« Cinq subjectivités dominicales ! | Accueil | Ils ne manquent pas d'air ! »

10 octobre 2017

Commentaires

P.A.

Vous avez oublié, ceux qui font délibérément obstruction à la Justice tout en y exerçant pour servir des clans, des intérêts qui vont à l’encontre de ce que les sociétés ont un jour voulu, des lois et la justice.

La France c’est comme une vieille jarre avec Paris l’autruche la tête coincée dedans.

Nous ne sommes pas près de sortir de notre archaïsme bourgeois quand on constate de quelle manière en plein coeur de la France, la capitale, où tout se décide, rien ne marche par la volonté d’une poignée d’individus et que sous le prétexte de quel système, personne ne se mouille pour les virer et les condamner fermement derrière les barreaux - ne serait-ce que sur le motif d’obstruction aux droits humains même si on devrait leur coller « haute trahison envers la Nation ». Motif de condamnation qui, je crois, a été supprimé sous Sarkozy pour protéger les petites mains de gens pas très recommandables mais clopin-clopant !

Catherine JACOB

@isa | 13 octobre 2017 à 01:50

Je dirais même plus. Vous avez raison. Passé minuit, ça dactylographie parfois tout seul. Mais est-ce une excuse ?

Noblejoué

@ Catherine JACOB

Hélas, vous m'avez percé à jour sur ce coup-là, je ne suis pas un as des codes, c'est le moins que l'on puisse dire.
Je ne jette pas le bébé, je ne peux pas le garder, c'est tout... A vous l'honneur, comme en tout.

Robert Marchenoir

@ Catherine JACOB | 12 octobre 2017 à 14:34
"Vérification faite, il ne s'agit pas avec Huto-mani 【太占】 de deux mais d'une seule divination."

Nom de djeu, je l'aurais juré !

breizmabro

@ M. Bilger

Avez-vous écouté RTL ce matin ? Non ? Dommage, si oui vous auriez entendu le geek de Macron, Mounir Mahjoubi, vous expliquer, en vrai, ce que je disais dans mon post du 11 octobre à 13h42.

Appelez-moi Madame Soleil (en toute modestie naturellement :D))

Catherine JACOB

@ Noblejoué | 12 octobre 2017 à 17:17

Pourquoi tant de gens jettent-ils toujours le bébé avec l'eau du bain ? Autrement dit pourquoi les gens perdent-ils toujours de vue l'essentiel de la matière qui les préoccupe, à savoir s'agissant d'informatique: le code !! Le voici votre demi-palier du Louvre :

Catherine JACOB

@fugace | 12 octobre 2017 à 12:52
"Malgré les réquisitions du ministère public, le prévenu échappe au mandat de dépôt."
Extrait de Presse ocean - Nantes 12/10/2017 :

N'y eût-il pas échappé que dans certains cas, cela fut revenu au même :

"Ont-ils au moins pris le temps de déjeuner avec le pape François le 1er octobre ? Impossible pour le moment de le dire. Une chose est sûre : deux détenus, invités à déjeuner avec le souverain pontife, ont profité de l'excursion pour fausser compagnie aux bénévoles qui les encadraient." Extrait du Parisien du 11/10/2017

isa

@Catherine JACOB
"Ah, j'ai vu que j'avais tapé "année 20 de l'ère Shôwa (soit A887)" ; c'est bien sûr "année 20 de l'ère Shôwa (soit 1887)" qu'il faut lire."

Je dirais même mieux : année 20 de l'ère Meiji :)

Noblejoué

@ fugace et Catherine JACOB

En fait, je crois que pour moi, les images, c'est sans espoir. Si je l'avais su plus tôt, comme pseudo j'aurais pu prendre "Pas iconoclaste mais sans image", long, mais on n'aurait peut-être pas déformé mon pseudo, ce qui m'agace singulièrement.
Si on m'avait demandé pourquoi, j'aurais eu droit à des moqueries sur un point qui n'est pas le plus sensible chez moi, ou à des conseils, alors que comme j'ai mis trop de moi et de complexité dans mon pseudo, je me suis fait une armure originale mais défectueuse. Je pourrais en changer, mais on s'attache à ses créations et habitudes... Enfin, tout cela n'est rien en regard de gens aux prénoms durs à porter, aux patronymes ridicules ou détestés.

Je suggère aussi que les officiers d'état civil puissent interdire des combinaisons ridicules telles que Yvon Enchier, cas aussi lamentable que véridique, merci papa, merci maman.
Ah oui ! J'en profite pour avancer qu'il est contestable de préférer confier certaines charges à des parents, présumés plus responsables que les autres. Hélas ! Il y a bien des parents dont on ne devrait pas dire qu'ils sont responsables, mais irresponsables de leurs enfants.

D'ailleurs, le cas de responsables irresponsables est des plus communs dans tous les domaines. Aussi, avant de s'éblouir que tel ou tel ait telle ou telle responsabilité, examiner s'il est responsable ou responsable irresponsable est un préalable indispensable. Symétriquement, on n'est pas obligé de présumer tout porteur d'autorité coupable d'abus.
Le mot n'est pas la chose, comme d'habitude. S'il y a des légendes pour expliquer pourquoi les responsables sont irresponsables, ou sur quelqu'un plombé par son nom, ou n'importe quoi se rattachant plus ou moins à tout cela, merci.
------------------
https://www.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fwww.programme.tv%2Fmedia%2Fcache%2Frelative_max_355x272%2Fupload%2Fepgs%2F2015%2F03%2Fla-victoire-de-samothrace-une-icone-devoilee_90354606_1.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fwww.programme.tv%2Fla-victoire-de-samothrace-une-icone-devoilee-90354606%2F&docid=wiEcPgZC6O0xsM&tbnid=8fXUkgKwPkwYmM%3A&vet=10ahUKEwjpu_yWzevWAhUOLlAKHZkHCeAQMwhRKCIwIg..i&w=352&h=272&bih=637&biw=1360&q=IMAGE%20DEESSE%20DE%20LA%20VICTOIRE&ved=0ahUKEwjpu_yWzevWAhUOLlAKHZkHCeAQMwhRKCIwIg&iact=mrc&uact=8

Catherine JACOB

Rectification/précision à propos de Catherine JACOB | 12 octobre 2017 à 09:33

Vérification faite, il ne s'agit pas avec Huto-mani 【太占】 de deux mais d'une seule divination à comprendre donc comme suit :
Soit une divination consistant à chauffer avec du bois de Prunus grayana (l'arbre Hahaka, 波波迦) de la montagne Ama-no-Kagu-yama (où Kagu signifie 'odorant'), l'os de l'épaule d'un cervidé mâle de la montagne Ama-no-Kagu_yama, et d'interpréter ensuite l'aspect des craquelures ainsi générées. Vu qu’il faut avoir tué un (grand, probablement) cerf et décharné l’épaule, il s’agit d’une divination exceptionnelle, ce qu’indique ‘futo’, pratiquée par la déesse Ama-no-koyane et Huto-dama.
A d'autres endroits des mythes japonais il est indiqué que ce type de divination avait pour but de demander à l'oracle si on aurait un bel enfant (良き子).

La divination par interprétation des os chauffés est attestée au Japon depuis l’époque dite Yayoi qui commence vers 800 AEC (Avant l'Ère Commune, notation qui cherche à rester neutre) et se termine vers 250 EC (abréviation de AEC).
La grande majorité des vestiges exhumés pour cette période sont des os de cerf japonais et ont été pratiquées sur le revers de l’os.

Outre Déméter on peut encore observer un point commun avec Ilithyie ou Eileithyia (Gr. Εἰλείθυια) qui est la déesse de la Maternité, des accouchements et des parturientes (parfois considérée comme la simple épithète d'Héra ou de Déméter ou d'Artémis), à laquelle on offrait gâteaux au miel et encens.

On peut reconnaître dans son nom le mot grec θύος (thúos) qui signifie 'bois parfumé'.

On peut aussi présumer un point commun avec le fait que la dépouille de la victime sacrificielle est selon le rituel grec l'objet d'un découpage très précis, dont nous ne connaissons pas tous les détails, afin de séparer ce que l'on va consommer de ce qui revient aux dieux. Ce qui revient aux dieux étant les os et la fumée.

Jabiru

@Exilé 16:52

La Cour des comptes produit chaque année un état de la gabegie financière qui perdure dans notre pays. J'ai déjà sur ce blog évoqué ce cancer qui ronge nos finances et enrichit beaucoup d'aigrefins.
Le chef de l'Etat devrait donner plus de pouvoir au Président de la Cour des comptes afin de lui permettre d'engager des mesures drastiques pour lutter contre le gaspillage d'argent public et en sanctionner les auteurs. Hélas, les rapports de cette institution restent bien souvent au fond des tiroirs pour ne fâcher personne. E.Macron a le pouvoir de mettre de l'ordre dans ce domaine, souhaitons qu'il s'y emploie au sens de l'intérêt général. Il est à espérer qu'une grande attention soit portée aux dépenses concernant les prochains Jeux olympiques car beaucoup ont sans doute dans l'idée de s'en mettre plein les poches, comme d'habitude.

fugace

Permis de tuer : le prévenu échappe au mandat de dépôt.

"Son conducteur n'avait pas le permis. Il avait bu et fumé. Jugé mercredi à Nantes, cet homme de 35 ans a été condamné à trois ans de prison dont deux assortis d'un sursis avec mise à l'épreuve.
Malgré les réquisitions du ministère public, le prévenu échappe au mandat de dépôt."

Extrait de :
http://www.presseocean.fr/actualite/nozay-a-23-ans-tuee-le-soir-de-son-anniversaire-12-10-2017-249027

La Justice ?

Catherine JACOB

@ Deviro | 12 octobre 2017 à 09:57

Non seulement par copier-coller mais également par simple glissement de l'image d'un endroit vers l'autre.
Alors pourquoi ? Mais parce que comme disait Fernand Raynaud, C'est étudié pour.

Autrement dit, pourquoi est-ce que la maman oiseau prédigère puis régurgite la nourriture que les oisillons vont chercher dans leur bec ? Parce que c'est étudié pour !

Savonarole

@ Deviro de 09:57
"Comment se fait-il que ce soit si facile d'insérer une image sur certains sites, comme par exemple "Copains d'avant", "Trombi.com" et bien d'autres, dont évidemment "Facebook" où il suffit de faire un copier-coller d'une image pour l'insérer ?"

C'est étudié pour.
C'est pour ne pas désespérer les neuneus.


Jabiru

Sept "antifascistes" ont été condamnés hier pour l'attaque d'une voiture de police. Deux sont relaxés, un est en fuite, celui qui a lancé le fumigène et deux autres prévenus échappent à la détention dont celui qui a frappé un policier à coups de barre de fer alors qu'il est condamné à cinq ans de prison dont la moitié assortie du sursis.
Les policiers qui risquent leur vie quotidiennement sont sidérés par ces jugements prononcés en deçà des réquisitions et de constater qu'aucun mandat de dépôt n'ait été signifié à l'issue de ce procès.
On peut comprendre leur colère alors que plusieurs de leurs agresseurs restent en liberté.
Dans la même journée un Préfet de Région a été limogé comme un domestique et des voyous ont bénéficié d'une certaine clémence du tribunal. Deux poids deux mesures qui interpellent !

Xavier NEBOUT

@Catherine JACOB

Combien ces mythes seraient intéressants si nous connaissions le sens devenu ésotérique de ce que furent des traités de psychologie et de théologie.

Sous la lumière du soleil, se cache le plus souvent celle d'une aura dorée de sainteté comme nous le voyons dans cette image, ou la lumière spirituelle.

Etrange de voir en japonais le verbe "miru" signifier regarder, et regarder au clair de lune donner le nom d'une déesse.

Les origines communes avec les mythes et langues indo-européennes se situent vraisemblablement au plus tard dans le mésolithique.

Ce que fut la civilisation a malheureusement subi deux enterrements, celui de l'Eglise romaine au nom du Christ, puis celui du diable populiste des humanistes et francs-maçons.

Honneur aux rebelles.

deviro

@ Catherine JACOB

Objet Insertion d'une image

Comment se fait-il que ce soit si facile d'insérer une image sur certains sites, comme par exemple Copains d'avant", "Trombi.com" et bien d'autres, dont évidemment "Facebook" où il suffit de faire un copier-coller d'une image pour l'insérer ?

Catherine JACOB

à propos de Catherine JACOB | 12 octobre 2017 à 00:38

Ah, j'ai vu que j'avais tapé "année 20 de l'ère Shôwa (soit A887)" ; c'est bien sûr "année 20 de l'ère Shôwa (soit 1887)" qu'il faut lire.

Ce n'est pas mentionné dans la page en français que j'ai indiquée, mais en japonais on précise ceci : 天児屋命と太玉命を呼び、雄鹿の肩の骨とははかの木で占い(太占)をさせた, à savoir que le moyen d'attirer Amaterasu hors du rocher avait été indiqué lors d'une Huto-mani (divination consistant à chauffer l'os de l'épaule d'un cerf mâle et d'interpréter ensuite l'aspect des craquelures ainsi générées) pratiquée par la déesse Ama-no-koyane et Huto-dama, ainsi qu'une divination par l'arbre Hahaka (ancien nom en japonais de l' Uwa-mizu-zakura, soit le Prunus grayana). Cet arbre a la particularité de présenter deux types de branches, tombantes et redressée, qui ne fleurissent pas simultanément et sont vraiment distinctes.

Donc, un autre point commun avec Déméter apparaît être celui de l'épaule. Ceci dit, dans le cas de cette dernière, ce n'est pas une épaule de cerf mais l'épaule de Pélops. Elle n'a pas servi à l'occasion d'une divination, mais d'un repas totémique .

Achille

Hé ho les amis ! Les photos c’est beau, c’est plus rigolo que les textes interminables, je suis le premier à en convenir. Mais il faut aussi penser aux contributeurs qui habitent dans des zones rurales où la fibre optique n’a pas encore été installée. Plus de photos signifie plus de temps pour obtenir le contenu du billet. Alors on se calme !

Bon en ce qui me concerne j’ai appris que la F.O. arriverait en 2018. Encore une petite année à patienter, mais on y arrive !

fugace

@ Noblejoué - 11 octobre 2017 à 22:45

Je viens donc à le rescousse :

hebergement d'image

Ceci m'a permis en plus de me cultiver,

http://www.linternaute.com/expression/langue-francaise/14757/a-la-rescousse/

et de rêver :
http://www.parismatch.com/Actu/Insolite/Inondations-au-Texas-les-monster-trucks-a-la-rescousse-1339406

Catherine JACOB

@ Noblejoué | 11 octobre 2017 à 22:45

Si vous oubliez la première moitié de la formule, l'image n'apparaît pas.
Voici donc votre image qui montre Uzume, la déesse de la gaieté et de la bonne humeur, dansant pour faire sortir Amaterasu de la grotte où elle s'est enfermée :
Légende : 天岩戸神話の天照大御神(春斎年昌画、明治20年(1887年))= Peinture de EDA Toshimasa, année 20 de l'ère Shôwa (soit 1887), l'Amaterasu de la légende AMA-no-IWATO.
Le pourquoi de cette histoire qui rappelle par certains côtés le mythe de Déméter, se trouve ICI.

Deviro

@Catherine JACOB | 11 octobre 2017 à 20:48

Objet : VOTRE TUTORIEL "image sur le blog de PB"

Merci infiniment pour votre tuto qui est parfaitement clair.

La procédure pour le cas N° 2 est assez lourde mais je crois qu'il faut la polarder un bon coup et ça ira...

L'ennui, c'est qu'on ne peut pas tester sa manip sur le blog de PB. Si on a fait une erreur, impossible de la corriger, ça part dans le tuyau...
...à moins qu'on ait le temps de déceler l'erreur dans l'Aperçu

Encore merci pour le temps que vous avez bien voulu me consacrer.

J'ai donné bénévolement des cours d'informatique-bureautique à des retraité(e)s il y a quelques années. Je vous ferai découvrir un jour une fonction... très "dangereuse" dans le Word de Microsoft !

Noblejoué

Oh, inutile, l'image n'a pas été envoyée, c'est sûr, dommage, la déesse du soleil du Japon.
Je n'arrive jamais à copier, terrible, pas la moindre mémoire et précision de code, cause-conséquence, rien d'autre. J'ai dû me tromper sur je ne sais quel espace. Vu la conséquence, ce doit être la cause.

Sinon, on pourrait imaginer que le soleil ne se couche plus, dévore les ombres, dérobe les rêves, l'inverse de la peur de manquer de soleil, celle de manquer d'ombre. Je suppose que cela a pu être traité, ou le sera, du moins, avec le manque d'ombre permettant de voir les étoiles, la nuit. Certains peuples d'Elfes de Tolkien préféraient lune et étoiles au soleil.
A approfondir, peut-être.

Cette question de genre des mots est assez digne de provoquer des bâillements, chacun fait du genre arme de guerre et cause de guerre culturelle, polémique.
J'aurais préféré que les choses neutres, comme étoiles, arbres, fleurs, soient neutres, les mâles et femelles, mâles et femelles. A défaut, il sera intéressant, si ce n'est fait, d'étudier les genres des mots dans le temps comme dans l'espace.

J'avais lu un conte politiquement correct à se tordre contre politiquement et non politiquement correct, parmi d'autres. Un frère et une sœur firent inopinément un bonhomme de neige doué de conscience qui voyant leur dispute ne voulut être ni mâle ni femelle, neutre, et alla, sous les spots trop chauds des projecteurs, lutter contre le réchauffement climatique.
Brave bonhomme !

Noblejoué

@ Catherine JACOB et Deviro

Qui tape l'incruste ?

Peut-être bien le soleil, si les ténèbres lui résistaient. Et donc, j'essaie d'illustrer par le - ou faudrait-il dire la - soleil ?

http://institut-symbiosis.com/wp-content/uploads/2013/05/ama-555x273.jpg>

Catherine JACOB

@ Deviro | 11 octobre 2017 à 19:03

Vous souhaitez donc que je vous «tape l’incruste » d’image ? C’est ça ? Ok. Je vous dactylographie ça.

Cas n°1 : l’image que vous souhaitez insérer est déjà sur le web, autrement dit possède déjà une adresse. Cette adresse se terminera par un . (soit un point) suivi du type de format de l’image : jpg en minuscule ou en majuscule, png, gif etc. Exemple d'adresse d'image: https://dictionary.xgoo.jp/img/ph_column_03.jpg

Vous procédez alors comme suit : Il ne faut pas oublier de laisser un espace entre img et src. En revanche, il ne faut pas laisser d’espace entre le début de l’adresse et le premier signe " et pas non plus entre la fin de l’adresse et le deuxième signe ". Quelquefois l’image est encodée de telle façon que vous pouvez la redimensionner, quelquefois non.

Cas n°2 : l’image que vous souhaitez insérer n’est pas encore sur le web, autrement dit ne possède pas encore d’adresse. C’est plus compliqué car, comme le blog n’est pas tenu par un hacker, il ne peut pas récupérer votre image directement depuis votre ordinateur et il convient donc que vous la postiez une première fois sur un espace de stockage extérieur à votre ordinateur. La plupart des fournisseurs d’accès Internet proposent aussi un tel espace appelé « cloud ». Une fois votre image téléchargée sur le cloud, vous demandez au cloud de générer pour cette image une adresse incorporable à une page web ou un blog. L’adresse une fois générée au format souhaité, vous la copiez puis la collez entre les deux signes ".

Est-ce assez clair ?

Maintenant pour ce qui est de taper l’incruste en général, quand un groupe non officiellement géré par l’Université indique dans l’information d’une conférence : « Accès libre - Conférence suivie d'une discussion », même si vous n’ignorez pas que les squatters de l’université concernée ne souhaitent pas de vrais contradicteurs, il n’y a aucune raison de ne pas ‘taper l’incruste’, bien au contraire.
Le problème c’est qu’une fois qu’ils l’ont compris, ils n’indiquent plus « accès libre » mais comme ils ne sont pas autorisés à limiter l’accès à leur seul cénacle d’ouailles béates puisque qu’il s’agit d’un établissement public qui déjà les tolère et non d’un club privé, ils n’indiquent plus rien du tout. Comprenne ou pas alors qui voudra.

Vous me direz pourquoi s’entêter à dépenser le coût d’un trajet loin d’être gratuit, pour assister à de l’entre-soi de gens qui soit s’expriment dans un français épouvantable ou encore dont la prononciation de l’anglais est totalement incompréhensible même avec la meilleure volonté, soit se la pètent avec des thématiques de « philosophie orientale » par exemple dans des exposés à peine dignes d’élèves de terminale où l’idéologie à l’œuvre est ce qu’il y a de plus évident ?

Et je vous répondrai : « Mais parce que le choix est hélas limité en France, de se tenir au courant des tendances de qui s’imagine faire la loi en la matière et privilégie le jeunisme à la Hollande vu que seule la production des ‘jeunes chercheurs’ ou des non spécialistes est à la portée de leur capacité de critique utile ! ».

Pour en revenir à l’incruste d’image proprement dite, je pense avoir été assez claire, à défaut je demeure à votre disposition pour tout développement d’explications éventuellement souhaitable.

Ellen

@ anne-marie marson | 11 octobre 2017 à 14:20

http://www.huffingtonpost.fr/2017/01/09/gerard-collomb-vit-un-cauchemar-depuis-que-son-salaire-a-ete-r_a_21651039/

Maire de Lyon entre 2001 et 2017, Gérard Collomb s'est blanchi pour nous faire croire qu'il n'y est pour rien. Ainsi son honneur est sauf en ayant limogé le Préfet de son ex-département. Tous ces dysfonctionnements ne datent pas d'hier. Bizarrement et pour calmer la population, M. Collomb ne les découvre que seize ans plus tard, après le double meurtre de deux jeunes femmes alors que d'autres dysfonctionnements étaient patents bien avant mais jamais révélés au grand jour. Silence et opacité des préfectures et de certains maires ?

breizmabro

@ Catherine JACOB | 11 octobre 2017 à 16:18
"...à l’international, nombre de féministes, y compris anglaises et américaines, n’apprécient pas du tout qu’on les appelle écrivaines, poétesses ou avocates, arguant du fait que cela les définit d’abord comme femmes au lieu de les définir plutôt comme personnes."

Entièrement d'accord.

Mais pour rire : de mon temps on disait qu'une pharmacienne était l'épouse d'un pharmacien, mais en réalité une pharmacienne est inscrite à son ordre professionnel comme... pharmacien.

Faut dire que les ordres, pétainisés, sont toujours en vigueur :(

Ya du boulot Catherine.

Adéo :)

Deviro

Requête à Catherine JACOB

Hors sujet (pardon !)
Le bruit court dans le Landerneau que vous êtes championne en "incruste d'image" sur le blog !
Je ne sais pas comment on fait...
Pourriez-vous faire pour moi un petit tuto soit à l'adresse provisoire ci-dessous, ou si vous préférez, directement sur le blog ?
blog_image@yahoo.com

En vous remerciant pour le temps que vous me consacrerez.

kesaco

@Catherine JACOB | 11 octobre 2017 à 16:18

Et malheureusement ces princes qui nous gouvernent veulent faire adopter cette écriture inepte et la conseillent déjà aux PME... qui, bien entendu, n'ont pas d'autres chats à fouetter !!

http://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/wp-content/uploads/2017/10/Guide-Egalite-femmes-hommes-Mon-entreprise-sengage.pdf

Ceci émane du ministère du Travail...

Exilé

@Jabiru
"...un manque de moyens..."

Ah ! Parlons-en de ce fameux manque de moyens qui permet souvent de tout excuser même s'il est hélas bien réel, il suffit par exemple de voir la grande misère des services de police...

Mais il faut bien reconnaître que ce manque de moyens, découlant de divers choix budgétaires pas toujours très heureux quand ils ne sont pas scandaleux, est loin d'être une fatalité.
Est-il normal que l’État ponctionne autant les contribuables français - du moins les derniers qui paient encore des impôts - pour jeter ensuite l'argent par les fenêtres, au détriment de ses tâches régaliennes, les seules qui justifient son existence, pour s'occuper de tout et de rien et de ce qui ne le regarde pas ?

Le pire, c'est que de l'argent, il y en a, ou du moins il aurait pu y en avoir si une véritable gabegie généralisée ne sévissait pas dans notre pays.
Ce n'est pas moi qui le dis, c'est la Cour des comptes.

Catherine JACOB

@breizmabro | 10 octobre 2017 à 16:27

Peut-être avez-vous lu l’article du Figaro du vendredi 6 octobre intitulé « L’écriture inclusive »?
On y trouve une interview de Michael Edward, premier Britannique élu à l’Académie française et au Collège de France, excusez-moi donc du peu.

Cet académicien y livre une opinion non politique mais strictement linguistique contre le français saccadé ou fautif auquel l’obsession féministe de la féminisation à outrance perdant tout signification du point de vue de la langue au profit d’un martelage de l’identité sexuelle du locuteur-trice (qui soit dit en passant fait totalement fi de l’identité sexuelle de l’auditeur alors que certains systèmes linguistiques tiennent compte et de qui est ce ‘JE’ qui parle et de à qui ‘JE’ parle, ce pas nécessairement sous le régime de l’identité sexuelle mais sous le régime de l’identité hiérarchique qui inclue la différence de l’âge et donc des nuances particulières de respect, mais bon, ça génère une complexité d’une compréhension totalement hors de portée de la cervelle à l’ail de nos féministes franchouillardes à l’intellect au ras de la pelouse que d’imaginer que l’on dialogue entre personnes et non pas entre moules-frites) et il précise qu’à l’international, nombre de féministes, y compris anglaises et américaines, n’apprécient pas du tout qu’on les appelle écrivaines, poétesses ou avocates, arguant du fait que cela les définit d’abord comme femmes au lieu de les définir plutôt comme personnes.

Exilé

@vincent ricouleau
A défaut, le sentiment d'injustice très fortement ressenti en France, sous toutes ses formes, alimentera encore et encore les extrêmes.

Ah, ces fameux extrêmes, que nous devons dénoncer comme des perroquets de même qu'à une époque on racontait des histoires de grand méchant loup pour faire peur aux enfants, ne sont-ils pas des épouvantails agités par des gens qui sont eux-mêmes des extrémistes au vu du nombre de lois scandaleuses voire dangereuses qu'ils concoctent et promulguent, pour occulter en créant une diversion leur propre incapacité à faire face aux véritables dangers mortels qui nous menacent désormais chaque jour ?

anne-marie marson

A la suite de l'assassinat de Laura et Mauranne, le préfet du Rhône a été "limogé". La mesurette a été prise. On lui reproche de ne pas avoir appliqué des procédures inapplicables.
Justice est faite ?
Les islamistes peuvent dormir tranquilles. Rien ne sera fait contre eux.

fugace

@ sylvain 11 octobre 2017 à 00:17
"C'est le blog le plus réussi de tout le Net, le plus libre, qui doit gêner et faire grincer les dents de tous ces pantins et guignols ensoutanés incompétents incapables qui envoient sans vergogne ni remords des tueurs islamistes égorger deux jeunes femmes !"

"Le préfet du Rhône, Henri-Michel Comet, va être remplacé, selon une source gouvernementale, après la remise d'un rapport pointant « de graves dysfonctionnements » qui ont conduit à la remise en liberté de l'assaillant de Marseille, qui a tué deux jeunes filles le 1er octobre."

Source OF https://www.ouest-france.fr/faits-divers/attentat/attaque-de-marseille-collomb-reconnait-des-dysfonctionnements-5303069)"

Ça voudrait dire que le préfet en question a perdu son boulot ?
Que nenni, il n'y pas eu de fautes personnelles et individuelles. Seulement un empilement de dysfonctionnements, et des erreurs de jugement.
Révoltant ?

"De la responsabilité individuelle naîtra le Chef, les Chefs qui puiseront leurs forces dans l’honneur. Car il ne faut pas évacuer trop vite que si le laxisme correspond à l’évidence à un excès de tolérance, il est nécessaire de lui opposer la rigueur si ce n’est momentanément un rigorisme (qui lui est un excès de droiture) quand cela s’avérera nécessaire.
Si sur le plan général répondre moralement de soi et de ses actes implique un certain rapport à soi-même, construit autour des valeurs reçues au travers de l’éducation et de l’instruction ; être « responsable », c’est aussi être capable, avoir les compétences professionnelles attendues et étendues.

Car il n’y a jamais d’action sans responsabilité individuelle qui ne concerne le collectif, lequel peut et doit parfois absorber et diluer la responsabilité individuelle. Mais l’action, le travail dans un collectif quel qu’il soit (en groupe, en équipe, en collectivité et plus largement en société) ne peut durablement être utilisé pour s’exonérer de sa propre responsabilité."
(Ce texte c/c est peut-être de notre hôte ; sinon, il se reconnaîtra)

Que l'Etat soit incarné par des hommes probes, ou des imposteurs, voire en certaines circonstances des voyous en col blanc (ou non), cela ne change rien. Ce sont les personnes, physiques, qui comptent pour juger de l'honneur ou du déshonneur, de la responsabilité politique, et de la responsabilité individuelle tout court...

breizmabro

"...une respectueuse indifférence !"

Certainement pas.

Son rêve serait de transformer tous les tribunaux de France en start-up dirigée par des geeks qui dématérialiseraient les demandes (des justiciables) et les réponses (jugements) que les justifiables pourraient consulter via un site dédié payant (évidemment).

Ainsi, avec quelques audiences par semaine (pour l'instant) et quelques personnels qualifiés en dématérialisation, les décisions seraient consultables via un intranet par l'avocat (ça ça existe déjà) ET son client qui pourrait consulter son dossier en échange d'un paiement par CB.

(Les tribunaux de commerce savent, eux, très bien faire fonctionner la machine à cash, pourquoi pas les autres juridictions, doit-il se dire ;))

"Faisons un rêve" (Sacha Guitry)

J'aimerais être toujours vivante pour voir ça (l'illettrée de Bretagne face à la consultation d'un jugement la concernant = un grand moment ! :D))

Je n'ai pas voté Macron mais sur ce coup-là j'ai comme un regret :D

Jabiru

Un Préfet limogé, le pouvoir coupe des têtes !
C'est une chaîne entière qui est sans doute responsable du drame de Marseille et le moment est venu de revoir toutes ces procédures et les moyens de les appliquer. La routine, les travers administratifs, un manque de moyens, des centres de rétention débordés et des représentants de l'ordre public qui n'en peuvent mais. Si le limogeage d'un haut fonctionnaire pour l'exemple est un signal d'alerte pour la fonction, il ne réglera en rien les difficultés à enrayer la violence quotidienne des personnes dérangées et irrécupérables. La tâche dépasse manifestement la fonction dans ce climat délétère qui ne va pas s'arranger.
A qui le tour demain ?

Xavier NEBOUT

@ Catherine JACOB

Des enfants, Macron n'en a pas non plus.

Grace aux progrès de l'humanité initiés par le Grand Orient, les lesbiennes s'en feront faire avec une piqûre, et on trouvera le moyen d'avoir des hommes avec un utérus.

Soyons rationnels : un enfant, c'est un animal domestique comme les autres, ça sert à assouvir ses problèmes psychiques, et tout le monde a le droit d'en avoir ou pas.

Ou alors, vous allez nous parler d'amour filial, de l'Esprit, et finalement de Dieu. Mais ça, c'est contraire aux valeurs de la république.

vincent ricouleau

Article très intéressant. Tout est lié. La justice est une médecine palliative bien souvent, face à une souffrance sociale chronique impossible pour le moment à éradiquer. D'où, en effet, des moyens adaptés et suffisants absolument indispensables. A défaut, le sentiment d'injustice très fortement ressenti en France, sous toutes ses formes, alimentera encore et encore les extrêmes.

On oublie aussi les RPS (risques psychosociaux) des professionnels de la justice, légion et très inquiétants, l'omerta est durable. Au contraire de ce qui se passe dans le secteur médical où des initiatives sont prises compte tenu des dommages.

sylvain

@Virgile | 10 octobre 2017 à 19:43
"Monsieur Bilger, vous feriez un excellent ministre de la Justice. Une personne de votre acabit, cela ne se trouve pas à chaque coin de rue."

Ah non surtout pas ! Philippe perdrait son âme et son charisme ; le voir se traîner comme un mouton aux pieds de la bien-pensance obligatoire ce serait une terrible déchéance pour lui et nous aussi ; c'est un électron libre, une icône intouchable ; il relève le niveau de cette justice pourrie par le mur des cons de la gauchiasserie du SM ; c'est le blog le plus réussi de tout le Net, le plus libre, qui doit gêner et faire grincer les dents de tous ces pantins et guignols ensoutanés incompétents incapables qui envoient sans vergogne ni remords des tueurs islamistes égorger deux jeunes femmes !

Non par pitié ne nous faites pas ça cher Philippe, ne touchez à rien, ne changez rien, vous êtes notre bol d'air dans cette atmosphère de haine polluée par la collaboration du pouvoir et de vos collègues droit de l'hommistes pédants à l'islamisme criminel et conquérant.

Noblejoué

L'indifférence peut être respectueuse. Si on admet que le monde est plus beau d'être riche et divers qu'il ne le serait d'être limité à nos goûts.
Si quelqu'un apprécie un sport mais pas un autre, il peut néanmoins admirer, mais avec indifférence, les sportifs dudit sport. La perfection, quelque chose d'estimable voire d'enthousiasmant, existe, mais sur un objet indifférent. Un agnostique peut jouir également des arguments pro et anti-religieux, sans y participer, sans passion, sans préférence même, sauf peut-être pour la cohérence, l'honnêteté intellectuelle et la créativité.

Bref, un homme de l’exécutif peut respecter une Justice qui lui indiffère.

Mais comme le Président n'est pas avare de mépris, il se peut qu'il dédaigne furieusement la magistrature et les autres personnes œuvrant dans ce que la Constitution elle-même dédaigne, non pouvoir mais autorité, la Justice.

Qui méprise sera soupçonné de mépris. Qui divise sera écarté. A voir si certains continueront à le soutenir parce qu'il secoue des gens présumés méprisables.
Les gens préfèrent-ils mépriser ensemble, avec force, tel groupe ou individu, quitte à subir le mépris, ou préfèrent-ils leur dignité quitte, eh oui, il faut se restreindre, à ménager celle des autres ?

Je parie pour le mépris. Les humains sont comme des poules, impatients d'être picorés par poule supérieure s'ils peuvent le rendre à poule inférieure.
Avec tout ça, je pense d'un coup à El condor pasa.

Exilé

Il y a du travail si on tente de concrétiser ces orientations qui s'articulent toutes autour de l'idée que la Justice est un service public (...)

Je ne fais pas le poids face au spécialiste du football et accessoirement de la justice qu'est Philippe Bilger, mais là, je tique...

L'expression service public renvoie en France à ces sinistres machins et usines à fabriquer les mégots que sont la SNCF, l'Ednat, l'Assistance Publique, France Télévisions, j'en passe et des meilleurs qui ne savent que nous étonner par leurs élevages en batterie de syndicalistes bornés, par leur gabegie et par leur mépris du public qu'ils mettent à leur service...

Non, la Justice ne relève pas du service public, elle existait même et était de meilleure qualité bien avant l'apparition en France de ces monstres...

La Justice est avant tout une fonction régalienne.
Ah, c'est vrai, j'oubliais qu'il n'y avait plus de roi...
C'est pour cela que ça ne marche pas et ne peut pas marcher.

Virgile

Monsieur Bilger, vous feriez un excellent ministre de la Justice. Une personne de votre acabit, cela ne se trouve pas à chaque coin de rue.

Robert

Excellent billet, Monsieur Bilger, une fort belle déclaration d'intentions sur ce qu'il conviendrait de faire, la politique restant à la porte de ces choix d'organisation.

J'ai écouté l'intervention à la radio ce matin de la ministre de la Justice. Elle n'évoquait que l'augmentation du nombre de magistrats. Dans ce ministère, les "petites mains" indispensables à son bon fonctionnement sont toujours oubliées.

Je vous rejoins enfin quant à l'idée de la séparation en deux corps distincts du Siège et du Parquet.

breizmabro

@ Catherine JACOB 10 octobre 2017 à 10:38
"Mme le Professeur Levade"

Madame LE professeur ? Mais quelle horreur ! Auriez-vous oublié votre dictionnaire de la féminisation obligatoire ? :D

sbriglia@Catherine JACOB

"J'ai vu que Mme le Professeur Levade n'avait pas d'enfants. Je pense qu'un garde des Sceaux doit être parent."
Rédigé par : Catherine JACOB | 10 octobre 2017 à 10:38

?...
Nous ne sommes pas au Parc Monceau, Catherine Jacob, et place Vendôme il n'y a plus de seaux depuis que les toitures ont été refaites...

(Les obscurités de la pensée jacobienne me donnent toujours de délicieux frissons : aurais-je, déjà, des symptômes d'Alzheimer ?)

Claude Luçon


"Instaurer un drastique contrôle professionnel : quel service trouve-t-on, quel service laisse-t-on ? En tirer les conséquences pour sanctionner les médiocres, les paresseux ou promouvoir, au contraire, les dynamiques et les meilleurs. Il devrait s'appliquer du plus bas au plus haut."

Que voilà un programme universel dont la gestion de la France dans tous les domaines a bien besoin, pas seulement la Justice !
Nous venons de vivre cinq années où le contraire était la règle.

Exilé

@Catherine JACOB
"J'ai vu que Mme le Professeur Levade n'avait pas d'enfants. Je pense qu'un garde des Sceaux doit être parent."

Très juste.
Il existe en effet une similitude de comportement entre les parents et les juges en ce qui concerne l'approche de l'éducation voire de la répression quand elle est nécessaire.

Ceci dit, est-il normal que le chef de l’État - et qui à ce titre symbolise le père de ses compatriotes (ou sujets) - ignore tout de la paternité ?

Nadine B

* Nommer dites-vous de futurs complaisants ou "placer" l'ancienne magistrate du mur des cons : mais Monsieur Bilger, c'est feindre d'ignorer que notre ministre de la Justice est tout à fait dans la même lignée que ses prédécesseurs...

* Faire en sorte que le Parquet ne soit plus aux ordres... Mais vous n'y pensez pas ! Comment dans ce cas engager des poursuites contre tel ou tel homme "gênant" pour le pouvoir (je ne peux m'empêcher de penser au sort réservé à F. Fillon).

* Construire des prisons, alors que politiques et magistrats pensent que ce n'est pas la solution. Certes Mme Taubira s'en est allée, mais ses pensées et pronostics sont restés.
Demander aux syndicats de la magistrature de ne pas faire de politique et de respecter la neutralité déontologique de la fonction, c'est là encore un rêve pieux.

* Et j'ajouterai : écouter en matière de lutte antiterroriste certains professionnels comme Marc Trevidic, et bien d'autres encore (au lieu de les muter au fin fond de nos provinces en les recyclant dans les affaires civiles) serait un atout non négligeable.

Mais pour tout cela il faudrait être pragmatique et un peu moins "politique" et ce n'est pas près d'arriver même si à l'heure actuelle, le pays a plus que jamais besoin d'avoir une politique pénale ferme et courageuse.
Mais on préfère encore aujourd'hui encombrer les tribunaux avec les affaires Zemmour et Bensoussan (jugés pour islamophobie et autres phobies du moment) plutôt que de s'attaquer sérieusement à la délinquance des banlieues qui gangrènent nos cités.
Certes, c'est le rôle de la Police, mais il serait souhaitable que la Justice suive derrière, et ce n'est guère le cas à l'heure actuelle (cf les multirécidivistes relâchés dans la nature très - trop - rapidement, après maintes réductions de peine automatique ou pour "bonne conduite").
Même si la politique du "tout carcéral" n'est pas toujours souhaitable, il semble que nous soyons passés à l'excès inverse.

boureau

"Indifférence respectueuse" dites-vous cher P. Bilger. L'adjectif est de trop : je dirai plutôt "indifférence dédaigneuse" !

Je ne commenterai pas votre billet n'ayant aucune expérience en ce domaine. Mais vos propositions sont certainement intéressantes car ce sujet vous passionne et nous connaissons tous votre honnêteté intellectuelle. Je vous avais dit dans un précédent billet que j'aurais applaudi avec plaisir votre passage à la tête de ce ministère ! Alea jacta est !

Toutefois, je me permets de noter une utilisation souvent fantaisiste et non contrôlée des deniers publics, comme dans le ministère de la Culture, passez voir un jour le Palais de Justice de Nantes : pharaonique ! Et pourtant, complainte entendue partout : yapasdsous !

Cordialement.

Exilé

-Mettre en oeuvre un système de responsabilité plus sophistiqué ne se contentant pas de blâmer les comportements ostensiblement scandaleux mais n'hésitant pas à viser les dévoiements de certaines pratiques judiciaires.
(…)
- Le syndicalisme judiciaire doit devenir ou redevenir une force de proposition. Il doit éviter de se muer en machine de guerre politique, servir la Justice et non pas s'en servir.

Vaste programme...
Mais Hercule nous a malheureusement quittés.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS