Ma Photo

Dans les médias: internet

  • FigaroVox
    Chronique hebdomadaire
  • ma chaîne YouTube
    Entretien de 38 mn avec Alain Finkielkraut, diffusé le 14/11/2013 Entretien de 54 mn avec Maître Hervé Temime, diffusé le 22/11/2013 Entretien de 50 mn avec Robert Ménard, diffusé le 29/11/2013 Entretien de 45 mn avec Eric Zemmour, diffusé le 6/12/2013 Entretien de 52 mn avec Edwy Plenel, diffusé le 13/12/2013 Entretien de 50 mn avec Michel Erman, diffusé le 3/01/2014 Entretien de 40 mn avec Elisabeth Lévy, diffusé le 14/03/2014 Entretien de 50 mn avec Olivier Besancenot, diffusé le 18/04/2014 Entretien de 1h15 avec Henri Guaino, diffusé le 25/04/2014 Entretien de 53 mn avec Eric Naulleau, diffusé le 2/05/2014 Entretien de 52 mn avec Grégory Coupet, diffusé le 16/05/2014 Entretien de 50 mn avec Michel Field, diffusé le 23/05/2014 Entretien de 50 mn avec Xavier Bertrand, diffusé le 20/06/2014 Entretien de 58 mn avec Michel Onfray, diffusé le 16/09/2014

Dans les médias: radio & télévision

  • Europe 1
    Tous les dimanches de 12h45 à 13h, le parti pris de PB, avec JP Gené et Guy Roux, dans "Europe 1 Week-end", édition d'information de Patrick Roger.

Dans les médias: presse

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Mardi 7 octobre, de 9h à 12h : "Comment s'exprimer en public ?" Renseignements et inscriptions sur philippe.bilger@wanadoo.fr ou 06 11 53 04 91
  • L'objectif de l'Institut de la Parole est de proposer des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique des personnalités et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense également des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations pratiques liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Elles peuvent être sollicitées la veille. Philippe Bilger, magistrat honoraire, Président-Fondateur de l'Institut de la Parole, propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires. Tél : 0611530491 ou philippe.bilger@wanadoo.fr

Mes liens favoris

Diffusion

  • Wikio
    Wikio - Top des blogs

Mentions légales

  • Directeur de la publication: Philippe Bilger
    SixApart sa 104 avenue du Président Kennedy 75116 PARIS
Blog powered by Typepad

« Dedans ou dehors mais pas les deux ! | Accueil | Encore une minute, monsieur le bourreau ! »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c86dd53ef01b7c6d2c108970b

Voici les sites qui parlent de D'autres vies... et celle d'Emmanuel Carrère :

Commentaires

Catherine JACOB@Véronique Raffeneau

@Véronique Raffeneau | 05 septembre 2014 à 13:46
«J'espère ainsi, Catherine, avoir précisé le contexte de ma citation du père d’Albert Camus.»

Vous l'avez parfaitement précisé, ma chère Véronique et je vous en remercie. Je pense comme vous sur ce sujet. J'irai même plus loin encore.

J'ai jeté un oeil sur le dictionnaire en ligne notrefamille.com qui s'étend largement sur le sujet des dents.
J'ai retenu ces quelques définitions :

- «Donner des noisettes à ceux qui n'ont plus de dents»: donner à quelqu'un des choses dont il n'est plus en état de se servir.
- «Il y a longtemps qu'il n'a plus mal aux dents, il y a longtemps qu'il est guéri du mal de dents» : il est mort depuis longtemps.
Substantivement et au féminin:
- «une sans dent» : une femme qui n'a plus de dents.
- «Arracher une dent à quelqu'un» : la lui ôter de la mâchoire ; et fig. tirer de lui quelque argent ou autre chose qu'il est contraint de donner malgré lui.

wiktionnary indiquant une expression supplémentaire par rapport à toutes celles qui figurent dans le précédent, et qui est « nourrir la bouche sans dents » défini comme une expression vulgaire que j'ignorais jusqu'à présent, pour «Faire l’amour», connaissant en revanche celle-ci : vagina dentata: le
concept psychanalytique désignant l'angoisse de castrationinconsciente de l'homme par les organes génitaux de la femme et qui est également un mythe folklorique dans lequel le vagin de certaines femmes serait pourvu de dents et qui se retrouve dans presque toutes les cultures destiné à décourager les viols, ou mettre en évidence le risque des rapports sexuels avec des personnes inconnues, ou « étranges » (et donc potentiellement porteuses de maladie).

Bref, j'observe que substantivement, 'sans dent' s'emploie au féminin et pas au pluriel et qu'un emploi au figuré n'est pas mentionné. Ceci étant, employer cette expression pour désigner d'une façon générale les personnes édentées comme des pauvres fait bien évidemment réfléchir.
On peut avoir perdu ses dents dans diverses circonstances.

Très récemment, je me suis fait arracher une molaire que la dentiste a eu du mal à extraire et s'arc-boutant de toutes ses forces sur sa pince expliquait que ses confrères l'appelaient autrefois "Extractor" et qu'elle allait 'avoir' la récalcitrante, ce qui est arrivé mais avec cette conséquence que la grosse pince métallique a heurté avec force la prémolaire voisine au moment où la molaire est enfin sortie de son alvéole, laquelle prémolaire était cependant vivante, sans carie, et en a emporté un petit bout de la face externe, donc visible lorsque je souris, ce que "Extractor" a appelé « un petit dommage collatéral » à propos duquel elle a ensuite indiqué qu'il valait mieux laisser les choses en l'état.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, certains résistants torturés ont également eu les dents ou même carrément la mâchoire brisée et j'ai même entendu dire qu'il s'agissait de stigmatiser ainsi ceux qui soit n'avaient pas desserré les dents, donc pas parlé, et/ou encore avaient été aussi violés.
L'un de mes neveux, a eu lui une dent cassée par un coup de coude malencontreux d'un membre de son équipe de basket qui cherchait à attraper le ballon, etc. etc.
Mais bon, généralement, la perte 'normale' des dents est consécutive à l'un des facteurs suivants qui peuvent également se combiner : l'âge -petit (dents de lait) ou très grand (dents pourries) -, maladie, malnutrition.

- Dans le cas du scorbut, une maladie très répandue chez les marins du XVe au XVIIe siècle, et qui fut combattue grâce à l'introduction dans leur régime d'aliments très riches en vitamine C, tels la choucroute - Vive la culture de la choucroute donc ! -, les oranges ou le citron etc., qui se manifeste initialement par de la fatigue, puis par des œdèmes aux membres, puis des hémorragies des muqueuses du nez et des gencives, et des ecchymoses nombreuses sous la peau, les dents se déchaussent jusqu'à tomber. On considère cependant que c'est là une vieille maladie qui, tout comme la tuberculose, refait surface. Une petite étude faite auprès d'adolescents américains a démontré que certains d'entre eux, dont l'alimentation ne comportait ni fruits ni légumes, avaient contracté le scorbut, nous informe Passeport de santé. Enfin, des études japonaises ont démontré que l'absence de dents chez des souris auxquelles elles ont été arrachées aux fins de l'étude considérée, conduisait à une perte de l'orientation et de la mémorisation et qu'au contraire, la remise en ordre de la dentition de personnes atteintes d'Alzheimer permettait d'obtenir des rémissions et même une petite régression de la progression de la maladie.

Ayant pris la peine d'enregistrer et de traduire ces informations pour les communiquer lors d'un séminaire sur la mémoire, du fait qu'il s'agissait de neurosciences et que le séminaire en question (école doctorale de philosophie de Strasbourg) ne portait que sur l'aspect 'mémorial' de la mémoire, devoir de mémoire etc., je n'ai pas été autorisée à en faire état, et l'enseignante responsable n'a pas même daigné visionner elle-même la cassette qu'elle m'a rendue en la tenant comme avec des pincettes...! Enfin bon !

- Revenons à nos moutons, de l'existence de l'expression et toutes ses dents qui s'emploie après avoir donné l'âge d'une personne (généralement âgée donc) pour dire qu'elle est dans de bonnes conditions physiques, on peut déduire qu'une sans dent est une personne, homme ou femme, que la vie n'a en effet pas favorisée.
De ce point de vue, cette expression me touche particulièrement pour la raison suivante. Je résume rapidement :
Nous avons dans notre famille une personne qui ne s'est jamais mariée car, selon les habitudes de la région dont ma famille est originaire, elle a dû prendre en charge ses parents avant même d'avoir pu terminer des études d'infirmière et c'est donc comme aide-soignante qu'elle a travaillé dans l'hôpital public et selon son expression « porté tout le monde », ou « porté la misère sur son dos ». Une fois ses parents décédés, elle a pu s'acheter un petit appartement et, comme disait mon père qui l'avait accompagnée pour choisir tout cela, son premier lit à elle, beau meuble à tête capitonnée dont elle était très fière.
Ayant cependant pris l'habitude de prendre en charge la douleur d'autrui et les ennuis de tout le monde, elle a fini par donner au-delà du solde positif de son compte en banque et sa banque au lieu de prévenir d'abord sa famille (frère, neveux etc. qui aurait pu l'aider et mettre de l'ordre et demander à ce qu'une enquête de police soit diligentée pour déterminer de possibles abus de faiblesse - elle a notamment acheté une voiture à ses voisins), a demandé purement et simplement son placement sous curatelle, laquelle curatelle est devenue curatelle renforcée - ce qui signifie que son curateur perçoit directement ses revenus -, le tout à l'insu de sa famille que le service de la tutelle des majeurs n'a pas non plus pris la peine de contacter, bien qu'elle ait indiqué n'être pas complétement isolée et qui tout à coup a découvert et commencé à prendre la mesure de la situation, ce qui ne semble pas avoir plu à tout le monde.
Bref, elle s'est retrouvée placée dans une maison de retraite dont les frais d'hébergement reviennent au double du montant de sa petite pension de retraite et sans que la curatelle ait pris la peine de faire un dossier de demande d'aide au département, qui plus est dans une aile réservée aux personnes démentes - alors qu'elle ne l'est nullement -, à n'avoir personne avec qui parler, à être infantilisée au-delà de l'imaginable et en passe d'être rendue dépendante, ce qui à mon sens représente une forme de maltraitance, et alors qu'elle déclare s'être rendue compte au bout d'une semaine que cet établissement sur lequel elle n'avait pas été correctement renseignée, n'était absolument pas fait pour elle et bien que la loi lui donne le choix de sa résidence etc. elle s'y trouve maintenue.
Les efforts faits par sa famille pour aider financièrement à la prise en charge d'une hypoacousie bilatérale profonde par un appareillage acoustique adéquat de bonne qualité, ainsi qu'une malvoyance, ayant été abusivement court-circuités par la maison de retraite qui ainsi la séquestre pour ainsi dire en elle-même.
Le juge des tutelles qui est comme vous, ma chère Véronique, d'origine vendéenne et qui n'entend pas la langue maternelle de notre parente (francique luxembourgeois) qui avec l'âge resurgit et affecte quelque part sa façon de s'exprimer en français, étant allée la voir avant que la famille ait réussi à restaurer une bonne communicabilité visuelle et auditive, a bien noté sa volonté de quitter cet endroit, mais, et ce sans avoir recueilli l'avis des membres de la famille dont il est informé de l'existence, pense manifestement qu'elle a été influencée, en particulier par moi-même qui l'ai, en vertu de l'article C.C 457-1, informée que selon l'article C.C.459-2 c'était elle qui décidait de l'endroit où elle voulait vivre, ce à suffisamment haute voix pour que l'information soit parvenue aux oreilles d'autres résidents qui ont dû en faire leur profit au grand dam de la maison de retraite qui a été le seul son de cloche parvenu aux oreilles du magistrat. Mais bon, certains espèrent encore pouvoir l'aider avant qu'elle se soit transformée en eau de boudin.

J'en viens à la question des dents qui a motivé tout ce long préambule dont vous voudrez bien ne pas me tenir rigueur.
A l'occasion d'une de mes visites, je me suis rendue compte qu'elle portait la nourriture à sa bouche - en l'occurrence une gaufrette bas de gamme trop sucrée, fournie par la maison de retraite avec son café qui n'est pas du vrai café - d'une façon bizarre. M'en étant inquiétée, elle m'a montré des incisives branlantes en précisant que lorsque ces dents entraient en contact avec de la nourriture solide, cela la faisait sauter au plafond.
Ne faisant ni une, ni deux, j'ai sonné le branle-bas de combat de la curatelle et de la maison de retraite pour que RDV soit pris avec un praticien avant que ne s'installe une infection, qui dentaire, pouvait être fort fâcheuse pour une pathologie cardiaque. Un RDV a été pris en effet, début juillet pour... fin août !! J'ai donc saisi l'ARS pour qu'on s'occupe de trouver à brève échéance une solution à ce problème, laquelle ARS a demandé par écrit à la maison de retraite si le nécessaire avait été fait selon les protocoles en vigueur, laquelle maison de retraite a répondu que c'était le cas. Fin d'histoire, ou presque puisque dans la semaine qui a suivi, je me suis aperçue que les dents litigieuses avaient été sectionnées (≠ dûment extraites par l'opération d'un chirurgien-dentiste) au ras de la gencive, ce qui aura désormais pour effet de rendre leur extraction extrêmement difficile et ayant moi-même vécu, ainsi que relaté en début de texte, une extraction difficile, je crains le pire.
Bien évidemment, depuis que j'ai posé des questions gênantes sur la façon dont cela avait pu arriver (je ne sais pas moi, caramel, bonbons, mais bon qui aurait eu l'idée d'en donner à une diabétique aux dents branlantes ?), je suis devenue persona non grata.

Voilà donc l'histoire d'une sans dent, qui après une vie de dur labeur au service de l'humanité souffrante n'a pas de quoi prétendre à une prise en charge correcte de son état de santé.

Sans doute Hollande et son ex-compagne auraient-ils dû s'abstenir ou s'empêcher, l'un de plaisanter, ne serait-ce qu'en privé et l'autre de rapporter le fait, s'ils avaient eu conscience de l'effet produit sur les personnes qui ont dans leur proximité de telles 'sans dents', que des protocoles imbéciles, si tant est qu'ils ne soient pas l'objet de contresens, les empêchent d'aider personnellement comme il le faudrait.

Véronique Raffeneau

Chère Catherine,

"Un homme (une femme), ça s'empêche"

"En réalité, il n'aime pas les pauvres. Lui l'homme de gauche dit en privé : “Les sans-dents”, très fier de son trait d'humour."
Un président de la République qui désigne les pauvres "les sans-dents", même en privé, même pour faire rire les mondains aux dépens des plus vulnérables, selon l'enseignement de du père d'Albert Camus, ne mesure pas, ne maîtrise pas les conséquences de la violence de son "bon mot" assassin.

Car ce qu'il est, là ou il est, l'engage tout entier à la retenue et à la délicatesse envers ceux qui seront mordus, meurtris, humiliés et blessés comme jamais par son mot.

François Hollande devait, devrait savoir que tout ce qu'il dit, même l'inconséquence, surtout l’inconséquence, sera répété, repris, commenté à n'en plus finir par son entourage, d'autant plus quand son monde intime et amical est exclusivement celui, vulgaire, ricaneur des dîners en ville et des médias, dont il raffole et dont il se sert, son alpha et oméga.

Valérie Trierweiler n'aurait jamais dû rendre public et utiliser ce mot-trait d’humour qui dit tant le cynisme et la vulgarité du milieu professionnel qu'elle connaît comme sa poche depuis longtemps : la politique et le journalisme politique.

L'un et l'autre, le président et son ex-compagne, devaient, auraient dû s'en empêcher.

J'espère ainsi, Catherine, avoir précisé le contexte de ma citation du père d’Albert Camus.

Catherine JACOB@Véronique Raffeneau

@Véronique Raffeneau | 05 septembre 2014 à 05:20
"Un homme, ça s'empêche"

Bonjour Véronique,
Vous pouvez préciser le contexte SVP.

Catherine JACOB@isidora

@isidora | 04 septembre 2014 à 15:25
enfin quelqu'un parlait de nous et de façon tellement pertinente, enthousiaste et aussi respectueuse.

A Metz, la Justice s'offre quotidiennement à l'édification du citoyen dans le grand escalier d'honneur de l'Hôtel de Ville où elle apparaît telle la Vénus de Botticelli sur une coquille Saint-Jacques, et où elle fait face à... la Prudence.
On la retrouve encore sur le portail de la Cathédrale Saint-Étienne qui fait face à celui de l'Hôtel de Ville. Le cliché ci-dessous n'est pas très bon car il est extrait d'une vue d'ensemble de l'escalier.

Alors, le citoyen en est-il rendu plus vertueux pour autant ?

Véronique Raffeneau

Cher sbriglia,

En réaction à votre post adressé à Franck Boizard dans un autre billet.

Ce qui m'a intéressée d'exprimer suite au billet consacré à "D'autres vies que la mienne" est l'impression - l'Image - qui reste à l'esprit et dans le coeur des années après la lecture d'un livre.

Je me suis souvenue de cet épisode de si grande humanité où le père d'Etienne Rigal trouve la force de protéger et de consoler son fils, jeune adulte, dont l'amputation imminente en fera un sans-jambe à vie.

L'actualité "littéraire", enfin politico-littéraire, me renvoie à nouveau à ce micro-épisode du livre de Carrère, qui est un sommet d'humanité impuissante et désemparée.

Au plus haut de l'Etat, dans le privé, sur le mode de l'humour, les sans-dents sont moqués et humiliés en petit comité, dans l'entre-soi mondain.

L'humanité immense du père d'Etienne Rigal à quelques heures de l'amputation de son fils - Etienne, qui deviendra ce juge exilé dans les rez-de-chaussée de la justice de la République - est, selon moi, celle qui s’obstine, autant que faire se peut, à décharger de la souffrance à la souffrance.

Quand d'autres, qui ne peuvent pas résister à un bon mot, ne mesurent pas à quel point une inconséquence moqueuse, même privée, parce qu'une femme blessée et trompée se vengera, quand ces autres ne mesurent pas combien un trait d'humour, là où il est prononcé, imbibé de ce cynisme si accordé aux airs du temps de la mondanité, ajoutera de la souffrance à la souffrance, de l'humiliation à l'humiliation dans le coeur de ceux qui dans leur quotidien, doivent affronter et assumer l'amputation, la disgrâce et la laideur.

Voilà, sbriglia, ce que m'inspire l'actualité politico-littéraire quand je la croise avec ce billet de Philippe déserté.

Pour finir, en commentaire des péripéties élyséennes à caractère privé devenues publiques, je pense à cette phrase si juste du père d'Albert Camus :

"Un homme, ça s'empêche"

isidora

Je travaillais à l'époque de la publication de ce livre dans un tribunal d'instance et l'ouvrage a fait le tour des bureaux à grande vitesse... enfin quelqu'un parlait de nous et de façon tellement pertinente, enthousiaste et aussi respectueuse.

Bizarrement je n'avais jamais rien lu d'Emmanuel Carrère et depuis cet oubli est réparé et sans qu'il faille à chaque parution que je me fasse violence.

J'aime cet auteur et sa "Maman" n'y est pour rien.

Véronique Raffeneau

Relisant votre billet, je suis tout de même étonnée que vous ayez attendu si longtemps pour lire ce récit d'E. Carrère.

Car enfin, les récits où deux grands juges et la justice civile - celle des tribunaux d'instance, du surendettement et des perdants - deviennent de grands personnages romanesques ne courent pas les pages de la littérature, très loin de là.

Un tel récit avec pour héroïne la justice du quotidien, et pour héros des juges de cette envergure est plus que rare.

Le livre d' E. Carrère a tellement réussi cela.

Michelle D-LEROY

Avant tout, j'apprécie la famille Carrère d'Encausse, sans oublier Marina, la sœur d'Emmanuel, des gens discrets malgré leur notoriété.

Des livres d'Emmanuel Carrère, j'ai bien sûr aimé "D'autres vies que la mienne", un livre (pour moi) en deux parties. Le tsunami vécu en direct et l'horreur décrite puis l'histoire poignante d'une jeune femme qui aime son métier, sa famille, confrontée à la maladie et se sachant condamnée. Elle veut vivre normalement jusqu'au bout en s'accrochant à son métier, mais aussi au dilemme d'avoir à juger les "pots de terre contre des pots de fer". Un livre fort et humain.

Mais j'ai aimé aussi son livre sur l'affaire Romand : "L'adversaire", fascinant par la description de ce personnage enferré des années dans le mensonge et qui n'en sort qu'en tuant sa famille, pour ne jamais avouer sa tromperie. Un cas pour la psychiatrie. Une belle analyse d'une vie particulière aussi.

J'avais acheté "Limonov", un autre genre, je ne l'ai pas encore lu, du coup, en parlant d'Emmanuel Carrère aujourd'hui, j'ai très envie de le lire.

Catherine JACOB@eileen

@eileen | 27 août 2014 à 16:28
cette ville située à quelque 50 km de Düsseldorf la capitale de l'état de Rhénanie-du-Nord-Westphalie n'indique rien de semblable dans ses "Archive" !

Puisque vous lisez manifestement l'allemand, on trouve ceci : Das Gut ist heute in direkter Nachfolge im Besitz der Familie von Pelken ici : http://www.naturpark-rheinland.de/poi-details/poi-details/6331/gutshof-palmersheim/
Adresse : Palmersheimer Straße - 53881 Euskirchen-Palmersheim

ou encore ici : http://www.hv-palmersheim.de/index.php?section=calendar&cmd=event&id=10 Ort :
Palmersheim
Gutshof von Pelken

Palmersheim (http://de.wikipedia.org/wiki/Palmersheim) est situé dans l'arrondissement d'Euskirchen : http://fr.wikipedia.org/wiki/Arrondissement_d%27Euskirchen (Rhénanie-du-Nord-Westphalie)

Alors quel rapport entre die Familie von Pelken et Hélène Carrère dite Carrère d'Encausse, Secrétaire perpétuel de l'Académie française depuis 1999 ?

Réponse : sa mère est Nathalie von Pelken.

Maintenant, quel degré de parenté entre von Pelken Günther Landw. Gut Haus Palmersheim in Palmersheim et Nathalie von Pelken ?

Vous trouverez ici le n° de téléphone de Günther von Pelken : http://adresse.dastelefonbuch.de/Euskirchen/3-Landhandel-G%C3%BCnther-von-Pelken-Euskirchen-Palmersheimer-Str.html avec une possibilité d'appel gratuit mais peut-être pas depuis la France. Vous n'avez qu'à le lui demander si la chose vous intéresse vraiment. Maintenant, après avoir été publié chez PB, il risque de se mettre sur liste rouge, qui sait.

Véronique Raffeneau

C'était au printemps 2009. J'étais plus que réticente à lire "D'autres vies que la mienne".

Pourtant, j'ai lu ce récit d'une traite qui parlait du désastre, de la maladie, de la mort, de la pauvreté qui mord et qui humilie tous les jours.

Curieusement, j'ai refermé le livre dans une profonde sérénité.

A l'automne deux morts cruelles m'ont dévastée.

Et quelque chose du livre d'E. Carrère m'a portée pour faire face à cet automne meurtrier.

Aujourd'hui, quand je pense à ce récit, une image s'impose.

Celle de ce jour où le père d'Etienne alors adolescent - Etienne est ce juge qui protègera les humiliés - entoure, accompagne, soutient, protège comme jamais son fils qui va être amputé.

La force et la douceur inouïes de ce père pour trouver les mots introuvables, les mots pour consoler son garçon d'un irrémédiable.

eileen

"Les héritiers de Palmersheim" bien curieuse/inattendue info. que celle-là, cette ville située à quelque 50 km de Düsseldorf la capitale de l'état de Rhénanie-du-Nord-Westphalie n'indique rien de semblable dans ses "Archive" !

Catherine JACOB

Chaque fois qu'il publie un livre, je suis à la fois attiré et réticent. Réservé parce que je sais que dans tous les cas, Emmanuel Carrère aura une critique enthousiaste, unanime. Comme j'ai mauvais esprit, je ne peux pas m'empêcher de chercher, pour expliquer cet unanimisme, des causes malsaines, de complaisance ou d'influence. Comme une promotion systématique trop belle pour être honnête.

Ainsi le petit-fils de la pianiste Paule Carrère-Dencausse, fils de l'académicienne d'origine géorgienne par son père, et semble-t-il une parente des héritiers du domaine de Palmersheim dans la partie écologiquement protégée de la Rhénanie, à savoir Hélène Carrère dite Carrère d'Encausse sans tique..., vous trouble.

Intéressant.

Sa mère en tout cas semble avoir réussi le tour de force de faire naître un sourire vaporeux sur le visage de :
Putin à l'aube du nouveau millénaire.

Puis je lis.
Donc vous pouvez, vous, en parler...!

eileen

"Le Royaume" a déjà eu son moment de gloire sur Canal, M. Traquenard a été dithyrambique, c'était selon lui le chef-d'œuvre de la rentrée littéraire 2014, il a conclu 'un très grand livre'...

Emmanuel Carrère bénéficie peut-être de la position de sa très célèbre maman !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.