« L'enthousiasme funèbre : une consolation ? | Accueil | Le Guépard, le prince et mon anti-communisme ! »

04 août 2017

Commentaires

Alex paulista

@ Aliocha

Il faut parfois savoir déclencher une bonne agressivité pour se surpasser. Doser entre l'altruisme et la prise de responsabilités.
Un collectif a besoin d'individualités.

Aliocha

@Alex paulista

Le foot, vous avez raison, est à l'image du monde, mais on doit observer que lors du passage du niveau moyen au niveau supérieur, ses valeurs sont perverties par l'hyper-compétition, et la joie du village, la joie du jeu, sont pulvérisées par les enjeux, notamment financiers. Zico le faisait remarquer dernièrement, et j’enjoins mon fils à garder cette réalité à l'esprit, s'il doit passer à l'exercice de la haine pour trouver les ressorts de motivation, ce foot n'est plus le foot, mais l'expression de systèmes devenus fous auxquels, et malgré la difficulté extrême de l'exercice, il serait essentiel au vu de la popularité du sport de savoir résister, démontrant à la foule que probité et sens du collectif sont supérieurs dans le jeu à tricherie et désir de revanche, que là est la victoire du jeu et de la joie, la vraie valeur d'exemple.

Alex paulista

@ Aliocha | 08 août 2017 à 09:49

Le foot est la meilleure et la pire des choses.
Au Brésil, il sert de passeport pour les universités américaines à des jeunes avec un bon niveau amateur et sérieux dans les études.
Ils savent qu'ils ne seront jamais Neymar, mais comme dirait notre Bosse du 800m, rien à b...
http://mvpexchange.com.br/

Sur le billet : qu'on valorise un joueur dix ou deux cents millions d'euros, c'est la même chose, la même folie. Espérons pour le joueur qu'il restera sain d'esprit, qu'il soit comme Juninho Pernambucano ou Ronaldo Fenômeno et pas comme d'autres qui prennent le melon et deviennent imbuvables.
Le foot a quand même une vertu : la réalité du terrain est dure mais avec elle on ne peut pas tricher.

Robert Marchenoir

@ Aliocha | 08 août 2017 à 09:49

Vous nous livrez là une information fort intéressante.

Aliocha

700 000 000 000 000, sept cent mille milliards de dollars qui n'ont aucune garantie réelle, selon Rocard en 2013, fruit de la planche à billet. Et le petit Neymar aux pieds d'or qui justifiera les parachutes dorés d'une élite qui ne verrait pas pourquoi elle ne serait pas, quand même, aussi bien payée qu'un footeux, l'envie qui sélectionne et fonde l'efficacité publicitaire, engendre le ressentiment puis les budgets militaires en conséquence, le foot a bon dos et l'art du collectif qui le fonde est dévoyé.

A onze ans, un jeune dans les plus grandes structures de formation se voit volontairement humilié devant ses camarades de jeu par des éducateurs qui revendiquent ces pratiques dans le but avoué de sélectionner dès le plus jeune âge ceux qui sont les plus forts mentalement, plus tard ils prétendront, les pervertis du désir de puissance, qu'une équipe qui s'entend trop bien aura de moins bons résultats que celle qui doit intégrer des joueurs prêts à se bagarrer pour la place de titulaire du week-end. Quand, comme moi, on est parent d'un fils unique à qui les petites structures avaient donné le sens du collectif, et que le talent de celui-ci l'a mené à seize ans dans l'antichambre du plus haut niveau, on a le choix entre briser les rêves d'un jeune et l'expression de la réalité qu'on observe, à savoir que ces structures de soi-disant éducation produisent de la haine en barre et du ressentiment d'airain, on a le devoir de rappeler que les frères Kouachi sont passés par le foot, et que, à l'image d'un monde où Neymar n'est que le symbole et la victime émissaire, ce qui devrait servir à l'édification des foules offre le spectacle où l'art du collectif est devenu complice du djihad.

Claude Luçon

@ Catherine JACOB | 06 août 2017 à 14:13

Je ne suis pas sûr d'avoir tout compris.

Ce qui est vrai est que je préfère Zlatan à Neymar.
Il coûtait moins cher, au PSG, était plus grand et il était plus amusant.
Le PSG n'est plus ce qu'il était depuis le départ de Zlatan.

fugace

@ Achille | 07 août 2017 à 07:48

Anne (qui voit tout venir) est dans son village et se met à l'heure du Qatar et sans aucun doute à son écoute, retombées et miettes oblige.

Comme ailleurs :
http://www.lepoint.fr/economie/mon-village-a-l-heure-du-qatar-16-08-2012-1498453_28.php

hameau dans les nuages

@ Achille

Ah ! la fée électricité !...

https://www.youtube.com/watch?v=Pr8ETbGz35Q

Achille

Quelqu’un pourrait-il dire à Anne Hidalgo qu’elle arrête de « faire mumuse » avec l’éclairage de la tour Eiffel, comme le ferait une petite fille à qui l'on a offert une console vidéo ? Un jour elle l’éteint, un autre jour elle l’allume. Au gré de ses caprices.
Fêter l’arrivée de Neymar au PSG de cette façon, comme s’il s’agissait d’un événement national, me paraît être du pur délire. La prochaine fois ce sera quoi ?

Je pense que la dame de fer est arrivée à un âge où elle a droit à un peu de tranquillité, voire de respect.

Giuseppe

@Trekker | 06 août 2017 à 16:20

Horreur ! J'avais oublié la crème de la crème, le phénix, le roi toutes catégories confondues des cuistres.
J'imagine BHL dans une fonderie... Ses souliers vernis et ses chemises blanches, et pourtant il arrive toujours à surnager, ce n'est pas le moindre exploit.

Les élites ont toujours aimé ce type de personnage, il les rassure sur leur propre médiocrité, se sentant valorisés devant un aussi piètre esprit, qui aurait tant voulu avoir le parcours de Malraux.

Trekker

@ Giuseppe | 05 août 2017 à 19:44

Vous omettez dans votre liste de nos brillants technocrates ayant sévi un temps en entreprise, avec les succès que l’on sait, l’inusable et médiatique Alain Minc. Dans les débuts de sa vie professionnelle, il fut nommé à la direction financière de Saint-Gobain. Là il se fit remarquer auprès des cadres dirigeants d’alors par sa suffisance et ses combines diverses préjudiciables à cette entreprise. Roger Fauroux, PDG du groupe, afin de lui apprendre ce qu’était la réalité sur le terrain, le muta - horreur des horreurs pour cet élégant jeune homme - directeur d’une des filiales fabriquant des tuyaux en fonte en province !

Son parcours heureusement assez bref dans des groupes important se solda par des congédiements successifs suite aux piteuses aventures dans lesquelles il les embringua : Cerus (holding financière de Carlo de Benedetti), Vinci, etc.

Fort de toutes ses « réussites » il est depuis plus de 25 ans un auteur fort prolixe, et tranchant péremptoirement de quasi tous les sujets de société. Au final ce n’est qu’un clone de Jaquattali, mais ayant réussi à surnager dans toutes les tempêtes !

Catherine JACOB

@Claude Luçon | 05 août 2017 à 04:28
« Je pensais que si le curé était un fan de foot, il aurait sauté sur l'occasion pour célébrer une grand-messe pour Saint Neymar...

Il me semble que le pape François est lui un fan de foot et est même un fervent supporter du club argentin de football de San Lorenzo de Almagro. Il paraît que ce club aurait bien besoin du soutien de son supporter le plus populaire afin d’éviter la descente au purgatoire de la 2e division.
Le pape a déjà le maillot du club, mais il n’est pas précisé s’il le porte sous ou sur la soutane.

« M'en suis-je bien sorti ou me suis-je enferré un peu plus ?

Il y a dans le Figaro Magazine n°22701 des 4 et 5 août 2017, un article intitulé « La vraie vie des espions » c’est p. 24~32.

J’ai déjà relevé ceci page 26 : « Nous voulions montrer comment les gens ordinaires font un métier difficile, puisqu’ils doivent mentir en respectant une sorte de code de l’honneur. » Nous, c’est Alex Berger, associé producteur d’Eric Rochant, réalisateur d’une série de Canal+ lancée en 2015 « Le Bureau des Légendes » qui m’a évoqué le fait que pendant la Première Guerre mondiale, les prisonniers alsaciens et les prisonniers allemands n’avaient pas le même statut. Pour les distinguer, le chanoine Émile Wetterlé avait mis au point un test à sa façon dont a fait état à la télévision en 1967 pour expliquer l’origine de son enseigne, le fondateur du cabaret satirique bilingue alsacien, « De Barabli », fondé en 1946. Le chanoine Wetterlé fut pendant seize ans député autonomiste au Reichstag puis cinq ans député à la Chambre des députés (1919-1924), au sein du groupe de l'Entente républicaine démocratique.

Son petit test consistait à brandir un parapluie en demandant : « Wass esch dess ? » (« Qu’est-ce que c’est que ça ? »), et les Alsaciens répondaient « s’isch a Barabli » comme on dit en alsacien, alors que les Allemands disaient « ein Regenschirm ». C'est ainsi que le Barabli est devenu l’emblème de l’authenticité alsacienne.

Incidemment, pour ceux que ça intéresse et qui ne répugnent pas à se renseigner sur une page web, on dira que la question du dialecte alsacien est très bien exposée ICI ;

Je reviens à l’article du Figaro où, page 27, 2ème colonne, il est encore indiqué que certains agents envoyés sur le terrain « se déplacent pour des missions ponctuelles avec une identité fictive qu’ils ont travaillée durant plusieurs mois afin de la rendre crédible avant de partir. Une tâche difficile car il n’est pas facile de mentir en permanence et de passer inaperçu. A la fin des années 1970, nos instructeurs, nous disaient de nous laisser pousser les cheveux et de porter des jeans troués parce que c’était à la mode » se souvient François Waroux, ex-officier traitant de la DGSE, auteur d’un livre de souvenirs au titre explicite publié chez Mareuil éditions : «James Bond n’existe pas».

Il me semble qu'un bon agent aurait dû y penser tout seul mais bon. L’affaire du Rainbow Warrior vers le milieu des années 80, donc grosso modo la même époque que celle des jeans troués / déchirés, cet élément de mode des années 1980, 90 et de la fin des années 2000, associé respectivement à l'image du hard rock, du grunge et sur la dernière période à esthétisme moins marginal et plus urbain, prouve que l'agent sur le terrain pose problème quand il est laissé à lui-même.
On peut aussi penser que d'une certaine façon les instructeurs de la DGSE qui incitent leurs agents à mettre des jeans troués à la fin des années 1970, font en quelque sorte la mode. Mode qui perdure de nos jours d'ailleurs si l'on en croit.
Ce cliché de 2013 publié sur« Au pays de Candy » en accompagnement de ce petit dialogue :

Q : « Où trouver un jeans troué aux genoux ? » à quoi il est répondu :
A : « Achète un jean neuf sans trous et fait le trou toi-même ! »
Réplique1 « Mais euuuuuuuuuuh je veux pas faire de trou moi-même : mrgreen: »
Réplique 2 « Va directement en magasin en ce moment ils en font quelque uns plutôt sympas chez Mango. »
Ainsi que cette édition du Huffpost Maroc du 26/04/2017 qui prouve si besoin était qu'il est inutile qu'un agent infiltré au Maghreb porte une tenue orientale à moins de vouloir se faire repérer, ce qui a priori n'est pas le but recherché, du moins j'imagine : Ex.

Pour en revenir à votre question, je vous dirais bien que ce n’était pas la peine d’en rajouter, parce qu’en ce qui concerne le post incriminé, c’était mort d’entrée de jeu et si j’avais été un instructeur de la DGSE, je n’aurais pas pris le risque que vous vous fassiez pincer par un chanoine avant d’avoir ouvert votre parapluie à moins que je n’ai eu dans l’idée de faire de vous une chèvre et de vous sacrifier en parapluie de l’agent authentique afin d’envoyer l’adversaire sur une fausse piste, de sorte que le vrai agent puisse opérer pénard.

Toutefois rassurez-vous, comme je suis une gentille, je vous aurais juste inscrit pour une session d’entraînement supplémentaire.

hameau dans les nuages

@ Trekker | 05 août 2017 à 16:24 :

"@ Robert Marchenoir | 04 août 2017 à 22:47
"Et pourquoi le monsieur, sur la photo, il se met son torchon de cuisine sur la tête ?"

Attention vous risquez avec pareil propos, une condamnation au pénal pour islamophobie !"

Pas du tout ! C'est de cette manière que l'on déguste les pigeons, pardon les ortolans.

http://photobucket.com/gallery/user/redsvn/media/cGF0aDoyMDE2LzAxL09ybG90YW4tY3Vpc2luZS0wNi5qcGc=/?ref=

Exilé

Les jeux du cirque.

Avec Néron-Macron qui rêve de monter sur les planches pour chanter faux en jouant de la lyre - ou plutôt de la guitare électrique - pendant que les Barbares s'apprêtent à fondre sur la France décadente pour la mettre à feu et à sang.

Michel Deluré

@ Claude Luçon 05/08 16:53

Je partage votre jugement quant à la capacité de certains hauts fonctionnaires à gérer une structure telle que la SNCF.
Ceci dit, ces gestionnaires sont-ils pour autant seuls et uniques responsables des erreurs qu'ils peuvent commettre dans l'accomplissement de leur fonction ?
Il me semble que ceux qui les ont mis en place et les ont par la suite, malgré les erreurs commises, maintenus dans leur fonction portent une évidente responsabilité.
Ces peut-être hauts fonctionnaires mais parfois piètres gestionnaires ne sont-ils pas par ailleurs que de simples exécutants des volontés de ceux qui les ont installés sur leur siège, donc appelés à être responsables quoi qu'il arrive des erreurs qui seront commises du fait d'une politique qu'ils n'auront pas librement décidée mais qu'ils n'auront que mise en application ?

Ellen

Pendant que Donald Trump se convertit à l'argent saoudien pour plus de cent dix milliards de dollars d'armement, Emmanuel Macron, lui, remercie le Qatar d'avoir investi Neymar dans le club PSG pour deux cent vingt-deux millions. Ce montant est dérisoire. Quand on pense que ce petit pays du Golfe milliardaire pouvait payer trois fois le prix pour les pieds en or de Neymar, je me dis que la négociation était vraiment mal menée. Neymar aurait dû profiter de l'embargo émis par les six pays du Golfe contre le Qatar pour réenchérir le prix jusqu'à un milliard. Je parie que le Président Qatari du club PSG l'aurait accepté rien que pour sauver sa face aux yeux du monde. Le coup n'était pas si bien joué que ça...

Jabiru

@ Claude Luçon

Une solution, remplacer le Sieur Pepy par un ingénieur de la pointure de M. Louis Gallois.

Giuseppe

@Claude Luçon | 05 août 2017 à 16:53

Là Claude vous faites un vœu pieu et pourtant vous avez totalement raison, Françis Bouygues n'était pas énarque - c'est un exemple, bien sûr -, en général les Majors étaient structurés par des professionnels, l'exemple de la voiture est significatif.

Un des échecs des plus retentissants fut la nomination de J6M (Jean-Marie Messier Moi-Même Maître du Monde) à la tête de Vivendi puis Vivendi-Universal, cet échec vaut bien celui de Jaquattali et de son frère, qui comme chiromanciers auraient sans doute fait fortune, comme entrepreneurs, à part donner des conseils et livrer du papier on a de quoi rester perplexe sur leur production, ils auraient pu être à la tête d'un projet du type avions renifleurs.

vamonos

Neymar Junior a fait son premier tour d'honneur au Parc des Princes. Depuis le temps que les supporters du PSG attendaient ce moment, ils sont enfin satisfaits. Les maillots du PSG avec le nom de Neymar Jr dans le dos se vendent comme des petits pains. 160 euros pour un maillot, ce n'est pas encore assez cher. Sachant qu'il coûte moins de 10 euros à la porte du container dans le port du Havre, le club réalise une bonne plus-value.

Savonarole

@Terentilius | 05 août 2017 à 17:12
"Quel est le salaire annuel d'un chercheur qui essaie, avec une belle opiniâtreté, de trouver un remède contre le sida, ou tel ou tel cancer ?"

Qu'il trouve d'abord, on le paiera après.

Noblejoué

@ genau
"Quelle mouche vous pique soudain de nous engloutir sous les billets ?"

Mais si notre hôte est inspiré ? Il ne faut pas se détourner des muses ou elles se vexent. C'est comme tout, faire quand on peut, après... Rien ne dit qu'on y arrive encore.

Et puis, le lecteur a plus de choix sans qu'on puisse remarquer une baisse de niveau. Si un sujet ou un billet ne plaît pas, un autre ? Ce qui multiplie les commentaires donc la possibilité d'en trouver un qui plaît.

J'aime la profusion, le choix, l'inspiration chez notre hôte et les commentateurs.
La fête. Sous le classicisme, du baroque.

Terentilius

Quel est le salaire annuel d'un chercheur qui essaie, avec une belle opiniâtreté, de trouver un remède contre le sida, ou tel ou tel cancer ? Peut-être que, de temps en temps, pour se détendre, il joue au football. Mais il n'en fait pas tout un plat.

Robert

Je serais tenté, Monsieur Bilger, de résumer votre billet à ces deux alinéas :

"Je ne me fais pas de souci pour le Qatar qui est derrière ce succès ou cette phénoménale gabegie. Je trouve surprenantes les félicitations adressées à Nasser El-Khelaïfi par le président de la République et outrancier l'enthousiasme qui rejaillit sur un Etat dont la vie nationale n'est guère exemplaire et la politique internationale guère irréprochable.
[...] La politique passant au second plan, on aurait cru qu'une nation était obsédée exclusivement par cette ruée vers l'or et qu'avoir du génie dans ses pieds était devenu le seul critère de référence. Ce qui aurait pu susciter un mouvement de rejet, voire de dégoût."

Le premier alinéa montre s'il en était encore nécessaire que Monsieur Macron est "du même tonneau" que ses deux prédécesseurs immédiats, voire que celui de Monsieur Sarkozy. Les mêmes courbettes à l'endroit du Qatar : à croire que la France ne pourrait pas subsister sans ses subsides !

Par ailleurs, c'est la même idéologie ultralibérale qui mène leur pensée économique. Dans ce cadre, seuls les ultrariches offrent de l'intérêt. Le reste, le Peuple, pour ne pas dire la plèbe, n'en a aucun. C'est l'individualisme le plus éhonté qui gouverne les choix économiques et politiques.
Et pourtant, Monsieur Macron comme ses prédécesseurs nous serine le mot "République" à longueur de discours, alors même que, pour lui comme pour ses pairs, leur idéologie n'est que mépris pour le peuple d'en bas qu'il convient de circonvenir par une importation toujours plus grande de populations étrangères : le fameux métissage tant appelé de leur vœux, alors qu'eux-mêmes se gardent bien de se métisser, sauf financièrement. De même Monsieur Macron ne se gêne pas pour utiliser le mot patrie, alors que pour l'homme d'argent qu'il est l'argent n'a ni odeur ni patrie...

Ce billet rappelle utilement que nous sommes revenus aux pires moments du XIXe siècle. Il montre aussi que nous sommes dans la même décadence que l'Empire romain. 'Panem et circenses' : simplement on évite l'esprit critique en valorisant le sport-argent roi, on pompe l'argent des plus pauvres en les convainquant d'acheter au prix le plus fort, ici des maillots siglés du joueur aux pieds d'or, de la pacotille pour enrichir encore plus les riches et enlever aux pauvres le peu de biens qui leur reste !

Effectivement, l’intelligence n'a plus cours. La réflexion intellectuelle se réduit aux pages consacrées à la jet-set et aux footeux. Seule la richesse reste la référence absolue, le pauvre, le rural français n'ayant aucun intérêt par rapport aux riches des grandes métropoles appelées des vœux de l'élite qui gouverne notre nos pays et plus généralement nos pays soumis à la globalisation financière.
Dans ces conditions pourquoi encore avoir un ministère de "l'Education nationale" ? On peut légitimement se poser la question : il coûte énormément et ne rapporte pas un centime...

Claude Luçon

@ Michel Deluré | 05 août 2017 à 09:29
@ Paul Duret 04/08 17:12

"M. Guillaume Pepy est-il vraiment seul responsable de la situation dans laquelle se trouve la SNCF ?"

Bien sûr !
Macron nous l'a proclamé : un "chef" assume toutes les responsabilités, y compris vider les moins chefs.
Comme chacun sait, la SNCF est une administration donc on met un haut fonctionnaire énarque à sa tête. Dans cet esprit, en principe pas de problème, seule la photocopieuse est à entretenir, ce qui ne l'empêche pas de tomber en panne ou être à court d'encre comme chez nos magistrats.

Bon ! Il y a bien des rails, des locomotives, des wagons, des caténaires, des moteurs diesel, des signalisations, des tunnels, des gares... tout un tas de bricoles dont un énarque a entendu parler seulement lorsqu'il y a quelques grèves, ce ne sont donc que des sujets de négociations avec la CGT.
Une responsable a déclaré à la télévision que la SNCF manquait d'ingénieurs et avait du mal à en recruter, on se demande pourquoi ? Pepy ne semble pas le savoir ?

Il y a bien quelques énarques qui sont polytechniciens donc comprendraient le sens du mot "entretien", pour les autres, la trop grande majorité, comme ce monsieur Pepy, "entretien" est soit un problème de femme de ménage, soit de coiffeur, masseur et manucure pour leur entretien.

Lorsqu'on installe quelqu'un à la tête d'une entreprise d'ingénierie, avec des technologies pour le moins complexes, de la taille de la SNCF, ce serait une bonne idée d'y mettre un ingénieur doté d'un MBA et d'un certaine expérience en technologie.
S'inspirer du pedigree des patrons de Renault et Peugeot serait une bonne idée à suggérer au gouvernement pour la SNCF.

On n'a apparemment rien appris de l'expérience Bernard Attali à la tête de Air France et de son jumeau Jacques à la tête de la BERD. Pour ces deux-là, les fléaux de la République, ce n'est pas pour rien que leur nom est un anagramme de Attila, le fléau de Dieu, l'industrie ne repousse pas là où ils sont passés.

Breizmabro

@ Jabiru | 05 août 2017 à 12:03
"Qu'en pensent tous ces médecins, chercheurs et professeurs émérites (bac + 10 et plus) qui sont continuellement confrontés au manque de crédits pour faire avancer leurs travaux ?"

C'est d'autant plus vrai que sur nos petits écrans l'Institut Pasteur appelle aux dons pour leurs recherches.

Vite, vite, apprenez le français à ce Brésilien pour qu'il sache ce qu'est la recherche Pasteur.

En même temps Darmanin (nain, nain) nous dit : "chouette nous allons (Bercy) récupérer de l'impôt sur le salaire de Neymar.

Pvvvvuuut, pas du tout puisque Neymar touchera son salaire dans le paradis fiscal de sa société du droit à l'image.

Déjà que pour Google, Darmanin nous a fait le coup du "vous allez voir qui c'est Raoul" pour en finir par un bourre-pif de Google, pour Neymar à mon avis ça va être idem.

SAUF si notre Seigneur, not' bon maître Macron daigne se pencher sur le sujet, auquel cas, naturellement, Neymar paiera ses impôts en France.

C'est un blog ? j'ai le droit de rire ? ;)

Trekker

@ Claggart | 05 août 2017 à 00:48
"Il y en a qui balancent 140 € pour acheter un maillot Neymar et parmi eux certains vont peut-être pleurnicher parce qu'on leur sucre 5 € d'APL !"

Malheureusement cela est bien souvent exact. Plus généralement tous ces gogos payant 140 € ce maillot, ils ne s’émeuvent pas que des enfants pakistanais soient payés ~ 5 € pour les fabriquer. Vous me rétorquerez qu’il n'y a pas de petits bénéfices, pour les dirigeants de ces clubs richissimes.

Pour nous faire oublier toute l’indécence de ces sports business, il n'y a pas hélas que le foot professionnel qui soit perverti par cette soif incessante d’argent, il existe bien des sports - non médiatisés - pratiqués par d’authentiques sportifs : Ironman, ultra-trail, courses à la voile au grand large (en solitaire ou en groupe), escrime, parachutisme, vol à voile, etc.

@ Robert Marchenoir | 04 août 2017 à 22:47
"Et pourquoi le monsieur, sur la photo, il se met son torchon de cuisine sur la tête ?"

Attention vous risquez avec pareil propos, une condamnation au pénal pour islamophobie !

Florence

Il y a quelques jours, j'ignorais totalement l'existence de Monsieur Neymar et je m'en portais tout à fait bien. Aujourd'hui, j'en Neymar et j'en ai plus que marre.
Tout ce fric gaspillé !

J'aime beaucoup l'histoire de l'"argent privé". Si je ne m'abuse, le Qatar est un Etat, pas une entreprise privée. Où est donc passée la libre concurrence si chère aux libéraux ? On n'est pas à une incohérence près.

J'aime aussi beaucoup l'argument stipulant que Neymar fait rêver les enfants et par conséquent cela justifierait ces sommes énormes. S'il gagnait dix fois moins, si le maillot n°10 était vendu 20 euros au lieu de 150, les enfants rêveraient-ils donc moins ?

stephane

Ce soir, PSG Amiens et Macron et Sarkozy en tribune présidentielle.
Avec tout les pauvres pour applaudir et devoir économiser 70 mois de baisse d'APL pour s'offrir un maillot floqué au nom de Neymar JR.
Dans 70 mois, Neymar sera-t-il encore parisien ?

genau

Pardon pour cet addendum, mais jamais ce cher M.Bilger n'avait engendré une telle unanimité.
Au-delà de la dégoutation, ce qui sidère, c'est les félicitations du Président pour la venue de ce guignol. Seraient-ils de la même promotion ?

caroff

On est au coeur de l'été, la session parlementaire est finie avec les différents comiques librement élus en vacances...

Que peut-on se mettre sous la dent ?

Panem et circenses...

Savonarole

@Lucile | 05 août 2017 à 12:21

Les soldats de Napoléon, les Brésiliens connaissent.
Nombre de jeunes Brésiliens s'appellent Napoléon, Junot, etc.
Quoique l'américanisation progresse, on voit des Walter, et autres prénoms anglais.

Avant et après Waterloo des milliers de soldats de Napoléon sont partis aux Amériques.
Au Chili, au Brésil, Argentine, États-Unis, ils ont participé à toutes les guerres d'indépendance de ces pays.

Ces macaques ne savaient pas se battre, on leur a inculqué la charge de cavalerie, le principe du carré d'infanterie, la construction des redoutes et défenses, le principe divisionnaire, bref, la guerre moderne de l'époque.
http://www.editions-harmattan.fr/auteurs/article_pop.asp?no=25333&no_artiste=13383

Et nos blêmes instituteurs de l'Educ-Nat, leur viendrait-il à l'esprit d'apprendre à nos enfants qu'on a apporté la lumière à tous ces emplumés en string depuis la nuit des temps ? À commencer par Maduro au Venezuela ?

Ne plus me déranger, je pleure.

Giuseppe

Je trouve que Neymar et ceux qui l'entourent n'ont pas été bons, j'aurais pressuré encore plus ! L'occasion était belle, Arsène Wenger a dit que le sport d'Etat était sans limite, je pense comme lui, toutes les conditions étaient réunies pour atteindre le milliard, le milliard ! le milliard !...

Si ces sommes sont sur la table c'est que le retour sur investissement est colossal, l'argent coule à flot dans le foot, on l'a vu avec l'affaire Platini, le foot génère des sommes et des droits stratosphériques abondés par des spectateurs et téléspectateurs prêts à y laisser leur chemise et leur vie.

Petit joueur Neymar, j'aurais demandé au moins le triple sans coup férir.
La planète foot est la plus grande tirelire du monde, pour ce sport, le fric n'est plus un élément de constitution, c'est un élément accessoire, ce qui compte c'est vendre du vestiaire et des droits pour des personnes qui sont prêtes à tout pour n'avoir plus rien.

Neymar a encore besoin de découvrir, surtout son entourage, le presse-purée financier était prêt ils ont mal jugé, la vis aurait pu tourner encore plus, Wenger a tout compris.

Neymar petit joueur !

calamity jane

Pour le titre : idem.

Lucile

À l'époque où je suis allée au Brésil, la diversité des prénoms venait de ce que les parents avaient une latitude complète pour prénommer leurs enfants. Certains leur fabriquaient un prénom en accolant la moitié de celui du père à la moitié de celui de la mère.

Le père de Neymar s'appelle peut-être donc Marcel, à moins qu'il n'ait conçu le fiston sous un marronnier, mais d'où le Ney vient-il ? Madame est peut-être une "Nelly". Car il est peu probable que Marcel, le papa du footeux, ait admiré à ce point les maréchaux d'empire français. À moins qu'il n'ait pensé à la flûte qui accompagne les tournoiements des soufis et dont je viens d'apprendre l'existence en googlant "Ney". Il peut aussi s'agir du "nay" anglais qui veut dire "non", et qui donnerait du coup par avance au nouveau-né un caractère rebelle. Neymar a une bonne tête, quoiqu'il fasse un peu voyou. Toujours est-il que dans neuf mois, nombre de supporters appelleront leurs rejetons "Neymar", surtout s'ils les conçoivent sur le canapé pendant la mi-temps, aussi est-il urgent de connaître les tenants et aboutissants de ce prénom original, qui donnera lieu dans les cours d'école et sur les blogs les mieux tenus à des jeux de mots du style "j'en Neymar". N'y voir aucune allusion.

Une autre coutume brésilienne, si elle existe encore, est la peinture de fresques magnifiques sur les camions. Les chauffeurs de poids lourds dédient leur engin à un saint ou à une divinité protectrice, et décorent pour l'honorer leur véhicule de fresques naïves et colorées d'une beauté étonnante, à l'image de ce pays superbe. Je verrais bien Neymar sur fond de pelouse, avec une auréole autour de la tête, habillé d'un simple marcel, mais arborant des décorations de maréchal sur la poitrine, et faisant virevolter son ballon du bout du pied au son d'une flûte persane. Ça aurait plus de gueule que nos mornes camions de déménagement ou de surgelés poussiéreux, traînant leur grisaille sur les autoroutes.

Jabiru

220 millions pour taper dans un ballon !
Qu'en pensent tous ces médecins, chercheurs et professeurs émérites (bac + 10 et plus) qui sont continuellement confrontés au manque de crédits pour faire avancer leurs travaux ?
Un scandale de plus dans cet univers de fric.
Qu'en pensent aussi ceux qui ont décidé de récupérer 5 euros sur l'APL pour faire des économies ?

Cyril Lafon

Je suis complètement abasourdi, je dirais même horripilé par ce à quoi j'assiste en ma qualité de spectateur intéressé par l'actualité.
Ce qui se passe aujourd'hui est extrêmement scandaleux, ceci ne fait qu'entériner ce que le football est déjà depuis fort longtemps, à savoir, du moins à ce niveau-là, une activité pas véritablement sportive, mais une activité professionnelle qui n'a pour seul but, pour seule essence le fric, le fric et toujours le fric, à une échelle démesurée qui dépasse les frontières de l'entendement.
L'argent dénature l'être humain, le réduit à une simple entité qui n'a pour seul dessein que de gagner du fric, quelle qu'en soit la manière.
Quand la décence de la condition humaine encadre moralement ce comportement, on ne peut qu'y souscrire, mais quand l'indécence, la démesure, la déconnexion avec tout repère moral se mêlent à un fait qui n'a rien de véritablement constructif sur la collectivité nationale, cela devient dangereux.

L'arrivée de ce joueur démontre d'une manière irréfutable l'incommensurable malsanité qu'est le football aujourd'hui.
A Paris, des centaines de supporters du PSG sont infiniment heureux d'avoir acheté le maillot du club avec le nom de ce joueur, tel un enfant de quatre ans qui est heureux avec son doudou avec lequel il va passer une bonne nuit, la petite contente de manger son Kinder Bueno à la sortie de l'école avant de retrouver sa tablette !
Je cite les propos tenus par un acheteur de ce maillot "c'est le plus beau jour de ma vie, après celui de ma naissance". Quand on entend ce genre de propos, il y a effectivement de quoi s'inquiéter.
La France est dans une ère où le péril de la pensée gangrène la conscience collective.

On se réjouit déjà des recettes commerciales relatives à la vente de produits du PSG (hier, 500 000 maillots vendus), on se réjouit également des recettes fiscales pour le Trésor public (30 millions d'euros selon des spécialistes), pour un homme qui va manier un ballon de football sur les stades européens avec un salaire malsain, dans une société où l'artisan qui va se rendre à votre domicile pour vous délivrer un service capital (réparation d'une fuite d'eau par exemple) travaille parfois à perte, c'est dans cette même société que les unités d'élite qui vont vous délivrer d'une prise d'otage sont composées d'hommes qui ont paraît-il un salaire inférieur à 2000 euros !

Quelle indécence !

GLW

Au final, on voit bien que de Neymar à Rocco Siffredi, pour être quelqu'un qui réussit, avoir un gros cerveau n'est pas indispensable.

Tipaza

@ Patrice Charoulet | 05 août 2017 à 07:58
« Quel être humain doué de raison peut voir une seule seconde le rapport qu'il peut y avoir entre la France et sa capitale d'une part, et un simple footballeur d'autre part ? »

Mais le même rapport qu’avec un président Jupiter. Dans les deux cas il s’agit toujours de la même espérance cent fois déçue, d’un homme providentiel résolvant tous les problèmes par sa seule présence, oubliant qu’en foot et en politique c’est le collectif qui gagne ou qui perd.

Quand je parle d’un collectif, je précise qu’il s’agit d’un collectif doué de raison, pour reprendre votre expression, et pas d’un collectif de moutons de Panurge ou pire de moutons de Macron comme le groupe LREM en donne le spectacle à l’Assemblée.

S’il est vrai comme cela a été observé en psychologie des foules que le niveau mental du collectif est toujours inférieur à la moyenne de celui de ses membres, nous atteignons avec les députés de LREM un cas limite de nullité observée en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Il faut dire à la décharge du groupe que le transformisme vestimentaire de Jupiter n’incite pas à la concentration des troupes, et que par mimétisme nous verrons au prochain match du PSG, à la tribune officielle, Jupiter, ses ministres et les députés en maillot Neymar.

Michel Deluré

La bonne nouvelle tant attendue depuis des millénaires est enfin tombée : le Messie (pas Lionel Messi !) est ressuscité ! La bonne nouvelle se propageait depuis déjà quelques semaines et il est enfin apparu en l'église ND de Paris-Saint-Germain, accompagné du Roi Mage Nasser Al-Khelaïfi. Il a d'ailleurs déjà réalisé son premier miracle en son nouveau royaume en multipliant, sous forme de maillot orné d'un numéro et d'un nom, les pans de sa tunique. Mais il s'est mis à la page : si, il y a 2000 ans, il multipliait les pains pour les distribuer à ceux qui avaient faim, désormais il multiplie sa tunique pour en faire des maillots qu'il vend aux plus pauvres et qui le seront donc encore plus quand ils les auront achetés ! Il a dû prendre entre-temps des leçons de marketing.
Quoi qu'il en soit, bien triste spectacle que celui-ci et qui dégoûte encore plus de ce milieu où les valeurs sportives sont reléguées bien loin au second rang.

@ Claggart 05/08 00:48

Bien d'accord avec vous.

@ Paul Duret 04/08 17:12

M. Guillaume Pepy est-il vraiment seul responsable de la situation dans laquelle se trouve la SNCF ? Porte-t-il seul la responsabilité des choix qui ont été faits dans les années passées et qui ont privilégié la LGV au détriment des autres lignes ?

Patrice Charoulet

Je ne peux que souscrire entièrement à vos propos sur Neymar. Que le pétrole de l'Arabie, du Qatar, etc. permette de tout acheter sur notre planète, y compris de très bons sportifs, est navrant.
Il ne faut pas oublier, dans la désolation ou dans la dérision, la pitoyable espèce des supporters (ou supporteurs). Les foules ont toujours donné le spectacle de la moutonnerie, de la violence, de la bêtise et parfois de la folie. A l'arrivée de ce dieu vivant, cette engeance vient de montrer de quelles bassesses, de quelles stupidités, elle est capable.
Quel être humain doué de raison peut voir une seule seconde le rapport qu'il peut y avoir entre la France et sa capitale d'une part, et un simple footballeur d'autre part ?

Claude Luçon

@ Catherine JACOB | 04 août 2017 à 23:02
"Oh le gros mensonge !"

N'exagérez pas!
Tout juste un petit mensonge avec un rien d'hypocrisie !
Je suis passé par l'église du patelin en allant à la poste à quelque centaines de mètres de chez moi, l'église était vide, pas de curé (jusque-là c'est vrai, après...) alors je vous communiquais mes intentions faute de pouvoir les mettre en oeuvre.
Je pensais que si le curé était un fan de foot, il aurait sauté sur l'occasion pour célébrer une grand-messe pour Saint Neymar en demandant aux fidèles fans du PSG de donner une obole à la mesure des frais et émoluments de Neymar. En plus il aurait préparé des cierges bleus et rouges sur lesquels il aurait peint "Neymar 10" comme sur les maillots du PSG et les aurait vendus 10 € au lieu du 1 € habituel.
Avec de l'imagination ce que j'avais écrit était presque vrai.
A l'époque du virtuel on peut se permettre quelques écarts ? Non ?

M'en suis-je bien sorti ou me suis-je enferré un peu plus ?

Trekker

Le foot m’indiffère en tant que sport, quant à sa variante dite professionnelle je la méprise, et avec le transfert de ce Neymar cela me conforte dans mon opinion !

Une foule de gogos se précipitera pour acheter les maillots du PSG portant son nom, fera la queue pour acheter des billets afin de voir son « dieu » jouer, et renouvellera dans l’euphorie ses abonnements à des chaînes télévisés dites sportives. Et notre président de la République se croit obligé de commenter chaleureusement ce non événement, certes tout est bon à prendre pour enrayer sa chute dans les sondages, et conforter nos relations avec cette démocratie exemplaire qu’est le Qatar…

Claggart

Il y en a qui balancent 140 € pour acheter un maillot Neymar et parmi eux certains vont peut-être pleurnicher parce qu'on leur sucre 5 € d'APL !

Catherine JACOB

@Claude Luçon | 04 août 2017 à 17:09
"Le curé, pas fan de foot, m'a refusé le pardon."

Oh le gros mensonge !

Robert Marchenoir

C'est qui, Neymar ? Et pourquoi le monsieur, sur la photo, il se met son torchon de cuisine sur la tête ?

Noblejoué

"Il me semble qu'il devrait y avoir une sorte de transcendance de la décence qui dépasse ces différences financières. Public ou privé, l'argent se mue en scandale quand il blesse et devient incompréhensible. Quand les chiffres indignent ou découragent. Lorsque l'aura sportive est évaluée au-delà de toute mesure, de toute légitimité."

Est-ce la richesse ou la pauvreté le scandale ? Si c'est, comme je le pense, la pauvreté, il ne s'agit pas de fixer un maximum des rémunérations mais un minimum vital inconditionné assuré à chacun, comme le mort politiquement Hamon l'avait proposé.
Trop pour les pauvres et pour tous, pas assez catégoriel, ressentiment et routine pour exciter comme le tribunitien Mélenchon. On préfère les phrases aux remèdes, si on les avaient jamais, ce serait par imitation de l'étranger mais on ressortirait Hamon pour prétendre avoir été dans la course.

Enfin, je crois que certaines choses pourraient permettre un accroissement du niveau de vie sans transferts sociaux, avec un minimum de bonne volonté, comme, par exemple, ne plus mettre de bâton dans les roues à ceux qui veulent habiter dans des yourtes.

Marc GHINSBERG

Philippe : "J'en Neymar "
Moi : "Je me marre, pas de quoi en faire un tintamarre."

Catherine JACOB

"...que ce feuilleton - avec, pour seul arbitrage entre Barcelone et Paris, le "fric" - mobilise esprits, consciences et intelligences depuis tant de jours est pathologique."

Itou !

genau

Quelle mouche vous pique soudain de nous engloutir sous les billets ?

Et alors ? Dans le monde où tout est chiffré, calculé, il ne reste plus qu'à rêver devant le chiffre, nouveau Titien visé et contresigné par le président lui-même. "Je vous félicite de venir en France, chez les Qataris qui paient ce que la France n'aurait jamais payé. Je vous félicite de donner aux jeunes de notre pays le mépris de ce qui vient du pays où ils vivent grâce aux impôts des crétins qui ont voté et qui vont pouvoir idolâtrer ce monument de fric que vous représentez.
Loué sois-tu toi qui causes le scandale, la République t'admire, tu vas marquer des buts, vous rendez-vous compte, des buts, pour organiser d'autres foires au but, pendant qu'on fera les poches aux imbéciles qui ont travaillé et dont on ne verra pas la réaction, ils sont trop vieux.
Gloire à toi, Neymar, même les Romains, peuplade inconnue des Français, même les Grecs, obscure tribu, n'avaient pas imaginé de Dieu aussi implacable que toi. Tu prends un Français obscur et tu l'apothéoses, tu fais de chaque dirigeant un culbuto souriant devant les recettes fiscales, la bêtise du peuple et la fumée. Le Qatar offre Neymar à la France, fière, campée sur ses ergots, mais qui garde, et pour toujours, les pieds dans la m...."

charles

Bonsoir

"Public ou privé, l'argent se mue en scandale quand il blesse et devient incompréhensible"

Pour une famille au smic avec un ou deux enfants, un salaire de 5 k€ pour un célibataire est incompréhensible, et l'expression d'un souci financier devient blessant.
La vue sur l'agence est "relative".

Pour moi les sommes incriminées ne sont pas blessantes, elle sont hors du réel et par conséquent elles n'existent pas.

J'ai appris ces derniers jours qu'un footballeur nommé Neymar existait. Demain je l'aurai oublié. J'ai juste une pensée amusée pour les personnes qui vont au stage, souscrivent des abonnements télévisuels ou achètent des maillots car c'est eux qui le payent.

Bon week-end.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS