« Tout sauf Sarkozy : un impératif, une angoisse... | Accueil | Vive les émissions politiques ! »

14 novembre 2016

Commentaires

sylvain @ Trekker

@ Trekker

SUPAERO ? Vous vouliez dire SUP' APERO ? Me Trump' je ?

Vous y étiez ? Moi-même j'en suis sorti major de promotion ! Une autre tournée ?

Trekker

@caroff |e 17 novembre 2016 à 10:32

Totalement d’accord avec votre propos, les ingénieurs sont certes peu présents au sein des élus : parlementaires, régionaux et locaux. Mais par contre - notamment les X, Mines et SUPAERO, etc. - exercent un quasi monopole dans nombre de nos administrations, et précisément au plus haut niveau : bien souvent les politiques ne font qu’entériner leurs choix.

Là hélas ils ne sont ni meilleurs ni pires que leurs homologues énarques, à titre d’exemple un échantillon de leurs entêtements avec les résultats que l’on connaît :

Poursuite du programme Concorde, au détriment du développement de la Caravelle.

En matière de réacteur nucléaire depuis les années 70, privilégier et imposer la filière uranium-plutonium, et désintérêt pour celle thorium-sels fondus alors que le CNRS est en pointe sur celle-ci.

Choix du tout TGV au détriment des trains « classiques ».

Pendant vingt ans leur obstination dans le programme du Minitel, et conjointement pendant la même période leur désintérêt pour la micro-informatique de masse et l'Internet.

Un chef-d’oeuvre d’anticipation au sein de la direction d’Arianespace, au début des années 2000. Elon Musk avec son équipe était venu leur proposer de collaborer à ses projets spatiaux, ils furent reçus poliment mais brièvement et bien évidemment éconduits : un ingénieur et docteur en physique de Stanford et sans aucune expérience dans ce domaine, qui avait l’outrecuidance de vouloir révolutionner le métier de tous ces brillants ingénieurs !

Ainsi que le disait au début du XXe siècle l’ancêtre des Rothschild, "il existe trois manières de se ruiner pour un chef d’entreprise : le jeu qui est la plus rapide, les femmes qui est la plus agréable et les ingénieurs, cette dernière est la plus sûre !"

caroff

@Claude Luçon
"Toujours à propos des commentaires sur l'état du pays et l'élection en vue : j'ai déjà eu l'occasion de mentionner ici une organisation, l'IESF, et ses 1 200 000 membres, dont un million d'ingénieurs et deux cent mille scientifiques."

Vous avez raison d'invoquer le recours au rationalisme des ingénieurs, mais en France leur influence n'est pas médiocre...
Qu'on en juge, le corps des Mines chapeaute l'énergie (le programme nucléaire) et l'industrie nationales, le corps des Ponts, les routes et autoroutes, l'urbanisation (et même l'économie avec Tirole prix Nobel issu de ce corps),
et le corps du génie rural et des eaux et forêts préside aux destinées de notre agriculture et d'une partie de nos arbres...
Comme vous le savez une partie de ces ingénieurs de l'Etat sont passés par l'X qui reste une superbe carte de visite.

Claude Luçon

Toujours à propos des commentaires sur l'état du pays et l'élection en vue : j'ai déjà eu l'occasion de mentionner ici une organisation, l'IESF, et ses 1 200 000 membres, dont un million d'ingénieurs et deux cent mille scientifiques.

Totalement occultée par les politiciens, médias, commentateurs et autres, l'IESF n'en est pas moins concernée par le sort du pays que tout autre citoyen. Mais l'IESF n'est ni un parti politique, ni un syndicat, seulement une association de citoyens français, un groupement des Sociétés des anciens élèves de toutes nos grandes écoles.

Au cas où quelqu'un aurait été intéressé de savoir ce que pensent ceux qui font fonctionner ce pays, l'IESF avait soumis à tous nos politiciens et journalistes en novembre 2011 à la veille de la Présidentielle de 2012 un livre blanc suggérant quelques moyens de redresser nos industries et leur compétitivité, en vain, personne n'en parla.
Cette fois-ci, avant cette nouvelle élection présidentielle, une présentation publique est organisée, voyons si nos bavards s'y intéresseront ou si certains de nos collègues commentateurs ici seront curieux de suivre cette initiative.

PRÉSENTATION PUBLIQUE
Présentation publique des propositions des IESF le 22 novembre à Paris

Les ingénieurs et scientifiques de France présentent leurs propositions pour
"Relever les défis d'une économie prospère et responsable"

Mardi 22 novembre 2016 à 17h30 à la FIEEC
Au terme d'un travail de plusieurs mois, IESF propose des pistes d’action et de réflexion sur des sujets de société.

> Des milliers de contributeurs Internet
> 100 participants actifs
> 13 groupes de travail
> 4 grands thèmes
> 50 propositions

DÉROULÉ :
17h00 Accueil
17h30
Allocution d'ouverture par François Lureau, président d’IESF
17h45
Interventions des présidents des groupes de travail
18h30
Intervention de clôture
19h00
Cocktail apéritif

INFORMATIONS PRATIQUES :
Fédération des Industries Électriques Électroniques et de Communication (FIEEC)
Salle des congrès
11-17, rue de l'Amiral Hamelin
75016 Paris

​CONTACT : plus d'informations auprès d'Estelle GUERIF : [email protected]
Toute l'équipe d'IESF se tient à votre disposition pour toute information complémentaire.

calamity jane

Après hésitation, je me lance un peu à cause du titre du billet : sainte-orthographe-des-embrouilles : sur l'écran une pub nous vante une banque en précisant en toutes lettres : AUCUNS FRAIS !
Sous-titre d'un article de Causeur : "une insulte à la langue et AU SENS COMMUNS" !
L'embrouille c'est frais. Que fait l'E.N. ? Il faut supprimer le S.
Pareil pour sens !

Et ce sont, chaque jour, des prises phénoménales : gros poisson pour les futurs grau navion.

Robert

Je crains, Monsieur Bilger, qu'une petite erreur de perspective ne crée une petite incohérence dans votre billet. En effet, je vous cite :
"Il est fascinant de constater avec quelle persévérance, quel acharnement, quelle énergie, quel talent l'Etat a rigoureusement tout tenté pour n'avoir pas à exercer son autorité. Pour parvenir à se défausser. Pour n'avoir pas à reprendre à son compte ce qui avait été conçu avant lui. Pour ne pas risquer de sanctionner, d'expulser, de restaurer l'ordre public.
[...]On comptait sur la cour administrative d'appel. Dans l'indépendance et la liberté, elle a refusé de fournir un nouveau prétexte au gouvernement. Il devra faire preuve d'autorité et de cohérence. Bouger vraiment. Mais son imagination est illimitée : il dénichera de nouveaux alibis pour son impuissance".

Ce qui me choque c'est d'en référer à l’État dans le premier alinéa et d'en dénoncer ensuite l'impuissance. Or la cour administrative d'appel c'est aussi l'Etat-justice administrative.
De ce fait, puisque vous évoquez l'antécédent de Sivens et d'autres, dénonçant à juste raison les faux-fuyants ou subterfuges utilisés, il me semble que c'est bien le gouvernement actuel qu'il convient de dénoncer, bien plus que l'Etat dans son acception la plus large.

Pour le reste j'adhère à votre dénonciation de ce comportement.

Alex paulista

@ semtob | 16 novembre 2016 à 01:35

Pour les petits canards dans la zone humide !
Sans gaz de schiste.

Claude Luçon

@ Exilé | 15 novembre 2016 à 19:44
"Pendant que les foules défilent dans des « marches blanches » moutonnières grotesques, elles n'ont pas l'idée de s'armer de fourches pour chasser de façon virile les vrais responsables de leurs malheurs..."

Le blue-jean étant devenu universel et si peu coûteux que nous n'avons probablement plus aucun espoir de revoir des sans culottes en France. Et comme McDo a supprimé la fourchette, donc la fourche par extension, nos "responsables" (vous êtes flatteurs) peuvent dormir tranquilles.
Seul espoir, et il faut les encourager, si nos flics continuent de se rebeller. Là la vieille peur des flics du Français lambda pourrait changer la couleur des marches blanches.

Exilé

@calamity jane
A propos des baptêmes des places et autres artères des villes, à Béziers nous avons appris comment on débaptise et rebaptise une rue cad comment d'un événement mémoriel, la rue devient un fait du prince (pardon du maire) !

Je suppose que vous faites allusion au fait qu'une de ces rues de France honteusement baptisées « rue du 19 mars 1962 » ait été rebaptisée autrement ?

Savez-vous quels sont les personnages qui en France ont avec un cynisme ignoble apposé des plaques « rue du 19 mars 1962 », en ayant prétendu que cette date aurait correspondu à la date de la « paix » en Algérie, alors que cette date a au contraire été le signal de multiples horreurs sanglantes et de massacres de masse ?

Le maire de Béziers n'a-t-il pas accompli le geste que tous les maires respectables de France auraient dû faire ?

Jabiru

@semtob

Une piste bitumée sur une zone humide ça s'appelle un porte-avion.
L'idéal pour l'atterrissage d'une flotte aérienne !

Tipaza

@ Mortinelli | 15 novembre 2016 à 23:03
"Le choix de vos mots "débile léger", "handicapé" fait preuve d'une grande âme en les connotant négativement comme vous le faites."

C’est vrai je n’aurais pas dû associer ces personnes avec Jean-Marc Ayrault, elles ne le méritent pas.

J’ai pour les débiles légers, les vrais, la plus profonde compassion, ils sont victimes d’une injustice de la part de la nature. Mais en même temps je constate que la Providence, appelons-la ainsi, leur a donné une joie intérieure qui les fait surfer sur leur handicap. J’ai toujours été perplexe devant cette situation.

Le moins qu’on puisse dire c’est que cette joie intérieure n’apparaît pas sur le visage de J-M Ayrault.

J’aurais pu parler de minable à propos de J-M Ayrault, au lieu de débile léger. Mais le mot de minable sous-entend un minimum d’intelligence fût-ce à dose homéopathique, que je ne reconnais pas à J-M Ayrault.

calamity jane

@Exilé

A propos des baptêmes des places et autres artères des villes, à Béziers nous avons appris comment on débaptise et rebaptise une rue cad comment d'un événement mémoriel, la rue devient un fait du prince (pardon du maire) !
Quand je vous disais que ce sont des ados boutonneux qui gouvernent les villes... Hein ! vous ne m'avez pas crue ? :)

semtob

Cher Philippe,

Une chose est sûre, c'est que la COP21 est dans les orties.

Aliments favoris des canards, ceux-ci ne trouveront pas étrange de voir leur zone humide transformée en piste bitumée pour Titi et Gros Minet.
Comme dans la légende chinoise du cheval blanc qui n'est évidemment pas celui d'Henri IV, ces canards ne sauront pas dire si c'est un malheur ou une chance pour eux. Ils pourront penser que du bitume sur une zone marécageuse, cela devient un terrain de nids de poule avant la fin même du chantier et que les agriculteurs de la région pourraient sortir leur fourche pour courser les décideurs du dimanche.

Faudra-t-il décider d'une danse blanche des canards, des grenouilles et des hérissons et de toutes ces plantes semi-aquatiques qui seront nos médicaments d'avenir pour arrêter cette voracité à détruire les terres rares et précieuses ?
Notre-Dame-des-Landes n'appartient pas à Hollande et à sa bande !
Et lorsque l'on prétend protéger la biodiversité dans le monde, on commence par protéger faune et flore dans ses propres régions.

Et comment expliquer que des accords de recherche de gaz de schiste soient signés en catimini avec les Canadiens en Île-de-France et en Bretagne ?
Et comment expliquer que l'autorisation des boues rouges soit renouvelée?
Un discours de mascarade. Des écolos loin d'être clairs.
Où sont les véritables défenseurs de l'environnement ?
françoise et karell Semtob

azer

Encore un billet qui évite avec une constance admirable de parler du fond : cet aéroport est-il indispensable ?
On aimerait qu'au moins une fois P.Bilger s'intéresse au fond plutôt qu'à la forme. Or pour ce faire il lui faudrait avoir d'autres lectures que ces journaux qui, du Figaro à Libération, n'ont même pas l'utilité de pouvoir servir de torche-fesses et dans lesquels les milieux autorisés n'en finissent plus de s'autoriser à ne jamais manquer une occasion de nous faire savoir qu'ils n'ont rien à dire, à part exprimer leurs opinions qu'ils sont assez stupides pour prendre pour des connaissances.

Yves

Il n'empêche qu'une parcelle du territoire national échappe au contrôle des autorités depuis des années... une sorte d'Etat dans l'Etat.
Modèle intéressant pour des militants éventuels qui rêveraient d'un Etat à eux.

Claude Luçon

@ Savonarole | 15 novembre 2016 à 17:21
"Cette histoire d'aéroport évoque Sékou Touré, l'ancien président de la Guinée à qui l'URSS avait réussi à fourguer deux navires brise-glace et quinze chasse-neige."

Nous avons dû sévir dans le même secteur, j'avais effectivement vu les chasse-neige à l'aéroport de Conakry lors d'escales en Guinée. C'était la grande curiosité du voyage pour tous ceux qui visitaient les pays de la côte ouest africaine mais il était interdit de prendre des photos dans l'aéroport. C'était malheureusement longtemps avant les téléphones portables.

Ce n'était pas le seul cas, vers la même époque, au Ghana, les Tchécoslovaques avaient construit une briqueterie possédant trois lignes de fabrication automatique de briques vertes, alors qu'une seule aurait suffi, mais sans séchoir derrière et un seul four d'un modèle datant des Egyptiens, chauffé au bois. Ils avaient vendu leur belles machines que les Ghanéens pouvaient contempler comme en Guinée, quant à cuire les briques, les Ghanéens avaient dû oublier de poser la question.

Giuseppe

@ Jean-Yves BOUCHICOT | 14 novembre 2016 à 23:39

Sans parler des fermages de la distribution d'eau potable accordés à tous ces nationaux.
Scandale connu, dénoncé mille fois.
Désormais nous allons payer l'eau potable - on nous bassine de l'économiser comme un bien précieux - plus chère. La consommation globale ayant baissé, le gestionnaire ne rentre plus les frais et taxes à hauteur.

Morale sans morale de cette histoire, moins vous gaspillez, plus vous êtes punis, il fallait le faire, et cela vient d'être voté en conseil municipal. A vomir.

Mortinelli

Tipaza se permet :

"Manuel Valls, un dur de bistrot, dans le style « retenez-moi ou je fais un malheur ». C’est une posture que l’on rencontre souvent chez certaines peuplades du bord de la Méditerranée quand le soleil chauffe les esprits."

Vous savez ce qu'elles vous disent, ces "peuplades" ? (censuré)
Et que vous apprendriez, en voyageant de par le monde, que la Baltique comme l'Atlantique Nord voient aussi des durs de pub et autres bistrot.

Le choix de vos mots "débile léger", "handicapé" fait preuve d'une grande âme en les connotant négativement comme vous le faites.

Vous savez ce qu'ils vous disent, les débiles légers et les handicapés ? La même chose : (censuré).

Je vous laisse à votre admiration de M Trump et de ses électeurs.

S Carioca

@Exilé
"Depuis que les « cellules de soutien psychologique » ont été mises en place, généralement suite à des événements dramatiques qui viennent contredire la théorie du « vivre ensemble », nous voyons des victimes ou leurs proches qui, au lieu de faire preuve d'une sainte et juste colère, se mettent à tenir des discours stéréotypés, présentant des similitudes dans la forme et dans le fond, qui ne correspondent absolument pas, si l'on s'en tient à la psychologie, à ce que des gens ayant subi un grave traumatisme pourraient tenir en ces circonstances, les réactions étant alors généralement maladroites et éloignées de belles formules ampoulées de synthèse.
La même démarche peut être relevée en ce qui concerne les divers attentats que notre pays a subis depuis 1995.
Que l'on ne vienne pas non plus nous dire que toutes les réactions infantiles relevées (marches blanches, bougies, fleurs, chansons idiotes, slogans du genre « vous n'aurez pas ma haine ») sont le simple fait du hasard."

Je crois que vous prêtez au pouvoir trop de capacité, d'intelligence, d'efficacité.
Pouvoir dont l'intérêt à obtenir ce résultat est une conviction que vous avez mais qui ne s'impose pas.
Ces comportements ont à mon avis des explications bien plus simples.

Robert Marchenoir

@Exilé | 15 novembre 2016 à 16:06
"Le proprio a répondu à ce folliculaire."
https://www.lefigaro.fr/vox/histoire/2016/11/15/31005-20161115ARTFIG00163-lettre-de-louis-xiv-a-jean-michel-aphatie.php

Encore une couche de vent sur un courant d'air. Un "normalien et philosophe de formation", mais surtout un "conseiller en communication", qui a besoin de se faire de la pub pas cher en ventilant son nom dans Le Figaro.

Il pond ici une crotte poussive, scolaire, totalement dénuée de talent, que pas un journal n'aurait osé publier il y a seulement quelques années ; mais surtout une crotte dénuée de toute pertinence, car à quoi bon faire des phrases, si c'est pour venir au secours d'une diffamation et d'un mensonge ?

C'est un magnifique exemple de l'abîme où est tombée la rubrique Opinions du Figaro, qui s'emploie à publier d'illustres inconnus ayant vocation à le rester, et dont la prose témoigne cruellement de l'effondrement intellectuel de la France, que j'ai déjà dénoncé ici, au grand scandale de certains.

Philip_Marlowe

@boureau
"Il y aurait beaucoup à dire sur l'utilité ou non de cet aéroport. Ayant utilisé de nombreuses fois l'existant pendant des décennies, je peux témoigner de la saturation absolue des abords."

Je ne mets pas votre parole en doute mais toutefois vous m'étonnez. Il m'est arrivé de passer par Nantes-Atlantique et ce fut à chaque fois plutôt agréable. La navette arrive en peu d'arrêts à une station de tramway. À partir de là on arrive plutôt rapidement au centre de Nantes. Pour repartir, même absence de punition. Je connais beaucoup d'aéroports bien plus éprouvants à fréquenter. Peut-être les parages sont-ils plus difficiles à fréquenter en voiture, je ne sais pas, n'ayant pas eu à tenter l'expérience.

Lucile

@Exilé
"Que l'on ne vienne pas non plus nous dire que toutes les réactions infantiles relevées (marches blanches, bougies, fleurs, chansons idiotes, slogans du genre « vous n'aurez pas ma haine ») sont le simple fait du hasard."

Je me demande si ce n'est pas en droite ligne le produit de l'école maternelle, celle qui infantilise nos gosses. Je sais, il ne faut pas y toucher, il paraît que c'est une grande réussite...

Exilé

@Claude Luçon
Les marches blanches ne seraient que des séances psychiatriques en groupe à l'extérieur faute de place dans les cliniques ?

Comme vous l'avez compris, ces comportements infantiles de la part de ceux qui s'y livrent sans regarder plus loin que le bout de leur nez sont téléguidés par des manipulateurs machiavéliques.

Pendant que les foules défilent dans des « marches blanches » moutonnières grotesques, elles n'ont pas l'idée de s'armer de fourches pour chasser de façon virile les vrais responsables de leurs malheurs...

jlm

@Monsieur Bilger,

Votre titre me rappelle le titre du roman "Notre-Dame-des-Fleurs" de Jean Genet mais mes souvenirs sont trop lointains pour m'avoir laissé autre chose qu'une impression vague (une bonne impression). A l'époque le foisonnement de la vie derrière le sordide m'avait impressionnée.

Du côté de chez les amis de François président, le référendum favorable à la construction d'un nouvel aéroport ne me semble pas suffisant pour légitimer totalement le projet tel qu'il est : ceux qui ont voté "pour" ne vivent pas sur l'endroit concerné. Ceux qui y ont à perdre sont moins nombreux mais cela ne signifie pas qu'ils aient tort, pas plus que ceux qui défendent une certaine vision du monde et de la nature qui est notre bien commun.

Le référendum est-il vraiment légitime puisqu'il permet à des personnes vivant loin de la zone et indifférentes à sa richesse d'avoir la même voix que ceux qui y vivent et ont beaucoup plus à perdre ? Comme aux États-Unis par exemple où les expropriés autochtones ne sont jamais remboursés de la perte qu'ils subissent, cela déclenche des luttes liées à des principes aussi louables que ceux que défendent ceux qui souhaitent la construction de l'aéroport, dont la taille semble assez démesurée par rapport aux réels besoins soit dit en passant.

https://www.lemonde.fr/energies/article/2016/09/26/des-peuples-autochtones-nord-americains-s-unissent-contre-l-exploitation-des-sables-bitumineux_5003653_1653054.html

Je me demande si l'exigence de réparation par la société Vinci est légitime. Pourquoi d'ailleurs lui a-t-on donné des garanties - si c'est le cas - alors que depuis plusieurs décennies (et pas seulement depuis 2012) cet aéroport est autant désiré que contesté ?

Les décideurs ont voulu forcer les choses sans chercher des solutions de compromis acceptables par tous, ils n'ont pas donné assez d'importance au facteur humain, et cela conduit à des impasses qui deviennent coûteuses pour la collectivité.

Alors quand c'est la gabegie et le b..., comme dans Notre-Dame-des-Fleurs de Genet, les choses ne peuvent que mal finir.

Savonarole

Cette histoire d'aéroport évoque Sékou Touré, l'ancien président de la Guinée à qui l'URSS avait réussi à fourguer deux navires brise-glace et quinze chasse-neige.


Trekker

Cet arrêt de la cour administrative ne va certainement pas mettre un terme à la guérilla juridique obstinée des opposants à l’aéroport de NDL : Conseil d’Etat, contentieux communautaires, etc.
Mais le fond du problème n’est pas là, le principe de ce nouvel aéroport à NDL fut décidé par des élus locaux il y a 53 ans. Jusqu’à la nomination de J-M Ayrault en 2012 comme Premier ministre, au niveau national il fut loin d’être une priorité et quels que furent les Présidents et leur majorité. Si cet aménagement avait été indispensable pour la Bretagne et le transport aérien, il y a bien longtemps que son édification aurait été effectuée !

Les inconvénients sont a priori bien supérieurs aux avantages escomptés de ce nouvel aéroport, ils ont déjà amplement été décrits par de nombreux commentateurs de ce blog, alors inutile de revenir sur eux.

Certes céder devant une minorité d’activistes qui ne font que servir de ce projet pour des fins politiques « révolutionnaires », n’est pas acceptable dans un état de droit. Mais de là à en faire un argument central et incontournable pour justifier ce qui ne sera qu’un gaspillage des deniers publics au profit de l’ego-intérêt de J-M Ayrault et d’élus locaux !

Désolé mais le principe de réalité en matière budgétaire, surtout dans l’état actuel de nos finances, doit primer sur tous les lobbys pro ou anti NDL. Dans le passé l’État à trop souvent gaspillé une part de ses recettes, cela pour des chantiers de prestige - gouffres financiers au niveau de l’exploitation, et dont l’utilité s’est avérée plus que contestable - portés par des barons locaux : en faire la liste serait fastidieux !

Giuseppe

"Notre-Dame-des-Embrouilles..." (PB).

Au côté de "NS et ses embrouilles", à l'épaisseur d'une feuille de papier JOB pour séparer les deux quant au tracé des chemins.
Vite un aiguilleur du ciel au secours de la magistrature et des politiques.

Exilé

@Robert Marchenoir
Mais bien sûr, les "anti-système" nous assurent que le vrai scandale, c'est que Jean-Michel Aphatie veuille "raser le château de Versailles".

Le proprio a répondu à ce folliculaire :
https://www.lefigaro.fr/vox/histoire/2016/11/15/31005-20161115ARTFIG00163-lettre-de-louis-xiv-a-jean-michel-aphatie.php

sbriglia

Hollande, adepte comme son mentor Chirac du petit père Queuille ("il n'est pas de problème qu'une absence de solution", etc. etc.), va laisser la patate chaude à son successeur... et Valls trouvera enfin le coin pour enfoncer définitivement sa différence, sans pour autant pousser les feux de l'expulsion des zadistes... Il laissera fuiter dans la presse qu'il n'a rien pu faire, barré par le Président et Royal.

Et les têtards et autres salamandres de se marrer !

Et c'est ainsi qu'Allah est grand.

Claude Luçon

@ Michel Deluré | 15 novembre 2016 à 09:42
"...le temps et l'argent de l'un ne sont pas le temps et l'argent de l'autre"

Vous parliez d'entreprise privée et de projet public.
Vous ne pensez pas qu'il vaudrait mieux écrire, en simplifiant :
"l'argent de l'un est le temps de l'autre !" ??

breizmabro

@vamonos | 15 novembre 2016 à 10:46
"...Ségolène est d'autant plus revancharde"

En même temps elle a de quoi crier revanche quand on sait comment Hollande a TOUT fait pour lui savonner la planche lorsqu'elle s'est présentée à la présidentielle de 2007 ! Sans oublier le tweet opportun de la concubine de son ex à Olivier Falorni...

Il ne faut jamais sous-estimer une femme en colère...

J'attends la nouvelle petite blague de ce monsieur réputé si drôôôôle dans les salons mais si pitoyable dans son petit costume de sous-préfet.

Claude Luçon

@ Exilé | 15 novembre 2016 à 10:32
"Que l'on ne vienne pas non plus nous dire que toutes les réactions infantiles relevées (marches blanches, bougies, fleurs, chansons idiotes, slogans du genre « vous n'aurez pas ma haine ») sont le simple fait du hasard."

C'est une chose qui m'a surpris en rentrant "at home" après bien des années, je me demandais si mes compatriotes étaient devenus à ce point émotifs.
Je ne comprends toujours pas !
Ca ne peut pas être vraiment infantile ?
Vous êtes sûr ?
Tous ceux qui nous bourrent le mou politiquement pensent peut-être qu'en donnant du travail à nos trop nombreux sociologues, ethnologues, psychologues et autrehogues ils vont inverser la courbe du chômage ?
Les marches blanches ne seraient que des séances psychiatriques en groupe à l'extérieur faute de place dans les cliniques ?

caroff

Prochaine étape le Conseil d'Etat, sans omettre la poursuite du contentieux communautaire.

La Commission européenne a en effet lancé une procédure contentieuse contre la France qui doit mettre en conformité le SCOT (Schéma de cohérence territoriale) Nantes-Saint-Nazaire, conformité rendue obligatoire au titre de la directive européenne "Plans et Programmes" transposée dans le code de l'environnement.
Le SCT ne tient en effet pas compte de l'étude d'impact sur l'environnement du projet NDDL. Sa révision n'interviendra pas avant début 2017, quant au résultat de la saisine du Conseil d'Etat sans doute quelques mois...

C'est la raison pour laquelle Ségolène et François font le pari que cet aéroport ne se fera pas !

Après tout, comme on nous serine sur tous les tons que nous sommes dans un état de droit, il faut en supporter les conséquences !!

Je sais, c'est plutôt technique...

Exilé

@Claude Luçon
...un tas de lycées Brassens (...)

Et un énorme tas de collèges et de lycées Louise Michel, la pétroleuse, qui comme par hasard possèdent la caractéristique d'être souvent incendiés par les élèves qui les fréquentent...

Il faudra tout de même qu'on nous dise un jour qui sont les tordus qui baptisent les établissements publics ou bien les artères des villes.

sylvain

Comme d'hab, ce gouvernement va baisser son froc une énième fois avec des alibis et arguments tous plus ubuesques et pathétiques les uns que les autres pour justifier et camoufler sa lâcheté chronique.
Tout le monde a compris que ce sont de simples casseurs antifas qui gèrent l'économie du pays et qui font capoter tous les grands projets économiques de la France.
Le gauchisme aura été le plus fort ; les investisseurs, les créateurs, les financiers, les chômeurs qui attendaient enfin une embellie devront encore et encore se résoudre au fait qu'ils vivent dans un pays gangrené par le cancer marxiste et retourner gonfler les rangs de l'assistanat socialiste érigé en dogme.

charles

Bonjour,

A la question de fond : cet investissement est-il nécessaire ?, je suis sûr que je ne le sais pas et peu peuvent se targuer d'une opinion raisonnée tant on entend des informations et des avis tranchés contradictoires.

Le mouvement de réaction contre cet investissement très coûteux est symptomatique de la délégitimation de la parole politique non seulement en France mais désormais dans de nombreux pays.
Sur cette situation nantaise ce qui apparaît c'est que le référendum n'a pas été une solution non plus. Comment porter un projet d'une telle ampleur pour un homme politique ?

Après, sur votre ton, vous me semblez très partisan. A votre entame vous le soulignez vous-même.

Solon

Cette situation pose une nouvelle fois la question de la séparation des pouvoirs. Est-il bien raisonnable de faire dépendre un projet aussi important, décidé par l'exécutif dans l'exercice de son pouvoir légitime, approuvé par une consultation populaire, soumis déjà à un contrôle de régularité approfondi de la Justice, de la décision de trois magistrats administratifs ? Est-ce bien le rôle des juges de faire la société ? Allons plus loin : on va saisir la justice européenne. Est-ce normal pour des moldo-valaques de juger de l'opportunité de l'aménagement du territoire français ?

PR CALGUÈS

On ne peut, à mon avis, pas trouver de meilleure image pour illustrer le désastre qu'aura été ce quinquennat.
Une impensable faillite collective !

duvent

"De la même manière que l'affaire Tapie-Lagarde-Guéant-Sarkozy a été, pour le quinquennat de ce dernier, la transgression la plus grave pour la morale et les finances publiques, la gestion du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est révélatrice d'un comble d'incohérence, de désordre et de lâcheté de la part du pouvoir de François Hollande. Qui, pourtant, ne nous a pas privés sur ce plan."

En effet, M. Bilger, de la même manière...

Cependant, "le pouvoir de François Hollande" est matérialisé, dans le monde des hommes sans pouvoir, d'une façon que vous n'évoquez pas.

Qui donc anime "le pouvoir de François Hollande" ? Ce ne peut être ce petit bonhomme joufflu et bon enfant, gai comme un pinson, amusant et drôle comme un petit singe de cirque...
Toutes ces petites mains agiles, sournoises, serviles, affairées et rapides, à qui appartiennent-elles ? Lorsque vous les aurez trouvées vous verrez qu'elles ne sont pas bien propres.

Les questions économiques, sociales, politiques, et humaines ont occulté celle somme toute essentielle du RESPECT que les hommes doivent également à leurs descendants et à cette planète bleue...
Quelle inconséquence, quelle fatuité, quelle immorale conduite !

Jabiru

Je ne vois pas ce pouvoir très affaibli engager le fer pour évacuer les zadistes à la veille des élections. Sinon que d'embrouilles à venir !

vamonos

@Jabiru
"...le veto du couple Hollande/Royal"

Le veto est une posture de droite qui ne sied pas à un couple qui a eu plusieurs enfants hors mariage. De plus, Hollande étant volage par nature, de multiples preuves existent à ce sujet, Ségolène est d'autant plus revancharde. Par conséquent, la querelle conjugale n'est pas près de s'éteindre et ces deux-là ne se mettront jamais d'accord.

De plus, le maire de Nantes qui appuie le dossier de Notre-Dame-des-Landes est l'un des seuls soutiens dont bénéficie encore Hollande. Si Hollande met son veto, il perd Ayrault et à sa suite quelques centaines de milliers de voix.

Hollande et Royal ne se mettront pas d'accord en 2016 encore moins en 2017, la priorité est ailleurs.

Exilé

@S Carioca
Mais que dites-vous là ? Comment le savez-vous ? Sources ?

Il suffit de constater les faits et de faire marcher ses petites cellules grises devant tout ce qui est bizarre et anormal dans les réactions des victimes.

Depuis que les « cellules de soutien psychologique » ont été mises en place, généralement suite à des événements dramatiques qui viennent contredire la théorie du « vivre ensemble », nous voyons des victimes ou leurs proches qui, au lieu de faire preuve d'une sainte et juste colère, se mettent à tenir des discours stéréotypés, présentant des similitudes dans la forme et dans le fond, qui ne correspondent absolument pas, si l'on s'en tient à la psychologie, à ce que des gens ayant subi un grave traumatisme pourraient tenir en ces circonstances, les réactions étant alors généralement maladroites et éloignées de belles formules ampoulées de synthèse.

La même démarche peut être relevée en ce qui concerne les divers attentats que notre pays a subis depuis 1995.
Que l'on ne vienne pas non plus nous dire que toutes les réactions infantiles relevées (marches blanches, bougies, fleurs, chansons idiotes, slogans du genre « vous n'aurez pas ma haine ») sont le simple fait du hasard.

En réalité, les comportements artificiels que nous constatons depuis quelque temps suite à des drames épouvantables sont encadrés par les Hommes du Régime qui cherchent à canaliser la révolte populaire, qui normalement devrait se retourner autant contre eux que contre les criminels qu'ils ont protégés.
Pour ce faire, ils utilisent la technique du « syndrome de Stockholm » c'est-à-dire de l'identification à l'agresseur, vu lui-même comme une victime.
Donc, entre victimes on ne se hait pas, n'est-ce pas ? Embrassons-nous Folleville...
Et rebelote au coup suivant.

Noter au passage que l'agresseur n'est surtout pas mentionné sur la plaque commémorative disant que « 90 vies ont été fauchées ». Par qui ? Au nom de quoi ?

Enfin, pour la petite histoire, le fils de Manuel Dias a reconnu que le discours qu'il a tenu pour la commémoration du 13 novembre a été relu et corrigé par l’Élysée.

bruno

Economiquement, sur une surface équivalente,
l'aéroport de Genève, en 2015, a reçu 15,8 millions de passagers.
Celui de Nantes en recevait 4,4 millions !!

Xavier NEBOUT

@Jean-Dominique Reffait

Vous soulevez très justement la mégalomanie de certains élus et le jacobinisme, mais je ne les articulerais cependant pas comme vous.

Les élus locaux sont animés par différents facteurs : d'un côté, nous avons la soif d'honneurs pour les hommes et le besoin de materner pour les femmes, le dévouement à la chose publique n'étant souvent qu'une justification. D'un autre, nous avons les professionnels qui font de la politique un commerce de droite ou de gauche selon les opportunités.
Mais dans un cas comme dans l'autre, il faut exister ; les uns par leur faculté de nuire, et là, il n'y a pas que les élus : fonctionnaires divers et notaires y prennent parfois leur part.
Pour d'autres, il s'agit de monter en grade, par exemple en agrandissant une commune même si elle ne devrait pas l'être, et en gérant des opérations qu'on ne leur confierait pas dans le privé.

Si on ajoute à cela le rêve de laisser une trace dans l'histoire, l'athéisme et la mise au rebut des notions d'honneur et d’honnêteté, on obtient la démocratie dans toute sa pourriture.

Le grand avantage de l'Ancien Régime en son principe, est que lorsque les fiefs remontent à Godefroy de Bouillon, on n'a que le souci du bien public.

gabbrielle

Courteline, l'inventeur du conomètre, aurait été fort utile dans le dossier NDDL.
Et dans d'autres initiatives "malheureuses" de ce gouvernement qui ne gouverne rien.

Michel Deluré

Il y a tout de même quelque chose d'effarant dans ce dossier et qui semble dépasser l'entendement : voilà en effet un projet public né il y a des décennies et qui n'a toujours pas donné lieu à une décision, quelle que soit d'ailleurs celle-ci ! On se pince pour se convaincre que l'on ne rêve pas !
Qu'adviendrait-il d'une entreprise devant se positionner sur un investissement stratégique si elle agissait ainsi ? Il y a longtemps je pense qu'elle aurait disparu du paysage économique.
Je sais bien que l'on ne peut systématiquement comparer public et privé, que le temps et l'argent de l'un ne sont pas le temps et l'argent de l'autre, mais enfin, à franchir certaines limites on verse dans le ridicule.

hameau dans les nuages

@ Jean-Yves BOUCHICOT | 14 novembre 2016 à 23:39

C'est exact. Dans le cas que j'ai soulevé qui m'est proche physiquement, le même processus s'engage avec la menace sérieuse d'une nouvelle ZAD. Un maire qui signe une promesse de vente avec un carriériste homme de paille et cela sans l'aval de son conseil municipal. Une promesse de vente ouvrant droit à des indemnités en cas de non réalisation de ces carrières. Une forêt cathédrale saccagée, des frayères à saumons menacées, le gave d'Ossau passant au pied du projet, une source d'eau minérale réputée itou, des sondages faits dans une zone Natura 2000 sans l'accord de l'ONF gestionnaire... Pas d'accès au dossier sauf par des fuites anonymes et un silence de mort des autorités.

Toujours le même process, demander l'avis des gens quand démarrent les engins de chantier.

zelectron

Le coût total pourrait approcher les trois milliards d'euros, selon le CéDpa sans compter les "dépassements".

Achille

Je ne me prononcerai pas sur l’utilité ou la faisabilité de cet aéroport de NNDL car je ne connais pas assez ce projet qui, paraît-il, a été initialisé voici un demi-siècle et qui n’a toujours pas été finalisé, ce qui constitue en la matière un record qui mérite de figurer dans le Guinness Book.

Les experts pro et anti aéroport se battent à coups d’arguments techniques et juridiques, avec chiffres et textes de loi à l’appui et voilà maintenant qu’au sein du gouvernement nous assistons à une guéguerre interne sur ce projet qui n’en finit pas de diviser les habitants de la région nantaise.
C’est ainsi que le Président voit s’opposer son ancien (JMA) et son actuel Premier ministre (MV) qui sont en faveur du projet et la mère de ses enfants et actuelle ministre de l’Ecologie qui s'est prononcée contre. Les ministres écologistes, à l’origine farouchement contre le projet, se font très discrets, trop préoccupés à s’accrocher à leur maroquin comme des berniques à leur rocher.

Le plus délirant dans l’histoire est que François Hollande, champion du consensus et de l’arrangement à l’amiable, comme chacun le sait, a proposé un référendum auprès de la population concernée, tout en étant dans son for intérieur contre ledit projet.
Malheureusement pour lui ce sont les pro-aéroport qui l’ont emporté. C'est finalement vrai qu'il n'a pas de bol ainsi qu'il l'avoue lui-même.

Bilan des courses : la situation est totalement bloquée. La patate chaude sera donc refilée au prochain gouvernement, sans doute de droite, qui devra régler le problème. C'est ça aussi la politique. Laisser à son successeur des petites mines antipersonnel.

Tipaza

Cette affaire restera dans l’Histoire comme un exemple de la procrastination d’État, Hollande dans ses plus belles irréalisations.

Indécision et irrésolution comme fondements d’une action dont le seul vouloir est le non vouloir.

L’exemple emblématique d’une politique du chien crevé au fil de l’eau en espérant que le cours du fleuve s’inverse, et que le temps résolve le problème.

Symbolique, l’argument avancé d’un marécage qui empêcherait la réalisation de cet aéroport. Un exemple parfait pour les symbolistes que ce transfert sur la nature du marécage dans lequel évolue la pensée ou la non pensée hollandaise.
Ceux qui cherchent des signes partout les trouveront avec délectation dans cette affaire.

Avec pour corollaire la confirmation de certaines personnalités.

Manuel Valls, un dur de bistrot, dans le style « retenez-moi ou je fais un malheur ». C’est une posture que l’on rencontre souvent chez certaines peuplades du bord de la Méditerranée quand le soleil chauffe les esprits.

Jean-Marc Ayrault, un débile léger tel qu’on en rencontre quelquefois dans des postes de responsabilité.
On se demande comment ils ont pu parvenir à ce niveau.
Pour certains on se dit qu’ils sont francs-maçons, la corporation qui recueille souvent les handicapés avec parfois des exceptions brillantes, mais elles sont de moins en moins présentes.
Pour d’autres, c’est le suffrage universel qui les a portés et nous les supportons depuis à l’insu de notre plein gré.

Quand je pense que ce pauvre Ayrault a critiqué l’élection de Trump.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS