« On a assassiné notre prochain ! | Accueil | Frédéric Taddéï : une affinité médiatique et élective... »

04 novembre 2017

Commentaires

Elusen

@ caroff | 08 novembre 2017 à 10:45

En somme, vous vous contentez de répéter ce que j’ai écrit en affirmant que cela vient de vous !

Quant aux nominations par décrets et autres moyens, c’est faux, ils sont légion, ne serait-ce que l’agrégation par inspection (si l'inspecteur et le possible agrégé sont du même syndicat), titulaire de chaire supérieure, plus de 80 % des postes universitaires et laboratoires de recherches, les postes dans les collectivités territoriales (filles et fils de), la presque totalité des postes de la Banque de France, de la Caisse des dépôts et consignations, etc.

Vous ignorez vraiment tout !

Antoine Marquet

@ Pierre Blanchard

Osez, osez...
Les inégalités sont partout et il est parfois difficile de faire la part des choses...
Exemple : la guerre du Golfe (c'est son nom officiel) a donné lieu à l'attribution de la croix de guerre des théâtres d'opérations extérieurs. Pour les hommes sur le terrain (le plancher des vaches) cette attribution paraît normale. Nos camarades de la Royale qui étaient en mer ne risquaient pratiquement que le mal de mer... or qu'auraient-ils ressenti si on les avait écartés de la possibilité d'être cités ? De même nos aviateurs qui ne livraient pas de combat aérien mais larguaient seulement des bombes et des missiles... Les trois armées participaient à la même guerre mais le cuistot à terre risquait plus que le canonnier embarqué.

Antoine Marquet

@ sbriglia

J'ai bien compris le sens de votre commentaire et je vous rejoins. Weinstein, étranger, n'est pas - contrairement à nous - membre de la LH. Bien sûr ce genre de subtilité échappe au commun des mortels qui ne voit que le ruban rouge. Cette décoration, de toute manière, est attribuable de par ses statuts à beaucoup de membres de professions diverses. Les artistes que vous citez et d'autres encore la méritent largement par le rayonnement de la culture française auquel ils ont participé, et pour les actuels, participent encore...

En revanche je reste plus circonspect pour certaines attributions... Le cas de M. Cazeneuve est flagrant : comme il n'a pas "duré" six mois à Matignon il n'a pas eu vocation à être GC de l'ONM et à titre de récompense FH l'a fait d'emblée Commandeur de l'ordre !
Le cas des militaires "à l'usure" est plus délicat dans la mesure où ils évoluent en uniforme dans un environnement de médaillés et les personnels qu'ils commandent sont très sensibles au fait que leur chef de valeur ne soit pas distingué... C'est l'effet "hochet"... De surcroît le militaire a conscience d'avoir, le cas échéant, à payer "les éminents services", de sa vie. Ce n'est pas le cas de l'obscur fonctionnaire "16 ans de services civils"...

duvent

@sbriglia
"Bref, si le hamburger du McDo vaut Taillevent tout fout le camp..."

Que voulez-vous, ventre affamé n'a pas d'oreilles, ni de goût ! Cela ne doit pas vous étonner, car cela n'étonnait pas Taillevent.

Il en va de même pour le parvenu, il n'a ni honneur, ni front pour rougir de recevoir un insigne destiné aux valeureux, et le couard se sent rassasié de gloire pour les siècles des siècles... Enfin, jusqu'à la prochaine marche, qu'il montera sur le ventre, comme de bien entendu !

Pierre Blanchard

@ Antoine Marquet | 08 novembre 2017 à 12:52
"A mon avis les éléments soumis à la comparaison ne sont pas pertinents dans la mesure où les épreuves proposées sont semblables pour tous, alors que pour l'attribution de la LH, « l'examen de passage » est différent selon les catégories "soumises" à examen. Vous ne pouvez comparer l'épreuve d'un militaire au combat, par exemple, avec celle d'un artiste faisant des ronds de jambe."

Les « raccourcis » sont souvent péremptoires et ne reflètent pas la réalité des situations. Car si « l'épreuve d'un militaire au combat » ne peut être comparée à celle « d'un artiste faisant des ronds de jambe », combien de militaires à « ronds de jambes » sont également titulaires de la LH par rapport au nombre de militaires l’ayant obtenue en raison de « faits d’armes » ?
Je n'ose imaginer la proportion des uns et des autres !

sbriglia@Antoine Marquet

"Vous ne pouvez comparer l'épreuve d'un militaire au combat, par exemple, avec celle d'un artiste faisant des ronds de jambe... (Antoine Marquet)

Je vous le concède bien volontiers, comparaison n'est pas raison, mais estimez-vous, vous valeureux officier (j'ai admiré la photo et votre noblesse ! Merci Patrice Charoulet), que la LH qui est sur votre poitrine a autant de valeur, est aussi méritée, porte autant de symbole que celle qui est sur la poitrine de Weinstein ?

J'irai plus loin : le rayonnement pour la France de Montand ou Trenet me semble aussi important que le vôtre ou celui de mon père, voire plus : là n'est pas l'objet de mes interrogations. L'attribution du ruban rouge pour 26 ou 30 ans de services civils ou militaires, c'est-à-dire à l'usure, ne me semble pas être de nature à valoriser la distinction.

C'est pour ce motif que je me suis permis de suggérer un amendement au commentaire de Merville qui allait dans le sens de cette "usure" pour PB.

Giuseppe

@ vamonos | 08 novembre 2017 à 10:07
"Au motif que des personnalités controversées ont obtenu la LH et l'OM, il faudrait en déduire que ces médailles n'ont plus de valeur.
Philippe Bilger a obtenu l'eau froide et l'eau chaude..."

J'ai, pour avoir assisté au concours de classement d'entrée d'un CNR, vérifié que la valeur et seule la valeur compte : tous les prétendants rentrent en même temps dans les salles de sélection qui est impitoyable, et les meilleurs - quel que soit leur âge - arrivent au bout et en fonction des résultats et intègrent des classes qui relèvent de leur niveau.
Les plus mauvais étaient éjectés au bout de cinq minutes, les meilleurs finissaient quatre heures plus tard.

Que voulez-vous le champion des ciseaux de Sarkozy a eu cette récompense - il n'est pas le seul - il y a de quoi rester perplexe, et si les précédents avaient su qu'avec un peu de gomina on peut l'obtenir, qu'auraient-ils pensé ?

4000 récipiendaires ce n'est plus l'exception ni l'exceptionnel, c'est la multiplication des pains, d'autant que les exploits des uns et des autres n'avaient pas la même hauteur de barre.
Dilapider le valeureux et la valeur de cette reconnaissance rend encore plus triste l'affichage annuel dans de longs listings dont la seule curiosité est de savoir quel people l'a obtenue, pour le confort des magazines de téléréalité et leur vente.

Pierre et Marie Curie l'avaient sans doute pressenti, ils connaissaient l'avant et subodoraient l'après.

Antoine Marquet

@ sbriglia
"Si vous donnez le bac à de quasi illettrés, que devient la valeur de cet examen ?
Si vous acceptez au concours du Conservatoire d'improbables musiciens ou artistes que devient ce concours ?"

A mon avis les éléments soumis à la comparaison ne sont pas pertinents dans la mesure où les épreuves proposées sont semblables pour tous, alors que pour l'attribution de la LH « l'examen de passage » est différent selon les catégories "soumises" à examen. Vous ne pouvez comparer l'épreuve d'un militaire au combat, par exemple, avec celle d'un artiste faisant des ronds de jambe...

sbriglia@vamonos

"Au motif que des personnalités controversées ont obtenu la LH et l'OM, il faudrait en déduire que ces médailles n'ont plus de valeur." (vamonos)

C'est un peu le cas, vamonos.

Si vous donnez le bac à de quasi illettrés, que devient la valeur de cet examen ?

Si vous acceptez au concours du Conservatoire d'improbables musiciens ou artistes que devient ce concours ?

Bref, si le hamburger du McDo vaut Taillevent tout fout le camp...

(Mon père a eu la LH à titre militaire sur le front des troupes, aux Invalides, cérémonie intervenue peu de temps avant ma naissance : aujourd'hui elle est dans son cercueil : je l'y ai moi-même déposée, c'est dire que je ne suis pas totalement réfractaire au symbole.)

Ainsi quand je vois Weinstein et Me Le Borgne décorés à l'identique je me pose des questions non seulement sur son attribution mais aussi sur sa valeur.

Et aussi quand je lis dans le JO : "Paul Martin, 28 ans de services civils..." pour seul motif d'attribution.

Ai-je tort ?

caroff

@Elusen
"Faux et mensonger !
Pour être fonctionnaire, il faut être titularisé !"

Les cas que vous citez relèvent des "tours extérieurs" à la disposition du pouvoir politique pour caser des "amis" dans des corps de fonctionnaires : ils sont bien titularisés dans des corps comme je l'ai indiqué...

Vous pensez que les exceptions que vous citez et qui représentent un nombre infime au regard du nombre des impétrants titularisés après concours représenteraient la règle ?
Quant à la loi 2012-347 que vous citez elle prévoit que l'accès à la fonction publique de l'Etat prévu à l'article 1er est organisé selon :
1° Des examens professionnalisés réservés ;
2° Des concours réservés ;
3° Des recrutements réservés sans concours pour l'accès au premier grade des corps de catégorie C accessibles sans concours.

Ces recrutements ne peuvent avoir lieu que si des postes budgétaires sont ouverts dans les corps de fonctionnaires.
CQFD

D'où sortez-vous Elusen ?
N'intervenez plus sur des sujets que vous ne connaissez pas et apportez-nous la preuve que vous en maîtrisez au moins un, à part ceux de l'insulte et de l'agressivité...

vamonos

J'en ai un peu assez de lire autant de dénigrement de la Légion d'honneur et de l'ordre du Mérite.

Nos anciens sont dignes de notre respect pour avoir servi la France et obtenu en toute légalité les prestigieuses distinctions.

Sur ce blog, de nombreux intervenants n'ont pas assimilé le raisonnement par récurrence ou bien ils ont oublié ce magnifique mécanisme mathématique. Au motif que des personnalités controversées ont obtenu la LH et l'OM, il faudrait en déduire que ces médailles n'ont plus de valeur.

Philippe Bilger a obtenu l'eau froide et l'eau chaude...

Noblejoué

Puisqu'on est dans l'uchronie, on peut imaginer que notre hôte n'ait pas eu la Légion d'honneur si, mettons, dans un cas pas blâmable, on la réservait aux gens ayant combattu très courageusement l'ennemi ; on peut aussi l'imaginer ministre et se demander quelles réformes il apporterait.

Idée de billet : "Si j'étais ministre de la Justice"...

Elusen

@ caroff | 07 novembre 2017 à 12:37
« Pour être fonctionnaire, il faut avoir réussi un concours qui permet le recrutement dans un corps. »

Faux et mensonger !
Pour être fonctionnaire, il faut être titularisé !

Cela peut se passer sans aucun concours, un simple décret peut nommer Arno Klarsfeld magistrat au conseil d’Etat, Rachida Dati magistrate, Brice Hortefeux préfet, Alain Bauer enseignant des universités sans aucun doctorat !

La loi n°2012-347 prévoit même la validation des acquis de l’expérience pour devenir fonctionnaire sans passer aucun concours !

Décidément, vous êtes un ignorant qui s’ignore, je vous le confirme !

Savonarole

@ Philippe Dubois | 06 novembre 2017 à 22:42

Bien vu. Tout à fait d'accord.

J'ai six Légion d'honneur à la maison et autres Croix de guerre.
J'envisage de les mettre sous verre pour mes enfants.
Toutes attribuées entre 1914 et 1918.
Je ne me fais pas d'illusions, tôt ou tard elles finiront par se retrouver scotchées sur le frigidaire de la cuisine, entre le calendrier de la mairie pour le passage des encombrants et des déchets verts.

Le dernier à recevoir la LH fut mon père en 1945 pour "services dans la Résistance"...
"Je n'ai jamais vu un Allemand, jamais entendu un coup de fusil, et on m'a donné la LH !".
Faut dire, tout de même, qu'il était l'un des innombrables "chefs de cabinet" d'Henri Frenay à Alger, responsable du renseignement.

Quand il lisait les listes interminables d'octroi de la LH après-guerre, il riait très fort.

Relire "Les marchands de gloire" de Marcel Pagnol (1925)

Giuseppe

@Merville | 07 novembre 2017 à 03:38
"Ceux qui ont la Légion d’honneur affirmant qu’ils ne l’ont jamais demandée (ce qui est vrai mais un de leurs amis bien placé s’en est chargé pour eux), et ceux qui ne l’ont pas expliquant que leurs mérites n’étaient pas moindres mais que ce hochet ne les intéressait pas."

J'adore, mais à 03:38 cela pouvait attendre le lever du jour.

caroff

@Elusen
"Si des personnes ont un CDI, elles sont donc fonctionnaires quand elles travaillent pour l’État-nation (Région, département, mairie, administration), un CDI ne correspond pas à la notion de contractuel en droit public."

Persister dans l'erreur est diabolique !!
Pour être fonctionnaire, il faut avoir réussi un concours qui permet le recrutement dans un corps.
Un contractuel n'est pas un fonctionnaire puisqu'il a été recruté sans concours pour des aptitudes qui n'existent pas ou peu dans les corps de la fonction publique.

Ne vous aventurez pas dans des domaines que vous ne maîtrisez pas !!

Antoine Marquet

@ Philippe Dubois | 06 novembre 2017 à 22:42

Mais vous passez sous silence le fait que pas mal de sous-officiers ou officiers mariniers (probablement moins dans ce dernier cas) peuvent recevoir la Médaille militaire - récompense suprême de l'homme de troupe et du sous-officier (aspirants et généraux commandant un théâtre d'opérations, Pétain par exemple) - qui après cela reçoivent l'ONM et de plus en plus souvent (démagogie ?) la Légion d'honneur. Bien sûr ils auront fréquenté des "endroits pas drôles" comme vous dites... mais l'officier qui a fréquenté les mêmes endroits sera moins décoré puisqu'il n'aura accès qu'à l'ONM et à la LH, même à nombre de citations supérieur... sauf s’il vient des rangs des sous-officiers et qu’il avait déjà la Médaille militaire.

Par ailleurs et d'une manière générale on observe une sorte de course à l'échalote. Exemple :
Les régiments qui ont reçu la fourragère de la valeur militaire : 24 (le 17° RGAP premier régiment en 2012 au Liban)
Le nombre de citations attribuées avec valeur militaire dans l'armée française pour l'année 2010 : 1281
Le nombre de tués du 2° REP (je le mentionne à dessein) depuis Kolwezi inclus à aujourd'hui : 12

Le général CEMAT de 2013 a dû bien se régaler puisque cette année-là il a accroché la fourragère de la valeur militaire à 18 régiments ! Tout simplement hallucinant ! Même des régularisations (effet rétroactif !)…

 sylvain

@ sbriglia | 06 novembre 2017 à 19:50
"Les ignobles crachats de la populace valaient bien toutes les médailles"

Et tous les crachats de ces pourris de magistrats droits de l'hommistes gauchistes mur des cons sur les victimes et leur famille ?
En comparaison des crachats de la populace, ce sont des tombereaux de vomi déversés sur les cadavres encore fumants et sur leur entourage.

hameau dans les nuages

@ Philippe Dubois et Marchenoir

On voit de tout. Comme quelqu'un de ma famille ayant le grade de commandant de gendarmerie sans y avoir mis les pieds.

sbriglia@Patrice Charoulet

"Voici quelques avis antérieurs, notés en lisant..."
Rédigé par : Patrice Charoulet | 04 novembre 2017 à 12:29

Vous avez oublié celui, cruel, de Jules Renard : "En France le deuil des convictions se porte en rouge et à la boutonnière".

Robert Marchenoir

@ Philippe Dubois | 06 novembre 2017 à 22:42

Très instructif, merci d'avoir fait partager vos connaissances.

"Eau chaude-eau froide" : le monstre étatique français a bien des vices, mais au moins, il s'y trouve des gens spirituels qui nous aident à le supporter.

vamonos

@ sbriglia

Vous ne me froissez pas, je ne me fâche pas et je ne vais pas changer de pseudo pour si peu.

Vous savez très bien que dans les tribunaux, la partie civile a tout intérêt à être représentée par un avocat. En effet, le prévenu quant à lui est défendu par un avocat qui connaît le code de procédure pénal. Le protocole judiciaire a tendance à oublier que le peuple est souverain. Celui-ci est attaqué, vilipendé, voire traité de populiste.

Dans ces conditions, je maintiens que la partie civile a besoin d'être défendue par un avocat et protégée par des forces de police. Même si ce vocable "défendu" est contraire à la forme usuelle des prétoires, je le préfère à celui de "représenté".

sbriglia@Merville

"On ne s’est jamais posé la question de savoir pourquoi il avait eu le ruban - 21 ans de Parquet est une explication suffisante" (Merville)

Merville je salue votre retour : vous êtes trop rare en ces lieux.

Oserais-je préciser, en marge de votre commentaire : "21 ans de parquet est une raison nécessaire mais sans doute pas suffisante."

Pour l'honneur de notre hôte... et pour la crédibilité de la décoration.

Elusen

@ caroff | 05 novembre 2017 à 21:58
« Votre contribution est remplie d'erreurs. Mettre sur le même plan les cent révocations pour faute grave chez les titulaires de la fonction publique et les dizaines de milliers de licenciements chaque année dans le secteur public relève du n'importe quoi. »

Décidément vous ne maîtrisez rien vous !
Voilà ce que j’ai écrit :

« Révocation, révoquer se traduisent en droit privé par : licenciement.
Toute personne qui travaille pour l’État-nation, ou ses infrastructures, est révocable, il n’y a aucun emploi garanti à vie. »

« Révocation » se traduit bien en droit privé par licenciement que vous le vouliez ou non !
« Contractuel » se traduit, en droit privé, déjà écrit, par : CDD.
Si des personnes ont un CDI, elles sont donc fonctionnaires quand elles travaillent pour l’État-nation (Région, département, mairie, administration), un CDI ne correspond pas à la notion de contractuel en droit public.

« Fonctionnaire » est un statut juridique inexistant dans les services en mission de service public, tels que : Pôle Emploi, la Sécurité sociale, la CAF, etc.

Ce sont des entreprises privées en mission de service public, les salariés relèvent du droit privé et non du droit public, ils relèvent des prud’hommes et non du tribunal administratif.

« Et vous croyez sérieusement que ces dispositions ne concernent pas les salariés de droit privé ? »

Les gens intelligents pensent, les autres, comme vous, croient.

Un salarié sous la loi n° 83-634 est révocable pour faute grave, pas un salarié de droit privé.
Un salarié de droit privé (banquier) qui n’intervient pas pendant un viol dans le métro, ne peut perdre son emploi, une personne sous la loi n° 83-634, oui !

Un salarié sous la loi n° 83-634 qui bat sa femme, ses enfants peut perdre son emploi, pas un salarié de droit privé.

À l’évidence vous n’avez aucune notion de droit public !

@ Solon | 06 novembre 2017 à 15:03
« J'ai touché un nerf ! »

Vous vous touchez ce que vous voulez, ça vous regarde !

Les fonctionnaires ne sont pas jugés par des tribunaux de droit public, vous ne maîtrisez vraiment rien, alors pourquoi la ramenez-vous ?
Si un fonctionnaire commet un crime ou un délit, c’est un tribunal correctionnel ou une cour d’assises qui devra juger, donc pas un Tribunal administratif.

La juridiction administrative ne juge pas des personnes, mais des actes, elle dit si un acte est légal ou illégal. Ignorant !

« Quant à leur rémunération, consultez l'INSEE ! »

Ben vous, consultez l’INSEE, puisque vous affirmez quelque chose, prouvez-le !

« Vu le nombre de candidats aux concours de la fonction publique, leur situation semble intéresser beaucoup. »

Combien de candidatures aux emplois de caissiers ?!
Allez-y puisque vous prétendez avoir des chiffres ?!
Le même nombre que pour les concours, vu les 7 millions de personnes qui ont un problème d’emploi en France !

« Alors pourquoi leur donner des rubans ? »

La Légion d’honneur n’est pas uniquement attribuée à des fonctionnaires, vous avez affirmé avoir des chiffres, où sont-ils, d’où viennent-ils ?!

Merville

Il est étonnant de voir à quel point ce sujet, qui traite de la plus haute décoration française, exalte les passions. Les commentaires publiés sur ce site en sont la preuve. Ceux qui ont la Légion d’honneur affirmant qu’ils ne l’ont jamais demandée (ce qui est vrai mais un de leurs amis bien placé s’en est chargé pour eux), et ceux qui ne l’ont pas expliquant que leurs mérites n’étaient pas moindres mais que ce hochet ne les intéressait pas.

Le cas de Philippe Bilger est plus complexe. Il a obtenu le ruban, après une très belle carrière effectuée au Parquet et il aurait fallu qu’il tue père et mère pour en être privé. Mais nous apprenons que la rosette lui était promise et qu’elle ne lui a pas été attribuée en raison du veto de ce qui semble avoir été l’occupant de l’Elysée. L’affaire se corse. On ne s’est jamais posé la question de savoir pourquoi il avait eu le ruban (21 ans de Parquet est une explication suffisante), mais on se pose la question de savoir pourquoi, en Haut Lieu, la promotion lui a été refusée. Philippe Bilger doit en avoir une petite idée :puisqu’il n’a tué personne, ne s’est rendu coupable d’aucun délit contraire à l’honneur ou à la probité, qu’il est aujourd’hui magistrat honoraire, son comportement professionnel n’est plus en cause. La raison de cet ostracisme ne serait il pas tout simplement une certaine polémique sur Twitter, ou l’existence de ce blog ? Si notre supposition était avérée, Philippe Bilger aurait matière à se féliciter de ne pas avoir dépassé le grade de Chevalier, ce qui lui permet cependant de teinter d’un peu de rouge le revers de ses vestons.

anne-marie marson

Que faire avec ceux qui n'auront jamais la Légion d'honneur, ceux qui ne la demanderont pas, ceux à qui on ne la donnera jamais, sauf s'ils risquent leur vie un jour en sauvant quelqu'un, les sans-dents, les fainéants, les extrémistes, les illettrés, ceux qui foutent le bordel.
Ceux qui ne sont pas Charlie, antisémites et anti-féministes (Laurence Rossignol).
Ceux qui se contentent de vivre et de rêver.

L'autre jour j'ai appris que le boulanger Eric Kayser avait été chargé d'une mission par l'Elysée.
Moi qui me contentais d'aller chez ce boulanger pour choisir mon pain préféré, je dois maintenant me dire que je participe à l'image de la France.

Leïla Slimani, prix Goncourt 2016, après avoir refusé d'être ministre de la Culture, a été nommée "représentante personnelle d'Emmanuel Macron pour la francophonie et la diversité culturelle". NVB revient sous un autre nom.
Le fait du Prince nous aliène.

Philippe Dubois

Bonsoir

@ Robert Marchenoir | 06 novembre 2017 à 13:33
"Il est parfaitement possible que des militaires soient décorés sans le mériter."

Oui, ça va avec le paquetage pour les officiers, du moins la plupart d'entre eux pour ceux qui sont brevetés (i.e. qui ont fait "l'Ecole de guerre").
L'ONM, la bleue, est d'ailleurs appelée la médaille du chien fidèle, puis vient la rouge, la LH ; vous arborez alors eau chaude - eau froide, puis les grades d'officier, etc.
Cela arrive plus ou moins vite en fonction des participations aux OPEX et heureusement de ce que vous y faites, des réussites aux différents concours, de votre notation officielle et de votre "note de gueule" officieuse.

Je me suis arrêté à la bleue, que j'ai mis 8 mois à me faire remettre, je préférais mes commémoratives OPEX qui prouvaient à mes interlocuteurs que j'avais posé mes fesses ailleurs que dans mon bureau : c'est à mon avis leur seule utilité.

Pour la LH et l'ONM, ce qui permet de distinguer les décos à l'usure et celles vraiment "méritées", c'est la correspondance entre le grade et les médailles portées.

J'ai connu un général 3 étoiles avec juste eau chaude/eau froide (sans rosette), un pur général de salon, et un colonel ancien Grand Officier de la Légion d'honneur (plus un placard de décos qui montrait qu'il avait amené sa carcasse dans des coins plutôt agités) et qui n'est jamais passé général.

Quand vous voyez un lieutenant-colonel ou un capitaine de frégate avec la rosette de la LH (officier de la LH), c'est très probablement qu'il est allé la chercher dans des endroits pas drôles.

Un sous-off ou un officier marinier avec une LH : il a dû vraiment la mériter.

sbriglia

On peut cumuler, sur sa robe d'avocat, crachats et ruban rouge.

Henri Leclerc eut les crachats, à défendre Richard Roman lors du meurtre de la petite Céline...

Roman était innocent.

Ce jour-là, Henri Leclerc méritait son ruban rouge.

Les ignobles crachats de la populace valaient bien toutes les médailles.

Gabriel

@ vamonos | 06 novembre 2017 à 14:52
"Cet avocat de renom déploierait-il autant d'efforts et d'abnégation pour défendre le grand-père du petit enfant juif qui a été abattu dans la cour de son école ? La question mérite d'être posée."

Vous avez eu la volonté de poser cette question. Les réponses haineuses ne se sont pas fait attendre.

Pour la gloire ou pour de l'argent les avocats sont toujours disposés à tout, donc la réponse à votre question est : OUI.
Mais votre question en réalité va au-delà et vous vous demandez si l'avocat en question n'aurait pas dû s'abstenir de défendre ce sorcier et ma réponse personnelle est : OUI.

sbriglia@vamonos

@ vamonos | 06 novembre 2017 à 14:52
"Cet avocat de renom déploierait-il autant d'efforts et d'abnégation pour défendre le grand-père du petit enfant juif qui a été abattu dans la cour de son école ? La question mérite d'être posée."

Puis-je, sans vous froisser, écrire ici que votre question est stupide ?

De quel méfait le grand-père de ce petit enfant juif assassiné est-il coupable qui obligerait ainsi un avocat à le défendre ?

Et s'il s'agit de demander le prix des larmes, ce qui n'est pas une défense, il n'est pas nécessaire pour ce faire d'avoir le talent d'un ténor du barreau : l'émotion d'un(e) stagiaire suffit à y pourvoir.

Enfin, comme je n'ose supposer que vous puissiez un seul instant imaginer ce noble grand-père dans la peau d'un assassin, oui, vamonos, votre question est stupide...

duvent

@ vamonos | 06 novembre 2017 à 14:52
"Cet avocat de renom déploierait-il autant d'efforts et d'abnégation pour défendre le grand-père du petit enfant juif qui a été abattu dans la cour de son école ? La question mérite d'être posée."

Vous ne posez pas une question, vous insinuez sournoisement, en conséquence de quoi votre question qui n'en est pas une n'a aucun mérite à être posée...
Peut-être que plus courageusement vous auriez pu développer votre idée sans recourir à un stratagème ? Je conçois que le métier d'avocat irrite par la liberté qui est en principe l'apanage du plaideur, Cicéron y a laissé la main et une autre partie capitale... Dupond-Moretti n'est pas Cicéron, du moins il exerce le métier qui est le sien et cela ne peut entraîner qu'une chose, que ses adversaires l'affrontent avec la même liberté.

Solon

@ Elusen

J'ai touché un nerf ! Sans avoir aucune intention de critiquer les fonctionnaires. Ils relèvent d'un statut de droit public ? Ils ont des missions de service public ? Ils sont jugés par les tribunaux administratifs ? Je ne vois pas la supériorité que cela leur confère ni l'opprobre qui s'attacherait à leur état. Quant à leur rémunération, consultez l'INSEE ! Vu le nombre de candidats aux concours de la fonction publique, leur situation semble intéresser beaucoup.
Alors pourquoi leur donner des rubans ?

vamonos

Maître Dupond-Moretti a déclaré préférer les crachats sur sa robe d'avocat à la médaille de la Légion d'honneur. Dont acte, je mets cette tirade sur le compte de la provocation inhérente au statut de ténor du barreau.

Cet avocat de renom déploierait-il autant d'efforts et d'abnégation pour défendre le grand-père du petit enfant juif qui a été abattu dans la cour de son école ? La question mérite d'être posée.

Robert Marchenoir

caroff | 05 novembre 2017 à 21:58
"@Elusen : Votre contribution est remplie d'erreurs."

C'est la litote de l'année. Personnellement, j'aurais été moins aimable...

Sur le sujet des Légion d'honneur à titre militaire, j'ai le regret de m'inscrire en faux. La bien-pensance de la "vraie droite" fait comme si l'attribution de la Légion d'honneur à des soldats était une bonne chose en soi. Ce n'est pas le cas.

Il est parfaitement possible que des militaires soient décorés sans le mériter. Il est parfaitement possible que la Légion d'honneur soit utilisée dans le militaire comme dans le civil : comme une distribution de hochets pour s'attacher une clientèle.

C'est même le plus probable. Si ces pratiques prévalent à l'endroit des civils, il serait bien étonnant qu'elles soient exclues à l'endroit des militaires. Il appartient à ces derniers, et à leurs soutiens inconditionnels, de nous démontrer que ce n'est pas le cas.

Ce débat existe en Amérique, terre de liberté. Et de patriotisme. En Amérique, les manifestations de soutien aux soldats, de la part d'anonymes, sont courantes. Je ne parle pas de hurler sur un blog, naturellement. Je parle de manifestations de soutien qui coûtent à ceux qui les expriment. Par exemple, céder sa place en business class, sur un avion, à un soldat (geste qui a valu récemment un déchaînement d'invectives à son auteur, de la part d'un professeur gauchiste, sur Twitter : Amérique, terre de liberté et de débat, encore).

Et c'est en Amérique que certains patriotes s'élèvent contre la distribution de décorations comme des bonbons, à la chaîne, aux militaires. Je parle là de décorations décernées aux soldats qui reviennent du feu ; je ne parle même pas de médailles décernées à des bureaucrates galonnés en pantoufles...

Où est ce débat, en France ? Nulle part. Pour la "vraie droite", décorer un militaire, c'est forcément bien, puisque l'armée, euh... c'est bien. Personne ne se demande si, par hasard, il n'y aurait pas une vague tendance, en France mais aussi dans d'autres pays développés, les Etats-Unis par exemple, à rentrer dans l'armée juste parce c'est une planque de fonctionnaire comme une autre. Et même sacrément plus intéressante que les autres.

En échange d'un risque assez hypothétique d'être envoyé au combat, et d'un risque encore moindre de n'en pas revenir, on bénéficie d'un prestige certain (au moins aux Etats-Unis), et d'une retraite extrêmement précoce et avantageuse (et là, c'est valable aussi chez nous...). Mais motus et bouche cousue, hein ?

D'où l'étonnante prolifération (en France...) de "généraux deuxième section" (façon pudique de dire : ne sachant quoi faire de leur retraite), qui se répandent en blogs "géostratégiques" d'un indigence intellectuelle rare, essentiellement destinés à défendre les intérêts d'une puissance étrangère hostile, pourvue d'une capitale dont le nom commence par M et d'un président dont le nom commence par P...

duvent

@ Elusen | 05 novembre 2017 à 18:30
"S’ajoute aussi qu’une personne qui travaille pour l’État-nation, ou ses infrastructures, a des obligations pénales permanentes, contrairement aux autres salariés, elle doit porter assistance, prêter assistance, secours, témoigner, même en dehors de son activité, la lâcheté lui est refusée contrairement à vous qui pouvez l’être paisiblement."

C'est extraordinaire que cette évidence soit restée ignorée de moi, il me semblait que cette faculté de "lâcheté", activité "paisible", pouvait se rencontrer à peu près partout où un homme placide croyait voir en l'autre ses propres vices...

Elusen, vous avez tort, mais la nuance n'a pas votre préférence, en cela vous avez grandement et mortellement tort.

Achille

Perso, la Légion d'honneur je ne l’ai pas, je me demande bien pourquoi je la demanderais et je ne connais personne de suffisamment haut placé pour me pistonner.
A vrai dire si je devais l’obtenir un jour - on ne sait jamais ce que le destin nous réserve, je peux être amené à accomplir un acte héroïque qui fera la une des gazettes et me destinerait à faire partie de la prochaine promotion du 14 juillet -, dans ce cas bien improbable je pense que je ne la porterais pas. Je la mettrais dans un tiroir et je la montrerais de temps en temps à mes invités s’ils insistent, avec un peu de rouge aux joues, mélange de fierté et de gêne.

Giuseppe

@ Antoine Marquet | 05 novembre 2017 à 23:32

Aujourd'hui celui qui mérite la Légion d'honneur est dans le même sac que celui qui pousse la chansonnette ou encore que le coiffeur de Sarkozy pour ses exploits de ciseaux.
Je me répète sans doute, le récipiendaire est un grain parmi des dizaines de milliers et malheureusement pour les meilleurs ils sont noyés avec les autres.

Mon cas n'est pas exclusif, heureusement d'ailleurs, ce type de reconnaissance arrivait dans le milieu que je connais, mais il est vrai était attribué avec parcimonie, elle n'avait rien d'officiel mais revêtait une force incroyable.

Que voulez-vous, quand on distribue entre 3000 et 4000 Légions d'honneur par an, qu'un figaro fasse partie du lot... et autres Castafiore, je ne n'en vois plus l'intérêt pour les valeureux méritants.

Antoine Marquet

@ Giuseppe | 05 novembre 2017 à 14:16

Merci pour votre réponse.
Regardez dans la "multitude" de LH accordées, le nombre de militaires... alors les lentilles...
Vous présentez votre cas comme exclusif ! Le fait que vous soyez fier de la carte du maître d'ouvrage n'implique pas que ceux qui ont reçu, reçoivent ou recevront la LH ne soient pas fiers, eux aussi de leur "maître d'ouvrage" et de la récompense que celui-ci leur délivre. Il n'y a pas d'un côté ceux qui reçoivent la carte que vous mentionnez et de l'autre ceux qui reçoivent la LH sans pour autant "recevoir la carte"... Les deux sont miscibles, interchangeables et vice versa !

caroff

@Elusen
"Révocation, révoquer se traduisent en droit privé par : licenciement.
Toute personne qui travaille pour l’État-nation, ou ses infrastructures, est révocable, il n’y a aucun emploi garanti à vie."

Votre contribution est remplie d'erreurs. Mettre sur le même plan les cent révocations pour faute grave chez les titulaires de la fonction publique et les dizaines de milliers de licenciements chaque année dans le secteur public relève du n'importe quoi.

"- Fonctionnaire se traduit en droit privé par : CDI.
- Contractuel se traduit en droit privé par : CDD.
- Vacataire se traduit en droit privé par : Intérimaire."

Je porte à votre connaissance que des dizaines de milliers de contractuels de la fonction publique (Etat ou territoriale) ont des CDI, soit qu'ils relèvent de dérogations à la loi de 1983, soit que leurs CDD aient été "cdisés" en vertu d'une directive européenne de 2005 interdisant la prorogation de CDD au-delà de six années...

"S’ajoute aussi qu’une personne qui travaille pour l’État-nation, ou ses infrastructures, a des obligations pénales permanentes, contrairement aux autres salariés, elle doit porter assistance, prêter assistance, secours, témoigner..."

Et vous croyez sérieusement que ces dispositions ne concernent pas les salariés de droit privé ? Il est vrai que vos formulations sont tellement maladroites qu'on a de la peine à vous suivre !

@Solon
"La Légion d'honneur et les fonctionnaires : pourquoi donner une telle distinction à des fonctionnaires qui n'ont rien fait d'autre que de "fonctionner", c'est-à-dire de faire leur travail ?"

On ne peut qu'être d'accord avec vous, et je le dis d'autant plus facilement que j'ai appartenu à cette catégorie !!

Charles

Bonsoir,

Napoléon en aurait parlé comme d'un hochet nécessaire à la conduite des hommes.
Faut-il beaucoup ou non de hochets ?

Giuseppe

Etre récipiendaire cela se mérite - trouvé sur le site.
Ce n'est pas faire que des vocalises.

Noblejoué

@ semtob | 05 novembre 2017 à 19:18

Beau commentaire.

semtob

Cher Philippe,

Nous ne pouvions pas dire que notre plus belle histoire d'honneur, c'est vous et ce billet nous permet de le dire.
Une question se pose cependant : comment s'articule le principe d'égalité avec cette décoration ?

Parce que sur terre chacun fait ce qu'il peut. Il existe autant de mérite à se lever très tôt chaque matin pour assurer l'hygiène des cités, aider des personnes isolées ou handicapées qu'à diriger une institution ou un Etat.
Le plus grand des couturiers sans ses "petites mains" ne pourrait jamais préparer un défilé.
L'essentiel n'est pas une décoration mais d'être en accord avec soi-même, en harmonie avec son entourage et d'être juste.
Car en fait, lorsque l'on agit quelque chose, on ne peut jamais mesurer totalement les conséquences de son vécu et cela n'est pas dans l'objectif d'une recherche de déco.
Il vaut mieux être officier des cœurs qu'officier de papier.
françoise et karell Semtob

Exilé

@hameau dans les nuages
https://laregledujeu.org/files/2015/04/pierre-berge-et-francois-hollande-legion-d-honneure.jpg

Si nous y réfléchissons bien, cette photographie est un terrible aveu et elle illustre bien à travers les connivences les turpitudes dans lesquelles ce régime est tombé.

Elusen

@ Solon | 05 novembre 2017 à 16:38
« Ils sont payés pour ça et pas si mal par rapport aux autres salariés. »

Faux et mensonger !
Les grilles indiciaires sont publiques !

De plus, fonctionnaire est un statut juridique particulier que toutes les personnes qui travaillent pour l’État-nation, ou ses infrastructures, n’ont pas.

« Fonctionnaire », c’est du droit public qui s’oppose donc au droit privé.
Chacun a sa sémantique pour que les juristes sachent immédiatement de quoi l’on parle.
- Fonctionnaire se traduit en droit privé par : CDI.
- Contractuel se traduit en droit privé par : CDD.
- Vacataire se traduit en droit privé par : Intérimaire.

Révocation, révoquer se traduisent en droit privé par : licenciement.
Toute personne qui travaille pour l’État-nation, ou ses infrastructures, est révocable, il n’y a aucun emploi garanti à vie.

Sans compter que pour travailler pour l’État-nation, ou ses infrastructures, il faut un casier judiciaire vierge, pas dans le privé.

Sans compter que toute personne qui travaille pour l’État-nation, ou ses infrastructures, doit scrupuleusement appliquer ce statut, y compris celle qui n’a pas le statut de fonctionnaire :
- Loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires
Chapitre IV : Des obligations et de la déontologie

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000504704#LEGISCTA000032441389

À cela s’ajoutent des codes de déontologie ou décrets qui s’appliquent en fonction de la profession exercée.

S'ajoute que tout acte fait par un salarié pour l’État-nation, ou ses infrastructures, est contestable devant le Tribunal administratif ; pas dans le privé.

S’ajoute aussi qu’une personne qui travaille pour l’État-nation, ou ses infrastructures, a des obligations pénales permanentes, contrairement aux autres salariés, elle doit porter assistance, prêter assistance, secours, témoigner, même en dehors de son activité, la lâcheté lui est refusée contrairement à vous qui pouvez l’être paisiblement.

Mektoub

@ Exilé | 05 novembre 2017 à 11:50

Créée par un imposteur, elle est distribuée pour satisfaire les orgueilleux et les naïfs.

Erckmann-Chatrian - Histoire d'un paysan tome 4
Quelques passages sur Bonaparte, qui expliquent comment il faut agir pour diriger un peuple lorsque l’on n’est qu’un imposteur.

« Faut-il qu’un homme ait de l’audace, et qu’il compte sur la bêtise et la lâcheté des autres, pour se permettre de leur reprocher les malheurs qu’il a causés lui-même ?
Après cela il avait raison : il a réussi ! Cela répond à tout, pour les filous et les imbéciles. Mais il est pourtant naturel de se dire que l’effronterie fait la moitié du génie de plusieurs hommes. » (page 373)

« Alors, pour la première fois, on entendit parler de Lucien Bonaparte ; nous avions déjà Joseph et Napoléon Bonaparte, il nous fallait encore un Lucien. Quelle bonne affaire que la conquête de la Corse pour les Bonaparte ! Chez eux, ils auraient été fermiers, employés, petits bourgeois, bien contents de joindre les deux bouts et d’avoir quelques chèvres dans les roches ; en France, c’étaient des présidents de conseil, des ambassadeurs, des généraux en chef. Il paraît que les Français se trouvent trop bêtes pour se gouverner eux-mêmes, puisqu’ils vont chercher leurs maîtres ailleurs ». (page 378)

« Bonaparte lui-même a raconté plus tard que, si Kléber était revenu d’Égypte (1) sans ordre, il l’aurait fait arrêter à Marseille, juger par un conseil de guerre et fusiller dans les vingt-quatre heures. Pourtant Kléber ne s’était chargé de rien, il n’avait pris aucune responsabilité ; Bonaparte seul, sans même le prévenir de son départ, avait trouvé commode, au moment le plus difficile, de lui mettre toute l’affaire sur le dos, sachant bien que Kléber avait trop de cœur pour refuser le secours de son courage à tant de pauvres diables abandonnés. Et il l’aurait fait fusiller !... c’est lui qui le dit. Qu’on juge d’après cela de l’égoïsme, de l’injustice et de la férocité d’un pareil homme. Se croyait-il donc plus de droits que Kléber ? Non, mais il savait que personne en France n’était capable de la même barbarie et de la même malhonnêteté que lui-même, et voilà, depuis le commencement jusqu’à la fin, tout le secret de sa force. » (page 400)


(1) Le futur empereur des Français fuit l'Égypte le 23 août 1799. Il déserte à bord de la frégate La Muiron en compagnie de quelques intimes, abandonnant ses hommes dans le désert égyptien.
Ce qu'il y a de fascinant avec Napoléon Bonaparte, c'est sa capacité à sacrifier des milliers, voire des millions de vies pour accomplir son destin personnel. Ses boucheries sur les champs de bataille et ses pillages sont légendaires.
Victorieux des Mamelouks et régnant au Caire tel un vizir, Bonaparte avait pu croire un instant au succès de son expédition en Orient. Las, le contre-amiral britannique Horatio Nelson découvre la flotte française au mouillage en rade d'Aboukir, aux environs d'Alexandrie, et la détruit le 1er août 1798. Le corps expéditionnaire se trouve ainsi prisonnier de sa conquête.
C'est le moment que choisit le sultan Sélim III pour rejoindre la deuxième coalition européenne, aux côtés de l'Autriche et de la Russie, ses ennemis héréditaires !
Bonaparte n'est pas homme à se décourager. Il décide de forcer le passage vers Constantinople (Istanbul) et Ie Bosphore. Au début de 1799, il fonce avec 15 000 hommes vers la Syrie, enlève El-Arish, Gaza puis Jaffa, au coeur de la Terre sainte.
Les troupes françaises se livrent à un carnage lorsqu'elles entrent enfin dans la ville. 2500 prisonniers turcs sont en prime fusillés ou embrochés à la baïonnette sur la plage. C'est la première des nombreuses atrocités qui émailleront la suite de l'expédition. Les soldats sont eux-mêmes frappés par la peste et l'épidémie ne cessera pas jusqu'à la fin de l'expédition...
Après Jaffa, les Français mettent le siège devant Saint-Jean-d'Acre le 20 mars 1799. Mais faute d'artillerie et d'assez de munitions, ils échouent à prendre la ville malgré huit assauts d'avril à mai.
L'heure de la retraite a sonné pour Bonaparte. Il regagne l'Égypte avec ses troupes, saccageant les villes au passage. Enfin, le 25 juillet 1799, il repousse près d'Aboukir une tentative de débarquement turc conduite par le vizir Abou Pacha et appuyée par les Anglais. La propagande napoléonienne utilise ce fait d'armes pour faire oublier la défaite infligée un an plus tôt à la flotte française au même endroit par l'amiral Nelson.
Bonaparte, qui songeait depuis le début de l'expédition, à se tirer au plus vite du guêpier égyptien, a vite fait de prendre sa décision. Le 22 août, il confie le commandement de l'expédition d'Orient au général Kléber et lui-même embarque secrètement sur la Junon avec ses meilleurs généraux et tout ce qui reste d'argent dans les caisses.
Demeuré seul, Kléber reprend la lutte et remporte une ultime victoire à Héliopolis, près du Caire, sur les troupes du grand vizir, le 20 mars 1800. Il semble enfin en mesure de tenir le pays quand il est assassiné par un fanatique musulman le 14 juin 1800. Le même jour, en Italie, à Marengo, un autre général, Desaix, mourra après avoir livré la victoire au Premier Consul, Napoléon Bonaparte. Preuve que le génie sans la chance ne vaut rien.

hameau dans les nuages

La légion d'horreur :

https://laregledujeu.org/files/2015/04/pierre-berge-et-francois-hollande-legion-d-honneure.jpg

Achille

@ Ellen | 05 novembre 2017 à 14:12
« C'est très dur de l'entendre, mais mérite d'être écouté. Je ne pense pas que Me Éric Dupond-Moretti accepte la médaille d'honneur. »

J’ai écouté E D-M face aux auditeurs et je dois reconnaître qu’il a défendu sa position avec grand talent, y ajoutant même une touche d’humanité particulièrement bien amenée et qui a fait son petit effet si on lit les commentaires qui accompagnent la vidéo. Nicolas Demorand se prenant au passage une volée de bois vert.

Lors de ces échanges, j’ai appris que ce n’était pas E. D-M qui s’était proposé pour défendre Abdelkader Merah, mais que c’est la famille de ce dernier qui l'avait sollicité et que dans ce procès qui a duré cinq semaines il n’avait touché que 12 000€ dont il faut retirer 2000 de TVA. Depuis, il ne touche « plus un rond » comme il dit.
Sur cet aspect honoraires, il en a profité au passage pour renvoyer vers les honoraires que touchent ses confrères de la partie civile...

Il reconnaît que la mère du prévenu, qui s’exprime dans un français approximatif, ment effrontément depuis le début du procès et met cela sur le fait qu’elle est confrontée à un "conflit de loyauté" entre la vérité qu’elle doit à la Justice et le chagrin qu’elle éprouve suite à ce que sont devenus ses fils.

En bon technicien du droit pénal, il se place donc au-dessus de l’indignation qu’a déclenchée la façon dont les victimes ont été exécutées et notamment l'enfant qui avait sa tétine dans la bouche, ainsi que la souligné Nicolas Demorand avec une certaine insistance.

Il termine en disant qu’il ne défend pas une cause comme l’islamisme mais un être humain et à ce titre il applique les règles de droit de la défense.
Il refuse le terme d’ignominie que lui a adressé un des auditeurs et le torrent de boue qui s'est déversé sur lui dans les réseaux sociaux.

Il faut quand même souligner que son client, tout être humain qu'il soit, a toujours pratiqué un islamisme radical, préférant la charia aux lois de la République. Malgré ses crimes horribles, il espère que son petit frère est au ciel.

Un avocat de la trempe de E. D-M peut sans doute supporter cela. Moi je ne le peux pas. A chacun son métier.

Solon

La Légion d'honneur et les fonctionnaires : pourquoi donner une telle distinction à des fonctionnaires qui n'ont rien fait d'autre que de "fonctionner", c'est-à-dire de faire leur travail ? Ils sont payés pour ça et pas si mal par rapport aux autres salariés. Pour récompenser ceux qui font bien leur travail ? Des millions de salariés ont une vraie conscience professionnelle et ne reçoivent aucune distinction. Combien ont réellement pris un risque dans l'accomplissement de leur simple devoir ?

Elusen

@ Robert Marchenoir | 05 novembre 2017 à 15:06
« Afficher que 22 % des décorés relèvent de la fonction publique […] »

[ 100 % – 22 % ] = 78 % de non fonctionnaires !

De plus d’où tenez-vous ce chiffre ?

Le type confond une année et les 93 000 personnes qui ont obtenu le truc sur plus de 50 ans !

Sans compter que les fonctionnaires qui l’obtiennent sont principalement des militaires, autre chose que les délires d’une grande bouche, qu'un troll dont les interventions sont systématiquement sans rapport avec l'objet !

https://youtu.be/Bq4LJc6eVKs?t=43

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS