« Le Général, le particulier et l'illusion | Accueil | Faut-il détester Amazon ? »

11 août 2014

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c86dd53ef01a3fd44165a970b

Voici les sites qui parlent de Rebelle, rebelle ! :

Commentaires

catherine A.

Pour info, Soral a accepté d'être l'invité de deux types séduisants comme des limandes, qui ont lancé une de ces fameuses formations ridicules pour apprendre l'art de la séduction... un vrai rebelle vraiment.

Surcouf

Peu importe les idées le combat doit se tenir là. Avoir peur de la confrontation c'est n'être pas sûr de son fait.

Chacun doit pouvoir tenir les propos qui lui semblent nécessaires.

Si ces propos sont contraires à la loi alors peut-être faut-il changer cette loi qui bâillonne et qui entrave un des principes fondamentaux de nos valeurs républicaines, la liberté d'expression.

Beaucoup et notamment à gauche, mais la droite sait ne pas être en reste, l'ont souvent à la bouche mais n'arrivent que difficilement à la mettre en œuvre et au contraire pondent des lois restreignant cette liberté.

Alex paulista

"Tous ces petits Bourdouleix qui commencent à éclore..."
Rédigé par : sylvain | 13 août 2014 à 08:22

Bourdouleix, sed lex !

eileen

Rebelle, mot ou adjectif (rebelious or unruly)... 17 synonymes sont disponibles : à chacun sa définition ! de contestataire à insurgé, en passant par récalcitrant, mutin, réfractaire, résistant, révolutionnaire... c'est dire si chacun à le choix... = Monsieur Bilger est un rebelle... qui s'ignore !

fugace

Rebelle gentil ou rebelle méchant, c’est la cause à défendre qui en décidera. Rebelle passif ou rebelle actif, c’est l’intensité de la cause qui en décidera. Rebelle triomphant ou rebelle vaincu, il est probable que la loi du plus fort ou du nombre s’imposera dans la plupart des cas. Mais le vrai rebelle sera celui qui osera le premier non pas dire mais faire. En ce sens, dans ce rebelle pourra se découvrir le courage, le mérite, même si ceux qui le suivront feront plus et mieux. Je demeure convaincu que de nombreux rebelles potentiels en ces temps compliqués géopolitiquement attendent comme le messie un signal faute d’avoir repéré le chef qui pourrait les réunir pour que la « masse » fasse son œuvre. Mais le signal viendra c’est certain ; pour le meilleur ?

anne-marie marson

@jack

Je ne vois pas ce qu'il y a de rebelle dans les commentaires de Boulevard Voltaire, sauf si rebelle veut dire contre la bienséance d'Etat actuelle.
En ce qui concerne la haine, elle est bien plus importante sur certains réseaux sociaux, Facebook par exemple, comme le matraquage pro-palestinien au moment des manifestations pro-palestiniennes.

eileen

calamity jane... allez sur Amazon je suis certaine qu'il en reste bien un !

calamity jane

Que Monsieur Bilger m'excuse cette petite entorse, en m'adressant à @eileen.
En effet, le livre de M. Onfray "La Religion du poignard" est introuvable et même mon libraire préféré ne peut me donner d'explications ! A l'occasion pourrait-on en connaître les vraies raisons ? Par avance je remercie @eileen.
A moins qu'Amazon... sans liseuse cela va être compliqué.

sylvain

Rédigé par : Mary Preud'homme (les faux rebelles de l'air du temps) | 12 août 2014 à 21:26
........................................

Désolé mais ce n'est ni Mary Preud'homme ni Sarko ni le pape qui détiennent la vérité ! Mais les citoyens de Cholet, moi-même et beaucoup de gens NORMAUX que vous et la bien-pensance bobo intello appelez "piliers de comptoirs de café du commerce", qui pensent comme Bourdouleix, approuvent ses dires et ses actions et l'ont réélu haut la main !!
Ca vous en bouche un coin ; il faudra vous y faire : les merdias renifleurs de bidets de sanitaires auront beaucoup de pain sur la planche à l'avenir avec tous ces petits Bourdouleix qui commencent à éclore ci et là et dont les gens NORMAUX (je reprécise), qui en ont ras le bol, sont de plus en plus demandeurs !

eileen

"J'évite de lire ce que l'on écrit sur moi, en bien comme en mal, hygiène nécessaire" m'a répondu Michel Onfray !

N'est-ce pas là l'attitude d'un vrai rebelle !

Alex paulista

La rébellion, c'est la colère, le courage contre une autorité (légitime ou mafieuse) mais aussi contre l'assentiment ou la passivité de la majorité.

Je vois plus de rebelles cités dans le billet précédent que dans celui-ci.

genau

Juste un portrait de rebelle au sens de résistant.
C'est en France, pas en Islamie, en France, sur un plateau désolé et délicieux. Un château, où naquit un pape et restauré "de suis denaris posuit" par le descendant du frère dudit pape, après des siècles de péripéties, l'opposition de certaines administrations et l'aide d'autres.
La visite, partielle, menée par une jeune fille au teint clair, au sourire éclatant, à la modestie sérieuse.
Cherchez ce château, devinez-le, allez-y, vous passerez un moment en France, en France tenace, rebelle et noble, celle que déteste le pouvoir, parce qu'elle résiste.

Mary Preud'homme (les faux rebelles de l'air du temps)

Sylvain a écrit :
"...Bourdouleix ne s'est pas laissé démonter et leur a dit que s'ils étaient encore là c'est que Hitler ne les avait pas tous tués..."
----
Contrairement à vos remarques, il me semble au contraire que Bourdouleix s'est fait piéger comme un bleu par ses détracteurs et provocateurs, allant jusqu'à proférer les propos les plus indignes et inévitablement condamnables. Impossible en tout cas de cautionner de telles dérives et de les assimiler à une forme de rébellion. J'ajoute que c'est desservir la cause que vous prétendrez défendre, notamment celle de Sarkozy qui aurait forcément désavoué de tels propos, que de vous obstiner à les citer comme modèle de civisme, de liberté et de non conformisme pur et dur.

Denis Monod-Broca

Les "rebelles" qui nous gouvernent ont encore frappé : ça y est, c'est dans le journal officiel, les expressions "père de famille" et "en bon père de famille" ont disparu du code civil !...

Expressions obligées, expressions interdites : sous nos yeux ébahis, la novlangue se met en place...

Les mots deviennent des armes, disons adieu à la vérité, à la possibilité-même de vérité !

jack

On peut aussi ajouter les dizaines de milliers de rebelles s'activant sur les réseaux sociaux. Ces rebelles anonymes ne paradent pas sur les tréteaux. L'anonymat est confortable et protecteur. Alors 'on se lâche'. Par exemple, il suffit de faire un tour du côté du site Boulevard Voltaire pour se rendre compte que des commentaires sont particulièrement rebelles, haineux, injurieux. L'injure remplace l'argumentation. De la rébellion violente mais sans exposer les auteurs.

berdepas

Et si, aujourd'hui, se cachait un vrai "rebelle" derrière chaque Français ??

Sondage :

Quel cadeau pourriez-vous offrir à François Hollande pour ses 60 ans ? (11916 votants)

Un nouveau Premier ministre (95 votants) 0.8%

Un vrai mariage avec la femme de son choix (325 votants) 2.7%

L'inversion de la courbe du chômage (1588 votants) 13.3%

Le droit de prendre sa retraite de président de la République (9908 votants) 83.1%...

Paru dans "lepoint.fr" de ce jour !!

eileen

Dans "Les idées des autres" Simon Leys rapporte (page 122 ? - loin de chez moi je ne peux pas vérifier) le portrait d'une dame qui raconte tout ce qu'elle fera lorsqu'elle sera âgée, toutes les folies qu'elle s'autorisera, loin de toute convention sociale ; portrait "décapant" mais combien réjouissant d'une dame rebelle... les féministes échevelées n'ont qu'à bien se tenir !
Pour avoir choisi ce texte Simon Leys devait bien avoir un brin de rebelle en lui, comme d'autres ont un brin de folie.

Archibald

@ Franck Boizard

Il est réjouissant de partager l'admiration de Simon Leys, le dernier des Mohicans.

Dans son dernier livre, le Studio de l'Inutilité, on peut effectivement lire un article sur Roland Barthes en Chine. La citation à propos de l'intelligentsia y est reproduite mais elle est de George Orwell.

Lucile

Trancher entre qui est rebelle et qui ne l'est pas, c'est la quadrature du cercle. On n'est jamais rebelle à 100% - impossible de faire la guerre à tous les usages et à toutes les autorités - et on l'est toujours un tout petit peu, au moins quelquefois ! Vouloir être rebelle dans l'absolu pour la satisfaction d'être rebelle, c'est une posture, selon le terme à la mode, relevant du pur narcissisme ou de la puérilité, à l'instar du petit enfant qui s'enivre du savoureux plaisir de dire non à des gens qui l'aiment et qui mesurent leur autorité. Tout rebelle n'est pas un héros.

On se rebelle toujours contre quelque chose ; en fait, ce sont l'objet et le prix de la rébellion qui en font la valeur. Mais se réclamer d'un tel comportement, sans préciser contre quoi il s'exerce, ni comment, c'est ridicule. La peur panique du conformisme est risible. D'ailleurs, le conformisme n'est pas une tare, quand on le prend au sens espagnol du terme : il consiste alors à accepter son destin, et à en éprouver du contentement, idée que l'on retrouve aussi chez les anciens philosophes grecs.

Mary Preud'homme (les faux rebelles de l'air du temps)

Philippe Bilger a parlé de rebelle au singulier et non au pluriel, ce qui n'est pas du tout la même chose. Dans le premier cas, c'est l'esprit libertaire et non conformiste qui prévaut, plus la capacité de garder son esprit critique contre vents et marées et de résister à toute forme de propagande. Alors que dans le second on peut effectivement supposer une certaine forme de conformisme ou de suivisme de la part de "rebelles" organisés, notamment parmi les ralliés idéologiques opportunistes qui ne font que s'abandonner corps et âme (généralement sans risques comme dans nos sociétés) à un courant à la mode et aux sirènes de la bien-pensance de gauche ou de droite.

Catherine JACOB@SCHON

@SCHON | 11 août 2014 à 09:36
une certaine Valérie de St Do traite Elisabeth Lévy de Mégère Maquerelle. "

C'est juste qu'Elisabeth Lévy est parfois fatigante et fait penser à Rosy Varte dans le téléfilm tiré de la pièce de Shakespeare, La mégère apprivoisée (The Taming of the Shrew) où elle joue Catharina, fille aînée de Baptista, et personne au caractère épouvantable qui veut toujours avoir le dernier mot. Cf. https://www.youtube.com/watch?v=jIP-0GvfdgE
Quel Petruchio aura le dernier mot avec Elisabeth Lévy ? La question reste ouverte mais sans rapport aucun avec une tenancière de maison close. C'est même précisément tout le contraire.
---------------------
Ceci étant, traiter le normalien et son alter ego d'"ayatollahs en culottes courtes", c'est critiquer non un certain féminisme effectivement agaçant, mais un certain rapport au politiquement correct propre à faire peur, bien que mis en scène par des gamins qui n'ont aucune idée de l'implication concrète de les proclamations.

Quant à néo réactionnaire, c'est comme néo kantien, néo romantique, néo gothique, néo tout ce qu'on veut, il s'agit d'un néo conservatisme vu par la lorgnette du Centre-Gauche et dont Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin ont dressé leur petite liste.
Est-ce que cela s'applique effectivement à la pensée politique de Marcel Gauchet ? Je ne la connais pas suffisamment pour avoir un avis sur le sujet.

Franck Boizard

Je désapprouve : faire de la rébellion une valeur me paraît un sommet de conformisme.

Simon Leys vient de décéder. Il était une lumière pour tous ses lecteurs. Il pensait en parfaite inadéquation avec notre époque. Son choix de vivre en Australie et de ne communiquer avec son éditrice que par fax illustre le fossé qui le séparait des rebelles médiatiques de pacotille.

Je doute que le qualifier de rebelle lui eut arraché autre chose qu'un demi-sourire.

Me reviennent deux passages (de mémoire, je ne garantis pas l'exactitude des mots) :

A propos de Roland Barthes visitant la Chine maoïste sans rien trouver à y redire : "vous devez être de l'intelligentsia, car jamais une personne ordinaire ne soutiendrait des idées aussi stupides".

À propos de la propagande médiatique omniprésente : "le combat entre la vérité et le mensonge est inégal. Car la vérité est terne et banale, alors que le mensonge s'habille de mille couleurs chatoyantes et toujours renouvelées".

sylvain

Un rebelle, un vrai !

Rebelle du terrain, de la France profonde, de la vraie France !

Aujourd'hui j'ai une pensée très forte pour M.Gilles Bourdouleix qui passe encore en procès juste pour avoir fait son travail de maire à Cholet et qui, étant devenu un élu hors norme par ses actions sur le terrain depuis des années, gênait, dépareillait, montait en première ligne face aux délinquants, aux envahisseurs, gens du voyage, Roms qui occupaient illégalement des terrains publics et privés en toute impunité, la justice et la police préférant se coucher devant les difficultés, le préfet étant responsable de cette anarchie ; tous les citoyens de Cholet l'ont réélu aux dernières élections avec un score de plus de 70 % tant il était performant ; mais une journaliste a monté une cabale incroyable : les GDV le voyant arriver une énième fois lui ont fait le salut nazi et lui ont lancé des : "Hitler ! facho ! nazi ! tu rêves de faire comme Hitler" ! La discussion s'est envenimée, Bourdouleix ne s'est pas laissé démonter et leur a dit que s'ils étaient encore là c'est que Hitler ne les avait pas tous tués ce qui a tout de suite fait le bonheur de la journaleuse merdiatique du Courrier de l'Ouest, qui a immédiatement accusé sans preuve ce maire d'avoir dit "Hitler n'en a pas assez tué" mais qui n'a jamais mentionné les "80 saluts nazis" des gens du voyage. Cette ignoble paparazzi est depuis montée en grade car enfin ils avaient réussi à faire tomber cet élu gênant qui ne voulait pas se conformer à la bien-pensance et dérogeait à toutes les règles de l'omerta politique face aux crimes et actes de délinquance.
Bravo M.Bourdouleix, je vous soutiens dans votre combat héroïque, seul face à tous ces lâches, ces couards, cette police qui ne se déplace plus sur ordre du préfet et ces juges qui relaxent et n'appliquent plus la loi !
Pour moi vous êtes de la même trempe que celle du Général Soubelet qui dit la vérité ; la France, pays carpette, élimine les uns après les autres les gens courageux capables de faire régner l'ordre et nous redonner de la fierté et du respect !

Archibald

@moncreiffe
"Un rebelle n’est-il pas d’abord et avant tout un révolté ?"

Ne serait-il pas, ce rebelle, un être épris de vérité ? Ce serait alors le moment de regretter la disparition de Simon Leys, hier à Canberra. On profiterait de l'occasion pour relire Jean-François Revel, George Orwell et Arthur Koestler.

Simon Leys disait d'Orwell qu' "à la différence des spécialistes brevetés et des sommités diplômées, il voyait l’évidence ; à la différence des politiciens astucieux et des intellectuels dans le vent, il n’avait pas peur de la nommer ; et à la différence des politologues et des sociologues, il savait l’épeler dans un langage intelligible."

Un rebelle rend limpide et intelligible ce qui nous entoure ; "Tu m'as donné ta boue et j'en ai fait de l'or" (Baudelaire).

Xavier NEBOUT

Pensée de gauche, d'extrême gauche, de jacent au fond de la gauche, de "prenez la première à gauche, et c'est tout droit", de "non la deuxième puis tournez encore à gauche", sont tous frappés d'une même invalidité : l'absence de toute vision spirituelle qui seule peut conférer une qualité de philosophe.

Comment qualifier cette bande d'abrutis relatifs, fussent-ils sympathiques comme Marcel Gauchet ?

Avant tout comme des payés par le contribuable à flatter des abrutis intégraux type Besancenot à croire qu'ils sont intelligents, et accessoirement pour sonder jusqu'à quelle profondeur peut descendre l'intelligence humaine pour peu qu'elle soit guidée par la vanité de quelques connaissances d'essence "sociologiques".

Pour donner une petite idée aux intellos de gauche de l'immensité de leur ignorance de ce que fut la philosophie, qu'ils sachent par exemple qu'un nommé Guignes de Pont établissait au 13ème siècle un tableau sur le contenu des trois formes de contemplation spéculative : physique, scolastique et infuse.

Nous devons dire "philosophie", car la tache fut ensuite pour Denys le Chartreux (les Denys sont toujours en rapport avec Dionysos)...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Ma Photo

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

  • Arte, 28'
    Mardi 6 janvier à 20h05, avec Elisabeth Quin.
  • RTL "L'heure du crime"
    Mardi 16 décembre de 14h à 15h, avec Jacques Pradel.
  • FigaroVox
    Chronique hebdomadaire
  • Europe 1
    Tous les dimanches de 12h45 à 13h, le parti pris de PB, avec JP Gené et Guy Roux, dans "Europe 1 Week-end", édition d'information de Patrick Roger.

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole, 23 rue d'Anjou 75008 Paris
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS