« Eric Dupond-Moretti n'est pas Abdelkader Merah ! | Accueil | Emmanuel Macron : une main de fer, une main trop douce... »

18 novembre 2017

Commentaires

Florence

@ Ellen

Je vous rappelle que Macron est plus jeune que le fils et la fille aînés de Madame Macron. Alors cette histoire de père plus jeune que ses enfants est à dormir debout.

luc n.

@Tipaza | 19 novembre 2017 à 17:55

"Joan Baez a vieilli et nous avec...", énoncez-vous sans grand risque d'être démenti. Mais il est des choses qui ne meurent pas. Ayant eu récemmment à revisionner le film 'Sacco et Vanzetti' j'ai trouvé assez géante la chanson de Joan Baez grâce à laquelle Montaldo aura réussi l'exploit (qui relevait de l'impossible) d'écarter le pathos et ce afin que le spectateur puisse : regarder, et comprendre, ce qui lui était ici montré.

Frank THOMAS

"JJG : juste un homme, oui, mais quel homme !"

Peut-être... mais quelle musique !

Giuseppe

@Tomas | 20 novembre 2017 à 18:57

Vous m'aviez un peu agacé avec "vieilleries", il est vrai qu'il y a la nostalgie d'une jeunesse trop courte qu'on oublie et qui d'un coup ressurgit avec l'âge.
Vous trouverez sans peine la vidéo d'une leçon de guitare de Chuck Berry à Keith Richard et pourtant... les Rolling-Stones toujours là.
La nostalgie de mes vinyles de Buddy Holly...

Cadeau ! https://youtu.be/Rf55gHK48VQ

----------------

@sbriglia | 20 novembre 2017 à 07:23

Euh... Là vous tentez une triple boucle piquée pour essayer de vous rattraper.

Au fait un ami m'a fait passer la cassette du centenaire du club, je comprends la victoire à Carcassonne contre le RC Nice et ses dissidents Toulonnais, à l'époque, en phases qualificatives.
Novès n'y est pour rien.

Tomas

@ Savonarole

Ce n'est pas grave d'être un has been, mais vous êtes un homme de goût !

@ Giuseppe

Ne voyez aucune malveillance de ma part dans l'emploi du mot "vieillerie", bien sûr que tout le rock d'après les années 60 est de la redite, je pense que depuis les années 90 et la Britpop on est définitivement rentré dans l'ère des revivals !

@ Achille

Ah oui, effectivement, la chanson française, pour moi et tous mes collègues c'est un peu ringard. Question de goût, ce n'est pas faute d'en avoir entendu pourtant. Quand j'étais collégien j'écoutais Renaud, ça faisait rebelle, mais je ne suis plus collégien ! Goldman jamais aimé, mais le personnage est sympathique par sa discrétion je trouve.

@ luc nemeth

Merci pour l'anecdote, j'ignore ceci étant si tous les trotskistes sont des moines soldats comme leur inspirateur, mais ceux que j'ai connus à la fac n'étaient pas du genre rigolos. S'ils l'avaient été, j'aurais d'ailleurs sans doute rejoint leurs rangs !

Achille

@ Deviro | 20 novembre 2017 à 14:14

Merci, très belle chanson avec de belles images. J’avais un microsillon de Bob Dylan à une époque, mais j’ai dû le prêter à une personne qui a « oublié » de me le rendre à moins qu’il ne se soit égaré lors d’un déménagement. Impossible de remettre la main dessus !

luc nemeth

@ Tomas du 20/11 à 01:10

Vous avez tort d'ironiser sur le... trotskisme, là où il est question de courants musicaux de ces cinquante dernières années.
Jusqu'en 1979 en effet la salsa était loin d'être populaire, en France, c'était même une musique plutôt élitiste, qui à Paris n'intéressait guère que le milieu assez restreint des clients du 'New Morning' ou des habitués de la 'Chapelle des Lombards'.
Mais après l'assassinat de Pierre Goldman (qui sans être exactement trotskiste était parfois considéré comme tel) il y eut un concert, 'Salsa pour Pierre Goldman', qui donna même lieu à un film du même nom, et c'est ainsi qu'avec une rapidité surprenante la salsa fut désormais associée à la lutte.

Giuseppe

@ Tomas | 20 novembre 2017 à 01:10

Je vais vous corriger, vous confondez tout, reprenez la définition citée par le Monde Musiques :

"Bruce Springsteen – lui-même une légende du rock – a rendu hommage à Chuck Berry. « Chuck Berry était le plus grand des rockeurs, guitariste, et le plus grand parolier de rock’n’roll pur qui ait jamais vécu », a écrit sur Twitter « le Boss », qui était proche du musicien.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/musiques/article/2017/03/18/le-musicien-chuck-berry-legende-du-rock-n-roll-meurt-a-l-age-de-90-ans.

http://www.francetvinfo.fr/culture/musique/le-guitariste-et-chanteur-chuck-berry-legende-et-pionnier-du-rock-and-roll-est-mort-a-l-age-de-90-ans_2104559.html

Ce que vous citez à propos du rock n'est plus l'essence même de cette musique - certes il y a de beaux succès mais sans le souffle d'une nouvelle vie "rock'n'roll pur" en un mot.

Deviro

@Achille | 20 novembre 2017 à 08:01
"A noter au passage que personne n’a mentionné Bob Dylan, prix Nobel de littérature quand même... Trop intello, sans doute..."

Mince de mince, vous avez raison !
Écoutez ce bijou et vous ferez des progrès en... américain

https://www.youtube.com/watch?v=cgyCrMzA0XM

Savonarole

@ Tomas de 1:10

Je m'éponge le front, je ne suis pas encore un has been, j'ai quelques Jam, un Undertones (Teenage Kicks), des Stone Roses avec ses morceaux de 8 minutes et ses LP aux pochettes magnifiques, un best of du rock irlandais, Thin Lizzy, par exemple.
Le jazz est pour moi une torture d'une infinie tristesse, quand il m'arrive de passer à Paris je vais chez Gibert, le rayon jazz est toujours désert et le vendeur a l'air déprimé, soit c'est le jazz, soit c'est son salaire. Ou alors, c'est les deux.

Herman Kerhost

@ Elusen
"Un truc minable qui rabaisse ceux qui le regardent"

On est sûr que cette émission n'a eu aucun effet sur Elusen au moins.

duvent

@ sbriglia

La musique on n'en parle qu'avec des gens qu'on aime, pour éviter que des mots stupides soient accolés à une sensation que la musique donne qui relève d'une autre dimension.

Par exemple, la musique japonaise est simplement excessivement belle et pure, Chen Zhong est bien meilleur que n'importe quel mantra, et le Graduel d'Aliénor de Bretagne est un autre monde...

Giuseppe

Il y a l'humeur, le contexte, il m'est arrivé de faire tourner les serviettes ou faire la danse du canard en toute liberté sur un fond de musique de "Serrés comme des sardines".
Récemment d'ailleurs. Ambiance caliente, bon enfant et ma foi quand cela arrive, tous les présents suivent avec bonheur.

Quoi qu'il en soit j'ai un faible pour Bach l'universel que tout musicien a taquiné pour peu qu'il ait fait des études classiques.
Bach tout le monde y revient.

Bien sûr il ne faut pas mettre tout sur le même plan, c'est comme pour le vin il existe de petits cépages qui ma foi sont agréables à siroter.

Aliocha

Allez, pour le plaisir, à la gloire de tous les Bobby :
https://www.youtube.com/watch?v=Vhjidy5xD1k

Achille

On se serait cru sur Radio Nostalgie hier sur le blog.
Tout le monde y est allé de la petite chanson préférée de sa jeunesse. Les pionniers du rock, la nouvelle vague avec les chefs de file Beatles- Rolling Stones. Exit JJG que certain ont même considéré avec la condescendance réservée à ces vedettes people sans lendemain. On aurait envie d'en rire si ce n'était pas grotesque.

C’est là que l’on voit l’influence du rouleau compresseur de la musique anglo-saxonne qui a envahi l’Europe et notamment la France, éclipsant nos valeurs françaises que furent Jean Ferrat, Georges Brassens, Barbara, Claude Nougaro, sans oublier, dans un autre registre, Johnny, Eddy Mitchell, Michel Sardou qui ont certes copié parfois lourdement leurs confrères anglo-saxons mais ont toujours du succès plus de quarante ans après leurs débuts.

A noter au passage que personne n’a mentionné Bob Dylan, prix Nobel de littérature quand même... Trop intello, sans doute...

Elusen

Vous avez mis un lien sur la vidéo de l’émission, je n’ai regardé que le reportage.
Ouille, ouille !

Un truc de "mierda", paparazzi, des images volées en allant le filmer devant chez lui, quand il est en vélo, quand il est avec sa fille.
Un truc minable qui rabaisse ceux qui le regardent quand ils en sont à aller interroger les voisins, faisant de nous des pervers : des voyeurs.

Et le comble du comble : le ton !
J’avais l’impression que l’on me parlait d’un parrain de la mafia ou d’un tueur en série !

Heureusement que je n’ai jamais eu de télévision, que je me préserve de votre monde !

sbriglia

Ça partait d'un bon sentiment : écrire une c... pour faire rappliquer les commentateurs et éviter la désertification du sujet !

Bon, dorénavant je n'écrirai plus que des morceaux choisis !

Trekker

@ Savonarole | 19 novembre 2017 à 22:15

Deux autres interprétations de Joan Baez que vous avez peut-être oubliées :

https://www.youtube.com/watch?v=WxPSToloHtw

https://www.youtube.com/watch?v=XGhnE53PVzk

@ Savonarole | 19 novembre 2017 à 21:31
"Et Bob, avec son Sambre et Meuse ?…"

Médisant que vous êtes, notre ami Marchenoir doit lui préférer « La Marseillaise » et dans sa version Léo Ferré !

https://www.youtube.com/watch?v=LHvKGO3u3eY

Tomas

@ Savonarole

Mais je vous en prie, si cela vous intéresse : j'aime essentiellement le rock indépendant anglais écossais, irlandais, américain, australien, néo-zélandais à partir de 76, même si j'aime bien aussi naturellement les groupes séminaux des années 60 (Beatles, Byrds, Velvet, Pink Floyd période Syd Barrett, Beach Boys). Je me retrouve assez bien aussi dans toutes les vieilleries citées par Giuseppe.

Mais pour moi c'est avec le punk que tout commence vraiment, même si j'abhorre les Sex Pistols : the Jam, Joy Division et leurs successeurs New Order, les Buzzcocks, les fantastiques Undertones de Derry. Après l'intermède douteux de la new wave, les Smiths, la génération C86, la noise-pop écossaise (les Pastels, Jesus and Mary Chain) et un peu plus tard la vague "Madchester"(Stone Roses, Charlatans, Happy Mondays...) redonnèrent de la vigueur à une pop-music qui s'était embourbée dans le marigot musical des années 70.

En Amérique, dans la foulée de Sonic Youth (qui a mal vieilli d'ailleurs je trouve), les Pixies et Pavement.

Aux antipodes, les Go-Betweens et la trop méconnue scène de Dunedin (les Bats, the Clean, the Verlaines, the Chills) gagnent aussi à être écoutés.

Avec l'arrivée massive de l'électro à la fin des années 90, j'ai arrêté d'enrichir une discothèque déjà bien remplie. Même si dans ce genre aussi il y a des choses sympathiques.

Depuis, quelques CD de musique classique ont immigré dans ma discothèque pour goûter aux joies du vivre-ensemble musical : Tchaïkovski, Rimsky-Korsakov, Mozart, Vivaldi, il me reste encore beaucoup à découvrir.

Pas de jazz, peut-être en réaction au goût de mon père pour ce genre musical, mais ça ne me gêne pas en arrière-fond.

Et j'aime aussi beaucoup la peinture ! Vous avez raison, parler politique, relations internationales, économie ou philosophie c'est sympathique, mais il ne faut pas oublier le plaisir des sens, sauf à être un moine trappiste où un militant trotskiste !

Claude Luçon

@ sbriglia @ Savonarole | 19 novembre 2017 à 22:36
"Oui, mais enfin Goldman ce n'est ni Berlioz ni Puccini... pour ne citer que mes préférés."

On peut aimer les deux !
Par exemple le Concerto pour Clarinette de Mozart et La Montagne de Jean Ferrat, ou la Sonate au Clair de Lune de Beethoven et Et Maintenant de Bécaud, ou l’Ave Maria de Schubert et Con lei partiro chanté par Sarah Brightman & Andrea Bocelli... et sentir chaque fois un petit quelque chose au fond du coeur.

Dieu merci dans ce monde il nous reste la musique, toutes les musiques, tout dépend de l'âme du jour !

Noblejoué


Puisque des gens parlent de classique, pourquoi pas l'Après-midi d'un faune version dansée ?

https://www.youtube.com/watch?v=D8ES9LJ8rkU

Deviro

post de : sbriglia @ Savonarole | 19 novembre 2017 à 22:36
"Oui, mais enfin Goldman ce n'est ni Berlioz ni Puccini... pour ne citer que mes préférés."

C'est triste comme tout, cette réplique ! On parle chansons, paroles et mélodies, pas Ouverture, 2ème mouvement, Livret...
Opposer Puccini à Goldman, c'est très bêta...
Goldman n'est pas votre tasse de thé, ok.
Vous n'avez pas aimé écouter, même distraitement, "C'est extra" de Ferré, "Toulouse" de Nougaro ou même, tiens, "Belle-Ile en mer" de Voulzy ?

Rien à voir avec le "Gloria", le "Dixit Dominus" ou le "Stabat Mater" de Vivaldi, ou la "Norma" bien sûr...

Savonarole

@ sbriglia

Alors là excusez-moi mais Berlioz et Puccini ça fait belle lurette qu'ils n'ont rien produit ni sorti, ils ne sont même pas invités chez Drucker, ni Ardisson, ni Ruquier !...

sbriglia @ Savonarole

"C'est une curiosité sur ce blog.
Dès qu'il s'agit de musique ça déserte sec." (Savonarole)

Oui, mais enfin Goldman ce n'est ni Berlioz ni Puccini... pour ne citer que mes préférés.

Savonarole

@ Tipaza et Trekker

Deux formidables chansons de Joan Baez. Merci vraiment, je les avais oubliées.
Pauvre Rutebeuf est un chef-d'œuvre d'humanité, quel poème !


Noblejoué


Puisque les gens apportent les airs qu'ils aiment, le champagne d'Higelin pour célébrer d'avoir compris quelque chose, qui m'a fait, entre autre, souvenir de cet air :

https://www.youtube.com/watch?v=pm_6UvNsx2Q

Savonarole

C'est une curiosité sur ce blog.
Dès qu'il s'agit de musique ça déserte sec.
Où est donc Elusen et sa musique soufie, pourtant si belle ?
Où est donc Catherine Jacob et sa musique japonaise à dormir debout ?
Et Bob, avec son Sambre et Meuse ?

Leurs avis nous auraient ravis.

La musique et la peinture sont deux arts ou l'on rencontre souvent des gens éduqués qui soudain se transforment en poissons rouges dans un bocal. Ils n'entendent rien, ils ne voient rien.
Des inaptes à la joie de vivre, aux couleurs, au soleil.

Giuseppe

@Savonarole | 19 novembre 2017 à 19:25

A l'époque pour ceux qui écoutaient dans de très mauvaises adaptations de Johnny et des autres, nous passions pour des extraterrestres.
Roll Over Beethoven, mythique à sa création, d'ailleurs repris à toutes les époques.
J'aurais dû citer Jerry Lee Lewis et son énergie, Eddie Cochran.
Cadeau !
https://youtu.be/pRo0wSHMKXE
Je crois que je pourrais y passer la nuit.

Trekker

@ Tipaza | 19 novembre 2017 à 17:55
"Joan Baez a vieilli et nous avec…"

Mais il restera toujours d’elle une de ses rares interprétations en français, certes ce n’est qu’une reprise. Les paroles originales, attribuées à François Villon, sont un mélange de plusieurs poèmes du poète-troubadour Rutebeuf, et la musique est de Léo Ferré. Les premiers à la chanter furent Léo Ferré et Jacques Douai, et ensuite elle fut interprétée par différents chanteurs et chanteuses dont Joan Baez. Sa version est à mon sens une des plus belles :

https://www.youtube.com/watch?v=0kpO4vcmrcY

@ Savonarole | 19 novembre 2017 à 17:38
"Le spectacle des Enfoirés (…) certes, le genre est grand public et on peut ne pas aimer, mais ceux qui aiment sont les plus généreux et souvent les moins fortunés."

Ne pas omettre sa très belle chanson du début des années 90, considérée comme dérangeante par certains :

https://www.youtube.com/watch?v=9-9SFHdaRVM

Savonarole

@ Herman Kerhost | 19 novembre 2017 à 18:24

Vous avez raison j'ai oublié My Way, de Claude François !

En sens inverse on oublie souvent Mort Shuman qui a écrit de superbes chansons pour Elvis, dont "Suspicion", puis il est venu en France et a fait découvrir Jacques Brel aux USA (oublié depuis, ça n'a pas duré longtemps).

En somme il n'y a que La Marseillaise qui aura été un tube mondial, et Cash Investigation ou Élise Lucet n'ont jamais enquêté sur les droits d'auteur de Leconte de Lisle...

Savonarole

@ Tomas | 19 novembre 2017 à 18:52

Je comprends.
On ne sait toujours rien de vos goûts, dommage. Mais je ne suis pas Patrice Charoulet, l'inspecteur Clouseau du blog.
Bien vu pour les Inrocks.
Pour le rap, français ou autre, c'est au-dessus de mes forces. Probablement une question de génération.

Savonarole

@ Giuseppe

Cadeau ! L'élégance de Chuck Berry.

https://m.youtube.com/watch?v=kT3kCVFFLNg

Personnellement, j'étais plutôt Stones, jusqu'à la mort de Brian Jones, après ce fut de la daube pour Madame Pinet, il y a eu aussi The Who, The Kinks, Small Faces, et puis finalement Madness.

Mais ils ont tous chanté Jerry Lee Lewis, Bo Diddley, Chuck Berry.

breizmabro

@ Exilé | 19 novembre 2017 à 17:17

Comme vous j'ai (aussi) aimé Dutronc chantant "Il est cinq heures, Paris s'éveille" ou "L'opportuniste" tellement d'actualité (textes de Jacques Lanzmann), et comme vous je n'ai jamais acheté un disque de Dutronc alors que j'avais THE coffret de Brassens et de Brel ! ;)

Claude Luçon

@ Savonarole | 19 novembre 2017 à 15:35

"Plaisir d'Amour ou Falling in Love with you !"

Vous remuez des souvenirs agréables et amusants.

En 2006, en visite à Las Vegas, Andrea Bocelli a fait chanter des millions de téléspectateurs américains, dont mon épouse et moi alors chez notre fille à Santa Monica, en plus de tous les spectateurs de son show.
Après quoi s'est ensuivi un débat houleux avec nos deux générations successives lesquelles furent surprises de nous entendre chanter la version française. Elles ne voulaient pas admettre que la chanson était française et pas le produit du génie d'Elvis Presley.

Pire même, quand nous leur avons dit que nous avions entendu nos parents la chanter lorsque nous étions gamins et qu'elle était plus vieille que les USA, en plaisantant je leur avais dit que La Fayette l'avait chantée à Martha Washington, l'épouse de George.
L'aînée des gamines, alors 18 ans, n'en croyait pas ses yeux en vérifiant sur Internet.

Tomas

@ Savonarole

Rock & Folk, et pourquoi pas Best tant que vous y êtes ?! Mais sur les Inrockuptibles vous tombez juste, jusqu'à ce jour funeste où le journal décida de devenir un Télérama pour jeunes en passant à la formule hebdomadaire ; je ne l'ai plus acheté ni ouvert depuis.

Je me suis ouvert musicalement à d'autres horizons que ceux de la Mersey ou de la Clyde depuis, mais pas au point de me mettre à la chanson française. Dont j'ai eu l'occasion néanmoins de mesurer l'influence au cours de mes voyages à l'étranger, il doit donc y avoir du bon là-dedans tout de même, mais pas pour moi, désolé.

Heureusement, le rap français (et pas seulement celui des cités, mais aussi celui des campagnes) a su lui, trouver sa voie et n'a rien à envier à ses équivalents américains !

Herman Kerhost

@ Savonarole | 19 novembre 2017 à 14:10

Vous avez raison, tous les jours j'entends à la radio les morceaux originaux pillés par nos stars françaises.
Cependant il me semble qu'au moins Claude François aura été repris outre-Atlantique avec "My Way".
Cela pèse certes peu à côté de la production industrielle de Goldman, qui cependant est, et demeurera un inconnu ici aux US.

Tipaza

Puisqu'on en est aux confidences, la nostalgie est toujours ce qu’elle a été.

Pour ceux qui ont eu 20 ans en 68, qui rêvaient du Flower power, un souvenir :

https://www.youtube.com/watch?v=iCAmQkmBrj8

Joan Baez a vieilli et nous avec…

Herman Kerhost

Curieux personnage. Infiniment narcissique de mon point de vue, et superbement cruel j'ai envie de dire, au moins envers ses fans, dont vous faites partie, puisque vous subissez les conséquences d'une cause dont seuls les journalistes sont responsables. Mais il a des corones, c'est certain.
Et l'on pourra admirer son projet de rendre fous ses contempteurs...

Savonarole

@Anne-Valérie Pinet

De pirouette spirituelle en pirouette spirituelle, vous allez finir par vous claquer un abducteur.

Le spectacle des Enfoirés compte chaque année des millions de téléspectateurs et des retombées de dons conséquents.
Certes, le genre est "grand public" et on peut ne pas aimer, mais ceux qui aiment sont les plus généreux et souvent les moins fortunés.

S'il suffisait de vous plaire pour entreprendre ce serait à désespérer et encore moins à persévérer.
(adapté de Guillaume d'Orange-Nassau)

Exilé

@breizmabro
"Puisqu'on en est aux confidences..."

C'est vrai ça, laissons les anciens combattants raconter leur guerre.

Pour moi, la chanson madeleine de Proust qui me fait penser à Mai 1968 est la chanson « Il est cinq heures, Paris s'éveille » chantée par un Jacques Dutronc qui ne se prenait pas au sérieux et ne cherchait pas à faire passer un quelconque message, sur une orchestration originale et pas pour un sou agressive alors que par ailleurs les futurs caciques du PS ou bien de l'Ednat développaient leurs biceps à grands renforts de lancers olympiques du pavé au lieu de faire travailler les deux neurones qui erraient, dans ce qui leur servait de boîte crânienne, comme une âme en peine...

Mais mon intérêt amusé s'est arrêté là, je n'ai jamais acheté un disque de Dutronc et je n'ai en rien cherché à suivre sa carrière.

Giuseppe

Pour avoir découvert jeunes avec des camarades, les Buddy Holly, Bo Diddley, Chuck Berry, Little Richard et les autres, écouter nos chanteurs de rock hexagonaux et leurs interprétations faisaient grésiller nos tympans, pour le moins.

L'influence immense de ceux cités sur tous ceux qui ont suivi : Beatles, Rolling Stones etc. fut immense, ils étaient des défricheurs d'un vent nouveau et les porteurs joyeux de toute une jeunesse avide de bouger, changer le monde.

La liste est longue de tous leurs apports, nos régionaux étaient de très mauvaises copies... Mais quand on ne connaissait pas l'original, le créatif, celui qui porte un mouvement... C'est bien connu les borgnes sont rois au pays des aveugles.

Je ne suis pas fan de JJG mais il a su saisir l'air du temps. Céline Dion lui apportant la consécration mondiale.

Cadeau !

https://youtu.be/s5Uw1lJ2C9U

Michel Deluré

@ Exilé 19/11 14:29

Ne pensez-vous pas que la discrétion, l'effacement même de JJG, ce refus de toute médiatisation, contredisent s'agissant de cet artiste votre théorie "d'un intense travail de fabrication d'un mythe" ? JJG n'est-il pas au contraire tout à l'opposé de la personnalité de Claude François que vous donnez en exemple ?

Ne croyez-vous point qu'un être désireux de se transformer en mythe, plutôt que de se fondre dans une certaine normalité, d'échapper à toute médiatisation, ne recherche pas au contraire à attirer constamment sur lui le feu des projecteurs ?

Quant à considérer qu'apprécier un artiste, quel qu'il soit, pourrait se transformer en culte de la personnalité, il y a là une marge que je n'oserai franchir !

breizmabro

Nostalgie... nostalgie... quand tu nous tiens ;)

Puisqu'on en est aux confidences moi j'ai été plus Eddy que Johnny et suis devenue plus Sardou que Goldman.

J'ai eu ma période Fugain : "Chante la vie chante ; Comme si tu devais mourir demain ; Comme si plus rien n'avait d'importance ; Chante, oui chanteeee".

Bien sûr j'ai eu ma période Renaud et son "Mistral gagnant" (qui fait pleurer les mamans) "Mon HLM" ou "Laisse béton" (et d'autres aussi bien).

J'ai eu ma période Rolling Stones (slowleeeer sur Angie... ;) puis ma période Michael Jackson et "Thriller".

Aujourd'hui je suis plutôt Roberto Alagna.

C'est dire l'évolution... :D

En même temps vous vous en fichez de mes goûts musicaux, et vous avez bien raison, et moi je m'en fiche de Goldman même si je le trouve très bon guitariste, compositeur et parolier, je le trouve un peu fade.

Adéo. Bon dimanche.

Exilé

On me reprochera mon infantilisme.

Non, cher monsieur Bilger, s'il vous arrive parfois de montrer que vous avez su garder un regard d'enfant, donc capable de s'émerveiller, nous ne prendrons pas cela pour de l'infantilisme, même si nous ne partageons pas toujours l'objet de votre émerveillement.
C'est un trait de votre caractère que nous apprécions parmi d'autres.

« Qui garde son âme d'enfant ne vieillit jamais ».
Abraham Sutzkever

Anne-Valérie Pinet

Je pense aussi que JJG est un grand artiste compositeur. Malheureusement je lui reproche de s’être fourvoyé en participant trop longtemps à cette escroquerie musicale et artistique qu’est la troupe des Enfoirés, majoritairement composée de midinettes et midinets sans aucun intérêt.

Achille

@ Robert Marchenoir | 19 novembre 2017 à 12:08
« Ce n'est pas Goldman qui ressort des méthodes du FSB, ce sont vos propos. Saturer l'espace informationnel de sottises, de plaisanteries idiotes et d'attaques personnelles, cela permet de discréditer durablement tout propos sérieux sur le sujet évoqué. »

Et voilà Marchenoir qui se vexe parce que deux intervenants ont l’outrecuidance de le charrier.

C’est vrai que Marchenoir ne dit que des choses sérieuses sur ce blog, c’est même à ça qu’on le reconnaît. Lui seul dispose de données tirées des archives secrètes de la CIA ou autres organismes gouvernementaux américains, lui permettant d’affirmer que les Noirs sont statistiquement plus enclins à tuer que les Blancs, que les Russes n’ont qu’une idée en tête c’est de renverser le système économique de l’Occident et que donc quiconque dirait le contraire ne peut être qu’un agent à la solde de l’abominable Poutine.

Et ce monsieur nous accuse de dire des sottises ! Si la bêtise devait être érigée en institution, il en serait le digne représentant.

anne-marie marson

Nous avons gardé nos rêves de grande roue, même si cela semble enfantin et nous avons imaginé sur une idée de la famille Gruss un défilé de chameaux, de dromadaires dans les rues de Paris.
Rédigé par : semtob | 19 novembre 2017 à 00:26

Génial

Deviro

@Exilé | 19 novembre 2017 à 14:29
"Mais alors, pourquoi le placer sur un piédestal, comme une idole ?"

Philippe Bilger ne le place pas sur un piédestal, il nous parle d'un homme qu'il aime bien, et nous demande nos ressentis.

Un avocat général qui aime bien Jean-Jacques Goldman, c'est épatant, non ? Faut pas louper ça !

Vous n'auriez pas un problème de prostate, par hasard ?
Il faut consulter...

Savonarole

Afin de me contredire totalement moi-même (j'adore ça), je dois reconnaître que les Américains nous ont piqué "Plaisir d'amour", chanson écrite vers 1760 par l'obscur Jean-Paul-Égide Martini, mort en 1816 (Père Lachaise pour les amateurs).
Elvis Presley l'a reprise 150 ans après...
Vous la connaissez tous, "chagrin d'amour dure toute la viiieeeuuu !"

https://m.youtube.com/watch?v=OTdPL8Gvtp4

hameau dans les nuages

@ Exilé | 19 novembre 2017 à 14:29

Laissez-nous croire! Laissez-nous rêver !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS