« L'enfant-roi, l'enfant dû ou l'enfant gêne ! | Accueil | Je suis en crise donc je suis ! »

23 janvier 2018

Commentaires

Patrick EMIN

Faut avouer que la machine à laver et Brigitte Bardot ont plus fait pour la libération de la femme que Simone de Beauvoir et Marlène Schiappa. Michel Onfray ne dit pas toujours des bêtises.

Robert Marchenoir

@ Ellen | 30 janvier 2018 à 03:00

Oui, vous prétendez être de droite, mais vous ne l'êtes pas. Etre opposé à la chasse "parce que les animaux sont jolis", c'est une position de gauche. Et être incapable de défendre ses positions anti-chasse autrement que par des attaques personnelles, c'est typiquement de gauche. Et typiquement bobote écervelée parisienne, qui ne sait pas de quoi elle cause -- mais elle cause.

Noblejoué

@ anne-marie marson
"Elle s'inquiétait surtout de l'évolution de la société, selon elle de plus en plus homosexuelle, les femmes avec les femmes, les hommes avec les hommes, avec les conséquences sur la pratique presque inéluctable de la PMA et de la GPA."

La société me semble de plus en plus hétérosexuelle, oui ! Combien de professions, de loisirs où les femmes étaient autrefois à la marge quand elles prennent toute leur place, avec les hommes ? On est sur un blog dont l'hôte était magistrat, combien de magistrates autrefois ? Les vignerons et vigneronnes, les magistrats et magistrates, avocats et avocates, se rencontrent, sans parler des justiciables. Quel monde hétérosexuel par rapport à autrefois !
Les femmes étaient-elles vigneronnes, les femmes, sans être mal vues, pouvaient-elles boire comme et avec les hommes ?
Et tant d'autres exemples.

Il me semble plutôt que les hommes et les femmes apprennent à vivre ensemble, les femmes ne veulent pas être harcelées, les hommes soupçonnés... Un équilibre est en train de se constituer.
Petite crise de croissance... Bon, chaque fois qu'on voit une crise, même positive, on n'est pas content, et il faut bien s'en prendre à quelqu'un, Hollande, les homosexuels, le mariage pour tous.

Et en attendant, comment supporter la crise ? Mais comme dans ce blog, par le rire, bien des gens font du bon humour, Lucile par exemple, là... Bon, je ne vais pas essayer de trouver quelque chose, soit ça vient, soit pas.
Que vous dire donc d'encourageant ? Pour se détendre, il y a certes l'humour, mais aussi le vin. Ce que je m'influence moi-même en écrivant ! Je vais manger et boire avec modération en trinquant aux hommes, aux femmes, et à ceux qui s’inquiètent de leurs relations, et donc, à vous... Vous avez à mon avis tort de vous en faire pour ça, mais comme ce souci part de celui de préserver le
monde... j'y vois une certaine valeur morale et trinque donc à votre santé !
Un cépage italien, le sangiovese, planté dans le Var, pas mal, pas cher, le monde du vin est comme le reste de la société, où on garde des fondamentaux comme le mariage, le désir d'enfant, et pour le reste, et comme aux époques les plus créatives comme la Renaissance, on évolue.
A mon avis, pour l'amour, l'amitié, pour les relations hommes-femmes, pour tout, il faut faire des choses ensemble, pas être ensemble pour être ensemble, ce qui crée ennui et tension : j'en bâille rien qu'à y penser !

Je bois à ce que les gens se retrouvent autour d'objets instaurant des liens entre eux, que ce soient des projets, des fêtes, et quoi que ce soit d'autre qui aurait pu m'échapper.

Santé !

anne-marie marson

Il y a quelques semaines, Catherine Millet avait donné une interview sur France Inter (L’heure bleue, Laure Adler) où elle justifiait son attitude et s’inquiétait du déferlement de #balancetonporc, d'où sa tribune dans Le Monde.
Une partie de ses propos n'a pas été retenue par la presse.
Mettant de côté le viol (qu'elle considère comme un crime), elle parlait de sa propre réaction face au harcèlement sexuel.

Devant un harceleur un peu lourd, elle indiquait sa réaction : "soit cela ne me convient pas et je passe mon chemin, soit cela me convient, j'y cède et je n'en fais pas un fromage", d’où sa défense du droit « d’importuner ».
Elle s'inquiétait surtout de l'évolution de la société, selon elle de plus en plus homosexuelle, les femmes avec les femmes, les hommes avec les hommes, avec les conséquences sur la pratique presque inéluctable de la PMA et de la GPA.

Se jugeant elle-même "très hétérosexuelle", elle regrettait cette évolution, tout en se réjouissant ne plus être là dans le futur pour voir l'aboutissement de cette évolution. Mais nous nous en approchons à grand pas.
C’est cette évolution vers l’homosexualité - merci François Hollande d’avoir pourri à jamais la vie sociale des Français avec le mariage pour tous - à la botte des activistes américaines, qui est inquiétante.

J’écoutais par hasard sur France Inter une interview de Maggie Nelson (activiste féministe américaine) pour son dernier livre où elle expliquait - sans rire - qu’elle était homosexuelle, qu’elle avait des enfants, qu’elle vivait auparavant avec son amie Wendy, mais que Wendy était désormais son compagnon, après avoir subi un traitement à la testostérone, pour s’appeler désormais Harry (!).
Elle expliquait que les gens en général se satisfont trop d’une sexualité binaire et qu’il y avait mille façons de vivre une sexualité.
Augustin Trapenard évidemment était ravi de ce discours qu'il jugeait poétique.

Le problème c’est qu'en conséquence, évidemment Maggie Nelson trouve Donald Trump obscène (mais pas Bill Clinton, ni JFK), sans s’apercevoir de sa propre obscénité à elle (de même pour la personne homosexuelle interpellant Laurent Wauquiez pour son refus d’accorder l’adoption plénière dans les couples de femmes).
Il me semble que la marche des femmes aux USA est surtout une marche homosexuelle, et que l’élection de Hillary Clinton aurait été une élection homosexuelle, soutenue par la marche des femmes.

Tout cela pour dire que ce que l’on entend sur une radio du service public, à une heure de grande écoute, est proprement hallucinant, et que la rédaction de France Inter cautionne ce genre de propos.
Gérald Darmanin va connaître son malheur, qu’il reste ou non au gouvernement.

Ellen

@ Robert Marchenoir | 29 janvier 2018 à 20:04

Oh, quel petit prétentieux ? Il lit maintenant dans une boule de cristal ?
Je suis fière d'être de droite.
Marchenoir, marchez à l'ombre, ça vous évitera d'attraper des coups de chaud sur la tête !

Robert Marchenoir

@ Ellen | 29 janvier 2018 à 07:42

C'est que ça mord, ça, Madame ! Ca fait semblant d'être tout mignon et tout gentil pour défendre les jolis z'animaux, et puis dès qu'on les prend au mot et qu'on commence à démolir leurs salades, il n'y a plus personne. Sauf pour cracher par terre et montrer les dents. La légendaire ouverture d'esprit de la gauche, sa générosité et sa culture...

Noblejoué

@ Ellen

Et les chats ? Les chasseurs les moins intelligents tirent sur les pauvres chats, exprès. Le chat est pourtant l'animal merveilleux qui, avec nous reste libre, en vadrouille dehors, reste apprivoisé.
Comment pourrait-on traiter bien quelque bête que ce soit quand on n'est pas gentil avec le chat ? On n'a pas à jouer le chef de meute avec un chat, il est là, c'est tout, il vient quand il veut, comme si on en croit les récits religieux, l'esprit souffle où il veut. Le chat n'est ni soumis ni dominant, il est là, tout simplement, il grimpe sur la table parce qu'il a besoin de voir de haut, il griffe parce qu'il a des griffes, il miaule pour parler notre langue et il vit dans son monde.

Ellen

@ hameau dans les nuages | 28 janvier 2018 à 23:58

Je parlais des biches et des cerfs, des éléphants, des bébés phoques, de ces petites bêtes à fourrures prisées et pas des horribles bestioles nuisibles qui ravagent des champs agricoles et tuent le troupeau fermier même à la recherche de nourriture. Il y a des animaux si adorables, beaux et inoffensifs qu'il nous faut les préserver.

Avec une pointe d'humour, sylvain a dit que j'étais raciste animalier. Non, je ne le suis pas. Ici, je fais juste la distinction entre les animaux dangereux et destructeurs et ceux qui sont innocents, inoffensifs et d'une beauté à couper le souffle.

@ Robert Marchenoir | 28 janvier 2018 à 23:35
"Commencez donc par leur dire merci, avant de tenir des discours irréfléchis de citadin travaillant dans un bureau et déconnecté de la réalité du monde."

Avant de faire la morale aux autres sans les connaître, imbu personnage, commencez d'abord par vous interroger sur votre incapacité à comprendre. Si vous lisez entre les lignes il est normal que vous ne saisissiez pas tout. Vos billets longs aux kilomètres et si ennuyeux n'ont de sens virtuel que pour vous.
Ne vous fatiguez pas à répondre. Je vous zappe.

hameau dans les nuages

@ Ellen | 28 janvier 2018 à 17:34

Hélas, trois fois hélas ! Oui la faune sauvage est magnifique mais il ne faut pas tomber dans l’anthropomorphisme. La faune sauvage est sans pitié et de plus vient empiéter à son corps défendant sur notre territoire qui s'amenuise. Quand vous avez vos cultures dévastées, que vous arrivez dans votre champ et que vous constatez que votre semis est retourné, piétiné...

https://www.youtube.com/watch?v=PFQSeblw9_k

C'est beau hein ? déclare le cameraman à son gosse. Oui c'est beau....

Robert Marchenoir

@ Ellen | 28 janvier 2018 à 08:22
"Ça c'était il y a quelques milliers d'années avant notre ère. Nous ne sommes plus au temps des Homo sapiens à chasser le mammouth pour manger et ne vivons plus dans les grottes pour survivre. Vous trouvez tout ce qu'il faut pour faire des plats en sauce chez le boucher du coin."

Vous croyez ? Et la viande pour faire des plats en sauce, elle est arrivée comment, chez le boucher, à votre avis ? Ce sont des hommes qui ont abattu ces bêtes, et l'abattoir n'est pas plus mignon que la chasse. Au contraire. C'est grâce à la cruauté des hommes, que vous faites mine de réprouver, que vous mangez de bons petits plats en sauce.

Seulement, cela ne se passe pas sous vos yeux, donc vous pouvez vous payer le luxe de la gastronomie, tout en affectant une posture de supériorité morale.

La chasse n'a rien de plus cruel que la nature. Les bêtes en liberté sont poursuivies par des prédateurs, qui ne consultent certainement pas le code de la chasse avant d'égorger leurs victimes. Le chasseur ne fait que se substituer au prédateur, et en général il tue avec plus de clémence. La chasse ne fait pas disparaître les animaux, bien au contraire. Souvent, elle leur permet de survivre, en limitant leur prolifération. En tout état de cause, les quantités sont réglementées.

Je vous signale également que le poisson n'est pas carré et qu'il ne saute pas hors de l'eau tout pané. Il faut au préalable le pêcher, et il meurt dans d'atroces souffrances, à en juger par la façon dont il se débat. Là encore, ce sont des hommes, et non des femmes, qui se livrent à ce travail. Commencez donc par leur dire merci, avant de tenir des discours irréfléchis de citadin travaillant dans un bureau et déconnecté de la réalité du monde.

Ellen

@ sylvain | 28 janvier 2018 à 11:54

Un beau jour d'automne je suis allée me promener dans la forêt et quand j'ai aperçu les biches et les cerfs fiers et tête haute je me suis demandé comment est-ce possible de les chasser et les tuer. Sans eux, les forêts n'auraient aucun charme ni vie pour contempler ce que la nature nous offre de beau.

Les magasins sont remplis de viande domestique de toutes sortes et de nourriture en abondance. Nous n'avons donc pas besoin d'aller chasser les animaux qui appartiennent à la faune sauvage.

Votre petit compliment est très mignon.

sylvain

Ellen fait du racisme animalier, de la discrimination animalière : les cerfs et biches sont beaux et devraient être épargnés, alors que veaux vaches cochons couvées peuvent se faire génocider à la chaîne ; ne sont-ils pas aussi beaux que les cerfs et les biches ? Pourquoi ne pourraient-ils pas eux aussi bénéficier du regard langoureux des beaux yeux d'Ellen ?

Ellen

@ Robert Marchenoir | 27 janvier 2018 à 19:13
"Heureusement que ce sont les hommes qui allaient à la chasse pendant que les femmes faisaient la vaisselle ; sinon, nous ne serions pas là à deviser aimablement."

Ça c'était il y a quelques milliers d'années avant notre ère. Nous ne sommes plus au temps des Homo sapiens à chasser le mammouth pour manger et ne vivons plus dans les grottes pour survivre. Vous trouvez tout ce qu'il faut pour faire des plats en sauce chez le boucher du coin. Trouvez-vous juste de tuer des biches et des cerfs lors d'une chasse à courre et faire du pâté de cerf avec de si beaux et majestueux animaux ? Les magasins regorgent de nourritures de toutes sortes sans avoir besoin de tuer ce qui est beau. Une forêt sans animaux, c'est comme une planète sans arbres et sans les êtres humains.

Noblejoué

@ Robert Marchenoir @ Hélène
"Vous le faites exprès ? Les hommes, en français et dans le contexte, veut dire les hommes et les femmes. Le masculin l'emporte sur le féminin."

C'est dur, si on écrit les Hommes ainsi, avec majuscule, ça peut faire pompeux, et sans, cela prête à confusion.
Finalement, je préfère la pompe. Même si ça peut faire illogique "Les hommes sont capables de tout, par exemple de chasse à l'homme" puisque l'expression s'écrit sans majuscule.

Je pense que l’avantage des chasses à courre et autres corridas est de permettre une sortie artistique de l’agressivité humaine, une purgation.
Et que c'est bon pour le milieu, pour faire des chasses à courre, il faut de l'espace non bétonné, pour élever des taureaux de combat aussi.

Les écologistes me font pitié... Des défenseurs de forêt disent de ne pas envoyer de lettre, des mails, quand cela pollue d'autre manière, pas de vue globale.
Cependant, il est vrai que les animaux, enfin, les, il y a bien des différences selon les espèces, sont plus intelligents qu'on ne l'aurait cru, et que les arbres, ce n'est pas une plaisanterie, seraient capables d'attachement entre eux.

J'en conclus qu'il faut faire la part du feu, se servir des êtres pour nos besoins, y compris agressifs, mais en provoquant le moins de destruction possible.
Pour cela, il faut ne pas avoir besoin ou envie de tout consommer d'un coup, renouveler la ressource. Les écologistes devraient se rapprocher de la terre, comme chasseurs, paysans.

Les écologistes et les chasseurs et amateurs de corrida ont, amour ou horreur de voir donner la mort exceptés, mais ce ne sont que des goûts, les mêmes intérêts.
Il leur faudrait des rassembleurs, et non des diviseurs comme Brigitte Bardot.

Robert Marchenoir

@ Ellen | 27 janvier 2018 à 10:00
"Soyons justes, Brigitte Bardot n'a jamais dit qu'elle n'aimait pas les hommes. Elle vit avec son mari depuis presque vingt-cinq ans et tout va très bien."

Vous le faites exprès ? Les hommes, en français et dans le contexte, veut dire les hommes et les femmes. Le masculin l'emporte sur le féminin. Relisez l'interview en lien. Si ce n'est pas de la misanthropie radicale, je ne sais pas ce que c'est. C'est tellement frappant que Le Monde en a fait son sous-titre.

Par ailleurs, l'homme est supérieur aux animaux, la chasse à courre c'est très bien et la fourrure c'est très joli. Quant à l'existence du péché originel (et non de la "méchanceté naturelle" des hommes, qui ne veut pas dire grand'chose, car on pourrait aussi parler de leur bonté naturelle), elle est inscrite dans notre civilisation chrétienne ; de même que la supériorité de l'homme sur les animaux. Celui-ci leur doit compassion et protection ; en échange, il a le droit de les manger et de les mettre à son service. C'est ainsi que l'homme agit depuis que le monde est monde, est tout va pour le mieux pour les uns comme pour les autres.

Enfin le péché originel n'est pas contradictoire avec l'espérance, bien au contraire. Ni avec le caractère sacré de la vie humaine, contrairement à la vie animale.

Heureusement que ce sont les hommes qui allaient à la chasse pendant que les femmes faisaient la vaisselle ; sinon, nous ne serions pas là à deviser aimablement.

Ellen

@ Robert Marchenoir | 24 janvier 2018 à 16:28

Soyons justes, Brigitte Bardot n'a jamais dit qu'elle n'aimait pas les hommes. Elle vit avec son mari depuis presque vingt-cinq ans et tout va très bien. Dans sa récente interview, elle avait déclaré qu'elle n'aimait pas l'humain pour sa méchanceté envers les animaux. L'être humain est capable d'abandonner son chien, son chat attaché sentimentalement à ses maîtres alors qu'un chien n'abandonnera jamais son maître.

Combien d'animaux innocents ne demandant qu'à vivre ont été tués soit lors de la chasse à courre, un sport cruel et monstrueux pour le seul plaisir de passer quelques jours à éliminer les biches, les cerfs ; mais aussi la tuerie de masse des bébés phoques, des éléphants, des petites bêtes à fourrure prisées pour le plaisir de paraître et d'afficher sa richesse ridicule. Bardot a raison, l'humain est méchant par nature non seulement envers les animaux mais aussi envers ses semblables à deux pattes.

Wil

"Interrogé sur ma préférence entre Soeur Emmanuelle ou Emmanuelle Béart..."

Effectivement, ils sont "excellents" Marschall et Truchot, la preuve. Pfff. Quel niveau... Ca c'est du journalisme !

"Cette Secrétaire d'Etat chargée de promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes est médiatiquement célébrée. Tout ce qu'elle touche et décrète est marqué du sceau du progressisme qu'il convient d'afficher. Rien de ce qui est le féminin ne lui est étranger."

Voulez-vous dire d'avoir un gros c*l ou d'être c*nne M.Bilger ? Parce que c'est sûr, Marlène Schiappa possède ces deux "qualités".
Rhooo, ça va Mesdames, je vous adore, vous êtes la plus belle "chose" de l'Univers mais on peut rigoler un peu quand même !
(Ben oui Madame B., c'est bien moi. Hahaha !)
Vu ce que prennent les hommes dans la gu*ule en ce moment... une petite blague misogyne, ça fait du bien.

"Récemment un portrait lui a été consacré dans Le Figaro par Anne Fulda dont on sentait à chaque ligne l'envie qu'elle avait d'en dire du bien."

Anne Fulda, c'est bien la "journaleuse", "victime" de la société patriarcale dénoncée par les soi-disant féministes qui a couché avec Sarko (la pauvre...) entre Cécilia et Carla, qui donc se voyait déjà "Reine de France" et qui était donc tricarde dans la médiacratie depuis, jusqu'à ce que fort opportunément elle flaire le bon filon Macron et se refasse en écrivant un bouquin hagiographique sur le dernier héros médiatique en date avant l'élection ?
Une autre vraie héroïne du féminisme celle-là aussi.

Quant à Bardot, elle ne fait que dire tout haut ce que tout le monde sait mais n'ose dire ouvertement depuis les années 70 et qui a pourtant été le cas depuis que l'homme et la femme sont ce qu'ils sont et qui est que chaque sexe joue de ses atouts pour séduire l'autre à des fins personnelles.
J'ai connaissance d'un ancien élève du prestigieux cours Florent de Paris qui voyait des apprenties starlettes filles à papa sans talent (il n'y a quasiment que ça au Florent) se taper les profs qui n'en demandaient pas tant, en croyant que ça allait aider leur carrière.
On imagine de quoi elles sont capables pour un producteur mondialement connu.
Une assistante de Weinstein a déclaré qu'elles se mettaient à poil devant lui sans qu'il ne demande rien en lui disant qu'elles étaient prêtes à tout.
Ca n'excuse sûrement pas les agressions sexuelles que des femmes subissent mais ça prouve que Bardot a raison et que les femmes ne sont pas toujours les victimes d'un système qu'elles entretiennent souvent et qu'elle viennent facilement se faire passer pour victimes ensuite.
Qui peut penser que la plupart des starlettes télévisuelles sont là pour leurs qualités intellectuelles et professionnelles ? Soyons sérieux.

Achille

@ Tipaza | 26 janvier 2018 à 06:46

En fait, j’aurais pu écrire en parlant de l’effet Marchenoir « Il faut laisser l’effet se faire » mais je me suis dit que sur un blog qui réunit des gens aussi distingués (si l’on excepte quelques cas irrécupérables) l’allusion aurait été bien plus insidieuse.
Et vous avez sûrement remarqué que la perfidie n’est pas dans ma nature profonde...

Tipaza

@ Achille | 25 janvier 2018 à 07:50
« A la longue l'effet s'émousse un peu, mais il en reste encore quelques-uns à qui ça plaît... »

C’est volontaire ou involontaire ?
Sur un billet qui parle des femmes, volontaire ou pas, il fallait le faire !
Relisez-vous en prononçant à la Schiappa : "l’effet s’émousse"…!! Et que ça plaise c’est la moindre des choses.

Ne me dites pas que j’ai mauvais esprit, je ne fais que lire à voix haute ce que vous avez écrit du bout des doigts ;-)

Robert

Après cet excellent billet et tous ces commentaires, je dirai que, quoi qu'on pense de Brigitte Bardot, c'est au moins une femme qui a assumé son état de femme, fière de l'être, bien dans sa peau et n'ayant jamais craché sur la gent masculine.

C'est pour cela qu'elle reste une icône et un symbole de la féminité assumée et éclatante, même si l'âge, voire l’alcool à une période de sa vie, l'a décatie. En sus, elle a toujours fait preuve d'une intelligence pétillante.

Achille

Eh oui, sbriglia, on peut dire n’importe quoi, l’important est la façon dont on le dit.
Les contradictions, les obsessions, les salmigondis les plus délirants ça passe, tout est dans la conviction que l’on donne aux mots.
Les politiques comme les bateleurs de foire l’ont bien compris. Je suis sûr que c’est même une des premières choses que l’on apprend à l’Institut de la parole.
Rien de plus efficace pour convaincre, pour assurer le chaland que de marteler ses mots comme un forgeron s'échine sur son fer à cheval rougi au feu pour lui donner la forme voulue.

Alors du Poutine, on va encore s’en taper une bonne acuchonnée (comme disent les Lyonnais). En fait tout le temps que Marchenoir interviendra sur ce blog pour nous faire part de son acrimonie envers Poutine.
A la longue l'effet s'émousse un peu, mais il en reste encore quelques-uns à qui ça plaît...

Noblejoué

Les oppositions homme/femme, les vagins et les phallus, il y en a un peu marre, ou alors, que quelqu'un sorte le Kamasutra ou les mémoires de Casanova, qu'on s'amuse un peu !
Ou alors, pourquoi pas un super film, "Breakfast at Tiffany's", avec Audrey Hepburn, une actrice que j'aime beaucoup plus que notre "gloire" nationale, et une belle scène finale (pour l'apprécier, l'homme et la femme ont rompu, la femme pour prouver qu'elle est libre a mis son chat à la porte du taxi) et l'homme va chercher le pauvre matou quand...

https://www.youtube.com/watch?v=NfwzNHNDNGE

hameau dans les nuages

@ Catherine JACOB | 24 janvier 2018 à 17:50

Je me souviens des monômes et fanfare des beaux-arts passant rue de Seine quand j'étais gamin. Ils allaient brûler leurs chars sur les bords des quais. Nous étions sur le balcon avec mes parents et ceux-ci me faisaient rentrer alors que je n'en voyais pas la raison. Du 5ème étage cela ressemblait plus pour moi à une fusée sur son porte-char...
Là aussi Mai 68 a détruit l'extraordinaire convivialité et le "vivre ensemble" du quartier Latin. La Bentley côtoyait la charrette à bras du primeur et le 1er mai j'allais vendre mon muguet en patins à roulettes devant l'église Saint-Germain pour gagner quelques francs... Au marché de Buci, le clochard poussait son landau rempli de cartons et les rats se promenaient dans les tas de cageots attendant que les SITA arrivent.
Il y avait aussi l'orgue de barbarie qui me fascinait. J'étais là à regarder le carton plié et perforé se faire avaler au son de la musique et être recraché pour se ranger impeccablement.

Souvenirs...

Ellen

Le relève est assurée par la nouvelle génération. C'est vraiment mignon.

https://www.youtube.com/watch?v=xiToZn2PDgM

Noblejoué

@ semtob

Je ne sais pas si notre civilisation disparaît, et je ne vais pas m'amuser à me prononcer sur le fait qu'elle fasse ou non plus de ruines que d'autres, pour le oui, plus on a de pouvoir, plus on peut détruire, pour le non, ce pourrait être un problème de perspective.
Quoi qu'il en soit, on peut vivre dans les ruines, notamment, voyez, grâce à un champignon qu'on pourrait presque qualifier de magique :

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Le_champignon_de_la_fin_du_monde-9782359251364.html

Mary Preud'homme

"Monologues du vagin" : on imagine les réactions si un auteur masculin créait une pièce de théâtre nommée "Les monologues de ma b..." (Robert Marchenoir)

Pourtant ça existe, se reporter au roman de Paul Avignon : les Dialogues du Pénis, paru en 2002 et qui aurait d'ailleurs inspiré une pièce de théâtre intitulée : Monologues du pénis... Bien agiter avant de s'en servir ou quelque chose du genre !

duvent

@ Robert Marchenoir

J'ai beaucoup ri à la lecture de votre prose, mais je ne suis pas certaine que cela soit le but que vous poursuiviez...
Cependant, j'ai constaté que quelquefois l'homme ou la femme rient à l'évocation d'une catastrophe annoncée, aussi je suis vaguement inquiète.

Par ailleurs, vous avez ajouté les grands singes à votre catalogue et cela je ne peux le valider, il faut monsieur Marchenoir que vous regardiez au fond des yeux d'un gorille car il s'y trouve quelque chose d'étrange et de familier qui inspire et rappelle que l'humanité a rencontré en chemin quelque diabolique amuseur ou amuseuse, portant éventuellement un pussy hat ?? De cette information je ne suis pas certaine, dès lors elle est à prendre avec la plus grande circonspection... Pendant ce temps je vais écouter Dario Moreno, Brigitte Bardot...

Catherine JACOB

@ Robert Marchenoir | 24 janvier 2018 à 16:28
"On imagine des manifestants du parti viriliste défilant de Bastille à Nation avec des phallus géants sur la tête..."

Mais ça existe et il me semble que cela existe encore, il faudrait que je retrouve l'info. En tout cas, ça appartient aux rituels carnavalesques qui représentent une subversion des codes, une inversion des valeurs et s'expriment dans un langage de dérision et d’ambiguïté. On peut en inférer une dimension carnavalesque identique des monologues du vagin. Le problème c'est que le temps du carnaval ne saurait durer toute l'année.

sbriglia

"Brigitte Bardot partage, avec Vladimir Poutine, ce douteux privilège d'être adulée pour ce qu'elle n'est pas." (Robert Marchenoir)

Chapeau l'artiste !

Cela me fait penser à ces amusements du soir après dîner où il faut arriver à placer "J'ai coulé une bielle" dans une discussion sur le déterminisme chez Schopenhauer...

Bob, vous m'impressionnez !

Robert Marchenoir

Les travaux les plus soignés exigent la pose d'une troisième couche. La maison ne reculant devant aucun sacrifice pour satisfaire ses clients, on remarquera donc que Brigitte Bardot partage, avec Vladimir Poutine, ce douteux privilège d'être adulée pour ce qu'elle n'est pas.

Des gens qui se flattent d'être conservateurs croient discerner en Poutine un défenseur des valeurs chrétiennes, alors qu'il a assassiné 300 de ses compatriotes en faisant exploser leurs immeubles pendant leur sommeil, dans le but de se faire élire en attribuant ces attentats aux Tchétchènes.

Par quelque bout qu'on le prenne, cet acte s'inspire plus des valeurs nazies ou musulmanes que des valeurs chrétiennes. Mais ça ne fait rien : Poutine se montre à l'église, donc les neuneus de droite pensent que Poutine est chrétien.

Des gens qui se flattent d'être réactionnaires (souvent les mêmes que les précédents, d'ailleurs) croient reconnaître en Brigitte Bardot un défenseur de la civilisation française traditionnelle, sous prétexte qu'elle avait un décolleté intéressant dans les années cinquante, et qu'elle a été condamnée plus récemment pour "racisme".

Il n'y a rien de mal à avoir la nostalgie de sa jeunesse, à condition de ne pas en faire une philosophie. On a parfaitement le droit d'avoir un souvenir ému des films de Brigitte Bardot, pourvu que l'on n'oublie pas qu'elle vomit, depuis des décennies, cette partie de sa vie. Si vous ne l'avez pas entendue cracher sa haine du cinéma et des gens qui peuplent ce milieu, c'est que vous êtes davantage intéressé par une figurine imaginaire, forgée pour vos besoins, que par la femme nommée Brigitte Bardot.

De même, il faut être singulièrement inconséquent pour faire, de la recluse de Saint-Tropez, une icône de la "vraie droite". L'interview signalée par Philippe Bilger, à l'instar de ses actions et d'innombrables déclarations précédentes, montre assez que Brigitte Bardot est une misanthrope radicale, qui aime davantage les animaux que les hommes.

C'est un trait de caractère bien compréhensible, et fort banal. Ce genre de personnalité est en général l'objet de commisération. Curieusement, dans le cas de Brigitte Bardot, c'est l'admiration qui l'emporte.

C'est d'autant plus absurde lorsque ses admirateurs se réclament du conservatisme. Mettre le bien-être des animaux au-dessus de celui des hommes, c'est justement l'apanage des modernes, des gauchistes décérébrés, des "bobos" que les bardotistes tendance Front national font profession de mépriser.

Ce sont des extrémistes de gauche déconnectés de toute réalité, négateurs de la nature humaine, ignorants de ce qu'est la civilisation, anti-chrétiens au possible, qui prônent le "véganisme", qui se livrent au terrorisme pour lutter contre la fourrure ou la chasse à courre, et qui vont jusqu'à réclamer, pour les bêtes, un statut juridique semblable à celui de l'homme. Les droits de l'homme pour les animaux, voilà qui témoigne de la folie de notre époque. (Attention ! les droits de l'homme pour les grands singes, pas pour les araignées...)

Indépendamment de toute orientation politique, il devrait être évident qu'une femme qui professe une telle haine pour l'humanité ne peut faire figure de parangon de sagesse, et encore moins de guide politique. On ne peut pas prétendre fournir de bonnes règles de vie en commun lorsqu'on vomit en bloc l'espèce humaine.

Le drame de Brigitte Bardot, c'est d'avoir été adulée toute sa vie pour de mauvaises raisons. Du temps de sa jeunesse, pour un personnage qui n'était pas le sien et qu'elle haïssait. Aujourd'hui, pour son passé qu'elle renie, et pour des valeurs qui ne sont pas les siennes. Ultime vengeance du cinéma et de ses faux-semblants.

***

P.S.: "Monologues du vagin" : on imagine les réactions si un auteur masculin créait une pièce de théâtre nommée "Les monologues de ma b...". De même, les féministes américaines défilent en portant des "pussy hats" de couleur rose, censés représenter des sexes féminins (ce qui prouve que ces dames n'ont pas encore découvert l'usage du miroir). On imagine des manifestants du parti viriliste défilant de Bastille à Nation avec des phallus géants sur la tête...

Comme quoi, lorsque les féministes décident de prouver le bien-fondé des pires stéréotypes "sexistes" (sois belle et tais-toi), elles ne font pas les choses à moitié.

sbriglia@Marc G.

https://www.youtube.com/watch?v=hL1HjSBth_k

Pour Marc G. qui aurait rêvé de voir l'allaitement du petit chat sur la photo.
Trop tard, BB l'avait nourri avant...

PS : bedonnant, vous avez dit bedonnant... sur les photos vous êtes encore présentable, cher Marc... le socialisme ne produit pas que du gras...

Noblejoué

Je ne sais comment, et la flemme de chercher, on s'est mis à parler des "Monologues du vagin", pièce intéressante.
Pourquoi me donner la peine d'en parler ? On pourrait dire que je fais trop long, et puis, c'est idiot, quelqu'un a déjà tout fait, avec extraits voire texte complet, enfin, il me semblait que c'était plus long, mais je l'ai lu il y a longtemps :

http://doucettement.over-blog.com/article-les-monologues-du-vagin-d-eve-ensler-74480777.html

Claude Luçon


@ Robert Marchenoir | 23 janvier 2018 à 23:39
Et je confirme : si Brigitte Bardot n'avait pas fait fantasmer des millions d'hommes en son temps (rôle qu'elle récuse aujourd'hui), jamais elle ne donnerait lieu aux commentaires délirants que je lis ici

Ben oui ! Il n'est pas interdit de fantasmer ! Du moins pas encore.
Marilyn Monroe aussi, Marlene Dietrich de même, en remontant plus loin, Cléopâtre chez les Romains et Hélène chez les Troyens. Eve, hélas, n'avait qu'un seul homme à qui donner des fantasmes.
Quelle découverte !
Je plaisantais avant mais vais finir par croire que vous êtes vraiment une femme en quête de célébrité !
Au passage votre Poutine lui, fait fantasmer les femmes russes, vous l'aviez oublié dans votre texte du jour.

@ Robert Marchenoir | 23 janvier 2018 à 17:58
"Mais vous avouerez que le culte de Brigitte Bardot, à droite, est farci de mauvaise foi de tous les côtés. Voilà des gens qui passent leur temps à déplorer l'esprit de Mai-68, et qui portent au pinacle celle qui fut le symbole de son principal pilier : la libération sexuelle."

BB est née en 1934 elle avait 34 ans en 1968 et s'était libérée depuis bien longtemps avec Françoise Sagan et quelques autres.
En 1968 Charles de Gaulle était visé, et le principal pilier, Dany Cohn-Bendit, n'était pas très ragoûtant, il ne l'est toujours pas.
1968 fut la révolte des fainéants pas la libération de la femme, la preuve la campagne actuelle et le meeting du 7 mars prochain.

Achille

L’interprétation des « Monologues du vagin » par deux ex-ministres et la secrétaire d'Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes peut s’avérer intéressante, d’autant que ce sera l’occasion pour elles d’apporter une part de leur vécu dans le monde de la politique qui fourmille d’anecdotes sexistes plus ou moins graveleuses.

Reste à savoir si elles auront beaucoup de succès vu que depuis plus de deux mois tout a déjà été dit et redit et que le rabâchage quand il se transforme en propagande finit toujours par être contre-productif.

Le temps des paroles est maintenant terminé, reste maintenant à prendre les mesures appropriées.

Marc GHINSBERG

Quand Bardot dégrafait son corsage…

Quel adolescent des années soixante n’a pas rêvé devant le sublime décolleté de B.B. ou devant sa vertigineuse chute de reins. Lequel d’entre eux n’a pas quelques années plus tard frémit en l’attendant susurrer aux oreilles de Serge Gainsbourg : « Tu vas et tu viens entre mes reins… ».
Ces adolescents d’antan devenus chauves et bedonnants se font aujourd’hui traiter de connards par la belle dame, car s’ils la croisent, dit-elle, ils lui demanderont un selfie.
Décidément c’était mieux avant, quand Bardot dégrafait son corsage...

duvent

@ Savonarole | 23 janvier 2018 à 21:53
"Mais d'où tu sors ploucaillon aigri pour venir ici nous importuner ?

"Les gens de bien attirent toujours la haine de ceux qui ne leur arrivent pas à la cheville. "
Rédigé par : Xavier NEBOUT | 23 janvier 2018 à 19:07"

Mais pourquoi donc Savonarole ne trouve pas mieux comme argument qu'une interrogation désobligeante ?
Et comment se fait-il qu'il s'étonne d'être importuné ici ?
Qu'y-a-t-il de si pénible à la lecture de Nebout, qui torture Savonarole ?

@ Robert Marchenoir | 23 janvier 2018 à 17:58
"Mais vous avouerez que le culte de Brigitte Bardot, à droite, est farci de mauvaise foi de tous les côtés. Voilà des gens qui passent leur temps à déplorer l'esprit de Mai-68, et qui portent au pinacle celle qui fut le symbole de son principal pilier : la libération sexuelle."

Alors là, oui ! Oui ! J'avoue et j'ajoute que j'avoue parce que vous avez raison.

@ GLW | 24 janvier 2018 à 09:20
"Et le résultat le plus comique de toute cette agitation vagino-schiapparesque c'est que maintenant toute femme qui n'aura pas sa petite histoire de harcèlement à raconter au cours d'une démonstration Tupperware passera soit pour une "petite cochonne", parce qu'au fond elle aime tellement ça, soit pour un "boudin", parce que son physique ne provoque aucun réflexe animalier chez l'homme."

Qu'est-ce que Tupperware vient faire ici ?
Et votre alternative "petite cochonne", "boudin", est-ce que par hasard vous seriez charcutier de votre état ?

Les autres, je veux dire les autres femmes, on les range où ?

Par ailleurs ce que vous appelez "réflexe animalier" me conduit à penser que dorénavant et à partir d'aujourd'hui, je tâcherai de considérer ce "réflexe" avec plus d'attention, et même, je tenterai de me trouver une sorte de "réflexe" pour l'examiner attentivement si cela se présente (rien n'est moins sûr !)...

Aliocha

Ce serait d'ailleurs un bon moyen de lutter contre le grand remplacement...

Aliocha

Il est tellement dangereux de s'imiter, comme le soulignent les Semtob, que cela explique pourquoi nous mangeons de la viande et que les rivaux, en ces temps de dénégation généralisée, se refilent le mistigri de la prédation et retournent, offrant aux robots leur régression, aux époques d'avant les psaumes :

18 Si j'offre un sacrifice, tu n'en veux pas, tu n'acceptes pas d'holocauste.

19 Le sacrifice qui plaît à Dieu, c'est un esprit brisé ; tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé.

20 Accorde à Sion le bonheur, relève les murs de Jérusalem.

21 Alors tu accepteras de justes sacrifices, oblations et holocaustes ; alors on offrira des taureaux sur ton autel.
https://www.aelf.org/bible/Ps/50

Comme le suggérait Coluche, il faudrait savoir si, en Afrique, on veut sauver les crocodiles ou les Africains... Mais allez savoir, le dernier cri vegan sera peut-être bientôt des stilettos en cuir de nourrisson burkinabé, tellement avantageux à la courbe du pied quand Madame jouit.

genau

Ce que c'est que de ne pas être au courant des affaires de l'Etat.
Ce matin, partout, l'annonce des grandes réformes démarre, en profondeur. Y compris dans l'administration.
Même ici, au fond, l'essentiel est de fermer sa g...

sylvain

Pour la morale, la censure faite par nos médias est à sens unique.

Les femmes peuvent avoir des propos sexistes mais pas les hommes. Les noirs peuvent avoir des propos racistes sur les blancs mais pas l’inverse.

Ruquier est une force du bien, Zemmour la force du mal.

Exemple : le « mot race » est interdit depuis un décret de 2012. Le blanc ne peut pas dire "sale race, blanchette ou Blanche Neige" à un non blanc.

Mais le non blanc peut dire "enc... de ta race", "n... ta race" à un blanc, poésie gauchiste admise par la loi.

GLW

Et le résultat le plus comique de toute cette agitation vagino-schiapparesque c'est que maintenant toute femme qui n'aura pas sa petite histoire de harcèlement à raconter au cours d'une démonstration Tupperware passera soit pour une "petite cochonne", parce qu'au fond elle aime tellement ça, soit pour un "boudin", parce que son physique ne provoque aucun réflexe animalier chez l'homme.

Catherine JACOB

@ boureau | 23 janvier 2018 à 18:18
"Ca va être d'un chic !"

D'après 20 minutes-culture, la soirée exceptionnelle du 7 mars qui met en scène cette secrétaire ainsi que les deux ex-ministres Roselyne Bachelot et Myriam El Khomri, se déroule en marge d'un Festival Paroles Citoyennes dans les théâtres Antoine, Comédia et Bobino du 12 février au 20 mars.

"Il s'agit d'une pièce écrite par une dramaturge et féministe américaine, Eve Ensler (1953), à partir de témoignages de femmes. Elle a été créée à Broadway en 1996 et traduite dans une cinquantaine de langues.
Eve Ensler a aussi créé en 1998 un mouvement à propos des violences faites aux femmes. Une fois par an, des femmes se retrouvent pour dire ou lire ensemble des extraits de la pièce lors du V-Day (V comme vagin, victoire, violence). En France, Les Monologues du vagin sont joués depuis 2000 dans de nombreux théâtres."

Ce n'est bien évidemment ce mouvement qui est à mettre en cause, c'est son utilisation à des fins de promotion personnelle et son détournement.

sylvain

"Aujourd'hui, nous avons exactement ce que BB avait dit : islamisme, agressions, envahissement migratoire, égorgement d'animaux sans étourdissement. BB avait raison sur toute la ligne. A cause des MRAP, LICRA, Ligue des droits de l'homme, coupables du désastre que vit aujourd'hui la France."
Rédigé par : Ellen | 23 janvier 2018 à 22:47

"MRAP, LICRA, Ligue des droits de l'homme, coupables du désastre que vit aujourd'hui la France"... et qui de plus sont complices consentants de ces horreurs qu'ils ont encouragé à se multiplier par leurs appels aux délations antiracistes, leur soumission collaboration à cette idéologie répugnante qui date depuis "Touche pas à mon pote" des Harlem Désir et moult faux culs du showbiz bobo de gauche où soudainement les blancs de souche, les vrais Français étaient devenus les coupables officiels, les cibles de ces inquisiteurs avec les résultats qu'on connaît : racisme à sens unique, tribunaux engorgés de plaintes au moindre froncement de sourcil d’un blanc contre un noir ; ces procureurs gauchislamistes règnent en maître avec l’appui des juges d’extrême gauche du SM mur des cons, ce qui a eu un effet boomerang bénéfique pour le FN à 30% en France malgré la propagande odieuse du pouvoir lui aussi complice contre ce parti qui, seul, a le courage de dénoncer ces faits réels prouvés chiffrés et avérés.

On embastille de nos jours des écrivains comme Zemmour qui ne fait que dire et relater ces faits : les prisons sont pleines de... nos invités à l’insu de notre plein gré.

Achille

Evidemment Brigitte Bardot n’est pas une intellectuelle, tout le monde l’aura remarqué. Les fleurs de rhétorique elle ne connaît pas.
A dix-sept ans elle était déjà sur les planches et donc n’a pas vraiment eu le temps de se pencher sur les textes des grands auteurs.
La politique, la droite et surtout la gauche, c’est pas son truc. Même si elle a un peu trop fricoté avec le FN à mon goût.

BB est une femme qui va là où son instinct la porte, c’est sans doute pour cela qu’elle est devenue une grande actrice, n’en déplaise à ceux qui la réduisent à « une ravissante idiote ».
Bien avant le grand mouvement libératoire de Mai 68, elle a été une des pionnières de l’émancipation de la femme, avec Marilyn Monroe, autre sex-symbol des années 50-60 qui avait le don de sortir des formules pleines de finesse malgré son air de (fausse) gourdasse.

BB n’a pas été une bonne mère, c’est vrai. Mais comment pouvait-elle se construire une vie familiale apaisée, emportée par l’adulation quasi-hystérique d'un public qui la dépassait et même l’effrayait.

Libération de la femme sans voir dans l’homme un prédateur sexuel, défense de la cause animale malgré les quolibets et les rires gras des crétins. Combien de femmes - philosophes, politiques - bien plus « intelligentes » qu’elle, peuvent se vanter d'une telle influence dans notre société ?

sbriglia

Merci à BB : sa descente de reins fait sortir les vieux renards du bois...

Oursivi est de retour, pour notre grand bonheur...

Entre Savo, Marchenoir et lui, les dépressifs chroniques, les islamo-hystériques et les Monsieur Jourdain n'ont qu'à bien se tenir...

On n’a pas fini de se tenir les côtes...

vamonos

Il revient à ma mémoire une anecdote sur Sacha Distel à l'époque où il était un jeune chanteur encore protégé par Ray Ventura et son orchestre.

Dans une salle de spectacle, il commença son tour de chant tandis que, près du comptoir de la buvette, une bande de joyeux drilles entonnait le refrain bien connu : "Il est cocu le chef de gare".

Il faut préciser que Sacha et Brigitte avaient rompu quelques semaines auparavant.

Entre deux chansons, l'orchestre fit silence, ainsi que le public et même la petite bande d'insolents. Sacha Distel prit le micro et fit une brève allocution : "Les restes, je les laisse aux autres."

Sacha n'est plus là, notre BB nationale si ! Elle les enterrera tous.

Tout est bien qui finit (continue) bien.

Olivier Durand

Excellent commentaire des Semtob — bravo et merci.

Savo en grande forme aussi — mais le pauvre Xavier mérite-t-il une telle charge ?

Peut-être que ni Marlène ni Brigitte ne méritent - non plus - autant d’attention aujourd’hui.

Pour parler intelligemment féminisme, à défaut de mesdames Jacqueline de Romilly, Simone de Beauvoir et Simone Veil, nous avons encore Elisabeth Badinter par exemple.

Quant à la cause animale, même s’il convient de se méfier des personnes qui se tournent vers les animaux par dégoût de l’humanité, il s’agit d’une noble cause. Nous allons vivre des décennies intéressantes, qui verront l’Homme reprendre sa place dans le règne du vivant en reconnaissant que partout celui-là présente de la capacité d’apprentissage donc de l’intelligence et que les animaux ressentent non seulement souffrance mais aussi émotions et qu’il convient de nous comporter en conséquence.

Je suis notamment impatient du jour où les grands singes, les mammifères marins et les éléphants se verront accorder la personnalité juridique.

Love

Mary Preud'homme

Un mélange d'artifices et de juvénilité, telle fut la BB des années 60/70. Une image sur papier glacé reproduite sur des millions de posters figurant dans d'innombrables chambres d'hommes esseulés en manque de sexe ou dans les effets de troufions en garnison ou expatriés.

Or qui était vraiment cette femme apparemment adulée par des mâles de tous âges, origines et conditions, mais en réalité si mal aimée par ses compagnons successifs et incapable de se fixer et de se sentir la moindre fibre maternelle ? Et quittant prématurément la scène pour s'investir dans un combat pour la condition animale. Non sans succès ni mérite et constance d'ailleurs, eu égard aux oppositions et quolibets qu'elle dut affronter depuis.

En tout cas une femme dont on ne peut nier le franc-parler, le courage, la franchise et une insolence qui a souvent fait mouche tant elle était (et demeure) la plupart du temps manifestée fort à propos.

Lucile

@ Savonarole

Voici ma source, trouvée sur Internet, en tapant "Brigitte Bardot, âne, castration" : un article court mais dense du Los Angeles Times (plus chic que VSD). J'ai également appris en le lisant que Brigitte Bardot, trouvant l'intérêt amoureux de Charly pour Duchesse "excessif", avait chargé le jardinier de calmer définitivement la fougue de ce malheureux animal. Maintenant j'apprends par Robert Marchenoir qu'elle dort avec une chèvre. Je me demande s'il faut plaindre la chèvre.

http://articles.latimes.com/1989-12-04/news/vw-298_1_brigitte-bardot

Oursivi

"Il faut l'être, pour fourrer une chèvre dans son lit"
(Robert Marchenoir)

Sacré Robert, on imagine vos extravagances, dans l’étable, sur la table, sur le râble, partout trouvez les chèvres adorables, sauf au lit. Quel missionnaire ce Robert.

AO

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS