« Il ne faut pas le faire Vallser ! | Accueil | Edouard Philippe : un homme-frontière »

14 mai 2017

Commentaires

Noblejoué

@ Exilé
"Quel beau développement que celui fait sur un tas de cadavres..."

Quel tas de cadavres ?

Si les gens étaient chastes... ou s'ils optent pour la stérilisation, la pilule ou autre, certes, il y aura des gens en moins mais aucun humain n'aura été tué alors je ne vois pas quel cadavre, et a fortiori, quel TAS aura été produit.

Vous connaissez la différence entre ne pas se reproduire et tuer ? Entre le réel il y a tel nombre d'habitants, et le virtuel, il pourrait y en avoir tant ?

Non. Quelle confusion mentale...

@ Tomas
"D'ailleurs voilà une excellente source d'économie pour notre nouveau gouvernement, tiens : réduire les allocations familiales."

Cela se ferait au détriment des enfants. On n'a pas à les punir de l'irresponsabilité de leurs parents. C'est, d'abord, injuste, et de plus, double peine : on ne se relève jamais d'avoir de mauvais parents, de toute façon.

Bien des gens font n'importe quoi avec les enfants : certains se reproduisent qui devraient s'abstenir, d'autres en punissent les enfants.

Exilé

@Noblejoué
Les méthodes que vous évoquez n'éradiquent pas les peuples, elles leur permettent de prendre en main leur développement.

Ah bon ?
Savez-vous faire une soustraction entre avant et après ?
Quel beau développement que celui fait sur un tas de cadavres...
C'est probablement ce que d'aucuns appellent sans rire faire preuve d'humanisme.

Aliocha

A propos de dandysme :
Le génie n'est que l'enfance nettement formulée, comme la beauté n'est que la promesse du bonheur.
(Variations vespérales d'un autre grand Charles)

Tomas

@ Exilé

Il ne faut pas confondre "promotion du planning familial" avec "génocide" ! Le document que vous nous mettez est une stratégie de coopération visant à la réduction des naissances pour éviter justement cette surpopulation qui est la cause de certains génocides.

Pour le reste il m'étonnerait fort que de tels propos soient prononcés à tire officiel ou devant des gens susceptibles de vendre la mèche aux médias.

Il n'est pas faux de dire que le monde est surpeuplé ou le sera bientôt. D'ailleurs voilà une excellente source d'économie pour notre nouveau gouvernement, tiens : réduire les allocations familiales.

Savonarole

@caroff
@ P.Charoulet

Nos politiques s'habillent chez PFG ( Pompes Funèbres Générales).
Quel que soit le prix du costume ils sont tristes à périr.
Macron s'habille chez Kooples, des fringues pour adolescents, il devrait au moins prendre sa taille, il a l'air d'un collégien fauché à une première communion à Saint-Nicolas-du-Chardonnet.

Toujours consulter le site "Savoir vivre ou mourir", Rubrique élégance.

http://francois.darbonneau.free.fr/index2.html

Noblejoué

@ Exilé
"Bien entendu, l'appel à un génocide violent au terme où nous l'entendons n'est pas mentionné noir sur blanc, mais la plupart du temps d'autres méthodes sont évoquées (contraception, stérilisation, avortement, contre chantage à l'aide au développement), ce qui revient au final au même."

Les méthodes que vous évoquez n'éradiquent pas les peuples, elles leur permettent de prendre en main leur développement.
Cependant, il est vrai que le chantage est mauvais, et de plus : contre-productif.

Que voulez-vous ? Certains font des excès de zèle, comme vous des surinterprétations.

Si je voulais que des génocides prolifèrent, je pousserais plutôt les pauvres à continuer à se multiplier. Et je peux vous garantir qu'il y aurait sans doute d'autres Rwanda, car mêmes causes, mêmes effets. En fait, il est facile de pousser le monde dans le gouffre comme un homme penché sur un pont, d'une tape discrète.
Dans le cas d'encourager dans l'erreur, démographique, complotiste, ou tant d'autres, on est applaudi !

J'ai toujours dit que le crime parfait était collectif.

Je sais pourquoi les petits hommes verts ne viennent pas en conférence de presse : surtout ne pas modifier la culture humaine, nous sommes trop parfaits à surtout ne pas vouloir prévenir plutôt que guérir. Pour nous, c'est tragique, mais du point de vue de spectateurs, certainement, comique.

Exilé

@finch
On peut trouver un discours excellent et n'être pas partisan de celui qui le tient.

Peu importe l'esprit partisan.
Pourrions-nous trouver excellent un discours déclamé dans un français remarquable (simple supposition) qui sur le fond serait une véritable injure aux auditeurs que nous serions ?

Eh bien, le discours tenu par M.Macron - mais qui aurait pu tout aussi bien être tenu par un de ses clones de la fausse droite - contient divers points qui sont de véritables provocations pour des millions de Français exposés à la vie réelle, complètement différente de l'image qui ressort de sa logorrhée truffée de formules stéréotypées.

Robert Marchenoir

@ caroff | 16 mai 2017 à 09:53
"Figurez-vous que je suis (j'étais) client de ce tailleur depuis plus de 25 ans. La qualité et la coupe des costumes et blazers étant inégales et le positionnement très haut de la poche portefeuille droite étant malcommode j'ai décidé de ne pas poursuivre."

Ah. Voilà enfin un homme qui sait de quoi il parle. La poche portefeuille mal placée, c'est rédhibitoire. Cela dit, les politiciens s'en moquent. Ils ne payent jamais rien.

@ Patrice Charoulet | 16 mai 2017 à 11:54
"Je comprends, en vous lisant, que vous recourez à des tailleurs et que vous vous habillez sur-mesure."

Mon pauvre ami, si vous saviez...

Exilé

@Robert Marchenoir
En quoi a donc consisté cette théorie du génocide bienveillant ?

L'expression « benevolent genocide » a été employée par Henry Kissinger (Bilderberg).
Il existe dans le monde des cercles qui sont préoccupés par la surpopulation mondiale et qui étudient les problèmes économiques et autres que cette situation entraîne, ainsi que les solutions qui devraient être apportées à ce « problème » selon eux.

Pour répondre à votre question, ils existe au moins une organisation gouvernementale étasunienne qui traite de cette question, à savoir l'OPA (Office of Population Affairs) dépendant du State Department.
Il existe des documents déclassifiés évoquant le « dépeuplement » (depopulation) que vous pourrez trouver vous-même.
Un des plus connus est le suivant, dit « The Kissinger Report » :
http://pdf.usaid.gov/pdf_docs/Pcaab500.pdf
« Le dépeuplement est l'axe prioritaire de la politique étrangère américaine dans les pays du Tiers-monde »

Vous pouvez aussi lancer une recherche sur « Global 2000 Report ».

Bien entendu, l'appel à un génocide violent au terme où nous l'entendons n'est pas mentionné noir sur blanc, mais la plupart du temps d'autres méthodes sont évoquées (contraception, stérilisation, avortement, contre chantage à l'aide au développement), ce qui revient au final au même.
En pratique, ce dépeuplement, visant principalement les pays du Tiers-Monde, est mené sous la couverture d'ONG « philanthropiques » ou « humanitaires », comme celle relevant d'un célèbre milliardaire et de son épouse, bien que Trump semble y avoir mis le holà.

Vous devriez lancer aussi une recherche sur les propos que Thomas Ferguson, un membre de l'OPA, a pu tenir, par exemple :
« The quickest way to reduce population is through famine, like in Africa or through disease like the Black Death »

Le même a reconnu que des guerres civiles - comme celle du Salvador - ont pu entrer dans ce plan de « dépeuplement».
D'autres citations de ce monsieur figurent dans l'ouvrage suivant, accessible depuis Google :
Behold a Pale Horse, William Cooper, Light Technology Publishing, 2012

Concernant la note destinée à Nixon, je reconnais une erreur de datation, en 1975 le président étasunien était Gerald Ford.
Mais cela ne change rien sur le fond.

Patrice Charoulet

@caroff et Robert Marchenoir

Je comprends, en vous lisant, que vous recourez à des tailleurs et que vous vous habillez sur-mesure.
Mes revenus modestes ne me le permettent pas. Sans m'habiller chez Tati, n'étant pas en surpoids, je peux me permettre de m'habiller sans qu'on ait à prendre mes mesures, pour des sommes assez raisonnables.
Au surplus, dans ma modeste sous-préfecture, les seules personnes qui portent des costumes et des cravates, en marchant dans la rue, sont des employés de banque.

Giuseppe

@fugace | 15 mai 2017 à 15:11

Il lui arrive de dire braves gens mais il est vrai qu'en meeting, "les gens", qui embrasse tout le monde.

Humiliant sans aucun doute, derrière, ce qu'il entendait c'est que la formation est un élément clé et salvateur ; par illettré, je crois me souvenir, il entendait une carence scolaire générale à refonder... Mais vraiment très très maladroit, il retient les leçons.

Régis ANTOINE

@Mary Preud'homme | 16 mai 2017 à 09:20

Incapable d’argumenter sérieusement vous n’avez d’autre ressource que de vous réfugier dans l’injure et les accusations fantaisistes.
Je vous mets au défi de citer un exemple de mes prétendus mensonges, caricatures ou déformations.
Je suis sûr que vous serez incapable de relever ce défi (sauf peut-être par d’autres injures ou recours à des sites conspirationnistes).

J’avais dit précédemment que vous seriez incapable de produire la moindre source sérieuse accréditant votre thèse farfelue selon laquelle la phrase "I have never been actually his assistant or anything like that. I don't deal with his communication" signifiait « c'est-à-dire travaillant, réellement, au Parlement ». Vous en avez effectivement été incapable.
Pour ma part les critiques que je peux formuler à propos de vos écrits sont toujours argumentées. Par exemple quand vous prétendez que Macron a été banquier à la City ou encore que la banque d’Angleterre appartient à Rothschild (voir ici http://bit.ly/2qqNj4d et là http://bit.ly/2rl8OCH ), c’est de manière parfaitement argumentée que j’établis le caractère totalement fantaisiste de votre propos (voir http://bit.ly/2pHtfth ).

caroff

@Robert Marchenoir
"Remarquez que je ne m'habille pas en Jonas & Cie, moi. Si ça se trouve, ses frusques partent en lambeaux après trois nettoyages (quoique j'en doute, vu les exigences de ses clients)."

Figurez-vous que je suis (j'étais) client de ce tailleur depuis plus de 25 ans.

La qualité et la coupe des costumes et blazers étant inégales et le positionnement très haut de la poche portefeuille droite étant malcommode j'ai décidé de ne pas poursuivre.
Le patron signale que situé non loin du palais Brongniart, il a toujours eu des clients venus du monde des affaires...

finch

@ Exilé | 15 mai 2017 à 14:41, à propos de votre commentaire sur le discours tenu par Macron au palais de l'Elysée lors de la cérémonie d'investiture.

On peut trouver un discours excellent et n'être pas partisan de celui qui le tient. Filloniste, devenu LRiste, et partisan d'une cohabitation aux législatives, je comprends votre déception. On peut critiquer n'importe quel discours, en scruter le déroulé à la loupe et émettre, sans fin, des attaques et procès en mauvais dessein.
Si la droite républicaine devient majoritaire à l'Assemblée nationale, la France ne sera pas condamnée à cinq ans de travaux forcés.

Mary Preud'homme

@Régis ANTOINE | 16 mai 2017 à 00:38

On ne discute pas avec quelqu'un qui ment pathologiquement, caricature et déforme les faits ou les phrases et prend un plaisir pervers à manipuler le monde. Chacun ici a pu lire (en suivant les différents fils) ce que j'ai "réellement" écrit...
Allez vous faire soigner.

Robert Marchenoir

@Exilé | 15 mai 2017 à 11:02
"Cela nous fait immédiatement penser à cette théorie du génocide bienveillant développée par certains cercles d'influence mondialistes pour résoudre par les famines, les guerres ou par les stérilisations forcées les problèmes liés à la croissance démographique."

"Cette théorie du génocide bienveillant a été évoquée par Henry Kissinger dans une note destinée au président Nixon le 17 octobre 1975 et a fait l'objet d'études dans divers cercles gouvernementaux étasuniens dès les années soixante."

Ah booon ?... Mais c'est passionnant, dites-moi ! Pouvez-vous nous en dire un peu plus ? En quoi a donc consisté cette théorie du génocide bienveillant ? Qui devait procéder au génocide ? Et qui devait en être la victime ? Pourquoi ? Et comment ?

Et qui donc l'a fait échouer ? Avec ses petits bras musclés ? Car il n'y a pas eu de génocide depuis 1975, à ma connaissance, sauf celui du Rwanda, et si l'on veut celui perpétré par les Khmers Rouges... Mais ils étaient bienveillants ? Vous en êtes sûr ?

En tout état de cause, vous semblez être détenteur d'informations sensationnelles ! Avez-vous la fameuse note ? Pourriez-vous nous la copier-coller ? En tout cas, vous avez la date exacte, c'est tout à fait impressionnant ! Vous mettez toujours la date, lorsque vous évoquez un document vieux de quarante ans ? Je veux dire, la date au jour près ? Quel archiviste ! Quel puits de science !

A défaut, vous pourriez peut-être nous aiguiller vers une bibliothèque, un ouvrage savant, un institut d'archives, une thèse en trois volumes, enfin quelque chose qui nous aiderait à nous hisser à votre niveau de connaissances sur la politique américaine ?

Et dites-moi, quels sont ces "cercles gouvernementaux étasuniens" qui se sont penchés sur cette note ? Parce que le 17 octobre 1975, c'est foutrement précis, mais "divers cercles gouvernementaux étasuniens", c'est remarquablement vague... Quant à "étudier une note", pour un "cercle gouvernemental américain" (et même "étasunien"), je ne sais pas trop ce que cela peut bien vouloir dire...

Enfin, comprenez que vous ne pouvez rester plus longtemps silencieux face à une bombe pareille. Vous devez parler. Je vous en conjure. Quels que soient les risques qui pèsent sur vous, les conséquences de votre silence sur l'humanité seraient trop graves.

Régis ANTOINE

@boureau | 15 mai 2017 à 11:55

D’accord avec vous sur les multiples traductions pour "actually" en fonction du contexte. Mais la forme « réellement, au Parlement », il n’y a que chez Mary Preud’homme qu’on retrouve ça.
Il faut dire que c’est la même Mary Preud’homme qui prétend que Macron a été banquier à la City ou encore que la banque d’Angleterre appartient à Rothschild.
À côté de ces énormités, sa traduction fantaisiste de l’adverbe actually n’est qu’une peccadille.

Mary Preud'homme

@boureau | 15 mai 2017 à 11:55

Tout cela a déjà été dit et expliqué et rapporté des dizaines de fois en tenant compte du contexte de cette interview en anglais, y compris par Mme Fillon dont le mari venait d'être nommé Premier ministre. Mais comme Régisse veut à tout prix la peau de Penelope, il fait celui qui ne comprend pas et ressasse toujours les mêmes aigreurs, à moins qu'il soit vraiment bouché à l'émeri.

Robert Marchenoir

Continuons à parler chiffons, puisque tout cela a commencé par une pénible histoire de costumes qui nous fut imposée. Après tout, même dans les détails les plus futiles peut se trouver quelque vérité.

Nous apprenons donc que Macron (au nom de textile prédestiné) se fournit en costumes (qui ne sont certainement pas en Dacron) chez Jonas & Cie, rue d'Aboukir à Paris.

C'est intéressant, parce que c'est un marqueur de génération, comme disent les cuistres. Jonas & Cie, c'est un marchand de vêtements qui a fait l'objet de nombreux articles sur le thème "le luxe à prix malin". C'est de la demi-mesure (l'équivalent du sur-mesure mais pour les gens normaux, ceux qui ne sont pas millionnaires), pour moins cher que le prêt-à-porter.

C'est censé être de la bonne came, du beau tissu italien, on n'est pas dans la Foirfouille à Tati (qui vient de faire faillite, d'ailleurs). On n'est pas non plus dans le snob vieille Frônce et ses costumes à 6500 euros chez Arnys (suivez mon regard).

C'est toutefois suffisamment exclusif ("qualitatif", comme disent les illettrés) pour flatter son homme : la boutique n'a pas de devanture, il faut monter à l'étage. Le monsieur fait inonder les gazettes d'articles prétendant "qu'on se transmet l'adresse sous le manteau", et, effectivement, il semble bien que l'établissement fut fréquenté par un certain nombre de hiérarques socialistes avant l'élection du président Nylon Macron.

Double frisson contradictoire, pour le bobo de base : je me fais faire mes costumes sur mesure (donc j'intègre la classe des gros richards que j'exècre), mais la boutique que j'ai choisie m'exonère de mes péchés, puisqu'elle est adoubée par la crème socialiste. Et que celle-ci vante l'endroit justement parce qu'il est bon marché.

Et cependant, je peux me vanter dans les dîners en ville de fréquenter le tailleur secret de Cazeneuve.

En somme, nous avons là les mêmes ingrédients que l'on retrouve dans Free, lorsqu'il vous offre la fibre et le téléphone illimité pour moins cher que les offres bas de gamme de ses concurrents. Ou dans les banques en ligne, qui vous offrent un compte gratuit avec une carte de crédit Gold, là où les banques traditionnelles (issues de l'Etat fort et stratège) vous font payer les yeux de la tête pour beaucoup moins. Ou chez Uber, qui vous offre des taxis disponibles, confortables et (comble du luxe) aimables, pour nettement moins cher que les taxis de la France corporatiste du "on a toujours fait comme ça et y'a pas d'raison qu'ça change puisque chez nous c'est comme ça qu'on fait (et les étrangers, on les emmerde)".

En somme, Emmanuel Macron s'est fait tailler un somptueux costume "ultra-libéral". Quatre cent cinquante euros pour un costume sur mesure en beau tissu (prix annoncé par Macron Corp.), 350 euros (prix affiché en boutique), ça ne devrait pas exister, ça ne devrait pas être permis.

C'est du moins ce que nous expliquent les "ouvriers", les paysanistes, ceux qui ne comprennent pas, ceux qui prétendent obliger les autres à payer leur nourriture plus cher pour les punir, pour qu'ils le sentent passer, parce qu'il faut qu'ils en bavent.

Remarquez que je ne m'habille pas en Jonas & Cie, moi. Si ça se trouve, ses frusques partent en lambeaux après trois nettoyages (quoique j'en doute, vu les exigences de ses clients). Ou il les fait coudre par des illégaux éthiopiens dans la cave de son boui-boui parisien. On ne sait jamais, avec ces Juifs.

Toujours est-il que Macron, avec ses costumes à 350 balles, donne un sérieux coup de vieux à ses prédécesseurs de la France moisie (si je puis me permettre).

Solon

@Claude Luçon
"C'était beau, c'était digne, un vrai sacre..."

Sauf que... j'ai cru constater que, sur les trottoirs des Champs, les rangs étaient clairsemés pendant la montée du véhicule du néo-Bonaparte. La faute à la pluie, ou au manque d’enthousiasme des foules ? Nous, le peuple... on serait dubitatif malgré l'insistance des médias ?

Xavier Nebout

La Constitution véritable :

art 1 : En France, il y a les vrais Français qui adhérent aux valeurs de la République, et ceux qui sont réputés ne pas y adhérer et donc Français par tolérance.

art 2 : Les francs-maçons déterminent quelles sont les valeurs de la République.



Robert

Je considère que nous retrouvons enfin un président qui a le sens de l'Etat et de sa fonction représentative de tous les Français. En ce sens, le respect des formes et convenances républicaines est de bon augure.
Aujourd'hui, tandis qu'il se rendait à Berlin, a eu lieu la passation de pouvoir entre les Premiers ministres sortant et entrant. Là aussi rien à relever dans la forme et le fond. Encore que la ponctualité annoncée ne semble pas toujours le fort de Monsieur Macron. Il est vrai que la ponctualité reste la politesse des rois. Dans notre système régicide, cela ne saurait excuser tous les retards.

Autres points positifs à mon sens : il renouera avec l'occupation effective du logement qui lui est concédé au palais de l’Élysée et, surtout, il reviendra à une bonne interprétation de l'esprit de notre Constitution en ayant réaffirmé que le Président préside et que le gouvernement, donc le Premier ministre, gouverne. Tout, sauf certains pouvoirs régaliens - Défense et Affaires étrangères - ne sera plus directement géré depuis l’Élysée...

Il faut attendre, pour commencer à porter un jugement sérieux, la désignation des membres du gouvernement ainsi que le résultat des législatives qui conditionneront la confirmation de sa liberté d'action, entière ou partielle selon le choix des Français.
Par ailleurs, son européisme se sera déjà heurté à la volonté de la régente de l'Europe, Mme Merkel, qui a toutes les chances de remporter les futures législatives allemandes, ce qui, pour son quatrième mandat de chancelier de la Bundesrepublik, ne la portera pas à beaucoup de mansuétude à l'égard de la France. D'autant qu'elle en est, sauf erreur, à son quatrième président de la République française ! La brillante scientifique aura su mesurer l’intelligence de son correspondant français pour adapter son comportement à son égard.

Enfin vont venir diverses rencontres internationales où je suis persuadé qu'il présentera la France avec dignité. Nous verrons alors si sa parole reste aussi forte et portera réellement.

Donc patience avant d'émettre un jugement, les premiers pas présidentiels étant d'abord de pure communication. C'est parfaitement réussi dans une forme qui témoigne en partie du fond, et donc cela est à porter à son crédit. Reste à confirmer l'essai dans la gestion du quotidien des Français.

Popol

Les bras en croix il prêchait l'amour.
Le voici chef de rezzou qui fait des prises de guerre.

Paul Duret

Comme disait en patois un paysan suisse en parlant des socialistes (je vous le traduis en français) :
"Ce qui est à nous est à eux, mais ce qui est à eux n'est pas à nous"
Sinon, ne me parlez plus jamais de ce minable que nous avons eu pendant cinq ans.

fugace

@ Giuseppe | 14 mai 2017 à 22:18

A sa décharge, c'est sans aucun doute mieux qu'il les ait dits, plutôt que de les penser sans le dire.

Pourtant on dit que toute vérité n'est pas bonne à dire. Les concerné(e)s n'oublieront sans doute pas l'humiliation en public.

Yves

Et l'on entend la voix sarcastique de Jacques Dutronc :

"Hey
Opportuniste
Je suis opportuniste
Je suis de tous les partis
Je suis de toutes les patries
Je suis de toutes les coteries
Je suis le roi des convertis."

fugace

@ Giuseppe | 14 mai 2017 à 21:40
"Mais, braves gens - comme dirait Mélenchon"

Il me semble qu'il dit : "les gens", ainsi il prend tout !, les braves et les autres.

finch

@ fugace | 15 mai 2017 à 01:52
Allons, allons !
Mais EM est de l'extrême centre droit. Il en apportera d'ailleurs la preuve ces 15 et 16 mai lors de la déclinaison de son gouvernement dont son Premier ministre.
Comment pourrait-il réformer urgemment autrement ?

Je croyais que le projet de Macron était figé, fait pour être appliqué et ne dépendait pas de la couleur politique du futur Premier ministre et de son gouvernement.

@ Catherine JACOB | 15 mai 2017 à 09:27

Le lapsus de Fabius ? Il l'a fait bille en tête : "2007" au lieu de "2017". C'est cela ? Il a beau avoir appris son texte par coeur, la tentation était trop forte.

Molière a croqué les petits marquis comme il a raillé les médecins, les valets, etc. Les excès de cour ont été pour lui une source inépuisable d'inspiration. Les confrontations de ces caricatures de classes sociales ont servi de trame et de mobile aux intrigues des pièces, ont pimenté les situations et offert la truculence dans l'écrit et le joué. Dans les deux cas, Molière jubilait.

Pour les médecins, son trait était féroce, mais ô combien lucide ! L'art de la médecine se réduisait à la portion congrue : le rite issu des anciens comme Galien prévalait sur la preuve issue de l'expérience scientifique (cf. la découverte de la circulation sanguine par William Harvey : Galien disait auparavant que le sang était fabriqué dans le foie, remontait vers le coeur droit, simple poche inerte, puis pénétrait par un trou dans le ventricule gauche, pour enfin s'évanouir sans retour dans les tissus…). Louis XIV, conseillé par un chirurgien de ses amis, a été précurseur en la matière : il a fait enseigner, en faculté, la circulation sanguine selon Harvey contre l'avis des médecins académiques.

Churchill disait : “An apple a day keeps the doctor away…as long as you aim well.” A l'époque de Molière, éloigner le médecin était vital car, dès qu'il s'approchait de vous, vous étiez convié rapidement à un voyage sans retour : les concepts aberrants entraînaient des solutions morbides.

Au moins, les petits marquis, s'ils pouvaient prêter à sourire, n'engendraient pas de dernier soupir.

Exilé

Son discours dans la salle des fêtes a été effectivement excellent et sobre.

Parlons-en de son discours excellent !

Tout ce qui fait de la France un pays sûr où l'on peut vivre sans avoir peur sera amplifié.

Ça commence très fort, ou bien il se moque carrément du monde ou bien il n'a probablement jamais entendu parler de ces Français qui se font passer à tabac ou tuer pour un mauvais regard ou pour une cigarette par certains de leurs invités forcés, pour ne pas parler des attentats commis par les mêmes...

Le monde attend de nous que nous soyons forts, solides et clairvoyants.
Il est le seul à ignorer combien le monde s'en moque, pour ne pas dire plus.

La France veillera toujours à être du côté de la liberté, des droits de l'homme.

C'est cela, oui...
Des droits à géométrie variable pour un homme qui ressemble étrangement aux copains et aux coquins...

Nous avons à construire le monde que notre jeunesse mérite.

Les autres peuvent crever comme des chiens.

Tout le reste est du même tonneau. Des macronneries.
Et nous en avons encore pour cinq ans...

fugace

"Non, la France, c'est nous tous."

Il est étonnant pour moi qu'il y manque le "et toutes". Ce trait spécifique de la galanterie dans la culture française aurait même il me semble pu conduire à dire dans l'ordre :

"La France, c'est nous toutes et tous."

« Par tous pays les passions sont rares, et la galanterie a plus de grâces et de finesse et par conséquent plus de bonheur en France. » (Stendhal)

Je laisse C. JACOB nous faire un développement sur la galanterie d'aujourd'hui.

Giuseppe

Le nouveau Président doit être attentif à ces détails, c'est pour cela - pour partie - que son ascension fut fulgurante, et les citoyens d'en finir avec ces élus corrompus.

https://blogs.mediapart.fr/liliane-vittori/blog/140517/une-moralisation-de-la-vie-publique-l-elysee-mais-sans-la-corse

Giuseppe

@Catherine JACOB | 15 mai 2017 à 09:27

Pour la cravate vous pinaillez un peu, non ?
Lui a quelqu'un de son entourage qui sait faire le véritable double nœud, reconnaissable à la symétrie et d'équilibre statique des forces qui tendraient à le faire se balancer en mouvement.
Bref la verticalité de sa cravate tombe bien dans le polygone de sustentation constitué par ses pieds, il a retenu la leçon de la cravate.

Je vais vérifier dans son entourage quel est son conseiller spécial en résistance des matériaux.

Exilé

Rien qui inquiète

Certes, cette appréciation de Philippe Bilger n'est motivée que par son impression de spectateur devant ces spectacles qu'il affectionne, en tant qu'amateur de cérémonies people.

Mais lui qui a dénoncé à diverses reprises la dangerosité supposée du FN, n'a pas fait son travail d'électeur, car manifestement il n'a pas décortiqué avec la même attention les divers éléments du programme de M.Macron, dans leur version officielle aussi bien que dans leur version parallèle tels qu'ils ont transpiré des déclarations et des prises de position de ses divers soutiens, dont certains qu'ils n'a pas récusés.

Mais puisque paraît-il nous ne devrions pas nous inquiéter, nous ne nous inquiéterons pas :

● De son asservissement à des milieux financiers mondialistes et aux médias qui représentent leurs intérêts.
● De sa proximité indécente avec un pays étranger connu pour son hostilité à la France.
● De son inculture en matière d'histoire.
● De sa volonté d'ouvrir encore davantage de façon délirante les vannes d'une immigration pourtant déjà aussi inutile que nuisible.
● De sa volonté d'implanter de force en France une nouvelle religion d'origine étrangère, à l'encontre du principe de laïcité.
● De sa volonté de céder aux revendications de groupes de pression « LGBT » qui exigent de harceler juridiquement les gens qui les critiqueraient, vus comme des « ennemis intérieurs », rien que ça.
● De sa volonté de laisser libre cours à toutes les dérives anti-éthiques les plus folles en ce qui concerne le respect de la vie humaine.
● De sa proximité avec des mouvements islamistes dont certains appartiennent à une nébuleuse terroriste, selon divers services de renseignement.
● De sa volonté de s'attaquer aux retraités, y compris à ceux relevant de caisses du privé, souvent proches du seuil de pauvreté.
● De son obligation de fait de financer les dépenses démagogiques annoncées seulement par le matraquage fiscal.

Bien entendu, tout cela ne figure pas nécessairement dans son « programme », mais l'acharnement montré par certains groupes d'intérêts financiers, médiatiques, associatifs, « culturels », « intellectuels », « religieux », communautaristes etc. français ou étrangers dans le soutien de sa candidature permet de révéler clairement quelles sont les menaces susceptibles de concourir à la poursuite de la destruction de la France, ou du moins de ce qu'il en reste.

Mais nous ne nous en inquiéterons surtout pas, n'est-ce pas ?

boureau

@ Mary Preudhomme 15 mai 2017 00:15
@Régis Antoine 15 mai 2017 10:59

Actually

Mot totalement intraduisible en français sans tenir compte du contexte ou de l'esprit de la phrase. Dans la conversation courante, le mot français le plus proche est "en fait" et "à vrai dire".

Multiples traductions (littéraires ou pas) :

Au fond
Vraiment
Exactement
Réellement
A ce moment même
etc.

En langage journalistique, c'est plutôt "au fond".

Cordialement.

charles

Bonjour

C'est nous/nous tous... nous avons aussi été abreuvés par "le peuple" ces derniers mois qui scindait de la même manière "le bon peuple" ou nous du "mauvais peuple" soit eux.

Je suis surpris de votre comparaison avec le maître des nuées ou le repousseur de mal... Vous pensez faire revivre le culte ancestral des Grecs et Romains ?

Aliocha

@Tipaza

C'est cela, cher sudiste, vous ne comprenez rien aux textes sacrés, et confondez franciscains et bénédictins, espoir et phantasme, repentance et rédemption.
Voilà de quoi nous dostoïevskiser l'aiguille :

https://www.youtube.com/watch?v=VvBQw00w3IM

P... ça fait du bien de tourner la page.

Exilé

@Tipaza
... la perspective de voir des « Bienveillants » au pouvoir

Nous avons parfois de quoi nous inquiéter devant la prolifération de certains humanistes au sourire carnassier dans les allées du pouvoir, voilà que désormais ces loups déguisés en brebis vont être rejoints par des bienveillants du même tonneau...

Cela nous fait immédiatement penser à cette théorie du génocide bienveillant développée par certains cercles d'influence mondialistes pour résoudre par les famines, les guerres ou par les stérilisations forcées les problèmes liés à la croissance démographique.
Cette théorie du génocide bienveillant a été évoquée par Henry Kissinger dans une note destinée au président Nixon le 17 octobre 1975 et a fait l'objet d'études dans divers cercles gouvernementaux étasuniens dès les années soixante.

Bien entendu, l'idée du génocide bienveillant ayant été lancée sans manifestement avoir été fermement rejetée, nous pouvons craindre qu'elle continue de flotter dans l'air et même qu'elle ait déjà été mise en application ici ou là, comme certains indices peuvent le laisser croire.

Régis ANTOINE

@Mary Preud'homme | 15 mai 2017 à 00:14

« "I have never been actually his assistant or anything like that. I don't deal with his communication." […] l'adverbe "actually" (réellement) […] (c'est-à-dire travaillant, réellement, au Parlement) »

Vous êtes vraiment pathétique lorsque vous essayez d’argumenter.
À vous croire, l'adverbe "actually" signifierait « réellement, au Parlement ».
Jolie trouvaille, à ceci près que ça ne tient pas la route et que vous seriez bien incapable de produire la moindre source sérieuse accréditant votre thèse farfelue.
Vous zappez totalement le fait que "actually" s’applique aussi à "anything like that".

Rien n’accrédite votre propos, ni les traductions françaises (par exemple http://bit.ly/2rgNNcm ou https://yhoo.it/2qjc6Jb), ni les articles de journaux britanniques. Le Telegraph, dans son titre 'I've never been his assistant', ne juge pas utile pour la compréhension de reprendre le actually. L’Irish Times indique que la phrase incriminée contredit l’assertion selon laquelle Penelope aurait réellement travaillé ("The 10-year-old interview, which contradicts Fillon’s assertion that his wife held a real job…”).

Avant d’entreprendre de donner des leçons aux autres, commencez vous-même par apprendre à raisonner correctement.

Xavier Nebout

Prise de pouvoir ou festival de Cannes ?

Nous sommes dans un film avec la pègre médiatique et les intermittents du spectacle qui applaudissent leur mécène.
Pour le moment, Macron nous vend du vent.

De toutes ses belles mesures, rien n'est financé. Aucune réduction des dépenses publiques en perspective, si ce n'est par la recherche d'un accord avec les élus auxquels on va bien gentiment demander de renoncer à leurs pléthores d'employés municipaux attachés à leur réélection.

On attend de voir la limitation des indemnités prud'homales. A supposer qu'il ne s'agisse pas d'une mesurette, limiter par la loi l'indemnisation d'un préjudice reconnu, il faudra que ça tienne la route. Ce n'est pas avec ça que les artisans et petites entreprises vont se lancer dans des embauches ; il se sont fait avoir avec le contrat nouvelle embauche, on ne les aura pas deux fois.
C'est la libéralisation du licenciement qu'il faudrait, pour redonner confiance aux employeurs, et on est loin du compte.

Le pire est ce que craint P. Bilger : le totalitarisme de la bien-pensance.
Les associations pro-immigrés et pro-homos ont de beaux jours devant elles, sus aux Français ! Mort à la fille aînée de l'Eglise !

Exilé

Emmanuel Macron, devenu officiellement notre président

Il faudra que quelqu'un se dévoue un jour pour expliquer patiemment à Philippe Bilger que ce personnage n'est pas notre président (j'aurais écrit la même chose si Marine Le Pen avait été élue).

A moins qu'il faille comprendre que, dans la mesure où c'est le Peuple Souverain - c'est-à-dire nous - qui est le vrai boss, il n'est que notre jouet, notre larbin en quelque sorte...

Tomas

@ Trekker

Vous êtes gentil de vous inquiéter pour moi ! Non je ne suis pas macronolâtre le moins du monde, c'est par lepénophobie que j'ai voté pour lui et ayant mieux à faire, je ne me suis même pas déplacé pour le premier tour. J'essaierai ensuite comme toujours de juger sur pièces, ce qu'il est à l'évidence trop tôt pour faire, fût-ce sur trois exercices de communication réussis !

Catherine JACOB

@Robert Marchenoir | 14 mai 2017 à 20:30
"L'entourage de Macron a dûment fait savoir aux médias qu'il avait revêtu, pour la cérémonie, un costume à 450 euros acheté dans le Sentier.

Le coup de pied de l'âne est absolument parfait. Du travail d'artiste."

"Le coup de pied de l'âne"

Signification : Le coup du faible contre le fort qui n'est plus en mesure de se défendre.

Origine : Dans la fable de Jean de La Fontaine « Le Lion devenu vieux », l'âne ne s'approche du lion, autrefois tellement redouté, que lorsque celui-ci est agonisant, afin de lui donner le coup de grâce final.

Je trouve intéressant que vous n'ayez pas plutôt choisi l'expression Vae victis!

@Giuseppe | 14 mai 2017 à 21:40
"Déjà il porte beau le costume, et la cravate est en face."

Pas tout à fait, mais il y a du progrès.

@ finch | 14 mai 2017 à 18:24
« Fabius (qui l'avait traité de Petit marquis poudré) n'a pas pu s'empêcher à cette occasion d'outrepasser le protocole (propos trop long, distillation de conseils déplacés, éloges de sa merveilleuse COP21…) »

Dark Vador a surtout fait un superbe lapsus que la foule des courtisans médiatiques a dû avoir immédiatement pour instructions de ne ni rappeler, ni commenter et dont on peut donc prévoir qu’il fera bientôt l’objet d’une coupure dans les archives de l’événement…!

Ici une présentation des « petits marquis » chez Molière. Je cite : « Molière a justifié, dans L'Impromptu de Versailles, l'importance de leur rôle dans la comédie : « Le marquis, aujourd'hui, est le plaisant de la comédie ; et comme dans toutes les comédies anciennes on voit toujours un valet bouffon qui fait rire les auditeurs, de même dans toutes nos pièces de maintenant, il faut toujours un marquis ridicule qui divertisse la compagnie.»

Ils sont donc caractéristiques d'un type de personnage dans l'œuvre de Molière, évoquant les fastes de la cour en même temps que ses excès, et symbolisant aussi, par leur éclat et leur jeunesse, l'éternelle compétition amoureuse entre blondins et barbons, si présente dans la comédie. »

@caroff | 14 mai 2017 à 16:10

Donc vous ne préconisez pas non plus ce style-là ?

Tipaza

À peine la passation de pouvoir terminée, que la campagne des législatives a commencé.
Il suffit de voir les quelques débats sur les chaînes télé et dans les journaux, on nous explique que nous n’avons pas le choix, c’est la réussite complète de Macron ou alors l’apocalypse, le tsunami, la peste noire et le choléra.

Le moins qu’on puisse dire c’est que les chaînes d’info en continu ne font pas dans la nuance.
Un seul espoir, celui que porte le nouveau Messie, ou ce sera la mort de l’âme de la nation et celle du corps social.

Même Aliocha qui nous jouait la partie en humble dévot, doux et tendre ermite et parfois saint homme (*) en nous livrant des textes plus ou moins sacrés et souvent illisibles, a abandonné le froc de franciscain, pour revêtir la robe de Pharisien et se réjouir d’un nouveau pouvoir terrestre qui ne se confond pas avec le céleste qu’il célébrait.

Et ce matin sur France Culture, l’interview de deux candidates de LREM, qui ont répété une dizaine de fois qu’elles et les autres candidats LREM étaient des bienveillants (sic).
Des bienveillants de la République en marche, j’ai cru que je rêvais, mais non je prenais simplement un petit déjeuner qui a été gâché par la perspective de voir des « Bienveillants » au pouvoir. Faudra-t-il mettre une majuscule à « Bienveillants » ?

(*) Oui je sais j’exagère, c’est ma nature de Sudiste.

Giuseppe

@Trekker | 15 mai 2017 à 01:47

Le problème est que même en Corrèze il ne veulent pas de l'ambulance, pourtant il y chercherait une licence.

Garry Gaspary

Croire ce qui se raconte sur la fachosphère n'est pas penser le monde. Végéter dans une panique irrationnelle n'est pas vivre en citoyen responsable. Etre obnubilé par sa sécurité au point de voir uniquement son bonheur dans la soumission et l'obéissance à un Etat fascisant n'est pas être motivé par la liberté au point de voir l'humanité dans chaque individualité. Tout cela fait que la masse des beaufs christianisés n'a absolument rien à voir avec une quelconque communauté, y compris nationale où chaque citoyen accepte librement et en raison de participer à une histoire commune pour construire un avenir commun.

En somme, faire partie de l'anti-France n'est pas et ne sera jamais être un Français.

Véronique Raffeneau

"Je ne voudrais pas qu'en revanche l'appétence très nette du couple Macron pour l'univers artistico-mondain (...) On accepte de ne pas en être si la considération est donnée à tous. Le populisme est parfois la conséquence de ce sentiment d'exclusion."

La journée fut magnifique. A la hauteur de ce qu'elle devait être. Parfaite.

Néanmoins, ce n'est pas tant l'appétence pour l'artistique-mondain qui m'inquiète, mais plutôt ces quelques images de fin de journée de jeunes gens constituant l'équipe de conquête de notre Président, patientant à l'entrée du Palais pour fêter leur Président.

Si je considère ces quelques images - l'apparence donc, je le concède -, la France ne sera pas nous tous.

Mon impression est trop celle de fils et de filles de bonne famille, technos à souhait - pour aller vite - une sorte d'arrêt sur image de la petite France urbaine, celle des victorieux du temps présent.

Alors, pardon pour cette dissonance : je voulais juste exprimer ce serrement au cœur que j'ai ressenti en fin de soirée qui a assombri quelque peu cette si belle journée.

La morsure de l'artistique-mondain est peu de choses au regard de la crainte qu'au fond, rien ne se ne renouvelle réellement, rien ne se renouvellera vraiment.

Les images de fin de soirée - légèrement désenchantées - renvoient trop à l'envers de la "société civile" candidate aux élections législatives, certes des candidats qui n'ont jamais exercé un mandat électif, mais constituée en fait majoritairement par des profils qui appartiennent aux lieux de pouvoir.

Frank THOMAS

"Jupiter dans une quotidienneté tranquille"

C'est tout ?
Que vous ayez été subjugué par le "sans fautes" de la cérémonie de passation des pouvoirs - dont on nous rebat les oreilles depuis 24 heures - peut s'entendre. Encore que je ne voie pas très bien ce qui aurait pu arriver d'incongru, à moins que notre jeune président perde tout à coup la tête, qu'il grimpe à un arbre du parc comme le regretté Paul Deschanel, qu'il lâche un bruit incongru devant le président du Conseil constitutionnel, qu'il fasse un bras d'honneur à la foule, d'ailleurs clairsemée, ou qu'à l'instar de son parrain en politique, il tourne les talons sur le perron de l'Elysée sans le raccompagner à sa voiture.

Mais "Jupiter" ! Comme vous y allez ! Gardez quelques superlatifs pour la suite, ou bien elle paraîtra bien fade.
Et puis ne perdons pas de vue que Jupiter n'est pas seulement le maître de la foudre et le roi des dieux. Il est aussi, dans sa "quotidienneté tranquille", un mari irascible, un impénitent adultère, un adepte du détournement de mineurs, un praticien assidu du passe-droit et de l'injustice.
Pour ma part je me contenterai de souhaiter que Monsieur Macron après avoir bien fait le président, en devienne un, honorable.

Claude Luçon

@ Régis ANTOINE | 15 mai 2017 à 00:23

Je résumais l'Acte I, c'est vrai :
En détails :

Acte I - Scène 1 - Catapultage de Sarkozy et autres parasites,

Scène 2 - Déménagement de Juppé sans ménagement,

Scène 3 - Entrée d'un Canard déchaîné qui attaque Penelope à coups de becs fictifs, Fillon meurt en défendant vaillamment sa belle, se prenant pour un Chevalier sans peur mais avec reproches.

Ca vous va ?

@ Savonarole | 14 mai 2017 à 18:52
"Hidalgo perd la tête."

Oui mais pas la parole !

fugace

@ finch | 14 mai 2017 à 18:24

Allons, allons !
Mais EM est de l'extrême centre droit. Il en apportera d'ailleurs la preuve ces 15 et 16 mai lors de la déclinaison de son gouvernement dont son Premier ministre.
Comment pourrait-il réformer urgemment autrement ?

@ Savonarole | 14 mai 2017 à 18:52

"En juillet 2010, Anne Hidalgo est promue commandeure de l'ordre d'Isabelle la Catholique. Ces insignes lui sont remises, sur proposition du gouvernement espagnol et sur décision du roi Juan Carlos, par l'ambassadeur d'Espagne en France qui souligne alors que « cette décoration constitue une reconnaissance à l'immigration espagnole en France à travers Anne Hidalgo qui représente pour nous un modèle exemplaire d'intégration réussie »"
(Extrait de Wiki)

Quand même, si c'est pas un exemple !
Son père était quand même un ouvrier électricien syndicaliste. Ceci expliquant cela.

Trekker

@ Giuseppe | 14 mai 2017 à 19:42
"Un Guerrier a pris la place d'un Réjoui..."

Vous êtes du genre à tirer sur une ambulance, même corrézienne !

@ Robert Marchenoir | 14 mai 2017 à 20:30

Pour une rare fois, je suis totalement d’accord avec l’intégralité de votre commentaire, mais reste à voir si la suite du film sera de même qualité ?

@ Claude Luçon | 14 mai 2017 à 21:58
"C'était beau, c'était digne, un vrai sacre à nous faire oublier Napoléon à Notre-Dame ou Charlemagne à Rome"

Vous aussi avez été subjugué par la mise en scène… de la première séquence !

"Mais notre nouvel empereur saura-t-il joindre les gestes aux paroles ?"

On le saura au plus tard en septembre prochain, et il y a alors des chances que selon l’expression triviale militaire ce soit : les b***** comptez-vous.

@ Tomas | 14 mai 2017 à 22:28

Votre cas n’est pas désespéré, contrairement à mes craintes vous ne sombrez pas dans la macronmania du jour. Vous m’avez devancé, j’allais écrire un commentaire similaire au vôtre.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS