« La libération est-elle coupable ? | Accueil | Pourquoi suis-je reconnaissant envers Sud Radio ? »

26 octobre 2017

Commentaires

Pierre Blanchard

@ hameau dans les nuages | 30 octobre 2017 à 19:22

Attention aux "chiffres ronds", ils sont là pour marquer les esprits, et sont particulièrement mortifères dans le contexte dans lequel vous les utilisez !

L'utilisation des "morts" par des personnes "bien vivantes" m'a toujours incommodé, souvenons-nous du "parti des fusillés"...

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/10/11/01016-20151011ARTFIG00115-en-bretagne-600-croix-erigees-en-hommage-aux-agriculteurs-suicides.php
En Bretagne, 600 croix érigées en hommage aux agriculteurs suicidés
Publié le 11/10/2015 à 17:07

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/02/09/six-chiffres-cles-pour-comprendre-le-suicide-en-france_4861662_4355770.html
Six chiffres-clés pour comprendre le suicide en France
Le Monde.fr | 09.02.2016

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/04/22/97002-20160422FILWWW00056-difficiles-etudes-sur-le-suicide-des-agriculteurs.php
Difficiles études sur le suicide des agriculteurs
Publié le 22/04/2016 à 09:28

hameau dans les nuages

@ Guiseppe
"Tous nos agriculteurs se sont gavés de subventions, si demain on leur coupe les vivres ne resteront que les meilleurs"

Eh non ! Je n'avais que très peu de "subventions", qui n'en sont pas car le terme a été dévoyé. Il s'agit exactement d'aides compensatrices. On parlait aussi de primes, histoire de noyer le chien.
Et je n'en avais que très peu pour la bonne raison que mon exploitation était basée sur le pâturage et que les prairies étaient très peu aidées mais malgré tout contrôlées (photos satellites). Le plus amusant est que ces photos à un moment ont été traitées en Inde sans doute par économie, mondialisme oblige, ce qui provoqua un énorme capharnaüm. Mais bien sûr l'erreur ne pouvait être qu'une fraude de notre part.

Le maïs, lui, a été formidablement aidé mais pour la bonne raison que son prix allait être fixé à Chicago dixit Marcel Cazalé, président de l'AGPM et de la Coop locale (entre autres titres) ramassant... le maïs en présence de monsieur Bayrou (foire de Pau) et que toujours dixit Marcel Cazalé "les paysans vont devoir s'alléger pour traverser le gué".

Ainsi l'organisme collecteur s'appuyait sur les aides versées par l'Europe pour baisser le prix au producteur. Mais haro sur le péquenot profiteur et pollueur c'est tellement plus facile ! (La ou les mêmes coops fournissant les engrais, semences et intrants !) Et si leur nombre s'effondre c'est sans doute selon vous qu'ils ont été trop aidés.

J'ai fait partie d'un syndicat qui était contre ces aides PAC car dès le début il était patent que ces aides allaient soutenir le paysan comme la corde soutient le pendu.

600 suicides par an.

Savonarole

Paul Manafort, voilà un sujet qui va nous éclairer sur l'activisme ou entrisme russe de Poutine dans nos démocraties.
Démocraties que l'on compte sur les doigts d'une main de Mickey.
Ce lobbyiste est inculpé de complot contre les État-Unis, il travaillait pour Donald Trump.

C'est le scoop du jour, allumez vos TSF à galène, voyez vos gazettes.

Robert Marchenoir va grimper aux rideaux, Tomas que l'on n’entend plus va balayer tout cela depuis son Starbucks Coffee wi-fi du quartier Latin.

Au fond, l'un et l'autre vont se retrouver pour dire que cette affaire est un complot.

Le premier défendra Trump, le deuxième défendra Poutine, les extrêmes se rejoindront.

Ne plus me déranger, je fais la sieste.

Giuseppe

Tous nos agriculteurs se sont gavés de subventions, si demain on leur coupe les vivres ne resteront que les meilleurs.
L'agriculture de proximité, celle qui fait des produits à valeur ajoutée vit décemment de ses revenus et ne se plaint pas, en plus elle envahit les enseignes locales.
Pour le coup l'agriculteur produit du roturier de qualité, et c'est gagnant/gagnant pour les consommateurs aussi.

Il en est de même pour l'automobile, les Allemands vendent du beau, du luxe, du cher, comme des petits pains.
Nous avons continué à faire du porc de mauvaise qualité, plus personne ne veut acheter cette production, demandez du porc noir des Pyrénées qui s'arrache à des prix stratosphériques, son producteur est aux anges il ne travaille plus pour des clopinettes. Bien sûr c'est un extrême.

De fait nous avions perdu le rythme de faire du bon pour pas cher, et les subventions furent le résultat de l'exploitation, jamais de l'investissement qui fait réfléchir et qui fait monter en gamme au moindre coût.

Au fait, pourquoi vous dis-je cela ? je n'en sais plus trop rien... Je viens de goûter une chiffonade de porc - pas celui de Bretagne - guère plus chère, à se mettre à genoux ; avec un petit vin de terroir, of course.

Noblejoué

@ Deviro
"Une seule chose m'intrigue encore, cette phrase de vous :
"Bah, il n'y a tout de même pas plagiat"
Mais que vient faire le mot plagiat ici ?"

Eh bien le plagiat est une de mes nombreuses obsessions, entre autres parce qu'on m'en a accusé injustement. Alors, ce qui bouillonne profondément ressort quelquefois, que ce soit dans le sujet, hors sujet, ou moyennement dans le sujet, comme souvent chez la plupart, à un moment ou à un autre.

"Dont acte pour votre commentaire, tout à fait pondéré et pacifiant."

Merci, vous m'encouragez.

Deviro

@ Noblejoué | 30 octobre 2017 à 05:09

Une seule chose m'intrigue encore, cette phrase de vous :
"Bah, il n'y a tout de même pas plagiat"
Mais que vient faire le mot "plagiat" ici ?
Le monsieur a reproduit une citation avec le nom de son auteur Maître Leclerc.
Personne ne lui a reproché un plagiat !
La citation était caviardée à dessein, c'est tout. Pieusement, selon vous...

Dont acte pour votre commentaire, tout à fait pondéré et pacifiant.

Noblejoué

@ Deviro

"@ Patrice Charoulet et ses contradicteurs"

Vous n'en faites pas partie ?"

Mais si, bien sûr ! Je propose seulement que le sieur ayant été recadré, on efface son ardoise. Un peu comme je voudrais qu'on ait pitié des Grecs... Certes, il faut certainement se méfier de ceux qui ont commis des fautes, mais quand il ne s'agit pas de choses gravissimes on peut être magnanime.

En plus, ce pauvre Patrice Charoulet est utile à son corps défendant : par lui qui l'a de manière peu pertinente remis en cause, on voit qu'il faut garder le mystère des gens à pseudonyme, qu'il est malvenu de noter, scandaleux de livrer de mauvaises citations...
Autant il était normal de le recadrer ou, dans mon cas, curiosité, de savoir pourquoi il a transgressé, autant donc, après, on peut effacer.

Non ? Ce n'est tout de même pas comme s'il avait calomnié ou diffamé, sur ce blog ou en dehors. Il a rappelé à son corps défendant qu'il faut, autant que des statistiques que je prends avec des pincettes, se méfier des citations. Il a démontré la sagacité de ceux qui ont démontré sa faute, ce dont je les félicite.
Je ne suis pas pour faire semblant de rien face aux fautes, je ne suis pas à applaudir des Polanski et autres Noirs Désirs, vu la gravité de leurs fautes, et me semble-t-il, la persistance dans l'injustice... Je ne suis pas pour fouler les Grecs au pied.

Un professeur a fait preuve d'un manque de sérieux flagrant, mais ce n'était pas pour nuire et dans un contexte qui n'était pas celui de la recherche, même ici, on ne peut comparer avec une Catherine JACOB ou même un Elusen.

Mais c'est vous qui voyez.

Mon but n'est certainement pas de me fâcher avec quiconque pour un transgresseur, de faire une morale qui prenne les autres de haut pour cela. Si je vous ai offensé, je vous prie de bien vouloir m'en excuser, donc.

Mais ai-je le droit de défendre l'auteur de Beaucoup de bruit pour rien ? Et que les hommes sont inconstants. Quand je pense que j'ai failli truquer de la recherche, ici, pour me venger de quelqu'un qui, certes, l'avait bien cherché en me calomniant comme soi-disant plagiaire et autre, mais en fait, c'est le pire, est-ce que les hommes ne sont pas inconstants ?
J'étais dans l'obligation donc de défendre un homme ayant passé à l'acte, mais un acte bien moins grave et sans mauvaise intention.

Cependant, ne mettant pas au même niveau celui qui transgresse et les autres, d'autant qu'il ne s'agissait pas pour lui de se défendre, je vous prie de bien vouloir m'excuser, je prie quiconque de m'excuser si je vous ai offensé.

Deviro

@Noblejoué | 29 octobre 2017 à 21:54

"@ Patrice Charoulet et ses contradicteurs"

Vous n'en faites pas partie ?
Pourtant il m'avait bien semblé, le 28 octobre 2017 à 06:44, avoir lu ça de vous, à son intention : "Votre manipulation des textes me semble une fraude pieuse"...

Bof, un oubli, sans doute. Il est 23:13. Savonarole avait raison, après 22 h, votre truc sur Shakespeare, c'est la mort des haricots.
Sans rancune !

Noblejoué

@ Patrice Charoulet et ses contradicteurs

Bah, il n'y a tout de même pas plagiat, et Patrice Charoulet semble avoir voulu bien faire.
Que personne ne se fâche, les humains, ici en l’occurrence, dans "Beaucoup de bruit pour rien de Shakespeare", les hommes :

"BENEDICK
— Oh ! l’air divin ! – Déjà son âme est ravie ! N’est-il pas bien étrange que des boyaux de mouton transportent l’âme hors du corps de l’homme ? Fort bien, présentez-moi la corne pour demander mon argent quand tout sera fini.
BALTHAZAR chante.

Ne soupirez plus, mesdames, ne soupirez plus,
Les hommes furent toujours des trompeurs,
Un pied dans la mer, l’autre sur le rivage,
Jamais constants à une seule chose.
Ne soupirez donc plus ;
Laissez-les aller ;
Soyez heureuses et belles ;
Convertissez tous vos chants de tristesse
Eh eh nonny ! eh nonny !
Ne chantez plus de complaintes, ne chantez plus
Ces peines si ennuyeuses et si pesantes ;
La perfidie des hommes fut toujours la même
Depuis que l’été eut des feuilles pour la première fois ;
Ne soupirez donc plus, etc., etc."

Voir la version de Kenneth Branagh.

Achille

@ Bebop76 | 29 octobre 2017 à 19:22

Votre « démonstration » sur la relation entre l’éclipse de soleil et la mort de votre grand-père ressemble furieusement à un grossier sophisme. Faudrait éviter de trop prendre les gens pour des imbéciles, ils risquent de s’en apercevoir.
A toute fin utile, puisque vous ne voulez pas vous en donner la peine, je vous joins un article que j’ai pris au hasard sur Internet et qui traite de la guéguerre que se livrent les lobbys industriels et l’OMS.
Edifiant !

http://www.liberation.fr/futurs/2017/09/14/nocivite-controversee-du-glyphosate-les-lobbys-industriels-a-la-manoeuvre_1596446

caroff

@Giuseppe
"Tout dépend ce que vous mettez dans l'indice, le fameux panier de la ménagère."

Je vous parle des statistiques d'Eurostat qui, elles seules, permettent des comparaisons entre pays, le reste c'est de la bouillie journalistique...

Giuseppe

@ caroff | 29 octobre 2017 à 16:20

Tout dépend ce que vous mettez dans l'indice, le fameux panier de la ménagère.
Expliquez à ceux qui fréquentent les surfaces commerciales allemandes en France que l'indice est quasiment le même, et demandez-leur ce que contient leur panier.
Vérifiez simplement le prix du pain et si vous êtes gourmand les viennoiseries...

Lu dans l'Express/l'Expansion :

SamLaury
22/01/2015 11:41
"Mais un caddy qui me coûte 60 euros en Allemagne m'en coûte 100 en France..."

J'étais bien en dessous de la vraie vie, mais il est aussi vrai que je ne fais pas souvent mon marché.

Bebop76

@ Achille | 29 octobre 2017 à 15:34

Quand vous confondez "corrélation" et "causalité" (votre voisin atteint de Parkinson parce qu'il traite ses champs) vous ne pouvez malheureusement qu'être réceptif aux "extraits de certaines revues"... J'attends là aussi les références de ces revues, cela permettrait plus facilement de savoir de quoi on cause.

Je vais essayer d'éclairer votre lanterne sur la confusion que beaucoup de personnes font, et vous en êtes un digne représentant, entre corrélation et causalité. Je le fais à travers "mes éléments factuels à moi, ceux que j’ai vécus personnellement" comme vous dites : mon grand-père est mort à la fin des années 90, à 98 ans, le jour de la fameuse éclipse de soleil en plein midi, celle où l'illuminé Paco Rabanne avait prédit la fin du monde... La corrélation entre le décès de mon grand-père et la survenue de cette éclipse était parfaite. Faut-il en conclure que la cause de son décès était la survenue de l'éclipse ? Faut-il en conclure que les nombreuses autres personnes qui sont décédées ce jour-là sont mortes à cause de l'éclipse ?

Deviro

@Patrice Charoulet | 29 octobre 2017 à 16:34

J'ai noyé mon chagrin dans un (petit) verre de Pomerol.
Mais c'est très bien, la citation n'est pas caviardée, on progresse.
...Mais, mais, il me semble que Pierre Blanchard a écrit la même chose que La Bruyère en s'adressant à vous, cette fois-ci.
"Sachez que j'arrêterai là mes commentaires à votre endroit, vous laissant dans votre costume."
C'est plus concis, et c'est moins XVIIe, hélas...
L'abominable plagiaire !

hameau dans les nuages

@Guiseppe et vamonos

Oui 20% moins cher grâce aux esclaves des pays de l'Est :

https://www.la-croix.com/Actualite/Europe/Les-bas-salaires-cle-de-la-reussite-des-abattoirs-allemands-2013-10-21-1048085

Lesquels vont obtenir le salaire minimum de 8,50 euros /h, l'agroalimentaire et elle seule ayant l'autorisation de leur défalquer le gîte et le couvert.

Les "illettrées" ont sans doute là aussi leur vocation :

https://www.streetpress.com/sujet/1486376706-rapport-censure-abattoirs-bretons

Mais heureusement des "encore plus illettrés" viendront les remplacer en la personne des migrants.

Bon appétit pour vous sustenter.

Patrice Charoulet

@ Deviro

Pour diverses raisons, je ne m'adresserai plus à vous ici. La raison principale, suffisante et décisive est celle-ci :

"Il y a des gens d'une certaine étoffe ou d'un certain caractère avec qui il ne faut jamais se commettre, de qui l'on ne doit se plaindre que le moins qu'il est
possible, contre qui il n'est pas même permis d'avoir raison." (La Bruyère, V, 28)

Deviro

@Pierre Blanchard | 28 octobre 2017 à 23:04
"Sachez que j'arrêterai là mes commentaires à votre endroit, vous laissant dans votre costume."

Je ne connaissais pas cette expression, surtout après lui avoir taillé un costard et habillé pour l'hiver...
C'est cohérent, j'aime !


caroff

@ Giuseppe
"La nourriture coûte en moyenne 20% moins cher en Allemagne dont les salaires sont beaucoup plus élevés que chez nous, la consommation s'en ressent et ils peuvent se concentrer sur d'autres problèmes que la pure subsistance."

C'est inexact : indice 112 en France, indice 106 en Allemagne (5% environ d'écart)...

http://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/8072366/2-15062017-BP-FR.pdf/bbb70752-86a5-4c9c-bf0e-a097f773c2f8

Achille

@ Bebop76 | 29 octobre 2017 à 13:35

Je constate que vous vous gardez bien d’évoquer mes éléments factuels à moi, ceux que j’ai vécus personnellement et qui viennent corroborer les rapports scientifiques portant sur le glyphosate.

Les scientifiques qui se sont penchés sur les nuisances du glyphosate ne sont pas tous des écolos illuminés du genre zadistes, farouches défenseurs des abeilles, des grenouilles et des hérissons et leurs études valent largement celles des scientifiques à la solde de Monsanto.
Les travaux des labos soi-disant écologistes, que vous considérez avec condescendance, et qui en fait sont tout simplement des labos indépendants, valent bien les travaux des labos de l’industrie agro-alimentaire ou de l’industrie pharmaceutique.
Le lobby de cette dernière n’en est pas à ses premiers rapports scientifiques pipés concernant les effets indésirables de certains médicaments.

On peut citer le cas du Mediator (traitement contre le diabète) qui a provoqué des centaines de morts, puis dernièrement celui du Levothyrox (traitement contre les problèmes de thyroïde) dans lequel certains adjuvants ont été modifiés provoquant des malaises chez de nombreux patients, symptômes niés avec un aplomb dédaigneux par le laboratoire qui fabrique ce médicament.
Des cas comme cela il en existe des dizaines d’autres et il serait fastidieux de les évoquer.

Alors, certes je n’ai pas lu dans le détail les rapports scientifiques des experts indépendants, mais j’en ai lu des extraits dans certaines revues, j’ai entendu certains de ces experts les exposer dans les médias et leur contenu repose sur des études sérieuses qui valent largement celles que vous mentionnez.

Deviro

@vamonos | 29 octobre 2017 à 11:25
"Une chaîne de distribution allemande a le droit de vendre en France. Les prix au détail sont moins élevés que dans le cas d'une chaîne de distribution française. Ainsi je fais de plus en plus mes courses dans le magasin qui commence par un L et qui finit par un d."

Ah patron, on est mal, on est très mal !

Deviro

@Patrice Charoulet | 28 octobre 2017 à 19:52
"J'ai des choses à vous dire sur Onfray, que vous ne pouvez pas deviner et qui n'intéresseront personne d'autre."

J'ai loupé quelque chose ?
Michel Onfray a mauvaise haleine ? (sans doute des implants fabriqués en Chine...) Il sent des pieds ? Il rote et il pète en même temps ? (mais comment fait-il donc ?)
Vite, je veux savoir. Ah le gueux, le tâcheron !

Bebop76

@ Achille | 29 octobre 2017 à 08:33

Eh bien nous y voilà !
Vous parlez donc d'études que vous n'avez pas lues en me disant d'aller les chercher moi-même sur le net. Belle façon de botter en touche. Et de plus vous avez le cynisme de me dire qu'elles sont sur mon bureau et que je les connais parfaitement ! Tout y est.
Vous êtes digne de figurer au palmarès des 80% de nos concitoyens qui ont une opinion sur tout, bêlant à tout-va et essayant de répercuter la prose des activistes manipulateurs et de la presse de l'idéologie plutôt que des faits dûment vérifiés.

hameau dans les nuages

@ Robert Marchenoir | 29 octobre 2017 à 00:12

Vous êtes un grand caractériel. Je vous plains, vous et votre dame, si vous êtes marié. Sans doute à votre corps défendant, vous êtes l'archétype même du gars utile aux écolos extrémistes. L'idiot utile.

"On doit conclure que la profondeur des labours sagement faits, dépend de la qualité de la couche supérieure et de celle de la couche inférieure ; que sans cette attention, on cultivera toujours mal ; enfin, que chaque champ demande un labour particulier, dès que les circonstances ne sont plus les mêmes."
Rozier
Cours complet d’agriculture
Hôtel Serpente, 1786 (Tome sixième, pp. 123-148)

vamonos

@Guiseppe
"La nourriture coûte en moyenne 20% moins cher en Allemagne"

Une chaîne de distribution allemande a le droit de vendre en France. Les prix au détail sont moins élevés que dans le cas d'une chaîne de distribution française. Ainsi je fais de plus en plus mes courses dans le magasin qui commence par un L et qui finit par un d.

Giuseppe

@Robert Marchenoir | 29 octobre 2017 à 00:12

Bob - je me permets - là je suis scotché, vous collez à la vérité comme la peau sur les muscles.

J'ai vu un reportage, au sortir de la guerre de 39/45 notre agriculture émergeait du Moyen Age, heureusement le plan Marshall a acheminé les tracteurs.
Où sont passées les subventions pour moderniser les élevages de porcs en Bretagne ?
Demain si on autorise l'Allemagne à vendre son lait à leur prix ils laminent notre production moribonde.

Je vous l'ai déjà dit vous êtes un vrai démocrate, dénoncer pour la vérité c'est tout bénéfice à la démocratie et se regarder le nombril n'a jamais fait manger les peuples.

La nourriture coûte en moyenne 20% moins cher en Allemagne dont les salaires sont beaucoup plus élevés que chez nous, la consommation s'en ressent et ils peuvent se concentrer sur d'autres problèmes que la pure subsistance.

J'en transpire encore de votre intervention.

Achille

@ Bebop76 | 27 octobre 2017 à 19:58
« Je suis factuel Achille.
Donnez-moi s’il vous plaît les références exactes des études dont vous parlez. »

Les études vous pouvez les retrouver très facilement sur le net à l’aide de quelques mots clés, si toutefois vous ne les avez pas déjà sur votre bureau.

Quant aux éléments factuels je vous renvoie à mon post de 17H17 à l’attention de hameau dans les nuages dans lequel je raconte ma petite mésaventure et le sort peu enviable du propriétaire du champ.

Robert Marchenoir

@ hameau dans les nuages | 28 octobre 2017 à 20:50
"Mais qu'est-ce que vous voulez que je vous dise puisque vous avez réponse à tout, sachant tout."

Oui, ça vous agace, qu'on vous réponde, hein ? Ca vous ennuie de ne pas avoir le terrain à vous tout seul, à balancer les âneries habituelles sur l'agriculture. Celle-ci, par exemple :

"La terre, quand vous l'aimez, elle vous le rend. Les anciens disent en la touchant qu'elle est douce. Elle veut des préliminaires avant de se donner."

Ca c'est de l'escroquerie, Monsieur. De deux choses l'une : soit vous faites de la poésie, soit vous faites de l'économie. Mais ne prétendez pas jouer sur les deux tableaux à la fois. Et surtout, ne cherchez pas des noises à ceux qui se préoccupent, eux, d'économie.

En réalité, si vous aviez eu l'honnêteté de lire ce que j'écris, vous vous seriez aperçu que sur l'agriculture, j'ai essentiellement des questions. Et ce qui me met en colère, c'est que des ânes comme vous passent leur temps à accuser tout le monde et sa mère, en prétendant qu'ils savent tout, eux, sur l'agriculture : alors que vous ne savez rien. Ou alors si vous savez quelque chose, vous le cachez bien.

Et en plus, vous êtes une victime. Les Français vous persécutent. Les Français vous doivent quelque chose. Les agriculteurs sont de pauvres êtres persécutés par la France entière, et quand on ne chante pas à l'unisson de votre sérénade, alors c'est qu'on veut la mort du petit cheval.

Vous nous annoncez des catastrophes, vous nous expliquez que tout va mal, vous nous sortez une histoire de mule d'un air profond, et maintenant votre mule ne veut plus rien dire, il n'y a aucune conclusion à en tirer, vous auriez pu dire qu'il faisait chaud et beau, c'était juste histoire de causer.

Le progrès technique est une catastrophe, nous serinez-vous tous les jours, et puis maintenant on s'aperçoit en fait que l'immense préjudice que vous cause le tracteur, c'est que l'homme que vous avez payé tantôt pour le conduire a labouré un peu trop profond, alors qu'un peu moins, ç'aurait été mieux.

Bah oui, moi j'ai commandé un demi au bar avant-hier, le type a tiré ça comme un cochon, il a raté la mousse. Je suis une pauvre victime et les buveurs de bière sont méprisés par le gouvernement, c'est un scandale.

Vous vous plaignez à juste titre de la persécution administrative et de l'explosion des réglementations, mais vous n'en tirez pas la conclusion qui s'impose et qui consiste à réclamer une baisse drastique des dépenses publiques et un Etat faible. En fait vous réclamez le contraire, vous réclamez un Etat dictatorial qui oblige vos concitoyens à payer leur nourriture plus cher, afin de permettre à des agriculteurs inefficaces de continuer à produire sans se réformer.

Vous faites semblant de regretter une époque bénie où il n'y avait pas de subventions européennes, mais pendant des décennies, les agriculteurs français se sont félicités de ces subventions, dont ils étaient les premiers bénéficiaires au sein du Marché commun. Vous avez réclamé les subventions, vous les avez obtenues, et maintenant vous vous rendez compte que lorsque le chien réclame sa pâtée au maître, eh bien il a la chaîne en prime.

A la rigueur, vous auriez eu une révélation libérale au soir de votre carrière, vous seriez excusable, tout le monde a le droit de changer d'avis. Mais ce n'est pas votre cas : vous fustigez le libéralisme. Vous réclamez la liberté pour vous, et l'oppression pour les autres.

Et vous nous emballez ça avec un grand coup de violon, en prétendant que vous faites l'amour à la terre et que vous elle vous connaît.

vamonos

L'ortie est une plante qui peut être utile aussi bien à l'humain qu'aux végétaux.

- La soupe d'ortie est nourrissante, peu onéreuse et vaut mieux que rien du tout dans le ventre avant d'aller dormir.

- Le purin d'ortie est très utile pour obtenir des tomates goûteuses.

Avant de cueillir un plan d'ortie, il est préférable de le gifler plusieurs fois avec un outil contondant, les défenses naturelles de la plante tombent et il n'en reste plus pour piquer les mains du jardinier.

Pierre Blanchard

@ Patrice Charoulet | 28 octobre 2017 à 19:52
« Or, Marc Ghinsberg, qui a soulevé le lièvre, comme dit quelqu'un de malveillant, devait connaître à fond ce livre pour avoir pu noter qu'il manquait le mot "réactionnaire" après "blog intelligent". Sa réaction, très sobre, et laconique, mérite le respect. C'est un esprit sérieux, attentif et de bonne tenue. Cela a donné l'idée à un autre, que je ne louerai pas, de passer un temps fou à chercher l'endroit, pendant une heure ou deux, à tout recopier, à mettre en gras ce que j'avais omis. »

En premier lieu remarquez que je ne vous cite pas en intégralité, seulement la partie de votre post qui me concerne, mais qui ELLE, est citée en intégralité…

Cela devrait vous changer de votre citation tronquée : habitude(s) malheureuse(s), malencontreuse(s), en fait inadmissible(s) pour celui qui se présente comme un enseignant !! (je ne sais si je dois simplement utiliser le singulier ou le pluriel), mais sachez qu’à l’avenir, je surveillerai de près vos citations… Et ne serai certainement pas le seul.

Sur un blog initié par un avocat général, il me semble que tous, nous nous devons une certaine forme de respect, de droiture, alors évitez svp les circonvolutions oratoires qui ne vous auraient fait qu’oublier un mot : « réactionnaire » dans la citation en question, ce qui est loin d’être le cas.

Rassurez-vous je n’ai pas passé « un temps fou à chercher l'endroit, pendant une heure ou deux, à tout recopier, à mettre en gras ce que j'avais omis. »

En fait de « brosse à reluire », puisque vous réutilisez cette expression, je ne peux que constater qu’à force de vouloir jouer les préférés de Monsieur Bilger, vous ne savez même plus où vous arrêter si j’en suis votre participation sur le billet "Pourquoi suis-je reconnaissant envers Sud Radio ?"
Dans votre enfance, à la course aux bons points, vous étiez souvent prem’s ?
Et puis, SVP, cessez un peu de nous seriner avec votre « petit poste » aujourd’hui, vos « petits moyens » hier, etc.
Sachez que j'arrêterai là mes commentaires à votre endroit, vous laissant dans votre costume.

Marc GHINSBERG

Eh Patrice vous poussez le bouchon un peu loin, vous avez oublié bien plus que « réactionnaire ». Pierre Blanchard s’est effectivement donné la peine de relever tous vos « omissions ». Difficile de plaider la simple distraction.

hameau dans les nuages

@ Robert Marchenoir | 28 octobre 2017 à 14:24

Vous êtes vraiment très spécial. Je faisais simplement le parallèle du coût d'une voiture par rapport à l'animal entre avant et maintenant. Pour ce qui est du labour, puisque vous soulevez le problème, je ne suis pas contre bien évidemment sauf qu'il y a labour et labour. Vu le manque de puissance pour tirer la charrue, seuls environ les quinze premiers centimètres étaient retournés année après année. On appelle cela la terre arable. Mais sont arrivés les monstres avec des charrues allant chercher la terre morte ou inerte, les engrais chimiques compensant la pauvreté du sol retourné. Faisant labourer par un entrepreneur, je me battais pour qu'il arrête d'enfoncer sa charrue comme un malade, remontant toujours plus de cailloux ou de terre ; n'ayant jamais vu la lumière provoquant de la battance l'eau de pluie restant en surface. Alors qu'il aurait suffi d'un passage de vibro pour l'affiner et semer, il fallait multiplier ceux-ci en espérant une météo favorable.

Mais qu'est-ce que vous voulez que je vous dise puisque vous avez réponse à tout, sachant tout. La terre, quand vous l'aimez, elle vous le rend. Les anciens disent en la touchant qu'elle est douce. Elle veut des préliminaires avant de se donner.

Vous êtes le pendant des écolos extrémistes par votre comportement. C'est vous la mule.

@fugace

Eh oui ! l'ortie est considérée comme une mauvaise herbe alors qu'elle prospère dans les terres grasses avec l'inconvénient quand même d'étouffer les autres. Alors le contrôleur ne veut voir qu'une végétation digne de ce nom et souvent semée : ray-grass, trèfle, dactyle, fétuque pour les plus connues.

Je pourrais vous parler de l'énormité de la PAC confondant prairies naturelles et permanentes, vous interdisant ainsi pour ces dernières de les refaire en intercalant pendant une année ou deux un maïs pour défaire le cycle des vivaces indésirables... Cette décision a été pour beaucoup dans la liquidation de mon exploitation. J'ai eu et ai encore la rage de voir ce monstre bruxellois avaler la paysannerie traditionnelle respectueuse de l'environnement par la force des choses, bio avant l'heure et cela sans aides compensatoires.

Patrice Charoulet

Ayant été invité à déjeuner chez des amis ce midi, je découvre ce soir divers commentaires touchant ma citation d'un passage du dernier livre de Maître Henri
Leclerc qui m'avait été offert par un aimable intervenant, que je considère comme l'un de mes meilleurs amis.
Je ne citerai pas le nom ou le pseudo de deux dames et d'un homme qui avaient réagi singulièrement à ce don, complètement imprévu et pas du tout cherché.
Ce livre m'aura décidément causé beaucoup d'ennuis.

Rebelote ces jours-ci. Pour ceux qui ne l'ont pas lu, une info préalable : ce livre a cinq cent pages. Philippe l'a lu, je le cite, "d'une traite". Moi qui suis un esprit lent, qui lis la plume à la main, je l'ai savouré en plusieurs semaines. J'ai pris un cahier d'écolier de notes sur ce livre. La citation qui me vaut un procès en bonne et due forme se trouve à la fin du livre.

Or, Marc Ghinsberg, qui a soulevé le lièvre, comme dit quelqu'un de malveillant, devait connaître à fond ce livre pour avoir pu noter qu'il manquait le mot "réactionnaire" après "blog intelligent". Sa réaction, très sobre, et laconique, mérite le respect. C'est un esprit sérieux, attentif et de bonne tenue.
Cela a donné l'idée à un autre, que je ne louerai pas, de passer un temps fou à chercher l'endroit, pendant une heure ou deux, à tout recopier, à mettre en gras ce que j'avais omis.
Robert de Viro, à qui j'ai fait savoir que je souhaitais lui fournir par mail des informations qui lui manquent pour me juger et m'a fait répondre "Niet", en remet une couche et me peint sous des couleurs très sombres.
Seul Robert Marchenoir a réagi avec esprit à "un blog intelligent, mais que je trouve réactionnaire" : "Mais j'espère bien, Maître Henri Leclerc, j'espère bien..."

Voici mes explications, pas cher Deviro. Philippe Bilger a dit plusieurs fois ici qu'il était "réactionnaire". Zemmour, Finkielkraut, sont qualifiés de réacs par l'Obs, Libé, Marianne... Je suis, à certains égards, moi-même, réac.
J'ai omis "réactionnaire" dans ma citation pour éviter les inévitables tartines que plusieurs n'auraient pas manqué de nous infliger.
Vous ne voulez toujours pas donner votre mail ? Que craignez-vous de moi ? ma brosse à reluire ? mon refus d'échanger ? J'ai des choses à vous dire sur Onfray, que vous ne pouvez pas deviner et qui n'intéresseront personne d'autre.

Gb

@ Robert Marchenoir

Ah bon ? Il faut être retraité pour avoir une maison à la campagne ? Certains poncifs semblent inoxydables.
Et donc, être voisin d’une raffinerie ne fait pas de vous un expert en pétrochimie de même que posséder une maison au milieu de surfaces agricoles ne vous transforme pas en spécialiste de l’agriculture ? Une illustration que le défonçage des portes ouvertes est un sport répandu et peu fatigant.

Disons que je préfère ne pas voisiner une zone d’activité pétrolière ne serait-ce que pour raison olfactive, sans que j’y connaisse grand-chose. Cela ne m’empêche pas de remplir le réservoir de mon véhicule d’une bonne essence bien polluante. La vie est faite de paradoxes, figurez-vous.

Il paraît aussi que l’écologie recèlerait son lot de charlatans et d’escrocs ? En voilà une révélation inédite qui me laisse bouche bée (et au passage d’avaler quelque centimètres cubes du nuage d’un produit inconnu vaporisé par mon voisin viticulteur) !
Et que l’on vous parle d’éoliennes et ampoules basse consommation. Certes, auraient pu également être évoqués les gugusses sans foi ni loi qui vous chantent les louanges d’un toit photovoltaïque sans en assurer ni entretien ni installation tout en prenant leurs 40 à 60% de commission au passage. Et débrouillez-vous si ça ne marche pas.

Oui oui, c’est vrai, des petits malins mettent beaucoup de beurre dans leurs épinards en vendant, écrivant ou parlant écologie, ni plus ni moins qu’à peu près dans tous les milieux, industriels, bancaires, religieux, artistiques, publicitaires, médiatiques, géopolitiques, liste ne prétendant pas à l’exhaustivité. Ce n’est ni nouveau et ni près de cesser.

Proférer cela empêche-t-il d’avoir un embryon de pensée critique ou simple réserve à l’égard de discours publicitaires matraqués à coup de milliards (dans votre monnaie préférée) destinés à dissimuler activement, arguments « scientifiques » à l’appui, les effets éventuellement dévastateurs (santé, porte-monnaie) de leurs produits ?

Et ce serait démagogique de simplement exprimer une opinion sur ces sujets, pour la simple raison que ce serait une réaction émotionnelle donc non pourvue d’une rigueur scientifique ? Une plaisanterie, j’imagine.

J’aurais tendance à m’inscrire en faux sur le qualificatif démagogique et reconnaître piteusement le caractère dérisoire de telles assertions au sujet de pratiques d’un monde que l’on ne maîtrise pas, l’essentiel étant, simple avis personnel, de mener sa vie avec une vigilance particulière vis-à-vis des enfumages divers et variés qui vous sont quotidiennement proposés.

Presqu'un métier, aucune retraite possible à la campagne ou ailleurs.

Robert Marchenoir

@ hameau dans les nuages | 28 octobre 2017 à 09:01
"On marche sur la tête. Il y a une semaine lors d'une discussion avec un ami éleveur de souche, il m'a rappelé que son père avait pu acheter sa première voiture neuve avec seulement le produit de la vente d'une belle mule..."

Et donc ? Quelle conclusion en tirez-vous ? Que nous devrions tous nous déplacer en mule ? Que les "paysans" devraient abandonner le tracteur et revenir à la charrue tirée par un cheval, qu'ils étaient encore nombreux à utiliser dans ce pays arriéré qu'était la France d'après-guerre ? Qu'on devrait remplacer les autocars Macron par des mules Macron ?

Rassurez-moi : vous n'avez pas d'automobile, au moins ? Vous allez faire les courses chez Carrefour à dos d'âne, j'espère ? Oh, pardon : je voulais dire chez le petit commerçant de proximité qui fait, spécialement pour vous, des prix exorbitants, puisque vous avez l'air d'aimer ça ?

Giuseppe

@ Catherine JACOB | 27 octobre 2017 à 23:04

Le parti pris de l'architecte c'est d'utiliser la technique de l'origami pour la couverture du bâtiment que l'on voit sur la gauche, en zinc un peu plus durable que le papier...

fugace

@ caroff | 27 octobre 2017 à 23:41 @ hameau dans les nuages

""Trouvez-moi quelqu'un maintenant acceptant un trou de ver sur une pomme, signe d'une non exposition aux pesticides"

Moi... et je les déniche souvent dans le grand sud-ouest !"

Moi je les ai dénichés sur le net, à en avoir la nausée tellement ils sont nombreux :

"Voyage au centre d'un trou de ver."

"Dans un trou de ver, le trou blanc représente un trou noir dont la flèche du temps progresse à rebours ; la matière et l'information jaillissent au-delà de l'horizon, raison pour laquelle on l'appelle aussi fontaine blanche."

Là je sèche !

Extrait de : http://www.astrosurf.com/luxorion/trou-de-ver-wormhole.htm

@ Patrice Charoulet | 27 octobre 2017 à 11:20

Crédible : A qui on peut se fier. Qui peut être cru. En qui, en quoi, on peut avoir confiance.

Expert : Personne très compétente, très expérimentée. Spécialiste qui a une grande connaissance d'une chose par une longue pratique.

https://fr.aleteia.org/2016/10/31/les-6-phrases-a-eviter-pour-ne-pas-se-decredibiliser-au-premier-contact/

@ hameau dans les nuages | 28 octobre 2017 à 09:01
"Si un contrôleur en constate la présence en trop grande quantité dans une prairie il peut vous mettre des pénalités pour mauvais entretien de celle-ci."

Là je suis tombé sur le... les fesses !
Pour ma culture : quelle en est la raison fondamentale ? Je me doute du lien de cause à effet de fond.

"On marche sur la tête"

A l'évidence, mais je crois aux cycles, aux grands cycles, et le grand balancier n'est à mon avis pas loin de changer de sens.

Deviro

@Noblejoué | 28 octobre 2017 à 06:44
@Marc GHINSBERG | 27 octobre 2017 à 18:41
@Pierre Blanchard | 27 octobre 2017 à 23:33
@Robert Marchenoir | 28 octobre 2017 à 09:49

1- Patrice Charoulet a l'habitude de taper ses commentaires d'une seule main, la droite, car la gauche tient une brosse à reluire.
Le but conscient ou inconscient de chacun de ses posts est une "captatio benevolentiae" tout à fait banale, une psychologie de bistro suffit...

2- S'il répond aux commentateurs sus-cités, mais ça m'étonnerait, ce sera pour les féliciter pour leur sagacité, leur pénétration, leur finesse, leur vivacité d'esprit car sa citation caviardée "était bien sûr un test", et pour les féliciter à nouveau pour leur lecture "attentive" de ses commentaires.

3- Enfin cette citation expurgée de maître Leclerc a le parfum d'une épitaphe (c'est la saison ?) et Philippe Bilger, Pascale Bilger et nous tous sommes d'accord pour trouver que c'est tout à fait... prématuré.

K.Pote

@Bebop76 et autres spécialistes des désherbants, pesticides, engrais…

Je vous crois sur parole et je vais dès aujourd’hui tester le glyphosate « enrichi » sur ma belle-mère car à vous entendre ce produit n’est pas nocif mais éloigne les mauvaises odeurs (vieille histoire de Coluche où Mammouth écrase les prix et Mamie écrase les prouts) !

Je viens aussi de découvrir comment parler pour ne rien dire et ce n’est pas demain que les choses changeront en participant à ce blog de pépères (salut Wil) !

 sylvain

Au sujet de la Catalogne, beaucoup se posent la question :

Vont-ils battre leur record précédent d'indépendance la plus courte de toutes les indépendances de l’histoire mondiale, c’est-à-dire trois jours ?

Les paris sont ouverts.

Comment dit-on "guignol" en catalan ?

Robert Marchenoir

En somme, nous avons ici pas mal de retraités qui connaissent l'agriculture parce qu'ils ont une maison à la campagne. Puis-je faire remarquer que personne n'a jamais prétendu s'y connaître en pétrochimie sous prétexte qu'il habitait à côté d'une raffinerie ?

Personne ne soutient que les adjuvants chimiques agricoles sont inoffensifs. Ils n'ont pas besoin de l'être. L'eau est mortelle, aussi. Si vous en buvez dix ou vingt litres d'un coup, vous mourrez. L'inquiétude du voisin qui est intoxiqué par l'épandage dans un champ à proximité est légitime ; celle du passant qui remarque le vêtement de protection utilisé par l'agriculteur ne l'est pas. Quand vous allez faire une radiographie chez le médecin, l'opérateur se protège, lui aussi, alors qu'il vous place gentiment sous le bombardement ionisant. C'est une question de dose.

Autrement dit, il s'agit d'une discussion scientifique, qui doit être abordée dans le respect de l'esprit scientifique. Et non en faisant appel à l'émotion de façon démagogique. Tout le contraire des grosses ficelles propagandistes d'un Trekker, qui arrive à se caricaturer lui-même avec "Monsanto" et "Poutine" (27 octobre 2017 à 18:36). Et dire que c'est moi qu'on accuse d'évoquer la Russie mal à propos...

Il est manifeste que l'écologie est un lobby surpuissant, qui rapporte énormément d'argent à beaucoup de monde, au moyen d'actions ayant fort peu à voir avec la défense de la nature. Un seul mot : éoliennes. Bon, un autre quand même : ampoules à économie d'énergie.

Cela ne suffit pas à conclure qu'il faille déverser tout et n'importe quoi dans les champs avec un joyeux abandon, naturellement. Mais il n'est pas honnête de mettre en cause les intérêts financiers de "l'industrie chimique" ou des "semenciers", sans tenir compte également de ceux qui vivent fort confortablement, ma foi, de leurs fables escrologistes.

Il me semble avoir déjà attiré l'attention, dans ces pages, sur cette Indienne nommée Vandana Shiva, qui parcourt le circuit des conférences internationales pour, soi-disant, défendre les petits paysans de son pays persécutés par le méchant Monsanto. Cette vedette de la propagande anti-OGM se fait payer 40 000 dollars l'intervention.

Non seulement elle enfile mensonge sur mensonge dans ses conférences et ses livres, mais c'est un authentique charlatan, si je puis dire : pour se donner une crédibilité, elle se prévaut d'une qualité de physicien complètement imaginaire. Physicien nucléaire, pour faire bonne mesure !

C'est encore du bricolage comparé au véritable racket de la prétendue "défense de la planète" : ce dernier avatar du capitalisme de connivence fait converger, comme par miracle, les intérêts des politiciens et des fonctionnaires, d'un côté, et ceux des multinationales, de l'autre.

Vous ne pouvez pas être contre la défense de la nature, n'est-ce pas ? Alors, vous allez nous laisser nous vautrer dans une orgie de lois et d'institutions étatiques nouvelles, disent les politiciens, ce qui nous procurera ce que nous aimons le plus au monde : encore plus de pouvoir sur nos contemporains, et encore plus de postes prestigieux et surpayés avec l'argent gratuit des autres.

Et vous allez vite nous acheter nos nouveaux bidules et nos nouveaux services hors de prix, disent les chefs d'entreprise, dont vous ignoriez jusqu'à présent que vous en aviez besoin, puisque les précédents marchaient fort bien pour pas un rond ; mais c'est pour le bien de la planète, et vous ne voudriez pas faire du mal à la planète, hein ? Sale nazi sans coeur qui veut exterminer les ours blancs et les petits zoziaux ! Et d'ailleurs, regardez : c'est obligatoire. C'est la loi. Vous ne voudriez tout de même pas vous mettre en infraction ?

Petit cadeau à tous ceux qui ne sauraient adopter un point de vue à moins qu'il ne permette de dire du mal des Américains : intéressez-vous un peu à la façon dont Al Gore, après s'être fait le militant international de la lutte contre le prétendu réchauffement climatique (devenu "changement" quand l'arnaque a commencé à se voir), a fait de gigantesques plus-values en investissant sur des entreprises "écologiques"... et subventionnées, mais c'est tout à fait un hasard.

Rien à voir, pour finir : "Un blog intelligent, mais que je trouve réactionnaire". Mais j'espère bien, Maître Henri Leclerc, j'espère bien...

Exilé

@Robert
Élisons Philippe Bilger roi des Français : il aura alors 66 millions de sujets et n'en sera sans doute pas en panne...

J'ai aussi été tenté d'évoquer ce sens du mot sujet .

A part cela, la France compterait - à vérifier - 66 millions de sujets, sans oublier les sujets de mécontentement...

hameau dans les nuages

@ fugace | 28 octobre 2017 à 02:16

Oh mais les orties ont d'autres vertus ! Les petits producteurs de fromage s'en servent comme bactéricide. Ils filtrent le lait avec avant de l'emprésurer. Mais il vaut mieux ne pas le faire devant des contrôleurs...

Sèches, les orties font un excellent foin dont raffole le bétail. Mais attention ! si un contrôleur en constate la présence en trop grande quantité dans une prairie il peut vous mettre des pénalités pour mauvais entretien de celle-ci.

Pareil pour les haies. Ancestralement les refus des prairies étaient andainés à l'automne autour de la prairie et étaient brûlés. Ils n'avaient pas de débroussaillants type Garlon mais beaucoup de main d'oeuvre. Maintenant si vous les brûlez, vous avez les gendarmes à la maison. Alors on arrose les bordures avec un produit de ce type pour flinguer noisetiers et autres. Ainsi on grille sans griller puisqu'ils le veulent comme ça .L'épareuse, c'est pour les gros paysans.

On marche sur la tête.

Il y a une semaine lors d'une discussion avec un ami éleveur de souche, il m'a rappelé que son père avait pu acheter sa première voiture neuve avec seulement le produit de la vente d'une belle mule...

J'en profite pour mettre la photo d'un étrange objet découvert dernièrement dans le fond d'une grange. Cela peut être considéré comme l’ancêtre du portable. Le manche d'une faux ayant été sculpté pour faire office de sifflet, et après tant d'années il siffle comme au premier jour !

http://zupimages.net/viewer.php?id=17/41/i58c.jpg

Après on peut aussi parler théorie du genre dans la faune aquatique avec les progestérones larguées dans nos rivières par la pilule contraceptive.

Noblejoué

@ Patrice Charoulet

Votre manipulation des textes me rappelle une fraude pieuse... Etes-vous religieux pour trouver cette attitude normale ? Existe-t-il une autre raison ? Pour ma connaissance de la nature humaine, s'il vous plaît... Comment auriez-vous noté un élève fraudeur par admiration ? Et autres questions proches si vous en voyez...

fugace

@ Giuseppe | 27 octobre 2017 à 10:14

Combien de temps pour le choix ?
Combien de temps au déballage ?
Combien de temps au montage ?

Pour ma part je viens seulement de choisir :
hebergement d'image

fugace

@ Catherine JACOB | 27 octobre 2017 à 09:20
"Et puis, pourquoi tenir à éradiquer les orties quand elles ont autant de vertus démontrées ?"

Dans mon enfance, j'avais remarqué que ma mère grand ne cueillait que les jeunes pousses, au sommet de la plante. Mais je ne me souviens pas en avoir eu en partage à table. Peut-être les utilisait-elle à des fins thérapeutiques.

Et puis, on ne sait jamais, la pratique de la flagellation thérapeutique avec des tiges d'orties telle que pratiquée durant l'Antiquité, pourrait bien revenir à la mode.

Wil

@Bebop76
"Je peux donc vous confirmer qu'aujourd'hui l'opinion publique est bien plus manipulée par les "écolos" que par tout autre lobby."

C'est évident. Bruxelles est la deuxième place du monde après Washington en nombre de lobby et de lobbyistes mais bien sûr, les "écolos" dont je ne fais pas partie manipulent l'opinion !
Vous êtes soit un ignare soit un escroc.

caroff

@Bebop76
"Je peux donc vous confirmer qu'aujourd'hui l'opinion publique est bien plus manipulée par les "écolos" que par tout autre lobby.
Pouvez-me citer précisément l’étude de génotoxicité dont vous parlez ?"

Nous n'avons pas la même perception de la relation agriculture-environnement !
Si les "écolos" avaient l'influence que vous leur prêtez, nous ne serions pas un des pays les plus concernés par la pollution d'origine agricole avec l'eutrophisation des cours d'eaux et les rejets de nutriments en mer (les algues vertes), avec les pesticides présents dans tous les milieux, l'érosion des sols... je ne vais pas faire la liste malheureusement récurrente des maux suscités par l'agriculture "moderne".

C'est un de mes amis, chercheur à l'Inra, qui m'a indiqué l'existence de cette étude (ou de ces études ?). Je lui demanderai ses sources.

@hameau dans les nuages
"Trouvez-moi quelqu'un maintenant acceptant un trou de ver sur une pomme, signe d'une non exposition aux pesticides"

Moi... et je les déniche souvent dans le grand sud-ouest !

Pierre Blanchard

Merci Marc Ghinsberg d’avoir levé ce lièvre.

Marc GHINSBERG | 27 octobre 2017 à 18:41
@ Patrice Charoulet
Dites-moi Patrice ça ne se fait pas de tronquer une citation comme vous le faites, sans le signaler. L’admiration ne peut tout justifier.

En effet Patrice Charoulet, citant maître Henri Leclerc écrit :

Rédigé par : Patrice Charoulet | 27 octobre 2017 à 11:20

« J'ai beaucoup pratiqué Philippe Bilger quand il était substitut à Paris devant la 17e chambre chargée des affaires de presse ; il y faisait preuve de talent, de compétence et de subtilité. Mais c'est comme avocat général à la cour d'assises de Paris qu'il a donné toute sa mesure. Il y requérait sans haine, avec une grande finesse psychologique et j'aimais croiser le fer avec cet homme redoutable qui savait aussi être humain et qui élevait le débat. Depuis qu'il est parti à la retraite, il est omniprésent dans les débats audiovisuels et publie un blog intelligent »

Or, et si j’en crois google book, le texte de « La Parole et l'action: Mémoires d'un avocat militant », il aurait fallu lire :

« J'ai beaucoup pratiqué Philippe Bilger quand il était substitut à Paris devant la 17e chambre chargée des affaires de presse ; il y faisait preuve de talent, de compétence et de subtilité. Mais c'est comme avocat général à la cour d'assises de Paris qu'il a donné toute sa mesure. Il y requérait sans haine, avec une grande finesse psychologique, et, bien qu’il m’irritât parfois quand son habileté le poussait à la rouerie, j'aimais croiser le fer avec cet homme redoutable qui savait aussi être humain et qui élevait le débat. Depuis qu'il est parti à la retraite, j’ai pris mes distances avec le personnage public qu’il est devenu , omniprésent dans les débats audiovisuels et publiant un blog intelligent, mais que je trouve réactionnaire » »

Le service de nettoyage 5àsec, lave plus blanc que blanc,
https://www.5asec.fr/services
encore faut-il récupérer ses vêtement entiers et non dénaturés !!
C’est d’ailleurs ce qui est indiqué dans ses cgv : RESPONSABILITÉ DU PROFESSIONNEL
« Le professionnel doit restituer l’article dans son intégrité initiale »

Noblejoué

@ semtob | 27 octobre 2017 à 22:47

S'il vous plaît, parlez de la permaculture, et peut-être, pour faire bonne mesure, de l'agroforesterie !

Wil

"Quel sujet pourrais-je choisir ? Ce n'est plus si simple à partir du moment où le paysage politique confronte une domination à un champ de ruines. Il serait inélégant de flatter la première, lassant de déplorer le second."

Surtout que ce n'est pas le genre de la maison, n'est-ce pas ?

"Emmanuel Macron n'a pas besoin de recevoir en permanence des intellectuels à sa table comme Nicolas Sarkozy ou François Hollande : il en est un. Il a le loisir de délibérer avec lui-même" : Philippe Bilger, il y a une semaine.
Vous savez qu'elle me fait encore rire, je vous jure !
Comme je sais depuis longtemps que M.B. a de l'humour, la preuve, si j'avais la patience je reprendrais tous les textes du blog et en en sortant "la substantifique moelle" comme on dit, je suis sûr qu'on pourrait en faire un one man show à succès.
Bon évidemment, désolé de le décevoir mais M.B. ne serait pas le type sur scène qu'on applaudit, ni moi d'ailleurs, ça, faut pas se faire d'illusion, on est trop vieux.
C'est comme la musique, on ne devient pas une rock star à 40 ans.
Il faut un jeune.
Peut-être Gaspard Proust le prendrait-il. Feignant comme il est, il verrait d'un bon oeil qu'on lui apporte de bonnes blagues toutes faites.
Bref !

"Mais quel sujet choisir ?
Je l'ai. C'est ce billet."

Ah ben comme moi quoi !
Comme quoi, il faut pas grand-chose. ;-)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS