« Ceux qui exploitent les peurs ne sont pas ceux qu'on croit ! | Accueil | Entretien avec Jean-Claude Mailly »

17 juin 2017

Commentaires

Yves

Dernier épisode des désordres français, on perquisitionne au sujet des "procédures" de Las Vegas.
Parlant des responsables politiques français, les commentateurs américains parlent en généralisant de "questionable behaviour".

Yes, certainly, but........
Il faut nuancer.

Le système barbouzo-delato-médiatico-judiciaire agit en profondeur :

- lorsque les intéressés "pensent correctement", assez tard pour que les électeurs ne risquent plus d'être perturbés.

- lorsqu'on a affaire à des réacs ou à des "fascistes", assez tôt pour les éliminer de la course à la présidentielle, puis réduire leur nombre au parlement.

Claude Luçon

@ Robert Marchenoir | 20 juin 2017 à 11:37

Les Trente Glorieuses (62-92 pour moi) furent surtout glorieuses par comparaison avec les trente précédentes qui elles ne furent guère glorieuses ! Ayant connu les deux je peux en témoigner. Les trente suivantes, depuis 1992, ne sont pas si mal que cela, il reste encore cinq ans pour le savoir et nous avons Macron qui est en marche pour nous ouvrir enfin les portes du Paradis. Les Français ont compris, ils sont 57 % en plus de ses 350 disciples élus à le laisser marcher sur l'eau même si Mélenchon veut jouer les Ponce Pilate.

Robert Marchenoir

@Claude Luçon | 20 juin 2017 à 02:59
"1954 : tout ce que vous suggérez n'existait pas, pas de voiture, sauf attendre trois ans pour la livraison, sept ans pour une ligne de téléphone, pas de TER encore moins de TGV, on se déplaçait au mieux en Vespa, plus souvent à bicyclette."

Voilà. J'ajoute que pour avoir une ligne de téléphone dans un délai moins extravagant que la normale, il fallait connaître un ministre ou un préfet. Mais à part ça, les Trente Glorieuses étaient le paradis, et Mongénéral payait lui-même ses factures d'électricité.

Comme, bien souvent, le gaullisme est maintenant considéré à l'instar d'une variante du communisme, on en arrive à la croyance implicite que la période 1945-1970 était une sorte d'éden socialiste auquel il conviendrait de revenir.

Les gens, comme dit Mélenchon, trouvent tellement légitime de ne rien connaître à l'histoire, qu'ils se font un cinéma complet d'un passé fantasmé. J'en veux pour preuve l'essor de cette stupéfiante revendication d'ignorance : "Je n'étais pas né à cette époque, donc je ne peux pas savoir".

Version inversée de cette abyssale sottise : "J'y suis allé (j'y ai vécu, j'y ai travaillé), donc je sais". C'est la science touristique, ou journalistique. Le monde se limite à ce que mes cinq sens peuvent en percevoir. L'homme se ravale au rang de la bête.

sylvain

"Kinder, Küche und Kirche", représentation des valeurs traditionnelles dévolues aux femmes en Allemagne au cours du Troisième Reich."
Rédigé par : sbriglia@Claggart | 19 juin 2017 à 15:03

Dans mon petit Reich à moi, KKK ça veut dire : Kronenbourg, Karlsberg, Kanterbrau !

Quant à NKM, envers laquelle je me donne l'ordre d'obéir à la bien-pensance m'obligeant à la respecter, étant donné qu'elle s'est fait virer en beauté, j'ai trouvé : "N... KM" ! avec l'arthrose de mon majeur en sus.

Exilé

@Claude Luçon
"...l'Indochine venait de se terminer par la glorieuse bataille de Dien Ben Phu, nous n'étions pas conscients qu'une autre se préparait en Algérie à laquelle d'ailleurs la Royale n'a pas pris part, toujours sans jambes la Royale n'a pas pu se battre dans le djebel.

Notons au passage que le Guide Suprême peu avare de commémorations, surtout quand elles servent ses intérêts électoraux quitte à faire des parallèles indignes, a fait l'impasse sur la journée commémorant le sacrifice des combattant d'Indochine...

Par ailleurs, en ce qui concerne les événements d'Algérie, rappelons que la Marine a aussi été impliquée, y compris sous forme d'engagements terrestres par des commandos de marine.

https://www.aerobuzz.fr/culture-aero/la-marine-francaise-dans-la-guerre/

https://lacordeliere.wordpress.com/2016/10/23/laviation-navale-dans-la-guerre-dalgerie-1954-1962-surmar-cas-et-ghan/

L'Aéronavale a assuré aussi un certain nombre de missions, y compris à l’occasion du « putsch des généraux » avec le survol de positions acquises au putsch par des Corsair.
Il semblerait qu'il ait aussi été envisagé de faire appel à l'artillerie du Surcouf et du Maillé-Brézé pour réduire le soulèvement de la population de Bab El Oued.

Yves

Les gazettes ont bien compris l'exfiltration de Richard Ferrand : "le président a demandé à RF de quitter le gouvernement pour prendre la présidence du groupe LREM à l'Assemblée et lui assurer l'immunité parlementaire".

Chers députés Marcheurs Internet, vous pouvez agréer la candidature d'un personnage qui, sans être en cavale, essaye de marcher à l'ombre. Vous ferez plaisir au président ; après viendra le remords.

Vous pouvez aussi exercer pleinement votre droit de parlementaires, favoriser des candidatures concurrentes et élire, par exemple, une personnalité qui n'a jamais dans le passé tiré un profit personnel ou familial au détriment de la collectivité qu'il dirigeait.

Aliocha

Par solidarité avec la nouvelle référence spiroulienne du blog, une (petite) citation :

"Vous ne trompez personne avec cette peau de mouton !"
(Les trois petits cochons)

Catherine JACOB

@sbriglia @ Claggart | 19 juin 2017 à 15:03
"Et aussi :"

Sous la plume de Jan Plamper, historien, enseignant au Goldsmiths College, University of London, ceci : “In der bildungsbürgerlichen Nachkriegsehe galten für die Rolle der Frau häufig die drei K, Kinder, Küche, Kammermusik“. Spricht man nach dem Jahr 2000 von den drei K, so meint man damit oft Kinder, Küche und Karriere.” – Die Zeit, 24/07/08.

Ce qui, grosso modo signifie : “Dans la grande bourgeoisie, les dénommés « Trois K », ont souvent renvoyé au sens de « Les Enfants, la Cuisine et la Musique de Chambre» , cette dernière s’opposant à la « Kirchenmusik (auch Sakralmusik oder lateinisch musica sacra) », la musique sacrée (et non la sacrée musique…) comme le profane au sacré. Toutefois depuis les années 2000, on fait souvent plutôt référence avec ces « Trois K » aux « Enfants, à la Cuisine et à la Carrière ». »

Cette « Carrière » n’ayant pas le sens de « carrière diplomatique » comme souvent en français, et même si cette dernière est sans doute très nécessaire dans nombre de circonstances de la vie conjugale, mais à la carrière dont chaque ménagère flanquée d’une tripotée d’enfants, a rêvé dans sa cuisine.

Maintenant, bien qu’en effet promue sous le Troisième Reich, la formule est cependant due à Guillaume II dans le but de décrire de façon lapidaire le rôle des femmes au sein de la société du XIXe siècle.

Assez bel homme ce Kaiser - décédé en 1941 - et dont la légende familiale rapporte qu’une grand-tante de mon fils côté paternel, aurait fait sa connaissance dans un train. Là, pour le coup, je vais me faire sérieusement « sonner les cloches » mais bon. En tout cas, l’histoire ne dit pas de quelle musica sacra ils ont discuté. De celle-ci peut-être bien. Après tout, pourquoi avoir toujours l'esprit mal tourné ?!

Claude Luçon

@ Exilé | 19 juin 2017 à 21:18

Vous n'avez pas repéré la date : 14 Juillet 1954 !
Tout ce que vous suggérez n'existait pas, pas de voiture, sauf attendre trois ans pour la livraison, sept ans pour une ligne de téléphone, pas de TER encore moins de TGV, on se déplaçait au mieux en Vespa, plus souvent à bicyclette...
Aucune nostalgie à avoir.

Le cocktail avait été offert, à bord, par la Principauté, notre croiseur léger avait été récupéré par des Italiens (Incrociatore leggero Attilio Regolo devenu Chateaurenault chez nous). L'arsenal de Toulon était encore plein des carcasses des bâtiments qui s'étaient sabordés en 42.
Quant à envoyer un bâtiment de la marine par omnibus à Monaco, dans ce temps-là, déjà, "les p'tits bateaux n'avaient pas de jambes", "demandez à vot' Maman."

La Royale à l'époque payait ses officiers et marins de temps à autres au lance-pierres, et les bâtiments avaient suffisamment de mazout pour un aller-retour Toulon-Monaco pas plus.
Certes c'était la Royale, comme de tout temps, depuis Richelieu, elle avait la folie des grandeurs mais ce n'était plus qu'une ambition en 53/54, un souvenir d'un passé glorieux : Trafalgar, Mers el Kebir, Dakar, la France était fauchée, le pays était dans un bazar royal à tel point qu'il a fallu aller sortir le Grand Charles de Colombey.

C'était le bon vieux temps seulement par le fait que nous n'étions plus en guerre depuis neuf ans, sauf celle qu'on croyait la dernière, l'Indochine, qui venait de se terminer par la glorieuse bataille de Dien Ben Phu, nous n'étions pas conscients qu'une autre se préparait en Algérie à laquelle d'ailleurs la Royale n'a pas pris part, toujours sans jambes la Royale n'a pas pu se battre dans le djebel.

Trekker

@ Savonarole | 19 juin 2017 à 23:16
"Xavier Nebout a raison.Une bonne épouse doit savoir coudre, filer la laine au rouet, chanter des psaumes et éponger nos fronts ensanglantés par les heaumes de fer lorsque nous revenons d'Antioche"

Là vous exagérez, et de plus vous vous moquez du catholicisme vétilleux de notre ami !
Certes il a une conception pour le moins surannée de la parfaite épouse, et surtout en ce début de siècle idolâtrant la fornication. Mais pour autant je l’imagine mal en croisé aussi paillard que sanguinaire, partant guerroyer en Terre sainte. La seule croisade qu’il mène est contre les impies disciples du Grand Architecte, et celle-ci ne nécessite pas de heaume de fer à ce que je sache !

Noblejoué

@ Lucile 19 juin 2017 à 23:48

Rires.

Sinon "Il s'agit du maire de Champignolles". Comment les politiciens peuvent-ils espérer qu'on les respecte quand ils se traitent ainsi ? On va parler des incivilités des djeuns, après.
A mon avis, il faudrait reporter cette élection. On le fait bien quand il y a certains problèmes pour les examens... Est-ce que les élections ne sont pas aussi un processus normé de selection ?

@ sbriglia, en mode Fantasio

Le savant Champignac est original : un savant mais pas fou, un vieux qui est un héros, un aristocrate assez distingué mais pas snob. Seccotine, une des premières héroïnes, le marsupilami.

Dans Blake et Mortimer, rien de tout ça, mais comme c'est un "opéra de papier", je pense qu'il est possible qu'on en fasse un vrai opéra. Après tout, on transpose de plus en plus.
Je crois que c'est La marque jaune qui s'y prête le mieux.

Lucile

@ Savonarole | 19 juin 2017 à 20:40

En effet, on voit nettement sur la photo que c'est l'ignoble NKM qui envahit par surprise l'espace personnel de ce pauvre monsieur et qui s'apprête à lui envoyer ses tracts à la figure. Elle ferme un œil pour le viser avec une précision redoutable, tandis que lui, terrorisé, essaye de se défendre comme il peut de la mégère musclée. Ensuite de quoi, pas gênée, elle a le culot de se flanquer une gifle à elle-même puis s'étale de tout son long sur le bitume en gémissant pour feindre un malaise, comme un vulgaire fouteux qui voudrait que son adversaire récolte un carton rouge. Et lui, mort de peur, encore tout étourdi par cette agression sauvage, s'enfuit sous le choc, en clopinant mais en vitesse, par les escaliers du métro. Il aurait dû porter plainte. Espérons que son avocate y veillera.

http://www.leparisien.fr/politique/paris-nkm-fait-un-malaise-apres-une-altercation-avec-un-passant-15-06-2017-7053630.php

Savonarole

Xavier Nebout a raison.
Une bonne épouse doit savoir coudre, filer la laine au rouet, chanter des psaumes et éponger nos fronts ensanglantés par les heaumes de fer lorsque nous revenons d'Antioche, Alep ou Jérusalem.

Claggart

@Vieux Réac 19 h 03

La mémoire m'est revenue : le restaurant à Gennes de la mère machin était en fait le célébrissime restaurant des demoiselles Barreau, aujourd'hui disparu.
Il a abrité nombre de nos dégagements avec les X, entre joyeux sous-lieutenants toujours prêts à sabrer le champagne pour un oui ou pour un non.

Je doute qu'aujourd'hui, règne de la bien-bien-pensance, de tels excès aient encore cours.

Noblejoué

@ Catherine JACOB (@ Raphael)

Existe-t-il une prise de conscience par au moins une partie des hommes, au Japon ?

Exilé

@Claude Luçon
Ce fut plus sympa le 14 Juillet 1954, visite officielle à Monaco, arrivée par mer de Toulon, en ligne au garde-à-vous sur le pont arrière de notre Croiseur léger, uniforme blanc d'été, coups de canon... et cocktail le soir à bord.

Ah ! La folie des grandeurs.
De nos jours, du fait des coupures dans les crédits militaires, tous ces joyeux drilles auraient débarqué à la gare de Monaco d'un TER, après avoir voyagé en seconde classe, en civil et avec un tarif de groupe...
Et bien entendu, tintin pour le cocktail.

Savonarole

L'avocat de "l'ignoble de la Place Maubert" donne une tout autre version de l'attentat qui met à mal la version des groupies de NKM et du fumeux photographe de l'AFP, qui a "tout vu tout entendu", mais qui n'a pas pris de photos qui prouvent ce qu'il déclare.
NKM aurait dû faire ce cirque dans les jardins de l'Observatoire où Mitterrand s'était inventé un attentat.

Trekker

@ Jabiru | 19 juin 2017 à 11:37

Quelques précisons concernant l’armement individuel en Algérie et après :

Le Mas 49/56 n’était que la version du Mas 49 muni d’un lance-grenade nettement plus précis ; il fut mis en dotation dans les années 57-59 en Algérie. Mais seulement dans les troupes dites de mêlée : Légion, paras, commandos et quelques unités d’infanterie. Il remplaça chez celles-ci le Mas 36 et sa version CR (crosse repliable) réservée aux paras, et le Mas 49.

Quant au Garand en dotation dans certaines unités d’infanterie, notamment Chasseurs alpins et autres Chasseurs à pied ou portés, il fut remplacé par les Mas 49 retirés des unités citées ci-avant. Ce dernier cohabitait largement avec le Mas 39 (arme à verrou) pendant toute la guerre d’Algérie, et cela dans toutes les unités de l’armée de terre qui n’appartenaient pas aux troupes dites de mêlée.

Le Garand n’était plus en dotation en 59-60, et cela dans quasi toutes les unités de l’armée de terre car sa cartouche (calibre 7,62 mm si je ne trompe) était incompatible avec les Mas 39 normaux et CR, 49 et 49-56, ces derniers étant chambrés en 7,5 mm.

La carabine US et dans ses quatre versions, M1 et M2 (tir en rafale) avec crosse bois ou crosse métallique repliable, fut retirée de toutes les unités françaises fin 62 et courant 63. La dotation systématique en Mas 49 et 49/56 de toutes ces unités rendait obsolète cette carabine US, et de plus qui nécessitait des cartouches spécifiques. Tous ces Mas à tir semi-automatique avaient deux avantages : portée et puissance d’arrêt de sa munition bien supérieure à celle de cette carabine US, poids moins élevé et démontage bien plus aisé que l’ex-Garand.

Seuls certain équipages de pilotes hélico conservèrent l’US M2 avec crosse métallique repliable, et ce jusqu’au début des années 90.

La carrière du Mas 49 se poursuivra bien après l’Algérie, et au moins jusqu’au milieu des années 70. Nombre d’unités de soutien voire d’infanterie en seront encore dotées à titre d’exemple au début 70 l’instruction de base dans les unités paras se faisait avec le Mas 49 au nom du principe en vigueur jusqu’à la professionnalisation fin 1990 : un armement ou matériel devait être usé jusqu’à la corde avant qu’on ne le retire du service !

Anecdote plaisante à ce sujet et datant du milieu des années 80, certains C.M. (Centres Mobilisateurs) avaient encore dans leurs armureries des Lebel-Berthier 07/15 M34 !

Le danger du départ intempestif du tir en rafale au moindre choc de la MAT 49 était très largement surestimé. Cet accident provenait avant tout du non respect des consignes présidant à son emploi : armement prématuré de sa culasse, et assortie du non usage de son bouton de sûreté latérale sur sa poignée de tir. Cela résultait du faible niveau d’entraînement, et bien souvent de son manque de rigueur dans nombre de régiments d’appelés. Ayant personnellement eu une MAT 49 comme arme de service pendant près de dix ans, je n’ai pas connu pareil incident, ni dans mon groupe ou compagnie. Certes l’instruction, l'entraînement au tir et les consignes d’emploi des armes étaient plus que rigoureuses dans mon régiment, et toujours appliqués avec fermeté même en opération.

Comme vous le dites fort justement Jabiru, cela ne nous rajeunit pas !

@ Giuseppe | 19 juin 2017 à 12:38

Comme vous j’étais fort médiocre au tir au pistolet (Mac 50), et cela provenait pour partie des séances de tir peu fréquentes, de l'ergonomie assez médiocre et de la ligne de visée trop réduite à mon goût. Mais le P.A. (Pistolet Automatique) dans l’armée est surtout un symbole de commandement, parfois de défense mais dans ce cas quasi toujours utilisé à très courte portée : 50 cm à 5 m.

Claude Luçon

@Claggart | 19 juin 2017 à 13:58

Je ne peux pas confirmer, je n'ai jamais été en Autriche.
Au-delà de la Suisse et de l'Allemagne en Europe je ne connais pas et n'ai jamais eu l'occasion d'approcher une Autrichienne expatriée.

Catherine JACOB

@Claggart | 19 juin 2017 à 13:58

Et vous n'auriez pas par hasard entendu aussi définir l'homme idéal, en Autriche ou ailleurs ?

Valerie

Rédigé par Dame Catherine le 16 juin 2017 à 09:07

Je vous ai bien lue et vous remercie de votre attention. Toutefois, le thermometre affichant actuellement 28.4 c en ce moment... ma miserable cervelle a fondu ;)

D'ailleurs, je vais debrancher mon vieil ordinateur en surchauffe lui aussi !!

La suite au prochain episode...

Quelque chose me dit que vous allez, dans un proche avenir, toutes et tous "morfler" puisque notre "nouveau Prince" (au demeurant fort joli garcon !!) a obtenu les pleins pouvoirs... Le courage soit avec vous... Les gueux et gueuses ne feront que changer de maitre !! J'observerai de loin...

Tipaza

@ Claggart | 19 juin 2017 à 13:58

On voit que vous n’avez pas connu beaucoup d’Autrichiennes.

Elles ont souvent la migraine, qu’elles expliquent par un abus de chocolat, auquel elles sont addicts, et dont elles ne sauraient se priver !

sbriglia@Claggart

Et aussi :

"Kinder, Küche und Kirche", représentation des valeurs traditionnelles dévolues aux femmes en Allemagne au cours du Troisième Reich.

Vieux Réac

@ Claggart 10h50

Lieutenant ORSA à la même époque pour un stage d’un an pour activation, j'ai côtoyé de loin ce que l'on appelait les X-IMO.
J'avais par contre un excellent ami en application sortant de Coëtquidan.
Grâce à lui j'ai participé à quelques "dégagements", en particulier aux Rosiers.
Ce n’était pas la mère machin mais deux charmantes demoiselles, révérées promotion après promotion par tous les élèves officiers de Saumur en mémoire de leur conduite héroïque lors de la défense du pont de Gennes par les Cadets de Saumur. Que Dieu me pardonne d'avoir oublié leur nom !

Giuseppe

Au hasard des rencontres sur le net... Il va lui être érigé une statue à François Ruffin, voyons s'il fait des émules, surtout du côté du Berger réélu, je crois que je comprends Henri Guaino et son "vomir".

Heureusement cette fois il y a eu un peu de ménage, et pour certains après de multiples mandats, de mettre les mains dans le cambouis.
Le pire de tout c'est le cumul, assez de dire qu'il faut de l'expérience, les démocraties vivent de renouveau et de renouvellement.
Assez de Bartolone, assez de Le Guen et de tant d'autres chez les autres partis, LR a divisé par deux ses députés, c'est salutaire ils vont apprendre à se régénérer, à se réinventer.

Le malade était à bout il fallait amputer, je ne crois pas un instant à la politique professionnelle, voyez la moyenne d'âge au Sénat que peuvent-ils apporter ? Ils se sont laissés bercer et berner par un dirigeant de banque lors d'une audition, triste état de lucidité après l'affaire des Panama Papers, ils ne servent à rien, à rien du tout, à part des voyages d'étude dont on se demande à qui ils sont destinés ?

Supprimons le Sénat, nous avons suffisamment de verrous pour se passer de cette institution inutile. Deux aller-retour avec l'Assemblée et la loi sera votée contre le Sénat.
Nous sommes un pays immensément riche, tous ces élus à tous ces étages, le millefeuille de la politique, une boursouflure d'élus, le mammouth politique est obèse, il est inefficace, la lutte contre le chômage doit être agile, imaginez ces élus courir derrière pour lui donner l'impulsion pour que l'embauche se fasse...

NKM évincée elle sera remplacée, la nature a horreur du vide, elle n'est pas plus indispensable à la démocratie que quiconque, la personnalisation a les effets contraires de la respiration, elle reste sclérosée à une seule personne, EM a bouleversé la donne sans pour autant que le pays ait changé. Les affaires courantes de se poursuivre avec du nouveau, l'inventivité partout et pas avec les mêmes personnages qui n'avaient plus rien à proposer mais seulement à protéger leur carrière.
Pire que depuis ces quelques dernières années, on ne peut endurer, alors le dégagisme à du bon, le serpent de l'Assemblée a changé de peau et ce n'est déjà qu'un début en attendant la mue complète pour trois mandats au plus et surtout pas un de plus.

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-politique/depute-francois-ruffin-lfi-se-paiera-au-smic-19-06-2017-7066284.php

Claggart

@ Claude Luçon 18 Juin 16 h 30

Sur la femme idéale.

Voici comment je l'ai entendu naguère définir en Autriche :

"Dame au salon, cuisinière en cuisine et... putain au lit"


Giuseppe

@Trekker | 19 juin 2017 à 03:06

J'avoue que j'ai la mémoire qui a flanché, j'ai fini brigadier, mais l'anecdote qui m'a le plus marqué est que mon voisin de chambrée qui avait un tic nerveux a été retenu comme tireur d'élite, ses tirs à 200m étaient d'un incroyable groupé de précision.
Il nous a quittés et nous ne l'avons jamais revu, je pense qu'il a dû faire carrière dans cette discipline.
Au pistolet à 10m - je crois - j'avais du mal à toucher la cible, il est vrai que pour les armes je n'étais vraiment pas doué.
Quand on regarde les épreuves olympiques c'est impressionnant, bon j'aurais pu construire des ponts provisoires j'aurais sans doute été meilleur.

@Pierre Blanchard | 19 juin 2017 à 12:30

Puisque nous sommes dans les digressions en attendant le jugement de l'agresseur - qui ne mérite pas me semble-t-il une grande sévérité -, il faut se rappeler qu'appelés nous avions un petit air de ces gaillards

hameau dans les nuages

Voila une agression hier dont on ne fera pas les choux gras dans le Landerneau parisien :

http://www.sudouest.fr/2017/06/19/laroque-timbaut-47-un-entrepreneur-agricole-violemment-poignarde-3544832-3737.php.

Quittant les villes, les loups vont arpenter la France périphérique, comme on dit. Il fallait s'y attendre et ce n'est que le début.

Pierre Blanchard

@Claude Luçon | 19 juin 2017 à 07:33
« Ah bon ! Ayant servi dans la Marine nationale… en comparaison les X semblent des pros, nous avions plus l'air d'une manif que d'un défilé …»

Effectivement, en la matière, hors l’armée de terre, il ne faut pas trop se pencher sur les défilés à pied des unités de la marine nationale ou de l’armée de l’air !! (Le tangage et le roulis pour les uns, l’absence de mal de l’air pour les autres, n’en ont jamais fait de grands adeptes de cette discipline).

Je constate néanmoins que cette insertion d’image a ravivé les souvenirs de certains.

;-)

Lucile

@ Tipaza

Heureuse que nous soyons d'accord sur l'essentiel.

@ Noblejoué

Je n'ai pas de conseils à donner ! J'ai trouvé que Pécresse faisait ça bien hier soir. Elle a parlé de guerre des chefs, et de reconstruction, et a dit ce qu'il fallait pour tourner la page. Vous nous aviez parlé d'un petit vin grec. On le met au frais ?

Jabiru

@Pierre Blanchard

Cette photo me rappelle des souvenirs !
Il s'agit d'un Mas 56 équipé d'un lance-grenade. Fusil qui a remplacé pendant la guerre d'Algérie le fusil américain Garand. Le Mas 56 a été remplacé dans les années 1970 par le Famas toujours en service au sein des armées. La carabine US datant du débarquement a continué à être utilisée par l'encadrement ainsi que le pistolet mitrailleur MAT 49 très dangereux au motif qu'il pouvait partir en rafales au moindre choc.
Tout cela ne nous rajeunit pas !

sbriglia, en mode Fantasio

"L'agresseur en fuite a été identifié... il s'agit du maire de Champignolles" (PB).

Cela rappellera aux sexagénaires de ce blog les bons vieux "Spirou" de notre jeunesse...
Et notamment "le sorcier de Champignac".

La commune de Champignac-en-Cambrousse compte environ 1900 habitants, dont les plus célèbres sont :

le comte de Champignac, châtelain et savant ;
le maire de Champignac, à l'ego aussi pesant que ses discours xyloglottes ;
M. Dupilon, ancien pharmacien, toujours sous l'emprise de l'alcool ;
M. Duplumier, secrétaire de mairie méticuleux et interlocuteur privilégié du maire ;
Jérôme, policier zorglhommisé dans Z comme Zorglub ;
A. Tachtoux, le libraire ;
Gustave, paysan ;
le Petit Noël, petit garçon naïf ;

Et la pâle Ophélie, victime sacrificielle de l'édile xyloglotte...

PS : J'ai trouvé le discours de son opposant, Gilles le Gendre élu hier soir, de haute tenue... pas xyloglotte pour un sou !

Claggart

Sur la formation dite militaire des polytechniciens

Pour illustrer les propos à ce sujet, j'ai dans les années 60 été mêlé à des X pour un stage d'officier-élève à Saumur ; ceux-ci, à part quelques exceptions, faisaient le désespoir des instructeurs : arrivée au rassemblement du matin avec chaussures non cirées, abandon de la moto sur un parcours de cross, éperons montés à l'envers, etc.

Mais à part ça, bons camarades et joyeux partenaires de dégagements bien arrosés, que ce soit Chez l'Ancien près du manège Margueritte, chez la mère machin aux Rosiers (j' ai oublié son nom), à la Commanderie de Montsoreau, et j'en passe.

Mais tout cela appartient au monde d'hier.

Achille

Nathalie Kosciusko-Morizet a été battue et c’est bien dommage car elle avait un certain charisme et des idées originales, ce qui n’est pas le cas de son adversaire avec son air falot et son charisme de porte-manteau.

L’effet Macron a fait quelques dégâts mais on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Attendons la suite…

Giuseppe

@Pierre Blanchard | 19 juin 2017 à 00:59

J'oubliais l'essentiel et le plus encombrant, pan sur le clavier ! Tournée générale pour tous, un peu boueux mais tant pis.

Claude Luçon

@ Pierre Blanchard | 19 juin 2017 à 00:59

Ah bon ! Ayant servi dans la Marine nationale, j'ai défilé aussi le 14 Juillet 1953 à Brest, en comparaison les X semblent des pros, nous avions plus l'air d'une manif que d'un défilé.
Ce fut plus sympa le 14 Juillet 1954, visite officielle à Monaco, arrivée par mer de Toulon, en ligne au garde-à-vous sur le pont arrière de notre Croiseur léger, uniforme blanc d'été, coups de canon... et cocktail le soir à bord.
Comme quoi qui tout est relatif.

vamonos

NKM a perdu au deuxième tour, dont acte.

Il me semble que l'invalidation du scrutin est tout à fait envisageable pour cause d'agression ayant entraîné une blessure de l'un quelconque des candidats pendant la campagne électorale.

sylvain

NKM NKO !
Deux KO en une semaine, bye bye la bobo !

Trekker

@ Pierre Blanchard | 19 juin 2017 à 00:59
…n’auriez-vous pas oublié de citer le mas 49 (ou 49/56) par hasard ? qui faisait partie du barda de la « marche commando »

Désolé chez vous aussi la mémoire s’estompe avec le temps ! Une marche de 8 km, avec sac à dos et équipements, en une heure ce n’était qu’une marche rapide. La « marche commando » alternant 1 km en marchant et 1 km en courant, était de 10 km lors de l’instruction et de même à l’occasion des tests trimestriels régimentaires.

Votre illustration représente un Mas 49/56, et non son prédécesseur le Mas 49. Mais qui vous dit que cette arme faisait partie du barda de Giuseppe, s'il était caporal ou sergent il était alors équipé d’une Mat 49 : arme nettement moins encombrante, mais avec ses deux porte-chargeurs - chacun en contenant quatre - équivalente en poids. Désolé je ne sais pas insérer des photos sur ce blog.

Si vous réitérez ce type d’erreur *, vous ne couperez pas à une séance de vingt pompes avec le Mas 49/56. Bien évidemment avec une paume sur la crosse, et l’autre sous le lance-grenade !

* Erreur qui n’en est peut-être pas une si vous serviez dans un régiment des plus basiques de « longues capotes ».

Pierre Blanchard

@ Giuseppe | 18 juin 2017 à 19:07
« Gesticulations qui montrent qu'on est loin de mon sac lesté sur le dos pendant 8km en moins d'une heure, casque, treillis, Rangers, le tout pour une permission. »

Giuseppe, le temps est long, la mémoire s’estompe, n’auriez-vous pas oublié de citer le mas 49 (ou 49/56) par hasard ? qui faisait partie du barda de la « marche commando » !!

@ Claude Luçon | 18 juin 2017 à 21:27

« N'exagérez pas !
Ils savent faire au moins trois choses :
1. Marcher au pas en défilant sur les Champs-Elysées le 14 Juillet
2. Aller se perfectionner civilement à l'ENA
3. Nous faire marcher au pas pendant cinq ans lorsqu'ils sont élus ! »

Claude Luçon, non, ne dites pas que les polytechniciens « marchent au pas sur les Champs-Elysées »…

Il faut ne jamais avoir appris à marcher au pas pour énoncer de telles sottises : les « polytechniciens marchent à leurs pas sur les Champs-Elysées »… mais jamais, au grand jamais ils ne marchent « au pas » !!

;-))

https://www.youtube.com/watch?v=bIebQN0Gmfk
https://www.youtube.com/watch?v=cbZ1q_wCUR0
http://www.lepoint.fr/editos-du-point/sophie-coignard/polytechnique-le-scandale-de-la-pantoufle-02-10-2014-1868550_2134.php

Yves

On trouve parfois les noms de personnes célèbres dans le Littré en sept volumes.
Quand le nom n'est pas mentionné, il arrive que le voisinage soit cocasse ou prémonitoire.

Le mot se trouvant à la place de Chirac est "chiqueur : populairement, celui qui aime à faire bombance". Dans notre pays, c'est presqu'un compliment.

Quand on cherche Bayrou on trouve " bazar". Étrange...

Et Macron ?
Le mot à la place du patronyme de notre président, "macromélie" signifie :
"monstruosité qui consiste à une grandeur excessive de quelque nombre".

360, une grandeur excessive ?

Claude Luçon

@ Trekker | 18 juin 2017 à 16:40

N'exagérez pas !
Ils savent faire au moins trois choses :
1. Marcher au pas en défilant sur les Champs-Elysées le 14 Juillet
2. Aller se perfectionner civilement à l'ENA
3. Nous faire marcher au pas pendant cinq ans lorsqu'ils sont élus !

Raphael

@ Catherine JACOB
"Voir : Condition de la femme japonaise .
D'après mon expérience, elles sont beaucoup plus malines et moins naïves que nous sous des dehors de saintes-nitouches."

Lire aussi la description très peu élogieuse du mâle japonais dans "Chronique japonaise" de Nicolas Bouvier, qui est dépeint comme beaucoup moins malin et éveillé que sa compagne qui paraît être la pièce "maîtresse" du couple (et de la société).

Giuseppe

@Trekker | 18 juin 2017 à 16:40
@Pierre Blanchard

Albert Jacquard dans son livre "Mon utopie" raconte : " A vrai dire, le temps perdu par les polytechniciens à des gesticulations militaires... " Diable ! Tout ça pour ça ?
Gesticulations qui montrent qu'on est loin de mon sac lesté sur le dos pendant 8km en moins d'une heure, casque, treillis, Rangers, le tout pour une permission.

Tant que j'y suis je cite toujours AJ qui qualifiait cet établissement dirigé par des militaires de "étrange" et "bizarrerie".
Albert Jacquard a un peu réduit le mythe de l'X cherchant "ces traces en moi après tant d'années ? Je les cherche en vain...".

Recalé à l'oral de Normale supérieure, "hélas", peut-être sa vision de l'X en tant qu'étoile n'a-t-elle pas brillé beaucoup dans son cœur, mais là c'est une autre histoire.

Robert Marchenoir

@ Robert | 17 juin 2017 à 21:42
"-- Quand Stéphane Guillon ironise sur la mort de la mère de Nicolas Dupont-Aignan ou que des êtres humains sont traités d'étrons, que les plaisanteries grasses... que le langage est torturé... que la bassesse d'âme et d'esprit... que sur Twitter les insultes prospèrent..."

"-- Il est patent que c'est le résultat d'une politique générale du laisser-faire, d'un système strictement marchand où tout n'est que rapports financiers et où la société n'est considérée que comme une somme d'individus essentiellement consommateurs."

Permettez-moi un long silence perplexe. Quel peut bien être le rapport entre "un système strictement marchand" (supposons), les "rapports financiers", et des gens qui se considéreraient, ou seraient considérés "essentiellement comme des consommateurs" ?

Vous voulez dire que, lorsque sur Twitter, des anonymes insultent des anonymes, c'est pour de l'argent ? Pourriez-vous nous expliquer de quelle manière ils s'enrichissent ?

Vous voulez dire que lorsque Monsieur le Maire de Trouloulou-les-Oies s'en est grossièrement pris à NKM, c'était pour "consommer" ? Pour consommer quoi, grands dieux ?

Vous voulez dire que lorsque des gens (de toute classe sociale, d'ailleurs), torturent le langage ou disent en public des choses qu'auparavant on aurait rougi de dire dans le secret de son foyer, c'est en vertu des avantages monétaires que cela pourrait leur procurer ?

S'il y a une tendance sociale qui est complètement étrangère à l'économie, au calcul financier, au méprisable "commerce" (comme dirait ce pauvre Jean-Frédéric Poisson), c'est justement ce déboutonnage généralisé.

Voilà précisément quelque chose qui vient des tripes, de l'irrationnel, de l'humeur, et certainement pas des "eaux glacées du calcul égoïste" dont nos anti-libéraux affectent de déplorer l'inondation à tout instant.

Dans le commerce et dans la finance, justement, le client a toujours raison, et si l'on accorde quelque importance que ce soit au bénéfice annuel, on s'interdit précisément de "vomir" sur ce personnage considérable entre tous. On est poli avec la dame, même si elle vous sort par les trous de nez.

Au fait, les insulteurs qui nous ont préoccupés ces jours derniers, les agresseurs de polytechniciennes, les gaullistes sociaux qui ont fait don de leur personne à la France et qui retirent désormais leurs billes, ils étaient commerciaux ? financiers ? patrons du CAC 40 ? Que nenni, ils étaient tout le contraire, homme politique et fonctionnaire. Des métiers où précisément, parce que vous n'avez de comptes à rendre à personne, et en particulier pas aux "consommateurs" d'administration et de services publics, vous pouvez vous permettre de traiter comme de la crotte les gens pour lesquels, en principe, vous travaillez.

Puisqu'il n'y a, jamais, aucune conséquence. Puisque vous ne passez jamais à la caisse, justement.

Exilé

@Catherine JACOB
Ceci dit, il y a beaucoup d'idées reçues sur la condition féminine au Moyen Âge.

Vous faites bien de remettre l'histoire à l'endroit et de chasser les clichés.
La médiéviste Régine Pernoud a bien montré le rôle primordial exercé par les femmes au Moyen Âge, aussi bien à la maison que dans le domaine politique.

En fait, il n'y avait même pas besoin à l'époque parmi les femmes de féministes pour revendiquer le pouvoir : elles l'exerçaient déjà...

Michelle D-LEROY

Tout d'abord, je ne pense pas que Madame Nathalie Kosciusko-Morizet ait été agressée physiquement, au sens physique du terme. Elle a sans doute été surprise par la réaction énervée de son interlocuteur qui lui a arraché ses tracts avant de les lui jeter au visage en lui criant des insanités.
Sans doute épuisée et contrariée par une campagne difficile succédant aux primaires de la droite et à une campagne présidentielle très particulière. Mère de deux jeunes enfants, on peut comprendre que le geste brutal d'un passant ait été la goutte d'eau qui lui ait occasionné un malaise dû à une grande fatigue.

Et, femme moi-même, je sais par expérience qu'une femme est plus émotive qu'un homme... que les féministes les plus hard me pardonnent car il ne s'agit pas de déconsidérer le sexe féminin mais de constater une réalité. C'est la stricte vérité même si cela dérange la sacro-sainte égalité homme-femme. Une simple "engueulade" avec un collègue prend plus d'importance chez une femme que chez un homme, je l'ai vu, je l'ai vécu.

A titre de comparaison, au cours des derniers mois, nous avons vu un François Fillon à cran, suivi à chaque déplacement par des mini groupes qui promenaient des casseroles et lui criaient des injures, et enfariné lors d'un meeting... Il se s'est pas évanoui. Ni Manuel Valls qui a reçu des œufs et des injures... Pour ne parler que de ces deux politiques...

Il s'agit du mouvement d'humeur d'un Français qui, peut-être, n'en peut plus de cette campagne qui dure depuis neuf mois non stop, avec ses revirements et ses affaires, ses cabales et ces gens qui se disent à droite mais Macron-compatibles, bref la situation politique sidérante que nous vivons depuis des mois, médias à l'appui. Son côté discutable et ignoble est juste celui d'avoir pris la fuite, au lieu de rester pour appeler les secours.

Par ailleurs, au même moment, le maire de Montfermeil qui avait appelé la police pour stopper les courses-tintamarre de mobylettes autour de sa mairie, a été renversé volontairement par un de ces voyous pendant qu'il parlait avec la police venue sur les lieux. Il a été gravement blessé au bassin et au cou... et qui le plaint dans la sphère politique ou médiatique ??

Evidemment, c'est toujours le même problème, cet homme-là, de la droite décomplexée, maire d'une commune du 9-3, défie la bienséance régulièrement en dénonçant les problèmes typiques des banlieues. Et, même en restant poli et en pesant ses mots, il reste un élu qui traite de sujets vulgaires et médiocres. Qu'on lui pardonne, ce sont les problèmes ordinaires de son cru, ceux qui empoisonnent la vie des habitants tout aussi ordinaires de sa commune. Tout le contraire d'une NKM, BCBG, candidate des beaux quartiers, clignant des yeux en expliquant avec condescendance au citoyen lambda que l'eau mouille.

Le reflet de la France fracturée d'aujourd'hui :
- d'un côté, une femme politique cultivée, courageuse et intelligente mais émotive qui reste une femme sensible en même temps que très prise et possiblement épuisée par son double rôle politique et de maman. Ce qu'il est de très mauvais goût de rappeler, souvenons-nous de la polémique soulevée lorsque Fillon avait félicité Léa Salamé, jeune maman. Son message subliminal aurait été d'imaginer qu'elle avait lâché un instant le suivi politique pour s'émerveiller devant son bébé. Impensable de rabaisser autant la femme et de nier la théorie du genre.

- d'un autre côté : des élus (puisque le violent personnage, qui de plus semble un peu rond, serait aussi élu d'une commune de l'Eure) considérés populistes, au fait des réalités de terrain et ne les supportant plus tant il est impossible de le dire et donc d'y remédier.

Comment réconcilier ces deux mondes ? l'un avec des œillères au sein d'un milieu artificiel et l'autre du monde réel qui se dégrade à la vitesse grand V, qui se désertifie, privé de services publics, de commerces et qui perd ses emplois tandis que la délinquance gagne du terrain. Est-ce qu'il suffira de fermer les yeux pour ne pas déranger les élites qui dorment sur leur piédestal ?

Heureusement pour moi, je n'appartiens ni à l'un ni à l'autre de ces deux mondes, juste à celui qui paie financièrement pour colmater.

Trekker

@ Pierre Blanchard | 18 juin 2017 à 14:23
"...Il faut savoir ce qu’endurent les polytechniciens pendant leur formation dite militaire"

Endurer est pour le moins fort exagéré. Pendant leurs trois semaine au camp de La Courtine les polytechniciens, en matière d’exercices physiques, ne sont confrontés qu’à une version fort soft des « classes » qu’enduraient les ex-appelés des régiment d’infanterie. Rien de comparable avec l’actuelle instruction, et seulement de base, que subissent tous les engagés de l’Armée de Terre. Même les stages organisés par certains centres d’instruction commando destinés aux reporters se rendant dans des zones de guerre sont bien plus rudes.

Aux dires d’un camarade qui encadra plusieurs de ces formations de polytechniciens à La Courtine, près d’un tiers étaient à la limite du rachitisme, l’autre tiers peu sportif, et le dernier tiers pouvait être qualifié physiquement d’apte à la vie militaire mais dans une unité de soutien. Ce camarade avait probablement une perception fort critique car avant, et pendant plus de quinze ans il avait été instructeur dans les chuteurs opérationnels.

Claude Luçon

@ Xavier NEBOUT | 18 juin 2017 à 11:21
"Ceci dit, la place d'une femme n'est pas à faire de la politique, mais à s'occuper de l'honneur de son époux et de la gloire de ses enfants."

Sauf erreur c'est ce que disaient déjà les Grecs dans l'Antiquité mais ils rajoutaient, ce que vous avez oublié, qu'elle devait aussi s'occuper de la maison.
Brigitte est la femme idéale selon les Grecs.
Elle a trouvé la meilleure solution : une maison élyséenne sympa, avec un tas d'esclaves, un époux qui a l'âge d'être son enfant, le "tout-en-un" en somme, donc elle va pouvoir se concentrer sur l'honneur et la gloire.
Ce qui a déjà commencé, au moins musicalement, un Jupiter symphonique à la Mozart qui déambule au son de l'Ode à la Joie de Beethoven avec la rigueur d'une statue du Louvre et se balade parmi les Grands de ce monde, impressionnant !
De quoi rebotter tous les machos de l'Hexagone !
Attention Mesdames tempérez les ardeurs de Brigitte, NKM vient d'en payer le prix !
Par ailleurs, si cela nous vient vraiment des Grecs antiques, n'oublions pas où en sont les Grecs d'aujourd'hui !

@ Xavier NEBOUT

Si nous consignons Brigitte à la gestion de la maison, en plus de la gloire et de l'honneur d'EM, nous risquons gros, d'autant plus que depuis qu'ils sont mariés, les millions d'Emmanuel ont disparu. Quid du futur des nôtres que nous n'avons même pas ?
Ceci dit NKM pouvait très bien s'occuper de la gloire de ses enfants, dont nous tous, ayant disposé du mari, à partir de l'Elysée.
Au lieu de votre recommandation mieux vaut encourager nos femmes à être députée ou ministre. Sauf de l'Education, du Logement et de la Justice bien sûr, les expériences précédentes n'ayant pas été concluantes.

Noblejoué

@ Lucile
"Salut les perdants, continuez comme ça, détestez-vous les uns les autres, et racontez tant que vous voulez que vous aimez la loi, et l'ordre."

L'état de la droite doit être désespérant pour vous, vous n'êtes pas aussi cinglante d'habitude.
Que conseilleriez-vous à la droite pour se réinventer ?

Après tout, il n'est pas exclu que des gens ayant une certaine influence vous lise.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS