cette entreprise de réhabilitation de « l’interview ».

zenblabla

Bon!
Là vous êtes vraiment bon notre hôte, parce que au moins pour moi s'il se dit autant pour.

Je n'ai même pas lu les commentaires, seulement votre billet.
L'électricité qui commande, non, celle qui surgit dès qu'il s'agit d'Alain Finkelkraut -avec vous- m'engage autant que tel surgissement me trouble a priori...

A.F. me gêne, autant qu'il vous séduit?
Il y a beaucoup d'empathie proposée au moins dans votre billet, ce que je ne vénère pas, mais aussi pas mal de sympathie pour A.F. comme vous dissertez par son inspiration, ce que j'admire.
La sympathie devra-t-elle longtemps livrer son flan à l'empathie?

Je crois à tous coups pouvoir vous suivre du côté de la sympathie comme vous l'exposez, mais vous ne pourriez encore m'entraîner avec cette sympathie brillamment exposée, du côté du motif que vous engagez avec l'empathie.

Pourquoi A.F. est-il un "vieux réac", par delà l'empathie, en deçà de la sympathie, et tout cela pour ma pomme?

Nous devrions entre trois avoir un repas que j'offrirai seulement pour ma pomme, alors pour au moins déguster un dessert breton!
Certains arguments méritent un livre.

Mercis renouvelés.

M. Salah Belarbi

M. Bilger,

Je n'ai jamais été d'accord avec vous, c'est le moins que je puisse dire, mais je dois reconnaître que votre initiative trouve en moi un solide soutien, et je m'empresse de vous adresser toutes mes félicitations !

Franck Boizard

Vous savez tous les désaccords qui nous séparent, mais je ne peux que vous féliciter de cette initiative.

gladiol

Cher Philippe, certains se demanderont si, pour augmenter les chances de réussite de ce premier entretien, vous n'avez pas communiqué à l'avance à Alain Finkielkraut les questions que vous aviez l'intention de lui poser.
...Sachant combien son élocution est d'ordinaire bafouilleuse.

utyma

J'ai vu et entendu un certain nombre de vidéos où Finkielkraut donnait son point de vue sur telle ou telle question. Dieu qu'il avait du mal à accoucher de ses phrases successives, on souffrait pour lui, et accessoirement pour ses élèves de Polytechnique. Il devrait se contenter d'écrire, après toutefois avoir appris à composer. Son ouvrage sur l'identité n'est pas construit, est dénué de colonne vertébrale, ressemble à une sorte de journal où les réflexions sont exprimées sans lien.
L'idée principale est "Moi qui ne suis pas enraciné j'ai beaucoup plus d'objectivité que les autres. Les Français devraient comprendre que le temps du grand mélange est venu, que sur ce territoire il devront s'habituer à être un résidu des temps anciens."

Olympe

Excellence initiative ! Ce premier entretien avec AF est une réussite. Enfin, une personnalité peut s'exprimer sans être interrompue en permanence par un contradicteur ignare ou des rires stupides. AF toujours intéressant, malgré ses tics et son agitation.

Savonarole

"Une rencontre passionnante avec un Alain Finkielkraut détendu, pédagogue et brillant.
Il y a, me semble t-il, un petit problème de son."
Rédigé par : Alain | 18 novembre 2013 à 15:58

Encore un septuagénaire sourd, qu'est-ce que je vous disais, hein ?

Alain

Une rencontre passionnante avec un Alain Finkielkraut détendu, pédagogue et brillant.
Il y a, me semble t-il, un petit problème de son.

Mary Preud'homme

"Combien de fois, passionné par les émissions politiques et/ou culturelles, sérieuses ou de divertissement, même sportives, j'avais été frustré parce qu'il me manquait des éclairages essentiels, des réponses nécessaires, tout simplement parce que les journalistes n'avaient pas su, pu les faire advenir ou qu'ils les avaient trop vite réduits à la portion congrue par des interruptions intempestives et inutiles qu'ils confondaient avec l'intelligence de la contradiction ou l'audace du sujet." (Philippe Bilger)
---
Frustré est un euphémisme en ce qui me concerne.
C'est bien simple, quand ce qui devrait être un échange et un dialogue, arbitré par un animateur impartial et courtois, se transforme en une cacophonie impossible à suivre, même avec la meilleure volonté, je ferme le poste. Il m'est aussi arrivé d'envoyer une réaction indignée à la chaîne de service public concernée sans recevoir autre chose (une seule fois) qu'une réponse bateau...
---
Ce qui me semble curieux c'est qu'AF continue néanmoins par des contributions médiatiques régulières de cautionner plus ou moins ce genre de dérive. Comme s'il ignorait que la propagande en est à la fois la pièce maîtresse et la seule raison d'être. Piège que Jacques Ellul par exemple a toujours soigneusement évité. Il est vrai qu'il ne se revendiquait pas, lui, comme philosophe.
Pour en revenir à l'essentiel de votre billet, bravo pour votre initiative qui devrait donner à réfléchir à ceux qui ont oublié depuis longtemps le sens de la formule : service public. Ainsi que le rôle essentiel de l'information censée conscientiser les masses et non les abrutir à coup d'annonces et de déclarations contradictoires et/ou soporifiques.

AG

Merci beaucoup Monsieur Bilger pour ce pur moment de bonheur, de haute volée, dans une extrême clarté. Une fois de plus quand le fond gêne, on vous attaque à la sournoise, avec des mots faussement gentils comme "sympathique soupe" ou pour dire que vous ne valez pas d'autres journalistes. Ne vous laissez pas intimider et poursuivez votre chemin. Félicitations aussi pour votre article d'aujourd'hui sur la prostitution pour Causeur. Tout est dit et subtilement dit. Assez de la pureté intégriste dans tous les domaines. Respect à l'être humain dans toute sa magnifique complexité.
Bien à vous.

PITE

Heureux de votre initiative.
J'apprécie votre liberté de parole que je pense honnête.
Rappelons que le livre d'A. Finkielkraut est numéro un des ventes à la FNAC. Ne désespérons pas d'avoir des entretiens de cette qualité. Le quidam est en passe de ne plus se laisser berner par les politiques de tous bords qui malgré les échecs successifs, continuent à laisser croire qu'ils ont la solution à tout, pourvu qu'on continue à voter pour eux.

Cloma

Monsieur Bilger, j’ai écouté avec intérêt votre questionnement d’Alain Finkielkraut, dont j’avais d’ailleurs lu récemment l’ouvrage sur l’identité. Comme pour ses amis, l’ennemi à détruire c’est l’enracinement des nations, expression du moisi, du nauséabond et de la pensée de grenier… et de la haihaihaine j’allais oublier.
Il est très intéressant d’entendre actuellement des extraits de l’allocution de Jean Yves Le Gallou prononcée à l’université d’été de Casapound, lui défend l’enracinement. On la trouve sur le site Metapo.
Après Finkielkraut, ne pourriez-vous pas inviter Le Gallou, à titre de rééquilibrage équitable ?

Carl+Larmonier

"Il y a trois excellences, celle de l'âme, celle du corps, et en outre, celle de la fortune" - Platon
Sous notre gouvernement il faut espérer grandement qu'il y ait assez de belles âmes, assez de beaux corps ; car pour la fortune, maintenant, ce n'est pas gagné.
Platon aurait pu rajouter aujourd'hui : et la présence et l'excellence de philosophes pour remettre les points sur les i face à tous les débats de société actuels.
Alain Finkielkraut fait partie de ceux-ci.

Xavier NEBOUT

Document de base de l'Institut de la parole ?

Le sujet sous-jacent de l'entretien portait sur la question de savoir si la légitimé de la nation se trouve, conformément à son étymologie, dans le père commun ou dans des "valeurs" communes ?

Je crains que sous prétexte de complexité de la pensée, le professeur de philosophie ne se soit pas montré plus sorite que bon philosophe.

Or, si la nation ne doit plus avoir d'histoire ni de père, ce n'est pas tant par une construction intellectuelle des valeurs destructrices de toute idée de nation du seul fait de son instabilité, que par démagogie face à ceux qui veulent la détruire parce qu'ils n'en sont véritablement pas, tant pour ne pas être de la fille aînée de l'Eglise, et pour ne pas partager les gloires et les souffrances de leurs aïeux.

Fvern

Excellent ! Un entretien intelligent... Vous ne coupez pas la parole... On découvre par là l'homme A.F. dans sa profondeur, qu'on soit d'accord avec lui ou non. Bravo, continuez... Qui sera le prochain ?

hameau dans les nuages

Attention monsieur Bilger votre initiative peut donner des idées à madame Filippetti !

Elle désirerait taxer les livres d'occasion.

http://www.atlantico.fr/decryptage/et-aurelie-filippetti-eut-nouvelle-idee-taxer-revente-livres-occasion-h16-900539.html

Or vous-même vous créez de la plus-value en permettant à vos interlocuteurs de s'exprimer librement sans être interrompus par un imbécile ou une page de publicité.

On n'a pas encore touché le fond.

Perplexe-gb

Les progrès redoutables de la technologie mettent à la disposition de tout un chacun des moyens professionnels qui permettent de concurrencer les grands organismes. Nos médias ont des journalistes médiocres, votre interview relève le niveau. Je me permets de vous signaler que sur Youtube lu sur un iPad l'interview semble s"arrêter avant la fin vers les 38 minutes.
Je vous souhaite donc de réussir dans votre entreprise sans être mis à l'index.

EnPassant

- un projet qui aurait consisté à poser à un certain nombre de personnalités une seule question, mais celle qui fâche, qu'on n'ose jamais formuler.

En effet, vous l'avez tué ! Un foudre de guerre authentique.

Catherine JACOB

"En effet, grâce à une idée lumineuse de mon plus jeune fils et à l'assistance technique très efficiente de mon neveu par alliance, j'ai pu, à partir d'aujourd'hui, mettre en ligne une série d'entretiens vidéo qui pourront, dès publication de ce billet, être consultés et visionnés sur http://www.youtube.com/watch?v=jPMFwAXj5Ss "

Enregistré dans les favoris.

Achille

@ Josiane Lacombe Minguell

Il est vrai qu’Eric Naulleau n’a pas été toujours très tendre avec certains invités de l’émission ONPC.

Mais je pense qu’il avait des circonstances atténuantes si l’on considère la médiocrité, tant sur la forme que sur le fond, des livres qu’il a été obligé de lire.
Même si on est un critique littéraire de profession, la lecture doit apporter du plaisir, de la connaissance, voire même du rêve. Ce ne doit pas être une corvée.

Je pense sincèrement qu’il a rendu service à ces gens du monde du show-biz, du cinéma ou de la politique, en les dissuadant de persévérer dans le domaine de la littérature où ils n’avaient pas leur place.

En outre il a fait œuvre de salubrité publique en évitant que les rayons des librairies et des kiosques de quai de gare soient encombrés de bouquins sans le moindre intérêt hormis bien sûr celui de l’auteur qui espérait tirer un substantifique profit de ses révélations et souvenirs.

La littérature est un art trop délicat, trop subtil pour la laisser se faire dégrader par des plumes sans talent.

olivier seutet

Bravo, continuez.
Et si vous invitiez un historien qui continue sur cette lancée : qu'apporte le passé au futur ? Emmanuel Le Roy Ladurie, Mona Ozouf, Christian Goudineau ?

Marc Bontoux

Cher monsieur,

Mon commentaire sera très court.

Merci pour ce moment d'intelligence et de courtoisie qui m'a permis de me rendre compte que je me trompais sur AF.

Luce Caggini

Philippe Bilger inaugure une série de vidéos avec une visite qu'il rend au domicile d'A.Finkielkraut.
Un philosophe, ses mots et ses maux, un avocat général ses autres mots pour dire les choses sans ses mots d'avocat général.

Questions précises et prudentes de P. Bilger qui évolue de ronds-de-jambes en révérence face au maître Alain Finkielkraut. Celui-ci se livre à son exercice favori : son grand art de mettre nos neurones en état d'ébullition, attentifs que nous sommes de peur d'en perdre une !

« Scélérat Finkielkraut » dit Finkielkraut d'un journaliste du Monde venu le démasquer chez lui pour faire son portrait et qui a échappé de justesse à se faire reconduire.

Internet le défouloir des écrits et des haines un processus de dé-civilisation :
« Nous avons besoin d'une politique de civilisation, la civilisation pour rester vivante a besoin de la politique aujourd'hui » et plus loin « inquiétude identitaire » ; on tourne autour du pot FN, il me semble.
Le discours de Bilger est fleuri : "la volupté frénétique d'être soi…"
L'homme Finkielkraut est touchant par son aveu d'enthousiasme suivi de moments de prostration, n'empêche « la pureté qui nous différencie » me passe un coup de froid sur l'échine.
Je suis une optimiste, je retiens « héritage ouvert ». Me reste une montagne de doutes sur la vision de ce philosophe inadapté à son temps...

hameau dans les nuages

Jérôme | 16 novembre 2013 à 13:36
"C'est comme la France non ? Un pays catholique aux relents racistes et judéophobes."

Jérôme a fait son vide-grenier.

Dans la mesure où il a un grenier bien sûr.

Frank THOMAS

Dans ce monde impitoyable des médias, on n'est jamais si bien servi que par soi-même.
Mais pour y parvenir, il faut le soutien des médias...

Jérôme

Bonjour Philippe,

Je me demande ce que vous pouvez bien trouver de passionnant à ce monsieur. Il enfile les banalités, les trivialités sous couvert de nuances.
L'esprit est fait de nuances, et après.
Il regarde vers le passé avec nostalgie, la bonne nouvelle.
Il a le mauvais goût de se poser en victime dès le début du monologue que vous lui offrez.
Il a habité à Bourg-la-Reine et pas toujours à Paris, ce qui serait la preuve de son immersion dans le commun. Bien.
On ne peut plus penser l'histoire en termes de progrès, ouch, quel argument, non étayé, c'est plus facile. Pour quelqu'un se complaisant dans le passé, pas très étonnant.
Se faire passer comme "non français de souche" pour tenter de faire comprendre qu'il a de ces choses une obligatoire compréhension, quoi de plus risible. Origine polonaise, bien. C'est comme la France non ? Un pays catholique aux relents racistes et judéophobes.
Il parle d'identité comme quelque chose d'immuable, ouvert vers l'extérieur mais immuable. C'est le discours d'Alain de Benoist revu et visité. Plus de racisme affiché. Du différentialisme. Mais on arrive au même in fine. C'est l'apologie déguisée derrière la fausse tolérance du chacun chez soi puisqu'il faut respecter l'autre, et les vaches seront bien gardées.
Que de propos nauséabonds a-t-il tenus ! Comment prendre ces trivialités qu'il nous pond avec un air inspiré de grand penseur comme quoi que ce soit de profond.
Je ne comprends toujours pas ce que vous lui trouvez.
Invitez René Girard, Michel Serres, je ne sais pas moi, des gens qui ont de vraies pensées sur lesquelles on peut réfléchir des années.
Il ne manquerait plus que l'imposteur BHL, botulien en chef.

Jabiru

Je viens de visionner votre entretien avec Alain Finkielkraut. Le point fort de votre démarche c'est de mettre en valeur votre interlocuteur en le gratifiant d'une écoute attentive sans tomber dans le désagréable défaut de beaucoup de journalistes qui racontent le film à la place de leur invité pour se mettre en valeur eux-mêmes.
Excellente initiative qui ne peut que prospérer avec d'autres invités de grand talent.

Boris

Une bien bonne idée ! J'attends la suite avec impatience.

Josiane Lacombe Minguell

Par pitié Achille, ne plaignez pas Eric Naulleau dont c'est l'un des fonds de commerce d'"éreinter" les autres sans le moindre état d'âme ! Et s'il est agressé à son tour c'est probablement (je dis cela intuitivement parce que je n'ai pas suivi dans le détail ses détracteurs, trouvant cela par trop éreintant) par celles et ceux qu'il a honorés de ses remarques acerbes, comme récemment Christine Angot par exemple je ne sais plus sur quel plateau de télévision.

Achille

@ Trekker et @ Charlemagne

Un entretien avec Soral ? Après tout pourquoi pas.

Je suis à mille lieues de ses positions. Sa pensée est un curieux patchwork de marxisme, de catholicisme militant, de positions maurassiennes et de gaullisme revu et corrigé.
Même Dupont-Aignan et Zemmour évitent de parler de lui, c’est tout dire !

Mais je pense qu’il convient d’échanger avec tout le monde et même avec le diable s’il le faut, afin de mieux démonter ses arguments.

C’est en tout cas ce qu’a essayé de faire Eric Naulleau. Mal lui en a pris car maintenant il a toute la presse bien-pensante sur le dos, bien que dans le livre qu’il a coécrit avec Alain Soral ("Dialogues désaccordés") il ne cesse de s’opposer aux idées de ce dernier.

Alors Philippe Bilger, si vous avez l’intention de mettre Alain Soral sur votre liste, je ne vous dirai qu’un mot : prudence ! Car vous risquez de vous faire éreinter comme le pauvre Eric Naulleau qui cependant conserve toute mon estime.

Gérard B.

Bonjour Monsieur Bilger.
Lecteur régulier de vos billets même si souvent en désaccord avec certaines idées développées avec talent, ma curiosité ne pouvait qu'être émoustillée par l'exercice de l'entretien filmé.
Je suis également séduit par votre projet en ce qu'il constitue une offre allant à contre-courant de la pratique télévisuelle qui préfère le bruit aux idées et le temps raccourci à l'écoute attentive tout en nous contraignant à des grilles de programmes à rendez-vous fixes et rigides même si les possibilités de rattrapage offertes par les chaînes semblent rendre quelque liberté à notre mode de communication.
Ce premier numéro est une réussite due notamment aux qualités oratoires et à la brillance d'esprit d'Alain Finkielkraut.
On pourrait d'ailleurs penser que le succès de votre entreprise dépende quelque peu des talents de communication de vos interlocuteurs. Il est amusant d'imaginer qu'un nouveau genre de casting, fondé sur ce critère particulier pourrait ainsi voir le jour.
S'il faut exprimer quelques réserves, elles tiendront essentiellement à la forme : ainsi ce générique balourd au thème musical (?) pratiquement hors sujet, la qualité sonore (vos questions devraient être entendues aussi clairement que les réponses), un éclairage qui pourrait être plus homogène entre les différents angles.
Par contre l'idée de l'entretien au domicile de l'hôte qui fait de vous un invité curieux, pour simple qu'elle puisse paraître est une excellente idée.
En vous souhaitant bonne continuation !

semtob

Cher Philippe,

Nous venons d'écouter avec un plaisir entier votre rencontre avec Alain Finkielkraut.
Deux approches de réflexion ont retenu vivement notre attention :
L'identité comme un Surmoi, une appropriation d'une langue, d'auteurs, de valeurs, de devoir de mémoire, portée par une éducation qui permet à l'individu de se révéler à lui-même.
La balance sécurité risque de l'intellectuel amené à faire le choix d'être enfermé dans le soi-même ou d'accepter le dialogue au risque de la dislocation.
Un grand merci à Philippe Bilger et à Alain Finkielkraut.
françoise et karell Semtob

fredi maque

Merci de nous donner à écouter cet honnête homme qu'est A. F.
Comme il l'avoue lui-même, c'est sa condition de déraciné qui lui donne sa grande liberté de parole.
La Nation, notre Nation, bâillonne ses enfants, les enferme et les condamne bien volontiers.

PS : Pour le prochain entretien soignez un peu plus l'éclairage.

Camille

Très belle initiative, Monsieur Bilger, et un excellent entretien. Meilleurs souhaits de bonne continuation.

Trekker

Monsieur Bilger, merci et bravo pour cette initiative qui nous change agréablement du brouhaha réducteur et souvent superficiel des habituels débats à la télévision. Cela m'a permis de comprendre une partie des ressorts de la démarche intellectuelle de Alain Finkielkraut, certes il était un interlocuteur bien en adéquation avec le concept de votre future série.

Comme deux autres commentateurs de votre blog, je serais vivement intéressé par votre même exercice avec Michel Onfray et Alain Soral.

oursivi

Mouais, bof, Philou s'est fait plaisir en humanisant notre croquemitaine préféré, mais sur le fond, rien appris, tout n'a été qu'effleuré avec le tact bilgérien qu'on lui connaît, là où on eut aimé que son questionneur aille un peu le chercher, l'Alain2, au lieu de lui servir cette sympathique soupe.

Je vous enverrai une liste de questions et de rebonds à lui soumettre, s'il vous prenait de vous y recoller.

Taddeï est quand même au-dessus dans ce genre d'exercice.

"C'est un métier", comme disait votre Tonton préféré.

AO

Marie

P Bilger soumet à la question, voilà encore une belle expression française. Mais là, pas d'Inquisition, pas de brodequins, pas de fauteuil à clous, pas de carcan, pas de fouet... juste un invité, ce jour, monsieur Finkielkraut qui a dû être ravi de pouvoir s'exprimer sans être interrompu ni suspecté de quoi que ce soit, avec une certaine sérénité, mais pas sans gestuelle.
A réécouter. Bravo.

PS : je ne sais si vous l'avez précisé, mais à quel rythme comptez-vous poster des interviews ?
Préviendrez-vous à l'avance de qui passera à la question ?

Carl+Larmonier

Si je devais définir Alain Finkielkraut par un seul mot, cela serait par celui de l'éloquence ; donc c'était vraiment excellemment et judicieusement bien trouvé pour le premier échange.
Victor Hugo disait : « Tout penseur qui voudra devenir orateur, tout homme d'esprit et de cœur qui voudra se faire éloquent et être éloquent, remuer les masses, dominer les assemblées, avec sa parole, n'aura qu'à passer de la région des idées dans le domaine des lieux communs. »
Mais ce débat n'a pas eu lieu dans un lieu commun mais dans un lieu qui sortait de l'ordinaire ; il était bien, magnifiquement bien dans le région et l'échange des idées, et dans celle des meilleures.

Arobase du Ban

Superbe, cette "oeuvre médiatique", M. Bilger.
Merci à vous et à Alain Finkielkraut.
On ne peut que dire que l'espoir renaît.
Encore, encore !

BrunoK

Merci pour cet entretien que j'ai écouté avec grand intérêt.
Ce serait un plaisir de vous entendre interviewer René Girard et Maurice Bellet.

Charlemagne

Super initiative de Monsieur Bilger qu'on est content de découvrir et voir à l'image, super novation dans sa relation à son public, relation que la publication avec une régularité de métronome de billets pouvait peut-être parfois rendre monotone, j'ai dévoré l'entretien avec Finkielkraut.

J'adorerais qu'il fasse un entretien avec Guillaume Faye (une érudition monstrueuse, un visionnaire de génie et pourtant injustement méconnu, et qui me fascine par sa quête de la mémoire la plus longue, son sens du temps long, du temps très long, et qui me semble le plus superbe hommage rendu à la civilisation des hommes) et Alain Soral (pour un entretien plus intimiste et personnel que tourné vers ses idées - qu'on connaît largement -, pour savoir ce qui l'a rendu aussi écorché vif et émotif et aussi radical dans sa contestation quitte à devenir un paria et un marginal, et à renoncer à une juteuse mais banale carrière d'histrion télévisuel ; Monsieur Bilger par son calme et son attention bienveillante me semble tout indiqué pour jouer ce rôle-là). Monsieur Bilger je vous tannerai là-dessus.

J'appuie lourdement aussi la fort pertinente suggestion faite plus bas par Achille d'inviter Michel Onfray, qui fait des sorties de plus en plus énervées sur la question identitaire, relativement à l'islam, à l'arrogance croissante duquel il ne craint plus maintenant d'opposer l'identité pagano-chrétienne de l'Europe. Un des derniers rares penseurs de gauche qui ait gardé les yeux ouverts et soit lucide.

Alex paulista

Globalement bien pour une première.
Remarques techniques : pour compenser la petite taille de l'objectif, l'image mériterait un peu plus de lumière, vous devriez poser le micro de l'invité sur un tapis de souris pour que les chocs sur la table ne fassent pas trop de bruit, faire des essais avec un micro stéréo pointant d'un côté vers vous et de l'autre sur l'invité.

Sur la forme :
Les questions mériteraient d'être encore raccourcies. Les réponses d'AF sont construites donc il est mieux de le laisser développer, mais comme il l'explique vous risquez de rencontrer des invités qui auront moins préparé l'entretien. Il faudra dans ce cas prévoir plus de questions pour rebondir.

Sur le fond :
Vous êtes trop gentil. L'exaspération qu'il a suscitée dans le passé ne vient pas de nulle part. Il y a beaucoup de sujets sur lesquels il a surréagi, grossissant certaines anecdotes comme un Copé qui nous donne de la burqa et du pain au chocolat à toutes les sauces. Il a souvent justifié la politique d'Israël, s'est même permis de regretter le nombre de noirs dans l'équipe de France de football.
Dernièrement, il nous revient plus apaisé sur ces points, remplaçant juste ses anciens propos nauséabonds par un "taisez-vous" plutôt justifié chez Taddéï.
Cette évolution est louable, et il aurait été intéressant de lui faire jeter un oeil sur ses maladresses du passé, pour comprendre si elles étaient justement la cause de la préparation accrue de ses interventions et s'il avait porté un regard critique sur ses interventions médiatiques antérieures.

Véronique Raffeneau

"En effet, grâce à une idée lumineuse de mon plus jeune fils, Jean-Baptiste, et à l'assistance technique très efficiente de mon neveu par alliance Rémi Duhautois..."

Et moi, alors ?

Plus bas, ma réponse au projet que vous aviez exposé en janvier dernier : billet "Cinq minutes de vérité" 9 janvier 2013.

Oui, pas peu fière d'être (un peu) une inspiratrice pour notre hôte.

En plus, j'avais alors ajouté en off :

Just do it !

Eh bien c'est fait.

Super !

Euh, je n'ai pour habitude de me citer, mais bon, pour mémoire...

"Pourquoi vouloir enfermer cet entretien dans quelque chose d'aussi radical et de supposément, illusoirement décisif quant à la vérité intime de vos invités ?

Un entretien sur le mode haut de la rencontre et de la conversation entre vous et les personnalités que vous citez, je pense prioritairement à celles qui sont engagées dans le débat public, déjà, d'abord cela.

Croyez-moi, compte tenu de l'ordinaire médiatique, ce rendez-vous radiophonique ou télévisuel deviendrait très vite un moment rare et rempli, j'en suis sûre, d'une grande valeur intellectuelle, sensible et humaine.

Non à la radicalité illusoire de la question unique, oui à l'exceptionnel et à la profondeur de la rencontre humaine."

Rédigé par : Véronique Raffeneau | 09 janvier 2013 à 12:36

Jean-Paul Ledun

Quel plaisir. Comme ça je peux apprendre (ou pas) des ces flamboyants échanges.

Justement hier F.Fillon sur France 5 faisait une critique acerbe du système médiatique en concluant que : "...c'est un vœu pieu."

Ben peut-être pas !

Michelle D-LEROY

Je viens de regarder votre première, on en redemande tant c'est agréable d'entendre quelqu'un s'exprimer sans qu'il ne soit coupé sans arrêt. Très bien. Merci à vous et à Alain Finkielkraut.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS