Ma Photo

Dans les médias: internet

  • FigaroVox
    Chronique hebdomadaire
  • ma chaîne YouTube
    Entretien de 38 mn avec Alain Finkielkraut, diffusé le 14/11/2013 Entretien de 54 mn avec Maître Hervé Temime, diffusé le 22/11/2013 Entretien de 50 mn avec Robert Ménard, diffusé le 29/11/2013 Entretien de 45 mn avec Eric Zemmour, diffusé le 6/12/2013 Entretien de 52 mn avec Edwy Plenel, diffusé le 13/12/2013 Entretien de 50 mn avec Michel Erman, diffusé le 3/01/2014 Entretien de 40 mn avec Elisabeth Lévy, diffusé le 14/03/2014 Entretien de 50 mn avec Olivier Besancenot, diffusé le 18/04/2014 Entretien de 1h15 avec Henri Guaino, diffusé le 25/04/2014 Entretien de 53 mn avec Eric Naulleau, diffusé le 2/05/2014 Entretien de 52 mn avec Grégory Coupet, diffusé le 16/05/2014 Entretien de 50 mn avec Michel Field, diffusé le 23/05/2014 Entretien de 50 mn avec Xavier Bertrand, diffusé le 20/06/2014

Dans les médias: radio & télévision

  • Europe 1, "Le grand direct des médias"
    Jeudi 28 août de 10h45 à 11h, avec Jean-Marc Morandini.
  • i-Télé "On ne va pas se mentir"
    Mardi 26 août de 21h15 à 22h, avec Audrey Pulvar.
  • LCI, "Choisissez votre camp"
    Lundi 1er septembre de 10h10 à 11h, avec Valérie Expert.
  • RTL, "On refait le monde"
    Vendredi 29 août de 19h20 à 20h, avec Bernard Poirette.
  • Europe 1, "Le parti pris de Philippe Bilger"
    Tous les dimanches à partir de septembre, à 12h52, dans l'édition Europe 1 week-end présentée par Patrick Roger.

Dans les médias: presse

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Mardi 2 septembre, de 9h à 12h : "Comment s'exprimer en public ?" Renseignements et inscriptions sur philippe.bilger@wanadoo.fr ou 06 11 53 04 91
  • L'objectif de l'Institut de la Parole est de proposer des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique des personnalités et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense également des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations pratiques liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Elles peuvent être sollicitées la veille. Philippe Bilger, magistrat honoraire, Président-Fondateur de l'Institut de la Parole, propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires. Tél : 0611530491 ou philippe.bilger@wanadoo.fr

Mes liens favoris

Diffusion

  • Wikio
    Wikio - Top des blogs

Mentions légales

  • Directeur de la publication: Philippe Bilger
    SixApart sa 104 avenue du Président Kennedy 75116 PARIS
Blog powered by Typepad

« Les Français n'ont pas totalement raison... | Accueil | Réviser la révision ! »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c86dd53ef01a5117040bf970c

Voici les sites qui parlent de Comme tout le monde ! :

Commentaires

Parigoth

Mais il n'y a plus de génies puisqu'il faut être comme tout le monde.

Un génie ?
Quelle horreur !
Quoi de plus inégalitaire ?
Coupez-moi vite toutes ces têtes qui dépassent !

vamonos

Le Monde et ses journalistes - dont certains sont évoqués dans le billet - n'ont rien à voir avec l'équipe du M du Monde.

C'est sans doute le problème.

zenblabla

@genau

Merci bien, car suivant les explications de ma fille, il s'agissait bien a priori de deux parties, mais quand même de quatre, elle insistant sur le chiffre, sorte de revendication professorale mise à l'épreuve !

Entre-temps, puisque survient votre commentaire, alors je devrai peut-être réviser mes positions, tenter de mettre en cause les explications de ma fille.
Après tout, il y a peut-être plusieurs écoles universitaires, ce qui serait bon signe de vitalité.
Mais bon, c'est un peu ici par dessus le marché !

Comprenez-moi bien, c'est tellement important pairs ou impairs, parce que c'est tellement important pour elle...,
sachant donc qu'elle me parle de quatre parties obligatoires !

Quant à moi, je vous l'avoue, je n'entends rien encore à cet ensemble de subtiles partitions, m'interroge juste et me dis, c'est bien naturel, que si ma fille me balance l'histoire des quatre parties, c'est sûrement pour une raison valable.

Ce pourrait être par exemple parce que le principe de la tripartition avec thèse, antithèse et synthèse se trouve effondrée d'avance, comme vous dites si j'entends bien, avec le Droit..., tout cela à moins qu'un autre principe, racolant aux abords de la "Vérité" qui permette de s'en réclamer, aille avec le Droit comme il ne va pas avec la Science avant tripartition et par delà tripartition, par deux et quatre.

Comme je suis scientifique a priori, j'en pince pour la tripartition qui opère en média et vulgarisation scientifique,... mais en Vérité, tout cela c'est malgré Descartes et son genre de vérité faite par uni-partition toujours pas gagné..., isn't it ?

Je me fais du souci paternel, c'est ordinaire, alors je me demande pourquoi parité en droit, impairs en sciences...

Merci bien votre rebondissement, et si je parle ainsi, c'est que j'aimerais bien que quelques entités de vérités scientifiques, notamment avec les statistiques mais les probabilités, se comprennent en faits, ne confondent pas holocaustes et faits divers, ainsi que l'accroche des faits divers propose ici, tandis que l'énormité en nombre des victimes non désignées procède.
C'est quand même incroyable si j'aimerais prouver pitoyable cette disjonction, que les propos d'accrochements valent plus avec le Droit que les propos d'attachements, car les attachements sont si naturels, si objectifs, tellement impossibles à gommer, qu'ils sont en "Vérité" considérables.

Je me demande quand même comment ces naturalités considérables de l'attachement se coupent en deux, voire en quatre sinon en trois !

Ambroisine

Oh vous avez raison de dénoncer cette platitude... mais la roue tourne et il y a fort à parier que ce "comme tout le monde" finira par laisser sa place à des originalités...

jef

Tout à fait d'accord et comment ne pas l'être ?
Mais s'il vous plaît, ne pas voir que le verre au trois quarts vide !
Ne jamais se rendre ! Manque donc l'optimisme dans votre billet, même si comme vous je pense que cette fois il est trop tard.

Michael OBE

A votre analyse soutenue par un "comme tout le monde", peut être opposée l'existence d'un "comme personne". Pensée unique ou pensée révoltée, il n'y a plus de place pour la nuance. Tout semble militer pour une radicalisation des pensées, une volonté (du gouvernement actuel) (ré)affirmée de séparer au sein même de notre nation en un temps qui requiert "plus que jamais" (si cette expression revêt seulement un sens) l'Union sacrée. Hier, dans "Ce soir (ou jamais !)", le sujet de l'Ukraine a démontré ce schisme de la pensée. Tout est devenu manichéen ainsi que le démontrent par ailleurs certains de vos titres : "ont raison", "n'a pas tort"...

Ne serait-ce que mes quelques lignes qui marquent un manque de nuances en ce qu'elles caricaturent à gros traits les positions de chacun, en ce qu'elles oublient que nombre de citoyens ne s'inscrivent pas dans un courant politique pour en suivre les moindres positions (parce que l'on peut être de droite et être pour le mariage pour tous, être de gauche et être contre par exemple). Le syncrétisme est la meilleure des positions parce que pour chaque sujet l'individu n'est pas mû par un mimétisme issu de son éducation, de ses croyances. Je ne continuerai pas plus avant l'évidence de ces propos.

PS : Je me souviens d'un de vos articles datant du début de Sochi et dans lequel vous doutiez très fortement de l'objectif de médailles (15). Vous voyez que parfois il faut savoir espérer.

Tipaza

"L'équipe avait fini par préconiser un plan en trois parties, "L'instant, la durée, l'infini".
Rédigé par : genau | 21 février 2014 à 22:58

Oubliant ainsi le caractère le plus important du Temps, l’Intemporel.

Car si l’instant, la durée et l’infini sont des concepts qui traduisent l’effet de nos sens, peut-être abusés, le temps ne se résume pas à l’observable.

La flèche du temps est vécue par chacun de nous comme une réalité à laquelle on ne peut se soustraire, et pourtant dans les équations de la physique, cette flèche du temps ne figure pas et la variable temps est parfaitement réversible. Les équations restant valides lorsqu’on inverse le signe du temps.

La flèche du temps n’a pu être traduite qu’à l’aide du concept d’Entropie, qui n’a rien changé à la formulation mathématique des équations de la physique.

Alors le temps, réservé aux humains ?
Car si Dieu existe, il n’est pas éternel comme le disent certains, il est intemporel, puisqu’il a créé l’ Univers, espace-temps indissociable, et ce dans le « même instant », en se dissimulant juste derrière le mur de Planck.

Enfin comme disait Saint Augustin :
« Qu’est-ce donc que le temps ? Si personne ne m’interroge, je le sais ; si je veux répondre à cette demande, je l’ignore. »

Hors sujet ? Pas si sûr.

Puisqu’il ne faut pas faire comme tout le monde j ‘ai essayé de parler d’un autre sujet que celui des autres commentateurs.

Buridan

@Jabiru

Ce que vous indiquez quant aux réparations accordées à ceux qui se plaignent de craindre d'être à l'avenir victimes de l'amiante auquel ils ont été exposés dans le passé, est fascinant, et assez effarant.

Alex paulista

@ Buridan | 21 février 2014 à 19:28

Je crois que notre hôte a un peu déréglé son curseur. Refuser, par exemple, de participer à des émissions où on aura 15s de temps de parole pour parler de son cheveu sur la langue, de son père condamné ou pour dire Taubira c'est caca sans pouvoir développer, ce n'est pas cultiver l'effacement mais le bon sens.
C'est par exemple la différence entre Finkie et BHL. Même si parfois Finkie m'énerve par ses délires, son attitude me semble plus digne: il va à la télé pour dire quelque chose, pas pour se faire voir et seulement exister pour exister médiatiquement.

Frank THOMAS

Un lecteur prévenant de mon blog a la gentillesse de m'alerter à propos des interrogations et des inquiétudes de certaines personnes qui viennent de le découvrir après plus de plus de quatre ans et qui me font l'honneur d'y jeter un oeil.

Ces interrogations et ces inquiétudes porteraient sur le caractère déroutant, à les en croire, de mes prises de position et des liens externes que j'ai choisi de proposer.
L'habitude routinière et la division artificielle de l'opinion en blocs non pas concurrents, ce qui serait positif, mais violemment hostiles, ont fait que certains sont interloqués de voir réunis dans mes liens des sites aussi différents que ceux de Debout la République, du Parti Socialiste, de l'Alliance Royale ou du Parti de Gauche, pour ne citer que ceux-là.
Comme frappés d'hémiplégie idéologique, persuadés que la vérité n'est que d'un côté et que tout le reste est condamnable, ils s'indignent de cet inventaire à la Prévert sans même en goûter le sel ironique.
L'esprit de sérieux et la cuistrerie qui gangrène notre époque, et qui croît en proportion de l’inculture, les poussent à anathémiser, tels de nouveaux inquisiteurs, toute forme d'éclectisme et d'ouverture d'esprit.
Qu'on se rassure, ce n'est pas parce que je m'intéresse aux gauchistes, aux royalistes, aux libéraux, aux libres-penseurs ou aux catholiques intégristes que je partage leurs idées. Ou plutôt, je ne trouve pas absurde d'essayer, chez chacun de ces groupes qui cultivent une part de vérité, de trouver ce qui en fait des adversaires honorables et dignes de respect.
C'est parce que je suis attaché viscéralement à la laïcité, que je considère que la République, comme son nom l'indique, est un régime où chacun a sa place à condition de se respecter soi-même et de respecter les autres .
C’est aussi parce que mon blog est centré sur la liberté absolue de pensée et de conscience, que je vais à la rencontre de ceux qui ne pensent pas comme moi, et qui ont droit à la considération, même lorsque je les combats.

Bref l’esprit d’ouverture n’a rien à voir avec la compromission ou le renoncement ; c’en est même l’exact opposé.

Car enfin, Racine a fait parler Néron sans être un autocrate sanguinaire, Stocker a raconté les aventures de Dracula sans être un vampire.

Durant plus de quarante ans j'ai mis tout mon savoir et tout mon cœur à ouvrir l'esprit de générations d'élèves en expliquant les grands textes que je fusse ou non d'accord avec eux. Faire lire à une même classe Bossuet et Zola, Céline et Proust, Ronsard et d'Aubigné, Montaigne et Pascal, Voltaire et Rousseau, Saint-Simon et Robespierre, cela habitue, si l'on comprend quelque chose à la mission du professeur, à tout comprendre, à défaut de tout aimer.
De tous les messages, celui-ci est le plus difficile à faire passer. Ce n'est pas une raison pour renoncer. C’est le mien, en tout cas, et, modestement, je crois de ce point de vue être en accord avec Philippe.

Boris

@ Au sieur Xavier Nebout, noble homme
"Point de salut en République".

J'entends bien que vous êtes lassé de l'Etat démocratique, et demanderai à Jupin de vous envoyer un roi très pacifique.
D'autre part, j'imagine que vous ne cautionnez pas les vils descendants de l'infâme régicide, ni ceux de l'Usurpateur.

Adoncques, si vous venez à Reims pour couronner votre bon roi Louis XX, sachez qu'une déclaration de Louis XI, datée de Plessis-lèz-Tours, oblige le buticularius et le dapifer à payer au peuple, lors du couronnement, une pinte de bière gratis pro Rege. En échange, je veux bien crier "Vivat rex in aeternum".

PS. A l'époque, on buvait des breuvages éventés, mais dans notre siècle décadent, une bière sur la place d'Erlon fera l'affaire. Après tout, Reims vaut bien une trappiste...

pibeste

Voilà ce qui pourrait lui manquer

"Cette espèce d’agonie... lucide, bien portante, pendant laquelle il est impossible de comprendre autre chose que des vérités absolues, il faut l’avoir endurée pour savoir à jamais ce qu’on dit"
Céline

Buridan

@adamastor m'a écrit : "Et nous, que pensez-vous que nous ayons "à cirer" (quelle élégance) de votre commentaire, de vos états d'âme ? Si ses billets ne vous plaisent pas, allez voir ailleurs si vous y êtes".

La plaie de ce site, ce sont les messages purement agressifs...
Si mon message vous a déplu, ce que je peux très bien comprendre, et qu'argumenter contre lui ne vous intéresse pas, ce que je peux très bien comprendre aussi, que ne vous êtes-vous contenté de l'ignorer ?

genau

@ Xavier Nebout
Mon vieux coeur fond en lisant "point de salut en République", cela me rappelle les vers de Barbey, "c'était le temps des rois et non des républiques." Merci.

@Savonarole
Les goinfres de la République. Très bien, encore ; ne vous privez pas, ne nous privez pas.

@ zenblabla
Mais où donc votre fille a-t-elle cherché ces quatre parties ? Un devoir de droit, commentaire d'arrêt ou d'article, se fait en deux parties. Exceptionnellement comme N. Catala-Franjou, on peut adopter le plan platonicien en trois parties, mais quatre est réductible à deux. A moins de faire un catalogue, à la façon allemande. Pour l'agrégation, l'équipe avait fini par préconiser un plan en trois parties, "L'instant, la durée, l'infini". Il paraît que les chevaux de la Sorbonne avaient galopé.

pibeste

Depuis que je suis lecteur de ce blog, je ne cesse de lire des gens qui pointent les problèmes avec maestria mais qui n'avancent aucune solution, comme si cela faisait partie du "consensus national".
Il y a quelque chose qui s'appelle "la force de la sincérité" qui fait défaut dans ce pays.
En France ceux qui se hérissent ne sont-ils rien de plus que des suppôts de l'hypocrisie nationale ?

@ Buridan 19: 28

Philippe Bilger est un sophiste, seule l'efficacité du discours lui importe, il manque une étape dans l'élaboration de la pensée ; dont je pense avoir donné la clé.

hameau dans les nuages

Voyez ce qu'il en coûte de ne pas faire comme tout le monde.

Deux jeunes ont été placés en garde à vue pour avoir début février à Charleville-Mézières, tels le discobole, lancé trois oeufs sur le carrosse de monsieur Valls, dont l'un souilla une vitre. Une enquête diligente s’en est suivie qui outre l’arrestation de ces deux terroristes amena les forces de l’ordre à interroger un gosse de onze ans qui par mimétisme copia du haut de son balcon l’illustre geste.

Ils vont être jugés en avril, l’un pour outrage à autorité, l’autre pour complicité par fourniture de moyens.

Peut-être qu’un jour tout le monde fera comme oeufs.

Bebop76

"La normalité de notre président de la République a vite fait long feu. Il ne s'agissait au fond que d'être, d'agir et de se comporter comme tout le monde."

Moi je, moi je, moi je... Président normal, c'est ce que l'on appelle le push en marketing. C'est catastrophique avec un MAUVAIS PRODUIT d'autant plus que l'on se trouve en période de vaches maigres. C'est comme cela que l'on coule une société.

Michelle D-LEROY

@ Jabiru

On a aussi déjà vu des grands fumeurs porter plainte contre des "cigarettiers", un peu comme si moi, gourmande, faisait un procès à mon boulanger-pâtissier, pas étonnant que les tribunaux soient débordés !

 Buridan

Philippe Bilger a eu la rare courtoisie de m'envoyer le message suivant :

"Alex paulista, et vous-même apparemment, voyez une contradiction là où il n'y en a pas. Le problème n'est pas d'être reconnu mais de savoir pourquoi on veut l'être et pourquoi de fait on l'est. On peut dénoncer un certain monde visible et ne pas refuser les moyens, la médiatisation qui permettent honorablement de faire connaître ce qu'on est et ce qu'on sent et pense. L'effacement n'est pas forcément une vertu.

Je serais heureux si vous me faisiez la grâce de publier cette réponse."

Xavier NEBOUT

Se soumettre à la règle pour être libre, tel est le chemin des moines mais bien peu y comprennent quelque chose ; comment être au monde est l’éternelle question du philosophe mais il a fallu attendre M. Heidegger pour savoir se la poser clairement.

Quant à mener son peuple vers le salut, telle est la noble ambition inconsciente de tout homme public mais plus on vise haut, moins on vit longtemps.

On peut se contenter d’être un homme d’honneur, mais là, il ne faut pas trop compter devenir riche et célèbre. Par contre, on peut avoir des enfants fiers de leur père et par là-même, de leur roi.

Maintenant, lorsqu’on a tué son Roi ou qu'on se réclame de ceux qui l'ont fait, on doit subir le monde qu'on mérite et être comme tout le monde, c'est-à-dire rien.

Point de salut en République.

Denis Monod-Broca

@ Tipaza

En quoi croyons-nous ?, éternelle question en effet, je n'en disconviens pas.

Elle est bien votre citation de Molière. Vous auriez pu remonter plus loin dans le temps et rappeler le fameux "aide mon peu de foi"...

Il n'y a rien de nouveau sous le soleil.

Jabiru

@Michelle D-LEROY

Dans le domaine des demandes de réparation de préjudice, sachez que les tribunaux regorgent de saisines émanant d'anciens salariés qui ont travaillé au contact de l'amiante. Une première demande, que l'on peut comprendre et qui est en train de prospérer, s'articule sur le préjudice d'anxiété, c'est-à-dire la peur de se découvrir un cancer dans les années futures. Certains juges accordent une somme de l'ordre de 12 000 euros. Et pour rebondir sur ce que vous décrivez comme les actions reflet de notre époque, s'ajoute une autre demande cumulative qui s'articule sur le préjudice de bouleversement des conditions d'existence ou de projets d'avenir bouleversés, estimée à 15 000 euros. Cette question qui n'a pas encore été tranchée connaîtra moult audiences devant nombre de juridictions et on n'a pas fini d'en parler. La grande majorité des demandeurs sont heureusement pour eux, en bonne santé et ceux à qui on a fait espérer 15 000 euros de gain supplémentaire vont se poser, le moment venu, des questions sur la fiabilité de leurs conseils.

adamastor

@Buridan
"Ce qui me surprend, moi, surtout, c'est comment un homme intelligent et cultivé peut parler sans cesse de politique sans jamais argumenter quant au fond, et se perdre en niaiseries toujours renouvelées : qu'est-ce qu'on en a à cirer, des âmes de Sarko, de Ségo ou de Y, et des distributions effectuées de points bons ou mauvais, voire même des déclarations passionnées exprimées d'un cœur épris ou déçu mais toujours palpitant ?
Até logo..."

Et nous, que pensez-vous que nous ayons "à cirer" (quelle élégance) de votre commentaire, de vos états d'âme ? Si ses billets ne vous plaisent pas, allez voir ailleurs si vous y êtes.
Seria melhor, em vez de dizer “até logo”, dizer Adeus !

sbriglia chez Molière

"Hélas,quand de son doigt, Achille montrait la voie,
La prolixe donzelle s'extasiait sur le doigt..."

Michelle D-LEROY

Bien d'accord avec ce billet qui dépeint la tendance suiveuse du moment qu'il s'agisse des propos, des pensées, des tenues. Une vérité qui crève les yeux.

En attendant, on arrive à une société si normalisée qu'elle devient morose et terne. L'Etat, incapable de redresser la barre économique pour x raisons s'en donne à coeur joie pour abuser de cette normalité et des normes au point d'entraver la liberté de chacun, au point de rendre la vie lisse et ennuyeuse. Cela va de la conduite routière à l'interdiction de fumer, de la réglementation sur la prostitution à celle (bientôt) sur faire un feu dans sa cheminée. Je passe sur les normes alimentaires, automobiles ou du bâtiment qui deviennent de véritables carcans. Au moins, aidés en cela par l'U.E. nos dirigeants ont l'impression de faire quelque chose et de protéger le peuple de dangers réels ou potentiels, l'impression d'exister et, en même temps de faire plaisir à leurs amis écolos.

L'art de faire sans rien faire. Depuis trente ans c'est le cas, depuis deux ans c'est l'apothéose.

Dans le comme tout le monde, la novlangue est la pièce maîtresse : nouveaux mots, nouvelles expressions, nouvelles façons de nommer les choses. Exemple : nous avons tous, juste de l'empathie pour les malentendants...". Auparavant nous avions des sourds avec un véritable handicap et quelques "vieux durs de la feuille", aujourd'hui tous sont réunis sous le label "malentendants" et ainsi de suite. On change les mots pour amoindrir le choc de ceux-ci mais on ne change pas le problème de fond, on le masque.

Et puis enfin, il y a la politique où la norme de la bien-pensance rappelle à l'ordre le moindre faux pas. On l'a vu dans de récentes affaires, le simple fait de douter du bien-fondé de l'interdiction des spectacles de Dieudonné était suspect de défendre ses idées, ses outrances.
Interdiction de se poser des questions si les directeurs de la pensée toute faite ont décidé de la voie à suivre.

A l'inverse il y a les bannis, journalistes, écrivains, intellectuels qui se posent justement des questions (excusons-les d'avoir un cerveau bien fait) et essaient de faire la part des choses. C'est immédiatement l'opprobre de la médiasphère de la pensée dominante. Les sujets sont multiples, on peut débattre sur l'homosexualité ou sur l'Ukraine et Poutine, sur l'immigration ou sur l'Islam, des sujets inabordables sauf à passer pour des grossiers (...)phobes, des cathos intégristes ou des extrémistes, sujets impossibles même en utilisant la novlangue, c'est fichu d'avance. Sinon ? Catalogués et pour les plus courageux et connus : attaqués en justice. Tout mot est suspect.

Enfin, chaque Président n'a de cesse de vouloir rester dans l'Histoire, marquer son "règne" de sa bonhomie et de sa grandeur d'âme. Pour cela F.Hollande s'est cru obligé de trouver un consensus en faisant entrer au Panthéon quatre nouveaux Grands de la Nation et particulièrement en utilisant la parité, cette nouvelle dimension si actuelle, si cultuelle.

Au risque d'être la seule à trouver cette idée sans intérêt et en précisant que les quatre grandes figures retenues sont hautement respectables, je trouve cela dérisoire et uniquement un hochet pour occuper les esprits comme l'avait fait N.Sarkozy avec la lettre de Guy Môquet. Je ne crois pas que les personnages soient plus grands parce qu'enterrés au Panthéon plutôt qu'au cimetière de leur choix. La France a eu de grands écrivains, artistes, hommes politiques, si tous devaient se retrouver au Panthéon, il y aurait foule, et puis là encore le choix est arbitraire.

Mais pendant qu'on amuse la galerie, les toutous s'extasient et le but est atteint.

Quant à l'affaire des fans de M. Jackson jugée au Tribunal d'Orléans, c'est le reflet de notre époque jusqu'auboutiste dans l'insignifiance.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.