Ma Photo

Dans les médias: internet

  • FigaroVox
    Chronique hebdomadaire
  • ma chaîne YouTube
    Entretien de 38 mn avec Alain Finkielkraut, diffusé le 14/11/2013 Entretien de 54 mn avec Maître Hervé Temime, diffusé le 22/11/2013 Entretien de 50 mn avec Robert Ménard, diffusé le 29/11/2013 Entretien de 45 mn avec Eric Zemmour, diffusé le 6/12/2013 Entretien de 52 mn avec Edwy Plenel, diffusé le 13/12/2013 Entretien de 50 mn avec Michel Erman, diffusé le 3/01/2014 Entretien de 40 mn avec Elisabeth Lévy, diffusé le 14/03/2014 Entretien de 50 mn avec Olivier Besancenot, diffusé le 18/04/2014 Entretien de 1h15 avec Henri Guaino, diffusé le 25/04/2014 Entretien de 53 mn avec Eric Naulleau, diffusé le 2/05/2014 Entretien de 52 mn avec Grégory Coupet, diffusé le 16/05/2014 Entretien de 50 mn avec Michel Field, diffusé le 23/05/2014 Entretien de 50 mn avec Xavier Bertrand, diffusé le 20/06/2014

Dans les médias: radio & télévision

  • BFM TV, "BFM Story"
    Mercredi 16 juillet de 18h15 à 18h20, avec Olivier Truchot.
  • RTL, "On refait le monde"
    Mardi 15 juillet de 19h15 à 20h, avec Marc-Olivier Fogiel.
  • Europe 1, "Le parti pris de Philippe Bilger"
    Tous les dimanches à 12h52, dans l'édition Europe 1 week-end présentée par Patrick Roger.

Dans les médias: presse

  • Valeurs actuelles
    Du 17 au 24 juillet, pages 20 et 22, "La gauche laxiste doit beaucoup à Christiane Taubira".
  • "Marianne"
    Numéro 899 du 11 au 17 juillet, page 15, "Sarkozy a plus de mauvaise foi que d'innocence", propos recueillis par Romain Massa.
  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Mardi 2 septembre, de 9h à 12h : "Comment s'exprimer en public ?" Renseignements et inscriptions sur philippe.bilger@wanadoo.fr ou 06 11 53 04 91
  • L'objectif de l'Institut de la Parole est de proposer des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique des personnalités et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense également des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations pratiques liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Elles peuvent être sollicitées la veille. Philippe Bilger, magistrat honoraire, Président-Fondateur de l'Institut de la Parole, propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires. Tél : 0611530491 ou philippe.bilger@wanadoo.fr

Mes liens favoris

Diffusion

  • Wikio
    Wikio - Top des blogs

Mentions légales

  • Directeur de la publication: Philippe Bilger
    SixApart sa 104 avenue du Président Kennedy 75116 PARIS
Blog powered by Typepad

« Projet de redressement pour Arnaud Montebourg... | Accueil | Pour l'instant, Ianoukovitch est détestable ! »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c86dd53ef01a3fcc5b1c5970b

Voici les sites qui parlent de Contredire avec Taddéï ou interdire avec Caron ? :

Commentaires

calamity jane

"Emission de télé-achat" !
Comme La Maison France 5, Des racines et des ailes qui nous relate comment faire pour obtenir le label "admis au patrimoine" (je rigole) et toutes ses variantes !
Des émissions conçues pour consommateurs, consommatrices (entendez la fameuse ménagère de moins de cinquante ans car au-dessus de cet âge elles ne fichent rien, elles vivent en maison de retraite...) ayant les
moyens d'acheter dans le cadre de la "tendance". Sauf qu'en y regardant de plus près, ils retardent. Ce que le prêt-à-porter est à la haute-couture.
C'est qu'en dehors de ce qui nous est proposé, il faut faire le tour de France pour trouver des matériaux à la convenance de ses goûts...
Ne parlons même pas des voix off !
Les gentils pédagogues et leurs banalités.
Les documents sur les animaux méritent leur pesant de "rosette" à la boutonnière !

oursivi

Je ne sais pas si avez aperçu la trombine et surtout le programme du manager de McDo qu'ils vont mettre à la tête de Radio France, mais on ne sait pas très bien lequel des deux effraie le plus.

Je ne pense pas un instant que ce type ait le moindre compagnonnage intime avec FMusique ou FCult, comme sommes quelques centaines de milliers à y prétendre sans abus, ni qu'il puisse citer les noms de Yann Paranthoen, Michel Bydlowski ou André Francis*, mais il entend diriger tout cela...

-Tu veux faire quoi, petit, plus tard ?
-Chef !
-Oui mais chef de quoi ?
-M'en fous, chef !

Nous en sommes là, et las, hélas.

AO

* et J. Duchateau, P. Auger, L. Malson, A. Gerber, G. Lapouge, P. Tandin et tant d'autres...

Jean-Paul Ledun

Un moment adepte, j'ai réussi à décrocher de cette émission tardive, qui dure des heures, où le père Ruquier réussit à nous vendre les livres des uns et les disques des autres, qu'il a évidemment "beaucoup aimés".
Emission de télé-achat finalement qui sauve sa peau grâce au clash organisé de milieu d'émission.
Image incroyable et indécente de nos politiques en coulisses faisant le pied de grue, attendant sagement leur tour pour passer à la casserole pendant que l’on disserte sur « le plaisir que l’on a eu à tourner ce film » et des « Nous sommes beaucoup amusés » (ben j’espère bien !).

C'est ça un politique ???? Et ensuite de s'étonner qu'il n'attire plus les foules lors des élections... ???

Pas la peine d'aller aux urnes pour voter pour un homme, une femme qui va de son plein gré faire le guignol face à des Caron d'eau douce.
Mais quelle image !

France 2 n'a plus d'émissions de débat, juste des émissions d'éclats ("Mots croisés" et "Des paroles et des actes" dans le même sac).

France 2 pense plus à la popularité des ses "journalistes" qu'à la qualité des échanges.
Combien de fois je me suis retrouvé cocu à la fin de ce genre d’émission.

Alors c'est décidé comme tout bon Français qui se respecte je dis :

"N.O.N"! (Nous On N’en veut plus)
qui vaut largement un ONPC ou un DPDA…

adamastor

@ A mon avis

Il y a ça aussi. Regardez à partir d'une minute et quelques secondes. Le garçon a seize ans, entre lui et la tête du taureau, l'épaisseur de sa chemise et de sa cravate. Ici on ne tue pas monsieur, on ne tue pas… on attrape ! http://www.youtube.com/watch?v=TH27QT1Jnv8 ou encore : http://www.youtube.com/watch?v=mqf094pvPkM

A mon avis

@ semtob | 28 février 2014 à 02:29 a écrit
"Il est plus noble pour un taureau de mourir au combat, de traverser l'histoire que d'être abattu dans l'odeur du sang à la chaîne."

Le taureau dont on amoindrit cruellement les capacités pendant de très longues minutes ou peut-être des heures avant de l'achever, doit se délecter de l'odeur du sang dans l'arène ; le taureau est certainement très sensible à votre argument.
P.S. : vous semblez méconnaître le monde des abeilles !

catherine A masochisme sans limite

Rien à dire sur le fond de ce billet, ne regardant jamais ces deux émissions. Par contre une fois encore je suis épatée de constater le masochisme de bien des intervenants pleins de détestation mais toujours fidèles au poste. C'est vrai que le masochisme ça peut faire aussi du bien quand ça s'arrête.

Boris

@ semtob
"ni au personnage fictif le Précieux dans "Le Seigneur des anneaux"".

Elen síla lúmenn' omentielvo, semtob ! Bien que n'étant aucunement un noble heru de Numenor, et encore moins un tar de Gondor ou d'Arnor, mais un simple échanson de Minas Tirith, je vous supplie d'être plus précis concernant mon oeuvre fétiche !

Le Précieux est la dénomination que Gollum, de son vrai nom Sméagol, donne au Maître Anneau de Sauron. Et par métonymie, il est vrai qu'il s'applique parfois le nom qu'il donne à l'Objet, Precious, lorsque l'Anneau annihile sa conscience individuelle. Mais justement, c'est tout, sauf un nom...

Ce n'est pas parce que les Stoors de l'Anduin ont disparu dans des circonstances mystérieuses, avec la grand-mère et ses oeufs, qu'il faut maltraiter ainsi le plus célèbre de leurs représentants. Je vous accorde que le pauvre Déagol aurait été d'un autre avis. Enfin...
Namárië.

semtob

Cher Philippe,

Nous ne ressemblons ni à Jean-Luc Bennahmias, ni au personnage fictif le Précieux dans "Le Seigneur des anneaux" :
http://www.youtube.com/watch?v=ih15GBnn47Q
et il est de notre droit de soutenir l'art de la corrida. Quant aux capacités orgasmiques, il ne vous appartient pas d'en juger !
Il est plus noble pour un taureau de mourir au combat, de traverser l'histoire que d'être abattu dans l'odeur du sang à la chaîne.
Rassurez-vous, nous ne marchons jamais sur les fleurs et nourrissons les vieilles abeilles qui ont perdu leurs ailes.
Nous sommes sans pitié pour les moustiques qui ont décimé quelques centaines d'enfants et de femmes pendant l'écriture de ce commentaire.
françoise et karell semtob

crisfi

Merci monsieur Bilger pour ce billet : tout y est dit !

Savonarole

Ruquier est un malin. Il vous refait le coup de Starsky et Hutch, ou des deux flics de French Connection, un bon gars et une brute, et ça marche, nombre d'entre vous qui haïssez ce Caron ne regardent cette émission que pour le "clash". Ah le clash, moment sublime de la ménagère ménopausée et du trentenaire idiot à souhait qui n'attendent que ça... c'est tout le talent de Ruquier, réunir deux publics, le retraité et le jeune con. Ce Ruquier est génial.
Vous boufferez du Aymeric Caron jusqu'à la fin de vos jours, car après lui en viendront beaucoup d'autres, vous n'êtes pas au bout de vos peines...

sbriglia

"Longtemps je me suis couché de bonne heure... " : que ne mettez-vous en pratique votre auteur de prédilection !

A seule fin de ne pas être le scribe de cette décadence qui en à peine un demi-siècle nous fait passer d'un Sartre/Aron à un Caron/Taddéï...


Michael OBE

Derrière tout cela, se cache la critique justifiée de la télé d'aujourd'hui. Les émissions d'analyse sont elles-mêmes devenues ce qu'elles fustigent en prônant l'extrême sensationnisme au maléfice de la raison.

"Ce soir (ou jamais !)" sauve un peu le service public télévisuel français parce que je ne vois nulle part la programmation d'émissions d'astrophysique (ou disons d'astronomie), de découvertes que celles-ci soient zoologiques ou purement écologiques. Il y a bien des émissions comme "J'irai dormir chez vous" qui réussissent l'alliance de la découverte et du divertissement. Mais, au-delà de ces exceptions non exhaustives certes, notre télévision est sclérosée par des programmes indignes. Comment accepter cela ?

Pour en revenir à Taddéï et Caron, il n'y a pas véritablement de combat. La solution de Caron qui consiste à museler a priori une parole qu'il juge incompatible avec nos valeurs républicaines est elle-même contraire à ces valeurs. Se penser démocrate et être liberticide, c'est un peu dans l'air du temps.
Aymeric Caron souffre d'une certaine partialité, voire d'un aveuglement, qui le conduisent trop souvent à orienter un argument (ou une bribe d'argument) vers un a priori, autrement dit il commet cette erreur épistémologique consistant à faire précéder la conclusion aux arguments. Pour exemple, alors qu'il discutait avec Cédric Villani (trop rare à mon goût malgré une certaine présence médiatique) critiquant le caractère "pour initiés" de son ouvrage en lisant un échange de mails entre deux mathématiciens de génie, Cédric Villani lui fit lire la phrase suivante, "Ce jour-là...", en lui démontrant que ce mail servait simplement à démontrer l'extrême folie émulatrice de la recherche et que le "roman" enchaînait sur un récit normal et compréhensible. En somme, si peu de personnes peuvent comprendre l'échange mathématique, nous sommes tous aptes à saisir l'émulation. Tout cela pour souligner l'extrême fermeté des positions de Caron qui ne sont pas tenables dans un monde d'échanges, qui sont pires que les positions qu'elles croient dénoncer. Le monde d'Aymeric Caron est un monde unicolore sans nuance.

Charlie

Excellent billet M. Bilger. Quand j’entends Caron, bête, suffisant et ignare, j’ai envie de manger de la viande rouge. Natacha Polony, que j’admire pour allier, par contraste, tant d’intelligence, de culture et de charme, a bien raison de s’enfuir de cette émission de vendeurs de soupe.

Wil

En France, on est plus intelligent que les autres avec notre “exception culturelle”, c’est bien connu.
La preuve, c’est qu’on donne des leçons sur tout et n’importe quoi à la terre entière à longueur de temps. Des leçons que généralement on est incapable de s’appliquer à nous-mêmes.

Quelqu’un n’est pas de notre avis (qui est forcément le seul valable) ?
Et hop, c’est soit un fasciste, un obscurantiste, un catho rétrograde, un sympathisant FN ou tout ça à la fois.

Il pense comme nous ou il est un ennemi à abattre. Et l’ennemi doit être ostracisé, ses idées doivent êtres interdites, à moins qu’il ne fasse des excuses publiques en promettant bien qu’il ne le refera plus.

Internet permet à peu près la liberté d’expression ?
C’est intolérable, il faut le censurer !
Si, c’est possible, ”les Chinois le font bien !” comme dirait Barbier.

Pas de place pour un avis mesuré. Pas de place pour le ”Sur ce sujet, je suis d’accord avec le FN, mais sur cet autre sujet, je suis d’accord avec le PS” et je ne parle même pas du “Dieudonné ne dit pas que des bêtises et il est parfois drôle”… COMMENT ? MAIS QUELLE HORREUR ! QUEL SCANDALE ! 50 COUPS DE FOUET ET DES EXCUSES CHEZ MIREILLE DUMAS !!

La gauche “humaniste” et bien-pensante, c’est le blanc et noir (blanc et noir ? mais t’es fou, emploie pas ces mots-là, on va te prendre pour un suppôt de IIIe Reich !).

Eh oui dans la bien-pensance de gauche “humaniste”, on n'aime pas les têtes qui dépassent. Pas plus que dans la bien-pensance d’extrême droite ou gauche.

Au moins, l’extrême droite ne se cache pas derrière de grands discours humanistes hypocrites pour arriver au formatage des esprits. On la voit venir de loin.

A mon avis

@ semtob

Sans doute jouissez-vous au spectacle de la mise à mort du taureau dans l'arène, et êtes-vous choqué (à juste titre) par le visionnage d'une vidéo d'un adolescent maltraitant un chaton !
P.S. votre prose est précieusement ridicule.

MS

"Peut-on hésiter un seul instant entre le couperet honteux et peureux de Caron et l'ouverture intelligente et libre de Taddéï ?" PB

Une sorte de péché originel de la gauche réside au fond dans sa volonté farouche d’indifférenciation. Au bout de la logique, tout ce qui rechigne à filer bas pas sous les fourches caudines de sa clôture du Bien doit être ratiboisé. Son cléricalisme traque alors l'infidèle, dresse des listes et appose son sceau d'infamie, "réac" et "facho".
L'inégalable force comique de ces Marat en meute pour un Chénier est de bâillonner la dissidence en se supposant les chantres de la liberté de l'esprit.

semtob

Cher Philippe,

Un journaliste qui se prend pour un "flic" pourrait boire la tasse dans sa flaque.
Porteur de rouflaquettes, pour se confondre avec le célèbre dents de sabre, ce timide transpirant ose prendre ses penchants de midinette pour la réalité.
Il est possible de manger du lion pour ce petit-bourgeois qui n'a de rien jamais manqué.
Pour être végétarien, il ne faut jamais avoir eu faim. La poésie du bruit de l'oeuf cassé ou de la glace au citron ne peut rien lui évoquer.
L'esprit sacré de la corrida inscrit au patrimoine de l'UNESCO nourrit plusieurs régions de France, n'en déplaise à ce coucou de la nuit. Qu'il rejoigne donc la belle sur l'île des bébés phoques et nous laisse déguster les saveurs de la gastronomie française. Ils sont de plus en plus rares ces repas qui font honneur à la viande et qui ne s'est jamais relevé la nuit pour tourner autour d'un rôti ? C'est Bernard Lavilliers qui devrait remplacer Caron.
françoise et karell semtob

calamity jane

Reconnaissante à F. Taddéï de m'avoir fait découvrir des personnages dont j'ignorais le poids de l'existence.
De connaître avec qui je partage l'air qu'il se respire ailleurs qu'au pied des monts.
Et on devrait l'ignorer ? Parce que, par exemple, nous serions un pays remarquable de créativité, auréolé par la pratique scrupuleuse des bien-fondés D.D.L.H (droits
de l'homme) ? Tellement sûrs de nous qu'en cas de conflit ce seraient des ennemis à ignorer ? (pour ne pas déposer un autre vocable !)

"...nous mettre en situation de l'approuver
malgré nous" J.D. Reffait.

Ebben !
Des extrémistes en somme tant F. Taddéï qu'A. Caron qui nous imposent pour l'un des présences humaines et pour l'autre une idéologie.
On a envie de plier bagage. De ne plus participer de ces mascarades et de laisser la lutte (si petite soit-elle dont les mille et une occasions de prendre possession et conscience de sa réalité de citoyen) hors les murs de ses pénates et réentendre "La flûte enchantée" pour ne pas risquer le rejet ; le sien et/ou celui d'autrui.

neofit

"On n'a pas besoin d'une démocratie qui se contenterait de..."

Je me permettrai de dire que le conditionnel semble ici superflu. La phrase implique alors que nous avons grand besoin de la démocratie que nous n'avons pas.

"Il est le serviteur de l'intensité intellectuelle consubstantielle à tout débat authentique."

C'est une belle phrase qui interpelle, car elle invite aussi à porter le regard sur son interlocuteur. Quel est donc ce maître redouté qu'Aymeric Caron s'efforce désespérément de servir au péril de sa personne et de sa probité intellectuelle ?
On sent bien que son intellect est sous une emprise puissante, qui le pousse à utiliser des formules incantatoires, de peur de manquer au devoir impérieux et sacro-saint de non-réserve, quand le sacrilège indicible pourrait être sur le point d'être commis.
On peut lire sur son visage qu'il ne s'appartient plus, car la proximité dangereuse de la zone à défendre a déclenché automatiquement un processus de contrôle mental, un peu à la manière d'un virus informatique, programmé pour s'activer dans des circonstances prédéfinies, à l'insu de
l'utilisateur. Les hommes politiques et les acteurs médiatiques sont tous infectés du même virus, que leur intelligence immunitaire ne parvient plus à contrer. Nous pouvons en faire l'expérience tous les jours, si seulement nous voulons le voir.
Le nom de ce virus semble anodin et est familier de tous. Il s'appelle "le politiquement correct". Pourtant ce virus n'est pas anodin, car il s'est formé à partir d'un code élaboré par des programmeurs virtuoses de la manipulation idéologique et de l'ingénierie sociale.

C'est lui le vrai "maître à penser". Il est devenu le régulateur omnipotent et despotique du "système".

oursivi

Il n'y a guère, j'écrivais à je ne sais plus qui, un sociologue et néanmoins ami, tout arrive, que le propos actuellement dominant de la société médiatique et de ceux qui en écoutent les préceptes, n'est point de penser le réel mais de se trouver un positionnement idéologique qui se rende sympathique à lui-même.

Peu de jours plus loin, j'entends A. Comte-Sponville tenir semblable propos sur FCult...

Caron est exactement à la croisée de cette peur du réel et de cette médiocrité positionnée.
Celle qui cherche les sympathies de ceux effrayés par tout ce qui s'affirme loin du centre où bêle la masse.

Ce qui s'observe le mieux chez lui est une vraie angoisse, qui en appellerait presque à cette entité "rassérénante" qu'est la maman-public qui rassure les brebis anxieuses que de s'être aventurées à la lisière du bois de la raison où il faut commencer à se débrouiller seul sur un terrain argumentaire inconnu.

Le plus pathétique lui devient alors cette façon de patiner sur place et sur une indignation morale médiatiquement bien positionnée.
Cela quand il est vide d'argument et que l'étrangeté que sont les idées d'un autre lui paraît menacer ses certitudes telles les lisières d'un sombre bois la bonne brebis qu'il est.

En ces occasions, il se transforme en une espèce de fayot tête à claques assez réjouissant, et vas-y que j'écarte mes mèches d'un geste agacé et vas-y que j'allonge ma face d'Averell Dalton d'un dégoût bien pincé...

Irrésistible.

Mais maman Ruquier est toujours là pour lui prendre la main et le ramener vers du connu, du qui déstresse.

Étrange qu'un homme qui a été grand reporter dans autant de pays à problèmes puisse être aussi angélique, creux et policé dans sa vision du monde, serait-il resté dans nos feutrées ambassades...?

On peut en douter, d'où mon étonnement.

Pour être honnête et impartial, il n'est pas toujours si sot, convenons-en.
Mais parfois, hélas pour lui, il est une andouille fort utile que d'être le précipité de cette non-pensée dominante avec si belle assiduité, il suffit juste qu'un original pointe le bout de ses idées, comme une loupe cruelle portée sur sa vacuité à lui.

Naulleau et Zemmour n'ont jamais été remplacés.

Et Natacha qui s'en va...

Mais... qu'est-ce qui empêche Maman Ruquier de leur offrir une nouvelle année de tours de manège à ces deux-là, ces fiers et brillants garnements...?

Allez, chiche Laurent ?!

Comme Capon.

Pas Caron.

AO

zenblabla

Faut croire qu'il y a bien concurrence entre tous ces personnages, afin qu'ils atteignent... quoi ?
Si je me le demande, "on" se le demande, mais qui ?

Sans doute que tous ces personnages s'adressent aux "on", dans un concours de circonstances.
A moins que les circonstances fassent les "on", ceux qui ne sont jamais en reste pour l'assimilation intellectuelle d'une pensée dominant l'autre...
La pensée en tube, ce n'est quand même pas autant glorieux que c'est pesant, même si cela pèserait plus d'un côté que de l'autre.
Les médias lancinent parfois...

Tipaza

"On peut vous retourner vos propres paroles :
"Il [Tipaza] fait tout son possible pour se rendre intéressant sans y parvenir.
Soyons indulgents avec les indigents de l’esprit.""
Rédigé par : A mon avis | 26 février 2014 à 17:19

L'usage veut que les individus comme vous partagent leur avis sans qu'on le leur demande.

Une générosité qui ne leur coûte pas grand-chose. Est-ce votre cas ??

Mais votre avis m'a intéressé, vous avez un sens de la répartie impressionnant.

Arobase du Ban

Erratum

Dans mon commentaire du 26 à 12h33, j'ai écrit : "Soral a été le parrain d'un fils de F.Taddeï..."
Il fallait lire "Nabe a été le parrain..."
Les blogueurs qui ont regardé l'émission auront rectifié d'eux-mêmes.
Pardon à F. Taddéï.

pibeste

Bonsoir M. Bilger

La parole authentique n'est pas séduisante
La parole séduisante n'est pas authentique.

Le Bien n'argumente pas,
L'argument ne fait pas le Bien.

Et la où manque la sincérité,
manque aussi la fidélité.

Franck Boizard

Pour être un inquisiteur, il ne faut pas faire preuve de trop d'intelligence. Ca tombe bien, c'est tout à fait dans les capacités de Caron.

Dans le sublime De l'art de conférer, Montaigne écrit : «Il est impossible de traitter de bonne foy avec un sot. Mon jugement ne se corrompt pas seulement à la main d'un maistre si impetueux : mais aussi ma conscience».

Ce qu'Audiard a dit à sa façon : «Les cons, je leur parle pas. Ca les instruit».

Bien sûr, refuser les conversations avec les sots revient à leur laisser le terrain. Mais discuter avec eux, c'est légitimer leurs délires, laisser croire que ce qu'ils racontent pourrait avoir la moindre espèce d'intérêt.

Il y a suffisamment de chaînes de télévision, sur le câble ou sur internet, pour que je ne voie vraiment pas où est la nécessité d'aller se salir chez Ruquier.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.