Ma Photo

Dans les médias: internet

  • FigaroVox
    Chronique hebdomadaire
  • ma chaîne YouTube
    Entretien de 38 mn avec Alain Finkielkraut, diffusé le 14/11/2013 Entretien de 54 mn avec Maître Hervé Temime, diffusé le 22/11/2013 Entretien de 50 mn avec Robert Ménard, diffusé le 29/11/2013 Entretien de 45 mn avec Eric Zemmour, diffusé le 6/12/2013 Entretien de 52 mn avec Edwy Plenel, diffusé le 13/12/2013 Entretien de 50 mn avec Michel Erman, diffusé le 3/01/2014 Entretien de 40 mn avec Elisabeth Lévy, diffusé le 14/03/2014 Entretien de 50 mn avec Olivier Besancenot, diffusé le 18/04/2014 Entretien de 1h15 avec Henri Guaino, diffusé le 25/04/2014 Entretien de 53 mn avec Eric Naulleau, diffusé le 2/05/2014 Entretien de 52 mn avec Grégory Coupet, diffusé le 16/05/2014 Entretien de 50 mn avec Michel Field, diffusé le 23/05/2014 Entretien de 50 mn avec Xavier Bertrand, diffusé le 20/06/2014

Dans les médias: radio & télévision

  • Europe 1
    Tous les dimanches de 12h45 à 13h, le parti pris de PB, avec JP Gené et Guy Roux, dans "Europe 1 Week-end", édition d'information de Patrick Roger.
  • LCI, "Choisissez votre camp"
    Lundi 1er septembre de 10h10 à 11h, avec Valérie Expert.

Dans les médias: presse

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Mardi 2 septembre, de 9h à 12h : "Comment s'exprimer en public ?" Renseignements et inscriptions sur philippe.bilger@wanadoo.fr ou 06 11 53 04 91
  • L'objectif de l'Institut de la Parole est de proposer des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique des personnalités et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense également des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations pratiques liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Elles peuvent être sollicitées la veille. Philippe Bilger, magistrat honoraire, Président-Fondateur de l'Institut de la Parole, propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires. Tél : 0611530491 ou philippe.bilger@wanadoo.fr

Mes liens favoris

Diffusion

  • Wikio
    Wikio - Top des blogs

Mentions légales

  • Directeur de la publication: Philippe Bilger
    SixApart sa 104 avenue du Président Kennedy 75116 PARIS
Blog powered by Typepad

« Ils ne sont pas primaires du tout ! | Accueil | Pas touche à Taddéï ! »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c86dd53ef01a3fc687736970b

Voici les sites qui parlent de Pourquoi Philomena n'est-il pas un film français ? :

Commentaires

fugace

Tonnerre de Brest !

Il n'y a pas de responsabilité collective qui soit éligible à la civilisation, d'où l’intolérable absence de responsabilité individuelle dans toute société évoluée.
En politique, l’Histoire démontre qu’il est vain de juger du passé en termes de responsabilité collective d'autant que les politiciens parvenus au pouvoir par le jeu de l'élection et donc de la séduction se servent de l'Etat plus qu'ils n'incarnent obligatoirement une quelconque "moralité". Leurs buts, leurs jeux si je puis dire sont ailleurs.

Ainsi s’agissant de la Justice, qui ne pourra pas être entièrement en total accord avec « kergroes » : [ Il serait très sain que l'institution judiciaire mette autant de rigueur à respecter les procédures qu'elle en met à les faire respecter ]

S’agissant donc des défaillances en série, dans quelque domaine que ce soit, ce sont d’abord les ministres concernés qu’il faut convoquer en personne et devant la justice si nécessaire, et bien avant que leurs non- faisances (voire malfaisances éventuelles et ou effacement des preuves) s’empilant, ne produisent leurs effets grandissant en nombre tout autant qu’en gravité. Et s'ils indiquent n'avoir pas eu les moyens d'assurer la charge confiée, c'est leurs silences, leurs « non-dit, voire leur non-démission qu'il faut leur reprocher et a minima les contraindre à rendre les trop perçus sur leurs biens propres, ne serait-ce qu’au regard d’un début même de charge non exécutée alors que désirée et acceptée souvent avec les honneurs qui vont avec et bien évidemment l’éthique qui lui est étroitement liée.

Alors, contrairement aux arguments des acteurs de quelque position qu’ils occupent ou occuperaient sans obligation, élus ou non, se disant avoir été aux ordres ou ne se considérant qu’un maillon de la chaîne hiérarchique, ce sont quand même bien des hommes et ou des femmes et eux seuls, qui doivent être interpellés pour rendre compte et être jugés sans délai pour tout ou partie des conséquences additives de décisions, voire d’actions condamnables sans équivoque, vis-à-vis de celles et ceux qui leur avaient donné mandat en toute confiance.
- Comment faisait-on avant l’arrivée et la montée en puissance exponentielle du « fax », lui-même tuant le « télex », pourtant beaucoup plus fiable au sens de l’accusé de réception ?

Pour mémoire :
Claudy un jeune DJ de 33 ans s’est fait agresser au Blanc-Mesnil par des jeunes âgés de 20 à 30 ans parce qu’il a refusé l’accès à une soirée privée (Saint Sylvestre 2010) - Alassane D. avait été au début de l’affaire entendu comme témoin assisté. Puis il s’était évaporé dans la nature avant qu’un mandat d’arrêt ne soit délivré contre lui le 14 avril 2011…

osteo13

Cher Monsieur Bilger,

Je vous ai découvert chez Taddéï (ben oui). Je vous considérais au travers de votre brillant parcours comme un apparatchik de la justice, "comme les autres". Je découvre un homme sensible, "humain" (dans toute l'acception du terme) et hanté comme beaucoup d'entre nous de zones d'ombre. J'apprécie votre liberté d'esprit et la justice devrait se féliciter tous les jours de vous avoir eu au plus haut niveau hiérarchique de son appareil. Mais rassurez-vous, je ne quémande rien. Je m'apprête à refaire ma vie à 58 ans sous d'autres cieux pour essayer de m'y rendre utile :-).
Pour revenir au cinéma on pourrait évoquer le terrible "The Magdalene sisters" pour les sommets de cruauté ou, si l'on est d'humeur bienveillante, le tendre et sombre "Biutiful" d'Inarritu avec Bardem.
Avec tout mon respect.

Jean-Jacques Bernardini

M. Bilger, je vous remercie de votre lyrisme à propos de ce film, sorti depuis deux semaines, que j'avais noté comme intéressant et à retenir, mais que...

Mais que sans vous j'aurais "squeezé" en espérant me rattraper plus tard. Vous avez été "prescripteur" comme on dit de certains critiques honnêtes, je veux dire sévères mais justes, loin du copinage éhonté de certain magazine culturel. Leurs avis (je parle de leurs critiques de cinéma) sont toujours, comment dire ? - prévisibles. Je pense à la sortie, il y a une semaine, de l'insignifiant "L'amour est un crime parfait" des frères Larrieu. Porté aux nues par les petits copains de TRA (vous pigez ?) comme une escroquerie, il est descendu en flammes par les spectateurs-internautes. Le public n'a pas toujours raison, mais il se trompe rarement, lui !

Merci, de tout coeur ! C'est un très beau film, d'un bout à l'autre.

jack

Le cinéma français produit aussi quelques perles : Suzanne, par exemple.
Philomena comporte quelques longueurs, notamment au début. Puis on se laisse capter par cette histoire difficile. On remarquera l'avidité du journal qui souhaitait vendre du papier en faisant dans le sensationnel (cela nous rappelle quelque chose). On a envie de se révolter contre le clergé. Comment se prétendre catholique et avoir si peu de compassion et autant de cruauté.

Savonarole

"Le vrai cinéma français restera celui des "7ème Compagnie", films cultes d'anthologie, de très bons acteurs, scénarios solides à couper le souffle !"
Rédigé par : sylvain | 23 janvier 2014 à 15:01

C'est une provocation cher sylvain, mais je me demande si la 7e compagnie ne vaut pas toute la quincaillerie Godard, Jean Eustache (La maman et la putain), tout Marguerite Duras, Ma nuit chez Maud, etc.
Lors du débat sur la suppression de la peine de mort j'avais proposé de la remplacer par des projections incessantes de Ma nuit chez Maud dans les prisons, mais personne n'a retenu mon idée.

Tipaza

"Il y a aussi le western soviétique Dersou Ouzala"
Rédigé par : Savonarole | 23 janvier 2014 à 11:14

J’ai vu ce film il y a bien longtemps, et il s’est un peu estompé dans ma mémoire.
Pour autant que je m’en souvienne, je ne l’ai pas vu comme un western, mais plutôt comme un conte mythique, celui d’une relation fusionnelle progressive d’un homme avec la nature.

Pour être un western il lui manquait l’élan vital des Indiens, et le ciel si caractéristique des westerns de John Ford. Mais c’est loin dans ma mémoire.
Je vais acheter le DVD !

pibeste

Bonsoir M. Bilger

Là où il n'y a pas de larmes, il n'y a pas de plaisir !

Après avoir lu le synopsis de Philomena il est bien clair que je n'irai jamais voir ce film en salle, je n'ai pas envie de passer pour un sentimental incapable de retenir ses larmes.

Mais puisque vous semblez apprécier le genre, alors laissez-moi vous en suggérer deux, avec lesquels il vaut mieux prévoir une boîte pleine de Kleenex surtout si vous les regardez à la suite.
Le premier est ce genre de film où l'amour est un fleuve qui dégouline noyant tout racisme et où seul la mort de l'être aimé apporte la rédemption au raciste qui a pourtant honte de l'être mais ne peut faire autrement puisque s'y mêle sa propre image.
"Le mirage de la vie" de Douglas Sirk a une telle puissance mélodramatique qu'il vaut mieux ne pas le regarder une deuxième fois, sauf si on est un peu maso, car les larmes commencent à couler dès le début puisqu'on sait la tournure que vont prendre les événements.
Le second, "Le vase de sable", est un mélo nippon doublé d'une enquête policière qui vous fait adhérer complètement et vous prépare au tsunami qu'il vous faudra éponger en implorant la justice de ne pas être trop sévère mais le crime est commis et la musique dédiée s'appelle 宿命 Karma ou prédestination.

Savonarole

Anecdote cinématographique :

Un jeune comédien est pressenti pour incarner Bonaparte à Arcole, il se précipite chez Albert Dieudonné qui avait incarné un sublime Napoléon d'Abel Gance.
"Maître, comment incarner un tel personnage ?"
"Tu mets le bicorne et tu penses très fort à tes impôts"...

Savonarole

@Tipaza

Et Le Dernier des hommes (en allemand : Der Letzte Mann) un film muet expressionniste allemand réalisé par Friedrich Wilhelm Murnau, sorti en 1924 avec Emil Jannings dans le rôle titre ?

semtob

Cher Philippe,

Cine + Famiz diffuse ce soir la célèbre comédie américaine « The Birdcage » produite en 1996 avec Gene Hackman, Robin Williams et Nathan Lane et réalisé par Mike Nichols.

La bande annonce : http://www.youtube.com/watch?v=hoJOol3aoJQ
Nous ne savons pas déterminer si la version américaine dépasse l’originalité française et son succès et nous vous laissons juger de la perfection. La découverte, la variété des interprétations apportent l’infini richesse au cinéma. La perfection n’est que l’epsilon du moment.
françoise et karell Semtob

sylvain

Le vrai cinéma français restera celui des "7ème Compagnie", films cultes d'anthologie, de très bons acteurs, scénarios solides à couper le souffle !

SR

Le Bilger et la Plume... Oui très beau film. Judi Dench est solaire.

Michelle D-LEROY

@ Parigoth

==="Un petit coup de griffe au passage du réalisateur (probablement un gentil Wasp) sur les institutions religieuses papistes, dont chacun sait qu'elles ne peuvent être peuplées que de sœurs odieuses et dissimulatrices...
Mais nous commençons à en avoir l'habitude.
"===

Vous avez mille fois raison, en voyant la bande annonce et les critiques dithyrambiques, mon esprit "borné" m'y avait déjà fait penser.

Les scénaristes auraient de multiples sujets de films, de multiples faits divers à raconter sur le communisme. 70 ans, cela représente une montagne d'anecdotes et de malheurs à raconter, de vies perdues, de faits peu ragoûtants et pourtant bien réels à reprendre au cinéma. Pourtant, à part un ou deux films sur le sujet, nous n'avons rien vu... Il y a des sujets intouchables, impossibles à raconter aux jeunes générations, car ce serait relater des vérités... qui dérangent. L'omerta en quelque sorte.

Le "complot des blouses blanches" il y a quelques années a fait un flop faute de critiques dans la presse. Cela finit par être dérangeant, mais tant que cela ne dérangera pas les esprits bien faits...

Savonarole

Tipaza | 23 janvier 2014 à 09:05

Alors vous avez certainement adoré Jeremiah Johnson de Sydney Pollack avec Robert Redford. Filmé dans l'Utah.
Il y a aussi le western soviétique Dersou Ouzala, mais la toundra pendant deux heures c'est long.
Amateur éclairé que vous êtes, vous avez certainement vu "Guns in the afternoon" avec Joel McCrea.
Et "Tell them Willie Boy is here !", un des premiers Redford ?

Tipaza

"Le cinéma est bien le septième art, et bon dernier de la classe, car c'est le seul qui vieillisse mal. C'est un art mineur."
Rédigé par : Savonarole | 23 janvier 2014 à 05:26

Il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie les Nibelungen de Fritz Lang, pour savoir ce qu’est le vrai cinéma, celui qui ne se démode pas, car il est la traduction des profondeurs d’un peuple. Quelque vingt ans plus tard, le destin destructeur que montre le film allait se réaliser.
J’adore ce film. À comparer avec les films français de la même époque, vous verrez qu’on n’a aucune chance face au modèle allemand.
Il y a bien « Le chien andalou », mais est-ce un film français, ou alors Madame sans-gêne.
Installez-vous dans un confortable Chesterfield au cas où le Voltaire serait trop inconfortable sur la distance.

http://www.youtube.com/watch?v=jTXLvCPeAvU

Tipaza

"Tipaza finira par trouver que la grotte de Lascaux est un modèle de décoration intérieure"
Rédigé par : Savonarole | 23 janvier 2014 à 05:26

Je préfère la grotte d’Altamira.

Sa salle des bisons est célèbre, et l’amateur de western, de grands espaces que je suis, y trouve de quoi satisfaire ses rêves même dans un espace clos.

alain

Bonjour M.Bilger,

Il me semble que vous oubliez "La régle du jeu"... qui est bien français.

Cordialement

Savonarole

Le cinéma est bien le septième art, et bon dernier de la classe, car c'est le seul qui vieillisse mal. C'est un art mineur. On ne peut pas dire que Mozart ait pris un coup de vieux ou que Picasso soit totalement dépassé, mais on peut tomber de son Voltaire en regardant sur ARTE "Le Troisième Homme" ou "African Queen". Ce qui nous arrive rarement dans un musée ou à l'opéra...
Que de films vus il y a à peine dix ans nous semblent tarte aujourd'hui.
Certains passent miraculeusement l'épreuve du temps, mais c'est souvent une certaine nostalgie qui l'emporte sur la réelle qualité de l'œuvre. Le monde qui nous entoure est plus moche donc John Wayne est plus beau...
Tipaza finira par trouver que la grotte de Lascaux est un modèle de décoration intérieure.

fredi maque

où une Soeur notamment a eu un rôle odieux et dissimulateur.

Dissimulateur n'était pas suffisant ?

Alex paulista

Entre les voyages et les séances cinéma, vous me donnez surtout envie de prendre ma retraite !

moncreiffe

Vous m’avez donné envie de voir ce film. Le seul fait qu’il soit réalisé par Stephen Frears aurait suffi, mais vous m’avez donné des raisons supplémentaires d’aller le voir. Je partage vos critiques à l’égard du cinéma français et votre admiration pour John Ford. Inutile donc de répéter ce que vous avez écrit. Ayant grandi dans le Canada anglophone, je connais mieux le cinéma canadien, américain et britannique que le cinéma français. En arrivant en France, j’ai été déçu par la production cinématographique récente de ce pays qui se divise, en gros, entre drames bourgeois pour intellos et grosses farces pour prolos. Heureusement, il y a des exceptions. Je songe à Bertrand Tavernier, bien connu pour son amour du cinéma américain. Je conserve religieusement les deux volumes qu’il a écrit avec Jean-Pierre Coursodon (« 50 ans de cinéma américain », 1991).

Pourquoi « Philomena » n’aurait-il pas pu être tourné par des Français ? Tout simplement parce qu’en France les réalisateurs (qui écrivent souvent leurs propres scénarios) se prennent soit pour des artistes, soit pour des intellectuels, alors qu’en Amérique du Nord ils se considèrent plutôt comme des artisans qui se contentent de faire leur métier, le mieux possible. Ainsi on ne parle pas de réalisateur ou de cinéaste, mais de "director" ou de "filmmaker" (littéralement faiseur de films, de la même façon qu’un cordonnier est un "shoemaker", littéralement faiseur de chaussures). On ne parle pas de scénariste ou d’auteur, mais de "screenwriter" ou de "storyteller" (littéralement raconteur d’histoires). L’attitude américaine me semble plus humble, plus saine et plus efficace.

Parigoth

...fils qui lui a été arraché à sa naissance par une institution religieuse où une Sœur notamment a eu un rôle odieux et dissimulateur.

Un petit coup de griffe au passage du réalisateur (probablement un gentil Wasp) sur les institutions religieuses papistes, dont chacun sait qu'elles ne peuvent être peuplées que de sœurs odieuses et dissimulatrices...
Mais nous commençons à en avoir l'habitude.
Chez nous, c'est pareil.

H.N

@ pibeste

Comme je partage votre fascination et suis heureuse de vous lire !
"Printemps, été, automne, hiver et... printemps" est probablement ma plus grande émotion cinématographique. Quand le cinéma sud-coréen nous donne des leçons de vie dans un dépouillement qui frôle le sublime.

Michelle D-LEROY

==="On a besoin d'un très long moment de silence avant d'oser dire un mot de peur de rompre la grâce de deux heures de projection."===

Impression qui m'est déjà arrivée après un film marquant.

Je n'ai pas encore vu ce film mais au travers des bandes annonces et de ce que vous en dites, il me revient immédiatement à l'esprit le fait que les sentiments humains ne peuvent être rayés par une simple loi, par des considérations totalitaires.

On peut s'enthousiasmer sur la PMA, la GPA, la simplification du divorce ou de l'IVG, on peut banaliser l'usage de la drogue, derrière il reste l'âme et les émotions, des êtres humains avec leur complexité psychologique, leurs réactions personnelles, leurs questionnements et leur contradictions aussi, parfois.

J'ai pour ma part croisé au cours de ma vie professionnelle trois personnes abandonnées sous X à la naissance et élevées par des parents adoptifs formidables, ces individus-là avaient tous eu pour but et même seul but de rechercher leurs racines, leurs vrais parents, de comprendre pourquoi ils avaient été confiés à la DDASS. Ils étaient fragiles mêmes s'ils aimaient leur famille adoptive.
Leur histoire personnelle m'avait passionnée, parce que j'avais suivi leurs recherches, leurs déceptions et leurs espoirs et dans deux cas les retrouvailles même décevantes, et "Philomena" devrait me plaire car j'y retrouverai sans doute des similitudes (frustrations, doutes, amour, culpabilité et autres sentiments forts).

De même j'ai croisé des parents dont les enfants étaient accro à la drogue, un calvaire. Et je ne crois pas que la dépénalisation dont on nous parle de façon récurrente soit une panacée.

Il suffit d'un film, d'une anecdote ou d'une information pour que je reste convaincue que les belles âmes modernistes qui veulent nous amener vers une société sans âme et froide se trompent et ne comprennent rien à l'humain.

Tipaza

« Pourquoi Philomena n'est pas un film français ?
Tout simplement parce qu'il est parfait. »

Un petit coup de blues ?
Après le Sarkozy bashing récurrent, le Hollande bashing mezza voce, voilà que vous vous attaquez au cinéma français !

C’est le passage de Tunis à Paris et le manque de soleil qui s’ensuit qui vous déprime ?
Vite quelques séances d’héliothérapie à la campagne. « Le bonheur est dans le pré », c’est bien connu et vous vous en porterez beaucoup mieux.

Vous pouvez aussi prendre le premier avion vers les USA, pour visiter tous les sites des grands westerns. C’est ce que j’ai fait dès la première année de ma retraite.

J’ai commencé par Monument Valley. L’amateur de western que vous êtes y trouvera le soleil, le ciel bleu à la John Ford, c’est-à-dire avec de beaux nuages blancs, et une terre rouge à perte de vue, avec quelques hauteurs. Il reste encore la petite cabane, qui a servi de bureau au capitaine Nathan Brittles (John Wayne) construite pour les besoins du film « She wore a yellow ribbon ». J’aime beaucoup la tendresse avec laquelle John Ford traite ses personnages, hommes ou femmes, dans ce film.

Et puis ensuite le Wyoming, et la Snake River, qui a servi pour Rivière sans retour et l’inoubliable Marilyn Monroe, et encore après, le Montana avec Red Lodge, le repère de Billy the Kid, Little Big Horn, Custer et Sitting Bull.
Puis encore, l'Arizona, mais j’arrête là vous allez croire que je représente une agence de voyages.

De quoi faire deux ou trois voyages, ou plus, pour se fondre dans de grands espaces, l’infini devant soi et au-dessus de soi.

J’ai compris qu’il ne pouvait pas y avoir de compréhension et encore moins d’entente entre des immigrants venant de villes européennes du XIXe siècle grises, tristes et étroites, et les Indiens enivrés de nature, terre et ciel, sans limites.
Il est impossible de fusionner l’infini et le fini, l’Avoir et l’Être.

Quand je commence à parler de western, il m’est difficile d’arrêter, mais c’est vous qui avez commencé en parlant de « La Prisonnière du désert ».

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.