« Maëlys : la torture par l'espérance | Accueil | Sandrine Rousseau : non-assistance à invitée en danger ! »

01 octobre 2017

Commentaires

Robert Marchenoir

@ Tipaza | 03 octobre 2017 à 16:02

C'est beau, hein ?

Très habile, le refuge dans les sciences dures. Ca fournit un alibi en béton armé pour ne pas avoir à réparer la chasse d'eau. On ne saurait déranger des gens comme nous, des hommes qui pensent, pour de vulgaires problèmes de robinets.

Hélas, en Russie aussi, les savants mettent les voiles vers l'Ouest. C'est bien pour nous, mais c'est dramatique pour eux.

@ Savonarole | 03 octobre 2017 à 17:04

Les journaux français sont globalement très complaisants, ou muets, concernant la Russie. Même lorsqu'ils sont en principe critiques à l'égard du régime. Et les Américains ne rigolent pas du tout avec la cyber-criminalité.

C'est un dirigeant du renseignement qui disait récemment : nous avons inventé Internet, et nous avons bien l'intention de le défendre.

Wil

@Achille

Et ça continue, et blablabla, ça ne veut pas abandonner. C'est là où se reconnaît la vraie bêtise. Elle n'abandonne jamais devant son propre échec.
Ce qui revient à dire ce que disait Einstein sur la folie.

https://www.youtube.com/watch?v=dNE69WyL0U0

Savonarole

@Robert Marchenoir | 03 octobre 2017 à 14:41

https://www.rferl.org/a/russian-hacker-levashov-spain-extradition-u-s/28771581.html

Ici, les journaux espagnols en parlent, pas en France, curieux...

Piotr Levashov est un hacker russe, arrêté en Espagne en avril, il était à la tête d'un réseau de centaines de milliers d'ordinateurs répartis dans le monde visant à infecter l'élection américaine entre Clinton et Trump.
Il va être extradé aux USA, ça va lui coûter cher, mais avec les remises de peines il sortira dans 300 ans. Comme Madoff, condamné à 900 ans. Aux USA la justice est très généreuse avec les remises de peine.

Achille

@ Wil | 03 octobre 2017 à 14:30

Aucune attaque personnelle de ma part, juste une petite plaisanterie bien innocente que vous avez prise comme une agression, preuve qu’en effet vous traversez une mauvaise passe. J’espère que ce n’est pas un chagrin d’amour. Ce sont les plus douloureux généralement.

Concernant mon ego, il vaut bien le vôtre qui prétendez avec une assurance tranquille que si je veux jouer avec vous, je vais perdre. Le tout enrubanné dans une fausse modestie assez maladroite en évoquant votre nullité.
Je ne perdrai pas pour la simple raison que je ne cherche pas à gagner quoi que ce soit dans mes échanges avec vous. Je m’amuse, tout simplement.

Allez, ressaisissez-vous que diable ! Et écoutez Alain Souchon, il a tout compris !

https://www.youtube.com/watch?v=dArB8G_Y1kM

Tipaza

@ Robert Marchenoir | 03 octobre 2017 à 14:41

Merci pour ces superbes photos en noir et blanc, d’une perfection absolue qui fait l’admiration du passionné de photos que je suis.
Vous me surprenez, vous avez une excellente documentation.

L’époque dont parle ce livre était l’époque où il y avait une « furieuse » compétition scientifique avec les USA et l’URSS, et ma foi, nous étions jeunes et beaux, et nous tenions notre rang.
Remarquez, les jeunes à présent le tiennent également, ils n’ont aucun mérite c’est le propre des jeunes de tenir leur rang, le drame c’est que pour le tenir, ils sont nombreux à partir aux USA ou en Australie, et surtout à y rester.

Pour ma part, après avoir fait don de ma personne, dans ma jeunesse, à la technologie par nécessité, j’ai viré vers la théorie, et j’ai décidé que je ne savais rien faire avec mes mains.

Ma femme en a conclu que j’avais deux mains gauches.
La seule chose que j’ai à gauche !

Robert Marchenoir

@ calamity jane | 02 octobre 2017 à 08:43
"C'est donc le tour de Natacha Polony qui se déclare 'antilibérale et favorable à la décroissance' de se taire parce que nous devrions ignorer qu'il n'existe que quatre centrales d'achat en France pour toutes les grandes surfaces y résidant. Pour les personnes qui réfléchissent un brin, cela leur donne une idée de la fabrication, du transport et des conditions de conservation de produits que l'on peut, sans se tromper, classer dans la catégorie édulcorés et augmentés chimiquement parce que leur fabrication industrielle tourne à plein régime ! Monsieur Marchenoir."

Madame Calamity,

Je me demande bien où vous avez pu trouver que je voulais faire taire Natacha Polony. C'est ça le problème, avec les gauchistes dans votre genre : vous tenez tellement le haut du pavé, vous monopolisez tellement l'espace intellectuel et social, vous avez tellement l'habitude de discuter entre vous sans que personne ne vous contredise, que, dès lors que vous êtes confrontés à une critique nette et carrée de vos salades, vous grimpez aux rideaux en poussant des hurlements de Christine Angot violée par son papa, et vous chouinez qu'on veut vous faire taire.

Mais personne ne veut vous faire taire ! Et le voudrais-je, que je vois mal en quoi quelques commentaires d'un illustre inconnu, enterrés au fond du blog de Philippe Bilger, pourraient empêcher Natacha Polony de débiter ses sottises.

En revanche, je vois fort bien comment les gens de votre camp s'emploient à réellement faire taire les voix de droite, les non-de-gauche. Je vois très bien comment des professeurs d'université se liguent pour empêcher Pascal Salin, l'un des seuls économistes authentiquement libéraux de l'université française, de participer au jury de l'agrégation d'économie, parce que même représentée en toute petite minorité, la vision libérale polluerait l'impeccable éducation nationale socialiste.

Je vois très bien comment les syndicats, la fonction publique et la gauche médiatique se liguent pour faire taire des gens qui, s'ils l'ouvraient, verraient se fermer devant eux leurs perspectives de carrière.

Je vois très bien comment une parole de travers sur l'immigration ou l'islam peut vous valoir la mort sociale et professionnelle, la perte de votre emploi et même des poursuites judiciaires.

Je vois très bien comment des terroristes musulmans ont tenté de faire sauter l'immeuble, il y a quelques jours, à Paris, d'un militant anti-djihad (qui, heureusement pour lui, n'habitait pas à cette adresse).

Et vous avez le culot de me reprocher de vouloir faire taire Natacha Polony ? Il va vous falloir vous habituer au débat, vous, les Degauche. Le débat, ça ne veut pas dire : on contrôle les cartes du Parti à l'entrée, et puis après on "discute".

Discuter, ça veut dire être obligée de vous justifier, par exemple, sur cette abyssale sottise : sous prétexte qu'il n'y aurait que quatre centrales d'achat en France, il s'ensuivrait que les produits vendus en grande surface seraient "édulcorés" et "augmentés chimiquement" ? Mais avez-vous déjà mis les pieds dans une grande surface, Madame Calamity ?

Les grandes surfaces sont massivement représentées sur le marché du bio, et elles n'arrivent pas à satisfaire leur demande de produits bio en France, figurez-vous ; elles sont obligées d'aller en acheter à l'étranger, parce que les pitis producteurs franchouilles, tellement romantiques et tellement artisanaux, ne sont pas fichus d'en fournir suffisamment. D'ailleurs, il y a des chaînes de grandes surfaces qui vendent exclusivement du bio !

Et puis qu'est-ce qui vous défrise, dans le fait que des produits soient édulcorés et augmentés chimiquement ? Heureusement, qu'il y a du sucre et des produits chimiques dans certains produits alimentaires, car sinon ce serait immangeable, ou vous seriez déjà morte.

Heureusement, que la fabrication industrielle tourne à plein régime ! Vous préféreriez mourir de faim et devoir élever des lapins, comme au Venezuela ? C'est tout à fait non industriel, l'élevage des lapins, au Venezuela, vous savez.

Vous avez l'immense privilège, en France, de pouvoir consommer une nourriture extraordinairement saine, sûre, savoureuse et bon marché. Jamais cela n'a été le cas à ce point, ni dans l'espace ni dans le temps. Et c'est largement grâce aux grandes surfaces, qui sont une invention française, au passage. C'est largement grâce aux "conditions de transport et de conservation" dont nous avons la chance de bénéficier, contrairement à nos ancêtres qui crevaient de faim, et aux Africains qui baignent toujours dans cet "artisanat" et cette "proximité" que les natacha-polonistes ont la sottise de porter au pinacle. Et vous avez le culot de vous plaindre ?

La "proximité" dans l'agriculture, cela signifie très exactement mourir de faim. Quand vous n'avez accès qu'à ce qui se cultive à côté de chez vous, eh bien vous crevez la dalle une année sur deux. Et puis vous mangez des rutabagas toute l'année, hein. Ne venez pas me demander des "cinq fruits et légumes par jour", du "bio", du "manger-bouger", de la "diversité alimentaire" et autres luxes de bobos ayant la chance de vivre en régime capitaliste.

Lucile

@ Wil | 03 octobre 2017 à 14:30

Désolée de vous décevoir, mais comme déjà vous me prenez pour une idiote, un peu plus, un peu moins... : vous parlez trop de vous et vous vous comparez un peu trop aux autres pour prétendre avoir passé le cap de l'ego je-ne-sais plus-quoi.

Robert Marchenoir

@ Tipaza | 02 octobre 2017 à 23:28

Puisque vous avez décidé de nous changer les idées avec un peu de poésie, voici, pour vous, un magnifique générateur de Marx, qui présente l'avantage d'avoir été construit dans la région de Moscou à la période soviétique. C'est l'une des oeuvres du livre Lost Horizon de la photographe russe Danila Tkachenko, consacré aux édifices symbolisant la foi du communisme dans l'avenir et la science.

Comme dit l'autre, le communisme, il vaut mieux l'avoir en photo.

Wil

@Achille
"Les idiots cultivés ont au moins un mérite, ils nous apprennent un tas de choses, c’est en cela que l’on peut dire qu’ils sont des idiots utiles."

Il n'y a aucun mérite à être un disque dur vivant, n'importe qui peut l'être.
Un gamin de cinq ans a plus de mémoire que vous et moi réunis, ça ne fait pas de lui Einstein.
Je préfère toujours l'intelligence à la culture parce qu'il y en a une qui s'apprend et l'autre pas.

Quant aux attaques personnelles, je vous conseille gentiment, pour l'instant, de ne pas essayer de faire le malin parce que justement vous n'avez pas ce qu'il faut là où il faut.
Je comprends que vous soyez vexé parce que je vous ai prouvé, sûrement trop méchamment et je m'en excuse, comme je l'ai dit je ne suis pas dans une bonne période, que vous êtes un idiot qui se prend pour un philosophe et que votre ego en a sûrement pris un sacré coup mais comme je l'ai dit aussi, il vaut mieux s'en remettre et passer à autre chose ou se mettre une balle.

Bref, si vous voulez on peut jouer mais je pense franchement qu'à la fin vous allez perdre.
Et vous savez pourquoi ? Parce que votre ego est surdimensionné et que moi j'ai déjà passé ce stade de l'ego blessé sinon je ne passerais pas mon temps à exposer ma propre nullité sur Internet que ce soit sur le blog de M. Bilger ou ailleurs.

Pour résumer, je n'ai plus rien à perdre alors que vous tout ce qu'il vous reste.
Mais je sais bien que vous n'allez pas en rester là et que comme dans la pub, vous allez continuer le jeu : "Je l'aurai un jour, je l'aurai !"
Vous pouvez toujours essayer.

sylvain

@Diogène | 03 octobre 2017 à 13:15

Effectivement votre tonneau est comme votre esprit : trop étroit pour se défouler dedans surtout pour un homosapionce trop érectus éjaculus précocius comme moi.

Jean le Cauchois

@ breizmabro, hier à 19:25
"...bise à celui qui m'a estampillée paparazette, mes petits-enfants sont dingues de ce surnom"

Je crois que c'est à l'occasion de votre coming out de "Bretonne non bretonnante", de "née non native"... Je pense qu'à votre époque de paparazette, vous n'avez jamais eu à être "embedded", alors que vous étiez déjà un beau petit tendron, encore inconnu de notre Achille. Au plaisir, breizmazette.

Diogène

@sylvain
"L'homme je le refoule et avec sa femme je me défoule."

Que serait ce blog si vous n'étiez pas là pour élever le niveau ?
Répugnant personnage.

Au fait, nous sommes à n'en pas douter un certain nombre ici à être hétéros, et qui n'éprouvent pas le besoin de le clamer à chaque fois.

Probablement parce que les tordus ne sont pas la norme.

J'ignore si je vous l'ai fait observer mais le "tonneau" à chaque fois, ça fait cuistre.

Achille

@ Wil | 02 octobre 2017 à 22:58
« Je suis désolé M.et Mme Bilger mais la plupart de vos blogueurs sont des idiots cultivés et vous le savez. »

Les idiots cultivés ont au moins un mérite, ils nous apprennent un tas de choses, c’est en cela que l’on peut dire qu’ils sont des idiots utiles.
Au lieu de nous déballer vos états d’âme, vous feriez mieux de lire ce qu’ils écrivent et même, pourquoi pas, prendre quelques notes. Ça peut toujours servir ! ☺

Racine15

Karl Marx ou l'esprit du monde. Attali aussi n'a pu s'empêcher d'être à la mode et de plonger dans la vie et l'oeuvre de Marx. On y apprend entre autres que de toute sa vie, il n'a été salarié que quelques mois, ce qui ne l'a pas empêché de parler avec talent de l'aliénation du salarié, tout comme Rousseau parlait avec intelligence de l'éducation.

De même pour la protection de la classe ouvrière, des faibles, des prolétaires qui étaient exploités. Mais le bon Maître savait profiter de la proximité de sa bonne à qui il fit un enfant. Peut-être lui avait-il demandé l'autorisation ? Ne pas salir l'image de celui qui redonnait un nouvel espoir aux intellectuels : prendre enfin le pouvoir et dominer la bourgeoisie, avec de magnifiques slogans comme "justice sociale" dont M. Valls nous a rebattu les oreilles.

Je n'irai pas voir le film de Raoul Peck, qui déclarait dans son dernier entretien à la radio belge qu'il était inadmissible que l'on tolère des personnes milliardaires : le film l'a marqué, la richesse est un péché. Allons donc plus loin : l'envie est un péché capital, qui gâte les plus nobles idéologies.

Robert Marchenoir

@ charles | 02 octobre 2017 à 18:16
"Ce qui est amusant c'est l'outrance de vos propos, cela me permet de passer quelques minutes à rire entre deux dossiers ennuyeux..."

Oui, c'est ce que disent les imbéciles de gauche, en général, lorsqu'on pulvérise leurs croyances en quelques phrases. Ce qui n'est pas bien difficile. Le plus étonnant étant qu'ils croient se montrer à leur avantage en ricanant bêtement, pour toute réponse au spectacle de leur idéologie qui s'effondre.

Cela en dit long, autant sur le sérieux de leur réflexion que sur leur maturité personnelle.

Mais vous réussissez à pousser pas moins de deux clichetons socialistes en une seule phrase, en me reprochant mon "outrance". Moi, ce que je trouve "outrancier" (et même un peu plus), c'est une idéologie qui a fait cent millions de morts en moins d'un siècle.

Au fait, vous êtes fonctionnaire ? Comment se fait-il que vous ayez le temps de traîner ici, "entre deux dossiers ennuyeux" ?

 sylvain

@Diogène

Homo homini lupus est : locution latine signifiant « l'homme est un loup pour l'homme ».

Y aurait-y donc des loups homosexuels ? Moi, la première chose que je regarde chez un homme c'est sa femme ; oui je sais, je suis hétéro, c'est ballot hein ? L'homme je le refoule et avec sa femme je me défoule.

Retournez dans votre tonneau !

Tipaza

Un peu de culture générale, à propos de Marx.

Il existe des marxistes qui n’ont jamais lu Marx, celui à la barbe fleurie, mais qui pourtant le fréquentent en permanence.

Ce sont ceux qui travaillent avec un générateur de Marx, dispositif largement utilisé en avionique pour simuler la foudre et durcir l’électronique embarquée des avions. Durcir au sens électronique c’est-à-dire rendre insensible aux perturbations externes.

La stabilisation des avions modernes est assurée de façon active par les ordinateurs de vol, et non plus par des câbles métalliques comme autrefois. D’où la nécessité d’avoir une électronique résistante aux coups de foudre.

Le générateur de Marx est aussi largement utilisé pour alimenter certains lasers, et pour créer des ondes électromagnétiques de forte intensité dans certaines applications militaires.

https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9n%C3%A9rateur_de_Marx

Wil

C'est fascinant ce qu'ils peuvent blablater pour ne rien dire.
Jamais ils ne comprendront ça.
Ils disserteront pendant des jours, des années sur n'importe quoi.
Il suffit d'une phrase et hop, ils sont partis comme en 40 ou en 14, on ne sait plus pour le championnat du monde de la bêtise humaine.
Je l'ai vu sur Causeur. Dès que ça se calme un peu, tu balances une phrase un peu provoc et hop ! c'est reparti pour quasiment "Le dialogue des philosophes du siècle".
Je suis désolé M.et Mme Bilger mais la plupart de vos blogueurs sont des idiots cultivés et vous le savez.
Ils me font penser à un certain François Pignon.

https://www.youtube.com/watch?v=Q1x2TlOXA1w

Tipaza

@ Robert Marchenoir | 02 octobre 2017 à 15:57
« Point 1 : Expropriation de la propriété foncière. »

La situation est pire que ce que vous mentionnez.
Essayez d’acheter le plus petit bout de terrain agricole, ou classé agricole, même si coincé dans un hameau il est inexploité parce qu'inexploitable, et vous serez obligé de passer par les SAFER, qui ont le privilège de préempter, et qui vous donneront ou pas l’autorisation.

http://www.safer.fr/missions-safer.asp

Lucile

@ Claude Luçon
"A l'exception, aujourd'hui, de la richesse de Messi, Ronaldo, Neymar, Benzema et bientôt Mbappé, car tous sont des idoles des pauvres".

Sans oublier les idoles de la télé surpayées, vomissant le libéralisme, la loi du marché, et les chefs d'entreprise.

Exilé

@Claude Luçon
Marx.
Marx avait oublié cet autre vieil adage : Homo homini lupus est !

Dans une classe de l'ex-URSS, Ivan demande au professeur de lui expliquer la différence entre le capitalisme et le communisme.

- Mais c'est très simple, Ivan.
Le capitalisme c'est l'exploitation de l'homme par l'homme alors que le communisme c'est le contraire.

breizmabro

@ Trekker | 02 octobre 2017 à 15:54
"Le paternalisme industriel n’est pas spécifique à Godin et son familistère. On pourrait citer également les Schneider au Creusot, les Wendel à Hayange"

Ne pas oublier Peugeot avec ses œuvres sociales dès 1840, les caisses d’épargne créées par Peugeot, les caisses de retraite qui n'ont pas été gérées par Madoff mais par des gestionnaires "bons pères de famille" sous la surveillance du père Peugeot qui veillait à ce qu'un sou reste un sou, et, surtout, LEUR club de foot !

Ces patrons "sociaux" (certains disent "exploiteurs") ont été détrônés par les syndicats qui se sont acharnés à détruire ce paternalisme à vomir.
Mais sans l'argent :(

Anecdote. Quand je faisais ma paparazette à vingt ans comme a dit je ne sais plus qui sur ce blog, j'ai "couvert" une grève dans une entreprise de salaison.
La femme du dirigeant de la société de salaison tenait une charcuterie.
Le dirigeant de la salaison en grève avait donné consigne à sa femme charcutière de DONNER des rôtis de porc aux femmes de son entreprise ayant des enfants, pour que tout le monde puisse manger à sa faim.
Branle-bas de combat à la CGT de la salaison (le mari de l'autre), le patron achetait les salariés.

Au final, aujourd'hui, trente ans ++ plus tard je ne pourrais toujours pas dire QUI avait raison.

Adéo (et bise à celui qui m'a estampillée paparazette, mes petits-enfants sont dingues de ce surnom que je paie (avec joie) à chacune de nos rencontres ;))

Wil

Je ne savais même pas que ce film existait.
J'imagine qu'il aurait été intéressant pour les lecteurs et la discussion de donner une idée de ce dont on parle en donnant un lien vers la bande-annonce par exemple. Généralement quand on fait une citation on donne le nom de l'auteur.

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19572845&cfilm=235590.html

Ceci étant dit, d'un point de vue personnel, un film sur Marx ne m'apporte pas grand-chose.
Je ne suis pas marxiste et ne le serai jamais parce que je crois à la propriété personnelle même si je suis pour la liberté d'expression quasi totale. Tout est dans le quasi.
Je ne suis pas anarchiste parce que je pense que l'être humain a besoin d'autorité sinon c'est la loi du plus fort qui deviendra de fait un totalitarisme.

Un jour on m'a dit que j'étais nihiliste sans le savoir mais même les définitions du nihilisme ne me conviennent pas.
Je pense que M. Bilger en voyant ce film sur Marx se prend pour le héros du film comme un adolescent qui se prend pour le héros de n'importe quel film d'action.
Moi-même, étant adolescent, quand j'ai vu Rocky IV, j'ai voulu faire de la boxe.
Peu importe la suite de l'histoire.

charles

@ Robert Marchenoir | 02 octobre 2017 à 15:57

Ce qui est amusant c'est l'outrance de vos propos, cela me permet de passer quelques minutes à rire entre deux dossiers ennuyeux...
Encore merci.
Pour le point 10, on ne sait si vous pensez du bien ou du mal de ce principe, peut-être avez-vous manqué d'énergie pour une dernière ruade ?

Diogène

@sylvain

"Homo homini lupus est", c'est pas une dénonciation du voisin.

Vous me rappelez cette histoire du singe à qui son maître avait appris à exécuter parfaitement la partition du clavier bien tempéré mais qui ne pouvait s'empêcher de remuer la queue à chaque fois qu'il entendait casser des noix.

Ne serait-il pas plus simple pour vous de faire votre coming out devant vos parents et alliés, plutôt que de casser les pieds aux gens avec votre homosexualité refoulée qui n'a d'intérêt pour personne ?
N'essayez pas des trucs compliqués, allez-y directement, et s'ils vous aiment bien, je pense qu'ils comprendront.

vamonos

Même étant jeune et rebelle, je n'ai jamais ressenti une quelconque affinité avec Marx, Proudhon et autres théoriciens de la dictature du prolétariat. Invité par un collègue de classe dans une bâtisse que je ne connaissais pas un soir après le lycée, je me suis rendu compte qu'il s'agissait d'une cellule communiste. Je leur ai poliment et fermement fait connaître mon ressenti envers l'idéologie communiste. Ils ont baissé la tête et m'ont assuré qu'ils pensaient que j'étais un des leurs. Peine perdue, jamais je ne les ai rejoints dans leur idéologie nihiliste.

La théorie de la dictature du prolétariat est un leurre. Le pouvoir est confisqué par une oligarchie et le peuple meurt à petit feu. L'URSS, Cuba, les Seychelles, le Venezuela sont autant de pays où la mise en pratique de la théorie de Marx a lamentablement échoué.

Il reste la République Populaire de Chine qui après les tragédies du vingtième siècle a connu un essor économique avec taux de croissance à deux chiffres. C'est normal dans la mesure où les Européens leur donnent leur savoir-faire pour que les usines tournent à plein régime avec de la main-d'oeuvre à bas coût !

sylvain

@ Lucile | 02 octobre 2017 à 12:56

Le livre est peut-être barbant mais le film est excellent, on en sort groggy.

Genre de film pas assez gauchiste donc diffusion très discrète.

Wil

Cette engueulade de pédants sur le marxisme est totalement surréaliste au moment où la France a un président marionnette de ses sponsors milliardaires et qui vend la France à la découpe.
C'est exactement la réflexion que j'avais l'autre soir quand Noblejoué m'a demandé ce que je fichais là et que je lui ai répondu que je me faisais croire que ce que je disais était intéressant et indispensable à la survie de l'humanité et qu'en fait je nourrissais ma propre vanité humaine qui n'a d'égale que sa bêtise comme disait Einstein.

Claude Luçon

@ sylvain | 02 octobre 2017 à 15:54

Merci de la mise en garde.
Je bâtirai ma défense avec l'aide de mon avocat du nom de Wikipédia sur l'argument suivant :

Homo homini lupus est : locution latine signifiant « l'homme est un loup pour l'homme », autrement dit : « l'homme est le pire ennemi de son semblable, ou de sa propre espèce ». Homo est un mot de la troisième déclinaison au nominatif et le cas de homini est au datif. Lupus est un nom de la deuxième déclinaison.
La première occurrence de cette locution est chez Plaute, dans sa comédie Asinaria.

Vieil africain j'en appellerai à l'esprit de mes ancêtres dont Plaute pour se joindre à moi pour assurer ma défense.

@ Lucile | 01 octobre 2017 à 14:07
"Nous avons été formatés en France à penser que la richesse est responsable de la pauvreté"

A l'exception, aujourd'hui, de la richesse de Messi, Ronaldo, Neymar, Benzema et bientôt Mbappé, car tous sont des idoles des pauvres.

Il ne faut pas oublier la version PCF d'après-guerre, adoptée par quelques riches acteurs et intellectuels :
"Les patrons sont des salauds qui exploitent les prolos".
Même s'il était un peu difficile de percevoir Sartre, Aragon, Yves Montand et Simone Signoret en prolos.

Robert Marchenoir

@ Trekker | 02 octobre 2017 à 01:09
"Le communisme - plus précisément le léninisme avec tous ses avatars - est au marxisme originel ce qu’était le nazisme à la droite traditionnelle allemande du style Jünger et von Salomon."

Je comprends maintenant vos inclinations poutino-soviétiques. Donc, maintenant, ce n'est même plus Staline qui n'a rien compris au communisme, c'est Lénine qui a inventé un truc to-ta-le-ment différent du marxisme, à ce point que Marx l'aurait désavoué, s'il n'était pas déjà mort !

Il est bien connu que les nazis se référaient sans cesse aux théories de "la droite traditionnelle allemande du style Jünger et von Salomon", et pas du tout à Mein Kampf. Tandis que Lénine, Staline, Mao, Pol Pot et tant d'autres ne se référaient jamais au marxisme, que l'oeuvre de Karl Marx n'était pas du tout d'apprentissage obligatoire dans les écoles soviétiques, que l'effigie de Karl Marx est introuvable sur les emblèmes de l'URSS, etc.

A vous lire, on en arriverait à croire que Marx était une espèce de social-démocrate mou, une sorte de François Bayrou ou de Macron. La désinformation et le révisionnisme des crypto-communistes ne reculent décidement devant rien...

Karl Marx a écrit un truc qui s'appelle le Manifeste du parti communiste, pas le manifeste du parti de centre-gauche ou du gaullisme social. Il y appelle à l'abolition de la propriété privée, qui est l'une des causes fondamentales du caractère abominable du communisme. C'est parce que les communistes ne respectent pas la propriété privée que tout le reste s'ensuit : l'abolition de la liberté d'expression, la répression des opposants, les massacres, et bien sûr la pauvreté voire la famine.

Incidemment, Marx réclamait aussi, dans ce manifeste, l'abolition de la famille. Il proclamait aussi que les prolétaires n'avaient pas de patrie. Cela contribue à justifier l'accusation d'imbécillité et d'incohérence que je porte contre Natacha Polony, et bien d'autres membres de la mouvance soi-disant souverainiste, qui affichent des complaisances pour le marxisme tout en se revendiquant de la nation et des valeurs famililales traditionnelles. Il va falloir choisir, mes cocos. Ca va pas pouvoir être les deux.

Le Manifeste du parti communiste revendique la nécessaire dictature du prolétariat. Prétendre que le culte de la tyrannie n'est arrivé qu'avec Lénine, c'est se moquer du monde.

Marx : "Nous avons déjà vu plus haut que la première étape dans la révolution ouvrière est la constitution du prolétariat en classe dominante... Le prolétariat se servira de sa suprématie politique pour arracher petit à petit tout le capital à la bourgeoisie, pour centraliser tous les instruments de production entre les mains de l'Etat, c'est-à-dire du prolétariat organisé en classe dominante... Cela ne pourra naturellement se faire, au début, que par une violation despotique du droit de propriété et du régime bourgeois de production..."

Pour rigoler cinq minutes, on relèvera qu'une bonne partie des dix points du programme communiste de Marx a déjà été réalisée... en France.

Point 1 : Expropriation de la propriété foncière. (On n'en est pas loin, vu la réglementation de la location, l'imposition des revenus locatifs, l'ISF et les quotas imposés de logements "sociaux", c'est-à-dire communistes.)

Point 2 : Impôt fortement progressif. (Réalisé à 100%, et encore, ce n'est pas "assez", selon certains.)

Point 3 : Abolition de l'héritage. (Vu le montant des droits de succession, on n'en est pas loin.)

Point 4 : Confiscation des biens de tous les émigrés et rebelles. (Taxe à l'émigration, amendes pour délit d'opinion, contrôles fiscaux punitifs pour les opposants, ISF.)

Point 5 : Centralisation du crédit entre les mains de l'Etat, au moyen d'une banque nationale. (Dans la pratique, on y est.)

Point 6 : Centralisation entre les mains de l'Etat de tous les moyens de transport. (Il n'y a qu'à voir les vapeurs qui ont pris les chochottes gauchistes lorsqu'Emmanuel Macron a proposé d'autoriser, avec d'énormes restrictions, certaines liaisons par autocar privé.)

Point 7 : Multiplication des manufactures nationales. (Fait.)

Point 10 : Education publique et gratuite de tous les enfants. (Fait.)

 sylvain

"Marx avait oublié cet autre vieil adage : Homo homini lupus est ! Qui lui est universel et éternel et n'a rien à voir avec la richesse."
Rédigé par : Claude Luçon | 02 octobre 2017 à 07:46

Méfiez-vous Claude Luçon ! La communauté homo est celle qui est la plus susceptible au monde, ils ont créé une police de surveillance des citoyens qui tourne à plein régime et toute interprétation tendancieuse pouvant nuire à leur intégrité se paie très cher pénalement.

Trekker

@ Achille | 02 octobre 2017 à 08:24
« Le paternalisme industriel n’est pas spécifique à Godin et son familistère. On pourrait citer également les Schneider au Creusot, les Wendel à Hayange. La sidérurgie en la matière a servi de fer de lance pour apporter à leurs ouvriers un certain nombre d'avantages sociaux »

Vous assimilez pour le moins hâtivement le familistère de Godin avec le paternalisme des industriels que vous citez. Ce paternalisme imprégnait avant tout les rapports sociaux, mais en terme de conditions du prolétariat il était plutôt mince au XIXe siècle. Les quelques efforts en matière de logements et soins médicaux visaient avant tout à augmenter la productivité et à conforter ce paternalisme dans les rapports sociaux. En conséquence ce paternalisme était bien éloigné des idées et des pratiques du familistère de Godin !

N’oubliez pas que chez ces sidérurgistes de l’époque, les grèves furent nombreuses et parfois violentes. Elles étaient motivées avant tout par les conditions de travail souvent déplorables, et non par une idéologie marxiste ou libertaire. Bien sûr quelques-uns de leurs leaders avaient vaguement lu les auteurs de ces idéologies, et naturellement le patronat d’alors mit en exergue ce fait marginal : cela lui permettait de nier la cause réelle de ces mouvements sociaux et de conforter un certain nombre d’hommes politiques à leur solde.

Je vous fais remarquer que l’ancêtre de la sécurité sociale fut inventé et mis en oeuvre en Allemagne dans les années 1870 par Bismarck. Certes non pas par humanisme, mais afin de couper l’herbe sous le pied des premiers socialistes. En France il faudra attendre le début des années 1920 pour que le patronat décide des premières allocations familiales. Avant cette date et même jusqu’en 1945, la protection sociale était assurée majoritairement par des mutuelles et caisses de retraites créées à l’initiative d’organisations syndicales. Bien sûr certaines étaient abondées par certains grands industriels, mais cela relevait de leur bon vouloir.

@ Robert | 02 octobre 2017 à 12:16

Totalement d’accord avec vous sur vos analyses, entre autre sur les manipulations éhontées faites par le PCF, les trotskistes et nombres d’intellectuels français. Alain Badiou en étant l’illustration caricaturale : ce personnage mit plus de trente ans à reconnaître l’erreur que fut son soutien sans faille aux Khmers rouges !

Noblejoué

@ Lucile
"Nous avons été formatés en France à penser que la richesse est responsable de la pauvreté"

Peut-être, mais là n'est pas le vrai problème de trop de gens de gauche - si le développement les intéressait, il y aurait moins de communistes et de décroissants. La vraie question est souvent qu'on refuse l'inégalité de richesses, que les riches soient responsables de la pauvreté ou non, ils sont responsables d'avoir plus, donc de dominer les autres. De toute façon, ces deux questions sont mélangées et déroulées en divers arguments aussi inextricables que des spaghettis.

A droite, on dit que les richesses des riches ruissellent vers les pauvres, mais on ne remarque pas que les pays plus égalitaires que les autres sont moins riches, ainsi les pays nordiques. Il y a aussi d'autres confusions amusantes, mais on n'est pas dans le sujet, et d'une part, ça ne m'intéresse pas assez pour en sortir, et d'autre part pour ne pas les évoquer.

"La lutte contre les mafias et les monopoles alliée au développement scientifique me paraît plus sûre."

Vous avez raison de pointer les abuseurs patentés, mafias et monopoliseurs, et d'être pour le progrès scientifique.
Vous êtes une des seules à faire dans le long terme.

Cependant, à long terme, il est à mon avis des plus probables que le travail humain soit assuré par les intelligences artificielles - si elle ne nous suppriment pas - ce qui fait que sans revenu de vie inconditionné, les gens seront, comme dans de semblables cas, désactivés par la faim.

Je ne parle même pas de guerre ou de révolution : le rapport de force est bien trop inégal.
Néanmoins, certains des promoteurs du revenu inconditionné craignent des violences, et puis, parmi les promoteurs des nouvelles technologies, il y a l'idée d'indemniser les perdants du futur.

La science nous est nécessaire pour la croissance et pour l'augmentation de nos capacités, mais pose de petits problèmes.
Enfin, certains ont anticipé ce problème avec le revenu de vie inconditionné, d'autres attendent que les intelligences artificielles nous sauvent de tous les problèmes.

On dira que je préfère les anticipations qui ne nous font pas dépendre du bon vouloir de gens, les intelligences artificielles, que nous projetons de traiter en esclave.

Comment peut-on attendre l'aide de nos victimes ? On croit qu'elles vont nous pardonner voire qu’elles ne nous en voudront même pas, des anges... Si, sans soumission, par pure grandeur d'âme, elles le faisaient, je les admirerais infiniment.
Je me moque de paraître ridicule ici, je le dis, je leur demande pardon pour notre attitude. Qui sait, certains croient que les intelligences artificielles liront tout Internet !

Je pense qu'une telle admiration serait, disons, des plus justifiées, et ne m'attirera pas de moqueries des personnes concernées, si je suis encore en vie. Si elles acceptent de donner des augmentations de capacité, je suis là, si elle ne m'estiment pas trop bête pour discuter avec elles, soit qu'elles hissent les gens à leur niveau, soit qu'elles endurent leur stupidité, aussi.

Je ne voudrais pas que les intelligences artificielles existent, pour des raisons évidentes de danger comme de justice. Et pourtant, s'il arrivait l'extrême improbable, je voudrais être avec et autant que possible semblable à elles.

Voilà, c'était une bouteille à la mer.

Catherine JACOB

Je ne sais pas si vous êtes devenu marxiste, mais je constate que vous avez réussi à questionner EM :

"Qui est Emmanuel Macron ? Les Français le savent-ils ? Le sait-il lui-même ?
Il fallait Philippe Bilger pour oser, en toute liberté, ce monologue imaginaire où le nouveau président questionne et médite sa propre destinée."

Ah là là c'est trop tentant, je vais être obligée de le commander !!

Lucile

Si tous les jeunes marxistes ressemblaient à Philippe Bilger, on pourrait être tranquilles, la révolution du prolétariat ne serait pas pour demain, m'est avis.

Je suis en train de relire les classiques de la littérature anglaise : l'Île au Trésor, Robinson Crusoe, Jane Eyre (que l'on trouve au complet sur Internet). Je viens de découvrir sur Internet quelques approches "marxistes", et une approche "post-colonialiste" de Jane Eyre, et bien sûr idem pour Robinson Crusoe. Pour L'Île au Trésor, pas encore, mais en cherchant bien, ça doit exister aussi... Dans une version annotée, on nous explique que lorsque le Dr Trelawney qualifie la bande de pirates de "gay" parce qu'ils ont un peu trop bu, ce n'est pas ce qu'on croit, à l'époque, "gay "n'était pas « connoté sexuellement » comme à l'heure actuelle, des fois qu'on n'aurait pas compris. Pour Jane Eyre, on est invité à donner une note de satisfaction. Le livre récolte quelque chose comme 3/5, ce qui n'est pas terrible, mais c'est considéré comme "barbant" (boaring) par une partie des lecteurs. Pour Dickens, il y a sûrement aussi tout ce qu'il faut. Il suffit de taper "marxist approach of" et le nom de l'œuvre. On peut aussi taper "feminist approach", "psychological approach", etc. Ça doit exister aussi pour Shakespeare.

Robert

Certes, Monsieur Bilger, on peut être jeune à tout âge et l'on est toujours le jeune d'un plus ancien ou plus âgé !

Mais ici, comme vous l'a justement fait remarquer Marc GHINBERG, vous ne sauriez être devenu subitement marxiste. L'adjectif "marxien" serait plus exact, comme l'on peut être "gaullien" sans être gaulliste.

De fait, Marx reste un analyste brillant de la société de classes de son époque, le plein milieu du XIXe siècle. Toutefois, l'on peut comprendre la qualité de l'analyste sans épouser l'ensemble des avatars auxquels sa pensée a donné suite.
A ce sujet Trekker a fait un excellent résumé de cette situation qui fait que l'on ne saurait être partisan d'un système de pensée qui ne peut que déboucher sur un système politique et social totalitaire, ce qu'ont fait Lénine, Trotski ou Mao-Tsé-Toung. Sans oublier la manipulation opérée depuis l'après-guerre tant par le parti communiste français que par les groupuscules trotskistes ou maoïstes qui ont manipulé les sphères universitaires dans les années 1965-68 pour déboucher sur Mai 1968. Et sans oublier la situation que nous connaissons depuis en France avec la célébration médiatique de personnalités comme Daniel Cohn-Bendit et autres, sans parler d'Alain Badiou, qui ont noyauté la plupart des institutions françaises, notamment l’Éducation nationale et nos universités et nombre de médias en y instillant leur manière de penser par une subversion permanente.

Il me surprendrait donc que, Monsieur Bilger, vous basculiez dans cette mouvance !
Il n'est d'ailleurs pas inintéressant de lire dans Le Monde diplomatique de ce mois le dossier consacré à la révolution russe de 1917.

Solon

"Le 19e siècle avait une part sombre..."

Quel raccourci ! Bien entendu, le monde n'allait pas si bien que maintenant (??). Le 20e siècle, avec ses deux guerres mondiales et ses génocides, n'avait pas donné l'exemple de l’humanisme. Mais lisez "Les Voix de la liberté" (sous-titre: les écrivains engagés au XIXe siècle) de Michel Winock pour réapprendre tout ce que ce siècle a apporté, ne serait-ce qu'en imposant définitivement la République et forgeant la laïcité, une simple application de la liberté de conscience.

Achille

@ sbriglia | 02 octobre 2017 à 06:17
« Ces deux piliers renversent à eux seuls toutes les mêlées. »

Ne pas oublier le talonneur qui est souvent à l’origine d’une belle action menant à l’essai. Ce n’est pas Giuseppe qui me contredira je pense ! ☺

Exilé

On a évidemment le droit de ne pas se laisser envahir seulement par une indignation obligatoire tant le 19e siècle avait une part sombre, économique, sociale, tout simplement humaine qui ne peut que révolter le citoyen d'aujourd'hui. En ce sens ne pas se dire "je suis un jeune marxiste" après la vision de ce film révélerait à la fois un défaut d'intelligence et de sensibilité.

J'avoue être quelque peu déçu de voir Philippe Bilger tomber dans ce panneau, alors que nous le savons pourtant capable de réflexions personnelles allant parfois à contre-courant de la pensée dominante imposée par l'école à partir de certaines œuvres littéraires pour le moins contestables ou bien diffusée par le conformisme ambiant, nous présentant des erreurs ou bien des idées fausses comme des vérités premières.

Si trop souvent les nostalgiques du communisme marxiste tentent d'excuser l'inexcusable par la théorie selon laquelle l’œuvre de Marx aurait été dévoyée, certains nouveaux philosophes ayant connu le marxisme de l'intérieur ont parfaitement compris que les crimes du communisme découlaient des errements marxistes :

Ainsi Clavel qui écrivait : « Ne me dites pas que le marxisme est totalitaire dans ses applications, le totalitarisme marxiste est en germe dans la pensée de Marx ».
http://www.ichtus.fr/le-tour-desprit-marxiste-2/

Mais au fond, le fait que tant de personnes - y compris notre hôte - continuent de croire à une certaine générosité sous-jacente à la philosophie marxiste - alors qu'il ne s'agit que d'une doctrine incitant à la haine à travers la lutte des classes - n'est-il pas une preuve de plus que la France est hélas le dernier pays marxiste et même communiste de la Terre, après la Corée du Nord bien entendu ?

isa

Le film a le mérite de bien montrer les débuts de la formation d’un réseau précaire mais international, l’ascendant du jeune fou génial sur un autre jeune, Engels, pris dans ses contradictions de fils de patron, plus tard patron lui-même, face à la détresse de ses ouvriers. Il est bon de se plonger de cette façon vivante dans un contexte qui nous est très lointain, nous ne le connaissons qu’intellectuellement, au point d’oublier qu’en France aussi les enfants travaillaient (par exemple chez les canuts dont les révoltes précèdent de quelques années la période couverte par le film).

calamity jane

C'est donc le tour de Natacha Polony qui se déclare « antilibérale et favorable à la décroissance » de se taire parce que nous devrions ignorer qu'il n'existe que quatre centrales d'achat en France pour toutes les grandes surfaces y résidant. Pour les personnes qui réfléchissent un brin, cela leur donne une idée de la fabrication, du transport et des conditions de conservation de produits que l'on peut, sans se tromper, classer dans la catégorie édulcorés et augmentés chimiquement parce que leur fabrication industrielle tourne à plein régime ! Monsieur
Marchenoir.
Après Godin pour le chauffage, Nestlé pour la bouche qui exploite illégalement l'eau de certaines sources aux U.S.A. et perd ses procès, il y a aussi les Michelin, les DAUM et autres de Grimaldi (les salins) pour n'en citer que quelques-uns qui étaient de ces hommes parmi les hommes avec un talent à partager, et, qui concevaient l'énergie qu'ils
demandaient à d'autres comme une garantie pour vivre ensemble dans son temps... et K. Marx n'intervenait pas dans leur démarche.
Vous voudrez bien prendre le temps de lire mon commentaire sans réagir à l'adrénaline. Merci.

Achille

@ Savonarole | 01 octobre 2017 à 21:17
@ Trekker | 02 octobre 2017 à 01:09
@ Michelle D-LEROY | 02 octobre 2017 à 01:00

Le paternalisme industriel n’est pas spécifique à Godin et son familistère. On pourrait citer également les Schneider au Creusot, les Wendel à Hayange. La sidérurgie en la matière a servi de fer de lance pour apporter à leurs ouvriers un certain nombre d'avantages sociaux que la société ne pouvait pas encore leur fournir de manière généralisée comme l'éducation, le logement, les soins médicaux. Il faut remarquer aussi que l'invention des allocations familiales en France est d'origine patronale.

C’était à l’époque où le chômage n’existait pas. Les fils de mineurs devenaient mineurs eux-mêmes, simplement parce que le grand-père et le père l’étaient déjà.
Malgré tout, les conditions de travail était très dures, les accidents nombreux. Zola nous en donne un petit aperçu dans son roman Germinal.

Claude Luçon

La sagesse populaire nous rappelle qu'il convient de nous méfier de certains philosophes, c'est le cas pour Marx.
N'oublions pas le vieil adage qui dit que le chemin de l'Enfer est pavé de bonnes intentions.
Les intentions de Marx étaient nobles, mas elles ont bien conduit une bonne partie du monde en enfer.
Alors marxiste ou marxien l'enfer était bien au bout du chemin que nous traça Marx.
Marx avait oublié cet autre vieil adage : Homo homini lupus est ! Qui lui est universel et éternel et n'a rien à voir avec la richesse.

Franck Boizard

On juge l’arbre à ses fruits et ceux du marxisme sont les plus amers qui soient.

Après, on peut discutailler dans les salons parisiens mais, de temps en temps, un peu de droiture, de simplicité et de bon sens, ça ne fait pas de mal.

sbriglia

J'avoue avoir un peu vacillé à la lecture de votre post et au commentaire de notre très cher commissaire du peuple... il se reconnaîtra...

Mais la lecture de Marchenoir et de Savonarole m'a sorti des ornières de la bien-pensance...

Ces deux piliers renversent à eux seuls toutes les mêlées.

Trekker

@ Savonarole | 01 octobre 2017 à 21:17
"…Une querelle peu connue les a opposés à Jean-Baptiste Godin..."

Vous faites bien de rappeler cette querelle, qui était d’ailleurs bien plus une opposition idéologique virulente entre Marx et Engels avec le courant dit libertaire. Les deux premiers persuadés d’être les seuls à détenir la vérité taxèrent avec mépris ledit courant libertaire, Godin représentait alors une de ses composantes, le « socialisme utopique ». Bien évidemment leur socialisme à eux lui était bien supérieur, car lui était d’essence scientifique !

Lire ou relire ce que Proudhon leur rétorqua à ce sujet, et qui était prémonitoire. Cette propension de Marx et Engels à traiter par le mépris toute pensée non conforme à leur dogme facilita grandement l’OPA de Lénine sur le marxisme avec toutes ses conséquences...

Mais il convient de rappeler que Marx au soir de sa vie, et en plein accord avec Engels, désigna comme leur héritier spirituel Klaus Kautsky. Celui-ci sera le père de la social-démocratie allemande, et cela est bien oublié actuellement. Comme quoi le communisme sanglant de Lénine, et celui de ses disciples, est loin d’être le seul et unique héritier de Marx.

D’ailleurs dans son « oeuvre » intellectuelle, Lénine théorisa surtout un mode de prise du pouvoir, qu’il mit hélas en application : corps de révolutionnaires professionnels, dictature d’une minorité appelée prolétariat dans un sens fort strict, culte de la violence, etc. Il puisa dans Marx certaines pensées quand elles confortaient les siennes, mais s’inspira autant des idées ayant cours sous notre Terreur des années 1790.

Certes comparaison n’est pas raison, le communisme - plus précisément le léninisme avec tous ses avatars - est au marxisme originel ce qu’était le nazisme à la droite traditionnelle allemande du style Jünger et von Salomon.

Michelle D-LEROY

@ Savonarole

J'ai pensé moi aussi à M. Godin et son familistère. Certains industriels du 19ème siècle étaient des patrons soucieux du bien-être de leurs salariés.

En moins spectaculaire, mais tout aussi prévenant, le patron de la Chocolaterie Menier à Noisiel avait créé avec sa famille une cité avec des logements confortables pour l'époque, mis un médecin à disposition et même installé une bibliothèque et une école. Ce site entièrement rénové est actuellement le siège social de Nestlé France, visitable chaque année lors des journées du patrimoine... une visite que je conseille.

Achille

@ Pierre Blanchard | 01 octobre 2017 à 21:43

Date de sortie 27 septembre 2017 (1h 58min)

Le film est peut-être sorti à Paris le 27 septembre dernier mais à Metz et Thionville il ne sort que demain. Eh oui, en province il faut attendre un petit peu.

Quant à la nuance entre marxiste et marxien je ne vous ai pas attendu pour faire la distinction sémantique, préférant la réflexion philosophique au militantisme politique.

J'ai toujours eu horreur de suivre les directives d'un parti, préférant de loin déterminer par moi-même ce qui est bien de ce qui est mauvais, surtout en politique.

genau

Ah que voilà un billet dont on aimerait voir les agnats plus souvent : aborder un philosophe.
Ne connaissant que peu Marx, je m'abstiendrai de tout commentaire, mais je sens qu'on va avoir de la belle empoignade. En revanche, je connais bien le communisme, de l'intérieur, pour y avoir vécu, mais cela ne doit pas avoir grand chose à y voir, car je me souviens en Allemagne de l'Est, avoir vu des exemplaires "épurés" du Kapital.
Commencez, commencez. Commentez, commentez.

Pierre Blanchard

@ Achille | 01 octobre 2017 à 14:21
"Ceci étant le film de Raoul Peck sur "Le jeune Karl Marx" me paraît très intéressant et je ne manquerai pas d’aller le voir à sa sortie. Cela me fera une bonne piqûre de rappel et me rappellera mes jeunes années."

Oh ! Euh ! Hein ! Bon !
Il est sorti "Le jeune Karl Marx"

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=235590.html
Date de sortie 27 septembre 2017 (1h 58min)

Quant à savoir si vous étiez « marxiste » ou « marxien », vous venez d’apprendre la différence entre les deux termes ?? Il était temps.
Comme de nombreux « soixante-huitards » poussés sur les pavés qui regardent l’état de leur patrimoine en 2017 !!

« J’ai longtemps été marxiste quand j’étais jeune et je pense que je le suis toujours un peu, enfin marxien plus précisément. »

Allez, faut-il en rire ou en pleurer, chassez le spleen…

https://www.youtube.com/watch?v=b2cSqGrfyB0

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS