Ma Photo

Dans les médias: internet

  • FigaroVox
    Chronique hebdomadaire
  • ma chaîne YouTube
    Entretien de 38 mn avec Alain Finkielkraut, diffusé le 14/11/2013 Entretien de 54 mn avec Maître Hervé Temime, diffusé le 22/11/2013 Entretien de 50 mn avec Robert Ménard, diffusé le 29/11/2013 Entretien de 45 mn avec Eric Zemmour, diffusé le 6/12/2013 Entretien de 52 mn avec Edwy Plenel, diffusé le 13/12/2013 Entretien de 50 mn avec Michel Erman, diffusé le 3/01/2014 Entretien de 40 mn avec Elisabeth Lévy, diffusé le 14/03/2014 Entretien de 50 mn avec Olivier Besancenot, diffusé le 18/04/2014 Entretien de 1h15 avec Henri Guaino, diffusé le 25/04/2014 Entretien de 53 mn avec Eric Naulleau, diffusé le 2/05/2014 Entretien de 52 mn avec Grégory Coupet, diffusé le 16/05/2014 Entretien de 50 mn avec Michel Field, diffusé le 23/05/2014 Entretien de 50 mn avec Xavier Bertrand, diffusé le 20/06/2014 Entretien de 58 mn avec Michel Onfray, diffusé le 16/09/2014 Entretien de 50 mn avec Nicolas Dupont-Aignan, diffusé le 10/10/2014 Entretien de 48 mn avec Serge Moati, diffusé le 16/11/ 2014

Dans les médias: radio & télévision

  • Europe 1, "Europe 1 Social club"
    Lundi 8 décembre de 20h à 22h, avec Frédéric Taddéï.
  • France Inter, "Le 5/7"
    Jeudi 4 décembre à 6h20, l'invité du 5/7, avec Eric Delvaux et Catherine Boullay.
  • LCI, Le 17h-20h de Michel Field
    Mardi 2 décembre, grand témoin de 18h à 18h30, avec Michel Field.
  • RTL, "On refait le monde"
    Vendredi 5 décembre de 19h20 à 20h, avec Bernard Poirette.
  • LCI, "Choisissez votre camp"
    Vendredi 12 décembre, de 10h10 à 11h, avec Valérie Expert.
  • France 5, "Les grandes questions"
    Jeudi 27 novembre à 21h40, avec Franz-Olivier Giesbert.
  • Europe 1
    Tous les dimanches de 12h45 à 13h, le parti pris de PB, avec JP Gené et Guy Roux, dans "Europe 1 Week-end", édition d'information de Patrick Roger.

Dans les médias: presse

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Mardi 16 décembre, de 9h à 12h : "Comment s'exprimer en public ?" Renseignements et inscriptions sur philippe.bilger@wanadoo.fr ou 06 11 53 04 91 Uniquement sur Rendez-vous
  • L'objectif de l'Institut de la Parole est de proposer des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique des personnalités et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense également des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations pratiques liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Elles peuvent être sollicitées la veille. Philippe Bilger, magistrat honoraire, Président-Fondateur de l'Institut de la Parole, propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires. Tél : 0611530491 ou philippe.bilger@wanadoo.fr

Mes liens favoris

Diffusion

  • Wikio
    Wikio - Top des blogs

Mentions légales

  • Directeur de la publication: Philippe Bilger
    SixApart sa 104 avenue du Président Kennedy 75116 PARIS
Blog powered by Typepad

« César, ceux qui sont exaspérés te saluent ! | Accueil | Chevaline : une tuerie médiatique ? »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c86dd53ef01a73d8818db970d

Voici les sites qui parlent de Qui est vraiment étonné ? :

Commentaires

Servir l'État

Cher blogueur Bilger,

J'avoue ne pas bien comprendre pourquoi le caractère dérisoire du contenu des enregistrements diffusés (diffusion qui constitue certes après l'enregistrement un seconde atteinte à la vie privée) réduirait la portée délictueuse du fait d'enregistrer (en continu !) et de conserver, à son insu ainsi qu'à celui de tout service public de sécurité, les enregistrements des échanges du chef de l'État avec ses conseillers ou tiers. Il me semble que ce n'est pas seulement une "pratique inadmissible", une "tromperie indigne", voire une "crapulerie". On peut partager toutes ces qualifications morales à condition que, comme "les prises de notes d'un futur mémorialiste" ou "les manies comploteuses d'un néo-fasciste", elles ne viennent pas occulter la vraie nature du méfait de celui qui était appelé á servir l'État en conseillant à titre privé notre Président. Il s'agit en effet d'un attentat contre nos institutions, un acte subversif d'espionnage, qui a pour objet de capter et de conserver des informations dont la détention et la diffusion peuvent par elles-mêmes (et je ne demande même pas qu'on m'en fournisse la preuve!) porter atteinte au fonctionnement et à la sûreté de l'État. J'attends que le Conseiller du Président soit poursuivi sur ce chef-là, et pas seulement sur l'atteinte, partagée avec les media qui ont éventé et fait échouer l'attentat, à la vie privée de Madame Carla Bruni et de Monsieur Nicolas Sarkozy.

Wil

@gavot
"Vous avez raison sur le principe. Mais qu'est-ce qui vous permet en l'espèce d'affirmer que Thierry Herzog a fait l'objet d'une mise sur écoute ?"

Je vous avais déjà répondu sur ce point, mais il semble que vous ne lisiez pas les réponses aux questions que vous posez.

Il vous suffit de taper cinq mots dans votre moteur de recherche pour trouver une réponse : Le Monde, Herzog, Sarkozy, écoutes.

Comme je suis un gentil garçon (si, si...), je vais soulager votre esprit en plein doute et le faire pour vous.

"Les juges s'interrogent, et finissent par découvrir que l'ex-chef de l'Etat dispose d'un second portable, enregistré sous un nom fictif. A son tour, cet appareil est placé sous surveillance. Les écoutes révèlent des échanges avec un autre téléphone mobile acquis avec une identité d'emprunt : il s'agit du portable acheté par Me Herzog pour échanger en toute confidentialité avec son client."

http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/03/07/nicolas-sarkozy-sur-ecoutes-la-justice-soupconne-un-trafic-d-influence_4379307_3224.html

Or, mettre le téléphone d'un avocat sur écoute ou écouter les conversations d'un client avec son avocat pose peut-être un problème des droits de la défense, il me semble. Si c'est légal, c'est encore plus grave parce que ça veut dire qu'il n'y a plus de confidentialité entre le client et l'avocat.

Je ne suis pas un spécialiste du droit mais les juges qui ont autorisé les écoutes se sont basés sur une jurisprudence qui devrait être utilisée de façon exceptionnelle. Il me semble qu'elle sert quand on a les preuves qu'un crime a été ou va être commis (déjà, écouter une conversation avocat/client parce qu'on a les preuves qu'un crime a été commis, me semble un détournement de l'esprit de la loi sur la confidentialité, mais je peux me tromper).

Mais on voit bien que dans cette affaire, les juges sont allés "à la pêche". Ils n'avaient aucune preuve et ont autorisé les écoutes pour en trouver. Ce qui est une façon "douteuse" d'interpréter la loi, à mon humble avis.

Véronique Raffeneau

@ Vladimir
"Je faisais référence à l'intervention de PB sur BFMTV où il (PB) insinuait que Herzog est coupable de ce que la justice lui reproche, car il serait trop faible pour résister à la corruption sarkozienne."

Dans cette interview, PB dit que le trafic d'influence est selon lui possible et plausible.

L'erreur de fond de PB est de n'étayer sa suspicion que sur l'hypothèse psychologisante d'une supposée perméabilité du caractère de T. Herzog qui, selon son analyse, aurait été pris dans le piège d'une sorte d'emprise noire de son client.

Le possible et le plausible ne constituent évidemment pas des preuves. En matière de justice ce qui n'est pas démontré n'existe pas. L'analyse de PB est une lecture littéraire, séduisante certes, mais littéraire.

Plus préoccupant à mes yeux, PB décrit dans cette affaire une justice équilibrée.

Comme je l'ai déjà exprimé, une défense qui s'exerce sous la surveillance et le contrôle en catimini de la police et de la justice n'est plus une défense.

La justice sans la garantie d'une défense libre de sa parole est tout sauf équilibrée ; c'est une justice de l'excès de pouvoir et de la démesure.

Jean le Cauchois

@ Sanchez Yvonne 17:53

Comme vous, j'ai remarqué qu'il y avait parfois un peu / beaucoup d'antisarkozysme (ça dépend) dans les propos de PB, comme dans certains commentaires des uns et des autres... Mais je trouve que c'est très instructif pour une meilleure connaissance de la nature humaine, même si c'est très surprenant dans le cas qui nous intéresse... Pour moi, c'est une grande partie de l'intérêt / du charme de ce blog...

Véronique Raffeneau

@ Gavot

Me Herzog et Nicolas Sarkozy communiquaient au moyen de portables non officiels.

Me Herzog soupçonnant à raison que son client était sur écoute, estimant également à raison absolument nécessaire de protéger ses discussions avec son client, a préconisé le recours à des portables non répertoriés sous leur nom.

Selon Le Monde, l'enquête pour trafic d'influence trouve son origine dans l'interception des échanges au téléphone entre Me Herzog et l'ancien président.

D'accord, la justice n'a pas ordonné une écoute directe de Me Herzog, elle l'a écouté disons indirectement.

Toujours est-il que des écoutes et leurs transcriptions entre un avocat et son client sont utilisées comme point de départ à une enquête portant sur un supposé trafic d'influence qui met en cause Me Herzog, que le domicile de ce dernier a été perquisitionné, et que son portable lui a été confisqué par les juges.

Si tout cela n'est pas une atteinte aux droits de la défense, du tout premier qui est celui de la confidentialité absolue des échanges entre un justiciable et son avocat, de quoi s’agit-il ?

Sanchez Yvonne

Cher Monsieur Bilger,

Je suis déçue par votre billet. Votre antisarkozisme vous fait perdre tout sens de la mesure.
C'est usant, et cela décrédibilise votre propos (à mes yeux, modestes certes, mais je ne pense pas être un cas unique).
Cela m'ennuie car je puise régulièrement dans votre blog des nouvelles, des idées, des réflexions la plupart du temps intéressantes voire rassurantes dans le vacarme ambiant.
Beaucoup d'intérêt aussi dans les commentaires que vos chroniques suscitent.
S'il vous plaît, épargnez-nous cette faiblesse qui n'apporte rien à vos analyses.


Savonarole

D'un coup de jarret un peu brutal Philippe Bilger a esquinté son starting-block, parti trop vite : disqualifié !
Voilà qu'un syndicat d'avocats inconnu à ce jour rue dans les brancards, Francis Szpiner, Dupond-Moretti et bien d'autres, et signe une pétition qui fait du bruit.

Gavot

@Véronique Raffeneau
"Ordonner la mise sur écoute d'un avocat en faisant fi de l'encadrement très strict de cette pratique est un abus de pouvoir et une atteinte grave aux droits de la défense de tous."

Vous avez raison sur le principe. Mais qu'est-ce qui vous permet en l'espèce d'affirmer que Thierry Herzog a fait l'objet d'une mise sur écoute ?

J'adore moi aussi m'indigner, mais il faut être certain que l'indignation a un objet.

Vladimir

@ Véronique Raffeneau

Ce n'est pas ce que je suggérais. Je faisais référence à l'intervention de PB sur BFMTV où il insinuait que Herzog est coupable de ce que la justice lui reproche, car il serait trop faible pour résister à la corruption sarkozienne.
Sans doute projetait-il ses propres faiblesses sur Maître Herzog.

Wil

@Gavot

Ah, un maniaque de la précision verbale.

D'accord. Pour vous faire plaisir, Herzog n'a pas été mis sur écoute, mais il a été écouté parce que la ligne de son client Nicolas Sarkozy était sur écoute.

Evidemment, vu comme ça, ça change tout en ce qui concerne la violation ou pas du secret de la défense...

Merci pour l'exigence de précision. Elle était vraiment nécessaire...

Si vous en avez d'autres comme ça, n'hésitez pas.

Véronique Raffeneau

@ moncreiffe
"Effet boomerang ? Retour de bâton ?"

Un soupçon de trafic d'influence, par dessus le marché catégorie nomination d'un magistrat à Monaco qui n'a même pas été nommé, ne relève pas du terrorisme, du trafic de drogue ou de l'extorsion de fonds.

Le justiciable et le citoyen sont fondés à craindre une justice de l'approximation et de la démesure qui ne lui garantit pas une défense sûre, confiante et équitable.

"J’imagine toutefois qu’un suspect évitera soigneusement de transmettre des informations compromettantes à son avocat, par téléphone, par Internet ou par courrier."

Une relation qui devient ainsi faite de méfiance et/ou de suspicion entre un avocat et son client explose toute notion de défense qui est structurée, comme pour le médecin, par "d'abord ne pas nuire" aux intérêts de son client.

Ordonner la mise sur écoute d'un avocat en faisant fi de l'encadrement très strict de cette pratique est un abus de pouvoir et une atteinte grave aux droits de la défense de tous.

@ Vladimir

Je suis très loin d'être certaine, comme le suggérez, que Philippe Bilger approuve la mise sur écoute de Me Herzog.

Gavot

@ Wil et plusieurs autres commentateurs, d'où tenez vous que Thierry Herzog aurait été mis sur écoute (il a été perquisitionné et apparemment un téléphone professionnel aurait été saisi, mais je n'ai pas vu d'information selon laquelle il aurait été mis sur écoute) ?

Vladimir

Il est effarant de voir la quantité de compromissions qu'un ancien homme de loi est prêt à consentir pour justifier sa trahison :
- présomption d'innocence, à la poubelle.
- droits de la défense, aux ordures.
- mémoire sélective : où étiez-vous M. Bilger, vous et votre indignation, lorsque Chirac faisait affréter un hélicoptère dans l'Himalaya afin de faire revenir en urgence en France un procureur aux ordres ?
- l'honneur de ceux qui ne participent pas à l'hallali est jeté aux chiens (hier Courroye et Estoup, aujourd'hui Azibert et Herzog) pendant qu'une toute particulière mansuétude est appliquée aux magistrats qui instruisent contre Sarkozy lorsqu'ils violent le code de procédure pénale (Gentil et ses faux en écritures afin de bénéficier d'une expertise sur commande, et Prévost-Desprez qui viole ouvertement le secret de l'instruction et invente un témoignage à charge).

Monsieur Bilger, encore combien de principes moraux, légaux et éthiques êtes-vous prêt à sacrifier afin d'assouvir votre vengeance contre Sarkozy ? Vengeance pour le moins mal placée, car ce n'est pas de la faute de Sarkozy si vous avez trahi la droite, c'est bien votre faiblesse morale qui vous a fait trahir, la lâcheté de celui qui s'écrase sous l'Occupation et qui s'accroche un brassard FTP au bras en 45 afin de chasser en meute. N'avez-vous aucune honte, aucun honneur, aucune mémoire ?

Wil

On assiste à un joli bal d'hypocrites dans cette affaire d'écoutes téléphoniques.

On voit des syndicats de magistrats, dans leur détestation de Sarkozy, défendre du bout des lèvres la mise sur écoute d'un avocat.

Que n'aurait-on dit si "l'écouté" avait été un candidat de gauche sous le gouvernement Sarkozy !

On aurait certainement vu ces mêmes syndicats appeler à des manifestations de masse. On les aurait vus sur les chaînes infos défiler toute la journée pour nous mettre en garde contre une atteinte grave aux valeurs de la République et de la démocratie, etc.

Quoi qu'il en soit des faits, dans cette histoire la justice n'en sort pas grandie, une nouvelle fois.

moncreiffe

@ Véronique Raffeneau | 08 mars 2014 à 06:50

Vous soulevez un point délicat qui dépasse effectivement le cas particulier de Nicolas Sarkozy et Thierry Herzog. Celui de la mise sur écoute de l’avocat d’un suspect au risque de compromettre la confidentialité des échanges entre un avocat et son client.

J’imagine toutefois qu’un suspect évitera soigneusement de transmettre des informations compromettantes à son avocat, par téléphone, par Internet ou par courrier. Ils se rencontreront en personne et la confidentialité sera garantie.

Si je ne m’abuse, la surveillance des conversations (nommée parfois pompeusement renseignement d'origine électromagnétique) est encadrée par la loi et nécessite une autorisation judiciaire préalable, délivrée par un juge d’instruction, limitée à quatre mois, renouvelable, lorsque des crimes ou des délits graves sont suspectés.

Détail amusant, cette pratique a été facilitée par la loi n° 2006-64 du 23 janvier 2006 relative à la lutte contre le terrorisme et dont l’initiative revient à un certain… Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur (et sûr à l’époque de ne jamais être inquiété par la Justice).

Effet boomerang ? Retour de bâton ?

Breizmabro

Si j'ai bien compris un avocat peut être mis sur écoute sans que son bâtonnier n'en soit avisé ? Opération renouvelable de 4 mois en 4 mois ?

Brrrrrrr j'ai un peu froid dans le dos d'un coup, le KGB vient de s'installer à la Chancellerie.

Véronique Raffeneau

@ moncreiffe
"Aux dernières nouvelles, Sarkozy fait l’objet d’une information judiciaire pour « corruption », dans le cadre d’un éventuel soutien financier de la Libye à sa campagne présidentielle, depuis avril 2013. Ce qui a justifié sa mise sur écoute par la police, comme on vient de l’apprendre."

Que l'ancien président faisant l'objet d'une information judiciaire soit mis sur écoute, soit.

Que son avocat, Me Herzog, soit mis sur écoute (quand bien même la loi l'autorise dans des affaires genre - excusez du peu ! - trafic de drogue ou extorsion de fonds) concernant ici un soupçon de trafic d'influence, cette pratique est à mes yeux une atteinte grave, disproportionnée aux droits de la défense.

Non seulement à l'encontre de N. Sarkozy, mais potentiellement à l’encontre de tout justiciable qui a droit au respect du secret des échanges entre lui et son avocat.

Une défense qui s'exerce sous la surveillance et le contrôle en continu de la police et de la justice n'est plus une défense.

Sans la certitude pour le justiciable de la confiance, de la liberté et du secret absolu dans ses échanges avec son avocat, il n'y a simplement plus de défense possible, ni d'assistance et de représentation crédibles et authentiques de l'avocat vis-à-vis de son client.

Véronique Raffeneau

"Qui est vraiment étonné ?"

Ah mais si, tout de même !

Un Etat qui ne garantit pas le secret des échanges téléphoniques, le secret tout court entre un avocat et un justiciable n'est pas à mes yeux un Etat de droit.

Quelle est donc cette Justice qui par le biais d'écoutes téléphoniques surveille et contrôle à distance la défense du justiciable ?

Frank THOMAS

Après "incrépation", "QUELLE manque". On en redemande de cette impeccable prose pibestienne qui relève le niveau de ce blog.
Quelle talent !

adamastor

@moncreiffe

Reconnaissez que ce serait inédit : un corbillard qui tirerait sur une ambulance !

Tipaza

Et la série continue.

Après les écoutes frauduleuses de Buisson, et bien dignes de l’extrême droite (sic) d’après la presse bien-pensante, les écoutes « légales » ordonnées par les juges. Celles-là sont dignes de quoi, d’une justice aux ordres ?

Dommage qu’Alphonse Boudard ne soit plus là.
Il aurait pu écrire une suite à son livre « La métamorphose des cloportes », et il l’aurait intitulée : « La vengeance des petits pois ».

pibeste

Deux affaires d'écoutes coup sur coup, ne serait-ce pas pour que l'une, montée de toute pièce, serve à diluer l'autre dont la diffusion aurait été "pressentie" ?

semtob

Cher Philippe,

Trop de provocation tue la provocation.
Est-ce qu'il existe une personne en France supposée croire aux délires de la justice qui crée l'acharnement judiciaire dont la famille Sarkozy est victime ? Son entourage aussi !!
Le gouvernement actuel fait la preuve de son cynisme et de son impuissance totale. C'est empêcher le déroulement normal des élections. Et c'est cela la véritable affaire d'Etat.
C'est puant. C'est intolérable. C'est le comble de l'injustice.

Voilà pourquoi Madame Taubira a fouiné dans tous les ordinateurs des juges et des greffiers de justice.
L'écoute des avocats est illégale et c'est LA LOI !! La représentante du CSM ne respecte pas la loi et donc n'applique pas la loi. Qu'elle choisisse la loi ou la politique, sinon c'est l'expression d'une dictature socialiste.
La justice de Hollande et des extrémistes de gauche et de droite est desesperendo, à vomir.
Le porte-parole de Hollande porte atteinte de manière manifeste à la présomption d'innocence.
Pour conclure, le travail de la justice politique actuelle, c'est de la m....
françoise et karell semtob

Frank THOMAS

"Mais pourquoi ne suis-je pas empli d'une indignation démocratique aussi intense que celle que beaucoup ressentent?"

Parce que !

moncreiffe

@ Camille

Excellente mise au point qu’on peut compléter avec la lecture d’un article de Mediapart ("Liste des affaires pas toutes judiciaires de Nicolas Sarkozy avec ses amis de l'UMP & Co", 29 mai 2012). Ça ressemble à un inventaire à la Prévert, la poésie en moins.

http://blogs.mediapart.fr/blog/stephanie-marthely-allard/290512/liste-des-affaires-pas-toutes-judiciaires-de-nicolas-sark

Aux dernières nouvelles, Sarkozy fait l’objet d’une information judiciaire pour « corruption », dans le cadre d’un éventuel soutien financier de la Libye à sa campagne présidentielle, depuis avril 2013. Ce qui a justifié sa mise sur écoute par la police, comme on vient de l’apprendre.

Il n’y a donc ni acharnement judiciaire, ni complot socialiste. La justice suit son cours quand il y a matière à enquêter et les socialistes ont mieux à faire que de tirer sur une ambulance.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.