« Entretien avec Patrick Poivre d'Arvor | Accueil | Le Panthéon comme cache-présent ? »

25 mai 2015

Commentaires

zenblabla

Les intellos devraient s'inscrire du côté de mézigue pour un petit stage de plâtrerie.
Tandis que nous plâtrerions, nous disserterions sur la nécessité d'enduire... et alors nous communierions sans encore communiquer sur l'avantage de la diversité des enduits... et ce serait un peu le pied.
Après avoir creusé comme exploré celui de la montagne !

louis roissard

La fuite des militants est très forte aussi en ce moment au FN après les dernières initiatives de MLP contre les anciens de son parti.

Jean-Dominique @ Lucile

Lucile, vos réactions sont stimulantes mais nous entraîneraient dans le hors-sujet.
J'oppose la droite populaire, le fond électoral de droite, aux élites de droite. Le conservatisme paysan traditionnel n'aime pas la remise en cause de l'ordre établi, ça fausse les récoltes. C'est la fonction même des intellectuels que de dépasser sinon contester l'ordre établi. Vous noterez que je m'abstiens de juger entre les deux attitudes : je suis plutôt du côté de la prospective intellectuelle mais je comprends et respecte le conservatisme anti-intellectuel de ce monde traditionnel issu des mentalités paysannes.

La gauche populaire a d'autres besoins. Née dans le monde ouvrier du 19ème siècle, cette frange populaire a construit son émancipation sur des concepts nouveaux issus des Lumières, du socialisme et du syndicalisme. La nécessaire répétition des saisons ne la touche pas à l'usine ou à la mine, cette répétition est une malédiction pour cette classe sociale. Rien d'étonnant donc que, d'un côté, la gauche populaire ait été demandeuse d'idées nouvelles et que, de l'autre côté, les intellectuels aient trouvé naturellement à gauche un terrain propice aux concepts nouveaux.

Vous avez raison, le terme de culture est conçu de manière différente à droite et à gauche mais de manière moins clivée. La culture en tant que politique d'Etat n'est pas une invention de la gauche : qu'aurait été la création culturelle sans les institutions bourgeoises du Moyen Age et les princes des temps classiques. La Ronde de Nuit de Rembrandt est une commande publique comme le théâtre de Racine et de Molière, tout comme les chefs-d’œuvre architecturaux. La différence aujourd'hui est née de la Révolution : la droite culturelle naît de la nostalgie d'un âge d'or perdu et cultive le patrimoine tandis que la gauche culturelle, sans nostalgie mais sans reniement, continue de penser la culture en terme de création : Louis XIV avait Mansart, Mitterrand avait Jean Nouvel. J'ai conscience cependant que j'exprime ici des simplifications et que les courants nostalgiques et créatifs traversent souvent les frontières de la gauche et de la droite.

Ellen

@Savonarole 27 mai 2015 à 16:47

Bonsoir,

Comme c'est bien dit. Les gaucho-socialo n'arrivent pas à la cheville de Pierre Brossolette, ce grand homme dévoué corps et âme au risque de se donner la mort pour la France et pour ses compatriotes pour éviter d'être dans les griffes de la gestapo a tout le mérite le plus honorable de rentrer au Panthéon. On ne pourra pas en dire autant de tous ceux qui nous gouvernent actuellement. Ceux-là seront vite oubliés dès la fin de leur mandat.

Tiens à propos de Fleur Pellerin et sa copine Agnès Saal... elles sont encore au ministère de la Culture ? F. Hollande ne les a toujours pas virées ? Dans le privé, si un salarié avait commis un vol, la veille il prend la porte sans indemnités et certainement serait inquiété par un dépôt de plainte chez le Procureur.

Savonarole

Ribéry allemand ? Jacques Attali l'avait prédit, "une fuite des cerveaux menace la France" (L'Express semaine dernière).

Alex paulista

@ Mary Preud'homme | 27 mai 2015 à 17:10

Vous avez raison, c'était anne-marie marson qui envoyait Ribéry au diable (ou plutôt en Allemagne, où il est déjà).
Désolé pour la confusion. Notre hôte était également scandalisé par la déclaration du footballeur.

Lucile

@Savonarole

Merci pour l'Arrêt sur images consacré à Emmanuel Todd.

Mary Preud'homme


"...mais vous étiez choquée à l'idée que Ribéry évoque la possibilité de devenir Allemand..." m'écrit Alex paulista.
---
Il me semble que vous devez me confondre avec quelqu'un d'autre. A quel moment aurais-je fait ce genre de remarque sur Ribéry d'autant que j'ignore tout de ses projets ? Par ailleurs, des sportifs binationaux ou trinationaux (comme le fils Noah) par exemple ne posent aucun problème parmi ceux évoqués par moi en toute franchise et sans ambiguïté.
Apprenez donc à bien lire et relire avant d'attaquer.

Savonarole

@Lucile

Depuis Mitterrand la gauche cavale dans tous les sens pour se trouver des intellectuels ou des résistants de la première heure. De Jean Zay, premier à bord du Massilia, à Brossolette, c'est la course à une virginité perdue.
Afin que nul ne meure idiot :
http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/05/31/faire-entrer-pierre-brossolette-au-pantheon-un-affront-a-la-memoire-de-jean-moulin_3421365_3232.html

Alex paulista

@ Claggart | 27 mai 2015 à 14:45

La mitraillette (le petit o de l'X) a disparu il y a longtemps, justement parce que c'était du bachotage (et que ça coûtait cher à organiser pour pas grand-chose). Aujourd'hui il n'y a qu'un oral, qui coûte déjà assez cher à organiser, d'où la volonté de mettre une partie du concours en commun avec d'autres grandes écoles.

@ Mary

Le Brésil est un des cas que vous évoquez : la binationalité n'est pas reconnue parce qu'il n'y a pas d'accord international. Cela ne se fera pas parce que les deux pays ont aboli le service militaire obligatoire et ont peu de chances de se faire la guerre. Sinon, même dans les pays qui reconnaissent la binationalité, elle n'est considérée que pour le service militaire et les conflits. Pour le reste, un binational est traité exactement comme un national, et l'autre nationalité est simplement ignorée.
C'est très bien ainsi. C'est justement ce que j'appelle de mes vœux : NVB est française, de Lyon. Comment le Maroc la considère m'importe assez peu.
Vous dites maintenant qu'abandonner sa nationalité ce n'est pas renier ses racines, que ce n'est pas grand-chose, mais vous étiez choquée à l'idée que Ribéry évoque la possibilité de devenir Allemand, sans jamais parler de renier la nationalité française.
Quelle hypocrisie !

@ adamastor

Je ne prétends rien vous apprendre sur la Légion. Je sais qu'elle demande leur avis auprès des gens originaires d'un pays avant de les y envoyer combattre.
C'est justement l'esprit des accords de binationalité, qui ne gèrent que les cas extrêmes de conflits entre pays ou pour éviter de faire deux services militaires.
Quant à exiger de quelqu'un qu'il abandonne une nationalité pour prendre un poste, c'est justement salir ce qui doit rester un choix personnel.
Vous l'avez fait, et il est d'autant plus significatif qu'il n'a pas été contraint par des exigences professionnelles. C'est un choix personnel.
Après, libre à vous de considérer cet aspect dans la balance au moment de voter.
Comme vous, je le prendrais en compte pour la charge suprême.
Fujimori ne fut pas une très bonne expérience pour le Pérou, même si cela n'a pas forcément grand-chose à voir avec sa nationalité japonaise.

Lucile

@Jean-Dominique

Donc selon vous, ce n'est pas que la droite déteste les intellectuels, mais elle déteste qu'ils mettent en avant leur intellect, si bien que ses chantres sont obligés de se cacher d'être cultivés. Touchée ! Je dois reconnaître la finesse de votre analyse, et son côté amusant. Est-ce qu'on ne pourrait pas dire aussi que le mot "culture" a eu jusqu'ici un sens très différent à gauche et à droite ? Et que la conception de la culture comme politique est plutôt à mettre du côté de la gauche, d'où l'appétence de la gauche pour ce qu'elle estime culturel et le fait qu'elle pense que c'est une mission de l'État, ce qui expliquerait peut-être les anathèmes récents du Premier ministre contre certains intellectuels.

Je me demande ce que la gauche attend comme "mesure spécifique de gauche" concrète du gouvernement. Il me semble que C. Taubira s'en est réclamée, et que Najat VB le fait maintenant à propos de sa réforme de l'enseignement, mais il est vrai en ce qui concerne les objectifs plutôt que les mesures elles-mêmes.

Claggart

@Alex et Lucile 12h38 ce jour

ENA vs X

Pour aller dans votre sens, il paraît que pour intégrer l'ENA il suffit de connaître par coeur les arrêts du Conseil d'Etat.

En comparaison, de mon temps, il n'y avait pas de question de cours au petit'o du concours de l'X.

Savonarole

Afin que nul ne meure idiot :
http://srv5.videos.arretsurimages.net/fichiers/ASI_2015-05-22_todd-Charlie.mp4

calamity jane

Des intellos à réaction !
Ceux dont on ne voit que la fumée sortant par les oreilles ?
A moins qu'il s'agisse de binationaux ?
Il faut rester dans le sujet les paulos !

Mary Preud'homme

@ Alex paulista

Savez-vous qu'un Français binational (dans nombre de pays, notamment du Maghreb, Moyen-Orient etc.) ne peut faire prévaloir sa nationalité française auprès des autorités de l’autre Etat dont il possède aussi la nationalité lorsqu’il se trouve sur son territoire, ce binational étant alors considéré par cet Etat comme son ressortissant exclusif ?
Par ailleurs, point n'est besoin de toujours tout rapporter à vos problèmes personnels. Et le fait qu'un enfant français renonce à sa majorité à la nationalité de son autre parent (notamment s'il envisage de faire carrière dans l'armée, la haute administration, la magistrature ou la politique) ne signifie nullement qu'il renie son père, sa mère ou ses racines familiales et/ou culturelles.
A mon avis le problème crucial de notre époque tient au fait que de plus en plus de personnes à tous les niveaux refusent de faire des choix, de s'engager. Un flou que l'actuel président entretient et illustre, hélas, à souhait dans tous les domaines afin de donner tantôt l'illusion de l'autorité, tantôt celle de la liberté et qu'il tend à imposer par tous les moyens en plaçant des pions dociles, séducteurs et hâbleurs aux postes les plus prestigieux. Politique laxiste, irresponsable, de division et à courte vue qui met notre pays en grand péril par manque de repères clairement posés, de choix courageux et mûris et d'ambition, d'idéal pour nos forces vives, en particulier les jeunes.
Un désastre !

Jean-Dominique @ Alex et Lucile

@Alex paulista

Vous m'avez mal compris ou je me suis mal exprimé : je pense que l'ENA est la seule grande école qui n'a pas pour objet de développer la pensée. Je ne mets évidemment pas Polytechnique, Normale Sup et autres dans ce cas. Pendant quelques années, il y a longtemps, j'ai été enseignant au ministère des Finances pour le concours interne d'entrée à l'ENA : quel ennui ! On compile René Rémond à saturation, ne pas sortir des clous, c'était intellectuellement très pauvre.
A noter que les trois pays européens dotés d'une école spécifique de formation de hauts fonctionnaires (Espagne, Italie, France) sont aussi ceux où la bureaucratie est la plus forte et la performance de l'Etat (ratio budget/service rendu) est le plus faible.
Exact, Chirac n'a pas fait Polytechnique. Pan sur mon bec.

@Lucile

La popularité de Pompidou résidait dans sa discrétion intellectuelle justement : pas question de paraître trop cultivé. Avec son sourcil épais, sa gitane au bec, c'était le gars du terroir. Alors qu'évidemment, nous savons aujourd'hui l'immense culture de l'homme. Rappelons-nous l’abîme de perplexité des Français quand Pompidou citait du Eluard en conférence de presse sur une délicate question de moeurs.
Par la suite, Giscard jouait au foot et à l'accordéon, pas de démonstration publique de vie intellectuelle. Mitterrand, à gauche, a mis l'accent sur sa vie intellectuelle. Puis retour à droite, avec Chirac, qui dissimule sa culture, se planque quand il visite les musées japonais mais étreint à pleines mains le cul des vaches. Il a fallu attendre son second mandat, quand il n'y avait plus d'enjeu électoral, pour que soit révélée publiquement la passion de Chirac pour la culture japonaise. Avec Sarkozy, on a évidemment culminé dans la caricature anti-intellectuelle de la droite populaire !

Les énarques ne sont pas des idiots et l'on peut être intelligent sans être intellectuel...

Si je considère comme une commodité de langage le classement à gauche du gouvernement actuel, ce n'est pas hostile de ma part : je constate qu'aucune mesure prise par ce gouvernement n'est spécifiquement de gauche. On aurait pu croire que le mariage homosexuel était un clivage valable, même pas : les conservateurs de Cameron l'ont voté à Londres et les très catholiques Irlandais l'ont voté très calmement. La loi Macron est louée par le Medef, plusieurs députés de droite : là encore, ce n'est pas un jugement et je pense qu'il y a de bonnes choses dedans, mais c'est clairement une loi libérale. Quant aux réformes de l'éducation, il s'agit de la continuité de ce qui se fait depuis le très giscardien René Haby : la dernière réforme du collège s'inspire du pédagogisme américain, d'inspiration libérale, qui ne donne d'ailleurs pas des résultats ébouriffants.

adamastor

@Alex paulista

Je vous remercie pour votre réponse et la tentative de m'expliquer une facette de la Légion.
Il ne s'agit pas de "ne pas faire confiance" ; je n'ai jamais prétendu cela. Je considère en revanche que le choix personnel de changer de nationalité doit être ancré profondément dans l'âme (si j'ose dire) de celui (celle) qui le fait. S'il s'agit simplement d'une commodité administrative cela n'a, à mes yeux, aucune valeur fondamentale. Quitter son pays, sa famille, ses amis est somme toute assez courant, mais changer de nationalité, de nom, de langue, embrasser entièrement une autre culture sans pour autant oublier la sienne c'est d'un autre ordre et pas du tout anodin. Si l’on prétend accéder à des fonctions conséquentes dans la hiérarchie civile ou militaire il faut se déterminer. Le cas que vous évoquiez dans un précédent commentaire concernant les pressions que l’on pourrait exercer sur un Français naturalisé en se servant de sa famille, ne concerne pratiquement que le personnel diplomatique, l’on évite donc de placer ce genre de personnel dans les représentations diplomatiques françaises.
Par ailleurs, puisque vous semblez bien connaître la chose légionnaire, je suppose que vous savez que, si nos unités doivent intervenir dans un pays donné et si d'aventure des personnels originaires de ce pays entrent dans leur composition, on demande clairement à ces personnels s'ils acceptent de participer à l’intervention, le cas échéant contre leurs compatriotes ou anciens compatriotes. Le cas s’est grandement vérifié lors de la première guerre d’Irak et celles des Balkans.

Savonarole

Parmi les intellectuels que vous citez, il y en a un qui vient de se prendre une claque : Michel Onfray (que j'aime bien par ailleurs dès qu'il ne parle pas de politique...)
L'Irlande catholique vient de voter massivement en faveur du mariage homosexuel...
Notre Croisé de l'athéisme jobard n'a pas vu venir ce phénomène : une des plus anciennes religions vient de s'adapter aux temps modernes, et par référendum, s'il vous plaît, on en rêverait en France, pays du 49-3...
J'entends déjà les anticléricaux nous vanter le protestantisme, toujours à la pointe de la modernité IKEA dans leurs temples vides à se flinguer.
De Jérusalem à la Kaaba en passant par le Bouddha couché de Bangkok, quelle autre religion, par référendum de ses fidèles, serait parvenue à une telle décision ?
Le Pape François va avoir des soucis avec ses "catholiques zombies" que décrit fort bien Emmanuel Todd.

Robert

Le problème de la pseudo-gauche au pouvoir est qu'elle a comme intellectuels de référence Bourdieu, Deleuze, Lacan et consorts et qu'elle n'en révère pas d'autre aujourd'hui.
A titre d'exemple, la politique de l'Education nationale n'est en quelque sorte que la mise en œuvre des bourdieuseries considérées comme alpha et oméga de la société de l’indifférencié par le bas. Il suffit de relire le livre de Dany-Robert Dufour, pourtant paru en 2007, pour constater que ce qu'il écrivait dans ses analyses particulièrement percutantes et parfaitement logiques s'est réalisé et continue de se réaliser aujourd'hui. Une sorte d'évangile "bourdivin", qualificatif utilisé par D-R Dufour, que personne ne saurait contester sans être aussitôt qualifié de réactionnaire, voire de facho !

Xavier NEBOUT

L’intelligence n'est qu'une partie de la pensée ; elle repose sur des axiomes qui permettent à la pensée d’analyser des données sans recourir à la raison, et dont il résulte des synthèses non raisonnées plus ou moins adaptées aux situations.

L'intello, c'est l’inconscient qui prend les axiomes pour des certitudes en traitant de réactionnaire celui qui est conscient de ce que toute base de raisonnement est fondée sur des postulats remontant en toute humilité à Dieu posé comme principe premier.

Par ailleurs, le problème que pose l'immigré, c'est que l'histoire du pays dans lequel il débarque commence le jour de son arrivée alors que pour l'autochtone, elle remonte à Dieu.
Et c'est là que le judaïsme rejoint la cause des immigrés, puisque leur origine se situe pour eux aussi dans l'histoire et non dans la nuit des temps.

Lucile

@Alex paulista

La binationalité est dans ma famille largement représentée, donc je comprends votre point de vue. Pourtant vous ne pouvez nier qu'il existe des conflits d'intérêts entre nations, même alliées, et que ces conflits seront mieux réglés par des personnes qui ne risquent pas de se sentir partagées, en tout cas aux yeux de ceux qui sont sous leur gouverne. Sans aller jusqu'à en faire une obligation, on peut penser qu'il est préférable de ne pas multiplier les cas, surtout à un niveau de décision très élevé dans la hiérarchie gouvernementale. Sauf si l'on tient à braver le penchant naturel de l'électorat.

Michelle D-LEROY

Le paradoxe :

A l'heure où François Hollande, champion de la commémoration et des hommages, célèbre l'esprit de Résistance, le peuple critique a son égard n'a jamais été autant muselé depuis des années.

Après l'esprit du 11 Janvier, voici l'esprit de Résistance. Si je respecte, ô combien, ces gens qui ont combattu le nazisme au péril de leur vie, je trouve que cette panthéonisation n'est qu'une pantalonnade de plus pour endormir le peuple. Combien de grands hommes pourraient entrer dans ce haut lieu de la République alors que d'autres sont choisis arbitrairement.
Les socialistes cherchent à redorer leur blason et à s'imposer. Car, malgré la propagande d'une majorité de journalistes, des débats sans contradiction, des repentances à n'en plus finir et régulières, rien n'y fait, ce Président et son gouvernement restent détestés. Détestés parce qu'ils dédaignent la vie des Français tandis qu'ils imposent leur vision multiculturaliste, universaliste et leurs réformes sociétales qui déstabilisent et divisent au lieu du contraire. Ils peuvent donc commémorer, seuls les inconditionnels seront conquis.

Et, même sur ce blog on voit la rage des impuissants à nous faire avaler les couleuvres.

J. Marques

@Mary Preud'homme
"A noter qu'il est contre-nature qu'un ministre de la République française n'ait pas renoncé à son autre nationalité."

Je suis entièrement de votre avis et je suis a priori contre les doubles nationalités. Toute personne ayant un mandat politique en France se doit d'être française ou alors venant exclusivement d'un pays européen.

Il est certain que je n'ai pas confiance en NVB.
Son attache avec un pays non européen est pour moi rédhibitoire à une fonction politique et peu importe que cela soit le Maroc. Ce serait les USA ou la Norvège la question serait la même.

Notre Premier ministre en devenant français a renoncé à sa nationalité espagnole sauf erreur de ma part. Ce n'est pas le cas du maire de Paris, Madame Hidalgo qui a préféré garder également sa nationalité espagnole.

Étant Européen et fédéraliste convaincu je pense qu'on pourrait imaginer un système de nationalité européenne et "locale".
Après tout, demandez à un Américain ou à un Russe sa nationalité il citera son pays puis sa ville et son Etat.

@Alex paulista
"Ces conneries contres les binationaux, ça commence à me courir !"

Continuez donc à courir c'est bon pour la santé.

Lucile

@JD Reffait

Les problèmes que vous soulevez sont passionnants, cependant je ne suis pas d'accord avec plusieurs de vos postulats. Ce ne sont pas à mes yeux des évidences qui ne nécessiteraient pas d'être démontrées :

- "C'est traditionnellement la droite populaire qui déteste les intellectuels"

Et la popularité de Pompidou ?

- "L'ENA est la seule grande école française où l'on n'apprend pas à penser... L'énarchie est, par sa fonction, intellectuellement stérile"

Il ne faut pas exagérer. C'est une école qui recrute des gens pas trop idiots, et forme des administrateurs de la fonction publique.

- "Une équipe gouvernementale très éloignée du débat intellectuel et, somme toute, qui n'est à gauche que par commodité de langage"

Ca peut aussi être une "commodité de langage" que de dire que l'équipe gouvernementale actuelle n'est pas de gauche, comme ça l'était du temps de Mitterrand, quand on s'est aperçu que la gauche au pouvoir ne faisait pas spécialement de merveilles. L'équipe gouvernementale n'est certainement pas de droite en tout cas, et elle a été élue comme de gauche. Je vois encore Trieweiler et Hollande s'embrasser au son de la Vie en rose. Ah les symboles. Typiques des intellectuels de gauche.

Que la droite se soit méfiée d'intellectuels tels que Sartre qui préférait ne pas désespérer Billancourt plutôt que de dire la vérité, c'est peut-être normal après tout. Les intellectuels de gauche français, pro-Staline, puis pro-Pol Pot, ont eu tout faux, il faut bien le dire, malgré la beauté des poèmes d'Aragon et de la voix de Jean Ferrat. Ils ont fourvoyé ceux qui se réclamaient fièrement d'eux. Alors s'ils ont qualifié de "réacs" ceux qui, préférant "retourner en arrière" selon votre définition, n'applaudissaient pas l'invasion du Cambodge, ces derniers ne se vexeront certainement pas.

À vrai dire, à part les penseurs politiques et les militants, je ne vois pas pourquoi les intellectuels se rangeraient à droite ou à gauche. Mais j'exprime peut-être là une idée de droite, ou anar.

MS

Lorsque quelqu'un demandait à Mère Teresa ce qu'il fallait changer dans l'Eglise, elle répondait : toi et moi. Bonne réaction.

Le péché originel a contrario de la gauche est de croire que le système essentiellement est coupable, que tout est donc politique. La position restait tenable avant la mise en faillite des idéologies. Mais la pensée a ses inerties et l'on ne renonce pas aisément à ses idéaux et emballements de jeunesse quand bien même l'histoire aurait prononcé leur liquidation.

Dès lors, à l'exception extrême de quelques vieilles lunes - qui n'ont pas fini de tourner -, on ne sait plus très bien ce qu'est la gauche. François Hollande était socialiste au début de son mandat, social-démocrate du bout des lèvres peu après, pour terminer social-libéral sur les talons de son Premier ministre. Le réel conduit tôt ou tard... à réagir.

Restent quelques marqueurs sociétaux de gauche, comme en désespoir de cause.

Garry Gaspary

@ Parigoth

Votre relation d'une condition humaine et de lois de la Nature est en réalité une soumission humaine à l'Église. Vos penseurs de droite ne sont donc que des faibles d'esprit incapables de trouver le courage et la force d'appréhender le monde librement, qui se complaisent dans la louange de leur servilité et de la noblesse de leurs seigneurs.

@ Jean-Dominique Reffait

Il a fallu des contraintes et des violences sociales millénaires pour aboutir à la simplicité d'un credo. C'est devant elles que se dresse l'intellectuel et c'est ce qui fait sa surhumanité.

Christian C

Les derniers titres des « intellos (?) réacs » de Philippe Bilger :
Eric Zemmour : le suicide français
Alan Finkielkraut : l’identité malheureuse
Denis Tillinac : du bonheur d’être réac
Natacha Polony : ce pays qu’on abat

Hasard ou propagande ?

La mode du « c’était mieux avant », lancée par Eric Zemmour avec une efficacité incontestable sur le montant de ses droits d’auteur, a fait de nombreux émules comme en atteste la longue liste de notre hôte.

A la notable exception de Régis Debray, dont la culture, l’intelligence et l’engagement sont admirables, les autres ne sont que médiocres salonnards. Télévisuels, tous, mais salonnards quand même.

Je serai heureux de lire sous le clavier de Philippe Bilger un souffle, un début d’ambition intellectuelle commune à ces imitations d’intellectuels qui ne nous poussent qu’à nous détester.

Marc GHINSBERG

@Jean-Dominique Reffait

Rectification : Chrac n'a pas fait Polytechnique, il a fait Sciences-Po et l'ENA. Hollande a fait HEC, Sciences-Po, l'ENA.

Alex paulista

@ Mary Preud'homme | 26 mai 2015 à 23:14

Mais pourquoi faudrait-il choisir ? C'est comme obliger quelqu'un à choisir entre son père et sa mère sous prétexte qu'il travaille avec son père.
Nous ne sommes pas en guerre avec tous les autres pays !

Pourquoi obliger quelqu'un à devoir éventuellement redemander un visa pour retourner rendre visite à une partie de sa famille et retrouver une de ses deux cultures, tout ça parce qu'il aurait été nommé ministre deux ans dans sa vie ?
C'est absurde !
Et inefficace : si c'est un espion à la solde d'un pays ennemi, ce n'est pas une déclaration officielle de reniement de nationalité qui l'arrêtera.

Le fond du problème, c'est cette suspicion a priori contre les étrangers. Allez dire aux légionnaires étrangers ou binationaux qui se battent pour la France qu'ils "nagent entre deux eaux".
C'est comme pour Ribéry : il déclare qu'il pourrait prendre la nationalité allemande, et devient un traître. Mais quand Juninho Pernambucano prend la nationalité française, on trouve ça bien.
C'est absurde.

@ JDR

Chirac n'est pas polytechnicien, à ma connaissance. Et je ne vous suis pas dans votre idée que les grandes écoles formateraient des gens. Tout au plus elles sélectionnent quelques profils typiques. L'X ne sélectionne plus des gens qui s'intéressent à une carrière politique.

Mary Preud'homme

@Alex paulista
"Pour revenir au débat initial, je trouve détestable qu'on balance leurs origines à la tête des gens à la première contradiction. Pour NVB, c'est clairement déplacé..."

Quelle mauvaise foi ! Il n'était nullement question ici de "balancer" les origines de NVB. La question portant uniquement sur sa binationalité et non ses origines. En l'occurrence, il semble évident pour elle comme pour d'autres que le fait de prétendre à un mandat de parlementaire ou à l'exercice d'un poste sensible ou de haute responsabilité devrait être conditionné par le renoncement à toute autre nationalité (sans pour autant renier ses origines ou ses racines). Ne mélangez donc pas tout, c'est assommant et ne fait qu'embrouiller le débat.
Et ce qui est clairement déplacé et choquant, c'est que des personnes qui refusent de choisir et naviguent entre deux eaux puissent prétendre sans vergogne et sans complexe aux plus hautes fonctions.

Jean-Dominique Reffait

C'est traditionnellement la droite populaire qui déteste les intellectuels et on comprend bien pourquoi : la remise en question d'un ordre établi en fonction de considérations difficiles à appréhender par le commun reste un exercice difficile. Il faut un credo pour croire en Dieu, il faut des milliers de pages pour espérer sans garantie démontrer l'inexistence de Dieu. Cela est vrai sur tous les sujets.
Le fait nouveau, vous avez raison, est le fossé qui se creuse entre les intellectuels et la gauche de gouvernement et qui tendrait à démontrer que ce sont moins les intellectuels qui quitteraient la gauche que le pouvoir en place lui-même.

La place prépondérante prise par les énarques dans la direction des affaires est l'une des pistes d'explication : l'ENA est la seule grande école française où l'on n'apprend pas à penser, elle fabrique des esprits nécessairement conformistes puisqu'ils sont destinés à administrer l'ordre établi sans le remettre en cause. F. Hollande est le premier énarque sec à occuper la fonction présidentielle. Giscard et Chirac étaient aussi polytechniciens, j'allais dire : surtout, tant l'écart d'exigence intellectuelle est grand entre les deux écoles. L'énarchie est, par sa fonction, intellectuellement stérile voire hostile à la contestation intellectuelle et sa domination actuelle sur le gouvernement relègue évidemment le questionnement intellectuel au second plan. La nomination de Fleur Pellerin à la Culture, une gestionnaire de la Cour des comptes plus préoccupée des questions budgétaires que de la création culturelle dont elle semble bien éloignée, rend compte de cette rupture initiée au plus haut niveau de l’État.

De la même façon que Catherine Deneuve n'est pas nécessairement de droite parce qu'elle ne s'inscrit pas dans un soutien à gauche, de même les intellectuels "venus de la gauche" ne la quittent pas ipso facto quand ils s'opposent à une équipe gouvernementale très éloignée du débat intellectuel et, somme toute, qui n'est à gauche que par commodité de langage. De même ne faut-il pas ranger tous ceux qui "réagissent" parmi les réactionnaires et l'on n'est pas réactionnaire sitôt que l'on exprime une opinion divergente. La réaction politique consiste en un retour en arrière et cela qui ne caractérise pas l'attitude de nombre d'intellectuels classés à gauche. Je comprends bien le désir de ramener vers le club des intellectuels réacs tous les contestataires des évolutions erratiques actuelles, je comprends bien ce désir de revanche sur une gauche qui a, depuis des décennies, confisqué les intellectuels en reléguant la droite à une forme d'illettrisme insultant. Ce serait oublier que, jusqu'alors et encore aujourd'hui si j'en juge par certains commentaires, la droite profonde se méfie de ceux qu'elle nomme intellos. Que des intellectuels de gauche débattent avec des intellectuels de droite ne signe là aucun ralliement, juste l'idée saine qu'il convient de débattre de tout sans entrave.

Ce n'est pas la gauche qui perd ses intellectuels mais bien plutôt la gauche politique qui s'est volatilisée. On persiste, comme ma petite personne, à se définir comme étant de gauche tout en se retournant de tous côtés en demandant : "Mais où sont-ils passés ?"

Alex paulista

@ adamastor

Je trouve étrange qu'un ancien légionnaire n'accorde pas sa confiance aux binationaux. Il n'est pas du tout dans l'esprit de la Légion de demander de répudier sa patrie d'origine.
C'est un des éléments qui font sa noblesse.

anne-marie marson

Il paraît que Yann Moix va remplacer A.Caron à la rentrée. J'avoue que je ne regarde pas souvent ONPC, pourtant je pense que c'est une émission intéressante.
Cependant, d'après les quelques déclarations que j'ai entendues de la part de Y.Moix, je pense qu'on va plus s'amuser avec lui qu'avec A.Caron.
Par exemple (dixit Y.Moix) : il y a certaines personnes pour qui j'ajoute systématiquement "Maréchal" avant leur nom, par exemple "Eric Maréchal Zemmour", "Michel Maréchal Onfray"...
Toujours d'après Y.Moix : "la liberté d'expression est toujours d'actualité, seulement on a plus de chance de risquer sa vie" (ce qui n'est pas tout à fait faux).
Parmi les gens qui réagissent, je citerais mes préférés pour 2017, ou 2022 : G.Darmanin ("Le départ programmé de F.Hollande"), M. Maréchal-Le Pen, et H.Gaymard (team A.Juppé).
Ce sont des personnalités qui ont suffisamment de force pour répondre avec force au magma gouvernemental.

Alex paulista

"Je me sentirais très mal à l'aise si "d'aventure" un(e) bi, voire tri-national(e) (cela existe au Sénat) venait â être élu(e) président(e) de la République française".
Rédigé par : adamastor | 26 mai 2015 à 11:38

Moi non plus je ne voterais pas pour quelqu'un qui a des proches dans un autre pays où il n'y a pas moyen d'intervenir facilement.
Mais comme ce poste est adoubé par le suffrage universel, il poserait finalement moins de problème que celui de ministre de la Défense.

Donc, pour résumer, je suis d'accord avec vous, avec les nuances suivantes :
- c'est moins le papier qui compte que le fait d'avoir des intérêts et des proches dans d'autres pays, et quels sont ces pays : l'Espagne (pour Valls) ou l'Italie (pour Sarkozy), c'est gérable. Le Maghreb, c'est peut-être moins sensible qu'Israël, qui l'est moins que la Chine, par exemple.
- cela dépend des postes. Chef de l'État c'est Chef des Armées. Mais en même temps c'est défini par le suffrage. Moi aussi je serais mal à l'aise, et ne voterais pas pour un candidat trop lié à un pays étranger peu contrôlable.

Pour revenir au débat initial, je trouve détestable qu'on balance leurs origines à la tête des gens à la première contradiction.
Pour NVB, c'est clairement déplacé.

Comme le chante Biolay, un autre Lyonnais de la même génération que NVB :
A l'origine on faisait pas l'étalage
De nos racines, on n'avait pas d'héritage
A 10 centimes, on n'était pas si volage
Dieu
Dieu
Dieu que c'est loin

Parigoth

@Garry Gaspary

Si l'on considère comme vous que l'intellectuel ne serait en quelque sorte qu'un agitateur d'idées, fausses en général, à des fins uniquement révolutionnaires, dans un esprit de haine de tout ce qui touche au réel et des lois régissant la Nature et la condition humaine, il est exact que l'on ne trouve pas ailleurs, chez les gens normaux, d'équivalent de ce type d'individu.

Mais cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de penseurs à droite - ou bien dans la non-gauche - , au contraire, et ces penseurs-là s'efforcent avant tout de penser juste, contrairement aux intellectuels auto-proclamés qui se complaisent dans le n'importe quoi à grands renforts de sophismes et de provocations.

Et s'il y a relativement peu d'intellectuels médiatiquement connus à droite, c'est que la plupart sont obligés de se réfugier quasiment dans les catacombes (pensons par exemple à Richard Millet, interdit de publication au pays de la liberté), un grand nombre d'entre eux ayant même été éliminés depuis 1945 par des médiocres de gauche qui se sont empressés de prendre leur revanche sur des intelligences brillantes.

Parigoth

En vrac mais unis par un même souci de la France à préserver et de la France à louer contre tous les miasmes d'une repentance forcenée : Eric Zemmour, Alain Finkielkraut (...)

Philippe Bilger a oublié de citer celui qui est probablement un des premiers à avoir dénoncé avec constance les dérives actuelles ainsi que les dangers qui nous menacent, à savoir Ivan Rioufol.

Savonarole

Manuel Valls vient de repousser pour six mois le projet de compte pénibilité.
Ce qui induit pour nous sur ce blog à encore six mois de pénibilité à disserter sur Aymeric Caron.
Les socialistes nous tueront à la tâche.

genau

Tout petit, mais vraiment tout petit... ajout.
Venant de finir R.Debray et L.Girard, j'y ai lu que la plus énorme faute de l'Europe avait été de refuser de reconnaître nos origines chrétiennes, et ensuite que l'islamisme est le pire ennemi de l'Occident. Il ne s'agissait pas d'inciter à l'assistance à la messe, ni au massacre confessionnel, mais de lire sous deux plumes de qualité que nos tout petits hommes politiques qui vitupèrent encore contre la religion, les Peillon, Cambadélis, Désir, etc. et s'agenouillent devant le danger réel ne sont que de minuscules objets au regard des batailles engagées. Les intellectuels se trompent partout, les érudits hésitent, les grands politiques font des bourdes énormes. Alors, Fourest, Caron et leurs épigones politiques, non, par pitié.

Giuseppe

Après tout pourquoi ne pas détester certains s'ils sont détestables, A. Caron déteste Naulleau et alors ? Qui n'a pas détesté dans sa vie, levez la main ! Et pour cause tous les jours offrent des chemins de détestation, la vilenie est détestable, la dissimulation est détestable à l'infini on pourrait décliner le processus, du plus petit au plus grand rejet.

adamastor

@Vieux Réac

Merci pour votre sympathie.
Non pas "par le sang versé", car cette loi ne date que de 1999.
Via "Legio Patria Nostra" oui. Vous regrettez de ne pas avoir pu faire vôtre cette devise. En plaisantant (bien sûr) je vous dirai : ne regrettez rien, nul n'est parfait...

sylvain

Enfin ça y est, les fêtes chrétiennes sont passées, notre brillantissime intello Gaspinou est ressorti intact de ses abris souterrains.

Un autre intello, sur RTL, Zemmour, n'a pas félicité le cinéma français qui fait du protectionnisme à outrance en recevant des millions tout en dénonçant dans ses films et aussi par la voix des acteurs le libéralisme, l'immigration que doivent supporter les pauvres en premier.
A Cannes les films primés sont sur la dureté du chômage, sur les immigrés que la France maltraite et encore et encore sur la Shoah. Comment voulez-vous que la jeunesse soit optimiste ?
Et pour en rajouter la chanson française parlait de la Grande guerre chantée certes par une chanteuse de talent mais sinistre en comparaison des autres pays qui eux nous donnent envie de danser.
Et après tout ça on demande aux Français de croire en l'avenir.

adamastor

@Alex paulista

Oui j'étais habilité SD renouvelable tous les cinq ans, puisque je travaillais souvent sur des sites nucléaires, mais le problème n'est pas là. C'est une question de principe quel que soit le ministère concerné. Je me sentirais très mal à l'aise si "d'aventure" un(e) bi, voire tri-national(e) (cela existe au Sénat) venait â être élu(e) président(e) de la République française.

Vieux Réac

@adamastor
"Lorsque voici 45 ans, alors au service des armes de la France, j'ai été naturalisé"

"Par le sang versé" ?
Alors, peut-être via "legio patria nostra", devise que j'ai toujours regretté de ne pouvoir faire mienne.

Garry Gaspary

Le populisme n'a rien à voir avec une quelconque pensée.

Le populisme, c'est répéter dans les médias ce que Mme Michu vous a raconté en sortant les poubelles. Cela peut effectivement lui faire plaisir et elle peut éventuellement assurer le succès de vos pseudo-intellos en achetant leurs oeuvres dans lesquelles elle retrouvera son propre discours ce qui lui donnera l'illusion d'avoir raison.

Mais si Mme Michu pensait, sa vie ne se réduirait à gémir, à geindre, à s'indigner, à vitupérer, à semoncer.

S'il n'existe que très peu d'intellectuels à droite, c'est parce que la fin de la pensée idéologique est l'action politique. Or, la réaction ne porte en elle aucun projet politique.

Contrairement à la révolution qui n'est pas autre chose que l'objectivation de la pensée d'un intellectuel. De gauche, donc.

Alex paulista

@ MS | 25 mai 2015 à 20:06

Bien vu !
Je pensais aux forces de friction, qui résistent à un mouvement.
La réaction au sens politique est toujours opposée au mouvement, donc la parenté avec l'avion et la fusée me paraît bien lointaine.

Sur Caron : sa méthode est détestable quel que soit l'interlocuteur. Qu'il soit odieux avec quelqu'un qu'on exècre ne doit pas nous le rendre sympathique.

Sur la double nationalité : puisque tout le monde le dit ici, je dois être socialiste... Pourtant je n'ai jamais voté PS à un premier tour...
Mais en l'occurrence, je suis contre cette suspicion systématique des binationaux. Adamastor, si vous avez comme moi travaillé pour l'armée et avez été habilité Secret Défense, vous devez savoir que la chose importante est que personne ne puisse faire pression sur vous depuis l'étranger, par exemple en menaçant des proches.
Voilà pourquoi il est tout à fait normal d'exclure des postes sensibles les gens qui ont de la famille à l'étranger. Qu'ils signent un papelard ne change rien au problème. Dans mon cas, après mon mariage j'ai orienté ma carrière vers les applications civiles puis la finance.
Mais pour être ministre de l'Education... Je vous en prie.
NVB n'est pas à la défense ni aux affaires étrangères, que je sache !

fugace

"Le citoyen, la société exigent des intellos à réaction. Même si le pouvoir, lui, s'en passerait volontiers."

En attendant, le temps s'étire avec indifférence sur l'essentiel de notre horizon (emprunté à mahéa).
S'agissant de l'instant présent, il faut le considérer comme une œuvre d'art fugace et être soucieux de son « avant » et son « après » de la scène représentée, qui ne cesse de changer. Ainsi, si les « sachant penser » s'efforcent de voir l'espace, ils ont à mon sens le devoir non seulement de dire le temps, mais aussi et surtout de faire naître et nouer les premiers fils de leurs multiples actions ; celles qui ne pourront prendre corps que dans une non pas unique, mais principale pelote. Mais laquelle ?
Quelques-uns s'y emploient avec plus ou moins de succès et/ou de reconnaissance, mais ces nouveaux pionniers ne pourront jamais devenir une courroie de transmission sans produire la «substance rare» qui pourrait produire l'agglomération aujourd'hui tant désirée et attendue : la réaction fédératrice.
En attendant, adeptes du grand écart, les politiques étirent le temps et choisissent les solutions faciles : remettre à demain c'est-à-dire à l'après de l'après, tout en oubliant l'avant de l'avant. Il est donc non pas probable, mais certain, que politiques et bretteurs acteurs, sont, sans l'admettre ni le mesurer, en train d'ouvrir chacun à sa manière, la brèche, sa brèche, une brèche par laquelle va devoir désormais s'engouffrer un incontrôlable mélange d'avant et d'après. Pour le meilleur il faut l'espérer, hélas le «meilleur pour tous», est peu probable, car les leaders nous auraient déjà affiché leur tableau futuriste.

Pour ce qui est de la manière de penser au sens politique large d'A. Caron, il faut bien admettre qu'elle est à sens unique et a rarement élevé le débat. Ses qualités sont ailleurs, et j'espère vivement qu'il se dirige encore plus vers la défense de la cause animale. La reconnaissance et les voix porteuses qu'il recherche encore et encore devraient lui être rapidement acquises.

adamastor

@Alex paulista
@Mary Preud'homme (pour information)

Ce qui commence "à me courir" c'est le genre de comparaison fallacieuse et farfelue que vous utilisez. Quel peut bien être le rapport entre l'exemple Cahuzac et l'exemple du "ministre à double nationalité" ? Vous sentiriez-vous personnellement touché parce que vous auriez fondé une famille à double nationalité ? Enfin pour ce que je crois avoir compris.
Lorsque voici 45 ans, alors au service des armes de la France, j'ai été naturalisé sans tout le tralala actuel, j'ai renoncé à ma nationalité d'origine et j'ai même francisé mes prénom et nom en dehors de tout le reste.
Quels que puissent être les élans du cœur, "on ne peut servir deux maîtres à la fois" !

Marc GHINSBERG

Le Monde ce soir, dessin de Gorce, les Indégivrables.
Deux intellos :

- Comment quelqu'un comme toi, depuis toujours avant-gardiste, peut-il défendre aujourd'hui des idées aussi rétrogrades ?
- Le rétrograde est furieusement tendance.

Tout est dit. Ce mec est génial !

Giuseppe

@adamastor

D'accord mais pour débattre il faut bien démasquer, les citoyens ne savent pas tous à qui ils ont affaire, donc A.Caron pose la règle du jeu, il y en a assez de ces débats où comme Cahuzac et consorts, Dominique Tian et tous les autres débattent ou débattaient allègrement de la meilleure façon de conduire les affaires du pays, alors qu'ils planquaient leur fric à l'étranger. Donc on devrait supporter des tricheurs et des menteurs et pouvoir débattre courtoisement avec ces derniers qui ne croient même pas en leur pays et en ce de quoi ils devraient être les gardiens : la rectitude, l'honnêteté et j'en passe.

Alors si au passage A. Caron dévie du sujet, souvent il l'éclaire car il met à jour un pan de vie pas très reluisant et cela fait partie de notre démocratie. Diantre ce sont des hommes publics ! Il faut assumer ! Et quand on n'a rien à se reprocher on peut lever la tête. Ah bien sûr c'est populiste de dénoncer des taxis à 40 000 €, des écharpes au cours du diamant et de mentir sur leur destination finale.

Alors si son rôle est de parfois déchiqueter c'est que peut-être les autres servent une soupe bien douce, ma foi il faut bien compenser.
La fameuse petite soupe qu'ils font dans leur petit coin avec leur petit feu disait de Gaulle. Et tant mieux si certains s'accrochent avec parfois un peu de virulence, cela fait circuler le sang.

Bien à vous.

Achille

@Marc GHINSBERG | 25 mai 2015 à 14:32

Vous avez parfaitement résumé le fond de ma pensée. Rien à ajouter.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS