« [Mise à jour: 14/02] Enfin un véritable concours de la parole en 2018 ! | Accueil | Emmanuel Macron : politique à l'ancienne, président nouveau... »

15 février 2018

Commentaires

Trekker

Monsieur Philippe Bilger tout arrive et même le plus improbable, Laeticia H daigne vous répondre ainsi qu’à tous ceux partageant le même avis que vous.

@ leslie | 18 février 2018 à 16:32
"Comme c'est facile de s'en prendre à Laeticia ; tous contre un. Se permettre de juger sur les dires de personnes haineuses comme Laura, David et Sylvie, jalouse maintenant du statut de la veuve !" etc.

Par modestie elle a recours à un pseudo, ou elle a fait appel à un(e) nègre(esse) dévoué(e) ;)

Savonarole

@ duvent de 22:30

Il faut comprendre Herman, il vit aux États Unis dans la ouate du "politically correctness", l'aliénant marshmallow intellectuel américain, les bons sentiments, le drapeau, les barbecues dominicaux, la vacuité des conversations et les pelouses bien tondues, j'ai connu ça...

Alors, le soir venu la nostalgie le prend, il se branche sur Justice au singulier et il tombe sur Marchenoir, l'Albrecht Dürer du Chevalier, la Mort et le Diable à lui tout seul, tonnerre et fureur, et notre Herman en tombe les quatre fers en l'air.

Demain, il reprendra le chemin de l'entreprise, cravaté, brushing et raie sur le côté, son voisin de pelouse lui lancera un strident "Hi there ! Have a nice day !" à vous faire sauter les tympans.
Et demain soir, il se jettera sur Justice au singulier pour voir si Marchenoir a déchiqueté un commentateur dans la journée.
Curieusement, il a été touché par la voix de stentor d'un français pro-américain, voix qu'il n'entend pas là-bas, où tout baigne dans l'eau de rose, point de Marchenoir dans leurs presse ou blogs ; c'en est touchant, il faut le comprendre.

Giuseppe

@ Robert Marchenoir | 18 février 2018 à 18:44

Les deux, Bob, les deux, sacré Bob ! Je me permets.

Elusen

@ Ahmed Berkani | 18 février 2018 à 22:07

Il y a une différence entre une mise en scène faite par les médias et les fans (fanatiques) de l’individu et la réalité en France où la grande majorité de la population n’en a rien à cirer de ce type qui ne payait même pas ses impôts en France.

La réalité des médias, des classes sociales les plus favorisées qui étaient, aussi, membres de ses fanatiques, d’une certaine classe politique est souvent différente de la réalité du reste de la France.

Un individu qui ne composait même pas ses chansons, tant la musique que les paroles, c’était juste un chanteur, quoique peut-être une ou deux chansons.

duvent

@ Herman Kerhost | 18 février 2018 à 18:53
"Vous êtes inutile, duvent. Même pas distrayante."

Ach ! so, Herr Herman...
Vous m'avez touchée en plein coeur, et maintenant que j'ai une peine infinie, comment vais-je réussir en me remettre de cette violente émotion que je vous dois ?? Je crains que cela soit impossible...

Mein Herr, mein liebe herr, vous m'amusez et vous êtes une grande distraction, mais loin derrière l'egregius Marchenoir, qui croit pouvoir insulter les autres parce qu'il prend pour de la gloire l'étonnement que suscite son audace vulgaire.

Avant de vous quitter, dites-moi, je vous en supplie, comment vont vos vertèbres car à tant vous courber devant votre icône, votre image veux-je dire, je crains des lombalgies douloureuses, mais me direz-vous, quand on aime on peut ramper jusqu'à terre... bientôt la catabase !

@ Robert Marchenoir

Cela était donc vrai, vous aviez des domestiques, ils vous aiment et vous les corrigez comme il convient ! Vifs compliments !

Ahmed Berkani

Je me suis demandé un court instant si cet homme, que la presse anglo-saxonne présente comme un pasticheur de la culture populaire des Etats-Unis d’Amérique, eût pu s’appeler Jeannot, diminutif de Jean, au lieu de Johnny, lui-même diminutif de John ; puisque, me disais-je à part moi, il a partie liée avec la France.

Je me disais cela jusqu’à ce que je me souvienne que « Jeannot » comporte une nuance péjorative, là où « Johnny » est plutôt, comme souvent avec les prénoms anglais, un diminutif affectueux.

Pardonnez ma candeur : je ne connais pas ce chanteur ni sa musique (j’en suis resté à Jean-Roger Caussimon et à Marc Ogeret), mais j’ai été comme tout le monde « saisi » par l’ampleur et la pompe de ses funérailles dont il n’est pas déraisonnable de considérer qu’elles furent nationales.

Giuseppe

@ Mary Preud'homme | 18 février 2018 à 14:14

Vous devez être sacrément vexée, vous avez allongé la réponse.

Voyons... Fats Domino est né en 1928, en gros vingt balais de plus que la jeunesse de l'époque, comment aurions-nous pu nous identifier alors que sur la scène était celui qui faisait rêver tout le monde :
https://youtu.be/Ti38LFY7x1Y

James Dean... Imaginez.

Mary je vous cite "y compris lorsqu'il s'accompagnait à la guitare." Euh... vous êtes sûre ?

http://www.lefigaro.fr/musique/2017/03/21/03006-20170321ARTFIG00305-chuck-berry-la-lecon-de-rock-a-keith-richards.php

Guitariste ?

Je sens que la réponse va être très très longue.

Herman Kerhost

@ Robert Marchenoir

Je voudrais juste rectifier le sens que pourrait avoir la lecture de mes dernières interventions sur la question Marchenoir. Je dis que j'ai du plaisir à vous lire, mais ce n'est pas seulement pour votre qualité d'écriture, c'est surtout parce que vous avez un regard innovant sur tous les sujets. C'est bien simple, je ne sais jamais ce que je vais lire, et c'est un vrai bonheur, d'accord ou pas avec vous. Et aussi, vous obligez à une rigueur intellectuelle qui nous fait souvent défaut.
Je manifeste souvent mon soutien à votre égard car il tombe sur vous beaucoup de monde et ma seule crainte est que vous vous lassiez de commenter.
Je bois un coup à votre santé ! Et à celle aussi de Noblejoué, avec qui je partage un amour du vin et des bonnes choses.

Cheers !

Herman Kerhost

@ duvent (@ Robert Marchenoir)
"Si de temps à autre vous vous absteniez ce serait une bonne chose surtout pour vous, cela vous permettrait de reprendre vos esprits !"

Et maintenant voici la médiocre duvent qui n'a rien compris au film mais qui néanmoins se permet de demander à l'un des protagonistes du feuilleton en cours de la boucler, espérant ainsi nous priver de délicieuses lectures.

Que de vanité et de médiocrité !

Vous êtes inutile, duvent. Même pas distrayante.

Robert Marchenoir

@ Giuseppe | 18 février 2018 à 11:18

C'est trop d'honneur -- ou trop d'indignité.

@ Achille | 18 février 2018 à 10:55
"Poutine... Russie... propos ouvertement racistes... Noirs... KKK... législation américaine sur la détention d'armes..."

Ah, voilà. Donc, parce que vous êtes incapable de proposer la moindre réfutation de mes arguments sur ces sujets, arguments qui n'ont pas l'heur de coïncider avec vos préjugés idéologiques, sujets qui n'ont rien à voir ni avec le propos du jour ni avec la discussion en cours, vous vous permettez de torturer psychologiquement Noblejoué et d'insulter Herman Kerhost. Tentant de vous en prendre à moi à travers eux.

Parce que vous n'avez ni le courage, ni les moyens de discuter avec moi sur le fond. C'est joli, c'est élégant, c'est moral, c'est de gauche.

duvent

@ Robert Marchenoir

Dis donc, on dirait que vous avez les dents qui poussent et que vous n'avez rien trouvé à vous mettre dessous, en dehors de ce pauvre Achille, qui doit subir votre délire injuste et injustifié. Vous êtes vraiment sans vergogne et maintenant vous voilà aussi le défenseur de Noblejoué, ce triste et malheureux flagorneur.
Je dois dire que vous ne manquez pas d'air mais c'est normal pour une baudruche !! Et c'est duvent qui vous le dit, je m'y connais en vanité... Si de temps à autre vous vous absteniez ce serait une bonne chose surtout pour vous, cela vous permettrait de reprendre vos esprits !

leslie

Comme c'est facile de s'en prendre à Laeticia ; tous contre un. Se permettre de juger sur les dires de personnes haineuses comme Laura, David et Sylvie, jalouse maintenant du statut de la veuve !

Tout le monde veut dire son petit mot ; tous ceux qui ont été évincés par l'épouse de ce grand artiste qu'était Johnny. Peut-être parce qu'ils profitaient de la gentillesse de cet homme...

Comme il serait malheureux de voir que ses enfants sont aussi lâches envers Laeticia, qui a tout fait pour que la famille soit solidaire. Et maintenant, à l'heure des comptes, Laura et David en oublient le respect de leur père. Quelle tristesse, ces pauvres enfants vont être obligés de travailler un peu plus ! Mais ils n'arriveront jamais à la hauteur de leur père qui doit se retourner dans sa tombe, mais là Laura et David n'en ont que faire, à la place du coeur, il y a un portefeuille.

hameau dans les nuages

@ Giuseppe

Voilà un dessin qui résume tout, et hélas un peu l'esprit français.
Grands diseurs, petits faiseurs.

https://pbs.twimg.com/media/C6OA3htXMAAoScy.jpg

Herman Kerhost

@ Achille
"Vous faites partie des intervenants de ce blog, avec Elusen et quelques autres, pour lesquels j’ai décidé de ne répondre à aucun de leurs commentaires"

Ha ha !
Vous vous moquez du monde ? Ou êtes-vous à ce point à côté de la plaque que vous ne savez même plus ce que vous faites ?
Vous répondez à chacun de ces commentateurs, et à tous leurs commentaires !

Mary Preud'homme

@ Giuseppe

Contrairement à vous, je continue à apprendre tous les jours, notamment dans le domaine musical. Et trouve suffisante une personne qui prétend tout savoir et ne supporte pas la moindre remarque, détourne le sujet pour ne pas répondre sur le fond et prête à l'autre ses propres aigreurs. Ce qui est souvent le cas de personnes étrangères à un art ou qui sont loin d'en maîtriser toutes les données.

Eh oui je le répète mon cher, Fats Domino que j'ai eu la chance inouïe d'entendre en concert fut un pionnier du rock et quel pionnier. Et non ceux que vous aviez cités pour contredire un contributeur manifestement plus objectif que vous. Remember et faites un petit retour sur le fil ?

Vous m'objecterez peut-être qu'une œuvre basique du folklore américain comme "Jambalaya" jouée au piano et chantée par Fats Domino, sans parler de son orchestre, notamment un saxophoniste époustouflant, ce n'était pas du rock pur, auquel cas j'abandonne... A l'impossible nul n'est tenu.

Et pas la peine de convoquer Winston Churchill ou Arletty à défaut de daigner répondre sur le fond concernant Johnny en tant qu'artiste et valeur sûre du rock dans notre pays. Ce qui n'oblige nullement à l'aimer mais à reconnaître simplement son talent, sa longévité et, ne vous en déplaise, ses qualités vocales et son sens du rythme indéniables, y compris lorsqu'il s'accompagnait à la guitare.

Giuseppe

@ hameau dans les nuages | 18 février 2018 à 09:55

Excellent !

En plus je suis d'excellente humeur, ce matin la montagne était belle, Mirabeau en toile de fond, et une saga people pour le bonheur de tous les médias qui vont souffler sur les braises pour vendre du papier.

Au fait, un ami m'a fait partage de son investissement lancé, une équipe de "batouilles" autour d'une table ont refusé... Décidément la simplification administrative de Mandon n'est pas pour demain.
Beau projet, architecte visionnaire et un auditoire de "gonfleurs d'hélices", il jette l'éponge.

Nous refusons les créateurs d'emploi, certes petits, mais les petits ruisseaux font les grandes rivières. Pauvres de nous, rien ne change.

KN64

Au chevet de Johnny, il y avait Jean-Claude Camus, Laura et David, Nathalie Baye et Laeticia dixit JC Camus !

Giuseppe

@ Robert Marchenoir | 17 février 2018 à 19:50

Bob - je me permets - vous me faites sursauter parfois, vous me saisissez d'effroi aussi, vous êtes l'orage et la fureur, la mauvaise foi la plus évidente, le bon sens à portée de main, l'intelligence des doigts... En fait vous êtes le peuple, le représentant de la démocratie, celle que l'on peut côtoyer tous les jours dans nos rues et nos campagnes...

Achille

@ Robert Marchenoir | 17 février 2018 à 19:50
"Quand on n'est capable de répondre à une rebuffade justifiée que par des extraits du dictionnaire des citations (...), on rampe sous le tapis et on se fait oublier"

Je vous ferai juste remarquer qu’il s’agit d’adaptations de citations d’auteurs célèbres et non de vulgaires copier-coller qui auraient pu être beaucoup plus "insultants" à votre égard si je les avais donnés dans leur intégralité. J'ai donc choisi de ménager votre susceptibilité. Vous voyez que je ne suis pas si méchant que ça.

Je crois finalement que le mieux serait que nous en restions là tous les deux.
Vous faites partie des intervenants de ce blog, avec Elusen et quelques autres, pour lesquels j’ai décidé de ne répondre à aucun de leurs commentaires, même si parfois ça me démange vraiment.
Il se trouve que c’est vous qui m’avez interpellé dans le billet consacré à Nicolas Hulot, avec la courtoisie qui vous caractérise, m’obligeant à vous répondre sur le même ton.

Je vous laisse désormais à vos élucubrations paranoïaques sur Poutine et la Russie que vous nous assenez inlassablement, tel un vieux disque rayé, à chacun des billets, quel que soit le thème du jour.
Je vous laisse à vos propos ouvertement racistes sur les Noirs et Latinos américains, et vos « démonstrations » étayées par des documents récupérés dans les archives du KKK.
Sans oublier, bien sûr, votre attachement à la législation américaine sur la détention d’armes qui permet à n’importe quel abruti (généralement bien blanc) d’en disposer, sans contrôle préalable de son état psychique, avec les conséquences que l’on sait.

Il y a eu une nouvelle fusillade dans un lycée qui a fait 17 morts en Floride, le jour de la Saint-Valentin. C’est la 273e fusillade scolaire aux États-Unis depuis le massacre de l'école primaire Sandy Hook en 2012, souligne une presse américaine désabusée face à ce déchaînement de violence. Le tueur est un « suprémaciste » blanc, mouvement de l’extrême droite américaine qui fait passer le FN français pour une bande de petits angelots à côté de ces fous furieux.
Mais malgré ces tueries à répétitions, le lobby des armes règne toujours en maître aux Etats-Unis. Pire il parvient même à convaincre certains citoyens américains de se munir d’armes de façon à pouvoir riposter. La logique Shadok dans toute son imbécillité : plus ça rate et plus il y a des chances que ça marche un jour.

Bref tout ça pour vous dire, Marchenoir, que même s’il m’est arrivé quelquefois de sourire à vos formules à l’emporte-pièce, vous ne m’amusez plus. Alors écrivez vos inepties si ça vous chante, mais désormais fichez-moi la paix. Je promets d’en faire autant en ce qui vous concerne à l’avenir.
L’incident est clos.

Giuseppe

@ Mary Preud'homme | 18 février 2018 à 01:54

Là vous êtes vexée ! Ai-je une gueule de sottise ?

"Je suis toujours prêt à apprendre, bien que je n'aime pas toujours qu'on me donne des leçons" W. Churchill

Sacré Winston !

hameau dans les nuages

A noter, l'excellent billet radiophonique de Zemmour :

https://www.youtube.com/watch?v=uIAcXqK1Nlg

cathy

Alors que la Mamie Boudou est la présidente de plusieurs sociétés françaises de Johnny Hallyday, on peut s'attendre à ce qu'elle file les commandes à son fils, le fameux André Boudou (et qu'il en hérite naturellement...).

Et jackpot pour lui (ni vu, ni connu je t'embrouille).

J'appelle ça le casse du siècle, un hold-up sans coup de feu ni témoin !

Mon pauvre Johnny tu as été la vache à lait jusqu'au bout...

Savonarole

@ Robert Marchenoir | 17 février 2018 à 19:50

Allons, allons, c'est à se demander si un jour vous avez eu vingt ans...

"Trois papys papotaient" c'était une chanson de Richard Gotainer, ces échanges n'étaient qu'une simple distraction du samedi soir, alors que demain dès l'aube, il nous faudra nous remettre à bouffer du Macron, Macron, Macron...

lilah13

Monsieur Bilger, un certain Marchenoir tient clairement des propos racistes et vous publiez ? Que vous arrive-t-il ? Déjà votre intervention directe en prenant à partie Laeticia Hallyday (dont je n'ai que fiche, croyez-moi, comme de tous les clans divers de cette polémique, le sujet pour moi, très balzacien, m'amuse plus qu'autre chose) est assez limite en tant qu’ancien grand magistrat mais là, les bras m'en tombent.

Je me fiche que vous me publiiez ou pas, mais déjà que vos interwiews de Philippot, Zemmour, Camus, Lévy et tant d'autres qui dénoncent avec des cris d'orfraies "le grand remplacement" (comme si l'histoire ne nous apprenait pas que rien n'est immobile, que les groupes humains se sont toujours déplacés d'un territoire à l'autre), que vous laissiez passer un commentaire aussi authentiquement raciste me déçoit profondément et commence, hélas, à corroborer une thèse sur vos prises de position, assez nauséabonde.

J'espère avoir tort car je vous lis souvent avec plaisir.

Mary Preud'homme

@ Giuseppe
"...est-ce que j'ai une gueule d'encyclopédie (Mary, je taquine) ?"

Il n'y a pas de honte à consulter une encyclopédie sur tel ou tel sujet, y compris lorsque l'on est musicien ou amateur de musique (ce qui est doublement mon cas). Ce qui évite parfois d'écrire des sottises comme par exemple que le rock français n'existerait pas.

Trekker

@ Ellen | 17 février 2018 à 09:31
"Quelques investigations bien menées avec détectives à leurs trousses en toute discrétion au Club "Amnesia" à Miami, dont le propriétaire est André Boudou et dans cette famille très douteuse, pourraient nous en dire bien plus."

Le recours à des détectives privés est fréquent aux USA, et ils comptent en leur sein des pointures style agence Kroll, employant nombre d’anciens de la CIA, du FBI, etc. Là on risque d’en apprendre de belles sur nos Thénardier français de Miami, et leur Ma Dalton octogénaire.

Wil

@ lilah13

The Stooges.
Désolé, je n'ai jamais été fan des mauvais musiciens quel que soit le style.
Si vous voulez parler du punk-rock de qualité française, le seul et unique groupe de punk-rock français, c'est toujours celui-ci, de 1978 :

https://www.youtube.com/watch?v=U0gaxDlHqSY

--------------------------

@finch
"Pour Johnny Hallyday, nul n'a prétendu qu'il était musicien, instrumentiste, compositeur ou parolier."

Ah bon ? Et moi qui croyais qu'il faisait de la musique... enfin, il paraît.

Giuseppe

@ Savonarole | 17 février 2018 à 16:04

C'est toujours un plaisir de parler rock en votre compagnie, est-ce que j'ai une gueule d'encyclopédie (Mary, je taquine) ?
Mes disques pour une encyclopédie... Non merci.
Une petite pour la route.

https://youtu.be/LVIttmFAzek

"The Who, Small Faces"... Mes yeux s'embuent, les boums étudiantes surchauffées, là c'est le coup de grâce... Deep Purple... Le son des Who identifiable dès les premiers accords, j'ai gardé une de leurs cassettes dans mon magnétophone de poche Panasonic - une merveille pour l'époque, pas la camelote plastique de maintenant -, j'arrête ici j'y passerais la nuit.

-----------------------------

@ finch | 17 février 2018 à 16:43

Votre foi - je peux le comprendre - vous a fait mal me lire, mais ce n'est pas grave, nous n'avons pas le même référentiel simplement, ce qui est autre chose que du mépris.
Un ruck sans doute un peu appuyé.

Robert Marchenoir

Et revoilà les puristes du rock'n'roll... une espèce en voie de disparition. Beatles ou Rolling Stones ? Untel fait-il vraiment du rock, ou est-ce plutôt de la soupe ? Machin est-il un pur, ou a-t-il vendu son âme au business ?

Johnny n'était pas un pur, et c'est justement ce qui fit son succès. Johnny était une outre vide (ou à peu près), et c'est ce qu'adorent les Français, qui peuvent y mettre une chose et son contraire, sans parler de ce qui ne s'y trouve pas. Puis lui vouer un culte, en y adorant une solidarité de façade. Autres contenants du même type : de Gaulle, la Sécurité sociale, la-Russie-de-Poutine...

J'ai déjà relevé ici certaines des contradictions flagrantes de l'Eglise de Johnny : l'anti-américanisme populaire couplé à une idolâtrie naïve des symboles américains, le côté braves Français bien inoffensifs associé aux Hell's Angels (qui sont des trafiquants de drogue et des meurtriers de profession), la France profonde, unie dans son passé, qui se fait déshériter au profit d'enfants adoptés importés d'Asie, leur conquérant du futur...

Cela n'empêche pas la musique de Johnny d'être fort plaisante à écouter, à l'occasion. Y compris dans sa partie rock'n'roll. Il n'y a jamais eu de rock pur, naturellement. Le rock est déjà, par définition, une musique bâtarde. Le rock, ce sont des Blancs qui ont emprunté aux Noirs ce qu'ils avaient de meilleur (c'est-à-dire quelque chose d'assez limité), et qui en ont fait quelque chose d'infiniment plus riche et créatif.

Puis, par cette porte ouverte, s'est engouffré le rap, c'est-à-dire ce que les Noirs ont de pire. Et maintenant, les papys du rock en sont à ergoter sur la "pureté" de leur art, art qui a depuis longtemps disparu.

@ Achille | 17 février 2018 à 09:05

Médiocre, vraiment médiocre. Quand on n'est capable de répondre à une rebuffade justifiée que par des extraits du dictionnaire des citations (au demeurant lus à des millions d'exemplaires), on rampe sous le tapis et on se fait oublier. Enfin, quand on a un peu de dignité.

stephane

Bonnes questions posées à Laeticia Halliday par Philippe Bilger.
Ah, si Daval et Lelandais avaient eu de tels égards de sa part pour préparer leur défense.
Philippe ne roule-t-il pas inconsciemment pour Laeticia au point de la coacher en vue des futures confrontations ?
Philippe n'anticipe-t-il pas les questions à venir sur sa propre succession ?
Philippe est-il vraiment l'auteur de ces virulentes lignes ? Son blog n'a-t-il pas été piraté ?
Dupond-Moretti, alias Je suis Partout avec mes cheveux gras et ma barbe dégoûtante, acceptera-t-il de défendre Laeticia ?
On attend la conférence d'un Procureur en mal de notoriété. A qui le tour ?

stephane

Et Adeline dans tout cela ?
Les actifs seront pour Laeticia, les dettes et redressements fiscaux pour les citoyens français.
Les descendants de JH sont tellement bouleversés, pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font. Tu parles Charles.

Mary Preud'homme

@ Giuseppe | 17 février 2018 à 13:54

Quel rock à l'américaine (vous devez confondre avec la lotte) !
Plus sérieusement : vous citez les premières stars du rock (américain) mais vous oubliez les pionniers, tels Big Joe Turner, l'étourdissant Fats Domino, Ike Turner pour n'en citer que quelques-uns. Alors qu'ils sont des centaines parmi les musiciens et chanteurs noirs américains qui pourraient prétendre à la paternité du rock'n'roll (à partir du rhythm and blues).

Bill Haley tout comme Eddie Cochran ont donc surfé sur une vague dont ils n'étaient nullement à l'origine, indépendamment de leurs talents respectifs. Tout comme Elvis, Chuck et bien d'autres.
Et la mode a gagné l'Europe.

Nota : j'ai dans ma bibliothèque "l'Encyclopédie du rock français", je vous la recommande et foin de puristes, selon moi la musique est sans frontières.

finch

@ Giuseppe | 17 février 2018 à 13:54

Vous déformez mes propos. J’avais écrit « rock’ n’ roll à la française ». La nuance vous aura sans doute échappé. Ceux qui n’aiment pas Johnny le traitent d’« artiste de variété » comme vous l’avez fait. Ses fans connaissent le poncif, s’en lassent, mais—indifférents—laissent filer. Après... vous le classez comme vous l’entendez : c’est un débat entre vous et vous.

Evitez le mépris à son endroit et, d’une certaine façon, vis-à-vis de cette France meurtrie lors de ses funérailles qui ne s’aligne pas sur vos convictions. Car outre le recueillement, le sentiment dominant était alors le respect pour ce qu’il avait incarné : un artiste talentueux à la carrière éblouissante et courageuse jusqu’en son crépuscule face à la maladie.

Cela n’empêche pas de déguster comme nectar les références du rock que vous avez évoquées.

stephane

Johnny aurait pu laisser à David et Laura le Bic avec lequel il a signé ses testaments. Même pas. La peur qu'ils se battent sans doute.

stephane

On ne veut pas payer d'impôts en France, mais on saisit sa justice. On ne veut pas payer la CSG mais on va dans les hôpitaux français tel un migrant sans le sou.
Cela me rappelle un certain Enrico Macias qui a perdu de l'argent dans des montages de droit luxembourgeois pour échapper au fisc (je présume) et non par philanthropie et qui demande à l'Etat français son soutien.
Les héritiers de Johnny se battront-ils toujours quand l'ardoise fiscale arrivera ?

Savonarole

@ Giuseppe | 17 février 2018 à 13:54

En 1970, un journaliste demande à John Lennon ce qu'il pense du rock français : "le rock français c'est comme le vin anglais"...
Je vois que vous aimez les pionniers du rock, moi j'étais plutôt Mod, un mouvement anglais, une sorte de dandysme rock, avec The Who, Small Faces, voyez sur YouTube le morceau "Tin Soldier"...

PS : Le véritable scandale de cet héritage c'est l'énigme JH. Comment avoir pu amasser une telle fortune sans savoir chanter, ni composer, ni jouer de la guitare, et en pompant tout le répertoire américain ou anglais ? La question demeure.
On lui reconnaîtra un seul mérite c'est d'avoir fait irruption dans une France anti-américaine, complexée d'avoir perdu la guerre, peu reconnaissante, et qui s'enivrait de sa "Résistance" avec de Gaulle et le PCF en tête de gondole.
Ça c'est l'exploit de Johnny ; et en plus il a tué Tino Rossi et ça c'est inappréciable !

Giuseppe

@ finch | 17 février 2018 à 09:27

Cela n'existe pas le rock à la française !

Je l'ai pris lui, j'aurais pu prendre the King, Chuck Berry et autres Bo Didley, sans compter les reprises nombreuses des Beatles ou des Rolling Stones issues de leur répertoire.

Djôny n'était qu'un artiste de variétés s'adaptant au gré des modes, faisant de la scène un show parfaitement réalisé.

Qu'il est pénible d'entendre toujours les mêmes poncifs.

Bill Haley, Eddie Cochran etc. oui ! Les autres ne sont que de pâles copies franco-françaises ou anglaises. Elles ont fait évoluer les sons d'origine avant de prendre un envol différent, quoique... Carol reprise par les deux derniers groupes... Je passe sur le "O Carole" de Djôny, reprise papier mâché sans amidon.

Le rock à la française... pour les puristes certainement pas.

Yvan Coriat

http://www.marieclaire.fr/la-famille-boudou-dans-l-ombre-du-clan-hallyday,1253424.asp

Robert

@ Noblejoué | 16 février 2018 à 21:02

Ne me remerciez pas. De fait, même des commentateurs ou commentatrices se méprennent parfois sur nos propos.
J'en veux pour preuve, dans le billet précédent, Ellen qui si ma mémoire est bonne s'est méprise sur mon commentaire. De fait, j'ironisais sur le ridicule du fameux "balance ton porc" en évoquant le fait qu'à suivre la logique qui sous-tend cette expression, en cas d'adultère, l'on ne considèrerait comme coupable que le seul membre masculin et non le membre féminin. Elle s'est semble-t-il méprise sur le sens de mon intervention qui ne visait aucunement à faire l'apologie de l'adultère, mais à pousser jusqu'à son terme le processus de délation généralisée et sans fondement vraiment assuré tel que le poursuit Madame De Haas qui tend à détruire la relation de confiance entre femmes et hommes.

De fait, j'ai toujours eu pour habitude de pousser un raisonnement jusqu'au bout de sa logique et d'en considérer ensuite si les conclusions sont cohérentes ou absurdes, ce qu'en mathématiques on appelait le "raisonnement par l'absurde".

Si même je ne suis pas toujours d'accord avec vos interventions, j'en reste un lecteur qui évite de s'en prendre à la personne, ce que trop souvent l'on constate ici, à l'image de ce qui se passe dans notre société qui se croit encore civilisée et ouverte alors qu'elle est de plus en plus fermée et intolérante.

Ellen

Manquait plus que la venimeuse "Mamie Rock", 82 ans, pour intervenir par voie médiatique pour dénigrer ouvertement et de manière la plus infecte les deux enfants aînés de Johnny, David et Laura. Quelle odieuse famille cette bande de Boudou. Si Johnny pouvait entendre ce que la vieille manipulatrice a jeté sur David et Laura, il n'aurait probablement jamais donné pleins pouvoirs à cette vieille mégère et à son sulfureux fiston André pour gérer toutes ses sociétés, très douteuses par ailleurs.

Se cacher derrière la loi californienne en juillet 2014 pour rédiger un quatrième testament en anglais à Los Angeles à la va-vite et cette fois-ci au seul profit de Laeticia comme par hasard et juste trois mois après celui rédigé en français et à la main sans témoins ni notaire ni avocats à Marnes-la-Coquette en avril 2014, n'est que fourberie, tromperie et vol pour soi-disant protéger la dernière épouse et ses deux derniers jeunes enfants. Quelle mascarade ! Dans cette affaire, je vois la main de Mamie Rock et de son fils qui ne doit pas en être à sa première manoeuvre après celles scandaleusement menées en 2000 et 2003 utilisant le nom de Johnny Hallyday dans son investissement mafieux des discothèques en Corse du Sud qui a sauté par explosion en l'an 2000, au Cap d'Agde et à Montparnasse-Paris, fermées depuis par l'administration préfectorale française. Pourquoi ce clan s'arrêterait-il ?

Quelques investigations bien menées avec détectives à leurs trousses en toute discrétion au Club "Amnesia" à Miami, dont le propriétaire est André Boudou et dans cette famille très douteuse, pourraient nous en dire bien plus.

Le public de Johnny ne pardonnera rien à ce clan ni à Laeticia tant qu'elle ne rendra pas les deux parts d'héritage qui reviennent de droit à David et à Laura que j'encourage vivement à ne pas lâcher et à aller jusqu'au bout de cette affaire qui n'est qu'une escroquerie déguisée.

Sylvie Vartan et Nathalie Baye, les deux mamans respectives de David et de Laura, ont raison de prendre la défense de leur enfant surtout après le venin qu'a jeté la grand-mère Elyette Boudou sur David et Laura. La France doit montrer que nous ne sommes pas des faibles et doit se ranger derrière les deux enfants aînés, spoliés par ce clan mafieux.

finch

@ Wil | 16 février 2018 à 19:38

Le spécialiste du rock—que vous affirmez être—peut-il dire où il est allé pêcher que les Beatles étaient des rockeurs ? 🤪😄

Pour Johnny Hallyday, nul n'a prétendu qu'il était musicien, instrumentiste, compositeur ou parolier. Il est allé chercher ces talents complémentaires, pour le mieux de son oeuvre, là où il fallait. Il était avant tout une voix, mais quelle voix !… absolument exceptionnelle et une dégaine (…qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?). C'était un homme de spectacle, une bête de scène incomparable. La voix, plus le show, ont fabriqué la magie et l'amour de ses fans. Il était, ne vous en déplaise, l'incarnation du rock'n'roll à la française : son répertoire et sa façon d'être sur et hors scène en témoignent.

Il n'avait pas à rougir de la comparaison avec les Anglo-Saxons, en particulier les dieux vivants Rolling Stones (de vrais rockeurs eux… à l'inverse des gars de Liverpool).

Achille

Franchement se faire traiter d’insulteur et de calomniateur par Marchenoir est une volupté de fin gourmet comme disait Courteline.
Il y en a décidément qui osent tout, c’est même à cela qu’on les reconnaît. Ça c’est du Audiard. 😊

Patrice Charoulet

Le décès de ce rockeur m'indiffère. Le partage du milliard idem.
En revanche, je recommande la lecture d'une pleine page du Figaro du 15 février, ce qui sera moins long à lire que les immortelles "Oraisons funèbres" de Bossuet.
L'excellent esprit et l'excellente plume Alexis Brézet, directeur des rédactions, y fait l'éloge du gentilhomme journaliste Paul-Henri du Limbert, qui n'est plus.
Savonarole, friand des notices nécrologiques de ce même journal, n'a pas raté cette grande page, mais il faut songer à tous.

http://www.lefigaro.fr/politique/2018/02/15/01002-20180215ARTFIG00357-paul-henri-du-limbert-gentilhomme-journaliste.php

Robert Marchenoir

Petit à-côté de la mort de Jôny, l'increvable fantasme français fait surface :

@ breizmabro | 16 février 2018 à 18:18

"En même temps se dire citoyen américain pour échapper au fisc français, se faire soigner avec sa carte Vitale en France durant des années MAIS avoir recours à la législation californienne..."

Thème abordé plusieurs fois dans ces colonnes. Autrement dit, pour un nombre considérable de Français, la "carte Vitale" est le summum summumorum de l'assurance-maladie, et la totalité des cancéreux du globe crèvent dans la rue, sauf les habitants de la Frônce.

J'ai le regret de rappeler à ces messieurs-dames qu'il y a d'excellents hôpitaux dans d'innombrables pays à travers le monde, et que la médecine américaine est infiniment supérieure à la médecine française. En fait, c'est la meilleure du monde. A côté des cabinets médicaux et des hôpitaux américains, leurs homologues françoués ressortent du "shithole country".

En sorte qu'un pipole français richissime vivant aux Etats-Unis, comme Jôny, n'a aucune raison particulière, sur le plan médical, de se faire soigner en France, bien au contraire. Quant à la "carte Vitale", elle rembourse seulement 50 % des dépenses de santé par temps clair, et il est tout aussi manifeste que les Français blindés de pognon ne comptent ni sur elle pour se faire rembourser (ils sont capitonnés d'assurances complémentaires et sur-complémentaires de partout), ni sur le cabinet médical de Monsieur Moyen qui reçoit les CMU sans rendez-vous, à 25 € la consultation.

Quand Monsieur Pipole se fait soigner en France, laissez-moi vous dire qu'il n'emprunte pas le même couloir que celui qui pense encore que la carte Vitale est la Sainte Hostie de la République. C'est plutôt Hôpital américain de Neuilly (sans but lucratif...) et tout le tintouin : là, la carte Vitale sert tout juste à payer les bonbons du personnel, et encore.

Mais il faut bien que les Français se consolent comme ils peuvent de la laine que leurs dirigeants leur mangent sur le dos. Si ça peut les réjouir, les Britiches nourrissent le même fanatisme irrationnel pour leur sacro-saint NHS (National Health Service), qui, lui, est sur le papier encore plus fabuleux que notre propre système de santé, puisqu'il est 100 % communiste, contrairement au nôtre.

Sans doute pour cette raison, les malades dorment par terre dans les couloirs en attendant que leur tour vienne pour la consultation, les vieillards n'arrêtent pas de mourir de faim et de soif dans les hôpitaux par négligence pure et simple, et les erreurs de diagnostic mortelles sont incessantes.

@ Noblejoué | 16 février 2018 à 21:02

Voyez ma réponse sur le fil où la discussion a commencé.

Et comme Achille ne tient nullement compte de la trêve noblejouesque et insiste pour se faire démonter en petits morceaux une fois de plus, je reviens sur la concession unilatérale que je lui avais généreusement accordée, et je restitue l'ensemble de mon commentaire que j'avais, moi-même, caviardé sur cet autre fil :

@ Achille | 16 février 2018 à 01:17

[Il n'y a aucune insulte de ma part, Achille. Juste une constatation, et une rectification de votre calomnie.] Vous tentez de convaincre Noblejoué, attaqué de toute part et qui en souffre visiblement, que je fais partie de ceux qui le moquent.

Alors que c'est exactement l'inverse. Nous venions de nouer une conversation sur le mode de la connivence, et je venais de lui exprimer ma sympathie. Et vous, vous venez avec votre sournoiserie tenter de semer la zizanie entre nous. Et il vous aurait cru, si je n'avais découvert, par hasard, votre manoeuvre.

C'est exactement la définition du troll. Et dans ce cas précis, vu les personnes concernées, c'est encore plus ignoble que le comportement du troll habituel.

Surtout, ne vous excusez pas de ce que vous auriez pu au minimum, ne serait-ce que par hypocrisie, présenter comme votre erreur. Continuez au contraire, comme vous le faites, à repasser une deuxième couche, puis une troisième. Et, pris sur le fait, à cracher insulte sur insulte, à l'instant même où vous vous prétendez l'offensé. Comportement typique des escrocs surpris dans leurs activités.

***

Voilà voilà, mon ami. Revenez quand vous voulez pour les retouches et les finitions. Comme je vous le disais, mon cher Noblejoué, pour nouer une trêve, il faut être deux.

Anne Guedes

@ lilah13

Balzacien, oui, c'est à peu près le mieux que l'on puisse en dire.

lilah13

@ Wil

https://www.youtube.com/watch?v=vwmU343eBu0

The Stooges. CQFD.

Mais tout de même, il est fort le sieur Halliday pour capter l'attention de tous. Le bordel qu'a créé Johnny avec son testament est assez incroyable, nous parle à tous, nous interpelle tous. Comment, Johnny ? Lui qui paraissait si sympa ? Si généreux ? Un enfoiré ? Une victime ?

Dans les deux cas, son image en prend un coup.

Ah, il nous aura fait sourire avec ses frasques, ou lever les sourcils. Ben alors, les médias nous mentent ? Mais non, m'enfin c'est de la COMMUNICATION pour faire plaisir à ses fans !! On pose au quotidien, on s'icônise, on se totemise et ON SE VEND !! Enfants, disputes, divorces, fiscalité, fausse couche, santé, anorexie, tromperies, tout est bon pour donner du grain à moudre au cannibalisme ambiant. Et ça rapporte.

Un détail tout de même. Jean-Philippe Smet était un alcoolique et un drogué notoire. Un alcoolique depuis plus de cinquante ans a une partie de ses neurones détruite et la chose qui intéresse vraiment un alcoolique est de pouvoir boire tranquille, s'amuser et qu'on lui fiche la paix. Il avait l'argent, une équipe qui gérait, et peut-être la naïveté de croire qu'il était immortel.

Ellen

@ breizmabro | 16 février 2018 à 18:18
"Ne pas oublier qu'André Boudou a été condamné à six mois de prison 'ferme' par le tribu­nal de Béziers pour fraude fiscale, abus de bien sociaux et tenue de comp­ta­bi­lité falsi­fiée."

Il y a aussi la boîte de nuit "Amnesia" au Cap d'Agde (34) et à Montparnasse-Paris.

Le père André Boudou serait-il encore à la manoeuvre dans l'affaire de la discothèque "Amnesia" dont le montage financier a été placé en offshore dans deux paradis fiscaux ? Boudou s'est-il servi de Johnny Hallyday pour réaliser cette opération mafieuse ? Johnny n'y a vu que du feu, il s'est fait duper.

Le clan Boudou, c'est ici :
http://www.leparisien.fr/faits-divers/amnesia-qui-se-cache-derriere-johnny-hallyday-03-10-2003-2004437488.php

Noblejoué

@ Achille et Robert Marchenoir

Merci pour votre bienveillance... Il est inévitable de se fâcher, entre causticité et taquinerie.
Je suis un peu comme ça moi-même, et susceptible.

Puisqu'on en est à l'humour qu'on apprécie, moi, ceci que j'ai rangé dans mes favoris :

https://www.youtube.com/watch?v=3fbiyG0-bso

Comme je comprends l'accablement de Brian, crucifié deux fois, d'abord sur la croix, par les Romains, et ensuite par une "pensée positive" bien représentative du discours sonnant creux de ce que trop estiment sage !

Achille

@ Noblejoué | 16 février 2018 à 21:02
« A Achille, je vous remercie de m'avoir soutenu... Si votre dernier conseil n'était pas judicieux, comment vous en vouloir, n'avais-je pas sollicité vos avis ? »

En fait ma remarque n’était qu’une petite taquinerie sans aucune arrière-pensée. Pas la moindre perfidie et encore moins de méchanceté. Mais Marchenoir l’a manifestement mal pris. Il est vrai qu’il a facilement tendance à prendre la mouche.

Marchenoir me fait un peu penser au chevalier noir des Monty Python, toujours prêt à ferrailler jusqu’au bout de lui-même. Même quand on l’a taillé en pièces, il a toujours de la ressource pour réagir et essayer tant bien que mal de sauver la face.

https://www.youtube.com/watch?v=3g-g2yYR6Jk

Bah, ce n’est pas un mauvais bougre au fond. Il est juste un peu susceptible.

Noblejoué

@ Robert Marchenoir et Robert

Je ne sais si vous avez lu mon message précédent... Je ne veux pas montrer la moindre trace d'ingratitude envers Robert qui m'a soutenu quand certains me traitaient de manière inappropriée, ni être injuste envers Robert Marchenoir.

A Robert Marchenoir, mes excuses pour avoir pensé qu'il se moquait de moi... A ma décharge ? On m'a trahi dans la vie, et pour dire ce que tous ont pu voir, comment ne pas soupçonner des intentions cachées quand on a pu longtemps parler avec quelqu'un et croire avoir une complicité intellectuelle pour se retrouver au final accusé de tout.
Après être sous surveillance ironique avant qu'on ne me jette n'importe quoi au visage, être sous dérision ? J'ai donc cru trop vite Robert... Mais c'est moi qui suis en tort en l’occurrence, donc mes excuses les plus profondes.

A Achille, je vous remercie de m'avoir soutenu... Si votre dernier conseil n'était pas judicieux, comment vous en vouloir, n'avais-je pas sollicité vos avis ?

Loin de vouloir être une source de division, j'aimerais être une cause de réconciliation.
Je ne peux pas offrir du vin, mais j'ai trouvé deux scènes euphoriques et euphorisantes de Beaucoup de bruit pour rien, film de Branagh inspiré par Shakespeare. Vous pourriez voir ce film, que j'ai vu et revu, excellent, mais déjà, deux scènes, la finale, en premier, une autre après.

https://www.youtube.com/watch?v=1mr8Hy6tLYk

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS