« Trump et les médias : un scandale ou une révolution ? | Accueil | François Fillon, on va sortir par la petite porte ! »

28 février 2017

Commentaires

caroff

@Tomas
"M. Fillon s'est posé en modèle de vertu (...) et en convoquant une manifestation qui promet d'être un four."

Encore raté M.Tomas !!
Vous prenez tellement vos désirs pour des réalités que ça en devient comique.

Robert Marchenoir

@vamonos | 04 mars 2017 à 18:54
"Il n'y avait pas d'armes de destruction massive en Irak" : c'est complètement faux.

Vous avez raison de rappeler ce fait. On sait maintenant qu'il y avait des armes chimiques en Irak, d'abord parce qu'un certain nombre de soldats américains ont été intoxiqués en tentant de les détruire. Bizarrement, le gouvernement américain a décidé de ne pas diffuser cette information pendant la guerre.

https://www.nytimes.com/interactive/2014/10/14/world/middleeast/us-casualties-of-iraq-chemical-weapons.html

Ensuite parce qu'un diplomate américain a recueilli les confidences d'un ancien haut fonctionnaire de Saddam Hussein : les fameuses armes chimiques ont été transférées, avant l'invasion, en... Syrie. Où, visiblement, elles ont été utilisées tout récemment...

http://www.thediplomad.com/2013/08/quick-note-on-syrian-wmds-and-iraq.html

Ce qui est exact, c'est que les informations particulières sur lesquelles s'était basé le gouvernement américain pour faire état de ces armes chimiques, afin de justifier l'invasion, étaient fausses : les services secrets américains se sont trompés, ce qu'ils ont abondamment reconnu depuis. Ils ont accordé foi à une source erronée.

Bien entendu, le débat est piégé pour toute une série de raisons. La question de savoir si l'Irak avait des armes chimiques ou pas est distincte de la question de savoir si la deuxième guerre d'Irak était justifiée (ce n'est pas parce qu'il y aurait eu des armes chimiques que l'invasion était justifiée ; mais à l'inverse, l'invasion était peut-être justifiée en l'absence d'armes chimiques...). La question de savoir s'il y avait des armes chimiques en Irak est distincte de la question de savoir s'il y avait un programme récent de fabrication massive d'armes chimiques. Se tromper dans le recueil du renseignement (Etats-Unis, 2e guerre d'Irak) est différent de fabriquer de fausses informations pour justifier une invasion (Russie, Ukraine). L'inquiétude sur les armes chimiques était d'autant plus justifiée, que non seulement Saddam Hussein en a eues, mais qu'il les a utilisées pour massacrer son propre peuple (comme Bachar el-Assad, coucou les poutinous...). Non seulement on pensait que l'Irak avait des armes chimiques, mais on pensait, à juste titre, qu'il cherchait à se doter de l'arme nucléaire. Etc.

Tous ces "détails", qui n'en sont évidemment pas lorsqu'il s'agit de prendre la décision de rentrer en guerre, sont inaudibles dans un monde où chacun se contente de "vidéos YouTube" de 30 secondes, coupées, recoupées et sorties de leur contexte. Et où, à la propagande des Etats, les citoyens répondent, non pas par la rigueur et l'esprit critique, mais par une contre-propagande encore plus grossière.

Tomas

@ vamonos

Dans le genre vous n'êtes pas mal non plus.

Sur la présence d'armes de destruction massive en Irak, c'est encore Colin Powell qui en parle le mieux en qualifiant son discours sur le sujet à l'ONU de "tache dans sa carrière".

http://tempsreel.nouvelobs.com/debat/20130301.OBS0470/exclusif-colin-powell-comment-la-cia-m-a-trompe.html

Je ne sais pas d'où vous tirez vos informations, vous avez sans doute trop lu OSS 117 ou Francis Coplan FX 18 dans votre jeunesse !

2) Je ne me souviens pas avoir jamais vu un papier favorable au Guide dans la presse française de gauche, mais je me rappelle très bien qu'il fut reçu avec tous les honneurs par M. Sarkozy quelques années avant une intervention dont les mobiles apparaissent aujourd'hui peu clairs, et dont les conséquences ont été, et sont encore, catastrophiques. Le colonel Kadhafi était arrivé de toutes façons au terme de sa carrière et n'en aurait plus eu pour longtemps, je ne vois pas en quoi il était utile de déstabiliser la région.

3) La justice nous le dira dans quelques années, mais aucun témoignage sérieux n'a corroboré les propos de M. Fillon sur le travail effectif de son épouse, celui de son épouse y compris ("je n'ai jamais été son assistance ou quoi que ce soit de ce genre"). M. Fillon s'est posé en modèle de vertu, s'est fait prendre la main dans le pot de confiture, n'a pas été convaincant dans sa défense et est en train de vivre une fin de campagne pathétique et crépusculaire, en parlant devant des salles à moitié vides et en convoquant une manifestation qui promet d'être un four.

vamonos

Je ne me lasse pas de poster sur ce billet.

En cette période pré-électorale, nous avons des spécialistes de la désinformation qui s'évertuent à délivrer des messages pour transformer des vessies en lanternes.

Ils mentent sans vergogne aux ordres de leur patron et de leur client, ils répètent inlassablement les mêmes arguments fallacieux. Ils s'appuient sur des textes issus d'une bibliothèque de gauche, d'un journal de gauche, le tout est financé par un magnat de gauche.

Nous avons ainsi des contre-vérités qui ressurgissent ici ou là et qui finissent par être estampillées vraies.

Exemple 1 : Il n'y avait pas d'armes de destruction massive en Irak.

C'est complètement faux.
Pendant que George W. Bush attendait le feu vert de l'ONU pour intervenir en Irak, Saddam Hussein exportait et cachait ses armes. Le moment venu, les Américains ont détruit des usines de fabrication de gaz interdit par la Convention de Genève. D'autre part, les missiles Patriot ont intercepté des missiles Scud dans le ciel sous l'objectif des caméras des télévision. De plus, il y a des rapports écrits par des soldats des forces spéciales qui ont été publiés dans la presse et qui ont fuité dans WikiLeaks. Des Américains, en temps de guerre, ont arraisonné des cargos suspects, pris possession du navire et trouvé dans les soutes des missiles et des bonbonnes de gaz cachées sous des sacs de ciment ou d'autres matériaux. Heureusement que ce jour-là, un soldat américain pilotait un zodiac dans le sillage d'un cargo. Heureusement que le soldat a lancé un grappin qui s'est accroché à la rambarde de la poupe. Heureusement qu'il a eu assez de force pour monter à bord, neutraliser les marins et fouiller parmi les centaines de sacs de ciment. Ainsi, les armes de destruction massive n'ont pas été livrées à la Corée du Nord ou à un autre pays dans le même genre.

Exemple 2 : Sarkozy a déstabilisé la Libye par orgueil.

C'est complètement faux.
La guerre en Libye a été menée conjointement par plusieurs pays sous l'égide des Nations-Unis à la demande de la Ligue Arabe. Les Américains ont participé activement en engageant des bateaux qui ont bombardé les objectifs militaires. Les Scandinaves ont fourni des troupes au sol. Les hélicoptères français ont fait de l'excellent travail et la Libye a été débarrassée du tyran que la presse de gauche stipendiait depuis des lustres.

Exemple 3 : Penelope Fillon n'a jamais travaillé pour son mari.

C'est complètement faux.
Elle a répondu oui à la question de la journaliste qui lui demandait si elle lisait la presse anglophone. Elle rendait compte à son mari sous forme de synthèses.

celine

Vos propos sont justes, mais vous-même ne commencez-vous pas cette vidéo en vous désolidarisant du Front National, en affirmant que vous ne voterez "jamais" pour ce parti ? Votre vidéo ne défend pourtant pas ce parti mais la mixité politique sur une chaîne de radio de service public.

Ce besoin de préciser qu'on ne vote pas Front National, que l'on ne cautionne pas les idées défendues par Marine Le Pen est fréquent. Sur les chaînes d'information, il n'est pas rare de voir un analyste politique, un journaliste se sentir obligé (par qui ?, par quoi ?) d'affirmer une certaine distance avec l'extrême droite.
Je ne suis pas sûre que ce même besoin se fasse sentir lorsqu'il s'agit des Républicains, du Parti Socialiste, ou encore du Parti de Gauche.

Je me suis demandé s'il fallait s'insurger contre une telle pratique, qui conduit à traiter le Front National comme un parti à part. Un parti à l'égard duquel il est normal, voire nécessaire, d'affirmer publiquement sa non appartenance. Assurément, cette stigmatisation est ressentie par les électeurs du Front National qui ne peuvent que la déplorer.

Il est encore possible d'expliquer ces réactions d'une autre manière. Le Front National est un parti d'extrême, qui suscite donc toujours de vives réactions. Ceci expliquerait que soit on adhère à ce parti, soit on n'y adhère pas et alors on ressent le besoin de le faire savoir. Toutefois, je n'ai pas observé de réactions similaires concernant le Front de Gauche.

Je me suis également demandé si, plus simplement, cette stigmatisation n'était pas fondée. En supposant que la mixité politique soit limitée, notamment par les valeurs fondamentales sur lesquelles repose notre État, alors il serait envisageable de considérer que certaines opinions politiques, et donc certains partis, ne seraient pas légitimes. Au-delà de l'opinion politique propre à chacun, il y aurait donc une manière objective de scinder les partis politiques en deux catégories : les bons et les mauvais. Il est évident qu'une telle distinction prêterait le flanc à de nombreuses critiques : vision manichéenne, instrument d'une dictature intellectuelle...

Pourtant, je m'interroge sérieusement sur la possibilité d'une telle distinction, afin de contrer une certaine anomie (dans le sens d'une disparition ou d'une stigmatisation des jugements de valeur au nom de la liberté d'expression) de notre société. Il s'agit de pures interrogations, et je ne puis affirmer qu'une telle distinction est possible, ni même souhaitable.

Toutefois, en admettant qu'une telle classification des partis politiques soit possible, il me semble indispensable de la faire reposer sur des critères objectifs et clairs. Il s'agirait simplement de remédier à l'inconfort intellectuel ressenti devant cette discrimination.

Mais, ce faisant, ne suis-je pas tout simplement en train de chercher une excuse me permettant de condamner objectivement un parti qui déplaît subjectivement à certains ?
J'en reviens donc à mes interrogations...

Valerie

Pourquoi ne pas plutot ecouter ou re-ecouter Monsieur Franck Ferrand qui maitrise impeccablement notre langue... D'autant plus qu'il revient sur le parcours de Jerome Savonarole...

http://www.europe1.fr/emissions/au-coeur-de-l-histoire/acdh-lintegrale-la-florence-de-savonarole-01032017-2991386

Bon, je continue ma lecture et Paix en France... Si D..u le veut !!

carl roque

@Noblejoué

Vous avez raison, le fusil à répétition puis la mitraillette ou le fusil d'assaut représentent un progrès certain. N'oublions pas que sous notre bonne Révolution, on étudiait fort sérieusement le moyen d'occire avec un maximum de rentabilité. Exemple : barque à fond percé, on retire les bouchons au milieu du fleuve, canons chargés à la mitraille (à Lyon) qui devaient permettre de tuer selon l'estimation de l'inventeur jusqu’à 200 personnes, si on les plaçait bien, d'un seul coup, c'est quand même mieux que la guillotine qui demande du personnel et des manipulations fastidieuses etc. Adolf a bénéficié de la taylorisation, Mao d'une main-d’œuvre abondante, Staline des deux, etc.

Noblejoué

@ Régis ANTOINE

Xavier Nebout a écrit :

"Les "einsatzgruppen" eux-mêmes sont bien loin d'avoir fait aussi bien que les colonnes infernales aux ordres de Robespierre, d'ailleurs nulle part dans l'histoire de l'humanité on ne trouve aussi bien."

Et vous avez certes écrit les vrais chiffres, atrocement élevés, je me suis dit :
Nebout veut que "son" génocide soit le pire. Antoine en montrant des chiffres pires que celui de "son" génocide, veut montrer que non, c'est le sien le pire - je suis d'accord au niveau des chiffres.

Mais tous les génocides me semblent pareils dans la mesure où on détruit un peuple. Je ne conteste pas vos chiffres, mais à mon avis, si les révolutionnaires n'ont pas fait "mieux" c'est par manque de moyens, organisationnels puisqu'ils innovaient dans l'autogénocide, et destructifs (on a les armes de son époque). Donc le génocide est la même chose, la "bonne volonté" la même. Même l'importance de ces génocides me semble équivalente, le vendéen est la matrice certes oubliée des autres, le juif le plus destructif et symbolique.

Cependant, il ne faut se laisser fasciner par aucun des deux de peur d'oublier d'étudier les autres, et surtout pour ne pas envenimer les querelles actuelles, sans parler de voir les enjeux du présent. Si j'ai été injuste envers vous, considérant la discussion et le fait que le monde grouille de concurrence des victimes, j'espère que vous voudrez bien m'excuser.

sbriglia

Le Parlement européen vient de lever l'immunité parlementaire de Marine Le Pen, au motif qu'ayant envoyé sur son compte Twitter des images des horreurs commises par Daech, elle se serait rendue coupable de diffusion d'images violentes...

France Inter, c'est "petit bras" à côté !

Et pour peu que cette levée d'immunité la fasse déférer manu militari devant la police ou les magistrats, c'est au moins 10% de plus d'un seul coup dans les sondages.

Bon, je me parjure, j'avais dit que je ne reviendrais qu'après la campagne : je vais essayer de tenir... et mordiller mon oreiller.

Robert Marchenoir

Quittons un moment France Inter, et allons sur une radio moins malhonnête, plus équilibrée, bref, "ultra-libérale" : j'ai nommé BFM.

Eh bien, même sur BFM sévit cette ahurissante coupure entre les journalistes-vedettes et les Français. Hedwige Chevrillon interrogeait, l'autre jour, à l'occasion du Salon de l'agriculture, le patron d'une chaîne d'hypermarchés. Elle montre habituellement, dans ses interventions, à la fois un libéralisme de bon aloi, et un zeste de politiquement correct gaucho-souverainiste.

Fort logiquement, elle malmène donc gentiment son invité sur le prix de la viande, les grandes surfaces étant censées torturer les "paysans" tout en se gobergeant sur la marge. Croyant illustrer son propos, elle mentionne en passant le prix du boeuf, qui serait vendu au consommateur "soixante euros le kilo".

Se retenant de ridiculiser son hôte, le sale patron de la "grande distribution" lui rappelle sans insister que, chez lui, la bavette coûte quinze euros -- sachant qu'il s'agit déjà d'un morceau de luxe.

Nous apprenons donc, de façon tout à fait fortuite, que la présentatrice-vedette de BFM non seulement paye son boeuf soixante euros le kilo (il faut déjà se battre les flancs pour trouver de la viande à ce prix-là, ce n'est pas si facile), mais qu'elle y est tellement habituée qu'elle ne se rend même pas compte qu'elle mange, elle, du caviar tous les jours, et qu'elle s'imagine que toute la France fait comme elle.

Alors qu'elle est journaliste. Et que son métier, c'est justement d'aller voir comment ça se passe chez les autres.

Au passage, cette boulette éclaire d'un jour savoureux les éternelles gamineries des journalistes qui croient très malin, en période électorale, d'interroger les candidats sur le prix de la baguette de pain (qui n'est plus fixé par le gouvernement depuis, quoi ? trente ans ?), ou celui du ticket de métro (de métro parisien, car il n'y en a pas d'autre en France).

caroff

@duvent
"Oui, bien sûr et je crois, enfin, il me semble évident que si d'aventure ils défendaient votre cause, vous considéreriez qu'ils informent et éclairent ?"

Je ne défends aucune cause en particulier mais je ne trouve pas satisfaisant d'entendre le même son de cloche lorsqu'il m'arrive d'écouter France Inter. C'est aussi simple que ça ! Et ça s'appelle le débat d'idées en français !!

En revanche, je n'ai pas cette impression à l'écoute de France Culture où les idées, les avis, les analyses sont assez bien distribués dans le spectre politique national ou international.

Antoine Marquet

@ Régis ANTOINE

Non le lien n'est pas fictif mais tronqué !

http://www.dreuz.info/2017/02/26/affaire-fillon-le-canard-enchaine-a-triche/

Evidemment, si vous y opposez l'impartialité des gens du Monde, cela ne peut valoir que tripette, nous sommes bien d'accord !

Exilé

Philippe Bilger a parfaitement compris que la pratique banalisée par certains individus consistant à abuser de leur position sociale ou professionnelle pour tirer à boulets rouges sur le FN et également sur ses simples sympathisants conduisait exactement à l'inverse du but qu'ils escomptaient.

Qu'il me soit permis d'avouer ici - je vais probablement m'attirer les foudres de la stalinosphère - que cela a été mon cas : ayant été un abstentionniste forcené jusqu'à la trentaine, n'ayant alors voté pour personne ni même pour le FN, j'ai été révulsé par le montage de l'affaire de Carpentras et par son traitement médiatique et mon premier suffrage a été pour ce parti lors des élections ayant suivi ce triste épisode.
Ce n'est pas pour autant que je suis devenu un inconditionnel du FN, dont je trouve certaines options critiquables.

Par ailleurs, nous entendons souvent l'expression « faire barrage au FN » revenir en boucle, comme s'il s'agissait d'une chose allant de soi.
Mais au nom de quoi des journalistes, dont le rôle est en principe d'informer, se posent-il en propagandistes militants pour dire le bien et le mal selon eux ?
Pourquoi faudrait-il spécialement « faire barrage au FN » et pas « faire barrage au PS » par exemple, à qui il est pourtant possible de reprocher un certain nombre de choses concrètes et non pas de vagues accusations reposant sur des procès d'intention ?

Et même quand des partis politiques - qui ont bien entendu le droit d'être des adversaires du FN - n'ont pour tout programme que de « faire barrage au FN », ne sommes-nous pas autorisés à trouver que c'est un peu juste alors que des sujets de préoccupations plus graves ne manquent pourtant pas ?

Enfin, il faut aussi comprendre, et cela s'adresse surtout aux sympathisants des partis dits (parfois abusivement) de « droite », qu'ils auraient tort de se désintéresser du deux poids deux mesures dont le FN est la cible sans que personne ne sache pourquoi, un peu comme ces têtes de turc dans les cours de récréation, parce qu'en vertu de l'adage hodie mihi, cras tibi demain n'importe qui pourrait se faire traiter de « fasciste » par des gens qui usent de ce procédé inventé par Staline en personne pour réduire les contradicteurs quels qu'ils soient au silence.

Mais il vaut mieux être un faux fasciste qu'un vrai stalinien, on y est en meilleure compagnie...

Jean-Marc

@duvent
"L'incapacité pathologique à supporter un avis différent est le signe de l'ignorance ou de la mauvaise foi... Quelquefois des deux et ce n'est pas incompatible pour notre plus grande disgrâce !"

Cette radio n'a aucun journaliste ou animateur de droite.
Elle discrimine et ne respecte pas l'impartialité qu'elle est tenue d'avoir comme service public.

Le CSA aurait dû les rappeler à l'ordre et même supprimer leur capacité à émettre.

Mais ce CSA a refusé pendant plusieurs années la venue de LCI sur la TNT gratuite pour ne pas casser l'équilibre des revenus publicitaires, avant d'en autoriser deux pour permettre l'arrivée de France Info.

Bal des hypocrites, Etat socialiste, la vérité est bonne à dire.

Giuseppe

@Tomas | 01 mars 2017 à 23:22

A commencer par le jeune sénateur LR invité sur la chaîne parlementaire qui devait assister au rassemblement éminemment important de la crêpe et du vin blanc dans son fief, FF appréciera ce soutien de la cuvée de l'année.

Régis ANTOINE

@Antoine Marquet | 01 mars 2017 à 23:49

« Suivre: http://www.dreuz.info/…/affaire-fillon-le-canard-enchaine-…/ »
Pour parler d’emplois fictifs, rien de mieux qu’un lien fictif :)
Cela étant, cet article ayant été signalé ailleurs je l’ai lu il y a quelques jours. Cela relève du texte militant, mais du point de vue juridique, ça ne vaut pas tripette.

Ceux qui veulent se faire une idée plus juste des aspects juridiques de l’affaire sont invités à lire les divers billets publiés par Franck Johannès, journaliste au Monde , dans son blog Libertés surveillées . Les thèses des uns et des autres (et non d’un seul camp) y sont exposées et décortiquées.

duvent

@ caroff
"Simplement leur rappeler qu'ils ne défendent pas une cause, mais qu'ils sont payés pour informer et éclairer..."

Oui, bien sûr et je crois, enfin, il me semble évident que si d'aventure ils défendaient votre cause, vous considéreriez qu'ils informent et éclairent ?

L'incapacité pathologique à supporter un avis différent est le signe de l'ignorance ou de la mauvaise foi... Quelquefois des deux et ce n'est pas incompatible pour notre plus grande disgrâce !

Régis ANTOINE

@Mary Preud'homme | 02 mars 2017 à 00:38

Manifestement vous ne comprenez même pas le sens de ce que vous avez écrit.
Je reproduis l’intégralité de votre propos :
« Mise en examen (programmée) dont certains se gargarisent déjà comme si elle était effective, alors qu'elle ne constitue manifestement qu'une manœuvre dilatoire et perverse destinée à discréditer le candidat de la droite et du centre, à tromper l'opinion, privant d'emblée Fillon de sa qualité de présumé innocent… »

Je maintiens mon commentaire : la mise en examen éventuelle (il n’y a pas de certitude à ce stade, la décision du juge n’étant prise qu’après l'interrogatoire de première comparution) même accompagnée de commentaires variés des uns et des autres, n’a pas pour effet de priver François Fillon de sa présomption d’innocence.

Par contre, pour sa réputation d’homme honnête, le mal est fait et c’est lui qui en est le responsable avec ses dissimulations, ses mensonges, ses reniements, ses revirements.

Exilé

@duvent
Vous faites partie de ces gens exécrables qui pensent que parce qu'ils paient des impôts ils ont voix au chapitre...

« Qui paie les violons choisit la musique » (vieux proverbe connu des gens normaux...)

Pour le reste, nous tiendriez-vous le même discours si par exemple les antennes publiques, le reste des médias, l'enseignement, la fausse culture etc. étaient infestés de gens qui tiendraient par exemple sur la gauche un discours aussi inepte et haineux que celui tenu par les sbires sévissant sur France Inter ?

Mary Preud'homme

@ Régis ANTOINE | 01 mars 2017 à 23:22

Vous êtes décidément très malhonnête, la phrase que vous citez ayant été volontairement tronquée d'un passage essentiel afin de me faire passer pour une imbécile.
Bien que passer pour une imbécile aux yeux d'un sectaire de votre espèce soit finalement assez savoureux !

Régis ANTOINE

@Noblejoué | 01 mars 2017 à 21:54
« Reconnaissez plutôt le génocide juif et le génocide vendéen sans, horrible expression mais vous m'y forcez, préférence. »

Dans mon commentaire du 01 mars 2017 à 15:21, je crois avoir reconnu les deux sans marquer une indécente « préférence » ; j’ai juste indiqué les chiffres corrects (mais atrocement élevés).

caroff

@duvent
"Vous faites partie de ces gens exécrables qui pensent que parce qu'ils paient des impôts ils ont voix au chapitre..."

Oui, tous les six ans au moins pour les municipales et tous les cinq ans pour les députés qui sont censés voter le budget de la Nation !!

"Vous n'êtes pas sérieux n'est-ce pas ? Voulez-vous les mettre sous tutelle pour leur plus grand bien et le nôtre ?"

Simplement leur rappeler qu'ils ne défendent pas une cause, mais qu'ils sont payés pour informer et éclairer...

Antoine Marquet

Je sais que Philippe Bilger n'aime pas cela, mais je ne résiste pas à l'envie de communiquer la publication de Manuel Gomez au sujet de l'affaire Fillon. Il interrogeait M. Antoine Brunet, Président de chambre honoraire à la Cour des comptes, licencié en droit, diplômé d’études supérieures d’économie politique et de sciences économiques, ancien élève de l’ENA (Promotion Saint-Just). Cela intéressera sans doute certains lecteurs du blog.

Suivre: http://www.dreuz.info/…/affaire-fillon-le-canard-enchaine-…/

Tomas

@ Patrice Charoulet

Tous à la manifestation de dimanche 15h au Trocadéro !

Je vois d'ici les excuses vaseuses des députés prétextant faire campagne sur le terrain dans leur circonscription.

Mais quelle pantalonnade, Le Maire a bien fait de quitter le navire pendant qu'il en était encore temps. Et cette pauvre NKM qui reste coite, coincée qu'elle est entre la reconnaissance due pour la circonscription qui lui a été concédée et son désir sans doute légitime de prendre également ses distances pour afficher sa modernité. Pendant ce temps, Wauquiez qui reprendra le fond de commerce conservateur filloniste aiguise ses couteaux.

Vraiment on a une classe politique formidable! Il faut d'urgence revenir au parlementarisme, ce sera plus sain, notre constitution a fait son oeuvre et elle est désormais à bout de souffle.

Régis ANTOINE

@Mary Preud'homme | 01 mars 2017 à 19:00
« Mise en examen […] privant d'emblée Fillon de sa qualité de présumé innocent »

Il ne devrait pas être permis de proférer des âneries pareilles sur le blog d’un ancien magistrat.
Même mis en examen, François Fillon continuera à être présumé innocent et ce, jusqu’à une éventuelle condamnation définitive qui ne saurait intervenir avant de nombreux mois, voire plusieurs années.

Juridiquement, Fillon n’est nullement empêché d’être candidat par sa mise en examen éventuelle.
Le problème qui se pose est politique et moral. Fillon se renie une fois de plus en revenant sur son engagement du 26 janvier de ne pas être candidat en cas de mise en examen. Sa parole est totalement décrédibilisée et il est indigne d’être président.
Rappelons ce que disait Fillon en 2016 à propos de la justice :

duvent

@genau
"On racontait à Moscou que la liberté de presse existait. Devant l'étonnement d'un étranger, le Russe réplique "Bien sûr, tous les soviétiques ont le droit de lire le journal".
Et je crains que vous ne donniez dans cet aphorisme."

Je crains quant à moi de ne pas m'être exprimé avec clarté... Enfin, je suis certain de ne pas avoir été clair ! Je voulais dire simplement, que de considérer que certains individus doivent être protégés des ondes radios, de la sottise, de la propagande d'ici ou de là, est un peu condescendant (mais pas faux).
Puis que les mêmes qui veulent protéger ces personnes à la fois fragiles parce que n'ayant aucun bon sens et dangereuses parce que promptes à l'emballement (surtout lorsqu'il s'agit de celui qui réparera tout ce qu'ils ont raté...) ne trouvent aucune contradiction dans leurs avortons de pensée et c'est là que réside tout le problème.

Grosso modo, nous avons vu pire en matière de délire totalitaire que France Inter, et pire comme dégénérés propagandistes que ses journalistes.
Je voulais être clair et voilà que je suis particulièrement obscur !!

@Exilé
"Sauf que tout cela est fait, comme plusieurs commentateurs l'ont justement remarqué, en grande partie avec l'argent des Français dont ils se moquent à longueur de journée. Devoir payer des malotrus pour se faire cracher dessus par eux ressemble à du masochisme.
Enfin, je ne connais pas ce monsieur Cohen, mais d'après les échos qui m'en parviennent il s'est manifestement trompé de métier en jouant au commissaire politique chargé de la propagande du Régime."

Vous faites partie de ces gens exécrables qui pensent que parce qu'ils paient des impôts ils ont voix au chapitre... Figurez-vous que l'argent des Français sert à un tas de choses dont les Français n'ont même pas idée... Alors, les ondes occupées par France Inter, vous vous en remettrez comme les commandes de vaccins non utilisés, ou les constructions de VIA APPIA sans but, ou des députés payés à rester où bon leur semble ! Va je ne te hais point...

@ Noblejoué

Vous me mettez dans l'embarras, je voulais être ironique et il semble que j'ai échoué, et parfaitement ...
Je ne mérite pas vos qualificatifs avantageux, puisque de fraîcheur ici, il n'y en a pas. Je suis désolé, il arrive souvent que peu de mots réduise le propos et le rende diaboliquement vague...

@M. Luçon
"Le problème n'est pas que M. Bilger ait le choix d'écouter ou pas France Inter et Cohen, le problème est qu'il y a des tas de Français qui l'écoutent et croient ce qu'ils entendent sans être suffisamment informés pour se rendre compte qu'on leur raconte des salades.
Ce qui s'appelle influencer l'opinion publique."

Vous n'êtes pas sérieux n'est-ce pas ? Voulez-vous les mettre sous tutelle pour leur plus grand bien et le nôtre ?
Je dirais comme Horace "odi profanum vulgus et arceo !"
Je sais que ce n'est pas gentil, il y a un tas de gens gentils qui font un tas de vilaines choses, comme par exemple de ne pas tenir parole...

Noblejoué

@ Alex paulista | 01 mars 2017 à 16:09

D'accord avec cette analyse.

@ Guzet | 01 mars 2017 à 13:04

D'accord aussi.

Dans les deux cas, l'esprit de connivence et de parti est destructeur. L'esprit de connivence et de parti semble monter, ce qui pousse à la guerre civile donc à la dictature, comme l'invocation voire le désir de guerre civile donc la dictature de certains renforce l'esprit de connivence et de parti.

Le retour aux fondamentaux, comme l'amour de la liberté et le respect des principes, comme des idées transversales compense encore ces tendances.

@Xavier NEBOUT
@ Régis ANTOINE

Je sais bien qu'on aime la polémique, en France, mais se servir des victimes ne me paraît pas des plus décents envers les morts et condamner les vivants, focalisés sur le passé, à ne pas voir les victimes et problèmes du présent.

Reconnaissez plutôt le génocide juif et le génocide vendéen sans, horrible expression mais vous m'y forcez, préférence.

Sans alimenter les haines d'aujourd'hui par celles d'hier. La Révolution comme la réaction ne saurait être permanente, comme les oscillations décroissantes d'un pendule, ces derniers sursauts se meurent, et c'est tant mieux.

carl roque

"France Inter M. Bilger est une radio que vous pouvez écouter ou ne pas écouter, M. Cohen est un journaliste que vous pouvez écouter ou ne pas écouter..." (duvent)

Réponse de Claude Luçon :

"Le problème n'est pas que M. Bilger ait le choix d'écouter ou pas France Inter et Cohen, le problème est qu'il y a des tas de Français qui l'écoutent et croient ce qu'ils entendent sans être suffisamment informés pour se rendre compte qu'on leur raconte des salades.
Ce qui s'appelle influencer l'opinion publique."

Pour moi c'est encore plus simple. France Inter (France Culture, France Info...) sont des radios nationales payées par le contribuable. Un minimum d’ouverture et de pluralité serait de mise, pour des établissements payés par l'ensemble des Français. Quand on voit les tribunes offertes à des militants sans contrepoids ça fait mal... je pense aussi à Caroline Fourest.

Tomas

@ agecanonix

De la purée de cerveau, comme tout le monde. Et vous, vous savez ce qu'argumenter veut dire ? Savez-vous qu'éructer et raisonner ne sont pas synonymes ?

Claude Luçon

@ Mary Preud'homme | 01 mars 2017 à 17:29
@fugace | 01 mars 2017 à 14:22
"Merci pour ce rappel (et mise au point) concernant l'Arromanches..."

Message reçu 5 / 5.


Patrice Charoulet

@tous TTU

Lire, en accès libre, l'article de Mes Goldnadel et Fontana, dans Valeurs actuelles.

stephane

@Mary Preud'homme

Présumé innocent oui. Pourquoi n'a-t-il pas communiqué d'éléments pouvant constituer un commencement de preuve que madame a bien été son assistante parlementaire, il n'a pas voulu démontrer qu'elle mentait ? Il posait bien aux 24h du Mans. S'il les a données à la justice, qu'il soit heureux qu'elle se prononce si rapidement... pour l'innocenter.
De surcroît il voulait que la justice aille vite et si son innocence est établie (ou sa non culpabilité) il sera satisfait et nous électeurs également. Ou alors il bluffait. Personne ne l'avait obligé à déclarer au journal qu'il ne serait pas candidat si...

De plus il parle de ce qu'il n'a pas fait "je n'ai pas détourné de fonds publics", on s'en moque, on voulait juste avoir un aperçu de ce que son assistante parlementaire a fait.
Fillon est présumé innocent, mais c'est sa propre femme qui l'accable. (Régis, la photo), elle ment ?
Pourquoi Fillon n'a-t-il pas présenté à la presse certains travaux ?
Même votre pote Charoulet ne parle plus de son candidat mais de M. Fillon.
48 heures avant ou 48 heures après, quelle est la différence ?
Il était difficile pour la justice d'attendre que Fillon soit à l'Elysée, non ?
Philippe Bilger le sait mieux que moi, les tribunaux et les prisons regorgent d'innocents.
Et n'oubliez pas Retailleau, le tricheur d'Intervilles.

@Mary Preud'homme

Vous reprochez donc à la justice de ne donner que 48h à Fillon pour tenir son engagement pris devant les Français ? Engagement auquel seul Le Maire croyait (tu parles).
Effectivement une mise en examen immédiate eût été plus juste de ce point de vue.
48h pour trouver un candidat et 500 signatures.
Transparence pour transparence, où est passé le pognon de Macron ? et comme disait Aubry, si c'est flou...

vamonos

France Inter, aux ordres du pouvoir en place, fait monter le FN pour que MLP soit opposée à EM au deuxième tour de l'élection présidentielle.

Cette campagne électorale me révulse de plus en plus.

Les tentatives éhontées d'éviction de François Fillon sont de toute évidence orchestrées au plus haut des strates du pouvoir.

Mme Royal peut enlever son masque, on l'a reconnue. Elle rêve de se voir dans le gouvernement de Macron. Par anticipation, elle a déclaré qu'elle ne se présenterait pas aux élections législatives.

Je n'écoute plus France Inter depuis longtemps, je suis bien obligé de l'entendre parfois. Adieu la gauche, je ne t'aimais déjà pas bien ; mais maintenant c'est encore pire.

De quel coup est encore capable François Hollande avant de partir ? Qu'osera-t-il assener comme coup de l'âne ? Il n'a pas fini de nous étonner.

Mary Preud'homme

@stephane | 01 mars 2017 à 18:20

Tout ce que l'on sait c'est que Fillon devrait être mis en examen le 15 mars 2017 (soit 48 heures avant la clôture des candidatures à la présidentielle) concernant la présomption d'emploi fictif de sa femme et de deux de ses enfants (accusation diffamatoire dont il n'existe à ce jour pas le commencement d'une preuve).
Mise en examen (programmée) dont certains se gargarisent déjà comme si elle était effective, alors qu'elle ne constitue manifestement qu'une manœuvre dilatoire et perverse destinée à discréditer le candidat de la droite et du centre, à tromper l'opinion, privant d'emblée Fillon de sa qualité de présumé innocent tout en le poussant traîtreusement lui et ses soutiens dans leurs derniers retranchements, jusqu'à les faire renoncer (à la veille d'élections capitales et bien avant un procès équitable et sans passion).
De qui se moque-t-on ?
Et merci à Fillon et ses soutiens (non lâches et de parole) d'avoir choisi de ne pas céder à cet odieux chantage et de s'en remettre au peuple souverain.

Giuseppe

On ne peut plus s'étonner du succès de EM qui traduit bien l'idée de faire table rase d'un "tous pourris " qui gangrène notre démocratie.
Sans aucun doute vote d'adhésion plus que de conviction.
L'opportunité était trop belle et les jeunes ne la laisseront pas passer.
Côté BA même combat, du neuf à tous les étages.

Claude Luçon

@ fugace | 01 mars 2017 à 14:22

Oui vous avez raison, j'ai écrit "désarmé" pour simplifier mon texte, j'aurais dû écrire "entré en carénage".
J'étais IMM2, second du service sécurité du Châteaurenault à Toulon à l'époque, d'où mon affectation prévue au service sécurité de l'Arromanches alors en Indochine qui avait besoin d'un officier bilingue.

Le Châteaurenault, ex-Attilio Regolo italien, servait de bâtiment d'essai pour les nouveaux bâtiments de la flotte en construction, nous y testions les équipements et armements d'origine anglaise et américaine dont les manuels de spécifications et d'utilisation étaient en anglais.
Bien qu'IMM j'étais affecté au pont parce que je parlais anglais et passais d'un service à l'autre, y compris pour accompagner le Pacha et lui servir d'interprète lorsqu'il était invité par ses collègues américains de la VIe US Fleet alors basée dans la baie des anges au large de Villefranche. Ce qui n'était pas désagréable.

J'ai aussi connu les tremblements et craquements de la coque du Châteaurenault encore que les superstructures en aluminium étaient moins bruyantes.
Les marins italiens avaient eu beaucoup de courage d'aller au combat avec ces croiseurs légers qui n'auraient jamais pu se confronter à un de nos destroyers genre Terrible, un des deux seuls destroyers sur six qui nous restaient après la guerre.

Si mes souvenirs sont exacts l'autre s'appelait la Malindomptable, reconstitué à partir du Malin et de l'Indomptable. La légende voulait qu'au cours d'une manoeuvre en Méditerranée navigant côte à côte, sur ordre de virer de bord à pleine vitesse, l'un a viré à bâbord, l'autre à tribord, ils se sont éperonnés, la proue de l'un dans la poupe de l'autre.

Cordialement

Giuseppe

Après l'excellente investigation de Cash impact, je suis tombé de l'armoire après avoir écouté Philippe Dominati dans l'affaire des Panama Papers pour innocenter de parjure le patron de la SG, c'est ce qui ressortait des auditions pour le commun des citoyens.

Pas très glorieuse sa position et trop complaisante celle des autres interrogateurs dont le très tiède sénateur communiste bien timoré pris dans le groupe.
Je ne peux croire que la justice ne poursuivra pas dans cette affaire.
J'entends d'ici les voix "FNLRPSPC même combat, à protéger les forts contre le vrai peuple !".
Que du pain bénit pour MLP et FI se sentira moins isolée. On peut comprendre pourquoi ce qui peut la toucher ne l'atteint pas.

Triste vision rendue d'une enquête sénatoriale qui se voulait lucide et qui se termine de la pire des façons laissant planer un doute de collusion des plus malsains.

Mme Lucet fait un boulot remarquable non seulement elle affiche les faits et plus rare rend compte des conséquences.
Au passage l'affaire du Premier ministre islandais quittant son poste comme un malpropre, édifiant !
On ne s'étonnera pas d'entendre qu'il faut supprimer le Sénat, les milliers de téléspectateurs d'hier y seront sans doute pour beaucoup demain, adoubés de la diatribe du FN servie sur canapé.

Noblejoué

@ Achille

Vous défendez France Inter attaquée ? C'est courageux, mais ce n'est même pas par lâcheté que je ne fais pas chorus. Pub pour pub, je dirais qu'on peut écouter France Culture et lire Catherine JACOB sur ce blog, qu'on soit d'accord ou non, dans tous les cas, on apprend quelque chose et c'est intelligent.

stephane

D'un côté on a eu un président léger qui a respecté son engagement de ne pas se représenter si...
De l'autre on a un bon candidat des primaires à droite qui ne respecte pas son engagement et pense qu'il aura la confiance de la majorité des électeurs.
Je dis Hollande 1 Fillon 0.

Noblejoué

@ duvent
"Comme tout cela est diabolique !!"

Mais non, c'est la nature humaine, la tendance au parti pris et à l'abus, qui sévit partout mais est évidemment toujours plus visible du côté où une affaire se révèle car on fait bloc contre l'extérieur dans l'urgence, d'où la tendance à perdre quelque peu d'honnêteté intellectuelle dans la foulée.

Votre commentaire est rafraîchissant. Quand j'étais enfant, je croyais que les Hommes étaient méchants. Maintenant, je sais qu'ils sont inexistants, mais ce serait un peu long et déprimant à expliquer. Sans idéaliser les enfants, qui sont bien méchants entre eux, il faut en tout cas garder la capacité à s'étonner en général, et du mal en particulier comme vous le faites. Et comme vous l'exprimez en plus, si on peut le ravaler par à quoi bon et désir d'efficacité.

Dans cet esprit de découverte et pour ne pas rester trop le nez dans l'actualité et le franco-français, France Culture et Courrier International sont des piliers. Mais on peut lire ou écouter bien des choses simplement en faisant la soustraction des intérêts idéologiques des uns ou des autres. Non ! Ce qui me gêne en France est le mélange de faits et d'interprétation qu'on voit partout et qui me paraît toujours aussi traître que ces terres où l'eau et la terre se mélangent et où soit l'eau soit la terre peuvent engloutir le passant. En terme moins imagé, ça veut dire que j'hésite sur est-ce un fait ? Une interprétation ? Ce délayage de l'un par l'autre est aussi imbuvable qu'un mélange d'eau et de vin : une chose qui a perdu la finesse de l'eau et le tranchant du vin, on a l'impression de boire du rien, du goût qui ferait mieux de ne pas en avoir.

Bref, ce n'est pas la partialité des médias, chacun ayant sa pente, le problème. Mais l'informe confusion entre faits et interprétation et le problème des humains n'est pas d'être méchants mais inexistants.
Cependant, chaque fois que je vois ou lis quiconque, vous en l'occurrence, rejetant un abus, je reprends quelque peu courage comme si je voyais un mort ressusciter.

Mary Preud'homme

@fugace | 01 mars 2017 à 14:22

Merci pour ce rappel (et mise au point) concernant l'Arromanches...

Claude Luçon

@duvent
"France Inter M. Bilger est une radio que vous pouvez écouter ou ne pas écouter, M. Cohen est un journaliste que vous pouvez écouter ou ne pas écouter..."

Le problème n'est pas que M. Bilger ait le choix d'écouter ou pas France Inter et Cohen, le problème est qu'il y a des tas de Français qui l'écoutent et croient ce qu'ils entendent sans être suffisamment informés pour se rendre compte qu'on leur raconte des salades.
Ce qui s'appelle influencer l'opinion publique.

Raphael

Help,

Je ne sais pas comment il a fait son compte, mais Philippe Bilger semble être coincé dans un aquarium depuis quelque temps.
Peut-être une expérience secrète menée par l'honorable magistrat afin de tester la mémoire de poisson rouge de l'électeur moyen qui aurait mal tourné ?

Tomas

@ Marie

Il y a quand meme des estimations qui sont faites :

http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/ce-qu-on-ne-dit-jamais-sur-la-fraude-sociale_1336705.html

La fraude aux prestations sociales proprement dites representait en 2011 trois milliards d'euros, le reste des vingt milliards faisant le titre de l'article etant du travail au noir.

Ce n'est qu'une evaluation, dans les faits la fraude constatee se monte a 700 millions d'euros. Les taux de recouvrement sont en hausse d'ailleurs, du fait de l'augmentation des controles.

Le FN dit donc n'importe quoi sur le sujet, comme souvent. Il est nettement plus realiste sur la fraude fiscale, se fixant un objectif de 15 milliards d'euros, ce qui represente le quart du total de la fraude estimee, laquelle correspond peu ou prou a notre deficit budgetaire.

Doubler ou tripler les controleurs fiscaux pourrait etre une solution simple pour remedier au deficit structurel de nos depenses publiques, d'autant plus que dans ce domaine la cooperation entre Etats fait des progres.

Alex paulista

Je crois qu'attribuer à Cohen et compagnie le projet conscient de faire baisser le FN est le fruit de votre imagination.
Simplement, ils sont viscéralement opposés au FN et n'arrivent pas à en faire abstraction au moment d'interroger un responsable de ce parti. Ils ne laissent alors passer aucune question, comme ils devraient sans doute le faire pour les autres. Mais avec les autres, ils ont une connivence à préserver pour être informés des dessous et des off, donc ils sont plus coulants, consciemment ou inconsciemment.
Aussi, ce rejet du FN est pour eux l'occasion de se définir, de se valoriser, d'avoir une bonne image d'eux-mêmes.

Régis ANTOINE

@Xavier NEBOUT | 01 mars 2017 à 00:11
« Les "einsatzgruppen" eux-mêmes sont bien loin d'avoir fait aussi bien que les colonnes infernales aux ordres de Robespierre »

On peut être révulsé par les abominables massacres et exactions commis par les colonnes infernales, sans se livrer à vos abjectes manœuvres de désinformation.

Les colonnes infernales ce sont (et c’est considérable) de quelques dizaines de milliers à 50 000 morts de quelques dizaines de milliers à 50 000 morts.
Les Einsatzgruppen, ce sont 1 400 000 victimes.
Mais peut-être qu’avec le référentiel antisémite qui semble être le vôtre, la vie d’un Juif n’a pas la même valeur que celle d’un Vendéen ?

Claude Luçon

@ Guzet | 01 mars 2017 à 13:04
"On a ironisé sur l'émotion créée naguère par le "mur des cons"."

On a eu tort d'ironiser, c'était un programme politique, sous forme de bande dessinée peut-être, mais ce n'est pas par coïncidence que ses initiateurs l'appliquent au moment de la campagne présidentielle.

agecanonix

@ Tomas | 28 février 2017 à 21:24

Je me demande ce que vous avez à la place du cerveau ? De la purée de concombre ou de la mauvaise foi ?

caroff

Le portrait de Patrick Cohen dressé par l'"Observatoire des journalistes et de l'information médiatique" (Ojim)

http://www.ojim.fr/portraits/patrick-cohen/

fugace

@ Claude Luçon | 24 février 2017 à 21:21
"...je devais rejoindre en octobre 1954 le porte-avions Arromanches en opérations en Indochine, mais Mendès France a arrêté le conflit en juillet, l'Arromanches est rentré à Toulon en septembre et a été désarmé.
Heureuses ironies du sort, pour moi !"

Oui mais il faut quand même vérifier les infos, car par exemple pour le porte-avions Arromanches, sur lequel j'ai servi dans les années 60, il ne fut désarmé que dans les années 1970 (exactement débaptisé le 5 septembre 1974 - numéro de coque Q525).
De 1954 à 1974, une période de vingt ans quand même ! Pendant laquelle nombre de marins ont dû encore naviguer comme moi malgré les tremblements et craquements de la coque. Même pas peur !

Cordialement

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS