« Kylian Mbappé est un crack, pas moi ! | Accueil | Laurent Delahousse converse, un journaliste questionne... »

24 décembre 2017

Commentaires

breizmabro

@ Noblejoué | 03 janvier 2018 à 19:44
"...totalement disproportionné de ressortir comme un mantra votre déclaration, excusez-moi, peu élégante sur Brigitte Macron"

Ce n'était pas un exercice sur l'élégance mais sur la lucidité. Nous faire accroire qu'une femme de 64 ans mère de deux enfants, possède, naturellement, une silhouette de trentenaire, est une tromperie. C'est tout. En même temps...

Ce que j'apprécie chez Deviro, en plus du choix de ses qualificatifs imagés me concernant, c'est justement qu'il ressorte à chaque fois ma petite contribution afin que ceux qui étaient passés à côté ce jour-là puissent en profiter pleinement le jour où Deviro a la bonté de la rééditer, avec l'aval de doctes crétins, et si je veux bien croire que ce type est un psy ce serait dans la catégorie psy.chopathe.

Merci donc au névrosé Deviro de nous projeter à l'envi l'image retouchée de Brigitte Macron :D

Noblejoué

@ breizmabro
"J'ose croire que vous plaisantez lorsque vous "pensez" que Deviro est un psy ! :D"

C'est à double entente : soit Deviro est psy, et son attitude me paraît un mélange des genres, soit trop impliquée pour être celle d'un chercheur, soit pas assez empathique, soignante, pour être celle d'un psy.
Double ironie, mais aussi, ironie sur moi, car en somme, mes hypothèses reposent sur bien peu, ce qui les rend bien fragiles... Triple détente, en somme.

Je pense qu'au cas où il ne fabule pas, il aurait dû faire l'inverse, se mêler aux autres, incognito, pour ne pas fausser les réactions de ses sujets d'étude, et, peut-être, en tant que soignant, aider les uns et les autres, ce n'est pas la détresse psychique qui manque.

Je désapprouve qu'il ressorte de vieux dossiers sans l'excuse d'avoir été blessé ou de choisir des cas d'une particulière gravité.
En clair, il est mal de verser de l'huile sur le feu, ou plutôt les cendres, des anciennes querelles entre Lucile et Savonarole, et totalement disproportionné de ressortir comme un mantra votre déclaration, excusez-moi, peu élégante sur Brigitte Macron, quand il ne réagit pas aux torrents racistes, homophobes et sexistes de l'un, ou pire, les dithyrambes à la torture de l'autre. En plus, il vous a prise en grippe, vous avez des interventions autrement intéressantes que celle qu'il nous ressort.

Donc, peu importe qui il est, le problème de Deviro est que son attitude est loin d'être à la hauteur de ses ambitions.
Ceci dit, avoir des ambitions est déjà quelque chose, une motivation, pour progresser, entre autres.

@ Lucile
"Je suppose que Deviro n'est pas le seul à faire des recherches sur le blog, mais ne sachant pas quel en est l'objet exact ni la méthode, je n'en dirai pas plus. J'ai simplement émis l'avis que ça ne me paraissait pas très sérieux. C'est juste une opinion."

Je ne sais rien de tout cela, je ne fais que m'informer... Les résultats, oui, pourquoi pas ? A supposer qu'il y en ait déjà, le problème est que j'ai de sacrés doutes sur la démarche, au cas où il y ait recherche.
On pourrait aussi demander des conclusions sur les autres ou sur soi, mais pour les autres, ce serait indiscret, et pour soi, dangereux pour l'ego, donc je préfère m'abstenir.

breizmabro

@ Noblejoué 03 janvier 2018 à 02:59

J'ose croire que vous plaisantez lorsque vous "pensez" que Deviro est un psy ! :D

Lucile

@ Deviro

Oui j'ai sans doute écrit cela, et alors ? Idem pour une citation de Breizmabro que vous ressassez indéfiniment. Puisque vous compilez les interventions de chacun d'entre nous, vous avez dû comprendre que depuis un certain temps Savonarole et moi observions une trêve, je me garderai donc de commenter une ou deux phrases anciennes tirées de leur contexte, qui pourraient nuire à notre pacte de non agression. Bonne recherche avec vos doctorants. Puisque nous en faisons partie comme objets d'étude, pourrez-vous nous donner les grandes lignes de vos conclusions ?

Remercier Philippe et Pascale Bilger de temps en temps ne me paraît pas de la flagornerie. D'autant plus qu'on peut aussi ne pas être d'accord avec certaines opinions de Philippe Bilger, et les réfuter autant qu'on le souhaite, arguments critiques à l'appui. N'empêche que tous deux font un travail remarquable, et que ce blog me paraît une réussite, on peut simplement le reconnaître. Et comment savez-vous qu'ils ne sont pas sensibles à notre appréciation ? Sans les connaître, j'ai la faiblesse de penser le contraire.

@ Noblejoué

Je suppose que Deviro n'est pas le seul à faire des recherches sur le blog, mais ne sachant pas quel en est l'objet exact ni la méthode, je n'en dirai pas plus. J'ai simplement émis l'avis que ça ne me paraissait pas très sérieux. C'est juste une opinion.

Noblejoué

@ Lucile @ Deviro
"Pourriez-vous préciser ce que sont vraiment vos recherches :
- Si la réponse était vraie, j'aurais appris quelque chose
- Sinon j'aurais appris quelque chose
Comme cela m'a l'air bien difficile à démêler, on dira que je suis en plein Borgès."

J'ai encore commis une erreur de distraction... Je voulais écrire que soit la réponse est vraie, et elle m'apprend du réel, soit elle me fait RÊVER, en me faisant croire qu'elle me dévoile un aspect du réel.
Il arrive que certains textes soient indécidables, enfin sauf si on enquête ou lit l'enquête de quelqu'un d'autre. Intéressant, mais rester dans le clair obscur n'est pas mal non plus, par Borgès.

Pour me faire pardonner de ma xième erreur d'inattention, et aussi parce que je voulais proposer un lien sur l'érudition et la fiction :

http://journals.openedition.org/aes/306

Sinon c'est Borgès qui a dit que le dragon chinois était un ange qui avait quelque chose d'un lion, non ?
Maintenant, j'espère que je vais dormir, et rêver de dragon.

@ Lucile

J'aurais peut-être mieux fait de m'adresser à vous dans mon précédent post interrogeant Deviro mais ignorais si vous vous intéressiez vraiment à ses activités de recherche et puis...
Bref, je sais que je n'ai pas le sens des rites.

Mais là, je ne voulais pas prendre le risque de vous priver de Borgès et compagnie, d'autant, si je me souviens bien, mais ma mémoire est, bref, ce qu'elle est, qu'il y avait une influence anglaise dans l'oeuvre de Borgès.

Noblejoué

@ Deviro | 02 janvier 2018 à 14:59

Si j'ai bien compris, à vous croire, vous faites des commentaires de ce blog votre sujet d'étude.
Pourquoi ?

N'est-il pas curieux que vous vous moquiez de certains commentateurs, quoi qu'on puisse penser d'eux, ou plutôt d'une intervention - il me semble que beaucoup de gens peuvent écrire des insanités sans être pour autant totalement à critiquer, si vous êtes vraiment psy, vous devez comprendre que la personnalité des gens est complexe, ombre et lumière, tout ça...

Vous seriez psy, mais en vous immergeant, en intervenant d'une manière non thérapeutique, vous me semblez avoir plutôt une démarche d'ethnologue, étudier un groupe dans un milieu de vie, peut-on dire, un blog.
Pourriez-vous préciser ce que sont vraiment vos recherches :
- Si la réponse était vraie, j'aurais appris quelque chose
- Sinon j'aurais appris quelque chose
Comme cela m'a l'air bien difficile à démêler, on dira que je suis en plein Borgès.

Je sens que cela ne va pas plaider en ma faveur pour que vous répondiez à mes questions, mais la différence entre les moqueries de Lucile et les vôtres, c'est qu'elle les fait pour se défendre et sans s'acharner, parfaitement fair-play...

Face à un possible psy à démarche ethnologique, je me lance... Seriez-vous parfois brutal parce que vous sentez que vous devriez essayer d'amener les gens à changer mais que cela allant contre votre relative objectivité de chercheur, vous ne le faites pas ? Vous vous en voudriez, et par suite, à ceux que vous pourriez peut-être aider si vous ne les considériez avant tout comme des sujets d'étude.

Deviro

@ Lucile | 26 décembre 2017 à 10:22
« Vous jouez un rôle hybride sur ce blog. Jamais - ou presque - commentateur du sujet proposé par Philippe Bilger, mais commentateur abondant des commentateurs, sur un mode railleur, avec des partis pris marqués pour ou contre. C'est l'un de "vos" doctorants qui joue les observateurs. Mais vous-même doctorez (anglicisme) un peu l'étude en remettant de temps en temps deux sous dans la musique. Hum, ça fait un peu bricolage. Ça ne m'a pas l'air très sérieux tout ça. »

Vous m'avez interpellé, je vous réponds.
La règle du blog de Philippe Bilger est pour moi la suivante : PB voit passer dans l'actualité un sujet qui l'interpelle. Il pense que ce serait peut-être intéressant de le mettre sur la table et rédige un billet dans lequel il donne son opinion, son avis, ou son ressenti.
JE M'INTERDIS de critiquer son opinion, son avis, ou son ressenti.
C'est lui le meneur de jeu, le patron du blog, et sa liberté est TOTALE.
Les compliments sur ses opinions, PM n'en a que faire, ce n'est pas ce qu'il attend.
Les critiques, parfois méchantes et vulgaires sur le sujet du billet, PB n'en a que faire non plus.
Si le billet n'intéresse pas, on passe, voilà tout.

Personnellement, je m'intéresse aux commentaires qui nous donnent à réfléchir, un petit groupe d'amis et d'étudiants, et nous en faisons notre miel. Mais je suis réticent à en remercier l'auteur, de peur de tomber dans la flagornerie, certains aiment ça, nous, on n'aime pas.
Mais certains commentaires sont très vilains, très bas, très vils, et quelques-uns sont carrément des immondices. C'est une loi du genre, un espace de discussion, c'est un espace de liberté, un exutoire parfois, mais pour certains, hélas, un crachoir.
Comme je considère, dès l'abord, que je suis en très bonne compagnie dans un blog drivé par un ancien avocat général, il m'est parfois insupportable de lire certaines choses, en particulier les inepties, les contradictions, les incohérences, mais tout cela est encore véniel.
Ce qui est terrible, ce sont les commentaires qui SALISSENT ce blog, je suis convaincu que vous pensez la même chose, non ?
Et là, oui, je réagis, c'est un mouvement d'humeur, c'est un défaut.
Comme dit l'autre « j'assume » !
Que pensez-vous de celui-ci, sur Mme Macron - si vous ne l'avez déjà lu ?

"Remonter la poitrine au plus haut : ça, c'est fait.
La liposculpture ou liposuccion : ça, c'est fait.
Le lifting, ça, c'est fait.
Les implants capillaires, ça, c'est fait.
Les dents "sourire" : c'est fait.
A votre avis elle pourrait faire quoi en plus pour faire croire qu'elle a l'âge de son mec ?"
Rédigé par : breizmabro | 21 novembre 2017 à 20:59

En ce qui concerne votre propre commentaire à mon propos, je ne sais pas ce qu'est un « rôle hybride ». Et puis votre phrase «avec des partis pris marqués pour ou contre», c'est une critique ou un compliment  ? Je décide que c'est un compliment, ça fait du bien...
Mais je vous trouve assez téméraire, de porter ainsi un tel diagnostic, vous êtes psy  ?
C'est vrai, je suis très railleur : c'est vous, la psy mondialement connue dans votre quartier ?... aussi railleuse que moi, non ? Par exemple cette petite pique :
« @ Savonarole
Bravo pour le niveau de vos commentaires, pour vos commérages bien choisis, et enfin un bravo tout spécial pour la finesse et la délicatesse de votre allusion au cimetière. Là vous vous surpassez mon cher. Et puis merci à vous et à Breizmabro(...)Tous les deux vous illuminez ce blog par vos interventions brèves mais répétées, et toutes plus spirituelles les unes que les autres.
Rédigé par : Lucile | 17 novembre 2017 à 10:53 »

Mais je viens d'écrire une tartine ! Comme Robert Marchenoir, dont le dernier commentaire à mon adresse est un délice... hélas apocryphe, sa boîte mail a été piratée, ce n'est pas lui qui l'a écrit...

Noblejoué

"Je n’aurais pas eu d’enfants, j’aurais été beaucoup plus heureuse." (Anémone)

Ce genre de déclaration est plus commun qu'on ne croit... Il y a des gens qui souffrent toute leur vie de l'absence d'amour de leur parents et les invoquent comme ils l'ont fait, d'une certaine manière, toute leur vie, sur leur lit de mort.

L'amour est, en fait, rare, dans le monde.

Et donc, on ne devrait pas encourager tout le monde à avoir des enfants, on ne devrait pas non plus dire que toute vérité est bonne à dire, du genre, je n'aime pas mes enfants.
Toute vérité SCIENTIFIQUE et ARTISTIQUE, enfin, du sens, on mettra la religion là-dedans, finalement, bref, est à dire, mais pour ce qui concerne la vie privée, non.

Il s'agit, en somme, d'être responsable.

Aimer les gens qui ne sont pas aimants, quelle plaie... La justice voudrait qu'on traite les gens comme ils vous traitent, mais l'amour est une dépendance, une vulnérabilité saignante qui ne fait pas envie, à ce spectacle d'enfant attente éternelle de leurs parents et à d'autres.
Des gens qui souffrent comme ça, on peut les aimer, ça les distrait sans doute, ça ne les guérit pas, et rien, en fait.

Tout est dans l'origine, pas plus de rédemption au manque d'amour que d'assassins d'enfants aidant les parents en disant, par exemple, où est le corps de leur enfant.

L'espoir, l'idée de rédemption ne sont que machines inconsciemment créées à torturer les humains qui passent par leurs engrenages.
La seule et unique chose à faire est de décourager les gens les plus égoïstes ou pleins de ressentiment ou autres choses semblables, à avoir des enfants... La seule et unique chose à faire, mais on ne le fera jamais, sacrifiant des êtres sans défense à nos illusions.

La responsabilité est rare, dans le monde.

Je voudrais bien finir sur une note encourageante, mais je ne trouve rien... En somme, lecteurs, la balle est dans votre camp : acceptez d"assumer le rôle ingrat d'oiseau de mauvais augure quand il le faut.
C'est utile... Je sais qu'on n'aime pas plus les freins que les corbeaux, mais les freins sont utiles et les corvidés noirs, intelligents, sans compter qu'ils ont du caractère, sont beaux, dans leur genre.

kacendre

Ah ! être... avoir été... ne plus être... ce monde du bobotisme est impitoyable.

Le mandarin (franchouillard et même très moche) doit son aura, son infaillibilité et son sexe appel à sa nomination administrative-complotiste, verticale sans appel de ses copains.

La mandarinette doit jongler entre beauté, fraîcheur agréable, convoitable et baisable... Disons-le humblement ou hypocritement tout est physique.
Si les planètes s'alignent... banco pour quelque temps.

Si la mandarinette ne s'entretient pas, ne se transforme pas et qu'elle s'aigrit, elle rejoint le club... des mères : Denis, Huguette, Martine, Christiane et même ces pauvres BB et JM, et tant d'autres.

Posture et déchéance se donnent souvent la main... dans le temps.

Et pourtant, pourtant... amour, culture, travail, intelligence et attention font d'une femme une mère, une épouse, une complice toujours aussi belle et désirable... quel que soit l'enfilage des années.
Je pense à ce chanceux d'Emmanuel.

Robert Marchenoir

@ Camille | 26 décembre 2017 à 13:54
"Je n’aurais pas eu d’enfants, j’aurais été beaucoup plus heureuse." (Anémone)

Comment peut-on dire une chose pareille en public ? Comment peut-on infliger une douleur pareille à ses enfants, qui les hantera jusqu'à la fin de leurs jours ?

Ça, plus le dénombrement de ses galipettes -- effectivement, l'interview du Parisien est la chose la plus bénigne du monde en comparaison.

GLW

Peut-être que le secret d'une vieillesse pas grise se cache dans un pur malt écossais...

https://www.youtube.com/watch?v=QvMSDFJO7SI&list=RDQvMSDFJO7SI

Joyeuses fêtes de fin d'année à tous et toutes ou à toutes et tous.

breizmabro

Breizmabro dit : "Je ne me souviens pas avoir traité Macron de petit c.." 

Deviro répond : "Inutile de l'écrire à nouveau, puisque... vous le confirmez vous-même..."

Fin de l'histoire.

Camille

Dernier éclat de voix d'Anémone avant sa retraite. Tant mieux. Bon vent. Non, nous n'avons pas tous en nous quelque chose d'Anémone, certainement pas. Ses provocations, ses transgressions ? Rien que des jérémiades sur son sort, vaguement sur l'état de la planète, égrenées au fil des décennies dans l'oreille de journalistes complaisants. De la rébellion de pacotille, comme ses engagements et volte-face. Forte en gueule, absente en actes.

En mars 2011, sur France Info, l’actrice répétait pour la énième fois ses déclarations des années 1990. Elle regrettait d'avoir eu des enfants : "Je n’aurais pas eu d’enfants, j’aurais été beaucoup plus heureuse". Merci pour eux ! Les enfants, des entraves à sa vie de femme ô combien libre ? Sans doute.

Toutes ses interviews se ressemblent : narcissique, mégalomane se la jouant victime, aigrie car se croyant destinée à une carrière flamboyante qui a finalement tourné court suite à une série de mauvais choix, Anémone en veut à la terre entière de la distorsion entre ses rêves et la réalité. Mais pour faire carrière, il faut commencer par aimer son public, et ce n'est pas en infligeant un camouflet aux millions de téléspectateurs devant leur écran lors de la remise de son César en 1988 qu'elle pouvait espérer conserver sa bonne image d'alors et sa popularité.

Enfin, attaquer Johnny, qui ne peut plus répondre, pour décrocher une bonne médiatisation est un procédé méprisable. "Il a fait quoi, Johnny ?" dit-elle. Réponse : Johnny a travaillé d'arrache-pied pendant 56 ans, il a donné des chansons qui ont accompagné la vie de ses admirateurs, il a réuni des millions de gens à ses concerts, il a défendu et aimé son public. Une autre carrure que celle de cette vieille actrice pisse-vinaigre.

breizmabro

@ Robert Marchenoir | 26 décembre 2017 à 11:09

Pour vos interventions concernant la Russie je n'ai rien à dire vu que, comme vous le savez, je suis la moins instruite sur le comportement des dirigeants de celle-ci (voir mon post annonçant la nouvelle chaîne russe ;))

Par contre votre intervention concernant ce c***d de Deviro qui, entre parenthèses me reproche mon anonymat alors qu'il m'invective abjectement, régulièrement, sous le pseudo de... Deviro (cherchez l'erreur), je suis d'accord avec vous car ce c..d dit être capable de ressortir des interventions sur ce blog datant de plusieurs semaines, voire de mois.
En même temps lorsque je lui demande de me fournir LA PREUVE de son affirmation, il botte en touche sans la fournir, du coup j'ai comme un doute.

Je crains que ce c..d ne soit malheureusement qu'un baratineur, un malveillant, bref, un mytho.

Adéo Robert Marchenoir

PS : j'ai regardé le film "Le Concert" dimanche (j'avoue avoir eu une petite pensée pour vous ;)

Robert Marchenoir

@ Quatre-vingt-quinze fois sur cent | 26 décembre 2017 à 00:10
"Mais quel excès d'indignité ici-bas envers cette ancienne 'charmante pétasse'... pour sa déchéance physique sénile assumée sans fard... on n'aurait pas pu flanquer la paix à cette ancienne 'belle garce' -- qui vivait l'amour des mecs en travaux pratiques ?"

Mais justement. Elle n'assume pas. Et puis c'est elle qui refuse de "nous flanquer la paix", comme vous dites. Personne ne l'a forcée à accorder cette interview. Personne ne l'a forcée à se répandre en insanités auprès de son interlocuteur.

J'apprends que c'était une femme légère, pour employer un euphémisme extrême au regard de ce que je lis ici. Pour ma part, cela m'inciterait plutôt à la pitié. Mais je ne retire pas un mot de mon diagnostic antérieur, néanmoins.

La charité envers la personne ne doit pas nous empêcher de tirer des enseignements de la vie. Quant à sa prétendue déchéance physique mise en cause ici par plusieurs intervenants, j'ai du mal à la discerner. Elle n'était pas spécialement jolie du temps de sa jeunesse, elle n'est pas spécialement laide l'âge venu. Ce n'est pas la question.

@ Deviro | 25 décembre 2017 à 22:13
"Tous vos commentaires sont relevés par un de mes doctorants en psychologie."

Magnifique. Un coup de maître. En une demi-ligne, nous apprenons que Monsieur (ou Madame) "possède" des doctorants en psychologie (un nouvel avatar de l'esclavagisme, je suppose ?), qu'il se sert de ses grouillots pour fliquer ici les intervenants, et qu'il menace de se servir de ces "travaux" à leur détriment. Si tout cela est vrai, bien entendu ; mais si c'est une invention, ça revient au même...

L'insistance de certains, ici, à nous faire savoir, mine de rien, qu'ils sont quelqu'un d'important dans la société, n'a d'égale que la rage de certains autres à dénigrer ceux qui refusent de se prêter à ce jeu.

breizmabro

@ Giuseppe | 25 décembre 2017 à 21:30
"Vous pouvez ranger les godasses en cuir pour aujourd'hui"

Reconnaissez que j'ai subi plus d'insultes de gros c** que je ne lui en ai écrit. J'ai donc profité du JNC (jour national des cadeaux) pour lui adresser le mien, et j'espère qu'il l'a reçu bien placé ;))

C'est étonnant comme de donner un cadeau ça fait un bien fou... :D

Adéo Giuseppe

Lucile

@ Deviro

Vous jouez un rôle hybride sur ce blog. Jamais - ou presque - commentateur du sujet proposé par Philippe Bilger, mais commentateur abondant des commentateurs, sur un mode railleur, avec des partis pris marqués pour ou contre. C'est l'un de "vos" doctorants qui joue les observateurs. Mais vous-même doctorez (anglicisme) un peu l'étude en remettant de temps en temps deux sous dans la musique. Hum, ça fait un peu bricolage. Ça ne m'a pas l'air très sérieux tout ça.

vamonos

@ Alex paulista | 25 décembre 2017 à 23:01
"...un pseudo qui peut sonner comme le yalla de Sœur Emmanuelle ou comme un yakafokon, selon l'humeur."

Désolé, je ne comprends pas cette phrase. Ce n'est pas du français, ni du portugais, encore moins du patois mâtiné.

Cela doit être du Paulista concentré sur lui-même et ses certitudes.

Noblejoué

"L'entretien qu'Anémone a donné au Parisien fait naître comme une sensation gênante chez le lecteur. Il ne devrait pas avoir à lire ça, c'est trop personnel, trop secret, ce sont des frustrations et des lucidités trop éprouvantes aussi bien pour celle qui les profère et les ressent que pour ceux qui en deviennent les voyeurs"

Franchement, dans un pays où on a bien plus valorisé chez les écrivains l'introspection que la découverte du monde et qui se flatte d'aimer les idées et de les confronter, sinon en débats, du moins en polémique, l'exercice n'est pas en soi très surprenant, et en théorie cet exercice ne manque pas d’intérêt.
Oui, parce qu'en somme, on pourrait tirer quelque chose des "lucidités éprouvantes". La fin d'un certain nombre d'illusions, une progression vers la vérité... Ce n'est pas rien. Est-ce que l'exercice va jusque-là ?

Question d'appréciation personnelle, ce qui sera bel effort débouchant sur du vrai amenant une transformation personnelle pour certains sera considéré par d'autres comme pose atrabilaire stérile.
On peut imaginer quelque chose entre les deux, aussi, mais peu importe.

Enfin, disons que j'ai plutôt envie de finir voire d'insister sur un autre point : les lucidités sont toujours éprouvantes.
Déjà parce qu'elles cassent les habitudes mentales, ensuite parce que souvent, les nouvelles sont de mauvaises nouvelles.

Comme l'être humain est créature sociale, il peut avoir tendance à les partager, ses nouvelles, mais son cadeau, voir la scène du cadeau dans "le père Noël est une ordure" n'est, il faut l'avouer, pas tout à fait au point... Et que donne-t-on de soi, une recherche du vrai ou une vengeance contre le monde ? Sans compter que cela peut se toucher.

En vérité, la vérité a tendance à sortir brute, sa présentation peut donc déplaire autant que le fond, il faudrait, en fait, compenser le vrai par le beau, ce qui n'est pas une mince affaire... Entre autres parce qu'il ne faut pas perdre l'inspiration dans l'affaire. Bref, si l'art du faux est de mimer la spontanéité du vrai, l'art du vrai est de traduire le vrai dans la langue du mensonge social, avec toutes les trahisons que cela risque d’entraîner... Ainsi, le chercheur a double travail, la découverte, la préservation et la présentation de la découverte.

Quatre-vingt-quinze fois sur cent

Mais quel excès d'indignité ici-bas envers cette ancienne "charmante pétasse jouant la vulgaire pour faire plus sexy", pour des propos de méchante humeur, pour sa déchéance physique sénile assumée sans fard, pour ces bribes d'élucubrations peut-être pas très à jeun, somme toute pour le tableau un peu "d'épave" (comme on dit en Poétou-Saintunjhe) qu'elle a le front d'exposer !
Excès bavard comme auparavant outrances génufléchies autour du corned-beef "Johnny" refroidi puis expédié aux tristes tropiques...

On n'aurait pas pu flanquer la paix à cette ancienne "belle garce" - qui vivait l'amour des mecs en travaux pratiques et pas qu'en théories fumeuses sur le papier -, non ?
Espérons qu'elle ne découvre pas ces deux pages inutiles via un cyber-automate fouineur... mais alors si jamais hélas elle lisait ces commentaires voilà un hommage comparé qui j'espère la déridera :
- Hallyday s'est comporté en parvenu de la b..., sautant de dinde en dinde
- Anémone a assumé son amour de l'amour sans beugler "Queue je t'aime"

Duval Uzan

Certains commentaires ressemblent à des délits de sale gueule.
Qui a pris la photo ?

Je suis tout à fait d’accord avec Anémone concernant le chanteur, je n’arrive même pas à l’appeler Johnny, j’étais très étonnée de l’appréciation de Philippe Bilger... j’ai très mal supporté son billet.

Que savez-vous du bien ou mal vieillir, vous êtes bien jeunes...

Bonne année à tous.

Alex paulista

@ vamonos | 25 décembre 2017 à 18:32

Désaliniser l'eau de mer ne se fait pas aujourd'hui sans une pollution chimique problématique à grande échelle.
Certes on peut espérer améliorer les techniques, mais là on rentre dans le domaine de la foi.
La diminution de l'accès à l'eau potable est un vrai problème qu'on ne peut pas écarter comme cela d'un revers de main.

Vamonos est un pseudo qui peut sonner comme le yalla de Sœur Emmanuelle ou comme un yakafokon, selon l'humeur.

Deviro

@ breizmabro | 25 décembre 2017 à 14:51
"Je ne me souviens pas avoir traité Macron de petit c.. mais je ne doute pas que vous allez m'apporter la preuve de ce que vous soutenez, vous devez avoir gardé ça dans vos archives"

Tous vos commentaires sont relevés par un de mes doctorants en psychologie. Votre gentil compliment au président de la République y est, inutile de l'écrire à nouveau, puisque...vous le confirmez vous-même...
C'est assez drôle.

"Par contre je suis tout à fait disposée à vous traiter de gros c.., parce que c'est vrai."

...après le "vrai", il manque un "na" !
Mais c'est superbe, ça : des insultes, ou des injures SOUS PSEUDO !
On savait que vos commentaires étaient souvent crades, moches et bilieux, mais là vous avez décroché le pompon !
On applaudit.
Vous allez devenir célèbre, tous vos commentaires sont "répertoriés" !

Giuseppe

@ breizmabro | 25 décembre 2017 à 14:51

Dans le rugby passé on appelle cela un coup de godasse, une semelle, un coup de latte, bref sur le coup j'ai revu les images https://youtu.be/_PEa41NLZ70 que l'on pouvait penser remisées au rayon des souvenirs.
Parfois un bon coup de sang est salutaire, là vous aviez chaussé les crampons longs pour terrains boueux.

Allez, bon Noël, vous pouvez ranger les godasses en cuir pour aujourd'hui.

@ Liliane Guisset | 25 décembre 2017 à 18:22

Anémone des mers, orties des mers, actiniaires... Elle est un peu tout, non ?

Exilé

@ Liliane Guisset
"Belle fin de décembre à tous."

Merci quand même, mais vous est-il aussi difficile que ça d'écrire tout simplement Joyeux Noël, sachant que comme chacun le sait il y a déjà douze (dures) fin de mois mais un seul Noël par an et que des millions de personnes dans le monde n'ont encore jamais eu la chance d'en avoir connu un seul ?

----------------

@ Catherine JACOB
"A quand l'interdiction aux cloches de sonner, aux étoiles de briller, aux femmes d'accoucher, à la paille de servir de litière, aux bergers de s'émerveiller, aux animaux de réchauffer de leur souffle les sans abris, aux voyageurs lointains de trouver leur chemin dans le ciel nocturne grâce aux constellations, à Alpha Ursae Minoris (α UMi) de rester dans l'alignement de l'axe de rotation de notre planète qui varie sur une période d’environ 26 000 ans ?? Hein?! J'vous l'demande !!"

Merci pour ces remarques pleines de bon sens.

Florence

Anémone vieillit bien mal. Aussi bien physiquement que mentalement.

Heureusement, ce n'est pas le cas de Philippe Bilger !

Joyeux Noël à vous tous.

Noblejoué

@ Catherine JACOB

Très drôle, mais pour la laïcité, je crois savoir que tout ce qui est nouveau et pas encore assuré agit ainsi, les chrétiens ont bien interdit aux païens les manifestations de leur paganisme avec un zèle importun.

La paix du Christ aux hommes de bonne volonté est plus large et moins violent que "tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens".
Mais quand on n'a plus de volonté ? Je dirais, que "tous les êtres soient heureux", peut-être ?

https://www.buddhaline.net/Metta-Sutta

Et puis ça laisse une chance aux méchants et aux animaux.

genau

@ erga omnes

Le Noël de X.Nebout fait partie de l'in imo pectore. Merci à lui de l'avoir réveillé.
L'organiste est au clavier de choeur : il joue un merveilleux prélude de Michel Corrette, plein de tendresse. On voit, à son visage levé, qu'il vit sa musique ; l'assemblée est émue. Mais l'intervalle liturgique concédé est terminé. Le célébrant n'attend pas, il bondit de son poste, vient taper sur le buffet, avec une mine sévère. Le musicien, confus, écourte, oh, de quelques secondes, par une cadence de fin, prématurée.
Et Christ est mort au même instant.

Xavier NEBOUT

Le Pape catastrophe

Trop HS pour aller à la messe du coin, j'ai voulu regarder celle de la basilique Saint-Pierre.
Une messe sans âme, sans queue ni tête, aucune cohérence dans les chants, etc. Nul de chez nul. J'ai arrêté avec l'homélie pour les émigrés.

Le christianisme avait pris un sacré coup avec Vatican II, ce Pape va l'enterrer.
Ils ont encore modifié le Pater qui va devenir impossible à chanter. Les anciens devaient être des imbéciles, et c'était trop simple de traduire inducas par induisez.
On peut franchement se demander si le diable ne les habite pas.

Vous qui êtes en recherche, ce n'est pas là que vous trouverez. Voyez vers Solesmes, Sept-Fons, Fontgombault etc.

vamonos

"Il n'y a plus d'eau" (Anémone)

Elle dit n'importe quoi, pourvu que cela soit pessimiste. Il y a toujours autant d'eau ! La somme de l'eau contenue dans les mers, dans les terres et dans les airs est toujours la même !

On ne risque pas de manquer d'eau potable, à condition d'utiliser des technologies de désalinisation et de purification. Il faut du courage et de la volonté d'entreprendre, toutes choses qui manquent à nos artistes gavés de subventions.

A Singapour, une des villes les plus denses du monde en terme de population, ils sont 5 000 000. Ils ne manquent pas d'eau, ils ont fait des barrages, emprisonné l'eau de mer, désalinisé et purifié. Singapour exporte même de l'eau potable vers des pays où il pleut encore plus qu'en Bretagne.

genau

L'entrevue n'est pas transcendante ; à partir du moment où quelque chose vous fait ch... le raisonnement n'est plus vraiment nécessaire, car le discours manque de nuance, outre que cette manifestation est, si j'ose, transitoire, et le résultat, résiduel.

Liliane Guisset

@ Marc GHINSBERG

Cette fois encore je me désespérais de ne pas trouver dans tous les commentaires un écho à mon ressenti (ressenti que je m'apprêtais à exprimer ici).
Une fois de plus, vous m'avez devancé, sur ce "thème" comme sur à peu près tous les autres ; vos mots sont décidément les miens et ce depuis longtemps.
Pour tout cela, je vous remercie Monsieur Ghinsberg.

Et pour le sujet qui nous concerne, j'irai même plus loin que vous : j'ai envie de défendre Anémone bec et ongles, Anémone la superbe, la magnifique, à revoir impérativement dans "Le petit Prince a dit" de la sensible Christine Pascal.

Non, Anémone n'est pas une naufragée. Elle est une audace, une vérité mise à nu, un courageux désordre. Et cette Anémone-là, je l'aime.

Belle fin de décembre à tous.

Claggart

Nandeleg leuin, joyeux Noël, Aoutrou Bilger, hag me gourhemenneu d'ho pried, et mes hommages à votre épouse.

A wir galon genoch, de coeur avec vous.

breizmabro

@ Deviro | 25 décembre 2017 à 02:04
"quel âge mental peut-on avoir pour traiter un quadragénaire de petit c... ?"

Je ne me souviens pas avoir traité Macron de "petit c.." mais je ne doute pas que vous allez m'apporter la preuve de ce que vous soutenez, vous devez avoir gardé ça dans vos archives, vu que c'est tout ce qui vous reste de votre vie moisie.

Par contre je suis tout à fait disposée à vous traiter de gros c.., parce que c'est vrai.

Joyeux Noël !

Noblejoué

@ Ellen
"N'oublions pas ceux qui après tant de souffrances nous ont laissé sur cette terre la plus grande des sagesses.
https://www.youtube.com/watch?v=ez-gIFdKRu8
Combien sont ceux qui la respectent sans dénigrer avec méchanceté autrui ?"

Je vous approuve mais en même temps, notre hôte, en nous proposant une Anémone amère, savait bien qu'il amplifierait ce même état d'âme chez ses commentateurs.

Sur un tel terrain, je ne vois pas comment il y aurait de trêve sur ce blog, et plus généralement, une telle paix impossible sur Internet... Quant à appliquer sa morale, aimer quand on prétend défendre l'amour, c'est bien des grades au-dessus, encore. Le cas des gens agressant les autres par de piteux sermons sur leur manque d'amour quand ils ne sont que pharisaïsme est particulièrement gratiné. Mais cela m'amuse moins que cela ne m’inquiète sur mes propres difficultés à poursuivre sur ma voie.

Je ne critique pas notre hôte, je présume qu'il y a l’inévitable balancier après l'éloge des morts, voire aussi le désir de faire la part du feu... Je veux dire qu'il vaut mieux cracher son venin ici qu'en famille et avec les amis, ce qui ne signifie pas que certains puissent avoir des amis ici... Or quoi qu'on dise, un dérapage est toujours possible, de soi, ne soyons pas prétentieux, ou d'un autre, car même les meilleurs peuvent craquer, par exemple sous l'effet de malheurs qu'ils auraient cachés et dont la submersion les aigrirait tout à coup.

Pour ne pas donner à penser cela des miens, ce qui serait injuste, tout s'est idéalement passé hier.

Pensée qui m'encourage à vous exprimer toute mon estime pour votre manière de voir les manques que certains peuvent avoir et vos encouragements à les dépasser.
J'y associe bien évidemment les gens qui ont fait le même effort que vous.

A cela et aux autres, je souhaite de bonnes fêtes et une bonne année.

olivier seutet

Joyeux Noël à l'animateur de ce blog et aux contributeurs que j'ai plaisir à lire.

Catherine JACOB

JOYEUX NOËL à tous ceux que Noël concerne.
Cette formule prudente m'est venue après la lecture de cet article de Sud-Ouest :

« Plusieurs classes d’une école du Langonnais étaient venues assister à la projection du film d’animation "L’étoile de Noël", qui raconte la naissance de Jésus. Mais la séance a tourné court…

Couac en effet au cinéma le Rio, à Langon, lors d’une séance scolaire de Noël. Le 13 décembre dernier, quatre-vingt-trois élèves d’une école du Langonnais étaient venus assister à la projection d’un film d’animation, lorsque cette sortie a tourné court.

Selon l’hebdomadaire le Républicain Sud-Gironde qui rapporte l’information, les enseignants ont interrompu la séance au milieu de la projection, estimant qu’il y avait "un problème de thématique", qui ne "correspondait pas au choix fait par l’école".

En effet, le film projeté, "L’étoile de Noël", est présenté comme une histoire d’animaux :

Un petit âne courageux, Bo, rêve d’une vie meilleure loin du train-train quotidien du moulin du village. Un jour, il trouve le courage de se libérer pour vivre enfin la grande aventure ! Sur sa route, il va faire équipe avec Ruth, une adorable brebis qui a perdu son troupeau, et Dave, une colombe aux nobles aspirations. Rejoint par trois chameaux déjantés et quelques animaux de la ferme plus excentriques les uns que les autres, Bo et ses nouveaux amis suivent l’Étoile… et vont devenir les héros méconnus de la plus belle histoire jamais contée : celle du premier Noël.

Mais en trame de fond, l’histoire raconte le périple de Joseph et Marie jusqu’à Bethléem et la naissance de Jésus, à partir des textes des Évangiles. »

La laïcité trompée des cinq enseignants accompagnateurs des quatre-vingt-trois élèves ayant failli être les victimes de l'histoire du petit Jésus, aimé lui de ses parents et non pas battu comme sans doute une bonne partie d'entre ces petits élèves et leurs mamans, a de surcroît commandé de demander le remboursement de la séance de cinéma à la caisse au motif de tromperie sur la marchandise !

Pourtant, si la loi exige l'information sincère et honnête de la part du professionnel, elle demande aussi au particulier client de se renseigner, par exemple pourquoi l'un des enseignants n'a-t-il pas assisté à une projection préalable comme on aurait pu penser que cela eût été de son devoir relativement aux "choix de l'école" que tant le réalisateur du film que la direction du cinéma ne sont pas censés connaître, hum ?! ni sollicité au préalable l'avis des 83 détenteurs de l'autorité parentale et ouvert la page adéquate du dictionnaire à l'article "Noël" ainsi qu'à l'article "étoile" !

A quand l'interdiction aux cloches de sonner, aux étoiles de briller, aux femmes d'accoucher, à la paille de servir de litière, aux bergers de s'émerveiller, aux animaux de réchauffer de leur souffle les sans abris, aux voyageurs lointains de trouver leur chemin dans le ciel nocturne grâce aux constellations, à Alpha Ursae Minoris (α UMi) de rester dans l'alignement de l'axe de rotation de notre planète qui varie sur une période d’environ 26 000 ans ?? Hein?! J'vous l'demande !!

-- Trajet de l’axe du pôle nord sur la voûte céleste, dû à la précession (en supposant une vitesse de précession et une obliquité constantes).

La Paix du Christ aux hommes de bonne volonté !

Jabiru

Je souhaite un joyeux Noël à Pascale et Philippe Bilger et à tous ceux qui contribuent à la bonne santé de ce blog qui est devenu notre lecture quotidienne.

Deviro

@breizmabro | 24 décembre 2017 à 16:57
"En même temps il y a des filles/femmes qui croisent encore dans leur vie, des caroff, des Deviro, des GB et/ou des jack, mais qui, contrairement à Anémone, ne sont ni aigris, ni insultants, ni amers puisqu'ils ne sont ni chauves, ni ridés, ni bedonnants"

La pauvre Anémone dans sa désespérance, mérite la compassion, mais aurait hélas, apprécié, approuvé, et sans doute savouré vos commentaires insultants, outranciers, orduriers, puant la haine de soi sur l'épouse du président de la République qui, par-dessus le marché, est à vos yeux un petit c... Quel âge véritable, quel âge mental peut-on avoir pour traiter un quadragénaire de petit c... ?

Ellen

Merci à Lucile et à d'autres personnes d'avoir envoyé un message d'apaisement et de sagesse en ce jour spécial de Noël du 24 décembre. Tout comme je l'ai fait hier le 23 par une vidéo pour marquer une pose de l'esprit.
Un jour sur 364 jours de l'année ce n'est pas beaucoup mais ô combien ça fait du bien !

N'oublions pas ceux qui après tant de souffrances nous ont laissé sur cette terre la plus grande des sagesses

https://www.youtube.com/watch?v=ez-gIFdKRu8

Combien sont ceux qui la respectent sans dénigrer avec méchanceté autrui ?

caroff

JOYEUX NOEL à toutes et tous, à commencer par Philippe et Pascale Bilger !!

semtob

Cher Philippe,

Anémone est amère, sans jeu de mots, tout comme Caïn l'était. Caïn premier meurtrier au tout début du récit apparaît avant que le silence ne s'installe.
Le récit du déluge ou la mémoire du déluge existent pour interroger la naissance de l'éthique. C'est la première explication de la violence et le premier appel à s'interroger sur l'acceptation de la différence.
Il n'existe pas de désir de fin du monde dans ce récit, mais l'examen de la première représentation du meurtre et de ses conséquences. Si Caïn n'est pas maudit et peut construire une descendance violente, sa lignée s'éteint avec le déluge. Et si cette jalousie ne s'était pas enfermée dans un silence, le meurtre aurait-il eu lieu ?
L'anémone de mer s'entend bien avec le poisson clown. Personne n'attend une symbiose généralisée, mais quelques pas vers l'acceptation de la différence, sans jalousie et volonté de destruction à distance.
françoise et karell Semtob

J.A

Bon réveillon monsieur Bilger.

Votre esprit critique est toujours en pleine forme !
Du vrai et du grinçant...

Joyeux Noël à vous et à votre famille.

Exilé

Que monsieur et madame Bilger me permettent de leur souhaiter un joyeux Noël, que je souhaite bien entendu aussi aux contributeurs du blog.

Lucile

Joyeux Noël à tous.
Un peu de musique en attendant minuit,
https://www.youtube.com/watch?v=8gZekKnfZlo&index=38&list=PL74q-_Bg-emRLiKh8w47UIOBIqeW7JCfG

lomepic

La prise de conscience publique d'Anémone dans "Le Parisien" est finalement une bonne chose, quand dans le même temps le JDD publie cette liste grotesque, année après année, des personnalités préférées des Français ! Ses vérités sont un constat lucide que ne fait que confirmer le palmarès de ces 64 personnalités : l'entre-soi mediatico-showbiznesque a encore frappé (seul peut-être sur le podium peut-on comprendre et apprécier la deuxième place de Teddy Riner... qui a mis Omar knock out) !

Le showbiz, médiocre, affairiste et nombriliste est, en plus, devenu très largement un abrutissement de la population et les media ont par leur malhonnêteté intellectuelle et leurs manipulations, dépouillé quelque peu les valeurs de la politique et surtout de la République de leur raison d'être et de leur âme ; traduit un peu différemment c'est aussi un peu cela ce qu'Anémone finit par réaliser et elle nous le crie.
Bon évidemment, on reste un peu chagriné en ce qui concerne Johnny !

Allez, un bon Noël quand même... c'est ce qui n'est pas encore dénoncé au nom de la sacro-sainte laïcité... quoique, pour les crèches...!

Trekker

Monsieur Philippe Bilger votre clone de Tatie Danielle en version trash, Anémone, est dans le classique "faites ce que je dis, et pas ce que je fais, ou ai fait".

Parmi ses multiples éructations, j’ai noté entre autres ses propos acerbes sur les mariages successifs de Johnny. Elle a oublié ses propres propos, d’une grande élégance, lors d’une interview début 2000 dans une émission d'Ardisson : "jusqu’à la quarantaine j’avais le feu dans la culotte, et j’ai dû a minima me faire sauter par 300 ou 400 mecs !…"

Qui a dit que la vieillesse était un naufrage ? Seule la date d’entrée dans celle-ci varie…

Sur ce je vous souhaite monsieur Bilger ainsi qu’à votre épouse de joyeuses fêtes, et de même à toutes(tous) les commentatrices(teurs) de ce blog.

Friedrich

Ah non M. Hamon, NON !

M. Hamon et ses amis raisonnent en idéologues dépourvus du sens des réalités, opposants sans responsabilités, ils peuvent se permettre de dire n'importe quoi.
Décidément votre déculottée à 6% ne vous a pas rendu plus intelligent.
Il faut que vous intégriez que vos copains socialos, version 19ème siècle, ne reverront pas la lumière de sitôt après avoir plongé ce pays dans un marasme inédit dont nous subissons les conséquences.
Je vous comprends, la nullité crasse attire la nullité crasse.

On peut se demander si nos dirigeants comprennent ce dont ils parlent !
M. Hamon dit que l'immigration serait causée par la misère, les guerres et le dérèglement climatique.
Soit pour le climat, devenu le deus ex machina de n'importe quoi.
Il a oublié les dérèglements endocriniens, un détail !

Mais la misère et les guerres ne sont pas venues de nulle part.
Aujourd'hui la France, depuis le bon socialiste Hollande, est engagée à sauver des régimes qui ont échoué dans leur vocation d'Etat : protéger la population et lui projeter un peu d'avenir.

Comment Hamon et sa bande peuvent-ils ne pas savoir que le minimum pour s'occuper des gens, de l'une ou l'autre manière, est pour le moins de savoir qui et combien ils sont ?

Mais les socialistes ne l'entendent pas de cette oreille.
Il suffit de distribuer à tout-va l'argent que l'on n'a pas, tout au passage, ne pas oublier d'en profiter largement

Nous avons des traditions d'accueil et un devoir d'humanité mais ni l'un ni l'autre ne présuppose que nous devions aveuglément laisser s'installer chez nous n'importe quelle personne.

Ce sont là les causes véritables des migrations, sécuritaires ou économiques.
M. Hamon a été et est censé faire partie de cette élite de la France, comprend-il ce dont il parle ? soit analyser les causes d'un problème pour en projeter des solutions qui traitent des causes ?

C'est beau l'indignation, c'est un peu mieux de traiter les causes !

breizmabro

@ caroff | 24 décembre 2017 à 14:29
"Arrivé à un certain âge, qui peut dire qu'il n'a pas croisé une Anémone dans sa vie ?"

En même temps il y a des filles/femmes qui croisent encore dans leur vie, des caroff, des Deviro, des GB et/ou des jack, mais qui, contrairement à Anémone, ne sont ni aigris, ni insultants, ni amers puisqu'ils ne sont ni chauves, ni ridés, ni bedonnants :D

Ah la force de l'autosuggestion !

Jabiru

Sa vieillesse, son apparence, est manifestement l'image d'un naufrage.
Dure réalité.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS