« Entre les comédies au sol, ils jouent parfois au foot ! | Accueil | Ce sexe est-il faible ? »

01 mars 2018

Commentaires

fugace

@ Catherine JACOB | 03 mars 2018 à 15:03

Merci pour cette réponse et le temps que vous y avez consacré.

Au-delà des philosophes multiples et variés, qui que ce soit qui apporte de la clarté, de la précision dans la formulation mal exprimée, en pointant en particulier les erreurs de raisonnement, pratique déjà de la philosophie à mon sens.

Evidemment, un élève qui raisonne et apprend à se faire de façon sensée sa propre opinion, c’est une âme perdue non seulement pour le diable quel qu’il soit, mais aussi sans doute, pour les dieux, quels qu’ils soient… Ce qui explique pourquoi non seulement ce n'a pas été fait, mais encore on a également souhaité par un moment supprimer cette discipline des programmes de Terminale où elle est une spécificité française, ce au motif qu'elle fabriquerait et des chi..rs et des inutiles !

On dit qu'il n'est jamais trop tard pour bien faire, mais de la philo en 5ème, n'est-ce pas trop tôt ou trop tard ?

Son fil directeur, c'est justement une philosophie de l'éducation :

"L'éducation, c'est la vie. En tant qu'homme, qu'être humain, c'est par l'éducation que l'on se définit. Ce sont par les interactions que l'on a dès la naissance, et même un peu avant, que nous sommes des personnes. Donc l'éducation, c'est la vie. Mon fil directeur, c'est d'abord une philosophie de l'éducation, qui mène à la liberté. Ce qui donne sens à toute éducation, c'est de donner plus de liberté, d'émancipation, à l'enfant. Pas la liberté de consommation, immédiate, prônée par notre société, mais une liberté de construction". Jean-Michel Blanquer

@ anne-marie marson | 03 mars 2018 à 23:55

Mais les maires sont élus et réélus ! Et par anticipation à des risques de perdre leur mandat, ils implantent tout simplement des électeurs futurs.
Anne Hidalgo sera sans doute réélue. Faudra-t-il s'en étonner ?

@ Achille | 04 mars 2018 à 10:39
"La délinquance des jeunes est certes un gros problème sociétal qui existe depuis des décennies et contre laquelle aucun politique n’a encore trouvé une solution fiable et durable, si toutefois il en existe une."

Ben oui, il y en a une : un boulot, dès l'âge de 14 ans (avant même celui qui va bientôt correspondre au consentement sexuel). Et que ça plaise ou non ; "l'oisiveté étant mère de tous les vices"...

Noblejoué

@ Tomas

Nous ne convaincrons jamais les arabo-musulmans de respecter la liberté pour toutes sortes de raisons mais surtout parce qu'au fond, les Français n'aiment pas la liberté. Ils préfèrent l'égalité (enfin surtout que les autres ne soient pas plus haut qu'eux). Voir Tocqueville et Chateaubriand.

Cette agressivité, je rabaisse, mêlé à ce qui reste d'esprit, produit du persiflage.
Exemple :

duvent | 06 mars 2018 à 09:16

Je ne sais - qui peut juger ? - si je défends bien la liberté, mais cela devrait être le devoir, ressenti en effet comme une mission, de la part de tout citoyen, de le faire.
En France, on adore ne rien faire et critiquer les autres. Encore une attitude éducative envers nos "invités", si nous ne cessons de nous diviser, insulter, tourner tout effort de préservation de liberté en dérision...

On juge Marchenoir, on me juge, on ose me dire de réfléchir quand on ne produit aucun effort cognitif.
Cas très général chez nous, tout à fait contre-éducatif...

On enseigne ce qu'on EST.
C'est mal parti.

Et que je sois capable de défendre la liberté ou non, en tout cas par l'esprit, je n'ai pas tenté plus avant de faire réfléchir le je-démontre-malgré-moi-que-tu-as-raison.
Son ton m'autorise même à réquisitionner sa prose pour dire que nous ne sommes pas capables d'éduquer les arabo-musulmans à la liberté.

Autre chose, le ton de duvent me dégoûte de poursuivre davantage avec il ou elle, je ne sais plus, et qu'importe, que je ne dise pas ça, c'est déjà bien bon de ma part, vous croyez que j'irais dire ceci ou cela à vos invités ?
A ceux qui auront voulu d'eux de s'en débrouiller... Je refuse absolument, après coup, de m'occuper des dégâts causés par les autres.

Je ne pense pas être le seule personne dans ce cas.

Paraître assumer l'ombre de l'ombre d'une responsabilité pour ce qu'on n'a pas voulu, voire tenté de son mieux, si misérable que ce soit ou misérablement méprisé, d'empêcher ?
Jamais.

Pour cette affaire et quelques autres, si certaines menaces qui ont une certaine probabilité d'advenir auxquelles je pense deviennent effectives, je dis tout de suite que je m'en lave les mains.
J'ai longtemps cru que j'étais lâche, comme la plupart des gens, bien évidemment. Mais il n'y a pas que ça ! Je fais plus que rendre son mépris au monde et renvoie chacun aux conséquences de ses actes.

Je ne suis pas "gentil".

duvent

@ Noblejoué | 05 mars 2018 à 20:26
"Je n'essaie pas de prendre la place de quiconque, je suis ma propre voie... On est d'accord Robert Marchenoir et moi ou non, mais on ne peut nier que nous essayons de trouver des solutions pour défendre la liberté. Ce ne sont pas les mêmes, mais chacune a sa logique.
On peut se demander quel est votre souci, à part persifler, et votre logique, à part essayer de capter l'attention.

Donc, vous êtes en toute simplicité un "défenseur de la liberté", et moi-même un persifleur (persifleuse ??)... ou mieux (ou pire) un capteur d'attention (capteuse ??)...

Vous n'y allez pas de main morte, et c'est drôle mais je maintiens, Marchenoir est meilleur et donc plus drôle !

Ainsi, vous semblez avoir une mission de la plus haute importance, dès lors, je ne voudrais pour tout l'or du monde l'empêcher !

L'étrange c'est que vous savoir maintenant le "défenseur de la liberté" , ne me rassure que très très passablement... Pourquoi, me direz-vous ? Voilà une excellente question à laquelle je vais vous laisser réfléchir paisiblement...

vamonos

Quand les Français ont fermé le marché aux esclaves d'Alger en 1830, cela faisait mille ans que les arabes terrorisaient les marins, les pêcheurs et paysans qui vivaient au sud de l'Europe. La barbaresque attaquait, pillait, tuait, enlevait. Les barbares agissaient en conformité avec le Coran.

Les barbares avaient des solutions radicales à des besoins simples. Pour vivre, ils faisaient la guerre et vendaient les chrétiens comme esclaves.

Les barbares avaient des esprits simples et radicalisés.

Noblejoué

@ Tomas
"Où m'avez-vous vu dire que je ne voulais pas de chrétiens d'Orient chez nous ? Je ne vois pas trop la différence avec les Arabes d'ailleurs, c'est vrai que pour la plupart ils le sont."

Vous ne défendez que les musulmans. Or il existe des non-musulmans arabes, contre la venue desquels les gens ne sont pas forcément, mais en voulant obliger à accueillir les musulmans dangereux pour nous, les gens comme vous vont faire qu'on fermera notre porte à tout le monde.
Si on veut forcer les gens à tout accepter, et jusqu'aux gens qui veulent les détruire, soit ils se soumettent, soit ils rejettent tout. Si par hasard, vous ne voyez pas le risque que vous courez, je vous en avertis.

"Les musulmans s'y mettront à la laïcité, tôt ou tard, tant qu'on ne baisse pas la garde sur le sujet en se gardant de toute posture agressive."

Pas baisser la garde, il y aura donc combat... Vous avez remarqué que l'Europe a gagné des combats ces derniers temps ?
De toute façon, nous avons autre chose à faire que de nous mettre en danger pour des gens dont il est hautement vraisemblable qu'ils nous nuisent à la prochaine occasion.

"Pour répondre à votre question finale : ni l'un ni l'autre, entre dictature locale et mondiale je refuse de choisir. Quant au gouvernement mondial, c'est là une perspective bien trop lointaine pour que j'aie la même opinion là-dessus !"

Mon dieu, vous n'avez même pas compris la question ! Vous mettiez la survie de l'espèce au-dessus de tout, je voulais voir si cela allait au-dessus de la liberté.
Le gouvernement mondial est le type de fausse bonne idée. On dit problèmes mondiaux, gouvernement mondial, tout va bien.

FAUX.

Dans tout gouvernement il y a possibilité de dictature. Une dictature mondiale serait indéracinable.
Pourquoi ? Tout pouvoir, plus totalitaire qu'aucun, on se perfectionne, dedans, les gens ne peuvent donc se révolter utilement, ou même, se révolter, je pense, à moins que les dirigeants ne les y provoquent pour rire un peu. Les humains lambda seront dans un état de servitude inédit.

Et alors, le Débarquement, la guerre froide qui fait tomber le mur, autre chose ? Rien parce qu'il n'y a rien, le monde est totalement sous les griffes des dirigeants comme les rois tenaient un globe.
Et voilà pourquoi, sauf miracle, mais je ne crois pas à ces fariboles, cette dictature durera autant que l'espèce humaine.

Donc peu importe le faible degré de probabilité de cette menace, elle vaut bien que je fasse mon possible contre elle.
C'est par le désir de paix et autre que les gens sont menés à cette possible ergastule, c'est en leur en présentant toute l'horreur qu'il y aurait peut-être une chance d'en dégoûter préventivement le monde.

Noblejoué

@ Tomas
"Jusqu'ici, je voyais le bouddhisme comme une religion éminemment pacifique, en fait non."

Nichiren. Pourquoi le bouddhisme a été expulsé de l'Inde. Et autre. Mais ce ne sont pas les je vais trouver l'éveil, les pires.
La religion, c'est violent, à la base, c'est sacrificiel. Et "la caque sent toujours le hareng".

Mary Preud'homme

L'expression "les gens du Livre" est une trouvaille des Mahométans qui ont pompé et pillé tous les écrits de la Révélation judéo-chrétienne pour les accommoder à leur sauce et s'infiltrer partout par la force ou la ruse. Ce que Jacques Ellul avait compris de longue date.

"Il faudrait veiller à expurger du discours chrétien contemporain des expressions aussi dangereuses que « les trois religions abrahamiques », « les trois religions révélées » et même « les trois religions monothéistes » (parce qu'il y en a bien d'autres). La plus fausse de ces expressions est « les trois religions du Livre ». Elle ne signifie pas que l'islam se réfère à la Bible, mais qu'il a prévu pour les chrétiens, les juifs, les sabéens et les zoroastriens une catégorie juridique, « les gens du Livre », telle qu'ils peuvent postuler au statut de dhimmi, c'est-à-dire, moyennant discrimination, garder leur vie et leurs biens au lieu de la mort ou de l'esclavage auxquels sont promis les kafirs, ou païens. Qu'on emploie si facilement de telles expressions est un signe que le monde chrétien n'est plus capable de faire clairement la différence entre sa religion et l'islam."
(Jacques Ellul, Islam et judéo-christianisme)

Tomas

@ hameau dans les nuages

Mais oui, mais oui, c'est bien connu, plus personne n'entre dans les zones de non-droit du 93 ! Zones rurales et banlieues délaissées même combat, le jour où leurs habitants l'auront compris l'oligarchie aura du souci à se faire.

Si en 2022 la France vote massivement pour Marion Maréchal-Le Pen il ne faudra pas m'en tenir pour responsable, c'est trop facile de faire culpabiliser parce qu'on ne pense pas dans le sens du vent. Ca ne marchera pas avec moi !

@ Noblejoué

Mais je ne fais pas de discrimination entre les immigrés moi, où m'avez-vous vu dire que je ne voulais pas de chrétiens d'Orient chez nous ? Je ne vois pas trop la différence avec les Arabes d'ailleurs, c'est vrai que pour la plupart ils le sont.

Les musulmans s'y mettront à la laïcité, tôt ou tard, tant qu'on ne baisse pas la garde sur le sujet en se gardant de toute posture agressive.

Pour répondre à votre question finale : ni l'un ni l'autre, entre dictature locale et mondiale je refuse de choisir. Quant au gouvernement mondial, c'est là une perspective bien trop lointaine pour que j'aie la même opinion là-dessus !

Tomas

@ Patrice Charoulet

Dans le Coran, il est bien spécifié qu'il ne faut pas convertir de forces les "gens du Livre", les Juifs et les Chrétiens, mais ils doivent s'acquitter d'un impôt supplémentaire. Les autres, évidemment (au VIIe siècle, rien d'étonnant à cela) ont vocation à être esclaves ou à se convertir.

Le génie du christianisme réside à mon sens dans la place centrale qui est accordée à la notion de pardon. Mais certains passages de l'Ancien Testament ne sont pas moins rudes pour le non-croyant ou celui qui transgresse les règles, que le Coran (la lecture du Lévitique m'avait traumatisé en son temps).

Après, ce n'est pas tant les textes religieux qui sont importants que l'usage qui en est fait. Chaque religion a eu sa part de tyrans sanguinaires semant la mort par le fer et le feu au nom de la vraie foi. Récemment, un moine birman a réalisé une synthèse assez originale du bouddhisme et du nazisme, se référant explicitement à Hitler, qui a débouché sur le massacre des Rohingyas. Jusqu'ici, je voyais le bouddhisme comme une religion éminemment pacifique, en fait non.

Richard Millet, dont je ne connais pas le talent littéraire, fait à l'évidence partie de ceux qui rêvent de croisade. Il faut une certaine dose de mauvaise foi pour oser comparer un camp de réfugiés pendant la guerre du Liban et une banlieue française, et une grosse dose d'irresponsabilité pour écrire des âneries telles que celles que vous citez. Encore un qui ne rêve que de guerre, de feu et de sang, sans doute. S'il le souhaite, il y a le Kurdistan pour ça, la Rojava attire pas mal de jeunes Européens rêvant d'exploits militaires et de dépassement de soi dans un monde trop aseptisé, normé et prévisible à leurs yeux. Les combattants de l'Etat islamique venus d'Europe sont leurs doubles maléfiques, qu'est-ce qui a bien pu pousser un jeune Normand aux parents divorcés, certes, mais venu d'une bourgade tranquille et sans histoire, à aller s'embarquer dans cette galère ?

C'est bien pour cela que ce plan contre la radicalisation (qu'on aimerait voir chiffré d'ailleurs) ne suffit pas. D'ailleurs aucune réponse de l'Etat ne suffira, c'est à la société de trouver les réponses à ce mal endémique de nos sociétés modernes, car si vous regardez bien, chaque époque depuis la Révolution industrielle a eu ses extrémistes, qu'ils soient religieux ou politiques.

hameau dans les nuages

@ Tomas

Votre disque est totalement rayé. La preuve est que vous en restez aux années 60 que ce soit de l'Algérie ou des banlieues. Les personnes appelant au secours dans les citées sont effarés de voir l'Etat les abandonner ou plutôt renoncer devant une grande minorité de sal**** saccageant tout alors qu'il existait comme partout les services publics. En fait vous le savez, les infirmières et services de santé ne peuvent même plus apporter les soins aux habitants basanés ou pas, les pompiers sont caillassés et j'en passe et des meilleures. En fait oui, hélas, il se prépare de nouvelles batailles d'Alger pour reconquérir les territoires perdus et vous faites partie des porteurs de valise, j'espère uniquement par vos écrits.

C'est dans le monde rural, dont mon village, que Blanquer annonce la fermeture de près de 300 classes. Et les parents d'élèves ne vont pas aller caillasser la brigade de gendarmerie, la caserne de pompiers ou casser la figure du docteur.

C'est l'aveuglement de vos semblables (pour ne pas dire plus) qui fait les résultats électoraux italiens. Ne vous en déplaise. Et le tsunami électoral arrive... inévitable lui aussi et ce sera de votre responsabilité. Mais pour conjurer le sort vous pouvez continuer à planter des aiguilles dans votre poupée vaudoue à l'effigie de Le Pen.

Le pauvre Goupil face à Bercoff essaye lui aussi...

Noblejoué

@ Tomas
"Il faut convertir les immigrés musulmans qui viennent d’arriver à la laïcité qui leur est une notion absolument étrangère, mais je ne vois pas en quoi ça ne serait pas faisable".

Mais pour les raisons que j'ai déjà exposées. Parce que la culture existe, et que bien malheureusement, la culture arabo-musulmane actuelle n'y prédispose pas. Le fait de venir en force, s'imposer quoi, ne prédispose pas, invité malgré l'hôte, à écouter ce que ce dernier pourrait avoir à dire... Vous connaissez les dynamiques de situation ? De plus l'hôte, pas trop content, on le comprend, peut souhaiter limiter au maximum ses contacts avec les indésirables, les laissant se former en ghettos, avec les risques inhérents à la situation.

Et ce que j'ai dit avant. En fait, ce que moi, je ne vois pas, c'est pourquoi l'intégration, sinon à dose très réduite, et dans un tout autre esprit, serait faisable.

"Euh non. Au Moyen Age peut-être mais aujourd’hui, on prend des mesures prophylactiques sur les vols à risque et on envoie l’OMS tuer l’épidémie dans l’œuf. Comparaison non pertinente."

C'est quoi, les mesures prophylactiques, qu'on rigole ? Quant à tuer l'épidémie dans l’œuf, c'est, je suppose, d'aller conquérir tout le Moyen-Orient sauf la Tunisie et d'y instaurer une démocratie garantie par nos armées... Faisable, souhaitable ? Je pense que non. Réfutation de comparaison non pertinente.

"Effectivement, si nous avons 25% de convertis chez Daech, des Maxime Hauchard, des David Drugeon, des Emilie König, c’est à cause de l’immigration. Ce ne serait pas plutôt à cause du délitement de notre propre société, que nous refusons de voir en face, préférant trouver des boucs émissaires ?"

Le poison islamiste vient du Moyen-Orient. Comparaison avec le sida : on se soigne et on ne se réinfecte pas.
Je ne suis pas contre l'immigration en tant que telle, mais l'immigration arabo-musulmane, celle qui pose problème. Les chrétiens et leurs sermons ! Tandis que les chrétiens d'Orient étaient persécutés, défilaient contre le mariage pour tous. Et vous, chrétiens comme eux, ne songez pas à défendre l'immigration chrétienne, yézidie, juive, ou de n'importe quelle autre obédience qui puisse exister. Vous oubliez les vôtres, et plus généralement, les innocents, au bénéfice des coupables !

Déloyauté envers les frères en religion, déloyauté envers les frères en liberté, Américains, oubli des "adorateurs du diable" et autres minorités persécutées au Moyen-Orient, qui n’intéressent personne, parce que tout ce qui intéresse, c'est ce qui nous menace.
Déloyauté, injustice et soif de s'anéantir.

Ecoutez, je n'ai rien, mais vraiment rien contre le suicide. Mais on n'ouvre pas le gaz, pour les voisins, et on n'ouvre pas les frontières à des gens dangereux, pour les concitoyens.
Les monothéistes ont vraiment un problème avec le suicide, ils n'y ont pas droit, mais en revanche, qu'est-ce qu'ils (je me censure d'avance !) le monde, pour compenser. Ils cherchent "la palme du martyre", il faut bien que l'autre soit méchant pour avoir du mérite, ou pire, se tuent s'ils peuvent en profiter pour tuer les autres. Lamentable... Se faire ouvrir les veines, retenir son souffle et en mourir, fumer sciemment trop d'opium pour faire croire à un accident et éviter que les survivants se culpabilisent, comme trop souvent, c'est un tout autre style.

"La disparition de l’espèce humaine sur la Terre. Tout le reste, franchement, c’est accessoire."

La survie à tout prix, donc ? Eh bien, certains pensent qu'un gouvernement mondial résoudraient des problèmes mondiaux, eux aussi, et militent pour cette idée lamentable.
Lamentable pourquoi ? S'il y avait une dictature. Or tout gouvernement peut l'être dès l'origine, ou le devenir. Si une dictature de la sorte existait, elle ne pourrait jamais être renversée.

Pourquoi ?

Tout pouvoir à l'intérieur, les totalitarismes, d'autres choses encore, ont augmenté les techniques de pouvoir. Le savoir opprimer, j'en ai des idées amusantes, sur le sujet, mais ne nous dissipons pas, enfin, pas trop... Tout pouvoir à l’intérieur grâce à des technologies plus développées qu'elles le furent dans les pays totalitaires.

Or le nazisme a été vaincu par les armes, le soviétisme par la course aux armements.
L’extérieur. Mais il n'y en a plus, si un même gouvernent contrôle tout ! Ainsi donc, la tyrannie n'a aucune raison de cesser, sauf repentir des gouvernants, aussi probable que dans les régimes totalitaires... En fait, moins. Car l’extérieur existant, les dirigeants étant le mieux placés pour savoir ce qu'on pouvait penser de leur régime et d'eux-mêmes, et pouvaient en être influencés. Chaque nouvelle génération de dirigeants connaîtra moins ce que l'opinion des siècles passés aurait pensé d'elle, parce que le présent est plus présent que le passé. D'ailleurs, on aurait pu en effacer les traces... Il est dans la dynamique de la situation, pour cela et d'autres raisons, que les tyrans soient toujours plus atroces, les soumis, soumis, sans doute exterminés de loin en loin, parce que la distance croissant de plus en plus entre dirigeants et dirigés, devrait ravaler sans cesse davantage là plèbe à l'esclave et à l'animal.

Donc, peut-être probabilité plus importante de résoudre les problèmes d'un côté, et de l'autre, possibilité d'une dictature durant en principe autant que l'espère, que choisiriez-vous ?

---------------------------

@ duvent
"Depuis Brady en passant par le dépliage des trombones, c'est ce qui s'appelle du raisonnement !! Je crois même qu'un instant vous avez réussi à m'effrayer... Noblejoué a essayé de prendre votre place laissée vacante un instant mais vous êtes bien meilleur"

Je n'essaie pas de prendre la place de quiconque, je suis ma propre voie... On est d'accord Robert Marchenoir et moi ou non, mais on ne peut nier que nous essayons de trouver des solutions pour défendre la liberté. Ce ne sont pas les mêmes, mais chacune a sa logique.
On peut se demander quel est votre souci, à part persifler, et votre logique, à part essayer de capter l'attention.

Tomas

@ Robert Marchenoir

Effectivement, il n’y a qu’à se plonger dans la biographie de Ian Brady pour apprendre qu’il ne connut pas son père et fut confié par sa mère en famille d’accueil dès sa plus tendre enfance. Comme les frères Kouachi, en somme. On fait mieux comme départ dans la vie, même si heureusement tous ceux qui sont passés par là ne sont pas devenus des criminels, mais je pense que ce parcours familial le fait déjà sortir de la norme. Enfin, passons.

Pour le reste vous nous faites encore du Zemmour (que j’ai entendu dire l’autre jour qu’en 1900, « le Kosovo comptait 99% de Serbes », ce qui est totalement faux, mais évidemment ce n’est pas cet inculte de Pascal Praud qui allait le contredire) : faits assénés à la louche sans aucune source valable, généralisations abusives et approximations flagrantes.

Commençons par le million de jeunes Anglaises qui auraient été violées par de sauvages musulmans assoiffées de sang. Le Système britannique doit être complice alors, car les dernières données officielles sont tristement banales : au Royaume-Uni, 1 enfant sur 20 a été abusé sexuellement, et 90% d’entre eux par quelqu’un qu’ils connaissaient :

https://www.nspcc.org.uk/preventing-abuse/child-abuse-and-neglect/child-sexual-abuse/sexual-abuse-facts-statistics/?_t_id=1B2M2Y8AsgTpgAmY7PhCfg%3d%3d&_t_q=fact+and+figures+about+child+abuse+in+the+UK&_t_tags=language%3aen%2csiteid%3a7f1b9313-bf5e-4415-abf6-aaf87298c667&_t_ip=77.158.88.38&_t_hit.id=Nspcc_Web_Models_Pages_TopicPage/_62dec983-67bd-477b-abe4-4b7343b682ad_en-GB&_t_hit.pos=2

Poursuivons par l’opposition caricaturale entre le martyr chrétien qui sacrifierait sa vie sur l’autel de la religion, et son homologue musulman qui serait célébré à la hauteur du nombre de victimes qu’il aurait causées. Là on est tout bonnement dans l’intoxication pure et simple. Le terme arabe « shahîd » a le même sens étymologique de « témoin » que le mot martyr, lequel est d’origine grecque. Dans le Coran on désigne par ce terme ceux qui se sont soumis à Allah (la soumission à Allah est l’idée centrale du Coran, le reste est accessoire), les vertueux, les prophètes (en islam, Jésus est donc un martyr), sans aucune mention de leurs performances en matière d’éradication d’infidèles (on rappellera par ailleurs que le Coran proscrit les conversions forcées des « gens du Livre »). Aujourd’hui, les autorités principales de l’islam (dans laquelle je n’inclus pas le calife autoproclamé Al-Baghdadi) accordent le statut de martyr à toute personne morte violemment. Rafic Hariri, Premier ministre libanais tué dans un attentat en 2005, est un martyr ; les soldats libanais morts dans le conflit avec Israël en 2006 sont des martyrs ; des migrants morts dans le naufrage de leur bateau en 2007 se sont vu décerner le titre de martyr par la grande mosquée Al-Azhar, mais il est vrai que cela n’a pas fait l’unanimité. Bref, il est réducteur d’affirmer que « dans l’islam, le martyr est celui qui tue des chrétiens ». (https://www.oasiscenter.eu/fr/le-martyre-dans-l-islam-actuel)

Terminons sur le djihad. Je m’étonne au passage que vous pensiez être le précurseur de l’emploi d’un terme largement connu du grand public depuis les années 70/80 et la guerre du Liban au minimum, mais passons. Le djihad n’est pas seulement un équivalent de la croisade chrétienne (qui n’est pas une invention de la Bible, c’est vrai), mais l’ensemble des devoirs religieux qui s’imposent au bon musulman. C’est un combat sur soi-même avant d’être une exhortation à convaincre les infidèles. D’ailleurs les règles de la guerre en islam édictées par le Coran interdisent de tuer les innocents, de brûler les corps de leurs ennemis ou de les mutiler.

Tout cela pour dire que contrairement à ce que vous affirmez péremptoirement, ce ne sont pas l’islam ou le Coran qui sont le problème, mais bien les islamistes et leur méconnaissance profonde des règles élémentaires de leur religion. Je suis comme vous partisan d’une lutte résolue contre eux, ainsi que d’un traitement des causes multifactorielles du phénomène. Ce sera long, compliqué et coûteux, et il faut espérer que la dynamique propre du monde musulman (dont je maintiens qu’elle n’est pas aussi négative qu’elle en a l’air) nous donnera un coup de main.

Quant à Bernard Lewis, sa thèse sur le déclin de l’islam à partir de la Renaissance est intéressante, mais un distingué chercheur ne devrait pas faire de pronostic hasardeux comme il le fait : les Musulmans sont largement minoritaires en Europe comme en France et les pays musulmans d’Afrique du Nord ont pour la plupart terminé leur transition démographique, quant à l’Afrique qui constituera la principale source d’immigration à venir au cours de ce siècle, elle est autant chrétienne que musulmane. En démographie la prévision est toujours un exercice délicat.

Enfin, vous au moins vous avez le mérite après votre longue et poussive démonstration, nourrie aux fake news de surcroît, de proposer une solution claire : police politique, camps de concentration, mukhabarat à la française. Cette franchise trop rare est à saluer !!

@ hameau dans les nuages

Ecoutez, vous me fatiguez avec vos invectives dépourvues de la moindre esquisse d’argument. Pour vous faire passer la ruque vous devriez créer un kriegspiel sur la bataille d’Alger ou une uchronie finissant bien sur l’Algérie française, ça vous soulagerait peut-être la bile. Quand je dis « nous », je pense aux Français blancs chrétiens (ou catholiques zombies, pour reprendre la jolie expression d’Emmanuel Todd) qui me semblent être l’essentiel sinon la totalité des commentateurs de ce blog. Et je reste parfaitement solidaire des habitants des banlieues, basanés ou pas, qui appellent à l’aide en réclamant le minimum syndical en matière de services publics, une éducation de qualité qui leur permettrait d’espérer un autre avenir que le chômage de masse pour leurs enfants et une police un minimum plus respectueuse.

@ Noblejoué
« C'est de se faire contaminer par la non démocratie, la non science, la non égalité, même en droit, des femmes, la non laïcité ».

Dans ce cas, les pro-life de la manif pour tous et les anti-vaccins de tout bord sont aussi des ennemis de la République. Je préconise qu’on les envoie en Somalie (par exemple, y’a qu’à les débarquer dans des bateaux, personne y dira rien !), comme ça la démocratie sera préservée chez nous.
Plus sérieusement, je vois mal comment 10% de la population pourrait contaminer les autres. Je suis d’accord avec vous, il faut convertir les immigrés musulmans qui viennent d’arriver à la laïcité qui leur est une notion absolument étrangère, mais je ne vois pas en quoi ça ne serait pas faisable.

« Vous savez ce qu'on fait, lors des épidémies, on se renferme. »

Euh non. Au Moyen Age peut-être mais aujourd’hui, on prend des mesures prophylactiques sur les vols à risque et on envoie l’OMS tuer l’épidémie dans l’œuf. Comparaison non pertinente.

« Si c'était le cas, nous n'aurions pas les problèmes de djihad gaulois que nous avons sur les bras. »

Effectivement, si nous avons 25% de convertis chez Daech, des Maxime Hauchard, des David Drugeon, des Emilie König, c’est à cause de l’immigration. Ce ne serait pas plutôt à cause du délitement de notre propre société, que nous refusons de voir en face, préférant trouver des boucs émissaires ?

« D'après vous nous avons surmonté Vichy. Non ? Nous avons renversé ce régime, vaincu l'Allemagne ? On peut être dans le camp des vainqueurs sans être vainqueur comme un citoyen romain réduit en esclavage délivré quand les légions détruisent l'ennemi. »

Nous avons surmonté Vichy, oui, enfin presque, il reste quelques scories mais elles n’en ont plus pour longtemps espérons-le. Reconnaissance éternelle aux soldats américains, anglais, canadiens, australiens, néo-zélandais, sud-africains et autres venus se faire tuer sur les plage de Normandie et à l’Armée rouge qui non contente d’avoir anéanti la Wehrmacht a eu le bon goût de s’arrêter à Berlin, mais on ne va pas ressasser cette histoire et la laisser influencer notre politique intérieure et étrangère ad vitam aeternam.

« Si la mort individuelle et celle des civilisations n'est pas une tragédie, qu'est-ce qui l'est ? »

La disparition de l’espèce humaine sur la Terre. Tout le reste, franchement, c’est accessoire. La mort individuelle n’est pas une tragédie mais l’aboutissement logique de la vie, sauf évidemment quand elle survient prématurément et de manière injuste. La fin des civilisations, qui n’est jamais totale (voir ce qui reste de Rome chez nous, ce n’est pas négligeable), est un événement courant de l’histoire humaine, comme la mort des Etats et des empires. Notre tour viendra un jour, soyez-en sûr !

« Que vous êtes sérieux. Je ne vous confierais ni une civilisation, ni une vie, en fait, rien, puisque les réalités de la plus haute importance ne sont pas graves, et comme si cela ne suffisait pas, que vous dites des choses contradictoires. »

Si ça peut vous rassurer, je ne prétends pas sauver la civilisation à moi tout seul ! Mais vous pourriez me donner vos enfants à garder, vous les retrouveriez intacts, je vous assure ! Mes contradictions ne sont que l’expression de ma pensée qui est sans doute trop complexe pour être exposée de façon digeste en cinq minutes sans relecture comme je le fais.

Patrice Charoulet

Il y a quelque temps, j'avais fait lire aux lecteurs de ce blog un article, assez original, de Richard Millet s'exprimant sur le décès du chanteur de rock adoré des Français. Ses textes méritent le détour, sur beaucoup de sujets.

Mais, puisqu'il est ici parlé d'islam, je cite encore Richard Millet et le commenterai :
"Il n’est pas interdit d’espérer que, comme en 1975 et en 1976, de jeunes chrétiens, collant sur la crosse de fusils d’assaut des images du Christ Roi ou de la Sainte Vierge, la croix autour du cou, avanceront un jour vers ces bastions pudiquement appelés « quartiers difficiles », ou plus justement « zones de non droit » - exactement ce qu’était le camp de Tel al-Zaatar."

L'ennui, c'est que je crois savoir qu'un commandement célèbre dans la religion chrétienne est : "Tu ne tueras point." Sans oublier que le coeur de la morale, bien nouvelle, de Jésus est : "Aimez vos ennemis", "Tendez l'autre joue", "Rendez le bien pour le mal", etc.
On comparera avec ce que Dieu, dans le Coran, demande de faire aux athées, aux juifs et aux chrétiens.

duvent

@ Robert Marchenoir

Depuis Brady en passant par le dépliage des trombones, c'est ce qui s'appelle du raisonnement !! Je crois même qu'un instant vous avez réussi à m'effrayer... Noblejoué a essayé de prendre votre place laissée vacante un instant mais vous êtes bien meilleur ! Je vais commencer le stockage du sel de la terre, vital, je pourrais éventuellement en faire une contrebande. La peur n'évite pas le danger, mais enfin, le chœur des trembleurs se fait entendre dans les forêts pas lointaines...

Par ailleurs, damnatio memoriae ? to be or not to be ? un œil pour trois ? œil pour œil ? Je sens que si vous poussez encore un peu votre argumentaire il se pourrait qu'il me vienne des idées de crimes...
La confusion est une vertu ? Si oui, Pandore le savait-elle ? Si non, que fait l'espérance dans sa boîte ?

Noblejoué

@ Tomas
"Mais je trouve votre vision un peu idyllique, je ne vois pas une société bloquer les migrants par tous les moyens à nos frontières d'une part et tolérer ceux qui les laisseraient rentrer d'autre part."

C'est-à-dire qu'il faut bien comprendre, je sais que je vais choquer, que tout le monde n'a pas les mêmes devoirs. Je ne préconise pas une société de caste, mais simplement, je sais que tout le monde n'a pas la même vocation. Le soldat doit tuer, exception au non meurtre, le médecin se taire, exception à dire certaines choses que d'autres devraient dénoncer.
Il en va de même face à l'émigration. Il y a éviter que cela touche notre sol, et quand cela est, les réactions contrastées des membres de notre société face à cette réalité : à société à division du travail et valeurs pluralistes des réactions contrastées.

"Quant au racisme, il me semble m'être insurgé plusieurs fois contre, c'est d'ailleurs ce que je suis en train de faire présentement car on ne va pas se le cacher, c'est le fait que la France se basane qui nous heurte."

Ah, vous vous êtes insurgé. Dans ce cas mes excuses... Par contre, pour moi, et pour bien des gens, ce n'est pas que la France se basane, le problème.
C'est de se faire contaminer par la non démocratie, la non science, la non égalité, même en droit, des femmes, la non laïcité.
Si tout ça ne vous suffit pas pour fermer la porte, que vous faudra-t-il donc, on se le demande ? Vous savez ce qu'on fait, lors des épidémies, on se renferme. Ce n'est pas nous qui allons leur apporter la santé, mais eux la destruction. A moins que vous ayez vu des épidémies de bonne santé ? Il se peut qu'un jour, qui sait, le monde arabe se démocratise. En attendant que des gens soient devenus convenables, on ne les admet pas chez soi. Mais c'est quoi cette histoire de croire que la consommation, que l'éducation peut tout ? Si c'était le cas, nous n'aurions pas les problèmes de djihad gaulois que nous avons sur les bras. Incapacité française de reconnaître ses échecs, mais enfin, d'après vous nous avons surmonté Vichy. Non ? Nous avons renversé ce régime, vaincu l'Allemagne ? On peut être dans le camp des vainqueurs sans être vainqueur comme un citoyen romain réduit en esclavage délivré quand les légions détruisent l'ennemi. Une confusion qui arrange notre vanité, laquelle compte plus que notre survie, on ne se demande pas comment éviter de perdre encore notre liberté.

"Ni les Arabes, ni les Musulmans, ni les Noirs, ni les Chinois, ni les Juifs, ni les Roms, ne représentent un danger mortel pour notre civilisation."

Ne noyons pas le poisson, voulez-vous ? Les Noirs sont des malheureux, les Chinois, des concurrents, les Roms, essentiellement un problème de mauvaise coordination de l'Union européenne, les Juifs, des gens que j'ai longtemps pris pour des malheureux qui avaient néanmoins découvert le mécanisme du bouc émissaire, et sur qui j'aurais bien plus envie de me renseigner pour, finalement, leur amour de la liberté et de la connaissance, découvert à partir d'un livre passionnant sur les pirates juifs des Caraïbes, on passe de l'histoire lacrymale à tout autre chose, vraiment, j'ai mille fois plus envie de creuser ce sujet, un peu commencé, que l'arabe, je n'aime pas trop agir sous la menace, les Juifs me plaisent plus quoique le monothéisme soit un sacré problème, c'est le cas de le dire.
Les Arabes... J'ai le droit de ne pas me répéter ?

"Si elle se replie sur elle-même tel un petit vieux n'ouvrant à personne, elle est effectivement condamnée à brève échéance par le rouleau compresseur de l'Histoire. Ce ne sera pas une tragédie, après tout les civilisations aussi sont provisoires !"

Si la mort individuelle et celle des civilisations n'est pas une tragédie, qu'est-ce qui l'est ? Faire confiance, pour sa sécurité, à quelqu'un qui ne prend pas suffisamment à cœur la préservation n'est pas sérieux.
Et puis, vous vous contredisez. Notre civilisation est romaine, ou alors, la civilisation romaine a disparu, et ce n'est pas grave, tout civilisation étant provisoire ? Il peut y avoir mille causes de mort d'un individu ou d'une civilisation, mais enfin, sauf avec le chat quantique, on n'est pas à la fois mort et en vie !
Que vous êtes sérieux. Je ne vous confierais ni une civilisation, ni une vie, en fait, rien, puisque les réalités de la plus haute importance ne sont pas graves, et comme si cela ne suffisait pas, que vous dites des choses contradictoires. Mais comment prendre la réflexion au sérieux quand on ne le fait pas du monde ?

caroff

@ Robert Marchenoir 2h41
"Ce sera une guerre sale. Mieux vaut le savoir. Il est impossible de faire face autrement à la guerre hybride que nous mène l'islam sur notre propre territoire, à l'aide de troupes non seulement déjà infiltrées, mais possédant la nationalité des pays ennemis (les nôtres) et ayant largement commencé à en noyauter les centres de pouvoir."

La totalité de votre post mérite les louanges de tous ceux qui ne veulent pas de l'islamisation de notre pays.
Dans un autre fil je crois, j'ai écrit que nous ne voulions pas la guerre parce qu'elle était impossible à mener dans le contexte politique d'aujourd'hui qui érige en héros (ou héroïnes) les défenseurs "progressistes" de l'islam, en fait 95% des journalistes-animateurs-hommes et femmes politiques de tous bords...

Si nous ne voulons pas la guerre c'est que nous sentons bien que les seules solutions qui vaillent apparaissent violentes et cruelles, voire injustes. Et c'est précisément parce que notre société est imprégnée par le christianisme et les valeurs que vous avez décrites que l'islam triomphera tôt ou tard !

hameau dans les nuages

@ Tomas
"C'est le fait que la France se basane qui nous heurte."

Et vous dites avoir vécu dans les cités banlieusardes ? Que faites-vous des basané(e)s de ces cités qui appellent au secours ? Elles ne vous intéressent plus car assimilées par la France "blanche" ?

En fait vous n'avez rien compris. A défaut d'être complice.

Aliocha

Guerre sale contre dévoiement des religions, il y aurait une solution contenue en filigrane dans les propos de Marchenoir, avant qu'il ne conclue comme à l'habitude après un diagnostic des plus justes, par une solution des plus erronées.

Cette solution serait de réellement se poser la question scientifique du phénomène religieux, de continuer à l'étudier pour s'apercevoir que l'escalade violente vient des réciprocités de domination que le monde vit depuis les origines, s'appuyant sur des textes décrivant ces mouvements profonds et en niant les conclusions auxquelles ils arrivent, le Coran n'étant finalement que la dénonciation de cette hypocrisie et l'affirmation apocalyptique de la révélation, la position particulière du Christ dans ce texte en témoignant, car révélant ce qui ne peut être que la fin des religions par la connaissance du religieux.
L'inculture généralisée des phénomènes propitiatoires de contention de la violence du groupe humain trouve dans le dévoiement final islamique l'apogée hypocrite de la créature hominidée qui refuse de renoncer à son pouvoir de domination, risquant la destruction totale.

Les peuples européens vivent des instants cruciaux, et les élections allemandes et italiennes viennent alimenter la contradiction décrite ci-dessus. Leur responsabilité est particulièrement engagée dans l'exercice naturel de protection que la situation demande et qui est de l'ordre de la connaissance profonde inscrite dans leur culture du phénomène religieux, et là se place la radicalité nécessaire à opposer à la violence dont ils sont actuellement victimes.

Le pari est de fonder sa geste sur la raison, et non de céder aux réciproques qui pulvérisent alors la connaissance, et de faire confiance au pouvoir subversif absolu du texte chrétien, le christianisme étant l'incroyance dans le phénomène violent, l'affirmation pleine et entière que, justement, Dieu est amour, que là est la vérité qui , même si elle déchaîne la violence car elle en révèle le mensonge et l'inanité, la violence alors, en retour, ne peut rien contre elle.

Là se situe la foi, dans la certitude que nous est donnée la possibilité de savoir réellement, qu'il ne nous en faut que le courage et la patience de savoir l'affirmer, que les peuples européens, après avoir failli dans cette croyance de la réalité du réel, sont absolument déterminés à défendre cette science et par tous les moyens, au bénéfice de l'humanité.

Savonarole

@ Robert Marchenoir de 02:41

Implacable démonstration, comme d'habitude.

Pour égayer votre propos on aurait pu citer le livre de Gilles Kepel, qui en 2000 avait prédit "la fin de l'Islamisme". Véritable gag macabre, puisque le 11 septembre 2001 les deux tours du World Trade Center s'effondraient.
Cela n'a pas empêché ce druide de passer sur tous les plateaux de TV et radios pour nous annoncer la bonne nouvelle jusqu'au 11 septembre 2001...

Ses étudiants de Sciences Po sont toujours aussi nombreux à assister à ses fulgurances prévisionnelles.

http://journals.openedition.org/assr/20904

Robert Marchenoir

Le mal existe. Il existe des êtres intrinsèquement maléfiques. Pour s'en convaincre, il suffit de se plonger dans la biographie d'Ian Brady et de sa compagne Myra Hindley, les plus abominables assassins en série et violeurs d'enfants que la Grande-Bretagne ait connus depuis longtemps. Longtemps, ils ont symbolisé pour les Britanniques le mal absolu. Condamnés à la prison à vie pour une série de crimes commis dans les années 1960, ils sont morts l'un et l'autre en prison, Ian Brady l'année dernière, à l'âge de 79 ans.

Le détail le plus abominable qui a révulsé les Britanniques : l'assassin n'a jamais voulu révéler l'endroit où il avait enterré l'une des victimes. Les autres corps ont été retrouvés, mais Brady a emporté avec lui, dans la mort, le secret concernant le dernier cadavre.

Il ne l'a pas emporté dans sa tombe, car son corps a été incinéré, et ses cendres dispersées en mer, de nuit, par la police ; mesure hors du commun, quasi moyenâgeuse, témoignant de la condamnation unanime de la société.

Marque supplémentaire de sa vocation au mal, Ian Brady, fait extraordinaire, a écrit en prison, et publié, un livre consacré à la biographie de plusieurs assassins en série.

Ce livre est précédé d'une introduction où il justifie, et en tous cas excuse, les actes de ces criminels.

Ces justifications sont le décalque exact des arguments de gauche que vous lisez tous les jours dans les commentaires de blog, sous la plume des intellectuels conformistes, dans la bouche des journalistes ordinaires, dans les déclarations des hommes politiques de gauche (et même de droite), pour expliquer et excuser la criminalité : c'est la faute de la société, la délinquance en col blanc est la plus grave, l'oppression du peuple par les patrons reste impunie, et d'ailleurs, lui-même, Ian Brady, demeurait injustement emprisonné par le système.

On croirait lire un éditorial du Monde, un communiqué de la France Insoumise ou une tirade de Christiane Taubira.

Or, Ian Brady était la réfutation incarnée de ces thèses éculées, avatar de l'idéologie communiste : son inclination criminelle n'était pas la faute de la bêtise, il était extrêmement intelligent ; elle n'était pas due à l'absence d'éducation et de culture, il était extrêmement cultivé.

Sa dernière biographie a été écrite par un professeur de théologie, qui l'a visité très régulièrement dans sa prison, pour le comprendre, à la demande de la mère de l'une des victimes. Brady en a fait son confident, et son exécuteur testamentaire. Le livre, publié l'année dernière, constitue une plongée fascinante dans l'âme criminelle.

Ian Brady, dans sa prison, discutait longuement, avec son visiteur, de Sartre, Camus, Dostoïevski et Nietzsche. Interrogé sur son choix de tuer des enfants plutôt que des adultes, il répondit : "Ce sont des exercices existentiels". Interrogé sur ses motivations, il revendiquait ses crimes et les justifiait : rien n'avait d'importance, la moralité n'existait pas, la seule vie valant d'être vécue était une vie de rébellion.

Cette rébellion qui semble, en France, être l'une des "valeurs républicaines" les plus fréquemment invoquées par les gauchistes les plus enragés comme par l'extrême droite la plus convenable, mais aussi par les braves gens les plus modérés, les plus affables, qu'ils soient du centre, de gauche ou de droite.

Dans sa jeunesse, Ian Brady s'est "rebellé" contre tous les symboles de la société. A une époque où, en Angleterre, les cinémas terminaient la séance par l'hymne national, et où chacun, bien entendu, se levait en signe de respect, lui et sa compagne se ruaient hors de la salle avant le "God save the Queen", pour ne pas avoir à subir cette "humiliation". Dans sa rage "anti-système", un jour, Ian Brady souleva de terre un spectateur qui lui barrait le passage à ce moment-là. Plus tard, il dit qu'il aurait pu le tuer.

Il avait, bien sûr, un profond mépris pour la religion chrétienne. Une fois, Myra Hindley, qui servit d'appât aux enfants assassinés et participa activement à leur mise à mort et aux agressions sexuelles, l'accompagna dans une église, pendant la messe, "pour voir". Pris de dégoût, ils se précipitèrent à l'extérieur, et Ian Bradley urina contre le mur de l'église.

Très tôt, il avait lu les oeuvres de Hitler et du marquis de Sade.

Ian Brady et Myra Hindley étaient des indigènes. Des Blancs. Pour ceux que ce mot choque, des Européens de culture judéo-helléno-romano-chrétienne. Si leurs forfaits, commis il y a plus de cinquante ans, sont encore présents à ce point dans la mémoire des Britanniques, si l'Angleterre entière connaît le nom -- et le visage -- d'Ian Brady, si le couple infernal est resté emprisonné jusqu'à la mort malgré ses multiples demandes de libération, si les restes de Brady ont été symboliquement répandus en mer pour que rien n'en demeure, c'est que des crimes aussi révoltants sont excessivement rares, de la part des autochtones.

Leurs forfaits prouvent que "iadéconpartou", suivant la formule toute prête immanquablement opposée, par les gens comme il faut (c'est-à-dire de gauche, même quand ils votent à droite), à ceux qui s'inquiètent de la sur-délinquance suscitée par l'immigration de masse de populations extra-européennes.

En revanche, qui se rappelle le nom du chef africain du "gang des barbares" qui a organisé l'enlèvement, la torture et l'assassinat d'Ilan Halimi ? Bien peu de gens, et il est douteux que quiconque pourra le citer dans un demi-siècle, à l'instar de celui d'Ian Brady.

Qui connaît le nom de ces musulmans qui ont égorgé un prêtre à Saint-Etienne-du-Rouvray, pendant la messe ? Pas moi, et pourtant je suis, de près, les funestes progrès du terrorisme islamique en France et dans le monde.

Qui connaît les noms de ces Pakistanais, Afghans et autres immigrés musulmans en Grande-Bretagne , qui ont transformé en esclaves sexuelles des milliers, peut-être un million de très jeunes filles paumées, blanches et de culture chrétienne ? Personne, tout simplement car il y en a trop : si des centaines de ces violeurs ont été condamnés, des milliers d'autres sont probablement en liberté.

Il faut donc bien comprendre qu'en matière d'islamisation, nous sommes complètement en dehors du cadre pénal. Même au sein de cet univers, l'exemple de Ian Brady montre que la règle de Philippe Bilger, issue de son expérience, selon laquelle "aux assises, l'accusé même le plus coupable affirme ne pas vouloir renouveler son crime, soit à cause de la peine qu'il va subir, soit par une prise de conscience éthique surgissant parfois miraculeusement", n'est pas toujours vraie, et qu'il y a, en effet, comme il le souligne, des "exceptions" qui sont bien réelles.

Avec la "lutte contre la radicalisation", nous entrons dans une tout autre dimension. Pour commencer, il faudrait avoir le courage de nommer les choses. Il ne s'agit pas de lutte contre la radicalisation, ni même de lutte contre la radicalisation islamique. Il s'agit de lutte contre l'islam. Il s'agit de riposter à la guerre que nous mène l'islam.

Parler de lutte contre la radicalisation garantit l'échec, d'abord parce que, contrairement à Philippe Bilger, les sommités qui nous dirigent se contentent en général de parler de radicalisation tout court, et suggèrent donc que la solution se trouverait dans une modération centriste de bon aloi, et que toute réaction radicale serait funeste.

Ce faisant, ils fourrent aussi dans le même sac toutes les opinions"radicales" quelles qu'elles soient. Par exemple, votre serviteur est souvent qualifié, ici ou là, "d'ultra-libéral" (et je peux pourtant vous garantir que je suis un libéral mollasson du point de vue d'innombrables "ultra-libéraux", qui ne se privent pas de me le faire savoir).

Plus grave, les autorités suggèrent ainsi que se dire radicalement opposé à l'islamisation de la France et à l'immigration de masse constitue, également, une forme de "radicalisation" condamnable. Alors que cette conviction est, au contraire, indispensable pour lutter efficacement contre l'offensive islamique.

En réalité, nous devons lutter contre ceux qui s'emploient à mettre en oeuvre, pour nous détruire, l'authentique doctrine de l'islam. Pas l'islam "radical", l'islam "interprété de travers" ou je ne sais quelle autre fadaise. Le véritable islam, ce qui s'appelle l'islam, tout simplement.

Il est bien évident que beaucoup de musulmans sont de mauvais musulmans : leur religion leur enjoint d'asservir et de massacrer le monde entier pour faire triompher l'islam. Il faut bien dire que c'est assez fatiguant, de massacrer tout le monde ; et puis c'est aussi un peu risqué : on risque d'y passer soi-même. Tous ne s'y emploient donc pas, tout le temps.

De même, beaucoup de chrétiens sont des chrétiens, mettons, moyens. Leur religion leur enjoint de tendre à la sainteté, de s'humilier pour l'amour du Christ et l'amour de leur prochain ; voire de sacrifier leur propre vie pour convaincre le monde du bien-fondé de leur religion.

Sans attenter à la vie des autres, bien entendu, ce qui fait du martyr chrétien exactement le contraire du martyr musulman, qui, lui, est glorifié à la mesure du nombre d'incroyants qu'il tue en même temps qu'il prend l'initiative de se suicider. Scandaleuse confusion lexicale, qui est exploitée tant et plus par les musulmans et leurs complices occidentaux pour manipuler les foules.

Disons, tout au plus, si l'on tient à couper les cheveux en quatre, qu'il s'agit de lutter contre l'activation de l'islam. Une bactérie peut rester dormante pendant des siècles, une bombe atomique peut rester sagement dans son silo, une doctrine imbécile et maléfique peut être cantonnée à une poignée d'illuminés qui se contentent de rêver de rivières de sang, sans pour autant les faire advenir.

Il n'en reste pas moins que la nature du bacille de la peste est de transmettre la peste, et que l'essence de la bombe atomique est d'infliger des destructions inimaginables.

Il faudrait être aveugle, ou de mauvaise foi, pour ne pas discerner que dans les circonstances historiques où nous nous trouvons, l'islam a été activé, et qu'il a été activé contre nous, les Occidentaux, les chrétiens, les juifs, et plus généralement contre quiconque n'est pas musulman. Et ce, à travers le monde entier. Puisque telle est la doctrine musulmane.

La doctrine musulmane impose de faire la guerre au monde entier, par les moyens les plus abominables dont nous sommes témoins actuellement. Ce sont ceux qui sont prescrits dans le Coran et les autres textes sacrés musulmans. Cela porte même un nom : le djihad.

Je me souviens du temps où un certain nombre d'hurluberlus dans mon genre écrivaient ce terme dans l'espace public, et où nous avions l'impression de parler en sanscrit à des Danois. Depuis, il y a eu des "progrès" : le mot, hélas, est entré dans le discours public.

La solution n'est donc ni pénale (bien que différentes mesures judiciaires soient indispensables), ni scolaire et encore moins "sociale". Elle est politique, et militaire.

Il s'agit de lutter contre la guerre que nous mènent les musulmans, sur notre propre sol et à l'étranger. Je ne parle pas seulement du terrorisme. Les Pakistanais "britanniques" qui capturent de pauvres filles de treize ans pour les violer en groupe, puis les soumettre à la prostitution, et qui s'en vantent une fois capturés par la police, font partie de ces guerriers.

De même que l'Africain qui a, récemment, tué une vieille dame juive, à Paris, en la jetant par la fenêtre. De même que les individus issus de l'immigration qui se livrent, désormais régulièrement, à travers l'Europe, à ce crime abominable, et à ma connaissance absolument inconnu auparavant, du viol de femmes très âgées.

La seule façon de nous sauver de ce péril mortel est de mener une guerre impitoyable (et, oui, radicale) contre ces envahisseurs qui "viennent, jusque dans vos bras, égorger vos fils, vos compagnes".

Ce sera une guerre sale. Mieux vaut le savoir. Il est impossible de faire face autrement à la guerre hybride que nous mène l'islam sur notre propre territoire, à l'aide de troupes non seulement déjà infiltrées, mais possédant la nationalité des pays ennemis (les nôtres) et ayant largement commencé à en noyauter les centres de pouvoir.

Guerre hybride, en passant, comme celle que mène le gouvernement russe contre les nations européennes et les Etats-Unis, avec des moyens déloyaux et clandestins qui permettent de nier officiellement toute intention belliqueuse.

Guerre sale veut dire : moyens d'exception. Pensez : police politique anti-musulmane. Brigades contre-djihadistes. Mukhabarat inversés à la française. C'est le travail des services secrets. Je suppose -- j'espère -- que ces derniers ont déjà entamé leur mutation sur ces lignes.

Pensez aussi : Guantanamo. Camps de concentration. Oh ! on ne les appellera pas ainsi, pour ne pas froisser la sensibilité ultra-délicate de nombre de nos contemporains. Je fais confiance à l'imagination des énarques pour trouver des désignations tout à fait anodines, du genre "centres de protection de la population" ou "quartiers de pacification".

N'oublions pas que la France possède un nombre considérable de territoires isolés, voire insulaires, à l'autre bout du globe. On nous parle tout le temps de leurs richesses maritimes cachées sous forme de "nodules métalliques", dont personne n'a vu, pour l'instant, la queue d'un. Tant qu'a subir le lourd poids budgétaire de ces boulets intempestifs, autant les mettre au service du rétablissement de la sûreté nationale et de la souveraineté de la France.

On ne parlera pas de bagne, bien sûr. Là encore, nous avons cinq millions de fonctionnaires, qui, au lieu de déplier des trombones, seront ravis d'appliquer leurs talents à inventer des institutions adaptées, et les appellations administratives qui vont avec. Les Australiens l'ont fait.

Faute de quoi, la prédiction qu'a faite mezzo-voce, il y a quelques années, Bernard Lewis, l'un des meilleurs islamologues encore vivants (qui n'a rien du fou furieux ni du militant), a toutes les chances de se réaliser : l'Europe deviendra sans doute musulmane, a-t-il déclaré à un magazine allemand.

L'homme a 101 ans, et a consacré sa vie à l'étude de l'islam. Son expertise est reconnue aussi bien par les musulmans que par les Israéliens. Ce n'est pas faire injure à Edouard Philippe que de dire que Bernard Lewis en connaît un peu plus long que lui sur le sujet.

Tomas

@ Noblejoué

Effectivement sur le sujet j'ai tout dit, là on se répète. Mais je trouve votre vision un peu idyllique, je ne vois pas une société bloquer les migrants par tous les moyens à nos frontières d'une part et tolérer ceux qui les laisseraient rentrer d'autre part.

Quant au racisme, il me semble m'être insurgé plusieurs fois contre, c'est d'ailleurs ce que je suis en train de faire présentement car on ne va pas se le cacher, c'est le fait que la France se basane qui nous heurte.

Enfin, si on peut considérer vu la permanence de son héritage que la civilisation romaine n'a pas disparu, elle a toutefois muté. Utiliser aujourd'hui le terme de Barbare est aussi subtil que d'employer celui de racaille, qu'adorent employer certains commentateurs ayant l'impression d'être transgressifs en singeant Sarkozy. Je me refuse pour ma part à ce genre de simplifications, et pense mordicus que ni les Arabes, ni les Musulmans, ni les Noirs, ni les Chinois, ni les Juifs, ni les Roms, ne représentent un danger mortel pour notre civilisation. Si celle-ci a confiance en elle (pas gagné, lisez le beau texte de Guy Debord sur l'intégration, il y a hélas du vrai), elle s'enrichira de ces nouveaux venus pour retrouver une vigueur nouvelle. Si elle se replie sur elle-même tel un petit vieux n'ouvrant à personne, elle est effectivement condamnée à brève échéance par le rouleau compresseur de l'Histoire. Ce ne sera pas une tragédie, après tout les civilisations aussi sont provisoires !

Noblejoué

@ Tomas
"Je ne vois pas vraiment en quoi le progrès technique pourra empêcher les vagues migratoires à venir, sauf au détriment de notre liberté."

Vous ne comprenez vraiment rien. On surveille la mer Méditerranée et d'autres endroits-clés par divers moyens.
Cela ne veut pas dire qu'on surveille les citoyens... Et si des citoyens veulent aider les entrants, on n'en fera pas un délit.

Les devoirs des forces de l'ordre ne sont pas celles du médecin, et pour le reste, si le devoir des gouvernants et de ceux qui voient ce que pourrait être l'avenir est d'anticiper, le devoir d'autres gens est autre.

"Vous préférez une Europe fasciste blanche ou une Europe démocratique métissée ?"

On vous entend moins quand des gens tiennent des propos racistes, et peut-être, en somme je ne suis pas comme vous, je ne fais pas de procès d'intention, fascistes.
Mon problème n'est pas la couleur de peau des gens mais le danger qu'ils font courir sur la démocratie, justement.

"Les Barbares... Vous êtes en plein délire civilisationnel"

De quelqu'un qui croit que nous sommes encore dans la civilisation romaine, cette accusation est comique.
Dire que quelqu'un délire parce que vous n'êtes pas d'accord est-il le signe d'une discussion bien rationnelle ?

Une fois, vous avez dit ne pas avoir le temps de me répondre. Et si c'était plutôt que vous n'avez rien à dire ?

Exilé

@ Achille
« La délinquance des jeunes est certes un gros problème sociétal qui existe depuis des décennies et contre laquelle aucun politique n’a encore trouvé une solution fiable et durable, si toutefois il en existe une. »

En clair, les politiques connaissent bien la nature du mal, mais ils refuseront mordicus de l'admettre, à savoir qu'eux et leurs prédécesseurs ont fait entrer en France - et continuent de le faire - sans aucune précaution des populations qui pour certaines ont été endoctrinées dès leur enfance dans leur pays d'origine dans une attitude de haine de la France, et donc des Français, accusés de tous les maux de la Terre et dont il convient de se venger.

Une fois chez nous, certains passent aux travaux pratiques en prenant en priorité pour cibles en matière de délinquance ou de criminalité des Franco-Français, mais de façon curieuse quand de telles affaires passent devant les tribunaux, elles sont dépersonnalisées, comme si elles avaient été commises par des délinquants lambda mus uniquement par des raisons crapuleuses alors que dans un cas de figure inverse nous n'entendrions parler que de racisme...

Ceci dit, sans pour autant tomber dans le « yaka-fokon », il existe toute une palette de solutions, des plus simples et de bon sens aux plus énergiques.
Quand on veut, on peut.

Tomas

@ hameau dans les nuages

C'est bien ce que je dis, vous solutions rappellent celles des dictatures sud-américaines des années 70... Par ailleurs, étant pour la légalisation des drogues pour des raisons déjà développées ailleurs, je suis sans doute bien plus dangereux pour les trafiquants que vous !

@ Noblejoué

Les Barbares... Vous êtes en plein délire civilisationnel.
Je ne vois pas vraiment en quoi le progrès technique pourra empêcher les vagues migratoires à venir, sauf au détriment de notre liberté. Vous préférez une Europe fasciste blanche ou une Europe démocratique métissée ?

hameau dans les nuages

@ Tomas | 04 mars 2018 à 12:57

Vous êtes terrible ! Tout entier à votre idéologie vous lisez en travers les autres commentaires. Je parle des bateaux humanitaires financés par Soros. Une mise en demeure avec tir de semonce à celui étant dans l'attente des clandestins donc vide. Remorquage et si opposition abordage, mise en sécurité de l'équipage et destruction du bâtiment. Pour ce qui est des passeurs sur leurs hors bord ou bateaux de pêche il faut bien qu'une fois leur cargaison amenée vers les "humanitaires" ils reviennent dans leur port d'attache donc à vide... destruction illico presto sans sommation.

J'appliquerai la même méthode pour les go fast trafiquants de drogue. Ah oui c'est vrai que pour vous c'est aussi inévitable...

Avec vous la racaille a de beaux jours devant elle.

Noblejoué

@ Tomas
"Ah bin oui, réglons le problème à coup de subventions à des Etats qui finiront pas réouvrir les frontières à la première bisbille diplomatique venue après avoir empoché l'argent, brillante idée en effet"

Mais je vois au moins que la venue des Barbares est un problème, et je cherche des solutions, au lieu d'attendre que tout se règle tout seul comme s'il y avait une Providence dans ce triste univers !

Oui, les Etats-tampons peuvent ouvrir la cage aux fauves mais existe-il des raisons pour des bisbilles diplomatiques ? Cessons de réclamer que les Barbares appliquent les droits de l'Homme, par exemple, c'est provocant et ne sert à rien... Cela servirait s'il y avait une action armée ou du moins un blocus commercial total... Comme cela ne se fera pas, parler ne sert à rien, et peut provoquer le lâchage des fauves chez nous.

Alors non !

Autre chose, dans le temps qui passe, il y a quoi ? Le progrès technologique : nous pourrons sans doute mieux repérer les gens venant chez nous et les renvoyer d'où ils viennent pour moins cher.

Autre chose : s'étant déshabitués à l'idée que les fâcheux viennent ici, les solutions que je préconise seront mieux appliquées.
Et il se peut qu'on en trouve d'autre.

Le temps ne joue pas dans le sens que vous croyez, société de consommation, Arabes se civilisant.
Il se joue, l'effet de sidération des masses migratoires venant chez nous passé, à l'application de solutions plus efficaces.

Sans compter que l'on aura sans doute d'autres idées...

Fi de la Providence et de toutes les illusions possibles et imaginables !

L'intelligence est le but et le moyen, l'intelligence, j'aurais tendance à dire, est tout, mais il ne faut pas oublier la volonté d'appliquer ce qui en résulte.

Tomas

@ hameau dans les nuages

Les choses sont simples avec vous. Vu le nombre de voies d'accès maritimes ou terrestres à l'Europe, il va nous en falloir des bateaux pour endiguer des flux qui ne feront que croître... pour financer cela encore vous pressurer davantage, et un gouvernement coulant les bateaux de migrants (vous les mettez ou, celui-ci, si votre humanisme vous pousse à ne pas les couler dans un autre bateau ?!) n'hésitera pas tôt ou tard à tirer sur ses agriculteurs ou des ouvriers s'ils se rebellent !

@ Noblejoué

Ah bin oui, réglons le problème à coup de subventions à des Etats qui finiront pas réouvrir les frontières à la première bisbille diplomatique venue après avoir empoché l'argent, brillante idée en effet. Pas de doute, avec des brillants penseurs comme vous et votre collègue béarnais, la France est sauvée !

Achille

@ Ellen | 04 mars 2018 à 07:41
« La politique c'est une chose, et la délinquance des jeunes c'en est une autre. Ces deux phénomènes doivent être traités séparément. »

La délinquance des jeunes est certes un gros problème sociétal qui existe depuis des décennies et contre laquelle aucun politique n’a encore trouvé une solution fiable et durable, si toutefois il en existe une.
Mais le comportement de certains politiques qui défrayent la chronique peut s’apparenter à une forme de délinquance d’autant plus inexcusable qu’ils sont censés être exemplaires. Rare le sont, en tout cas parmi les leaders actuels de gauche comme de droite.
Ceci explique en partie la défection des Français pour la politique.

Ellen

@ anne-marie marson | 03 mars 2018 à 23:55
"Il est vrai que ces gamins, courageux mais pas téméraires, ne caillassent pas les voitures-poubelles des barbus ou des voilées de leur communauté. Ce qu’il faudrait, c’est que les maires voyous qui construisent des logements sociaux où ils entassent ces populations pour assurer leur réélection en mettant en danger le reste de la population, comparaissent devant les tribunaux en même temps que les délinquants."

Pas seulement certains maires voyous, mais aussi certaines associations socialistes et gauchistes profitant des subventions de l'Etat vont chercher des voix chez cette population leur promettant monts et merveilles juste pour continuer à chauffer leur siège de maire ou de député. Dans toutes ces zones de non droit et dans certaines banlieues, dites de gauche et d'extrême gauche, vous remarquerez que la violence et la délinquance ne cessent d'augmenter. Et c'est de pire en pire. Faut pas s'étonner que les banlieues "propres" refusent la population de loubards cagoulés par crainte de voir leurs immeubles et rues dégradés et voitures brûlées. Chacun aspire à vivre chez soi et en paix.

@Achille | 04 mars 2018 à 07:29

Je parlais de la délinquance et de la violence des jeunes et plus spécialement du gamin qui faisait les poches de Bayrou et des jeunes qui ont cassé la vitre à coup de cailloux en présence du maire de Strasbourg. La politique c'est une chose, et la délinquance des jeunes c'en est une autre. Ces deux phénomènes doivent être traités séparément.

Achille

@ Ellen | 03 mars 2018 à 13:54
« Faites comme François Bayrou. Une bonne distribution de claques ça les remet en place. Et si le jeune menace de porter plainte avec ses parents, une deuxième claque. »

A noter que depuis quelque temps le pauvre François Bayrou se prend plus de claques qu’il n’en donne. C’est souvent le sort qui est réservé à ceux qui donnent des leçons de morale qu’ils se gardent bien d’appliquer à eux-mêmes...

anne-marie marson

@ Catherine JACOB | 03 mars 2018 à 08:50
"Je pense à votre vieille victime de 84 ans du 23 février dernier. Le risque étant et du côté des gamins et du côté des passants, pourquoi est-ce qu’aucun gardien de la paix ne patrouille jamais dans ce genre d’endroit qu’aucune caméra de surveillance ne protège non plus, afin de prendre l’initiative de ramener les plus jeunes chez eux ??"

Ces gamins sont des anges à côté de ceux que l’on trouve en banlieue, dans les quartiers appelés aussi zones de non-droit, ou territoires oubliés de la République.
Dans un quartier connu, les policiers ont arrêté trois gamins de 10-12 ans qui faisaient du « car jacking » devant le panneau STOP censé protéger leur sortie d’école. Adossés au muret de leur école, capuches relevées, devant le STOP ils attendaient les voitures qu’ils « carjackaient » avec une technique élaborée : un gamin devant la voiture pour l’empêcher d’avancer, un derrière la voiture, et un sur le côté avec une pierre cachée dans la manche de son blouson pour casser rapidement la vitre arrière.
Les policiers ont expliqué que les voitures ciblées étaient les voitures neuves, conduites principalement par des femmes blanches.

Il est vrai que ces gamins, courageux mais pas téméraires, ne caillassent pas les voitures-poubelles des barbus ou des voilées de leur communauté.

Ce qu’il faudrait, c’est que les maires voyous qui construisent des logements sociaux où ils entassent ces populations pour assurer leur réélection en mettant en danger le reste de la population, comparaissent devant les tribunaux en même temps que les délinquants.

Noblejoué

@ Tomas
"Fort bien, mais comment ? Et s'ils la traversent malgré tout, que fait-on ?"

Eh bien la Turquie et d'autres pourraient les retenir en échange de subventions.

"...qu'arrivés ici ils comprennent tout de suite qu'ils sont les derniers dans la hiérarchie, c'est ce que je préconise"

"C'est déjà le cas, en général un immigré commence sa vie professionnelle dans son pays d'accueil au bas de l'échelle professionnelle..."

Oui, eh bien, il y en a plein à avoir critiqué notre société.... Incroyable ! Quand on vient de pays arriérés, on ferait mieux de la fermer. Ça me fait penser, en pire, aux Français qui critiquent les Etats-Unis, pays qui les a délivrés et s'est maintenu libre, alors que nous, non.
Comment s'améliorer si on n'imite pas les meilleurs ? Notre pays, par exemple, devrait changer de Constitution...

Quant à savoir tout ce que les immigrés devraient changer pour être au niveau, je n'ose seulement y penser, alors leurs critiques, franchement, sont un très mauvais signe.

hameau dans les nuages

@ Tomas | 03 mars 2018 à 18:24

Vous le faites exprès ? Aborder les bateaux humanitaires qui font profession de faire des ronds dans l'eau au large des côtes libyennes, les remorquer et en cas de résistance les couler (avec mon côté humain je préconise bien sûr de les vider de leurs occupants). Que ces clandestins sachent qu'ils ne bénéficieront d'aucune aide ici. Grâce aux satellites nous savons en temps et en heure où se trouvent et d'où partent les bateaux des passeurs. Les couler systématiquement à leur retour au port d'attache. Le message va vite passer. Ils ne sont pas fous. Il est étonnant que chaque paysan reçoive ses photos de ses champs ou l'on peut compter les vaches et qu'on puisse jouer la surprise en voyant les canots pneumatiques arriver sur nos côtes... "Ils" savent tout.

A vous lire je me demande si vous n'êtes pas finalement pour cette nouvelle forme de commerce d’ébène dont se félicite monsieur Gattaz :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/09/08/les-migrants-sont-un-atout-pour-la-france_4749301_3232.html

Tomas

@ Noblejoué
"Qu'on les retienne le plus possible de l'autre côté de la Méditerranée..."

Fort bien, mais comment ? Et s'ils la traversent malgré tout, que fait-on ?

"...qu'arrivés ici ils comprennent tout de suite qu'ils sont les derniers dans la hiérarchie, c'est ce que je préconise"

C'est déjà le cas, en général un immigré commence sa vie professionnelle dans son pays d'accueil au bas de l'échelle professionnelle...

Catherine JACOB

@ fugace | 02 mars 2018 à 18:52
« N'y en aurait-il qu'un seul, cette situation (entre autres) est insupportable. »

237 921 cas de harcèlement scolaire ont été recensés au Japon pour la seule année 2016. Or, il n’y est pas question d’antisémitisme vu que avant l’éventuel enfant juif qui fréquenterait un établissement scolaire style lycée français international de Tokyo ou quelque autre établissement parmi les écoles internationales de Tokyo, il y a la notion de Henna Gaïjin (変な外人) : littéralement « Celui-là qui vient d’ailleurs » = « qui n’est pas d’ici », et c’est plutôt lorsqu’il fréquente un établissement public japonais que, appelons-le « l’enfant blond », a des chances de rencontrer une certaine forme d’hostilité, que s’il fréquente une école internationale.

Ce sont donc les enfants japonais qui se harcèlent entre eux, que les parents soient bouddhistes, shintoïstes, chrétiens, agnostiques, tout à la fois, modernistes ou traditionalistes.

Bien sûr, nous sommes sensibilisés à la notion « d’enfant juif » telle que dans cet après-Shoah qui est le temps dans lequel nous nous vivons.
Mais, à dire les choses comme je les pense, je ne suis pas persuadée que toutes les situations de harcèlement scolaire dans lesquelles peuvent se trouver hélas victimes aussi des enfants juifs, soient à rapporter obligatoirement à de l’antisémitisme et il est très possible que la qualité de juif serve simplement de prétexte à du harcèlement qui aurait sans doute pu se focaliser sur tout autre chose. Et donc, souligner dans chaque cas que l’enfant harcelé était juif et créditer systématiquement d’une motivation antisémite le phénomène de harcèlement ne me paraît pas très judicieux ni propice à le faire combattre, vu que, comme vous le savez sans doute, dès qu’un gamin s’aperçoit que quelque chose est propre à attirer l’attention et à lui donner de l’importance, plus il aura tendance à le reproduire ou à récidiver.

Je pense donc que le phénomène de harcèlement scolaire est à traiter indépendamment de sa motivation, tant profonde qu’alléguée ou encore qu’apparente, comme un phénomène de harcèlement avant tout !

Plus on traitera les enfants juifs comme des enfants comme les autres et moins les gens auront tendance à les considérer comme des enfants juifs, autrement dit à part, autrement dit encore comme incitant à la comparaison avec le commun qui comme on le sait est toujours défavorable au singulier. Un tout seul ne lynchera jamais une foule, en revanche, s’agissant de l’inverse je n’ai pas besoin de vous faire de dessin. Ceci dit, je ne suis pas sans savoir qu’il s’agit là d’une opinion politiquement très incorrecte et ayant donc peu de chances d’être admise.

Pour en revenir à votre « On fait quoi et comment ? » l’image des Britanniques et autres Anglo-Saxons qui apprennent à leurs jeunes à boxer dans les règles pour éviter qu’ils ne se battent dangereusement comme des chiffonniers, je pense qu’il faut muscler l’intellect des élèves et pour cela, sans doute rien de mieux que d’abaisser l’âge auquel on est censé aborder la philosophie, tout comme on a repensé celui de la majorité pénale...

Il existe cet excellent petit ouvrage qui relate une expérience d’introduction à la philosophie en classe de 5ème des collèges, qui prouve que l’acquisition de l’esprit d’analyse est possible à cet âge et permet donc d’inférer qu’il s’agit là de la meilleure des défenses contres les endoctrinements et manipulations des jeunes esprits par des malfaisants de tout bord. Ce qui accessoirement pourrait à terme permettre de recruter des gens peu perméables aux diverses formes de désinformation. Mais, présentement ce n'est pas le propos.

Evidemment, un élève qui raisonne et apprend à se faire de façon sensée sa propre opinion, c’est une âme perdue non seulement pour le diable quel qu’il soit, mais aussi sans doute, pour les dieux, quels qu’ils soient…
Ce qui explique pourquoi non seulement ce n'a pas été fait, mais encore on a également souhaité par un moment supprimer cette discipline des programmes de Terminale où elle est une spécificité française, ce au motif qu'elle fabriquerait et des chi..rs et des inutiles !

Ellen

@ Achille | 03 mars 2018 à 12:44

Faites comme François Bayrou. Une bonne distribution de claques ça les remet en place. Et si le jeune menace de porter plainte avec ses parents, une deuxième claque.

https://www.youtube.com/watch?v=A29NJMsuyzw

Achille

@ Catherine JACOB | 03 mars 2018 à 08:50
« Hier matin, les trottoirs et le grand parking du Cora de Metz étaient transformés en patinoire. En début d’après-midi il a commencé à neigeoter. Une bande de gosses dont le plus jeune devait en effet avoir dans les huit/neuf ans, s’amusait entre les véhicules au risque de finir dessous. »

Je connais bien le Cora de Metz-Borny. Il m’arrivait d’aller y manger une pizza de temps en temps, histoire de me changer de la « bouffe » Sodexo de la cantine quand je travaillais dans le centre d’études situé à quelques centaines de mètres.
Il est vrai que ce centre commercial n’est pas très loin de la zone de Borny qui, vous le savez sûrement, n’est pas le quartier le plus fréquentable de Metz…
Si vous voulez mon avis, mieux vaut éviter d’entamer une conversation avec un gamin, même de huit ans, qui vous lance une grossièreté, sinon vous vous retrouvez en quelques secondes entourée par toute la smala qui prendra la défense du "pauvre petit" et vous risquez d’avoir bien du mal à vous sortir de cette situation.

Exilé

@ Michel Deluré
« Mais ne pensez-vous pas qu'il appartient aussi, en retour, aux immigrés de bien traiter ceux qui les accueillent dans leur pays ? N'est-ce pas la moindre des choses ?
Or nombre d'exemples, au quotidien, attestent malheureusement que c'est loin d'être toujours le cas. »

Exactement.
Et comme ce n'est pas la culture et la psychologie qui étouffent les ignares qui nous gouvernent depuis quarante ans, ils ne se rendent absolument pas compte qu'en passant tous leurs caprices à certains immigrés ils les transforment en enfants gâtés qui rendent la vie intenable à tout le monde.

Pis encore, ils ne savent pas que dans certaines cultures ne connaissant que les rapports de force, entre domination et soumission, le fait d'être gentil et serviable avec les gens, bien les traiter, leur faire des cadeaux (comme le fait de les entretenir sans qu'ils aient à travailler par exemple) est vu comme un acte de soumission méprisable.

Personne de bonne foi ne peut prétendre que la France actuelle - ou plutôt son contribuable - maltraite les immigrés, l'immigration nous coûtant grosso modo le montant de l'IRPP, une paille, souvent pour renouveler des cadeaux qui partent en fumée du fait des caprices des destinataires...

Et puis c'est oublier que par exemple la Suède, qui se pique d'être à la pointe du progrès social dans tous les domaines, qui n'a pas eu de passé colonial, qui n'a pas participé à des conflits extérieurs, qui chouchoute littéralement ses immigrés, n'empêche en rien - au contraire - ces derniers de faire preuve de plus en plus de violence à son encontre et l'islamisme de progresser.

Noblejoué

@ Tomas
"Les Américains nous ont libérés... avec les Russes, qui ont mobilisé les deux tiers de la Wehrmacht, et plus vite l'Europe pourra se passer d'eux, mieux ça vaudra, et pour eux, et pour nous, et pour le reste du monde."

Aucune reconnaissance pour les Russes. Si nous avions été du mauvais côté du mur comme ces pauvres Polonais, nous n'aurions fait qu'échanger une dictature contre une autre.

"Je ne crois pas que la société de consommation durera éternellement, mais tant que nous demeurerons attractifs aux yeux des autres, ceux-ci viendront chez nous."

Vous ne comprenez pas que les gens qui viennent pour la société de consommation, sitôt sauvés de la misère, essaieront de recréer l'environnement de chez eux, abolition de la laïcité, obscurantisme scientifique, contrôle des femmes.
Et cela serait encore plus marqué s'il n'y avait pas de société de consommation. Vos protections n'en sont pas vraiment, par contre vous nous mettez en danger en poussant à l’accueil de gens arriérés.

Qu'on les retienne le plus possible de l'autre côté de la Méditerranée, qu'arrivés ici ils comprennent tout de suite qu'ils sont les derniers dans la hiérarchie, c'est ce que je préconise.
Et pour les terroristes ayant tué, la peine de mort, ceux n'ayant pas tué mais Français, la déchéance de nationalité. Certes, il y a des djihadistes français, mais ce n'est pas une raison pour en accueillir d'autres. Voyons, comment faire comprendre la politique ? Quand on le sida, il n'est pas conseillé de se faire réinfecter, par contre, il est très important de se soigner.

Exilé

Comme c'est étrange, sur la photo illustrant l'article mis en lien, les jeunes hommes qui y figurent (et qui ne sont manifestement plus de l'âge des « enfants-soldats ») sont tous revêtus d'un maillot identique semble-t-il à celui porté par certains fouteux qui sévissent en France...
Question naïve : quel point commun peut-il donc exister entre tous ces gens-là ?

http://www.lefigaro.fr/international/2018/03/02/01003-20180302ARTFIG00033-les-temoignages-glacants-des-enfants-soldats-de-l-etat-islamique.php

Ah, au fait, contrairement à ce que prétend sans rire un certain troll, ils n'ont pas eu besoin d'avoir été des immigrés en France pour avoir été radicalisés...

Tomas

@ caroff

Bourguiba un démocrate se souciant de l'avis du peuple, première nouvelle ! Les Tunisiens vivent désormais en démocratie, il leur est libre de se déterminer par les urnes et c'est ce qu'il font.

Je ne souhaite pas que la France se transforme en Somalie, mais je suis bien obligé de constater que c'est inévitable. Car oui, le volontarisme en politique a ses limites !

Mais vous aussi, vous proposez quoi pour empêcher ce que vous semblez craindre ? d'affamer l'Afrique, de la génocider, de la stériliser ? Puisque vous êtes volontariste, vous devez en avoir des solutions ?

Catherine JACOB

« Sauf peut-être pour les enfants de moins de 8 ans, si le contact est rompu avec le poison délétère qui les a déjà irrigués... »

Les enfants !! C’est là en effet une question préoccupante. Hier matin, les trottoirs et le grand parking du Cora de Metz étaient transformés en patinoire. En début d’après-midi il a commencé à neigeoter. Une bande de gosses dont le plus jeune devait en effet avoir dans les huit/neuf ans, s’amusait entre les véhicules au risque de finir dessous.
Je traverse ce parking sous mon parapluie en faisant attention de ne pas glisser moi-même quand je me fais apostropher par la voix aigrelette du plus jeune : « Sorcière ! ».
Je relève la tête et fait observer gentiment « Ce n’est pas une bonne idée d’asticoter les sorcières, on ne sait pas ce qu’on risque… ! »
Et le plus âgé de lancer alors avec force un « Salope ! » qu’il ne s’est pas privé de répéter à loisir en se sauvant dangereusement jusqu’à se trouver hors de ma vue. Et je me suis dit : « Tiens, il craint manifestement les sorcières, mais pas les salo..s ».

Or donc, que faisait cette bande de gamins par ce temps à cet endroit, terminus du tram (Mettis = bus – tram, mais bon), où se trouve non seulement ce parking, mais plein d’autres parkings alentours ? Certes, la Moselle est en zone B, et donc ils sont en vacances, mais aussi sans surveillance à insulter les passants et peut-être aussi à surveiller les plus fragiles.

Je pense à votre vieille victime de 84 ans du 23 février dernier. Le risque étant et du côté des gamins et du côté des passants, pourquoi est-ce qu’aucun gardien de la paix ne patrouille jamais dans ce genre d’endroit qu’aucune caméra de surveillance ne protège non plus, afin de prendre l’initiative de ramener les plus jeunes chez eux ??

Noblejoué

@ Tomas
"Enfin, je me refuse à croire que des gens prennent par milliers le risque de se noyer en Méditerranée pour le plaisir de nous détruire."

J'avais oublié ça, la meilleure !
Je n'ai pas dit qu'ils venaient POUR nous détruire mais ils le feront. Il suffit d'une minorité de terroristes pour l'aspect violent, et d'un nombre suffisant de grignoteurs de liberté chez le reste.

Trois choses existent, action faite et voulue par l'Homme, guerre, action faite et pas voulue par l'Homme, pollution, action faite par la nature, sans le vouloir bien sûr, météorite.
Qu'importe la volonté ? Tous les dangers doivent être traités non comme sauvetage d'âme, psychologie, religion, mais politique, à savoir rapport de force.

Catherine JACOB

@ fugace | 02 mars 2018 à 18:52

Au fait, vous savez que c'est l'instruction qui est obligatoire et non pas la fréquentation de l'école.
Par conséquent, les parents sont libres de faire eux-mêmes ou de faire faire chez eux la classe à leurs enfants, dès lors que le programme est suivi.
Et au moins, ceux-là sauront lire quand ils atteindront l'âge d'entrer en sixième...!

caroff

@ Tomas
"Bourguiba a fait de même en imposant à la société ce dont elle ne voulait pas, et a abouti ce faisant au même résultat que les communistes en Pologne avec l'Eglise, qu'ils ont plus renforcée qu'affaiblie avec leur dictature."

Comment, comment qu'ils ne voulaient pas ? Les islamistes, les conservateurs certainement, mais pas la majorité du peuple tunisien bienheureux de se sortir de l'infecte gangue religieuse.
Aujourd'hui encore beaucoup des Tunisiens qui ont connu cette époque déplorent la mainmise des barbus sur les rouages sociétaux de leur pays !
A vous lire on a systématiquement l'impression que vous vous réjouissez de ce qui vous semble inéluctable : l'invasion africaine dont Dieu veuille bien nous préserver, l'islamisation de notre pays qui serait due à une discrimination (?) des musulmans.
En fait le volontarisme en politique vous échappe totalement !

En juin 1940, tous les Français ou presque pensaient que c'en était fini de la Nation française... et pourtant !!

Tomas

@ Noblejoué

Les Américains nous ont libérés... avec les Russes, qui ont mobilisé les deux tiers de la Wehrmacht, et plus vite l'Europe pourra se passer d'eux, mieux ça vaudra, et pour eux, et pour nous, et pour le reste du monde.

Je ne crois pas que la société de consommation durera éternellement, mais tant que nous demeurerons attractifs aux yeux des autres, ceux-ci viendront chez nous.

Enfin, je me refuse à croire que des gens prennent par milliers le risque de se noyer en Méditerranée "pour le plaisir de nous détruire". Ils cherchent une vie meilleure et plus libre, voilà tout. Qu'une fraction infinitésimale de ceux-ci s'avère après-coup indésirable est malheureusement inévitable. Pour mémoire, la plupart des radicalisés sont nés ou ont grandi chez nous, et, je me répète, un quart des combattants de Daech venus de France sont des convertis de fraîche date.

@ boue tabou

Ravi de vous connaître et félicitations pour vos talents linguistiques. Je ne vois pas ce qui vous autorise à dire que je n'aime pas les "Français de souche", dont je fais partie moi-même pour autant que mon arbre généalogique me permette de l'affirmer. L'amour de la patrie n'empêche pas un regard lucide et critique de celle-ci, on n'est pas en Corée du Nord ici !

-----------------------

@ Franck Boizard

Vous en êtes un autre cher Monsieur. Dois-je vous rappeler que l'Allemagne nazie avait occupé toute l'Europe ? Ce n'est pas le cas aujourd'hui, il faut vraiment ne plus avoir confiance en soi pour s'imaginer que 10% d'immigrés ou descendants d'entre eux pour la plupart confinés dans leurs banlieues menacent notre pays...

Franck Boizard

@ Tomas | 02 mars 2018 à 19:20

Vous êtes encore plus c.n que vous en avez l'air. Comme je disais, votre cerveau est si précieux que vous évitez de l'user.

Pour dénazifier l'Allemagne, il a fallu commencer par l'écraser. Et c'était tout à fait volontaire : quand on a reproché à Winston Churchill la violence des bombardements sur les villes allemandes, il a répondu : "Je veux faire passer à jamais aux Allemands le goût de la guerre".

Achille

@ anne-marie marson | 02 mars 2018 à 15:50
« Vous oubliez "Achille", qui déverse des torrents d'insultes envers Laurent Wauquiez, mais soutient tellement Mennel Ibtissem qu'il remet sa photo sur le blog. »

Ben dites donc vous avez la rancune tenace vous !
D’abord, si vous relisez bien mes commentaires je ne « déverse pas un torrent d’insultes envers Laurent Wauquiez ». Je pense que notre modératrice ne le tolérerait pas. J’ai juste donné mon avis sur son comportement déplacé, rien de plus. Si vous lisez ce que lui a dit Nicolas Sarkozy au téléphone, vous pourrez constater que mes propos étaient bien plus soft.

En fait, pour ne rien vous cacher, je me fiche complètement du sort de LW. Il est assez grand pour savoir ce qu’il doit faire et je pense qu’il a compris la leçon de sa petite mésaventure à l’école de commerce de Lyon.

Quant à Mennel Ibtissem, je la trouve ravissante, même avec son turban et elle a une voix magnifique. Elle a reconnu qu’elle avait écrit des bêtises. Tout le monde a droit à une seconde chance. Bientôt tout cela ne sera qu’un mauvais souvenir.

désabusé

Monsieur Philippe Bilger,

« Mais pourquoi ne suis-je pas enthousiaste malgré ce plan tous azimuts ? »

Tout simplement parce que ce n’est qu’un Yaka Faukon de plus, comme d’habitude. La plupart du temps, lorsqu’ils accèdent au pouvoir, ils ne connaissent même pas les dispositions antérieures prises sur les sujets que gère leur propre ministère et croient que parce qu’ils ont dit quelques phrases ils font des miracles. Or vous le savez bien ils ne font que répéter ce qui se dit dans la rue.

C’est aussi le cas du jeune qui est à l’Elysée, il va changer les meubles de place et il rugira entouré de mille CRS, et c’est tout. Pour limiter les dégâts aujourd’hui c’est à chaque corporation de ruer dans les brancards et de dire nous aussi nous voulons du caviar et gratuitement comme vous.

Tomas

@ vamonos

Vous vous défendez comment des islamistes radicalisés, personnellement ? A part de proposer sur un blog confidentiel la déportation aux Kerguelen ou en Guyane ? Sinon oui, j'admets, je porte des pantoufles à la maison, ne serait-ce que pour éviter les chutes dans l'escalier.

@ Ellen

Traître, diantre, tout de suite les grands mots ! Ainsi que je l'ai écrit ailleurs, je ne vois pas d'autre avenir à l'Europe que son africanisation (partielle, on est quand même nombreux encore) ou sa décadence irrémédiable si elle fait le choix de se claquemurer derrière des barbelés. Le rapport démographique n'est en effet pas en notre faveur.

Je regretterai cette France des petits villages dans laquelle j'ai grandi mais ce n'est pas bien grave, après tout personne ne parlait français dans le Sud-Ouest il y a un siècle et demi, les temps changent et nous n'y pouvons rien. Autant s'y faire !

Quant au parallélisme auquel vous vous livrez entre nos immigrés qui ne respecteraient rien (je m'excuse, mais votre témoignage sent le fake à plein nez) et nos expatriés qui devraient respecter à la lettre les sévères prescriptions locales, il est hasardeux. Nos expatriés se débrouillent en général pour avoir à peu près tout ce dont ils ont besoin, et puis on ne peut pas décemment exiger de pays qui n'ont pas connu les Lumières, la révolution industrielle, l'alphabétisation de masse et la découverte du relativisme culturel qu'ils intègrent leurs immigrés de la même manière que nous !

@ hameau dans les nuages

Je ne suis ni xénophile ni xénophobe, d'abord : je classe les individus entre gens sympathiques et pas sympathiques. Ensuite j'ai habité en banlieue, j'y reviens souvent et y habiterai vraisemblablement encore, donc la gauche caviar ce n'est pas moi (même si j'aime beaucoup le caviar). Enfin, avoir les mêmes droits (c'est indéniable) ne signifie pas ne pas être victime de discrimination, que ce soit à l'embauche, quand on cherche un logement, qu'on veut aller en boîte ou même qu'on veut acheter un timbre chez un buraliste (j'ai vu ça déjà).

@ Franck Boizard

Appliquez-vous votre sage conseil à vous-même et achetez-vous un cerveau, espèce de cuistre. Vous n'êtes même pas capable de répondre à ma remarque sur votre parallèle hasardeux avec les Nazis.

@ caroff

Nasser moquait le port du voile à une époque où les Frères musulmans, justement, commençaient à asseoir leur influence, bien aidés d'ailleurs par sa gestion calamiteuse. Bourguiba a fait de même en imposant à la société ce dont elle ne voulait pas, et a abouti ce faisant au même résultat que les communistes en Pologne avec l'Eglise, qu'ils ont plus renforcée qu'affaiblie avec leur dictature. Au passage, il me semble que depuis peu, il n'est plus obligatoire de se convertir à l'Islam pour épouser une Tunisienne.

Vous avez raison sur un point, ce n'est pas parce qu'ils adoptent nos modes de consommation qu'ils deviendront occidentaux comme nous. Mais il suffira d'une convergence minimale entre nos cultures, pour peu qu'elle aille dans le sens de la nôtre (encore que qui sait, peut-être et même sans doute aurions-nous des choses positives à tirer de leur culture), pour que ce phénomène de la radicalisation qui est tout de même largement nourri par la haine de l'Occident cesse. Voyons les faits : les Musulmans français sont de plus en plus nombreux à fêter Noël, les ventes de foie gras halal explosent, la consommation de bière au Proche-Orient idem (pourtant, en soi, ce n'est pas positif), ils sont fanatiques de foot comme nous, les filles s'instruisent, etc., etc. Mais évidemment, ce genre de convergences culturelles prend du temps et ne suit pas un processus linéaire.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS