« BHL contre Zemmour : un modèle | Accueil | Et pendant ce temps... »

15 juillet 2017

Commentaires

Elusen

@ Exilé | 18 juillet 2017 à 08:29
« Rappelons tout de même qu'en France il peut arriver que la position des tenants de propos non conformes ne soit pas très enviable, certains, peu nombreux il est vrai, ayant même été incarcérés... »

Des preuves ?!
Des noms ?!
Une unité temporelle ?!

L’actuelle Constitution française
la partie de 1789 :
Art. 4. -
« La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi. »

Art. 11. -
« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. »

L’une des bornes, des limites : Loi de 1881 sur la liberté de la presse, applicable à toute expression publique et quelle qu’en soit la forme.

Chapitre IV : des crimes et délits commis par la voie de la presse ou par tout autre moyen de publication
https://frama.link/PfSDJdau

« Pour ne prendre qu'un exemple, citons celui de l'écrivain Richard Millet, qui n'a pas été obligé de passer par la case justice mais qui, victime d'une police de la pensée bien réelle, a été exclu du monde de l'édition. »

Mensonge !
La liberté d’entreprendre !
Quelle loi oblige un éditeur à publier un type ?
Quelle loi oblige les gens à acheter ses livres ?
Quelle loi oblige les gens à écouter un type ?

Noblejoué

@ Catherine JACOB | 17 juillet 2017 à 20:04

J'avais regardé sur Google Translate sans comprendre la traduction. Ainsi, vous non plus.
Et si quelqu'un avait écrit quelque chose en français et utilisé Google ?

petit soldat

@ Exilé | 18 juillet 2017 à 08:29

Voilà encore un excellent commentaire... vous devriez les assembler et en faire un livre et le faire imprimer en Chine.
Le Français ignore ce qu'est la Chine, il n'en connaît que ce qu'on lui raconte, alors que la Chine est en plein miracle depuis plus de trente années et nous dépasse dans tous les domaines et sera bientôt propriétaire de tout ce qui peut être techniquement ou financièrement intéressant dans notre pays de vaches à lait.
Mais le Français a au moins un mérite : il cultive une race présidentielle au-dessous de tout ce que l'on peut imaginer.

caroff

@Exilé
"Pour ne prendre qu'un exemple, citons celui de l'écrivain Richard Millet, qui n'a pas été obligé de passer par la case justice mais qui, victime d'une police de la pensée bien réelle, a été exclu du monde de l'édition."

Liste noire pour lui et pour bien d'autres encore qui ne pensent pas conformément à la doxa.
Les domaines où il ne fait pas bon avoir des idées originales sont bien connus : l'immigration, le communautarisme, l'écologie et le libéralisme économique (disciples de Bastiat, Say, Turgot, etc.).

Peu ou pas de liberté d'expression pour tous ceux-là en effet !!

Exilé

Tous ces mots qu'on utilise, sans savoir, dans les pays où l'on ne risque rien.
Dissidence, opposition, contestation, censure, étouffement, dictature, police de la pensée, résistance, courage.

Parmi ces pays où l'on ne risque rien, ne figurent ni la Chine ni la France, à un degré moindre bien entendu, dans la mesure où il n'y existe pas d'équivalent du Laogai, l'univers concentrationnaire chinois de rééducation, mais où la chape de plomb pesant sur les libertés fondamentales est néanmoins bien présente.

Rappelons tout de même qu'en France il peut arriver que la position des tenants de propos non conformes ne soit pas très enviable, certains, peu nombreux il est vrai, ayant même été incarcérés plusieurs mois alors que les prisons sont pleines à craquer et que des individus réellement dangereux auteurs de crimes et délits graves sont eux laissés en liberté.

Et si en France les contestataires et les vrais opposants ne sont pas abattus d'une balle dans la nuque facturée à leur famille, ils sont condamnés à la mort sociale ce qui ne vaut guère mieux par acharnement judiciaire les condamnant à de lourdes amendes et par ostracisation et interdiction de pratiquer leur métier : plusieurs journalistes indépendants, écrivains, acteurs ou membres du milieu de la « culture » voire hommes politiques peuvent en témoigner.
Pour ne prendre qu'un exemple, citons celui de l'écrivain Richard Millet, qui n'a pas été obligé de passer par la case justice mais qui, victime d'une police de la pensée bien réelle, a été exclu du monde de l'édition.

Eh oui, ça se passe comme cela au pays qui prétend avoir instauré les droits de l'homme et qui a le cynisme de faire figurer le mot liberté dans sa devise...

Catherine JACOB

@savondalep | 17 juillet 2017 à 14:31

Qu'est-ce que c'est que ce charabia ?

Savonarole

@savondalep | 17 juillet 2017 à 14:31

Le savon d'Alep, c'est un des trésors ramenés par nos preux chevaliers de retour de Jérusalem.

savondalep

@ Catherine JACOB | 17 juillet 2017 à 07:49

夫人JACOBは、あなたのフリーマーケットJAPANESEと停止します

Catherine JACOB

@Savonarole | 17 juillet 2017 à 06:47

Est-ce qu'un conseiller un peu malin lui a suggéré de tweeter un poème ?

Catherine JACOB

@Savonarole | 16 juillet 2017 à 22:14
"Enfin, ça nous change de la littérature de ces rebelles sexagénaires français de haut vol, qui à deux doigts d'une retraite à taux plein crachent dans le petit lait qu'ils ont bu pendant quarante annuités, et qui écrivent des livres en fin de carrière pour se payer un mas dans le Luberon."

Qui est visé ?

Savonarole

Le jour même de la mort de Liu Xiaobo, Macron et Trump en conférence de presse n'ont eu de cesse de louer le président chinois Xi Jinping, "c'est un ami, un homme exceptionnel". Deux petits chanteurs à la Croix de Bois. Une chorale à eux deux.

On se souviendra du passage de la flamme olympique à Paris en 2008, où David Douillet en short Décathlon flamboyant s'est fait bousculer par un chinois d'1m20.
Les vociférations de Reporters sans frontières (Robert Ménard) et de toute la gauche tibétaine de Saint-Germain-des-Prés, Ségolène Royal recevant le Dalaï Lama avec une écharpe blanche, l'incontournable préalable diplomatique à toute discussion sur les "droits de l'homme en Chine" alors que la France ramait pour y vendre des Peugeot.

Redescendu sur terre, notre Jupiter s'est fendu tout de même d'un tweet de trois mots pour rendre hommage à Liu Xiaobo, tweet qui passera inaperçu en Chine, mais qui rassurera toute la place Saint-Sulpice.

Elusen

@ Savonarole | 16 juillet 2017 à 22:14
« Que nous a-t-il appris qu'on ne savait déjà ? »

À vous rien apparemment !
Comme si résister, c’était apprendre quelque chose aux autres !
Tout ne tourne pas autour de votre nombril !

Les gens commencent à résiter pour eux en premier lieu, pas pour vous !

@ Nicolas | 16 juillet 2017 à 18:23 @
«...pratiquent un racisme inversé »

Waouh ! Inversé ?!
Du racisme à l’envers ou à l’endroit !
Et vice et versa !

Allez courage : https://www.youtube.com/watch?v=ZTeqM5gciH8 !

Savonarole

Ce monsieur est certainement un homme remarquable et respectable.
Toutefois on peut se demander si ça valait vraiment la peine de perdre la vie pour nous prouver que la Chine est une dictature communiste.
Que nous a-t-il appris qu'on ne savait déjà ?
Qui d'entre nous va se jeter sur ses œuvres ?
Je sais, on va me lancer Jean Moulin et d'Estienne d'Orves à la figure.
Ce brave homme aura découvert la lune à un âge tardif, et la plaie de ce prix Nobel l'aura achevé.

Enfin, ça nous change de la littérature de ces rebelles sexagénaires français de haut vol, qui à deux doigts d'une retraite à taux plein crachent dans le petit lait qu'ils ont bu pendant quarante annuités, et qui écrivent des livres en fin de carrière pour se payer un mas dans le Luberon.

Noblejoué

@ caroff
"L'URSS n'est pas tombée sous les "coups de boutoir" de l'extérieur mais par une prise de conscience que sa trajectoire n'était pas durable"

Parce que l'URSS n'était pas distancée par la course aux armements, entre autres ?
Mais peu importe. Ce qui compte, c'est la prise de conscience que le truc n'est pas optimal, prise de conscience qui n'aurait pas été possible sans un extérieur différent, à mon avis.

Bon, dans Le cuirassé Potemkine, on montre de la mauvaise nourriture. Mais meilleure que celle que les gens avaient à l'époque où les spectateurs visionnaient le film. Alors on allait réclamer le tsarisme ? Il était hors service, et n'avait pas laissé que de bons souvenirs... Puis les Soviétiques ont pu voir des actualités sur le mauvais Occident, par exemple des destructions de nourriture dans des manifestations agricoles. Oui, mais enfin, il y avait plus de nourriture que chez eux. Alors, là, c'est intéressant, pour les masses qui n'ont pas de magasins spéciaux et font la queue, et les dirigeants les meilleurs qui se disent que ben, en faisant quelques efforts, en abolissant des abus, on pourrait bien aboutir à quelque chose.

Ce qui compte, ce n'est pas la misère, quand elle est si j'ose dire de tradition, voir toutes les civilisations où la disette était considérée comme normale, ce qui compte, ce n'est pas le passé, qu'on peut toujours diaboliser, il n'est pas là pour se défendre, ce qui compte, c'est l'extérieur d'aujourd'hui.
Comme cet extérieur existait, des dirigeants ont pu faire un retour sur soi en voyant le monde, et réformer.

"Je note une très grande résilience des régimes communistes (Cuba, Vietnam entre autres) par rapport aux dictatures fascistes (Grèce, Italie, Argentine, Chili et même l'Allemagne...) dont la durée de vie est moindre."

L'Allemagne a été écrasée militairement ! Hors sujet si on parle de sénescence. La Chine est une dictature aux traits communistes et capitalistes, on met ça de côté aussi, ok ?
Reste les Etats clients des Américains et des Russes. Il me semble que les Russes, point trop encombrés de démocratie, ont pu les soutenir davantage. Il ne faut pas faire les choses à moitié : se mettre les populations à dos et laisser tomber, comme les Américains, soit on conquiert, soit on ne fait rien. C'est comme les persécutions religieuses subies par les chrétiens dans l'Empire romain autrement, "tout ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort". Encore que je doute que le pauvre Nietzsche y ait pensé pour les chrétiens ! Autre chose, les régimes communistes type Cuba mutent, comme la Chine, en direction du capitalisme.
Mais pas vers la démocratie. Hélas, et il faut en déduire que le capitalisme est plus fort que la démocratie.

Bon, c'est bien beau, tout ça, mais compter les points, ce n'est pas passionnant sauf en match.
Et moi, je ne joue pas au tennis, là, je démontre que sans extérieur, un gouvernement mondial tyrannique ne pourrait pas être renversé.

Et qu'il faut donc absolument en discréditer l'idée.

Pré-ven-ti-ve-ment.

Sinon, on ne sait jamais ce qui peut arriver. Qui aurait cru, tiens, que la droite et la gauche s'autodétruiraient et que le centre par Macron, ramasserait tout ? Moins anecdotiquement, que le monothéisme se répandrait sur le monde ?

Ca ne me paraît pas superpassionnant de compter les points entre hommes et femmes, droite et gauche, mais défendre la liberté, si.
Et pour cela, ne vaut-il pas mieux prévenir que guérir ? Surtout quand la guérison est impossible.

jack

@ Nicolas

Pas de simplisme accablant. Il ne s'agit pas de superposer le modèle US sur la Chine (elle n'a pas eu besoin de copier les USA pour le business). Il s'agit simplement de satisfaire la liberté d'opinion et le pluralisme des idées. Onze ans de détention et une fin de vie bien encadrée par les autorités, des cendres vite répandues pour éviter un lieu de recueillement. Une épouse assignée à résidence... Il est nécessaire que des voix dénoncent ces pratiques.
On comprend mieux pourquoi la Chine est accommodante avec la Corée du Nord : parti unique, leader suprême, brosse à reluire, "je ne veux voir qu'une seule tête". On doit cependant à l'honnêteté de dire que les sanctions en Corée du Nord sont plus expéditives et mortelles.

Catherine JACOB

@ Noblejoué | 16 juillet 2017 à 16:11
« Mais tant qu'on aime les arbres, on ne se sent pas rejeté par la beauté du monde. En forêt, on s'y replonge, en voyant un ailleurs, on en a comme un signe. »

Puisque vous aimez la forêt, en voici quelques images :

1. Voilà pourquoi on ne trouve plus de brimbelles :

2. Près du col de la Charbonnière, le long d’un chemin de randonnée :

3. Qui ne mène nulle part sinon dans un champ :

4. A la frontière luxembourgeoise ; qui mène quelque part, mais où

Entrée du chemin emprunté par ma grand-mère paternelle pour traverser la forêt en carriole et aller faire les accouchements du temps de la Première Guerre mondiale :
5.

Nicolas

Même la mort est exploitée par Philippe Bilger pour crier toute sa haine de la Chine. Les Liu Xiaobo (prix Nobel de la paix) et autres rédacteurs de la Charte 08 qu’on peut qualifier de libéraux et qui, éperdus d’admiration pour les Etats-Unis (ceux des Bush père et fils plus particulièrement) pratiquent un racisme inversé virulent et professent que la seule issue viable pour la Chine est d’aménager une copie de la démocratie à l’américaine, en acceptant, pourquoi pas, une forme de « colonisation » par l’Oncle Sam.

Le plus raisonnable est de faire confiance à la propension chinoise aux « transformations silencieuses » et voir ce que la Chine fera de la voie nouvelle où elle s’est engagée il n’y a guère plus de trente ans. Tout en regrettant vivement les emprisonnements abusifs pour délit d’opinion et les tracasseries en tout genre infligées aux proches des « dissidents », nous ne pouvons nous ranger totalement aux côtés de Liu Xiaobo et dire avec lui que ce qui peut arriver de mieux à la Chine, ce serait « 300 ans au moins de colonisation occidentale ». C’est bien sûr une provocation. Mais peut-il être suivi, et même seulement compris, par la majorité des Chinois, tout mécontents du régime qu’ils puissent être ?

A vrai dire, plus qu’à Liu Xiaobo que nous absolvons assez volontiers dans son contexte, nous en voulons à certains allumeurs d’étincelles de chez nous (personnages politiques et acteurs des médias), ignorant à peu près tout de la Chine mais s’arrogeant le droit de la faire comparaître devant le tribunal de leur bonne conscience au nom d’un « impensé » caractérisé érigé en absolu. Un exemple (ils sont légion) : quand on a attribué en 2010 à Liu Xiaobo le Nobel (après l’avoir attribué au Dalaï Lama en 1989), ce prix dit « de la paix » n’était-il pas une forme de déclaration de guerre à la Chine ? Autre exemple : difficile d’oublier le passage de la flamme olympique à Paris en 2008 sous les huées et les violents incidents antichinois (sous la houlette de Robert Ménard que nous n’avons pas besoin de présenter !) qui, retransmis par la télé en Chine qui suivait « sa » flamme de par le monde, ont meurtri et frappé d’incompréhension absolue la population chinoise dans sa totalité. Je pense que nous pourrions éviter ce genre de choses (qui n’ont généralement pas d’autre but que faire du buzz) et nous montrer moins donneurs de leçons. Nous payons du reste assez cher nos « incartades » droitsdel’hommistes puisqu'elles se terminent toujours de la même façon : par un navrant petit voyage à Pékin de J.P. Raffarin (le sinophile de service) chargé du « kotow » de contrition pour la bonne continuation des contrats !

PS : C'était déjà Liu Xiaobo qui affirmait en 1988 que "choisir l'occidentalisation, c'est choisir d'être humain".
C'est pour cette raison que la majorité des Chinois rejettent en bloc les idées de Xiaobo. C'est pas ironique ça ? Le dissident qui loue le peuple, mais le peuple n'adhère pas du tout à ses idées, surtout en matière de guerre préventive pour la démocratie. Liu Xiaobo est considéré par la majorité des Chinois comme un néoconservateur/libéral à la botte des Américains. Sa mort est restée indifférente en Chine et dans les communautés asiatiques en France ou en Europe. Et vous voulez faire croire le contraire ?

boureau

"Résistance, courage, démocratie, justice"

Bel hommage à Liu Xiaobo, cher P. Bilger ! Merci.

Rien de l'Elysée évidemment ! La raison d'Etat a bon dos.

Pendant ce temps, Macron invite Netanyahou, président d'une dictature soft qui ne compte plus les morts palestiniens et qui gouverne avec des racistes.

Mais, au fait, que vient faire un chef d'Etat étranger dans cette sinistre affaire franco-française : la commémoration de la rafle du Vel d'Hiv' ? Macron aurait-il oublié que les élections sont terminées et qu'il n'a plus à faire de populisme électoral ?

Mais chuuuut ! Il s'agit d'Israël !

Cordialement.

caroff

@Noblejoué
"Pardon mais les dictatures, disons les plus puissantes, ne tombent pas parce qu'elles sont abominables mais parce que l'extérieur les jette à terre."

L'URSS n'est pas tombée sous les "coups de boutoir" de l'extérieur mais par une prise de conscience que sa trajectoire n'était pas durable. L'accident de Tchernobyl a aidé Gorbatchev avec sa fameuse perestroïka.
La Chine reste depuis 1948 une dictature...
Pour le reste, je note une très grande résilience des régimes communistes (Cuba, Vietnam entre autres) par rapport aux dictatures fascistes (Grèce, Italie, Argentine, Chili et même l'Allemagne...) dont la durée de vie est moindre.

Noblejoué

@ Catherine JACOB
"Je suppose que vous avez récupéré ce vers du site de Daniel Py qui est donné comme un animateur de Kukaï parisien, ces réunions autour de haïku où l’on échange, partage des commentaires de ces petits poèmes, et aussi y distingue ceux qui ont la préférence des participants."

Non. Je ne sais plus sur quel site j'ai pioché le poème, mais le vôtre ne me rappelle rien - ce qui ne veut rien dire d'ailleurs, quand j'ai ce que je veux, j'ai tendance à oublier ce qui précède.
Bref, j'ai quand même remarqué des sites où des Français faisaient des haikus, et un site que j'avais déjà vu avec seulement des classiques mais peu, mais il n'y avait pas ce qui convenait.

Dans celui que j'ai découvert pour vous chercher un haiku, on ne voyait aussi que des classiques, mais bien plus... J'ai lu beaucoup de poèmes parfaits du même auteur avant de trouver celui qui semblait le meilleur à vous envoyer, en fait j'ai failli tout lire dans la succession des poèmes, un peu comme on peut marcher au hasard, sans plus s'inquiéter de rien, dans l'oubli de tout, comme quand on marche en forêt.

Je pourrais vous en demander pardon, je préfère vous remercier pour cet enchantement, avec le poète, bien sûr, à supposer que les morts ne soient pas vraiment morts, et qu'ainsi, ils puissent nous entendre.

S'il faut interpréter le haiku, je choisirais cette option :

"...mais simplement au fait que la montée vers l’ermitage a couvert le poète de la poussière du chemin de ce parcours très concret peut-être, ou pas, métaphore de ce « parcours terrestre de la mort et de la renaissance dont les bouddhistes cherchent à se libérer », et que la source qui jouxte les reliques de la cabane du vieil ermite d’autrefois lui apparaît tout bonnement la bienvenue pour satisfaire le désir de se rafraîchir."

Vous apprenez à écrire et écrivez vous-même des haikus, bravo... Cela me semble fort beau mais inaccessible, presque comme la cérémonie du thé, entre autres parce que je n'aime pas le thé, ou pire, car ça, je l'avais désiré, lire Le Dit du Genji.
J'en avais entendu dire tant de bien, une perfection, comme du Proust ou du Racine... Mais contrairement aux deux autres, j'ai irrémédiablement décroché. Je n'incrimine pas le texte, contrairement à d'autres oeuvres "incontournables", non, c'est moi.
C'était vraiment parfait, mais pas pour moi. Ce n'est pas ce qui a été, c'est ce qui aurait pu être si on avait été différents, un regret.

Mais tant qu'on aime les arbres, on ne se sent pas rejeté par la beauté du monde. En forêt, on s'y replonge, en voyant un ailleurs, on en a comme un signe.

Ellen

La gouvernance chinoise n'oublie jamais rien, même trente ans après. Ce qui est regrettable c'est que l'universel des droits de l'homme sur papier, Liu Xiaobo, le plus célèbre dissident chinois et prix Nobel de la paix, est mort sous bonne garde des dictateurs communistes, après huit ans d'incarcération, alors atteint d'un cancer du foie et après que toutes ses demandes de transfert à l'étranger pour être soigné ont été refusées. Il n'aurait jamais dû quitter les USA ni rentrer dans son pays. Naïf dans toute sa splendeur, pensant que l'Occident de l'ouest allait le protéger. Il a pris des risques qui malheureusement l'ont conduit vers une mort sans soins. La France se réveille une fois encore trop tard !

Catherine JACOB

@Noblejoué | 15 juillet 2017 à 20:09
« La rosée goutte, goutte / voulant rincer enfin / la poussière de ce monde - Matsuo Bashõ (1644-1695) »

Je suppose que vous avez récupéré ce vers du site de Daniel Py qui est donné comme un animateur de Kukaï parisien, ces réunions autour de haïku où l’on échange, partage des commentaires de ces petits poèmes, et aussi y distingue ceux qui ont la préférence des participants.

Un jour que cela nous avait toku toké 😉, avec certains de mes élèves, nous avions passé une après-midi à composer des vers façon haïku mais en français, que nous avions ensuite envoyés au Mainichi Shinbun pour leur première édition de l’ouverture de leur concours aux textes en français, et qui les a publiés dans la section internationale de ses Haïkus en langue étrangère.

Avec des fautes d’orthographe, hélas dommageables au sens pour certains. Par ex. « fractals » devenu « fractais » etc.

Personne n’a obtenu de prix et donc aucun n’a eu l’honneur d’être traduit en japonais, mais qu’importe, on a passé une bonne après-midi, c’est ce qui compte. Pourtant, l’un ou l’autre n’était pas si mal.

Outre le mien, sur ces pages, six sont de mes élèves dont l’un a été ensuite par un moment, au titre de stage HEC il me semble, l’assistant de Carlos Ghosn au Japon, mais je ne vous dis, ni lequel, ni lesquels de façon à ce que vous puissiez apprécier en toute objectivité.

On n’a pas utilisé les traditionnels KIGO japonais pour désigner la saison évoquée, mais pour qui a des notions de culture française….

Ceci étant, le webmaster des pages en français du site du consulat général du Japon à Strasbourg, nous ignore également alors que nous étions les premiers sur le pont, hein ! s’agissant de ce concours, de même que par ailleurs en quelques autres domaines. Mais bon, qu’est-ce que vous voulez y faire ! – Alors : première de couverture de la publication du Mainichi : , pages concernées : coordonnées-publication ; Page 1 ; Pages 2 et 3.

Pour en revenir à Daniel Py, il n’y donne cependant pas les textes originaux dont, en ce qui concerne le vers que vous avez l’amabilité de m’adresser ainsi qu’à toutes fins utiles, ce texte : 「露とくとく心みに浮世すすがばや」 Lecture : (つゆとくとく こころみにうきよ すすがばや)
Translittération : « Tsuyu Toku-toku Kokoro-mi_ni Ukiyo-susu_ga baya ».

On dit que Kokoro-mi_ni (心み) s’est initialement écrit : Kokoro-mi_ni (試み = pour voir, essai, tentative) rendu par « voulant ».
Il semblerait également que Uki-Yo (浮世), rendu par « ce monde » ne renvoie pas à l’habituel concept de monde flottant, métaphore des plaisirs, mais simplement au fait que la montée vers l’ermitage a couvert le poète de la poussière du chemin de ce parcours très concret peut-être, ou pas, métaphore de ce « parcours terrestre de la mort et de la renaissance dont les bouddhistes cherchent à se libérer », et que la source qui jouxte les reliques de la cabane du vieil ermite d’autrefois lui apparaît tout bonnement la bienvenue pour satisfaire le désir de se rafraîchir.

Sans doute imagine-t-il alors le vieux Saishō remontant vers sa cabane, tout heureux d’y trouver de quoi satisfaire le plaisir tout simple de se débarbouiller un coup et se rafraîchir en même temps. Comme le fait observer Lacan, un camembert et parfois juste un camembert ! Néanmoins, on glose également sur ce témoignage de la variabilité de l’orthographe idéographique, Kokoro-mi_ni (心み) comme Kokoro(心)= cœur/esprit = nuance spirituelle + Mi (身) = corps. D’où il s’agirait à la fois de se débarbouiller et en même temps, comme qui dirait, de se purifier spirituellement.
Baya n'est pas une plage brésilienne mais un petit mot qui indique qu’on aimerait bien entreprendre l’action qui le précède. Qu’il s’agit donc de notre souhait : « Ah qu’il serait bon de… ».

En revanche, Py en reproduit mot à mot le texte d’accompagnement :
"Les restes de la chaumière de Saigyô se trouvent du côté droit du temple intérieur ; on y accède en continuant quelques centaines de pas sur un chemin de bûcheron. La cabane fait face à une profonde vallée dotée d’une vue splendide. L’« eau claire 清水(Kyo-mizu) qui ruisselle » est toujours la même qu’aux temps anciens, et, même maintenant, les gouttes s’écoulent toujours.) - Pierre gravée commémorative -
Original : 西上人(Saishō-nin plus connu sous ne nom de 西行法師→ Saigyō Hōshi, moine-poète du Xième siècle)の草の庵の跡は、奥の院より右の 方二町計わけ入ほど、柴人(Shiba-Bito : les ramasseurs de petit-bois dans la nature= les villageois d’à côté)のかよふ道のみわづかに有て、さがしき谷をへだてたる、いとたふとし。彼とくとくの清水は昔にかはらずとみえて、今もとくとくと雫落ける。

Il précise en note : « NB : La référence de Bashô à « la claire eau qui goutte » vient du poème de Saigyô : « s’égouttant / la pure eau de source tombe / sur des rochers moussus / pas assez pour en tirer / pour cette vie d’ermite ». L’original de ce poème qui n’est pas un Haïku, est 「とくとくと 落つる岩間の 苔清水 汲みほすほども なき住居かな」
dont translittération : « Toku toku O-tsu_ru Iwama_no Koké-Shimizu Kumi-Hosu hodo_mo Naki Jῡkyo_kana ».

On dit que l’ensemble des traditions n’en feraient pas mention mais uniquement celle de Yoshino (Préfecture de Nara). Peu importe.

S’agissant de poésie japonaise, votre adresse appelant donc un « en retour », le voici :
« Le chêne
ne fait pas attention aux fleurs
une pose
» - printemps 1685 -

Auquel D. Py ajoute « Ce verset fut composé comme verset de salutations pour Mitsui Shûfû. Bashô compare son hôte au Quercus glauca, une variété de chêne qui pousse en montagne, impliquant que c’est un véritable homme qui contraste avec l’ostentation des fleurs. »

Original : 樫の木の 花にかまはぬ 姿かな 芭蕉 (lecture : かしのきの はなにかまわぬ すがたかな)-
Translittération : « Kashi-no-Ki(chêne)_no // Hana (fleurs)_ni Kamawa-nu // sugata(silhouette/aspect)_kana »

Re Traduction :
«Fière allure
Du chêne auquel peu importe
(les couleurs des) fleurs
»
Interprétation perso : « T’occupe de l’humble roseau ! », un vers qui eût pu également constituer une adresse à Xi Jinping...

Mitsui Shῡfῡ (1646-1717) est un poète d’une obédience concurrente : Danrin-Fῡ (談林風) qui s’est constituée autour du maître de Renga, NISHIYAMA Sōin (西山宗因 - 1605~1682) originaire du pays de HIGO (actuelle préfecture de Kumamoto dans l’île de Kyῡshῡ).

duvent@sbriglia

@sbriglia

Laconique et pourtant excessif ! Voilà, un exploit...
Je serai donc exubérant et vous dirai : honoré (par votre excès...) !

Trekker

Voyons, Monsieur Philippe Bilger, vous tenez à perturber nos très bonnes relations avec les autocrates chinois, prendre fait et cause pour un dissident décédé dans sa famille, alors que le régime dans sa grande mansuétude lui a permis de connaître une telle fin si humaine. Tant que vous y êtes vous allez nous parler de l’ethnocide lent que fait subir la Chine à la population originelle du Tibet, attention là vous risqueriez de vous attirer en plus les foudres de Mélenchon.

Avec ce billet vous rendez un bien mauvais service à toutes nos entreprises qui font produire en Chine : pays aux coûts salariaux fort bas, et dont la main-d’oeuvre ne risque guère de faire grève. Les dirigeants chinois fort démocratiquement élus, supportent mal la moindre remontrance sur leurs conceptions des droits de l’homme : Sarkozy et Hollande ne s’étaient pas à juste titre risqués à cela.

Toutes ces billevesées de droits de l’homme, c’est bon et amplement justifié pour ce tyran sanguinaire et va-t-en-guerre de Poutine. Certes cela naturellement n’a aucun rapport avec la Chine, nos échanges commerciaux avec son régime sont sans commune mesure avec ceux chinois, et de même ses investissements en France. Demain qui sait, mû par ces mêmes utopies, vous mettrez en cause les amputations et décapitations publiques au sabre, qui sont de mise en Arabie Saoudite, notre excellent client.

Pour nous Occidentaux on ne tonne sur les droits de l’homme, qu'uniquement lorsque ceux-ci ne sont pas préjudiciables au business.

@ Elusen | 15 juillet 2017 à 10:26

Mille fois bravo pour votre lien renvoyant au « China » de Joan Baez :
https://youtu.be/zsu5O2FYoj4?t=53

Achille

@sbriglia
"Radiguet, Achille, pas Prévert..."

Mea culpa. Je ferai trois Pater et cinq Ave pour la peine...

Wil

Le problème avec les intellos ou les cultivés qui ne sont pas toujours (souvent) les mêmes, ils pensent souvent que leur intelligence ou leur culture toute relative vaut pour le monde entier.
Remarque, c'est pour tout le monde pareil. Même quand t'es c.. et inculte.
Bien sûr, n'importe quel c*nnard qui fréquente le blog de M.Bilger est sensé savoir d'où vient cette allusion répétée par le maître de ces lieux et les différents commentateurs trop heureux d'avoir l'air de savoir et de comprendre (pour une fois ?) quelque chose à ce qu'il se dit ici.
-T'as vu chérie ? Bilger, le gars qui passe à la TV parle de "nuit de Chine" et je comprends ce qu'il dit... ce soir c'est ta fête !... hahaha !

https://www.youtube.com/watch?v=hX_DVFlf0XM

Noblejoué

@ seraye yves
"Allez visiter la Chine elle est merveilleuse, surprenante, envoûtante !"

On dirait une pub de parfum. Mais la dignité des Chinois, on s'en tape... Le Chinois n'a pas le droit d'être libre, il faut qu'il produise de la camelote et de l'exotisme pour nous.
Pauvres Chinois.

@ caroff
"Le plus incroyable c'est que cet abominable idéologie sévit en Chine depuis 70 ans..."

Pardon mais les dictatures, disons les plus puissantes, ne tombent pas parce qu'elles sont abominables mais parce que l'extérieur les jette à terre. Le nazisme et le fascisme sont tombés par guerre chaude, le soviétisme par guerre froide.

Et la Chine ? Rien à voir, elle a joué l'équilibre entre régime soviétique et Occident.
De nos jours, la Chine ne donne, pour l'instant, malgré sa réussite, pas dans la démesure face à l'extérieur non plus. C'est tant mieux pour la paix, pour la liberté en Chine, peut-être moins.

Quoi qu'il en soit, le cas de la Chine montre par défaut l'importance de l'extérieur pour changer, si on la compare aux autres régimes du même genre.
Cependant, l'extérieur, après tout, existe, et il n'est pas impossible que peuple et élite évoluent.

Mais en cas de gouvernement mondial tyrannique, le régime ne s'effondrerait jamais.
Raison pour laquelle il faut absolument décrédibiliser la chose. En plus, cela peut servir de contre-exemple par rapport au fait de devoir établir des contre-pouvoirs.

Robert

Nuit de Chine, certes Monsieur Bilger. Mais je serais tenté d'évoquer les Mille et Une nuits d'Orient, du Proche, du Moyen comme de l'Extrême !

Ne pensez-vous pas qu'une autre nuit, de Turquie celle-là, est en train de s'abattre sur un peuple qui, au moins pour les classes éduquées, a été élevé dans un esprit ouvert et laïque. Qu'en est-il aujourd'hui même ? Un dictateur est en train d'asseoir son pouvoir absolu avec la bénédiction d'une partie de sa population et surtout de certaines puissances mondiales qui n'en sont pas à protester, ne serait-ce que de manière fort diplomatique. Et il s'agit d'un membre important de l'OTAN !

Alors qu'est la protestation de bonne conscience sur la mort d'un Chinois dissident tandis que la nuit s'abat sur une multitude de pays, qu'ils bordent notre Mare Nostrum et soient égrenés jusqu'à la côte du Pacifique et de la mer de Chine ?

Jusqu'où nos pays occidentaux sont-ils prêts à abandonner les principes qui fondent leurs démocraties ? Pour finir à terme par tomber dans un retour du Bas-Empire romain ?

sbriglia @ Achille et duvent

Radiguet, Achille, pas Prévert...

Bis in idem...

@ duvent

Superbe... Du Gracq !

Noblejoué

@ Catherine JACOB

Ne sachant vous encourager suite à un vol et plus grave les embûches de spécialistes du Japon mais espérant que les choses aillent mieux pour vous, je me suis dit : pourquoi ne pas envoyer un haiku ? Celui-là m'a semblé convenir :

"La rosée goutte, goutte
voulant rincer enfin
la poussière de ce monde"

Matsuo Bashõ (1644-1695)

Catherine JACOB

Le cancer du foie sur le site de l'Institut Curie.

Il y est indiqué que c’est l’un des cancers digestifs les plus agressifs, mais aussi l’un de ceux dont les traitements ont le plus progressé ces dernières années.

Divers traitements semblent donc possibles. « Lorsqu’il s’agit d’un cancer primitif et non pas métastasique. Ablation partielle du foie, destruction par radiofréquence de la tumeur, et enfin greffe depuis un donneur vivant, car c’est le seul organe capable de repousser ou de se régénérer », ce que du temps de Prométhée les anciens Grecs semblaient avoir déjà remarqué.

L’aigle dévoreur du foie de Prométhée semblerait tout à fait pouvoir symboliser l’agressivité du cancer.

« Le foie produit la bile qui aide à la digestion des graisses. Il stocke le glucose, les vitamines et les minéraux issus de la digestion et les libère dans le sang lorsque l’organisme en a besoin. Il filtre les toxiques qui peuvent être absorbés en mangeant ou en buvant », sans oublier les anesthésies médicamenteuses à l’égard desquelles le jus de bouleau paraît d’une aide utile à la détoxification des toxines stockées dans le foie.

Le foie était pour les anciens Grecs le symbole de la vie, tandis que pour nos contemporains, il s’agit du cœur. Lorsque la sorcière de Blanche Neige demande au chasseur de lui rapporter une preuve que ses ordres ont bien été exécutés, elle demande le cœur et le foie qu’elle a l’intention de manger. Lorsque Prométhée a volé du feu aux divinités de l’Olympe pour le donner à l’humanité, il a donc permis à cette dernière de consommer autrement et notamment des graisses brûlées, notamment et, d’une certaine façon, il semblerait que l’Aigle/cancer soit la bonne punition ainsi que, et c’est surtout souvent là les bonnes leçons des mythes, le bon avertissement.

Attention, ton foie se régénère MAIS !

« La cause exacte du cancer du foie primitif reste inconnue. Mais les chercheurs ont identifié plusieurs facteurs de risque. En effet, il se développe le plus souvent sur un foie souffrant déjà d’une cirrhose » indique encore l’Institut Curie. A partir de là, on ne peut dire que les Grecs auraient tout compris, mais sans doute avaient-ils intuitivement perçu de manière empirique, les dangers liés à certains modes de vie eux qui ont mis au point ce modèle de régime qu’est le régime crétois ou diète méditerranéenne, laquelle préconise une consommation modérée de vin, pendant les repas, ce vin dont la consommation excessive a été identifiée par les chercheurs contemporains comme le principal facteur de risque du cancer du foie.
Bien évidemment, les prisons chinoises ne pratiquent ni la diète méditerranéenne, ni la greffe de foie et si je doute qu’on y serve de l’alcool en abondance, on y contracte certainement plus facilement qu’à l’air libre, ces hépatites qui, ainsi que l’explique encore l’Institut Curie, « provoquent une inflammation chronique du foie susceptible d’évoluer en cirrhose, les hépatites B et C sont aussi des facteurs de risques importants du cancer du foie primitif. Très contagieux, le virus de l’hépatite B se transmet principalement par le sang, les sécrétions sexuelles et le lait maternel. Un vaccin permet aujourd’hui d’éviter la contamination. Le virus de l’hépatite C se transmet principalement par contact avec le sang d’une personne infectée. »

Le régime a donc vraisemblablement laissé mourir le prix Nobel de la paix vu qu'ainsi cela mettait un terme naturel, je n'irai pas jusqu'à dire leonettiesque au problème, et le grand bonimenteur que nous avons élu comme président, préfère manifestement morigéner les généraux – mais au moins il ne leur coupe pas encore la tête par ordonnance – ainsi que faire pleuvoir des médailles dont le sens initial se perd, sur des gens qui n’ont rien fait d’autre, je trouve, que leur travail et pu perfectionner leur futur métier dans ce même temps en apportant leur concours à Nice aux autopsies, plutôt que de proposer publiquement au régime chinois l’hospitalité hospitalière pour l’un de leurs ressortissants détenus, comme ont pu en bénéficier de par le monde, d’autres personnalités pourtant loin de faire l’unanimité.

Mais bon, maintenant c’est trop tard. J'espère qu'il a au moins bénéficié de soins palliatifs.

J’ai eu connaissance de trois cancers du foie dans mon entourage et étant donné que je ne fréquente pas énormément de monde, je trouve que cela fait beaucoup.

Pour en revenir à la nuit de Chine qui n’était certainement pas câline contrairement à ce qui dit la chanson, mais de douleur, ne croyez pas que la démocratie française laisse purement et simplement « pisser la bête », ou le mérinos comme on dit maintenant.

Son arme favorite : la mise au placard, puis la rumeur qui détruit les carrières et le harcèlement mortifère, les menaces larvées et quand cela ne suffit pas, l’accident ! Et cela sans avoir l’air d’y toucher, avec la plus parfaite hypocrisie et parfois même, toutes les apparences d'appliquer la loi.
Mais, un jour peut-être, à nouveau, si nous n'y prenons garde, les gens seront-ils jetés vivants dans les bûchers.

D’où, bien sûr il ne faut pas autant de courage qu’en Chine et dans d’autres régimes terrifiants pour dire aux petites mamies qui papotent entre elles au pain ou au lait ou ailleurs, « Il est beau Macron ! C’est un ange, un bébé que nous avons là comme président », « Ne vous y fiez pas », mais un peu tout de même.

Solon

Pour prendre la mesure de la Chine, mesure qui nous échappe totalement, un de mes amis, de retour d'un voyage d'affaires, expliquait l'interdiction pour les couples chinois d'avoir plus d'un enfant. Interdiction sévèrement sanctionnée et qui, dans un premier temps, soulève chez nous l'indignation : "Il y a en Chine 450 millions de femmes en état de procréer. Imaginez qu'elles aient chacune trois enfants. En vingt ans, la population s’accroît de 1 350 000 d'habitants. A la deuxième génération, on ne sait plus où on va."

Ces questions nous dépassent. Avec leur cortège de solutions autoritaires. Hélas !

Franck Boizard

A Sevran, un policier a tiré après être tombé dans un guet-apens. Pour analyser ce fait divers correctement, il faudrait piétiner bien des tabous médiatiques. C'est pourquoi on n'en parlera pas.

Ne croyez-vous que ce n'est pas en Chine que nous avons besoin de dissidents mais en France ? C'est facile de se féliciter du courage de gens qui sont à dix mille kilomètres.

duvent

"Tous ces mots qu'on utilise, sans savoir, dans les pays où l'on ne risque rien."

Cher Monsieur Bilger,

C'est la phrase la plus juste de votre billet.
De cette phrase juste comme le fil d'une lame, chacun devrait se pénétrer, car voyez-vous, il est nécessaire d'utiliser les mots dans les pays où l'on ne risque rien, mais IL FAUT SAVOIR !
Il existe des gens, dans les pays où l'on ne risque rien, qui à force de ne pas utiliser les mots, ne peuvent tenir aucun engagement, ne peuvent honorer aucune idée, ne peuvent défendre aucune pensée... Pourtant, ils ne risquent rien !
Il existe des gens dans les pays où l'on ne risque rien, qui peuvent soutenir qu'ils ne savent pas comment ils se conduiraient si une guerre atroce venait les sortir de leur lit... Mais ils ont comme la vague idée peu reluisante qu'ils ne seraient pas des héros, et même qu'ils seraient traîtres à toute idée glorieuse, car des héros ne se taillent que dans l'étoffe de héros. Le père tranquille n'est tranquille que parce que le mot devoir a encore un sens, et le devoir ne s'impose pas que vis-à-vis de soi, et des siens, non il s'impose totalement, irréfragablement, vis-à-vis de l'homme et de sa condition pathétiquement désespérée.

Ainsi, chaque jour un peu plus, meurt dans les pays où les gens ne risquent rien, l'idée héroïque de l'honneur, de la dignité, et autres fantaisies d'un autre monde...
Car les mots d'aujourd'hui ne servent qu'à séduire, et celui qui séduira le plus vivement sera le héros temporaire d'un jeu de dupes. Dupes accomplies, perverties au dernier degré, car il s'agit de la guerre des ego, la guerre de Troie n'aura pas lieu. Mais pas d'inquiétude, les Grands Ego que nous avons désignés feront ce qu'il faut pour ne pas décevoir les Petits Ego, cramponnés à leur magot.
Nous vivons une époque formidablement atroce ! La Chine s'éveille, dormez braves gens ! C'est une belle nuit pour mourir...

seraye yves

Avez-vous suivi l’évolution de la Chine depuis 1980 ?
La Chine s’est réveillée et l’Europe se meurt !

Que restera-t-il de nos pensées et de nos émois dans cinquante ans ?

Allez visiter la Chine elle est merveilleuse, surprenante, envoûtante !

No comment !

caroff

"Tous ces mots qu'on utilise, sans savoir, dans les pays où l'on ne risque rien."

C'est ce que je me suis dit quand j'ai lu, il y a peu de temps, l'extraordinaire somme de Thierry Wolton sur les "victimes du communisme".
A plusieurs reprises j'ai dû interrompre ma lecture tant les récits documentés des tortures et de l'asservissement à grande échelle de plusieurs dizaines de millions de Chinois et de Russes (sans parler de toutes les autres dictatures staliniennes) créent un malaise absolu.
Le plus incroyable c'est que cet abominable idéologie sévit en Chine depuis 70 ans...

https://www.letemps.ch/culture/2015/10/19/goulag-editorial

Breizmabro

Dans un autre genre...

"La peu connue ministre Belloubet, garde des Sceaux, attire l’attention des couloirs de la justice en proposant une promotion (en l’espèce la vice-présidence de la cour d’appel de Bordeaux) pour Françoise Martres, ancienne présidente du syndicat de la magistrature (SM) mise en examen dans l’affaire du Mur des Cons."

Comme nous a expliqué M. Bilger précédemment "L'indépendance de la justice est 
acquise" ! (rires ;))

Chez nous c'est plutôt "Nuit câline" ;))

fugace

"Nuit de Chine...", dans une Chine qui s'est pourtant réveillée.
Gouverner un pays de bientôt 1,4 milliard d'habitants, et le poids de sa très longue histoire, ne peut se comparer à celui de la France par exemple. En comparaison, comment imaginer la gouvernance d'un pays composé d'un milliard de Français ?
Et pourtant, E.Macron voudrait bien imposer un peu plus d'autorité envers les personnalités et groupes qui n'ont de cesse de se mettre en travers de son audace et de ses ambitions, pour ce petit pays d'à peine 0,065 mds d'habitants. Le dilemme pour lui demeurant le modèle qu'il s'est choisi.
En attendant, et les festivités passées, qui ne pressent pas que notre démocratie presque exemplaire est chaque jour qui passe un chef-d'œuvre en péril, en devenir.

Point de vue tout aussi critiquable : http://michel-terestchenko.blogspot.fr/2017/02/les-democraties-en-peril.html

Frank THOMAS

Voici un bien beau billet. Merci, cher Philippe.

Claude Luçon

@ Elusen | 15 juillet 2017 à 10:26
"China – Joan Baez : https://youtube..."

Il y a donc un homme, ou une femme, derrière Elusen, pas un logiciel !
Avec un coeur en plus !
Gros comme celui de Joan Baez peut être mais caché jusqu'ici ?
Pourquoi ne pas nous l'avoir montré plus tôt ?
Joan Baez, Bob Dylan, poètes et humanistes, qui provoquaient nos consciences avec des chansons bien plus que les immenses manifs des années 60/70.
Ce blog offre bien des surprises au vieil hamster que je suis.

jack

Parti unique, à la botte du pouvoir. Totalitarisme politique, liberté du business. Et ça marche ! Pour gouverner, on n'a pas à s'embarrasser de partis d'opposition, de syndicats revendicatifs, d'une presse libre. Le parti traque les rares personnes qui 'la ramènent'. Privation de droits, prison, dénigrement. Et encore, il y a du progrès : il y a quelques années il en résultait la condamnation à mort et la famille devait payer les balles ayant servi à tuer.
L'ONU, l'OMC, G20 etc. n'ont que faire de ces souffrances étouffées. Business is business.

Marc GHINSBERG

Nuits câlines

Bien d’accord avec vous cher Philippe, nous devrions nous exprimer avec un peu plus de retenue, un peu plus de modestie, un peu plus de pudeur, un peu moins de grandiloquence, un peu moins d’emphase, un peu moins de superlatifs.
Nos nuits, debout, assises ou couchées, sont bien plus câlines que les nuits de Chine.

genau

En réfléchissant à ce sujet, j'ai visionné la réaction officielle de Pékin, notamment celle de ce jeune fonctionnaire se livrant à une réplique très sévère envers le reste du monde, et arguant que la Chine est un état de droit.

Alors j'ai revu nos vieux maîtres levant un doigt sévère sur l'assemblée de jeunes étudiants plus ou moins sensibles : "N'oubliez jamais la maxime essentielle du droit "Summum jus, summa injuria" que Cicéron aurait prononcée. La Chine a des dirigeants qui croient à la suprême négation du droit au nom du Droit positif. On aurait pu les croire plus intelligents.

Elusen

China – Joan Baez : https://youtu.be/zsu5O2FYoj4?t=53

Patrice Charoulet

Vos propos sur le sort d'un dissident chinois mort dans les geôles de son pays sont très justes et m'émeuvent beaucoup. J'y souscris totalement.

Ne pouvant rien ajouter de plus, je signale l'émission d'Alain Finkielkraut, ce jour (15/07), qu'on peut réécouter avec fruit. Ses deux invités ont publié deux livres, aux titres prometteurs : "Histoire du silence" (Alain Corbin) et "Petit éloge des amoureux du silence" (Jean-Michel Delacomptée).

https://www.franceculture.fr/emissions/repliques/le-prix-du-silence-0

Combien de vies infernales à cause d'un voisin qui met sa musique à fond en pleine nuit ou de chiens aboyeurs dix heures par jour ! Finkielkraut cite comme exemple le calvaire de Renaud Camus, écrivain de grande qualité, qui, à Plieux, a eu tous les ennuis avec une voisine bruyante irrespectueuse de la tranquillité d'autrui.
Par chance, mes voisins ne m'infligent aucun bruit. J'abomine tout particulièrement le bruit des perceuses et des marteaux-piqueurs. Je m'enfuis en courant dès que mes oreilles ont à subir cela.

Tipaza

« C'était déjà Liu Xiaobo qui affirmait en 1988 que "choisir l'occidentalisation, c'est choisir d'être humain". »

Voilà une phrase inutile et stupide, qui politiquement a servi probablement ceux qu’elle voulait combattre et philosophiquement n’a aucun sens.

Politiquement Liu se présentait comme le cheval de Troie (si je puis dire) de l’américanisation honnie par le régime communiste, prenait ses distances avec le milliard de Chinois qui souhaitent la liberté en restant ce qu’ils sont, c’est-à-dire des Chinois.

Et c’est en cela que philosophiquement cette phrase est un non-sens.
On n’est pas un être humain simplement, on est un homme d’une famille, d’un métier, d’un pays, d’une culture, et même si le mot n’est plus à la mode, on est d’une race ou à tout le moins d’une ethnie.

Évidemment la phrase de Liu Xiaobo est le genre de phrase qui fait le bonheur des bobos et autres intellectuels hors sol, qui mondialisent à tour de bras et de finance, transportant leurs actions et leurs dividendes là où ils rapportent le plus, et donc là où « les gens qui ne sont rien » sont le plus exploités, Par cette phrase Liu justifie une mondialisation inhumaine.

Cette phrase est de celles qui déconsidèrent Liu, même si, évidemment avec un minimum de bonne foi on peut comprendre dans quel but elle a été prononcée, mais à partir d’un certain niveau, qui est celui de Liu, tout ce qui est dit peut être utilisé contre celui qui a parlé.

Quant à se faire soigner hors de Chine, il y a là aussi quelque chose de choquant.
Pourquoi ne pas accepter stoïquement de partager le sort du milliard de Chinois qui sont soignés sur place, ne pouvant pas se déplacer ?

Être prix Nobel est une distinction certes, mais comme toute distinction sociale ou décoration, elle ne vaut que ce que vaut la société qui délivre le prix. La liste est longue des décorations et autres distinctions nationales ou internationales qui ont perdu de leur sens, depuis l’ordre de la Toison d’Or jusqu'à la Légion d’honneur.

On se souvient d’Obama, autre prix Nobel de la paix au seul motif qu’il était le premier président noir (non encore en activité) et qu’il avait l’élégance d’un danseur de tango, et je dirais qu’après deux mandats il a confirmé qu’il en avait aussi l’efficacité.

Être de son pays et en être jusqu’à en mourir, dans tous les sens, c’est peut-être une belle fin.

Alors dire « l’universel est en deuil » n’est vrai que si cet universel est de quelque part, et ce quelque part est là, c’est « Nuit de Chine ».

genau

C'est notre privilège d'écrire ainsi. C'est à nous, les êtres de chair et d'esprit, de pleurer le martyr (témoin) sans détester les gens de Chine.

C'est à eux, les gens de violence et de pouvoir, de faire mourir, de dénier les aspirations au progrès autre que matériel, d'étouffer les souffles qui les dérangent dans leur quête de l'absolu du pouvoir. Ils oeuvrent, pourtant, ils luttent aussi contre les abandons, les indifférences. Ils mériteraient l'estime parce qu'ils reflètent tout ce dont nous sommes capables.

Quel pitoyable commentaire, de résignation et de révolte, demandant l'infini de la liberté tout en exigeant la sollicitude bienveillante des monstres que l'Histoire démontre. Quelle horrible chose que la conscience. Que disiez-vous, dans un précédent billet, cher M.Bilger, ah oui, il ne suffit pas de savoir, il faudrait savoir savoir. Vous mettez vos pas dans ceux de notre cher Montaigne, "Science...", lui qui entendait les cris des "boiteux", les boiteux que nous sommes, qui devons nous résigner à subir pour toujours le mépris de ceux qui ont les prothèses du pouvoir.

Achille

Bonjour,

Alors que plus de la moitié des Français inscrits sur les listes électorales ne se sont pas déplacés pour aller voter, dans certains pays le délit d’opinion est sévèrement puni par le pouvoir en place, ceci que l’on soit simple citoyen ou prix Nobel de la paix.
La Chine n’est malheureusement pas un cas isolé. Y a-t-il une seule démocratie digne de ce nom sur le continent africain ou encore au Moyen-Orient ?

La liberté de pensée est comme l’eau qui coule dans nos rivières sans même que nous y fassions attention. Dans certains pays elle est gaspillée, dans d’autres elle est une ressource précieuse voire vitale. On n’apprécie vraiment la valeur des choses que lorsqu’elles commencent à nous manquer.

Jacques Prévert disait « On reconnaît le bonheur au bruit qu’il fait quand il s’en va ». Il serait bon de temps en temps de regarder autour de nous et de mieux apprécier la chance que nous avons de vivre dans un pays où la démocratie est tellement « naturelle » qu’elle finit par être galvaudée.

Paul Duret

Respect à cet homme courageux. Qu'il repose en paix.

calamity jane

OUI.
Et, en effet, s'il fait nuit au pays du soleil levant...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS