« Les humoristes au bûcher ? | Accueil | Anémone, une fleur amère... »

22 décembre 2017

Commentaires

Aliocha

Pacte faustien éternel et abolition du temps, où l'idée fixe n'est pas celle qu'on croit :

"Alors il va, des fois, le soir, se promener.
Ainsi, ce soir; c'est un beau soir de mai.
Un beau soir de mai, il fait bon;
il ne fait pas trop chaud
comme plus tard dans la saison.
On voit le merle faire pencher la branche,
puis la quittant,
la branche reprend sa place d'avant.
J'ai tout, les gens arrosent les jardins,
«Combien d'arrosoirs ?»
Fins de semaine, samedis soir,
il se sent un peu fatigué,
les petites filles jouent à «capitaine russe, partez»,
J'ai tout, j'ai tout ce qu'ils n'ont pas,
alors comment est-ce qu'il se fait que ces autres choses ne soient pas à moi ?
quand tout l'air sent bon comme ça,
seulement l'odeur n'entre pas;
tout le monde, et pas moi,
qui est en train de s'amuser;
des amoureux partout, personne pour m'aimer;
les seules choses qui font besoin,
et tout mon argent ne me sert à rien,
parce qu'elles ne coûtent rien,
elles ne peuvent pas s'acheter;
c'est pas la nourriture qui compte, c'est l'appétit;
alors, je n'ai rien, ils ont tout;
je n'ai plus rien, ils m'ont tout pris.
Et, rentrant à présent chez lui :
c'est pas les cordes qui font le son,
parce que toutes les cordes y sont;
et ce n'est pas la qualité du bois,
j'ai les plus fins, les plus précieux :
mon violon valait dix francs,
mon violon valait bien mieux.
Satan ! Satan ! tu m'as volé,
comment faire pour s'échapper ?
Comment faire ? comment faire ?
est-ce que c'est dans le livre, ça ?
et il l'a ouvert encore une fois,
l'a ouvert, l'a repoussé;
Satan ! Satan ! tu m'as volé !
mais peut-être que le livre sait quand même,
il sait tout, alors (dit-il au livre) réponds :
les autres sont heureux,
comment est-ce qu'ils font ?
les amoureux sont sur le banc, comment faire ? comment faire pour être comme avant ?
dis donc, parce que tu dois savoir,
comment faire pour ne rien avoir ?
On entend la sonnerie du téléphone.
Qu'est-ce qu'il y a ?...
Monsieur, c'est pour ces cinq cent mille francs;
est-ce qu'il faut les verser à votre compte courant ?
LE SOLDAT
Faites comme vous voudrez !
On frappe à la porte.
C’est un télégramme
qui lui apporte des nouvelles de ses bateaux :
toutes les mers à moi ! je suis enfermé.
On m'envie comme jamais homme n'a été envié,
on m’envie, je suis mort, je suis hors de la vie.
Je suis énormément riche,
je suis riche énormément.
Je suis mort parmi les vivants."
https://www.youtube.com/watch?v=DXSiMPFTUjg

Giuseppe

@ Ellen | 23 décembre 2017 à 22:42

Le prochain billet ne présageant rien de bon, alors soleil.
La montagne est belle, le ciel est bleu voilé, le plus beau, on attend le Président paraît-il, sous le plus beau panorama du monde - of course.

https://youtu.be/_sFX5-EWNkg

Noblejoué

@ Xavier NEBOUT
"Or, le transhumanisme est aussi vieux que le monde tant le potentiel humain va bien au-delà du transhumanisme avec la survie de l'âme."

Je ne sais pas si l'âme existe, je m'en tiens au corps. C'est-à-dire au cerveau, lequel me semble en effet pouvoir être transféré, un jour.
Si l'âme existe, rien ne prouve non plus qu'elle ait un destin heureux.

Puisque vous y croyez et n'avez semble-t-il, pas envie de prolonger l'exploration du monde avant la mort, si jamais on pouvait vous proposer la prolongation de votre état voire la jeunesse immortelle, refusez-là donc.
Laissez vivre les autres, c'est tout ce qu'on vous demande.

"De plus, le transhumanisme se heurte à un obstacle essentiel qui ne semble pas avoir été perçu à ce jour : en l'homme, le temps est proportionnel à la mémoire. C'est ainsi que le temps passe beaucoup plus vite lorsqu'on a 70 ans que lorsqu'on en a dix. Si bien que la l'allongement de la vie tend à la nullité de l'existence."

"Tend vers la nullité" est excessif. De plus, vous semblez ignorer que les capacités humaines seront augmentées.
La vie ne sera pas anéantie - quel terme pour un défenseur de la mort qui me semble bien plus probablement anéantissement ! Elle sera transcendée.

"Conclusion : le transhumanisme tend à l'anéantissement de la vie et du salut."

A supposer que nous ayons bien une âme et qu'il existe un dieu, je ne vois pas pourquoi le salut serait compromis, si du moins le dieu n'est pas le mesquin qu'on imagine, se vengeant des créatures du fait qu'elles soient ce qu'il a créé. Si j'essaie de penser comme un être d'une certaine envergure et créateur, je ne vois pas, en particulier, pourquoi des êtres seraient coupables de tellement aimer le monde qu'il a créé de vouloir y rester.

Au sujet de la foi même, saint Thomas n'est pas condamné d'avoir cru avec des preuves... Dire que ceux qui ont cru sans preuves sont plus heureux que qui croit avec preuves ne fait pas des sceptiques des coupables.

Soyez en tout cas heureux de penser faire partie des élus.

vamonos

@ Xavier NEBOUT | 24 décembre 2017 à 08:51

Les raccourcis de votre démonstration alambiquée ne suffisent pas à détruire le travail des chercheurs en transhumanisme.
Selon vous, le temps n'est pas le même à 70 ans et à 100 ans. Certes, il semble passer plus vite, mais il ne s'agit que d'une des caractéristiques de la manière dont il est perçu. Tant que personne n'aura défini avec exactitude ce qu'est le temps ou qui il est, vous ne pourrez pas dire qu'il a changé.

anne-marie marson

@ Noblejoué

Je vous remercie pour votre réponse.

Aliocha

Moi, ce que j'en disais, c'était pour ceux qui méprisent les footeux, après, que Hadjadj contredise les vanités transhumanistes, les autocentrés exclusifs prenant cela pour eux, n'est que la conséquence de la réalité de l'incarnation, qui trouvera son éternité, possible dans la transmission, dans la mesure où l'on admet de ne pas vomir l'autre.
Que le faune Neymar, le guépard Mbappé, et la trajectoire aussi aiguisée qu'un cimeterre du jaguar Cavani envoient donc balader les milliards et leurs jaloux, et qu'ils jouent comme les enfants du ciel qu'ils sont, célébrant, victorieux ou perdants, la joie du jeu et le mirifique du vivant.

Depuis ce jour, divinité se nomme Amour :
Joyeux Noël à tous.

Xavier NEBOUT

@ Noblejoué
@ Aliocha

Le transhumanisme tend à l'immortalité et l'inutilité du corps. Nous mettons un cerveau dans un bocal ou transférons ses données dans un ordinateur, et le relions à une banque de sensations.

Or, le transhumanisme est aussi vieux que le monde tant le potentiel humain va bien au-delà du transhumanisme avec la survie de l'âme.

De plus, le transhumanisme se heurte à un obstacle essentiel qui ne semble pas avoir été perçu à ce jour : en l'homme, le temps est proportionnel à la mémoire. C'est ainsi que le temps passe beaucoup plus vite lorsqu'on a 70 ans que lorsqu'on en a dix. Si bien que la l'allongement de la vie tend à la nullité de l'existence.

Conclusion : le transhumanisme tend à l'anéantissement de la vie et du salut.

Achille

@ Ellen | 23 décembre 2017 à 22:42

Bien jolie vidéo. Il me semble avoir reconnu la voix incomparable de Barbra Streisand. Magnifique !

Claggart

@ breizmabro 23 décembre à 18 h 15

merci bras

Ellen

@ Achille | 23 décembre 2017 à 21:44
@ Giuseppe | 23 décembre 2017 à 21:31

Merci pour vos souhaits les plus sincères et à mon tour, très bon Noël à Pascale et Philippe Bilger et à tous les participants de ce blog.

https://www.youtube.com/watch?v=ez-gIFdKRu8

Noblejoué

@ genau

Il n'y a pas, en soi, d'opposition entre transhumanisme et théorie mimétique, Aliocha dénigre le transhumanisme au nom du christianisme... Ça le regarde, une confusion de plus ou de moins.

Quand je défends le transhumanisme, il me fait des procès en théorie mimétique qu'il croit sans doute mieux connaître que moi...
Il me compare à un commentateur parti ailleurs sous prétexte que je suis agnostique et fort critique des abus religieux - mais à vrai dire moins qu'envers un dieu tout-puissant et créateur s'il existe : responsable de tous les malheurs du monde, par le fait.

La souffrance, la mort... Quels que soient les abus de tels ou tels individus ou groupes, que sont-ils par rapport aux limitations de notre nature ? Si je jetais quelque chose, ce serait moins une religion qu'un dieu tyrannique, mais est-ce que cela compte ?
C'est de changer notre nature qui importe. Vous seriez malade, vous vous intéresseriez aux causes, à un éventuel responsable, mais vous voudriez sans doute surtout guérir ? Moi de même.

Quand on dit que les transhumanistes rivalisent avec Dieu, c'est idiot : certains protestants croient accomplir le septième jour, et des agnostiques comme moi l'ignorent, tout simplement.

Voilà. Et quand quelqu'un comme moi veut défendre des victimes, les boucs émissaires, c'est parce que quand on a bien compris le processus, on trouve cela d'autant plus injuste, et qu'on veut que cela cesse, comme la souffrance et la mort, sauf évidemment pour ceux qui veulent passer par la broyeuse.
Pas pour rivaliser, comme cela a été insinué, avec l'Eglise, Jésus ou pourquoi pas Bouddha ou un avatar d'une divinité hindoue venue sauver le monde. Non, c'est parce que cela doit être fait.

Suis-je pour autant au-dessus des rivalités ? Eh bien non, évidemment, dans la lutte, je veux la victoire.
Mais est-ce que je cherche la lutte ?

La lutte qui compte est pour une plus longue vie, tiens, pourquoi ne pas vous passer Vita-More, justement, à la fin ?

Quant au transhumanisme... Comme tout le monde, j'ai bien compris qu'il y a des mécanismes naturels qui nous laminent mais pourquoi prétendre que ce soit une bonne chose, au nom de la religion, d'un humanisme qui perd gagne, ou tout simplement, de l'habitude ?
De plus, il n'est pas dit que la recherche en longévité échoue... Je crois que l'immense ambition transhumaniste d'entreprises comme Calico, ainsi que l'intérêt très vif de la Chine dans ces affaires ne va pas accoucher d'une souris.

Le monde est si accablant ! La nature nous condamne à mort, et la culture, pas toute mais en grande partie, Eglises diverses, surévaluation du politique, hors de la politique, point de salut, songez aux lendemains qui chantent à droite, à gauche ou au centre, mais pas à ce que ce chant, en plus d'être du genre à guider vers des, on dira gentiment, déceptions, est un chant en fait funèbre de s’accommoder de notre mort.
Alors, face à cela, Google et Calico ne sont pas de trop, et mes frères transhumanistes.

En général, on ne parle d'eux que pour les ridiculiser et les diaboliser, mais aussi incroyable que ce soit, il y a eu quelque chose de pas offensant sur eux, sur Arte.

https://www.youtube.com/watch?v=wIp3RKtxWxY

Il y a d'autres gens de grande valeur, c'est facile à trouver sur le net. Je ne suis pas comme eux, qui sont beaucoup plus optimistes que moi, lumière et moi ténèbres, ils ne voient pas certains problèmes, la force de l'opposition, et sous-évaluent certains dangers, comme l'intelligence artificielle. Mais s'ils désirent plus de vie, ils sont, d’ores et déjà, plus vivants que moi, et pour cette raison et d'autres, plus capables de défendre vie et intelligence, enfin, en somme, d’œuvrer au salut.

Cependant, comme j'ai refusé la souffrance et la mort sans les attendre dès l'enfance, je ne vais pas abdiquer mais au contraire redoubler d'efforts de voir que d'autres que moi s'y consacrent.
Et avec mes idées, et à ma manière.

En France, en milieu hostile. Je ne vais pas dire que ça ne me fait pas peur, tout me fait peur... Mais est-ce que je vais fuir ? Ce serait trahir mes rêves, trahir la vie, trahir le sens, trahir mes proches, trahir les vivants et les morts.

Achille

Joyeux Noël à Philippe et Pascale Bilger ainsi qu’à tous les habitués de ce blog.


Giuseppe

Gagné par l'ambiance, joyeux Noël à tous ainsi qu'à nos hôtes.

Cadeau !
https://youtu.be/hId_vrY9pdA

semtob

Cher Philippe,

C'est une idée de lancer le ballon, plus douce que de balancer les porcs avant le lâcher de truies.
Alors, nous faut-il vendre la mèche avant de fêter les petites lumières et le retour d'une belle équipe de foot à l'image de celle de 1998 ?
Si le défenseur des droits n'a pas tout bon mais une poignée de main chaleureuse, soyons tous foot de bonheur, malgré les abus de bornage et retrouvons la piste du chien des Baskerville.
Joyeuses fêtes à tous et à toutes.
françoise et karell Semtob

Exilé

Si je suis un impeccable sportif en chambre, il m'est arrivé parfois d'être un piètre pronostiqueur.

Au fait, il n'existe donc pas de clubs de football, chez les magistrats ?
Pas de rencontre sur la pelouse par exemple entre le TGI de Bobigny et la XVIIe chambre de Paris ?

Noblejoué

@ anne-marie marson

Bon, d'abord je ne réclame l'expertise de rien... Mais comme je ne me prive pas de poser des questions, quand je peux donner des pistes...

Comme vous le savez, le mythe de Noé, de l'arche, est repris d'un autre mythe babylonien. "L'histoire du Grand homme qui ne voulait pas mourir", on retombe dans mes thématiques, je n'y peux rien, y fait allusion. Gilgamesh va voir le "Noé" babylonien pour le renseigner sur comment devenir immortel, et le Noé lui raconte le déluge. Je résume, plus honnête, ce mythe ne dit pas que les humains étaient mauvais, ils pullulaient, étaient trop nombreux, et les dieux les ont noyés pour leur tranquillité. Ils les avaient créés pour se décharger du travail et résoudre le premier conflit social de l'Histoire ! Les dieux inférieurs en avaient marre de se taper tout le boulot, et le dieu surintelligent, en fait plus que les autres, les dieux ne sont pas des lumières, a créé les hommes comme nous les robots, pour servir leurs créateurs... Oui, mais on fait trop de bruit, d'où la nécessité de nous génocider, comme de limiter notre prolifération avec la stérilité et d'autres procédés.

Pour l'aspect technique de l'arche :

https://www.lemondedesreligions.fr/savoir/une-autre-histoire-de-l-arche-de-noe-02-10-2014-4238_110.php

Tout ce qui semble nous intéresser, là, c'est ce qui nous sert directement. Bien, c'est toujours mieux que les réserves naturelles où on préserve tout - sauf les humains, "réfugiés de la conservation", expulsés de leurs terres. Conclusion, ces gens valent moins que des bêtes, sont humiliés et dégradés. Ils s’appellent réfugiés de la conservation, et ils sont des millions.
Surtout en Afrique, le continent dont on fait notre poubelle.
Voilà nos bons écolos :

https://www.courrierinternational.com/article/2007/02/22/les-tribus-victimes-de-l-ecologie

Mais je ne jette pas plus Jésus avec les prêtres que l'écologie avec les écologistes... Je jette les prêtres, ou plutôt les abus, que tout groupe pas assez surveillé fait, et Dieu, s'il est tout-puissant.
Il va sans dire qu'il est, dans ce cas, responsable de tout, la souffrance, la mort et le reste de ce qui ne va pas.

Voilà, mais je ne diabolise pas les prêtres, tout groupe qui le peut abuse, et l'intéressant du judéo-christianisme est la défense des victimes.

Pardonnez-moi de ne pas répondre à Aliocha, mais comme il s'adresse à moi sans me parler directement, je ne veux plus faire l'honneur d'une politesse unilatérale.
Au prêchi-prêcheur si chrétien de pardonner les offenses, enfin, dans son cas, il serait déjà bien beau qu'il n'offense pas... Quant à moi, le pardon n'est pas ma tasse de thé.
Et pourtant !
Je vous demande pardon pour ma mauvaise humeur. Pour me faire pardonner... vous savez pourquoi on expulse les pauvres indigènes à part que quand on peut abuser on le fait et le mépris, éventuellement raciste ?
Cela vient de l'idée de zone à sécuriser... Une belle illusion, mais qui amène des méthodes militaires dommageables.

Des idées type arche de Noé sont moins dangereuses, ont même des utilités, mais sont des solutions très partielles.
Cependant, s'il n'existe jamais une solution pour tout, beaucoup de solutions partielles peuvent aider.

Pourquoi vivons-nous plus longtemps ? Meilleure éducation, hygiène, alimentation, médecine.
Pourquoi la réduction de la violence ? Monopolisation par l'Etat, équilibre de la terreur, développement de l'individualisme et empathie, avec tout cela, de moins en moins de gens sont sacrifiables. Et le bouc émissaire ? Ambigu, plus on a conscience du mécanisme, plus il faut de victimes pour l'alimenter, donc, on dira qu'on saura si on se dirige vers du mieux ou du pire plus tard.

Pour l'arche de Noé : elle ne nous servira à rien si une intelligence artificielle nous détruit. Il y a des risques très importants, mais je n'ai pas envie d'en parler, là.

Votre question sur Noé dénote que vous êtes une personne cherchant des solutions pour le monde et que vous liez les questions symboliques, Noé, et d’environnement.
Or c'est en décloisonnant les matières qu'on pourra, en confrontant ce qui ne l'est pas trop, trouver des idées susceptibles d'être des solutions.

Je vous souhaite un bon Noël, une bonne année et d'y arriver.

Anne-Valérie Pinet

@ Achille

Tout comme vous je n’y comprends pas grand-chose !
Allez je souhaite d’excellentes fêtes à toutes et tous.
Pas de commentaire sur le football, ce sport ne m’intéresse pas du tout.

fugace

@ Tipaza | 22 décembre 2017 à 15:52

Et pour elles, vous avez fait quoi ?

https://www.youtube.com/watch?v=a4C8I1lPw6Y

Ne me dites pas que vous avez détourné le regard !

Aliocha

@ Xavier NEBOUT

Je passerai sur les infantilismes "coco-charlot", qui signifient que vous n'avez pas réellement lu Girard, pour vous transmettre ce lien - peut-être vous l'avais-je déjà transmis - où la description des trajectoires parallèles Eliade-Girard est intéressante et pourrait permettre une mise en commun de deux perspectives

https://www.apostolia.tv/1327/2013-04-24-centre-dumitru-staniloae-luc-barbulesco-mircea-eliade-rene-girard-un-dialogue-qui-n-eut-pas-lieu/

genau

Permettez-moi de ne pas comprendre cette opposition entre le transhumanisme, la théorie émétique, la périmortalité et la mort.
Bon, stop.
Ne pensez-vous pas qu'il y a quelque chose d'assez simple ? La mort vient n'importe quand, par rupture ou par extinction. A partir de là, la décomposition des éléments carbonés, sucres, graisses, plus l'eau, est rapide et tout ça disparaît. Restent les os, durables, bien utiles pour savoir quand M.ergaster est mort, mais à part ça, ils ne servent pas à grand-chose d'autre qu'à faire des flûtes chez les musiciens primitifs.

Tout ce qui nous constitue, cortex compris, s'est donc résolu en particules qui vont se fondre dans un état quelconque, mais non définitif. Des agrégations sont probables, des reformations multimillénaires, des objets évolutifs etc. etc.
Bien sûr, on est loin d'un soirée à l'Opéra, mais que vous faut-il d'autre que l'éternité puisque l'opération ne s'arrêtera jamais. Bon, c'est vrai qu'on s'y ennuie un peu, surtout à la fin.

breizmabro

"Parce qu'il est un crack, et pas moi !"

En même temps je n'ai jamais vu, non plus, un joueur de foot être un crack dans un prétoire ;)

Nedeleg Laouen à tous !

Savonarole

@ Jean-Marc de 14:29
"Le football. Ce sport qui se joue avec le membre le plus éloigné du cerveau"

Exact, c'est ce que disait Zahia à Ribéry et Benzema.


Malghorn

Allez ! Allez Monaco !

Paul Duret

M. Bilger,

Nous vous souhaitons ainsi qu'à votre épouse, de passer de belles fêtes de Noël.

Claude Luçon

@ hameau dans les nuages | 23 décembre 2017 à 11:50
"Le foot, ce n'est pas ce sport où après avoir marqué un but il y a une mêlée ouverte où tout le monde se tripote ?"

Superbe ! C'est tellement vrai !
Avec votre permission je vais m'en servir, j'ai trop de fans de foot dans la famille et nous avons un repas de Noël lundi !

JOYEUSES FETES A TOUS ET TOUTES !

Aliocha

Après tout, la patience étant une vertu, je peux donc encore me répéter :

"Tout au long du XXe siècle, la force mimétique la plus puissante n'a jamais été le nazisme ou les idéologies apparentées, toutes celles qui s'opposent au souci des victimes, celles qui en reconnaissent volontiers l'origine judéo-chrétienne. Le mouvement anti-chrétien le plus puissant est celui qui réassume et "radicalise" le souci des victimes pour le paganiser."

"Ce néo-paganisme situe le bonheur dans l'assouvissement illimité des désirs et, par conséquent, dans la suppression de tous les interdits. L'idée acquiert un semblant de vraisemblance dans le domaine limité des biens de consommation dont la multiplication prodigieuse, grâce au progrès technique, atténue certaines rivalités mimétiques, conférant une apparence de plausibilité à la thèse qui fait de toute loi morale un pur instrument de répression et de persécution."
R.Girard (Je vois Satan tomber comme l'éclair)

Je ne répondrai ni aux insultes, ni aux hypocrisies réitérées de soi-disant agression, je constate que ce qui avait ulcéré notre ami et dont, il y a peu, il avait repris la formulation contre moi, reste juste et ne constitue en rien une agression, au vu que j'ai toujours respecté chacun, GG y compris :
"Vous êtes comme GG, Noblejoué, vous jetez l'enfant Jésus avec l'eau du bain des discriminations cléricales."

Giuseppe

Au fait, les Ronaldo, Benzema etc. que l'on nous vend comme les meilleurs joueurs du monde, ont appris que tout est relatif : ils viennent d'essuyer un cinglant 3-0 sur leur pelouse fétiche.

Noblejoué

@ Lucile

Je sais que l'équilibre est dans le mouvement, je considère que vous représentez justement cela au mieux par de constants et subtils ajustements.

"Est-ce qu'en nous empêchant de mourir, le moment venu, nous ne nous priverions pas à jamais de l'unique chance que nous avons de voyager plus loin, et autrement ?"

On n'est, vous avez raison, jamais sûr de rien.
Mais pour moi, il est bien plus probable que nous mourions vraiment, je veux dire que l'âme n'existe pas et que la fin du corps soit la fin de tout... Maintenant, imaginons, on ne sait jamais, qu'il y ait une vie future, rien ne dise qu'elle vaille mieux que la vie présente.

L'Hadès n'était pas un endroit folichon, les monothéistes parlent des "consolations" de la religion, mais lesquelles ?
Avec un enfer... A moins que ce soit ça, se réjouir de la souffrance éternelle de ceux qu'on a dans le nez comme l'ineffable saint Augustin ?

Je trouve l'enfer injuste, les gens sont ce qu'ils doivent être, créés comme ça, et cruels au-delà de l'imaginable, qu'est-ce qui peut menacer un dieu tout-puissant qui m'a fait ?
Il serait contre la vengeance et vengerait des victimes qu'il aurait mieux fait d'aider plus tôt, un peu comme, si on croit à cette histoire, il a laissé les Juifs croupir en Egypte, et s'est réveillé avec dix plaies.

Bon, on me dira que la divinité vaut mieux que ça, qu'il n'y a pas d'enfer... Qu'est-ce qui nous dit qu'un autre monde serait mieux que l'actuel ? Rien, si ce n'est l'espoir, le pire des maux.

Et puis vous ne dites pas "voyager" pour rien, il semble que dans les différentes religions les humains soient désarmés, subissent les conditions qui leur sont faites.
Notre monde n'est pas parfait, mais parfois, on peut y agir, si peu que ce soit...

"Est-ce que nous ne nous condamnerions pas à rester éternellement dans la grisaille, derrière le mur de nos interrogations, devenues absurdes s'il n'y a plus aucune possibilité d'un après ?"

D'habitude, c'est à nous, les transhumanistes, qu'on fait un reproche symétrique... Si vous expulsiez le malheur du monde, si chacun était toujours jeune, intelligent, que tous puissent tout faire, que resterait-il à faire ? Ben oui, les gens, par confusion, pensent que faire c'est pâtir... Alors qu'il restera à vivre, ce qui n'est pas rien, et la science, et l'art, et tout ce qu'on voudra.
Tout le monde parle d'amour, mais franchement, dans un monde où il faut survivre et où la souffrance et la mort nous guettent, on en parle d'autant moins qu'on en éprouve, de l'amour, parfois ceux qui nous le serinent le plus et me font penser aux sexuels les plus vantards et les moins, disons, à avoir quelque art d'aimer.

Je pense qu'on peut penser à l'existence ou non d'un monde après la mort si vouloir mourir comme on peut penser à tout ce qui aurait pu se passer dans l'Histoire sans vouloir aller dans le passé ou créer des mondes alternatifs pour vivre une histoire où, mettons, Napoléon aurait gagné.
Raison de plus, je préfère ne pas voir ça ! Blague à part, le monde ne suffit pas, il faut aussi vivre dans un monde d’hypothèses et de fiction.

Et donc, je me passerais très bien de mourir... Tant que la vie est préférable au néant, mais parfois - si on risque de perdre la liberté, une capacité pour soi importante ou si on a perdu qui on chérissait plus que tout au monde - alors, il peut être mieux de mourir, mais difficile, les moyens de suicide sont peu disponibles, et on risque de vous mettre à l'hôpital, oui, je pense qu'il vaut mieux en finir.

"Il faut avoir résolu la question de l'au-delà négativement pour se priver de cette possibilité. Or, objectivement, tout est possible, et seule l'incertitude est juste. Ce n'est d'ailleurs pas une souffrance."

Je vous ai dit pourquoi je ne me sens pas dans l'obligation de résoudre la question d'un monde futur, dont je pense avoir une bonne idée des raisons pour lesquelles on y croit, par contre.
Et si c'est une souffrance... Tant que le monde paraît encore beau, malgré ses manques, on veut encore exister pour lui, et se savoir falaise effritée par les vagues, enfant rongé par le temps, corps trahi par ses composants, humains voyant ses frères lentement décomposés par l'âge puis mourir avant de connaître la même décomposition de la vie puis de la mort, est une souffrance.

Cette souffrance est pour moi l'une des raisons de l'idée de vie après la mort, mais il y en a d'autres.
Pardonnez-moi, je vous répondrais volontiers si vous me le demandiez, et à toute réponse que vous voudriez me faire, mais là, j'ai une baisse totale de concentration, et je ne peux pas poursuivre.

Giuseppe

"Kylian Mbappé est un crack, pas moi !" (PB).

En général le mot crack est du langage des turfistes pour désigner un champion de cheval, bon les parieurs se ressemblent ils payent pour voir et souvent ils perdent tout.

anne-marie marson

@Aliocha
@Noblejoué

Puisque vous semblez très au fait de l'anthropologie des religions (je ne connais pas René Girard), je voudrais avoir votre avis sur l'existence de l'Arche de Noé biblique.
80% des invertébrés ayant désormais disparu de la planète, je pense qu'il serait temps d'envisager de créer l'Arche de Noé.
Pour moi, cette Arche de Noé est représentée par les bonbonnes d'azote liquide où sont conservés différents échantillons, dont des embryons humains. Il serait temps d'y conserver un spécimen de chaque être vivant sur la planète.
Joyeux Noël à tous.

Noblejoué

@ Achille

Pour comprendre, c'est très simple : il faut avoir des notions de désir mimétique et de transhumanisme.

Les intervenants :

Aliocha est religieux, moi transhumaniste. Aliocha est l'agresseur, se servant d'une citation pro-religion et anti-transhumaniste sur le foot.
Vu le nombre d'amateurs de foot et de gens qui lisent superficiellement, la manœuvre aurait pu réussir.

L'action :

Je suis le défendeur, et je m'appuie, ben, j'avais pas prévu l’agression ni constitué un stock de docs sur moi-même.
Je signale que défendant une position minoritaire et m'épanchant sur mes insuffisances, qui ne le serait, isolé ? Aliocha en profite pour dire qu'il m'a vexé. Mais vous me rendrez cette justice : pour être déçu, il faut estimer voire admirer quelqu'un, et si cela a pu m'arriver, ce n'est certes pas avec le sieur Aliocha !

Lucile

@ Noblejoué

À propos d'équilibre, je le vois comme une recherche et non comme un état acquis, et dans le mouvement, car que vaudrait un équilibre statique ? C'est dire qu'il ne peut se produire que s'il est continuellement menacé.

Mais je me faisais une réflexion à propos de la quête de l'immortalité : est-ce qu'en nous empêchant de mourir, le moment venu, nous ne nous priverions pas à jamais de l'unique chance que nous avons de voyager plus loin, et autrement ? Est-ce que nous ne nous condamnerions pas à rester éternellement dans la grisaille, derrière le mur de nos interrogations, devenues absurdes s'il n'y a plus aucune possibilité d'un après ? Il faut avoir résolu la question de l'au-delà négativement pour se priver de cette possibilité. Or, objectivement, tout est possible, et seule l'incertitude est juste. Ce n'est d'ailleurs pas une souffrance.

laozi

Encore un crack du foot qui, très jeune, a choisi l'école buissonnière pour s'adonner à son plaisir !
Bizarre les compassions et admirations pour ces sportifs surpayés qui profitent surtout de la majorité de leurs fans écervelés aux revenus beaucoup plus modestes... un comble !

Exilé

@Antoine Marquet
"En tout cas cela doit être le seul sport où 22 millionnaires, voire milliardaires, s'affrontent sur une pelouse pour divertir 60 000 pauvres (sans compter la télé évidemment) !"

Rien de nouveau sous le soleil : sous l'Empire romain des gladiateurs, parfois très riches, s'affrontaient aussi pour le plaisir de la plèbe, mais dans un combat mortel il est vrai.

Mais sous l'Empire romain ou bien de nos jours, les vrais profiteurs sont ceux qui organisent ce genre de spectacle pour asseoir leur popularité...

hameau dans les nuages

Le foot, ce n'est pas ce sport où après avoir marqué un but il y a une mêlée ouverte où tout le monde se tripote ?

Giuseppe

Le foot est une des entreprises financières les plus rentables de la planète : une holding à la tête de toutes les entreprises, et des actionnaires pauvres comme Job pour alimenter sans cesse le système.
Le Tour de France est considéré comme un fleuron de l'économie - en pourcentage de résultat - mais au moins le spectacle est gratuit.

Qualifier le foot de jeux du cirque est une hérésie, c'est du business flamboyant où on fait les poches des gens et où ils applaudissent au fait d'être tondus.
Les jeux du cirque ne présentaient aucun intérêt financier, le foot est constitué de multiples crépines dans les portefeuilles des pauvres - la plupart -, quant aux autres ils ont l'impression d'acheter leur présence sur le terrain mais eux ont les moyens de leur rêve.

Sacré foot où le fric coule à flots pour le bonheur de ceux qui l'alimentent, alors s'ils sont heureux tant mieux, que demander de plus ?

Achille

Cher(e)s ami(e)s de ce blog, je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais les échanges entre Aliocha et Noblejoué, je n’y comprends rien.
Mais vu qu’ils n’arrivent pas à se comprendre l’un l’autre, je me dis que finalement c’est normal.

Aliocha

Ou alors, puisque la Bible a su se transcrire dans la chair du roman, et le génie s'incarner pour mettre en lumière cette diminution qui est augmentation dans l'acceptation miraculeuse de notre condition de mortels :

"Quelquefois je n'avais rien entendu, étant dans un de ces sommeils où l'on tombe comme dans un trou duquel on est tout heureux d'être tiré un peu plus tard, lourd, surnourri, digérant tout ce que nous ont apporté, pareilles aux nymphes qui nourrissaient Hercule, ces agiles puissances végétatives, à l'activité redoublée pendant que nous dormons.
On appelle cela un sommeil de plomb ; il semble qu'on soit devenu, même pendant quelques instants après qu'un tel sommeil a cessé, un simple bonhomme de plomb. On n'est plus personne. Comment, alors, cherchant sa pensée, sa personnalité comme on cherche un objet perdu, finit-on par retrouver son propre moi plutôt que tout autre ? Pourquoi, quand on se remet à penser, n'est-ce pas alors une autre personnalité que l'antérieure qui s'incarne en nous ? On ne voit pas ce qui dicte le choix et pourquoi, entre les millions d'êtres humains qu'on pourrait être, c'est sur celui qu'on était la veille qu'on met juste la main. Qu'est-ce qui nous guide, quand il y a eu vraiment interruption (soit que le sommeil ait été complet, ou les rêves entièrement différents de nous) ? Il y a eu vraiment mort, comme quand le cœur a cessé de battre et que des tractions rythmées de la langue nous raniment. Sans doute la chambre, ne l'eussions-nous vue qu'une fois, éveille-t-elle des souvenirs auxquels de plus anciens sont suspendus ; ou quelques-uns dormaient-ils en nous-mêmes, dont nous prenons conscience. La résurrection au réveil — après ce bienfaisant accès d'aliénation mentale qu'est le sommeil — doit ressembler au fond à ce qui se passe quand on retrouve un nom, un vers, un refrain oubliés. Et peut-être la résurrection de l'âme après la mort est-elle concevable comme un phénomène de mémoire."
Marcel Proust
Le Côté de Guermantes 1914

Xavier NEBOUT

@ Aliocha

Et comme si on n'y comprend rien, c'est que l'auteur est plus intelligent que soi, alors, pour paraître intelligent, on n'a plus qu'à se dire l'un de ses fervents admirateurs. Le principe a fait la gloire des grands penseurs gauchistes.

Il ne faut cependant pas confondre "incompréhensible" avec "ardu". S'il faut parfois s'y prendre à deux fois pour accéder aux lumières d'Heidegger, votre coco, à le relire deux fois, on acquiert la certitude que c'était un charlot.
Sur le fait religieux, je vous le répète aussi, vous avez "Histoire des croyances et des idées religieuses" en trois tomes, de Mircea Eliade, et bien d'autres titres de cet auteur (avant qu'il ne disparaisse de la circulation comme auteur non politiquement correct).

Noblejoué

@ Aliocha

Je ne confonds pas René Girard et l'usage que vous en faites, ni la la théorie mimétique et la religion. En clair, je reprends la défense des victimes et laisse la religion à ceux qui aiment ça.

"Cet autre totalitarisme se présente en libérateur de l'humanité et, pour usurper la place du Christ, les puissances l'imitent de façon rivalitaire, elles dénoncent dans le souci chrétien des victimes une hypocrite et pâle imitation de l'authentique croisade contre l'oppression et la persécution dont elles seraient le fer de lance." R.Girard (Je vois Satan tomber comme l'éclair)...

...ne me concerne pas.
Je ne crois pas en Dieu, ne vois pas ce que les religions ont de formidable et n'impose rien à personne.

Je PROPOSE que ceux qui le veulent œuvrent à permettre à ceux qui le désirent de sortir de la souffrance et de la mort.

Tipaza

Je connais bien Jacques Prévert, l’autre jour il m’a parlé, à propos de René Girard, de son lecteur le plus assidu, Aliocha, et voici ce qu’il m’en a dit :

« Il suivait son idée. C'était une idée fixe, et il était surpris de ne pas avancer. »

Xavier NEBOUT

Il est des sujets qui élargissent les perspectives, qui élèvent l'âme, des premières phrases dont la poésie hante toujours l'esprit. Je ne sais pourquoi, là, il me revient : "Last night I dreamt I went to Manderley again".

S'il fut un temps où une cité voulait avoir la plus haute cathédrale, maintenant, c'est le plus grand stade. Quel bond en avant pour la civilisation.

Comment ne pas être touché par l'élégance de ce sport, la grâce de ses joueurs, et quelle chance pour les êtres frustes d'accéder aux profondeurs en écoutant les commentateurs.

Enfin, comment ne pas se sentir envahi par l'amour et la charité des nobles cœurs qui guident ainsi notre jeunesse vers le ciel.

C'est gentil et généreux de votre part, d’apporter votre pierre à l'édifice.

Aliocha

Que puis-je répondre à Noblejoué qui n'exacerberait pas encore sa vexation ?
Il n'a toujours pas compris que, avec Girard, je ne parle pas de religion, mais de l'anthropologie du religieux. Je n'ai d'autre solution que de me répéter, qu'il n'y a transmission que par incarnation, et que la vie éternelle n'est envisageable que comme un phénomène, miraculeux, de mémoire.

"Cet autre totalitarisme se présente en libérateur de l'humanité et, pour usurper la place du Christ, les puissances l'imitent de façon rivalitaire, elles dénoncent dans le souci chrétien des victimes une hypocrite et pâle imitation de l'authentique croisade contre l'oppression et la persécution dont elles seraient le fer de lance." R.Girard (Je vois Satan tomber comme l'éclair)

sylvain

@ Robert Marchenoir | 22 décembre 2017 à 21:19

Houlala, vous n'avez pas peur du CSA ? Comme le dit si bien et si justement Hanouna : "si j'avais su j'aurais fait CSA, je m'en serais mis plein les fouilles."

Le CSA confirme, promis juré craché, que tout ce racket humanitaire est destiné à soutenir ces malheureux gens du spectacle qui ont du mal à joindre les deux bouts (la langouste a fait un bond de 50% à Cap Ferret) ! Un peu comme la vignette automobile de sinistre mémoire "destinée-pour-les-vieux", LOL, tout comme les amendes des SOS divers variés et avariés qui améliorent les trains de vie des gourous de ces sectes officielles. MDR !

Est-on sûr que Mbappé n'est pas un blanc grimé en noir ? depuis l'affaire Griezmann, on commence à douter, surtout que ce brave Mbappé a des traits fins au visage et non les grosses lèvres qu'on peut apercevoir sur les paquets de Banania et les anciennes photos de nos colonies en noir et blanc.

Stop, j'entends les bruits de bottes des vopos du CSA dans la cage d'escalier, à plus !

Tipaza

@ Claude Luçon | 22 décembre 2017 à 19:22

Évidemment je suis chauvin, mais que voulez-vous, Philippe emploie des mots curieux comme Kylian Mbappé ou Neymar, dont je n’ai trouvé la traduction dans aucune des langues de Google traduction.

J’ai ma petite fierté, j’ai voulu employer moi aussi des mots bizarres comme nietzschéen. ;-))

Noblejoué

@ Aliocha
"Les choses les plus simples échappent à l'intelligence, et appartiennent à l'instinct du génie, celui que Baudelaire définit comme l'enfance nettement formulée."

Allez donc expliquer à un enfant qu'il vaut mieux être mortel et autres choses du même genre qu’accéder à une vie meilleure ! Je sens qu'on va m'accuser de prétendre au génie, mais c'est bien dans l'enfance que j'ai déploré la mort et tout ce qui nous diminue et me suis promis de ne jamais faire d'un moins, un plus, contrairement à tant d'autres.
Cela ne me semblait pas honnête. Si avec l'âge on est plus compréhensif, chacun raisonne ou sent à sa manière, pour moi, ce ne serait pas honnête : illusion consolante.

J'ai découvert le transhumanisme adulte, l'espoir de notre époque s'il doit y en avoir un... J'ai bien conscience de prêter à la critique de presque tout le monde par le début de ma phrase, et des transhumanistes plus optimistes que moi par la seconde.
Qui défend ce qu'il pense juste peut se retrouver isolé... Enfin, une fois quelqu'un m'a écrit que ce que j'avais dit sur un blog transhumaniste était bien envoyé, j'y critiquais la construction de futures intelligences artificielles, dans tous les cas, quelque chose de mal car on ne veut pas leur reconnaître les droits que devraient avoir tous les êtres intelligents, et conseillais de se concentrer sur l'obtention de l'immortalité. Cela m'a réchauffé le cœur, et comme ce blog est très important, j'espère avoir pu influencer un tant soit peu ceux qui doivent l'être en priorité... C'est rare, mais là ou ailleurs, j'arrive à quelque chose, et cela me donne un peu de courage.

Je ne suis pas du tout à la hauteur de ce que je devrais... Mais quand même, on peut remarquer que votre citation ne vous fait pas honneur.
Si on voulait trouver une image de l'incarnation, on prendrait quelqu'un qui donne ses biens aux pauvres, qui démissionne du pouvoir pour le bien des gouvernés, qui pardonne les offenses.

Tout ce que vous faites est d'essayer de dresser les amateurs de foot contre le transhumanisme, alors que ça n'a rien à voir.
Si c'est à ça que mène l'influence de la religion, je préfère m'en passer, merci... Ceci dit, tout le monde n'est pas comme vous, heureusement, et de même qu'il y a Lucile pour montrer que certains sont honnêtes et équilibrés sur ce blog, des transhumanistes protestants montrent que croire en Dieu, ce n'est pas forcément, de manière doloriste et morbide, se complaire dans la souffrance et dans la mort.

Il y a une différence à se passer transitoirement de certaines choses pour en développer d'autres que se complaire dans la souffrance et dans la mort, la même que jouer à se bander les yeux puis revoir, et celle de s'interdire de guérir les aveugles et d'augmenter notre vision !
Confondre jeu et destin biologique... Vous parlez de rédemption ? Jésus n'a cessé de guérir et a ressuscité un mort... Si les chrétiens voulaient vraiment imiter celui qu'ils croient être leur sauveur, ils l'imiteraient en cela, comme ils se dépouilleraient de tout pour les pauvres. Et ils se rappelleraient que Dieu, d'après eux, s'est reposé, et leur laisse donc perfectionner la création. Enfin, on ne peut pas être cohérent à la place des gens !

Et dois-je démarcher les gens confession par confession ? Je vous ai répondu... Mais je m'adresse en vérité à toute personne qui se rappellera peut-être combien, quand on s'abstrait de considérations bien contournées, la souffrance et la mort sont inacceptables.

Les religions doivent-elles être ferment de mort ou ferment d'avenir ? Et ceux qui n'en ont pas doivent-ils être dans la pure négation ou essayer de nous extraire des dents de ce monde qui broie ses enfants ?

Si quelque chose de bien a été écrit ici, c'est à l'honneur du transhumanisme, sinon, il faut bien se rappeler que je ne suis pas un représentant officiel du ou plutôt des mouvements qui le composent. Il faut aussi tenir compte du fait que ce mouvement est peu connu, et quand connu, diabolisé et ridiculisé.
La partie n'est donc pas égale entre mes adversaires et moi... Il faut que tout lecteur s'en rappelle bien.

Or je n'ai pas de capacité augmentée, et rien d'autre que de regarder la mort en face et de rester fidèle à mes rêves.

Aliocha

J'avais déjà cité ce texte, mais au vu du mépris de certains, je ne résiste pas :
"Le plus fondamental, cependant, comme le nom le déclare, est que le rapport à cette balle ne se fait point par la main qui saisit, mais par le pied qui tape, et plus encore, dans le dribble, qui tricote autour, caresse, pelote au bout de deux jambes à faire rêver les sauterelles et les faons. Il y va là encore d’une pauvreté : le footballeur renonce aux organes qui le distinguent des bêtes à griffes et sabots – ses mains, « instruments des instruments », selon Aristote, parties capable du tout, pouvant tout recueillir et tout appréhender. Quelle leçon pour les transhumanistes qui voudraient s’appareiller de prothèses super-performantes ! Car c’est de cette diminution, et non de l’augmentation, que procède la gloire du joueur. Il accepte de « jouer comme un pied », et voici que son pied apparaît aussi noble que sa dextre, devient le lieu de l’intelligence, invente un maniement miraculeux, dans un renversement, une descente qui n’est pas sans rappeler le mystère de l’incarnation et de la rédemption."

https://revuelimite.fr/la-balle-au-pied-eloge-du-football-par-fabrice-hadjadj

Les choses les plus simples échappent à l'intelligence, et appartiennent à l'instinct du génie, celui que Baudelaire définit comme l'enfance nettement formulée.

Antoine Marquet

Il paraît que le rugby est un jeu de brutes pratiqué par des gentlemen, le football serait le contraire !

En tout cas cela doit être le seul sport où 22 millionnaires, voire milliardaires, s'affrontent sur une pelouse pour divertir 60 000 pauvres (sans compter la télé évidemment) !

Robert Marchenoir

@ Yves | 22 décembre 2017 à 18:36
"YAK : bovidé himalayen à forte fourrure : c'est presque une insulte !"

Attendez, j'essaye : bachi-bouzouk ! moule à gaufres ! patapouf ! bayadère de carnaval ! catachrèse ! fatma de Prisunic ! loup-garou à la graisse de renoncule ! bovidé himalayen à forte fourrure !

Oui, ça se tient, quoique avec une petite rupture de ton... disons que c'est du capitaine Haddock révisé par Canal Plus.

Claude Luçon

@ Tipaza | 22 décembre 2017 à 15:52
"Ce doit être mon côté nietzschéen !"

Ou chauvin peut-être ? J'ai le même problème !
Le handball est une valeur sûre. Les Bleus gagnent toujours et les Bleues sont en train de faire de même. En plus, comme le rugby, c'est devenu un sport de combat.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS