« La tragédie de l'impuissance | Accueil | Le Prince se conseille lui-même ! »

26 mai 2017

Commentaires

Giuseppe

@Ellen | 31 mai 2017 à 15:52

Je reprendrai mot pour mot ce que vous adresse Thomas.

Inspirez... Soufflez... Insp...

Tomas

@ Ellen

Franchement, je pense que sur le plan de la moralité politique dont M. Macron s'est fait l'étendard, la position de M. Ferrand est tout simplement intenable.

Plutôt que de miser sur le verdict des électeurs, il ferait mieux de démissionner. Quitte à se représenter dans sa circonscription s'il le souhaite.

Sans quoi l'état de grâce de M. Macron, déjà bien fragile, ne durera pas.

J'ai assez tapé sur M. Fillon en son temps pour ne pas relever cet impair, pour moi en politique l'honnêteté prime tout !

Giuseppe

@stephane | 30 mai 2017 à 17:43
@ Achille | 31 mai 2017 à 09:48

Le Palmipède de ce jour vaut son pesant de pistaches, Richard Ferrand "petit joueur" à 580 000€, plus sa permanence parlementaire revendue, plus etc. Les petits ruisseaux font les grandes rivières dit-on.

Voyons la suite des événements, Achille, vous y avez tout le montage financier - si le cœur vous en dit - compromis de vente en prime pour tout savoir sur notre fin oenologue de l'immobilier, un vrai nez pourrait-on dire s'il était parfumeur, mais on le sait bien l'argent n'a ni odeur, ni couleur.

Ellen

Aussi pourris, je n'en connais pas.

Sophie Montel, FN, la voleuse et la traîtresse assignée en justice pour abus de confiance et condamnée à rembourser 77 500 euros à l'Union européenne, se venge sur ses collègues.

Alain Castel, l'avocat baveur à la retraite, cherche un retour de bâton (hier). A réussi à parler de lui en cassant injustement du sucre sur le dos de R. Ferrand parce que fidèle à Macron.

Ces deux faux derches ne se sont pas rendu service puisqu'en retour une plainte est aussi diligentée contre ces deux horribles personnages.

jlm

@Achille

Entre les magouilleurs et les oies blanches il y a beaucoup d'espace pour des personnes moins appâtées par l'enrichissement personnel !
Ce goût de l'argent pour l'argent est un point de vulnérabilité chez ceux en charge de la chose publique, nous en voyons le résultat, la France corrompue avec des élites parfois trop gâtées-pourries qui ont complètement perdu le sens de l'intérêt général.

Heureusement il existe pas mal de personnes qui n'ont pas ce genre d'addiction, alors à elles le poste, c'est pas compliqué ; il y en a assez de récompenser les gens aux comportements de filous, donnons leur chance à ceux qui n'ont pas besoin, pour se réaliser, d'acquérir une grosse fortune personnelle, d'asseoir un pouvoir démesuré, parce que leur vie est assez riche en elle-même.
Le fait que réussissent les moins scrupuleux, ceux qui n'ont pas d'éthique, cela a beaucoup d'impact sur tout le monde, dans le monde du travail, auprès de la jeunesse. C'est cela qui doit changer, au-delà de la petite personne de ce personnage sans intérêt qui a beaucoup de pouvoir.
Quant à ses compétences supposées, bof...

Ellen

@Achille | 31 mai 2017 à 09:48
"Alors faut-il se priver d’un ministre qui manifestement semble compétent et motivé dans le poste qui lui a été confié pour des petites combines relativement courantes dans les milieux politiques et financiers, au point qu’on retrouve des cas similaires auprès de personnalités d’un peu tous les partis ? Là est la question."
"Je ne suis pas persuadé qu’en ne choisissant que des oies blanches comme ministres le pays s’en porte mieux. Mais ce n’est que mon avis."

Je partage votre avis à 100%. Bien sûr qu'il ne faut pas se priver d'un ministre qui a les compétences. Et puis franchement, ce n'est pas une affaire sérieuse comparée à celles de F. Fillon, B. Le Roux, Marine Le Pen, les Balkany, Cahuzac, etc. Mais enfin un peu de logique, on ne va quand même pas accuser à tort R. Ferrand pour un oeuf cassé alors que les autres sont accusés par les juges d'avoir volé un boeuf engraissé.

D'autre part, ce n'est pas parce que les médias subissent des pressions par les donneurs d'ordres des recalés de l'opposition, lesquels à leur tour font pression sur Ferrand et le gouvernement Macron qu'il faut céder à leurs hurlements. Pas question que R. Ferrand démissionne ! Pas question qu'E. Philippe et E. Macron cèdent aux hurlements des propagandistes. D'ailleurs Vladimir Poutine serait le premier à rigoler des Français naïfs si faciles à piéger. Peut-être même que ça l'arrangerait pour y mettre son pion favori.

Achille

La seule chose que l’on peut vraiment reprocher à Richard Ferrand est d’avoir joué les grands indignés vertueux dans l’affaire du Penelopegate.

Concernant l’emploi de son fils comme attaché parlementaire, il s’est étalé sur quatre mois en remplacement d’un collaborateur malade, pas de quoi pousser des hauts cris, d’autant que cela s'est limité à une somme de 9000€, somme parfaitement raisonnable pour le travail (effectif) réalisé.

Pour le tour de passe-passe destiné à créer une SCI avec sa compagne alors qu’il était directeur des Mutuelles de Bretagne, la chose n’est pas très claire, au point même que le PNF et le tribunal de Brest ont refusé de s'occuper de l'affaire, mais comme tout bon montage financier l’affaire semble légale. Mais il est vrai qu’aujourd’hui cet argument n’est plus recevable, vu que c'est la sacro-sainte morale qui prime avant tout.

Alors faut-il se priver d’un ministre qui manifestement semble compétent et motivé dans le poste qui lui a été confié pour des petites combines relativement courantes dans les milieux politiques et financiers, au point qu’on retrouve des cas similaires auprès de personnalités d’un peu tous les partis ? Là est la question.

Je ne suis pas persuadé qu’en ne choisissant que des oies blanches comme ministres le pays s’en porte mieux. Mais ce n’est que mon avis.

stephane

Monsieur Ferrand est petit joueur sur ce coup-là. Les gros coups, c'est à la MNEF.
Pincé pour une si petite escroquerie... le métier se perd ! Qu'en pensent Cambadélis, Rossignol, Strauss-Kahn, Le Roux, Le Guen ?
Je ne sais pas si Ferrand est en marche, mais il a marché dedans et ça va coller à la semelle.

Jean-Baptiste

Là vraiment M. Philippe Bilger, je ne peux pas vous suivre. Vous affirmez : "Enfin, parce que ce qui lui est reproché et qu'il a admis, sans être dérisoire, n'est pas gravissime. Tant avec l'implication de sa compagne avocate - dont l'intervention aurait d'ailleurs augmenté le bénéfice des Mutuelles - qu'avec son fils employé par lui durant cinq mois pour environ 9000 euros".

Pensez-vous vraiment que cette opération, à l'évidence fructueuse pour la compagne de M. Ferrand, et indirectement pour lui, n'aurait pas pu tout simplement bénéficier entièrement à la mutuelle ? Il n'y aurait alors aucune contestation sur le mode opératoire, les connivences et autres favoritismes, et l'opération aurait réellement bénéficié ENTIEREMENT à la mutuelle...

Ellen

Selon Le Parisien du 30 mai, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur des soupçons d'emplois fictifs visant les assistants de 19 eurodéputés, dont la ministre Marielle de Sarnez.

Si ça continue, il ne va plus rester grand monde de nickel. Le parquet n'a plus que 11 jours pour clarifier le cas de chacun ce qui lui laisse très peu de temps avant le premier tour des législatives.

Et Bayrou, il en pense quoi ? c'est légal, mais pas moral ?

Ellen

@Lucile | 30 mai 2017 à 00:28
""L'extension des pouvoirs donnés aux électeurs en tant que juges de paix m'honore", écrit par Ellen.
"C'est de l'enfumage, de la démagogie. Une élection politique n'a rien à voir avec un jugement. Elle est nécessairement partisane, elle ne se réfère pas à la loi", écrit par Lucie."

Pourquoi je suis d'accord avec la proposition d'Edouard Philippe : parce que primo les deux parquets pensent qu'il n'y a pas de quoi fouetter un chat ni matière à se saisir de cette affaire réalisée en privé et sans grandes conséquences ; secundo, pour calmer les excités chez LR, Mélenchon et Le Pen qui se réjouissent des malheurs de R. Ferrand.

Alors pour une fois que l'occasion est donnée aux électeurs responsables pour juger ou pas cette affaire au niveau national, cela me convient très bien. Et en quoi les électeurs ne seraient-ils pas capables d'être juges de paix ? On ne va quand même pas rester des mois et des mois à baver sur une affaire privée alors que des centaines de choses bien plus importantes restent à faire.

Mon Dieu ce que c'est difficile de gouverner ce pays.

revnonausujai

@Ellen

"Pour se défendre, Richard Ferrand indique que c'est pas lui et que ce serait le conseil d'administration qui a pris la décision. Le conseil d'administration des Mutuelles de Bretagne est composée d'une belle brochette d'individus que l'on retrouve, mais c'est un hasard, sur les listes électorales du parti socialiste ou affiliés. Le président du Conseil d'administration, Rémi Salaun, est aussi sur la liste du maire socialiste de Brest, François Cuillandre, pote de Ferrand. Mme Sandrine Doucen est elle aussi membre actif du parti socialiste du Finistère.
Une coterie est une association entre certains groupes d’individus unis par un intérêt commun qui favorisent ceux qui font partie de leur compagnie et cabalent contre ceux qui n’en sont pas. Phénomène aussi ancien que la société elle-même, l’esprit de coterie est prêt à se défendre par tous les moyens et à sacrifier tous les intérêts contraires à son profit pour mettre une personne, une chose en crédit ou, au contraire, pour la discréditer."

http://ccpld.over-blog.fr/2017/05/commentaire-du-collectif-d-habitants-de-la-ccpld-nous-sommes-concernes-puisque-richard-ferrand-est-notre-depute-de-la-vie-circonscri

De plus, Salaun n'était pas président du CA à l'époque des faits ; le président de l'époque conserve, lui, un silence prudent.
J'ai toujours été étonné par la façon dont les mafiosi se serraient les coudes face à l'extérieur ; il est vrai que dans le cas contraire, la sanction est sans appel.

Lucile

@ Ellen
"L'extension des pouvoirs donnés aux électeurs en tant que juges de paix m'honore".

C'est de l'enfumage, de la démagogie. Une élection politique n'a rien à voir avec un jugement. Elle est nécessairement partisane, elle ne se réfère pas à la loi.

Ellen

@Savonarole | 29 mai 2017 à 16:02

Vous vous ennuyez de Régis ANTOINE ?
Il est chez les moines tibétains en pleine méditation.

Catherine JACOB

@Savonarole | 29 mai 2017 à 16:02

Faites-moi rire...!

Ellen

Pas de panique, l'affaire s'arrange. R.Ferrand est innoncenté. Youpi !!

Dernières bonnes nouvelles émises par Le Parisien le 29 mai 2017 :

15 heures. Affaire Ferrand : les Mutuelles de Bretagne assurent la «conformité» de la transaction. Selon Le Canard enchaîné, à Brest, en 2011, les Mutuelles de Bretagne souhaitent louer des locaux commerciaux pour ouvrir un centre de soins, et choisissent entre trois propositions celle d'une société immobilière que devait créer la compagne de Richard Ferrand. Dans un communiqué signé de leur président Rémi Salaün et de leur secrétaire général Daniel Guillaumin, les Mutuelles assurent que Richard Ferrand a agi en «parfaite conformité avec les mandats tenus par le conseil d'administration». Elles indiquent avoir «fait le choix de gestion de privilégier l'investissement dans l'outil de travail plutôt que dans l'immobilier», justifiant ainsi leur choix de louer les locaux brestois plutôt que d'acheter les murs.

Fin de l'histoire.

stephane

Que n'aurait-on pas dit si l'achat des locaux n'avait pas impliqué Richard Ferrand, mais Balkany ou Sarkozy ou Jacob...
Ferrand a magouillé si jamais il est établi que sa compagne a acheté les locaux en ayant l'information de la certitude d'une location. En tout cas chez les Ferrand, le crédit bancaire est chose aisée.

La vraie question civile voire pénale :
Auriez-vous acheté ou fait acheter ce local si vous n'aviez pas eu la garantie qu'il soit loué à quelqu'un de solvable ?
Et de rajouter : pensez-vous que la banque vous aurait prêté les fonds, à vous ou à la SCI, si vous n'aviez pas eu une garantie de loyer ?
De qui se moque-t-on ?
Dehors !!

Savonarole

Quelqu'un a des nouvelles de Régis ANTOINE ?
Il est mort ou quoi ?

Ellen

Réfléchissez. Si les électeurs considèrent que Richard Ferrand a commis une maladresse immorale et qu'il est condamné à quitter le gouvernement, il faudra alors s'interroger sur les affaires de certains déclarés "responsables mais pas coupables" sur des centaines de poches de sang contaminé administrées aux patients décédés. Tel père, tel fils pour qui l'argent par millions compte plus que la vie des citoyens empoisonnés.

C'est ma colère du jour.

Ellen

Très sage décision d'Edouard Philippe, Premier ministre.
L'extension des pouvoirs donnés aux électeurs en tant que "juges de paix" m'honore. Nous saurons trancher, en toute connaissance de cause (pas grave) et en toute impartialité si oui ou non Richard Ferrand doit rester au gouvernement Macron.

Comme je suis pour la paix et reconnais l'aide immense et la fidélité que R. Ferrand a apportées à Emmanuel Macron pendant la campagne, je voterai OUI, il reste !

Je veux que ce gouvernement réussisse pour nous sortir du bourbier. C'est urgent.

Caillaux

@breizmabro | 26 mai 2017 à 19:11

Le prêteur c'est la caisse locale du CA du Finistère. Deux périodes de prêt : 120 mois puis 60 mois. Deux taux, qui seront renégociés... (Infogreffe sur SCI)

Trekker

@ Catherine JACOB | 28 mai 2017 à 10:15
"...la constance avec laquelle vous ignorez cette avancée démocratique qu’est l’article 9-1 du Code civil qui concerne la présomption d’innocence et dont je vous suggère de prendre attentivement connaissance..."

Certes cet article 9-1 est sur le principe une avancée démocratique. Mais de là à faire de son application rigoriste l’alpha et l’oméga, cela conduirait à ce que nos concitoyens ne connaissent qu’après X années après les faits l’identité des politiques fortement soupçonnés de diverses malversations. Avant la condamnation définitive de cesdits politiques, il s’écoule souvent de nombreuses années, car ceux-ci disposent d’avocats experts en recours de toute nature pour retarder au maximum leurs éventuelles condamnations.

De fait l’application rigoriste de cette disposition par les médias serait une quasi-prime à la délinquance politico-financière. Les électeurs ignorant tout de ces faits a priori délictueux quand ils sont découverts, pourraient alors renouveler en toute bonne foi leur confiance à ces politiciens véreux, et donc les réélire. Bien sûr tous les politiques s’affranchissant allègrement de l’éthique et de la morale, voire conjointement de la légalité, seraient ravis par une telle mesure rigoriste. Ils pourraient alors continuer sans aucun problème à solliciter nos suffrages, et cela pendant de nombreuses années !

Les médias rappelant quasi toujours, cela lors de la découverte de pratiques pour le moins douteuses venant de politiques, la présomption d’innocence de ces derniers, cela est amplement suffisant. Cela bien évidemment ne l’est pas pour ceux qui hurlent au scandale, quand il s’agit d’élus ayant leurs faveurs, mais a contrario ils n’hésitent pas à colporter les pires rumeurs si ces personnes appartiennent au camp adverse !

Par contre je suis bien d’accord avec vous, avant même de voter une nouvelle loi de moralisation de l'espace public, il serait indispensable de faire respecter, et avec la plus grande rigueur, celles déjà existantes sur ce sujet : entre autre ne pas se contenter de prononcer des peines symboliques, voire de simples rappels à la loi.

Pour ce qui est de la profanation scandaleuse de la tombe de la famille de Gaulle, je ne vois pas ce que cet article 9-1 vient faire là : ses auteurs présumés ne sont pas encore connus.

@ Claude Luçon | 28 mai 2017 à 15:14
"La deuxième et dernière fois c'était en 88 contre Mitterrand, de la même façon c'était pour contrer la campagne menée en faveur de Mitterrand par le personnel de l'Ambassade à Lagos qui aurait dû rester neutre"

Que vous vouliez alors combattre ce roué de Mitterrand est tout à votre honneur, mais je comprends mal qu’alors vous n’ayez pas fait campagne pour Raymond Barre : un honnête homme, fort compétent et perpétuant la tradition gaullienne dans les affaires de la France. Alors qu’en soutenant Chirac vous faisiez campagne pour un personnage similaire à Mitterrand, mais en non « achevé » (dixit Eric Zemmour). Il avait quand même tout fait pour faire élire Mitterrand en 81, cela en n’hésitant pas à trahir VGE et en ayant recours vis-à-vis de ce dernier, via son âme damnée d’alors Charles Pasqua, aux pires méthodes : entre autre la pseudo-affaire des diamants !

De 1978 à 86 Chirac fut un des principaux informateurs zélés du Canard enchaîné, bien évidemment il ne lui apportait pas lui-même, et cela par élémentaire prudence, de multiples dossiers. Mais il sous-traitait cette tâche à quelques fidèles, et fréquemment par l’intermédiaire du « vertueux » Roland Dumas : avocat puis ex-avocat du Canard.

Quant à notre nouveau Président, je nourris quelque défiance à son encontre, certes il est fort intelligent et d’une grande habileté. Ce n’est qu’après les législatives, et surtout après l’été, que l’on pourra juger de ses futurs actions, et de sa capacité à être un chef d’Etat digne de ce nom contrairement à ses deux prédécesseurs.

Claude Luçon

@ Trekker | 27 mai 2017 à 21:20
"Cela vous le savez fort bien, mais vous ne faites l’offusqué que lorsque ces informations concernent vos amis politiques."

Caustique, Trekker, caustique.
Je n'ai jamais eu d'amis politiques car très jeune, cela vous surprendra, j'avais fait mienne la devise du Canard, que je lisais alors comme de Gaulle.
Dans cet esprit, à 16 ans, je me suis situé à droite parce que tout le monde chez moi était de gauche, je pense n'avoir pas besoin d'expliquer pourquoi, vous avez eu 16 ans aussi.
La deuxième et dernière fois c'était en 88 contre Mitterrand, de la même façon c'était pour contrer la campagne menée en faveur de Mitterrand par le personnel de l'Ambassade à Lagos qui aurait dû rester neutre, ils étaient payés pour représenter tous les Français, pas seulement les socialistes.

Voyant le pays dans le triste état où l'ont amené nos politiques de tous bords j'en avais conclu qu'il fallait "casser la baraque" ce qui m'a amené à supporter Fillon et espérer qu'il remettrait le pays entre les mains des quadras et quinquas dans ce cadre.
(En plus il est Angevin, comme moi, et les Angevins ont régné et civilisé l'Angleterre, je voyais d'un bon oeil un Angevin re-civiliser la France.)
Je ne suis ni de droite ni de gauche, je suis de France, et chauvin.

Un quadra a répondu à mes voeux, même si ce n'est pas celui que j'espérais, il est là, je ne suis pas forcé de l'aimer, mais s'il fait le travail nécessaire j'en serai fort satisfait. Homme de terrain je crois en ce qui est fait, pas en ce qui est dit.

Je ne suis pas encore prêt à quitter ce pays finalement, mais au cas où je voudrais le voir en paix avec lui-même. L'ayant vu renaître en 1945, et ce fut pénible, il m'attriste de le voir patauger à la mode Canard.

Nous avons bien besoin que la France soit re-civilisée quand des crétins ne trouvent rien de mieux que d'aller profaner des tombes en s'attaquant aux morts, comme ce vient d'être le cas pour celle de Charles de Gaulle avec son épouse et sa fille handicapée.

Catherine JACOB

@Trekker | 27 mai 2017 à 21:20 @ Claude Luçon | 27 mai 2017 à 13:40
« Certes souvent chez vous le partisan politique vous conduit parfois à nier des évidences : Fillon et ses diverses affaires dont vous fûtes un des derniers défenseurs zélés ici. »

Voici donc ce que vous en dit une autre :

La constance avec laquelle vous faites preuve d’absence d’esprit de finesse en la matière est absolument remarquable. De même la constance avec laquelle vous ignorez cette avancée démocratique qu’est l’ article 9-1 du Code civil qui concerne la présomption d’innocence et dont je vous suggère de prendre attentivement connaissance.

C’est une question de principe, autrement dit un combat !

Que veut-on d'une nouvelle loi de moralisation de l'espace public alors qu'on se montre incapable de faire respecter celles d'entre elles déjà existantes telle, en particulier cet art. 9-1 qui vise l'espace public, précisément !
Je pense pour ma part que cette situation immorale d'impunité sélective n'est pas sans pousser à la commission d'autres actes nuisibles tel, par ex. le vandalisme de la tombe de Gaulle au tout petit cimetière de Colombey-les-Deux-Eglises où repose en particulier Anne de Gaulle, jeune fille handicapée mentale et qui n'est donc pas seulement un acte contre la France comme le dénonce Edouard Philippe, mais également un acte contre les plus faibles et ceux qui d'une façon générale ne peuvent jamais se défendre.

breizmabro

@ Michelle D-LEROY
"Les Mutuelles de Bretagne ont beau être sous statut privé, il n'en reste pas moins vrai que..."

M. Ferrand était conseiller général du canton de Carhaix, dans le Finistère, et c'est le même conseil général qui s'occupe du financement du maintien à domicile des personnes âgées au travers de l'APA (allocation personnalisée d'autonomie). L'APA est le premier poste de dépense des départements, il est donc question d'argent public, et de destination et de montant des impôts locaux.

"Richard Ferrand, le bien prénommé, a, via sa compagne, imaginé un intéressant montage financier pour acquérir un bien immobilier sans frais. Les frais notariés étaient inclus dans le montant du prêt et les travaux de remise à neuf payés par les Mutuelles de Bretagne n'ont rien coûté au propriétaire. Si Richard Ferrand n'avait pas été un politique connu de la région, si le locataire avait été aléatoire, quelle banque aurait prêté cette somme avec une telle facilité ?"

Je vous suis (du verbe suivre) d'autant que Maître Sandrine Doucen, avocate de profession, se serait donc découvert, subitement, des dons d'investisseuse immobilière :-(

Pas de blème disent les parquets, tout est légal, circulez, ya rien à voir, ya même pas soupçon de conflit d'intérêt entre Maître Sandrine Doucen avocate et son conjoint conseiller régional chargé des finances de cette instance :D

Justice in.dé.pen.dante on vous dit ! Vous avez la tête dure des Bretons ou quoi ?

Mais Le Canard doit encore en avoir sous ses plumes imperméabilisées :-D

@ Tipaza | 27 mai 2017 à 09:13

Mme Macron se voit offrir un poste de conseiller, à l'Elysée, par son président de mari, mais sans salaire.

Le poste occupé (hors concours) par Mme Macron n'étant pas rémunéré entrerait donc dans la catégorie du travail dissimulé (à moins que la révision du Code du travail y apporte un correctif ;-))

Mais je ne doute pas que le travail de Mme Macron entrera dans le cadre du bénévolat, notamment au profit de LVMH qu'elle soutient si généreusement :D

Tomas

@ Jean le Cauchois

Fort bien, et alors?

Primo, vous n'avez apporté aucune source crédible à votre propos.
Secundo, les journalistes du Canard enchaîné sont les mieux payés de France grâce aux substantiels bénéfices du journal, réalisés sans publicité.

Je ne vois donc pas très bien le problème. M. Fillon n'a pas su convaincre les électeurs de son honnêteté et de sa capacité à diriger le pays, et c'est une fort bonne chose. Quant à M. Ferrand, il devrait démissionner, comme l'a fait M. Le Roux. Faire travailler son fils n'a rien de choquant, en revanche l'opération montée avec son épouse l'est, c'est de l'abus de position dominante caractérisé.

Claggart

@breizmabro 26 mai 18 h 48
"Il est difficile de trouver en Centre Bretagne un jeune sachant lire et écrire correctement"

Si Macron était vraiment un chef il exigerait que l'énergumène du cabinet de Ferrand qui a prononcé cette stupidité soit viré sur-le-champ sans préavis pour faute grave.

Mais quand on se rappelle que ledit Macron a considéré les Bretonnes comme des illettrées...

Il faudrait lui rappeler que l'académie de Rennes est en tête (après les Corses) pour le taux d’admission au bac et pour les résultats à l'agrég de maths.

Kenavo distro

Ellen

@Savonarole | 27 mai 2017 à 18:12
"Poutine sera reçu à Versailles en grandes pompes par un Macron qui nous fait croire qu'il résiste à Trump à Taormina sur la disparition des ours polaires avec son Hulot, le véliplanchiste de Saint-Malo ; on croit rêver, non, c'est vrai.
Ça nous promet de belles images de la cérémonie par BFMTV."

Quant aux belles images, regardez plutôt le lien. Un peu de détente c'est bon pour le moral.

https://www.youtube.com/watch?v=8kaURaq-4ns

Il ne faut surtout pas braquer Vladimir Poutine ni Donald Trump dès le début, car la France risquerait de passer pour un pays arrogant et nous risquerions de passer pour des ploucs et moqués comme avec les deux ex-Présidents. Donc Versailles, moi ça me va.

hameau dans les nuages

Hélas !

https://www.youtube.com/watch?v=LrtqnvYWDrQ

Catherine JACOB

"...Enfin, parce que ce qui lui est reproché et qu'il a admis, sans être dérisoire, n'est pas gravissime. Tant avec l'implication de son épouse avocate - dont l'intervention aurait d'ailleurs augmenté le bénéfice des Mutuelles - qu'avec son fils employé par lui durant cinq mois pour environ 9000 euros. Il exclut de démissionner et est soutenu par le Premier ministre." (PB)

Certes, 9000€ ne sont pas les 55 000€ des filles de Bruno Le Roux qui lui, a démissionné, et dont l'aînée aurait même effectué son premier contrat dès l'âge de quinze ans, grâce à, qui plus est, une dérogation.
Faut-il comprendre que c’est le montant qui fait la différence ? A partir de quel montant n’est-il plus admis de rester en poste ? Est-ce qu’un plafond d’emploi familial sera inscrit dans la nouvelle loi de moralisation de la vie politique et sera-t-elle rétroactive ?
Son épouse a-t-elle été rémunérée ou s’est-elle impliquée bénévolement ?

"Le Parquet national financier, à la suite de l'article du Canard enchaîné, a jugé inutile d'ouvrir une enquête au sujet de Ferrand, premier soutien d'Emmanuel Macron."

Le Parquet, seul juge de l’opportunité des poursuites, a donc manifestement estimé inopportun d’entraver les législatives du candidat ministre Richard Ferrand qui « partout où il se rend, doit cependant se justifier et répéter qu'il n'a rien fait "d'immoral ou d'illégal". » (PB)

Quelle différence avec Fillon qui a employé son épouse le plus légalement du monde, tandis que le délit de favoritisme comme son nom l’indique est un délit, et n’est donc ni moral, ni légal ? D’après son adversaire, il s’agirait de la modique somme de 600 000€.

« Dans une perspective de moralisation de la vie publique, les pouvoirs publics ont créé, par la loi du 3 janvier 1991, le délit de favoritisme visant à réprimer les atteintes à la liberté d’accès des candidats dans les marchés publics en permettant de sanctionner les entorses aux règles de publicité et de mise en concurrence. » Ce délit est réprimé par l’art. 432-14 du code pénal.
A partir de quel montant est-ce que le favoritisme devient illégal et immoral ?
Le candidat ministre « assure également n'avoir jamais pensé à démissionner et préfère recentrer le débat sur des questions politiques ». (PB)

Cela ne vous rappelle pas quelqu’un souhaitant qu’on se concentre sur son programme plutôt que sur des faits dont il contestait la véracité ? Est-ce que seul un candidat à la présidentielle 2017 ne saurait bénéficier de la présomption d’innocence, car il n’est pas égal devant la loi avec un candidat aux législatives issu du parti d’un président qui se cherche actuellement une majorité, expliquant qu’une cohabitation gâcherait les chances de la France de s’en sortir ?
Question subsidiaire : est-ce que Pierre Bergé ou Jacques Attali posséderaient par hasard des actions dans des quotidiens étrangers, en particulier dans celui qui a fini par voir en effet en Macron le sauveur que promettait sa campagne prophétique de prédicateur dans le style nord-américain et fonctionne donc selon un schéma magique qui veut que la parole numineuse fasse advenir les choses, ou encore celui qui voit en Macron, le nouveau copain de Justin Trudeau (25/12/1971 le petit Jésus qui a repris le flambeau du Matignon canadien) et son parèdre en matière de communication, l’antidote à Donald Trump ??

"...Mais l'enjeu démocratique que représente cette quête d'un monde politique plus exemplaire vaut la peine qu'on coure le risque d'affronter des abus. Rien de plus important en effet que le projet de loi sur la moralisation de la vie publique dont il y a fort à parier qu'il ne terminera pas l'ouvrage de l'intégrité mais lui ajoutera une pierre capitale."

Plus capitale que la loi sur la moralisation de janvier 1991 alors.

"...cette exigence admirable mais totalitaire"

Le mot est lâché. Mais avec raison.

"La polémique concernant Richard Ferrand est évidemment très regrettable parce qu'elle s'inscrit dans un contexte qui semblait rendre inconcevable, de la part de ceux qui collaboraient avec le président de la République, la moindre incartade, le plus petit glissement sujet à caution."

Pourtant c’est bien pour cette même raison qu’on a accablé Fillon. D’une certaine façon, je me demande si on n’aurait pas orchestré un mini-scandale Ferrand, histoire de parfaire l’apparente objectivité du Canard qui traiterait ainsi tous les présumés coupables sur un pied d’égalité.

"Notre président de la République qui permet enfin aux citoyens d'être fiers de la représentation qu'il a mise en œuvre et dans une lumière rare depuis le 14 mai, est en même temps celui qui a "un contrat moral" avec Mimi Marchand et son agence photos pour que Paris Match soit l'exclusif bénéficiaire de l'intimité du couple présidentiel et de sa famille."

Est-ce que Mme Trierweiler n’était pas par hasard journaliste à Paris Match, il fut un temps ?

"Une mise en demeure a été notifiée à Closer et Voici - presse people et non de caniveau - pour leur interdire toute diffusion de photos et de textes."

Une mise en demeure ? Que n’a-t-il procédé par ordonnance en digne fils des Dr Macron & Macron celui qui envisage manifestement de museler ainsi la presse qu’il ne pourrait contrôler.
En tout cas, même en vacances, Brigitte vise le haut, nous indique cette couverture de Paris Match que vous citez.

"Cette frénésie pointilliste de pureté est d'autant plus déstabilisante que les citoyens ont perdu toute confiance dans les instances chargées de dire le Bien ou le Mal."

Je croyais qu’au pays de la liberté et de la laïcité, c’était à la conscience de tous les égaux devant la loi à distinguer le Bien du Mal.

Trekker

@ Robert Marchenoir | 26 mai 2017 à 18:03 et le 27 mai 2017 à 15:45

Je tiens à vous dire, chose rare dans nos échanges, que je suis totalement d’accord avec vous sur votre analyse de cette affaire Ferrand, et aussi à vous remercier pour les deux liens que vous citez.

@ Claude Luçon | 27 mai 2017 à 13:40

Bien évidemment le Canard enchaîné est souvent sélectif dans ses dénonciations des turpitudes de nos politiques et de leurs affidés. A titre personnel, j’en ai fait l’amère expérience. Mais reconnaissez que sans lui et Mediapart, nos concitoyens n’auraient jamais eu connaissance des arrangements immoraux voire à la légalité douteuse de nombre de nos politiciens : entre autres messieurs Fillon et Ferrand.

Pour ce qui est la fiabilité de ses informations, il est plus que rarement pris en défaut : citez-moi le nombre de fois ou il fut condamné en justice pour diffamation ? Dans le cas de l’estimation de la valeur des diamants reçus par VGE il a certes fauté gravement, par excès de confiance vis-à-vis de ses informateurs : Roland Dumas relayant celle fourni par Charles Pasqua, ce dernier agissant avec la bénédiction de Jacques Chirac voire à son instigation. Mais étrangement vous ne citez pas ces deux derniers. Certes souvent chez vous le partisan politique vous conduit parfois à nier des évidences : Fillon et ses diverses affaires dont vous fûtes un des derniers défenseurs zélés ici.

"...par ailleurs fournir de l'information sans en donner la source, on appelle aussi cela être un "corbeau" en France."

Sauf en matière de journalisme et notamment d’investigation, car tous ceux (de gauche ou droite) qui le pratiquent vous le diront : sans préservation de l’anonymat des sources, quasi aucun journalisme d’investigation ne serait possible. Cela vous le savez fort bien, mais vous ne faites l’offusqué que lorsque ces informations concernent vos amis politiques.

Vous êtes, bien que vous vous en défendiez, pour une presse style feue la Pravda, celle-ci naturellement ne distillant que les informations confortant vos opinions !

"…qu'on découvre que le Canard est notre NKVD, devenu KGB depuis, puisque vous parlez d'Union soviétique. Encore que j'hésite entre NKVD et Stasi, deux artistes du sabotage et de la désinformation…"

Là vous donnez dans le grotesque, certes votre haine et votre rancune vis-à-vis du Canard sont inexpiables, cet infâme volatile a fait chuter le candidat dans lequel vous mettiez tous vos vains espoirs.

Je vous rappelle, au cas où vous l’auriez oublié, que le général de Gaulle était un lecteur assidu du Canard qui pourtant ne l’épargnait guère. A un de ses ministres importants souhaitant qu’il procède à son interdiction, il rétorqua : "Vous voulez donc me ridiculiser aux yeux des Français et de la presse internationale !"

Exilé

Elle a de la tenue.

Ah ! La fameuse tenue macronienne, parlons-en.
Surtout quand il écrabouille sauvagement la dextre d'un Trump qui ne lui a rien fait...
Comment va-t-il faire, le Donald, pour signer le décret d'application concernant la construction du mur avec le Mexique, ou bien l'autorisation donnée à la CIA de saupoudrer le pyjama de Kim Jong-un de poil à gratter toxique, hum ?

Et non content de faire le pitre au G7, voilà qu'en plus l'amateur de théâtre veut jouer à Dieu le Père en prétendant agir sur le climat, peut-être sur la dérive des continents et pourquoi pas sur la course des astres...

En matière de désastres, il ferait mieux de s'occuper de ce qui le regarde et de faire modestement et sérieusement son travail en France, ce ne sont pas les problèmes qui manquent, en évitant de nous jouer du Sarközy mâtiné de Hollande, s'il veut éviter d'avoir à quitter prématurément la scène sous un tir nourri de tomates mûres. Elles.

Jean le Cauchois

@ Tomas à 00:23
"Vous aviez l'air d'être quelqu'un de sérieux, je me suis trompé. Dreuz.info n'est pas une source fiable, c'est du même tonneau menteur et fascisant(...)Trouvez-moi une source correcte, je prêterai alors de l'attention à votre information"

Cher Tomas, votre qualité de jugement vous est propre : un site d'information sur le Net se permettant une critique fondée sur un acteur du Canard enchaîné est forcément singulier. Il m'a été indiqué par un ami très "vieille France". Le site dreuz.info se présente dans un carré mauve : "Dreuz est un site américain, conservateur, chrétien, pro-israélien. Comme nous sommes tout ce que les journalistes détestent, ils nous appellent fachosphère". Nous sommes prévenus et l'article citant l'usage du château médiéval classé de La Ventrouze par monsieur André Escaro se réfère à monsieur Fabien Bouglé. Comme je suis sérieux, je me suis inquiété de cette personne, conseiller municipal de Versailles, classé "divers droite", auteur de plusieurs livres sur le patrimoine (comment l'acquérir, l'entretenir, le transmettre...) en vente sur Amazon. Je l'ai aussi écouté interviewé sur YouTube (un 20 minutes). Il ne doit pas avoir les mêmes idées politiques que vous. Alors, allez un week-end à La Ventrouze, sonnez à la grille du château et demandez monsieur Escaro... et vous me direz si je suis sérieux, et sélectif, mais prudent dans mes recherches d'informations, comme un bon journaliste d'investigation du Canard, de Libé, du Monde...

Savonarole

Poutine sera reçu à Versailles en grandes pompes par un Macron qui nous fait croire qu'il résiste à Trump à Taormina sur la disparition des ours polaires avec son Hulot, le véliplanchiste de Saint-Malo ; on croit rêver, non, c'est vrai.

Ça nous promet de belles images de la cérémonie par BFMTV.

Jabiru

@Michelle D-LEROY 16:16

Parfaite analyse du cas Ferrand. Si le Parquet financier considère que cette affaire ne le concerne pas il n'en va pas de même avec l'opinion publique qui s'exprimera bientôt dans les urnes. Le sourire et la morgue avec laquelle ce monsieur botte en touche ne peut que le desservir.

hameau dans les nuages

@ Michelle D-LEROY | 27 mai 2017 à 16:16

C'est évident de A à Z. Fatigué, rien à dire de plus. Et moi de mon côté à un âge avancé qui essaye avec mes modestes moyens de continuer à avancer, entreprendre... Je suis écoeuré.

Tout cela va mal se terminer.

Michelle D-LEROY

"Comparer ce qui a accablé François Fillon avec les ennuis médiatiques de Richard Ferrand n'a pas de sens."

Pour moi, si, c'est exactement la même chose, bénéficier de son statut, en exploiter les failles ou sa notoriété pour légalement arrondir ses fins de mois ou son patrimoine. La seule différence consiste ici à voir la justice se saisir des "affaires" selon le mode deux poids deux mesures.

Les Mutuelles de Bretagne ont beau être sous statut privé, il n'en reste pas moins vrai que ce sont les adhérents, et souvent modestes, et parfois mal pris en charge lors de sinistres, qui contribuent à leur existence même, sinon à leur enrichissement. Cela va tout simplement renforcer, dans l'opinion désabusée, la suspicion envers les mutuelles et les assurances.

Richard Ferrand, le bien prénommé, a, via sa compagne, imaginé un intéressant montage financier pour acquérir un bien immobilier sans frais. Les frais notariés étaient inclus dans le montant du prêt et les travaux de remise à neuf payés par les Mutuelles de Bretagne n'ont rien coûté au propriétaire. Si Richard Ferrand n'avait pas été un politique connu de la région, si le locataire avait été aléatoire, quelle banque aurait prêté cette somme avec une telle facilité ? Quel Français désargenté et désireux d'acquérir un bien immobilier de valeur, un bien qui rapporte de bons loyers sûrs, ne rêve pas d'une aussi belle occasion ?
D'autant qu'au travers de sa compagne qui ne porte pas son nom, Richard Ferrand espérait bel et bien camoufler cette opération. C'était sans compter avec les journalistes fouineurs et les vrais faux amis.

Légal ou pas, cela fait malheureusement tache, d'autant que cet ancien socialiste vertueux n'a pas cessé durant la campagne des présidentielles de rappeler les fautes de François Fillon.

Transparence, transparence, c'est la volonté du nouveau gouvernement. Sauf que celle-ci commence déjà à se retourner contre lui. En effet, tout ce qui n'est pas net, paraît flou. Ainsi l'argent gagné par Emmanuel Macron mais dépensé en si peu de temps a paru suspect à beaucoup de Français. La déclaration de patrimoine d'Edouard Philippe a été mise en doute. Et l'affaire Ferrand est pour le moins dérangeante.

A force de vouloir trop bien faire, c'est le boomerang qui leur revient à la tête. N'y avait-il pas plus urgent à faire qu'une loi de moralisation, sachant que dans ce bas monde, la société humaine n'est jamais parfaite nulle part, et "En Marche !" n'y échappera pas. L'avidité existe bel et bien, et tôt ou tard, les plus malins se débrouillent pour améliorer leur sort grâce à leurs réseaux. Il y a aussi de plus en plus de familles élargies, ce qui permet sous des noms inconnus du grand public de traficoter en toute tranquillité. Et cela personne ne pourra jamais l'empêcher. On peut écarter les épouses, les enfants légitimes du champ des politiques, il restera toujours les "compagnes ou favorites", surtout si elles sont de passage ainsi que leurs enfants et les conjoints ou amis de ces enfants. De parfaits inconnus, pourtant parfois, bien proches.

Les Français dont le pouvoir d'achat diminue ou ne suffit plus à vivre décemment ne supportent plus ce genre d'embrouilles, on l'a vu avec les affaires Fillon.
Du coup, ils suspectent tous les politiques. Et, à vouloir trop jouer de transparence, on excite les jalousies et on exacerbe les rivalités en détaillant les patrimoines et comptes en banque des politiques. Cette mise à nu a quelque chose de gênant qui touche au voyeurisme. Que des services de l'Etat se chargent de contrôler, cela serait, de mon point de vue, suffisant, pas besoin de cet étalage malsain.

Imaginons qu'à plus petite échelle, dans une entreprise et par souci de transparence, il soit obligatoire d'afficher les salaires des salariés. Ce serait l'émeute. Même si tout est légal et une échelle des valeurs respectée (responsabilités, diplômes, ancienneté, travail fourni, gestion d'un service et management d'une équipe, qualités personnelles...), beaucoup de ces salariés seraient indignés d'apprendre que tel ou tel collègue est si bien payé pour ce qui leur paraît un travail moins pénible ou moins contraignant que le leur.
Alors vouloir toujours plus de transparence relève de la provocation.

Il faut dire aussi que le programme d'Emmanuel Macron n'a pas été très clair sur les questions fiscales et que beaucoup de Français sont en attente de connaître à quelle sauce ils seront mangés. Augmentation d'une CSG sans contre-partie pour alimenter la sécurité sociale aux prestations ouvertes au monde, suppression de l'ISF, en partie, mais transformée en impôts fonciers pour d'autres, suppression d'une partie de la taxe d'habitation (jusqu'à 20 000 € -seulement - pour les personnes seules sans enfants) et dont la perte à gagner pour les collectivités locales sera obligatoirement remplacée par d'autres impôts. Pour certains le cumul de ces futurs et nouveaux prélèvements crée légitimement une inquiétude et les met de mauvaise humeur par avance. Et c'est compréhensible. En plus, voir que déjà avant de commencer, le gouvernement Macron, qui compte dans ses rangs des profiteurs légaux, va demander des efforts de probité aux autres, est assez curieux même si rien n'est nouveau.

Un renouveau dans la continuité.
Les fans d'Emmanuel Macron ou ceux qui ont enfourché la monture En Marche ! après son élection, voudraient nous faire croire qu'il faudrait élire, sans rechigner et pour être cohérents, 577 nouvelles figures, jeunes, de la société civile mais débutants, pour que tout devienne immédiatement parfait. De doux rêveurs qui découvriront mais un peu tard que ces petits nouveaux, parés de toutes les vertus, sont tout pareils à leurs aînés : les uns avec une éthique irréprochable, mais d'autres qui ne penseront qu'à leur personne et à arrondir leur cagnotte.

Trekker

@ Régis ANTOINE | 27 mai 2017 à 00:16
"Mais si des éléments nouveaux apparaissaient (ce que rien ne laisse supposer en l’état des informations disponibles) conduisant à une mise en examen..."

Qui vous dit que des adhérents de la mutuelle dont il était le DG ne porteront pas plainte en justice pour délit de favoritisme, abus de biens sociaux, etc. à l’encontre de son CA, Président et ex-DG ? Ne pas oublier que les assurés d’une mutuelle ne sont pas de simples clients, mais conjointement des adhérents élisant leurs dirigeants et ceux-ci leur doivent des comptes. Certes dans la réalité nombre de dirigeants de mutuelles doivent leur poste à des cooptations diverses, et informent les adhérents a minima sur les opérations qu’ils conduisent pour leur compte.

@ Giuseppe | 27 mai 2017 à 10:11
"Ensuite la légende disant qu'il a redressé la mutuelle locale est fantaisiste, les mutuelles fonctionnent par répartition et augmentent leurs moyens en se regroupant, comme les assurances, plus d'accidents plus de cotisations. Ces "sociétés" sont tout sauf des entrepreneurs du risque."

Parfaitement exact, et d’ailleurs on aimerait bien savoir quelles sont précisément les actions conduites par R. Ferrand en tant que DG, et qui ont soi-disant redressé cette mutuelle. Les affirmations des LREM et de certains de ses collègues du gouvernement sur ce sujet seraient bien plus crédibles si elles étaient étayées par des faits précis !

Il serait en outre intéressant de savoir comment R. Ferrand a été nommé ou promu DG de cette mutuelle, et aussi dans quel contexte il a été embauché. Certes j’ai fort mauvais esprit mais cette embauche et promotion ne seraient-elles pas la résultante de sa position au sein du PS breton ?

A titre anecdotique j’ai fort bien connu un ex-cadre du PCF, en fait « commissaire politique » important en son sein, qui à la quarantaine fut embauché en tant que cadre de direction dans une Caisse d’Épargne régionale. Avant son recrutement ses connaissances bancaires se limitaient à la détention d’un livret A dans cette Caisse d’Épargne ! Deux ans après son embauche, il fut promu Président du directoire. Détail naturellement sans rapport avec ce qui précède : le Président du conseil de surveillance était un sénateur PS, cacique inamovible de ce dernier, membre éminent de la GLNF, et « parrain » en politique de Roland Dumas.

@ breizmabro | 27 mai 2017 à 10:33
"Oui sauf que M. Ferrand était responsable financier au Conseil régional de Bretagne ce qui lui donnait beaucoup de pouvoir sur les banques locales. Mais ça personne n'en parle…"

Notamment vis-à-vis des banques mutualistes ou coopératives, il serait intéressant de savoir quelle est la banque qui a financé cette opération immobilière à 100 % (y compris frais de notaire), et cela au profit d’une SCI au capital de 100 € créée par deux particuliers pour la circonstance. Nombre de PME et TPE ayant pignon sur rue et dont la rentabilité est constante depuis des années, voudraient bien pouvoir bénéficier pour l’acquisition de biens immobiliers professionnels de pareilles conditions !

Certes cela n’a rien d’illégal mais est quand même fort inhabituel, la règle usuelle des banques étant d’accorder un prêt représentant au plus 80% de la valeur du bien à acquérir, et hors frais de notaire.

Robert Marchenoir

@Giuseppe | 26 mai 2017 à 23:46

Mais oui, je suis un démocrate. Ce n'est pas très à la mode. Chez certains, c'est même une insulte...

@Jean-Marc | 26 mai 2017 à 19:21
"Je commence à regretter les temps anciens, les coups d'Etat se terminaient avec un dictateur qui s'il échouait risquait sa peau."

Exactement. La contrepartie du pouvoir absolu a toujours été que les autocrates mettaient leur vie dans la balance. Le socialisme contemporain, mâtiné de capitalisme de connivence, a réussi l'exploit de supprimer jusqu'à ce contre-pouvoir.

@Caillaux | 26 mai 2017 à 19:12

Bravo pour ce témoignage. La question n'est pas Ferrand, Fillon ou Duschmurtz. La question est que tout le monde fait pareil dans le plus grand silence. Et je suis peiné de constater le nombre de commentateurs, ici (comme partout ailleurs), qui changent d'étalon moral en fonction de leur bord politique.

Pour préciser ma position sur cette affaire : j'ignore si le montage immobilier de Ferrand est illégal (je ne prête même pas attention à son "emploi familial"). Cela n'a aucune importance. S'il est légal, alors c'est scandaleux.

Néanmoins, ce n'est pas parce qu'un organisme judiciaire affirme que c'est légal que ça l'est. Si la justice était toujours honnête et rigoureuse, ça se saurait. Eric Verhaeghe explique ici, avec des arguments juridiques précis, pourquoi d'après lui cette transaction est très probablement illégale :

http://eric-verhaeghe.entreprise.news/2017/05/26/richard-ferrand-limpressionnant-deni-de-justice/
http://www.entreprise.news/ferrand-a-t-vraiment-agi-legalite-bretagne-doute-gene/

Mais encore une fois, peu importe. Nul besoin d'être juriste pour estimer que le montage de Ferrand est malhonnête, qu'il constitue un conflit d'intérêt, un détournement de biens sociaux, une escroquerie à l'encontre des adhérents de la mutuelle, des actionnaires de la banque, et qu'il fait peser un grave doute sur la capacité de celui qui l'a organisé à diriger les affaires publiques avec le souci exclusif de l'intérêt général.

Dans une nation saine, chacun aurait un réflexe de répulsion face à de tels agissements, et leurs auteurs seraient d'un commun accord jugés inaptes à occuper des fonctions publiques (ou des responsabilités privées, d'ailleurs). On n'a pas besoin de la loi pour cela. Le sens de ce qui se fait et de ce qui ne se fait pas suffit. Ou du moins, il devrait suffire.

Le seul fait que cela n'aille pas de soi montre à quel point la France a perdu ses repères moraux. Nous aussi, nous aurions grand besoin d'un Alexeï Navalny. La France est sans doute l'un des pays les plus corrompus parmi les nations développées, et ça n'a l'air de gêner personne.

(J'ai tantôt écrit par erreur que Madame Ferrand avait vendu un bien immobilier à l'entreprise dirigée par son mari ; en fait, elle l'a acheté pour le lui louer ; cela ne change rien à l'affaire.)

Michel Deluré

@ Achille 27/05 08:03

J'abonde dans votre sens et en arrive moi aussi à me méfier énormément de ces politiques et journalistes s'érigeant en donneurs de leçons de morale et prétendant vouloir laver plus blanc que blanc, comme dirait Coluche, le linge sale de la famille politique.
Rien de plus efficace pour distraire et endormir la galerie et détourner ainsi l'attention des défis autrement importants à relever.

Allons-nous une énième fois dépenser notre énergie pour argumenter sur le point de savoir si M. Ferrand est ou non fautif d'avoir agi comme il l'a fait en la circonstance ou allons-nous réserver cette énergie pour nous atteler à résoudre enfin les problèmes auxquels notre pays est confronté ?
Bien sûr qu'il convient de tout mettre en oeuvre pour moraliser la vie politique et en finir avec des pratiques qui écoeurent l'opinion publique, mais ne soyons pas naïfs, il est illusoire de penser que la pureté sera demain l'apanage de ce milieu.

J. Marques

Jusqu'à maintenant un pays de droit s'appuie sur une série de codes (pénal, procédure, impôts...) et non sur une morale ou une éthique très fluctuante au fil des ans et des coteries.
Que le Canard passe sont temps à faire des fiches sur les personnalités politiques qui ne lui plaisent pas, tel le dernier des barbouzes ou des RG ne m'étonne pas. Cela fait longtemps que j'ai arrêté de le feuilleter.

La délation est une sinécure pour ce genre de feuille.
Salissez salissez il en restera toujours du chiffre d'affaires.

Si dans ce qu'on appelle l'affaire Ferrand il y a quelque chose de vrai et de potentiellement délictueux, alors que le Canard le sorte entièrement !

Au fait qu'en est-il de l'affaire Fillon?
Je pense qu'on s'avance vers le non lieu mais le but initial est atteint.

Giuseppe

@Achille | 27 mai 2017 à 08:03
"Je préfère personnellement un politique un peu filou..."

Qu'on s'entende bien : nous disions nous qu'il fallait avoir les "yeux qui brillaient", filou oui, mais pour l'intérêt commun ou pour le compte de votre employeur sinon c'est s'engraisser et en cela faire profiter sa compagne d'une acrobatie juridique n'est pas normal car il y a enrichissement personnel et ce ne sont pas les mutualistes qui en bénéficient. £i$$ON et £e$$and même combat.
L'un vaut l'autre, morale, éthique, appelez cela comme vous voulez mais quelque part cela pue.

Bien sûr, ce que vous appelez filou je le reçois en averti, affranchi, mais pour défendre les intérêts de ceux qui ont votre confiance, les mutualistes. Pourquoi les locaux n'ont-ils pas été achetés directement...
A mon avis ce tour de passe-passe est encore pire que le système LBO, vendre sans être propriétaire, un maillon n'est pas très clair, le Palmipède devrait sans doute nous éclairer, pas ce mercredi pour le suspense, mais le suivant sans doute.
Pourquoi avoir posé cette mine, sans qu'il y ait une suite ?

Claude Luçon

@ Trekker | 26 mai 2017 à 18:48
"Vous devez amèrement regretter qu’une certaine presse française ne soit pas soumise à une censure préalable et vétilleuse comme dans feu l’Union soviétique !"

Non, c'est l'inverse, je ne voudrais pas qu'on découvre que le Canard est notre NKVD, devenu KGB depuis, puisque vous parlez d'Union soviétique. Encore que j'hésite entre NKVD et Stasi, deux artistes du sabotage et de la désinformation.
Par ailleurs fournir de l'information sans en donner la source on appelle aussi cela être un "corbeau" en France.

Pour la censure pas besoin de l'URSS, l'Etat français la pratiquait avec talent entre 1940 et 45.
En plus nos médias n'en sont pas avares non plus, ils oublient pendant quatorze ans de nous parler de Mazarine et sa mère qui vivaient pourtant à nos frais. Même le sempiternel Jacques Attali a omis de nous en informer, lui qui sait tout.
De la même façon le Canard et autres ont oublié de mentionner que les diamants de Giscard étaient des diamants bruts, donc de faible valeur, ce que vous savez aussi bien que moi.

La censure existe toujours mais on n'en parle plus car nous avons le privilège, en principe, de vivre en démocratie. On ne taille plus ou ne noircit plus des paragraphes de texte, on simplifie en ne les publiant pas. La technique a évolué, avec ordinateurs et traitements de texte c'est facile, on ne censure plus, on "coupe".

Quant à être fielleux je ne crois pas, la méchanceté ne fait pas partie de mes nombreux défauts, je m'efforce plutôt d'être caustique.

Jabiru

@Achille 11:28
"Tout redeviendra comme avant"

J'en ai bien peur car le naturel revient souvent au galop !
Une fois la frousse passée on oublie et on recommence.

Exilé

...le poison du deux poids deux mesures va couler de plus en plus dans les veines républicaines.

Mais ce poison est inscrit dans les gènes du républicanisme à la française depuis ses origines.

Se reporter par exemple à la Déclaration des Droits de l'Homme qui a été foulée au pieds par ceux-là mêmes qui l'ont rédigée.
Et ça continue de plus belle depuis cette époque.

Philippe Daumier

@breizmabro

Totalement d'accord avec vous, Monsieur Bilger était le plus "dur" (euphémisme) sur ce "débat" comme dirait le Premier ministre. Il n'y a pas de problème juridique :

Ordonnance 45-2456 - Article 13
Il est interdit aux administrateurs de prendre ou de conserver un intérêt, direct ou indirect, dans une entreprise ayant traité avec la société ou dans un marché passé avec celle-ci. Il leur est également interdit de faire partie du personnel rétribué par la société, ou de recevoir, à quelque titre et sous quelque forme que ce soit, des rémunérations à l'occasion du fonctionnement de la société ou du service des avantages statutaires.

Les membres de la société peuvent faire partie du personnel rétribué par celle-ci. Ils ne peuvent, dans ce cas, être élus aux fonctions d'administrateurs ou de membres de la commission de contrôle.

Le démarchage, ainsi que l'emploi de courtiers rémunérés sont interdits aux sociétés mutualistes.

Aliocha

Les Semtob ont hier, il me semble, souligné le problème essentiel, de savoir discerner morale et éthique. Bien et mal sont des notions différenciées selon les cultures diverses, l'éthique de la loi devant servir de cadre à leurs éventuels débordements, et la confondre avec la morale aboutira inéluctablement à des confusions du poids et de la mesure.

Achille

@ Jabiru | 27 mai 2017 à 10:38
"Quant aux politiques harcelés moralement par les médias, ils peuvent toujours déposer plainte en dénonciation calomnieuse à condition d'avoir les "fesses" propres."

Avoir « les fesses propres » ne suffit plus car désormais l’ordre moral prévaut sur le légal. On le voit avec l’affaire Ferrand où le PNR et le tribunal de Brest se déclarent incompétents pour traiter ce dossier.

A vouloir laver plus blanc que blanc je ne suis pas certain que l’on se dirige vers plus de moralité de la vie politique. Une fois les élections législatives passées, tout redeviendra comme avant.
Il est clair qu’il s’agit ici d’une opération purement politicienne destinée à obtenir la majorité dans l’hémicycle, en fragilisant le parti de Macron. L.R. s'est engouffré dans la brèche ainsi que les Insoumis de Mélenchon qui pensent eux aussi pouvoir profiter de cette affaire pour rafler le jackpot. Quant au PS et au FN ils doivent d'abord régler leur petite guerre interne. Pour eux il s'agit juste de sauver les meubles.

Jabiru

@Achille 21:50

Le harcèlement moral au travail est un délit, il peut donc être sanctionné comme tel à la condition que le délit soit constitué. La Législation, au sens large, protège celui qui peut apporter la preuve de ce qu'il subit et lui permet de faire condamner l'employeur qui en serait la cause.
Sur le plan pénal, une plainte est du ressort de la juridiction judiciaire.
Sur le plan du Code du travail le salarié harcelé peut prendre acte de la rupture de son contrat de travail aux torts exclusifs de son employeur avec demande de dommages et intérêts pour indemniser le préjudice subi. En règle générale les tribunaux et conseils de prud'hommes sont très attentifs aux doléances présentées s'agissant de ce délit.
Quant aux politiques harcelés moralement par les médias, ils peuvent toujours déposer plainte en dénonciation calomnieuse à condition d'avoir les "fesses" propres.

breizmabro

J'ai regardé LCI hier. Si l'affaire Ferrand dérange, un peu, M. Bilger, visiblement ça ne dérangeait pas ses contradicteurs.

"C'est une affaire commerciale privée, ce n'est pas de l'argent public, M. Ferrand n'était pas député et son fils a réellement travaillé" entend-on en boucle.

Oui sauf que M. Ferrand était responsable financier au Conseil régional de Bretagne ce qui lui donnait beaucoup de pouvoir sur les banques locales. Mais ça personne n'en parle...

Quant au job (d'hiver paraît-il) du fiston, l'ancien député a expliqué que l'emploi de son fils n'était pas fictif, que son embauche s'était faite "un peu au débotté" et qu'il l'avait aidé à, notamment, rédiger sa Lettre du député et à tenir son blog.

Donc pour rédiger la lettre de son député de papa et tenir son blog, en 2014, le fils de papa a été rémunéré 1445,38€ BRUT pendant quatre mois (montant du smic mensuel en 2014 pour 35 heures : 1445,38€).

Multiplication : 1445,38 x 4 = 5781, 52€

Or le fils de papa a perçu (+/-) 8600€ (net ? brut ?). Où est donc passée la différence puisque papa dit que fiston a été payé au smic ? Y aurait-il un smic différent à l'Assemblée nationale ? ;-)

Faut qu'j'en parle au cheval de Bayrou... :D

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS