« Faut-il avoir pitié du président de la République ? | Accueil | La restauration digère mal Internet ! »

23 août 2014

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c86dd53ef01a73e062ca6970d

Voici les sites qui parlent de Cécile Duflot ne crache pas dans la soupe :

Commentaires

Bruno

@ hameau dans les nuages | 24 août 2014 à 21:41

""L'Allemagne ne tolérera pas que la Russie touche à la souveraineté de l'Ukraine et l'envahisse par ruse sous couvert d'un Cheval de Troie à peine éventé (soi-disant camions blancs humanitaires, en fait bardés d'armements et de troupes). Seul le peuple russe est dupe de cette mascarade (propagande)."
Vous perdez votre crédibilité, là.
Vous avez des preuves de ce que vous avancez ?"…

…La preuve vient d'être apportée aujourd'hui au journal du soir de France 2 (reportage filmé) : soldats russes ayant pénétré de 70 kilomètres en Ukraine, arrêtés et interrogés par l'armée ukrainienne.
Explication donnée par Moscou et par lesdits soldats russes : les camions transportant des troupes russes se sont trompés de chemin et ont franchi la frontière par erreur…

Franck Boizard

Au fond, les Français ont les politiciens qu'ils méritent.

Ne sont-ils pas convaincus dans leur majorité que ce que fait l'Etat est juste et bon et que ce que fait le marché est injuste et mauvais ?

Dans ce cas, il est bien mal venu de critiquer pour sa loi ALUR Mme Duflot, qui n'a fait que pousser un peu plus loin la logique qui se pratique en France depuis quarante ans.

"Dieu rit des prières qu'on lui fait pour écarter des maux dont on chérit les causes" (comme cette citation de Bossuet revient souvent, trop souvent !).

Jef

Je vois que certains sont allés sur Légifrance lire la loi ALUR et ils en déduisent naturellement que nous sommes en face d'une usine à gaz et loin des simplifications administratives annoncées.

Sans doute que ceux-là ne vont pas souvent sur Légifrance car la plupart des lois sont du même acabit. Je vous invite à aller lire la loi sur les retraites de 2003 sur le même Légifrance. C'est, me semble-t-il, plus compliqué encore.

C'est bien le problème avec les lois. Impossible de faire simple. Elles doivent prendre en compte une multitude de critères pour ne pas être retoquées par le Conseil constitutionnel ou la CJCE.

Par ailleurs, selon le principe de la séparation des pouvoirs, c'est au législateur de faire la loi et pas au juge. J'ai en mémoire la loi Villepin sur le CPE qui, par son imprécision aurait, si elle avait été appliquée, laissé aux juges de la Cour de cassation un pouvoir exorbitant. En effet, ils n'auraient pas eu seulement à interpréter la loi, comme c'est leur rôle, mais à combler des lacunes de la loi, ce qui n'est pas cohérent avec le principe de séparation des pouvoirs.

Mon commentaire porte bien sûr sur la forme. Sur le fond, j'avoue ne pas être allé assez loin dans la lecture des différents articles et n'avoir aucune compétence particulière sur le sujet.

Jean MORLAND

L'élégance aurait sans doute été, plutôt que de cracher dans la soupe, de reconnaître qu'on n'aurait pas dû en prendre. Mais l'aveu, sous toutes ses formes, on n'ose pas dire la confession, de ses erreurs, n'est plus de mise en ce siècle sans pardon... Tout cela juge un système à bout de souffle.

Franck Boizard

@Jef

Je n'ai rien à démontrer : cela fait cent cinquante ans qu'on sait en théorie que l'économie libre est supérieure à l'économie communiste (Böhm-Bawerk démontant le marxisme) et cinquante ans que la démonstration pratique a été faite par les régimes communistes.

En Occident, la libération de l'économie a démontré cent fois son efficacité économique (voyages aériens, téléphone, internet, etc.).

Il peut y avoir des raisons de ne pas libéraliser, mais elles ne peuvent être économiques.

Concernant le marché de l'immobilier en France, l'inexistence d'un marché libre et ses conséquences néfastes ont été décrites dans une foultitude de rapports d'origines diverses. Il n'y a aucune ignorance sur ce sujet, juste un manque de courage et un clientélisme massif (les vieux votent plus que les jeunes et les vieux sont propriétaires).

Si vous n'êtes pas capable de le voir, je ne peux vraiment rien pour vous : il n'y a guère en France de problème économique mieux connu que l'immobilier et les solutions furent mille fois proposées (libérer le foncier, simplifier les procédures, supprimer des normes, supprimer les aides et les incitations...).

Jef

@ Franck Boizard

Là vous ne démontrez rien et vous n'avez donc aucune chance de convaincre au-delà de ceux qui sont déjà convaincus.

Vous n'êtes hélas pas seul dans ce cas et c'est assez extraordinaire de lire tant de jugements proférés sans le moindre début de démonstration.

Pouvez-vous par exemple nous expliquer par quels mécanismes plus de libération du marché de l'immobilier pourrait conduire à une baisse des loyers ? A moins que vous n'estimiez qu'ils soient encore trop bas...

Je ne doute pas que vous avez des arguments mais pouvez-vous les développer ?

Jef

hameau dans les nuages

@ Bruno
"L'Allemagne ne tolérera pas que la Russie touche à la souveraineté de l'Ukraine et l'envahisse par ruse sous couvert d'un Cheval de Troie à peine éventé (soi-disant camions blancs humanitaires, en fait bardés d'armements et de troupes). Seul le peuple russe est dupe de cette mascarade (propagande)."

Vous perdez votre crédibilité, là.

Vous avez des preuves de ce que vous avancez ?

Le genre de preuves que l'on attend toujours en ce qui concerne la chute de l'avion de la Malaysia Airlines.

Preuves que l'on risque d'attendre longtemps :

http://www.vineyardsaker.fr/2014/08/22/mh17-les-raisons-du-crash-du-boeing-777-classees-secret-defense/

Quel manque de chance ! n'est-ce pas ?...

Franck Boizard

En défense de Cécile Duflot.

Ne lui faisons pas porter un chapeau trop grand pour elle. Elle n'est pas à l'origine de la crise de l'immobilier français. Elle a juste ajouté un clou au cercueil qui en comptait déjà beaucoup. Chaque ministre met le sien : de Robien, Périssol...

L'immobilier français est une caricature de l'étatisme : les hommes de l'Etat créent un problème qu'ils se proposent ensuite de résoudre.

De quoi souffre l'immobilier français ? De trop de normes, de trop de contraintes, de trop d'incitations, bref de ne pas être un marché libre.

Et chaque ministre en rajoute : c'est le cercle vicieux de l'étatisme. Mme Duflot n'est que la dernière d'une longue chaîne qui ne s'arrêtera pas de sitôt.

Surcouf

Ecologie dites-vous ?
Je ne vois pas dans le discours de ces gens-là d'écologie mais un discours juste de gauche, éventuellement un peu plus à gauche que le PS.
Je vois quelque chose d’inapplicable, du surréalisme, comme si la France à elle seule allait bouleverser l'écologie du monde.
La seule chose qu'on puisse dire c'est que seul le pouvoir les intéresse, ils ne sont pas les seuls loin de là mais quand on voit Noël Mamère s'accrocher à son poste et donc cumuler, alors même qu'il se faisait le chantre du non-cumul, car sa circonscription risque de passer à droite, on se dit que ce n'est pas le respect du droit démocratique qui les intéresse mais seulement le pouvoir.
Malheureusement notre establishment politique n'est plus dominé que par ça. Le bien-être des Français ne les intéresse pas vraiment.
Juste vivre grassement dans l'apparence aux frais de la société.
On n'a rien à attendre de ces gens-là, y compris Cécile Duflot.
Cracher dans la soupe ? non elle vomit dedans alors qu'elle s'y est vautrée avec délectation. Elle est juste frustrée de s'être fait éjecter du banquet.

berdepas

"Cécile Duflot, elle, ne crache pas, sur le tard, dans la soupe. Car, avant, elle l'avait déjà modérément goûtée."

Certes, mais personne ne l'a obligée à "rester à table". Elle aurait pu partir juste avant les desserts...

Jabiru

@Michelle D-LEROY

Et comme l'avait déclamé Mac Mahon pendant le siège de Sébastopol, port de guerre et qui entend le rester "J'y suis j'y reste !". A part la cavalerie blindée, je ne vois pas d'autres moyens pour le faire changer d'avis.

Bruno

@ Véronique Raffeneau

Ok… vous avez raison.
Merci de nous ouvrir les yeux.

Yves

Quelle saison !

Qu'est-ce qui a conduit Cécile Duflot à publier un pamphlet à la fin des vacances ? Réponse par l'anagramme : elle a été alertée par un >> "clic du fol été".

Et vous, Alain Juppé, pourquoi cette déclaration de candidature ? Réponse : je ne la fais pas de mon propre mouvement mais >> "j'ai un appel".

Décidément, voici que Montebourg s'engouffre bruyamment dans l'opposition. Lui aussi, a ressenti le besoin d'un >> "boom urgent".

Ces multiples rébellions ne font pas l'affaire du président au moment où de nombreux Français trouvent qu'il est devenu un >> "lardon hélas nocif".

Michelle D-LEROY

Hier les déclarations de Cécile Duflot, aujourd'hui deux ministres, et non des moindres, demandent un changement de politique.

Le JDD publie un sondage ce matin : -9% pour le Premier ministre entraîné dans sa descente vertigineuse par un Président à 17 % (en réalité, d'après un invité "sondeur" de C dans l'air la semaine dernière, il serait à 13 % mais ce chiffre serait impubliable d'après lui).

Si François Hollande avait une once d'amour-propre et un peu d'empathie pour les Français, il démissionnerait. Car enfin, ce ne sont pas seulement les hommes politiques qui ruent dans les brancards, la grogne monte chez les Français de tous âges, toutes professions, tous partis politiques.

Sa tactique pour persister à nous dire qu'il avance, que son pacte de responsabilité va donner très bientôt des résultats, qu'il suit son cap, cette tactique est celle d'un personnage aux abois, qui a perdu le contact avec la réalité.

Véronique Raffeneau

@ Bruno

En réalité, le livre de C. Duflot n'est pas publié pour être lu.

L'objectif est juste de fabriquer sur le mode sommaire un buzz, une actualité médiatique d'à peine 24 heures aussitôt remplacée par une autre, et ainsi de suite.

De "l'actualité" kleenex jetable.

Rien à voir naturellement avec l'exercice de la sincérité et celui de la liberté d'expression qui exigent tant, à la fois du travail, une solitude et un sens de la gravité des choses.

Jabiru

Après l'épisode Duflot qui est en train de couler, un putsch couve sournoisement sous la cendre, celui de futurs ministres félons, l'Arnaud et le Benoît. La chienlit c'est pour très bientôt ! Et pour les félons, la destination c'est historiquement Tulle.

Jean le Cauchois

@ Xavier NEBOUT 10:37

Merci de m'avoir donné le nom du site Légifrance pour mieux connaître la loi ALUR. Je reviens de ce site où j'ai pu découvrir la loi n° 2014-366 du 24 mars, pour l'accès au logement et à un urbanisme rénové. Bien sûr, je n'ai fait que découvrir l'existence des...177 articles. J'avais entendu notre Président nous parler l'an dernier d'un "choc de simplification", et pourtant il a été le premier à signer ce texte !! Je retourne dans mon réel dominical !

Bruno

Franchement j'admire soit la tolérance, soit la bienveillance de P. Bilger dans son billet au sujet de Cécile Duflot qui, selon moi, navigue dans les mêmes sphères éthérées que Nadine Morano, cependant sur un mode différent.
La liberté d'expression... la liberté de décrire le fonctionnement de l'intérieur de l'exécutif par une ministre libérée de ses fonctions...
Trois fois oui.
Mais on ne peut comparer le témoignage d'une Cécile Duflot, de surcroît rédigé par un nègre, à d'autres témoignages de l'histoire de la Ve République tel que celui d'Alain Peyrefitte sur de Gaulle ou même, à un moindre niveau, d'Édouard Balladur sur la cohabitation avec Mitterrand.
Écrire sur le degré zéro de la politique (Hollande commentant l'affaire Dieudonné ou l'affaire Leonarda [roulé dans la farine par cette dernière]) par le degré zéro des ministres (Duflot ayant sinistré lourdement le secteur de l'immobilier par ses lois stupides. Combien de perte de points de croissance et de chômeurs en plus à cause d'elle ?).
Une ministre écolo qui, de plus, s'autorise à faire de la morale de gauche à un gouvernement socialiste en place. On croit rêver !
Juge après avoir été partie sans aucune autorité pour ce faire si ce n'est l'ambition d'asseoir une position médiatico-politique.
C'est du même niveau que Montebourg (ministre des Finances en exercice) qui vient d'interpeller Merkel pour qu'elle fasse de l'extérieur ce que le pouvoir français est incapable de faire de l'intérieur.
Il y a des moments où cela donne mal à la tête de honte !
Presque identique à celle ressentie quand Hitler entrait dans Paris en 1940. Toutes proportions gardées.
Cette même Merkel, qui est non seulement très compétente et populaire dans son pays, mais en plus est la seule qui porte la culotte en Europe et est suffisamment burnée (si c'est compatible avec son état de femme...) pour tenir tête à Poutine, cet expansionniste fascisant et nostalgique à la recherche de la reconstitution de l'empire perdu (cf. voyage actuel de Merkel à Kiev où elle dit haut et fort que l'Allemagne ne tolérera pas que la Russie touche à la souveraineté de l'Ukraine et l'envahisse par ruse sous couvert d'un Cheval de Troie à peine éventé (soi-disant camions blancs humanitaires, en fait bardés d'armements et de troupes). Seul le peuple russe est dupe de cette mascarade (propagande). Merkel qui dit aussi que l'annexion de la Crimée était illégale.
Au lieu de l'énerver, la France devrait ériger une statue en hommage à Mme Merkel, car elle est aussi digne que compétente.
La dignité ? François Hollande et Montebourg ne connaissent pas la place de ce mot dans le dictionnaire.
Alors le livre de Duflot et ses vapeurs au sujet de Hollande : superfétatoire !
On peut faire l'économie de l'achat et du temps de lecture d'un inutile livre politique de plus.
Pour éviter d'autres céphalées !... ou rages de dents !

Yves

Ne pas mettre SVP Mme Duflot dans le même sac que Mme Vallaud-Belkacem.
- Duflot ? à vau-l'eau...
- Vallaud-Belkacem ? najat nec mergitur.

Franck Boizard

«Oui, Mme Duflot a manqué de clairvoyance d'abord, de courage ensuite et d'élégance enfin.»

Bref, elle est dans la moyenne des politiciens français.

Véronique Raffeneau

Le très mauvais feuilleton auquel on assiste depuis quelques jours - par ordre d'apparition sur scène: Duflot, Montebourg, Hamon – dit surtout la faillite de la majorité dite présidentielle, plus largement la débâcle et le chaos de la sphère politique.

J'ai bien compris que ce monde minuscule place ses positions pour 2017.

"C'est la détestation de cette "intolérable" liberté d'expression qui bouscule, met à nu, révèle, fait entrer dans les coulisses et signifie que l'exigence de solidarité est d'abord du corporatisme, le silence requis de la lâcheté et la sincérité une denrée rare en politique. Quasiment un scandale."

La liberté d'expression à laquelle vous tenez tant est appauvrie et dénaturée quand vous l'associez à ce type de publications ou de déclarations qui ne sont que tactiques et qui n'abusent personne, écrites ou exprimées en même pas un quart d’heure, juste le temps de trouver le bon timing médiatique.

Je pense qu'à force de "feuilletonner" comme ils le font tous, les mots sincérité et liberté d'expression ne sont pas de leur niveau, ni à leur portée.

Jabiru

Quand on a plombé d'une telle façon un pan entier de l'économie de la Nation, on a au moins la pudeur de se faire oublier. Exit cette irresponsable dogmatique et que l'on ne la revoie plus elle et sa clique de donneurs de leçons. Et ce qui est bien dommage c'est qu'à ce niveau personne n'est jamais appelé en garantie pour réparer les erreurs commises. Ni responsables ni coupables sauf d'avoir appauvri le pays.

Michel Deluré

Mme Duflot nous livre ainsi ses états d'âme. Voilà assurément un bon moyen d'attirer sur elle les projecteurs de l'actualité et de ne pas se faire oublier !
Nombreux sont ceux qui auraient sans aucun doute préféré que de ce livre, ce soient les idées pour sortir la France de l'ornière qui priment sur le règlement de compte personnel.
Mme Duflot reconnaît s'être trompée sur la personne de François Hollande. Pour quelqu'un fréquentant depuis longtemps les hautes sphères politiciennes, voilà qui est surprenant. François Hollande ne présentait nullement en 2012 le profil de l'homme d'Etat capable de redresser la France et de lui redonner son prestige, sa grandeur. Et les mois écoulés depuis, et malheureusement perdus, ne font que confirmer ce jugement.
Mais pourquoi alors, ayant pris conscience de son erreur, se sentant aussi mal à l'aise au sein de cette équipe, a-t-elle continué d'en faire partie ? Est-elle restée par pur opportunisme et lui a-t-il manqué ce courage - chose malheureusement fréquente chez nos politiques ! - qui aurait dû la conduire à claquer la porte ?
Voilà qui n'est pas le moindre des paradoxes que de contribuer à l'élaboration et à la mise en application d'une politique pour le pays et pour ce faire, de figurer dans une équipe dont on loue la solidarité alors qu'en réalité on émet plus que des réserves, des doutes profonds, sur cette politique mise en œuvre et des critiques sévères sur ceux qui la mènent !
Oui, Mme Duflot a manqué de clairvoyance d'abord, de courage ensuite et d'élégance enfin.

Xavier NEBOUT

Pour faire un test de décrochement de mâchoire et une incitation à la méditation existentielle, on se penchera sur la loi ALUR dans Légifrance.
On peut se demander combien de malades atteints de légimania aiguë il aura fallu pour pondre ce chef-d'oeuvre, et combien d'heures seront nécessaires pour le défaire.
Les fous, ça s'enferme, ou plus précisément concernant les Verts, ça se met en camp de rééducation agréé Boudarel.

Nous devons saluer l’intention de Manuel Valls de libérer la construction et l'immobilier de son fatras psychopathique de textes, et son hommage au système social suisse avec ses 1900 heures, son code du travail réduit au strict nécessaire, et la liberté de licencier.

On notera par ailleurs avec regret que pendant que la gauche bien-pensante du nul se gargarise de célébrations de « libération », seule l’extrême gauche est solidaire du combat héroïque du peuple de Gaza pour se libérer du joug israélien pourtant plus prégnant, plus meurtrier et plus odieux par son hypocrisie, que l’occupation allemande.

eileen

@Tipaza

Pourquoi établir une échelle de la vulgarité ? Les Dati Morano Bachelot Vallaud-Belkacem et Duflot...etc. pour les plus connues le sont toutes à leur "manière" !
___________________________

Pourquoi les Français devraient-ils choisir "Le/la moins pire..." alors qu'ils devraient choisir pour élire "Le meilleur parmi les meilleurs..."

C'est ainsi que depuis des décennies sont élus les moins pires, pour notre plus grand malheur, que les Français fort politisés s'abstiennent de voter, se détournent de tous ces ostrogoths qui tous (enfin la plupart càd ceux/celles qui sautent sur tout pour faire parler d'eux/d'elles) se comportent mal et s'emparent de sujets sans grand intérêt et les/nous détournent des seuls enjeux qui devraient être leurs préoccupations, mais qu'ils ne savent manifestement pas traiter en suggérant des solutions.

Réussir quand la croissance est au rendez-vous ce n'est pas un exploit, n'importe lequel/laquelle peut réussir ; la France décline lentement mais sûrement et depuis une bonne décennie la France devrait n'élire que le meilleur... alors que surtout depuis Sarko, chaque gouvernement n'est qu'un gouvernement de casting, pour faire beau sur la photo du perron de l'Elysée, toutes les minorités devant être incarnées pour illustrer une politique qui ne sera pas mise en place... et c'est ainsi que tout est tiré vers le bas, vers le moins-disant pour ne déplaire à personne... sauf aux Français qui devraient être plus exigeants quant aux candidats présentés avant élection.

La République Française est une et indivisible et c'est au moins pour cette raison que les Français sont en droit, ont le devoir, d'exiger le "meilleur entre les meilleurs" pour tirer vers le haut, vers le mieux, tous les Français sans exception, et aussi bien évidemment ceux/celles qui se prétendent être une minorité, qui sont Français avant d'être une minorité !

------------------------------------
@semtob
"...le vent ce n'est pas de l'écologie !"...

Bien sûr que si, le vent est de l'écologie... c'est grâce au vent que fonctionnent les éoliennes MDR MDR

--------------------------------------

La rentrée littéraire 2014 : 700 livres dont une grande majorité serait la vie de stars, des biographies romancées non autorisées...

Est-ce dans cette rentrée littéraire que s'inscrit le pamphlet de C. Duflot ?

Que d'arbres abattus, que de recyclages et d'énergie consommée, pour rien... peut-être une pépite ??

eileen

@breizmabro

Cécile Duflot n'a pas renoncé à sa fonction, elle a été virée, ou plus modestement elle n'a pas été reconduite dans une fonction ministérielle.
Comme R. Bachelot, après avoir fait des pieds et des mains pour être ministre ou le demeurer, une fois virées, elles n'ont de cesse de torpiller ce qu'elles ont adoré, et servi !
C. Duflot est désormais députée, à voir si elle sera régulièrement présente pour affirmer son point de vue vs le gouvernement qu'elle devrait soutenir ou si elle participera activement à de nombreuses commissions, ou si elle choisira la politique de la chaise vide, n'empochant que les indemnités et autres avantages liés à son mandat.

Marc Paul

Il est possible de supposer que "l'accoutrement" critiqué par Mme Morano relève juste d'une forme personnelle de culte divin comme le suggère un lecteur.
Il existe d'heureux pays où l'Etat se charge de décider quel "accoutrement" porter que l'on soit musulmane ou non-musulmane.
Mme Vallaud-Belkacem aurait peut-être dû préciser quels sont ses choix de vêtements s'il lui arrive d'aller à la plage : bikini, monokini, burkini ou tenue de ville ?
Les mariages mixtes, c'est je crois le cas de Mme V.B., imposent des choix difficiles : elle a choisi de prénommer sa fille Nour (Lumière en arabe) et son fils Louis (ça donne quoi en arabe ?). Oui, j'assume, encore un propos nauséabond.

semtob

Cher Philippe,

Que Cécile Duflot sache tailler des croupières, nous pouvons le croire.
Que Cécile Duflot pense à devenir présidentiable, c'est fort possible.
Ce genre de cinéma, comme celui d'Eva Joly, c'est du vent. Ce n'est pas de l'écologie.
Chaque parti à son programme écologique et l'écologie punitive des taxes c'est une sorte d'attrape-nigaud. Le seul parti qui ne soit pas écologiste, c'est précisément le parti écologiste. Vive l'écologie libre.
L'écologie du lobbying exacerbé et des thèses farfelues, c'est à claquer la porte comme l'a fait Noël Mamère.
Des lampes truffées de mercure à basse consommation, c'est un projet assassin. Le mercure détruit les neurones.
Du béton, quand la terre devient rare, c'est de l'inconscience morbide.
Duflot ne défend pas la nature, les agriculteurs, la ruralité, le développement régional pensé pour empêcher la désertification, pour promouvoir les projets touristiques.
Duflot ne s'attaque pas aux promoteurs qui s'enrichissent sur la densité, qui augmentent les inondations.
La vidéoconférence, cela existe. Les voitures électriques sans bornes électriques, ce sont des gadgets. Le recyclage, tel qu'il est fait, c'est un désastre pour l'agriculture.
Le plan amiante, c'est pour la lune.
C'est pour le cacher sous les légumes, remonter le niveau des zones inondables.
La recherche pour valoriser les algues vertes, cela n'a pas d'intérêt.
Duflot, ce n'est pas de l'écologie, c'est comme Joly, c'est de l'intox pour chercheurs de papillons. Surveillez vos buis. La pyrale fait ses dégâts et les jardins à la française ressembleront dans quelques mois à désolations fantomatiques.
françoise et karell Semtob

Jean le Cauchois

Je reste plein d'admiration pour madame Duflot. Redevenue simple parlementaire à l'Assemblée nationale, elle déclarait le mois dernier cinq collaborateurs : deux attachés parlementaires, un attaché de presse et deux conseillers, l'un politique (sur lequel le journal Le Monde vient de publier un article tout récemment), l'autre "de communication", Stéphane Pocrain, un peu oublié dans les médias télévisuels. La particularité de ces deux conseillers est d'être cités comme bénévoles. Rien n'est sûrement illégal ou même anormal ; mais c'est pour moi très instructif sur la manière dont fonctionne notre République, ou comment la font fonctionner certains de ses représentants élus, surtout ceux qui se présentent comme exemplaires. Sur les choix politiques et littéraires de Cécile Duflot, je ne suis pas spécialement choqué. Mais je partage les commentaires sur Najat Vallaud-Belkacem, dont les interventions de plus en plus fréquentes et décalées deviennent honteuses et même vulgaires... A quand le prochain billet du blog "Najat avale sa soupe avec délice".

jack

Je préfère les propos abrupts de Chevènement : « Un ministre, ça ferme sa gueule. Si ça veut l'ouvrir, ça démissionne ». Ce devrait être la règle du jeu. Si Cécile Duflot, Roselyne Bachelot, voire Arnaud Montebourg, se désolidarisent de la politique du gouvernement, ils ne peuvent garder leur maroquin. Imaginons de tels états d'âme au sein du conseil de direction d'une grande entreprise. Le patron (un vrai patron !) aurait vite fait de prendre les mesures qui s'imposent.

Tipaza

En politique on a le « droit » de tout faire, à condition de le faire en conscience et de réussir. À partir de ce critère, C. Duflot a agi en fonction de ce qu’elle pense être son intérêt à long terme. L’avenir dira si elle eu raison ou tort, politiquement parlant.

Sur le plan moral, ou plutôt éthique, on doit respecter un devoir de réserve, implicite ou explicite, une fois que l’on a quitté le groupe auquel on appartenait. C’est une question de dignité personnelle et d’amour-propre. Autrefois on aurait dit que c’est une question d’honneur.

Elle aurait pu au moins attendre la fin du quinquennat pour « vider son sac », simple question de savoir-vivre.

Mais voilà, le savoir-vivre se perd chez nos politiques.
On pourrait dire que la vulgarité est la règle, si on ne faisait pas la différence entre une vulgarité qui se veut distinguée parce qu’hypocrite, et une vulgarité qui est la manifestation d’une sincérité avec soi-même et ses convictions.
De ce point de vue, je préfère la vulgarité que l’on reproche à Nadine Morano à celle que l’on ne reproche pas à C. Duflot.

Catherine JACOB

"et davantage respecter les Français."

Je ne crois pas que leur mentir soit respecter les Français.

C'est soit les craindre, soit ne leur porter aucune estime, soit les prendre pour des quasi demeurés susceptibles d'avaler toutes les couleuvres.

breizmabro

Cécile Duflot est la compagne d’un des deux Cantat (le moins pire ?) celui qui a dit ne pas vouloir venir dans la tribune d’honneur un 14 juillet à côté de sa compagne. Bon. Dont acte.

De deux choses l’une : ou elle a « baffé » son mari pour ses propos inappropriés d’alors, lorsqu’elle était ministre, ou, pour faire « corps » avec les convictions de son compagnon, elle a préféré renoncer à sa fonction.

En bonne compagne, et sans tchador officiel, elle a choisi l’idéologie de son compagnon. Grand bien lui fasse mais alors qu’elle nous fasse grâce de ses états d’âme…

En même temps si c’est pour nous dire, par écrit, ce que nous avions plus ou moins compris de son ressentiment vis-à-vis de Hollande, et de son horripilation de Valls, pour, au final, décrocher des recettes sur les ventes (éventuelles) de son livre, ça fait un peu épicière…

Peut-être (?) ne crache-t-elle pas dans la soupe mais c’est quand même le genre à y mettre des épices… indigestes ;-))

sylvain

On a eu la naïveté de croire qu'avec des jeunes investis moralement dans l'écologie, la vraie, le monde politique se serait dépollué de la pire équipe de démagos opportunistes arrivistes, Cohn-Bendit, Mamère, Bové, Joly. Hélas ! la relève s'avère tout aussi déplorable ; les gens silencieux mais pas dupes l'ont compris et les scores ridicules des "vers" à toutes les élections reflètent bien le dégoût que ces nouveaux inspirent tout autant que leurs anciens. Duflot sera la goutte qui fait déborder le vase, le bouquet final !

eileen

Quarantième anniversaire des écolos, âge de la maturité, sauf pour les Verts qui seront blets avant d'avoir atteint une quelconque maturité.
Ce parti n'est plus composé que de jeunes quadras ambitieux, les prochains ministrables seront Jean-Vincent Placé l'ambitieux écervelé, ou Emmanuelle Cosse (dont le compagnon serait un "khmer vert")... Ceux qui pouvaient inspirer confiance, les Cohn-Bendit, Mamère, Bové, Joly ne se sont pas déplacés à ce "pince-fesses anniversaire" ils ne veulent plus servir de faire-valoir à une bande de gamins en goguette.

Quant à Duflot son livre est un non-événement, qui fera pschitt (dixit Jacques Chirac), elle voulait être ministre, ça c'est fait, elle n'a plus qu'à se préparer pour les prochaines présidentielles, et là ce n'est pas gagné !

Mais là, encore une fois, qu'ont-ils à proposer, à part être des quadras, quelle est leur expérience, qu'ont-ils réussi, au-delà d'avoir géré des associations que savent-ils faire, qu'ont-ils prouvé ?

Une nouvelle fois tous ces candidats sont des fonctionnaires qui n'ont rien d'autre à faire qu'à montrer leur bobine pour préparer les élections à venir... la même chose pour les Cadets-Bourbon, ces sept UMP qui prétendent vouloir gouverner autrement, tous des fonctionnaires, des élus qui se sont mis dans les pas de Sarkozy... et qui tomberont dans ses griffes, qui ne sauront pas résister à l'appel des sirènes dès qu'il déclarera sa candidature à la présidentielle.

Tous à cause de leur inexpérience sont contraints de faire comme leurs prédécesseurs, muselés par une administration lourde et rigide... J'ai comme l'impression d'avoir déjà écrit hier sur le précédent billet de Monsieur Bilger quelque chose de similaire, je radote ? Que nenni ce sont les politiques à la française qui font radoter les Français lambda !

...Et si c'était de régime qu'il fallait changer ? je me surprends à être légitimiste, rêver d'un fonctionnement à l'allemande, ou à l'italienne, un roi (bof) ou un président dont la plupart ignorent tout, le nom et le visage et la raison d'être, un personnage qui ne la ramène pas en permanence et qui laisse la conduite des affaires à un chancelier ou à un président du conseil !

J'ignore tout de ce que prévoient les adeptes d'une VIe République, mais si c'est pour changer de numérotation, c'est inutile, il ne suffit pas de changer d'emballage, il faut changer le contenu et le mode de fonctionnement en profondeur... du passé politique immédiat faire table rase... comme dit la chanson !

On ne va pas pouvoir continuer encore longtemps à nous indigner de plus en plus souvent de la couleur de l'emballage, F. Hollande n'a plus qu'une majorité atomisée, qui se rebelle à chaque coup de vent... qu'il faut rabibocher en permanence... et pendant ce temps-là le chômage augmente, la crise s'aggrave, le quidam s'appauvrit !

fugace

Allez les vers !

Dans la nature, ces xylophages ont leur place dans l'écosystème, car ils ont pour mission de recycler le bois mort. En effet, ils s'installent dans le bois, creusent des galeries, percent des trous qui permettent à l'eau de pénétrer et de pourrir le bois qui au fil des mois et des années, se dégrade naturellement : "La nature est bien faite !".

C.D. avait ainsi jugé que F.H. (dit le mou de la part de ses propres amis) serait très facile à envahir jusqu’à le faire céder. Mais le malin F.H. savait ce qu’il avait à faire vis-à-vis de cette amie de façade et néanmoins concurrente potentielle, et il l’a fait. En la laissant s’embourber dans sa loi relative au logement (si décriée), il ne lui restait qu’à porter l’estocade pour « incompétence ». En attendant, il avait encore gagné du temps puisqu'en toutes choses cela semble être sa stratégie. Peu importe le prix à payer par les autres de près ou de loin.
Ainsi, il faut citer à nouveau le principe de Peter désormais bien connu : "Dans une hiérarchie, chaque employé tend à s'élever jusqu'à son niveau d'incompétence". Ce principe étant immédiatement suivi de son corollaire : "Avec le temps, tout poste sera occupé par un incompétent incapable d'en assumer la responsabilité". C’est donc ce qui est arrivé à cette personne. Hélas, mille fois hélas, son « employeur » est tout aussi fautif. Sauf qu’en matière de gouvernance, les sanctions demeurent totalement absentes au point que les citoyens avertis et éclairés sont sans cesse dans la recherche d’un rééquilibre des forces, lesquelles demeurent le plus souvent à leur désavantage. C’est tout le paradoxe de la démocratie que l’on nous vend tous les jours.
Ce qu’il faut retenir de très négatif dans ce qu’a produit le ministère de C.D. lors de son passage au gouvernement Ayrault, c’est sa loi ALUR.
L’habit ne fait pas le moine dit-on mais paradoxalement, son manque « d’allure » ne l’aura certainement pas aidée dans ses tentatives de séduction. Qui plus est, nombre de politiques de cet acabit sont mauvais parce que justement ils en ont fait un métier non pas pour le bien commun, mais pour leur propres intérêts. Et quant ils utilisent leur intelligence pour leur seul ego et leur carrière, alors : Grand Danger !

Jean Rostand avait vu juste quand il affirmait que « le monde appartient aux médiocres supérieurs ».
Car en effet, la médiocrité intellectuelle est une curieuse faculté de l’esprit. Elle permet d’éluder les problèmes de fond en ne fournissant qu’arguments stériles et fondés simplement sur ce que l’on croit savoir, sans savoir réellement.
Les gens simples découvrent alors les mensonges, crient au scandale, en appellent à la justice, et puis oublient, simplement.

catherine A. anosmie quand tu nous tiens

Deux ans pour se rendre compte que la soupe n'était pas à son goût, ou cette dame est longue à la détente ou elle souffre d'anosmie. Avec des leaders de cette trempe l'écologie est bien mal barrée. Et nous aussi.

Gérard B.

En l'espèce, défendre ce petit livre au nom d'une liberté d'expression qui participerait du principe démocratique a bon dos.
Si celle-ci se borne platement à publier un pamphlet contre des personnes et leurs comportements, huilé et dopé par bons mots et formules assassines destinées à être reprises par les médias, elle rejoint par ces expédients utilisés/usés jusqu'à la corde depuis belle lurette une pratique de la politique dévoyée de son objet premier : le débat d'idées.
Ici, le débat semble demeurer au niveau zéro.

caroff

Duflot a-t-elle le droit de critiquer ses anciens amis socialistes auxquels elle s'est alliée pendant plus de deux ans ?
Bien sûr que oui, mais ne fallait-il pas réfléchir à un programme politique véritablement écologique au lieu d'un salmigondis gauchiste (immigration, nucléaire, mariage pour tous) ?
Fallait-il tout circonscrire à une répartition politicienne des fromages républicains avec le PS ?
Car en fait ce qui a été négocié du temps de Martine Aubry, ce sont des sièges de sénateurs et de députés ainsi que des postes de ministres. Rendez-vous compte : dix-sept sièges au Parlement et dix sièges au Sénat, deux postes ministériels pour un parti qui aura représenté 2,3% des votes à la présidentielle...
De quoi tempérer les irritations duflotiennes donc. Mais la donzelle a du mal à reconnaître les faits qui la dérangent.
Quant à sa fameuse loi ALUR, celle-ci contenait des dispositions anti-écolos qu'il serait trop long d'énumérer ici, notamment sur la mise à disposition du foncier agricole et naturel. Elle conduisait nécessairement à porter le fer contre les propriétaires en défendant les locataires de façon peu subtile. Beaucoup ont été surpris que Hollande promulgue cette loi dont les professionnels avaient dit qu'elle tarirait la construction de nouveaux logements.
Le reproche de Duflot d'un président adoptant systématiquement la voie du compromis lui aura pourtant profité !
J'attends de lire son livre pour porter un jugement plus détaillé, mais, pour ma part, je crains que la sortie du gouvernement ne confine EELV à une unique fonction tribunitienne.

Paul Duret

Grâce à elle, il semble que le marché de la construction se soit effondré en France ; et pourtant, nous manquons cruellement de logements.
En parle-t-elle dans son livre ?

Cyril

Evidemment que l'on ne saurait reprocher à Cécile Duflot d'avoir écrit ce livre, il est fort compréhensible que cet ouvrage indigne les socialistes, ou autres élus de gauche. La liberté d'expression et les autres valeurs de la démocratie française permettent cette écriture et cette littérature.
Mais quand même, l'on peut considérer néanmoins que de la part de l'ancienne ministre du Logement, il s'agit d'une entreprise assez osée.
Pourquoi ?
Pour des raisons de politique politicienne, il ne faut point oublier que l'existence politique des écologistes doit sa notoriété, et ce pour une part non négligeable, au Parti socialiste.
Dans le groupe EELV à l'Assemblée nationale, de nombreux députés écologistes ont été élus sans qu'il y ait eu de candidat socialiste dans leur circonscription, les socialistes locaux ayant appelé à soutenir le candidat écologiste.
Sans ce concours socialiste, il n'y aurait pas aujourd'hui de groupe EELV au Palais Bourbon.
Même chose pour l'entrée au gouvernement de ministres écologistes, en 2012, le couple de l'exécutif n'était pas obligé de consentir à la présence de ministres écologistes !
Voilà pourquoi on pourrait voir, chez Cécile Duflot, un manque de reconnaissance vis-à-vis de François Hollande.

Puis elle a participé à ce gouvernement pendant deux ans !
Elle s'est notamment illustrée avec sa loi sur le logement, loi n°2014-366 du 24 mars 2014, votée le 20 février 2014, dite loi sur l'accès au logement et un urbanisme rénové (Loi ALUR).
J'ai pu lire superficiellement que cette loi ferait fuir les investisseurs, qu'elle gèlerait le marché immobilier, reste à savoir si ces affirmations sont exactes ?
Ce que je peux vous dire, précision faite que je suis clerc de notaire, c'est que cette loi n'enchante guère le notariat, cette loi alourdit considérablement la rédaction des compromis de vente de lots de copropriété et l'instruction de dossiers de ventes d'immeubles, aux fins de rédaction de l'acte authentique de vente.
Désormais, entre autres, le notaire se doit, dans un dossier de vente immobilière, d'interroger le casier judiciaire de l'acquéreur, afin de s'assurer que ce dernier ne soit pas un marchand de sommeil !
Mais je ne doute pas une seconde qu'en élaborant cette loi, Cécile Duflot ait privilégié le bon sens.

En tout état de cause, cet ouvrage aura pour l'ancienne ministre du Logement, sans aucun doute, des répercussions politiques, et là, elle sera seule face à sa conscience.

Achille

Même chez EELV Syrie, le livre de Cécile Duflot a été mal accueilli...

Michelle D-LEROY

"Que le président de la République, à force de vouloir être le président de tous, n'est le président de personne, qu'il sait décider mais toujours vers le plus mou, le plus consensuel, en fonction du plus petit dénominateur commun..."

Elle ne nous apprend rien, à l'œil nu et sans le côtoyer c'est ce qu'une majorité de Français a compris depuis un moment déjà.

Ce n'est pas très élégant certes, de cracher dans la soupe, car c'est bien de cela qu'il s'agit. Toutefois, la critique fait avancer les choses, beaucoup plus que le suivisme ou tout simplement le j'menfoutisme. Les "baf," le "c'est comme ça, on verra bien", "il n'y a rien à faire", "les Français sont ingouvernables" : toutes ces expressions bonasses qui laissent supposer qu'on ne peut plus rien faire pour sortir de la pétaudière dans laquelle nous sommes, des expressions et des attitudes qui m'horripilent personnellement.

Avant elle, précédemment, nous avions eu les R.Bachelot et M.Hirsch.

Rien de nouveau, en réalité. Elle dérange parce que ses amis craignent de ne plus revenir en grâce.

Par contre, sa loi sur le logement paralyse tout le marché, c'est une réalité vu l'usine à gaz qu'elle contient. Exemple entre autres : un mois pour réunir les dossiers en vue des promesses de vente, souvent les clients ont réfléchi et sont partis entre-temps.

Politique, travail, famille, couple, c'est le conflit permanent, personne ne veut plus accepter l'autre, c'est quand même flagrant.

sylvain

Les escrolos Khmers Verts et leur égosillante "Pol pote" Duflot me font penser à ces trotskos et maoïstes de mai 68 qui voulaient changer la société.
La plupart ont fini prof de faculté, sociologue de gauche, journaliste célèbre, député et même ministre et de ce fait ont complètement oublié leurs délires de jeunesse, sinon pour les moins doués : pancartiers banderoliers sloganiers de manifs toutes catégories.
Mais ne dit-on pas que ne pas être écolo à vingt ans c’est ne pas avoir de cœur et le rester après quarante ans c’est ne pas avoir de cervelle ?
Ces arrivistes démagos aux ego hypertrophiés et brouillons passent l'écologie par pertes et profits, lorgnant uniquement sur les petits avantages qu'ils peuvent tirer d'un mandat électif, d'un poste ministériel.
EELV perd toute crédibilité et c'est tant mieux pour l'écologie, la vraie, qui a besoin de hauteur de vue pour avancer sur des problèmes qui ne sont ni de droite ni de gauche.
Les Verts français sont consternants. Ils se choisissent les plus mauvais chefs pour être bien certains qu'ils disparaîtront vite dès qu'une vaguelette les submergera. Entre deux candidats à la primaire, ils se choisissent celle qui a le moins de chance, qui n'est pas écologiste et qui ne parvient pas à se faire comprendre intelligiblement. Ils sont très forts pour se tirer toutes les balles dans le pied, pas une à côté.
Il est amusant de constater que Cécile Duflot ne manquait jamais une manif pour lutter contre le nucléaire, les OGM, les éoliennes, l'aéroport de Nantes, les véhicules polluants et autres obsessions des écologistes, les sans papiers, les immigrés clandestins et tout ce qui est de bon ton aujourd'hui pour paraître "indigné professionnel" de gauche bien évidemment.
Ministre des manifs d'extrême gauche, elle aura au moins réussi à sinistrer le bâtiment, l'immobilier, le locatif, le foncier et toutes les sous-traitances qui en découlent.

Parigoth

L'ancienne ministre du logement invoque "un devoir de sincérité" et estime ne pas s'être ménagée.

Et contente d'elle-même, avec ça.
Elle aurait mieux fait de rester tranquille, car sa réforme de la loi sur le logement a tout simplement été ca-la-mi-teu-se, les syndics de copropriétés ou bien les agents immobiliers vous le confirmeront tous : complexité, paperasserie supplémentaire démentielle, bref tout pour dissuader les particuliers tant de vendre que d'acquérir.
En pleine période de marasme, ça tombe bien.

Mais quand donc ces gens qui se mêlent de politique admettront-ils que ce qui reste de leur fonction est de simplifier la vie des Français, et non pas de les embêter ?

Marc Ghinsberg

J'ai lu le livre signé par Cécile Duflot (disponible en version électronique depuis le 20 août) et rédigé par Cécile Amar. Si bien que l'on ne sait si les formules assassines qui visent François Hollande, Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Jérôme Cahuzac (seul le brave Jean-Marc Ayrault est épargné) sont à attribuer à son acrimonie ou au talent de sa comparse.
Il s'agit d'un petit livre, composé de brefs chapitres et de phrases simples (sujet, verbe, complément). Ceux qui chercheront à savoir quelle a été son action dans son ministère, à comprendre les dispositions de sa fameuse loi et ce que l'on aurait pu en attendre, en seront pour leurs frais. Il s'agit en fait d'une auto-justification de sa sortie du gouvernement. Décision qu'elle a prise seule sans consultation des leaders de son parti, ni des députés écolos, et de la préparation de sa candidature en 2017.
Cécile Duflot qui se reconnaît une formation de géographe (ce qui ne l'a pas empêchée de situer le Japon dans l'hémisphère sud !), n'entend rien à l'économie, caractéristique malheureusement commune à beaucoup de monde. Visiblement, elle ne comprend pas pourquoi le Président et le Premier ministre étaient si préoccupés par les déficits et par la dette.
Deux anecdotes qui l'ont meurtrie attirent la sympathie. L'épisode du tweet de son compagnon, peu après le défilé du 14 juillet. Et la séance à l'Assemblée nationale où vêtue d'une robe d'été à fleurs elle dut subir les quolibets imbéciles des machos de l'opposition, un crétin lui lançant même "enlève les boutons".
Bref, au total, on l'aura compris, un livre qui mérite le détour, mais pas dans le sens que les guides touristiques donnent habituellement à cette expression.

Camille

Une liberté d'expression instrumentalisée au profit d'ambitions personnelles perd de sa valeur.
Comme il n'y a jamais rien de neuf sous le soleil, les déclarations de Duflot se rapprochent furieusement du discours de Chirac donnant sa démission à Giscard en 1976 : "Je n'ai pas obtenu les moyens souhaités...", lequel Chirac a ensuite fait la carrière politique que l'on connaît.
Le refus de Duflot d'entrer dans un gouvernement Valls, en dépit des moyens proposés à sa disposition, correspondant aux vœux des écologistes, a jeté le trouble dans son camp, très divisé sur le sujet.
Tout s'explique maintenant par la publication de son livre, un appel à réunir une gauche alternative.

N'est pas Chirac qui veut, et Cécile Duflot se fait sans doute bien des illusions sur ses capacités à rassembler.
Cela dit avec une pointe de regret, car, plus que jamais, le renouvellement et le rajeunissement de nos élus par des quadragénaires devient nécessaire. Sauf que l'on attend d'eux autre chose qu'un savoir-faire en manœuvres politiciennes.

Garry Gaspary

Sur Nadine Morano, je m'étonne que le chantre de la liberté d'expression que vous êtes ne s'offusque pas du simple fait que la seule personne qui n'ait pas été libre de s'exprimer dans cette histoire, c'est bien cette femme voilée qu'on infantilise, en l'occurrence, que N. Morano infantilise en parlant à sa place, en en faisant a priori (car, dans ce genre d'affaires, l'a priori est absolument vital) une esclave de son mari alors que son accoutrement relevait peut-être juste d'une forme personnelle de culte divin... Va-t-on encore aller jusqu'à interdire le port de la kippa sur la plage pour mieux libérer les musulmanes de leur religion ?

J'ai en fait du mal à comprendre, voire même à concevoir, qu'on puisse défendre la liberté d'expression tout en niant la liberté de conscience.

Sur C. Duflot, son cas est emblématique du marasme politique ambiant : on crache sur des personnes tout en oubliant de parler des solutions alternatives.

Il faut dire que pour EELV, la conscience écologique cela se résume au mariage gay, à la PMA/GPA pour tous et à la légalisation du cannabis : N. Hulot doit se retourner dans la tombe politique que C. Duflot lui a consciencieusement creusée...

Perplexe-gb

Extraits du livre dans la presse, campagne dans les médias, tout est fait pour vendre. Voilà qui manque d'élégance. Cécile Duflot aurait dû démissionner de son poste quand elle était ministre. La sincérité où est-elle ? Elle ne semble pas défendre ses idées, au moment où le gouvernement détricote sa loi.
Le débat semble dépasser le conflit des idées. Il porte sur les personnages et là nous sommes dans le roman. Le livre n'étant pas encore publié il est difficile de juger sur les appâts. Mais je pense qu'avoir refusé la proposition de Valls de continuer au gouvernement fut une erreur politique. Les Verts vont couler comme Mélenchon. Maintenant cela ne me gêne pas, ces druides contemporains selon un ex-ministre PS.

Achille

Bonjour Philippe Bilger,

"Cécile Duflot ne crache pas dans la soupe"

Je ne partage pas du tout votre mansuétude envers Cécile Duflot.

Celle-ci est quand même restée deux ans au gouvernement, avalant sans broncher la soupe à la couleuvre d'une politique qui ne correspondait pas du tout au projet d'EELV. Pour rester crédible elle aurait dû jeter le licol et la muselière qu'elle avait docilement acceptés en entrant au gouvernement et démissionner avec panache.

Mais il entrait dans la stratégie de ce parti d'entrer dans le gouvernement non pas pour défendre des thèses écologiques qui au demeurant sont parfaitement justifiées, mais essentiellement pour des raisons politiques pour ne pas dire politiciennes.

Malheureusement la crédibilité de ce parti qui a à sa tête des personnalités fantasques frôlant souvent le ridicule ne s'en est pas renforcée.

Les incohérences et les frasques des Verts font davantage penser à une bande d'ados en quête d'identité plutôt qu'à une organisation véritablement structurée.
La loi Alur de Cécile Duflot a fait chuter le marché de l'immobilier neuf et le gouvernement Valls s'efforce d'en réduire les effets.

La réaction de Cécile Duflot est celle d'une femme frustrée qui se sent isolée car méprisée par ses anciens collègues du gouvernement et désapprouvée par ses propres "amis".

La rancœur laisse parfois passer des accents de sincérité mais elle met surtout en évidence les côtés sombres de sa personnalité.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • Radio Classique, "L'invité culture"
    Mardi 28 avril de 19h50 à 20h, avec Patrick Poivre d'Arvor.
  • FigaroVox
    Chronique hebdomadaire
  • Europe 1
    Tous les dimanches de 12h45 à 13h, le parti pris de PB, avec JP Gené et Guy Roux, dans "Europe 1 Week-end", édition d'information de Patrick Roger.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS