« La télé fera l'élection le 20 mars ! | Accueil | Mais à part ça, tout va très bien, Monsieur le Président ! »

19 mars 2017

Commentaires

sbriglia@Patrice Charoulet

Merci, Patrice Charoulet : je vais me l'offrir... tant de ceux qui déversent ici à longueur de temps les mêmes rengaines, comme un disque rayé, devraient faire une pause et lire quelques lignes de Vialatte... je leur recommanderais bien Les fruits du Congo...
Bien cordialement.

Tomas

@ Trekker

Ce serait une bonne idée de faire le même genre de sujets chez les jeunes du PS ou des Républicains en effet, ce ne serait que justice.

Ainsi que de faire partager au public la teneur des propos privés tenus par nos responsables politiques, qui peuvent en effet parfois laisser pantois, comme vous dites.

Dictature de la transparence, démagogie ? Peut-être, mais l'homme politique méprise trop un électeur qui est de moins en moins naïf. Le décalage entre les opinions tenues en privé et les propres publics, s'il est trop flagrant, s'apparente à de la malhonnêteté, et doit donc selon moi être montré aux électeurs.

Ceci étant, nul n'est effectivement besoin d'avoir recours à ces méthodes pour percer la vraie nature du FN, puisque le reportage diffusé par France 2 jeudi était d'une facture beaucoup plus classique. Je n'ai hélas pas pu voir le reportage de C8 mais la méthode de l'infiltration journalistique présente un indéniable intérêt, comme on avait pu le voir lors de l'enquête de France 2 sur cette paroisse catholique intégriste de Bordeaux où des enfants étaient endoctrinés dans le culte du maréchal Pétain et chantaient dans la cour de récréation des chansons antisémites.

On ne pourra sans doute pas débarrasser le pays de cette lie avant longtemps mais si elle pouvait être tenue à distance par la vigilance des électeurs de l'exercice du pouvoir nous n'aurions sans doute pas à en souffrir.

Marc GHINSBERG

@Garry Gaspary
"Je ne suis pas là pour vous connaître, pour vous raconter ma vie, pour que nous devenions amis, et que nous passions nos prochaines vacances ensemble, voire plus si affinités."

J'espère que vous ne considérerez pas comme un manque de courtoisie à votre égard si je vous dis qu'il n'y a aucun risque.

Trekker

"Qu'on utilise la caméra cachée dans toutes les structures partisanes, dans l'univers médiatique quand invités et journalistes se lâchent après les émissions, au sein de tous les groupes, au milieu des associations même officiellement les plus progressistes, on constatera alors que, par exemple, le refus de "délirer" sur les homosexuels est assez partagé et que derrière les verbes officiels et les propos convenus, sous les latitudes de droite et de gauche, des poisons se glissent..."

Totalement d’accord avec vous, car entre les propos tenus dans les médias par les responsables de partis politiques, associations, etc. et ceux tenus en petits cénacles par certains de leurs membres, on est parfois pantois face à ceux-ci, et c’est un euphémisme !

Si C8 trouve justifié d’enquêter sur le FN jeunesse à Nice avec une telle méthode, alors cette chaîne devrait en toute objectivité faire de même avec les mouvements de jeunesse des Républicains, PS, etc.

Quelles que soient les options politiques du FN, c’est quand même un parti autorisé entre autres à concourir à toutes les élections en France. Il doit donc être traité comme les autres, sans complaisance mais sans acharnement, par nos médias et notamment télévisuels.

Il faut quand même observer que la direction du FN depuis que MLP est à sa tête, exclut fort rapidement de ses rangs tous ses militants ou élus tenant publiquement des propos antisémites, homophobes, etc. Ce qui hélas est rarement le cas dans les autres partis politiques : au mieux on les désavoue, bien plus souvent on les minimise et on fait le dos rond.

Un exemple parmi d’autres : récemment Les Républicains ont diffusé sur Internet un dessin puant le pire antisémitisme - type Gringoire années 30 - sur Emmanuel Macron. Dans les 8 h suivant, il fut bien supprimé et les responsables LR le désavouèrent sans ambiguïté. Mais à ce jour ils n’ont pas cité nommément le ou les auteurs de cette infamie, ni procédé à leur exclusion publique !

On imagine aisément quel aurait été le tollé si une telle caricature avait été publiée et diffusée par le FN. On est donc face à un deux poids deux mesures.

PS : je ne suis pas et n’ai jamais été un électeur du FN

caroff

@boureau
"Aujourd'hui à France Info, les journalistes (sic) interrogeant Florian Philippot ont été odieux, indignes. Notamment Arnaud Leparmentier (Le Monde) et Nathalie Saint-Cricq (France 2). Heureusement Philippot a une maîtrise de lui à toute épreuve"

En effet, et Philippot a bien claqué le beignet de Leparmentier en lui rappelant le tweet du propriétaire du Monde, Pierre Bergé, le félicitant pour son article favorable à leur chouchou Macron !!

Qu'attendre de ce type de confrontation ? Celui qui est agressé, en l'occurrence Philippot, bénéficie probablement de la compassion de l'auditeur !!

Ellen

"Un journaliste de C8, se faisant passer pour un militant du Front national, s'est servi d'une caméra cachée, durant deux mois, en immersion au sein du FN de la jeunesse de Nice". (Ph.B)

C'était un journaliste de C8 ou une taupe-espion ? Son cachet a dû être être payé en conséquence. Deux mois faire la planque en caméra cachée et sans se faire repérer, c'est risqué, non ?

Claude Luçon

Il y a ceux qui se cachent pour informer, et ceux, comme Edwy Plenel, qui informent sans se cacher : interrogé aujourd'hui à la télévision, il a insulté Donald Trump, qui est tout de même le Président de la nation qui est depuis toujours notre meilleure amie, d'une façon épouvantable et d'une grossièreté dont lui seul est capable.
Comment un journaliste, si toutefois on peut lui accorder ce titre, peut-il être si arrogant et si insolent ? Comment peut-on laisser ce genre de raté s'exprimer pareillement à la télévision ?

breizmabro

@ Mary Preud'homme | 19 mars 2017 à 13:33
"...j'avoue ne pas avoir eu le courage de poursuivre le supplice jusqu'au bout"

On est deux :-D

En même temps je me demande pour quelle raison je me suis retrouvée à regarder cette émission idiote. Un assoupissement le doigt sur ma télécommande sans doute...

bernard petit b

C'est drôle, quand est paru ce post, j'ai pensé que ces méthodes étaient celles de la Stasi communiste de la RDA mais cette fois-ci au grand jour, en toute fierté.
Et voilà qu'on me parle maintenant de Wallraff que je devrais admirer.
Oui, je le lisais avec adoration quand j'étais communiste et après trente ans de reniement, je m'en mords toujours les doigts de toutes ces saloperies que justifiait la fin, le "bonheur" de l'Homme.

Giuseppe

@Tomas | 19 mars 2017 à 10:51
"Oui la fin du match hier était unique, je n'ai pas compris pourquoi l'arbitre n'a pas accordé un essai de pénalité au bout des cinq minutes."

Petite pose, j'espère que notre hôte ne nous en voudra pas.

Il y a la règle certes, mais dans l'air flottait quelque chose d'indéfinissable, d'incertain, cette photo pour exprimer cette rage de vaincre, l'arbitre l'a bien ressenti, pour vaincre il fallait franchir la ligne ainsi il n'y aurait ni battus ni frustrés, que des vainqueurs, dans les deux camps, ce qui fera l'histoire de ce match.
Que des gagnants, bravo l'arbitre ! Rare final exceptionnel.

@Claude Luçon | 19 mars 2017 à 10:03

J'ai fait une digression en pensant à vous d'ailleurs. Quand je parle de panorama je pense aussi à ce coureur cité par Tomas :

Bizarre, les bâtisseurs - foreurs compris - s'intéressent au rugby et au cyclisme, peut-être y a-t-il une raison ?

Bon, fin de l'interlude.

Noblejoué

"Quand les télévisions allemande et japonaise rapportent au sujet du même événement à Nice qu'un militant se juge "un peu raciste" et pour un autre que "les homosexuels c'est pas mon délire", elles en disent beaucoup mais sur un mode moins provocateur."

Il n'y a certes pas que le FN à inférioriser les homosexuels, les Noirs, et autres. Toute personne ressortissant d'une catégorie victime de préjugés doit se méfier DE TOUT LE MONDE.
Je pense notamment à des mineurs homosexuels chassés de chez eux par leurs parents. Ce n'est pas parce que la société est plus éclairée que toute la société l'est. Ce n'est pas parce que la droite cause valeurs familiales qu'elle ne videra pas l'inverti.
Je pense notamment à des gens ayant un peu de sang noir sans que cela se voie. Bref, méfiance ! Les gens ne sont même pas hypocrites, en général, ils ont un programme moral conforme à leur milieu, et un programme de comportement conforme à leur milieu. Les deux peuvent ne pas coïncider, d'où des je ne suis pas raciste mais mes enfants sont trop bien ou le partenaire trop mal pour eux, je respecte les personnes homosexuelles mais elles ne doivent pas avoir les mêmes droits que les autres.

Bref, s'il y a une insécurité économique et face aux voyous pour bien des gens, il y a une insécurité pour cause d'identité qui ne se relâche nulle part pour certains sauf dans leur communauté.
De deux choses l'une, soit on admet des gens à égalité, soit on accepte qu'ils se replient car il est une question à se poser :
Qui, ayant le choix, fera celui d'être une proie perpétuelle ?

Oui, pour la beauté de la discussion, on pourrait dire que les infériorisés ne sont pas des proies mais des combattants qui doivent faire réfléchir les autres. Faux ! Certains peuvent être des héros. Mais nul n'est infériorisé professionnel !

Contre la violence, des professionnels de la violence, armée, police, oeuvrent, contre l'insécurité économique, il y a des compensations économiques.
Contre l'infériorisation ?

Rien.
Je veux dire, rien d'UTILE. En interdisant aux gens à préjugés de les exprimer, on détruit la liberté d'expression, et pourquoi ? Faire passer les transgresseurs pour des héros.

Soit la société deviendra plus éclairée, et alors le problème sera résolu, soit les infériorisés se regrouperont entre eux. Entre les deux, les gens qui pourront dissimuler d'être des cibles le cacheront, du moins parfois. Ainsi, ils sauront le mal qu'on pense réellement d'eux, ainsi ils seront en congé de conflit.

A ce propos ! Le nom peut aussi être source de conflit. Par exemple, un nom juif. Vu comme les Juifs sont trop souvent considérés, il serait normal que l'on n'affiche pas son nom sur Internet, n'en déplaise aux maniaques de la transparence. Si certains sont attaqués parce qu'ils sont Noirs, et dans d'autres milieux, moins souvent, Jaunes, et encore moins, Blancs, le nom peut aussi être un signal déclenchant l'agression.

Si la liberté d'expression devrait impliquer qu'on laisse s'exprimer les préjugés, elle implique à plus forte raison qu'on laisse les gens se protéger contre leurs agresseurs potentiels par leur dissimulation.

Autre chose, on vote à bulletin secret... Serait-ce pour dire, sous son nom de famille, pour qui on vote ? Dans un contexte politique défavorable, on dissimule ses opinions. Mais on peut les exprimer ailleurs, par exemple, sur le net.

Le pseudonyme, pour cela et pour la réinvention de soi, est une chance. A chacun d'en être digne. Noblesse oblige, le pouvoir de se réinventer en est un qui a pour contrepartie la responsabilité.
Le pseudonyme est une renaissance. Voulons-nous renaître pour pourfendre l'erreur, défendre de nobles causes ou reproduire les comportements reptiliens qui sont notre être profond ?

Si par aventure, les histoires de réincarnation sont vraies, espérons que ceux qui atteignent le niveau divinité soient plus responsables que les gens à pseudonyme et plus justes que les brahmanes.
Et sinon ? Eh bien, cela expliquerait pourquoi rien ne va dans le monde, des gens étourdis par leur nouveau pouvoir le dirigeant.

@Achille | 19 mars 2017 à 08:43

D'accord avec vous.

@ jack | 19 mars 2017 à 15:31

Vous avez raison de dire que la lutte contre les préjugés compte plus que les méthodes sur le principe.
Mais tort si on prend un point de vue finaliste : les gens se mettent à rejeter ce genre de méthode aussi, ce qui est démontré ainsi est rejeté par l'opinion.

Comment le dire plus clairement ? Dans le procès, on rejette des preuves obtenues contre la loi.

A présent, l'opinion rejette, dans une certaine mesure, la caméra cachée... Je crois, un peu par peur d'être espionné, un peu parce que les gens pensent qu'on traite injustement le FN, un peu parce que certains sont d'accord avec les préjugés, un peu pour la liberté d'expression, un peu parce que les gens voudraient des débats de fond.

Bref.

Cependant, il ne faudrait pas jeter le bébé avec l'eau du bain et défendre à tout prix le secret des sources.

semtob

Cher Philippe,

Les caméras des tranchées sont parfois utiles !
Utilisées par les comiques, par les Elises, par les esgourdes mitterrandiennes ou hollandaises, par les taupes rouges, elles sont loin d'être nouveautés.
Il y aurait deux mesures de perversité dans l'utilisation de ces caméras ?
Il ne s'agit pas de sexe-tape à vous lire, mais bien d'enquêter par infiltration sur les qualités du vivre ensemble de certains politiques, d'enquêter sur les principes d'égalité, de fraternité et de liberté d'individus supposés en représenter d'autres.
Mais nous n'en sommes qu'à la préhistoire de cette surveillance, qu'au balbutiement de l'utilisation des techniques d'insectes caméras, de chiens infiltrés, de mulots fureteurs, de soutiens-gorge dotés d'intelligence artificielle, de jouets renifleurs.
Nous devrons faire un choix entre nos fixettes de liberté d'expression et nos libertés de vie privée.
françoise et karell Semtob

Philippe Dubois

Bonsoir

Ce qui me laisse pantois, c'est encore une fois le deux poids deux mesures.

Pour un reportage sur le FN ou sur une école catholique hors contrat que l'"on" soupçonne d'accointances idéologiques avec "l'extrême droite", tout est permis et même encouragé par la caste médiatique.

En revanche, Clément Weill-Raynal, le journaliste qui a révélé le scandale du mur des cons, a été sanctionné par France 3 (mis à pied) et il a été violemment attaqué par le syndicat CGT de France 3 et le syndicat national des journalistes.

Marcel Patoulatchi

Se pose effectivement la question de la loyauté du journaliste : ceci étant dit, ce n'est pas le premier reportage d'infiltration et la notion même ne me traumatise guère en général, si tant est qu'il est curieux de poursuivre une personne pour un propos, aussi lamentable soit-il, tenu en privé.

Pour le reste, vous savez bien, monsieur Bilger, que, pour de nombreuses raisons, il est utile de préserver son identité pour avoir la parole libre. Non pas qu'il faille se dissimuler pour diffamer, mais tout simplement parce que le propos tenu en son nom pourrait engager autrui, ce qui n'est pas toujours bon.
L'emploi d'un pseudonyme seul n'interdit pas la réplique.

Franck Boizard

Le parti pris journalistique éclate une fois de plus : pourquoi n'ont-ils pas fait la même chose à l'extrême gauche, où les propos anti-juifs sont monnaie courante ?

boureau

Bien sûr, cher P Bilger, que l'on peut s'indigner d'un tel manquement à la déontologie pour ce documentaire (sic).

Mais est-ce vraiment une surprise et une nouveauté ? Non !

Depuis que Marine Le Pen a été élue présidente du Front National c'est une véritable conspiration de fait de la presque totalité des journalistes contre ce parti.

C'est tellement bien porté dans cette profession ultra protégée d'effectuer des interviews qui s'apparentent plus à des mises en accusation systématiques qu'à des éclairages journalistiques...
Gare au journaliste qui se montre aimable ou simplement objectif, il est vite rappelé à l'ordre par la profession !

A l'exemple de Trump qui ne se laisse pas impressionner, il est temps que les politiques remettent à leur vraie place cette profession, généralement inculte, mal formée et outrageusement condescendante.

Aujourd'hui à France Info, les journalistes (sic) interrogeant Florian Philippot ont été odieux, indignes. Notamment Arnaud Leparmentier (Le Monde) et Nathalie Saint-Cricq (France 2). Heureusement Philippot a une maîtrise de lui à toute épreuve.

Rien de nouveau donc sous le soleil !

Cordialement.

Exilé

Un journaliste de C8, se faisant passer pour un militant du Front national, s'est servi d'une caméra cachée, durant deux mois, en immersion au sein du FN de la jeunesse de Nice.

Ce procédé qui - faut-il le rappeler - est contraire à la charte de déontologie des journalistes, a déjà été employé par un certain Pujadas qui, alors très jeune, avait adhéré au FNJ où il a même milité et collé des affiches, avant de publier dans le Nouvel Observateur, ce qui sera le point de départ de sa carrière, le discours « musclé » que le cadre du FN Martial Bild avait tenu aux jeunes gens du FNJ.

breizmabro

Caméra cachée pourquoi pas MAIS alors dans TOUS les partis (officiels ou pas) sinon c'est de la discrimination et je vais porter plainte.
Non mais !

jack

Oui, j'espère bien que ce reportage fera réfléchir quelques électeurs potentiels qui hésiteront en se demandant où ils risquaient réellement de mettre les pieds. On ne peut soutenir que l'emploi de la caméra cachée est uniquement réservé au FN. Il y a une multitude d'autres exemples.
Elle est utile en ce qu'elle révèle des réalités peu glorieuses, des évidences intentionnellement masquées, de belles façades dont les lézardes n’apparaissent pas au premier coup d'oeil.

Alors allons-y hardiment : une loi contre les caméras cachées et des sanctions à la clef. Mais il faudra aussi sanctionner les 'cachés' qui alimentent le Canard enchaîné, ceux qui font fuiter les PV des juges d'instruction... En résumé, il faut que toutes les sources soient identifiées et sanctionnées le cas échéant.

Attention, on tombe dans un travers, on est en train de faire le procès de la caméra cachée alors qu'il faut faire celui du néo-nazi négationniste et remercier la caméra cachée.

Paul Duret

Les médias font vraiment tout et n'importe quoi.
Hier, j'ai été surpris de constater que toutes les télés reprenaient le chiffre de 130 000 manifestants réunis autour de JL Mélenchon. C'est le chiffre officiel donné par les organisateurs de cette manifestation.
Aucune n'a laissé entendre que, comme pour les manifs de la CGT, il fallait peut-être diviser ce chiffre par dix.
Par contre, pour la dernière manif de Fillon au Trocadéro, on a eu droit aux chiffres de la police, à des enquêtes du Monde multipliant les m2 par un ratio de deux manifestants au m2, etc.
Il y a vraiment deux poids, deux mesures.

Mary Preud'homme

Hier à ONPC, caméra non cachée un grand bravo à Florian Philippot (représentant d'un parti qui m'est pourtant très éloigné) pour son calme et son excellente tenue face à un plateau entièrement hostile, notamment une Clémentine Célarié sectaire et méchante qui a refusé en préambule de lui serrer la main et s'est lancée par la suite dans une digression insipide (et dommage pour elle raciste, oui Madame) sur la couleur noire qui semblait seule l'obséder, de même qu'Isabelle Mergault, qui de mon point de vue exhibe un peu trop son enfant "noir" adoptif comme un trophée !
Sans parler de la hyène Ruquier qui semblait se régaler et d'un certain Ono-dit-Biot, journaliste écrivain, imbu de sa personne !

Concernant ensuite le porte-parole de Macron, à peine entendu ses premières phrases maladroites et empruntées, j'avoue ne pas avoir eu le courage de poursuivre le supplice jusqu'au bout.

Patrice Charoulet

@sbriglia

L'excellente émission de Philippe Meyer, sur France Culture le dimanche à onze heures, a beaucoup souffert de l'absence de Max Gallo (Parkinson oblige), de l'absence définitive de Jean-Louis Bourlanges (chassé) et de l'absence, momentanée je l'espère, du meilleur parleur de France actuel François Bujon de l'Estang.
L'émission se termine par des "brèves", on le sait.
L'émission de ce jour, par ces trois absences, devenue bien terne, a été sauvée, sbriglia, par cette brève inattendue, et qui ne manquera pas de vous réjouir : l'annonce de la parution, en collection "Bouquins", du troisième tome des oeuvres d'Alexandre Vialatte. Fin de la digression.

Lucile

“Si les hommes savaient ce qu’ils disent les uns des autres, il n’y aurait pas quatre amis dans le monde” (Blaise Pascal).

Tout n'est pas dit pour être publié, il arrive qu'on se défoule bêtement, et celui qui en profite pour vous discréditer définitivement est effectivement un pervers, un Iago manipulateur et pousse-au-crime. En politique, on pourra facilement couvrir de honte n'importe qui : tous les hommes politiques changent nécessairement leur façon de présenter les choses en fonction de leurs interlocuteurs, tous disent pis que pendre les uns des autres, tous se contredisent un jour ou l'autre, tous profitent de certains passe-droits plus ou moins autorisés par la loi, et font profiter leurs maîtresses ou leurs enfants des avantages dont ils jouissent, tous flattent plus ou moins leur électorat, tous piègent leurs rivaux, tous portent des vêtements onéreux, achetés, prêtés, ou offerts, et leurs femmes, qui fréquentent les défilés de grands couturiers, même s'ils sont de gauche, paradent dans des vêtements aux prix exorbitants (mais elles le font, bien entendu, pour la renommée de l'industrie française). Si en plus on écoute et on divulgue en se prenant pour un auxiliaire de la justice et du bon droit leurs apartés, en se prétendant l'ami de la justice, les dégâts sont assurés.

Le titre d'un article du Spectator m'a plu. Il dit qu'il n'est pas nécessaire d'être quelqu'un de bien pour faire le bien (You don't need to be good to do good). Il peut y avoir une sorte d'esthétisme ou de narcissisme, je ne sais pas, à cultiver une image de soi complètement ajustée à la morale et à la bien-pensance ; or seuls nos actes relèvent du domaine de l'éthique, alors que la statue que nous érigeons de nous-mêmes est fabriquée. On peut faire le bien sans être parfait, mais à l'inverse des gens considérés comme "bien" ne génèrent pas forcément du bien. C'est pourquoi je crains ces représentations politiques et ces faux débats et analyses bourrés de moraline qu'on nous donne à la télévision au moment des élections. Certaines personnes sont mieux rodées que d'autres au petit jeu qui consiste à se construire une symbole de citoyenneté exemplaire, et s'ils sont aidés par des journalistes qui amochent soigneusement celle de leurs opposants politiques, c'est la gloire assurée.

Ceux qui commencent le petit jeu consistant à traiter l'autre de "salaud", preuves douteuses à l'appui, met le doigt dans un engrenage infernal, ce sera rapidement à qui salit le plus l'autre. De façon moins basse, mais tout aussi gratuite, les accusations non justifiées pleuvent, "vous avez un discours très violent, untel est d'une violence inouïe, il est clivant". On en vient à considérer que celui qui ne partage pas les idées de tout le monde est violent et clivant, donc infréquentable et dangereux, et c'est le début de la fin de la démocratie. Il n'y a plus qu'à le mettre au ban de la société, et pourquoi pas lui chercher des poux pour que la justice le mette "en prison", satisfaction suprême. La foule fait son procès avec délectation et bonne conscience à la place de la justice, et son intimité, la moindre de ses paroles et de ses dépenses sont offertes en pâture à la dérision des pharisiens. Alors que pourtant, ce sont l'absence de débat et la tentation du parti unique qui nous entraînent vers la dictature.

À force de faux semblants et de critères de choix débiles, on en arrivera à ce que les élections soient gagnées par des idiots qui élisent des idiots, dans un pays qui renonce à la prospérité et à la vraie démocratie. Les media, si friands de pédagogie, devraient y réfléchir.

caroff

Le code de déontologie des journalistes adopté le 16 octobre 2013 précise dans ses articles un certain nombre de comportements licites ou illicites non dénués d'intérêt dans la période actuelle.

Qu'on en juge :

Art. 5 Les journalistes font clairement la distinction aux yeux du public entre les faits, les analyses et les opinions. Lorsqu’ils expriment leur propre opinion, ils le précisent. (A diffuser d'urgence à toutes les chaînes du service public de l'audiovisuel !!)

Art. 14 Les journalistes ne se comportent pas en auxiliaires de police ou d’autres services de sécurité. Ils ne sont tenus de leur transmettre que les éléments d’information déjà rendus publics dans leur média. (A diffuser à tous ceux qui ont raté leur vocation de flics : longue liste en perspective)

Art. 17 Les journalistes recourent à des méthodes loyales afin de recueillir et de traiter les informations, les photos, les images et les documents.
Sont notamment considérés comme méthodes déloyales la commission d’infractions pénales, la dissimulation de sa qualité de journaliste, la tromperie sur le but de son intervention, l’usage d’une fausse identité, l’enregistrement clandestin, la provocation, le chantage, le harcèlement, la rémunération des sources d’information…
Ces méthodes ne sont pas considérées comme déloyales lorsque toutes les conditions suivantes sont rencontrées :
- l’information recherchée est d’intérêt général et revêt de l’importance pour la société ;
- il est impossible de se procurer l’information par d’autres moyens ;
- les risques encourus par les journalistes et par des tiers restent proportionnés au résultat recherché ;
- les méthodes utilisées sont autorisées ou, le cas échéant, validées.

Chacun évaluera la pertinence de ces critères, mais pour ma part je rejoins notre hôte quand, ironiquement il suggère "qu'on utilise la caméra cachée dans toutes les structures partisanes, dans l'univers médiatique quand invités et journalistes se lâchent après les émissions, au sein de tous les groupes (...) derrière les verbes officiels et les propos convenus, sous les latitudes de droite et de gauche, des poisons se glissent."

De près ou de loin, beaucoup ici et ailleurs peuvent témoigner de la grande hypocrisie des cercles "vertueux".

sylvain

Vouloir supprimer le racisme, l'homophobie et l'islamophobie, c'est comme vouloir supprimer les guerres, les maladies, le mauvais temps ; il y a ceux (une très infime minorité, la Police de la Pensée veille) qui se déclarent ouvertement racistes homophobes islamophobes *, et ceux en très grand nombre et en bons faux derches qui clament haut et fort qu'ils sont tout d'abord "de gauche", ça fait mieux, antiracistes anti-homophobes et anti-islamophobes et bien entendu anti-FN, comme tous ces faux culs qui défilent chez Ruquier mais déménagent dès qu'un de ceux qu'ils défendent démagogiquement viennent s'installer sur leur même palier d'immeuble ; l'humanisme c'est bien mais chez les autres, "pas d'ça chez moi" ! attitude très en vogue chez les gauchiasses héritiers de la Stasi, friands des méthodes délétères de ces caméras cachées.

* Tout le monde n'a pas la même chance que moi : blanc , hétéro, chrétien, je compatis...

Tomas

Pas d'accord.

Le procédé n'est pas nouveau, que l'on se rappelle du livre "Tête de Turc" du journaliste allemand Günter Wallraff. Déontologiquement il est un peu tiré par les cheveux, mais il a le mérite de présenter des hommes et des militants politiques sous leur vrai jour, loin de leur discours formaté par les caméras. Quant au témoignage anonyme, c'est, là aussi, vieux comme le monde et cela répond à la simple nécessité de la protection du témoin.

Si tous les reportages sur les partis politiques se contentaient de recueillir la parole de militants identifiés et les déclarations des leaders des partis sur les plateaux télévisés, nous en saurions encore moins sur la réalité des coulisses de la politique, déjà que nous ne savons pas grand-chose. Qui est choqué par les témoignages non nommés cités dans les grands journaux nationaux depuis toujours ? Personne. Alors pourquoi pousser les hauts cris quand un repenti du FN préfère s'exprimer de manière anonyme pour éviter des représailles physiques de la part de ses anciens camarades ?

A titre personnel, je suis opposé à la pénalisation de la négation de la vérité historique et donc au délit de négationnisme, pensant que toutes les opinions doivent pouvoir s'exprimer, y compris les plus scandaleuses, aux lecteurs de faire leur choix ensuite. Il n'est pas interdit de dire que la terre est plate, pourtant peu de gens croient ceux qui l'affirment ! Mais je n'en pense pas moins que tenir des propos négationnistes est honteux, et ces reportages ont le mérite d'éclairer le public sur la vraie nature d'un parti qui prétend nous gouverner.
Le FN a entrepris depuis l'arrivée de Mme Le Pen a sa tête une entreprise de "dédiabolisation" incarnée par M. Philippot, preuve est une fois de plus faite que les cadres du parti restent toujours d'indécrottables fascistes vouant un culte à Hitler, à la violence, et détestant les Juifs en plus des immigrés d'origine africaine. Ce parti n'est pas comme les autres, il constitue un danger pour la démocratie, et ces séquences sont bienvenues pour le rappeler.

Aux électeurs de faire leur choix ensuite en toute connaissance de cause, ils ont désormais tous les éléments d'information pour le faire.

@ Claude Luçon

Haineux pas du tout, indigné parfois oui, réagissant à chaud trop souvent, on ne se refait pas.
Quant à débattre à Internet, pour moi c'est ici et pas ailleurs !

Oui la fin du match hier était unique, je n'ai pas compris pourquoi l'arbitre n'a pas accordé un essai de pénalité au bout des cinq minutes.

Et rendons hommage à Roger Pingeon, vainqueur du Tour 1967, qui a quitté aujourd'hui cette vallée de larmes !

Garry Gaspary

Ah ben ça, c'est sûr que ce n'est pas en cherchant à démontrer que le FN reste un parti antisémite qu'on réussira à faire en sorte que les beaufs arrêtent de le soutenir.

Et à votre décharge, un journaliste n'a effectivement pas besoin de se planquer sous une fausse identité pour vous lire, évoquant les Noirs quand ils étaient traités de Bamboula.

@ Marc GHINSBERG

Je ne suis pas là pour être courtois avec vous ou avec n'importe qui d'autre ici. Je ne suis pas là pour vous connaître, pour vous raconter ma vie, pour que nous devenions amis, et que nous passions nos prochaines vacances ensemble, voire plus si affinités.

Je suis là uniquement en tant que citoyen dont vous n'avez qu'à connaître la parole. Et si cette parole doit faire violence à votre "morale chrétienne" à deux balles pour la confronter à la réalité et de la morale et de la chrétienté, elle n'hésitera pas à le faire, juste parce qu'elle doit le faire. Par contre, jamais elle ne vous insultera, jamais elle ne vous abaissera plus bas que vous ne l'êtes, ni, d'ailleurs, ne vous élèvera plus haut. Toute parole publique doit prendre l'autre tel qu'il apparaît publiquement et mépriser ce qui est méprisable dans le cadre public.

Il n'y a, dans l'échange politique, aucun respect plus fort, aucun devoir plus prioritaire que celui de la citoyenneté.

Michel Deluré

Ces procédés lâches sont répugnants, déshonorants et indignes d'une société démocratique. Ils vont à l'encontre même des principes qu'ils prétendent défendre.
Je ne peux que partager votre point de vue, Philippe Bilger, et m'associer aux commentaires de Marc GHINSBERG, Patrice Charoulet, Achille, Bernard qui m'ont précédé, pour marquer ma profonde réprobation à l'égard de telles pratiques.

olivier seutet

Pour mieux débusquer le diable (ou du moins ce qu’il définit comme tel), le journaliste vole, ou achète des documents protégés par le secret de l’instruction, le secret professionnel, l’intimité des familles ; il en est fier et s’abrite derrière la protection des sources pour s’absoudre de son forfait. Afin de clouer au pilori la fachosphère, la réaction, ou toute autre opinion qui lui donne de l’eczéma, il s’arme de caméra cachée, de micro dissimulé, de toutes sortes de gadgets électroniques afin d’arracher à ceux qu’il range parmi les individus coupables, des aveux qu’ils n’ont jamais voulu rendre publics ; il croit servir la liberté, la transparence, et n’est que le sicaire de l’interdiction de penser.

Ce sont les mêmes qui hurlent dans les micros leur soif de vérité ; ils la massacrent par leurs méthodes, ils la piétinent dans leurs écrits et leurs paroles. Ces ascètes de la transparence, ces parangons de l’honnêteté, de la vertu (la républicaine seulement), ces contempteurs du mensonge, se permettent d’utiliser les moyens les plus déloyaux pour mieux assassiner leurs ennemis.

Il faut les dépouiller de ce titre de journaliste. Ils ne méritent que le nom de chiftir, de broc, de fripier : tous ceux qui viennent trier dans les poubelles pour en tirer quelque ordure à revendre.

Marc GHINSBERG

Aux caméras cachées il faut ajouter les appareils photos cachés. On ne peut condamner ce type de reportage sans s’indigner des procédés des paparazzis et des photos volées. C’est pourquoi j’ai toujours trouvé une contradiction, cher Philippe, dans votre attitude à l’égard de Closer et notamment dans l’affaire dite du scooter de François Hollande.

Claude Luçon

Voilà un texte à encadrer et afficher dans toutes les rédactions de France.

Espionnage, Délation, Détruire sont devenus la règle dans les médias.
L'esprit de la cinquième colonne teutonne des années trente a fait école dans le journalisme.
Pas que chez nous d'ailleurs, les Britanniques ont un talent particulier dans ce domaine.
Le mal que fait cette corporation, incapable d'appliquer un minimum de déontologie chez elle, est d'autant plus idiot que les retours de bâton font qu'elle est encore plus discréditée que celle des politiciens.
Vont-ils un jour s'en rendre compte et mettre de l'ordre dans leur boutique ?

Puis-je suggérer à Philippe qu'il mette en évidence sur son blog un résumé ou un condensé de ce qu'il écrit :
"J'éprouve une sainte horreur à l'égard de tous ceux qui sur mon blog se cachent pour insulter à loisir en empêchant ainsi toute réplique."
On peut comprendre ceux qui se cachent par crainte de représailles extérieures au blog, mais pas ceux qui en profite pour "insulter à loisir" !
Sur ce blog critiquer, débattre sont nécessaires, c'est clairement son but !
Insulter n'y a pas sa place.
Partout ailleurs bien des commentaires lus ici seraient "modérés".
Un des grands intérêts de ce blog est qu'on y rencontre tous les aspects de notre société et pouvons débattre sans limites ; soyons ironiques, moqueurs, provocateurs même, mais restons courtois, c'est le minimum que nous devons à nos hôtes.

@ Tomas | 18 mars 2017 à 20:5

A propos de ce texte, vous m'écriviez hier :
"Quant à Marchenoir, il ne se calmera pas, la haine grinçante est son fonds de commerce et Internet est son seul domaine !"

Il me semble que ce soit aussi votre cas Tomas !
Vous devez être d'origine anglaise, comme eux vous roulez du mauvais côté.
Dans votre logique, vous devriez lire ce qu'écrit E. Lévy de gauche à droite, pas dans l'autre sens.

PS : Ceci dit, entre fans de rugby, quel match étonnant hier ! L'arbitre anglais avait dû être impressionné par la beauté de la Princesse de Galles et cherchait à tout prix à lui donner la victoire comme cadeau. Ce sont les Bleus qui ont manqué de courtoisie en insistant pour gagner en avançant d'un pied (l'unité de mesure) pendant vingt minutes.

calamity jane

"Ce n'est pas sans raison que j'éprouve une sainte horreur à l'égard de tous ceux qui sur mon blog ou Twitter se cachent pour insulter à loisir empêchant toute réplique"...

Heureusement que vous êtes lucide "insulter à loisir empêchant toute réplique". Ce qui induit pour les anonymes qui le sont pour des raisons valables et qui le restent, de prendre des décisions comme moins intervenir ou bien se museler pour écrire.

"Les délateurs anonymes qui, en matière judiciaire s'épanchent sans risque sont à mon sens une plaie"

Comment peut être détourné un sens démocratique. Laisser penser que la délation est un pouvoir.

Tipaza

Allons bon, de Marc à Patrice, et d’autres probablement, voilà que les pseudophobes se déchaînent à nouveau sur le blog.

Avez-vous remarqué combien ce néologisme parfaitement correct sur le plan grammatical peut contenir d’ambiguïtés ?

Est-ce le pseudo ou le phobe qui l’emporte ?
Un pseudophobe est-il plus phobe donc hostile ou pseudo donc faussement hostile ? Mystère de la langue, et révélateur aussi de l’ambiguïté du pseudo qui peut être une forme de poésie, quand il est bien choisi, ou une forme de masque quand il sert à se dissimuler et même là il est ambigu.

Il en est du pseudo comme du masque, il peut être agréable, tout dépend où on le trouve et de quelle façon il se comporte.
Les masques de Venise, pour les avoir souvent fréquentés, sont bien plaisants et aimables. Les masques de tueurs le sont moins !

Mais le pseudo peut prendre des formes plus hypocrites, celles de la transparence faussement assumée. Lorsqu’un politique se lance dans des déclarations incendiaires en off avec des journalistes, il s’agit bien là d’une forme de masque affiché, qui dit ce qu’il ne pourrait pas dire sans le masque du off, tout en le disant.

Messieurs les pseudophobes, ne critiquez pas trop les pseudos, c’est peut-être par une trop grande modestie qu’ils sont pseudos.

Bon voilà, c’était l’éloge du pseudo le dimanche matin.

Sinon, je suis absolument contre le masque de la caméra cachée qui est un viol de l’intimité.
« Liberté d’expression, que de viols on commet en ton nom », pourrait-on dire en paraphrasant une jeune femme charmante que l’on allait guillotiner.

Achille

« Ce n'est pas sans raison que j'éprouve une sainte horreur à l'égard de tous ceux qui sur mon blog ou Twitter se cachent pour insulter à loisir en empêchant ainsi toute réplique. La différence est mince entre la dissimulation d'une caméra et celle de son identité. Les délateurs anonymes qui, en matière judiciaire aussi, s'épanchent sans risque sont à mon sens une plaie. »

Soyons clair, Philippe Bilger, car certains ici n’ont pas l’air d’avoir compris.

Ceux que vous incriminez sont les intervenants qui ont communiqué une fausse adresse e-mail, vous empêchant ainsi de leur répondre personnellement et pas du tout ceux qui ont fait le choix d’un pseudo mais qui vous ont communiqué leur vraie adresse e-mail, comme vous me l'avez confirmé.

Vous connaissez donc parfaitement l’identité de ces personnes et le fait que les autres intervenants de votre blog l’ignorent est totalement secondaire dans la mesure où ils n’assument en rien la responsabilité des propos qui y sont tenus.

Par pitié, ne retournons pas dans cette guéguerre stupide des pro et anti-pseudos !

Bernard

Tout à fait d'accord avec vous. Ce genre de reportage en dit plus sur son auteur que sur son sujet.

Achille

Bonjour,

La caméra cachée a connu ses heures de gloire dans les années 60-70 avec la célèbre émission "La caméra invisible" animée par Jacques Rouland et Jacques Legras. L’objectif était de faire rire et les victimes du traquenard le prenaient plutôt bien.

Ensuite ce procédé a été utilisé pour montrer au public des situations scandaleuses des comportements inadmissibles dans certains établissements : hôpitaux, maisons de retraite à bas coût, abattoirs, élevages de volailles et de bétail en batterie, qui n’auraient jamais pu être mis en évidence sans ce moyen d’investigation.
L’objectif était de sensibiliser le public et d’y mettre fin.

Tout naturellement, vu l’efficacité de ce procédé intrusif qui a largement fait ses preuves, certains journalistes pas très scrupuleux l’utilisent aujourd'hui dans des opérations visant à nuire à un parti ou un candidat. Et bien sûr le meilleur moment est à la veille d’une campagne électorale majeure, la présidentielle en particulier.

Le FN est évidemment la cible idéale pour ce genre d’opération.
Certes Marine Le Pen, aidée en cela par Florian Philippot, a énormément œuvré pour dédiaboliser le parti et lui redonner une respectabilité mise à mal par les nombreux dérapages de certains de ses membres, à commencer par son propre fondateur, sur les communautés juive, arabe, homosexuelle. Mais il est difficile d’empêcher certains propos tenus quand on se croit à l’abri des micros et caméras indiscrets, propos que, bien sûr, on ne tiendrait jamais en public.

Ce genre de procédé qui veut trop prouver, finit par devenir contre-productif car désapprouvé par nombre de citoyens qui commencent à en avoir plus qu’assez de ces écoutes et vidéos qui confinent à entretenir un voyeurisme malsain.
On a pu le voir avec Donald Trump qui malgré les torrents de boue qui ont été déversés sur sa personne a fini malgré tout par être élu.

Patrice Charoulet

@Marc GHINSBERG

En désaccord sur tout en matière politique, je partage complètement votre sentiment sur "les courageux anonymes qui manient l'insulte et l'invective en toute impunité", ici et ailleurs.

Marc GHINSBERG

J’approuve votre propos cher Philippe. J’éprouve comme vous une profonde répugnance pour ces procédés qui consistent à avancer masqué. Il y a dans les paroles, les prises de positions, les actes publics des personnalités politiques suffisamment de matière pour se faire une opinion sur ce qu’ils font et sur ce qu’ils sont. Que le législateur impose par ailleurs des obligations (déclarations de patrimoines, d’intérêts…) pour s’assurer qu’ils ne dissimulent pas des comportements répréhensibles ou des pratiques illégales.
De la même manière je déteste les courageux anonymes qui manient l’insulte et l’invective en toute impunité. Planqués derrière leur pseudo ils osent tout, comme dirait Michel Audiard.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS