« Pourquoi suis-je reconnaissant envers Sud Radio ? | Accueil | Laurent Wauquiez : du neuf ou de l'ancien ? »

28 octobre 2017

Commentaires

hameau dans les nuages

@ Gavot | 30 octobre 2017 à 18:08

Oui pour l'Algérie aussi c'était fichu même si la bataille d'Alger était gagnée. Seules les conditions du lâchage ont été infectes.

Tout ça pour ça :

https://algeriepart.com/2017/10/29/photos-reve-francais-mobilise-centaines-de-jeunes-etudiants-algeriens-a-alger/

Frank THOMAS

@ Achille

Que l'esclavage ait profondément marqué les Martiniquais est une évidence. Même - et c'est sans doute ce que votre fils a pu ressentir - cette histoire est entretenue quasi quotidiennement par les intellectuels et les médias locaux jusqu'à en devenir obsédante.
Mais le peuple martiniquais dans son immense majorité sait aussi ce qu'il doit aux institutions républicaines, il voit lucidement l'état de son île et celui de ses voisines, il est très attaché à la langue et à la culture françaises et, avec des périodes de crise, c'est vrai, il continue d'aimer la France.

Achille

@ Exilé | 31 octobre 2017 à 08:58
« Eh bien vous semblez oublier que de même qu'il existe des constantes physiques ou mathématiques qui ne relèvent pas du relativisme des opinions, il existe des constantes humaines qui résistent à toute forme d'évolution au long des siècles, en bien ou en mal. »

Ces fameuses constantes dont vous parlez sont essentiellement utilisées par les couches inférieures du cerveau, à savoir le « cerveau reptilien ». Elles se limitent à trois fonctions essentielles pour l’individu : se nourrir, assurer sa sécurité et procréer.
Pour une pensée plus complexe, l’homme ne fait plus appel à des constantes mais à des variables : l’imagination, la sensibilité, le raisonnement qui peuvent être très différents d’un individu à l’autre.
C’est d’ailleurs ce qui distingue l’Homme de l’animal, encore que certains animaux soient dotés de ces facultés mais sous une forme qui leur est propre.

@ Tipaza | 31 octobre 2017 à 09:35
« Abandonner, accepter, et si l’intelligence c’était d’avoir des idées soi-même, bien à soi, qu’on pourrait partager mais pas trop ? Il en est des idées comme des sentiments, si on les disperse ils se gâtent. »

« Avoir des idées soi-même, bien à soi » ça ne veut rien dire dans la mesure où nos idées personnelles font forcement référence aux idées des autres : ceux qui ont des opinions proches des nôtres d’une part et ceux dont nous ne partageons pas du tout les idées.

C’est justement une des particularités de l’intelligence que de distinguer sa propre pensée, ses convictions intimes parmi la myriade des opinions des autres, que ce soit des philosophes très inspirés, des politiciens de haute volée ou de parfaits idiots incapables de sortir de leurs certitudes gravées en dur dans leur cerveau.

Noblejoué

@ Catherine JACOB
"J'ai été pour ma part interpellée par le fait que la pensée économique macronienne fait clairement entendre que la France n'a plus les moyens de l'égalité.
Ça donne puissamment à réfléchir sur l'avenir du reste de la formule : "Liberté, égalité, fraternité"."

Si vous vouliez nous faire part de vos réflexions, merci.

Tipaza

@ Achille | 30 octobre 2017 à 19:24
« L’intelligence c’est aussi savoir abandonner certaines idées qui n’ont plus cours et en accepter d’autres plus en adéquation avec la réalité du monde dans lequel nous vivons. »

Abandonner, accepter, et si l’intelligence c’était d’avoir des idées soi-même, bien à soi, qu’on pourrait partager mais pas trop ? Il en est des idées comme des sentiments, si on les disperse ils se gâtent.

Quant à la réalité nous la ferons à la pointe de nos baïonnettes et à la force de nos missiles de croisière, comme disait je ne sais plus qui, Poutine peut-être !

Exilé

@Achille
"L’intelligence c’est aussi savoir abandonner certaines idées qui n’ont plus cours et en accepter d’autres plus en adéquation avec la réalité du monde dans lequel nous vivons."

Eh bien vous semblez oublier que de même qu'il existe des constantes physiques ou mathématiques qui ne relèvent pas du relativisme des opinions, il existe des constantes humaines qui résistent à toute forme d'évolution au long des siècles, en bien ou en mal.

L'homme des cavernes avait déjà des vices que nous retrouvons à notre époque, même s'ils sont actuellement pratiqués par des gens prétendument élégants et roulant dans de grosses voitures et cet homme des cavernes combattait aussi ceux de la caverne d'à côté dans une logique de conquête du territoire et d'accès aux ressources.

Rien de nouveau sous le soleil, et sous cet angle le monde dans lequel nous vivons, nimbé d'un illusoire progrès mythique, n'apporte rien de mieux sous l'angle de la morale, sauf exceptions montrées par plusieurs saints, en dépit des multiples tentatives désastreuses menées par des apprentis sorciers de créer de force un homme nouveau.

Robert Marchenoir

"Napoléon Ier a bien vendu l'Alaska aux Américains..." (Ellen | 30 octobre 2017 à 11:07)

"Les Cajuns de La Nouvelle-Orléans ou de Baton Rouge s'en souviennent encore..." (Jean le Cauchois | 30 octobre 2017 à 19:22)

Ca m'étonnerait, parce que Napoléon n'a pas pu vendre quelque chose qui ne lui appartenait pas. C'est la Russie qui a vendu l'Alaska aux Etats-Unis, en 1867. Dans le climat actuel, il y a bien entendu des rodomontades de différents politiciens afin de le "reprendre", l'Alaska "ayant toujours été russe", à l'instar de la Crimée.

En réalité, l'un comme l'autre n'ont été russes que pendant deux siècles, tout au plus. Il reste tout de même une cathédrale orthodoxe en Alaska.

Cela étant, en appliquant la jurisprudence Poutine issue de l'agression militaire en Crimée, je suggère que la France, sous la présidence de Marion Maréchal-Le Pen la bien nommée, "reprenne" les Etats-Unis "qui ont toujours été français", comme l'histoire le démontre à l'évidence.

Non seulement la France a joué un rôle décisif dans la création des Etats-Unis, ce dont les Américains ne disconviennent point, mais en plus, la "Louisiane" qu'a vendue Napoléon traversait les Etats-Unis du nord-ouest au sud-est, et représentait un territoire infiniment plus étendu que l'Etat de Louisiane actuel.

Je ne vois vraiment pas comment Thierry Mariani, Nicolas Dhuicq, Marine Le Pen et Sergueï Lavrov pourraient s'opposer à cette juste restitution historique.

caroff

@Trekker
"Mais le problème numéro un est qu’elle n’avait surtout pas le droit de tirer, et elle ne pouvait le faire qu’en état de légitime défense ! Cela les « garimpeiros » le savent fort bien."

Je sais et je suis pour l'application de l'article 36 de la Constitution !

semtob

Cher Philippe,

Sans courroux, mais il y aurait de quoi, pour ne pas oublier la ville de Kourou et son prestige pour la France. Suivez le fil d'Ariane vers l'aventure spatiale ou lovez-vous dans la Diane éthique "En Marche".
Nous faisons le distinguo entre la scientologie, la science et les citrouilles.

"Coucouroucoucou Paloma" Nana Mouskouri
"Le vent chasse un nuage
Qui fait sa route vers l'infini
La mer parle au rivage
Et je l'écoute et je m'ennuie
Je suis seul à comprendre
La chanson de l'oiseau qui passe
J'attends d'un cœur qui tremble
Celle qui viendra prendre sa place
Cou cou rou cou cou paloma
Cou cou rou cou cou paloma
Dis-moi si l'amour existe
Moi pour qui les jours sont tristes

Cou cou rou cou cou paloma
Cou cou rou cou cou paloma

Aïe aïe aïe aïe paloma
Cou cou rou cou cou paloma
Cou cou rou cou cou
Cou cou rou cou cou paloma d'amore"

françoise et karell Semtob

Trekker

@ caroff | 30 octobre 2017 à 10:01
"…Rien, car la section qui eut pu tirer ne voulait pas prendre le risque de mort d’hommes..."

Mais le problème numéro un est qu’elle n’avait surtout pas le droit de tirer, et elle ne pouvait le faire qu’en état de légitime défense ! Cela les « garimpeiros » le savent fort bien.

Si nos gouvernants et entre autres les actuels, voulaient réellement mettre fin ou du moins réduire drastiquement cet orpaillage clandestin, ils devraient décréter l’état de siège (article 36 de la Constitution) et cela sur les deux tiers voire les trois quarts de la Guyane : seul celui-ci permettrait à nos légionnaires et autres militaires d’ouvrir le feu dans des cas similaires à celui que vous citez.

Achille

@ Exilé | 30 octobre 2017 à 13:21
« Eh oui, figurez-vous qu'il existe des gens, généralement plutôt intelligents et disposant d'un bon bagage de culture classique, qui ont banni radio et télévision de chez eux, car ils savent très bien qu'il ne s'agit là que d'instruments véhiculant une propagande grossière qu'ils refusent de cautionner.
Par ailleurs, apprenez qu'alors que trop de nos contemporains n'ont que des opinions volant au gré du vent, d'autres sont remplis de certitudes... »

Je ne suis pas certain que se couper des médias soit la meilleure solution pour comprendre le monde qui nous entoure.

Si mes opinions « volent au gré du vent », elles ne font en cela que s’adapter à l’évolution de notre société qui est en mutation permanente. Contrairement à vous je n’ai pas de certitudes, qui par définition sont intangibles.
Par contre j’ai des convictions qui reposent sur certaines valeurs acquises par mon éducation mais aussi et surtout par l’école de la vie. Cette dernière m’a souvent amené à réviser certains préjugés que je pensais absolus.

L’intelligence c’est aussi savoir abandonner certaines idées qui n’ont plus cours et en accepter d’autres plus en adéquation avec la réalité du monde dans lequel nous vivons.

Jean le Cauchois

@ Ellen à 11:07
"Napoléon Ier a bien vendu l'Alaska aux Américains"

Les Cajuns de La Nouvelle-Orléans ou de Baton Rouge s'en souviennent encore et reprochent à Louis XV d'avoir acheté la Corse - avec tous ses habitants - aux Génois. Heureuse époque (?) où le pouvoir royal pouvait agrandir son territoire !

Gavot

@ hameau dans les nuages
"...Le vendre ? Pourquoi le vendre ? Le donner oui, abaisser pavillon et s'en aller vite fait en les laissant entre eux. Cette donation ne rapportera rien mais ne nous coûtera plus. Même chose avec Mayotte, la plus grande maternité... de France."

J'imagine que vous aviez la même position concernant l'Algérie, du coup ? Et que vous regrettez que nous nous soyons attaché, au prix du sang de part et d'autre, à tenter de conserver en vain ce territoire ?

Jean le Cauchois

@ Gavot à 09:08

Merci pour votre correction. Pendant que j'avais demandé à ma main de taper "Maldives", je devais penser aux Malouines, un équivalent (approximatif) français et j'imaginais la réaction nationale, si une autre nation avait voulu s'en emparer par la force ! Ceci étant, je ne suis pas partisan de céder quelque pouce de territoire que ce soit, même s'il n'y a aucune population installée dessus. Mais il faut avouer que ces parties de territoire très excentrées sont singulières à conserver, surtout avec les standards de la métropole.

Catherine JACOB

Le style est l'homme même
Cette formule célèbre est extraite du discours prononcé par Buffon à l’Académie française, lors de sa séance de réception, le 25 août 1753 (ce texte est connu sous le titre de Discours sur le style).

Vers quelque sens qu'on cherche à le tirer, il est clair que ce que dit la formule c'est que le style dit aussi quelque chose de l'individu qui l'adopte.

Extrait : "Il s’est trouvé dans tous les temps des hommes qui ont su commander aux autres par la puissance de la parole. Ce n’est que dans les siècles éclairés que l’on a bien écrit et bien parlé. La véritable éloquence suppose l’exercice du génie et la culture de l’esprit. Elle est bien différente de cette facilité naturelle de parler, qui n’est qu’un talent, une qualité accordée à tous ceux dont les passions sont fortes, les organes souples et l’imagination prompte. [...] C’est le corps qui parle au corps ; tous les mouvements, tous les signes concourent et servent également. Que faut-il pour émouvoir la multitude et l’entraîner ? Que faut-il pour ébranler la plupart des autres hommes et les persuader ? un ton véhément et pathétique, des gestes expressifs et fréquents, des paroles rapides et sonnantes."

Hum ! Cela ne vous rappelle-t-il pas certaine campagne présidentielle?

"Mais pour le petit nombre de ceux dont la tête est ferme, le goût délicat et le sens exquis, et qui, comme vous, Messieurs, comptent pour peu le ton, les gestes et le vain son des mots, il faut des choses, des pensées, des raisons ; il faut savoir les présenter ; les nuancer, les ordonner ; il ne suffit pas de frapper l’oreille et d’occuper les yeux ; il faut agir sur l’ame et toucher le cœur en parlant à l’esprit.
Le style n’est que l’ordre et le mouvement qu’on met dans ses pensées."

Bien. J'ai été pour ma part interpellée par le fait que la pensée économique macronienne fait clairement entendre que la France n'a plus les moyens de l'égalité.
Ça donne puissamment à réfléchir sur l'avenir du reste de la formule : "Liberté, égalité, fraternité".

hameau dans les nuages

@ Ellen | 29 octobre 2017 à 22:08

Le vendre ? Pourquoi le vendre ? Le donner oui, abaisser pavillon et s'en aller vite fait en les laissant entre eux. Cette donation ne rapportera rien mais ne nous coûtera plus.

Même chose avec Mayotte, la plus grande maternité... de France.

Exilé

@Achille
Ainsi donc vous n’écoutez pas les médias (éditos, débats, discours politiques). Ou si, toutefois, vous les écoutez, ils n’ont aucune influence sur votre pensée. Vous avez déjà votre opinion et rien ni personne ne saurait la remettre en cause. Trop fort !

Eh oui, figurez-vous qu'il existe des gens, généralement plutôt intelligents et disposant d'un bon bagage de culture classique, qui ont banni radio et télévision de chez eux, car ils savent très bien qu'il ne s'agit là que d'instruments véhiculant une propagande grossière qu'ils refusent de cautionner.

Par ailleurs, apprenez qu'alors que trop de nos contemporains n'ont que des opinions volant au gré du vent, d'autres sont remplis de certitudes...

Giuseppe

Ses meilleures prestations, il aurait retrouvé ses bons mots qui ne faisaient rire que lui et les courtisans, un représentant de commerce en devenir... Au fond un bavard en devenir.

Ellen

Aujourd'hui, si la Guyane n'est qu'un département d'outre-mer, anciennement une colonie reconquise au final par les grands artisans français de la colonisation après d'incessantes disputes acharnées entre l'Angleterre, le Portugal, la Hollande à l'époque de Louis XIII et ensuite sous Louis XV, qui peut nous empêcher de refaire l'histoire, mais cette fois-ci dans l'autre sens, non ? Rendons à César ce qui appartient à César.

Napoléon 1er a bien vendu l'Alaska aux Américains pour continuer à faire ses guerres et il n'y a pas eu de révolte.

Je parie qu'un jour, la Guyane ne sera plus française. Elle sera soit brésilienne soit indépendante.

Achille

@ Frank THOMAS | 30 octobre 2017 à 10:11

Il se trouve que mon fils a passé trois ans en Martinique et sa version est fort différente de la vôtre.
Ne me dites pas que parmi la population qui, dans sa grande majorité, est issue de descendants d’esclaves certains ont déjà tout oublié. Ce sont des choses qui ne s'oublient pas.

Frank THOMAS

@ Achille
"Ces gens-là ne se sont jamais sentis français"

Pour avoir passé une grande partie de ma vie de professeur outre-mer, notamment en Martinique, j'oppose un démenti à cette affirmation. Ce sont des assertions de ce genre, justement, qui peuvent les faire douter.

caroff

@Trekker
"Pour ce qui est des « garimpeiros », nous n’avons qu’a appliquer la méthode des Brésiliens."

Pour ajouter à ce que vous écrivez sur la technique des "hélicoptères", il faudrait peut-être donner la possibilité à l'armée de riposter ou d'attaquer réellement les fauteurs de trouble.
Sur un affluent du Maroni, une section de la Légion s'installe et établit un barrage constitué de bidons de carburant, vides, pour ne laisser qu'un étroit passage le long de la rive avec pour objectif de contrôler les pirogues de supposés garimpeiros.
Un jour, la section est alertée par un bruit de moteur de hors-bord tournant à pleine puissance. A peine arrivés sur la rive, les militaires voient arriver au milieu du cours d'eau deux pirogues propulsées par des moteurs de plus de 100 cv. La première pirogue saute par-dessus les bidons créant ainsi une brèche que la deuxième pirogue remplie de matériel d'orpaillage s'empresse de franchir. La décontraction des garimpeiros est telle que le pilote se permet d'avoir la clope au bec.
Que croyez-vous qu'il arriva ?
Rien, car la section qui eut pu tirer ne voulait pas prendre le risque de mort d'hommes...

C'est ça la Guyane... sans compter les bisbilles entre gendarmes et flics et entre armée et gendarmes...

Gavot

@ Jean le Cauchois @ Ellen

Vous parlez bien de la terrible et sanglante guerre des Maldives ?
A part cet amusant lapsus calami vous êtes sérieusement en train d'évoquer tous les deux la possibilité de vendre une partie du territoire national avec des morceaux de vrais gens dedans ? C'est le changement d'heure ou vous avez passé la soirée au bistrot avec Wil ?

Achille

@ anne-marie marson | 29 octobre 2017 à 23:41
« En ce qui concerne Laurent Wauquiez, ceux qui le rapprochent du FN (Achille) ne savent ce qu'ils disent et ne font que répéter ce qu'ils entendent dans les médias. Je trouve que Laurent Wauquiez n'est pas de droite et en tout cas pas assez radical. »

Ainsi donc vous n’écoutez pas les médias (éditos, débats, discours politiques). Ou si, toutefois, vous les écoutez, ils n’ont aucune influence sur votre pensée. Vous avez déjà votre opinion et rien ni personne ne saurait la remettre en cause. Trop fort !
En ce qui me concerne il m’arrive régulièrement de changer d’avis sur telle ou telle personnalité politique.

Prenez François Hollande, par exemple, il fut une période où je l’appréciais. Aujourd’hui je ne peux plus le supporter.
Concernant Emmanuel Macron, vous pourrez certainement retrouver certains de mes commentaires dans les billets d’avril dans lesquels j'émettais les plus grandes réserves à son sujet. Et puis aujourd’hui, même si je ne cautionne pas tout ce qu’il fait, et surtout ce qu’il dit, notamment lorsqu’il se laisse aller à des petits dérapages de langage, je me dis qu’il fait le job et que même il peut réussir là où ses prédécesseurs ont échoué...
Et si je me rends compte que je me suis trompé, je n’hésiterai pas à le dire et même à le critiquer. Ce n’est pas de la versatilité, c’est simplement de la cohérence.

Nous avons tous notre propre référentiel, nos convictions, nos valeurs et lorsqu’une personnalité politique s’en écarte, même si nous l’avons appréciée par le passé, nous nous en écartons.
On ne peut pas être d’accord sur tout d’une façon irréversible ou alors nous sombrons dans une logique de secte. C’est le cas des militants des partis extrêmes, qu’ils soient de gauche ou de droite, qui soutiennent d’une façon inconditionnelle leur leader politique, un peu comme le ferait un adepte d'une secte envers un gourou.
Attitude malsaine car elle conduit à une aliénation mentale en se conformant à un dogme qui empêche toute liberté de pensée. A fuir !

@ Frank THOMAS | 29 octobre 2017 à 13:18
« Aucune chance, selon lui, que ces citoyens aiment la France, dont la Guyane fait partie depuis Henri IV ? »

Aucune chance, la durée pendant laquelle ce territoire a appartenu à la France ne fait rien à l’affaire.
Par contre la distance, les coutumes et l’attitude des gens de la métropole avec les autochtones font qu’en fait, ces gens-là ne se sont jamais vraiment sentis Français.

Idem pour la Martinique et la Guadeloupe où les Békés n’ont jamais été en odeur de sainteté peut-être pour de bonnes raisons.
Quand on a été esclave pendant des générations, il y a des choses qu'on n'oublie pas.

Jean le Cauchois

@ Ellen à 22:08
"Pourquoi ne pas vendre ce bout de territoire français (la Guyane) qui nous coûte les yeux de le tête ?"

Bonne suggestion mais comment faire ? La Guyane, territoire français, a une frontière de près de 800 kilomètres avec le Brésil (ce qui fait du Brésil le pays avec lequel nous avons la plus longue frontière, mais oui !!). Quel chef d'Etat pourrait proposer une telle solution... quel acheteur, quel prix, quelles compensations...? Si c'était d'actualité, imaginez les prises de position de Mélenchon, de Marine Le Pen... J'ai vécu au Brésil et je suis repassé par les Antilles (Martinique, Guadeloupe) en rentrant en France avec ma famille. Souvenirs oubliables (les douaniers, le personnel des hôtels, des agences, des restaurants...) par comparaison avec les relations avec les équivalents brésiliens. Le véritable problème, c'est que c'est invendable. Allez y faire un tour pour fortifier votre opinion. Mais c'est notre histoire qui, pour la Guyane et les Antilles, remonte au début du XVIe siècle. Et si un pays voisin (le Brésil ?) voulait récupérer la Guyane, le chef de l'Etat en exercice devrait rejouer un scénario "Malouines = Grande-Bretagne vs Argentine). Imaginez les commentaires d'Alex paulista !

Trekker

@ caroff | 29 octobre 2017 à 14:34

Mais notre Président, tout martial qu’il soit en parole, s’est bien gardé d’évoquer en Guyane les deux problèmes que vous décrivez : primes et avantages divers des fonctionnaires, et « garimpeiros » clandestins qui non seulement pillent l’or local, mais polluent gravement tous les cours d’eau.

Dans tous nos DOM-TOM ces traitements de nos fonctionnaires pouvaient peut-être se justifier dans les années 50, mais pas en 2017 ! On pourrait à la rigueur leur accorder une prime de 10 à 15 % maximum s’ajoutant à leur salaire, mais supprimer piscine et domesticité rattachées à leurs logements pour "nécessité de service". En cette période de disette budgétaire notre gouvernement n’hésite pas à raboter la majorité de nos concitoyens, alors au nom de quoi n’ose-t-il pas mettre fin à cette gabegie dans les DOM-TOM. Bien évidemment ces fonctionnaires hurleront et feront grève, mais ils ne représentent au plus que quelques % de toute la fonction publique !

Pour ce qui est des « garimpeiros », nous n’avons qu’a appliquer la méthode des Brésiliens. Depuis plus de dix ans dès qu’un chantier clandestin d’orpaillage est repéré, un hélicoptère le survole et somme par haut-parleur les « garimpeiros » : vous avez 45 minutes maximum pour quitter les lieux en n’emportant que vos effets personnels. Une heure après cette sommation, deux à trois hélicoptères militaires traitent la zone au canon de 20 mm et/ou mitrailleuse de calibre 50, et cela assorti de lâcher de grenades incendiaires et défensives. Résultat, les « garimpeiros » et tous les trafics qui y sont liés ont quasi disparu de la jungle nord-ouest du Brésil. Ils se sont alors repliés en Guyane française, et chez nous l’emploi de cette méthode brésilienne est impensable : SM, Libé, Le Monde, CEJ, et autres défenseurs vétilleux des droits de l’homme y veillent !

Bien évidemment le sort des Amérindiens, premières victimes de cet orpaillage clandestin, et qui sont quand même des citoyens français, cela ne préoccupe pas tous ces défenseurs des droits de l’homme à géométrie variable !

anne-marie marson

En ce qui concerne Laurent Wauquiez, ceux qui le rapprochent du FN (Achille) ne savent ce qu'ils disent et ne font que répéter ce qu'ils entendent dans les médias. Je trouve que Laurent Wauquiez n'est pas de droite et en tout cas pas assez radical.

En ce qui concerne Marine Le Pen, paraît-il en chute dans les sondages et dont l'émission sur France 2 aurait fait un flop, ce n'est pas Marine Le Pen qui est mauvaise, mais Léa Salamé et l'émission. Les gens ne supportent plus ces lynchages médiatiques et ne regardent plus ces émissions.

En ce qui concerne Emmanuel Macron, il est beaucoup trop attaché au symbolisme pour être crédible.

Ellen

La Guyane a toujours été un grand problème pour la Métropole et elle le restera. Pourquoi ne pas vendre ce bout de territoire français qui nous coûte les yeux de la tête à l'Etat le plus offrant ? On est un peu fou de le garder.

Achille

@ fugace | 29 octobre 2017 à 14:42

Je suis allé sur votre lien et j’ai patiemment écouté les propos de Laurent Wauquiez. Je constate qu’il se comporte comme s’il était déjà le président de LR. Ce qui prouve, s’il en était besoin, que cette élection est une mascarade, vu que les résultats sont connus d’avance.

Il n’a pas tenu, cette fois-ci, les propos agressifs en l’encontre d’EM. Propos d’une rare violence, condamnés par des personnalités de son propre parti comme Éric Woerth notamment.

Comme l'a dit un député « constructif » dans un entretien, « Wauquiez c’est le militant FN sans le chien policier » encore que le chien ces derniers temps n’est pas très loin.

duvent

@ CYMBALUM MUNDI ICI ET AILLEURS !!

Il va falloir que certains cessent de préconiser l'aveuglement comme une solution, ou qu'ils aient la chance de rencontrer Paul qui se rendrait fortuitement à Damas, et qu'on appellerait "saint", pour la raison qu'il aurait trébuché et en aurait déduit qu'il était bon et même excellent de se relever...

Il va falloir que d'autres cessent de croire possible l'impossible qui consiste à vouloir arrêter le temps. Qui comme nul ne l'ignore s'écoule inexorablement et l'horreur ultime est que tout cela se fait silencieusement...

Obiter dictum, comme dirait ma grand-mère : il vaut mieux lire ça que d'être aveugle !

Exilé

@Claude Luçon
"Nous avons notre Daech à nous, chez nous, pas à 12 000 lieues !
Un peu partout en France : Montpellier, Toulouse, Paris et banlieues, Nice, Marseille, Saint-Étienne-du-Rouvray, Magnanville... dans les églises, les musées et même dans le train, y compris la gare !
Ils kalachnikovent, s'explosent, coupe-gorgent, bouteilles-de-gazent, coultellent... ! (C'est du patois français daechien)"

J'aime vous l'entendre dire (ou voir écrire), cher Claude. Nous sommes bien d'accord que c'est le fond de la question.
C'était juste pour voir si vous suiviez...

Et pour les gens qui se gratteraient le crâne avec perplexité, la Syrie se trouve à environ 800 lieues de la Grille du Coq, à vol d'oiseau.

Claude Luçon

@ k.verne | 29 octobre 2017 à 12:58

Pour vous c'est : "Qu'importe le commentaire pourvu qu'on ait ait l'ivresse !"
Cette fois-ci on trinque avec vous !

@ Exilé | 28 octobre 2017 à 20:07
"Mais quel courage y a-t-il à pointer du doigt « Daech » (État Islamique en français), dont nous sommes séparés par 12 000 lieues ?"

Pour plagier Christophe Maé : "Il est où l'Exilé, il est où !"
12 000 lieues, 48 000 kilomètres ou presque, c'est loin !
Nous avons notre Daech à nous, chez nous, pas à 12 000 lieues !
Un peu partout en France : Montpellier, Toulouse, Paris et banlieues, Nice, Marseille, Saint-Étienne-du-Rouvray, Magnanville... dans les églises, les musées et même dans le train, y compris la gare !
Ils kalachnikovent, s'explosent, coupe-gorgent, bouteilles-de-gazent, coultellent... ! (C'est du patois français daechien)
Et lorsque nous sommes à court, les Belges, juste au nord des Hauts-de-France, nous envoient les leurs !
"Revenez Exilé !"

Aliocha

@ caroff

Personnellement, je préfère Proust aux somnifères, le génie à la chimie, la réflexion au slogan, la réalité complexe aux réflexes simplistes de blogueur reptilien.
Chacun ses goûts !

michel007

Enfin, la fin de la langue de bois. La rue n'a pas à être là pour diriger la France. Dénoncer les hommes en cagoule est la moindre des choses. Il n'est pas acceptable de devoir supporter des anonymes dans leurs revendications. Seuls, les hommes qui affirment leurs convictions peuvent avoir le droit de s'exprimer, sinon, c'est accepter tout et n'importe quoi. Pourquoi tant de défiance, sinon parce qu'on a peur de ce que l'on va dire, et d'être montré du doigt pour cela ? Quel dialogue pourrait s'installer ? Avec qui ?

Les solutions faciles, tout le monde en a plein les poches et plein la tête. Mais ce ne sont que des utopies. Le monde est complexe. Les problèmes nombreux. Comment y faire face ? Restons humbles et modérés devant ces difficultés. Mais refusons les solutions faciles et les jugements intempestifs.

fugace

@ Achille | 29 octobre 2017 à 09:06

J'en remets donc une couche. Car qui sait si LV demain, ne deviendra pas à son tour le chouchou :

https://planetes360.fr/zemmour-naulleau-18-octobre-2017/

de la 16ème à la 53ème

Trekker

Monsieur Philippe Bilger, vous vous pâmez devant les propos d'Emmanuel Macron en Guyane « Je ne suis pas le père Noël parce que les Guyanais ne sont pas des enfants ». Mais en quoi ceux-ci répondent-ils, et surtout apportent-ils même un début de réponse aux quatre maux endémiques de ce département : immigration massive incontrôlée, taux record d’homicides crapuleux, orpaillage clandestin le saccageant gravement, économie ne vivant que des transferts de la métropole (y compris le CNES).

Au lieu de cette phrase, mûrement calculée par ses communicants et qui ne pouvait faire que le buzz, aucune réponse sur le fond sur ces sujets : a minima trois sur quatre sont du ressort exclusif de l’État et ne passeraient pas une augmentation de la dépense publique, ou au plus marginalement. Bien sûr au cours de son voyage, il a évoqué quelques mesures dont l’homéopathique le dispute au flou.

Mais peu importe pour tous ces adulateurs : Macron Président a une nouvelle fois fait preuve de son intransigeance méprisante à l’égard de la populace, et ceux qui la représentent. Le message était clair « Guyanais dém...ez-vous, et ne comptez pas sur mon gouvernement ». Si au moins ils revendiquaient et prenaient leur indépendance ce serait une source d’économie, et même une bonne affaire : le bradage du CNES à nos amis américains. Ne pas oublier que derrière notre Jupiter Président, l’ex-banquier d’affaires expert en restructuration et bradage n’est pas loin.

caroff

@Robert Marchenoir
"La rémunération des fonctionnaires en poste en Guyane est... 40 % plus élevée qu'en métropole. En conséquence, le salaire moyen en Guyane est... plus élevé que dans la France entière ! (1980 euros nets, contre 1778 euros)."

C'est la même chose en Guadeloupe, en Martinique, à Mayotte, à La Réunion, à Saint-Pierre-et-Miquelon, en Polynésie française et à Wallis et Futuna, bref dans nos territoires "ultramarins" ultra coûteux...
Il y a une seule chose qui est meilleur marché qu'en métropole : le rhum. En Guyane la bouteille de la "Belle Cabresse" est accessible pour 5 € le litre et vaut les rhums martiniquais.
De quoi oublier le "bordel" invraisemblable qui commence devant le meilleur hôtel de Cayenne coincé entre le commissariat central et le palais de justice : une palanquée de junkies hurlant à la mort chaque nuit !!

Sinon, les fonctionnaires se portent très bien grâce aux logements pour "nécessité de service" avec piscine et domesticité. Les indices et les primes sont majorés d'environ 40% en effet ce qui, par répercussion renchérit le coût de la vie, et encourage les fraudes et les trafics. Les fonctionnaires restant plus de trois ou quatre ans sont "tropicalisés" c'est-à-dire qu'ils deviennent inemployables ailleurs que dans les DOM...

Le cas de la Guyane est assez spécifique en ce que 10 000 "garimpeiros" pillent l'or guyanais sans que les mesures appropriées soient mises en oeuvre : on applique dans cette sorte de Far West les mêmes lois et règlements qu'en métropole.

caroff

@ Aliocha | 29 octobre 2017 à 13:14
"La pensée, parfois court et ne déguise en rien sa complexe révélation."

Je n'apprécie pas les logorrhées proustiennes qui sont un somnifère sans équivalent : ne prenez pas modèle sur ce succédané de Stilnox, conseil de blogueur !

Frank THOMAS

@ Achille

Selon ce commentateur, si la Guyane est majoritairement opposée à l'indépendance ce serait parce que "la grande majorité de la population préfère profiter des subventions de la métropole."
Aucune chance, selon lui, que ces citoyens aiment la France, dont la Guyane fait partie depuis Henri IV ?

Aliocha

Parlez, professeur caroff, je vous écoute :

"Sans honneur que précaire, sans liberté que provisoire, jusqu’à la découverte du crime ; sans situation qu’instable, comme pour le poète la veille fêté dans tous les salons, applaudi dans tous les théâtres de Londres, chassé le lendemain de tous les garnis sans pouvoir trouver un oreiller où reposer sa tête, tournant la meule comme Samson et disant comme lui : “Les deux sexes mourront chacun de son côté” ; exclus même, hors les jours de grande infortune où le plus grand nombre se rallie autour de la victime, comme les juifs autour de Dreyfus, de la sympathie – parfois de la société – de leurs semblables, auxquels ils donnent le dégoût de voir ce qu’ils sont, dépeint dans un miroir, qui ne les flattant plus, accuse toutes les tares qu’ils n’avaient pas voulu remarquer chez eux-mêmes et qui leur fait comprendre que ce qu’ils appelaient leur amour (et à quoi, en jouant sur le mot, ils avaient, par sens social, annexé tout ce que la poésie, la peinture, la musique, la chevalerie, l’ascétisme, ont pu ajouter à l’amour) découle non d’un idéal de beauté qu’ils ont élu, mais d’une maladie inguérissable ; comme les juifs encore (sauf quelques-uns qui ne veulent fréquenter que ceux de leur race, ont toujours à la bouche les mots rituels et les plaisanteries consacrées) se fuyant les uns les autres, recherchant ceux qui leur sont le plus opposés, qui ne veulent pas d’eux, pardonnant leurs rebuffades, s’enivrant de leurs complaisances ; mais aussi rassemblés à leurs pareils par l’ostracisme qui les frappe, l’opprobre où ils sont tombés, ayant fini par prendre, par une persécution semblable à celle d’Israël, les caractères physiques et moraux d’une race, parfois beaux, souvent affreux, trouvant (malgré toutes les moqueries dont celui qui, plus mêlé, mieux assimilé à la race adverse, est relativement, en apparence, le moins inverti, accable celui qui l’est demeuré davantage), une détente dans la fréquentation de leurs semblables, et même un appui dans leur existence, si bien que, tout en niant qu’ils soient une race (dont le nom est la plus grande injure), ceux qui parviennent à cacher qu’ils en sont, ils les démasquent volontiers, moins pour leur nuire, ce qu’ils ne détestent pas, que pour s’excuser, et allant chercher comme un médecin l’appendicite l’inversion jusque dans l’histoire, ayant plaisir à rappeler que Socrate était l’un d’eux, comme les Israélites disent de Jésus, sans songer qu’il n’y avait pas d’anormaux quand l’homosexualité était la norme, pas d’anti-chrétiens avant le Christ, que l’opprobre seul fait le crime, parce qu’il n’a laissé subsister que ceux qui étaient réfractaires à toute prédication, à tout exemple, à tout châtiment, en vertu d’une disposition innée tellement spéciale qu’elle répugne plus aux autres hommes (encore qu’elle puisse s’accompagner de hautes qualités morales) que de certains vices qui y contredisent comme le vol, la cruauté, la mauvaise foi, mieux compris, donc plus excusés du commun des hommes ; formant une franc-maçonnerie bien plus étendue, plus efficace et moins soupçonnée que celle des loges, car elle repose sur une identité de goûts, de besoins, d’habitudes, de dangers, d’apprentissage, de savoir, de trafic, de glossaire, et dans laquelle les membres mêmes, qui souhaitent de ne pas se connaître, aussitôt se reconnaissent à des signes naturels ou de convention, involontaires ou voulus, qui signalent un de ses semblables au mendiant dans le grand seigneur à qui il ferme la portière de sa voiture, au père dans le fiancé de sa fille, à celui qui avait voulu se guérir, se confesser, qui avait à se défendre, dans le médecin, dans le prêtre, dans l’avocat qu’il est allé trouver ; tous obligés à protéger leur secret, mais ayant leur part d’un secret des autres que le reste de l’humanité ne soupçonne pas et qui fait qu’à eux les romans d’aventure les plus invraisemblables semblent vrais, car dans cette vie romanesque, anachronique, l’ambassadeur est ami du forçat : le prince, avec une certaine liberté d’allures que donne l’éducation aristocratique et qu’un petit bourgeois tremblant n’aurait pas en sortant de chez la duchesse, s’en va conférer avec l’apache ; partie réprouvée de la collectivité humaine, mais partie importante, soupçonnée là où elle n’est pas, étalée, insolente, impunie là où elle n’est pas devinée ; comptant des adhérents partout, dans le peuple, dans l’armée, dans le temple, au bagne, sur le trône ; vivant enfin, du moins un grand nombre, dans l’intimité caressante et dangereuse avec les hommes de l’autre race, les provoquant, jouant avec eux à parler de son vice comme s’il n’était pas sien, jeu qui est rendu facile par l’aveuglement ou la fausseté des autres, jeu qui peut se prolonger des années jusqu’au jour du scandale où ces dompteurs sont dévorés ; jusque-là obligés de cacher leur vie, de détourner leurs regards d’où ils voudraient se fixer, de les fixer sur ce dont ils voudraient se détourner, de changer le genre de bien des adjectifs dans leur vocabulaire, contrainte sociale, légère auprès de la contrainte intérieure que leur vice, ou ce qu’on nomme improprement ainsi, leur impose non plus à l’égard des autres mais d’eux-mêmes, et de façon qu’à eux-mêmes il ne leur paraisse pas un vice."

http://proust-personnages.fr/?page_id=8986

La pensée, parfois court et ne déguise en rien sa complexe révélation.

k.verne

Du fond de ma grotte-cave je trinque avec Platon :

"Ce qui me frappe chez lui, c’est le désert de l’âme. Il n’est porté que par un seul projet : lui-même. C’est un vide", "Il s’aime tant, et il a tellement besoin que ça s’incarne dans une série d’images, de louanges, qu’il ne supporte pas la contradiction des médias. Il a construit un gouvernement dans lequel personne ne doit lui faire d’ombre ; il a mis quelqu’un à Matignon mais en fait il n’y a pas de Premier ministre."
Ah, ah, ah qui a dit cela ? (non ce n'est pas Achille)

Ils ont mis la presse sous tutelle ! Qui a fait cela ?

"Depuis la Grèce, le leader de La France Insoumise a déploré que le chef de l’État parvienne à appliquer ses réformes libérales. Il "a le point pour l'instant", juge-t-il, tout en espérant que "la jeunesse se mette en mouvement" pour inverser la tendance."

Allo la jeunesse ! Allo la jeunesse !?? La jeunesse ne répond plus, qu’est-ce qu’on fait chef ?

"Pour Emmanuel Macron, la France est une île, le chef de l’Etat n’a pas dit un mot des problèmes de cohabitation que pose la culture islamique en France. Il n’a pas dit un mot des phénomènes de repliement culturel qui s’affichent ostensiblement dans les cités. Il n’a pas dit un mot de l’immigration de masse qui ébranle la cohésion nationale et bouleverse déjà les mœurs en important le sexisme, l’intimidation, l’insécurité et, parfois, le terrorisme. Il a seulement affirmé, sur ce point, que les gens "en situation irrégulière" qui commettraient des "actes délictueux" seraient expulsés. Il faut donc en déduire que le clandestin, en situation illégale par définition, ne sera quant à lui jamais inquiété".

Ah, ah, ah, qui a écrit cela et quand ?

A suivre à la trace, car il est en marche, mais attention aux crottes !

Robert Marchenoir

Quelques éléments de contexte pour comprendre pourquoi cette déclaration de non père-noélisme est la bienvenue.

Les fonctionnaires représentent 31 % de la population active de Guyane (enfin, active... passons). En métropole, ce serait 18,7 %. J'emploie le conditionnel, parce que ce chiffre ne comprend évidemment pas tous les crypto-fonctionnaires : par exemple, les salariés d'associations "privées" financées par des subventions. En particulier celles qui ont été créées par l'Etat pour faire le travail que ces messieurs les fonctionnaires sont trop fatigués pour assurer, selon un schéma maintenant bien rodé.

La rémunération des fonctionnaires en poste en Guyane est... 40 % plus élevée qu'en métropole. En conséquence, le salaire moyen en Guyane est... plus élevé que dans la France entière ! (1980 euros nets, contre 1778 euros).

L'Etat et les institutions publiques représentent... 90 % du PIB de la Guyane. Selon l'économiste Agnès Benassy-Quéré, "les transferts considérables de la métropole tirent les prix vers le haut et empêchent la diversification de l'économie guyanaise, parce que le système subventionne de la consommation et non pas de l'investissement. Au lieu de surpayer les fonctionnaires, il faut davantage investir."

Résultat : le chômage est plus de deux fois supérieur à celui de la métropole, soit 22 %.

Les économistes ont démontré depuis longtemps que plus il y a de fonctionnaires, plus il y a de chômage. La preuve est faite une fois de plus.

Et dans le reste de la France, quand Emmanuel Macron va-t-il se décider à dire qu'il n'est pas le père Noël, et que les Français doivent cesser de se conduire comme des enfants ? En chouinant, par exemple, lorsqu'il se contente de dire la vérité, à savoir que des ouvrières frappées d'illettrisme ont du mal à trouver du travail ?

Ou faudrait-il, pour que nos offusqués professionnels lui lâchent la grappe, qu'il promette à des érémistes qu'ils deviendront directeur du marketing de L'Oréal demain matin ? Ou, pour nos amis de la diversité, rois du gangsta rap à Porsche Cayenne, bagouzes à tous les doigts et bimbos pneumatiques dans chaque boîte de nuit ?

Exilé

Le président - c'est un constat, non une idolâtrie - ouvre la porte à une République des mots justes, la ferme à la démagogie des mots doux.

Et l'omerta quasi sicilienne qui règne sous ce qu'il faudrait plutôt appeler le Régime, omerta qui couvre d'une chape de plomb nombre de sujets dont certains sont graves voire scandaleux, comment la classez-vous ?

Au fait, l'Institut de la Parole dispense-t-il des cours d'omerta ?

caroff

@Aliocha | 29 octobre 2017 à 09:56

Votre phrase compte plus de 110 mots (à la louche) et décourage en conséquence la lecture :
http://bien-ecrire.fr/bien-ecrire-une-phrase-longue/

Y'a du boulot !

Achille

@ Jabiru | 29 octobre 2017 à 08:58
« Curieusement les Guyanais ne revendiquent pas leur indépendance alors que d'autres en rêvent ! »

Oh il y a bien un petit mouvement indépendantiste dont je crois Christiane Taubira et son conjoint ont été des membres éminents. Mais il a manifestement du mal à se faire entendre par la grande majorité de la population qui préfère profiter des subventions de la métropole.
On les comprend un peu ! ☺

Bibasse

Le courage ce n'est pas de passer une demi-heure dans un quartier dit sensible, entouré d'une barrière de gardes du corps mais de rétablir l'ordre républicain dans ces quartiers et de mettre fin aux agissements de cette minorité qui pourrit la vie des habitants (le phénomène étant accentué outre-mer par la non maîtrise des flux migratoires comme en Guyane ou à Mayotte).

caroff

"La République ne cède pas aux gens qui sont en cagoule"

C'est bien et ça reste à vérifier !
Il ne faut pas non plus céder aux injonctions des islamistes, à considérer leurs coutumes saugrenues ou malvenues !
Il faudrait aussi que la pression fiscale se relâche un jour, que le nombre de fonctionnaires diminue sérieusement (seulement 1400 postes supprimés en 2018, ce qui est une fumisterie) et que Macron s'attaque à résorber la dette publique (on va encore emprunter environ 80 milliards € en 2018 pour financer nos dépenses).

Des "mots justes" certes mais pourquoi pas des mesures fortes ?

Achille

@ Wil | 29 octobre 2017 à 01:02
« Vous êtes une femme ? »

Vous êtes à combien de grammes à l’éthylotest ? A mon avis vous avez dépassé les deux grammes. Mais à 1H du matin ça doit être normal ! ☺

Michel Deluré

Merci tout d'abord Philippe Bilger d'être habité par cette obsession du langage et surtout, ne faites rien pour vous en guérir ! C'est certainement une de vos qualités que nombre de lecteurs et commentateurs de votre blog apprécient et vous envient. Nous avons le privilège de détenir une belle langue, de grâce, ne la défigurons pas !

Quant au sujet ensuite développé, je ne peux que partager votre analyse et apprécier qu'enfin, pour une fois, un Président, pour lequel je n'ai pas voté et sur l'action duquel je reste encore sceptique, utilise un parler vrai, direct.
Nous n'avons effectivement que trop été leurrés par le passé par les mots bienveillants, lénifiants, les promesses irréalisables et utopiques des prédécesseurs de ce Président. Nous constatons où cela a conduit le pays.

Il ne faut plus que les discours endorment les citoyens, leur embellissent la réalité, leur masquent la vérité, les confortent dans une douce situation d'assistés.

Il ne reste qu'à espérer que l'action soit à la hauteur de la vérité et de la fermeté des mots.

Aliocha

Caverne n'écoute pas, mais dégomme quand même, attendant de pouvoir exercer sa guillotine.
Genau refuse la monture rapide qu'exige l'expression de la vérité, préférant au passage le statu quo réactionnaire qui ménage sa manie obsessionnelle si française, et les Semtob glosent sur le gel pervers de leur rejet de la greffe naïve.

Macron a compris nos institutions, et met chacun face à soi-même et à ses potentielles déviances, lui y compris.
Cela deviendra une grâce pour le pays si chacun admet d'écouter et d'entendre les paroles différentes, échappant à "la grille traditionnelle du conformisme et de l'hypocrisie" des obtus enfermés dans leur système suranné qui nie la République par manque de "savoir-vivre collectif", guettant la faute d'un président en apprentissage pour mieux ne pas se regarder et voir que le chemin qu'il indique est celui de l'établissement d'un consensus, qu'il serait temps que le pays se mette réellement au travail pour être à la hauteur du sens de ses lois, que l'effort de chacun devrait s'appliquer à ne pas céder aux injonctions démagogiques de nos divisions mortifères en voulant imposer sa propre voix, au lieu d'accepter de la mêler à un débat qui n'appelle à rien d'autre qu'à l'établissement des mots justes d'une véritable démocratie.
Y'a du boulot !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS