« Un peu trop pour Laurent Gerra ? | Accueil | Trump menace, Macron embrasse ! »

08 janvier 2018

Commentaires

vert

Oubli à réparer : cette interview de Villiers pour #balancetonaéroport vaut mieux que mille verbiages infra, à siroter sans chipoter, c'est chez #ruthàbagou :
https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/ruh-elkrief-recoit-philippe-de-villiers-1022511.html

Sur la position du vicomte Philou en faveur des abeilles, hommage doit être rendu au regretté ancien député et vétérinaire Joël Sarlot, récemment disparu (obsèques le 15 décembre).

sylvain

Dégagez, y a plus rien à voir dans la ZAD !

Les gauchistes ont gagné, le pouvoir c... molles recule et baisse son froc pour la ixième fois ; Vinci va même perdre son contrat et un dernier sondage nous oblige à gober cette dernière farce ubuesque : les anti-aéroport sont devenus majoritaires.

Trump aurait pu rajouter la France comme "pays de merde" !

J. Marques

@ Mary Preud'homme

Sainte Mary si parfaite priez pour nous.
Cela dit maintenant et sans taquinerie, pour la ZAD et ses occupants que préconisez-vous car ils ont clairement annoncé leur refus de quitter les lieux. Ils se sont armés et retranchés.

Mary Preud'homme

@ J. Marques | 11 janvier 2018 à 12:58

Quand vous grillez un feu orange, chevauchez la ligne continue pour dépasser un tracteur qui roule à 25 à l'heure, ou signez à la place du responsable absent un dossier d'importance, vous êtes aussi dans l'illégalité.
Il peut même arriver de transgresser une consigne tatillonne pour faire avancer une cause ou sauver une vie.
Jurez-moi que vous ne l'avez jamais fait. Moi si.
Et pour l'affaire du rapport tapé en 1997, s'il n'y a prescription, dénoncez-moi si ça vous chante... A 75 piges je n'ai jamais fait de taule et cela manque à mon panel d'expériences !

J. Marques

@ Mary Preud'homme
"Chacun son métier dès lors que nous ne sommes pas dans une situation de guerre civile."

Personnellement je pense que nous sommes dans une situation de guerre civile avec ces ultragauchistes.
Il suffit d'écouter les gens de la ZAD ou de considérer les préparatifs qu'ils ont faits en vue de leur délogement.

Pour ce qui est de votre cousin anciennement des RG c'est totalement illégal sauf à être vous-même membre de ce service ou policière.
Un habilitation n'est valable que pour le service pour lequel elle a été délivrée. Ensuite il faut la réactualiser.
Mais libre à vous d'interpréter les textes réglementaires.
Je me moque totalement de ce que vous avez bien pu faire.
On ne va pas passer son temps à savoir qui a la plus grosse habilitation pour soi-même ou dans son entourage.

La question était l'emploi de la force face aux zadistes et autres Black Blocs.

hameau dans les nuages

@ centurion | 11 janvier 2018 à 05:35:
"Et le bon peuple applaudira devant tant de succès..."

Je l'espère mais vous ne connaissez pas l'esprit tordu de ces gens-là et la versatilité du bon peuple. J'ai assisté à pas mal de manifs (je dis bien assisté en l’occurrence, pas acteur) avec parfois des scènes effrayantes comme celle de cette jeune fille en fauteuil roulant qui était d'accord pour être projetée au sol par des co-manifestants au moment de la charge des CRS, le tout suivi bien sûr par les sempiternels "CRSSS" et autres gentillesses.

J'en ai un au village qui arbore sur sa voiture l'autocollant "Non à Notre-Dame-des-Landes". Un bon gars que je taquine gentiment sur ses contradictions. A près de 50 ans il n'en fout pas une rame, vivant comme le coucou sur le dos de sa femme puis de sa compagne fonctionnaires, à moins qu'il soit déjà rentier, "exploitant", c'est vraiment le principe, le miel fruit du labeur des abeilles que l'on vole en le remplaçant par du glucose, quelques ruches qu'il va voir en vélo couché (pour lui les voitures devraient rouler à 60). Ses gosses officiels ou d'adoption sont tous plus ou moins blonds mais il distribue la prose Mélenchon qui les exècre. Une caricature nourrie au biberon de l'humanisme utopique. Ce serait dommage qu'il se prenne un pain sur place...

En tout cas moi visage pâle faire beaucoup de bois car bientôt hiver très rude.

Jabiru

@ Trekker 10 janvier 2018 23:

Je viens de lire votre post et je pense qu'il y a confusion.
Quand j'évoque les spécialistes en chef, je vise les autorités de l'Etat et non les contributeurs de ce blog. La prochaine fois je serai plus clair. Merci pour votre remarque qui me permet de lever toute ambiguïté.
Cordialement à vous.

centurion

Tout ça c'est de la com. On fait peur au bon peuple en lui disant que reconquérir la ZAD c'est effrayant, il y a des miradors, des chevaux de frise. Certes mais E. Philippe a laissé entendre qu'il choisirait l'option d'agrandissement de l'aéroport existant. Donc actuellement des discussions sont menées avec les occupants de la ZAD pour les convaincre d'aller jouer ailleurs. Il restera un minuscule carré d'irréductibles qui se feront balayer rapidement et par surprise. Et le bon peuple applaudira devant tant de succès...

Trekker

@ Jabiru | 10 janvier 2018 à 09:14
"Avant de déclencher les foudres pour dégager la ZAD, nos spécialistes en chef devraient relire dans "L'art de la guerre" les précieux conseils du Maître Sun Tzu. D'abord la ruse avant la force."

Désolé si vous n’avez pas compris que mes propos en réponse à bruno et J. Marques n’étaient que boutades !...

Franck Boizard

A propos des fadaises de Graeme Allwright

Je n’adhère évidemment pas aux niaiseries anti-militaristes des gauchistes.

Individuellement, c’est parfois intelligent de désobéir. Mais collectivement ? Quand elles piquent, les abeilles meurent. Individuellement, c’est idiot. Mais si elles ne piquaient pas, il n’y aurait plus d’abeilles.

Si tous les soldats désobéissent à leur gré, la guerre est perdue, le pays envahi et la liberté perdue.

La légitimité de la désobéissance est une question de niveau, de motif et de moyens.

Les mutineries de 1917 sont un excellent exemple : les mutineries russes furent une catastrophe pour le pays, les mutineries françaises permirent une remise en cause de méthodes inefficaces (malgré de grandes améliorations par rapport à 1914).

Les différences ? Elles sont nombreuses, mais il y en a deux principales :

1) Le mouvement fut plus étendu en Russie et les troupes se sont débandées.

2) Les Français ne se sont pas débandés. Les mutineries ont été des refus de monter en ligne ou de monter à l’assaut, mais il n’y a pas eu d’abandon de poste à l’ennemi, de tranchées vides. Même si le commandement français n’est pas irréprochable, au final les mutins ont été écoutés, puisque Pétain, c’est-à-dire celui qui préconisait d’autres méthodes et voyait des causes militaires à ces mutineries et non des causes politiques, a été nommé commandant en chef.

Notons d’ailleurs que les politiques ont une grande responsabilité dans la désastreuse offensive Nivelle : alors qu’un conseil restreint (3 avril, jour de l’entrée en guerre des Etats-Unis) décide (du bout des lèvres) de sursoir à l’offensive Nivelle, les plus belliqueux arrivent à retourner la décision par des manœuvres de couloir.

Mary Preud'homme (the right man at the right place)

Eh bien oui Monsieur Marques pour ce qui est des documents classés CD, j'avais une habilitation, notamment lorsque j'ai travaillé pour Cogema.
Mais on peut tout aussi bien taper un rapport pour un homme politique dont on est l'assistante, un mari médecin, un frère magistrat, un cousin fonctionnaire des RG (sans avoir besoin d'une habilitation) tout en respectant scrupuleusement l'obligation de réserve ou le secret professionnel. On peut aussi recevoir certaines confidences d'un fils ou d'une fille exerçant une profession dans un secteur stratégique ou sensible, sans pour autant aller les claironner partout !

Laissez par ailleurs les légionnaires, parachutistes, marins et aviateurs à leurs affaires et ne renversez pas les rôles. Chacun son métier dès lors que nous ne sommes pas dans une situation de guerre civile. Je répète que les paras n'ont pas leur place dans des dispositifs de maintien de l'ordre ou de lutte anti-émeute, pas plus que les policiers ou gendarmes n'ont leur place dans les écoles pour rétablir l'autorité. Chacun son métier. C'est clair ?

J'ajoute que ce n'est pas moi mais vous qui avez mis le doigt dans l'engrenage de la critique gratuite et pour vous en sortir tentez coup sur coup une volte-face ridicule !

Sergio Carioca

Ah, les ZAD c'est un vaste problème...

Et ce n'est pas parce qu'un problème existe qu'une (moins encore des) solution(s) existe(nt).

Tiens, v'là qu'j'écris style-genre inclusif ! C'est vrai que ce n'est pas très lisible.

J. Marques

@ Mary Preud'homme

Vous tapez des rapport CD à la place de leur auteurs ?
A moins d'être vous-même CD, c'est très grave.
Rassurez-vous j'étais moi-même habilité SD si ça peut vous rassurer.

Mais plus sérieusement, où avez-vous lu que les CRS et la GN étaient inefficaces et incapables ?
Après 32 ans dans la police je suis assez au fait pour connaître leur valeur.

Je vous le répète relisez mes phrases. En aucune part je ne mets en cause le professionnalisme et la compétence des GN et des PN.
Mais peut-être mettez-vous en cause le professionnalisme des para ou des légionnaires ? Je n'ose le croire.
Je sais je vous titille un peu mais c'est de bonne guerre

Vous ne m'avez pas compris c'est tout.
Relaxez-vous, il n'y a pas de quoi s'agacer.

Jabiru

@Exilé 10 janvier 2018 12:58

On va voir si E.Macron va réussir dans cette galère à être un bon général.

Mary Preud'homme

@ J. Marques

Eh bien moi contrairement à vous, je ne suis ni policière, ni ex-policière et lorsque j'exprime mon ressenti sur un sujet de société, je ne vais pas consulter mes proches, qu'ils soient magistrats, militaires, policiers, médecins ou enseignants. Ce qui serait insupportable surtout pour eux. D'autant que secret professionnel oblige, je perdrais mon temps à les interroger sur des sujets sensibles ou qui requièrent une parfaite discrétion.

Néanmoins, je baigne depuis des années dans un milieu suffisamment au fait de toutes ces questions pour donner mon avis - il m'est même arrivé de taper des rapports confidentiels pour certains - sans pour autant avoir la prétention de me substituer à des "professionnels" (médecins, policiers, magistrats), ou divulguer à tout-va des secrets que j'aurais eu à connaître dans l'un de mes ex-métiers (où la confidentialité était de règle).

Mais reconnaissez que votre propos de ressortir les paras (j'en ai aussi dans ma famille) et les légionnaires pour faire le boulot des CRS et gendarmes mobiles (considérés comme inefficaces et incapables de réduire une meute de voyous) ait de quoi agacer.

Exilé

@Jabiru
"Avant de déclencher les foudres pour dégager la ZAD, nos spécialistes en chef devraient relire dans "L'art de la guerre" les précieux conseils du Maître Sun Tzu. D'abord la ruse avant la force."

Il est effectivement dommage que la doctrine militaire de Sun Tzu ne soit plus étudiée, à part par quelques stratèges en mercatique.
Et rappelons que pour Sun Tzu, le plus grand général est celui qui parvient à emporter la victoire sans avoir à combattre...

J. Marques

@ Mary Preud'homme
"Ce ne sont pas les policiers ou les gendarmes qui ont la pétoche et laissent la racaille terroriser la population, casser et imposer partout leur loi."

Chère Madame, où ai-je dit une seule fois que policiers et gendarmes avaient peur ?
Je pense tout le contraire. N'essayez pas de deviner du sens caché là où il n'y en a pas. Je n'ai pas l'habitude de parler par sous-entendus.

J'ai écrit Légion ou para car ce sont des troupes de choc et qui pourraient travailler parfaitement en coopération avec nos forces de l'ordre.

Envoyer l'armée suppose un cadre juridique autre et peut être plus adapté face à des gens qui sont en GUERRE contre notre société.

Les gouvernements via les préfets de zone et départementaux envoient trop souvent nos forces de l'ordre au casse-pipe tout en les corsetant juridiquement et administrativement, que cela soit face aux zadistes ou dans nos rues face aux Black Blocs.

Vous demanderez à votre fils, commissaire si je me souviens bien ce que vous avez expliqué, de vous rappeler le système d'action des corps constitués dans le maintien de l'ordre que ce soit PN ou GN. Il doit être au fait de cela, certainement bien plus que moi qui ai quitté la maison.

Nous verrons bien la méthode Macron. La méthode Sarkozy a fait pschitt, le Kärcher a dû s'enrayer, et la méthode Hollande... là il n'y en avait pas si ce n'est de baisser la culotte.
La balle est dans le camp du pouvoir.

Jabiru

Avant de déclencher les foudres pour dégager la ZAD, nos spécialistes en chef devraient relire dans "L'art de la guerre" les précieux conseils du Maître Sun Tzu. D'abord la ruse avant la force.
D'après ce que j'ai lu dans les gazettes, José Bové et Nicolas Hulot seraient conviés à la manœuvre pour les préliminaires avant l'éventuel affrontement. Affaire à suivre car il en va de l'autorité de l'Etat qui ne peut se permettre de perdre la face.
Dix casqués bottés par zadiste ça devrait quand même le faire !

Aliocha

Il est des jardins plus difficiles à retourner que d'autres, on attend la défense du Reader's digest face à l'aigle de Martigues.

semtob

Cher Philippe,

Merci beaucoup aux commentateurs qui nous ont apporté la référence de la chanson.
Nous avions confondu avec l'auteur de Suzanne, chanson que nous chantonnons souvent.
Merci aussi pour la grande variété de vos thèmes.
françoise et karell Semtob

Robert Marchenoir

@ genau | 09 janvier 2018 à 19:56

Tout d'abord, soyons clairs : le Reader's Digest est un excellent journal. Ou était, car je suppose qu'il n'existe plus depuis longtemps. S'il existait en version française, et s'il expliquait en termes simples, selon sa formule éprouvée, en quoi consiste réellement le Coran , vous n'auriez pas lieu de vous plaindre que les Français ne le lisent pas.

"Ça va ? On peut continuer ?"

Non. Votre explication est trop courte. Je serais curieux de savoir où vous distinguez le moindre excès dans mon interpellation. Elle fait référence à un tropisme omniprésent de l'idéologie française, qui est la haine du commerce, des grandes surfaces, de la consommation et des Etats-Unis. C'est là qu'il y a, non seulement un excès constant, mais une erreur et une malhonnêteté. Les remettre en cause ne constitue pas un excès, pas plus que, disons, condamner le cannibalisme ne constitue un excès. C'est le cannibalisme qui est excessif -- pour dire le moins. Pas sa dénonciation.

Je ne vois toujours pas le rapport entre "une population qui ferait tout pour préserver la sacro-sainte consommation" et ceux qui voudraient "comprendre notre monde, notamment en lisant le Coran, au moins superficiellement, de façon à envisager une autre forme de pensée que la leur propre".

Je ne comprends pas en quoi les premiers sacrifieraient les seconds. Je ne comprends pas ce que veut dire préserver la consommation. Vous voulez dire : vous voudriez aggraver la pauvreté ? Vous sous-entendez que ceux qui seraient pour la "consommation" seraient aussi pour l'islamisation. Et que ceux qui seraient contre la "consommation" seraient opposés à l'islamisation. Je me demande bien sur quoi vous vous appuyez pour dire une chose pareille.

Au demeurant, si l'on voit assez bien ce qu'est l'islamisation, si l'on distingue assez bien ceux qui sont contre, ceux qui sont pour et ceux qui s'en moquent, il conviendrait avant toute chose de définir ce nébuleux concept de consommation (surtout si elle est "sacro-sainte"), ce que signifierait le fait d'être pour ou contre, et qui exactement serait pour ou contre la consommation.

Voilà quel était l'objet de mon interpellation, et pour l'instant, au vu de votre réponse, je ne suis toujours pas plus avancé.

Concernant le Coran, j'aimerais bien savoir où vous auriez vu que je m'estimais "au-dessus de ceux qui font l'effort de comprendre, de traduire, de rechercher plusieurs traductions du texte original".

Si vous entendez par là des membres du grand public qui se donnent la peine d'explorer directement le texte (vous, peut-être ?), je ne critique évidemment pas ceux qui le font. Je critique ceux qui critiquent ceux qui ne le font pas -- ce qui est complètement différent.

Si vous entendez par là les savants qui étudient, traduisent et commentent le Coran, je vous ai dit au contraire que je m'appuyais sur eux pour acquérir ma propre connaissance, et que cet intermédiaire me paraissait indispensable.

Ce que je critique, c'est ce slogan répandu partout selon lequel Alain Juppé serait condamnable parce qu'il n'a pas lu le Coran (lui ou un autre, peu importe). Il est condamnable parce qu'il est islamo-complaisant, pas parce qu'il n'a pas lu le Coran.

Vous dites que "je pose comme principe que le lire ne permet pas de le comprendre, ce qui n'est pas très gentil pour le public en général". Je ne le pose pas comme principe. J'en fais état comme d'une constatation, et cette constatation, ce sont évidemment les exégètes sur lesquels je m'appuie qui l'ont faite -- ce en quoi je leur fais confiance.

Je ne vois d'ailleurs pas très bien ce que la gentillesse vient faire là-dedans. On est gentil quand on tient la porte à une dame. Dans le débat qui nous occupe, il ne s'agit pas d'être gentil, mais d'être dans le vrai.

Je ne "place pas le commentateur au-dessus de l'auteur", pas plus que je ne place le garagiste au-dessus de la voiture. Lorsque je veux faire réparer ma voiture, je la confie au garagiste, voilà tout. Lorsque je veux comprendre l'islam (et accessoirement le Coran), je m'adresse à ceux qui ont consacré leur vie à l'étudier, dont des sources multiples et dignes de foi m'affirment qu'ils sont les meilleurs spécialistes du sujet, et dont les travaux passent l'examen critique de mon propre discernement (lequel est assez exigeant, comme vous pouvez l'imaginer).

D'ailleurs, qui est l'auteur, dans ce cas ? Si c'est Mahomet, il convient en effet de le placer plus bas que tout -- mais cela n'a rien à voir avec votre affirmation.

Mary Preud'homme

@ J. Marques | 09 janvier 2018 à 18:16

Ce ne sont pas les policiers ou les gendarmes qui ont la pétoche et laissent la racaille terroriser la population, casser et imposer partout leur loi.
C'est toute la chaîne gouvernementale qui crève de trouille et laisse s'installer de plus en plus la pagaille et l'anarchie, un mal qui se répand comme une lèpre, défigure nos villes et empoisonne la vie de millions de gens.
Que le président, le ministre de l'Intérieur relayé par les préfets cessent donc d'entraver, de dénigrer, de désavouer, de mettre en accusation, de ridiculiser les professionnels de la sécurité publique chargés de rétablir l'ordre, en premier lieu les CRS et les gendarmes mobiles. Ces derniers connaissent parfaitement leur boulot et si on les laissait enfin agir, ils règleraient le problème en moins de deux.
Bon sang, avant de déployer des paras ou des légionnaires qui ne sont pas formés à la lutte anti-émeute et au rétablissement de l'ordre, commençons donc par laisser travailler (sans entraves) ceux dont c'est le rôle et le métier !

Et si force doit rester à la loi, il convient de commencer par respecter ceux (policiers et gendarmes) qui la représentent et sont en première ligne ; ne pas mettre en doute en permanence leurs méthodes ou leur efficacité (tout en les bridant et les dénigrant de tous les côtés par médias interposés et mauvais procès permanents).

Trekker

@ bruno | 09 janvier 2018 à 17:19
"Des B52, un peu de napalm, sur une musique de Richard Wagner ??"

Un remake de « Apocalypse now » devrait amplement suffire !

@ J. Marques | 09 janvier 2018 à 18:16
"Si les gendarmes ne suffisent pas face à des groupes armés et violents, il reste les paras, la Légion..."

Ces deux derniers étant fort occupés dans la bande sahélienne, on pourrait sortir de leur cocon quelques batteries de nos anciens AUF-1. Même en ne tirant que des obus d’exercice cela devrait faire fuir les zadistes les plus enragés, et permettrait à nos artilleurs de s’entraîner…

Giuseppe

@ Savonarole | 09 janvier 2018 à 10:17

A force de se regarder le nombril dans un miroir, on ne lève plus la tête que pour regarder les trains des autres passer.

Robert

Dans l'affaire de la mort accidentelle de Rémi Fraisse, les juges d'instruction de Toulouse, suivant en cela l'avis du Parquet, ont opportunément décidé d'un non-lieu quant à la responsabilité des gendarmes et semble-t-il de l'ensemble de la chaîne de commandement.
Cela évitera que les forces qui seront appelées à dégager la ZAD de Notre-Dame-des-Landes n'interviennent avec une épée de Damoclès qui paralyserait leur action.
Au gouvernement à présent d'assumer ses responsabilités dans sa décision de lancer les opérations de maintien de l'ordre nécessaires au retour à une situation de droit dans le secteur.

Exilé

@ Solon
"Et zut pour ceux qui s'approprient abusivement la langue française !"

La langue française est un des seuls biens que puissent encore posséder les pauvres...
Votre réaction est surprenante de la part de quelqu'un qui fréquente ce blog aussi dédié, outre sa thématique principale, à l'expression de la pensée à travers l'outil qu'est la langue française, réputée pour sa clarté et sa précision.

Philippe Bilger se montre exigeant dans le respect de cette langue et nous oblige à tirer le meilleur de nous-mêmes dans notre manière de nous exprimer par elle.
Accepter qu'elle soit frelatée - je vous renvoie à l'expression dévoyée « vivre ensemble » - c'est tout simplement faire le jeu d'escrocs de tout poil, dans différents domaines dont le domaine commercial par exemple, mais aussi et surtout dans celui des idées, ce qui fait le bonheur des idéologues les plus machiavéliques.

N'oublions pas qu'une des armes favorites des marxistes-léninistes ayant réduit en servitude des centaines de millions d'hommes a été la perversion du langage, simplement en modifiant le sens des mots.
Relire « 1984 », d'Orwell : « La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. »

«  Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde. »
Albert Camus

genau

@ Robert Marchenoir

Ah bon, explication de texte. Privilégier etc., image destinée à mettre en confrontation, sinon opposition, mais avec réserves, la population qui fait tout pour préserver la sacro-sainte consommation en y sacrifiant tout ceux qui veulent comprendre notre monde, notamment en lisant le Coran, au moins superficiellement, de façon à envisager une autre forme de pensée que la leur propre. J'ai eu le tort de trop synthétiser par des images généralement compréhensibles, mais bon, je me suis trompé. Votre excès dans l'interpellation, à mon sens, condamne votre propos, mais enfin, ce n'est qu'une impression. Ça va ? On peut continuer ?

Vous en savez plus que les musulmans, ou, bien des musulmans, sans doute, rares sont les musulmans qui ont lu le Coran, comme les chrétiens, la Bible, voire les Evangiles. Mais lire des exégèses ne vous place pas au-dessus de ceux qui font l'effort de comprendre, de traduire, de rechercher plusieurs traductions du texte original. Votre méthode est peut-être bonne, je n'en sais rien, mais tout de même, en savoir plus sur le Coran que ceux qui l'ont lu est tout de même intrigant, d'autant que vous posez comme principe que le lire ne permet pas de le comprendre, ce qui n'est pas très gentil pour le public en général.

Vous placez le commentateur, fût-il exégète, au-dessus de l'auteur. C'est très inconfortable pour les chrétiens : préférer Papias de Hiérapolis à l'aigle de Patmos, ou le docteur Angélique au Psalmiste, c'est dire que la langue grecque dérive de l'arabe ce que les juges français avaient jubilé de pouvoir juger avant que le ridicule ne les submerge. C'est aussi troublant pour les traducteurs arabes dudit Coran, comme Malek Chebel, mais enfin, bon, c'est votre opinion.

Mais, et c'est plus inquiétant, cela reviendrait à admettre que l'académie de Platon était un immeuble et qu'il serait préférable de ne pas lire autre chose que des commentaires. Une sorte de Sélection du Reader's Digest. Non, dites-moi, vous ne pensez pas ça ?

J. Marques

Zone à dégager, ce sont les mots justes.
L'Etat de droit doit retrouver sa prééminence.
Si les gendarmes ne suffisent pas face à des groupes armés et violents, il reste les paras, la Légion...

Il y en marre de se faire rire au nez par des ultragauchistes qui veulent détruire notre société.

Messieurs les politiques, il y a un moment il faut arrêter de se tortiller et montrer qui commande dans ce pays.

Force doit rester à la loi !

Robert Marchenoir

@ genau | 09 janvier 2018 à 16:05
"Ainsi, petit à petit s'installera la dictature du pire, amplement méritée par un peuple qui privilégie Auchan et Amazon mais ne lit pas le Coran."

Je ne comprends pas. Que veut dire privilégier Auchan et Amazon ? Privilégier par rapport à quoi ? D'où vient cette curieuse commerçophobie ? Comment font les gens qui "ne privilégient pas Auchan et Amazon" ? Ils vivent sans manger ? Sans laver leurs vêtements ? Sans nettoyer leurs toilettes ?

Quand ils se connectent à Internet pour donner leur avis, ils claquent des doigts, et leur cerveau est mis en communication directe avec le blog de Philippe Bilger ?

Et pourquoi cette curieuse obsession de la lecture du Coran ? Pour ma part, je n'ai pas lu le Coran, et pourtant j'affirme en savoir plus sur l'islam que bien des musulmans. Assez, en tous cas, pour me faire amplement traiter d'islamophobe par toute sorte d'imbéciles.

Il n'est nullement besoin d'avoir lu le Coran pour savoir ce qu'il y a dedans. J'irai plus loin : il vaut mieux avoir lu de bonnes exégèses du Coran pour savoir ce qu'il y a dedans, plutôt que de le lire sans rien y comprendre -- ce qui est presque inévitable si on se contente de le lire.

bruno

Des B52, un peu de napalm, sur une musique de Richard Wagner ??

GDAT

"...un rapport très opportun commandé par le pouvoir offre à celui-ci une autre alternative que la construction..."

Aïe ! J'eusse préféré une autre possibilité, un autre moyen, un autre choix... Enfin cela nous fait quatre possibilités qui ne seront pas de trop pour sortir de cet imbroglio ridicule.

Ces grands hommes politiques que le monde entier nous envie...

Exilé

@ Solon
"Dans sa définition d'une nation, Renan parlait de "faire ensemble" ou quelque chose d'approchant."

Ne confondons pas une nation digne de ce nom et la pègre.

Exilé

Au fait, que pense Nicolas Hulot de l'envoi dans l'atmosphère d'une bonne centaine de tonnes de gaz toxiques suite aux incendies criminels désormais banalisés en France à l'occasion du Nouvel An avec l'approbation tacite et satisfaite de son collègue monsieur Collomb pour qui tout s'est bien passé ?

C'est sûr qu'avec lui, les cours d'assises ne risquent pas d'être encombrées...

Solon

@ Exilé

J'accepte bien volontiers votre remarque, en considérant qu'elle n'est pas loin d'aller dans mon sens. S'il est exact que peu de gens acceptent l'idée de vivre ensemble avec des racailles, il est non moins vrai qu'une nation ne sera constituée que de saints et de modèles de vertu. La légalité, c'est précisément la mise au pas des malfaisants. Vivre ensemble vous gêne ? Dans sa définition d'une nation, Renan parlait de "faire ensemble" ou quelque chose d'approchant. Et zut pour ceux qui s'approprient abusivement la langue française !

genau

Résultat le plus clair de ce billet : démontrer l'écoeurement de Français, enfin, de citoyens, parce que Français... ?
Ressort aussi l'ambiguïté du président : mes bons amis, qui ne comprenez rien, je sais ce qu'il faut faire, on va en parler, enfin, je vais vous en parler et puis vous ne déciderez pas, c'est moi ou mon vieux créancier franmac qui décidera.

Rebus sic stantibus, je relis Von Salomon : la rage de la défaite, la fureur de combattre pour sauver les marches de l'Est, l'abnégation, le sacrifice, la détestation de la République de Weimar qui ne connut que le langage de la peur et, finalement, le passage à l'acte, l'assassinat de Rathenau. Un mort, un petit mort de rien du tout, et déjà se profile l'avenir du prisonnier de Landsberg, parce qu'il n'y avait personne d'autre. Il ne nous manque que la pauvreté pour qu'il surgisse ; ça viendra.

Ici, de lâcheté en Mélenchon, de Hollande en Sartre, le chemin de la honte, avec la reconnaissance, ici même, de la duplicité de la Gendarmerie, instrument de lobby plus que de police, approuvée par les citoyens-croupion qui ne songent qu'à tendre les joues pour être giflés par des juges fauteurs de guerre, ou de paix selon qu'on est rouge ou blanc.

Cela dit, que faire des zadistes ? De la ZAD ? Rien du tout. Ils y sont, ils y restent, ils y croupissent, et ils n'en sortent plus, parachevant la défaite de l'Etat qui ne connaît qu'une règle : fiscalité ad nauseam.
Ils ont eu raison de bafouer l'Etat, menteur, cupide, gaspilleur de vies et de fortunes, administratif jusqu'à la moelle, mais totalement inhumain, comme toute administration. Ils ont gagné le droit de dire aux fonctionnaires, pléthoriques et dorés sur tranche : "Je vous emm..."

Ce sera une brèche de plus, ajoutée aux villages islamistes, aux banlieues dévoreuses de subventions et créatrices d'immeubles-poubelles, aux quartiers interdits. Ainsi, petit à petit s'installera la dictature du pire, amplement méritée par un peuple qui privilégie Auchan et Amazon mais ne lit pas le Coran, comme il n'a pas lu Mein Kampf en son temps, qui applaudit Autain qui se targue d'avoir été dans un bar musulman sans difficultés et sans même dire que les musulmans se moquent éperdument des femmes kouffar, parce qu'ils ne sont français qu'administrativement et sont très heureux de voir ces "p..." comme ils les appellent, se dégrader dans un bistro.

Ainsi les zadistes, tout déjantés qu'ils soient, proposent une analyse politique pertinente qu'on pourrait intituler : "De l'inutilité de l'être".

Xavier Nebout

Si l'aéroport ne se fait pas, comment s'en prendre aux zadistes alors qu'ils seront légitimes à recevoir la Légion d'honneur ?

Par ailleurs, les Chinois n'ont qu'à bien se tenir, ils se sont entendu dire que nos échanges devaient être équilibrés et qu'on viendrait le leur rappeler une fois par an.
Super marchand de vent se lance dans l'international.


Patrice Charoulet

Un matin, chez Roselyne Bachelot, sur LCI, vous avez eu à débattre avec le dénommé Julien Bayou, dont le CV mérite le détour par son pittoresque. Depuis toujours, c'est un ardent partisan des squatteurs. Moi, non. Qu'est-ce qu'un squatteur ? C'est un voleur de logement.
Ce que je pense des zadistes dont vous parlez, c'est que c'est un ramassis de squatteurs.
Ils ont des circonstances atténuantes. Ils ont prospéré et ont pu grossir leurs effectifs par la mollesse, la lâcheté, la nullité des autorités politiques nationales et régionales qui auraient pu étouffer dans l'oeuf ce ramassis.
J'imagine qu'un Julien Bayou, déjà nommé, soutient à fond leur (mauvaise) cause.

Exilé

@ Solon
"Le fond de la question, c'est la volonté de vivre ensemble et le respect de la loi qui en est le corollaire."

Veuillez me permettre de vous faire remarquer que cette expression vivre ensemble fait partie comme également par exemple le terme solidarité d'expressions détournées par des malfaisants afin de nous faire accepter l’inacceptable.

En principe, seuls les gens qui désirent se marier affirment de façon à la fois libre, mutuelle et réciproque leur volonté de vivre ensemble.

Pour le reste de la population, qui peut dire qu'il a exprimé sa libre volonté de vivre ensemble avec des racailles, par exemple ?

Florence

@ fugace

Il se trouve que je connais les aéroports de Las Vegas et de San Diego : des villes où il fait très chaud, beaucoup plus chaud qu'à Nantes. Des villes beaucoup plus grandes que Nantes et où le trafic aérien est beaucoup plus développé qu'à Nantes. Eh bien ces aéroports sont quasiment dans la ville pour Las Vegas et carrément dans la ville pour San Diego. C'est même très impressionnant quand vous passez en voiture à côté, vous avez l'impression que l'avion va se poser sur vous.
Eh bien, il n'y a pas de problèmes de sécurité.

J'ignore si le projet d’aéroport de NDDL est justifié ou pas mais invoquer des raisons de sécurité me paraît être faux.

breizmabro

J'ai hâte de connaître la fin du feuilleton écrit par notre animateur professionnel N. Hulot puisque Vinci, désigné pour construire l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, a financé la Fondation Hulot, ainsi que TF1, Bouygues Télécom ou encore la SNCF, versant chacun 30 000 à 250 000 euros par an à la fondation Hulot pendant la présidence de ce dernier.

Quant aux zadistes, José Bové est sur place et s'en occupe, donc tout va bien mais un peu comme l'histoire du type qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, se répète sans cesse pour se rassurer : "Jusqu’ici tout va bien... Jusqu’ici tout va bien... Jusqu’ici tout va bien..."

"Mais l’important, c’est pas la chute. C’est l’atterrissage" (La Haine)

..et Notre-Dame-des-Landes il va y avoir, forcément, atterrissage ;)

Savonarole

Il faut espérer que l'abandon de cet aéroport mettra un terme aux caprices de tous ces élus qui exigent de l'Etat un arrêt TGV dans leur patelin, une salle multisports, une bretelle autoroute gastronomique pour le copain restaurateur du coin, des ronds-points à chaque changement de vitesse, des stades et piscines municipales toujours vides, qui transforment la France en chantier permanent. Ramsès II serait scandalisé.

On m'a raconté que vous avez en France le "TGV des retraités" Nice/Paris ? À l'heure des bonds aériens en low cost ? Ça doit être une blague...
Juppé a réussi à obtenir son joujou, un TGV Bordeaux/Toulouse et le TGV Toulouse/ Barcelone vient d'être mis au rancart, un tortillard hors de prix.

Monsieur Guillaume Pepy vient d'être condamné à rester à la tête de la SNCF, dont personne ne veut, aucun énarque n'en veut, c'est le repoussoir.
Et pendant ce temps-là, il faut compter 1h30 pour faire Juvisy/Gennevilliers en RER...

L'Espagne construit le premier "TGV du désert" en Arabie Saoudite, entre Médine et La Mecque, 450 km à 300 à l'heure.
L'Espagne est bien placée pour remporter la construction de la future ligne Los Angeles/San Francisco. Quid de ce TGV que le monde entier nous envie ?

Monsieur Pepy aura flingué le TGV à l'export.

https://www.abc.es/economia/abci-tren-alta-velocidad-medina-la-meca-realiza-primer-viaje-oficial-201712311458_noticia.html

Exilé

Encore une remarque à propos de l'attitude autosatisfaite de monsieur Collomb après les festivités.
Il y a plus d'un siècle, un tel comportement aurait au moins suscité une virulent interpellation du ministre de la part de l'opposition, avec exigence de démission de sa part.
Les débats auraient probablement été aussi houleux.
Certes, on pourra nous objecter que nous ne sommes pas toujours en période de session parlementaire, mais dans ce cas n'est-ce pas à la presse dite d'opposition - s'il en reste - de prendre le relais ?

Le fait qu'après des événements inadmissibles ou graves l'inaction béate des gens qui sont supposés gouverner ne suscite en France aucune réaction plus énergique que celle de ruminants regardant passer un train est plus qu'inquiétant en ce qui concerne l'état de la démocratie, ou prétendue telle.

Cela semble confirmer le fait que majorité et opposition s'entendent comme larrons en foire sur le dos des Français, au nom du sacro-saint surtout pas de vagues, en bloquant le couvercle sur la marmite.
Mais cela ne l'empêchera pas d'exploser un jour.

Guzet

"Il ne conviendra pas, comme trop souvent en France, d'exiger puis de fuir, de réclamer puis de déplorer, d'enjoindre puis d'accuser."

Lucidité sur une évolution prévisible et on peut compter sur les médias et leurs "commentateurs" pour orchestrer cette évolution et ces accusations...

Olivier Durand

Semtob votre goût est sûr et c’est avec plaisir que je vous rappelle le titre de cette excellente chanson de Graeme Allwright : Jusqu'à la ceinture.

Voici de quoi la réécouter ou la découvrir : https://youtu.be/MLUaV02Eo5s

L’artiste a repris au moins une chanson de Leonard Cohen (Suzanne) d’où la confusion dans votre souvenir.

On l’aura compris, cette musique m’inspire plus que l’exception culturelle française qui est l’objet de ce billet. Ce pays souffre d’un goût excessif pour la politique tous azimuts et le verbe - l’usage de ce dernier étant souvent perverti par ce goût de dire l’inverse de ce qui est pensé ou de faire l’inverse de ce qui a été dit.

Autre sujet encore, je souhaite à notre hôte et son épouse ainsi qu’à vous tous membres de cette excellente petite assemblée, une belle et joyeuse année à venir. Qu’elle vous garde en bonne santé et suffisamment stimulés.

Love

fugace

ZADISTE : Un nouveau métier donc ?

Point de vue glané ici à cause de la photo.

https://www.youtube.com/watch?v=MLUaV02Eo5s

Des amis ayant participé au référendum local, avaient voté :

Oui pour elle, car le survol de la ville atteint des pics importants, jusqu'à cent survols d'un même lieu dans une journée.

Non pour lui, convaincu qu'avec la puissance de VINCI ou autres, les dés étaient jetés. Le projet se réaliserait coûte que coûte.

Finalement, il semble qu'ils aient été tous les deux floués.

Au-delà, ces Nantais redoutent depuis des années un crash sur l'agglomération. Car il est incontestable que le survol de l’agglomération à basse altitude reste une épée de Damoclès quand on sait que 70% des accidents ont lieu à l’atterrissage ou au décollage.

Courant 2017, la catastrophe a été évitée de peu : deux conditions étaient réunies pour que la probabilité de l'accident soit forte. Il n'en manquait donc plus qu'une - généralement l'humaine - pour qu'il se produise.

Extrait :

« Plus l’air est chaud, moins il est porteur, explique un ancien contrôleur aérien de l’aéroport de Nantes. Les avions, surtout ceux d’ancienne génération comme l’Antonov, ont plus de mal à prendre de la vitesse et de l’altitude. C’est un problème récurrent avec les gros-porteurs à Nantes. »

Autre spécificité nantaise : la piste empruntée pour le décollage fait face à la ville et « les procédures de navigation aérienne locales nécessitent d’atteindre 400 pieds avant un changement de cap, rappelle la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). En conséquence, le rallongement de la distance de décollage a retardé l’altitude minimale requise avant le premier virage (au nord) ».

tiré de
https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/ce-gros-avion-qui-rase-nantes-avait-une-trajectoire-inhabituelle-5114424

fugace

@ semtob | 08 janvier 2018 à 18:25
"Nous ne retrouvons plus le titre de cette chanson qui donne un ordre absurde : "Quand ce vieux con a dit d'avancer..."

https://www.youtube.com/watch?v=MLUaV02Eo5s

Jusqu'à la ceinture - Graeme Allwright

En mil-neuf-cent-quarante-deux,
Alors que j'étais à l'armée,
On était en manoeuvre dans la Louisiane
Une nuit au mois de mai.
Le capitaine nous montre un fleuve
Et c'est comme ça que tout a commencé.
On avait de la flotte jusqu'aux genoux
Et le vieux con a dit d'avancer.

Le sergent dit: "Mon capitaine,
Êtes-vous sûr que c'est le chemin?"
- Sergent, j'ai traversé souvent
Et je connais bien le terrain.
Allons, soldats, un peu de courage !
On n'est pas là pour s'amuser."
Y'en avait jusqu'à la ceinture
Et le vieux con a dit d'avancer.

Le sergent dit : "On est trop chargés.
On ne pourra pas nager."
- Sergent ne sois pas si nerveux.
Il faut un peu de volonté.
Suivez-moi : je marcherai devant.
Je n'aime pas les dégonflés."
On avait de la flotte jusqu'au cou
Et le vieux con a dit d'avancer.

Dans la nuit, soudain, un cri jaillit,
Suivi d'un sinistre glou-glou
Et la casquette du capitaine
Flottait à côté de nous.
Le sergent cria : "Retournez-vous.
C'est moi qui commande, à présent."
On s'en est sortis juste à temps.
Le capitaine est mort là-dedans.

Le lendemain, on a trouvé son corps
Enfoncé dans les sables mouvants.
Il s'était trompé de cinq cents mètres
Sur le chemin qui mène au camp.
Un affluent se jetait dans le fleuve
Où il croyait la terre tout près.
On a eu de la chance de s'en tirer
Quand le vieux con a dit d'avancer.

La morale de cette triste histoire,
Je vous la laisse deviner
Mais vous avez peut-être mieux à faire.
Vous ne vous sentez pas concernés
Mais chaque fois que j'ouvre mon journal,
Je pense à cette traversée.
On avait de la flotte jusqu'aux genoux
Et le vieux con a dit d'avancer.
Y'en avait jusqu'à la ceinture...
Etc.

orangé

José Bové fils compte bien doubler son patrimoine : NDDL en sus de ses biens acquis jadis au Larzac :
https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nddl-jose-bove-propose-de-s-inspirer-du-larzac-5484435

José Bové père était un chercheur agronome de haute volée qui finit brillamment sa carrière à l'INRA proche Bordeaux. Père était classiquement pour l'agriculture moderne qui a permis de sauver des milliards de pauvres de la faim qui tue, alors en bon cas psychanalytique Fils fera sa carrière en tuant interminablement Père.
Sur ce thème il y a environ deux décennies le Palmipède du mercredi avait révélé toute la psychopathologie de Fils homonyme de Père. Hélas tant pour l'homonymie que pour la maladie.

Marc GHINSBERG

@semtob
« Et le vieux con a dit d’avancer. »
Chanson : Jusqu’à la ceinture.
Paroles : Graeme Allwright
Rédigé par : Marc GHINSBERG |

Tomas

A dégager peut-être, mais avec les félicitations du jury : grâce à leur occupation, les zadistes ont permis d'éviter un deuxième aéroport à Nantes, donc toujours plus de béton et de pollution. Notre modèle économique reposant sur une exploitation inconsidérée des ressources naturelles de notre planète est à bout de souffle, il est donc temps d'en changer. On pourra regretter les agissements de zadistes sans doute peu respectueux du droit, mais face à Vinci et ses clients politiques, il n'y a hélas pas d'autre solution. Pour une fois qu'un géant du bâtiment rend pavillon, il convient de s'en féliciter et de ne pas bouder son plaisir !

Pour la suite, la solution des médiateurs rappelée par caroff paraît effectivement être la meilleure des solutions, ainsi disparaîtront de la zone à défendre les groupes électrogènes et les bidonvilles des sous-bois, en attendant la prochaine mobilisation. Dans le triangle de Gonesse aux portes de Paris, par exemple, au nom de la
préservation de la ruralité séquanodionysienne ?

JBé

Amis Français, cliquez sur les deux sites ci-dessous.
Bonne lecture.

https://www.google.ch/search?client=safari&rls=en&q=initiative+de+rothenthurm&ie=UTF-8&oe=UTF-8&gfe_rd=cr&dcr=0&ei=z9VTWp-gOPCZX5fsrrAF

https://www.tdg.ch/news/standard/40ans-woodstock-suisse-naitre-antinucleaire/story/13718348

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS