« L'Education nationale a enfin un ministre ! | Accueil | Entretien avec Renaud Camus »

07 septembre 2017

Commentaires

Wil

@ Achille
"Les derniers commentaires de cet individu qui écrit entre deux et cinq heures du mat en picolant toute la nuit, laissent à penser qu’il est en phase terminale.
Ce n’est plus qu’une question de mois, de semaines peut-être…"

Comme quoi la "philosophie" ne tient pas à grand-chose quand on en vient à souhaiter la mort de celui qui vous prouve tous les soirs que vous êtes moins intelligent que vous ne le pensiez.
Et en plus le sal*pard est rond comme une queue de pelle ! A chaque fois !
C'est la pub : "Je l'aurai un jour, je l'aurai !"

Vous savez mon petit Achille, je l'ai dit ici à quelqu'un d'autre dont je ne me souviens même plus du nom il y a des mois, qui comme vous a voulu connaître ses limites. Je lui ai dit qu'on peut jouer comme ça autant que vous voudrez mais que ça n'avait aucun intérêt parce que jour après jour il se ridiculisait jusqu'à ne devenir plus qu'un troll qui ne répond plus que parce que son amour-propre, donc son ego, ne supporte pas de ne pas être le plus intelligent de l'humanité.
Comme vous.
Et je lui ai dit que ça arrivait à tout le monde et qu'il valait mieux s'y faire sinon il n'y avait plus qu'à se mettre une balle et passer à autre chose parce qu'il y a toujours plus fort ou intelligent que soi.
Et il a fait preuve d'intelligence et c'est ce qu'il a fait. Il a laissé tomber et a passé à autre chose j'espère pour lui.
Vous devriez en faire autant.
Moi je bois donc je suis ridicule, ce n'est pas grave. Mais vous, vous n'avez pas cette excuse.

Achille

@ Savonarole | 14 septembre 2017 à 15:41
« Au fait, où sont passés Régis ANTOINE, ou Tomas, où est Elusen, et où est donc l'absurde Garry Gaspary qui voulait nous déchristianiser ?... Je prépare une encyclopédie des "disparus" de ce blog, qui sera publiée chez Gallimard très prochainement. »

Ce qui est curieux c’est que dès qu’un farfelu disparaît du blog, un autre qui est encore plus déjanté que le précédent vient prendre sa place.
J’aurais tendance à penser que c’est le même gugusse dont l’état mental va en empirant. Les derniers commentaires de cet individu qui écrit entre deux et cinq heures du mat en picolant toute la nuit, laissent à penser qu’il est en phase terminale.
Ce n’est plus qu’une question de mois, de semaines peut-être…

Wil

@Achille
"Le mieux est encore de les ignorer et de ne plus répondre à leurs commentaires même les plus délirants. Certes, c’est difficile de résister, moi-même parfois j’ai du mal !"

Achille, le maître Zen... Ha ! ha ! ha !
C'est "retenez-moi les gars ou je fais un malheur... mais surtout retenez-moi hein !"
Le philosophe à deux balles s'est fait fesser par un boute-en-train bourré comme un âne et depuis il est vexé comme un pou, il ne s'en remet pas lui qui se croyait l'aboutissement de l'évolution intellectuelle humaine.
Bon retour chez vous parmi les losers duc** ! Ha ! ha ! ha !

@Breizmabro
"Ne vous énervez pas Wil, prenez un p'tit coup de chouchen et tout ira mieux ;)"

Oh mais je ne m'énerve pas ma petite braise toute chaude, je m'amuse. Je vous assure.
Quand je m'énerve c'est autre chose.
Quant au Chouchen, j'en ai bu de temps en temps mais j'ai tellement bu en général que je ne me souviens même pas du goût que ça a. J'avoue que c'est dommage. Il faudra que je regoûte un jour. ;-)

Savonarole

@Achille | 14 septembre 2017 à 10:32

Bien d'accord Achille.

Ce Wil se cherche des interlocuteurs afin de distiller son venin, ne pas lui répondre lui coupe les c...lles.

Au fait, où sont passés Régis ANTOINE, ou Tomas, où est Elusen, et où est donc l'absurde Garry Gaspary qui voulait nous déchristianiser ?...

Je prépare une encyclopédie des "disparus" de ce blog, qui sera publiée chez Gallimard très prochainement.

Breizmabro

@ Achille | 14 septembre 2017 à 10:32
"Le mieux est encore de les ignorer et de ne plus répondre à leurs commentaires même les plus délirants."

Comment ça, les ignorer ? :( 

"Certes, c’est difficile de résister, moi-même parfois j’ai du mal ! ☺"

Je ne suis pas une résistante. Que voulez-vous, à chacun ses faiblesses ;)

"Le rire est le propre de l'homme"

...et de moi :D

@Claggart | 14 septembre 2017 à 10:32
"Malgré mes différends linguistiques passés avec Breizmabro je ne peux que la soutenir face aux insultes du nommé Wil"

Vous savez je prends ça de la part de qui ça vient, tout simplement.

Donc : Claggart le retour ? On va encore se "vanner" sur le vrai ou le faux breton ? ;)
J'rigole. Avec les gens intelligents pas besoin de passeport...

Pour l'enseignement du breton je suis comme vous, je pense que c'est juste une fantaisie (!) puisque le breton est une "langue" orale et que sa transcription est, forcément, incompréhensible pour les bretonnants.

Mon père qui était, comme Per-Jakez Helias l'a décrit dans le Cheval d'orgueil, un Breton des terres qui ne savait parler QUE le breton avant de monter "en ville". Même cinquante ans après il ne comprenait "que quick" lorsqu'il entendait parler le breton sur France 3. Globalement il comprenait le sens de l'histoire mais le vocabulaire le laissait perplexe.

Par contre, comme ils étaient douze frères et soeurs, lors des réunions de famille c'est nous, les "enfants de..." qui ne comprenions "que quick" à leur discussion, parfois.

Avec l'âge j'ai compris que c'était fait exprès pour que nous ne comprenions pas leurs histoires... rigolotes ;)

Adéo Claggart

Catherine JACOB

@ Breizmabro | 14 septembre 2017 à 10:14
« Bon je reconnais que c'est un peu plus simpliste que vos légendes à vous, mais ce sont les miennes »

Détrompez-vous. Ça a l’air simpliste mais c’est néanmoins susceptible de déboucher sur une réflexion touchant à des choses complexes comme en particulier des rites de fondation.
En fait, plus une question a l’air simple, plus elle renvoie parfois à un problème complexe à résoudre.

Les monts d’Arrée font autant penser à un champignon modeste demeure des gnomes - de genomos (« habitant souterrain »), mais bon, là en l'espèce ce serait plutôt Jötunheim, le royaume des géants plutôt que le sweet home d'un gentil farfadet que l'assemblage évoque -, qu’à la tortue qui pour les Chinois est une allégorie du monde, sa dossière étant une figure de la voûte céleste et les quatre pattes étant les quatre piliers du monde. Dans d’autres civilisations encore on attribue à la tortue un rôle cosmogonique et vu sa carapace qui évoque le ventre rond de la femme enceinte, elle est un symbole de fertilité.

On pense également au culte des Ovoo qui sont parfois de simples amoncellements de pierre, parfois revêtent une forme de tortue plus élaborée, ici la tête , maintenant, les Bretons n’ont manifestement droit qu’à la moitié ou alors il faut supposer des pattes arrière encore non émergées.

Les rochers jetés par Gargantua sont arrondis comme des galets polis par l’eau, mais dans le livre III des Métamorphoses d’Ovide, le jet de pierres prend la forme du jet des dents du Dragon par Cadmos, d’où naissent ensuite les Spartoi (Légende de la fondation de Thèbes.

Enfin la forme générale initiale du camp d’Artus me fait penser à une femelle poisson sur le point de pondre alors que celle de Bibracte qui inclut une pierre de la Wivre (donc une référence au côté sombre du féminin) évoque les oiseaux (c’est toutefois plus net sur d’autres types de relevés topographiques).
Bref, ce ne sont là pour l’heure que chaos d’idées jetées en vrac par-dessus l’épaule.

boureau

@ Claggart 17 septembre 2017 10:32

Le breton (sic) enseigné dans les écoles et notamment dans les écoles "Diwan" est totalement artificiel.

La plupart des mots et des règles de grammaire ont été inventés par un groupe d'enseignants progressistes et indépendantistes après la dernière guerre. Rien à voir avec la réalité.

D'ailleurs, le breton n'a jamais été une langue, mais un agglomérat de dialectes assez différents les uns des autres. A cent kilomètres de distance, difficile de se faire comprendre entre dialectes anciens.

Création totalement artificielle donc, par des enseignants d'extrême gauche qui ont gangréné une partie des académies régionales. Il y a même eu sur France 3 - Dieu merci c'est fini - des après-midis entiers consacrés au breton avec des invités barbus qui n'arrivaient pas à aligner deux mots de suite sans réfléchir dix secondes au troisième !

Adopté récemment par certains bobos qui trouvent "ultra chic" pour leurs gamins cette culture (sic) régionale !

Cordialement.

Achille

@ Breizmabro | 14 septembre 2017 à 09:20

Il ne vous a pas échappé que sur ce blog certains ont un sens de l’humour très limité. A la moindre contrariété ils nous font leur petit numéro de Calimero.

Le mieux est encore de les ignorer et de ne plus répondre à leurs commentaires même les plus délirants. Certes, c’est difficile de résister, moi-même parfois j’ai du mal ! ☺

Claggart

@breizmabro 14 septembre 09 h 20

Malgré mes différends linguistiques passés avec Breizmabro je ne peux que la soutenir face aux insultes du nommé Wil (ou Vil qui serait plus approprié), notamment à l'égard de nos paysans qui agissent maintenant beaucoup pour une agriculture responsable.

J'en profite pour signaler à Breizmabro, et recueillir son point de vue à ce sujet, le problème que pose l'enseignement du breton dans les écoles ; on y apprend un breton standard intello chimiquement pur ce qui fait que les enfants et leurs aînés bretonnants ne peuvent se comprendre, tant le breton de l'école est éloigné du breton du peuple.

Kenavo distro

Breizmabro

@ Catherine JACOB | 13 septembre 2017 à 12:24

J'avais déjà entendu la légende des femmes qui sollicitaient une fécondation (pas "in vitro" mais "con silex" ;)) du côté de Huelgoat, entre les légendes de la Grotte du Diable et de la Roche Tremblante puisqu'il paraîtrait (conditionnel) que Gargantua s'arrêta un jour à Huelgoat, affamé. Il demanda à manger aux habitants mais ces gueux étaient tellement pauvres qu'ils ne purent lui donner qu'un brouet de blé noir. Furieux il jura qu'il se vengerait.

Arrivé dans le Léon (pays richoux ;)), il put manger à sa faim.

Toujours vénère après les habitants de Huelgoat, il prit dans ses mains de gros blocs de rochers arrondis par la mer (sans doute du côté de Saint-Pol-de-Léon) et les lança par-dessus les Monts d'Arrée (j'sais pas si vous voyez la distance... ;)

Ils tombèrent dans la forêt du Huelgoat (coup de chance puisque maintenant c'est un site touristique ;))

Bon je reconnais que c'est un peu plus simpliste que vos légendes à vous, mais ce sont les miennes :D

Breizmabro

@ Wil | 14 septembre 2017 à 01:38

Ne vous énervez pas Wil, prenez un p'tit coup de chouchen et tout ira mieux ;)

"Ça m'aurait amusé et on aurait vous et moi peut-être eu un échange d'insultes ou de vannes qui nous aurait fait passer le temps"

Ben voilà, vous y êtes, de quoi vous plaignez-vous ? :D

Ceci étant, toutes les insultes, sarcasmes ou autres vilenies dont je fais l'objet sur ce blog (faut dire que des fois je le cherche ;)) sont équidistantes des deux pôles de mon indifférence.

(Hop, hop...! j'arrête tout de suite les matheux et autres physiciens de ce blog, cette notion d'équidistance m'est personnelle et aucune étude scientifique ne l'a remise en cause ;))

Catherine JACOB

@fugace | 14 septembre 2017 à 02:47
« De la solitude (thème du billet) de l'intellectuel à celle du marin (au passage, une pensée pour l'amiral O. de K.), chacun naviguant au gré de leurs courants respectifs. »

La question du pouvoir de fécondité des menhirs m’était apparue assez proche de la solitude peuplée d'elfes des intellectuelles solitaires. Une conséquence, en somme…
En commentaire de votre intéressante page sur la circulation circumpolaire qui m'évoque le domaine des cultures de l'ours

Urne funéraire, VIIème siècle av. J.-C. Nécropole de Chiavari (Gênes) Terre cuite. Conservée Chiavari, Institut international des études ligures. (voir ; ISBN : 978-2-07-012162-5 page 72) et son double céleste (monnaie celte).

fugace

@ Catherine JACOB | 11 septembre 2017 à 09:32

De la solitude (thème du billet) de l'intellectuel à celle du marin (au passage, une pensée pour l'amiral O. de K.), chacun naviguant au gré de leurs courants respectifs.

Votre commentaire m'a encore entraîné dans des voyages imaginaires, comme une "plume" au gré des vents et des courants de Coriolis et circumpolaires, lesquels m'ont entraîné jusque-là :

"Entraîné par les violents vents d'ouest ("quarantièmes rugissants et cinquantièmes hurlants"), le courant circumpolaire est le courant le plus puissant du globe. Il se développe sans entrave continentale à l'exception du resserrement entre la pointe de l'Amérique du Sud et la péninsule antarctique."

extrait de : http://eduscol.education.fr/obter/appliped/ocean/theme/ocean42.htm

Wil

@Breizmabro
"Alors là... PARDON ! Je n'avais pas compris à quel point vous connaissiez la Bretagne !
Je m'en veux ! Mais je m'en veux ! :D"

J'aurais espéré que ce soit du second degré. Ça m'aurait amusé et on aurait vous et moi peut-être eu un échange d'insultes ou de vannes qui nous aurait fait passer le temps et qui sait, peut-être même nous aurait fait nous connaître mieux et dans le meilleur des cas finalement nous apprécier l'un l'autre comme ça m'est déjà arrivé plusieurs fois avec des gens intelligents.
Mais apparemment c'est du premier degré donc vous offensez ma famille.
Vous n'êtes rien. Au mieux juste une c... de plus sans intérêt qui se prend tellement pour ce qu'elle n'est pas que ça en devient ridicule.
Et admettons même que vous soyez une vraie Bretonne, ça fait de vous une cumularde de la bêtise qui au mieux ne mérite que la pitié et au pire que le mépris.

Breizmabro

@ Wil | 13 septembre 2017 à 20:47
"Mon grand-père était un ouvrier issu de paysans bretons de Ploërmel, il y a passé sa retraite et y est enterré et j'y ai passé quasiment tous les mois de juillet de mon enfance jusqu'à la fin de mon adolescence"

Alors là... PARDON ! Je n'avais pas compris à quel point vous connaissiez la Bretagne !

Je m'en veux ! Mais je m'en veux ! :D

Wil

@Breizmabro
"WILtruc ne connaît pas la Bretagne MAIS comme tout idiot qui se respecte il a quand même une idée sur le monde breton."

Je ne connais pas la Bretagne... bien sûr. Hé hé hé !
Malheureusement pour vous, mon grand-père était un ouvrier issu de paysans bretons de Ploërmel, il y a passé sa retraite et y est enterré et j'y ai passé quasiment tous les mois de juillet de mon enfance jusqu'à la fin de mon adolescence, n'en pouvant plus (enfin la fin de ma première adolescence, la seconde continuant encore à 46 ans mais c'est un autre problème), et je l'ai écouté et entendu lui et tous ses amis et cousins parler de ce qu'était devenue la Bretagne.

Arrêtez votre cinéma, ça ne marche pas avec moi Breizmachin.

Peu importe l'heure qu'il était ou l'état d'alcoolisation dans lequel j'étais quand j'ai parlé de la Bretagne, ce que j'ai dit est la réalité de ce qu'est la Bretagne.
En dehors, bien sûr, de Rennes et de Nantes et de leurs bobos qui ne sont en fait que les Français de souche qui ont quitté la banlieue parisienne parce qu'ils en avaient marre de ne plus se sentir en France.

Mais comme je l'ai dit, continuez dans vos fantasmes de carte postale. C'est tout ce qui vous reste.

Breizmabro

@ Catherine JACOB | 13 septembre 2017 à 12:24

Pour la photo je dis : si ce n'était un mec sur la photo ce serait moi car, c'est vrai, des fois, ya des homards qui sont fugueurs :D

Pour le texte je vais l'examiner à tête reposée parce que je ne suis pas bien sûre de l'histoire de votre Léonard :D

Du coup : A+ Catherine ;)

Savonarole

@Breizmabro | 13 septembre 2017 à 12:21

Heureusement qu'il y a Catherine JACOB pour vous défendre.
J'avais une maison à Pléhérel-Plage, Côtes d'Armor, la seule maison en bois de la région, une cathédrale en bois.
J'allais chercher mes crêpes-saucisses à Fréhel, à 2 km.
Hélas, les enfants se sont lassés, l'apparition de EasyJet, Ryanair, les ont propulsés vers le soleil et la Movida espagnole.
On ne retient pas la jeunesse.

Moi, je passais mon temps devant les monuments aux morts de 14-18, que de Bretons ont donné leur vie pour la France !

Catherine JACOB

@Breizmabro | 12 septembre 2017 à 17:40@Jean le Cauchois
« Vous croyez, consciemment, que je ne sais pas ce qui se passe chez moi parce que je relève des casiers à homards au large d'Ouessant pendant mes vacances ? »

C'est vous dans le Keo ?

Intéressante Bretagne en tout cas où de nos jours encore des jeunes femmes viendraient se frotter le ventre contre des menhirs "doués d’un pouvoir de fécondité" ou en appeler aux saints : "Saint-Léonard, si tu as du pouvoir, fais-le nous voir."

La légende dit cependant qu’ « Au milieu du siècle dernier, vivait dans une petite maison entre Sens et Saint-Aubin, un homme qui s'appelait Léonard. C'était un mauvais garçon qui ne se plaisait qu'à imaginer de méchants tours qu'il faisait endurer à ses voisins.

Il se plaisait surtout à faire jurer les charretiers qui, à cette époque, y étaient encore plus disposés qu'aujourd'hui ; les plus belles voies de ces temps reculés ressemblaient assez à nos chemins de traverse, et le moindre charroi exigeait un grand nombre de chevaux. Léonard mettait de grosses pierres sur les routes pour faire buter les attelages, et il creusait de profondes ornières dont on ne retirait les charrettes qu'au prix des plus grands efforts. »

Et de fait, j'ai rencontré un arbre arraché par la tempête en travers de ma route ce matin. Sacré Léonard !

« Sa méchanceté était devenue proverbiale, et les routiers qui parcouraient la Bretagne avaient coutume de frapper leurs chevaux rétifs en leur adressant le nom de Léonard comme une suprême injure.

Un jour qu'il se promenait dans le bois de Borne, il prit une pomme dans un pommier sauvage, et bien qu'il eut soif, il la trouva si amère qu'il la rejeta loin de lui ; puis il en cueillit une autre qu'il plaça entre les branches d'un chêne pour voir si elle deviendrait meilleure en mûrissant.

Quelque temps après, il repassa auprès du chêne et goûta la pomme qu'il trouva juteuse et agréable.
- Ah ! mon Dieu, dit-il, tout s'amende dans la nature, il n'y a que moi qui ne deviens pas meilleur... Désormais, je ne veux plus faire que du bien.

Comme il prenait cette résolution, il aperçut des charretiers dont le chariot était embourbé, et il alla de leur côté pour les aider. Mais un des charretiers qui avait eu à souffrir des malices de Léonard et ignorait sa conversion, crut qu'il venait encore pour jouer quelque mauvais tour et il dit :
- Ah ! voici ce méchant Léonard, mais il va payer aujourd'hui tout le mal qu'il m'a fait !
Et, saisissant un gros morceau de bois qui était dans sa charrette, il frappa Léonard à la tête et le tua raide. Ensuite, il l'enterra sur la lande où il était tombé et mit sur la fosse une grosse pierre.

Cependant, au bout de quelque temps, le bruit se répandit que Léonard était mort en odeur de sainteté et qu'il faisait des miracles. Son tombeau devint donc un lieu de pèlerinage où l'on venait implorer la guérison des malades.

Toutefois, il y a des gens qui sont sceptiques à l'endroit de la béatification de Léonard, et l'on raconte qu'un cantonnier, passant devant le champ où Léonard avait été inhumé, prononça ces paroles peu respectueuses :
Saint Léonard, Si tu as du pouvoir, Fais-le voir, Fais-moi tortillard !
Dès la nuit suivante, il fut pris de douleurs rhumatismales et devint boiteux. » Repris du tombeau de Saint Léonard à Andouille-Neuville.

Sacrés Bretons va !

Maintenant, il y a sans doute une part de vérité dans cette histoire qui est la boiterie. On raconte en effet que certains boiteux vosgiens auraient des aïeux bretons.
Je parie que c’est la faute de ces homards qui nagent à reculons. Et c’est amusant parce que ma belle-mère m’a raconté des histoires véridiques d’enfants de grand-mère bretonne qui commencent par aller à reculons avant d’aller de l’avant.

PS : Vérification faite, « Les armoiries de la ville de Saint-Léonard-de-Noblat, dans le Limousin, portent les fers des prisonniers libérés par les prières de saint Léonard.

C'est encore par sa vénération des reliques de Léonard qu'Anne d'Autriche serait tombée enceinte et aurait par la suite donné naissance au futur Louis XIV. »

Lui n’était pas boiteux qui ne souffrit que d’une fistule anale grâce à laquelle la chirurgie fit des progrès. En revanche, il aima une boiteuse, Françoise-Louise de La Baume Le Blanc, qui devint sa première maîtresse officielle.
C’était dit-on "une charmante jeune fille aux cheveux blonds et aux doux yeux clairs, affligée d'un boitillement qui ne l'empêchât ni de danser avec grâce ni d'être une cavalière émérite."

Breizmabro

@ boureau | 13 septembre 2017 à 09:46

Ouf ! Enfin un ;)

Lorsque j'étais jeune, photographe pigiste pour le Télégramme, j'avais comme mission de photographier pour leur revue touristique toute la côte Nord, disons de Quimper à Roscoff. J'ai donc appris, n'étant pas native du Finistère, la Bretagne (enfin, un bout), j'y ai appris la gentillesse naturelle des Bretons/Bretonnes mais, malheureusement j'ai vu aussi la détérioration de ce beau terroir, tellement riche qu'il a été exploité jusqu'à la corde.

J'ai vu les champs d'artichauts à perte de vue pour les envoyer en Angleterre et enrichir Gourvenec. Puis après j'ai vu les tonnes d'artichauts et/ou de choux-fleurs détruits, arrosés de gas-oil à tracteur.

J'ai vu la surpêche (mais pas en homards ;)) ; les super chaluts qui raclent les fonds marins plus vite qu'un jardiner de la ville pour ratisser les feuilles mortes ; j'ai vu les poulets d'un jour vendus dans des cartons sans aération ; les porcs en batterie aux déjections non contrôlées par les services sanitaires ; les femmes de chez Doux sur les chaînes d'abattage qui effectuaient plus de mille fois le même geste par jour pour tuer les poulets, et qui ont toutes, ou presque, des tendinites irréversibles ; j'ai vu des hangars de plusieurs milliers de m² remplis jusqu'au sommet de lait en poudre qui n'est vendu que quand les cours de la bourse montent lorsqu'il y a des famines à l'autre bout du monde ; sans oublier les plages souillées par le pétrole vidangé des tankers domiciliés dans des pays tellement exotiques que parfois ils étaient introuvables.

J'ai vu, et j'ai photographié tout ça, mais cela ne m'empêche pas d'aimer cette belle région exploitée, si dure mais si chaleureuse.

Je connais moins bien le Finistère sud, quoique Fouesnant et La Forêt-Fouesnant restent dans mes souvenirs impérissables pour y avoir fait mes premières expériences de planche à voile et Bénodet pour son centre de rééducation fonctionnelle (surtout pour les sportifs) pour y avoir fait un reportage.

Je connais mal le Morbihan qui va devenir, comme vous l'appréhendez, un pièges pour touristes tentant le "retour à la vraie nature". Quiberon, Belle-Île... commencent à le ressentir.

Heureusement nous avons le climat pour nous ! :D

Après mon diplôme de l'ISG en poche j'ai effectué des missions auprès de multinationales qui s'enrichissaient, en dollars, en négociant des produits venant de TOUTE la Bretagne : des poulets pour Bahreïn au lait pour la Malaisie...

J'étais revenue à mon point de départ :D

Adéo ;)

boureau

@ Breizmabro

Vous n'avez besoin de personne pour défendre votre chère Bretagne.
Je vous apporte néanmoins tout mon soutien.

Natif de la Haute-Bretagne mâtiné de Moyen-Orient, j'ai passé durant plus de trente ans mes vacances d'été à Bénodet. Je crois pouvoir dire que je connais quasiment toute la côte bretonne de Pornic au Mont-Saint-Michel et qu'aucun calvaire, aucun enclos paroissial ne m'est étranger.

J'ai assisté, comme vous, au déclin de la Bretagne côtière et de la Bretagne intérieure. Je crois ce cycle terminé.

La nostalgie aidante, je me suis acheté un pied-à-terre à Vannes où je passe une centaine de jours par an, dans ce merveilleux golf du Morbihan.

Une seule crainte : l'envahissement de ce paradis par les hordes de Parisiens pour les congés ou les RTT. Un slogan un peu oublié fait florès à Vannes : "Parigots têtes de veaux" ! Et c'est bien vrai !

Cordialement.

Breizmabro

@ Jean le Cauchois | 12 septembre 2017 à 11:45

Si vous n'aviez pas couru sur votre traitement de texte avant de lire ce que je disais à calamity jane, vous auriez pu être plus nuancé que votre commentaire.

Donc réédition :

"Eh oui la pollution ! Les algues vertes que les Bretons avaient signalées aux autorités dès les années 70 mais dont PERSONNE ne s'est préoccupé. Aujourd'hui nous allons vers les élevages (fantaisistes ?) excentriques, pour satisfaire les besoins de l'exportation.
Pôôôvres de nous. Des poulets en batteries shootés aux antibiotiques, plus destroy que des punks à chiens, aux déjections mortelles pour l'environnement, idem pour les porcs (sur clayettes ou pas), et aujourd'hui au s'cours il y aurait des oeufs contaminés ? ("dites-moi pas qu'c'est pas vrai" ?) Bientôt nous aurons une nouvelle version du plateau de mille vaches grâce à l'idée allemande de Merkel, sortie d'une propagande dont l'Allemagne détient un secret historique, sans doute pour nourrir les migrants que Mme Merkel a accueillis pour qu'ils puissent franchir plus facilement notre frontière et bénéficier chez nous des aides que l'Allemagne leur refuse"

Vous croyez, consciemment, que je ne sais pas ce qui se passe chez moi parce que je relève des casiers à homards au large d'Ouessant pendant mes vacances ?

Si c'est le cas, vous êtes plus c** que je ne le croyais.

Breizmabro

@ Jean le Cauchois | 12 septembre 2017 à 11:45
@ Wil | 12 septembre 2017 à 00:07

Vous avez sans doute raison MAIS...

NOUS, nous ne mettons pas le feu aux garrigues l'été pour ne plus voir les touristes déferler sur nos côtes et les friqués bétonner nos paysages, vu que des garrigues nous n'en avons pas et que le bétonnage est réglementé sur les côtes (il paraît que certains maires bretons ne veulent pas toucher de pots-de-vin. Mais quelle misère ces Bretons !) ; même si certains le souhaiteraient (dont vous visiblement).

Le climat est tellement en notre faveur que même un cubi d'essence + un briquet (of corse) ne mettraient pas le feu à nos deux/trois champs de luzerne (si tant est qu'il en existe encore).

Voguez, voguez kamarades vers le Luberon des nantis... Nous on aime le homard, les araignées de mer, le ragoût dans les mottes, les crêpes, le cidre, nos ami(e)s et, des fois, mais trop, les bagads et, vous savez quoi ? On vous emm**de :D

Il y a quelque temps le Professeur Cabrol qui avait son bateau à l'ancre au Moulin Blanc (Brest) et qui y venait dès qu'il le pouvait, disait "ici, quand je viens, c'est comme un battement de coeur".

Et comme il savait de quoi il parlait, pour nous c'était notre croix d'honneur.

Breizmabro

@ Wil | 12 septembre 2017 à 00:07

 00.07 faut aller au lit mon pov' bonhomme, à c't'heure-là vous ne savez plus c' que vous dites. Vite, vite la viande (saoule) dans le torchon.

@ calamity jane | 12 septembre 2017 à 11:58

WILtruc ne connaît pas la Bretagne MAIS comme tout idiot qui se respecte il a quand même une idée sur le monde breton.
Comme quoi, comme disait La Bruyère "Etre ignorant de son ignorance est la maladie de l'ignorant" (Les Caractères)

duvent

@ Wil

Un autre colérique qui sort de ses gonds ! Cela faisait longtemps que vous gardiez cette salve pour les Bretons ? Il serait délicieux de lire un petit texte de vous pour chaque région, votre fiel est vivifiant ! Pourtant vous êtes injuste avec la Bretonne de céans, je suis quasi certain que tous les lisiers ne lui appartiennent pas...

Puisque vous êtes direct et parfois pertinent, j'espère un autre billet pour ma région qui n'est pas indigne de votre plume !! Le Sud-Est doit vous inspirer... Grand merci !

calamity jane

@Wil

Breizmabro parle des produits de la mer et si vous lisez bien un de ses commentaires, elle est parfaitement consciente de ce qu'il se passe dans sa région.
Il est parfois nécessaire de laisser ses obsessions en sourdine pour comprendre ce que veulent dire certaines personnes.
Vous voulez secouer le cocotier et nous vous en remercions humblement !

Le président de la République fait de même, en ciblant soit les uns soit les autres dans le pays qu'il préside. Je suis ravie que les pays étrangers l'inspirent pour tirer ses flèches avec une théâtralité remarquable (fronçage de sourcils, hoquets de la face, bref en partenariat avec les TOCS) et s'il affirme "je ne céderai rien" on peut se demander quel autre TIC-TOC pourrait l'en empêcher ?

Il y a des décennies que je ne consomme plus de saucisson... le problème de l'élevage intensif en Bretagne est connu.
Pour ce qui est des oeufs, comme je suis levée avant le coq, vous pouvez imaginer où je m'en vais les acheter... BIEN LE BONJOUR.

Jean le Cauchois

@ Wil à 00:07
"Continuez donc votre carte postale des homards, des crevettes et des araignées de mer, Breizmachin. Bientôt c'est tout ce qu'il restera à la Bretagne. Une carte postale."

Merci pour avoir eu la disponibité de dire les choses comme elles sont devenues. Fini le temps où les Breizcassines pouvaient encore se civiliser chez les madames de Grand-Air à Versailles. Les descendantes non-exportables découpent leurs poulets en nuggets pour les grandes surfaces des Hauts-de-France. Les rares non-illettrées qui ont réussi jeunes à faire pigiste au Télégramme se reconvertissent dans le copier-coller sur leurs vieux jours, en se nourrissant de choux-fleurs et d'artichauts... Les langoustes de l'Ar-Men à l'île de Sein sont pour les touristes, pas pour les indigènes.

Wil

@Breizmabro
"Comment vous parler des homards bleus d'Ouessant et/ou de Sein à nuls autres pareils ;) ou des araignées de mer cuites dans leur eau, plus savoureuses que les tourteaux des "plateaux de fruits de mer" à des pas de prix ; des Bretons et Bretonnes qui nous racontent les fables de l'Enkou, les pierres des jardins d'Ouessant qui sifflent quand le vent va devenir fort en mer, des trucs comme ça."

HAHAHA ! Rien que ça !
Hmmm, vous la sentez bien la marée, elle vous donne envie de vomir ? Eh ben c'est que le début !
Pendant que vous y êtes la "Bretonne bretonnante", parlez-nous aussi de toutes les rivières de Bretagne polluées et leurs poissons pourris, il n'y en a plus une seule de potable à cause du lisier de l'élevage intensif des cochons qui a totalement pourri la terre de Bretagne (et on parle pas de l'odeur à des kilomètres pendant l'été) et par conséquent des produits chimiques qu'ils y ont mis pour continuer à cultiver et ainsi de suite.

Le pire avec tous ces conn*** de paysans bretons est qu'ils ont ruiné le peu qu'ils avaient pour faire plaisir aux industriels de l'agro-alimentaire et pour continuer à toucher les subventions de l'Union européenne qu'ils adorent et pour qui ils continuent de voter.

Les voilà maintenant sans rien, à être incapables de faire concurrence à l'Allemagne et aux pays de l'Est et à se plaindre de s'être fait rouler alors qu'ils savaient depuis des décennies que c'est comme ça que ça allait se terminer. Mais ils ont préféré voir le profit à court terme.
Et le pire du pire est qu'ils continuent à croire à cette stupidité d'UE.

Les paysans bretons et donc toute la Bretagne, crèvent mais ils n'ont que ce qu'ils méritent.
Continuez donc votre carte postale des homards, des crevettes et des araignées de mers Breizmachin. Bientôt c'est tout ce qu'il restera à la Bretagne. Une carte postale.

Breizmabro

@ calamity jane | 11 septembre 2017 à 10:25

Et encore je n'vous ai pas parlé du ragoût dans les mottes !

Alors... Pour faire un bon ragoût dans les mottes...
J'rigole, mais imaginez : de jolis et tendres morceaux des moutons d'Ouessant élevés à l'air libre (c'est sûr, faut pas être végétarienne ;), prés salés par les vents d'Ouest, mijotant dans un chaudron en terre posé sur une tourbe de dunes se consumant pendant des heures. Ajoutez quelques oignons roses de Roscoff, des pommes de terre à cochons, quelques blancs de poireaux, plus un tas d'autres trucs que vous aimez. Arrosez régulièrement avec une grande cuillère (parce que manger aussi bon est un péché :D)

Un p'tit verre de "gwin ru" est autorisé pour le fond de sauce, mais surtout beaucoup d'amour pour faire plaisir aux ami(e)s pas "culs bénis" qui partageront ce repas même sans chapeaux ronds et sans binious :D

Adéo calamity jane ;)

Wil

@Joséphyne
"A propos de la forêt de Brocéliande que je vais faire découvrir ce week-end à des amis vendéens et normands, je mettrai quelques photos la semaine prochaine (si j'arrive à les glisser sur le blog) si cela vous intéresse."

Absolument !
Mettez-les en noir et blanc comme ça on aura du coloriage à faire entre deux "fulgurances" de commentateurs.

Breizmabro

@ Robert Marchenoir | 11 septembre 2017 à 14:53
"Moi, je me refuse à employer un tournevis pour enfoncer une vis. J'ai des principes. Je flanque des grands coups de marteau dedans, et en général, ça rentre à peu près"

Ben voilà ! Si j'ai bien compris vous aussi vous avez monté des meubles Ikea :D

Robert Marchenoir

@ Breizmabro | 10 septembre 2017 à 16:59
"Comme je me refuse à aller sur un traitement de texte pour répondre sur un blog..."

Moi, je me refuse à employer un tournevis pour enfoncer une vis. J'ai des principes. Je flanque des grands coups de marteau dedans, et en général, ça rentre à peu près.

@ Patrice Charoulet | 10 septembre 2017 à 21:43
"Je ne savais pas et je sais maintenant, pour ne citer qu'un fait entre mille, que Jacques Vergès, après l'avoir défendue, avait épousé une poseuse de bombes du FLN !"

Il y a plus pittoresque : l'avocate de Carlos, "Maître" Coutant-Peyre (faut-il dire : Maîtresse ?), assistante de Jacques Vergès, qui a "épousé" son client en prison. Au cours d'une cérémonie musulmane. Illégale (ils ne sont pas civilement mariés). Parce que Carlos, en plus d'être un terroriste communiste, est devenu musulman. Il a revendiqué 1500 meurtres. Et il a offert à sa "femme", en guise de cadeau de mariage, une bague Cartier en platine. Dans sa prison.

"Maître" Coutant-Peyre se déclare aussi anti-américaine, mais, ajoute-t-elle avec quelque raison, "ce n'est pas très original". Tout cela est extrêmement cohérent.

http://www.telegraph.co.uk/culture/donotmigrate/3614369/My-love-for-Carlos-the-Jackal.html

calamity jane

@Breizmabro

Enfin, un coup de goule enlevé et... lucide, qui fait pétiller
les embruns...
Je commençais à m'endormir dans cet espace que se disputent psycho-rigides, faux-cyniques et ne varietuteurs !

J'ai bien salivé par l'entremise de vos préparations et les souvenirs bretons me sont revenus en pleine poire quand nous allions traquer les étrilles par exemple...
Plus encore que cela, le respect des anciens "nos vieux, nos vieilles" qui outre leur sagesse nous préparaient souventes fois les papilles aux délices régionaux et qui savaient avec presque rien "améliorer l'ordinaire".
Adesias Breizmabro !

Joséphyne

A propos de la forêt de Brocéliande que je vais faire découvrir ce week-end à des amis vendéens et normands, je mettrai quelques photos la semaine prochaine (si j'arrive à les glisser sur le blog) si cela vous intéresse.

Catherine JACOB

@fugace | 10 septembre 2017 à 18:18

En ce qui me concerne c'est en surplomb d'une plage brésilienne que j'ai véritablement pris conscience de la puissance et du danger que représentent l'eau et les ondes qui l'animent en profondeur comme en surface.

C'était il y a longtemps, mais les images m'en sont restées.

Prise de conscience qui s'est renforcée lors de la contemplation, à bonne distance, du KUROSHIO, depuis la célèbre plage de l'ange.

Voir au besoin Miho no Matsubara (三保の松原, le bosquet de pin de Miho) ou les sept kilomètres de la plage de l’Ange.

Breizmabro

@ sbriglia | 10 septembre 2017 à 15:27
"Pourquoi, en lisant cette infamie, pensé-je à ce vers de Ruy Blas : "J'ai l'habit d'un laquais mais vous en avez l'âme !""

"Infamie" ! comme vous y allez :D
A moi aussi il me vient une citation : "Quand on court après l'esprit on attrape la sottise" (Montesquieu)

@ fugace | 10 septembre 2017 à 18:18

Superbes photos de Saint-Malo (2014). Merci...

Patrice Charoulet

@sbriglia Votre post du 10 septembre, 15h27

Je ne lis pas tout le monde, mais je vous lis toujours, comme je lis votre ami Savonarole.
Grâce à vous, je lis ce qui a causé votre réaction et que je n'aurais sans doute jamais lu. Le mot "infamie" est approprié. Et votre citation hugolienne me paraît des plus opportunes.
Je répondrai à cette infamie par un silence méprisant.
Echappons-nous de ces miasmes et de cette boue-là.
Je suis certain que vous n'aviez pas imaginé un seul instant, en me faisant ce don généreux, que trois ou quatre personnes auraient eu des commentaires plus désolants les uns que les autres. Mon imagination ne pouvait pas aller aussi loin ou aussi... bas.

Je lis ces Mémoires avec grand plaisir et avec l'intérêt le plus vif. Je ne savais pas et je sais maintenant, pour ne citer qu'un fait entre mille, que Jacques Vergès, après l'avoir défendue, avait épousé une poseuse de bombes du FLN ! Belle mentalité d'un confrère célèbre !
Riche lecture et je me pourlèche les babines devant ce qui s'annonce.
Grand merci, derechef.

Jean le Cauchois

@ Breizmabro à 10:10
"La Bretagne, la mienne, est capricieuse, baroque, versatile et rebelle, indépendante et récalcitrante, tenace et volage, fantaisiste parce qu'imprévisible..."

Et si vous relisiez votre Télégramme du 13 juin, titrant "Dinan - Hervé Berville, symbole du renouveau" ?
http://www.letelegramme.fr/cotesarmor/dinan-herve-berville-symbole-du-renouveau-13-06-2017-11552748.php

Importer un lettré Tutsi anglicisé pour le faire élire député par des indigènes illettrés, réduits à découper les poulets en faisant les quarts de nuit... c'est ça, les descendants de Bertrand du Guesclin ? Tonnerre de Brest, si le premier maître Le Guen, mon premier instructeur sur le Richelieu, savait ça... Honneur et Patrie, Dieu et mon Roi, Anne et son duché... Mais ils sont où, aujourd'hui, les Bretons, vos Bretons ?

fugace

@ Noblejoué | 09 septembre 2017 à 21:05

Evidemment le mieux est de s'y rendre pour constater de ses propres yeux ce qui s'y passe.
Et il y en a pour tous les goûts.

Exemple parmi d'autres.
http://www.tourismebretagne.com/sejourner/hebergements-insolites/village-de-yourtes

Extrait de :
http://www.tourismebretagne.com/sejourner/hebergements-insolites/(offset)/60

Mais pour les ignorants des lieux, attention danger !

https://www.youtube.com/watch?v=eGXPQvrOTj8

Breizmabro

@ calamity jane | 10 septembre 2017 à 09:54

Votre billet, toujours attentif, est arrivé "en même temps :(" que je répondais à Noblejoué qui est un fan de Kaamelott cette fantasia bretonne :D

Comme je me refuse à aller sur un traitement de texte pour répondre sur un blog, comment vous parler des homards bleu de Ouessant et/ou de Sein à nuls autres pareils ;) ou des araignées de mer cuites dans leur eau, plus savoureuses que les tourteaux des "plateaux de fruits de mer" à des pas de prix ; des Bretons et Bretonnes qui nous racontent les fables de l'Enkou, les pierres des jardins d'Ouessant qui sifflent quand le vent va devenir fort en mer, des trucs comme ça.

Nous on aime nos vieux et leur sagesse, pas besoin d'intellos bobos vidéos qui nous expliquent la vie qu'ils ne vivent pas. Ici nous obéissons au "droit des mers" et il n'y a aucun mur des cons pour le stigmatiser.

Eh oui la pollution ! Les algues vertes que les Bretons avaient signalées aux autorités dès les années 70 mais dont PERSONNE ne s'est préoccupé. Aujourd'hui nous allons vers les élevages (fantaisistes ?) excentriques, pour satisfaire les besoins de l'exportation.

Pôôôvres de nous. Des poulets en batteries shootés aux antibiotiques, plus destroy que des punks à chiens, aux déjections mortelles pour l'environnement, idem pour les porcs (sur clayettes ou pas), et aujourd'hui au s'cours il y aurait des oeufs contaminés ? ("dites-moi pas qu'c'est pas vrai" ?) Bientôt nous aurons une nouvelle version du plateau de mille vaches grâce à l'idée allemande de Merkel, sortie d'une propagande dont l'Allemagne détient un secret historique, sans doute pour nourrir les migrants que Mme Merkel a accueillis pour qu'ils puissent franchir plus facilement notre frontière et bénéficier chez nous des aides que l'Allemagne leur refuse.

STOP ! J'arrête. Je vais me faire cuire pour ce soir un p'tit bouquet de crevettes de derrière les fagots (d'algues évidemment ;) et, pour deux euros à l'achat, un petit maquereau ouvert en portefeuille, grillé, avec une petite pincée de beurre salé en fin de cuisson :D

Adéo calamity jane ;) et excusez ce p'tit coup de g**le énervé.

sbriglia

"A part faire la manche sur ce blog pour vous faire offrir un livre à 24€ c'est quoi votre fantaisie à vous ?" (Breizmabro)

Pourquoi, en lisant cette infamie, pensé-je à ce vers de Ruy Blas : "J'ai l'habit d'un laquais mais vous en avez l'âme !"

Breizmabro

@ Noblejoué | 09 septembre 2017 à 21:05

Vous, vous aimez trop Kaamelott pour être sérieux ;) et c'est tant mieux :D

La Bretagne, la mienne, est capricieuse, baroque, versatile et rebelle, indépendante et récalcitrante, tenace et volage, fantaisiste parce qu'imprévisible comme les mers qui se rejoignent au bout de la terre.

calamity jane

Un billet préparatoire, un billet additif et un entretien pour nous expliquer R. Camus ?
Enfin, sa solitude est rompue...
Je le cite : "La nature comme retrait possible"... de "l'industrie de l'hébétude"... ?!

C'est Achille qui doit jubiler car les Maristes avaient omis de le faire réfléchir sur l'exégèse de la phrase "si on te gifle la joue droite..."

calamity jane

Breizmabro bonjour !

Parlez-nous donc de la Bretagne, ses homards, ses calvaires, ses forêts de Brocéliande, ses ports, ses marins...
Mais parlez-nous de la Bretagne intérieure, sa pollution, ses élevages industriels ! Et expliquez-nous donc comment les Bretons sans le large ne font que des bêtises...
Pour aider Noblejoué ! :-)

Wil

@ Catherine JACOB
"« Tant qu’il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu » a-t-il été débattu avec Michel Onfray à partir de cette phrase extraite de l’ouvrage de Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie. La cabane dans les bois et la vie sauvage, deux échappatoires aux contraintes sociales selon Le Recours aux forêts (Onfray 2009).
C’est juste. Mais quand j’ai dit à mon fils que je voulais acheter ou faire construire une cabane dans les bois, il ne m’a pas prise au sérieux. Pourtant…"

Vous devriez être fière, votre gamin n'est pas c*n.
Il a tout suite compris que c'était ridicule. Et peut-être qu'il n'a même pas eu besoin de savoir pourquoi vous aviez cette idée saugrenue.
En fait, vous voulez être seule mais pas trop non plus ce qui veut dire que vous ne voulez pas être seule du tout.
C'est exactement ce que je dis dans le premier commentaire de ce fil, quand la solitude est une fierté, c'est un snobisme.

J'aime bien Onfray, je l'ai dit ici, mais comme tout le monde parfois il dit de sacrées bêtises et j'avais dit "il est plein de lui-même" qui est un euphémisme.
Comme quoi je n'arrive pas à dire tellement je l'aime bien que c'est parfois un conn... prétentieux. Ah ben ça y est je l'ai dit, presqu'autant que moi. Mais moi je ne dis pas tous les six mois qu'on ne me reverra plus sur les plateaux TV pour y revenir trois mois plus tard et faire en même temps ma chaîne Internet parce que je pense que ma réflexion est indispensable à la perpétuation de l'espèce humaine.
Moi qui suis moins snob ou moins ambitieux, sûrement pas moins talentueux que Onfray (hahaha !), je viens sur le blog de M. Bilger dire mes bêtises et après je m'en veux et je dis que je ne reviendrai plus et puis je reviens...encore (je sais Mme Bilger, je sais, je compatis. Hahaha !).

Comme je l'ai dit à Achille, chacun fait avec ce qu'il a.
Au fond, je suis une sorte de Onfray du pauvre.
Je t'en f**trais des cabanes au fond des bois pour "goûter" à la solitude !... Cinq jours plus tard, ils demandent des WC et du PQ, une semaine de plus et c'est un iPhone pour dire à leurs enfants que tout va bien. Pfff.
Ces gens ne savent rien de la solitude.

Noblejoué

@ Breizmabro

J'ai moi aussi l'impression que la Bretagne est fantaisie, mais c'est vous qui la connaissez.
Oh, j'aimerais que vous parliez de la fantaisie de la Bretagne, de Brocéliande !

Noblejoué

Pierre Bergé est mort en voyant le mariage homosexuel mais pas le vaccin contre le sida. Malgré quelques polémiques dommageables, hommage pour ce qu'il a fait pour l'avancement des deux.

@ Patrice Charoulet
"D'ailleurs, ignorant dans mille domaines, et conscient de mes ignorances infinies, quand je vois une erreur de langue dans la prose d'un commentateur, je l'enjambe, même si je n'en pense pas moins"

Moi aussi, j'ai conscience de mes ignorances, mais se renseigner est dangereux, à l'école ou ailleurs. Qui ne sait rien, du moins sur un domaine, peut être moqué, qui sait un tant soit peu, suspecté. Alors, le questionneur, voyant que l'autre se met ainsi dans la position du rival, n'a plus de respect pour l'autre, que ce soit ses parents ou autre. Ca se voit partout, tout le temps... Est-ce pour éviter la rivalité que les supérieurs suscitent à leurs inférieurs et non l'inverse, quoi que dise Freud, qu'on décourage les questions ?
Quoi qu'il en soit, dans beaucoup de récits, on voit qu'il ne faut pas appréhender un aspect du réel, par exemple, Psyché ne doit pas voir Eros, il ne faut pas manger le fruit de la connaissance... Je ne vais pas faire un inventaire.

Mais exception ! Perceval est fautif car il n'a pas posé de question sur le Graal...
Pourquoi dans CE cas ?

Puisque la littérature française commence paraît-il avec tout ça, est-ce que cela a pu lui donner une orientation de questions au monde, enfin, ce qui m'y fait penser est que notre pays est paraît-il le seul où il est des gens, voyons, je crois par exemple Benjamin Constant et Madame de Staël, qui sont aussi bien philosophes que romanciers ?

Existe-il un lien entre Perceval par lui fait, qui a pris les armes d'un chevalier car un mauvais plaisant le lui a dit au nom d'un roi anéanti par un affront et donc hors d'état de l'armer chevalier, une exception, et cette exception d'avoir à poser des questions quand d'habitude, la faute n'est pas de s'abstenir mais de poser des questions ?

Existe-t-il d'autres héros coupables de ne pas poser de questions ?

PS : Vous n'avez pas à être fantaisiste par obligation ! Soyez vous-même. Dans des soirées, certains peuvent être mal vus car habillés trop fantaisie et d'autres parce qu'ils sont trop stricts. Vous avez bien le droit d'être en smoking.

Wil

@Achille
"Entre nous, à deux heures du matin, vous pourriez déjà essayer d’aller dormir. C’est très mauvais de rester devant un écran ou de regarder la télé à des heures aussi indues. 😀"

Vu que je me lève à une heure de l'après-midi je ne vais pas aller me coucher à deux heures du matin. Je suis feignant mais quand même !
Je ne vais pas passer ma vie à dormir... je n'aurais plus assez de temps pour boire. Hahaha !

Tipaza

@ Lucile | 09 septembre 2017 à 15:24

J'avais fait un peu d'humour sur le "connais-toi toi même", vous avez surenchéri avec encore plus d'humour. Parfait !

Noblejoué

@ isa
"Les intellectuels sincères (donc ceux qui ne se livrent pas à un simple bavardage pour satisfaire leur ego) sont des gens qui aiment, sinon ils ne parleraient pas pour changer le monde"

Ils aiment le monde. Le public ? Peut-être. Votre phrase me réconforte, merci.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS