Ma Photo

Dans les médias: internet

  • FigaroVox
    Chronique hebdomadaire
  • ma chaîne YouTube
    Entretien de 38 mn avec Alain Finkielkraut, diffusé le 14/11/2013 Entretien de 54 mn avec Maître Hervé Temime, diffusé le 22/11/2013 Entretien de 50 mn avec Robert Ménard, diffusé le 29/11/2013 Entretien de 45 mn avec Eric Zemmour, diffusé le 6/12/2013 Entretien de 52 mn avec Edwy Plenel, diffusé le 13/12/2013 Entretien de 50 mn avec Michel Erman, diffusé le 3/01/2014 Entretien de 40 mn avec Elisabeth Lévy, diffusé le 14/03/2014 Entretien de 50 mn avec Olivier Besancenot, diffusé le 18/04/2014 Entretien de 1h15 avec Henri Guaino, diffusé le 25/04/2014 Entretien de 53 mn avec Eric Naulleau, diffusé le 2/05/2014 Entretien de 52 mn avec Grégory Coupet, diffusé le 16/05/2014 Entretien de 50 mn avec Michel Field, diffusé le 23/05/2014 Entretien de 50 mn avec Xavier Bertrand, diffusé le 20/06/2014 Entretien de 58 mn avec Michel Onfray, diffusé le 16/09/2014

Dans les médias: radio & télévision

  • LCI, "Choisissez votre camp"
    Jeudi 25 septembre, de 10h10 à 11h, avec Valérie Expert.
  • Europe 1
    Tous les dimanches de 12h45 à 13h, le parti pris de PB, avec JP Gené et Guy Roux, dans "Europe 1 Week-end", édition d'information de Patrick Roger.

Dans les médias: presse

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Mardi 7 octobre, de 9h à 12h : "Comment s'exprimer en public ?" Renseignements et inscriptions sur philippe.bilger@wanadoo.fr ou 06 11 53 04 91
  • L'objectif de l'Institut de la Parole est de proposer des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique des personnalités et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense également des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations pratiques liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Elles peuvent être sollicitées la veille. Philippe Bilger, magistrat honoraire, Président-Fondateur de l'Institut de la Parole, propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires. Tél : 0611530491 ou philippe.bilger@wanadoo.fr

Mes liens favoris

Diffusion

  • Wikio
    Wikio - Top des blogs

Mentions légales

  • Directeur de la publication: Philippe Bilger
    SixApart sa 104 avenue du Président Kennedy 75116 PARIS
Blog powered by Typepad

« La France, médaille d'or du chauvinisme ? | Accueil | Faut-il avoir pitié du président de la République ? »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c86dd53ef01a511f8679a970c

Voici les sites qui parlent de Poutine, un tyran ? :

Commentaires

sylvain

Je propose :
"Poutine futur prix Nobel de la Paix pour résistance à la menace occidentale qui propage la guerre partout dans le monde" !
Il faut envoyer les USA et ses toutous valets européens au TPI pour crimes de guerre en Afrique Asie Moyen-Orient et pays de l'Est.
Bravo à Poutine un vrai chef d'Etat qui sait se faire respecter et craindre ; j'espère qu'il va débarrasser la Crimée des fascistes ukrainiens pro-occidentaux à la solde des USA !

Alex paulista

La seule chose qui différencie Poutine d'un grand chef d'État est son absence totale de principes.
Il nous prend pour des imbéciles en niant qu'il forme et arme les séparatistes ukrainiens alors que nos satellites voient les batteries Buk passer la frontière et qu'un avion de ligne a déjà probablement été abattu par erreur suite à ces barbouzeries.

Il représente le grand peuple russe que l'on ne veut pas humilier, mais Poutine mériterait qu'on réagisse brutalement: ces batteries de missiles et ces tanks ne sont à personne ou n'existent pas ? Envoyons des chasseurs les exterminer...

sylvain

On lit beaucoup sur le Net et dans tous les médias ce que la propagande occidentale de la ligue fasciste USA UE KIEV veut bien nous faire ingurgiter dans nos petites cervelles de colibris, à savoir que le méchant Poutine a déclaré la guerre aux gentils occidentaux et qu'il est l'incarnation du Mal ; manque de bol, les gens ne sont plus dupes et se méfient beaucoup plus de la bande Obama Hollande Cameron Merkel que de Poutine ; Fabius n'arrête pas de se ridiculiser avec ses coups de mentons qui font rire toutes les chancelleries, et BHL, le mannequin-pitre de service, n'intéresse plus que ceux qui sont passionnés par les cols de chemise amidonnés ; fiascos et flops en séries pour nos pingouins anti-Poutine !

PAUL

Je trouve scandaleuse la désinformation qui hante nos médias. Et le titre que vous avez choisi pour votre papier et sa conclusion (sidérante) provoquent un assez joli "effet streisand".

N'oubliez pas que l'Ukraine dans ses frontières actuelles est de construction récente. Lors du Congrès de 1815, la Russie tsariste obtint l'Ukraine au complet en absorbant la Pologne. Contrairement à l'Ukraine occidentale, l'Est et le Sud subirent la russification des tsars. Proclamée en novembre 1917, la République autonome ukrainienne eut à faire face à la République soviétique d'Ukraine soutenue par les bolcheviques. La Russie soviétique créa en 1922 la République socialiste soviétique d'Ukraine. L'Ukraine de l'Ouest et l'Ukraine du Sud-Est furent réunies à nouveau et annexées à l'URSS.

Il convient aussi de rappeler que l’intérêt d'Obama pour l'Ukraine se manifesta à partir du moment où les BRICKS commencèrent à parler d'une alliance commerciale qui pourrait déboucher sur une monnaie nouvelle venant en concurrence du dollar. Or la croissance est chez les BRICKS, très peu aux USA et encore moins en Europe... Le maillon faible c'était l'Ukraine dont le régime corrompu irait vers le plus offrant. Si vous ne me croyez pas allez vous promener dans les rues de Kiev, vous comprendrez.

Et pour Obama l'EU n'est pas grand-chose politiquement. Il ne faut pas qu'elle soit trop forte pour pouvoir rivaliser un jour avec les US, il ne faut pas qu'elle soit trop faible pour pouvoir devenir un allié commercial des US avec son marché de 400 millions de consommateurs. D’où l’intérêt de rapidement conclure le TAT.

Pour absolument éviter que l'UE ne continue à s'engager commercialement avec la Russie (marché de 140 millions de consommateurs) il fallait arriver à fracturer les liens en cours de constitution. La construction de deux navires militaires à Saint-Nazaire n'est que la partie visible des efforts de Poutine pour recréer des liens avec la France et l'UE. D’où les mots d'ordre des manifestations en Ukraine demandant le rattachement à l'UE.

Coup double pour Obama : il affaiblit l'UE qui va prendre en charge, on ne sait avec quels fonds, une partie des dettes créées par la mauvaise gouvernance ukrainienne, et il continue une manœuvre d'isolement de la Russie. Avec une conséquence probable, celle de provoquer une rapprochement Russie-Chine...

Si vous voulez bien considérer le rôle de Poutine dans ce contexte géopolitique (que nos dirigeants semblent bien incapables d'appréhender, mais de quoi sont ils capables ?) alors la personnalité de ce dirigeant prend une dimension bien supérieure à celle que vous décrivez.

Joséphyne

@ berdepas

Voilà un commentaire clair et précis de cette pauvre affaire ukrainienne dont je partage l'objectivité, n'en déplaise à ceux qui hurlent avec les loups.
Et à défaut de nous rebattre les oreilles par la presse mainstream sur la prétendue tyrannie d'un Poutine qui veut la guerre, je rabats aussi les miennes d'oreilles pour ne plus les entendre gloser sur ce qu'ils ne savent pas.
A propos de questions intéressantes, et qu'aucun journaliste ne pose, où en est l'enquête de l'avion abattu de la Malaysia Airlines dont le pauvre J.Kerry détenait des preuves accablantes contre la Russie et dont le décryptage des boîtes noires ne nous est pas encore parvenu ?

berdepas

J’avoue ne pas très bien comprendre la démarche de la France et de l’Europe, dans le litige qui nous oppose à la Russie de Poutine, dans l’affaire ukrainienne.
Pas plus que je ne comprends le prurit anti-Poutine qui gagne l'opinion française soumise depuis le début de l'affaire ukrainienne à un déferlement de jugements simplistes assez proches de la propagande en temps de guerre...

J’ai parfois l’impression que nous sommes gouvernés par d'imprudents petits coqs, prêts à affronter un ours dont on nous dit qu’il est méchant et pas du tout fréquentable…
Et pour reprendre une expression que j’emprunte à Chevènement, "pourquoi aller chatouiller les moustaches de l’ours russe" ??

Ma remarque vaut aussi bien pour la diplomatie française que pour celle, s’il en est une, de l’Europe dont la ministre anglaise des Affaires étrangères (rappelez-moi son nom ??), chargée de défendre les positions de notre Union, pratiquement inscrite aux abonnés absents, est inaudible…

En effet, qu’est-ce que l’Europe avait à espérer dans un bras de fer avec Poutine ? On se le demande.

De Gaulle rêvait d’une Europe de l’Atlantique à l’Oural, mais pratiquait une politique étrangère de subtil équilibre entre Washington et Moscou, jouant de l’opposition entre deux blocs dont il se faisait plus ou moins l’arbitre.

Or, sans en mesurer les conséquences, sans aucune pédagogie sur ce projet fou, sans aucune consultation, ni populaire, ni parlementaire, les "eurocrates" de Bruxelles, auxquels la France a décidé d’emboîter le pas, ont décidé, comme dans les cas précédents (Roumanie, Bulgarie, etc.), d’ouvrir grandes les portes de l’Europe à l’Ukraine, un pays exsangue, un pays de mafieux, endetté au-delà du raisonnable (ne le sommes-nous pas nous-mêmes ?), un pays qu’en pleine crise économique l’Europe n’a pas les moyens de soutenir ni financièrement, ni économiquement !

En outre il est proposé, sous l’impulsion américaine, que l’Ukraine rejoigne l’OTAN !!

Mais les autorités qui ont succédé à M. Ianoukovitch, dont personne ne semble regretter la chute et la fuite, ne se seraient certainement pas lancées dans l’aventure sanglante dont nous suivons les péripéties si elles n’avaient été encouragées par l’Union européenne et surtout si elles n’avaient obtenu des assurances de l’OTAN et du "nouveau protecteur de l’Est européen qui, de Washington, tire les ficelles de ses marionnettes et s’embarrasse souvent dans ses fils."

Et qui pouvait croire que devant de telles perspectives Poutine resterait immobile, sans compromettre sa popularité qui, en Russie, est bien plus grande que celle qu’on lui accorde en Occident ?

Qu’aurions-nous fait si la Belgique, à l’époque soviétique, après avoir élu à sa tête un gouvernement communiste, avait décidé cédant aux sollicitations du Kremlin, d’entrer dans le "Pacte de Varsovie" ??
Au lieu de nous embarquer dans cette aventure, où cette Europe sans boussole nous embarque, alors qu'elle est incapable d’avoir une vraie politique étrangère dans une région aussi sensible que le Proche-Orient, incapable de mettre sur pied une défense commune dont on nous rabat les oreilles depuis des années, n’y avait-il pas mieux à faire ?
Car la France risque de ne pas sortir à son avantage de ce marathon diplomatique comparable à celui qu'elle a entrepris dans l'affaire syrienne, entretenu par Obama qui tente de redorer un blason terni sur le plan de la politique intérieure des USA, et définitivement terni dans un Moyen-Orient où il a accumulé les faux pas et où sa parole n’a plus aucun crédit.

Qu’Obama cherche à se construire une stature pour terminer son dernier mandat en beauté, en s’opposant à un Poutine plus retors que jamais, c’est plus qu’évident. Car, du destin de l’Ukraine, il n’a rien à faire, lui qui comme tout dirigeant américain regarde volontiers du côté de l’Asie plus que de celui d’une Europe qui s’accroche au parapluie américain, comme l’enfant s’accroche aux jupons de sa mère…

N’y avait-il pas lieu de prendre en considération, au nom du "Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes", dont on m’a rabattu les oreilles pendant toute ma jeunesse, les affinités culturelles et linguistiques, les aspirations, des revendications qu’exprimait une fraction non négligeable de la population ukrainienne située géographiquement depuis toujours dans une zone fortement dépendante de la Russie ? De se souvenir que l'Ukraine fait historiquement partie de la Russie dont elle est l'un des berceaux ? Et se rallier à la solution gaullienne et démocratique de l’autodétermination, dont les organisations internationales auraient contrôlé le scrutin ?

Au lieu de cela, on veut nous faire avaler, à coups de propagande - car c’est bien à cela que nous sommes soumis depuis plusieurs semaines - l’idée que l’URSS de la guerre froide a ressurgi, et que sous le masque impénétrable de Poutine se cache un nouveau Staline ?!

On peut se demander si les petits chefs qui nous gouvernent, dépassés par un incendie qu’ils ont eux-mêmes allumé, ne se sont pas fourvoyés dans le rôle de pompiers dotés d’une lance sans eau…

De Gaulle, dont je ne suis pas un fanatique, mais dont je ne peux contester les qualités de visionnaire, prêchait en faveur d’une Europe de l’Atlantique à l’Oural.

Il faut dire que dans une telle Europe, il aurait été capable de donner à la France une place à la hauteur de ses ambitions. Mais peut-on en dire autant des cancres qui nous gouvernent ?

Michelle D-LEROY

@ Robert

Quand on voit le résultat en Syrie où les djihadistes sont pires que le régime dictatorial de Bachar el-Assad, on est content que Poutine se soit opposé à une intervention.

Robert

Vladimir Poutine veut refaire de la Russie une puissance et donc gouverne en nouveau tsar de Russie. Issu des services secrets soviétiques, il connaît les ressorts du pouvoir et a une vision stratégique de la politique extérieure de son pays.

Il ne faut pas oublier que la Russie a "joué le jeu" au conseil de sécurité de l'ONU en acceptant certaines interventions, mais que les dirigeants occidentaux ont joué sur l'interprétation des mandats pour aller plus loin qu'ils ne l'avaient souhaité. Aussi, sur la Syrie, les Russes ont naturellement fait blocage, d'autant que le changement de régime à Damas remettait en cause l'implantation russe à Tartous, leur base en Méditerranée. De même en ce qui concerne la Crimée qui représente leur espace stratégique en mer Noire.

Sans doute faut-il pour juger d'un comportement politique d'un dirigeant comme Monsieur Poutine ne pas épouser systématiquement la vision nord-américaine, mais se placer dans la logique des dirigeants russes qui se sentent assiégés par la politique de l'OTAN d'avancée systématique de ses pions au détriment des intérêts de la Russie.
En politique intérieure, compte tenu de la conception de la souveraineté du peuple russe et de son exercice par ses dirigeants, à l'opposé du système néolibéral qui veut toujours moins d’État au seul profit du système financier sans contrôle extérieur, il est évident que le pouvoir russe se doit d'être fort et donc Monsieur Poutine se comporte en despote et non en tyran.
Quant à la corruption évoquée par Marc GHINSBERG, jeter la pierre aux Russes est s'aveugler sur notre propre système qui n'est démocratique que d'apparence et où la corruption atteint des niveaux connus au XIXe siècle et avant la Seconde Guerre mondiale. Il nous appartient de balayer chez nous avant d'en accuser les autres.

Michelle D-LEROY

Pour Poutine comme sur d'autres sujets, il y a un phénomène de mode de la pensée, la pensée unique décrétée par une certaine bien-pensance de gauche qui décide une fois pour toutes du bien et du mal, des bons et des méchants, de qui doit être encensé et de qui doit être cloué au pilori. Et le rejet de Poutine est le reflet de cela.

En effet, devant ces snobs de la pensée intellectuelle (ou qui croit l'être) de gauche, il est toujours mal vu de critiquer le sacro-saint régime soviétique, pas si terrible à leurs yeux, et dont les règles un peu rigides étaient pour la bonne cause, celle de l'égalité des individus. Ils vous disent sans sourciller que c'est la cause du monde ouvrier, eux qui aujourd'hui méprisent tant les ouvriers. J'ai même entendu récemment quelqu'un me dire que les logements communautaires n'étaient en fait que des précurseurs aux colocations à la mode d'aujourd'hui. C'est très drôle à entendre quand on sait ce qu'on vécu les familles russes entassées, peu chauffées et se méfiant des voisins délateurs.
Et, curieusement aujourd'hui, Poutine, pourtant un élève de ce régime, issu du KGB dont on connaît la dureté et l'inconditionnalité au régime, ce Poutine-là est à jeter aux orties dans son intégralité.

"L'embarras face à Poutine vient d'abord précisément du statut original de sa pratique présidentielle. On perçoit en effet que "dictateur" n'est pas le bon mot et que "démocrate" à son sujet serait naïf. Qu'il y a, qu'il est autre chose, quelqu'un d'autre. Une sorte de satrape, de tyran dans sa définition antique, un Pisistrate des steppes ayant redonné fierté au peuple russe par l'expression ostensible et machiste d'une virilité destinée aussi bien aux ennemis de l'intérieur qu'aux adversaires du dehors."

C'est exactement cela.
Poutine, avec un regard froid, un visage sans expression... on voit bien qu'il est particulier et que ce n'est pas un tendre.

Mais quand on voit le nouveau Président ukrainien, M. Porochenko, pourtant câliné par les Européens et par une partie de la classe intellectuelle française, particulièrement celle de gauche, on n'est pas plus rassuré par ce visage triste à l'expression dure et au regard absent, froid. Mais il est de bon ton de ne pas en dire de mal.
C'est le gentil qui subit et supporte tout de son méchant voisin... sans nuances.

Pour revenir à V. Poutine, il faut quand même constater qu'il défend les intérêts de son pays, sa culture et ses traditions... une attitude dont devraient s'inspirer nos dirigeants dans bien des cas. Il était donc illusoire de lui donner des sanctions sans penser qu'il n'allait pas réagir par des mesures de rétorsion. Des sanctions prises après le crash de l'avion de la Malaysia, sans même attendre un résultat d'enquête... coupable d'office.

Les Commissaires européens et les Français en particulier, sont ainsi, ils décident pour tout, sans autre forme de procès. Depuis ce matin ce sont des cris d'orfraie face à l'horrible barbarie perpétrée sur le journaliste James Foley... et pourtant voilà des mois qu'on sait que les djihadistes tuent sans état d'âme, persécutent les chrétiens en Syrie, en Libye, en Afrique, en Irak et même en Egypte, qu'ils enlèvent des jeunes filles et paraît-il en enlèvent d'autres pour les vendre comme esclaves sexuelles. A-t-il fallu à nos angéliques dirigeants attendre que ce pauvre journaliste soit assassiné d'horrible façon pour admettre ce que nous comprenons et supputons depuis des mois, reportages après reportages.
L'optimisme naïf de ces belles âmes est en lui-même dangereux, puisqu'elles laissent faire, pour ne pas stigmatiser, pour ne pas faire d'amalgames, disent-elles. Ces bien-pensants ne regardent que dans un sens, ils ne sentent pas que le vrai danger s'est déplacé. Ou bien veulent-elles, ces belles âmes, ne pas affoler les foules ? C'est feindre d'ignorer les moyens de communication actuels.

Et enfin, pour revenir à un récent billet de ce blog que j'ai lu sans pouvoir y répondre, au sujet de Robert Ménard, les critiques qui lui sont adressées vont exactement dans le même sens. Il n'est pas dans la ligne de pensée de ces donneurs de leçons, il est donc forcément mis dans le camp des méchants conservateurs étriqués. J'espère que ce personnage qui m'apparaît sincère aura des retours à ses initiatives. Initiatives qui peuvent paraître simples pour ne pas dire simplistes (puisque tout ce qui n'est pas initié par la gauche est populiste, poujadiste ou rétrograde) mais qui peuvent, à la longue, rendre la vie quotidienne plus facile et aider au bien-vivre ensemble.

Je constate d'autre part que ceux qui raillent les catholiques pratiquants sont les mêmes qui se précipitent pour donner raison et accéder aux multiples demandes des autres religions... Le snobisme encore puisque le catholicisme serait devenu obsolète.

Xavier NEBOUT

La précision du vocabulaire étant la première richesse de l’homme, il convient de préciser que le dictateur est celui qui fait la loi à sa convenance, et le tyran celui qui fait la loi puis la viole à sa convenance.
Le respect de la vérité est aussi une grande richesse : Hitler a eu pour devoir sacré de réunir le peuple allemand abusivement divisé par le traité de Versailles. Alors, le traité de Munich n’était que la juste réparation d’une erreur.
Il en sera de même de Dantzig et l’Angleterre aurait été bien inspirée de ne pas pousser la Pologne à la guerre alors que cette dernière était d’accord pour y renoncer. Hitler n’avait pas l’intention de s’en prendre à l’Occident ; tout au plus de réclamer un jour le retour de l’Alsace encore que rien n’y avait été explicitement écrit à ce sujet dans « Mein Kampf ».
En réalité, comme en 14, l’Occident ne voulait pas d’une Allemagne prospère et tout était bon pour la ruiner. Hitler a rencontré le sens de l’histoire et le peuple allemand s’est battu jusqu’à la fin pour être respecté dans sa dignité ; le reste relèvera de détails dans les manuels d’histoire du 22ème siècle.

Poutine lui aussi entend réunir le peuple russe dispersé par l’éclatement de l’URSS et il le suivra pour retrouver sa dignité. Le reste relèvera aussi de détails.
Pour la suite, un axe Russie-Iran est dans le sens de l'histoire...

La fierté des peuples est le moteur des nations. Avec un Hollande à sa tête, la France n’a plus de moteur, et elle aspire plus ou moins consciemment à un Poutine.

adamastor

@eileen
"V. Poutine l'homme aux yeux de glace, ancien petit fonctionnaire du KGB de Saint-Pétersbourg, distingué/mis en place par Eltsine pour permettre à Elstine (c'était leur deal) de n'être ni jugé ni condamné pour prébendes, prévarications, corruptions... etc. etc. pratiques usuelles du temps de la nomenklatura soviétique dont il avait/continuait de tant profiter !"

Voilà un "petit fonctionnaire" du KGB auquel vous accordez des pouvoirs démesurés eu égard à sa petitesse !

Jabiru

Quel est l'avis du peuple russe notamment sur le plan économique ?

sylvain

Tyran, dictateur, nazi, collabo, pétainiste, facho, réac, bas du front :

Voilà de bons arguments employés par les "de gauche" quand ils sont à court d'arguments face à des contradicteurs qui refusent de se soumettre à la pensée unique socialiste.

Sur tous les forums politiques, ces mots sont au top du hit-parade de la rhétorique gauchiste.

La propagande marxiste distillée insidieusement dans les écoles et institutions de la société ayant trépané et rétréci le bulbe rachidien de la moitié de la population, il est mission impossible au commun des mortels de s'échapper de ce troupeau de moutons zombis bêlant le catéchisme socialiste.

Autorité, civisme, politesse, respect des valeurs, morale, fierté de la nation, richesse, travail, religion, réussite, ambition, etc. en voilà des termes fascistes droitisants !

Plus jamais de notes à l'école ni de devoirs le soir, pas trop tôt le matin ni trop tard le soir, plus de classements, c'est trop élitiste et risque de perturber les losers, mais préférer leur apprendre la théorie du genre, très important pour créer les futures générations de Conchita Wurst.

Vidons les prisons, arrêtons de traumatiser ces malheureux délinquants victimes de la société, muselons la police, caillassons gaiement nos pompiers, ambulanciers, SAMU, médecins, etc.

Quand Sarkozy, le pire dictateur que la France ait connu (selon la gauche), envoyait des policiers dans les cités, s'ensuivaient les hurlements des merdias de gauche, des élus socialistes, l'accusant d'instaurer un état policier fasciste, ce même Sarkozy affiché en Hitler, en Pétain sur les tracts et journaux de gauche en toute indifférente impunité.

Remercions Badinter, nos intellos sociologues de gauche (pléonasme), nos syndicats staliniens, nos juges rouges du SM mur des cons, Vallstasi et Taubiradar et tout ce socialisme bisounours destructeur de peuples.

Le Grand Soir du meilleur de l'Immonde est enfin arrivé !

eileen

Sur LCP ce mercredi 20.08.2014 à 20.35 "La Russie, au cœur du goulag moderne"...
Poutine ancien petit fonctionnaire du KGB de Saint-Pétersbourg... mon com du 19.08.14 à 15.17... difficile de se défaire de ses petites habitudes, ou de ce que l'on fait le mieux !

vamonos

"Si j'ose et pour me faire bien comprendre, il n'y a pas de contraste plus éclatant qu'entre Poutine et sa vision de la société et de l'ordre naturel d'un côté et François Hollande de l'autre avec sa soumission au fil du temps qui serait forcément progressiste."

Depuis cent ans, il est de bon ton d'opposer les Russes aux Français. Poutine et Hollande sont-ils si différents, si antagonistes ? Le temps sera l'arbitre ultime, Poutine et Hollande partiront, d'autres reprendront les attributs du pouvoir. Voici donc déjà un point commun entre les deux hommes. Et puis surtout, la même soif du pouvoir les habite, la même faim de manipuler les pousse à agir dans la pénombre pour Poutine, dans l'ombre pour Hollande.
Mais leur grande différence, ce qui les oppose vraiment, est leur cote de popularité totalement opposée. Vu de ma fenêtre, M. Poutine est à 80 % de satisfaits tandis que M. Hollande continue sa chute inexorable vers les 10 % de satisfaits.

semtob

Cher Philippe,

Nous nous demandons en regardant dans le droit belge si nous ne sommes pas les témoins d'une dictature naissante quand "l'Etat, c'est moi" fait une demande d'entraide judiciaire internationale au Mali. Et si ce gouvernement ne touche pas au comble de la médiocrité.
Votre indépendance de la justice est respectée. Ces fuites, cela vient d'où ?
Non, l'indépendance de la justice est souillée à jamais par ce genre de pratique.
Le courrier n'est pas encore arrivé que chacun peut lire un étalement de rumeur sur le net à faire vomir ceux qui aiment le droit et la justice.
Les Français ont des clés de compréhension et ces magouilles socialistes dignes des cerveaux les plus tordus nous laissent dans un écoeurement total. Nous observons avec dégoût les derniers soubresauts d'un gouvernement agonisant qui nous fait honte.
Ce n'est pas l'attente des Français ni même des socialistes. C'est l'horreur, la bêtise à l'état pur, la petitesse, la bassesse.
C'était le programme d'été. Les fruits sont pourris. Les branches sont en berne.
françoise et karell Semtob

hameau dans les nuages

Rédigé par : Paul Duret | 19 août 2014 à 17:51

"L'histoire jugera mais je n'irais pas passer mes vacances avec lui ni ne le prendrais en auto-stop."

Le covoiturage avec des cowboys, les pieds sur le tableau de bord de la France et provoquant à dessein un véritable souk dans les pays arabes, non merci aussi.

thomas

A en croire Roland Dumas, Gorbatchev commit l'erreur fatale de faire confiance aux Américains suite à la perestroïka. Les Américains, mais aussi John Major, lâchèrent Gorbatchev économiquement et diplomatiquement (promesses non tenues de l'élargissement) : qu'on reproche à la Russie un manque démocratique commence par une vaste blague.

On lui préféra Eltsine, qui laissait espérer un dépeçage de la production énergétique du pays, au profit de ses amis et des entreprises, américaines pour la plupart bien sûr. Ce qui fut commencé avec des oligarques comme Khodorkovski, un bandit, criminel présenté comme un martyr de façon ahurissante dans nos médias...

Poutine rétablit l'ordre dans ce grand foutoir.
Les Russes ne sont pas dupes et ne pensent pas que Poutine soit blanc comme neige, mais ils voient en lui des qualités nécessaires au rétablissement du pays.

Les USA ne cherchent pas à faire tomber Poutine, au contraire toutes leurs manœuvres renforcent sa popularité, lui qui fut pourtant dans un second temps détesté de la population. Ils cherchent à l'encercler et à l'isoler. Le sentiment des Russes d'être persécuté est réel, et à mon sens loin d'être infondé. Le risque existe aujourd'hui de voir Poutine débordé par des politiques autrement plus virulentes.

"Puisqu'on ne peut pas empêcher l'Europe de se faire, essayons de la contrôler en plaçant à sa tête des hommes qui nous sont favorables".
Point réussi par nos "alliés" !

"Puisque qu'on ne peut pas se partager les richesses russes, empêchons-la de vendre ses ressources"
---> Gaz et pétrole de schiste américains, gaz libyen (guerre en Libye, aide financière du Qatar aux insurgés)----> Traité transatlantique (prévoyant l'importation par l'Europe de la production américaine désormais excédentaire), et in fine, moindre dépendance à la production russe.

Et bien sûr et toujours, guerre de l'image... Ne vous en faites pas le relais M. Bilger...

Franck Boizard

«L'histoire jugera mais je n'irais pas passer mes vacances avec lui ni ne le prendrais en auto-stop.»

Cette phrase me semble intéressante, au-delà de la plaisanterie qu'y met l'auteur.

Nos systèmes médiatiques occidentaux nous ont habitués à considérer la politique comme un casting télévisuel. Notre hôte est de ce point de vue caricatural (le gentil Hollande contre le méchant Sarkozy, alors qu'ils mènent des politiques presque identiques).

Je ne suis pas sûr que le culte de la personnalité poutinien soit de même nature. Les Russes partiraient-ils en vacances avec Poutine ou le prendraient-ils en stop ? J'en doute.

J'aurais hésité à prendre en stop Ivan le terrible, Pierre le Grand ou Catherine II.

Poutine est un politicien à l'ancienne, c'est pour cela que nos conservateurs l'aiment et que nos progressistes le détestent.

En tant que conservateur, je me sens évidemment plus à l'aise avec Poutine, homme de pouvoir qui exerce le pouvoir, qu'avec nos politiciens, hommes de pouvoir mais qui ont toujours le sentiment à la bouche et la larme à l'oeil.

Mais Poutine est-il efficace ? Quels sont ses résultats ?

Economie et démographie : pas terrible.

Politique internationale : sur la défensive.

C'est une manie française que de toujours chercher des allégeances étrangères (notre classe dirigeante fait allégeance de manière inédite - sauf dans les années 50 - à l'Amérique, avant c'était l'URSS ou l'Allemagne).

Les bonnes idées pour améliorer le sort de la France ne se trouvent ni en Amérique ni en Russie, ni même à Bruxelles. On ne peut les trouver qu'en France.

Denis Monod-Broca

@ Paul Duret

On peut trouver à Poutine tous les défauts du monde. Il n'en reste pas moins que, dans l'affaire ukrainienne, l'agresseur c'est nous (USA + OTAN + UE) et pas la Russie qui, acculée, a réagi.

Paul Duret

Poutine est aussi le chef d'un clan mafieux, les oligarques et il a, semble-t-il, assuré ses arrières et bien profité de la manne pétrolière.
Il a fait assassiner des opposants, en Russie, en Angleterre, en Ukraine et a sous-traité la guerre en Tchétchénie à un vrai tyran.
Il a fait de Moscou une vitrine mais le reste de la Russie est à l'abandon.
L'histoire jugera mais je n'irais pas passer mes vacances avec lui ni ne le prendrais en auto-stop.

eileen

V. Poutine l'homme aux yeux de glace, ancien petit fonctionnaire du KGB de Saint-Pétersbourg, distingué/mis en place par Eltsine pour permettre à Elstine (c'était leur deal) de n'être ni jugé ni condamné pour prébendes, prévarications, corruptions... etc. etc. pratiques usuelles du temps de la nomenklatura soviétique dont il avait/continuait de tant profiter !
V. Poutine a pour objectif la reconquête de tous les territoires de l'ex-URSS... si on ne peut pas lui en vouloir d'avoir de l'ambition pour son pays on peut regretter - verbe bien faible - les moyens utilisés et le mépris des accords qui ont permis la création des nouvelles Républiques autonomes.
L'UE et les USA gesticulent, parlent, bourdonnent de déclarations d'intention, brassent de l'air, s'agitent en vain... mais en quoi l'UE et les USA sont-ils un exemple ? Vrai dans nos villes on ne risque pas trop d'être embastillé, les USA déportent les conflits, quant à la France elle navigue psamoldiant les droits de l'homme et multipliant les incantations.
Pour avoir résidé en ex-URSS il me semble qu'il faudra bien plus que 20 ans, certainement plusieurs générations pour que ce si vaste territoire s'apaise, s'il le peut, ce dont je doute !
Une affaire Kravtchenko comme celle jugée à Paris en 1947, des procès dits "staliniens" sont toujours tenus ; en Russie et dans certaines Républiques rien n'a vraiment changé... si ce n'est que les communistes les plus convaincus se sont tus, ou s'expriment avec plus de prudence !

Jean le Cauchois

Poutine, un tyran ? J'ai bien compris, cher PB, qu'un titre devait être accrocheur ! Les commentateurs, de fugace à 02:04 et Jean-Dominique Reffait à 02:31 (la nuit apporte des conseils ?) jusqu'à breizmabro à 11:14, apportent des éclairages que je trouve très pertinents. Il se trouve que ma voisine est d'origine russe (actuellement en vacances familiales en Russie) et que ses deux fils, dont je reste proche depuis leur adolescence et leurs études supérieures en France, sont maintenant des adultes confirmés travaillant l'un à Moscou, l'autre à Saint-Pétersbourg et que je les revois fréquemment. J'ajoute que je rentre de vacances en Toscane, où j'ai rencontré des Russes en vacances et constaté que les informations aux Thermes de Montecatini Terme restent en trois langues, la troisième étant maintenant le russe ! La Russie est un grand pays européen, assez proche de la France et de l'Italie, et encore plus proche de l'Allemagne. C'est notre complément européen naturel. Et je suis bien content que beaucoup d'Européens considèrent, comme moi et comme la plupart des Russes, que Poutine est actuellement le meilleur chef d'Etat en fonction. Si le reproche essentiel est sa formation initiale par le KGB, elle est à comparer avec une formation à l'ENA. Laquelle est la plus tournée vers le monde extérieur ? Laquelle est la plus tournée vers la défense des intérêts de ses concitoyens ? J'ai un DVD sur la vie de Noureev : je trouve une ressemblance physique et peut-être psychique entre les deux hommes. C'est sûr qu'ils n'ont rien de Français ! Mais je les apprécie l'un comme l'autre, chacun dans son domaine d'excellence ! La Russie a un chef d'Etat, pas un tyran...

sylvain

Tout a été dit ou presque sur Poutine.

Je ne serai pas long mais j'adore ce mec capable de nettoyer les places publiques des vomissures et déjections FEMEN soutenues par la mairie gauchiste de Paris, d'envoyer les "Pussies-riots (pussy - "chiottes", terme plus adapté) hiberner en Sibérie, ainsi que se débarrasser de tous leurs journaleux merdiatiques, clônes des nôtres adulés ici par la gauche, et de narguer avec succès la ligue fasciste USA UE KIEV.
Voilà l'homme qu'il nous faudrait chez nous !

Poutine à l'Elysée !

Camille

Nos pauvres démocraties, divisées, perdues, endettées, désunies, ont beaucoup de difficultés à exister. Surtout face au géant russe, car contre lui elles boxent en catégorie poids mouches face à un poids lourds.

En l'état actuel des choses, l'Union européenne en est réduite à la dépendance énergétique envers la Russie qui est son fournisseur principal, grâce aux richesses en ressources énergétiques de ce pays qui possède les plus grandes réserves de gaz naturel au monde. La Russie produit aussi du charbon, du pétrole, de l'uranium, du bois, son sous-sol est riche en potentiel minier, son secteur agro-alimentaire et le secteur tertiaire se développent, enfin, la Russie n'est pas dépendante de l'Europe pour ses exportations, puisque son principal partenaire commercial est la Chine.

Autrefois, sous un régime communiste destiné à "faire son bonheur", le peuple russe a beaucoup souffert.
Actuellement, Poutine bénéficie d'une grande popularité, qui s'explique par la croissance, les bonnes retombées économiques qui profitent aux classes moyennes, même si 2014 affiche un certain repli. De plus, la Russie a une faible dette publique, alors que l'Europe est engluée dans une dette paralysante, que celle des Etats-Unis, presque 17 milliards de dollars, la pousse à une politique extérieure agressive.
Le système Poutine, ni socialiste, ni libéral, porte donc ses fruits, et c'est tout notre aveuglement, notre suffisance intellectuelle européenne qui porte à sous-estimer la Russie, grand pays en pleine croissance.

Quelles sont les ambitions secrètes de Poutine ? où s'arrêtera-t-il ? quelle sera sa limite à ne pas franchir ? Ce qui étonne le plus, vu de l'extérieur, c'est l'extraordinaire liberté de pouvoir de décision dont il profite, il a les coudées franches, pas entravé par le système politique qu'il a mis en place, ni par les sondages, médias, réseaux sociaux qui font la loi en France. Pour nous, toujours attachés aux définitions, où commence, où s'arrête la définition de la démocratie en Russie ? Est-elle d'ailleurs plus indispensable que cette troisième voie que Poutine exerce ? Un solide pragmatisme ?
Seule la connaissance approfondie de la personnalité de Poutine pourrait donner des indications pour l'avenir, mais, comme le montre Catherine Jacob, son regard est impénétrable. Toutefois il donne l'allure d'un homme sain et équilibré physiquement et mentalement.
En attendant, en plus d'un certain mieux-être économique, il a redonné au peuple russe sa fierté, cette nourriture spirituelle presque plus importante que le reste.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.