« Mieux que rien : le plan contre la radicalisation ! | Accueil | Parti médiatique : un gros mot ? »

02 mars 2018

Commentaires

Mary Preud'homme


"Il y a deux mille ans, la femme qui avait un enfant sans être mariée était passible de lapidation. Il y a trois cents ans, dans l'Angleterre puritaine, une fille mère était exposée nue sur la place du village pendant deux jours..."
(Rédigé par : vamonos | 21 mars 2018 à 09:43)

Tandis que le géniteur matamore et lâche partait en sifflotant vers d'autres aventures !
Hélas tout fout l'camp mon pauv' Monsieur Michu !

hameau dans les nuages

@ vamonos
"Il y a trois cents ans, dans l'Angleterre puritaine, une fille mère était exposée nue sur la place du village pendant deux jours"

Il y eut des étapes intermédiaires avant que la femme ait tous les droits. Je rappellerai une anecdote que je crois avoir écrite ici.

Un de mes grands-oncles avait engrossé une jeune fille du village sans bien sûr reconnaître en être l'auteur. Autant dire qu'elle était perdue. Son père n'ayant aucun moyen pour lui faire reconnaître sa responsabilité paya avec ses deniers un crucifix en fer forgé surmontant une pierre en marbre sur lequel il fit inscrire le nom et prénom de cette femme : Marie Jeanne Tinaud Marquisa 1848.
Il fit ce don à la commune à la condition expresse qu'il fut érigé sur la place de l'église devant le porche. Mais ce porche jouxtait le portail de la propriété de l'amant.

Et c'est ainsi que jusqu'à la fin de sa vie en sortant de chez lui, en enlevant son béret il saluait le christ crucifié mais aussi la demoiselle...

Ahmed Berkani

Dans son étrange Art poétique, Max Jacob, en « moraliste lyrique », a cette réflexion :

« …c’est mauvais signe pour un homme d’aimer les femmes plus fortes que lui. Excellent signe pour une femme d’aimer les hommes faibles. »

Mais, chez les artistes, précise-t-il, il en va tout autrement, puisque : « il y a de la femme chez eux », et c’est là leur force. Par conséquent, conclue-t-il :

« …un artiste qui a choisi une femme forte peut être un homme faible et un artiste fort. Une femme artiste qui aime les hommes faibles est un être complet. »

anne-marie marson

Un lien que j'aime bien à propos du néo-féminisme :

http://www.vududroit.com/2018/03/neo-feminisme-ideologie-totalitaire


vamonos

La maternité est une révolution dans l'existence de la femme, etc.

Et voilà qu'avec le "etc.", la femme croit qu'elle a tous les droits sur son enfant. Avec les lois qui régissent les divorces en France, la femme a beaucoup plus de droits que l'homme. Bien sûr, il y a des exceptions et on trouvera toujours un homme qui a obtenu la garde de ses enfants mais ce n'est que l'exception qui confirme la règle.

Dans ce pays et cela fait plus de cinquante ans que cet état de fait existe, si madame décide d'éjecter son mari du domicile conjugal, elle dispose d'un arsenal juridique approprié pour divorcer et en plus pour faire en sorte que le père ne voie plus ses enfants du jour au lendemain.
Une simple plainte suffit. Même si monsieur n'a rien fait de répréhensible, si madame assure avoir été menacée, la plainte est recevable et la machine à broyer des vies peut démarrer. Les policiers passent au domicile conjugal, mettent les menottes au mari sous les yeux des enfants qui ne reverront plus leur père avant longtemps.

La loi a évolué, énormément changé. Il y a deux mille ans, la femme qui avait un enfant sans être mariée était passible de lapidation. Il y a trois cents ans, dans l'Angleterre puritaine, une fille mère était exposée nue sur la place du village pendant deux jours. Et voilà qu'aujourd'hui, la femme continue à revendiquer des droits avec une posture de victime.

Que de chemin parcouru par la justice humaine !

Anwen

Bonjour,

Permettez quelques mots sur le sujet de votre article. Merci.
Il s'agit d'un extrait de l'ouvrage « Esquisses morales » de Daniel Stern, alias Marie d’Agoult :

« La maternité est une révolution dans l'existence de la femme, et c'est le propre des révolutions de susciter toutes les puissances de la vie. Il faudrait supposer une bien complète déchéance pour qu'en cette crise douloureuse de la nature créatrice la femme ne sentit pas l'enthousiasme du dévouement palpiter dans son sein. Le premier vagissement de son enfant est l'oracle qui lui révèle sa propre grandeur ; et le fer qui détache de ses flancs une créature immortelle en qui elle se voit revivre la détache du même coup des puérilités et des égoïsmes de sa jeunesse solitaire. Cette rude étreinte des forces génératrices, ce labeur étrange imposé à sa faiblesse, ces espérances, ces angoisses, ces effrois inouïs qui l'oppressent, l'exaltent, et éclatent en un même gémissement ; puis cette convulsion dernière à laquelle succède aussitôt le calme auguste de la nature rentrée dans sa paix après avoir accompli son œuvre suprême, tout cela n'est point, comme on l'a dit, le châtiment ou le signe de l'infériorité de tout un sexe. Loin de là ; cette participation plus intime aux opérations de la nature, ce tressaillement de la vie dans ses entrailles, sont pour la femme une initiation supérieure qui la met face à face avec la vérité divine dont l'homme n'approche que par de longs circuits, à l'aide des appareils compliqués et des disciplines arides de la science. »
Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/plus-un-enfant-connait-sa-mere-plus-il.html

Cordialement.

Mary Preud'homme

A l'inverse des "sylvain" d'un autre âge, beaucoup d'hommes nous reconnaissent et nous aiment de longue date pour ce que nous sommes et surtout nous ont aidées à conquérir des droits qui semblent aujourd'hui aller de soi, mais qui dans ma jeunesse étaient impossibles à imaginer. Notamment le droit de s'inscrire dans de grandes écoles prestigieuses, de signer un contrat de travail sans l'accord du mari, d'avoir un compte en banque, de pratiquer certains sports, d'exercer nombre de métiers strictement réservés aux hommes etc. J'ai connu cela et j'en ai pâti je l'avoue mais c'était avant.
Un grand merci donc à tous les hommes qui ont été et demeurent nos alliés car sans eux nous en serions encore au Moyen Age...

Ma seule prière, que soit abolie à jamais cette Journée de la femme qui n'a plus lieu d'être et n'est devenue que prétexte à des politicailleries gauchistes, des querelles stupides de pseudo-féministes ridicules qui prétendraient à présent, par vengeance, enfermer les mâles qui n'en peuvent mais, dans les corsets surannés de leurs arrière-grand-mères.

vamonos

Permettez-moi de vous présenter une vidéo d'un art martial ancestral. Entre le sexe fort à gauche et le sexe faible à droite, Juliana Galende met tout le monde d'accord car la force se retourne contre l'agresseur. La musique ajoute une dimension dramatique.

https://www.youtube.com/watch?v=m7wtLyb0JMM

Mary Preud'homme

@ Charles

"Alors qu’il était en route avec ses disciples, Jésus entra dans un village. Une femme appelée Marthe le reçut dans sa maison. Elle avait une soeur nommée Marie qui, se tenant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Marthe était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien ? Ma soeur me laisse seule à faire le service. Dis-lui donc de m’aider. » Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part : elle ne lui sera pas enlevée...»"
(Evangile de Luc 10, 38-42)

A méditer, à commencer par le pape François et la Curie.

Charles

Qu'ouï-je ?
Les nonnes du Vatican dans un mouvement soixante-huitard, gauchisant et peut-être féministe, se révoltent ?

Nous attendons impatiemment de M. Bilger un billet vigoureux et sans concession afin qu'elles restent debout derrière le prélat qu'elles ont l'honneur insigne de servir, que finissent enfin ces revendications remettant en cause cet ordre si merveilleux établi depuis des millénaires et que cet orgueil insensé de vouloir arrêter les tâches serviles soit enfin maté.
LOL

Mary Preud'homme

Le sexe faible pour désigner les femmes ne fait nullement référence, si l'on s'en tient à l'origine de l'expression, à l'infériorité physique des femmes. Une dénomination qui trouve uniquement sa source dans la Genèse (chapitre du péché originel), où Eve tentée par le démon goûte le fruit défendu de l'arbre de la connaissance du bien et du mal et en fait manger à Adam.
Adam et Eve "connurent alors qu'ils étaient nus" et "mortels" et furent chassés du paradis et condamnés pour l'homme à gagner son pain "à la sueur de son front" et la femme à "enfanter dans la douleur" etc.

sylvain

Arrêtons de stigmatiser nos femmes ! Elles sont déjà assez punies par Mère Nature du fait d'avoir été triées pour faire "meuf" ! Pas fastoche pour elles qui en majorité ont été élues pour finir caissières de supérettes, torcher les mômes, objets sexuels de cadres d'entreprises, potiches d'accueil et réceptions diverses, condamnées à passer des heures dans leur salle de bains pour tenter d'être présentables et désirables par la gent masculine.

Evidemment, il y a des exceptions, femmes pilotes, PDG, etc., il n'y a rien d' extraordinaire, même un singe bien dressé peut reproduire les gestes des hommes les plus doués, c'est scientifiquement prouvé, dans tous les cirques on peut observer ces phénomènes. Femmes boxeuses, rugbywomen, lutteuses, elles ressemblent plus à des Herculesses de foire qui ont choisi de perdre leur dignité tant elles sont caricaturales et moches.

Dans ce monde, l'homme blanc occidental est toujours supérieur en race, culture, niveau d'intelligence et de savoir scientifique, découvertes, progrès... Même votre Marie Curie n'échappe pas à la règle, une orientation génétique en cours de foetisation l'avait pourvue d'un cerveau d'homme in fine ; l'aïeule de Conchita Wurst en somme.

J'ai eu la chance et le privilège d'être un homme blanc, de bonne religion catholique, hétéro, un label, une AOP en ces temps des multiples dérapages sexuels qui courent dans le monde, et de droite réfractaire au crabe gauchiste.
De quoi me plains-je ?

Achille

@ Sergio Carioca | 03 mars 2018 à 23:05

Vous avez raison.

Linus Pauling a reçu un prix Nobel de chimie et un prix Nobel de la paix. Mais ce dernier ne concerne pas une discipline scientifique (prix au demeurant parfois très contestable).
Frederick Sanger a reçu deux prix Nobel mais dans la même discipline (chimie), tout comme John Bardeen qui a reçu deux prix Nobel de physique.

Mais Marie Curie est la seule à avoir reçu deux prix Nobel dans deux disciplines scientifiques différentes : physique et chimie. Ça c’est très fort !

lilah13

@ Patrice Charoulet

Je peux aisément comprendre vos arguments concernant les pseudos qui permettent à certains de se défouler, mais je tiens à vous dire les raisons qui font que, non, je ne poste jamais de messages sous mon nom véritable. La mémoire d'Internet est à l'heure actuelle infinie, et j'ai un métier auquel je tiens mais qui fait de moi une sorte d'intermittente. Mes missions dépassent rarement six mois. J'ai eu la naïveté de poster sous mon vrai nom, il y a quelques années et je me suis retrouvée face à un client qui avait trouvé de rares interventions que j'avais pu faire sur des blogs. Le malaise pour moi était immense, j'étais censée justifier mes propos ! J'ai ressenti cela comme une intrusion dans ma vie privée.

Cela m'est arrivé deux fois, trois même mais la troisième fois c’était comme un reproche "vous n'utilisez pas les réseaux sociaux ? Nous n'avons rien trouvé sur vous" ! J'ai souri, bêtement.

Depuis, je reste anonyme et ne suis connue que de mes proches. Je considère qu'il ne s'agit pas de tricherie mais de protection. Lorsque je serai retraitée, je me ficherai peut-être royalement d’apparaître sous mon identité mais en attendant, je garde mon pseudo. Je signale cependant que tous cela n'est pas si anonyme, puisque mon adresse IP est traçable ainsi que mon mail.

lilah13

@ Ellen

Je n'ai pas lu tous les commentaires mais pas mal et le vôtre me laisse pantoise... Quel rapport entre ces travailleurs qui nettoient nos villes (et vous osez considérer qu'ils donnent une mauvaise image de celles-ci ? Avec délation éventuelle à la clé ?) et le sujet du jour ?
Ils boivent un café la belle affaire !! Où voulez-vous qu'ils fassent leur pause café ? Et en plus cela doit leur coûter trois fois plus cher que dans les entreprises ! Alors c'est quoi le propos ? Aux terrasses de café, les ouvriers n'ont pas leur place ? Il y a un dress code aux terrasses ?

Ils vous sifflent peut-être ? Vous font des réflexions ? Cela vous traumatise ? Vraiment ? Pauvre petite chose !! Allez avec eux ramasser les poubelles chaque jour en vous levant à trois heures du matin et puis crotte, des pauvres petites femmes traumatisées pour des actes sans conséquences ! ça suffit de lire et d'entendre que nous sommes toutes des femmes fragiles !

Un homme me fait une réflexion graveleuse et alors ? Je lui réponds avec force et en général il est plus mal à l'aise que moi. Si on arrêtait d’éduquer les filles comme des princesses dans des chambres roses et qu'on leur transmettait les clés pour ne pas se laisser faire, ne pas se vivre en victime mais en actrice et avec un peu d'humour c'est pas mal aussi... Et puis franchement, être sifflée, désolée mais je trouve cela plutôt flatteur, certes lourdingue mais plus flatteur que traumatisant... Ils ne vont jamais plus loin les siffleurs...

Deviro

@ Achille | 02 mars 2018 à 21:44

Il y a une section CGT au Racing de Paris : Cheval-Golf-Tennis

Sergio Carioca

"Mais n’oublions pas que Marie Curie est la seule scientifique qui ait obtenu deux prix Nobel : un de physique et un de chimie."

Non non !
Aussi Linus Pauling il me semble, avant de délirer sur la vitamine C... attendez un instant...

et, doctus cum Wikipediae :

John Bardeen
Comité International de la Croix Rouge
Frederick Sanger
Le Haut Comité pour les réfugiés des Nations Unies

Mary Preud'homme

Qu'on cesse de priver les femmes de leur capital irremplaçable : elles existent, elles ne sont pas faibles. Il y a de l'humiliation - je la détesterais - à devoir supporter qu'on vienne se mêler de ce qui me regarde, de mon existence sur tous les plans intime, familial, professionnel, artistique.

"Ce sexe n'est pas faible ni pitoyable. A force de se pencher sur lui comme s'il était en fragilité, proche de la brisure, à force de ne pas le laisser s'épanouir à sa manière dans la liberté et l'inventivité de l'existence, sans l'aide de tuteurs dangereux et artificiels, il est clair qu'il est redevenu ce qu'il n'aurait plus jamais dû être : le sexe faible". (Philippe Bilger)

Tout est dit.

Je suis de la génération de notre hôte ; aussi loin que je remonte et même lorsque mon père ou mes frères me rabaissaient à "n'être qu'une fille" (sic), j'ai toujours pensé que nous les femmes n'avions pas à nous comparer aux hommes en revendiquant ou singeant certains de leurs attributs pour exister. De même qu'un homme qui (de nos jours) se féminise de plus en plus devient ridicule.
Autrement dit se libérer de certains carcans est une chose, mais en oublier sa féminité et son rôle spécifique (notamment ce don merveilleux à nul autre pareil d'enfanter) en est une autre.
Idem pour les hommes qui à force de voir de plus en plus de femmes mecs, se comportent envers les dames comme avec des copains de régiment ou cèdent à la mode homo...

fugace

@ Ellen | 03 mars 2018 à 13:43

Dans mon quartier, les éboueurs sont souvent attablés au "café de la place" vers 10h.
Il est probable qu'ayant commencé tôt, une pose de restauration soit prévue dans leur contrat.
C'est d'ailleurs fort probable, car ils conservent à l'intérieur du bistrot leur gilet de sécurité jaune au logo de la ville. Ce dernier point m'a toujours interpellé. Il faudra que je leur demande la raison, à ces braves hommes (à défaut de femmes), parce qu'au fond ça ne donne pas une bonne image à la ville.

fugace

@ Jabiru | 03 mars 2018 à 11:46

Je connais bien ce bistrot. Dans la même rue en face, il y a celui que fréquente Achille, je l'ai sans doute repéré, car toujours à la même heure :

Hébergeur d'image

Pour ma part, toujours dans la même rue, j'ai choisi celui-là :

hebergement d'image

Achille

@ Ellen | 03 mars 2018 à 13:43

C’est le genre de cégétistes que l’on trouve un peu partout. Quand ils disent à leur patron qu’ils sont « au boulot », on sait maintenant où ils sont…

caroff

J'admire tous les commentateurs d'avoir à dire des choses palpitantes sur un non-sujet tel que l'époque les aime.

Il y aura toujours des coureurs, des lourdingues, des dragueurs, des siffloteurs, des tripoteurs, des qui considèrent la femme comme une sous-race et puis des gars qui, au contraire, donnent une image sympathique de la gent masculine, partageuse de la parole, du pouvoir, etc.

Du côté des femmes, on a le même spectre de profils : chipie, enquiquineuse, dure, violente, dépensière, coureuse, mais aussi aimante, indulgente, maternelle, sensible, intelligente (tellement plus que beaucoup d'hommes...).

Et une loi voudrait changer tout ça ?

Et pour honorer la dilection de Philippe Bilger pour le foot: un partout et la balle au centre !!

boureau

Comment ne pas être d'accord avec cet excellent billet, cher P. Bilger.

Ce concept débile de "sexe faible" a été lancé ou relancé par les féministes de la deuxième partie du siècle dernier. Auparavant le féminisme était plutôt politique avec notamment le droit de vote.

Le voilà qui devient sexuel. En fait, les féministes lesbiennes voudraient tout simplement retrouver l'homme en esclave de leurs désirs fantasmés. Et même le supprimer de leur vue : voir le combat pour la GPA.

Et comme elles sont ultraprésentes dans le journalisme "féminin" et les médias, elles influencent, elles influencent...

Un très bon article sur le sujet de Pascal Bruckner dans le Figaro du week-end : "Le nouveau puritanisme ne diabolise plus la femme, mais l'homme".

Cordialement.

louis-ferdinand

Bonjour Monsieur Bilger,

Nous oublions dans tout cela la misère du sexe que les LGBT ont transformé progressivement en « sex machine » pour en arriver à nous imposer des moeurs qui naviguent dans un océan de folie.

Pensons aussi aux esclaves du sexe (hommes, femmes et enfants) les pauvres, battus, enfermés, drogués et forcés à subir la violence d’une multitude de sexes principalement masculins.

Quant à toutes ses femmes, sous la domination de l’homme, dans les religions musulmanes et indiennes, qui sont éduquées dès la prime enfance à servir l’homme, qu’en pensez-vous ?

Voilà ce que nous offrons à notre descendance avec en sus le remboursement des emprunts que font nos crapules d’élus pour satisfaire leurs besoins.

Pour le reste, comme vous le sous-entendez, les garces existent aussi mais elles papillonnent principalement dans certains milieux où foisonne l’argent. Elles se dévoilent d’ailleurs dans tous les magazines « people ».

Bien qu’un grand nombre de femmes ne soient pas aussi faibles que cela, elles ont droit, comme les enfants, à une protection permanente de notre société.

Patrice Charoulet

@ Zonzon, votre post du 8 mars 8h34

Je ne vous ai rien dit. Vous ne m'aviez rien dit. En quel honneur me dites-vous ceci : "Excusez-moi de vous appeler par votre nom !" ?
Début et fin de votre singulière communication.

Zonzon

@ Xavier NEBOUT
« La femme cherche chez l’homme un chef spirituel »

Elle doit être souvent déçue !

Achille

@ Giuseppe | 03 mars 2018 à 13:35

Ouf, vous me rassurez car par moments j'avais des doutes...

Aliocha

Serai-je encore fustigé ? Pourtant, à qui croit, tout est tellement clair :

"23Avant que la foi vînt, nous étions enfermés sous la garde de la Loi, en vue de la foi qui devait être révélée. 24Ainsi la Loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi. 25La foi étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue.

26Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ; 27vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. 28Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. 29Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d'Abraham, héritiers selon la promesse."
http://saintebible.com/lsg/galatians/3.htm

C'est cela, ni homme ni femme, mais conduit par la Loi à la foi.

fugace

@ Ellen | 02 mars 2018 à 23:20

Trop sentimental, moi ? Oui et non, il faut gérer le bon niveau.

Je constate une redondance dans les liens fournis. En fait je voulais mettre en second celui-là.

https://www.youtube.com/watch?v=stSMEYkWAnA

Mon enfance ayant été baignée par ces couples dansants et ce son de l'accordéon (ma femme déteste).
Je me faisais même cette réflexion que beaucoup de décennies plus tard, cette ambiance m'avait imprégné à un niveau que je n'imaginais pas.
Ah la valse, il faudrait l'enseigner dès l'école primaire. Au fait, les féministes enragées, elles dansent ?

P.S. : le nouveau sexe faible

http://www.elle.fr/Love-Sexe/Mon-mec-et-moi/Articles/Attention-hommes-fragiles-!-1129701

Mary, alias Mélisande

Éphésiens 5:24
"Or, de même que l'Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l'être à leurs maris en toutes choses".

Genèse 3:16
"Il dit à la femme: J'augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi".

1 Corinthiens 14:34
"que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d'y parler; mais qu'elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi".

Colossiens 3:18
"Femmes, soyez soumises à vos maris, comme il convient dans le Seigneur".

Claude Luçon

@ Xavier NEBOUT | 03 mars 2018 à 10:22
"...son penchant naturel la pousse à parler à tort et à travers, et à une violence verbale ne pouvant parfois s’arrêter qu'avec la violence physique en réponse."

Vous touchez là à un tragique sujet d'actualité, un crime commis à ce titre !

Ellen

@ Achille | 02 mars 2018 à 21:44

Très drôle. Ce sont des fonctionnaires CGTistes de la municipalité ?

Giuseppe

@ Achille | 03 mars 2018 à 12:40

Si, si, Achille ne vous fustigez pas comme le docte professeur de ce blog Patrice Charoulet qui aurait tendance à se sous-estimer alors que son style épuré vaut bien celui des meilleurs, largement.

Le plus humble de tous m'a sauvé de situations qui paraissaient compromises, alors Achille j'aime bien votre humour qui couve sous une pizza bien improbable, la photo m'a bien fait rire aussi, et parfois sauve de la pesanteur ambiante. "Il faut de tout pour faire un monde" disait le défunt Cruchade.

Tipaza

@ Zonzon | 03 mars 2018 à 12:39 (@ Achille)
"Vous n'êtes pas obligé "d'acheter" dans la rue !"

Faut-il acheter "chat en poche" ou plutôt pour suivre le sujet du jour, "chatte en poche" ?

Achille

@ Jabiru | 03 mars 2018 à 11:46
« Sacré Achille, vous ne manquez pas d'humour. »

J’essaie d’être drôle, mais manifestement mon humour n’est pas toujours apprécié à sa juste valeur par certains intervenant(e)s de ce blog. Je me demande bien pourquoi !

Zonzon

@ Achille

Vous n'êtes pas obligé "d'acheter" dans la rue !

Xavier NEBOUT

Ce que la femme cherche chez l'homme, c'est un chef spirituel.
Lorsque la femme est le chef spirituel, elle détruit l'être de l'homme.
La sexualité de la femme est génitale et spirituelle, alors qu'elle n'est que génitale chez l'homme.

Avec l’incompréhension de ces éléments, on a fait le tour de 99% des divorces.

Paul Duret

M. Bilger,

"Ce sexe n'est pas faible ni pitoyable".
Bien d'accord avec vous mais il y a des circonstances, des pays, des milieux sociaux où les femmes sont de fait humiliées, brimées et exploitées.
Toutes ne vivent pas dans les beaux arrondissements de Paris.
Il suffit d'aller en banlieue ou de voir qui est au travail dans ces immondes camionnettes blanches stationnées un peu partout en France.
Il faudrait les protéger.

Tipaza

J'en vois qui ne sont pas sérieux, sur un sujet hyper sérieux, et qui vont même jusqu'à parler de tâches ménagères qui seraient à partager, alors que cette expression étant féminine, elle doit être sémantiquement réservée au genre féminin.

Pour le reste et le superflu, je constate que nous nous acheminons vers un changement de société qui est plus profond que ce que l'on peut supposer.

Beaucoup de grandes civilisations ont célébré la femme, comme Mère génératrice de sécurité, de bien-être, de sérénité, la Vénus callipyge de Cro-Magnon, la Pachamama des Andes, Isis dont le culte égyptien s'est longtemps maintenu à Rome, et la Vierge Marie, qui fait l'objet d'une adoration quasi hérétique puisque bien plus sollicitée que Dieu lui-même.

L'acharnement égalitaire des féministes, leur refus du rôle protecteur que joue le mythe de la femme montre un changement décisif de notre société. Lorsque les mythes sont rejetés ou niés, un monde se clôt et un autre apparaît.

Je vois mal le nouveau monde ; soit il sera musulman, comme le souhaite l'islamo-gaucho, sphère à laquelle participent beaucoup de féministes, et le rôle de la femme en sera encore plus amoindri par essence divine en référence à certains versets du Coran, soit nous nous acheminons vers une société dite transhumaniste, que je préfère appeler humanité artificielle, où la manipulation biogénétique gouvernera le genre humain, mais pourra-t-on gouverner si rapidement ce que la nature a mis des millénaires à fabriquer, et la transformation des femmes en Amazones privera le monde d'un élément essentiel, l'"Éternel féminin".
Ce sera triste !

Jabiru

@ Achille 02 mars 2018

Bonjour Achille,

Cette photo si représentative du boulot frise il me semble et si on avait l'esprit tordu ce que l'on pourrait qualifier de dénonciation calomnieuse.
Bravo en tout cas si ça pouvait remettre les pendules à l'heure.
Peut-être que ça ferait marrer Mme Pénicaud si elle consultait ce blog.
Allez, faut bien se faire plaisir !
Sacré Achille, vous ne manquez pas d'humour.

Carl Roque

La vérité

https://www.dailymotion.com/video/x6fje7c

Les femmes sont désavantagées puisque le féminisme nous le rabâche, et en fait sont fonds de commerce aspirateur à subventions.
C'est d'ailleurs vrai... si on écarte toute considération concernant la situation réelle des hommes, qui meurent six ans plus tôt, sont l'immense majorité des SDF et encore davantage des sans abris (il y a une nuance...), qui sont plus de 90% des morts dans la rue et plus de 75% des morts de violence, qui se tapent les travaux les plus rudes et les plus dangereux, mais puisqu’on vous dit qu'ils sont privilégiés... croyez-le.

Augier

Je suis de l'avis de Noblejoué. Le sexe faible n'est pas féminin, j'ai même ouï dire que les messieurs avaient quelques délicatesses de ce côté-là. Mais le sexe féminin est bien désavantagé.

Pour renforcer sa démonstration à laquelle je souscris, je ne parlerai pas des tâches ménagères que tout le monde connaît. Mais ça continue par la suite, ce qu'on entend moins : dix ans déléguée des familles dans un EHPAD, j'ai vu les filles de résidents s'investir et faire des visites, dans une proportion de 9 filles pour 1 fils, en étant indulgente. J'ai vu des belles-filles, et même à trois reprises la femme de ménage du fils payée par celui-ci pour visiter sa mère.
Je n'en tire d'autre conclusion que le poids de la cohésion familiale pèse plus longuement qu'on ne le pense sur les femmes.

Pour ma part, tant que des femmes seront excisées, tant qu'il naîtra bizarrement plus de garçons que de filles en Chine ou en Inde, tant que les victimes de coups seront majoritairement des femmes, je suis, je serai féministe.

Ce qui ne m'empêche pas de trouver hautement ridicule de s'attarder sur l'écriture inclusive ou la féminisation des noms de métier. De grâce, laissons ces bagatelles à la porte mais si nous ouvrons la porte aux bagatelles, il convient que ce soit de gré réciproque. Et s'il y a des outrances exaspérantes, n'en profitons pas pour oublier l'essentiel : une harmonieuse cohabitation !

Achille

@ Zonzon | 03 mars 2018 à 08:34
"Les « féministes hystériques » sont logiques quand elles défendent l’islam qui impose aux femmes d’être vêtues de manière décente quand elles sortent de leur domicile.
Cette disposition évite par ailleurs des spectacles bien souvent affligeants : obésité, tatouages, piercing, varices, cicatrices…"

En somme on a le choix entre la « pochette surprise » et le risque du vice caché et le produit en solde en tête de gondole…

Xavier NEBOUT

Nous rappellerons que l'imagerie médicale a prouvé depuis longtemps que le cerveau de la femme et de l'homme ne fonctionnait pas de la même manière.
Les deux côtés sont en effet beaucoup plus connectés chez l'un que chez l'autre, ce qui explique que le comportement de la femme soit plus instinctif et plus difficilement détachable des affects que chez l'homme.
C'est pour cela qu'on l'a appelé le sexe faible depuis toujours, et que de Marc Aurèle à Montesquieu, l'éducation de la femme devait s'attacher à la réserve, tant son penchant naturel la pousse à parler à tort et à travers, et à une violence verbale ne pouvant parfois s’arrêter qu'avec la violence physique en réponse.

Mais c'était sans compter avec les humanistes qui refusent de voir l'évidence, dont la culture remonte à l'avant-veille, et l'abrutissement au point de ne pas vouloir connaître les démonstrations scientifiques.

Nous sommes entrés dans l'ère de la co...rie universelle.

Tipaza

Est-ce que ce besoin pathologique d'une égalité forcée devenue forcenée, à force d'obstination puérile, ne serait pas un besoin de reconnaissance, et plus même, d'admiration, le narcissisme poussé à ses limites qui se confondent avec l'horizon.

Un narcissisme compulsif parce qu'il reste encore quelque part, dans ces coeurs fragiles de midinettes attardées (*), la nécessité de se faire remarquer pour exister.

L'exemple le plus flagrant est celui de Simone de Beauvoir, il lui a bien fallu écrire "Le deuxième sexe" pour se différencier de Sartre et attirer vers elle des regards qui se seraient portés tout naturellement ailleurs.

Je crois que je suis un peu iconoclaste, mais tant pis !

(*) Personne n'est obligé de partager avec moi cette fleur de rhétorique que j'envoie à nos féministes.

D.M. et sa troupe

Monsieur Patrice Charoulet vient se plaindre de ce que la police pseudonymale n'agisse pas dans cet espace et la ferme lorsqu'un type prend les autres à témoin pour "tringler" une femme.
Vous avez oublié de demander au type (Savonarole) ses nom et prénom lorsqu'il vous prenait à témoin pour pouvoir "tringler" une intervenante derrière une botte de foin... après l'avoir dénigrée et alors même que ce n'était pas le sujet...
On ne va pas vous en vouloir ! Nous connaissons ces attitudes de "regarde si mon nombril est à la bonne place"...

On ne naît pas homme, on le devient mon fils...

Zonzon

@ De la Servitude volontaire

Dans un avion qui va décoller, un commandant de bord, une jeune hôtesse de 22 ans, d’accord. Mais à 50 balais, dans une rue glauque, à 21 heures, face à un jeune de là-bas vous faites quoi ?

@ Henri dumas

Dans toute attitude humaine il y a toujours une part prospective.

@ Philippe Dubois

Les « féministes hystériques » sont logiques quand elles défendent l’islam qui impose aux femmes d’être vêtues de manière décente quand elles sortent de leur domicile.
Cette disposition évite par ailleurs des spectacles bien souvent affligeants : obésité, tatouages, piercing, varices, cicatrices…

@ louis-ferdinand
« L’éducation familiale est primordiale »

Oui, mais c’est ce qui manque le plus. L’ennemi c’est d’abord la famille avant même la nation, laquelle comme on sait n’est qu’une famille de famille.
Comme, de plus, l’école est devenue ce qu’on sait, nous sommes en train de construire une société non éduquée, la première dans l’histoire de l’humanité.

@ olivier seutet

La recherche de la parfaite parité est une insulte à la condition humaine. La sexualité, qui est une différence, est inscrite dans la création. Il doit bien y avoir une raison.

@ Patrice Charoulet

Excusez-moi de vous appeler par votre nom !

@ Lucile

Dans le fond vous regrettez la « société d’avant ». Même avec des Weinstein, lequel ne doit pas être confondu avec DSK qui agissait dans les hôtels sans contrepartie substantielle.

@ GLW

Ce qu’il faudrait supprimer ce sont les courses de voitures. Notamment dans le 7ème arrondissement de Paris. Mais pour cela il faudrait supprimer la harpie qui est à l’origine de cette extravagance.

@ Achille

Quoi de plus beau que de mourir dans l’accouplement. Allons ! Allons ! Monsieur, vous êtes bien timoré !

@ Tipaza

Votre commentaire vaut le détour !

@ genau

Une société qui oublie la tendresse (bordel) va vers sa fin. Inutile d’avoir éradiquer le communisme et de lutter contre l’islam si on expédie l’amour humain aux oubliettes.

Achille

@ Patrice Charoulet | 02 mars 2018 à 12:24
« Ce matin, une nouveauté. Une personne (homme ?) signe non de son nom ou de son pseudo habituel, mais d'un prénom et d'un nom faisant penser aux miens. C'est tordant ! Achille, l'un de mes bons camarades, a d'ailleurs sauté sur l'occasion pour nous dire sa satisfaction terminée par un smiley. Bien fait pour toi, Charoulet, prends ça dans les gencives ! »

Là vous exagérez mon cher Patrice. Je n’ai pas pensé une seconde cela. J’ai trouvé l’anagramme amusant tout simplement.
Ceci prouve, au demeurant, que n’importe qui peut se cacher derrière un prénom et un nom aussi bien que derrière un pseudo et, dans le cas présent, il était facile de faire le rapprochement avec votre identité.

Ceci étant s’il vous venait à l’idée de créer un blog, j’irais volontiers y faire un tour. Je suis sûr qu’à part votre dévotion pour LW, vous êtes capable de nous trouver des sujets de réflexion intéressants. Vous avez trop tendance à vous sous-estimer, c'est dommage !

semtob

Cher Philippe,

Etre femme, c'est souffrir de nombreuses infirmités à tel point que les représentantes féministes demandent avec agressivité une place réservée.
Nous avons bien remarqué dans certains transports en commun qu'une catégorie de places était réservée aux handicapés, de même sur les parkings il existe des places et nous ne comprenons pas pourquoi certaines places ne sont pas destinées aux femmes sur les parkings de grande surface puisque les courses sont faites en grande majorité par le sexe atrophié. Déjà, dans nos assemblées parlementaires et sur les listes électorales des places dites paritaires sont réservées à cet effet.

Sexes invisibles, nous les femmes ! Sexes secrets et mystérieux valent tout autant que sexes caverneux, ces sexes effrontés qui se sont avisés à sortir les premiers, osons cette hypothèse, des cavernes et de là la naissance du mythe de la caverne pour suivre la même idée. Sexes ambitieux qui toujours nostalgiques de la chaleur de ces cavernes, ne rêvent que d'explorer tous les trous non visités.

Sexes multi-orgasmiques que nous sommes, nous avons toujours attiré la foudre ou la jalousie de cette punition faite aux hommes liée à la perte de l'os pénien.
Ah ! Qu'il doit être heureux d'être un singe toujours prêt à l'érection, sans douter de ses pouvoirs et de disposer de quatre mains pour tout sentir sous ses doigts.
Mais notre antériorité par rapport à ce cousin bien malin a fait le choix de la marche, de développer des pieds alors que le singe a su spécifier et transformer deux de ses pieds en mains. Les hommes se voient donc condamnés à vérifier le matériel plusieurs fois par jour pour se rassurer sur l'opérationnel de ce sexe si capricieux, qu'il faut impérativement dompter et qui se métamorphose en la présence du fameux sexe faible, en la présence ou en la pensée.

Ce sexe qui habite si profondément les hommes de toutes générations se voit brutalisé par les féministes qui sont persuadées que l'égalité, la castration sont le must de la séduction.
La féminité serait du siècle dernier, le mystère, du temps perdu.
Pauvres cervelles qui ne savent jouir que d'une uniformisation des relations.

Chaque femme est différente : elle est libre de chercher son maître ou son esclave ou encore son égal. Elle est libre de vivre sa maternité ou son libertinage ou les deux. D'être dominante ou dominée et d'inverser les rôles.
Son charme est l'imprévisibilité ou la constance.

Les hommes doivent se sentir pousser des ailes depuis ce jour, car la sortie du collège qu'il valait mieux oublier sous peine de sanctions est "open".
La chanson ne sera plus "Ma lycéenne" ou "Mon lycéen", références Le Forestier, Dalida, Yves Simon ni "Mon légionnaire", mais "Mon collégien" qui était si joli à l'angle de ma rue, "Il venait d'avoir 13 ans". Allez, mesdames et messieurs les politiques mettez de l'ordre dans vos cheveux, la culpabilité qui vous hantait est morte ce jour. Toutes les pucelles et tous les puceaux vous tirent la langue.
Une loi qui encourage la pédophilie est une honte pour la France. C'est rare, un mineur qui a le sida, alors quelle aubaine ! C'est influençable un mineur, très manipulable dans les premières expériences.
C'est facile de s'offrir un plateau de vierges et de mineurs et d'en être fier.
La protection des mineurs, c'est du vent pour les macronistes !
Nous dénonçons cette loi qui porte atteinte à la protection des mineurs.
françoise et karell Semtob

Lebreton

@ vamonos

Non, on ne peut écrire "Oui, une femme est plus faible physiquement qu'un homme".

D'abord, vous avez sûrement remarqué des freluquets ou gringalets dont on imagine aisément que d'aucunes, telles les gaillardes gendarmicides de Brassens (de Brive, forcément de Brive), démoliraient d'une chiquenaude !

Ensuite, cette affirmation me rappelle l'ingénieur de cette vieille plaisanterie taquine :
Un mathématicien, un physicien et un ingénieur voyagent en train vers l'Écosse et peu après la frontière d'avecques l'Angleterre (maudite) ils voient une vache noire par la fenêtre, de profil.
L'ingénieur avec emphase et componction déclare "Les vaches écossaises sont noires."
"Or ça", s'offusque le physicien, "on peut seulement dire que certaines vaches écossaises sont noires."
"Non point !" dit le mathématicien, "tout ce que l'on sait est qu'il y a au moins une vache en Écosse, et qu'au moins un côté de cette vache est noir !"

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS