« Le président Macron, un kamikaze médiatique ? | Accueil | Saynètes de la vie médiatique »

25 septembre 2017

Commentaires

Tomas

@ Robert Marchenoir

Il est un peu louche votre article, ça sent la fake news made in alt-right à plein nez : je doute fort que 50 000 Tamouls aient été transférés vers la RDA, puis de là vers la RFA en 1986 sans qu'on s'en soit rendu compte à l'époque (visiblement ils ont commencé à arriver avant, puisque deux temps furent créés à Hamm, en Rhénanie du Nord Westphalie, donc en RFA, dès 1984), pour commencer ; mais surtout, je suis surpris que le nom de Wolfgang Schäuble soit orthographié "Scheüble" dans l'article, deux fois de surcroît. M. Schäuble ayant en Allemagne la notoriété de M. Juppé en France, cette erreur paraît pour le moins surprenante, surtout si ce sont des Suisses qui ont écrit l'article, l'allemand étant aussi obligatoire dans les cantons francophones. Que penseriez-vous d'un article orthographiant "Juppait" le nom du meilleur d'entre nous ?

Votre article que je suppose avoir été écrit par un conducteur de 4x4 de l'Alabama reprend des informations qu'on trouve tout de suite sur Wikipédia, y rajoute des éléments invérifiables (les deux voitures, la négation des voyages à l'Ouest), tout ceci pour essayer de faire croire aux pékins complotistes de votre genre que Mme Merkel est derrière sa respectable façade chrétienne-démocrate une dévouée servante de la décroissance verte et du grand métissage international. C'est simple, on dirait presque du Sapir !

fugace

@ Patrice Charoulet | 28 septembre 2017 à 07:48

https://www.youtube.com/watch?v=YcuE54E9coI

Je n'ai pas résisté.

@ Jean le Cauchois | 28 septembre 2017 à 18:44

D'autant que l'on m'a raconté qu'à cette époque, ces lieux regorgeaient de traditions, dont certaines à couper le souffle.

fugace

@ Giuseppe | 26 septembre 2017 à 13:51
"Je sors épuisé parfois de vous lire, mais vous êtes l'énergie jusqu'au bout de la nuit, donc excusable."

Idem !
Alors je fais des poses, comme par exemple :

https://www.youtube.com/watch?v=yTzyJ7kDLL4

Elusen

@ Tipaza | 29 septembre 2017 à 15:55

Cela n’a rien à voir avec de la chimie !
Les photographies d’aujourd’hui sont tout simplement retouchées, car elles sont en numérique.

On peut faire la même chose en deux temps trois mouvements avec des documents numérisés, il y a des logiciels de dessins qui le permettent, cela permet de récupérer ou de mettre à neuf un document PDF mal numérisé.

Pour atténuer les rides, c’est la fonction retouche d’image (recoloriage).
Vous avez des logiciels 100% gratuits, sans espion, programmé par la communauté qui le font.
- Le plus simple et le plus petit : Paint.net - https://www.getpaint.net

- le plus complet, égal aux logiciels professionnels : Gimp -
https://www.gimp.org/downloads/

Cela ne change rien au fait que la photo que vous décriez est bel et bien de 2014 et non d’il y a vingt ans.

Noblejoué

"Ce serait bien si on avait droit aux comparaisons les plus bêtes et les plus insultantes, en plaçant par exemple le nazisme au sein d'une France qui heureusement en est radicalement éloignée."

Bof, les gens jouent au jeu de la sidération ! Soit ils essaient de faire peur en traitant les autres de nazis-fascistes-communistes-comploteurs-pervers narcissiques - soient ils aiment se faire peur. Et comment fait-on peur ? Avec de l'esbroufe.

On fait aussi passer ses dégoûts pour un critère, le drogué dégoûte, on l'enferme. Demain les gros ?
Non, franchement, on a des crimes sans victime comme dans le cas du suicide ou du blasphème, on voit le niveau.

Donc, on s'en prend à des gens qui n'ont rien fait de mal.

Par contre, aux populaires, bien des gens voudraient conférer le droit de jouir de l'impunité, voir l'affaire Polanski.

L'injustice des gens : ils condamnent certains innocents, militent pour l'impunité de certains coupables !
Mais comme ils sont très nombreux, ils ne se verront pas comme ils sont, arbitraires, faisant peut-être la loi, mais pas la Justice.

La punition n'est ni un bien ni un mal, mais un outil : celui qui s'en prend aux autres doit être puni, celui qui ne le fait pas, non.
Et là-dedans, la prison est une punition parmi d'autres.

C'est tout.

Tipaza

@ Robert Marchenoir | 29 septembre 2017 à 14:04
« Quelle est l'interprétation que vous faites de l'écologisme et de l'immigrationisme d'Angela Merkel ? »

Aucune, je suis contre, un point c’est tout.
Dans certaines situations il ne faut pas réfléchir, l’instinct fait le travail.

@ Elusen | 28 septembre 2017 à 22:46
« Si vous ne comprenez pas l’allemand, il convient d’éviter d’affirmer ce qui serait écrit. »(*)

Quand il s’agit de langue étrangère, je saute les lettres et je ne lis que les chiffres.
Pour le reste le fait qu'Angela Merkel soit plus jeune que Brigitte Macron relève de l’exception française, à moins que pour une fois la chimie française soit supérieure à la chimie allemande dans le domaine des cosmétiques.
Encore un fleuron de notre industrie qui sera transféré vers l’Allemagne rapidement.

(*) Dites Elusen, j’ai l’impression que vous écrivez en allemand et Google Traduction fait le transfert en français. J’ai juste ?

Robert Marchenoir

@ Robert | 26 septembre 2017 à 19:21
http://russeurope.hypotheses.org/6303

Merci de cette excellente nouvelle. Quelqu'un s'est enfin avisé que le faux chercheur et vrai agent de désinformation russe Jacques Sapir abusait de la crédibilité du public.

Diffuser de fausses informations destinées à promouvoir les intérêts d'une puissance étrangère hostile n'a, en effet, pas sa place sur un site du CNRS et de l'Ecole des hautes études en sciences sociales, qui mettent une plate-forme de publication à la disposition des scientifiques, sur la base des principes scientifiques, au premier rang desquels figure le respect de la vérité.

Cela faisait trop longtemps que Jacques Sapir exploitait le vernis de légitimité scientifique que lui donnait la plate-forme Hypothèses pour accomplir une oeuvre de propagandiste.

Dieu sait que le CNRS et l'EHESS sont des bastions de gauche, et qu'il leur arrive de prendre des libertés avec la vérité dans le but de promouvoir leur idéologie. Mais même pour le conseil d'administration d'Open Edition, la retape ouverte et servile de Sapir en faveur de la propagande du jour du Kremlin allait trop loin : la clôture de son blog a été décidée à l'unanimité.

Bien entendu, il ne s'agit pas de "censure". Il n'y a pas de droit à publier un blog pornographique sur une plate-forme éditoriale mise à disposition par un couvent de bonnes soeurs. Jacques Sapir a des dizaines de plates-formes de blog gratuites à sa disposition, qui se feront un plaisir d'accueillir sa prose poutiniste pour pas un rond.

Il peut d'ailleurs aussi enlever les oursins qui sont au fond de sa poche, et en retirer les 9 euros annuels qui lui donneront droit à son propre nom de domaine, sur lequel il pourra publier ce que bon lui semble. Je suis sûr, d'ailleurs, que son officier traitant du Kremlin se fera un plaisir de lui rembourser cette somme mirifique, s'il le demande gentiment.

Ce n'est pas comme si Sapir avait honte d'accepter l'argent de Moscou, ainsi que le prouve son "émission" sur la radio Internet de désinformation et de subversion Sputnik "France".

Quand je qualifie Sapir d'agent de désinformation russe, ce ne sont donc pas des paroles en l'air. Il y a même une façon plus précise de le dire : Sapir est un espion russe. Il se livre à des opérations d'espionnage rémunérées au profit de la Russie.

Une grande partie des espions travaillant jadis pour les services secrets de l'URSS, et aujourd'hui pour ceux de la Russie, ne sont pas chargés de voler des informations : ils sont chargés d'en diffuser au sein du pays attaqué. Informations fausses, naturellement, de nature à induire en erreur, ou présentant la réalité sous un jour déformé, dans le but de servir les intérêts russes au détriment de ceux de la nation cible. C'est une branche entière de l'activité d'espionnage russe, que Moscou qualifie de "mesures actives".

Sapir a une émission régulière sur Sputnik, Sputnik est une arme de la guerre informationnelle que Moscou mène contre la France, Sapir est donc un espion russe. L'examen du contenu éditorial de son blog désormais clos (mais accessible), l'écoute de son émission et l'observation du contenu de Sputnik ne laissent d'ailleurs aucun doute à ce sujet. On voit mal ce que le robinet de désinformation de Sapir faisait sur une plate-forme de publication scientifique financée par le contribuable.

Robert Marchenoir

@ Patrice Charoulet | 28 septembre 2017 à 07:48
"Une belle journée commence pour moi. Je pense que je ne vais tuer personne."

Voilà qui ferait un très bon début de roman. (Il me semble que quelqu'un a consacré un livre au sujet.)

@ Tipaza | 27 septembre 2017 à 19:47

Je suis curieux : quelle est l'interprétation que vous faites de l'écologisme et de l'immigrationisme d'Angela Merkel ?

"Quoi que vous puissiez en penser, je la considère bien plus dangereuse que Poutine."

Je ne crois pas avoir jamais dit quelque chose de ce genre. D'ailleurs, je n'aime pas ce genre de fausse alternative : Merkel ou Poutine, la Russie ou l'islam... C'est du whataboutisme, l'un des trucs les plus éculés de la propagande russe, qui a l'air pourtant de rentrer comme dans du beurre.

-- Préférez-vous recevoir cinquante coups de bâton ou cinquante coups de fouet ?
-- Ben... je préférerais pas avoir à choisir, si c'était possible.

-- Le problème, c'est pas x, c'est y.
-- Ben... des problèmes, il y en a 2 657, du moins était-ce le cas la dernière fois que j'ai compté. Et encore, j'ai peut-être oublié un virgule trois.

-- Monsieur l'avocat, votre client a coupé sa femme en petits morceaux, par conséquent je vais être obligé de sévir.
-- Monsieur le juge, je me suis laissé dire que vous avez cassé la vaisselle hier soir, et que votre chien fait caca au milieu de la rue. Par conséquent, hein, camembert.

Noblejoué

Pour les drogues, trois choses : le produit, l'usage et la personne. Tout produit n'a pas les mêmes effets, lesquels dépendent de l'usage et du terrain.

Faut-il défendre vin et bière vu que certains n'en supportent pas un verre ou vident trop de pichets ?

Vu l'énormité des dégâts éventuels, ce serait plutôt la religion qu'il faudrait proscrire !

Et lesquelles sont les plus éventuellement nocives ? Les monothéistes, et là-dedans, actuellement, l'islam. Comme, et je le comprends, on respecte la liberté et la culture des gens dans le cas religieux, je ne vois pas pourquoi on ne le fait pas dans le cas de substance...

Oh si, je vois ! La religion est présumée plus respectable. Ah ! Cette manière de penser prouve que nous ne sommes pas laïques au fond de nous. Que des gens soient anti telle ou telle religion, ou chose assez désuète aujourd'hui, anticléricaux, n'y change rien.

On dira qu'on peut déraciner la drogue et non la religion, et qu'il faut donc s'attaquer à ce qui est faible en dehors de toute idée de justice... Mais c'est faux. La Chine a su se débarrasser du chritianisme puis de l'opium. La question est : à quel prix ? Un autre pays asiatique tue les dealers, mais je dis qu'à moins de décapiter les drogués, on n'égalera pas "l'exploit" de l'empire du Milieu.

Est-ce que c'est ce que nous voulons ?

Le problème : nous nous focalisons sur le produit. En fait, en interdisant ceci ou cela, nous le rendons attirant.

Il faut changer l'usage. Si on prend de manière civilisé une drogue récréative considérée pourtant par les addictologues comme dure, l'alcool, mettons, en sachant siroter ce qui est le plus fort et marier avec les plats vin, bière et autre poiré (ah non, pas ça quand même, le cidre, oui) le breuvage devient beaucoup plus contrôlable.

Mâcher de la coca dans les Andes, à une extrémité, et sniffer de la cocaïne sans même savoir vraiment comment, sont deux extrêmes. Boire en civilisé à un extrême, et se mettre de l'alcool dans l'oeil, sont aussi deux extrêmes.

Drogués et autorités ont souvent le même défaut, ne pas voir que telle drogue a telle origine, s'enracine dans tels usages qui font sens et offrent certaines garanties de sécurité.
Pas parfait ? Evidemment, quand on prend sa voiture non plus. La drogue offre un voyage intérieur, à la société de bien en faire comprendre la dangerosité et d'en civiliser les usages.
Oh, elle peut prohiber ! Pour la bonne conscience, c'est bien... Pour les principes et les résultats, peut-être moins. Mais est-ce que ça compte ?

Des gens sont en prison pour être des consommateurs, d'autres des commerçants. Etranges délits ! Mais si la loi va trop loin, prohibe hors des clous, en revanche, l'application de la loi ne va pas assez loin, les moyens, et parfois la conviction dans le cas des drogues douces, font que bien des délits, y compris délits incontestés comme des vols, ne sont pas sanctionnés, laissant la société dans un non-droit partiel.

Eh oui, à trop étirer la zone du droit, on le fragilise, à verser des moyens dans la répression des drogues, on ne les met pas dans la prévention ou dans la chasse à d'autres délits.

C'est comme la défense des victimes par lois mémorielles ou interdictions de propos hostiles à diverses catégories. A vouloir obliger les gens à s'exprimer en anges, on leur fait apprécier leurs côtés les moins reluisants, car manifestation de la liberté d'expression.
Pousser le principe de protection trop loin va contre la liberté et se révèle contre-productif.

Jusqu'à quelles nouvelles ruptures ?

Aliocha

Notre doux prélat de l'impunité vous l'a demandé, calamité, on attend votre analyse de la culture russe en son entier avec, s'il vous plaît, une exégèse de la soif de crucifiement qui vit dans un être qui n’a pas foi dans la croix.

Elusen

@ Wil | 28 septembre 2017 à 03:41
« Le joint conduit à la drogue dure, tout le monde le sait... surtout les drogués qui vous diront l'inverse évidemment. »

Comme les joints s’achètent dans une droguerie, il est évident que vos propos sont minables !
D’ailleurs d’où peut-il tirer de telles affirmations, il a une source médicale, statistique ? non, rien.

« Du vin ou de la bière ! droguez-vous français ! »

Ainsi tout est dit, c’était des propos de comptoir, d’alcoolique !

@ Wil | 27 septembre 2017 à 20:56
« L'autre soir j'ai fait ma tirade sur la honte que m'inspire mon propre peuple et que si j'en avais les moyens je quitterais ce pays, que voulez-vous que je vous dise de plus ? »

Mais qui vous dit qu’un autre peuple voudrait de vous ?!
Ils ne sont pas tous prêts à recycler les déchets des autres !

@ Tipaza | 27 septembre 2017 à 16:11
« Le lien du site du gouvernement fédéral que vous donnez indique que la photo date de 2005, soit 12 ans de temps d’horloge, donc. »

Faux !
Si vous ne comprenez pas l’allemand, il convient d’éviter d’affirmer ce qui serait écrit.
Pour vous je traduis sommairement :
Angela Merkel est chancelière depuis 2005. Apprenez-en davantage sur sa carrière personnelle et politique.

Nulle part il n'est écrit que c'est une photographie de 2005.
https://www.bundeskanzlerin.de/Webs/BKin/DE/AngelaMerkel/Portrait/portrait_node.html

La photographie non recadrée date de juillet 2014.
https://archiv.bundesregierung.de/Content/DE/Artikel/2014/07/2014-07-13-sommerinterview-merkel-zdf.html;jsessionid=3765CF4C5945E2B7D917106499114016.s1t1?nn=393902

Noblejoué

@ calamity jane | 28 septembre 2017 à 08:01

Je crois deviner que vous connaissez la culture russe. Et que dire que tout est vanité n'a pas entamé votre moral ! Je ne pourrais jamais sortir ça sans flinguer le mien.

Jean le Cauchois

@ Savonarole à 14:10
"Encore un mot et je vous parle de vos exploits en Algérie française"

J'attends votre récit sur ce sujet, pour mieux vous connaître.

breizmabro

@ Savonarole 28 septembre 2017 à 14:10
"Bon, ça va les gars, ça suffit avec votre Charoulet" ("Les gars, les filles alors ?" ;))

En même temps le Chacha c'est notre troll à nous Savo, c'est notre pleurnicheur en chef, notre sangloteur du "je ne sais pas changer un joint, je n'y connais rien en informatique, je ne peux pas m'offrir un livre avec mes maigres ressources de professeur"... Snif, Snif.

Ya le droit à la cour de récré ? ou pas :(

Vous aussi vous distribuez les bons points ? :D

vamonos

Le lien fourni par Robert Marchenoir est fort instructif. La carrière de Mme Merkel est retracée dans les grandes lignes.

Le tsunami de 2011 qui a frappé le Japon, suivi de la catastrophe de Fukushima, a fait l'objet dans les media allemands d'une manipulation des chiffres, des faits, des tenants et des aboutissants. Le tsunami a fait officiellement 25 000 morts et la fusion du réacteur a directement provoqué deux victimes. Après passage dans la lessiveuse des media, Fukushima aurait fait des milliers de victimes.

En conséquence, le Bundestag a voté à l'unanimité pour la fermeture de toutes les centrales allemandes.

Le surnom dont j'aime bien affubler Mme Merkel ne passe pas la censure de Mme Bilger. Cela ne fait rien, j'en ai un autre en patois alsacien : Dodekopf mit bigoudi.

Savonarole

Bon, ça va les gars, ça suffit avec votre Charoulet, on aurait préféré vous entendre avec les multiples trolls qui ont voulu infecter ce blog depuis des anneés .

Encore un mot et je vous parle de vos exploits en Algérie française...


Jean le Cauchois

@ Patrice Charoulet à 07:48
"Une belle journée commence pour moi. Je pense que je ne vais tuer personne."

Vous vous connaissez mal, cher professeur : encore une journée que vous allez passer à tuer le temps.

calamity jane

@Noblejoué

Intéressante réflexion "citer des textes n'est pas les avoir assimilés"...
Citer Dostoïevski sans connaître sa langue (cad en traduction) ni le contextualiser dans le temps est pour le moins approximatif.
Et tenter d'en faire une rosette pour sa boutonnière (croire que d'autres ne le connaissent pas) répond à votre réflexion.

De nombreux autres auteurs russes (toujours en traduction) se sont exprimés depuis Dostoïevski et je ne me souviens pas d'avoir lu une quelconque exégèse (par celui qui se répand en citations) permettant une compréhension de l'immense culture russe partant du premier pour aller aux nombreux autres.

Alors, voyez-vous, prendre les prétentions des uns pour ce qu'elles sont : "vanitas, vanitatum et omnia vanitas".

Patrice Charoulet

On m'a incité, pour m'égayer ou pour mieux penser, à fumer des joints.
J'ai répondu.
Maintenant, à trois heures du mat, pendant ou après une soirée bien arrosée, on m'incite à passer du shit à la dive bouteille.
Qu'est-ce qu'on s'amuse ! Encore un qui va se classer parmi les maîtres de l'humour et me débiner comme un rabat-joie.
Les avocats généraux, les avocats pénalistes, les fonctionnaires de police, les gendarmes et tous ceux qui comme moi hantent les prétoires savent la vérité : l'alcoolisme est de très loin le plus grand fléau français. Il n'y a pas que les morts (notre humoriste alcoolisé connaît-il les chiffres ?) des alcooliques qui se tuent en buvant (tant pis pour eux), il y a les malheurs, les délits, les crimes qui sont causés par cette sinistre habitude.
Les prisons (voir le sujet suivant) sont pleines d'alcooliques.
Ah ! qu'est-ce qu'on s'amuse !
Au camarade de trois heures du matin, allez, encore un dernier pour la route ?
Moi, après avoir bu de l'eau hier soir au dîner, j'ai fait une bonne nuit de huit heures. Et une belle journée commence pour moi. Je pense que je ne vais tuer personne.

Noblejoué

@ Aliocha | 28 septembre 2017 à 00:20

Les lecteurs sont grands, ils peuvent se reporter à la dispute et d'ailleurs à tous nos dialogues si ça les intéresse. Quant à l'argument du manque d'humour de l'autre, il est facile pour se dédouaner après avoir attaqué.

Et faire de moi un homme du ressentiment se comprend : vous avez un texte sous la main et l'antériorité des torts... J'imagine le délinquant se plaindre de la légitime défense.

Quoi qu'il en soit, vous déplacez le problème, Patrice Charoulet défendait votre pseudo attaqué, je montrais qui a commencé les hostilités. Vous l'avez d'ailleurs fait dans ce domaine comme dans tous les autres, par exemple la propagande, qui ne veut plus rien dire quand vous en parlez, vu que vous diabolisez le fait de défendre des idées quand on est loin de le faire avec votre malhonnêteté.
Attaquer puis reprocher à l'autre son ressentiment, merveilleux non ? L'autre est méchant, il ne tend pas l'autre joue quand j'attaque. Il faudra vous y faire : vous n'avez pas de droit à l'impunité.

L'un fait de vous l'homme du ressentiment quand on se défend, l'autre du complot quand on leur pose des questions et d'autres vous expulseraient pour obscurité.
J'aurai, en somme, plus d'indulgence envers la méfiance : il en faut dans notre monde. Que les passionnels s'obsèdent de ressentiment ou de pardon, je vise pour ma part l'indifférence. Evidemment, elle ne saurait être absolue en participant à une discussion. Mais aussi grande que possible, dehors, de l'écume, dedans, de l'immobilité.

Wil

@ Patrice Charoulet à 19:45
"Pourquoi diable fumerais-je un joint ?"

Non, non, non, vous avez absolument raison !
Ne vous laissez pas influencer par cette bande de drogués traîtres à leur patrie !
Le joint conduit à la drogue dure, tout le monde le sait... surtout les drogués qui vous diront l'inverse évidemment.
Non, non, si vous êtes un vrai Français, ne financez pas l'économie marocaine en fumant du shit ou pire, mais buvez du vin en grande quantité ou de la bière. Là vous êtes sûr que vous financez la France et pas des rastaqouères d'on ne sait où.
DU VIN OU DE LA BIERE ! DROGUEZ-VOUS FRANÇAIS !

Aliocha

Je suis sûr que nos hôtes et leurs lecteurs seraient passionnés par un copié-collé de ma controverse avec... Non, il n'a aucun humour, cessons les gaudrioles. Proposons plutôt un peu de marqueterie :

"You all did love him once, not without cause:
What cause withholds you then, to mourn for him?
O judgment ! thou art fled to brutish beasts,
And men have lost their reason."

https://www.poetryfoundation.org/poems/56968/speech-friends-romans-countrymen-lend-me-your-ears

Puis, après ce préambule, le vif du sujet, le héros du souterrain dostoïevskien, tentant désespérément de calmer la souffrance de son ressentiment :

"A mon avis ce document est l’œuvre de la maladie, l’œuvre du diable qui s’était emparé de cet homme. Ainsi un malade souffrant de douleurs violentes s’agite désespérément dans son lit cherchant une position qui, ne fût-ce que pour un instant, calmera sa douleur ou, si elle ne l’allège pas, la remplacera tout au moins par une autre, pour une minute au moins. Et alors, il n’est évidemment plus question de savoir si ce changement est beau ou raisonnable. Ce qui domine dans ce document, c’est le besoin formidable, sincère de châtiment, la recherche de la croix à porter, du châtiment public. Mais cette soif de crucifiement vit dans un être qui n’a pas foi dans la croix. « Et cela seul déjà représente une idée », comme s’exprima un jour Stepan Trofimovitch, à propos d’autre chose d’ailleurs.

D’autre part, il y a dans ce document quelque chose de violent, de provocant, un certain défi, bien qu’il ait été écrit dans un tout autre dessein. L’auteur déclare qu’il « n’a pas pu » ne pas écrire, qu’il a été « obligé », et cela est fort probable. Il aurait été heureux de pouvoir écarter de lui ce calice ; mais cela lui a été vraiment impossible, et alors il a encore profité de cette occasion pour donner cours à sa violence. Oui, le malade s’agite dans son lit et essaye de remplacer une souffrance par une autre. Et voilà qu’il lui semble que la lutte contre la société lui apportera un certain soulagement et il lui lance son défi. Le fait même d’avoir écrit ce document est un défi inattendu, un manque de respect envers la société. Il s’agit pour l’auteur de provoquer au plus vite un adversaire quelconque..."
https://fr.wikisource.org/wiki/La_Confession_de_Stavroguine

Enfin, la morale de l'histoire :

« Aujourd’hui comme dans le passé, avoir un bouc émissaire, c’est ne pas savoir qu’on l’a. » ("Je vois Satan tomber comme l'éclair")

CQFD

Jean le Cauchois

@ Patrice Charoulet à 19:45
"Pourquoi diable fumerais-je un joint ?"

Je ne sais quoi vous suggérer pour vous ouvrir d'autres horizons. Il y a quelque temps, j'avais envisagé pour vous un road-trip, avec vous au volant de la MX5 de Savonarole, Claude Luçon à vos côtés... ça n'a pas pu se faire. Là, vous avez l'occasion de faire une joint-aventure, avec votre très admiré Robert Marchenoir, une fusion "entre égaux", avec des commentaires rédigés en commun ; c'est très à la mode mais ce n'est pas une obligation. Peut-être qu'inconsciemment vous attendez l'occasion d'avoir un avenir à la Topaze ? J'imagine la richesse et surtout l'intérêt pour nous de vos commentaires sur cette nouvelle vie.

Noblejoué

@ Patrice Charoulet

Oyez ! J'ai retrouvé la première fois où Aliocha a sali mon pseudo en "noblejoujou" ailleurs, mais dois-je encore chercher ? Il a dit noblejouite en parlant de moi.
Toujours, quand je ne suis pas d'accord avec lui, il m'insulte... Et je n'aurais pas le droit de l'appeler comme il le mérite ?

"René Girard est pour tout le monde, la vexation travestit mes propos, noblejoujou, je vous avais dit de ne pas en lire que ce qui alimentait vos obsessions, qu'il pouvait même être dangereux de s'arrêter au milieu du gué, je vous conseille donc à nouveau, s'il vous reste une oreille et un œil pour me lire, de le lire, mais jusqu'au bout :

"La révélation prive les hommes du religieux, et c'est cette privation qui se manifeste autour de nous de plus en plus, dans l'illusion naïve d'en avoir fini avec lui."

Je vous laisse à vos manies, observant qu'elles ne vous laissent que le choix du toxique qui vous les rendent viables, à vos lubies de liberté qui ne témoignent que de votre enfermement en elles, et continuerait à défendre, malgré votre propagande et vos méthodes totalitaires, que le meilleur moyen d'être libre est de se déprendre de soi-même.
Décrire notre altercation et citer vos mensonges en est la meilleure démonstration, je vous en remercie.

Rédigé par : Aliocha | 27 août 2017 à 08:20"

Non, monsieur Charoulet, citer des textes ne veut pas dire qu'on les ait assimilés non plus que prendre généralement des airs doucereux n'empêche pas d'agresser le premier qui n'a pas l'heur de vous plaire. Le style ! Vous êtes ébloui par le style de Robert Marchenoir sans chercher le fond. Je ne dis pas être d'accord ou non avec lui, en l'occurrence, là n'est pas mon propos !
Je dis qu'un style qui vous charme - et comment les meilleurs auteurs ne seraient-ils pas particulièrement puissants sur qui a eu la mission de les transmettre ? - vous font oublier tout le reste.

Le style d'Aliocha n'est, quand il a le bon sens de ne pas rédiger, qu'une marqueterie de citations, et quand c'est le sien, parfois suavité écoeurante pour rallier, et parfois agression insultante sous prétexte qu'on n'a pas son opinion, que révélation de son intolérance et de sa morgue.

S'il plaît, c'est donc par déguisement, les auteurs classiques étant particulièrement puissants dans votre cas, narcotiques ou méthodes sectaires.
Trois techniques qui flattent tout ce qu'il y a de faible chez chacun.

Dans ces conditions, veuillez me dire en quoi ma façon de lui répondre ne serait pas pertinente ?

Lucile

@ Robert Marchenoir | 27 septembre 2017 à 16:38

Merci pour le lien.

Robert

@ Mektoub | 27 septembre 2017 à 19:42 et Tipaza | 27 septembre 2017 à 19:47

Le texte du discours fourni par Wil | 27 septembre 2017 à 17:51 éclaire particulièrement bien sur l'idéologie de Monsieur Macron, celle qui préside à l'abandon de toute souveraineté nationale au profit d'une pseudo-souveraineté européenne qui n'est autre que celle de l'Allemagne qui se refuse à y renoncer, tandis que la Grande-Bretagne n'a de cesse de la recouvrer.

Pour en revenir à la cession d'Alstom à Siemens, il est tout de même piquant de se rappeler que le marché des trains à grande vitesse en Chine a été perdu par Alstom au profit de Siemens, parce qu'Alstom n'a pas accédé aux demandes chinoises de transfert de technologie.
De ce fait, Siemens a transféré ses technologies à la Chine pour la réalisation des ses premières rames à grande vitesse. Et donc la Chine à présent, sur la base des technologies Siemens, peut exporter des trains à grande vitesse de sa conception à des prix largement inférieurs à ceux de Siemens !

Par la grâce de Monsieur Macron, qui avait cédé la partie rentable et lucrative d'Alstom à General Electric, Siemens se refait une santé en absorbant Alstom et ses technologies souvent meilleures. C'est ce que l'on peut appeler un échange équilibré !

Et donc l'on peut crier : "Merci Patron, Merci Macron" ! Le petit peuple sans intérêt de la France périphérique verra, peut-être avant le terme du premier mandat présidentiel de Monsieur Macron, ses emplois partir en Allemagne avec la bénédiction présidentielle...

Wil

@ k.verne

Je sais ce que vous avez voulu dire. Enfin je l'imagine, j'avoue que ce n'est pas très clair en fait. L'alcool sans doute, le mien. Mais comparer Chaplin à Macron, ça c'est intolérable !
Un génie et un panneau publicitaire ambulant ! Ah ça non !
Vous devriez avoir honte... ;-)
Mais je vous pardonne.
Ca ira pour cette fois. Circulez.;-)

@Mektoub

De toutes façons, on sait depuis le début que Macron n'est qu'un sous-fifre des industriels allemands, déjà puisqu'il n'y en a plus en France et autres milliardaires mondiaux, là par contre il y en a en France, comme quoi... et qu'il n'est là que pour que ce soit "business as usual". Que les affaires continuent comme si de rien n'était.
Il sera récompensé pour ses bons et loyaux services par une place au siège d'administration de je ne sais quelle multinationale plus tard.

Les Français n'ont que ce qu'ils méritent.
L'autre soir j'ai fait ma tirade sur la honte que m'inspire mon propre peuple et que si j'en avais les moyens je quitterais ce pays, que voulez-vous que je vous dise de plus ? Que je vais faire une révolution contre la bêtise française ?! Que je vais prendre les armes peut-être ?!
Pfff. Mais tous me dénonceraient dans les cinq minutes comme factieux, fasciste, nazi et tout ce que vous voulez pour aller le plus vite possible devant Hanouna, BFMTV et compagnie et reprendre une vie "normale" jusqu'au prochain attentat musulman où ils chialeront une fois de plus sur commande des chaînes d'infos leurs larmes de crocodile avec force bougies, peluches et autres slogans "VOUS N'AUREZ PAS MA HAINE" à la c.. !
Ils ne sont plus bons qu'à ça.
Vous imaginez le peuple français actuel faire 1789 ?! HAHAHA...
Des moutons, rien que des moutons. Ils finiront comme tous les autres, à l'abattoir.

Noblejoué

@ Patrice Charoulet et à celui qui propose de fumer un joint

Ne pourriez-vous admettre qu'on puisse être heureux avec ou sans joint ? Plus important, qu'heureux ou malheureux, chacun puisse faire ses choix ?

Essayons de nous mettre à la portée de n'importe qui... Pour défendre la diversité du monde et la liberté.

Même si tous les chats ont de nombreux points communs, ils sont tous différents, certains n'acceptent pas qu'on les prenne dans les bras, d'autres vont jusqu'à apprécier qu'on leur caresse le ventre.
A plus forte raison, il faut accepter les choix des humains et supposer qu'ils ont quelque idée de leur bien-être.

Tipaza

@ Patrice Charoulet | 27 septembre 2017 à 19:45

Toutes ces qualités chez un seul homme dépassent l’imagination la plus folle.

Patrice Charoulet est semblable à l’ange,
Qui hante la tempête et se rit de ceux qu’il dérange ;
Exilé sur le blog au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.
Mais pas de bloguer.

Pcc : Baudelaire, l’Albatros (c’est juste pour vous rappeler le bon temps où vous faisiez la loi dans la classe, grâce à la poésie)

Noblejoué

@ Patrice Charoulet
"Noblejoué est un intervenant comme un autre. Je lui reproche une seule chose : d'avoir tenté de souiller le pseudo d'Aliocha d'une terminaison scatologique. Ce ne sont pas des manières. J'espère qu'il regrette ce...
moment d'égarement. Je plains ceux qui trouvent ces conduites-là amusantes. Et si on vous faisait ça, vous trouveriez ça bien ?"

Aliocha avait commencé à souiller le mien. Me croyez-vous ou dois-je chercher des preuves ? Ce n'est pas tant que vous me vexeriez en me disant "non", vous me fatigueriez, simplement.

Et puis, après tout, vous pourriez bien le faire, vous qui intervenez en médiateur.
Ne faut-il pas se renseigner si on prétend arbitrer ?

Je traite les autres comme ils me traitent ou comme j'aimerais qu'on me traite. Si j'applaudis ou encourage ou interroge, ce n'est pas pour me faire bien voir. C'est sincère, je trouve ça juste. Si je prends des mesures de rétorsion, je sais que des gens n'ayant pas lu ou mal lu ce qui précède peuvent me croire dans mon tort quand je suis dans mon droit. Mais je ne vais pas faire profil bas, laisser des agressions impunies sous prétexte que l'autre est plus populaire que moi. Je traite tout le monde pareil : sincèrement, rendant le bien pour le bien, le mal pour le mal.
Si des distraits ne l'ont pas vu, tant pis. On est son premier spectateur.

J'assume le risque de paraître avoir tort et de choquer par scatologie. Mais qui m'a attaqué et commencé à souiller mon pseudo ne s'en tirera pas impunément à cause de bas calculs.

"Ne supportez rien de personne".
Citation peut-être approximative que vous reconnaîtrez. Je ne provoque pas, je ne fuis pas. J'espère que j'en aurais fait autant l'épée à la main.

Je l'ai assez dit, je suis pour qu'advienne l'éternelle jeunesse... Mais je n'ai jamais pour autant poussé à la lâcheté pour vivre davantage, et de même, sur le blog, je prends le risque de l'impopularité pour défendre mes idées et ma dignité.

"Fais ce que tu dois, advienne que pourra".

Il aurait été plus politique que je vous remercie d'avoir la bonté de dire que j'étais comme tout le monde.
Mais ai-je pris un pseudo pour être libre ou serf, sincère ou trameur de complot comme quelqu'un qui m'a bien plus blessé que les saletés d'Aliocha vu qu'on s'attend à mieux des meilleurs, l'a prétendu ?

La consolation des déconvenues, c'est qu'elles vous endurcissent à proportion du mépris pour ceux qui commettent l'injustice à son encontre.

Je ne manoeuvre pas, je ne pardonne pas, car l'un est trop bas, et l'autre me semble par trop absurde selon mon système de valeur. J'essaie de dire exactement ce que je pense et de traiter les gens comme ils le méritent sans aucune autre considération.

Tipaza

@ Robert Marchenoir | 27 septembre 2017 à 16:38

Merci pour ce lien très édifiant.

Je n’avais pas grande opinion de Merkel, et connaissant un peu les pays de l’Est du temps de l’URSS, je me doutais bien que les avantages qu’avaient eus cette femme avaient été payés de la façon classique, comme informatrice de la Stasi. C’est presque bénin, tout le monde l’a été peu ou prou à cette époque, il fallait survivre.

Mais ce que révèle cet article est autrement plus grave, et correspond bien mieux à certains de ses comportements surprenants, comme sa précipitation pour la fermeture des centrales nucléaires et surtout l’ouverture, que je comprends mieux, aux migrants.

Elle croquera tout cru notre Jupiter, comme les précédents, et cela a déjà commencé avec l’affaire Alstom-Siemens, et continuera avec l’industrie de la défense.

Quoi que vous puissiez en penser, je la considère bien plus dangereuse que Poutine, et d’une façon plus insidieuse.

De toutes façons, nous avons les dirigeants les plus naïfs de l’Europe et peut-être du monde.

La façon dont vient d’être résolu le feuilleton STX, entre les chantiers de Saint-Nazaire et Fincantieri, est une reddition en rase campagne, une lâcheté, ou mieux encore une farce que nos meilleurs auteurs comiques n’auraient jamais inventées.

Patrice Charoulet

Un commentateur ose me conseiller de fumer un joint... sur ce blog tenu par un ancien avocat général. On pourrait certes penser qu'il blague, mais l'éloge qu'il fait des prétendus effets bénéfiques de cette activité me porte à penser qu'il pratique ce qu'il recommande.
Voici ma réponse : je n'ai pas besoin de fumer de cette substance. Je ne fume pas de cigarettes, je ne bois pas d'alcool, je ne prends aucun antidépresseur, aucun somnifère, je n'ai jamais mal à la tête, je n'ai pas besoin de voyager pour me changer les idées ou changer d'air. Je suis très heureux comme ça et je ne souhaite échanger ma vie ni contre la sienne ni contre la vie de personne.
Pourquoi diable fumerais-je un joint ?

Une dernière chose : je respecte toutes les lois que je connais. Je ne tue pas, je ne vole pas, je ne viole pas. Je crois savoir que l'activité qu'il prône est illégale. Cela devrait lui suffire pour mieux se conduire dorénavant.
Moi, je l'exhorte à ne plus fumer de joints.

Mektoub

@ Wil

Le Monde.fr avec AFP | 27.09.2017 à 13h53 • Mis à jour le 27.09.2017 à 16h14

« Alstom et Siemens

Les deux entreprises ont annoncé un projet de fusion « entre égaux » de leurs activités ferroviaires dans le but de contrer le grand groupe chinois CRRC. Si cette notion est fréquemment avancée dans les fusions, elle n’existe cependant pas en droit et ne répond pas à des règles juridiques.
L’accord prévoit que Siemens devienne l’actionnaire principal, avec 50 % des parts à la suite d’une augmentation de capital réservée, qui va diluer d’autant les actuels actionnaires d’Alstom. Le groupe allemand pourra ensuite monter au-delà de 50 % du capital, et donc absorber Alstom, au bout de quatre ans. »

Et puis l’on peut supposer les dessous de table puisque l’ancien employeur de Macron réalisera la fusion-acquisition.
Le dernier fleuron de l’industrie française fera comme les autres fleurons (pschitt).
Tout cela valait bien un discours de Macron pour ne rien dire.

k.verne

@ Wil | 27 septembre 2017 à 17:51

Avez-vous remarqué qu'ils se ressemblent tous.

https://www.youtube.com/watch?v=0xCM_pJw-lE

Wil

Quand les technocrates se prennent pour des poètes.
Regardez ça comme c'est beau dans le genre de bavassage ampoulé et prétentieux pour ne rien dire et qui fait se dire à la fin : "Put**n, mais j'ai rien compris !"

"Sans doute alors, ne voyait-on pas assez que cette Europe rêvée grandissait à l’abri. A l’abri du reste du monde d’abord. Sa sécurité n’était pas son affaire : assurée par l’Amérique. Son économie connaissait déjà le chemin à suivre : rattraper l’Amérique. A l’abri des peuples aussi. Le projet européen, naissant, était la mission de quelques-uns, recousant les fils d’un continent déchiré en surmontant les passions populaires.
L’enjeu vital est toujours là. Mais les digues derrières lesquelles l’Europe pouvait s’épanouir ont disparu. La voici aujourd'hui plus fragile, exposée aux bourrasques de la mondialisation telle qu’elle va, et même ce qui sans doute est pire, à des idées qui se présentent comme des solutions préférables.
Ces idées ont un nom : nationalisme, identitarisme, protectionnisme, souverainisme de repli. Ces idées qui, tant de fois, ont allumé les brasiers où l’Europe aurait pu périr, les revoici sous des habits neufs encore ces derniers jours. Elles se disent légitimes parce qu’elles exploitent avec cynisme la peur des peuples. Trop longtemps, nous avons ignoré leur puissance. Trop longtemps, nous avons cru avec certitude que le passé ne reviendrait pas, nous avons pensé que la leçon était retenue, nous avons pensé que nous pouvions nous installer dans la langueur, l’habitude, abandonner un peu de cette ambition, de cet espoir que l’Europe devait porter puisqu’elle devenait comme une évidence dont nous aurions perdu le fil.
Mais les passions tristes de l’Europe sont bien là, qui se rappellent à nous, et elles fascinent. Elles savent faire oublier la cohorte de malheurs qui, dans l’Histoire, les a toujours suivies. Elles rassurent, et j’ose le dire, elles peuvent demain l’emporter, non parce que les peuples sont crédules ! Non parce que l’idée européenne est morte ! Mais parce que nous avons, par inconscience, faiblesse ou aveuglement, créé les conditions de leur victoire. Parce que nous avons oublié de vouloir le fil de cette ambition ! Parce que nous avons oublié de défendre l’Europe ! Parce que nous avons oublié de proposer pour l’Europe ! Parce que nous avons laissé s’installer le doute.
Que disent-ils à nos peuples ? Que, eux, ont la solution. Que, eux, protègeront. Mais face à quels défis ? Tous les défis qui nous attendent - du réchauffement climatique, à la transition numérique, en passant par les migrations, le terrorisme, tout cela, ce sont des défis mondiaux face auxquels une nation qui se rétrécit sur elle-même ne peut faire qu’à peu près et peu de chose.
Ils mentent aux peuples, mais nous avons laissé faire cela, parce que nous avons voulu installer l’idée que l’Europe était devenue une bureaucratie impuissante. Nous avons, partout en Europe, expliqué que quand la contrainte était là, elle était européenne ! Que quand l’impuissance était à la porte, ce n’était pas nous mais Bruxelles ! Oubliant, ce faisant, que Bruxelles, c’est nous, toujours, à chaque instant ! Nous n’avons plus proposé, nous n’avons plus voulu. Je ne laisserai rien, rien à toutes celles et ceux qui promettent la haine, la division ou le repli national. Je ne leur laisserai aucune proposition. C’est à l’Europe de les faire, c'est à nous de les porter, aujourd’hui et maintenant.
Parce que oui, nous ne pouvons pas nous permettre de garder les mêmes habitudes, les mêmes politiques, le même vocabulaire, les mêmes budgets. Nous ne pouvons pas davantage choisir la voie du repli national, qui serait un naufrage collectif. Nous ne devons pas nous laisser intimider par l’illusion du repli ! Et c’est en refusant ce mensonge que nous serons à la hauteur de notre époque, de son urgence, de sa gravité.
La seule voie qui assure notre avenir, celle dont je veux vous parler aujourd'hui, c’est à nous, à vous de la tracer. C’est la refondation d’une Europe souveraine, unie et démocratique. Ayons ensemble l’audace de frayer ce chemin. Comme je l’ai assumé à chaque instant devant les Français, je le dis aujourd'hui avec une conviction intacte : l’Europe que nous connaissons est trop faible, trop lente, trop inefficace, mais l’Europe seule peut nous donner une capacité d’action dans le monde, face aux grands défis contemporains.
L’Europe seule peut, en un mot, assurer une souveraineté réelle, c'est-à-dire notre capacité à exister dans le monde actuel pour y défendre nos valeurs et nos intérêts. Il y a une souveraineté européenne à construire, et il y a la nécessité de la construire. Pourquoi ? Parce que ce qui constitue, ce qui forge notre identité profonde, cet équilibre de valeur, ce rapport à la liberté, aux Droits de l’Homme, à la justice est inédit sur la Planète. Cet attachement à une économie de marché, mais à la justice sociale l’est tout autant. Ce que l’Europe représente, nous ne pouvons pas le confier aveuglement, ni de l’autre côté de l’Atlantique, ni aux confins de l’Asie. C’est à nous de le défendre et de le construire dans cette mondialisation."

Pas compliqué de savoir de qui est ce discours.

Jean le Cauchois

@ Patrice Charoulet à 07:45
"Je ne sais pas changer un joint"

Apprenez plutôt à en fumer un de temps en temps, ça vous fera sortir de la grisaille dans laquelle vous semblez vous complaire... et vous pourrez nous afficher une autre vision de vos contemporains et des autres commentateurs de ce blog.

Robert Marchenoir

Article très instructif sur Angela Merkel (en anglais) :

http://takimag.com/article/merkels_great_transformation/print

Curieusement, les auteurs, qui se disent suisses, tiennent à conserver leur anonymat, ce qui n'est pas l'habitude sur ce site. Il n'y a pourtant rien de scandaleux dans leurs écrits.

Attention, adresse fortement déconseillée aux gauchistes et autres politiquement corrects. Munissez-vous de vos sels, de votre masque à gaz, enfin toute la panoplie : je décline toute responsabilité en cas de choc prophylactique.

@ Claude Luçon | 27 septembre 2017 à 03:35
"N'ayant jamais mis les pieds en Union Soviétique ni en Russie, pouvez-vous me dire combien d'années vous y avez passé ?"

Pas une seule journée, pourquoi ?

Tipaza

@ Elusen | 27 septembre 2017 à 10:09

Le lien du site du gouvernement fédéral que vous donnez indique que la photo date de 2005, soit 12 ans de temps d’horloge, donc.

Si on tient compte du fait que les années comptent double pour une femme de cet âge, ce qui se vérifie en regardant les photos actuelles, cela fait bien 24 ans de temps biologique comme je l’avais indiqué.

Claude Luçon


@ semtob | 25 septembre 2017 à 20:38
"D'où vient ce calcul étrange lorsque l'espérance de vie d'un homme est d'environ l'âge de la non lecture de Tintin censurée pour les octogénaires alors que les femmes vivent plus longtemps ?"

Peut-être que les calculs tiennent compte de la ménopause et de l'andropause et du fait qu'Astérix a remplacé Tintin chez les octogénaires branchés !

vamonos

Sur la photo, Angela Merkel me fait penser au Kayser Wilhem repeint en rouge et sans le casque à pointe. Elle a de quoi être contente, Siemens vient d'acquérir par fusion ce qui reste d'Alstom après le premier démantèlement réalisé il y a quelques mois quand Macron était ministre de l'Economie.

Pendant les travaux, la vente continue, les affairistes font leurs commissions et leurs rétrocommissions.

k.verne

Sur la photo Angela à l'air satisfaite d'elle-même, faut dire que les Allemands s'en servent comme paratonnerre des effets secondaires de la guerre 39-45.

En attendant la relève qui viendra fatalement, pour stopper le schizophrène que nous mettons en place, et qui se voit déjà maître de l'Europe.

DAUMONT

Sacré Marchenoir !

En voilà un à qui on ne la fait pas.
C'est pas un troll, lui.
Il a tout compris, lui.
D'ailleurs il a un nom qui ne dit rien, lui.
Quelqu'un a parlé de "grotesque", c'est faible !
Enfin, il fait rire.
Dans un pays où on interdit les comiques, il devrait se méfier !

Elusen

@ Tipaza | 26 septembre 2017 à 10:07
« Puis-je élever une protestation concernant la photo d’Angela Merkel qui date de vingt ans ou plus. »

Non, elle ne date pas d’il y a vingt ans, mais de juillet 2014.
Elle vient du site du gouvernement fédéral :
Porträt - Bild: Bundesregierung/Steffen Kugler
https://www.bundeskanzlerin.de/Webs/BKin/DE/AngelaMerkel/Portrait/portrait_node.html

La photographie est beaucoup plus grande, elle est recadrée.

Il existe sur Internet des moteurs de recherche spécialisés pour retrouver l'origine d'une photographie ou d'une vidéo, voire la version originale, afin de ne pas tomber sur des faux, cela permet de vérifier une source.

La retouche numérique d’une photographe aide !
https://www.youtube.com/watch?v=t7cPmm14p-k

https://www.youtube.com/watch?v=4yRTAXFJqgk

Michel Deluré

@ Patrice Charoulet 26/09 19:04

Personne n'ignore sur ce blog que vous fûtes professeur de français.
Mais si ce temps est révolu, vous avez apparemment encore beaucoup de mal à vous défaire de certaines habitudes liées à cette profession.

Alors, peut-être serait-il bon, professeur Charoulet, que vous preniez conscience que vous n'êtes ici que sur un blog et que les commentateurs qui y participent ne sont plus vos élèves attendant fébrilement à la suite de chaque billet votre distribution de bons ou mauvais points.

Ne pensez-vous pas que chacun tirerait un plus grand profit de la valeur ajoutée que vous pourriez apporter sur les thèmes développés par notre hôte plutôt que de votre jugement, forcément subjectif, sur tel ou tel intervenant ?

Patrice Charoulet

Louant le très grand talent de Robert Marchenoir, je terminais en disant que cela ne plairait guère à un intervenant, qui est pour moi, semble-t-il, "un adversaire implacable, rancunier et toujours aux aguets". Je ne le nommais pas.
Or, il nous dit (26 sept, 23h) son nom. Ah bon !
Et d'ajouter une anecdote, pleine de candeur : il avait un prof de philo qui le "saquait". Il m'a honoré de multiples développements pour mon respect immodéré des "premiers de la classe". Il se méfie beaucoup des majors de l'agreg de philo (pas moi), et il avait 1/20, parce que - c'est une interprétation comme une autre - ses dissertations étaient "trop ironiques".

Ben oui ! Les notes vont de un à vingt. J'ai déjà mis 20 au bac à des copies de français. Excellent système, bien meilleur que ABCDE. Celui qui a une très mauvaise note peut dire : le prof m'a saqué. On pourrait mieux dire : le prof m'a noté.

J'ajoute que l'on ne peut pas être bon partout. J'ai, quant à moi, mille incompétences et mille nullités. Je ne sais pas où se trouvent les bougies dans une voiture, je ne sais pas changer un joint, je ne connais ni le japonais, ni le chinois, ni l'espagnol, ni l'informatique...

Claude Luçon

@ Robert Marchenoir | 26 septembre 2017 à 05:28

N'ayant jamais mis les pieds en Union Soviétique ni en Russie, pouvez-vous me dire combien d'années vous y avez passé ?
Une expertise comme la vôtre ne s'acquiert pas en quelques semaines.
La tradition diplomatique, commerciale et industrielle estime qu'il faut trois ans de résidence continue pour commencer à connaître un pays et l'avoir parcouru dans les quatre directions.
A vous lire on en déduit que vous avez été interné dans un goulag et que vous n'avez pas aimé.
Ce n'est tout de même pas le seul Poutine qui vous obsède ?
Un chagrin d'amour peut-être ? Une de ces spectaculaires blondes slaves qui vous a ignoré pour Poutine ?

Herman Kerhost

Monsieur Charoulet,

Bienvenue au club des commentateurs que j'aime lire.

Robert Marchenoir

J'adresse mes remerciements à ceux qui ont l'indulgence d'apprécier ma prose, et une photo dédicacée du président Poutine aux autres. (Si on me le demande poliment, je peux faire bénéficier les amateurs de quelques bons de réduction pour une croisière hivernale à Magadan.)

Achille

Le professeur Charoulet continue à distribuer ses bons et ses mauvais points.
Il m’a manifestement pris en grippe et ne rate pas une occasion pour mettre un mot dans mon carnet de correspondance à faire signer par mes parents.
Il me rappelle un prof de philo que j’avais en terminale. Il n’arrêtait pas de me saquer dans mes dissertations, qu’il trouvait trop ironiques à son goût.
Rien que de penser que je risque de redoubler et de me le retaper encore l’année prochaine, j’en frémis d’avance.

Wil

@Patrice Charoulet
"Robert Marchenoir, quel talent ! Ignorant tout sur le fond, je ne puis que savourer la forme. Quel souffle ! quelle ingéniosité ! quelle capacité à faire rire ! Votre texte est tordant ! D'autres ont d'autres qualités, mais sur votre terrain, vous êtes sans rival."

Mais qu'est-ce que tu fais sur le blog de M.Bilger, Marchenoir, avec un talent pareil de comique !
Tu te gâches mon gars !
Les planches brûlent d'avance de supporter tes pas, les spots sont déjà en surchauffe à la pensée de t'éclairer, le rideau ne se tient plus lui-même et se lève tout seul, il n'y a plus qu'une solution, donne-toi à ton public !
Les femmes du populo s'arracheront leurs soutifs et te les balanceront sur scène en hurlant comme des pucelles devant les Beatles, et leur petits amis ne rêveront que d'une chose c'est de te descendre un jour à l'entrée de ton immeuble réservé aux riches à Central Park West, NYC.
Tu vas te taper une meuf par soir mon gars ! Parce que quoi qu'elles disent, il n'y a rien de plus excitant que le pouvoir et la richesse.
La sécurité c'est bon pour les "walking dead", la vie c'est le frisson, l'imprévu, la transgression.
Comme dit Audiard, "A partir d'une certaine somme, tout le monde écoute".
Qu'est-ce que t'attends ! Cours chez le premier agent !
Il va te voir et se dire de suite : "Là j'ai un winner !".
N'hésite pas mon gars. Tu as tout pour toi.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS