« Michel Onfray ne joue pas mais massacre ! | Accueil | Le présent sportif mais le passé criminel... »

09 juin 2017

Commentaires

Elusen

Très cher Monsieur Bilger,

Cour de justice de l'Union européenne ; je vous rappelle qu’il n’y a aucun traité ou aucun accord qui indique que cette Cour, dans la hiérarchie du droit ou de la jurisprudence, prévaut sur le Conseil constitutionnel français, ou sur les Cours suprêmes des pays membres.

Elle a fait un coup d’État et a pris le pouvoir en s’autoproclamant au-dessus.

Dans l’histoire, plusieurs Cours ont fait la même chose :

- le Conseil d’État en 1873 qui a décidé, tout seul comme un grand, qu’il avait le droit de condamner l’État ou ses agents, alors que le droit le lui interdisait.

- la Cour suprême des USA qui a décidé que sa jurisprudence était supérieure au Président des USA.

Comme personne n’a rien dit ni protesté, dans tous ces cas, c’est devenu par habitude des institutions auxquelles tout le monde se soumet.

Ainsi la CJUE, quand elle s’appelait Cour de justice des Communautés européennes, a même décidé dans un arrêt 296 ou 294 que l’économie, le commerce devraient toujours avoir le dessus sur la déclaration des droits de l’homme, que ces derniers doivent s’effacer dans l'intérêt de l’économie.
Elle tente systématiquement de faire disparaître la Cour européenne des droits de l'homme.

Dans le traité établissant une Constitution pour l'Europe de 2004, auquel les électeurs français ont refusé la ratification en 2005, il y avait un protocole qui mettait un terme à la Cour européenne des droits de l’homme et mandatait la CJUE pour juger de la déclaration des droits de l’homme.

Surprenant, le truc qui affirme que les droits de l’homme doivent s’effacer devant l’économie aurait eu la charge de se prononcer sur les droits de l’homme.
Un peu comme demander à Émile Louis de s’occuper du secrétariat d’État aux handicapés.
Sans compter que la CJUE se torche royalement avec le droit européen et les libertés fondamentales données aux citoyens.

Une journaliste britannique s’est aperçue que la Banque Centrale Européenne aurait magouillé avec Goldman Sachs ce qui aurait entraîné la crise actuelle en Europe.
En application du traité simplifié européen, de la loi d’accès aux documents administratifs, cette journaliste a demandé à la Banque Centrale Européenne les accords entre Goldman Sachs et cette dernière, la BCE a refusé.

La journaliste a de fait saisi la CJUE.
Eh bien, la CJUE a tout simplement décidé, de manière arbitraire, par un nouveau coup d’État, que le droit européen ne s’appliquait pas.

Le juge français alors interrogé sur cette affaire par des journalistes de Arte, pour l’émission Vox Pop, a mis un terme à l’entretien et demandé aux journalistes de quitter les lieux.

https://youtu.be/lLA3mypXWCc?t=262

Tomas

@ revnonausujai

C'est très bien de ne se soucier que des intérêts français mais dans le monde des jets, d'Internet et des missiles balistiques intercontinentaux cela revient à peu près à se soucier du seul intérêt breton, ou provençal, ou toute région de votre choix, à l'époque de la révolution industrielle.

Si la France décide de sortir de l'Europe (puisqu'en gros c'est cela que signifie une politique d'opposition à l'Allemagne), il se passera les choses suivantes :

- nous perdrons nos marchés d'exportation sans être capables de fabriquer ou de produire nous-mêmes de ce que nous importons ;
- notre monnaie retrouvée perdra inévitablement de la valeur dès sa création en raison de la dégradation de la situation économique et du départ des capitaux étrangers ;
- on ne peut exclure que certaines régions à la forte identité et exportatrices (l'Alsace et la Bretagne par exemple) soient tentées par le séparatisme ;
- la pauvreté fera montrer la criminalité à des degrés inimaginables et tout espoir d'intégration des populations immigrées pauvres sera perdu ;
- notre armée n'aura plus le moindre sou vaillant, sauf à paupériser la population selon le scénario russe de puissance pauvre.

Je ne suis pas sûr que tout cela soit dans l'intérêt national. L'Europe c'est comme la France : une construction imparfaite certes mais qui est allée trop loin pour qu'on puisse la défaire sans aboutir à la catastrophe économique, et donc ensuite politique.

revnonausujai

@Tomas
"@ revnonausujai
"Nos intérêts divergent plus qu'ils ne coïncident au sein de l'espace européen"

Puis-je savoir en quoi ? Les deux "dangers" que vous citez, qui sont d'ailleurs l'un et l'autre aisement refutables, ne concernent que la France et non les autres Etats europeens. La palme a votre vision caricaturale de l'Allemagne qui a tout de meme beaucoup change en 80 ans, et ne nourrit plus aucun revanchisme territorial."

Il n'est pas certain que d'autres Etats européens ne soient pas concernés par l'islamisme ou l'imperium germanique (l'avis des Grecs ?) mais ce n'est pas mon propos ; je ne me soucie que des intérêts français et suis totalement indifférent à ceux des Moldo-Poldèves, pour ne vexer personne.

Revanchisme territorial ? ce n'est pas non plus la question, il n'en est nul besoin pour asseoir sa domination.
Après la prise en main et l'unification de facto puis de jure de l'Allemagne par la Prusse (Sadowa 1866), le Reich allemand a été notre ennemi constant pour la simple raison que le marigot n'est pas assez vaste pour héberger deux crocodiles ; l'écrasement de 1945 et la partition en deux entités antagonistes en ont fait un nain politique et nous ont procuré une trêve jusqu'à la funeste réunification de 1990, soit 45 et non 80 ans. Depuis, c'est retour aux fondamentaux.

Le mot de Mauriac était prophétique : « J’aime tellement l’Allemagne que je préfère qu’il y en ait deux ».

Tomas

@ revnonausujai
"Nos intérêts divergent plus qu'ils ne coïncident au sein de l'espace européen"

Puis-je savoir en quoi ? Les deux "dangers" que vous citez, qui sont d'ailleurs l'un et l'autre aisement refutables, ne concernent que la France et non les autres Etats europeens. La palme a votre vision caricaturale de l'Allemagne qui a tout de meme beaucoup change en 80 ans, et ne nourrit plus aucun revanchisme territorial.

La France qui sort de l'Europe c'est une recession economique d'ampleur assuree. Ca ne me derangera pas, mais vous ?!

@ Trekker

Je n'ai jamais dit que cela serait facile, mais si nous voulons rester un tant soit peu maitres de notre destin (et je pense qu'apres avoir domine le monde, les Europeens y tiennent plus que d'autres), c'est helas la seule chose a faire.

Je connais le passe peu glorieux de certains "peres de l'Europe", et notamment celui de Lagrange. Mais combien de Lagrange la France de l'apres-guerre a-t-elle connus ? Ce n'est pas leur existence qui dedouane le FN de ses idees nauseabondes et mortiferes, au contraire !

fugace

@ Noblejoué | 11 juin 2017 à 23:38

Bonjour

Merci du retour, car j'étais contrit de ma maladresse (est-ce bien exprimé en français ?).

Mon épouse me dit aussi très susceptible, alors je tente de me soigner par moi-même, en me répétant cette citation de S.Johnson : "Trop de susceptibilité nuit toujours au bonheur". Mais chassez le naturel.....
Alors je suis d'autant mieux placé pour vous comprendre... Pardon accordé sans réserve donc, en attendant vos prochains commentaires.
Cdt.

json formatter

La CJUE se moque du monde qui n'est pas le sien, éthéré et tranquille dans la ouate du droit.

Caffer 21

Non Monsieur Bilger !
Vous savez bien que le juge, garant des libertés, a pour fonction même de limiter les excès de l'arsenal répressif.
C'est grâce à la CJUE, ou plutôt la CJCE, que la France a été contrainte de moderniser sa procédure pénale archaïque.
Dans sa jurisprudence, la CJUE commet évidemment des excès, mais cela ne suffit pas à la condamner.
Vous regrettez que l'on privilégie "la pureté des principes et l'abstraction des concepts" sans tenir compte des réalités.
Vous cédez là à la tentation populiste, car en qualifiant ces concepts (pureté, abstraction), vous les dégradez.
Protestez donc contre les décisions qui vous paraissent critiquables, mais ne mettez pas en cause, ne dénigrez pas une juridiction en excitant à l'évidence les réflexes nationalistes.
Pour le reste, j'adore vous lire.

Noblejoué

@ fugace

Je suis en effet susceptible et vous en demande bien pardon. Vous me l'accorderez si vous êtes moins susceptible que moi !

Ai-je une circonstance atténuante ? Je suis plus chat que chien.

Noblejoué

En réalité, ce n'est pas la CJUE qui est coupable mais le manque de coordination entre pays européens, et si on veut trouver absolument un coupable c'est... l'Allemagne. Car elle a mis les autres devant le fait accompli, a prétendu accueillir les réfugiés mais leur a fermé la porte au nez, au mépris de sa parole et des voisins.

Je dis pour ma part que si l'Allemagne a été impitoyable avec les Grecs, qui devraient rembourser quitte à en crever, il est juste de dire que les Allemands doivent dès lors, eux aussi, être pris au piège de leur parole et recevoir les réfugiés.
Si on est impitoyable avec les Grecs, pourquoi pas avec les Allemands ? Ils ont voulu faire de l'humanitaire sans réfléchir puis contraindre les autres Européens ? Que les autres Européens contraignent les Allemands... Nous avons un Euro et une politique économique à l'avantage de l'Allemagne, un piétinement de la Grèce voulu par l'Allemagne. Personne ne veut des réfugiés, nous en avons assez de subir l'Allemagne ? Il faut résoudre chacun des problèmes par l'autre... L'Allemagne profite des faiblesses économiques des autres ? Il faut que les autres profitent de ses faiblesses politiques.

Ne demandons pas aux magistrats de contourner des principes, ce n'est pas leur rôle de les abaisser, mais au contraire, c'est le leur de les faire respecter voire d'en trouver d'autres, genre responsabilité du fait des choses, si je me souviens bien.
De formaliser des principes dans la réalité. D'être des arbitres et non des joueurs.

Les joueurs, ce sont les politiques... A eux d'être créatifs, et il me semble que se débarrasser des réfugiés sur l'Allemagne, une chose que je ne demanderais pas si l'Allemagne n'avait pas abusé de sa puissance contre les Européens et ne s'était pas prise au piège de sa parole, est la voie.
Je ne le demanderais pas non plus si les arabo-musulmans, pas tous mais suffisamment pour que ce soit dangereux, ne portaient pas atteinte à la paix civile et à la liberté.

C'est l'amour de la liberté qui doit toujours nous mener.

Noblejoué

@semtob 10 juin 2017 à 21:08

Bravo. Il n'est pas donné à tout le monde d'expliquer comme vous l'avez fait pourquoi et comment un principe est un principe.
J'aime particulièrement la coda :

"Ainsi, il est possible de tordre les mots, les chiffres, mais celui qui osera marcher sur les principes ne sera que plus facilement piétiné."

Exilé

@semtob
Que peut-il arriver de pire dans une structure que la perte des principes ?
Certaines institutions sont là pour faire barrage aux génocides industriels, pour défendre le droit d'asile, les libertés fondamentales.

Dans le principe - c'est le cas de le dire - vous avez raison...
Mais à votre avis, que faire face à des gens qui ne cherchent qu'à détruire ces principes, qui seront donc caducs une fois qu'ils seront parvenus à leurs fins ?

Quand les droits de l'homme érigés en quasi religion aboutissent à la négation des droits des peuples au profit de quelques malfaiteurs qui s'en réclament pour nuire, n'est-ce pas le signe que quelque chose est vicié dans ce système poussé de façon perverse à son extrémité ?

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/06/17/31003-20160617ARTFIG00364-les-droits-de-l-homme-eriges-en-religion-detruisent-les-nations.php

https://www.polemia.com/les-droits-de-lhomme-contre-le-peuple/

revnonausujai

@ Tomas

En dehors de généralités sur le climat, le terrorisme ou la lutte contre les maladies vénériennes dans les maisons de retraite, généralités qui concernent aussi bien la Papouasie septentrionale que la Patagonie insulaire, nos intérêts divergent plus qu'ils ne coïncident au sein de l'espace européen.
Nous avons actuellement deux ennemis :
- le fondamentalisme islamique qui, au-delà de sa métastase terroriste, menace notre cohésion et, par effet de miroir, nos libertés
- l'Allemagne qui a renoué avec son rêve de domination continentale et nous détruit financièrement et industriellement, cherchant, comme aux joyeuses heures de 1940, à nous ramener à l'état de producteur agricole et de lupanar pour Fritz en goguette.

Malheureusement, pour l'un comme pour l'autre, les collabos sont au pouvoir.

Catherine JACOB

@Claude Luçon | 10 juin 2017 à 18:23
"Si seulement nous pouvions avoir une Europe unifiée des nations ce ne serait déjà pas mal.
Pensez-y Anglais, Français, Italiens, Espagnols, Portugais, Belges, Hollandais, Suisse, Allemands, Polonais, Autrichiens, Roumains... nous sommes tous des mêmes souches et sommes incapables de nous unir. Regardez de près le reste du monde, prenez-le continent par continent, eux aussi se divisent, sans l'aide des plaques tectoniques"

Au fait, vous savez que Lucy (ou Dinqnesh : Australopithecus afarensis découverte en Afrique de l’Est - entre environ 4,1 et 3 millions d'années BP - befor present) ne serait pas notre grand-mère commune à tous ?

Pas seulement parce que l’espèce est considérée comme éteinte, mais parce qu’aux dernières nouvelles le Jardin d’Eden n’est pas en Afrique de l’Est (200 000 ans, Ethiopie, Kenya, Tanzanie) mais au Maroc (300 000 ans). Ses occupants n’auraient donc taillé la route fissa pour découvrir le monde et remplacer le Néandertalien et toute autre espèce assimilée, qu'à la recherche de nouveaux pommiers qu'ils auraient trouvés sur leur route depuis la vallée du rift !

« C’est ce qu’ont montré les travaux d'une équipe internationale dirigée par Jean-Jacques Hublin de l'Institut Max Planck d'Anthropologie Évolutionnaire de Leipzig (Allemagne), professeur au Collège de France, et par Abdelouahed Ben-Ncer de l'Institut national d'archéologie et du patrimoine de Rabat. Sur le site de Jebel Irhoud (ou Adrar Ighud pour les Berbères, découvert déjà en 1961), situé entre Marrakech et la côte Atlantique, les paléoanthropologues ont mis à jour les restes de 22 fossiles. Par la méthode de la thermoluminescence (Lucy oblige…) sur des silex brûlés issus du site, ils ont pu recalculer l'âge des individus, estimé avec certitude à 300 000 ans ! »

« Une gazelle découpée et travaillée pour récupérer la moelle des os était localisée près des restes d'un feu. Des silex associés aux ossements, jetés et brûlés après leur utilisation sous des feux à proximité, ont livré une datation précise de 315 000 années, par mesure de thermoluminescence des électrons libres piégés dans le minéral, électrons d'abord libérés par le feu et par la suite réintégrés dans le minéral par absorption d'ions ambiants. Les outils sont réalisés selon une technique précédemment attribuée aux Néandertaliens. » En plus !

Donc pas d’Adam et Eve et leur petite famille de 13 individus (en plus 13 !) baptisée « 1ère famille » mais une éclosion plurielle de la seule espèce anatomiquement moderne subsistante, se serait produite à divers endroits d’une vaste savane de la taille du continent africain, expliquent les nouveaux grands manitous de la paléoanthropologie, espèce dont les représentants les plus anciens sont désormais méditerranéens. Infos l’Express et spécialement pour Elluen qui après la médecine moléculaire, va pouvoir s'interroger sur l'Anthropologie Évolutionnaire: Wikipédia qui indique encore que des crânes ressemblant aux crânes marocains, ayant également été découverts en Afrique du Sud, ‘Omo omo sapiens’ ne serait pas seulement allé vers le nord mais descendu vers le sud environ 120 000 ans avant les propriétaires des crânes éthiopiens. Quelle histoire ! Ah là là, et Belkacem qui n’est plus ministre de l’école !

@ fugace | 10 juin 2017 à 14:42

Attention aux muscles zygomatiques ! C’est plus haut… anatomiquement.

Trekker

@ Tomas | 10 juin 2017 à 20:35
"Dans mon esprit une Europe unie serait un gigantesque marché intérieur avec une armée et une diplomatie communes, éventuellement des réseaux de gazoducs, de chemins de fer et d'autoroutes, et nous en resterions là, chaque Etat, région ou commune conservant ses compétences."

Je crains fort que cela ne reste une utopie pendant les décennies à venir, l’actuelle Union européenne - monstre technocratique soumis à tous les grands lobbies - ne risque guère de s’orienter sur cette voie irénique. Hormis le grand marché intérieur qu’elle a bâti en son sein non sans générer d’importants dommages collatéraux, cela fait des décennies que quasiment tous les politiques nous promettent une armée et une diplomatie communes pour demain !

Vous semblez oublier, dans votre vision de ce que devrait être l’Europe, qu'il y a la réalité de l’U.E., et cette dernière est conforme en tout point à ce que rêvait d’en faire son trio initiateur : Monnet, Schuman et Lagrange. Personnages au passé politique plus que trouble* et qui n’ont jamais caché préférer la technocratie et les desiderata du grand capitalisme aux instances démocratiques.

* Lisez ou relisez ce que furent le parcours et les engagements de Monnet entre 1920 /45, et celui de Lagrange entre 40/44. Certes ce dernier, le moins connu du trio par le grand public, ne pouvait être que la référence en matière de droit européen : il avait rédigé de manière plus que détaillée le statut des juifs sous Vichy...

Mais vous me direz que ce n’était qu’égarements de jeunesse véniels venant de ce trio, alors que MLP et le FN sont pour vous incontestablement les héritiers moraux de Vichy et du fascisme.

Jacques Delors - quasi béatifié maintenant - et tous les centristes et soi-disant socialistes européistes invétérés, avaient d’excellents et dignes maîtres à penser.

fugace

@ Noblejoué | 10 juin 2017 à 18:38

C'est parce que je vous lis avec intérêt que j'ai relevé cette contradiction.
Je ne m'attendais certainement pas à une telle susceptibilité de votre part ; bien au contraire, car mon objectif était bienveillant.

"Ce qu'il y a de fantastique avec les chiens, c'est qu'ils vous pardonnent toujours et ne se vexent jamais. Cela les distingue des chats, et de presque toutes les femmes." (N. Barreau)

Cdt

semtob

Cher Philippe,

Un texte assez difficile à comprendre et qui mériterait plus de temps pour apporter une réponse précise.
Un principe est un principe. D'ailleurs c'est peut-être la seule colonne qui reste au droit. En principe, un principe est fait pour durer, pour être une base, un vecteur temporel.
Il n'est pas là pour répondre aux situations politiques ou géopolitiques, et doit se distinguer des valeurs qui sont évolutives et différentes.

Sur ce, et après une réflexion sur les conséquences des principes sur le long terme, les juristes de la CJUE ne pouvaient pas tomber dans le panneau et réagir aux situations présentes en donnant raison aux terrorismes. Cela aurait été un état de déstabilisation beaucoup plus important et irréversible.

Chacun peut reculer pour quelques heures de ouate dans un monde de brutes mais il faut que quelques cerveaux anticipent l'avenir.
Que peut-il arriver de pire dans une structure que la perte des principes ?
Certaines institutions sont là pour faire barrage aux génocides industriels, pour défendre le droit d'asile, les libertés fondamentales.
Il est plus facile de faire peser la responsabilité des tueries actuelles sur cette Cour de justice que d'améliorer nos systèmes de défense, de chasser nos défaillances ou incohérences. Et puis ce qu'il faudrait avant tout c'est être un peu moins naïf.
Il nous a semblé qu'un parallèle pouvait se faire avec l'organisation des églises et permettait de comprendre ces décisions.
Ainsi, il est possible de tordre les mots, les chiffres, mais celui qui osera marcher sur les principes ne sera que plus facilement piétiné.
françoise et karell Semtob

Tomas

@ revnonausujai

L'union fait la force en effet, et les intérêts des Etats européens sont en gros les mêmes : préserver la paix et la prospérité que le monde entier nous envie. Les menaces pesant sur le Vieux Continent (réchauffement climatique et pollution, terrorisme, flux migratoires massifs et incontrôlables, menaces potentielles des puissances voisines) concernent tous les Etats-membres, évidemment à des degrés divers (la Hollande est davantage menacée par la montée des mers que la Hongrie, la Pologne craint davantage la Russie que l'Espagne, l'Italie est davantage touchée par les vagues migratoires massives du Sud que la Finlande).

Big is beautiful non, dans mon esprit une Europe unie serait un gigantesque marché intérieur avec une armée et une diplomatie communes, éventuellement des réseaux de gazoducs, de chemins de fer et d'autoroutes, et nous en resterions là, chaque Etat, région ou commune conservant ses compétences. Comme la Suisse en somme, qui a une armée ou une diplomatie depuis le XIXe siècle, mais où chaque canton a gardé ses compétences. Ca ne fait guère que dix ans, par exemple, que les avocats de Genève peuvent aller plaider à Zurich, et le dernier canton à avoir accordé le droit de vote aux femmes l'a fait en 1972. Il est donc tout à fait possible de concilier économie d'échelle en matière de diplomatie et de défense et conservation des coutumes locales.

Claude Luçon

@ Noblejoué | 10 juin 2017 à 19:08
"Je ne suis pas Attali"

Non ! Vous n'en avez pas l'air. Dieu merci !

La France avec trois Attali ? Je repars en Afrique !
Même son frère jumeau ne se fait plus entendre, plus malin il suit un chemin plus doré et moins médiatique. Lui conseille des entreprises plutôt que des présidents, les résultats ne sont guère plus brillants mais la presse n'en parle plus depuis son lointain passage à Air France.

Noblejoué

@ Claude Luçon

Le monde se divise, mais plus tard ? Les polythéistes, les malheureux, n'auraient jamais imaginé que le monothéisme envahirait notre pauvre monde. Une tendance vers la dispersion, plus tard peut-être l'inverse... Qui sait ?

Comme la techtonique des plaques ?

Je ne suis pas Attali, qui prétend lire l'avenir. Mais il disait qu'après un tas de guerres, les gens voudraient un gouvernement mondial. Ce serait possible, les gens vont de folie en folie, comme vous le savez... Et que je fais des guerres nationalistes, et que je torpille l'Union européenne, un beau projet à la base, mais plus tard...

Plus tard, il se peut que par folie contraire, on unifie tout...

Ou qu'un gouvernement mondial, aujourd'hui, se mette sournoisement en place derrière l'unification économique pour la contrôler, mais contrôle plutôt les citoyens.
Parce que la force recule devant la force et écrase la faiblesse, parce que les puissants s'unissent plus que les faibles, comme vous les savez mieux que moi.

Donc méfiance.

Il y a certes d'autres dangers, parfois plus proches, parfois plus probables.
Mais étant le plus liberticide, et irréversible, il ne saurait être négligé.

Noblejoué

@ Tomas
"L'idée d'un gouvernement mondial ne m'emballe pas plus que vous, mais c'est la tendance. Ceci dit il est peu probable que nous, ou même nos enfants soient là pour assister à son avènement."

Et les enfants de vos enfants ? Ce n'est pas parce qu'on n'est pas concerné par un problème qu'il n'existe pas : des riches se soucient des pauvres, des hommes des femmes, des Blancs des Noirs et autres choses semblables.

Et si la solution (la solution, je parle comme les maniaques de l'unique, dieu unique, solution unique, homme providentiel, gouvernement mondial, bref) était la longévité ?
Les gens pollueraient moins, feraient moins d'expériences politiques bêtasses et autre si cela retombait sur leur tête et non celle de leurs descendants.

Il y a ça, la solution Xavier Nebout, et aussi, comme j'essaie de le faire, alerter.
Si seulement j'étais à la hauteur de ma quête...

@ Robert

Merci, vous me remontez le moral !

Noblejoué

@ fugace

J'ai commis une erreur, ça ne vous arrive jamais ?
Je pointe un risque de servitude aussi absolu que définitif et tout ce que vous en retenez, c'est ça.

Claude Luçon

@ Noblejoué | 09 juin 2017 à 20:33
"Bref, vu le risque absolu que constitue un gouvernement mondial, il faut empêcher sa survenue.
Il faudrait absolument DECREDIBILISER ce piège absolu avant qu'il ne se referme."

Rassurez-vous le monde se divise de plus en plus.
La GRANDE DIVISION a commencé en 1960 avec la décolonisation des empires britannique, français, portugais... puis elle a pris une autre forme avec la chute du soviétisme, ensuite vint la Yougoslavie, elle continue avec l'Ecosse, l'Ukraine, la Corse, la Padana, la Catalogne... en voie de division dans la seule Europe.
Tôt ou tard en Afrique les frontières vont être redessinées et de nouvelles nations émergeront. La même chose pend au nez des Moyen-Orientaux.

Le nombre de nations augmente constamment dans ce monde, il va bientôt falloir construire un second bâtiment à New York pour contenir l'ONU, ce machin qui en restera un.
Et il n'aura suffi que des deux tiers de ma vie pour que j'assiste à tout cela bien que je n'y sois pour rien.
Si seulement nous pouvions avoir une Europe unifiée des nations ce ne serait déjà pas mal.

Pensez-y Anglais, Français, Italiens, Espagnols, Portugais, Belges, Hollandais, Suisse, Allemands, Polonais, Autrichiens, Roumains... nous sommes tous des mêmes souches et sommes incapables de nous unir.
Regardez de près le reste du monde, prenez-le continent par continent, eux aussi se divisent, sans l'aide des plaques tectoniques, et vous verrez qu'un gouvernement mondial est une illusion, un mirage.
La division règne !
Il y a plus de chance que nous allions vers sept milliards de gouvernements plutôt qu'un seul.

revnonausujai

@Tomas | 10 juin 2017 à 12:38

Votre perspective peut se résumer en deux adages :
- l'union fait la force ;
- big is beautiful.

L'union ne fait la force que si les aspirations et les intérêts sont convergents ; pour prendre une image musicale, si chacun joue la même partition, sinon c'est la cacophonie.
Quant au second adage, le seul commentaire adéquat est "no comment" !

Trekker

@ Claude Luçon | 09 juin 2017 à 20:39

Merci pour cet éclairage fort peu connu, et qui concerne dès 70 les activités de fabrication d’armements en Afrique de nos amis allemands. Bien sûr et comme vous l’écrivez, depuis 1945 - fruit de la raclée qu’ils ont subie alors - ils sont vaccinés contre toutes les guerres, plus précisément pour y faire participer leurs hommes, mais a contrario ils ne lésinent pas sur la construction et la vente de matériels militaires.

Les Allemands dans l’hypothèse d’une défense européenne, certes heureusement elle n’est qu’un utopie macronienne, n’hésiteront pas à sacrifier jusqu’au dernier soldat français pour la reconquête du Donbass, et des régions-pays qu’ils veulent intégrer dans leur nouvelle Mitteleuropa. Ils pousseront même l'abnégation jusqu’à leur fournir, moyennant monnaie évidemment, les armements qui leurs seront nécessaires !

Notre a priori brillante et perspicace nouvelle ministre des forces armées ne doit pas savoir la catastrophe financière qu’est l’Airbus A400M, avant tout due aux Allemands : exigences irréalistes au niveau de ses performances, retard de cinq ans pour concevoir-fabriquer le FADEC régulant ses hélices, et ce dernier est loin d’être encore fiable à ce jour (un équipage décédé à cause de lui en Espagne), impossibilité à ce jour de procéder à des ravitaillements en vol d’hélicoptères, ainsi qu’à des parachutages par ses portes latérales.

Il est certain qu’en donnant aux industriels allemands la maîtrise de nos technologies, et entre autres celles aéronautiques, on peut toujours espérer d’eux une reconnaissance. Elle sera du style : donne-moi ta montre, et je te dirai l’heure quand tu le souhaiteras.

Plus sérieusement on ne peut réalistement espérer aux mieux, au sein de l’actuelle U.E., que des coopérations bilatérales et éventuellement trilatérales sur certains programmes militaires. Bien sûr il serait souhaitable d’arriver à terme à une alliance militaire entre les principaux pays de l’U.E., mais cela dépend de fait de l’accord de l’OTAN. Tout le reste et notamment cette chimère d’armée européenne dont on discute depuis plus de trente ans, n’est que bavardages stériles de politiciens et cela en l’absence de politique étrangère commune à toute l’U.E. Quant à cette dernière on n'en verra probablement l’ébauche qu’à la fin du XXIe siècle, et donc cela relève de la politique-fiction.

Catherine JACOB

"La CJUE se moque-t-elle du monde ?
La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) est incorrigible.
"

Mais bon, vous ne pouvez pas avoir l'Europe sans la CJUE !

fugace

@ Noblejoué | 09 juin 2017 à 20:33
"Et plus il y aura de distance entre les maîtres et les esclaves, plus il y aura un vaste cheptel, **moins** les décisions d'abaissement et d'extermination des masses seront faciles à prendre."

"Plus le gouvernement sera lointain, plus les décisions de rabaissement seront faciles à prendre."

N'y aurait-il pas une contradiction entre ces deux phrases ?

@ Patrice Charoulet | 10 juin 2017 à 11:02

Merci pour ces deux secondes de rire !

https://www.bing.com/videos/search?q=chanson+la+Marmite+youtube&view=detail&mid=CAF8E910E7F4433C9B83CAF8E910E7F4433C9B83&FORM=VIRE

Catherine JACOB

@Robert | 10 juin 2017 à 10:54
« Dans Le Figaro Magazine de ce jour est paru un excellent entretien de Patrick Buisson avec Alexandre Devecchio »

« Patrick BUISSON. - La fonction présidentielle est en crise depuis que ses derniers titulaires ont refusé d'incarner la place du sacré dans la société française. Sarkozy, au nom de la modernité, et Hollande, au nom de la «normalité», n'ont eu de cesse de vouloir dépouiller la fonction de son armature symbolique, protocolaire et rituelle. Emmanuel Macron a parfaitement analysé le vide émotionnel et imaginaire que la disparition de la figure du roi a creusé dans l'inconscient politique des Français. En France, pays de tradition chrétienne, le pouvoir ne s'exerce pas par délégation mais par incarnation. »

Je pense qu’il a parfaitement raison. Cette symbolique toutefois a eu la tête coupée en 1789 et on ne cesse de la lui recouper depuis. Et pourtant, elle est le très nécessaire rempart contre les dictatures de tous ordres, en particulier celle des imitations de prédicateurs nord-américains.
Macron n’est donc pas le Père Noël, imitation nord-américaine de Saint Nicolas apparue au milieu du XIXe. Aucun lutin donc ne l’aidera à préparer nul cadeau. S’il n’est pas le Père Noël est-il alors le Père Fouettard dit encore « Pierre le Noir » et le Hans Trapp en Alsace qui a beaucoup en commun avec les TSUINA (追儺) ou rite d’exorcisme des démons en Chine et au Japon où il se pratique depuis un millénaire, et sans doute ailleurs encore alentours de ces contrées.

Voir un Hōsō-Shi = exorciste au sanctuaire de Heïan, à Kyōto, qui, à l’aide de ses petits assistants, une vingtaine de Ōtoneri (大舎人) font le tour du sanctuaire en exhortant les démons d’une voix tonitruante. ?

Ces démons qui se sauvent alors épouvantés, bien sûr, et dont nous avons ici un croquis qui montre que leur arme (un trident) a été rendue inopérante, ce qui n’est pas sans rappeler d’autres coutumes comme celle qui veut que les offrandes d’armes brisées aux dieux et aux morts qui ont été rendues donc inutilisables pour d’autres qu’eux.

Tomas

@ Michel Deluré

Je suis d'accord avec vous, mais pourquoi la nation doit-elle être le cadre de référence ? La France et ses 550 000 km2 est déjà trop grande et trop diverse pour que je m'y retrouve. Mon idéal identitaire est le Heimat dont on connaît chaque kilomètre carré.

Mais l'idéal est une chose et la réalité en est une autre. En 2017 nous vivons dans un monde dangereux où les Européens n'auront une chance d'influer sur leur destin qu'en s'unissant. Ce n'est pas être "européiste" que de dire ça, mais simplement réaliste.

Patrice Charoulet

Avant le premier tour des législatives, saluons le courage de ces candidates et de ces candidats : Mmes Santhune, Führer et Lacroute, MM. Baratin, Perdu, Labitte, Bracquemart et Dufumier.
Ah ! si les pseudos étaient permis... comme ici. A quand une candidature Savonarole, Sbriglia, Lucile, Achille ou Aliocha ?

Robert

@ Noblejoué | 09 juin 2017 à 20:33

Votre réponse à Tomas me semble quasi parfaite. En effet, on peut renvoyer sans difficulté à l'auteur de la phrase célèbre "l'ennui naquit un jour de l'uniformité", Antoine Houdar de La Motte : http://roidesfous31over-blogcom.over-blog.com/2014/07/antoine-houdar-de-la-motte.html

Voire à 1984 de George Orwell.

Dans Le Figaro Magazine de ce jour est paru un excellent entretien de Patrick Buisson avec Alexandre Devecchio

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/06/09/31001-20170609ARTFIG00074-patrick-buisson-emmanuel-macron-ne-peut-pas-etre-en-meme-temps-jeanne-d-arc-et-steve-jobs.php

L'unification par le "marché", imposée par l'imperium financier américain, rend tous les individus du monde entier simples consommateurs, incapables de s'opposer à sa généralisation et donc les conduit à renoncer à toute personnalité. De fait, il s'agit d'une "tyrannie soft", qui sous une apparence démocratique, est un régime profondément totalitaire auquel les moutons que collectivement nous devenons progressivement consentent de plus en plus... librement et avec allégresse !

Au-delà de la CJUE, la CEDH est aussi l'instrument de cette uniformisation par une culture "droit-de-l'hommiste" de plus en plus délétère qui s'oppose au fondement de notre République : la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen. Car l'Homme, dans notre système, ne saurait être séparé de sa fonction de membre et de citoyen de la société et de la communauté nationale souveraine avec les devoirs qui y sont attachés.

En ce sens, la CEDH diffuse une idéologie elle aussi mortifère, en prônant des principes qui contrebattent peu à peu certains principes fondamentaux de la France, comme la laïcité, notion sans laquelle la société n'est plus qu'opposition d'individus sur la base de leurs seules croyances. La Grande-Bretagne me semble en avoir atteint les limites et l'Allemagne devrait elle aussi être atteinte par les effets de ce même mal.

Giuseppe

Les législatives n'échappent pas à la règle, les candidats pour la plupart regardent leur peau avant la chemise.
Ils ont une faculté incroyable à prendre le vent, ils vendraient père et mère pour un mandat - c'est une expression, mais elle veut bien dire ce qui s'écrit.

Aliocha

Ah, les fantasmes !
Sans préjuger des errances de la CJUE qui, effectivement, doivent être recadrées, il s'agirait de ne pas tomber dans les délires anti-européistes ou mondialistes du sophisme généralisé des solutions d'exclusion illusoires. La situation l'impose avec le retrait des USA, si l'Europe ne défend pas les valeurs universelles qui fondent notre Droit, liberté individuelle encadrée par démocratie, droits de l'homme et protection sociale, la demokratur de Xi-Jing-Pin, Poutine ou Erdogan, nous ouvre les bras.
Le reste n'est qu'onanisme intellectuel.

Tipaza

Au moins aussi important que la décision suicidaire de la CJUE, le foulard porté par Élisabeth Guigou pour glaner de la pire des façons indignes les voix des musulmans traditionalistes.
Le traditionalisme musulman est respectable pour Guigou, alors que le traditionalisme chrétien est déplorable et doit être combattu, ce qu’elle a fait comme féministe acharnée.

Ce foulard est une grave défaite pour le féminisme, seuls quelques minables en quête d’élection peuvent l’ignorer, pour les autres c’est une amère revanche, une très désagréable et très mauvaise satisfaction de voir une idéologie perverse, et le féminisme exacerbé en est une, céder devant une religion qui pose en postulat l’infériorité de la femme.

Dissolution d’une société, par un droit légaliste, si je puis dire, et suicidaire, et par une évolution des mœurs qui renonce à ce qui faisait sa noblesse, l’égalité entre les individus, y compris homme-femme.

Nous vivons une époque passionnante à observer, la fin d’un monde.
Le drame c’est qu’en plus de l’observer nous la vivons !!

Catherine JACOB

@Patrice Charoulet | 09 juin 2017 à 18:31
Je découvre que l'affiche du candidat LREM de chez moi a été enrichie d'un grand bandeau jaune : "LE CANDIDAT OFFICIEL D'EMMANUEL MACRON".
C'est coup pour coup.

Emmanuel Macron est un parti maintenant ? J'aurais cru qu'il était déjà marié et à un bon parti qui plus est !!

En tout cas, ce n'est pas le parti du Père Noël comme il l'a dit à l'une des 280 salariés de l'entreprise GM&S de La Souterraine (Creuse) qui sont menacés de perdre leur emploi et à la rencontre desquels il est allé hier.

D'ailleurs la salariée aurait dû le savoir ! M'enfin, est-ce qu’il est venu en traîneau à clochettes d'abord ? Non, il est venu entouré de gros malabars comme jamais un président de la République français allant au contact des citoyens dont il prétendrait gérer les problèmes d'emploi !

Ya donc clairement erreur sur la personne

En tout cas, il faut que contrairement aux électeurs de la présidentielle, les électeurs des législatives aient bien conscience qu'en élisant un candidat officiel Macron, ils n'élisent pas un petit aide du Père Noël et pas non plus un marcheur ayant sa liberté de conscience propre mais un zombie dont seul l'index aura été activé aux fins de validation automatique des textes à propos desquels l’exécutif fera preuve de temps à autre d'une extrême bonté d'âme en consultant l’assemblée !

C'est en tout cas l'effet que me fait cette exigence de majorité absolue à peine de descente aux Enfers du dialogue citoyen !

Henri Gaino avait raison à propos de Macron mais il n'avait pas le charisme suffisant à être entendu des addicts de la Macronmania suscitée de main de maître qui tiennent de tout autres rênes que celles des rennes!

Michel Deluré

@ Tomas 09/06 17:42

Notre société française pourrait se schématiser selon vous ainsi : d'une part ceux qui aspirent à une "unification de la planète" et d'autre part ceux qui désirent ardemment que nous restions un "pays figé".

Il me semble qu'entre ces deux extrêmes il y a tout de même de la place pour une autre vision moins réductrice de notre société.
Nombre d'individus, sans vouloir s'en tenir à l'immobilisme d'un pays figé, replié sur lui-même derrière une muraille protectrice et conscients qu'une telle situation ne les conduirait qu'à la sclérose, peuvent refuser à l'opposé de se fondre dans un modèle planétaire uniforme, sans goût et sans saveur pour prendre une comparaison culinaire.

Je pense que le monde est et doit rester riche des différences de chacune de ses composantes que sont les nations. Ce n'est pas en gommant ces différences, ces spécificités, ce à quoi conduirait une uniformisation des différentes sociétés, que le monde de demain sera plus fort, plus humain. Et il en ira de même de la démarche inverse consistant à se refermer sur soi-même.

Chaque nation ne donnera le meilleur d'elle-même que si elle se reconnaît dans ses racines, son identité, ses particularités et c'est en additionnant alors ses propres forces à celles des autres nations qu'il sera possible d'espérer un monde plus harmonieux, meilleur.

Tomas

@ Noblejoué

L'idée d'un gouvernement mondial ne m'emballe pas plus que vous, mais c'est la tendance. Ceci dit il est peu probable que nous, ou même nos enfants soient là pour assister à son avènement. De même qu'il est peu probable que nous vivions ce jour où nos aurons tous un passeport européen.

La solution est indiquée par Xavier Nebout et s'appelle la décroissance, mais vu notre pathologie consumériste il y a peu de chance que nous en choisissions le chemin nous-même !

Claude Luçon

@ Trekker | 09 juin 2017 à 18:07

Rien de nouveau.
Nos alliés allemands qui haïssent la guerre, depuis 1945 seulement, et ne veulent plus la faire, construisaient pourtant des usines d'armement dès 1970 en Algérie, au Nigeria et en Afrique du Sud après avoir réactivé la société spécialisée en artillerie et armes légères, munitions comprises, Fritz Werner GmbH. Cette dernière faisait partie du groupe d'Etat DIAG, constitué après guerre faute de dirigeants, dont faisait aussi partie Didier aux fours tristement célèbres.
La guerre c'est pour les autres ! La preuve, Cohn-Bendit est parti en Allemagne à 18 ans pour ne pas faire son service militaire en France, on ignore s'il est allé travailler chez Fritz Werner.

Noblejoué

@ Tomas
"...en attendant l'unification de la planète."

Il ne faut pas.

Tout gouvernement peut dégénérer en tyrannie, un gouvernement mondial, aussi. La différence ? Il serait impossible de renverser cette tyrannie. Pourquoi ? Parce que ! pourrais-je dire tant c'est évident.

Mais répétons-nous. Un gouvernement tyrannique a tout pouvoir sur ses sujets... Disons : un gouvernement totalitaire. C'est une révolution qui a renversé le nazisme, le soviétisme ? Jamais, guerre chaude puis guerre froide. Le totalitarisme est si efficace dans le conditionnement... Dans l'extermination.
Les techniques de pouvoir, surveillance, propagande, sont là. Les techniques d'extermination, aussi. Sont là ? Tout n'a cessé de se perfectionner, devenir moins cher et plus miniaturisé... Et plus il y aura de distance entre les maîtres et les esclaves, plus il y aura un vaste cheptel, moins les décisions d'abaissement et d'extermination des masses seront faciles à prendre. Comme ce gouvernement sera indéracinable, à mesure qu'il durera, il se renforcera dans sa tradition de mépris des autres. L'idée que les dirigeants voudraient se renverser ? On rêve. Aller contre ses intérêts, déjà dur, mais cela quand il n'y a pas d'exemple vivant d'un meilleur système à éviter ? Alors là, c'est pardonnable de sortir ça dans une fiction, si on veut abolir le truc, de même que la terre creuse (après l'improbable, plus qu'improbable psychologiquement, l'impossible en science : la terre n'est pas creuse et un gouvernement mondial aurait les moyens de sonder les moindres recoins pour déloger les improbables rebelles).

Evidemment, il y a ceux qui croient que la Providence nous sauvera de tout, ceux qui attendent les petits hommes verts, ceux qui croient en l'Homme... Non, l'Homme ne supportera pas que... Si, l'Homme ne cesse de tout supporter.

Bref, vu le risque absolu que constitue un gouvernement mondial, il faut empêcher sa survenue.
Il faudrait absolument DECREDIBILISER ce piège absolu avant qu'il ne se referme.

Je ne dis pas que le gouvernement mondial est pensé pour mal faire, ou que c'est bête, ou qu'il deviendra une dictature.
Mais que si cela arrivait, ce serait irréversible.

Alors, on referme... Comment secouer un peu, après avoir essayé de démontrer que l'eau est humide, exprimer le danger, secouer ?
Alors on referme cette porte, il y en a d'autres mais passons, de l'enfer.

Alors on comprend bien que s'il ne semble pas y avoir de Nous autres et autres 1984 là-dessus, ce n'en est pas moins une horreur suprême, et on ne se risque pas à cela en espérant le meilleur ou pour voir.
On passe la main.

Dans le doute, abstiens-toi.

Plus le gouvernement sera lointain, plus les décisions de rabaissement seront faciles à prendre.

Michelle D-LEROY

@ Achille :
"J’ai le sentiment qu’à la CJUE, tout comme à la Commission européenne, des lobbys puissants agissent dans l’ombre pour imposer leur volonté."

C'est évident et c'est très inquiétant.

Ce qui inquiète c'est l'esprit moutonnier des dirigeants de l'U.E. et notre nouveau Président, européiste à souhait... au point de ne raisonner que par un fédéralisme qui déchargerait les Etats de leurs souveraineté.

Soumission à l'U.E. mais aussi au communautarisme musulman, quand on voit que nos très féministes soixante-huitardes se voilent à la rencontre des musulmans pour récolter des voix.

Que voulez-vous que les Français de la vraie vie puissent faire contre leurs dirigeants, leurs organisations européennes. Rien.

Tomas

@ Patrice Charoulet

Si ça peut vous rassurer, c'est pareil dans ma circonscription où quatre candidats se prévalent du soutien présidentiel. Dans ces conditions je n'irai pas voter, ça ne sert à rien.
Mais patientez un ou deux ans et vous retrouverez la gauche et la droite. Macron est un super-Giscard, mais ça ne va pas durer éternellement !

hameau dans les nuages

@ seraye yves | 09 juin 2017 à 11:25

Ce qui va arriver ? Mais c'est écrit ! Mektoub !

https://www.youtube.com/watch?v=M0h_82wLK20

Patrice Charoulet

Deux jours avant les législatives. Je lis que dans un coin de France, un candidat connu LR a mis sur son affiche : "La Droite ouverte pour réformer avec Macron".

J'ai dit que dans ma ville une candidate PS connue a mis un tout petit logo PS, presque invisible et en grosses lettres : "MAJORITE PRESIDENTIELLE".

Je découvre que l'affiche du candidat LREM de chez moi a été enrichie d'un grand bandeau jaune : "LE CANDIDAT OFFICIEL D'EMMANUEL MACRON".

C'est coup pour coup.

Trekker

Hors sujet quoique, les déclarations de notre nouvelle ministre des Armées lors du Talk stratégique du figaro.fr (http://www.lefigaro.fr/international/2017/06/08/01003-20170608ARTFIG00249-sylvie-goulard-invitee-exceptionnelle-du-talk-strategique.php?redirect_premium)

Il est souhaitable que nous achetions ensemble des matériels, ce qui oblige de casser certaines routines, certaines facilités industrielles aussi. Je l’assume. Si nous voulons faire l’Europe de la défense, il va y avoir des restructurations à opérer, faire des choix de compatibilité et, à terme, des choix qui pourraient passer dans un premier temps pour aboutir à privilégier des consortiums dans lesquels les Français ne sont pas toujours leaders…

Cela a au moins le mérite de la franchise, et n’a pu être dit sans l’aval de notre nouveau Président, tous les deux sont d’ailleurs des ultra européistes convaincus. Résultat, nous abandonnerons les quelques leaderships qui nous restent en matière d’industrie de défense, bien évidemment elle ne le dit pas ouvertement mais ce sera au profit de l’Allemagne de Merkel : au sein de l’U.E. c’est le seul pays ayant une industrie de défense qui compte.

Nous lui apporterons les « briques », notamment en aéronautique et maritime (sous-marins entre autres), qui lui manquent pour être de fait en position de monopole. Il est plus qu’aisé d’imaginer quelles en seront les conséquences pour toutes nos industries travaillant pour la Défense, même partiellement, et ses conséquences sur l’emploi.

Alors dans le cas où nous aurions des velléités d’intervention militaire dans des pays ou régions qui déplairaient à l’Allemagne, nous serons bien en peine de les mener. Fourniture des pièces détachées indispensables à la maintenance de nos matériels, ainsi que les missiles et munitions sans qui aucune guerre ne peut se mener, dépendront de son bon vouloir et surtout des décisions politiques. L’abandon en 2000 de seulement notre fabrication de munitions de 5,56 - pour nos fusils d’assaut - nous a coûté fort cher *, si bien que Le Drian ex-ministre de la Défense avait décidé d’en recréer une en fin 2016.

* Obligation de les acheter par appel d’offre international, et souvent ils s’avéraient de médiocre qualité et provenaient de pays les moins-disants. Bien sûr on pouvait en acquérir « en urgence opération » - procédure dérogatoire et fort encadrée - entre autres auprès des USA et au prix fort !

Vu le désintérêt de l’Allemagne pour les opérations militaires en Afrique et au Moyen-Orient, voire souvent son hostilité dans cette dernière région - pour elle le business prime sur toute autre considération, voir son accueil enthousiaste des réfugiés et ses arrangements en solo avec Erdogan -, nous nous heurterons à terme pour des opérations, notamment dans les pays évoqués ci-avant, au NIET allemand égoïste. Il pourra aisément se concrétiser par son refus de nous approvisionner en matière de maintenance, et aussi de missiles et munitions.

Electeurs vous avez voulu Macron et son européisme, il ne vous reste plus qu’à boire le calice jusqu’à la lie !

Xavier Nebout

Je vois certains d'entre nous attribuer l'internationalisme, pour ne pas dire antinationalisme, aux lobbies financiers.

Or, il n'y a pas besoin de ces fantomatiques lobbies pour faire valoir que la croissance est indispensable pour payer les dettes.
La solution est ne ne plus avoir de dettes.

Un chef d'entreprise sans dettes peut décider de réduire sa voilure et même son chiffre d'affaires pour faire davantage de bénéfices ou tout simplement vivre plus tranquillement.

La France pourrait être plus heureuse en décroissance.

Tomas

@ Franck Boizard

D'un côté il y a ceux qui constatent que l'humanité est passée de la consanguinité chronique au grand mélange des gènes, de la horde au village, du village à la cité, de la cité au royaume, du royaume à l'Etat-nation, le tout sur fond de progrès technique à peu près ininterrompu. Ils voient dans l'Europe la suite logique de cette évolution, en attendant l'unification de la planète.

De l'autre il y a ceux qui s'accrochent aux mythes (Clovis, Jeanne d'Arc, de Gaulle), qui se voient Français avant d'être homme, comme disait Charles Maurras, et qui voudraient voir leur pays figé pour l'éternité dans cette réalité aussi idéale que mythique.

Je ne sais pas des deux qui a l'argumentation la plus rationnelle, franchement.

@ Yves Seraye

Si notre peuple a atteint le stade de la décadence, nous en sommes les seuls coupables. Rassurez-vous, vous vivez une époque formidable où on ne manque de rien, où on peut se soigner, et où on a tellement de temps libre qu'on vient débattre sur Internet avec des inconnus ! Elle est pas belle la vie quand on a éteint BFM et résilié son abonnement aux publications anxiogènes qui viennent vacher notre quotidien ?

Pierre Blanchard

@ genau | 09 juin 2017 à 12:48

Vous terminez votre propos par :

« Les premiers symptômes seront sans doute une restriction de la liberté de parole, rampante à ce jour. Nous nous retrouverons donc sans doute en correctionnelle. »

Et c’est bien là qu’est toute la question, rien que la question… les libertés individuelles

L’avocat général de la CJUE avait été plus balancé dans son propos que l’arrêt de cette même CJUE. En effet il terminait dans ses conclusions par un « oui mais » avec des garde-fous

263. Eu égard à ce qui précède, je propose à la Cour de répondre comme suit aux questions préjudicielles du Kammarrätten i Stockholm (cour administrative d’appel de Stockholm, Suède) et de la Court of Appeal (England & Wales) (Civil Division) [Cour d’appel (Angleterre et pays de Galles) (division civile), Royaume Uni] :
L’article 15, paragraphe 1, de la directive 2002/58/CE du Parlement européen et du Conseil, du 12 juillet 2002, concernant le traitement des données à caractère personnel et la protection de la vie privée dans le secteur des communications électroniques (directive « vie privée et communications électroniques »), telle que modifiée par la directive 2009/136/CE du Parlement européen et du Conseil, du 25 novembre 2009, ainsi que les articles 7, 8 et 52, paragraphe 1, de la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne doivent être interprétés en ce sens qu’ils ne s’opposent pas à ce qu’un État membre impose aux fournisseurs de services de communications électroniques une obligation de conserver l’ensemble des données relatives aux communications réalisées par les utilisateurs de leurs services lorsque toutes les conditions suivantes sont satisfaites, ce qu’il appartient aux juridictions de renvoi de vérifier à la lumière de toutes les caractéristiques pertinentes des régimes nationaux en cause dans les litiges au principal :

– cette obligation et les garanties accompagnant celle-ci doivent être prévues par des mesures législatives ou réglementaires possédant les qualités d’accessibilité, de prévisibilité et de protection adéquate contre l’arbitraire ;

– cette obligation et les garanties accompagnant celle-ci doivent respecter le contenu essentiel des droits reconnus par les articles 7 et 8 de la charte des droits fondamentaux ;

– cette obligation doit être strictement nécessaire à la lutte contre les infractions graves, ce qui implique qu’aucune autre mesure ou combinaison de mesures ne pourrait être aussi efficace dans la lutte contre les infractions graves tout en étant moins attentatoire aux droits consacrés par la directive 2002/58 et par les articles 7 et 8 de la charte des droits fondamentaux ;

– cette obligation doit être accompagnée de toutes les garanties énoncées par la Cour aux points 60 à 68 de l’arrêt du 8 avril 2014, Digital Rights Ireland e.a. (C 293/12 et C 594/12, EU:C:2014:238) concernant l’accès aux données, la durée de conservation ainsi que la protection et la sécurité des données, en vue de limiter au strict nécessaire l’atteinte aux droits consacrés par la directive 2002/58 et par les articles 7 et 8 de la charte des droits fondamentaux ;

– cette obligation doit être proportionnée, dans une société démocratique, à l’objectif de lutte contre les infractions graves, ce qui implique que les graves risques engendrés par cette obligation dans une société démocratique ne doivent pas être démesurés par rapport aux avantages en découlant dans la lutte contre les infractions graves.

Alors que l’arrêt de la CJUE, considérant sans doute que le nombre de conditions cumulatives était par trop important, termine dans son arrêt par un non, « s’oppose » »

Enfin, en introduction de son propos, ce même avocat général cite James Madison.

En 1788, James Madison, l’un des auteurs de la Constitution des États-Unis, écrivait : « If men were angels, no government would be necessary. If angels were to govern men, neither external nor internal controls on government would be necessary. In framing a government which is to be administered by men over men, the great difficulty lies in this : you must first enable the government to control the governed ; and in the next place oblige it to control itself »

« Si les hommes étaient des anges, aucun gouvernement ne serait nécessaire. Si les anges gouvernaient les hommes, aucun contrôle externe ou interne sur le gouvernement ne serait nécessaire. Dans la délimitation d’un gouvernement des hommes sur les hommes, la grande difficulté est la suivante : il faut d’abord permettre au gouvernement de contrôler les gouvernés ; et il faut ensuite l’obliger à se contrôler lui-même » : Madison, J., « Federalist No. 51 », in Hamilton, A., Madison, J. et Jay, J., ed. Genovese, M. A., The Federalist Papers, Palsgrave Macmillan, New York, 2009, p. 120 (traduction libre). Madison fut l’un des principaux auteurs et l’un des 39 signataires de la Constitution des États-Unis (1787). Il devint ensuite le quatrième président des États-Unis (de 1809 à 1817).

Franck Boizard

Il faut bien comprendre, comme l’écrit Rémi Brague, que l’européisme est la religion de ceux qui ne croient plus à rien, la seule trace éternelle que croient laisser des gens qui sont persuadés que tout est éphémère, la seule chose plus grande qu’eux à laquelle se raccrochent des gens qui pensent que Dieu est mort.

Nous sommes donc très loin de l’argumentation rationnelle.

Si on retombe sur ce sujet au seul niveau qui vaut pour des gens qui ont encore une épaisseur, qui n’ont pas besoin d’une pseudo-religion de substitution, c’est-à-dire le niveau politique, l’européisme est une idée erronée parce qu’elle est basée implicitement sur deux fausses : l’union fait la force et big is beautiful.

Il suffit de les expliciter pour en comprendre la fausseté : l’union fait la force ? Ca dépend avec qui et comment. Mieux vaut être seul que mal accompagné. Big is beautiful ? P’tête bin qu’oui, p’tête bin qu’non, Mieux vaut être agile qu'obèse...

Xavier Nebout

C'est ainsi que les Anglais ont voté la sortie de l'Europe des francs-maçons antinationalistes.

Aujourd'hui même, nous voyons se dérouler la désinformation immigrationniste à propos de l'association "Génération identitaire". Cette dernière est implicitement et par là même hypocritement accusée de vouloir rejeter les immigrés à la mer alors qu'il s'agit de les sauver aussi, mais contrairement à ce que fait SOS Méditerranée qui les amène en Europe, de les ramener sur les côtes africaines.

Alors la question se pose de savoir qui subventionne SOS Méditerranée avec son bateau qui coûte plus de 10 000 euros par jour, et surtout, pourquoi elle amène les immigrés en Europe au lieu de les ramener sur les côtes africaines. Cette magouille permet d'agir ainsi sans que les gouvernements soient officiellement impliqués.

Il y a donc des forces occultes qui veulent détruire l'Europe par l'immigration africaine. Qui ? Pourquoi ? Voilà des questions qui ne sont pas à la portée des veaux.

Exilé

@duvent
M. Bilger je déplore l'usage de l'image pour nous convaincre de votre propos, est-ce bien utile ? Il me semble que l'on peut parfaitement vous comprendre sans y avoir recours.

« Le poids des mots, le choc des photos », comme dirait l'autre...
Philippe Bilger a choisi d'accompagner ses chroniques d'images, ce qui permet d'en renforcer l'impact ou bien de fixer l'attention et la mémoire du lecteur.
Un petit croquis - ou bien une image parlante - vaut mieux qu'un long discours...

L'image choisie permet de bien rappeler la dure réalité que l'abstraction juridique dévoyée cherche à gommer.

seraye yves

Nous vivons en Europe les prémices de la venue de l’antéchrist… nous allons disparaître et nous avons peur de nous révolter… alors les bourreaux se mettent en place… les échafauds s’érigent et commencent à décapiter avec la connivence de nos élus et de leur entourage.

Mais chut ils n’auront pas notre haine (nouvelle rengaine de la décadence) !

Quand un peuple arrive au stade où nous en sommes, il est normal qu’il disparaisse.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS