« Faut-il soigner les jurés d'assises ? | Accueil | Qui est vraiment étonné ? »

04 mars 2014

Commentaires

La musique dans la peau...

Depuis quelques années il manque quelque chose d’essentiel aux César pour être drôles, moins ennuyeux et moins conventionnels : VALERIE LEMERCIER, la meilleure MC toutes cérémonies confondues ! Qui est, dit-on, boycottée pour avoir fait un sketch se moquant de Juliette Binoche...


Alex paulista

@ oursivi

Si vous regardez le prix de l'immobilier et les salaires en francs constants depuis trente ans, vous verrez que ce sont plus les salaires qui ont baissé que l'immobilier qui a augmenté. Le nombre de m2 par personne a presque doublé également, à cause des familles décomposées. Pourtant ce que dépense l'employeur n'a pas baissé : ce sont les charges sociales qui ont triplé.
Et même aux US, la bulle immobilière n'a pas été causée par la bourse. La titrisation des dettes n'a été qu'un moyen utilisé par les politiques pour compenser la baisse de pouvoir d'achat des ménages.
La finance n'est qu'un moyen. Elle a parfois ses perversions, mais de là à lui mettre sur le dos tous les malheurs du monde...
Vous êtes marrant avec vos habitants qui ne profitent pas de la hausse de leur bien... À la retraite ils peuvent toujours le vendre et partir s'installer au bord de la mer avec un million d'euros ! Ou le donner à leurs enfants qui auront 2000 euros par mois de niveau de vie en plus.
Si pour vous ce n'est rien... C'est plus que ce qu'on peut accumuler en toute une vie avec un salaire même correct, si l'on doit louer son logement ! C'est la différence entre le revenu net d'impôts d'un smicard et d'un cadre supérieur...

hameau dans les nuages

@Savonarole
"il en a gardé des semelles bien garnies..."

J'y ai mis les miennes en plein dedans et par choix. On appelle ça avoir les pieds sur terre. On sait comme cela d’où l'on vient et ce qu'il en retourne.

Car après tout, le reste... ce ne sont que verroterie et bibelots.

Vous le savez.

oursivi@AP

"être primo-accédant va devoir se payer toute la vie."
Rédigé par : Alex paulista | 06 mars 2014 à 07:49

Ceci dit, Alex, reconnaissez que si les prix de l'immobilier du centre ville sont devenus la répugnante dinguerie qu'ils sont, les dingueries de la bou(r)se n'y sont pas pour rien.

Car ces "liquidités" purement spéculatives que vous qualifiiez ainsi avec une bienveillance toute corporatiste - je provoque, je sais - y voyant du bon argent de poche pour la société, ont en fait une fois remisées sur le moins dingo marché de la pierre, fait flamber les prix de l'immobilier urbains de manière abjecte.

Car, si acheter un appartement à la fin des années quatre-vingt-dix était à la portée de n'importe quel cadre moyen, cela est devenu un doux souvenir cinq ans plus loin...

Tout cela n'offrant aucun avantage aux propriétaires occupants et non spéculateurs, eux qui ne posséderont de cela que pour y habiter et voient même devenu quasi impossible que de revendre pour acheter ailleurs du fait des commissions et autres frais de vente...

Merci, la bou(r)se...

L’État, et surtout ces parasites atroces d'agents immobiliers en ont bien profité...

Dingue, le nombre d'agence immo à la gomme qui se sont ouvertes passé 2001...

Sacrifiés, des cafés, des libraires et un tas de commerce, un milliard de fois plus précieux que ces vitrines à sourire tenues à quatre-vingt quinze pour-cent par de superbes affreux, aussi médiocres qu'intéressés.

Quant à Tillinac, il a le droit de privilégier une certaine "habitude" de la France qu'il aimerait pérenniser - les autres peuples l'ont assez serinée de ce droit pour qu'elle se l'accorde à elle-même, la France - mais être aussi mauvais en sa rhétorique comme en ses amitiés politiques, Chirac, Alliot-Marie et autres navreusetés (cherchez pas, je viens de le néologiser (cherchez pas non plus), celui-là)... il y avait de quoi se faire botter les fesses un jour.

Ce fut un soir. On est pas couché. Il aurait dû l'être.

AO

zenblabla

Mais enfin @Savonarole !

Moi aussi j'ai "re"-commencé "Mon Oncle d'Amérique" sur Arte.
Je me suis naturellement endormi, parce que j'étais fatigué du travail, surtout parce que ce n'est pas la commémoration qui m'entraîne tellement...

C'est "moyen" comme vous vous en prenez à Tillinac.
C'est un peu comme s'il suffisait de porter l'estocade.
D'habitude c'est moins "moyen" avec vous !

Je pense qu'un monde qui s'effondre, c'est un monde non seulement considérable, mais que c'est un monde qui vaut mieux que la satisfaction à constater son effondrement.

Comme raconte Tillinac, ses attachements, c'est bien mieux que comment font beaucoup d'autres avec les leurs.
C'est un talent admirable avec lui, surtout s'il s'agite avec les failles manifestes osées comme avec lui parmi les médias.

Peut-être que Boris Cyrulnik raconte les attachements au point de conforter le biais de la psychanalyse avec les animaux, si avec les hommes cela ne serait encore pas autant d'actualité, et cela encore moins en médias.

Non, non!
En monde médiatique, Tillinac ne peut pas être dégommé aussi facilement que cela se passe, sinon pour dire que seulement vaudraient les détachements avec les media, et avant la Justice.
Si Tillinac ne dit pas grand-chose, s'il ne dit pas comment doivent s'opérer les détachements, au moins dit-il ce qui fait ses attachements, et de belle manière.
La plupart ne le disent pas...
Oseriez-vous @Savonarole, dire vos attachements ?

Je pleure voyant des "bonnets rouges", tandis que la mort de la langue bretonne voire son dialecte s'est annoncée dès les luttes anciennes d'un demi-siècle, même si par quelque action gouvernementale de tous bords les langues locales, et peut-être même les dialectes désormais confondent officiellement !
En Alsace, la propension des attachements avec le dialecte est un désastre..., à moins que FR3 raconte différemment parmi les détachements.
FR3 Alsace ne détache pas comme aujourd'hui cela arrive avec le dialecte...
FR3 "rattache" moins bien que Tillinac attache, je n'y peux rien, c'est visible et audible, même en failles...

@Savonarole, vous êtes un tueur d'attachements, parce qu'ici vous ne faites que présenter les détachements.
Avec quelques bria !

zenblabla

@Beru

J'aime beaucoup la musique, malgré cela je ne sais pas l'écrire.
Désolé !

...mis à part :
Cela me rappelle une discussion parmi les architectes concourant à la monumentalité de l'espace public... disputant aux jurys la valeur des jugements.
Les "Jurys" expliquent toujours que surtout jamais au grand jamais il ne faut se fier à un penchant, qui entraînerait la gouverne des non-professionnels qui ont l'opportunité de voter, leurs votes étant comptabilisés pour retenir un projet... jamais se fier donc à :
"j'aime / j'aime pas"... mais plutôt se fier à des critères.

Les critères vaguement exposés ne sont pas compréhensibles, et le "J'aime / J'aime pas" sont professionnellement remis tout à fait ailleurs qu'en architecture !!
On attend les critères, n'est-ce pas ?
La Loi fait quelques critères, tandis que l'on aime ou l'on n'aime pas !

@Merci JDR
Merci votre clarté.

Voici l'obscurantisme :
J'ai eu la chance de connaître un avocat, toujours le mien, qui m'a expliqué le coup de dés, comme vous dites "la loterie".
Fut-il fautif ?

Si je considère mon expérience, j'ai gagné souvent en Justice lorsque je me sentais un peu défaillant, pire, j'ai perdu lorsque je me sentais injustement attaqué.

Parmi mes multiples péripéties en simple justice civile, je n'ai jamais attaqué, pas plus que je n'investis avec la Française des Jeux.
Cela fait quand même un tort parmi les miens que je sois seulement attaqué, ne crois pas assez en la Justice pour faire mener depuis mon côté des attaques, m'estime suffisamment chanceux et bien assez démuni pour maintenir ce cap, étant aussi sans doute vaguement subjugué par les propos de mon avocat, celui qui est toujours le mien...
Vous décrivez bien une sorte de désespérance !

Savonarole

Tillinac c'est "le bon sens près de chez vous", célèbre slogan d'une banque pour agriculteurs ; à force d'avoir claqué le cul des vaches avec Chirac d'Aurillac à Tulle, il en a gardé des semelles bien garnies...
Et puis cette façon de se racler la gorge chaque fois qu'il répond à une question est d'une inélégance consternante. Une simple Valda rendrait son discours audible.

berdepas

Bravo M.Bilger !!
Vous avez tout dit. Vous exprimez l'opinion des Français de bon sens. Et avec quel talent d'écriture !!

Parigoth

@Wil
Je ne pense pas qu'on ait besoin d'une bonne culture générale "classique" ou pas, pour avoir un minimum d'esprit critique, mais je peux me tromper.
La capacité à douter, le questionnement, me semblent plus important.

En fait, je ne me suis pas montré suffisamment précis.
En amont de la « culture générale » qui correspond si l'on veut à l'acquisition et à la mémorisation de « données » en termes informatique, nous avons tendance à notre époque à négliger le développement des capacités intellectuelles d'analyse et de synthèse, pour ne citer qu'elles, grâce à ce que nos aïeux appelaient « les humanités » (latin et grec).
L'apprentissage de ces langues à travers de grands auteurs favorise l'acquisition d'un esprit de rigueur et de logique.
Ces deux caractéristiques manquent à trop de nos contemporains y compris dans des professions qui devraient s'en réclamer (Philippe Bilger pensera tout de suite à l'une d'entre elles en particulier...).

Selon un sondage CSA commandé par l'Institut pour la justice, 77% des Français ont une mauvaise opinion de la justice. Alexandre Giuglaris, délégué général de l'IPJ, analyse avec lucidité et pertinence ces résultats et les raisons de cette défiance.

Si je puis me permettre de faire une suggestion, Philippe Bilger ne serait-il pas tout indiqué du fait de son parcours de magistrat et d'écrivain, plus celui désormais de « blogueur » à l'écoute des Français « de base » que nous sommes, pour collecter, répertorier et analyser les principaux reproches formulés à l'encontre de la justice par des gens qui n'ont pas forcément eu affaire à elle mais qui en constatent les dérives d'après les comptes rendus de presse, afin de présenter une sorte de « livre blanc » suggérant des axes de réformes possibles ?

wil

@yves

Vous ne m'avez pas bien lu.
Je n'ai pas dit que la culture générale n'était pas indispensable mais qu'elle n'était pas le plus important.

On peut emmagasiner tout et n'importe quoi, si on ne sait pas ce qui est important ou pas, et si on ne sait pas quoi en faire, on n'est rien de plus qu'un disque dur.
Ca n'a pas d'intérêt.

Alex paulista

Tillinac a été pitoyable.
En gros, son discours est un communautarisme du Français de Souche: reconnaissance de la catégorie, revendication de son art qui serait supérieur, au moins pour "sa" civilisation.

Pierre Desproges avait cité Brassens et sa ballade des gens qui sont nés quelque part dans son réquisitoire contre Jean-Marie Le Pen.
Les mêmes paroles s'appliquent à Denis Tillinac.

On atteint le comble de l'absurde quand ces "gens qui sont nés quelque part" veulent supprimer le droit du sol. Comme pour l'immobilier, être primo-accédant va devoir se payer toute la vie.

Savonarole

Une pensée amicale à tous ceux qui ce soir se croient obligés de regarder sur ARTE Mon oncle d'Amérique d'Alain Resnais... il y a de quoi se flinguer !

Yves

@Wil 5 mars 16.21

Selon vous, la culture générale n'est pas indispensable pour avoir l'esprit critique.
Cela ne semble pas l'avis de votre homonyme, le grand Will, celui né à Stratford-upon-Avon, qui écrivait que "la mémoire est la sentinelle de l'esprit".
On a beau dire, si la mémoire protège l'esprit, il est préférable qu'elle ait été bien nourrie.
Je vous remercie de m'avoir donné l'occasion d'intervenir dans ce club où tout le monde a des avis sur tout, souvent contraires à celui qui vient d'être exprimé... et où, me semble-t-il, la dose de culture générale est plus forte que la moyenne nationale.

Wil

@Parigoth
"combien d'entre nous disposent-ils de la culture générale de type « classique » permettant de disposer d'un minimum d'esprit critique ?"

Je ne pense pas qu'on ait besoin d'une bonne culture générale "classique" ou pas, pour avoir un minimum d'esprit critique, mais je peux me tromper.

La capacité à douter, le questionnement, me semblent plus important.

Que me dit-on, qui me parle et pourquoi ?
Est-ce plausible ?
Quelles sont les autres possibilités ? etc.

Avoir un peu d'empathie sert aussi, ça permet d'essayer de comprendre le point de vue de l'autre.

Et surtout douter de soi-même et de ses propres certitudes.

Je pense que cette façon de penser, qui vaut ce qu'elle vaut, est donnée à tout le monde, c'est juste que certains l'utilisent et d'autres pas, pour différentes raisons. Souvent, par facilité (paresse intellectuelle ?).

Malheureusement, je pense qu'on ne l'apprend pas à l'école.
En tout cas, moi qui étais mauvais élève, ce n'est pas là que j'ai "appris à penser".
Mais peut-être que pour d'autres c'est le cas.

Parigoth

@Wil
N'en déplaise à certains (beaucoup), la télévision est un bon moyen d'avoir une bonne culture générale à peu de frais. Il suffit juste de savoir ce qu'on regarde et de garder un esprit critique.

Mais c'est là où le bât blesse, combien d'entre nous disposent-ils de la culture générale de type « classique » permettant de disposer d'un minimum d'esprit critique ?

Combien de téléspectateurs savent-ils que des images peuvent mentir en fonction du contexte, du cadrage, du montage ou du commentaire ?
Combien savent-ils que l'on peut désinformer encore davantage par ce que l'on ne montre pas que par ce que l'on montre ?

Je me souviens avoir vu il y a fort longtemps une séquence assez pédagogique sur le pouvoir de manipulation de l'opinion par l'image.
Un film de quelques dizaines de secondes montrait des femmes cantonniers au travail dans une rue d'une ville d'URSS, mais diffusé avec trois commentaires différents.

Le premier commentaire, neutre, expliquait simplement la situation.
Le deuxième commentaire, assorti d'une musique guillerette, vantait la libération de la femme en URSS, patrie des travailleurs.
Le troisième commentaire, accompagné d'une musique sombre aux accents funèbres était un réquisitoire contre l'exploitation de la femme en URSS, considérée comme un esclave.

Tipaza

« César, ceux qui sont exaspérés te saluent ! »

Je comprends votre exaspération, sans toutefois la partager puisqu’il y a longtemps que j’ai cessé de regarder la cérémonie des César, après m’être écrié :

Pouce !!

Jocelyne

@Denis Monod-Broca
"Contre cette sorte d'exaspération, j'ai un bon remède, très efficace : depuis des années nous n'avons plus de télévision..."

A la lecture des commentaires sur ce blog, je ne cesse de me féliciter de n'avoir pas la télévision, depuis près de trente ans.

A quoi sert de commenter de façon stérile ce qui se dit ou se fait dans ce triste microcosme - comme c'est souvent le cas sur ce blog - si ce n'est tomber dans le piège de l'entre-soi, reproduisant cela même qu'on croit dénoncer...

Nous sommes mis - et c'est brutal - devant les risques de la consanguinité : l'accentuation d'une caractéristique génétique, et ses conséquences.

"Plus ils croient en eux-mêmes et plus ils veulent nous faire croire à leur intelligence et plus ils nous paraissent bêtes ; et plus ils sont persuadés de dominer sur le reste des hommes et plus nous jugeons qu'ils appartiennent à une espèce misérable."
François Mauriac
"On n'est jamais sûr de rien avec la télévision"

Wil

Et pendant ce temps-là...

"Coupe du monde de football
Plus de 450 immigrés indiens morts au Qatar en deux ans
En moyenne, 20 migrants indiens meurent chaque mois au Qatar, pays hôte de la Coupe du monde 2022."

http://www.tdg.ch/monde/450-immigres-indiens-morts-qatar-2-ans/story/18445098

Combien de morts en 2022 ?...

Pas grave, comme pour les J.O., on dira qu'on ne va pas boycotter la Coupe du monde.
Pensez à tous ces athlètes qui se sont entraînés pendant des années pour cet événement. Ca serait trop dur pour eux, les pauvres.
Si des centaines de morts, des milliers en 2022, ne suffisent pas pour prendre des mesures, quelle est la limite ?

Peut-on ensuite dire qu'on n'y peut rien et regarder tranquillement nos matchs à la TV, comme si rien ne s'était passé ?

Et dans ce cas, ne serions-nous pas complices ?

calamity jane

..."quelle midinette vous faites."
Y croire et y croire encore n'est-il pas Môssieu Bilger ? Comme si, trop lucide, vous aviez besoin de chaque fois vous mettre à l'épreuve. Tout un art.


pibeste

Bonjour M. Bilger

Je suis surpris qu'à votre âge et avec votre "vécu" on puisse encore s'inquiéter de sa propre "frustration narcissique" car cela fait belle lurette que le moindre "condamné à acquérir de la sagesse contre son gré" a compris que la frustration est la résultante des échanges déséquilibrés et le narcissisme sa condition première ; donc deux notions à bannir pour accéder à la vraie joie de vivre.

Ensuite, si vous aimez les amis douteux genre Polanski auquel il est déconseillé de confier ses enfants, les guindé qui minaudent de plaisir et les opportunistes qui s'autoproclament l'élite artistique alors effectivement la "Cérémonie des César" est ce qu'il ne faut pas zapper... Zappez !

Maintenant effectivement le comble c'est de voir cette garde des Sceaux s'apitoyer sur sa "frustration narcissique" après avoir subi le suprême outrage de l'injure raciste et pondre un pamphlet pour arrondir sa bêtise sur le fumier de la démocratie. Qu'elle considère seulement comment tous les humbles sont humiliés chaque jour et son petit ego s'oubliera peut-être pour se consacrer efficacement aux tâches nobles auxquelles elle s'est préparée
Je connais le remède à son problème : l'obliger à "acquérir de la sagesse contre son gré" en lui faisant subir quelques injustices mais pour cela il faudrait une révolution !

Wil

@oursivi
"Moi-même, je perds mon temps à commenter l'insignifiant et vous le fais perdre aussi."

C'est vrai !
Continuez à consulter pour votre problème de masochisme. Votre prise de conscience montre que vous êtes sur la bonne voie. La prochaine étape, c'est l'abstinence du commentaire inutile.
Bon courage.

Achille

Bonjour Philippe Bilger,

« César, ceux qui sont exaspérés te saluent ! »

Je ne me souviens pas avoir jamais regardé une seule cérémonie des César. Cette pâle imitation des Oscar hollywoodiens m’insupporte au plus haut point.

Déjà à l’école j’avais du mal à accepter cette remise des prix d’excellence, de diligence et autres accessits, en fin d’année pour les premiers de la classe. Mais là, la cérémonie des César dépasse tout ce qu’on peut imaginer en mièvrerie, narcissisme et hypocrisie, le tout entre gens de bonne compagnie, bien entendu.

Toutefois j’ai de l’estime pour Guillaume Gallienne qui a été inondé de distinctions cette année. Je ne connaissais pas ses talents de réalisateur et d’acteur, mais j’apprécie beaucoup son excellente émission « Ça peut pas faire de mal » du samedi soir de 18 à 19h sur France Inter.

A noter que concernant son film « Les Garçons et Guillaume, à table ! » qui a eu les faveurs du jury des César, j’ai eu l’occasion de lire certains commentaires un peu aigris de la part de représentants de la communauté homosexuelle lui reprochant notamment d’avoir un peu trop « forcé le trait » sur le comportement des homos, lui qui n’est, après tout, qu’un simple hétéro.

Je crains qu'ils n'aient rien compris au film, mais peut-être auraient-ils préféré que le rôle ait été confié à un homo. Quelle frustration ! :-)

calamity jane

Cela a dû être quelque chose le débat Tillinac-Caron-Ruquier ! Nous avons plié bagages pendant le prêche de la défenderesse d'E.E.L.V....
Mais il avait été demandé si D. Tillinac s'était rendu au salon de l'agriculture et dit que cela n'était pas nécessaire venant lui-même de chez les bouseux dont il est originaire... le ton était donné.
Ce qui justifierait le fameux "de souche" est son nectar, incompatible avec le goût du journaliste lillois préférant la mondialisation végétarienne et son lait de soja.
Rien de nouveau pour Jules ! on finit toujours par le saluer avec l'une ou l'autre réalité.
Sinon, j'ai bien ri à la lecture de ce billet.

Jean-Dominique Reffait

Ah mais quelle naïveté Philippe ! Les tweets diffusés lors d'une émission télé n'ont aucun lien avec la pertinence ou avec l'originalité du propos ! C'est tout l'inverse : il s'agit d'être le plus représentatif, soit de l'ensemble des tweets envoyés, soit de l'idée que se font les producteurs de la représentativité. Ce seront donc les plus fadasses qui seront retenus, ceux qui rassemblent le plus d'idées générales et convenues.

Mauvaise opinion de la justice. Une justice ordinaire qui tient plus de la loterie que du bon sens ou du droit ne peut prétendre à une bonne opinion. On va devant le juge comme à un tir de fête foraine : on espère sottement gagner la grande peluche qui ne sert à rien, mais on repart avec un porte-clé made in China, sans savoir pourquoi. On y va quand même, car on n'a pas le choix, mais sans illusion sur la faiblesse intellectuelle qui prévaut au jugement.

D'où l'absolu besoin, sinon nécessité, de multiplier les voies de recours : il n'y a rien de choquant à ouvrir plus grand le champ de la révision des condamnations pénales. Lorsque vous constatez qu'une cour d'assises acquitte, qu'une autre condamne en appel, quelle raison objective avez-vous, Philippe, de vous opposer à continuer cette roulette russe par une révision ? Ce n'est pas la révision de la révision qu'il faut revoir, c'est la rationalité des jugements de première instance qui devraient être bétonnée au lieu d'être bâclée comme c'est le cas aujourd'hui.

Les César, je ne regarde plus, ça m'énerve. J'adore Gallienne (il me ravit sur Inter) mais je n'ai pas encore vu le film. Je n'ai aucune envie de voir le Kechiche car je n'ai pas votre curiosité militante des choses de ce monde. "L'Inconnu du Lac" va le rester fort longtemps pour moi, pas client du tout pour ce genre de choses. Di Caprio a encore loupé l'Oscar, ça n'a pas de sens. Brad Pitt n'a jamais eu d'Oscar en tant qu'acteur, il vient de l'obtenir en tant que producteur (12 years slave). Et Jean Dujardin, que j'aime bien mais qui ne court tout de même pas dans la même catégorie, en a eu un. Ça n'a pas de sens, on dirait un verdict de tribunal français, au doigt mouillé, en fonction de l'air du temps et des variations d'affects.
Un jour, très vieux, Di Caprio recevra un Oscar d'honneur en guise de "révision". Il l'aurait mérité dix fois en première instance.

semtob

Cher Philippe,

Nous venons de découvrir avec plaisir le film
"Bienvenue chez les Ch'tis". Nous pensions l'avoir déjà vu et ce n'est que pour vérifier si ce n'était qu'une idée que nous nous sommes trouvées à explorer ce film de 2008.
Il y a tellement de bons films à voir, "A la poursuite d'octobre rouge", film de 1990.
Un superbe suspens dans ce film, programmé il y a plus d'un an, pour célébrer les jeux de Sotchi...
Et le film "Troie" de 2004, ne dites pas que ces films n'étaient pas de vrais programmes tout de même. Comprenez que la télé puisse apporter quelques satisfactions ponctuellement. Non, nous n'avons pas envie de boycotter la télé totalement même si l'érosion de cet outil est certain, même s'il s'agit d'un outil de désinformation politique. La recherche sur les médias internationaux autorise bien quelques moments de détente. Les journalistes n'ont pas bien compris que de plus en plus de personnes cherchent à déjouer les biais et que le formatage actuel ne satisfait plus qu'eux-mêmes.
Lorsque vous écoutez les actus, non seulement vous souffrez d'un décalage lié à la vérification, encore que... mais l'analyse est tellement médiocre et puérile que vous avez l'impression de perdre votre temps.
Si ces journalistes ont été assez sots pour se laisser formater, ils sont aussi assez sots pour penser que leur opinion peut convaincre. Le pouvoir médiatique, quatrième pouvoir, pourrait bien disparaître et s'étioler comme le gouvernement actuel.
Une école de journalisme, de critique d'art, de diplomatie c'est ce qu'il faudrait mettre en oeuvre pour sauver les médias.
françoise et karell semtob

oursivi

Ah, Philippe, quelle midinette vous faites.

Vous allez récolter le César du meilleur candide...

De candide à candidat, il n'y a qu'un p..b.

Allez, une reprise en main.

Commencez par vous interdire de tweeter, désintoxiquez-vous.

Continuez en évitant les attrape-gogos télévisuels, comme ce genre de cérémonies bêtement spectaculaires.

Remettez-vous à la cuisine, à la lecture, au sport, aux galipettes mieux que dans les films, cela amortira cette sur-réactivité technologicomique.

Quand je pense que j'étais venu ici espérant participer à l'éclairage de l'âme humaine, ou du moins celle des plus extrémistes de ses représentants, loupes des âmes tièdes que sommes, et j'y commente de simples égarements comportementaux vaguement honteux d'eux-mêmes à en devenir sympathiques.

Moi-même, je perds mon temps à commenter l'insignifiant et vous le fais perdre aussi.

Allez, rideau.

AO

PS Tillinac, qui sait écrire, est oralement un neuneu, il a eu ce qu'il méritait. Déjà pour nous infliger depuis si longtemps le récit de cette amitié inconditionnellement sotte avec le grand couillon qui ne se souvient plus de tous ses coups tordus.
S'embourbant seul, la bave aux lèvres et la bouche pourtant sèche comme un Copé pris la main dans le sac, il a bafouillé son argumentaire d'une voix blanche. Pathétique que ce qui se donne comme une fine fleur de l'intellectualisme parisien et provincial se fasse ramasser par un Caron et un rappeur à deux balles.

Béru

zenblabla, pourriez-vous s'il vous plaît, traduire votre texte du 04/03 à 23h en français. Merci.

zenblabla

@Michelle D-LEROY

Vous êtes irrésistible, vous !
Il faut y aller en vanités alors, c'est si simple...

Ne pensez-vous pas que se réclamer du FN, cela ne fait pas caution suffisante pour se réclamer en toutes formules confondues, comme avec Luchini par exemple ?

Entre les flèches, il n'y a pas longtemps, j'ai cru comprendre par vous que les Américains des Etats-Unis avaient peut-être découvert avec le territoire investi la "Déclaration des Droit de l'Homme" parmi quelques inscriptions sur peaux de bisons autant que cela les auraient subjugués.

Mais entre les lignes, je pense bien que Denis Tillinac est un personnage en médias tout à fait exceptionnel.
C'est quelqu'un qui, c'est à peu près sûr et quels que soient ses attachements, tente avec pas mal de bonheur d'expressions d'ignorer la technique de la mise en boîte.

Cette technique journalistique est bien trop avérée comme reconduite, et cela ne semble pas préoccuper trop Denis Tillinac, c'est heureux, et c'est tout à son honneur.

Partant, je ne pense pas que Denis Tillinac, en médias pour moi en tout cas, soit un adversaire très contournable pour désagréger l'argumentaire serait-il de droite pour moi étant de gauche, alors je pense... que son absolue gentillesse, ce qui est rare en médias présentables, s'obstine au point que cela soit beau, et donc nécessaire.

Je ne pense pas que la technique journalistique s'honore beaucoup avec lui.
Je ne pense même pas que cela soit une histoire de gauche ou de droite, je pense que cela relève de la stupidité d'un professionnalisme journalistique éhonté, poursuivant simple question de mœurs, que cela parle de comment les mœurs des dernières années du siècle dernier confondent une morale stupide, une morale ne vous en déplairait alors "entre les lignes" entièrement allouée au libéralisme hirsute de la concurrence parfaite, et je ne vois pas ce que le FN a à voir là-dedans autrement qu'en opportunisme, et je ne vois pas ce que Fabrice Luchini emporte au débat autrement qu'en lucidité préventive faite seulement tous azimuts.

Pourriez-vous me dire, à la suite de ce que démontre un Tillinac comme je l'admire et comme j'ai ici expliqué, ce que vous pensez avec l'évolution des mœurs comme les journalistes ne la comprennent pas quand étant mises à bout les mises en concurrence ils imaginent leur confort toujours reconductible sous réserve de concurrence, et pas la concurrence être assez avancée en œuvres alors avariée pour ne pas se reconduire en autres manières que mortifères autant qu'ils voudraient rendre compte pour eux-même alors pour tout le monde.

Ce qu'il y a d'extraordinaire avec Tillinac, c'est qu'il expose comment cela se passe avec lui, pas comment il faut que cela se passe pour tout le monde, pas comment les journalistes mettent en concurrence un message universel comme s'ils l'avait détecté, et pouvaient s'en réclamer.

Fabrice Luchini porte une appréciation personnelle et datée.
Hélas le FN, qui n'a jamais remis en cause l'idée de la concurrence, soudainement met cette chose autant paradoxale quand elle fonctionne qu'ignoble quand elle ne fonctionne plus, sous un tapis qui ne lui appartient pas.
Le FN qui ne sait pas ces choses-là, qui pense que suffisamment de valeurs précèdent les domaines d'exercice de la concurrence, ravale les motifs de la concurrence puisque leurs efficacités sont désormais enrayées.

A la fin, il y en a assez avec ce FN qui découvre brusquement comment il faudrait revenir avant, quand prouvaient les concurrences, quand préservait la concurrence ses valeurs qu'il pointait, quand il n'appointait pas plus que le libéralisme et l'argent le lui permettait, n'avait jamais et n'a toujours pas, hélas, la moindre idée pour renouveler une concurrence qui impliquerait "tout le monde", sans besoin d'éliminer "partie du monde".*

On n'entend rien !
Peut-être Fabrice Luchini, que j'admire, saurait-il avec simple formule ?
J'aimerais mais à vous lire j'en doute !

Wil

N'en déplaise à certains (beaucoup), la télévision est un bon moyen d'avoir une bonne culture générale à peu de frais. Il suffit juste de savoir ce qu'on regarde et de garder un esprit critique.

C'est le même principe pour internet en x fois plus puissant.

En théorie, avec toutes les informations disponibles sur le net, une jeune personne sachant ce qu'elle fait pourrait devenir le plus grand savant que l'humanité ait connu, en restant chez soi.


zenblabla

Faudrait pas désespérer César, celui qui a sculpté les figurines...
C'était pas a priori pour le cinéma.

Je ne sais pas si Oscar, de son côté, démontre des Figures.

Alain Resnais !
Il y a lisant "Le Monde" de ce jour, un article magnifique qui fait trame par les dates de sortie de ses films et les circonstances des représentations au festival.
Comme s'il pouvait être inspiré des modes du cinéaste lui-même, cet article n'a à aucun moment relégué la magie qu'a exercée Alain Resnais avec son cinéma pour moi, cet article ne m'a pas réexpliqué quelconque lecture manifeste pour les films d'Alain Resnais.
Pouvoir s'imaginer vivre parmi quelques agitations de lumière sur un morceau de toile, cela convoque au moins un petit peu de la magie d'auteur.

Si le genre pornographique se devait à lui-même, pour sa démonstration, avec un manque d'auteur contre une surabondance de spectateurs vivant de quelques agitations de la lumière sur un morceau de toile, cela se saurait...
Le pari semble insensé, remplacer l'auteur par les spectateurs supposés comme autant convoqués pour faire du cinéma.
Je croyais que Pasolini avait montré, et surtout écrit énormément au sujet, qu'il avait posé de très solides écueils pour le dépassement !
Je ne crois pas que j'irai voir le film récompensé, je n'ai plus beaucoup de temps, alors j'irai voir d'autres films.

Il y a bien une magie avec le cinéma...
Je recommande au moins l'article du Monde.

Ribus

S'agissant de la cérémonie des César, il y a une note d'espoir : le taux d'écoute de ce déplorable spectacle d'auto-satisfaction est en baisse constante.

Les César s'arrêteront je l'espère faute de téléspectateurs ; bon débarras ! Mais ça mettra du temps car nos immenses artistes adorent être regardés et se regarder.

La télé publique continuera donc - sur fonds publics - à organiser cette idiotie destinée à glorifier les films français dont 90% sont des navets.

Mais après tout c'est un peu normal : notre cinéma ressemble à nos médias et à notre politique.

La France n'est plus une démocratie mais une "médiocratie".

Robert

Pourquoi se fatiguer à regarder ce genre d'émission insipide et sans intérêt autre que l'autocongratulation et la célébration d'un cinéma qui n'est plus que voyeurisme et regard par le trou de la serrure ?

Savonarole

Symbolisme : un prix Vercingétorix serait le bienvenu non ?
Ce César désespère les commissaires-priseurs, certes ça roule pour lui, mais enfin, ces compressions ne traverseront pas le siècle. Cet artiste va disparaître, tout comme Botero et ses grosses ribaudes qui excitent le sexagénaire... Mais certainement pas nos trentenaires qui adorent les lianes sans seins.
Il faut changer de totem, un phallus serait plus approprié, ce César ressemble à une bite compressée. Cela explique sans doute notre déception annuelle.

wil

Attention mesdames et messieurs, la République française est en danger, qu'on se le dise !

Si, si, c'est Yannick Noah qui le dit, alors ça doit être vrai...

Le "citoyen" français de New York Noah s'engage contre le FN.

http://www.youtube.com/watch?v=Qvhf1k-WP7Y

Noah, un "citoyen" français au-dessus de tous soupçons... ou presque.

"Yannick Noah a récemment déclaré qu’il soutenait la proposition de François Hollande de taxer à 75% les revenus supérieurs à 1 million d’euros par an: « Moi, je suis content de payer. Et je le ferai. C’est beaucoup, 75%. Et ce n’est pas suffisant. Il faut partager, redistribuer, sinon on va dans le mur. Parmi les gens concernés, 99% sont contre cette mesure. Mes amis de droite, et j’en ai beaucoup, sont verts de rage après moi. Ils ne veulent plus me voir, me traitent de faux-cul. Ils n’ont aucune notion de l’intérêt général. C’est chacun pour sa peau. »
... les enquêteurs du fisc ont recensé 17 comptes bancaires à son nom en France ainsi que 3 comptes non déclarés en Suisse, aux Etats-Unis et aux Pays-Bas. Noah a donc fait l’objet d’un redressement fiscal de 1 037 827 euros.

En 1999, Noah est sommé de payer ce qu’il doit mais rechigne toujours et décide d’attaquer l’enquête du fisc devant le tribunal administratif de Paris. Les magistrats confirment finalement le redressement fiscal de Noah en juin 2009, mais lui accordent cependant les déductions fiscales oubliées au moment du contrôle, d’un montant de 263 075 euros.

Le tribunal administratif de Paris a aussi fait annuler les pénalités pour « mauvaise foi » en raison du caractère répété des virements faits par Yannick Noah sur ses comptes français. Les juges estiment que "vu l’importance et le caractère répété des virements", ce serait trop maladroit pour être malhonnête.

Mais Yannick Noah ne veut toujours pas payer ce qu’il doit au fisc français et décide de faire appel de la décision du tribunal administratif en février 2011. Noah pourrait bien voir son ardoise effacée si, le 13 septembre, les Sages de la République décident d’annuler la « loi de finances rectificative » du 30 décembre 1996 qui avait permis de valider l’enquête fiscale, et qui autorisait l’utilisation, sans aucun contrôle, des factures de téléphones lors des enquêtes fiscales".

http://www.impots-economie.com/les-impots-de-yannick-noah/

« C'est très important de s'acquitter de l'impôt » ajoute le chanteur."

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20120619trib000704662/noah-ses-impots-et-les-senateurs-roublards.html

Ah, les bobos de gauche, de vrais comiques troupiers !


hameau dans les nuages

@ Denis Monod-Broca

La télévision a une vertu : ses archives INA qui permettent de trouver des pépites.

Notamment celle-ci qui collerait parfaitement aux basques, si j'ose dire, de Monsieur Caron.

Il s'agit d'une émission télévisée de 2007 en Martinique où des autochtones de couleur expliquaient qu'ils étaient de souche et étaient inquiets du "génocide par substitution" qui avait cours chez eux par l'arrivée des blancs...

http://www.dailymotion.com/video/x305gn_martinique-le-genocide-par-substitu_news

Je trouve que monsieur Tillinac s'est bien défendu devant ce marquis procureur.

anne-marie marson

A propos de D.Tillinac, dont je n'ai pas suivi toute la prestation à ONPC, mais seulement le début, je voudrais dire qu'il a commencé par une erreur.
Cela m'a rappelé un jeune collègue américain avec qui j'ai travaillé dans ma jeunesse et qui avait l'habitude quand les ennuis s'enchaînaient de rechercher la première erreur ("first mistake") de sa journée, celle ayant entraîné toutes les autres.
D.Tillinac quand on l'a interrogé sur l'affaire Dassault a répondu que c'était une affaire qui comme par hasard arrivait en période électorale. Cette réponse fut sa première erreur, car si D.Tillinac s'était intéressé aux élections municipales et à S.Dassault, il aurait su que l'affaire Dassault à Corbeil-Essonnes remonte au moins à 2008, si ce n'est avant.
J'ai trouvé sa réponse un peu légère et en tout cas pas documentée.

moustique ou sanglier ?

"Je bombarde de tweets..."
"...ma frustration narcissique de n'en avoir pas vu apparaître un seul..."

« Madame Bilger et chère correctrice,
Je crois comprendre vos douloureux moments de solitude et l'agacement qui doit être le vôtre à voir le pouce névrotique de votre mari tapoter sans cesse son mobile ou la télécommande du téléviseur, tel un ado désœuvré.
Un processus de désintoxication pourrait être envisagé mais l'addiction, ici, paraît si forte que la réussite semble improbable...
Rassurez-vous : j’ai connu un magistrat qui, à la retraite, s’était pris de passion pour les trains miniatures et faisait passer les locomotives dans la chambre à coucher, la nuit, au grand dam de son épouse, laquelle, n’y tenant plus d’être réveillée en pleine nuit par le Paris-Brive demanda le divorce pour cruauté mentale : son époux s’obstinait à faire tirer le train par une vieille locomotive à vapeur, crachant et fumant tout son saoul et sifflant en passant sous le lit/tunnel…
« Vous êtes chanceuse » comme disent les Québécois ! »

Michelle D-LEROY

Certains internautes préconisent de ne plus regarder la télé, mais c'est aussi se priver de voir le monde actuel dans toute sa splendeur ou sa médiocrité, toute sa dureté ou ses émotions. Bref, c'est intéressant malgré beaucoup de choses quelconque ou insignifiantes, en tout état de cause, on ne peut se mettre dans une bulle. Certains débats ou documentaires nous ouvrent sur des sujets inconnus et pleins d'intérêts. Même moi, critique et ronchon, j'arrive à trouver pas mal de bonnes choses comme dimanche dernier un documentaire sur les femmes africaines subissant des "viols politiques." Dur et révoltant mais édifiant aussi sur des réalités trop souvent cachées.

En tout cas merci pour vos critiques sur le petit monde de l'audiovisuel.
Pendant l'émission "Mots Croisés" j'ai guetté votre tweet mais je pensais l'avoir loupé pendant que j'étais attentive à mon sudoku.

En ce qui concerne l'échange entre Denis Tillinac et Aymeric Caron, je pense que cette jeune caricature de la bien-pensance essayait par tous les moyens de faire craquer "le vieux réac" en lui faisant perdre tous ses moyens. Pensez, s'il avait dit un mot ou une phrase intolérable à entendre, cela aurait été un scoop, un buzz, et enfin une "preuve" éclatante que les intellectuels de droite ne seraient que de dangereux fachos.
Et Natacha Polony qui ne renouvellera pas son contrat... espérons que nous n'aurons pas un deuxième Aymeric Caron... Pour le coup, je fermerais ma télé.

Cela va dans le même sens (même si cela est hors sujet) que le savoureux verbiage actuel sur la Russie et son autoritaire dirigeant. Tous ceux qui n'ont jamais voulu admettre l'horreur du régime soviétique comparent en ce moment Poutine aux soviets. Un moyen contourné de dédouaner justement les atrocités commises pendant soixante-dix ans, en particulier sous Staline par un régime qu'ils continuent, par nostalgie, à auréoler. Belle pirouette !
Mais ils n'en sont pas à cela près, puisque les mêmes ramènent tout aux années 30 et comparent aisément tout sympathisant FN à Hitler.

Enfin en ce qui concerne la soirée terne des César, il y a beaucoup à dire. La mignonne Cécile de France avec son sourire permanent nous a glissé quand même pas mal de piques au prétexte de plaisanteries. Sur les intermittents, sur les anti-mariage gay, sur la vie privée des artistes... bref un pêle-mêle de l'actualité qui dérange le petit microcosme artistique.
Lors de gros plans, on a vu aussi des stars s'ennuyer ferme, les mimiques de la bouche ou des yeux ne trompaient pas, comme quoi les petites plaisanteries ne réussissaient pas à captiver tout le monde.

La mode de l'année étant l'homosexualité, l'honneur a été aux films traitant de ce sujet, presque exclusivement. Sauf que, le film de Guillaume Gallienne en quelque sorte est, de mon point de vue, une bonne claque à la théorie du genre. Le genre ne se décrète pas, et s'interroger sur le sujet ne suffit pas non plus à orienter. Ce film relatant l'histoire personnelle de Guillaume Gallienne en est la preuve...

Quant à La Vie d'Adèle, je ne l'avais pas vu, mais d'après mes proches, c'était ennuyeux au possible. Et, enfin, toujours pas de César du meilleur acteur pour Fabrice Luchini. "Le problème de la gauche, selon Fabrice, c'est qu'elle n'aime pas l'excellence."
Cela lui donne raison et tout cela aussi.

Xavier NEBOUT

Les Français ont beau avoir la mémoire courte, après l'affaire d'Outreau à l'issue de laquelle aucun magistrat n'a été sanctionné autrement que par de l'avancement, le juge qui inculpe un ancien président de la République avec un dossier vide mais avec la chaleureuse protection de toute la corporation, et le mur des cons, 77%, c'est encore bien payé.

Savonarole

Dans les innombrables bêtises qu'a dites Jean-Luc Godard, on trouve tout de même une perle :
"Au cinéma on lève les yeux vers l'écran, à la télévision on baisse le regard"...

Parigoth

Selon un sondage CSA commandé par l'Institut pour la justice, 77% des Français ont une mauvaise opinion de la justice. Alexandre Giuglaris, délégué général de l'IPJ, analyse avec lucidité et pertinence ces résultats et les raisons de cette défiance. D'abord, clairement, la conséquence du très médiocre bilan ministériel de Christiane Taubira (Figaro Vox).

C'est sûr que Madame Taubira, applaudie lors de son intronisation par des assemblées de magistrats gauchistes, ce qui explique bien des choses (peut-on être logiquement à la fois de gauche et magistrat ?), n'a rien arrangé.
Ceci dit, il faudrait peut-être mettre aussi en accusation le « Code Badinter » et son esprit, qui finit par aboutir en pratique à une inversion des rôles criminel-victime.

La lecture par le public de jugements aberrants allant à l'encontre du simple bon sens ne fait que renforcer cette défiance à l'encontre d'une caste qui semble plus préoccupée pour une partie d'entre elle de mettre en œuvre avec cynisme des pratiques subversives que de rendre une bonne et saine justice.

Denis Monod-Broca

Contre cette sorte d'exaspération, j'ai un bon remède, très efficace, et que je recommande chaleureusement à tous, je ne lui connais aucune contre-indication, ni aucun effet secondaire désagréable : depuis des années nous n'avons plus de télévision...

Wil

A mon avis, Tillinac a eu tort de rentrer dans le jeu de Ruquier-Caron qui le poussaient à se justifier sur "chaque phrase" de son livre.

Devant la volonté flagrante de déstabiliser Tillinac, ils ont usé de tous les moyens habituels de l'intervieweur malhonnête pour arriver à leur fin. Question puis interruption rapide pour ne pas laisser le fil de la pensée s'installer, qui enchaîne sur une autre question souvent tendancieuse et sans rapport avec la précédente, etc.
C'est facile et typique.
Celui qui se laisse entraîner dans ce "petit jeu" finit toujours par passer pour un idiot.
S'il s'énerve, il pense qu'il a perdu "le débat". Or, il y a des moments où il faut dire stop. Et parfois, tout de suite.

C'est la même technique qu'emploient les contradicteurs de Finkielkraut par exemple.

Au sujet de l'expression "Français de souche", ce débat est stupide au moins pour une raison. On doit pouvoir différencier des Français (ou tout autre nationalité) issus de familles françaises depuis plusieurs générations, de Français issus de familles de la même nationalité mais plus récente, de façon simple, ne serait-ce que par commodité de langage.

Ceux qui ne sont pas contents de cette expression n'ont qu'à en trouver une autre qui résume de façon aussi claire et simple ce qu'on veut dire par "Français de souche".

Les connotations ne devraient être que dans les esprits de ceux qui les voient.

marc cheifetz

Les César, déplorable soirée boboïssime, est organisée sous la houlette de Canal Plus. Cela suffit à comprendre l'orientation de cette manifestation devenue inutile tant elle se vautre dans la médiocrité, tant intellectuelle qu'artistique.

Frank THOMAS

De toute votre exaspération - légitime - il ressort, Philippe, que vous devriez écouter ce que la marionnette de PPDA dit chaque soir sur Canal+ "vous regardez trop la télévision !".

Mussipont

Concernant l'éventuelle influence du bilan de Mme Taubira dans la très mauvaise image qu'ont les Français de leur justice selon l'IPJ il serait NECESSAIRE de connaître les résultats du même sondage effectué AVANT son arrivée place Vendôme, n'est-il pas ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • Le Point (lepoint.fr)
    Les invités du Point : Philippe Bilger en liberté - Vidéo de 3 minutes chaque semaine sur l'actualité.
  • FigaroVox, le site de débats du Figaro
    Chronique hebdomadaire
  • Europe 1
    Tous les dimanches de 12h30 à 13h, le parti pris de PB, avec JP Gené et Guy Roux, dans "Europe 1 Week-end", édition d'information de Patrick Roger.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS