« Jean-Jacques Goldman : juste un homme... | Accueil | Les invisibles défaites sont les pires ! »

20 novembre 2017

Commentaires

hameau dans les nuages

@ Catherine JACOB | 23 novembre 2017 à 09:12

La côte basque est très prisée, prenant le pas sur la Côte d'Azur. Selon Notre-Dame de Fatima, le quart sud-ouest resterait à l'abri des événements sanglants futurs. J'ai d'ailleurs un projet de chambres d'hôtes... :)

En tout cas la maison de cette ex est aussi l'objet d'un important lifting :

https://meduza.io/image/attachments/images/002/064/142/small/vGADF4tkH6deGIoDo9x-ug.jpg

Robert Marchenoir

@ Claude Luçon | 23 novembre 2017 à 20:48
"On ne peut pas vous accuser d'avoir le moindre sens de l'humour !"

Ah, vous trouvez ? Vous n'avez pas dû lire ceci. Mais peut-être est-ce vous qui manquez de sens de l'humour ?

Il est vrai que vous semblez incapable de lire un texte simple, écrit en français et excédant une dizaine de lignes (*), puisque vous vous sentez en droit de protester contre la longueur des miens ; en sorte que vous avez été peut-être trop fatigué pour aller jusqu'au bout. Je vous suggère en ce cas de vous adresser à l'éditeur, et de réclamer le remboursement de votre achat.

J'étais sûr que vous alliez me faire le coup de "l'humour", c'est pourquoi j'avais précisé ceci à votre intention : "Alexander Boot ajoute : 'Ceux qui ne sont ni stupides, ni fanatiques, trouveront tout ce qu'il faut savoir du régime russe dans cette vidéo'. Je compléterai en disant : ni pervers, ni vicieux."

Apparemment, certains ont besoin qu'on leur mette les points sur les i. Parce que voyez-vous, quand c'est la dixième fois qu'on tente de ridiculiser une prise de position argumentée par de "l'humour" -- toujours le même --, quand on ne se sent jamais obligé de répondre à des faits par d'autres faits, quand on tente systématiquement de discréditer un débatteur en s'en prenant à son caractère, voire à sa virilité, quand de surcroît cette méthode est exclusivement opposée (comme par hasard) à une seule catégorie d'arguments : ceux qui exposent les dangers de la politique étrangère russe, alors ce n'est plus de "l'humour", c'est de la perversité, de l'attaque personnelle, du trollage, de l'obstruction, de la propagande et de la désinformation, employés dans un but bien précis de manipulation politique.

D'autant qu'il ne s'agit pas de n'importe quel type "d'humour", non plus. Ce sont des insultes sexuelles, ce qui, en dehors d'être indigne d'un vieillard comme vous, présente la particularité frappante de refléter exactement le type "d'humour" de votre chouchou Vladimir Poutine, qui n'a pas besoin de vous pour se défendre, faites-moi confiance.

Vladimir Poutine est le seul chef d'Etat d'une puissance nucléaire (**) à rabaisser en public, dans l'exercice de ses fonctions, ses opposants à l'aide d'insultes sexuelles ; ou, au contraire, à les flatter sur ce registre... C'est ainsi qu'il a publiquement félicité le président israélien pour avoir violé plusieurs femmes ; ou qu'il a menacé de castration un journaliste du Monde qui lui demandait des explications sur les atrocités commises par l'armée russe en Tchétchénie.

C'est peut-être votre modèle de virilité ; ce n'est pas le mien. Moi, j'aurais plutôt tendance à penser que lorsqu'on est le président d'une superpuissance mondiale alléguée, qu'on a en face de soi un moucheron comparatif tel qu'un journaliste anonyme, et qu'on se sent obligé de l'insulter de la sorte, c'est le signe d'une insécurité sexuelle manifeste -- fort dangereuse, en dehors de toute autre considération, étant donnée la position du bonhomme.

C'est aussi le signe que Vladimir Poutine fait tout pour faire comprendre (comme dans la vidéo que je vous ai indiquée) qu'il est un voyou. Je veux dire par là : un authentique malfaiteur, un bandit. Ce n'est pas une accusation que je porte ; c'est lui qui s'en vante. Car il s'agit là, en Russie, du genre "d'humour" des délinquants d'habitude.

Le fameux "nous irons les buter jusque dans les chiottes", qui a tant fait se pâmer certains Occidentaux en mal de virilité (justement), avait une tout autre signification que celle que lui ont prêtée les Européens. Ce n'était pas seulement une profession de foi brutaliste quant aux méthodes à appliquer aux Tchétchènes.

C'était, dans sa version originale, une expression typique de l'argot des voyous, du crime organisé, des pensionnaires habituels des prisons ; ce qui n'a pas échappé aux Russes. Poutine, non seulement ne se cache pas d'être un bandit, mais s'en vante. Cela lui donne une bonne image auprès d'une partie des Russes, et auprès d'écervelés dans votre genre.

Et, de fait, il est un bandit. Entre autres faits d'armes, il a monté une gigantesque escroquerie au détriment des Pétersbourgeois, quand ceux-ci souffraient de la faim et qu'il était leur maire adjoint : il a organisé un accord massif d'échange pétrole contre nourriture avec l'Allemagne -- à ceci près que le pétrole a bien quitté la Russie, mais que les Pétersbourgeois n'ont jamais vu la couleur du pain qu'ils étaient censés recevoir en contrepartie...

Tout cela confirme, une fois de plus, ce que j'ai maintes fois écrit ici : les poutinistes occidentaux ne soutiennent pas la Russie pour de savantes considérations géopolitiques (fors leur détestation des Etats-Unis, ce qui ne semble pas être votre cas) ; c'est bien leur voyou intérieur qu'ils expriment librement en venant à la rescousse de leur champion ; c'est précisément parce que Poutine est un voyou qu'il les fait tant bicher, et non malgré cela.

Donc, votre "humour" sur le dos des 10 000 morts de la guerre d'Ukraine (pour ne pas parler des autres), ça me fait moyennement rire, voyez-vous. J'attends que les humoristes pro-russes se moquent des opposants à l'islamisation de la France, au motif que ces derniers seraient jaloux des treize épouses de Mahomet ; qu'ils se moquent des opposants à l'immigration africaine, au motif qu'ils seraient jaloux de la puissance sexuelle des Africains, etc. Là, leur "humour" commencerait à être un peu crédible. En attendant, leur désopilance est un peu orientée, pour dire le moins.

Enfin, votre façon de vous vanter d'avoir porté l'uniforme est indécente. Le fait d'avoir été soldat ne vous donne aucun droit particulier sur vos contemporains, et n'entraîne nullement la validité de vos arguments (d'ailleurs inexistants) vis-à-vis de la politique étrangère russe.

Si j'étais à votre place, d'ailleurs, je me ferais discret sur le sujet : c'est justement parce que vous avez porté l'uniforme qu'il est d'autant plus culotté, de votre part, de soutenir les traîtres et les subversifs qui promeuvent les intérêts de la Russie, puissance étrangère hostile et agressive, au détriment de ceux de la France et de ses alliés.

Je pars du principe que vous nous racontez la vérité sur votre biographie, car nul n'a le moyen de vérifier. Que savez-vous, d'ailleurs, de mon passé militaire ? Ce n'est pas parce que tel ou tel commentateur, ici, n'étale pas sa vie personnelle ainsi que vous le faites, que vos mérites supposés sont supérieurs à ceux des autres.
___

(*) Définition officielle de l'illettrisme, mais je vous cite ça de mémoire.

(**) A l'exception de Trump, qui a lui aussi donné dans ce registre, quoique moins systématiquement.

Giuseppe

Jean-Jacques Urvoas se sentira moins seul, c'est à ces petits riens que l'on s'aperçoit qu'un tournant est pris avec Emmanuel Macron.

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2015/01/28/deputes-epingles-pour-l-achat-de-leur-pemanence-jean-lassalle-reagit,1230461.php

Rien n'est parfait, mais même au journal télévisé public on en parle et pas subrepticement, on sent un petit vent nouveau souffler, c'est un début.
Au fait le Berger a-t-il eu un remord et aurait-il remboursé ?

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2015/01/28/deputes-epingles-pour-l-achat-de-leur-pemanence-jean-lassalle-reagit,1230461.php

Claude Luçon


@ Robert Marchenoir | 23 novembre 2017 à 03:28

Cher Robert,
(Nous sommes pro-américain tous les deux, appelez-moi Claude, à l'américaine)

Trois choses sont certaines :

1. on ne peut pas vous accuser d'avoir le moindre sens de l'humour !

2. j'ai effectivement porté des uniformes :
- le dernier étant celui d'Officier de la Royale, nom que nous préférions à celui de Marine Nationale Française ;
- l'avant-dernier, similaire au premier, étant celui d'une école royale créée en 1780 par le duc de La Rochefoucauld-Liancourt sous l'alors Roi de France et de Navarre, Louis XVI, école dont les anciens sont effectivement appelés "Vénérables" par les élèves de première année, lesquels appelés "Conscrits(tes)", comme en 1780, portent toujours l'uniforme en 2017 bien que civils.
Bien loin donc des uniformes dont vous voulez m'affublez.

Et vous quels uniformes avez-vous portés ?
Si vous aviez, au fil des jours, suivi mes élucubrations publiées ici vous y auriez lu que j'ai fait campagne pour Jacques Chirac parmi les expatriés français au Nigeria en 1988, sauf erreur de ma part il n'était guère du genre soviétique !

3. Votre texte m'a diverti, présumant que c'était le but de l'homme bien éduqué que vous êtes, mais, comme tous les précédents, je regrette qu'il soit encore trop long.

Dans l'attente de votre prochain texte sur Poutine,
Cordialement

Giuseppe

Elle est partie, partie, c'est bien fini.
Evelyne Richard a été remerciée, "arrogante" l'équipe à Macron ? Qui peut le dire ?
Il faut savoir se retirer, ne pas faire toujours le dernier match, celui de trop, la dernière course, celle de trop, le poids des ans, l'âge avancé dans un ensemble de jeunes aux commandes - élevés au biberon du numérique - à un poste trop proche du Président et de son désir de communication.
Elle n'a pas eu droit à un dernier tour de piste, on lui a fait comprendre que l'image du Président était autre chose que s'occuper des voyages et des billets d'avions.

Il est sûr qu'elle aurait souhaité partir dans d'autres conditions, un jeune c'est pressé et ça n'a pas le temps, les SMS de la nuit sont de la nouvelle ère, c'est ainsi.

J'avais lu une statistique qui disait que les salariés et ou dirigeants retournaient voir leurs anciens collègues au plus pendant trois mois, les repas qu'on s'était promis réguliers s'espacent, les présences diminuent il y a toujours une urgence.
Pour elle, même pas, elle est restée trop longtemps.

Ellen

@ Giuseppe | 23 novembre 2017 à 11:12

NVB a le droit de rêver, mais juste rêver et pas plus...

Giuseppe

Il ne manquait plus qu'elle ! Najat Vallaud-Belkacem laminée aux dernières élections poserait des exigences à son accession suprême au PS.

Qu'elle fasse comme Macron, conquérir des électeurs, et qu'elle évite de se faire écrabouiller aux élections bien qu'elle ait été toujours protégée et mise en avant dans les listes.

Pour les Européennes, le PS grappillera sans doute quelques sièges, mais NVB à la tête du parti est le meilleur moyen de le rayer définitivement du paysage.
Elle est des naufragés avec un capitaine de pédalo échoué dans une bassine. Les électeurs ne veulent plus de ces losers indécis et sans vision qui nous font perdre notre temps, l'école est de nouveau en chantier mais qu'a-t-elle donc produit ?
Ce doit être un canular.

Macron avec de tels concurrents a de beaux jours devant lui, après le mari Boris, maintenant l'épouse... Décidément la famille socialiste tourne en rond comme le jeu qui lui correspond.
En plus elle voudrait être rémunérée, diantre ! Poste qui était à ce jour bénévole, paraît-il, bref, les caisses sont vides mais je veux une écuelle à la hauteur. Tant pis pour les autres.
Généreux de l'argent des autres, épiciers de leur propre deniers, notaires de leurs prébendes, le poste oui mais le méchant fric pour l'accompagner, les valeurs on en parlera plus tard.

Image renvoyée détestable pour des militants désemparés, il ne manquait plus que cette annonce, Attila n'aurait pas fait mieux et l'équipe Macron de rire sous cape.
Elle voulait créer une maison d'édition, qu'elle s'y attelle, et ainsi elle verra enfin ce qu'est la vraie vie, le travail, sa collègue Filippetti lui rappellera son célébrissime "je vais devoir travailler".

Catherine JACOB

@ Robert Marchenoir | 22 novembre 2017 à 17:23

Angela Merkel (en fait Kasner-Sauer dirait la loi française) s’exprime sur le sujet en disant que ce n’était pas une décision mais que ça ne s’est tout simplement pas produit.
Quand elle a épousé son mari actuel, elle avait 44 ans. C’est risqué pour un premier enfant.
Quand elle a divorcé de son premier mari auquel elle est restée mariée cinq ans, n’ayant donc pas franchi la fatidique barre des sept ans, elle avait 28 ans, ce qui pouvait être un bon âge pour un premier, à condition d’avoir un futur père intéressé sous la main, ce qui donc n’était pas le cas.
Toutefois, elle est la belle-mère des deux enfants de son mari dans le cadre de leur famille recomposée, elle a de nombreux neveux qu’elle emmène en vacances, on dit qu’elle sait s’y prendre avec les enfants et, et, et les Allemands l’appellent « Mutti » - Petite mère.

De deux ans plus jeune qu’Angela Merkel, Theresa May a été en 1999, à 43 ans donc, « chargée de l'environnement, de la famille, de la culture, des droits des femmes et du travail » ; là encore, un peu tard pour un premier, à cette époque, et jusqu’à 43 ans elle a dû batailler sans doute pour arriver à un tel poste. Ceci étant, mariée à Philippe May à 24 ans, elle aurait eu tout le loisir d’envisager de concevoir, mais bon, un banquier… fait sans doute plus volontiers des petits avec les sous sous…

Quand on pense qu’on a le temps et qu’on procrastine, à un moment donné, l’horloge biologique sonne qu’il n’est plus temps !! Comme on l’aura remarqué, en bonne Anglaise qui se respecte, Theresa May compense avec la mode et « s'affiche volontiers en chaussures léopard ou tailleur tartan écossais lors de manifestations officielles. » Maintenant chacun appréciera. J’ai surtout remarqué ses énormes colliers-chaînes et je me suis demandé à quoi est-elle ainsi si atrocement enchaînée ? à la politique ?
Macron on connaît le cas. Brigitte, d’un an l’aînée d’Angela et professeure de Lettres avec un « e », avait déjà trois enfants quand, à 54 ans, elle en a épousé un quatrième.

Jean-Claude Juncker, né la même année qu’Angela Merkel, a été nommé secrétaire d'État au Travail et à la Sécurité sociale en 1982 à 28 ans, il est clair qu’ensuite il a dû être très occupé, bien que marié en 1979, à 25 ans, à la même femme, Christiane Frising, Il indique en 2010 - il a alors 56 ans mais c’est à 53 ans que Sarkozy d’un an le cadet de Junker, a épousé sa troisième et actuelle épouse, Carla - qu’il n’est pas du genre à tromper sa femme, ce qui est tout à son honneur, mais en aurait-il le temps ? Les Luxembourgeois sont réputés en effet être des bourreaux de travail : «« Cela fait plusieurs fois qu’on demande à mon épouse si j’ai une maîtresse », déclare Juncker au téléphone. Et le chef du gouvernement de prétendre qu’on « peut écrire sur moi ce qu’on veut », mais de préciser qu’il « veut laisser sa femme en dehors de tout ça, elle qui ne se mêle pas des affaires ». Et puis, la déclaration sincère, formidablement sincère même, d’un Juncker protecteur : « J’aime ma femme et je ne suis pas du genre à la tromper ». »

On pourra noter que son « J’aime ma femme » a eu un tout autre écho que celui de Fillon… !

Quant à Paolo Gentiloni Silveri, lui aussi né la même année que Merkel – il faudrait donc qu’un astrologue compétent étudie les conjonctions des planètes entre 1953 et 1954 pour voir quelle influence néfaste cela a pu avoir sur la fécondité des Européens à fort potentiel de pouvoir, en ce qui concerne toutefois Fillon l’influence néfaste semble s’être exercée à un autre niveau… – l’épouse du gentilhomme italien qui cultive la discrétion est Emanuela Mauro, architecte, donc femme occupée et quadrilingue.

S'agissant de Vladimir Poutine, il est né en 1952 donc avant 1953/54 et est devenu président du gouvernement russe à 47 ans puis président de la Fédération de Russie, et ce n’est pas facile de faire du chemin dans le parti mais il a trouvé le temps de s’occuper de Ekaterina, Maria, Lyudmila (épousée en 1983, il avait 31 ans)... Et Alina ?

Divorcée de Lyudmila il y a quatre ans environ, on a appris que cette dernière avait suivi depuis l’exemple de Brigitte Macron : son nouveau compagnon est en effet plus jeune qu'elle de vingt ans. Ils habitent dans une villa qui coûterait la bagatelle de 6 millions d'euros, située près de Biarritz selon le Washington Post. La villa a été acquise par ce dernier, Artur Ocheretny, en 2013, six mois après le divorce des Poutine. La villa est entourée d'un parc et a une vue plongeante sur l'océan Atlantique.
La jeunesse d’Artur Ocheretny semble bien réussir à Lyudmila qui arbore un teint de rose depuis son divorce.

Bref, en 1954 Poutine avait deux ans et n'était donc pas encore entré au KGB, il n'a donc pu exercer aucune pression sur les étoiles… 😉

Mais comme disait Victor Hugo :
"Ce siècle avait deux ans ! Rome remplaçait Sparte,
Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte,
Et du premier consul, déjà, par maint endroit,
Le front de l'empereur brisait le masque étroit."

Robert Marchenoir

@ Claude Luçon | 21 novembre 2017 à 22:45

Cher Claude Luçon,

Vous nous avez bien eus avec votre faux personnage de vieillard vénérable, acceptant généreusement de partager sa sagesse avec les p'tits c... que nous sommes.

L'on s'aperçoit que vous êtes en réalité un petit garçon, car je ne vois pas qui d'autre pourrait encore, "en 2017", oser l'argument le plus pourri du troll le plus dénué d'imagination : "Il semble que vous ne vous soyez pas rendu compte que vous faites un 'léger' complexe à l'égard de Poutine, une histoire de femme ? Il est plus beau et plus athlétique que vous et a plus de succès ?".

D'ailleurs, je viens de retrouver une vidéo de vous. Tenez, je vous l'offre. Vous y êtes très mignon, avec votre uniforme de l'école des cadets de la police de Volgograd. Comme c'est charmant, ce choeur dirigé par la dévouée Anna Kuvychko, député du parti de Poutine ! J'avoue que votre entrain à chanter "oncle Vova" (le diminutif de Poutine) fait plaisir à voir. Et quel patriotisme précoce !

Dès l'âge de... quoi ? cinq, six ans ? vous nous promettez de partir en guerre aussitôt que "l'oncle Vova" vous le commandera, de défendre la Crimée (dont les Nations Unies reconnaissent l'appartenance à l'Ukraine), les îles Kouriles (contestées par le Japon), les côtes de la Baltique (dont la plus grande partie appartient, jusqu'à nouvel ordre, aux pays baltes), et même de reconquérir l'Alaska (lequel -- mais comment le savoir, à votre âge ? -- fait partie des Etats-Unis).

J'ai un peu pitié de vous, car vous nous chantez que vous n'avez pas d'amis, à l'exception "de l'armée et de la marine" (célèbre citation diplomatique du tsar Alexandre III).

Heureusement, dans cette autre version de cette vidéo, apparaît votre héros l'oncle Vova, qui se vante d'avoir été un voyou des rues dans sa jeunesse, et d'avoir toujours frappé le premier ! Je comprends qu'un petit garçon chétif tel que vous soit séduit par de telles rodomontades, bien que je sois un peu inquiet de la mauvaise influence que l'oncle Vova puisse exercer sur votre esprit -- plutôt faible, reconnaissons-le.

Naturellement, on est bien obligé de constater que ce petit tableautin d'endoctrinement fait furieusement Jeunesses hitlériennes, et d'ailleurs les plans intermédiaires (statues, flambeaux)... vous ont un délicieux petit parfum d'imagerie nazie. En fait, il s'agit de monuments soviétiques ; comme quoi...

Incontestablement, un petit garçon mal éduqué comme vous a besoin d'une figure paternelle à laquelle s'assimiler. Peut-être serait-il plus prudent, pour votre équilibre futur, de choisir quelqu'un comme Alexander Boot, plutôt qu'un voyou auto-proclamé comme Vladimir Poutine ?

Vous ne serez pas dépaysé : il est russe, lui aussi. Cependant, il a fui le KGB il y a quarante ans, pour se réfugier aux Etats-Unis, puis en Angleterre. Peut-être même pourriez-vous lui demander de vous inviter à goûter, puisqu'il passe une partie de sa vie en Bourgogne.

Je vous invite à lire son analyse de cette vidéo de propagande. Puis, vous nous direz à laquelle de ces deux catégories de "fanatiques de la junte klepto-fasciste de Poutine", décrites par ses soins, vous pensez appartenir : les "idiots congénitaux, le genre de gens qui sont prêts à soutenir n'importe qui et n'importe quoi pour les raisons les plus futiles" ? Ou bien "ceux qui jouissent de toutes leurs facultés mentales, mais qui se sont laissés envahir par le fanatisme et l'ignorance" ?

Comme l'écrit Alexander Boot (beau brin de plume, en passant) : "Les ignares ne connaissent tout simplement rien au régime de Poutine ; les fanatiques savent de quoi il retourne, mais ils se gardent bien de laisser la vérité des faits troubler leurs convictions."

Et je ne peux que m'associer à lui lorsqu'il écrit : "Que leur imbécillité soit congénitale ou soigneusement travaillée, c'est peine perdue que d'essayer de les faire changer d'avis ; et Dieu sait si j'ai essayé."

Puis il ajoute : "Ceux qui ne sont ni stupides, ni fanatiques, trouveront tout ce qu'il faut savoir du régime russe dans cette vidéo".

Je compléterai en disant : ni pervers, ni vicieux.

Gavot

@Florence

Je ne suis pas votre "Cher", je n'ai pas mérité cet excès de familiarité un tantinet impudique...

Mais c'est bien vous qui glosez à perte de commentaires sur les rapports amoureux du couple Macron et le taxez d'impudeur dans le même élan. Je vous voyais donc bien en Tartuffe, mais si vous préférez, compte tenu du niveau de vos préoccupations et l'hiver approchant, je me contenterai de vous traiter de truffe (blanche, évidemment, l'italienne hors de prix).

Robert

Ayant eu de multiples occupations, je n'ai pas pu intervenir plus tôt sur ce billet. Néanmoins, j'aurais été tenté d'écrire en grande partie ce qu'a exprimé Tipaza | 20 novembre 2017 à 10:10.

Je ne m'attarderai pas à ajouter sur l'épouse de M.Macron, car elle n'est en fait pas le vrai sujet.
Le vrai sujet reste M. Macron. Il est avant tout un communicant. Il suffit pour cela de voir encore la page de couverture et de lire les articles sur l’intéressé dans Paris Match de cette semaine.
Il se comporte en réalité en technocrate-autocrate en court-circuitant la plupart de ses ministres et en faisant agir en sous-main les secrétaires généraux des ministères qui sont chargés d'appliquer ses seules directives. Encore une fois, il ne préside pas : il gouverne quasiment seul, si ce n'est qu'avec un nombre très restreint de subordonnés directement soumis à lui.

Hier sur Radio Classique, les débats portaient en particulier sur une comparaison avec le Bonaparte Premier Consul. De fait la comparaison ne saurait se limiter que dans la méthode utilisée pour réformer la France à sa manière : l'appui sur un nombre restreint de personnes très compétentes dans la plupart des domaines que Bonaparte voulait réformer. Effectivement, dès 1802, l'essentiel des réformes structurelles de la France était accompli et pour certaines pour plus de deux siècles de France administrative.
Sauf que la France ne sort pas de la Révolution ! Et que Monsieur Macron se repose uniquement sur des énarques, essentiellement issus du corps de l'Inspection des Finances. Lire à ce sujet ce qu'en écrit le Palmipède de ce jour.

Alors, Monsieur Bilger, vous avez les yeux de Chimène pour Emmanuel Macron. Je crains que votre déception d'ici à un an ne soit plus grande que celle que vous avez éprouvée à l'égard de M. Sarkozy.

Robert Marchenoir

@ Franck Boizard | 22 novembre 2017 à 08:32
"Allemagne : Merkel, pas d’enfants.
Grande-Bretagne : May, pas d’enfants.
France : Macron : pas d’enfants.
Italie : Gentiloni : pas d’enfants.
UE : Juncker : pas d’enfants.
C’est clair, c’est un sale coup de Poutine."

Oui, c'est effectivement un sale coup de Poutine. Merci, Franck, d'avoir illustré et confirmé mon commentaire en nous citant explicitement une variation de cette fabrication du KGB, ce que j'avais omis de faire.

Visiblement, vous n'avez toujours pas compris. Ou plutôt, vous faites semblant de ne pas comprendre. Vous faites l'imbécile. Vous nous prenez pour des imbéciles.

Donc, quatre Premiers ministres ou présidents de quatre nations européennes n'ont pas d'enfants (je vous fais confiance, je ne vérifie pas) ; il faut exclure Juncker qui n'est pas un chef d'Etat d'une nation européenne, comme j'ai eu l'honneur de l'expliquer (mais ça ou pisser dans un violon, pour nos fanatiques poutinistes, c'est pareil) ; il y a 28 pays dans l'Union européenne, et 45 dans l'Europe tout court.

Et vous avez le culot de prétendre que puisque des tâcherons des services de désinformation russes ont dégotté 4 dirigeants européens qui n'ont pas d'enfants, cela veut dire que les chefs d'Etat européens, qui sont au nombre de 45, n'ont pas d'enfants ? Vous vous moquez de qui, exactement ?

En réalité, d'ailleurs, s'il fallait évaluer la propension de l'Europe à avoir, ou à ne pas avoir d'enfants, en fonction des pratiques de ses dirigeants (indicateur qui est déjà hautement contestable sur le plan scientifique, mais passons), il faudrait au minimum retenir le Premier ministre et le président (ou le monarque) dans chaque pays ; la notion de chef d'Etat étant variable d'une nation à l'autre.

Et puis ça aiderait, aussi, à valider cet instrument de mesure parfaitement fantaisiste sur le plan scientifique, mais tout à fait commode sur le plan de la propagande, consistant à prétendre évaluer la natalité d'un continent entier à partir de la composition de la famille de ses dirigeants.

En France, par exemple, les poutinistes nous susurrent que Macron n'a pas d'enfants (ce qui est faux sur le plan juridique, mais passons, là encore), et que donc cela démontrerait que la France ne fait pas d'enfants ; mais ils évitent de mentionner le Premier ministre Philippe, qui en a trois, les prédécesseurs de Macron, qui en avaient quatre pour Hollande, quatre pour Sarkozy, etc.

Ils nous citent le Premier ministre britannique, qui n'aurait pas d'enfants, mais ils omettent de citer la reine d'Angleterre (excusez du peu), qui en a quatre, et ainsi de suite.

On comprend bien la mentalité des grouillots du FSB, du SVR ou du GRU qui ont paresseusement consulté Wikipédia à la va-vite, pour concocter cette petite crotte de désinformation à la soviétique : en Russie, c'est le Tsar, le Chef qui détermine tout ; si le Führer dit un truc, pense un truc ou fait un truc, eh bien cela veut dire que toute la Russie est à l'unisson. Nos braves militaires russes n'ont toujours pas compris les concepts occidentaux de liberté ou de démocratie. Autant mettre une poule devant une bicyclette.

Au fait, d'ailleurs... Poutine a deux filles, donc cela prouve que la Russie fait grincer les matelas avec entrain, et affiche une natalité à faire pâlir d'envie nos néo-cathos ? Pas du tout, là c'est le contraire ! Le célèbre deux poids, deux mesures communiste est toujours à l'oeuvre à Moscou... et à Paris aussi, visiblement.

Puisque vous me tendez la perche, je complète le tableau à l'aide d'une autre version de ce bobard (en français : fake news), tel qu'il a été diffusé, par exemple, sur Le Salon Beige et sur Médias Presse Infos.

Le premier écrit noir sur blanc : "La plupart des dirigeants européens n'ont pas d'enfant", puis le "prouve" en citant... six dirigeants européens seulement, sur 45 (plus les fameux premier ministre écossais et président de la Commission européenne, qui ne font pas partie de la population étudiée).

Donc, Le Salon Beige ment ouvertement. Il écrit deux phrases qui se contredisent manifestement à la suite l'une de l'autre l'autre. Imitant ainsi la façon de faire de Vladimir Poutine, et des dirigeants russes en général : non seulement nous vous mentons, mais nous vous montrons que nous savons que nous mentons, nous savons que vous le savez, et nous vous mentons quand même.

Ce faisant, nous vous insultons ouvertement, et c'est précisément là notre but. Et nous vous faisons savoir que la vérité, pour nous, n'a aucune importance : seul nous importe notre pouvoir, que nous vous imposerons que vous le vouliez ou non.

Médias Presse Infos diffuse la même liste, en la titrant stupidement : "Les chefs d’Etat des principaux pays de l’Ouest-Union européenne n’ont pas d’enfants". Je ne savais pas que la Suède et le Luxembourg, nations certes honorables comme tant d'autres, faisaient partie des "principaux pays de l'Ouest-Union européenne", dénomination d'ailleurs dépourvue de sens, qui pue la propagande à plein nez.

Dans leurs autres articles, Le Salon Beige comme Médias Presse Infos défendent systématiquement les intérêts russes au détriment de la politique étrangère de la France, et font régulièrement écho à la désinformation en provenance de Moscou -- mais c'est, bien sûr, un hasard.

Giuseppe

Le tournant d'une France qui avait changé les codes, s'ensuivit un Giscard coincé, Tonton un peu vieillot, et Chirac indécrottable immobile... Euh... Pour les plus récents, inintéressants, années perdues, gaspillées, explosion des partis au bout du compte pour régler les comptes. Et pour vision une rue du Cirque et un scooter, avec cela nous ne pouvions qu'être sauvés ! Mais quel gâchis !

Emmanuel Macron fait la danse du ventre à la dette publique, il va lui falloir du courage, j'ai entendu le maire de Toulouse dire qu'il s'adapterait, le pays n'a plus le temps, car demain si cela continue on vous fera des opérations à cœur ouvert en ambulatoire avec une fourchette.

2200 milliards ne sont plus acceptables, les portiques de l'écotaxe ont coûté un milliard, un milliard, un milliard ! La liaison Oloron-Sainte-Marie avec Machinchose cent vingt millions d'euros.
Le Président a compris qu'on ne pouvait plus s'asphyxier de bêtise, il commence à serrer la ceinture à tous ces élus et retourner à un Etat régalien géré et des services publics qui fonctionnent bien mieux avec moins.
Les Régions avec un contrôle strict des dépenses, on se croirait au Kremlin avec tous ces élus, alors que souvent la messe est dite.

Noblejoué

@ Catherine JACOB

SAINT MARC ÉVANGÉLIAIRE DE LOSCH

Langue au chat : je ne comprends pas votre allusion imagée, ni par elle, ni en lisant le texte qu'elle illustre.

Deviro

@ Claude Luçon | 21 novembre 2017 à 23:36

C'est la cata, vous avez voulu faire de l'humour second degré, et moquer gentiment ce que breizmabro a écrit le 21 novembre 2017 à 20:59.
Mais elle a piqué le premier degré et fort apprécié votre post à vous, qui, a-t-elle décidé de croire, approuve le sien !

Son commentaire du 21 novembre 2017 à 20:59 pue très fort la putréfaction et il exhale à l'égard de Brigitte Macron de la jalousie, de la rancune, de la méchanceté, du fiel, de la détestation et de la haine.
Syndrome classique et banal de la "haine de soi".
Peut-être a-t-elle eu une luxation congénitale de la hanche mal soignée à l'époque - d'où sa boiterie - ou un goitre ?
Ou une cystite chronique, de là vient sans doute le pisse-vinaigre de ses commentaires ?
Est-ce qu'elle aime quelqu'un ? Je ne suis pas sur la liste, je crois...

Noblejoué

@ Catherine JACOB | 22 novembre 2017 à 08:37

J'ignore si vous savez que votre citation n'est pas de moi... Pour ce qui me concerne, je trouve que chacun a le droit de faire ce qu'il veut.

Et que le ridicule n'est pas toujours où on pense.

breizmabro

@ Florence | 22 novembre 2017 à 09:32

"J’assume cette dimension amoureuse. Emmanuel est fascinant. Tout l’est chez lui : son parcours, son intelligence, sa vivacité, sa puissance physique même…" (Christophe Castaner)

En voilà une déclaration qu'elle est belle, et il n'y a que onze ans de différence d'âge... :D

Florence

Mon cher Gavot,

Qui peut croire qu'un homme de 39 ans, beau, intelligent, puissant, riche, puisse se contenter d'une femme de 64 ans ?

Cachez ces rides que je ne saurais voir.

Et ce serait moi la Tartuffe ?

Amusant.

Catherine JACOB

@Noblejoué | 21 novembre 2017 à 17:58
"Vous verriez madame Bilger tenant la main de son époux pour monter les marches d'un tribunal lors des sessions d'assises ? Non..."

Ha, ha, ha ! Il faudrait que l'épouse du procureur de Paris, s'il en a une, s'y essaie. Juste for fun !

Puis vienne se placer derrière lui :
- SAINT MARC ÉVANGÉLIAIRE DE LOSCH -

Franck Boizard

Allemagne : Merkel, pas d’enfants.

Grande-Bretagne : May, pas d’enfants.

France : Macron : pas d’enfants.

Italie : Gentiloni : pas d’enfants.

UE : Juncker : pas d’enfants.

C’est clair, c’est un sale coup de Poutine.

breizmabro

@ Claude Luçon 21 novembre 2017 à 23:36
"Je sais maintenant où sont passés les millions d'Emmanuel ! 😢"

Et c'est sans doute pourquoi il lui a fait voter un peu d'argent de poche en complément de sa retraite de l'Education nationale... :D

@ Savonarole 21 novembre 2017 à 22:20
"Je n'ose imaginer votre sexualité"

Moi je n'ose imaginer l'état de votre fondement avec toutes ces coloscopies explicatives :D

"Parfois je me demande si l'on aurait pas dû octroyer l'indépendance à la Bretagne"

Venant de la part d'un exilé en Catalogne c'est savoureux comme réflexion ;)

semtob

Cher Philippe,

Impossible de remettre la main sur le courrier de Gustave Flaubert à sa sœur et de répondre à la question : quel est l'âge du Capitaine ?
françoise et karell Semtob

Claude Luçon

@ breizmabro | 21 novembre 2017 à 20:59

C'EST PAS VRAI ?!
Je ne connaissais pas tout ces détails.
Moi je ne pensais qu'à raccourcir les bretelles de son soutien-gorge et une ou deux barrettes pour les cheveux !
Ceci explique cela !
Je sais maintenant où sont passés les millions d'Emmanuel ! 😢

hameau dans les nuages

@ Jean le Cauchois | 21 novembre 2017 à 21:19

Oui mais Brigitte avec une tenue d'infirmière, d'autres phantasmes surgissaient :

https://www.youtube.com/watch?v=qCsCeugXh70

Allez Manu serre-lui la main très fort mais en évitant avec tes bagouzes en forme de poing américain de lui faire mal.

Claude Luçon


@ Robert Marchenoir | 21 novembre 2017 à 16:36

"Les braves gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux."
Je l'ai déjà dit, et je le redirai : les Français ont abondamment moqué Sarkozy et ses épouses successives, Hollande et ses "compagnes" du jour -- et maintenant ils trouvent à redire à Macron, qui a une seule femme et qui la garde.
...
Non seulement le poutinisme n'est pas attaché à Poutine, mais il n'est pas attaché à la Russie. Pas mal de gens en Occident étaient poutinistes avant même que Poutine n'arrive au pouvoir.

Ecrire un texte qui commence avec Brigitte Macron et finit avec Vladimir Poutine, même Brassens n'y aurait pas pensé.
Bravo l'artiste !
"Je l'ai déjà dit, et je le redirai" Robert vos textes sont trop longs, voyez le résultat lorsqu'on n'en lit que le début et la fin !
Il semble que vous ne vous soyez pas rendu compte que vous faites un "léger" complexe à l'égard de Poutine, une histoire de femme ?
Il est plus beau et plus athlétique que vous et a plus de succès ?
Avouez que c'est une conclusion logique.

Savonarole

@ breizmabro | 21 novembre 2017 à 20:59

Au travers de vos commentaires je n'ose imaginer votre sexualité.
Alors ainsi vous avez rencontré en sortant du couvent dans un Fest-Noz de Ploërmel votre Edwy Le Stanguennec et vous êtes heureuse.
Souffrez Madame qu'on puisse avoir d'autres pulsions dans la vie.
Parfois je me demande si l'on aurait pas dû octroyer l'indépendance à la Bretagne.

Savonarole

@ Deviro | 21 novembre 2017 à 19:19

Je blaguais, je vous aime bien.
Votre esprit Babaorum gaulois nous distrait des pontifiants tels que Ghinsberg qui nous saoule de politiquement correct de gauche, plein aux as. La gauche en Loden vert.

Je regrette Jean-Dominique Reffait, la honte a dû le faire taire, il nous vantait Champigny-sur-Marne, sa mixité, son vivre ensemble, où est-il aujourd'hui ?
Surtout qu'avec l'arrivée de Robert Marchenoir il aurait pris quelques volées.

Combien de voix de gauche se sont tues ici ?
Caramélisés, la honte les a fait disparaître.

breizmabro

@ anne-marie marson | 21 novembre 2017 à 20:48

Dites pas ça malheureuse, ses vêtements lui sont prêtés par une marque qui a sponsorisé son mari ! :D

Giuseppe

@ Jean le Cauchois | 21 novembre 2017 à 19:26

C'est le plus important, le reste est frivolité, aussitôt relevé aussitôt envolé.
Ce qui compte c'est la Tour Eiffel à construire, ce n'est pas avec des apparents que vous allez en sertir les boulons.

En fait la vitrine l'emporte sur l'étal. J'avoue que pour moi, seul le résultat compte.
Par contre je trouve extrêmement novatrices les tenues de l'épouse du Président saluées avec emphase dans tous les Etats-Unis, espérons qu'elles participeront à rééquilibrer notre balance des paiements car ce n'est pas en dissertant sur la devanture que les coffres vont se remplir.
Madame Pompidou avait initié un certain modernisme en haut de l'Etat, sans doute empesé par les précédents locataires, alors faisons confiance au bon goût de notre nouvelle égérie d'Etat.

Jean le Cauchois

@ Michelle D-LEROY à 17:59

Considérations générales dès le début = "Dans un pays où il devient inquiétant et préoccupant de voir les moyens des hôpitaux rognés..." et recommandation particulière de la fin "elle devrait varier ses achats chez différents couturiers."

Recherchant une certaine cohérence, je m'attendais à : "elle devrait porter systématiquement une tenue blanche d'infirmière" pour accompagner son mari qui, lui, porte apparemment toujours la même tenue noire. Mais les conseillères ne sont jamais... les payeurs !

breizmabro

@ Claude Luçon | 21 novembre 2017 à 18:23

"Remonter la poitrine au plus haut" : ça, c'est fait.
La liposculpture ou liposuccion : ça, c'est fait.
Le lifting, ça, c'est fait.
Les implants capillaires, ça, c'est fait.
Les dents "sourire" : c'est fait.

A votre avis elle pourrait faire quoi en plus pour faire croire qu'elle a l'âge de son mec ? Elle pourra NOUS faire payer tous les artifices chirurgicaux en vente sur le marché, les chiffres sont têtus, elle a 24 ans de plus que lui, un point c'est tout.
A l'époque ou Emmanuel avait 17 ans, ses 41 ans ne le gênait pas, pourquoi changer.

anne-marie marson

@ Claude Luçon | 21 novembre 2017 à 18:23
"...une de nos amies commentatrices devrait lui donner quelques conseils. J'avais une épouse coquette, elle lui aurait donné quelques tuyaux"

Je trouve aussi que Brigitte Macron s'habille mal. Ses vêtements me font souvent penser à Star Trek version originale.

Savonarole

C'est peut-être le moment de relire Stephen Vizinczey.
Son superbe roman "Éloge des femmes mûres" a fait le tour du monde.

"In praise of older women", 1965, traduit en français sous le titre "Éloge des femmes mûres" en 2001 chez Anatolia/Éditions du Rocher, sous-titré les souvenirs amoureux d'Andras Vajda, narre la découverte de la sexualité par un jeune homme aujourd'hui devenu un respectable professeur entre deux âges à l'université du Michigan. Récit érotique drolatique et subtil écrit dans un style très sobre, le roman a enthousiasmé la critique comme les lecteurs. Véritable phénomène éditorial, le livre a figuré des mois et des mois dans la liste des meilleures ventes, au Canada d'abord, en France ensuite, par la grâce du bouche à oreille. Pur et simple bonheur de lecture, le roman s'est écoulé à plusieurs millions d'exemplaires dans le monde. (Wikipédia)

Jean le Cauchois

@Giuseppe à 13:56
"Emmanuel Macron a raison de mettre à la diète les communes, il est suffisamment intelligent pour savoir que les toutes petites n'ont rien, d'où l'incitation aux regroupements, pour les autres elles dépensent sans compter."

Il est plaisant, cher Giuseppe, de vous lire l'un des rares à s'intéresser à "la main de fer" du Président. Il est tellement plus facile de s'intéresser à "la main douce", et même "aux mains douces" !

Deviro

@Savonarole | 21 novembre 2017 à 14:51
"Afin de ne pas bouleverser vos trois neurones sachez que j'ai de la sympathie pour le couple Macron, je m'interroge sur 2027, c'est tout."

Nom d'un pétard ! C'est le nombre exact de neurones qui me restent, et, malheur, il y en a un qui clignote déjà, comme dans la réserve d'essence de ma bagnole ! Mais qui donc vous a rencardé ? C'est Patrice Charoulet ?

Claude Luçon

@ Tipaza | 21 novembre 2017 à 15:47

Oui, et la différence diminuera de plus en plus.
Pour ses 24 ans il y avait 100 % de différence, en ce moment elle s'est réduite et n'est plus que de 60 %, elle sera de 50 % vers la fin de son second quinquennat, seulement 25 % quand il aura presque 96 ans, mais il ne sera plus président, et d'où je serai je ne pourrai pas le constater.

D'un autre côté, celui de Brigitte, la différence n'était que de 50 % quand il avait 24 ans, 37 % maintenant...
C'est sympa les maths, mais il aura beau vieillir il y aura toujours 24 ans entre eux et, hélas, la chose se verra de plus en plus.

Ceci dit, une de nos amies commentatrices devrait lui donner quelques conseils. J'avais une épouse coquette, elle lui aurait donné quelques tuyaux : pas de robe à épaules rehaussées avec une chevelure abondante qui donne l'impression qu'elle n'a pas de cou. Remonter la poitrine au plus haut, tirer les cheveux en chignon tire aussi la peau sur le front et les pommettes, ce qui rajeunit. Elle est mince, porter des vêtements qui mettraient en évidence sa silhouette...
Elle paraît d'ailleurs plus jeune en jeans !

D'un autre côté, si elle faisait cela, nous sommes en France, il lui serait reproché d'essayer de se rajeunir !
Que c'est difficile d'être Français en France, je comprends Savonarole !

Michelle D-LEROY

Je n’épiloguerai pas sur le macronisme et son intense communication, nécessaire pour masquer le fait que les réformes ne sont que de simples retouches.
Une machine, intelligemment menée, s’est mise « en marche » depuis mai pour faire croire que la vieille politique est finie, obsolète et que tout est neuf, or la nomination de M. Castaner à la tête de LREM prouve tout le contraire, avec en plus l’art de tout verrouiller. La moralisation de la vie publique juste pour les autres.

Le dernier exemple en date est celui de Madame la ministre de la Santé. Dans un pays où il devient inquiétant et préoccupant de voir les moyens des hôpitaux rognés, les déserts médicaux s’amplifier, où on pense à dépénaliser le cannabis, cette ministre pense à interdire la cigarette dans les films. Il fallait y penser !
C’est donc cela le macronisme : masquer le fait de ne pas s’occuper des sujets majeurs en faisant de la communication sur les sujets mineurs. Les Français n’attendront sans doute pas cinq ans pour s’apercevoir de la supercherie.

Alors la mise en scène du couple Macron est du même acabit. Communication !
Toutefois, j’y mettrai un bémol. Nous élisons un Président pour cinq ans, avec son lot de tracas quotidiens. Il a une vie privée, on ne peut pas lui demander de faire abstraction de son conjoint dont le soutien lui est indispensable, comme un pilier dans les moments difficiles. Il ne peut pas mettre sa vie privée entre parenthèses tout le temps, même si, là encore parfois, la communication lui est bien utile.

Nous autres Français sommes une exception si j’en juge par les déplacements ou les réceptions des présidents ou des souverains à l’étranger. Leurs conjoints, surtout lorsque ce sont des épouses, sont présents pour ne pas dire omniprésents. Mme Merkel fait aussi figure d‘exception, à moins que les époux ne se trouvent diminués de n’être que consorts.
Certes on n'élit pas un couple, il n'empêche que le conjoint ne peut pas être constamment dans l'ombre. J'ai lu récemment le livre d'Alain Pompidou sur sa mère, elle aussi était très présente... confidente et conseillère, une valeur sûre pour un Président autour duquel les intrigues ne manquent pas.

Il est vrai que le contexte actuel n’est pas favorable à la famille, simple question de mode.
Lors de réceptions à l’Elysée, lorsque François Hollande recevait des chefs d’Etat étrangers et leurs épouses, seul, il avait l’air coincé et pathétique. Lorsque Mme Bruni-Sarkozy accompagnait son Président de mari à l’étranger, cela avait de la classe, je la revois devant la Reine d’Angleterre, elle n’a pas démérité.

Pour l’instant, Brigitte Macron n’a rien dit de désobligeant sur la France ou les Français. Intelligente, souriante et sans aucun doute cultivée, elle a su rester en retrait côté prises de position et c’est déjà très bien. Sauf qu’elle a reçu le couple Sarkozy, cela lui vaudrait-il d’emblée une certaine disgrâce ?
Quant à ses tenues, qu’elle veuille se rajeunir ne fait aucun doute mais sans ridicule non plus. Par contre, il faudrait qu’elle oublie ses vestes de hussards napoléoniens un peu trop rigides qui deviennent un style permanent, c’est lassant. Vu qu’elle représente la mode française et sa mise en valeur, elle devrait varier ses achats chez différents couturiers.

Noblejoué

@ hameau dans les nuages
"Cette façon d'exposer sa moitié est ridicule. Voyons-nous le mari de madame Merkel ? Non...
Vous verriez madame Bilger tenant la main de son époux pour monter les marches d'un tribunal lors des sessions d'assises ? Non..."

Chaque personne a son histoire, chaque couple, sa dynamique ; le poisson serait ridicule à voler, l'oiseau hôte du ciel, à nager.
De plus, la culture d'un pays favorise ou freine certains comportements... Pour le cas qui nous occupe, je ne vois rien de mal.

Jabiru

Retour sur la photo Macron / Castaner

Ce matin j'avais imaginé Napoléon et les grognards.
Ce soir il me revient une citation du Général de Gaulle faisant la connaissance de Chaban à la Libération.
Commentaire du Général : "C'est bien Chaban !"
On ne sait pas si le Grand Charles lui a caressé la joue !

Xavier NEBOUT

Ils vont nous faire aimer Macron :

Xavier Bertrand nous disant qu'il a préféré la finance à la santé des Français en soutenant la venue de l'autorité bancaire plutôt que celle de l'agence du médicament...

François Baroin déclarant que les élus ont besoin des emplois aidés pour secourir des gens sans emploi (ce midi à la radio). Et Dassault d'avoir été poursuivi pour achat de votes...

Le salon du pourri est ouvert ...

Jabiru

@ Achille

Bravo pour la beauté de l'âme !
Si Brigitte Macron consulte ce blog elle va rougir de plaisir.
Une démarche élégante qui va rester dans les annales.

Xavier NEBOUT

@ Franck Boizard
"La différence d'âge entre les Macron choque parce que c'est un couple contre-nature : ils ne pouvaient pas avoir d'enfants ensemble et le savaient dès le départ.
Le nombre de dirigeants européens sans enfants ne peut que déranger. Mais c'est cohérent avec une civilisation qui se suicide."

Excellent, ce à quoi j'ajoute que c'est significatif d'un problème psychologique grave, et qu'on a lieu de s'en inquiéter lorsqu'il s'agit du président de la République.

Ellen

Pour vous détendre. La nouvelle génération nous suit de près et va nous succéder, mais sera-t-elle à la hauteur des enjeux dans cette mondialisation sans freins ?

https://www.youtube.com/watch?v=Y4veJwodm3o

Gavot

@ Florence
"Mais ma chère Ellen, mes voisins ne se mêlent pas de mes affaires ! Et savez-vous pourquoi ? Parce que je n'exhibe pas ma vie intime. Si les Macron ne veulent pas que l'on se mêle de leurs affaires intimes, qu'ils arrêtent de nous les servir matin midi et soir avec impudeur."

Vous marchez dix pas derrière votre mari/compagnon/femme/compagne ou bien est-ce le contraire ? Volets clos et bouche cousue, vous ne l'ouvrez que sur ce blog pour fustiger les rides et bridges de Mme Macron ? Tenir, parfois, la main de son conjoint en public c'est de l'impudeur ?

Détendez-vous, refermez Gala ou Paris Match vous serez à l'abri de l'impudeur "matin midi et soir" et ça soignera sans doute votre excès de tartufferie.

Catherine JACOB

« Je sens le terrain glissant sur lequel je m'aventure. Mais je n'ai pas à m'en excuser, d'abord parce que je suis victime d'une nature mal à l'aise avec les exhibitions publiques de la tendresse et que, surtout, la rançon de la perpétuelle apparition de Brigitte Macron - dont les qualités personnelles sont exceptionnelles, je n'en disconviens pas - est qu'on a le droit d'en questionner l'intérêt et les modalités. J'éprouve parfois l'impression qu'on cherche - et d'abord le président et l'époux - à instiller dans nos têtes citoyennes qu'on a élu le couple Macron. »

Vous pourriez difficilement nier que cela ne vous a pas été dit et répété à l’envi sur votre propre blog par tout un certain nombre de commentateurs, à différents moments depuis l’élection et, en ce qui me concerne, depuis le dé-zingage de Fillon, c’est ÉVIDENT ! Depuis le discours devant les députés convoqués, c'en est même aveuglant. Je ne sais pas quelles qualités sont les plus éclatantes, vous pourriez peut-être nous éclairer sur ce point. Mais en tout cas, elle est tenace !

Pour vous aider à glisser sans chuter : le skateboard Spiderman.

Robert Marchenoir

Les braves gens n'aiment pas que
L'on suive une autre route qu'eux.

Je l'ai déjà dit, et je le redirai : les Français ont abondamment moqué Sarkozy et ses épouses successives, Hollande et ses "compagnes" du jour -- et maintenant ils trouvent à redire à Macron, qui a une seule femme et qui la garde.

Ils font semblant de déplorer que des messieurs un peu mûrs s'affichent avec des jeunettes, mais lorsqu'ils héritent d'un président qui fait l'inverse, là ça ne va pas non plus.

Ils fustigent "la sexualité débridée de Mai-68 qui détruit la famille", mais lorsqu'on leur présente un homme pour qui le mariage semble distinct de l'érotisme compulsif, alors ils tordent le nez et ça ne leur convient pas non plus.

Ils font semblant de regretter Madame de Gaulle, mais si un président contemporain avait une femme semblable pour épouse, que n'entendrait-on pas sur sa "ringardise", et sur ce chef d'Etat incapable de nous faire honneur en mettant une jolie femme dans son lit ! D'ailleurs, du temps du Général, les mêmes ne se privaient pas de dauber sur tante Yvonne, régulièrement moquée au comptoir du Bar des Amis.

Finissons sur ce déplorable canard des "dirigeants européens qui n'ont pas d'enfants", à l'instar d'Emmanuel Macron : il suffit de l'examiner deux secondes pour en conclure qu'il s'agit d'un élément de désinformation, introduit dans l'espace informationnel par les services secrets russes et leurs réseaux Internet. Canard que les neuneus s'empressent de gober tout cru, car ils n'attendent que ça.

Pour arriver à cette "conclusion", le KGB (on m'excusera d'employer cette désignation, parfaitement justifiée en termes historiques et politiques) a péniblement ramassé deux ou trois chefs d'Etat européens, effectivement sans enfants (je n'ai pas vérifié, je fais "confiance" au KGB sur ce point), et a dû leur adjoindre, pour présenter un mensonge au moins acceptable, le premier ministre d'Ecosse (qui n'est pas un chef d'Etat), ainsi qu'un ou deux dirigeants de la bureaucratie de l'Union européenne (qui ne sont pas non plus des chefs d'Etat européens).

Bien entendu, l'Union européenne comprend 28 pays, et l'Europe proprement dite encore davantage. Donc, si l'on tient à tirer de savantes conclusions sociologiques, voire "géopolitiques" du livret de famille des chefs d'Etat européens, il faudrait vérifier la présence d'enfants chez chacun des dirigeants de ces 28 nations, chose que les petites mains du KGB se sont soigneusement abstenues de faire.

C'est évidemment, selon toute vraisemblance, parce que si on le faisait, on n'arriverait pas à la conclusion fixée par la théorie. Je vous parie une caisse de mouton-rothschild contre une caisse de piquette de Crimée qu'une véritable recension des chefs d'Etat européens donnerait un résultat désespérément banal, avec des enfants un peu partout, et quelques cas de dirigeants sans enfant, comme partout au sein de la population, et comme cela a toujours été.

Mais les petites mains du KGB savent que le seuil d'exigence morale et intellectuelle des neuneus est faible. Il suffit qu'on leur donne à manger ce qui correspond à leurs craintes et à leurs détestations du moment, et pouf ! ils vont vous copier-coller ça comme des furieux à travers Internet, et ça atteindra au statut de "tout le monde sait bien que", comme n'importe quelle fable du politiquement correct de gauche.

Même un homme aussi éminent que Charles Gave a répercuté ce canard sans en changer un mot.

Comme d'habitude, lorsque la Russie diffame l'Occident, c'est révélateur de ce qui se passe chez elle et non chez nous. A côté du problème démographique russe, la dénatalité européenne, c'est de la rigolade.

Les responsables russes ne se font pas prier pour tirer le signal d'alarme, à domicile, sur le grave danger que fait peser la pyramide des âges sur l'économie : les entreprises seront de moins en moins capables de tout simplement trouver des gens pour travailler. La Russie est vide, elle est en train de se vider encore davantage, et à ses marches les musulmans et les Chinois, qui eux prolifèrent, attendent de s'emparer de ses immenses territoires.

Pour détourner l'attention de cette réalité, l'espionnage russe tartine sur la dénatalité européenne, avec la joie mauvaise qu'on connaît à ces messieurs. Et ses relais occidentaux ne se privent pas de lui donner un coup de main en exagérant les maux qui nous affectent, par quoi ils se font les laquais des intérêts russes au détriment de leur patrie. Voilà qui illustre à merveille la remarque de Philippe Bilger selon laquelle "la vérité est la seule force qui vaille dans un monde qui meurt de mentir et de se mentir".

Mais la vérité n'est plus une valeur de nos jours, et c'est l'une des raisons pour lesquelles le poutinisme est aussi dangereux que le communisme, dont il n'est qu'un avatar. La machine à décérébrer poutiniste nous explique ouvertement que la vérité n'existe pas, et ça rentre comme dans du beurre en Occident, car l'Occident était déjà dans cette disposition d'esprit.

Non seulement le poutinisme n'est pas attaché à Poutine, mais il n'est pas attaché à la Russie. Pas mal de gens en Occident étaient poutinistes avant même que Poutine n'arrive au pouvoir.

Ellen

Bien, comme on n'arrivera pas à se mettre d'accord sur le sujet du jour avec certains-es (non inclusives, merci Edouard Philippe), je souhaite à tout le monde une bonne soirée.

Florence

@ Achille

Merci de me traiter de stupide.
Mais en l'occurrence, l'histoire récente a bien prouvé que le conjoint du président n'était pas complètement indépendant de la politique de notre pays. L'affaire Trierweiler a été ravageuse pour Hollande et pour l'image de la France dans le monde entier. Et pourtant, cette affaire était bien prévisible mais vous m'auriez traitée d'imbécile si j'en avais touché un mot AVANT. De même, les problèmes du couple Sarkozy du temps de Cécilia ont eu leurs conséquences sur l'image de la France. Rappelez-vous le sms "Si tu reviens, j'annule tout". Si Hollande et Sarkozy avaient été plus discrets sur leur vie intime, cela aurait eu beaucoup moins d'impact.

Le jour où l'on surprendra Macron avec une jeune femme ou un jeune homme (ce qui n'a rien d'improbable, cela serait tout simplement humain de sa part), l'histoire fera le tour du monde et le tabou sur l'âge de Madame Macron tombera enfin.

Vous devriez vous abonner à Nous Deux, mon cher Achille. Je ne doute pas que l'eau de rose qui y dégouline vous transportera dans des rêves romantiques.

Ellen

@ Florence | 21 novembre 2017 à 15:43

OK, mais il ne me semble pas qu'on ait fait tout un plat autour des épouses de nos ex-Présidents telles que Cécilia, Carla et Bernadette. Où est la balance ?

@ Achille | 21 novembre 2017 à 15:55

Comme c'est bien vu et comme c'est beau : "L'âge n'efface pas la beauté de l'âme" !
Et c'est ce qui restera en mémoire de plus cher après notre ultime départ de cette terre.

Achille

@ Florence | 21 novembre 2017 à 13:38
« Mais qu'est-ce qu'ils ont ces commentateurs à vouloir interdire de parler de l'âge de Madame Macron ? On peut tout de même penser et dire que Brigitte a 64 ans et que son mari en a 39. C'est tout simplement la vérité. Qu'y a-t-il de si mal à dire la vérité ? »

Ce n’est pas de dire la vérité qui pose problème, d’autant que tout le monde sait que Brigitte Macron est plus âgée que son mari et que vous n’apportez rien de nouveau en disant cela. Ce qui est gênant c’est d’utiliser cette vérité pour en tirer une réflexion malsaine pour ne pas dire stupide.

Au cas où cela vous aurait échappé, les Français n'élisent pas leur président en fonction des qualités ou des défauts de son épouse. Qu’elle soit jeune ou âgée, jolie ou laide, bête ou intelligente n’a jamais et ne sera jamais un critère pour désigner celui qui doit diriger le pays pendant cinq ou dix ans.

L'âge efface peut-être la fraîcheur du corps, mais il n'enlève pas la beauté de l'âme.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS