Ma Photo

Dans les médias: internet

  • FigaroVox
    Chronique hebdomadaire
  • ma chaîne YouTube
    Entretien de 38 mn avec Alain Finkielkraut, diffusé le 14/11/2013 Entretien de 54 mn avec Maître Hervé Temime, diffusé le 22/11/2013 Entretien de 50 mn avec Robert Ménard, diffusé le 29/11/2013 Entretien de 45 mn avec Eric Zemmour, diffusé le 6/12/2013 Entretien de 52 mn avec Edwy Plenel, diffusé le 13/12/2013 Entretien de 50 mn avec Michel Erman, diffusé le 3/01/2014 Entretien de 40 mn avec Elisabeth Lévy, diffusé le 14/03/2014 Entretien de 50 mn avec Olivier Besancenot, diffusé le 18/04/2014

Dans les médias: radio & télévision

  • RMC, "Les grandes gueules"
    Vendredi 18 avril de 12h30 à 13h, avec Alain Marschall.
  • Radio Courtoisie
    Lundi 21 avril à midi.
  • France Musique, "Les traverses du temps"
    Jeudi 17 avril de 19h à 20h, avec Marcel Quillévéré.
  • Europe 1, "Le parti pris de Philippe Bilger"
    Tous les dimanches à 12h52, dans l'édition Europe 1 week-end présentée par Patrick Roger.

Dans les médias: presse

  • Le Figaro Magazine
    Vendredi 18 avril, débat sur la réforme pénale entre PB et Dominique Raimbourg, sous l'égide de Patrice de Meritens.
  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Mardi 27 mai, de 9h à 12h : "Comment s'exprimer en public ?" Renseignements et inscriptions sur philippe.bilger@wanadoo.fr ou 06 11 53 04 91
  • L'objectif de l'Institut de la Parole est de proposer des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique des personnalités et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense également des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations pratiques liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Elles peuvent être sollicitées la veille. Philippe Bilger, magistrat honoraire, Président-Fondateur de l'Institut de la Parole, propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires. Tél : 0611530491 ou philippe.bilger@wanadoo.fr

Mes liens favoris

Diffusion

  • Wikio
    Wikio - Top des blogs

Mentions légales

  • Directeur de la publication: Philippe Bilger
    SixApart sa 104 avenue du Président Kennedy 75116 PARIS
Blog powered by Typepad

« Les grands hommes sont derrière nous ! | Accueil | La désunion nationale »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c86dd53ef019b01af2c44970d

Voici les sites qui parlent de Sale Boche ! :

Commentaires

zenblabla

Il y a là quand même quelque chose qui, en toute subjectivité au moins me touche, alors je dois témoigner...
C'est la grâce de notre hôte quand même.

Je ne suis pas Alsacien, mes enfants sont quand même absolument structurés par leur grand-père, un Alsacien absolument soufflant, comme lui ayant été et n'étant plus hélas et ainsi que je ne rencontre plus assez d'Alsaciens vivants en Alsace, et pour étant cela je me retrouve désolé, si d'abord ce n'est que pour ma pomme...

Je regrette l'initiative "benêts rouges" des Bretons, parce que j'ai entendu que les Bretons expliquaient que n'étant pas aussi vernis que les Alsaciens, ils devaient pour la juste compréhension médiatique démonter des portiques faits pour saisies de l'écotaxe comme cela se justifiait en Bretagne, tandis que cela ne se justifiait pas... par exemple en Alsace !

J'ai du mal avec autant de motifs exposés qui renient à peu près tout dès lors que l'autre est désigné...
J'ai quand même un peu plus de de mal..., avec la désignation des "boches".
Je suis d'abord marseillais, évidemment, mais je ne sais pas encore si cela est la raison suffisante pour laquelle j'ai décrété pour ma pomme, il y a trois ans, l'embargo sur tous produits allemands...
Après tout, il s'agissait d'abord de produits orientaux, proches ou lointains.
Ainsi, je ne passais plus à Khel pour acheter 30% moins cher comme hurlerait l'évidence ...
Je voyais bien la tristesse des vendeurs, l’obscénité des acheteurs !

L'une de mes filles, multi-diplômée, vit en Allemagne, ne semble pas convaincue qu'il suffirait de fabriquer des voitures Audi, ni même qu'il suffit à penser qu'elles s'achètent, pour que le meilleur des mondes futurs soit engagé suivant comme ses vœux pourraient être aujourd'hui financés...
Comment puis-je croire ma fille tout à fait stupide ?

Il y a quelques années, je me sentais un peu isolé râlant contre "l'attitude allemande"...
Désormais, une fois les médias s'étant saisis de l'affaire..., je lève l'embargo, c'est naturel.
Car l'affrontement, sur de mauvais terrains, comme s'il fallait s'affronter, c'est pas un affrontement convenable!
Je n'achète toujours pas là low-cost, mais je me rends là...

Alors, si je ne vais encore pas acheter sexe, alcool, tabac, essence, fournitures professionnelles de l'autre côté du Rhin, j'y vais lorsque des visiteurs viennent pour les accompagner, et je les amène pour goûter et même manger en Forêt-Noire parce que je sais qu'ils y seront subjugués, mieux qu'avec le Marché de Noël à Strasbourg.
Je sais bien que j'envoie là des devises en Allemagne, des devises (communes !) qui ne doivent rien à la bêtise de la production entrepreneuriale d'écrous et de boulons...

Parce que s’évanouit en Allemagne le contraste de l'accueil fait aux personnes parcourant l'espace publique,
si à Strasbourg autant serait "touristique" une visibilité mieux que "crasse à dire" avec l'allocation de l'espace publique qui rapporte publiquement par les bordures de trottoir... même si serait imaginable un octroi (publiquement bien engagé) à Strasbourg, mais qui pourrait être compensé systématiquement en offrant un verre de Sylvaner à quiconque utiliserait les rares places de parking traitées comme des pustules, les locations temporaires étant comme des mannes, et suivant l'allure des marchands du temple parfaitement historique les envies d'uriner étant les passages obligés dans des bistrots confondant "Stammtich" et décalages en TVA...

..."Chinois !", jurait mon grand-père qui était républicain et laïcard par naissance naturellement ontologique !
...et je sais bien que tous les touristes chinois n'ont encore pas vu la Cathédrale, même si certains qui ne l'ont pas vu ont visité... le grand Canyon.

En plus, merci notre Hôte,

parce que lorsque l'été venant il amenait à Marseille sa panoplie de Mercedes avec les filles sur la banquette arrière, et puisque nous étions tous ados sur cette côte vaguement contestable persuadés que les Alsaciens étaient des Allemands,
Même si parmi nos meilleurs copains nous avions des Martin, des Brenner, des Gogay et même des Edmann, nous avions des amis prénommés Patrice comme à l'emporte-pièce puisque c'était une mode alsacienne, et ainsi de suite..., puisque nous ne pouvions faire le moindre embargo qui n’altérerait notre jeunesse.

Bon, foin de subjectif
Ouais, j'ai levé l'embargo, j'en ai un peu marre...
Faudrait que j'observe, boche par boche, la saleté des boches...

Valerie @ l'attention de Monsieur Tipaza

Rédigé par Monsieur Tipaza le 29 novembre 2013 à 08:11

Ne souhaitant pas m'attaquer a un poids lourd, je tiens neanmoins a apporter quelques precisions.

A savoir : lors de mes (rares) interventions, je ne m'adresse aux un(e)s et aux autres qu'en utilisant un titre. Je vous assure n'y voyez aucune obsequiosite mais seulement une marque de distance respectueuse a l'encontre de toutes/tous les intervenant(e)s de ce blog y compris l'auteur.

Je ne pense pas etre hors sujet dans la mesure ou le harcelement serait moindre dans la vie quotidienne si les gens savaient, comme auparavant, "garder leurs distances" comme on me l'a enseigne au sein de ma famille et a l'ecole.

Sachez egalement que je reserve parfois le titre de "maitre" a un ou deux intervenants particulierement brillants.

Quant aux "Tontons flingueurs"... vous avez vu juste... parce que c'est l'epoque qui m'a vue naitre ! Je n'ai guere evolue depuis par manque d'interet et suis, par consequent, restee "fixee" a la fin des annees 70 !!

Votre souhait concernant "le maximum de résilience" est un voeu pieux (un vieux pneu dirait un "ancien-charmant-et-fier-blondinet" de ce blog). En effet, pour etre en mesure de resister aux "agressions" de la vie, il faut avoir ete "arme" pour en etre capable et ce des la plus tendre enfance... Rendez grace a Dieu si telle a ete votre chance parce que tout le monde n'a pas eu cette benediction.

Quant "au boss" (quel mot vulgaire !!!), la seule chose que cela m'evoque :

Mafia Boss 'Beaten And Fed Alive To Pigs'

Toutefois, on peut noter qu'il s'agit d'une facon ecologique de proceder.

http://news.sky.com/story/1175171/mafia-boss-beaten-and-fed-alive-to-pigs

Excellente semaine a toutes et tous...

Mary Preud'homme @ Loupgarou

Je vous concède que Gaston Monnerville fut un être d’exception et un grand serviteur de l‘Etat. Quant à sa généalogie souvent évoquée, certes petit-fils d’esclave, mais du côté maternel seulement, son grand-père paternel, Pierre, étant pour moitié d’ascendance française blanche et par conséquent affranchi comme c‘était souvent le cas pour les mulâtres ou métis. A noter que bien que né à Cayenne, où son père, martiniquais, avait été muté comme fonctionnaire, Gaston Monnerville était Français de Martinique ainsi que ses père et mère et toute leur lignée connue.
Ne pas oublier non plus que sous des dehors courtois, Gaston Monnerville resta toute sa vie (nonobstant un patriotisme chevillé au corps) un défenseur du droit des victimes du racisme qui sévissait encore très durement à l‘aube de la départementalisation, tant en Guyane qu‘à la Martinique, Guadeloupe ou Réunion et bien sûr en métropole. Tout comme Senghor et Césaire avec lesquels il se fendit en 1948, lors de la commémoration du 100ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage, d’un discours enflammé que n’aurait pas désavoué CT et qu‘elle cita d‘ailleurs dans l’un de ses brillants plaidoyers pour les lois mémorielles.
Autres temps, autres mœurs. Avec le recul on peut écrire n’importe quoi et idéaliser l'ancienne "Union française", ainsi que certains le faisaient tandis que le système colonialiste prenait eau de toutes parts. Voire nier le racisme réel qui sévissait dans les années cinquante soixante et que certains mauvais esprits se plaisent à ressusciter de façon perverse aujourd’hui, cette fois sans le moindre motif plausible ou sérieux et généralement eu égard à leur âge n’en ayant jamais fait l’expérience. Se bornant à assimiler des saillies ridicules ou bébêtes passées dans le langage commun ou de vieilles histoires rapportées à de la discrimination raciale.
Quant à dire que Monnerville ne fut jamais caricaturé, ni tourné en dérision, c’est tout de même beaucoup s’avancer, voire manquer singulièrement d’informations (cf archives du Canard enchaîné) ou de mémoire pour les plus âgés.
Mais si l’on admet que la caricature fut de tout temps la rançon de la gloire, à quoi bon s’en offusquer ? D’autant plus si l’on fait partie de ceux ou celles qui l’utilisent sans gêne et parfois avec outrance, telle Mme Taubira la première… Et qui n’ont d’habitude besoin de personne pour réagir à leur place lorsqu’ils se sentent visés. Toutes remarques qui interrogent sur sa réaction disproportionnée d’aujourd’hui qui manifestement lui fut dictée et par conséquent sur son véritable rôle dans ce gouvernement : ministre de complaisance, faire-valoir ou otage ? Aux quels cas les racistes ne seraient pas ceux que l'on croit !

hameau dans les nuages

@Loupgarou

Tout à fait !

Et les HURLEMENTS de monsieur Valls, les veines du cou gonflées, le front luisant, les coups de menton dans cette salle de la Mutualité de taille modeste et pourtant seulement presque pleine faisait plutôt penser à un sinistre personnage galvanisant ses dernières troupes...

Waterloo morne plaine... Le dernier carré des fidèles de chez Hermès.

Et pendant ce temps sur les marches devant l'entrée, des veilleurs pacifiques chantaient du Verdi sérieusement encadrés par la police.

Tout cela me requinque.

Loupgarou

Je ne peux m'empêcher de comparer C. Taubira et un autre Guyanais qui a laissé un nom : Gaston Monnerville. Petit-fils d'esclave il était arrivé, entre autres, à la fonction de second personnage de l'Etat, en tant que président du Sénat. Il y a des jours où on a envie de hurler : Vive la République, la vraie ! Celle qui nous a donné de tels personnages historiques.
C'était un homme admiré et respecté de tous, absolument de tous. On n'a jamais entendu la moindre allégation raciste à son égard. Y en aurait-il eu qu'elle eut immédiatement parue déplacée. Tout simplement d'abord parce que cela n'était pas imaginable. Il eut été impensable que quelque crétin s'amuse bêtement à le caricaturer en confectionnant un montage le montrant à côté d'un petit singe endimanché. Le dessinateur mal inspiré se serait fait immédiatement traiter de raciste par son entourage immédiat, en quelque lieu et dans quelque milieu social que ce soit, et le montage stupide n'aurait certainement pas été diffusé.
Alors pourquoi un montage de la même farine avec C. Taubira s'est-il diffusé dans la France entière sous le manteau comme une traînée de poudre (je l'ai reçu plusieurs fois de plusieurs directions différentes avant qu'une candidate FN pas très maligne, elle, ne le publie), pour finir par déclencher un tel vacarme de protestations indignées, un peu convenues aussi ?
La France serait-elle devenue soudain raciste ? Bien sûr que non, en dépit de tous les cris au loup poussés par les veilleurs postés contre la bête immonde.
Un goût de la transgression du niveau de collégiens découvrant des images interdites avant l'époque d'internet ? Il y a certainement de cela. Mais ce n'est pas suffisant comme explication.
Gaston Monnerville a toujours été respecté, parce qu'il était respectable, et si Christiane Taubira n'est pas respectée, c'est d'abord parce qu'elle n'est pas respectable.
La racisme, après, a bon dos. Les gens en profitent. Ils savent qu'encourir la qualification de raciste, même s'ils ne le sont pas, va être le chiffon rouge dont ils vont s'amuser pour déclencher les sirènes beuglantes de l'antiracisme, avec le succès que l'on a pu observer, jusqu'aux Nations Unies. Jeu idiot peut-être, mais jeu quand même. Le droit au quolibet défendu par Jacques Chirac, même quand il en était l'objet, et qui amuse d'autant plus que le joueur joue avec le feu. Plus il transgresse dans l'inââââceptable, plus il s'amuse. Même notre ami P. Bilger y est allé de son petit couplet antiraciste obligatoire strictement provoqué.
Attention, ce n'est pas bon quand la pensée obligatoire nous surveille partout et finit par prêter à des jeux malsains.
"L'accueil triomphal à Christiane Taubira va certainement faire du bien au pays, le consoler !"
Tu parles ! Il fait rire tout le monde hors de Paris.

Tipaza

Rédigé par Monsieur Tipaza le 27 novembre 2013 à 23:11

Patience... vous la verrez la balkanisation de la societe francaise (qu'a la lecture de votre commentaire, vous souhaitez appeler de vos voeux).

Rédigé par : Valerie | 28 novembre 2013 à 20:34

Mystère de la lecture rapide !!
Je ne vois pas ce qui vous fait dire ça.
Relisez-moi, vous verrez que je souhaite au contraire le maximum de résilience c'est-à-dire de résistance à ce type d'agressions.

Quant à la balkanisation de notre société, elle est voulue par la gauche dans le cadre des théories de Terra Nova, et je m'y oppose dans la mesure de mes moyens.

Dites Valérie, pouvez-vous éviter le "Monsieur" ? Ça rappelle un peu trop les "Tontons flingueurs", si vous voyez ce que je veux dire. Nous sommes sur un blog, la courtoisie n'est pas nécessairement l'obséquiosité.

Il n'y a qu'un Monsieur, céans, c'est le Boss.

Valerie

Rédigé par Monsieur Tipaza le 27 novembre 2013 à 23:11

Patience... vous la verrez la balkanisation de la societe francaise (qu'a la lecture de votre commentaire, vous souhaitez appeler de vos voeux). Ce n'est qu'une question de temps ! Toutefois, l'addition risque d'etre salee et sera reglee par tous==> violence endemique qui ne pourra rapidement plus etre endiguee...

Rédigés par Monsieur moncreiffe le 27 novembre 2013 à 11:48 et Monsieur Claude L le 27 novembre 2013 à 13:01

La lecture de vos fines analyses respectives redonnent un peu d'espoir dans le genre humain que je ne percois desormais plus que comme dans "Sa Majesté des mouches". Merci de ce rappel a Monsieur Savonarole !

Courage a toutes et tous... il va vous en falloir !

Mary Preud'homme

Il est vrai que pour certains Allemands, "sale Boche" doit être l'insulte suprême ; un peu l'équivalent de sale youpin pour un juif (Carl+Larmonier, 27 nov 16:13)

Il vous a sans doute échappé que Philippe Bilger était Français de naissance et ne devait en aucun cas porter le poids des erreurs du passé en général ou de certains de ses ascendants en particulier. Ce qui est insultant pour nombre d'Alsaciens mosellans, qui ont déjà subi l'annexion en 1870, puis la délivrance en 1918, et le drame d'une nouvelle invasion, c'est surtout d'être assimilé à ce qu'ils ne sont pas, voire à ce qu'ils ont toujours rejeté de toutes leurs forces.

Robert

Je rejoins Tipaza | 27 novembre 2013 à 23:11.

Dans les cours de nos écoles, les moqueries blessantes ont toujours existé, soit sur l'origine (les "ritals", ou les pieds-noirs plus tard, ou le "boche" comme notre hôte), soit sur le patronyme. Cela m'est aussi arrivé, notamment quant à mon patronyme.
Les enfants (parfois aussi les adultes d'ailleurs) insistent lourdement, ne savent pas s'arrêter suffisamment tôt. Mais c'est aussi le rôle des parents que d'apprendre aux enfants qu'ils ne sont aucunement responsables de leur patronyme ou de leur origine géographique, que la meilleure solution reste d'en rire, d'en livrer son propre bon mot d'entrée ou d'ignorer ceux qui s'y livrent et qu'à la longue, l'indifférence volontairement affichée finit par user les auteurs des sarcasmes. Et de se lier avec ceux qui ont l'intelligence de ne pas s'y livrer.

En revanche, les violences physiques, si elles peuvent parfois échapper à la vigilance des enseignants, relèvent de leur surveillance. Encore faut-il qu'ils l'exercent de manière effective et constante et surtout qu'ils aient une autorité qui s'impose à leurs élèves.
Mais il est loin le temps où le maître pouvait s'autoriser une mesure de rétorsion physique contre l'auteur de violences gratuites contre un camarade de classe. Le ferait-il qu'il se retrouverait devant le tribunal correctionnel !

A présent, les parents se voudraient contrôleurs directs de l'école, leur progéniture étant nécessairement digne des meilleures notes. Ils y ont plus d'importance que les enseignants eux-mêmes, alors qu'ils n'en ont pas la qualité.
A vouloir ne plus sanctuariser l'école (sauf vis-à-vis des forces de l'ordre), de l'ouvrir au monde extérieur, on y a introduit les excès de la société extérieure, pour le plus grand malheur des élèves brillants : dans certains quartiers, le terrorisme intellectuel s'exerce contre les meilleurs, le nivellement par le bas étant la seule référence possible...

Alex paulista

J'ai envoyé mon dernier commentaire sans sa conclusion. Ce que je voulais dire, c'est que la violence n'est pas à éviter ou à édulcorer par des palabres psychologisantes, mais à canaliser. La violence n'est pas à diaboliser absolument : il y a différents degrés, de la chiquenaude amicale à l'humiliation publique en passant par la blague de potache. Il faut savoir répondre au bon niveau sans dramatiser mais sans tout laisser passer non plus.

Les jeunes doivent faire du sport, ça leur donne l'occasion de se faire des nouveaux amis, de décoller le nez de facebook et de se défouler.

Les valeurs de combat sont importantes et ne s'apprennent pas bien en restant assis sur une chaise.

Valerie

Excellent billet sur un douloureux sujet qui vient faire echo a cela en Angleterre :

"Anti-bullying week 18-22 November 2013"

http://www.bullying.co.uk/general-advice/anti-bullying-week-18-22-november-2013/

J'ai deja lu le texte hier, avec un grand interet, mais dois le relire, non sans passion, ainsi que tous les commentaires pertinents.

Ainsi va la societe et la generalisation/banalisation/mutiplication, dans toutes les spheres de la societe... mais surtout au sein des plus defavorisees (socialement, intellectuellement, emotionnellement) des couches sociales, des "broken home" ne vont que multiplier et amplifier a grande echelle les difficultes considerables auxquelles certains enfants (plus que d'autres plus favorises) vont se retrouver a devoir affronter...

Pour vous aider a avoir une petite idee de ce a quoi vous serez, en France, confrontes d'ici quelques annees...

"Educating Yorkshire" sur Channel 4

http://www.channel4.com/info/press/news/jonny-mitchell-interview-for-educating-yorkshire

Je me suis renseignee aupres d'adolescents Britanniques et il semblerait que ce ne soit guere exagere !!!

"On est de son enfance comme on est d'un pays"

Jean Morland

Que chacun se construise seul face aux humiliations, c'est certain. Après tout, la vie n'est peut-être que cela. Mais comment une institution comme l'école pourrait-elle se montrer indifférente à la violence ? Ce serait un pas de plus dans la barbarisation déjà fort avancée du monde contemporain. Tolérer les boucs émissaires dès la cour d'école, c'est s'assurer d'en trouver d'autres plus tard, à plus grande échelle. Cela étant, la réponse n'est pas aisée. Deux millénaires de christianisme n'ont pas abouti à éradiquer le phénomène, et le nouveau clergé laïc, progressiste et bien-pensant ne paraît pas mieux parti...

calamity jane

Mais que voiloù la nouvelle méthode de lecture dite La Méthode Alpha donc voici la définition : "La méthode Alpha est une méthode syllabique pour apprendre à lire de manière ludique en apprenant à l'enfant à associer les sons et les lettres sans passer par des textes écrits." Exemple : Monsieur O est un personnage tout rond qui adore faire des bulles bien rondes en poussant des oooh admiratifs !
Passionnant et veuillez contrôler ces aventures auprès de Wiki qui explique par écrit "plein d'alpha dans leur
cartable". Mais interviennent aussi des beta (sans accent circonflexe) qui font toutes sortes d'espiègleries dans la spécificité beta.
Dans boooche cherchons donc les bulles bien rondes de Monsieur O et donc ses ooooh admiratifs ? Gare aux beta qui eux ne prennent ni gants ni bulles colorées...
Tout un monde d'évasion.
Et surtout n'oublions pas de supprimer les accents et autres particularités de la langue écrite.
Les tempéraments créatifs se perdront dans les images de certains sons comme le fff de fusée à laquelle il arrive de tomber sur la tête de monsieur O lorsqu'il devient beta...
Je vous laisse deviner le casse-tête des enfants dont les parents sont d'origine étrangère et de culture non représentative du vivant. Mais bon, on n'est pas là pour
se comprendre !

Perplexe-gb

L'école a une grosse responsabilité dans la maltraitance des jeunes.
Avec un peu d'organisation il devrait être plus aisé de contrôler les dérives.
Personnellement j'ai vécu des bizutages en classes prépa qui respectaient les élèves. Car un ancien surnommé "la mère" avait pour rôle d'éviter les abus. En école, les journées les plus menaçantes des "culations" se terminaient par des scènes humoristiques et théâtrales, certains anciens déguisés en Cupidon ou jeunes femmes évaporées hantent mes souvenirs.
La vie en société n'est pas évidente, un encadrement à l'anglaise avec des tuteurs pour des petits groupes de jeunes devrait permettre de renforcer le respect mutuel. Les échanges école laïque/école privée peuvent aussi faire avancer les choses. Un ami m'expliquait que dans sa jeunesse existaient en Bretagne des accords entre les deux institutions pour s'échanger les élèves qui ne réussissaient pas dans l'un ou l'autre des systèmes, ainsi me disait-il moi fils de militant communiste et franc-maçon j'ai été sauvé dans mes études par les bons pères qui m'ont pris en charge au moment du bac.

Savonarole

En 1954 un livre anglais avait eu un retentissement annonciateur de ce que Philippe Bilger décrit : "Sa Majesté des Mouches".
Pour une fois Wikipédia en fait un bon résumé :
"Sa Majesté des mouches (Lord of the Flies) est un roman de l'auteur anglais William Golding publié en 1954 qui montre la fragilité de la civilisation. Il décrit le parcours régressif d'enfants livrés à eux-mêmes.
Un avion transportant exclusivement des garçons anglais issus de la haute société s'écrase durant le vol sur une île déserte. Le pilote et les adultes accompagnateurs périssent. Livrés à eux-mêmes dans une nature sauvage et paradisiaque, les nombreux enfants survivants tentent de s'organiser en reproduisant les schémas sociaux qui leur ont été inculqués. Mais bien vite le vernis craque, la fragile société vole en éclats et laisse peu à peu la place à une organisation tribale, sauvage et violente bâtie autour d'un chef charismatique et d'une religion rudimentaire. Offrandes sacrificielles, chasse à l'homme, guerres sanglantes : la civilisation disparaît au profit d'un retour à un état proche de l'animal que les enfants les plus fragiles ou les plus raisonnables paient de leur existence.
En France, ce roman est souvent considéré comme un livre pour enfants et régulièrement étudié en primaire ou au collège. Pourtant, sa violence sauvage, crue et sensuelle en fait un livre difficile et troublant. La finesse de son analyse et la qualité de son écriture en font par ailleurs une œuvre à part entière."

On comprend notre chère, très chère, Éducation nationale et ses barbus en blouse grise qui souhaitent inculquer à nos enfants que ce sont des gosses d'aristocrates anglais qui sont capables de telles horreurs, manque de bol c'est aujourd'hui dans les faubourgs que ça se passe en France.

Alex paulista

J'ai fait du judo de cinq à douze ans, ça m'a aidé à résoudre quelques problèmes en faisant chuter ou en bloquant un camarade dans une position ridicule, sans le blesser.
On reste sur le ton de la blague, ça ne va pas plus loin.

Ça m'a aussi servi au rugby, au bizutage et à l'armée, bref dans des circonstances de virile convivialité.

Jean-Paul Ledun

Mais que chacun fasse comme il le sent : pour l'un ce sera "Je n'en suis pas mort", et pour les autres, il faut rapidement réinventer la cellule familiale qui protège, défend, explique à son gosse.
Combien de millions d’€ pour des associations qui ne devraient jamais exister ?
Que la famille fasse son œuvre d'accompagnement et ses fumeuses nébuleuses disparaîtront.

Sbriglia : bienvenue au club des mangeurs de draps…

Zyeuteur Girardien

La notion de harcèlement (issue de l'américain 'harrassment') suppose, dans une acception juridique importée, que la victime l'est du fait d'un auteur unique voire avec à la rigueur quelques complices.
Or le phénomène en question, en scènes scolaires, est radicalement différent en ce qu'il s'agit de convergences violentes en faisceaux : la dimension de contagion grégaire est massive.

Un symposium annuel de l'association internationale COVAR (Colloquium On Violence And Religion) a eu lieu du 27 au 30 mai 1998 à Saint-Denis sur le thème
"Education, Mimèsis, Violence et réduction de la violence",
dans le cadre de la pensée analytique de René Girard.
Lui-même y intervint, ainsi que quelques grandes références comme Paul Ricoeur et Michel Rouche.

Un universitaire philosophe de Montréal, Paul Dumouchel, donna une communication le vendredi 29 : "Ijime et la violence de l'indifférenciation dans le Japon moderne".
Voici l'abstract issu de nos notes prises en tant que zyeuteur oculaire :
"Le phénomène Ijime, c'est-à-dire d'enfant souffre-douleur, prend des proportions inquiétantes au Japon. Il en existe bien sûr des explications habituelles : exacerbation de la compétition, de l'individualisme, et affaiblissement du rôle du père dans la famille.
La théorie girardienne permet de le rattacher à un phénomène fondamental. En effet, au Japon, l'école a un rôle très spécifique de socialisation, au point qu'il y a préséance de l'autorité de l'école sur celle des parents. Contrairement au mythe véhiculé en Occident, la discipline dans l'école japonaise n'est pas si rigide et militaire : en fait il y a beaucoup de désordres, de laisser-aller. Et cela correspond à l'attitude des parents de très jeunes enfants de 2 à 5 ans qui les laissent volontiers s'affronter violemment entre eux. Plus tard, on relève beaucoup de violences d'étudiants contre leurs professeurs.
Le problème, c'est que la discipline porte très sévèrement sur le respect du code. Seulement un code, avec ses limites..."

On ne saurait mieux diagnostiquer la grave affection en cours de pandémie mondiale : la "juropositivité codifiée" qui érige en parasites socio-culturels les juristes allergiques à toute éthique humaniste.
La juropositivité étant une séropositivité mentale...

Tipaza

Un billet qui est une plaidoirie pour la résilience. L’exemple de votre enfance n’étant là que comme argument pour défendre cette résilience face à la compassion abusive et la faiblesse généralisée de notre société .

La majorité des commentateurs n’a retenu que les harcèlements dont vous avez été victime. Et les commentaires portaient principalement sur cette partie du billet.
Un reflet involontaire de ce que vous dénonciez.

Et si on disait aux enfants victimes de ces attaques, qu’ils doivent serrer les dents, serrer les fesses, enfin serrer tout ce qu’on peut serrer, et avancer, surtout continuer à avancer.

Enfin il me semble.

moncreiffe

« Tous les Poil de carotte ne sont pas devenus des Jules Renard. »
Rédigé par : Catherine A. Poil de carotte, un succès et combien de souffrances | 27 novembre 2013 à 17:56

Je suis heureux de lire enfin un commentaire qui prend au sérieux la souffrance des enfants harcelés. Ça nous change des commentaires cyniques qui nous disent, en substance : « Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ». Ça nous change aussi des digressions gratuites sur le déclin de la France depuis 1968 ou sur des expériences personnelles, certes désagréables, mais somme toute banales. Car les enfants sont cruels. Surtout entre eux.

Je songe à tous ces enfants qui sont des victimes réelles. Je songe surtout aux enfants timides, autrement dit craintifs, qui ont peur évidemment de leurs agresseurs et peur surtout de décevoir leurs parents, en passant à leurs yeux pour des faibles. Je ne me souviens plus de la formulation exacte, mais Jules Renard a écrit dans son « Journal » quelque chose qui disait : « La timidité fut le fardeau de ma vie ». Si quelqu’un peut corriger cette citation, j’en serais heureux.

nanouk

A propos des humiliations et de la souffrance des enfants, lire Charles Juliet : Journal et "Lambeaux".
C'est une exigence plus haute que de se plaindre et de s'apitoyer, et c'est surtout un chemin de vie.

Christian C

Michelle D-LEROY,

Encore merci pour ce brillant commentaire.

Merci de contribuer à ce que la cellule familiale n’ait pas complètement explosé ; plût au ciel que toutes les familles immigrées fussent aussi financièrement florissantes que la vôtre, ce qui constituerait indiscutablement un atout favorisant leur intégration.

Vous avez trouvé, heureusement, la solution : le bien « vivre ensemble », le respect de l’autre, la solidarité, et puis tout, et puis tout.

Je suis convaincu que sans votre apitoiement, le bâtard n’aurait pas résisté à cette adversité.

Votre exemple est, chaque jour que Dieu fait (je suis, moi aussi, à tort ou à raison, catholique peu pratiquant ; voyez comme le monde est petit !), une source de sérénité pour ces pauvres qui, s'ils en étaient dépourvus, ne sauraient plus que faire.

Tout n’est pas perdu ; l’inculture « intellectuelle », et surtout du lien avec les autres, recule avec effroi face à l’instruction civique et morale que vous dispensez à tous ces sous-développés avec une générosité admirable.

Je vais de ce pas voler un cierge à Saint-Sulpice ; il se consumera comme moi pour la paix de votre belle âme.

Alex paulista

Rocky Balboa : "toi moi n'importe qui, personne ne frappe aussi fort que la vie."

http://www.youtube.com/watch?v=-PYRlZVLyAc

Catherine A.  Poil de carotte, un succès et combien de souffrances

D'accord avec vous pour penser que les professionnels de l'antiracisme, de l'antiviolence, ne peuvent guère aider un enfant de 8 ans - et même plus - englué dans la bêtise de certains de ses camarades mais je suis persuadée que cet enfant ne s'en sortira pas si personne autour de lui ne lui dit, ne lui prouve, qu'il est aimable et qu'il vaut largement les petits crétins qui en ont fait leur souffre-douleur. Etre aimé dans son enfance est une chance inouïe qui rend indestructible. Pionne et prof (remplaçante) pour payer mes études (eh oui) je repérais - sans doute grâce à la petite différence d'âge - ces enfants, ces ados au regard fuyant, aux gestes gauches qui, j'en étais sûre, n'étaient pas aimés. Il aurait fallu être aveugle pour ne pas le voir ; confrontés aux brimades de camarades ils n'auraient pas pu résister.
Si lorsqu'on est adulte, la solution à un problème personnel n'est réglée définitivement que si elle vient de nous il en va autrement pour un enfant. Tous les Poil de carotte ne sont pas devenus des Jules Renard.

sbriglia

"...en recollant les morceaux épars d'une sensibilité en miettes, j'ai probablement ainsi mis davantage de chance de mon côté (...). Sale Boche résonne encore dans mes oreilles.
Je n'en suis pas mort."

Il était curieux que chez cet homme courageux la cicatrice fut à ce point disproportionnée avec la blessure qui l'avait causée, écrivait l'autre...

Votre blessure est là, toujours vivante, car l'enfance est un territoire dont on n'est jamais sorti...

Pensionnaire à Senlis chez les Maristes, dans les années soixante, combien de chasses à l'homme étaient organisées dans la cour d'école pour bizuter ad nauseam les faibles, les empotés, les Pierrot lunaire... combien de draps mordus le soir pour ne pas pleurer dans les dortoirs et étouffer les sanglots...

Nous sommes tous, à une époque de notre vie, des "Poil de carotte"... seule la cuisinière change.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.