« Ce sexe est-il faible ? | Accueil | Pourquoi Christine Angot est-elle prise au sérieux ? »

04 mars 2018

Commentaires

Noblejoué

@ Zonzon | 09 mars 2018 à 14:38

Oui, mais allons plus loin. Si quelqu'un a subi un inceste, ou quelque violence grave, elle souffre de bien des maux. D'une part, traditionnellement, toujours, exposer ses faiblesses vulnérabilise. Mais avec l'injonction du silence dans certains milieux, contradictoirement, dans d'autres, et notamment les médias, il y a celle de parler.
Ainsi, quoi qu'elle fasse, une personne dans ce cas est en faute, ou justifiée, ou les deux.

Si quelqu'un a subi une violence grave, doit-elle en faire commerce ou pas ? D'une part, subir dresse à l'impossibilité d'agir ; recevoir de l'argent qu'on ne saurait peut-être pas gagner autrement peut être considéré comme une compensation. D'un autre côté, on peut ne rien vouloir avoir à faire avec l'argent pour, ne tirant pas profit d'un abus, ne pas sembler se vendre après-coup.

De plus, le personnage est un créateur, je ne me prononce pas sur sa valeur, je ne l'ai pas lu.
Il y a toujours une grande tentation chez les écrivains de raconter leur vie, après tout, ils l'ont sous la main. Et puis, tout le monde a une vie, pas une oeuvre, le commun comprendra mieux des pleurnicheries autobiographiques que, je ne sais pas, j'y insiste "Les jardins statuaires"... Les romanciers autobiographiques sont dangereux, ils peuvent embarquer de force leur entourage dans leur croisière. Cependant, il peut être mieux, même autobiographique, de ne pas tout dire, le silence faisant contrepoint à la parole. De plus, il faut se garder une profondeur, comme le dit Quignard "Celui qui n'a pas de secret n'a pas d'âme". Abîme pour vivre, penser, créer, fond suffisant pour naviguer, comme les grands vaisseaux ne le font pas sur un filet d'eau.

Et maintenant passons aux fabulateurs. Il y a de fausses victimes, jusque des gens s'étant fait passer pour victime de la Shoah. Inutile de me demander qui-quoi-comment, j'ai oublié : ma mémoire est cause-conséquence, et quelques traits vraiment saillants, le reste passe au broyeur. Je pourrais retrouver, je pense, par mots clés, essais et erreurs, mais je n'en ai pas la patience, pardonnez-moi.
Cette usurpation paraît assez choquante, mais à un autre niveau, comme indice d'identification aux victimes plutôt qu'aux bourreaux, je me rappelle que cela avait été reçu avec indulgence par des Juifs, et je n'ai pas, par contre, entendu de réaction négative de cette communauté.

Ce qui est, par contre, scandaleux de façon sûre et certaine est d'accuser injustement. Pour notre auteur, je ne saurais dire ce qu'il en est.
Autre problème, des thérapies à base d'hypnose où l'on implante de faux souvenirs au patient, éventuellement d'avoir assisté à des cérémonies sataniques.

Bref, si nous sommes en progrès par le souci de défendre les victimes, il nous reste à peaufiner quelques aspects de ce processus, comme vous voyez.
En tout cela, comme à vrai dire dans bien des questions, il faut faire preuve de la plus extrême prudence.

Zonzon

L’inceste aide à vendre. Surtout s’il est inventé. De plus, dans cette hypothèse, ça ne mange pas de pain !

Lucile

@ Mary Preud'homme
"Quant au double deuil, là il me reste en travers"

Oui, les gens parlent un jargon emprunté aux experts, et l'on se demande s'ils en mesurent tout le sens. Ils se réfugient derrière des formules pour essayer de mettre un nom sur ce qui leur arrive, combler le vide de la sidération, et aussi parce qu'il faut dire des phrases devant la caméra. Mais quelle idée d'aller se confier à une chaîne de télé en continu !

Elusen

@ Giuseppe | 07 mars 2018 à 11:50

1° certains médias paient !

2° les avocats poussent afin que leurs noms soient cités.

3° par la suite cela permet de vendre un livre.

4° le narcissisme du délire sur le : « c’est moi qui ai le plus souffert ! »
Il y a une espèce de jubilation à souffrir en public, à se donner en spectacle.

Certaines Africaines font cela, c’est culturel, il y a déjà les pleureuses, celles que l’on paye pour pleurer à des enterrements, mais il y a aussi celles qui se jettent par terre en hurlant et pleurant.

5° vous devriez voir le film libanais : L’insulte.
Cela parle de ça ; le jeu du celui qui a le plus souffert :
- c’est moi !
- non, c’est pas moi !

----------------

Les médias, puisque ce sont eux dont il est question, ont introduit ces dernières années l’obscénité et la pornographie ; l’infotainment, la star, c’est le journaliste, ce n’est pas l’information.

- Sur la BBC, il y a une émission d’information qui me fait hurler de rire, alors qu’ils traitent de sujets graves.

Les invités sont installés en U, le journaliste est au milieu, donc la caméra le filme de face, quand l’émission commence et qu’il présente les invités, les invités ressemblent à des biches prises dans les phares d’une voiture, ils sont tous obligés de se mettre de profil.
Puis le générique est envoyé, le journaliste revient à l’antenne et tous les invités ont changé de place.
Chaque fois que le journaliste lance un sujet vidéo, quand on revient à l’antenne tous les invités ont changé de place ; c’est le jeu de la chaise musicale.

Newsnight : http://www.bbc.co.uk/programmes/b006mk25

- Sur une chaîne canadienne privée CTV, le journal, un générique genre à la Star Trek avec une bonne femme qui a une coupe de cheveux casque de Playmobil sur la tête.
Une voix off qui balance le nom de cette journaliste et le nom qui s’inscrit en gros sur un écran en dessous d’elle. Même quand elle n’est pas là !
Si elle est remplacée par un mec, la voix off balance son nom et le même micmac.

La musique grandiloquente à coups de violon sur l’annonce des indices boursiers, c’est géant et à la fin du journal, elle nous balance son nom : Je suis ...
À chaque fois je me dis qu'elle doit être sénile, elle ne se souvient pas de qui elle est.
Le nom de cette journaliste : Lisa Laflamme avec la musique cela fait ‘Capitaine Flam’.
Faut voir ça c’est gratuit et accessible de partout sur le globe.
Pour le 6 mars elle est absente, présente le 1er mars
https://www.ctvnews.ca/video?binId=1.810415

- Une autre chaîne canadienne, tout aussi drôle, la publique CBC.
Le générique du journal construit comme le générique d’une série télé policière. C’est grandiose.
Le Journal est présenté par quatre journalistes, chacun dans un coin du Canada. Alors ils ne sont pas toujours tous présents en même temps.

Au générique, l’on vous montre des extraits du journal en diapositive et les quatre journalistes avec leurs noms. Faut voir ça.
http://www.cbc.ca/player/play/1174894147670

- La même chose avec le téléjournal du service francophone, mais là, la musique et plus lente et angoissante, des fois j’ai l’impression que la journaliste va se suicider en direct tellement ils font dans le pathos et la tragédie.

http://ici.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/7864165

anne-marie marson

@ Claggart | 07 mars 2018 à 11:01
"Sans la presse, des imposteurs tels que Fillon, Cahuzac, Thévenoud et j'en passe, paraderaient encore en haut du pavé. Et en plus avec les sous de mes impôts."

Pour l'instant c'est Macron, aussi imposteur que les autres, qui parade en haut du pavé avec nos sous.
C'est curieux comme certains comme Donald Trump, Laurent Wauquiez et Marine Le Pen bénéficient de la "convergence des luttes" (Naulleau/Quin, 28mn, vendredi 23 février), alors que d'autres passent entre les gouttes.
Quelle classe !

@ Mary Preud'homme | 07 mars 2018 à 12:05

Je suis d'accord, d'autant plus qu'à la conférence de presse ils étaient quatre, dont la soeur d'Alexia et son mari.

Mary Preud'homme

@ Lucile
"...et ce n'est pas parce que le gendre a commis un meurtre que leurs liens étaient pathologiques"

Ai-je suggéré cela ? Certes pas. Mais seulement laissé entendre (comme rapporté par l'avocat certes sans ménagement) que ce couple mal assorti caractériellement était en conflit permanent. Un contentieux qui ne devait pas dater d'hier et que l'entourage, pour préserver sa tranquillité et la stabilité apparente du clan, se refusait de voir. Mais comme déjà dit, dans ces familles-là (au demeurant toxiques pour les personnes fragiles) on ne divorce pas et l'on sauve les apparences à tout prix. Parfois jusqu'au drame, suicide ou coup de folie !

Quant au double deuil, là il me reste en travers. Inconcevable pour un parent qui a perdu un enfant de mettre ce traumatisme terrible sur le même pied que celui de la perte d'un gendre ou d'une belle-fille, même tendrement aimés, à plus forte raison dans ce cas, eu égard aux conditions horribles du meurtre d'Alexia et la suite...

Lucile

@ Chère Mary,

Je pense que cette famille est en état de choc post-traumatique. Elle essaye de remettre du sens et de la logique là où il n'y en a pas, pour survivre. Elle nous paraît monolithique parce que pour l'instant, il y a le monde extérieur qui continue comme avant autour d'eux, et leur monde à eux qui s'est écroulé, dans lequel ils sont isolés. Oui, ils vivaient peut-être jusqu'ici comme dans un cocon, on ne le sait pas vraiment, mais on pourrait dire la même chose de combien de familles, et ce n'est pas parce que le gendre a commis un meurtre que leurs liens étaient pathologiques. il me semble que nous aussi nous cherchons pour nous rassurer une logique là où il n'y en a pas, et pour cela nous jugeons leur comportement pathologique, alors que c'est peut-être le moins mauvais compromis qu'ils aient trouvé pour ne pas devenir fous, en attendant que le temps fasse son œuvre.

Pour moi, la morale de l'histoire, c'est que s'il nous arrive un malheur, il nous faudra savoir que les journalistes de télévision cherchent avant tout à faire de l'audimat, qu'ils sont maîtres de l'image qu'ils donnent de nous, et qu'ils exhiberont notre souffrance en petites séquences de télé-réalité, nous coinçant entre l'héritage de Johnny et la préparation du prochain match de foot, ou la dernière de Trump.

sbriglia@Mary et Giuseppe

"Mais quel est l'argument ou les arguments qui peuvent pousser cette famille à s'exhiber, témoigner - que sais-je - a posteriori, je voudrais bien que l'on m'explique."
Rédigé par : Giuseppe | 07 mars 2018 à 11:50

Mais pourquoi vous faut-il une explication, Giuseppe ?

Pourquoi chercher dans cette famille, comme Mary s’y ingénie, des failles propres à expliquer cette courte « médiatisation » ?

Ils ont été, à leur corps défendant, tous quatre (y compris le gendre qui ne me paraît pas être un simplet), abusés par un manipulateur hors pair, loin de l’ « immature » que l’on veut bien décrire…

Gens simples, pas des Savonarole, qui ne s’exhibent pas, qui ne cherchent même pas à comprendre, impuissants qu’ils sont à imaginer en quoi leur cellule familiale pouvait être aliénante, car ils n’ont pas les codes que même d’éminents psychiatres sont loin, parfois, de posséder.

Leur insondable crédulité est la chose la plus répandue en ce bas monde : ils aimaient, ils étaient donc aveugles…

Combien d’entre nous sont des manipulés ou des manipulateurs…Tenez, il suffit que je dise que je tiens un revolver dans ma main pour qu’aussitôt, à coup sûr, trois ou quatre commentateurs se précipitent…

Sauf notre dévouée correctrice qui flairera avant vous tous la manipulation…

Au fait, Wil, en forme ?

anne-marie marson

Il me semble que le courroux de Jean-Luc Mélenchon s'adresse d'abord à France Inter, qu'il accuse de faire de l'information orientée en ouvrant son journal de la Matinale par la polémique sur ses comptes de campagne, comme s'il n'y avait pas de nouvelles plus graves.
D'ailleurs les journalistes qui ont lancé cette polémique sur France Inter ont répondu en disant qu'ils avaient des preuves.

L'information sur France Inter est idéologique, à la limite du "no news".

Il a fallu une semaine à Pierre Weil au moment des émeutes de Charlottesville pour passer "des propos infâmes de Donald Trump" à des explications sur les origines de ces émeutes, alors que tous les réseaux sociaux en avaient déjà parlé.

C'est aussi la première fois que j'entends l'expression "cogner" dans la bouche d'une journaliste de la Matinale à propos des échanges dans les médias.
C’est la guerre dans les médias.
Il semble que la campagne présidentielle ne soit pas terminée, ou que d'autres campagnes arrivent et qu'il faille éliminer les adversaires avant l'élection, comme cela a été fait pour François Fillon.

C'est comme le matraquage sur le paritarisme à l'Assemblée nationale : il faut plus de femmes à l'Assemblée nationale, en particulier comme Présidente, mais à condition que ces femmes soient bien-pensantes, comme le système, c'est-à-dire surtout pas Marine Le Pen ou Marion Maréchal-Le Pen vu le traitement sexiste qu'on leur réserve y compris de la part de certaines élues.

Mary Preud'homme

@ sbriglia | 07 mars 2018 à 08:58

Pour conclure mon propos, j'aurais peut-être dû écrire : "ils s'apprêteraient" et non ils s'apprêtent... Au cas où un déclic leur ouvrirait (finalement) les yeux, leur faisant admettre que le couple formé par leur gendre (traité en fils et apparemment couvé tel un gamin immature) et leur fille était loin d'être idéal (et témoigner en ce sens aux assises). Et que seul leur désir de se rassurer et d'ignorer les failles les avaient maintenus dans un aveuglement confortable et égoïste.

Il me paraît donc évident que le comportement des Daval est typique des familles dites "monolithiques", par conséquent formées d'un seul bloc, rigides, repliées sur un univers fait (essentiellement) de rencontres familiales en vase clos, d'où les conflits internes sont gommés, voire niés, à plus forte raison les "secrets de famille" qui sévissent parfois durant des générations ; cela afin d'éviter que le bloc ne se fissure.
Rien ne doit donc sortir de la sphère familiale autrement qu'aseptisé, sinon le transgresseur se voit automatiquement disqualifié, accusé de mensonges, diffamations, trahison et rejeté par l'ensemble du clan.

Giuseppe

@sbriglia@Claude Luçon | 06 mars 2018 à 17:02

Mais quel est l'argument ou les arguments qui peuvent pousser cette famille à s'exhiber, témoigner - que sais-je - a posteriori, je voudrais bien que l'on m'explique.

Claggart

Je m’étonne, et je m'attriste, de sentir dans les propos de notre hôte une certaine sympathie pour les invectives de Mélenchon à l'égard des médias.

Mais enfin, cher Philippe, comment pouvez-vous soutenir, même du bout des lèvres, des propos énormes proférés par JLM tels que :

"La presse est la première ennemie de la liberté d'expression"

"La haine des médias et de ceux qui les animent est juste et saine"

Etc. Etc.

Je frémis à l'idée que cet olibrius pourrait un jour accéder au pouvoir, et nous promulguer une nouvelle loi des suspects.

Sans la presse, des imposteurs tels que Fillon, Cahuzac, Thévenoud et j'en passe, paraderaient encore en haut du pavé.

Et en plus avec les sous de mes impôts.

Elusen

@ Mary Preud'homme | 06 mars 2018 à 18:15
« famille monolithique »

Mais cela ne veut strictement rien dire !
Bientôt en exclusivité la famille mégalithique ! Vive les Pierre-à-Feu !

Et puis les délires sur névrose et bipolarité ; même la planète est bipolaire !
La psychiatrie est une branche de la médecine, seul un médecin psychiatre est habilité à poser un tel diagnostic, il faut être docteur en médecine et avoir obtenu le certificat en psychiatrie pour exercer et non pas lire Femme actuelle, Modes et travaux ou Jeune et jolie.

Code de la santé publique - Exercice illégal - article L4161-1 !

sbriglia

"Ce faisant, ils s'apprêtent à condamner leur fille une seconde fois."
Rédigé par : Mary Preud'homme @ Savonarole | 06 mars 2018 à 23:23

Mary, et n'en déplaise à Trekker, je vous préfère en plieuse de parachute...

Mary Preud'homme

"Pourriez-vous développer ?"
Rédigé par : Noblejoué | 06 mars 2018 à 21:18

Non, car outre que ce n'est pas le lieu, un roman n'y suffirait pas.

Mary Preud'homme @ Savonarole

"Oui, certes, mais j'ai tout de même préféré la mère de Maëlys qui ne s'est pas donnée en spectacle, et qui a su éviter Ruth Elkrief et BFMTV. Elle avait le visage ravagé par l'angoisse, mal coiffée, mal fringuée" (Savonarole, 22:06)

Bien d'accord avec vous Savonarole, la maman de Maëlys a réagi comme l'aurait fait n'importe quelle personne "normale" confrontée à cette horrible tragédie. Personnellement, j'imagine la furie si l'on s'en prenait aux miens !

A l'inverse des parents d'Alexia Daval qui parlent tranquillement de double deuil, comme s'ils voulaient occulter la réalité et rester confinés dans leur imaginaire de "famille monolithique" repliée sur elle-même, se protégeant et niant l'évidence ; tout aveu (après-coup) sur des fragilités et problèmes connus de longue date risquant de compromettre un équilibre non susceptible d'être remis en cause même après ce drame. Ce faisant, ils s'apprêtent à condamner leur fille une seconde fois.

Savonarole

@ Mary Preud'homme | 06 mars 2018 à 18:15

Oui, certes, mais j'ai tout de même préféré la mère de Maëlys qui ne s'est pas donnée en spectacle, et qui a su éviter Ruth Elkrief et BFMTV. Elle avait le visage ravagé par l'angoisse, mal coiffée, mal fringuée.

Sur la chaîne TV 22 ou 23, vous avez des documentaires américains sur des crimes odieux où des veuves splendides, maquillées et reliftées viennent raconter leur malheur et l'horreur de ce qu'elles ont vécu.
La mère d'Alexia était trop bien coiffée pour m'émouvoir.
BFMTV file un mauvais coton.
"L'américanisme", expression inventée par Charles Baudelaire, nous guette.

duvent

Comment se fait-il que le silence n'inspire pas ceux qui observent depuis la terre, la tempête dans laquelle des vies tentent de ne pas être englouties ?

Lucrèce nous a dit qu'il était doux...
Devait-il ajouter qu'il convenait de se taire ?

Noblejoué

@ Mary Preud'homme
"Essayez un peu de couper les liens avec une famille monolithique qui vous étouffe et vous détruit à petit feu et vous verrez ce qu'il vous en coûte, même sans que cela se termine aussi tragiquement !"

Pourriez-vous développer ?

Mary Preud'homme

Je viens de visionner l'interview sur BFM de la famille d'Alexia Daval et, tout comme Lucile, suis choquée par les commentaires hasardeux, voire totalement farfelus de certains contributeurs où il serait question de troubles bipolaires de la victime.
Comme si l'on pouvait juger aussi hâtivement d'un dossier dont on ne connaît rien, sinon ce dont les médias essaient de nous persuader.

Pour ma part, cette famille monocorde alignée en rang d'oignons face à la caméra, soucieuse avant tout de préserver son unité et une solidité de façade (même après ce drame affreux) m'a fait au contraire l'effet d'une famille monolithique, d'où rien ne devait filtrer, et où reconnaître ses erreurs si peu que ce soit serait vécu comme un reniement des valeurs auxquelles ils ont toujours cru et pour tout dire une culpabilité et une remise en cause de leurs conceptions immuables de la tribu.
Une pesanteur terrible à laquelle Alexia en premier lieu (sans doute dotée d'un certain caractère) aurait peut-être voulu échapper pour son malheur (mais ce n'est qu'une hypothèse) en quittant son mari. "Mais dans ces familles-là Monsieur, on ne divorce pas, etc."

Essayez un peu de couper les liens avec une famille monolithique qui vous étouffe et vous détruit à petit feu et vous verrez ce qu'il vous en coûte, même sans que cela se termine aussi tragiquement !

sbriglia@Claude Luçon

Vous me semblez forer à côté de la plaque, cher Claude !

Vous aviez écrit :

"Ce qui frappe dans cette affaire Daval est l'exhibitionnisme et la gestuelle de la famille de la victime.
Ces gens démontrent une suffisance qui occulte leur peine !"

Votre réponse n'explique pas où vous avez pu trouver suffisance et exhibitionnisme chez ces personnes dévastées.

Je n'ai vu ce soir-là qu'une famille discrète, loin de toute haine, sans effet de manches, accablée par la trahison qui a suivi la disparition de leur fille. Leur dignité à tous les quatre forçait le respect.

La langue pâteuse ? Qui d'entre nous ne l'aurait dans ces conditions, après des nuits d'insomnie ?

Le vocabulaire limité ? On n'est pas au Procope.

La gestuelle ? Les mains ne bougeaient pas, les corps étaient inertes, le regard mort...

La peine des Groseille s'exprime sans doute de manière peu médiatique et maladroite : elle est aussi digne de considération que celle des Le Quesnoy...

Bienheureux les humbles... dirait Aliocha.

Claude Luçon

@ sbriglia @ Claude Luçon | 06 mars 2018 à 10:30
CC pour Savonarole du 06 mars 2018 à 12:15

Merci des compliments, ils font toujours plaisir, mais vous ne lisez pas tout ce que j'écris :(
J'ai déjà suggéré ici une explication plausible !
J'avais relaté avoir suivi de près un cas de dépression bipolaire, il s'agissait d'un jeune couple d'Italiens, or ce que le jeune époux meurtrier décrit correspond à cette terrible maladie qui, en plus, est héréditaire.
En expatriation dans les pays en voie de développement on serrait les rangs entre collègues et nos épouses entre elles.

Une maladie de moins en moins occultée en France, que l'on classait comme la vieille démence d'antan. Zelda, l'épouse de Francis Scott Fitzgerald, une célébrité chez nous, en était affectée sous les yeux de tout le monde.
La violence en est un des aspects les plus terribles.
J'avais même cité les médicaments prescrits : une combinaison Zyprexa/Norset.
Ce qui, dans un sens, rejoint ce que me répond Savonarole : "Cette malheureuse famille avait l'air d'être shootée au Lexomil" ?
L'attitude du père de la jeune victime, en particulier, m'a frappé.

Explication farfelue peut-être ? Qui sait ! Attendons le procès.

Lucile

À propos de l'interview de Channel 4, en la revoyant je note une petite erreur de traduction : "agreeable" vient de "agree", qui veut dire "être d'accord". "Consensuel" me paraîtrait plus juste, "empathique" peut-être, "complaisant" serait exagéré ; il y a l'idée d'une "répugnance à s'opposer" dans cet adjectif. C'est d'après Peterson l'un des traits distinctifs majeurs des personnalités, distribué à égalité entre garçons et filles jusqu'à la puberté, et nettement plus fréquent chez les femmes après, donc sans doute en rapport avec les hormones qui prédisposent les femmes aux soins à apporter plus tard à leurs enfants. On pourrait aussi l'appeler dureté/tendresse. Peterson dit appartenir à cette dernière catégorie, on voit dans l'interview qu'il a su apprendre à s'affirmer, et à maintenir fermement sa position.

Les autres grandes catégories seraient extraversion/introversion, quotient intellectuel, soin dans l'activité (consciensciousness) qu'on retrouve plus chez les électeurs de droite, et qui va avec : ordre, sens de l'engagement, capacité à se sacrifier pour les autres, esprit industrieux, réalisation, versus ouverture, intérêt pour de nouvelles expériences, exploration, créativité, que l'on retrouve statistiquement davantage chez les électeurs de gauche, du moins en Amérique du Nord. Le niveau intellectuel n'est pas corrélé à ces facteurs. JP explique ainsi la réaction des électeurs face à l'idée du mur de frontière avec le Mexique de Trump : d'un côté ceux qui veulent protéger le groupe du danger, de l'autre ceux qui se sentent mal et en danger, enfermés derrière des frontières. Selon lui, ils doivent s'écouter, il faut des deux en politique, les deux groupes sont aussi justifiés l'un que l'autre à mettre l'accent sur une tendance, ce qui explique que les systèmes politiques permettant une alternance entre gouvernements plus à gauche et gouvernements plus à droite sont les mieux à même de protéger et de faire prospérer un pays.

La dernière catégorie est "neuroticism" qui serait mal traduit pas "tendance à la névrose" mais indique la disposition à ressentir des émotions négatives (peur, anxiété... ) ; elle est plus représentée statistiquement chez les femmes, qui ont en charge la survie de bébés extrêmement vulnérables à la naissance, et doivent pouvoir s'alarmer des dangers potentiels qui les menacent (ce n'est pas pour rien que Cassandre est une femme). Cela explique aussi peut-être que les femmes aient moins de conduites dangereuses et d'accidents de la route entraînant la mort que les hommes. À part le QI qui ne bouge pas, et qui est lié à la capacité d'abstraction, les autres catégories relèvent de mécanismes neurobiologiques et répondent à l'action de médicaments.

@ Claude Luçon

À propos de dureté, vous n'y allez pas de main morte avec cette famille, certes naïve, mal préparée à la noirceur du gendre, et abattue, mais le jugement est sévère, et surtout de là à inférer que la morte était aussi nulle que le reste de la famille, comme si ça avait quelque rapport avec le fait que son bourreau de mari l'ait exécutée, ça fait tout de même beaucoup...

Giuseppe

@sbriglia@Claude Luçon | 06 mars 2018 à 10:30

Intéressant, j'attends la suite des deux, of course.

Giuseppe

Comme si le PSG était le centre du monde et la France à elle seule !
Un auditeur a retoqué un journaliste "et tous les Français" qui seraient suspendus à l'attente d'un match dont au moins 60 000 000 de citoyens se fichent.

Des mercenaires ne font jamais un pays, et une équipe qui évolue au son trébuchant d'un Mercato, se compare à une affaire commerciale pas à du sport.

Je ne suis pas foot !

Savonarole

@ Claude Luçon | 06 mars 2018 à 01:29

Cette malheureuse famille avait l'air d'être shootée au Lexomil, on peut le comprendre.
Élocution lente, regards vides, textes appris avant le tournage de l'émission.
Pendant tout l'entretien, ils ont tous affirmé qu'ils n'avaient rien vu venir, rien entendu, rien de rien. Ils ont donc plaidé en faveur d'un coup de folie du meurtrier, un flash irrésistible, l'avocat de l'époux doit se réjouir, avec de telles affirmations, la préméditation tombe.

sbriglia@Claude Luçon

"Ce qui frappe dans cette affaire Daval est l'exhibitionnisme et la gestuelle de la famille de la victime.
Ces gens démontrent une suffisance qui occulte leur peine !" (Claude Luçon).

Cher Claude, doyen émérite et incontesté des commentateurs, plume alerte et jamais roborative, trépaneur impénitent des âmes, foreur de la pensée, pourriez-vous développer quelque peu ce qui ne manque pas de me surprendre ?

Aliocha

Jordan Peterson ?
On avance, on avance :
https://archive.org/details/youtube-8_8Rb53D7GI

sylvain

Vous en voulez des partis médiatiques ? Allez vous promener en ce moment en Italie où les extrêmes droites enregistrent des victoires sans précédent.
Bravo les Italiens ! ça doit rendre malade ce pauvre Juncker qui va nous faire un AVC dans pas longtemps ; pov' chou qui voit la carte de son Europe de c... molles collabos se couvrir peu à peu de nuages populistes "qui- naviguent-sur-les-peurs" selon les slogans gauchislamistes.

Pas besoin de lire toutes vos tartines de copier-coller historiques, l'Europe est envahie par des millions de migrants, suffit d'ouvrir les fenêtres, marcher dans les rues, lire les faits divers d'agressions, squats occupés par la violence, etc. par tous ces "gentils-immigrés-qui-souffrent-chez-eux" toujours selon les reporters gauchistes aux oeillères islamistes.

Seule voix dissonante en ce moment, celle de Macron qui a enfin compris et avoué que l'Italie subit une pression migratoire intenable qui explique ce vote, ça nous change du ragoût gauchiste de la propagande pro-migrants qui tente de culpabiliser en vain tous ceux qui refusent de collaborer et se soumettre à la tendance "c.. tendu".

Bravo aux Italiens et à tous ces pays de l'Europe de l'Est, bras d'honneur à Juncker.

Une pastille Vichy ?

Claude Luçon

@ Savonarole | 05 mars 2018 à 14:21

Il était impossible de le louper, le battage nous en faisait oublier Johnny.

Ce qui frappe dans cette affaire Daval est l'exhibitionnisme et la gestuelle de la famille de la victime.
Ces gens démontrent une suffisance qui occulte leur peine !
Le gendre, dans sa défense, qui ne l'excuse nullement, n'a peut être pas tort sur le caractère de son épouse, caractère qui apparaît aussi clairement chez les parents ne serait-ce que dans leur attitude avec leur gendre avant ses révélations comme après, une condescendance trop évidente.
Leur fille mérite du respect, pas d'être débattue sous prétexte de la défendre, par ses parents sur BFM.
Leur avocat passe au second rang alors qu'il devrait être là pour répondre à celui du mari.

caroff

@ Lucile 23h15
"Je le trouve passionnant à tous points de vue, mais ce qui me plaît le plus chez lui, c'est l'urgence avec laquelle il estime nécessaire de parler vrai. Certains de ses cours sont sur YouTube, il en a un sur la position existentialiste qu'il démarre avec l'effroi de Pascal devant le silence éternel de ces espaces infinis, je chercherai les coordonnées si ça vous intéresse."

Il a une lucidité impressionnante et son amour pour la "free expression" est digne d'éloges.
Une vraie découverte dont je ne saurais trop vous remercier !

Elusen

@ Lucile | 05 mars 2018 à 20:43

Oh la la ! Les fautes sur les concepts, mais c’est hallucinant.
Islam ne s’oppose pas à Occident, ce n’est pas son antonyme.

Les antonymes seraient : sécularisation, laïcité, droit à l’autodétermination, le libre-arbitre, la liberté de conscience, mais certainement pas Occident qui est un des quatre points cardinaux.

Jésus (Issa), Marie (Meriem), Joseph, les 12 apôtres, etc., c’étaient des basanés avec des cheveux frisés.
Les fondateurs de l’Église catholique apostolique romaine étaient des Moyen-Orientaux.

Islam étant un pays fondé sur le musulmanisme, les hadits et la Sunna gouvernée par un calife, l’Occident n’est pas un pays.

Le dictionnaire étymologique et historique du galloroman (français et dialectes d’oïl, francoprovençal, occitan, gascon) dit le FEW.
Le mot Occident entre dans la langue françoise en 1119, 1120.
https://apps.atilf.fr/lecteurFEW/lire/70/298

L’Occident en science politique ne s’oppose pas à Islam, mais à Union soviétique, Chine populaire.

L’Islam n’est pas une religion ; la religion, c’est musulmanisme, mahométisme, mahométanisme, ismaélisme.

La Visage-Pâle que vous êtes n’arrive pas plus à maîtriser le fait que la religion n’est pas une immigration, mais un concept et qu’il n’est pas interdit à un Français de s’en revendiquer, à l’heure actuelle, c’est un choix pour un Français.
Cela reviendrait à dire que d’être de droite serait étranger à la France.

Pour information, Mayotte et La Réunion sont deux département 100% français et la religion musulmane y est présente, pour Mayotte au moins 90% de la population, si ce n'est 99%.

Juste comme ça, la circoncision et le voile sur la tête (alouette, gentille alouette…) ce n’est pas dans le Coran, mais dans la Bible.
Regardez comme elle est jolie Meriem :

Les Espagnoles et les Portugais ?! Mauresques peut-être ?

À cela s’ajoute le fait que cela est toujours sans rapport avec : le Parti médiatique.

Lucile

@ caroff | 05 mars 2018 à 19:30

En fait, contrairement à Zemmour, Jordan Peterson n'est pas passionné par la politique. Et ce n'est pas un polémiste, mais un soignant et un homme de conviction. Il estime que c'est psychologiquement indispensable d'avoir le sens de la réalité et de dire la vérité. Pour lui le "logos" est "le langage vrai". Il se bat avant tout pour la liberté de parole. Il pense que c'est la falsification de la vérité généralisée qui a permis le nazisme aussi bien que le communisme. Il est à la fois clinicien et enseignant et je dirais qu'il se tient à la lisière de la psychologie et de la philosophie. Il donne de bons conseils très terre à terre aux jeunes pour éviter la dépression, comme d'avoir des horaires de sommeil réguliers, et ne pas s'empoisonner avec des hydrates de carbone par exemple ! (le tout pour des raisons physiologiques). Il fait du bien aux jeunes hommes à qui il redonne le sens de leur rôle, la fierté d'être homme et de se dépasser. Mais il n'est pas antiféministe comme on veut le faire croire.

Il pense que le chaos menace constamment l'humanité et que le rôle de chaque être humain est d'apporter un peu de lumière dans les ténèbres, là où on est, comme s'il y avait un choix inéluctable à faire entre ajouter au mal ou entretenir une lumière. Il a une fibre éthique développée, et pense comme Freud et Jung que l'homme est capable d'aller très loin dans le mal comme dans le bien, et que c'est à prendre en compte impérieusement, dans notre compréhension du monde. Quand on lui demande s'il croit en Dieu, il dit que c'est une question indiscrète, un peu comme si on lui demandait ce qui se passe dans sa chambre à coucher. Il dit aussi qu'en tout cas, il fait comme s'il y croyait. Il adosse ses théories de la personnalité aux découvertes des neurosciences.

Je le trouve passionnant à tous points de vue, mais ce qui me plaît le plus chez lui, c'est l'urgence avec laquelle il estime nécessaire de parler vrai. Certains de ses cours sont sur YouTube, il en a un sur la position existentialiste qu'il démarre avec l'effroi de Pascal devant le silence éternel de ces espaces infinis, je chercherai les coordonnées si ça vous intéresse.

Noblejoué

Le sexe peut fort bien être autre chose que graveleux en Extrême-Orient, et vous le savez parfaitement, par exemple :

http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/4314

Que j'ai lu un peu pour le sexe, un peu pour la Chine, un peu pour l'originalité, les femmes ayant un rôle important, et un peu plus pour l'immortalité !

Je ne peux quand même pas deviner les sujets qui vous ennuient (gouvernement mondial), ceux qui vous mettent mal à l'aise (sexe alors que vous en parlez, et ce, dans une civilisation où le sexe n'a jamais été déconsidéré comme chez nous), et ?

Vous avez remarqué que la mort me posait problème, vous c'est le sexe... Le sexe serait-il encore pire que la mort ?
Les gens prennent les asexuels pour des handicapés. Erreur, le problème, ce sont les sexuels qui n'assument pas leurs instincts. Vulgarité et puritanisme en découlent. Je supposais, c'est fou, un sujet léger, eh bien léger, tout simplement.

S'il y a bien une personne que je supposais dire des choses intéressantes là-dessus, c'est vous. Et finalement, c'est moi qui fournis un lien, j'espère pas trop choquant ? Mais il le faut bien, vous me prêtez encore, une habitude, de mauvaises intentions, je réponds.
Ce qui est vraiment choquant c'est de décourager les curiosités les plus innocentes.

On va faire plus simple : qu'est-ce qui vous inspire ?

----------------

Bon, j'en ai un peu marre qu'on m'accuse de tout sans preuve, et pour cause, tout est faux. En somme, qu'on me calomnie, alors :

https://www.youtube.com/watch?v=IfyCau4yyBk

Si je prenais des chemins de traverse, ce serait plutôt, qu'on le croie ou non, avec de la poudre de cheminette !

Tomas

@ Robert

C'est parce qu'il est incapable de penser autrement que dans le cadre de la nation que M. Bouzou affirme que l'Europe n'est pas une puissance. En fait si, et pas qu'un peu même, jugez plutôt :

https://www.princeton.edu/~amoravcs/library/FP_EUROPE_4-13-2017.pdf

Mary Preud'homme

@ Béatrice Portinaro | 05 mars 2018 à 16:54

J'avais lu quelque part "tringler" ce qui signifie posséder en langage plus soutenu ou "baiser" en terme vulgaire, mais qui ne se rapporte nullement au viol. En tout état de cause, l'emploi d'un terme argotique qui a certes pu surprendre une damoiselle n'ayant jamais côtoyé la gent militaire masculine ou les salles de garde des carabins, mais qui n'a rien de réellement choquant ni offensant.

Lucile

@ Elusen | 05 mars 2018 à 12:51

Il se trouve que juste après avoir envoyé mon petit laïus, je me suis reprochée d'avoir employé le mot "multiculturalisme", qui en fait évitait de nommer les problèmes. Vous me confirmez dans ce regret.

Évidemment le multiculturalisme avec les Espagnols, les Portugais, les Polonais, les Anglais, les Hollandais, etc. ne nous pose pas de problèmes. Ce que j'appelais à tort multiculturalisme est le cocktail instable et explosif de la culture islamique avec la culture occidentale lorsque les adeptes de cette religion mettent leur religion au-dessus de la loi du pays où ils s'installent, et leur font la guerre ainsi qu'à ses habitants. Ils sont peu nombreux en proportion, mais terriblement nocifs et déterminés.

J'attribue la montée de la droite en Europe à la passivité des gouvernements devant ce phénomène.

De nous deux, je ne sais pas lequel tourne le plus autour de son nombril, mais le dégoût avec lequel vous me catégorisez de façon imbécile comme "la femme blanche" ne me dit rien de bon à votre sujet.

Catherine JACOB

@ Noblejoué | 05 mars 2018 à 13:03

Ne profitez pas d'un mouvement d'humour de ma part pour m'entraîner dans des chemins de traverse graveleux !

duvent@sbriglia

@ sbriglia

J'ai regardé moi aussi Peterson, et jusqu'au bout je n'ai pu écouter un traître mot, il est par trop charmant... et je suis excessivement sensible !!

Par ailleurs, ce n'est pas bien de pousser au pugilat, je pourrais faire mal à Marchenoir et manifestement, c'est le cadet de vos soucis.

Je crois avoir compris que vous êtes du sud-est, alors une des Alpilles porte à votre connaissance que duvent ne craint ni le mistral, ni la tramontane, ni le vent d'est, duvent craint dégun !! Pour vous servir...

Achille

Je vois que mes propos sur Laurent Wauquiez me valent quelques petits commentaires perfides de la part de certains intervenants qui d’ailleurs se cachent derrière un pseudo volatil, tels « trois bouses » au pseudo parfaitement approprié et « Béatrice Portinaro » derrière lequel tout le monde aura reconnu calamity jane.

Bref on balance sa petite crotte et on se barre en courant. Attitude pas très glorieuse mais qui manifestement semble procurer à ces intervenants une petite satisfaction que je leur laisse volontiers.

@ sbriglia | 05 mars 2018 à 15:48

Je vous invite à lire la réponse que j’ai faite au dénommé Zonzon que j’ai voulue tout en nuance et cordialité. Quant à ma photo sur les cégétistes elle ne consistait qu’à répondre sous la forme d’une boutade à un post d’Ellen. Rien de plus.
Tout ça pour vous dire que je me passe de vos leçons de savoir-vivre.

caroff

@ Lucile | 04 mars 2018 à 20:22

Merci de votre lien sur le débat entre le Professeur Jordan Peterson et la journaliste de Channel 4.
Même s'il fait penser à Zemmour par l'implacabilité de son argumentation, il s'en distingue par son aura universitaire.
Je constate que les journalistes canadiens et britanniques ne valent guère mieux que les nôtres dans l'aplat-ventrisme à l'égard des minorités !

Robert

@ Lucile | 05 mars 2018 à 11:22

Votre analyse me semble ne pas souffrir d'erreur : oui, nos journalistes influents, comme nos énarques, ont leurs esprits formatés par Sciences Po. D'où les collusions, intellectuelles ou pas, qui font qu'ils dispensent une seule et même idéologie que tout un chacun doit accepter comme la seule véritable, la seule pensable.

Vous avez oublié deux points : le rejet de la Nation (encore que l'on voie M. Macron commencer à évoluer sur ce point) et l'appel à la société de services, la seule devant apporter la richesse et le bonheur au bon peuple dans le cadre de la mondialisation heureuse, avec des frontières ouvertes.
L'ancienne industrie (qui était d'ailleurs créatrice d'emplois) a de ce fait été rejetée avec l'eau du bain.

Aujourd'hui, les mêmes s'émeuvent de la volonté de Donald Trump de rétablir des droits de douane sur l'acier et autres produits importés par les USA... La France n'en sera pas gênée qui a largué ses aciéries à un Indien qui lui-même les a transférées au Luxembourg pour la plus grande joie de nos sidérurgistes lorrains... Mais les économistes patentés du système, comme Nicolas Bouzou, affirment qu'il ne faut surtout pas se lancer dans une contre-offensive de même nature... La réponse de M. Junker serait peut-être d'établir des droits de douane sur des produits mineurs américains. Et encore il en fait la déclaration dans la langue de son maître !

Mais aucun ne s'émeut de ce que nos frontières resteront ouvertes envers et contre tout. Une seule observation du même Bouzou ce matin sur Radio Classique : l'Europe, contrairement aux USA, à la Chine ou encore à la Russie, n'est pas une puissance. Et pour cause, elle est incapable par sa structure, d'être la Nation européenne de substitution aux nations qui la composent et qui lui aurait donné cette même puissance qui lui manque cruellement sur la scène mondiale, notamment au plan diplomatique où elle est réduite à un rôle de simple observateur.
Mais c'est tellement contre son idéologie qu'elle accepte sans barguigner les remontrances des responsables de l'OTAN qui la maintiennent dans sa si brillante fonction de vassale absolue. Peu importe si les règles de l'OTAN nous conduisent à devoir participer à des guerres décidées par le seul Donald Trump sans qu'elle ait le moindre mot à dire ! Cela s'appelle du sado-masochisme, dans un autre domaine...

Tomas

@ Lucile

Il me semble que vous exagérez un tantinet. Le fait que notre civilisation occidentale se soit mise au relativisme (à force de se frotter à d'autres cultures depuis les Croisades, c'était sans doute inévitable) ne signifie pas qu'elle se soit mise à encenser le multiculturalisme. Faut-il le répéter, le modèle français ne promeut pas celui-ci, il n'y a qu'à voir notre éducation nationale qui reste un puissant facteur d'unification. Et je n'ai pas le souvenir d'avoir entendu des éditorialistes de renom promouvoir les cultures étrangères (à part la littérature, la musique ou la cuisine, mais ça me semble plutôt un enrichissement) au détriment de la nôtre dans notre pays. Simplement, on a cessé d'affirmer urbi et orbi que notre modèle de société était le seul valable pour l'ensemble de la planète, et encore : rares sont ceux qui remettent en cause l'universalité des droits de l'homme, par exemple. Je ne les ai en tout cas jamais entendus ! Evidemment, il y a des Houria Bouteldja ou des Rokhaya Diallo mais leur audience demeure limitée.

Là où je vous rejoins, c'est qu'il semblerait que l'écrasante majorité des journalistes sorte du même moule idéologique, le fait qu'en 2012 100% des étudiants d'une école de journalisme ait voté Hollande lors d'une simulation du second tour de la présidentielle peut effectivement inquiéter, si l'anecdote que j'ai entendue ou lue je ne sais plus où est vraie. Mais il me semble qu'il existe encore suffisamment de pluralisme médiatique dans notre pays pour que chacun s'y retrouve, surtout à l'heure d'Internet.

Quant à ces histoires d'insécurité en Suède, c'est tout bonnement risible. Il y a là-bas comme partout des quartiers pauvres avec leurs problèmes, mais le pays n'est pas à feu et à sang comme certains médias malintentionnés voudraient le faire croire. L'antisémitisme est quant à lui hélas en hausse partout, et on ne peut pas dire qu'Israël fasse grand-chose pour remédier à cette situation ; et puis il ne concerne pas que les Musulmans, puisque tout de même dans ce pays un quart des actes antisémites seraient commis par l'extrême droite. Il n'y a pas un ou deux skinheads à Malmö comme le prétend ce M. Peterson (après le Canada, la Suède a trouvé son Zemmour, dans les deux cas il présente mieux, il faut admettre), la Suède compte autant de crânes rasés que la France avec une population six fois moindre...

Béatrice Portinaro

Ce qui ne vous aura pas échappé, Zonzon, c'est qu'Achille fait la pluie et le beau temps... Ancien élève des Maristes, il sait qu'une réputation se fait au détriment d'autrui...
Il ne supporte pas le moindre souffle de fantaisie. D'humour que dis-je ! Il soutient des intervenants douteux et s'il pouvait redevenir Mariste c'est-à-dire : entre nous les hommes et Mari(stes) comme Mère !
Compagnon du devoir en fait, lui qui n'a pu devenir petit caporal comme celui qui fait honte à l'Armée en voulant se faire adouber par elle pour violer une femme derrière une meule de foin... Meule ou botte de foin !

sbriglia@Lucile et bernard

@ Lucile
@ bernard

Merci pour cette vidéo que j'ai regardée avec attention jusqu'au bout...

C'est un plaisir extrême de voir une grande intelligence maîtriser son sujet dans un calme olympien.

Les dix dernières minutes, où se noie la journaliste, sont assez succulentes : j'ai eu l'impression de voir un débat entre Ruth Elkrief et Michel Onfray.

Et de plus, cerise sur le gâteau, on dirait Daniel Day-Lewis versus Michelle Pfeiffer.

A quand un débat Robert Marchenoir/duvent ?

Michel Deluré

@ Tomas 04/03 22:00

Il ne faut pas plus "condamner sans nuance une presse qui demeure chez nous pluraliste" que les politiques qui ne sont pas systématiquement corrompus, postulat que cette même presse, ou pour le moins une partie d'entre elle, prend pourtant un malin plaisir à nous faire admettre.
Les politiques ne sont point parfaits, loin de là, mais comme vous le disiez dans un précédent commentaire relatif à ce même billet, il en va de même de la presse et c'est une évidence.
Comment s'étonner d'ailleurs de cette situation lorsque l'on connaît les contraintes, les impératifs qui pèsent sur cette presse dans une société où l'abondance médiatique est reine ?
Pluralisme sans doute mais avec inéluctablement le revers de la médaille, conséquence d'une concurrence exacerbée.
Et scepticisme assurément quant à l'indépendance de cette presse, tant à l'égard de ses sources d'information que de ses moyens financiers.
Bien difficile dans ces conditions de ne pas enfreindre la déontologie de la profession.

sbriglia@Achille

@ Achille

L’anecdote rapportée par Zonzon et que vous qualifiez un peu rapidement d'« humour de garçon de bain » (sic) est cependant révélatrice des épiphénomènes de la politique d’investissement de la Chine en Afrique et notamment au Zimbabwe :

http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/12/04/le-zimbabwe-chouchou-de-pekin_4824460_3234.html

Je comprends votre volonté de donner des cours de maintien aux nouveaux intervenants de ce blog mais la réponse, toute en finesse, du commentateur que vous ciblez ne devrait pas vous inquiéter : les photos de syndicalistes attablés au bistro ne sont fort heureusement pas les seules de nature à amuser les collégiens que vous nous pensez être…

Sergio Carioca

@ Marc GHINSBERG
"Mais le plus surprenant dans cette affaire, cher Philippe, c’est que vous épousiez les thèses de JLM sur le parti médiatique. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil. S’en prendre aux élites et aux médias est une constante des partis populistes."

Mais ("mêêê-heu !" diraient les enfants), les journalistes méritent bien qu'on les raille, critique, vilipende, admoneste, tance, le tout d'importance !
Et qu'ils commencent par jacasser en français !
Non contents de massacrer votre langue (mention spéciale à France Info et RTL), ils imposent une vue, pas neutre du tout.
Sans compter une extrême arrogance chez beaucoup, éclatante en particulier le soir sur BFM.

Ingrid Riocreux le met assez bien en évidence dans "La langue des médias - Destruction du langage et fabrication du consentement".
Il est possible qu'elle penche à droite voire dans la droite catho ultra (à creuser) vu les exemples qu'elle prend mais je ne suis pas sûr et j'adhère à sa démonstration de la manipulation journalistique (journaleuse ?) de l'information.

Savonarole

Ne ratez pas ça ce soir !
On nous annonce en boucle, toutes les trois minutes, que Ruth Elkrief sur BFMTV a décroché l'interview du siècle : les parents et famille d'Alexia Daval, assis en rangs d'oignons, devant Ruth, qui va en faire des tonnes dans le loukoum émotionnel.
On va encore me jeter des pierres, mais les parents d'Alexia, c'est le top de la niaiserie en branches.
À l'heure où le gouvernement s'inquiète des 35 milliards que coûte la formation professionnelle, il devrait en consacrer un chouïa pour la formation des parents.

Giuseppe

On donne des leçons d'information à la terre entière, E.Macron envisage un super salaire pour le futur patron de Radio France, et pourtant...

Le courage semble surtout être ailleurs :

Les articles tournent en boucle, comment les médias ont-ils pu laisser passer cette portion scélérate du revenu d'un député et 600€ non déclarables aux impôts, comment ? Et on nous a vanté une loi sur la transparence ! 7200€ à l'année, une paille, alors qu'en Finlande pour une poignée de lentilles on vous botte les fesses.

600€ c'est rien j'ai entendu dire... sauf que quand vous ne les avez pas vous ne pouvez pas les dépenser.
Tous les Français devraient retirer de leur montant imposable cette somme, aucune raison de ne pas le faire, cacher 7200€ c'est six mois d'un petit smicard misérable qui lui ne peut rien dissimuler - honte à ces parlementaires - et qui n'en a sûrement pas assez pour vivre décemment.

La presse est veule dans son ensemble elle va côtoyer les politiques et parfois servir les plats, mettre le couvert s'il le faut, les médias sont vilipendés du public, sans perfusion elle n'existerait plus. A qui la faute ?

Le numérique a bien supplanté l'institutionnel, il paraîtrait que Christophe Barbier en avait perdu sa boussole et son carnet d'adresses précieux d'avant l'ère Macron - le Volatile, je crois. Diantre, la promiscuité était donc si comestible ?

La presse pugnace, d'investigation, laborieuse, pas celle qui se contente du fade, de l'insipide, de l'inutile, d'ailleurs ce n'est pas par hasard que Mediapart a fait son trou, chez eux aussi il existe à boire et à manger, par contre ils luttent, ils dénoncent, ils débattent, ils accusent dans le bon sens du terme.

Ils ne sont pas tout seuls heureusement, mais c'est si rare, sans eux Cahuzac et consorts nous culpabiliseraient encore, nous dépensons trop, eux dépensent mal mais les médias ne mouftent pas.
La rigueur a disparu, l'attente de la presse du lendemain comme le faisait Mongénéral, manque dans un paysage bien triste et surtout couvert de plumes bien émoussées.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : philippe.bilger@florimont.com
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS